Version classiqueVersion mobile

Dockers, métallos, ménagères : Mouvements sociaux et cultures militantes au Havre (1912-1923)

 | 
John Barzman

Conclusion

Texte intégral

  • 1 A. Kriegel, Aux origines du communisme français, 1914-1920 (1969) et les études de R. Wohl, J. Char (...)

1La réalité mise en lumière par une recherche historique correspond rarement aux attentes initiales du chercheur. Cela est d’autant plus vrai ici que notre étude s’est étalée sur une quinzaine d’années pendant lesquelles notre approche a connu des inflexions. Au départ, notre intention était de tester l’interprétation des origines du communisme français proposée par Annie Kriegel, dont nous retenions essentiellement que les causes déterminantes résidaient dans les événements contingents de 1919 à 1920.1 Notre hypothèse était que ces origines étaient en fait antérieures, remontant directement aux effets de la Grande Guerre, et indirectement aux processus de différenciations sociales et culturelles à long terme du mouvement ouvrier dont les premiers signes apparaissaient déjà avant-guerre. Ce centre d’intérêt, issu de l’historiographie française des années 1970, alors influencée par la réflexion sur l’émergence de l’Union de la Gauche et l’eurocommunisme, est resté présent dans notre travail.

  • 2 E. P. Thompson, La formation de la classe ouvrière anglaise, et, par exemple, sous son inspiration  (...)

2Mais notre recherche s’interrogeait aussi, implicitement, sur une deuxième question soulevée par la “nouvelle histoire ouvrière” pratiquée en Grande-Bretagne et aux Etats-Unis par les disciples d’E. P. Thompson. Cette école s’est surtout penchée sur le problème de la formation de la classe ouvrière dans son ensemble, comprise comme l’élaboration de cultures de la solidarité et du collectivisme, principalement au XIXe siècle.2 Ce questionnement découle probablement du constat de la faiblesse de telles cultures aux Etats-Unis, en comparaison avec l’Europe, et, en ce qui concerne la Grande-Bretagne, de la divergence de la culture travailliste anglaise par rapport aux modèles continentaux. Pour les praticiens de cette “nouvelle histoire ouvrière”, les luttes populaires se réclamant de ces cultures ne relevaient pas de désordres irrationnels, de l’intrusion passagère d’idéologies extérieures, ou encore, dans une variante institutionnaliste de gauche, de la diffusion d’idées justes par les partis collectivistes et leurs dirigeants, mais de choix raisonnés des acteurs du mouvement populaire eux-mêmes. Animés d’une volonté de mettre en valeur “les humbles” et les méconnus, sujets conscients de leur histoire, les adeptes de Thompson ont produit des ouvrages souvent fondés sur des études de cas régionaux, narratifs et richement documentés, soulignant la diversité et le caractère “organique” des expériences. En revanche, du moins au début, ils ont peu cherché à expliciter leurs méthodes par des grilles d’analyse théorique rigoureuses, et ont eu tendance à concevoir la notion de “formation” de la classe ouvrière comme un phénomène se produisant une fois dans l’histoire, et se maintenant ensuite indéfiniment.

  • 3 Voir le numéro spécial du Mouvement social sur les “Dynamiques ouvrières en Asie orientale” présent (...)

3Dans le cours de notre recherche, ces deux questions, l’une concernant la division, l’autre la cohésion de la classe ouvrière, ont été subsumées dans des questions plus amples en raison d’une part, bien sûr, de la complexité du cas retenu (le monde du travail havrais s’est développé par des modalités bien plus variées que prévues), et d’autre part, d’un nécessaire réexamen de nos prémisses à la lumière des débats en cours sur les deux rives de l’Atlantique. L’étude des cultures populaires et pratiques militantes du XXe siècle contraint le chercheur à reformuler certaines hypothèses conçues pour le XIXe siècle. Ainsi l’idée de “naissance” ou de “formation” de la classe ouvrière nous paraît trop normative. La notion de moment dans une chaîne de transformations de la culture populaire, paraît plus juste, pour les phénomènes décrits, que celle de formation d’une classe, avec ses connotations de caractère définitif. En effet, le processus qui donne naissance aux grands partis ouvriers en Europe à la fin du XIXe siècle, ne se produit finalement pas aux Etats-Unis pendant tout le XXe siècle, prend des formes autres en Asie orientale,3 et menace de se “défaire” entièrement en Europe en cette fin de siècle.

  • 4 La critique post-moderniste aux Etats-Unis est partie des disciplines littéraires, notamment des ét (...)
  • 5 Le terme est de L. Portis dans Les classes sociales en France, 1988.

4Par ailleurs, au XXe siècle, “ère des extrêmes”, les divisions organisationnelles, idéologiques et politiques, n’apparaissent plus seulement comme des vestiges de situations sociales et de cultures antérieures, ou comme des particularismes imposés par des intellectuels à une communauté ouvrière, autrement unie par sa culture de classe, mais comme des tendances permanentes, nourries de phénomènes structurels, disposant d’une histoire propre. Cette régénération constante de la diversité, notamment des rôles sexués autour du mouvement ouvrier, a conduit les écoles post-modernistes à des remises en cause plus ou moins profondes de la notion de classe ouvrière unique, ou de classe ouvrière tout court4. Sans les suivre jusqu’à nier la réalité du phénomène, nous apprécions l’accent qu’ils mettent sur l’intervention des détenteurs de pouvoir ou de savoir dans la création des documents que nous utilisons comme sources. Nous avons donc cherché, dans la réécriture récente de cet ouvrage, à prendre en compte leur mise en garde contre l’utilisation naïve de catégories construites en réalité par les longues guerres de classification5 qui ont abouti à définir quels salariés sont vraiment ouvriers, quels métiers sont qualifiés, quels rôles, masculins, et quelles caractéristiques, ethniques.

  • 6 Résumant la réflexion sur le sujet, L. Tilly distingue cinq étapes de l’action collective : “les in (...)

5Nous pensons que l’approche par “l’action collective”, permet de prendre en compte ces questionnements au moins en partie. Elle élimine la présupposition que les idéologies et formes d’organisation sont induites de façon linéaire et quasi automatique par des intérêts économiques, et permet de reconnaître une grande variété de cultures populaires et de pratiques militantes6. Nos questions sur la cohérence des activités de larges secteurs ouvriers et populaires, et sur les mécanismes de la polarisation entre modérantisme et radicalité, concernent donc l’action collective au XXe siècle vue sous ces deux angles.

Problèmes de méthodes : l’action collective au Havre entre 1912 et 1923 comme échantillon

6Nous avons étudié ces deux questions dans un cadre particulier qui détermine les apports et les limites des résultats de cette recherche : une ville, les pratiques des mouvements populaires et de la gauche politique, une douzaine d’années.

  • 7 Pour quelques exemples de la diversité de l’histoire sociale dans un cadre urbain, voir Sources I1. (...)

71) Précisons d’abord la nature des arguments fondés sur l’histoire d’une seule ville ou d’un groupe de villes7. Il est évident, dans notre cas, que la démonstration qu'un grand nombre de travailleurs havrais ont été révolutionnaires entre 1917 et 1923, infirme l’affirmation catégorique qu'aucune couche significative de travailleurs français n’a jamais été révolutionnaire au XXe siècle. Mais elle ne suffit pas à contrer un argument plus subtil que seule une minorité des travailleurs est jamais révolutionnaire, et cela pendant des périodes brèves et rares. En général, les études urbaines souffrent encore de la difficulté de comparer les faits documentés dans une ville aux mêmes faits dans une autre, ou avec les moyennes nationales. Des chiffres normalisés et comparables sont rarement disponibles. Rares sont les études à l'échelle d'un pays qui poussent l'analyse au-delà des généralités valables au niveau national, pour rechercher une synthèse des expériences particulières des villes et régions les plus significatives.

8Néanmoins, l’étude d'un cycle de radicalisation dans une ville permet de reconstituer les mécanismes moléculaires de la radicalisation ouvrière, ses causes, ses composantes, ses étapes, ses conséquences organisationnelles et son expression politique. Les éléments et tendances repérés peuvent alors être comparés avec leurs équivalents dans d'autres régions ou d'autres périodes, et intégrés dans un tableau national ou international, contribuant à étayer certaines explications ou à en écarter d'autres. L’histoire s’élève alors au-dessus de l’étude de la scène centrale des capitales et des moyennes nationales, incolores et souvent “réellement inexistantes”, pour s’enrichir de la diversité des croisements de tendances.

92) Notre travail porte sur le faisceau de pratiques situé entre les structures économiques, l’environnement social, et les dispositions culturelles d’une part, et les idéologies, les congrès et les dirigeants nationaux de l'autre. En raison de l'échelle de notre échantillon, nous avons pu mettre en parallèle, par exemple, des documents sur les syndicats, les grèves, les “menées subversives”, les partis politiques, l'activité industrielle et commerciale, et la presse. Ceci permet d’envisager la possibilité d’une logique commune aux différentes formes de l’action collective. Par contre, le caractère descriptif et narratif qui découle de la diversité des phénomènes examinés, ne nous a pas permis à cette étape du processus de découverte, d’isoler les mêmes variables pour tous les objets considérés, ou de suivre les variables d’un objet (comme une entreprise, ou un groupe de militants) sur une longue période.

  • 8 Voir L. Haimson et C. Tilly, eds., Strikes, Wars and Revolutions in an International Perspective. S (...)

103) Le choix des limites temporelles de notre étude appelle aussi un commentaire. D’une part, la concentration sur un moment trop court risque de donner l'illusion d'une “culture locale” statique, comme dans certaines études ethnographiques. D’autre part, le choix d’un cycle entier de changements structurels de l'économie, nous aurait contraint à réajuster l’échelle des faits étudiés au détriment de la finesse du maillage et de l’enchaînement des expériences particulières. Examinant l’action collective, nous avons choisi d'inclure un cycle entier de radicalisation, de la décrue de 1912-1914 à celle de 1923. Le fait que ce cycle inclue la Grande Guerre nous semble approprié pour le XXe siècle8. Une étude de cette période qui chercherait à isoler un processus sociologique pur, indépendant des grands événements mondiaux, par exemple en mettant la Grande Guerre entre parenthèses, aboutirait à une vision très partielle de la réalité.

11Enfin, signalons quelques éléments de notre histoire qui nous paraissent mériter des études plus amples dans un autre cadre. Le premier concerne l’implantation ouvrière du Parti radical entre les deux guerres. Nous avons relevé de multiples pratiques de clientélisme, ainsi que deux itinéraires individuels inverses, l’assagissement du dirigeant socialiste ou syndical qui devient radical, et le ralliement au mouvement ouvrier de la personnalité radicale au contact des luttes populaires. L’examen de l’évolution de la relation entre radicaux et ouvriers au Havre des années 1880 à la Deuxième Guerre mondiale contribuerait à une meilleure connaissance du radicalisme urbain à cette époque.

  • 9 Voir quelques travaux sur l’interface mouvement ouvrier-féminisme dans Sources II.A. 11.

12Une autre piste mène à l’action collective des femmes en dehors du mouvement ouvrier et sur des thèmes non liés au travail. On entr’aperçoit d’une part, un important mouvement suffragiste et de nombreux efforts de femmes des milieux aisés, souvent dans un cadre charitable, et d'autre part une continuité de la mobilisation des femmes des milieux populaires dans le cadre du quartier, s’exprimant par intermittence dans le mouvement ouvrier. Le phénomène attend d’être saisi dans sa globalité.9

  • 10 G. Noiriel souligne l’importance de l’histoire de l’immigration pour l'histoire de trance, et natur (...)

13Enfin, une étude de certains facteurs démographiques et socio-économiques enrichirait la compréhension de l’action collective. On pense notamment à la place de l’immigration bretonne au sein de la main-d’œuvre des diverses branches havraises avant et après la Grande Guerre, et à l’émergence d’une distinction entre immigrés belges et espagnols d’une part, et des colonies françaises, de l’autre, les uns bénéficiant de plus de solidarité internationaliste que les autres10. A cet égard, l'évolution du concept de “horsain” et sa relation à l’identité havraise appelle une recherche. De même, les variations du comportement syndical de groupes ouvriers appartenant à la même branche pourraient être suivies à la lumière de l’histoire d’entreprises particulières.

Diversité et cohérence des formes de l’action collective

14Ces précisions nous amènent à présenter nos conclusions sous la forme de réflexions sur quelques hypothèses d’histoire sociale à la lumière des résultats de notre recherche. Nous traiterons d’abord de la cohérence des pratiques ouvrières apparemment très diverses, puis de la bipolarisation du mouvement.

  • 11 S. Perlman, “A Theory of the Labor Movement” (1928), in S. Larson and B. Nissen, eds., Theories of (...)
  • 12 P. Stearns, Revolutionary Syndicalism. A Cause Without Rebels.

15De nombreux historiens nient ou minimisent la cohérence des diverses formes d’action collective regroupées artificiellement à leurs yeux sous la rubrique “activités de la classe ouvrière”. Déjà en 1928, pour Selig Perlman, fondateur de l’école d’histoire ouvrière américaine, la seule classe ouvrière est celle qui s’organise en syndicats, et s’exprime par le syndicalisme d’affaires pur et simple, qu’on appelle en France “à l’américaine”.11 Les partis politiques de gauche, le mouvement associatif et les utopies radicales et religieuses, par contre, relèvent des classes moyennes non salariées, et leur influence en milieu ouvrier découle de l’activité (néfaste, est-il besoin de le préciser) de pasteurs, d’intellectuels et autres agitateurs professionnels. La même idée d’une classe ouvrière “normalement” apolitique, voire libérale, se retrouve dans les théories qui attribuent les actes de violence collective à une réaction irrationnelle, archaïsante, contre la modernisation, et soulignent le caractère superficiel et passager des actes de solidarité. Sur le même fond interprétatif, Peter Stearns souligne le décalage entre la radicalité du verbe et la modération de la pratique majoritaire à propos du syndicalisme révolutionnaire français entre 1900 et 1914.12

16Nous avons trouvé dans le cas du Havre, au contraire, une forte imbrication de l’activité syndicale, politique et associative au sein d’une nébuleuse de pratiques. En effet, les groupements idéologiques (Gsh, Glh, Gch et mouvance meyériste), les votes, les délégations envoyées auprès des parlementaires et les manifestations de rue, conventionnellement classés dans le domaine du politique, expriment souvent des aspirations économiques, contre la vie chère, pour la journée de 8 h, pour l’aide aux chômeurs, mais aussi pour la victoire d’une grève visant une augmentation de salaire. A l'opposé, le mouvement syndical, conventionnellement classé dans le domaine de l’économique, agit sur des thèmes politiques, par la journée du 1er mai, par des grèves générales, tantôt minoritaires comme celles contre la guerre en 1912, tantôt majoritaires, comme celles en défense de Jules Durand, ou contre la répression en août 1922.

17Entremêlée aux branches syndicale et politique de cet ensemble, l’activité associative à base résidentielle affleure par moments dans l’action sur les marchés, les coopératives, certaines composantes des cortèges du 1er mai, les groupements autour des écoles laïques, l’organisation des quêtes pour la grève de 1922, les réunions de quartier, ou même le défilé de la victoire lors de l’élection du marin de la mer Noire, Rolland, à Graville. Les femmes de la communauté ouvrière et populaire semblent privilégier ce militantisme de proximité. Même les ouvrières du tabac, qui nous offrent un exemple de femmes fortement syndiquées, mélangent revendications salariales et maternelles à propos de la semaine anglaise et de l’allaitement de leurs enfants.

18Enfin, la séparation stricte de l’économique, du politique et de l’associatif, suppose une définition nette de la classe ouvrière sur des critères de fonction dans le processus de production. Dans sa version caricaturale, elle aboutit à convertir l’ouvrier manuel d’usine en prototype de la classe ouvrière. Or, nous avons trouvé que les frontières internes et externes de cette classe, telle qu’elle est définie par l’action collective, fluctuent au gré des luttes et des enjeux. Une femme peut-elle faire partie du collectif “ouvriers du port” et donc du cœur de la classe ouvrière ? Les voiliers et charbonniers répondent d’abord négativement, puis positivement, mais à contrecœur. Dans la métallurgie, cinq mille femmes sont invitées à se syndiquer comme ouvrières en 1918, puis, quand elles perdent leur emploi en 1919, privées du titre de chômeuses et reléguées au rang de ménagères. Les ouvriers belges et nord-africains sont tour à tour appelés à se joindre à la lutte ou condamnés comme main-d’œuvre en surnombre. Par contre, l’expérience de la guerre a rapproché les ouvriers qualifiés des ouvriers semi-qualifiés et manœuvres. L’Etat interdit la grève et la syndicalisation de certains fonctionnaires, et des associations professionnelles creusent le fossé entre la rudesse de l’ouvrier manuel et la dignité des employés de bureau, préparateurs en pharmacie, dessinateurs industriels, agents des hôpitaux. Mais l’élan de 1919-1920 emporte ces barrières. Le Parti radical revendique l’appellation contrôlée de syndicaliste, que l’Ush lui refuse. Des individus des classes moyennes sympathisent avec le mouvement de l’été 1922 parce qu’ils sentent que les grévistes se battent pour une cause plus large que la réduction de salaires des métallos. Tous ces phénomènes ont une logique commune qui trace le champ de l’action collective d’une classe qui a pris le nom d’ouvrière, même si beaucoup de ses membres ne sont ni des ouvriers de métiers, ni des prolétaires héréditaires.

19Par ailleurs, les relations entre les organismes de diffusion idéologique (grands dirigeants, partis, journaux, propagande de l’Etat, Eglise) et le petit peuple havrais ne sont ni directes, ni à sens unique. Les premiers diffusent des idées vers le second, qu’ils veulent convertir, mais ils s’inspirent ou s’adaptent à la culture populaire. De son côté, le petit peuple laisse parler, fait le tri, adapte ou rejette, s’engage ou s’abstient. Notre récit ne manque pas d’exemples de salles de réunion vides, de mots d’ordre ignorés, d’affluence imprévue, de troubles sur les marchés condamnés par les organismes syndicaux, de renversement de dirigeants ou de majorité dans les organisations ouvrières. Il nous montre aussi des politiciens et dirigeants syndicaux se battant pour l’étiquette syndicaliste ou donnant la parole aux “représentants de la classe ouvrière Certes, ces dirigeants cherchent à contrôler le discours de ces échantillons de “la base”, mais l'artifice devient de plus en plus difficile à maintenir quand on arrive à l’échelle de la succession routinière de réunions syndicales.

20L’Ush incarne l’imbrication des différentes expressions de la classe. Elle combine les fonctions de bourse du travail, de coordination intercorporative, et de tribunat de la plèbe. Véritable mouvement social, avec son journal pluraliste-collectiviste, ses meetings publics, ses manifestations, et ses vœux adressés aux candidats à l’élection municipale, elle intervient sur toutes les questions qui affectent ses mandataires cotisants et virtuels, c’est-à-dire la communauté ouvrière et populaire. Nous sommes conduits à abandonner l’idée d’une classe ouvrière aux frontières stables et bien définies, pour lui substituer l’image d’un champ de forces, aux limites floues et variables, dont les particules se rapprochent ou s’éloignent, voire se détachent. L’Ush englobe l’essentiel de la zone centrale dense, mais changeante, entraîne souvent la masse plus diffuse, et, parfois, avec une force variable et par intermittence, les autres composantes plus lointaines.

21Nous demandions dans l’introduction à quoi correspondait cette classe ouvrière alternativement glorifiée, décriée, cajolée et menacée dans les discours des militants et des gouvernants en 1919. Cette étude nous amène donc à répondre que le phénomène réellement existant consistait en actions collectives multiformes sous-tendues par une culture commune de justice sociale et de solidarité.

Bipolarité et contours précis de la scission dans le mouvement ouvrier

  • 13 A. Kriegel, Aux origines du communisme français, Flammarion : 1978, p. 423-439.

22Notre deuxième question concerne le processus qui aboutit à l’émergence, au niveau national, de deux grands partis se réclamant de la classe ouvrière et de deux confédérations syndicales. Quel éclairage l’expérience havraise donne-t-elle de cette question ? Le problème a surtout été traité du point de vue de la formation du Parti communiste. Rappelons brièvement le cheminement de la recherche sur ce point. Dans l’analyse des causes de la scission au niveau politique, la thèse d’Annie Kriegel reste incontournable. Privilégiant l’événementiel sans méconnaître les facteurs structurels, elle attribue la naissance du Parti communiste français à un “double accident” que n’annonçaient ni la relative modération de la secousse sociale en France, ni l’absence de véritables doctrinaires bolcheviques dans le Parti socialiste unifié. Ce parti avait retrouvé son unité en 1919 autour du soutien à la campagne revendicative de la Cgt et du désaveu des excès jusqu’au boutistes du temps de guerre. Sa tradition pluraliste, déjà mise à l’épreuve en 1906 et 1912, le prédisposait à gérer les divergences qui pourraient survenir. Enfin, aucun de ses principaux courants (reconstructionnistes, centristes et syndicalistes révolutionnaires) n’approuvait les thèses dites plus tard “léninistes” sur la guerre ou sur les rapports parti-syndicat, et la Troisième Internationale elle-même n’envisageait la scission que comme une option parmi d’autres. Ce n’est que la configuration particulière des événements au moment précis du Congrès de Tours qui peut expliquer la scission et la majorité communiste : après l’échec apparent de la voie parlementaire en novembre 1919, et celui de la grève générale en mai 1920, mais avant que la défaite de l’armée rouge à Varsovie n’ait “pleinement développé ses conséquences” et que la stabilisation des régimes européens ne devienne patente en 1922. La scission fut donc circonstancielle, et ce n’est que plus tard, dans les années vingt, qu’elle fut transformée, rétrospectivement, en événement fondateur d'une ère nouvelle.13

23Cette thèse avait l’immense avantage de rompre avec les interprétations qui attribuaient une sorte de prescience aux dirigeants respectifs du Pcf (parmi lesquels l’historiographie stalinienne distinguait Marcel Cachin) et de la Sfio reconstituée (Léon Blum), les uns préparant consciemment la voie au ralliement à un mouvement communiste dominé par le parti russe stalinisé, les autres rejetant avec clair voyance les premiers signes d’une soumission inconditionnelle à un parti étranger. Annie Kriegel restituait la grande diversité des positions en présence et le caractère expérimental ou contingent du choix de nombreux militants.

  • 14 J.-L. Robert, La scission syndicale de 1921. Essai de reconnaissance des formes, 1980, et “Ouvriers (...)

24Mais elle laissait en dehors du champ de son étude les causes de la scission parallèle qui s’opéra dans les syndicats, un an plus tard. Cette lacune conduisit plusieurs historiens, notamment Jean-Louis Robert, à tourner leur recherche vers la scission syndicale, et à rechercher les causes sociales plus profondes qui, sans rendre inévitable la cassure organisationnelle ni déterminer les frontières précises de la Cgt et de la Cgtu, avaient creusé un immense fossé entre deux grands courants.14 Ces travaux ont fait ressortir que l’orientation en faveur du Csr puis de la Cgtu des militants de 1920 à 1922 correspondait dans une large mesure à la participation aux grèves de 19171918. Or, la géographie des zones de force du Pcf en 1920 correspond à celle de la minorité Cgt. Plus généralement, l’option en faveur de la Cgtu et du Pcf correspond à un sentiment égalitaire, de fidélité aux principes socialistes, face à des élus et dirigeants syndicaux dont la condition matérielle semble s’être amélioré pendant la guerre. Tout en faisant la part des profondes différences de rythmes et de fonctionnement entre parti et syndicat, il faut bien reconnaître que le Pcf et la Cgtu se sont construits dans cette même culture militante. Ainsi, sans contester certains facteurs conjoncturels mis en avant par Annie Kriegel, cette école souligne le poids de la guerre et les racines sociales de la division.

25Considérons maintenant le cas du Havre à la lumière de ce débat. Il faut d’abord noter le profil particulier du mouvement ouvrier dans le port normand, qu’on le considère comme une anomalie par rapport à la moyenne nationale, ou comme une des variantes, en fin de compte assez fréquentes, du modèle français. Dès avant la guerre, le taux de syndicalisation et de grèves est élevé pour l’ensemble de la ville, et le syndicalisme révolutionnaire domine le mouvement ouvrier. Au plan politique, on trouve un parti socialiste bien plus faible que la moyenne nationale, et un parti radical fort, développant une orientation spécifique à l’égard du mouvement ouvrier. Dix ans plus tard, à la fin du cycle, en 1923, le Gsh est passé majoritairement au Parti communiste, comme dans la majorité des cas. Mais, déviations havraises, le parti radical continue d’obtenir les scrutins d’une très large majorité de la classe ouvrière (au détriment de la Sfio et du Pcf), et le centre de gravité de la scission se situe dans le mouvement syndical. Comme presque partout en France, syndicats à direction réformiste et syndicats à direction révolutionnaire se sont séparés, les premiers s’affiliant à la Cgt-rue Lafayette, les seconds à la Cgtu. Mais, autre particularité havraise, le courant syndical réformiste est très faible, et le courant syndical révolutionnaire est anarcho-syndicaliste, les pro-communistes ne représentant qu’une minorité de l'Ush-Cgtu. Trois éléments de ce résumé méritent d’être développés : l’ancienneté de la bipolarisation entre réformistes et révolutionnaires, la détermination de groupements particuliers chez les uns et les autres à obtenir la scission, et le “non-bolchevisme” doctrinal des seconds.

26La bipolarité réformiste-révolutionnaire remonte en effet assez loin. Certaines des fissures qui caractériseront les scissions de 1920-1922 se trouvent déjà en filigrane dans le mouvement avant la guerre. De 1912 à 1914, une aile s’affirme de plus en plus franchement réformiste : ce sont les guesdistes du Gsh (comme le conseiller municipal Le Chapelain), les socialistes indépendants alliés aux républicains de gauche (comme Jennequin) ou à Léon Meyer (comme Combes), et les associations professionnelles en dehors de la Cgt, comme les agents du service général à bord (asgb) et les enseignants. Mais cette aile est hétérogène et très divisée du point de vue organisationnel : minoritaire au sein de l'Ush, son centre de gravité se trouve dans l’activité électorale, et, dans la mesure où une volonté cohérente l’anime, c’est Léon Meyer qui lui fournit. Face à elle, la majorité, officiellement “révolutionnaire”, de l’Ush est en proie au désarroi : de nombreuses figures ont perdu confiance dans le syndicalisme révolutionnaire tel qu’il se pratiquait en 1906, et constituent une sorte de courant centriste en cours d’évolution. Du côté révolutionnaire, deux courants nettement marqués s’opposent à cette dérive. Une partie du courant allemaniste autour d’Hanriot dans le Gsh, et surtout les anarcho-syndicalistes du groupe des Amis de la Bataille syndicaliste et de la Vie ouvrière, bien implantés dans les syndicats du bâtiment, de la métallurgie, et des dockers. Le débat sur la menace de guerre brouille les cartes un moment, en introduisant la dimension pacifiste. Mais certaines des bases respectives des courants modéré et radical sont déjà reconnaissables.

27La guerre polarise ces constellations assez diffuses autour de deux pôles. Le pôle réformiste reçoit désormais une impulsion nationale en provenance d’Albert Thomas, au Ministère des Armements. Les syndicats havrais sont influencés par les activités parallèles du Sous-Secrétariat à la Marine marchande et du Ministère des Travaux publics, qui contrôlent respectivement les industries maritimes, ferroviaires et portuaires. Les commissions paritaires patronat-syndicat qui existaient à une petite échelle avant la guerre dans la marine marchande et le réseau Etat sont étendues et institutionnalisées pendant la guerre. Dans la manutention, les dirigeants dockers traitent avec les contrôleurs de la main-d’œuvre. A la fin de la guerre, les dirigeants des principaux syndicats havrais, sauf essentiellement les métallos et les terrassiers, s’intègrent à la tendance nationale de Jouhaux qui réclame plus de collaboration avec le gouvernement et les groupements économiques, et condamne les actions “irréfléchies” de la base. Enfin, ils subissent l'influence de courants réformistes, comme les trade-unions anglais, notamment au sein de la marine marchande, et les socialistes réformistes belges, dont le chef de file, Emile Vandervelde séjourne à Sainte-Adresse avec son gouvernement pendant une bonne partie de la guerre. Il y a désormais une véritable volonté réformiste, interne à l’Ush, sûre d’elle.

28Pour la constitution d’un pôle de radicalité aussi, la guerre est un moment décisif. En 1915 et 1916, par fidélité aux principes, quelques individus de l’Ush et du Gsh restent sur une position révolutionnaire, comme Parisot, Legrain et Genet. Mais dès 1917, le renouveau de l’agitation les amène à faire converger les diverses sources de mécontentement et de radicalité vers un pôle organisé, à prétention nationale, le Comité de défense syndicaliste et l’opposition cheminote. En 1918, ce pôle organisé s’affronte au pôle modéré, enhardi par le soutien des militaires, dans les syndicats des métallos et du bâtiment. Au Gsh, de nombreux militants se détachent de la vieille direction de Viandier et Leroux qui tente de mettre un frein à la combativité des métallos en 1917 et 1918, et, plus tard, oppose les coopératives à l’action directe sur les marchés. Malgré quelques accalmies dues à la répression, à l’attente de la victoire, et à la reconstitution des syndicats, ce schisme ne se résorbe pas.

29Après la guerre, le Comité syndicaliste révolutionnaire (Csr) s’appuie sur ces anciennes bases de la radicalité (bâtiment, métallos, cheminots). Le cas des dockers est particulier : en effet, les ouvriers du port ont peu fait grève pendant la guerre, mais le ressentiment à propos des sacrifices qu’on leur a demandés, la fin du régime militaire, et la volonté d’imposer de nouveau leur force sur les quais, les rapprochent du Csr. Celui-ci profite de la résurgence des luttes des dockers et s’étend au cours des grèves de 1919 et 1920, tandis que le Comité pour la Troisième Internationale progresse dans le Gsh à partir de militants influencés par les grèves de 1917-1918 et les actions sur les marchés. De son côté, le pôle réformiste maintient les anciennes bases modérées (enseignants, asgb, municipaux, une partie des métallos et des cheminots), et une nouvelle, qu’il a ajouté pendant la guerre, le syndicat des marins, animé par Montagne. Le cas du Havre nous montre donc une nette continuité entre les positions du temps de guerre, préfigurées en partie dès 1912, et celles des années 1920-1922.

30Cette bipolarité qui s’est affirmée pendant le conflit et aggravée dans les circonstances de l’après-guerre, ne rendait pas la scission inévitable à elle seule. Nous rejoignons Annie Kriegel sur ce point. Dans la région havraise, la cassure organisationnelle nous semble découler de l’action de deux groupements particuliers, l’un issu de l’aile modérée, l’autre de l’aile radicale. Au sein de l’aile qui suit Jouhaux dans la Cgt, et Renaudel et Blum dans la Sfio, certains dirigeants ont manifesté à de multiples reprises leur impatience de diriger le mouvement seuls, sans les “trublions”. Ils sont confiants dans leur capacité déjuger la situation avec réalisme, de négocier avec les autorités militaires ou les Ministères, d’obtenir des résultats dignes, et pressés de mettre en pratique leur alliance avec Léon Meyer. Alors qu’ils acceptaient leur position minoritaire au sein de l’Ush avant-guerre, Le Chapelain et Leroux tentent en 1917 de prendre en main le syndicat des métallos, puis après leur échec, de créer un syndicat scissionniste dans les chantiers navals en 1918. En 1919, parvenus à prendre la direction de l’Ush, ils excluent la Jeunesse syndicaliste de la Bourse du Travail et tentent, par l’intermédiaire de Dubois, de mettre un terme au débat dans le bulletin des syndiqués cheminots. Une fois Léon Meyer élu en décembre 1919, ils s’installent dans la collaboration avec le maire radical. Montagne amène ses marins gros bras” au congrès de Lille de la Cgt pour faire le service d’ordre contre les oppositionnels, et gère sa nouvelle Maison des gens de mer avec l’appui de la mairie et du Ministère. Il scissionnera de I’Ush en 1922, pour créer sa propre Union locale affiliée à la Cgt-rue Lafayette. Nous sommes ici en présence d’un courant local qui prend à cœur la tactique de la terre brûlée envisagée par Jouhaux et Albert Thomas pour la reprise en main de la Cgt : faire le vide d’abord, pour reconstruire après.

31De même, dans le camp de la radicalité, l’action des anarcho-syndicalistes, notamment ceux du Pacte, a accéléré les tendances scissionnistes tant dans le parti socialiste que dans les syndicats. En ce qui concerne le parti, on trouve au Havre des éléments, qu’on peut intégrer à l’analyse d'Annie Kriegel, qui souligne le rôle des nouveaux venus au parti : anciens combattants, jeunes militants syndicaux, femmes ayant participé aux activités de quartier, jeunes tout court. Parmi les anciens, les élus ont opté pour la Sfio, mais il faut relever que des militants expérimentés, notamment d’Harfleur, banlieue ouvrière, ou cheminots, restent au Gch et assurent la continuité avec l’ancien parti. Surtout, le processus a été dominé par la question des luttes sociales, notamment syndicales, et ce débat a été largement influencé par les anarcho-syndicalistes, directement, au sein du Comité pour la Troisième Internationale ouvert aux anarchistes de toutes tendances, et indirectement par les activités du Csr, à vocation syndicale. L'affaire est encore plus claire au sein de l’Ush, où de nombreuses tentatives de conciliation ont été vouées à l’échec par la conduite des anarcho-syndicalistes, successeurs de Legrain : campagnes contre Merrheim chez les métallos, affiliation de syndicats entiers au Csr. Ainsi, l’affrontement entre des réformistes déterminés à faire leur propre expérience, “sans perturbateurs”, et l'aile radicale, où les anarcho-syndicalistes du Pacte avaient suffisamment d’influence pour donner le ton à de nombreux débats, a conduit à la double scission.

32Enfin, le “non-bolchevisme” du pôle de radicalité est une particularité havraise intéressante du point de vue de l’histoire du mouvement ouvrier. Le Gch, tout en jouissant d’une réelle implantation chez les cheminots et quelques autres corporations, est resté minoritaire par rapport aux anarchosyndicalistes au moins jusqu’en 1936-38. Son influence dans les syndicats est portée par des militants Cgtu qui méritent plus l’appellation de procommunistes que de communistes, leur activité et leurs préoccupations étant plutôt centrée sur la Cgtu que sur le Pcf. Mais d’un point de vue plus général, la scission du mouvement ouvrier entre réformistes et révolutionnaires est perçue au Havre bien plus comme une scission du mouvement syndical, c’est-à-dire de l’Ush, que du parti socialiste. Les anarcho-syndicalistes obtiennent une large base chez les métallos, les terrassiers, les cheminots et les dockers. Les grandes questions autour desquelles les militants font leur choix concernent la politique d’Union sacrée pendant la guerre, la collaboration de classe, et la révolution russe. En ce qui concerne celle-ci, il faut souligner qu’il s’agit de la nécessité de la solidarité avec un grand soulèvement populaire et de la volonté d’émuler le système des conseils ouvriers (soviets), et non d'une subordination au parti bolchevique motivée par l’échec de la stratégie de grève générale. Il n’y a donc pas de renoncement doctrinal de la part des anarcho-syndicalistes, mais une évolution.

  • 15 On pourrait comparer Le Havre à d’autres villes où les anarcho-syndicalistes ont gardé une influenc (...)

33L'option de l'Ush en faveur du syndicalisme révolutionnaire et son rejet du syndicalisme de la Cgt-rue Lafayette sont validés et popularisés par le déroulement de la grève de 1922, à laquelle la confédération unitaire apporte un soutien enthousiaste alors que la centrale de Jouhaux se montre plus réticente. Entre 1924 et 1928, quand les divergences entre communistes et anarchistes conduiront les pro-communistes à scissionner de l’Ush, et I’Ush à quitter la Cgtu, la grande majorité des syndicats havrais, menés par celui des dockers, refusera de retourner à la Cgt-rue Lafayette, considérée comme réformiste et porteuse de divisions, et opteront pour l’autonomie. Si la volonté de maintenir l’unité corporative, que le ralliement à l’une ou l'autre des centrales pourrait mettre en danger, a certainement pesé dans leur choix, le sentiment que la division entre réformistes et révolutionnaires reste pertinente est primordial15. Cette permanence de la division, même après que les communistes soient écartés, souligne la profondeur de la différence de culture militante sur laquelle les scissions politique et syndicale se sont opérées.

Notes

1 A. Kriegel, Aux origines du communisme français, 1914-1920 (1969) et les études de R. Wohl, J. Charles, J. L. Robert, D. Tartakowsky, dans Sources 1I.A.10.

2 E. P. Thompson, La formation de la classe ouvrière anglaise, et, par exemple, sous son inspiration : J. Scott, The Glassworkers of Carmaux, et W. Sewell, Gens de métier et révolution : le langage du travail de l’Ancien Régime à 1848.

3 Voir le numéro spécial du Mouvement social sur les “Dynamiques ouvrières en Asie orientale” présenté par D. Hémery, no 173, oct-déc 1995.

4 La critique post-moderniste aux Etats-Unis est partie des disciplines littéraires, notamment des études de civilisation française, et s’est étendue à l’histoire sociale, par le biais de l’histoire de France. On trouvera une mise au point sur le débat dans L. Berlanstein, ed„ New Directions in French Labor History, 1993.

5 Le terme est de L. Portis dans Les classes sociales en France, 1988.

6 Résumant la réflexion sur le sujet, L. Tilly distingue cinq étapes de l’action collective : “les intérêts, l’organisation, la mobilisation, l’opportunité et l’action”. Voir Politics and Class in Milan 1881-1891 (1892), p. 125 ; l’ouvrage comporte plusieurs chapitres théoriques.

7 Pour quelques exemples de la diversité de l’histoire sociale dans un cadre urbain, voir Sources I1.A.6.

8 Voir L. Haimson et C. Tilly, eds., Strikes, Wars and Revolutions in an International Perspective. Strike Waves in the Late Nineteenth and Early Twentieth Centuries, 1989. De nombreux pays non-belligérants, comme l'Espagne ou le Mexique ont été affectés, ce que certains auteurs expliquent par les effets d’un retournement de cycle Kondratieff. Nous avons groupé des exemples d’études de cette période en Sources II.A.3.

9 Voir quelques travaux sur l’interface mouvement ouvrier-féminisme dans Sources II.A. 11.

10 G. Noiriel souligne l’importance de l’histoire de l’immigration pour l'histoire de trance, et naturellement l’histoire ouvrière (Le Creuset français). Voir Sources II.A.12.

11 S. Perlman, “A Theory of the Labor Movement” (1928), in S. Larson and B. Nissen, eds., Theories of the Labor Movement, 1987.

12 P. Stearns, Revolutionary Syndicalism. A Cause Without Rebels.

13 A. Kriegel, Aux origines du communisme français, Flammarion : 1978, p. 423-439.

14 J.-L. Robert, La scission syndicale de 1921. Essai de reconnaissance des formes, 1980, et “Ouvriers et mouvement ouvrier parisien pendant la Grande Guerre et l'immédiat après-guerre Histoire et anthropologie”, Thèse Etat, Paris I, 1989 ; D. Tartakowsky, Les premiers communistes français, Paris : FNSP, 1980 ; C. Willard, sld., La France ouvrière. Tl : Des origines à 1920, 1993.

15 On pourrait comparer Le Havre à d’autres villes où les anarcho-syndicalistes ont gardé une influence considérable dans le mouvement ouvrier et maintenu des unions locales autonomes, comme Saint-Etienne, étudiée dans K. Amdur, Syndicalist Legacy : Trade unions and politics in Two French Cities in the Era of World War One, 1986, et D. Colson, Anarcho syndicalisme et communisme : Saint-Etienne 1920-1925, 1986. Amdur souligne l’attachement à la tactique de grèves décidées localement, plutôt que par la Cgtu, pour expliquer la force de l’anarcho-syndicalisme à cette époque dans certaines branches.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search