Version classiqueVersion mobile

Dockers, métallos, ménagères : Mouvements sociaux et cultures militantes au Havre (1912-1923)

 | 
John Barzman

Cinquième Partie. La grève générale de 1922

Chapitre 3. Les conséquences de la grève de 1922

Texte intégral

1La fin de la grève des métaux clôt le cycle d’action collective que nous suivons depuis le ressac de 1912-1914. Bien que nous estimions que le conflit s’achève sans vainqueurs ni vaincus, nous interprétons la période du milieu des années 1920 comme un interlude où se mêlent abandons, remises en cause et nouvelle accumulation de forces, avant la grande vague de 1934 à 1938. C’est pourquoi nous avons choisi d’arrêter le récit détaillé en 1923 et de consacrer ce chapitre à l’examen du débat sur la grève du Havre, et à l’esquisse de l'évolution ultérieure de quelques acteurs.

Effets sur la théorie du Pcf et de l'Internationale communiste

  • 1 Situons ces groupes par quelques noms : la Gauche du Pcf de l’époque comprend Amédée Dunois, Fernan (...)
  • 2 P. Robrieux, Histoire intérieure..., p. 112. Voir aussi les ouvrages de A. Kriegel, K. Wohl, et D. (...)

2Les forces et faiblesses de la grève du Havre deviennent l’enjeu du débat qui oppose, d’une part, au sein du Pcf, la Gauche et le Centre du parti, et, d’autre part, au sein de la Cgtu, les syndicalistes communistes et les anarcho-syndicalistes1. Au Congrès de Paris du Pcf, qui s’ouvre en octobre 1922, à peine cinq jours après la fin du conflit, la conduite du parti pendant la grève est à l’ordre du jour.2 La Gauche reproche au Centre, qui se trouve à la tête du parti, de s'être insuffisamment impliqué d’un point de vue politique dans la direction de la grève. Elle prétend que le parti a été suiviste par rapport aux anarcho-syndicalistes en se pliant sans protester aux injonctions de ne pas s'immiscer dans la grève que lui adressaient certains dirigeants locaux, en n'avertissant pas les travailleurs de la duplicité du maire radical du Havre, et en ne s'opposant pas à la convocation d’une grève générale par la Cgtu le 28 août, pour le lendemain 29 août, sous la pression de la Fédération du bâtiment dirigée par les anarcho-syndicalistes. La gauche affirme que le parti a confiné son intervention dans les limites d'un soutien vigoureux et sentimental aux grévistes, sous la forme de dons d'argent et d’articles à fendre le cœur, mais toujours de l'extérieur, sans chercher à offrir des conseils sur la conduite de la grève. En outre, elle reproche à la direction de n'avoir rien fait pour obtenir des actions de front uni avec la Cgt et la Sfio en faveur des grévistes. Enfin, elle met en cause la conduite de Verfeuil, notamment ses articles favorables à Léon Meyer pendant la grève du Havre.

3Le Centre tend à reconnaître le bien-fondé de la plupart des critiques de la Gauche, mais objecte que la pratique proposée représente une nouveauté par rapport au modus vivendi avec la Cgt que le parti respecte depuis le temps de Jaurès. Pour lui, la relation parti-syndicat traditionnelle doit être redressée graduellement et non brutalement, si l’on veut éviter de casser le parti. Le Centre finit par accepter l’exclusion de Verfeuil et de certains dirigeants de la Droite qui s’estiment peu concernés par les décisions du Pcf, mais refuse la parité avec la Gauche dans les organes dirigeants, et prend la direction du parti seul. La crise se prolonge donc lors du quatrième Congrès de l'Internationale communiste, à Moscou en novembre 1922, au cours duquel les deux groupements du Pcf acceptent la médiation de l’Internationale communiste.

  • 3 Voir R. Wohl, French Communism..., p. 288 ; L. Trotsky, Le Mouvement communiste en France, 1919-193 (...)

4Trois Russes qui ont séjourné et milité en France comme réfugiés politiques et possèdent une expérience directe de son mouvement ouvrier, Trotsky, Manouilsky et Lozovsky, suivent les affaires françaises pour l'Internationale. Trotsky, nous l'avons vu, a même eu des discussions avec plusieurs dirigeants syndicaux et socialistes au Havre en 1915. En outre, le représentant du Comintern en France, le communiste suisse Jules HumbertDroz, les a tenus au courant du détail des événements.3 La commission française, puis le congrès tout entier, reprennent le débat engagé en France sur la question syndicale. Trotsky en particulier revient sur la grève du Havre et s'appuie sur un discours de Louis Jacob, membre du Pcf et dirigeant de la Fédération du textile, envoyé dans le port normand par la Cgtu. Voici ce que Jacob aurait dit, d'après Trotsky :

  • 4 Trotsky, “Rapport au 4ème Congrès mondial - 1er décembre 1922”, Le Mouvement communiste..., p. 228.

5“Le parti ne doit pas gêner l'action des syndicats et certains passages de la résolution du comité directeur ne peuvent qu'entraver cette action. Manouilsky est mal renseigné sur la grève du Havre : Frossard et Lepez ont dit que le parti communiste n'a pas fait son devoir dans la grève. Mais nous disons que le parti n'avait rien à y faire... ”4

6Trotsky répond d’abord à Jacob que toutes les grèves ont une dimension politique, en particulier quand elles sont longues, massives, deviennent générales et sont réprimées par la police et l’armée, sur les ordres du gouvernement, et avec l'accord tacite des politiciens bourgeois locaux. Le parti est donc concerné. De plus, le parti est mieux équipé que les syndicats pour juger la situation politique générale et les possibilités d'une riposte ouvrière nationale, par sa nature même d’organisme politique recrutant plus sélectivement que les syndicats. Il aurait donc dû élaborer sa propre opinion et offrir ses conseils au comité de grève et à la Cgtu.

7Le révolutionnaire russe ajoute que, pour donner des conseils utiles et efficaces, le parti doit être plus étroitement impliqué dans la maturation souterraine de la grève ; il aurait dû se préoccuper des questions économiques qui affectent les travailleurs, réfléchir aux problèmes syndicaux. A défaut de mener à bien ces préparatifs, le parti est conduit à une externalité par rapport à la grève, à une absence de contribution originale, au “suivisme” par rapport à la direction existante, et à des tentatives de surenchère contre les réformistes au moyen de dénonciations de leur hésitation à conduire la grève jusqu'au bout, sans toutefois proposer d’alternative concrète

8Trotsky affirme que la direction du Centre du Pcf n'a pas élaboré sa propre analyse de l'importance nationale de la grève du Havre et n'a pas mis les masses en garde contre toute confiance à Léon Meyer. Elle n'a pas activement recherché un front uni avec la Cgt et la Sfio, et a permis à la direction anarcho-syndicaliste de la Cgtu de gâcher les chances d'une vraie grève générale, appelée conjointement avec la Cgt, en riposte à l’assassinat des manifestants par la police au Havre. Le congrès mondial se prononce en faveur de ces thèses. Une partie du Centre du Pcf, dirigée par Cachin, accepte cet arbitrage. L'autre, dirigée par Frossard, démissionne du parti à son retour en France. La grève marque donc un tournant capital dans l'évolution du Pcf, et, d’ailleurs, de l’ensemble du communisme occidental.

  • 5 Voir Stratégie de la grève, Paris : FNSP, 1975, p. 30-36.
  • 6 C. Willard, dans Les Guesdistes, ne fait pas une caractérisation aussi tranchée de la position des (...)

9Le politologue Bertrand Badie, étudiant l’évolution de la conduite du Pcf dans les grèves, confirme que la grève du Havre de l'été 1922 a entraîné le Pcf vers une remise en cause profonde de son approche initiale, héritée du guesdisme d'avant-guerre.5 D'après Badie, qui ne suit pas Claude Willard sur ce point, les guesdistes jugeaient les grèves peu efficaces. Etant donnée l'imminence de la révolution, le parti ne devait pas y consacrer trop de temps, c'est-à-dire qu'il devait les soutenir de l'extérieur, moralement, financièrement et par sa presse, mais ne pas intervenir dans leur conduite. Par extension, les guesdistes rejetaient la grève générale comme une perspective fausse.6

10La tendance du Centre du Pcf, autour de Marcel Cachin, lui-même formé dans la tradition guesdiste, a hérité ce point de vue. En 1922, ses membres se sentaient d'autant plus sûrs de cette approche, qu'ils avaient assisté aux échecs des partisans de la grève générale, en 1906 quand la Cgt ne réussit pas à étendre les conflits du 1er mai, en août 1914 quand la grève générale insurrectionnelle contre la guerre ne se matérialisa pas, et en 1919 et 1920 quand les vagues de grèves du printemps n'aboutirent pas à des avancées nettes.

11L'autre composante du Pcf, celle qui venait des milieux syndicalistes révolutionnaires, ne remettait pas en cause cette relation extérieure du Pcf aux grèves, car dans la doctrine syndicaliste révolutionnaire classique, il était juste que le parti s'abstienne de participer à la direction des grèves et se confine à les soutenir du dehors. Ainsi, pour Bertrand Badie, une première phase de l'attitude du Pcf à l'égard des grèves peut se caractériser par la formule “méfiance et distance”.

12Après les expériences et la discussion de 1922, le Pcf commence à construire une stratégie de la grève plus élaborée qui devient la norme pour les partis communistes des pays capitalistes avancés. Badie a tiré de cette démarche léniniste, exposée pour la première fois au quatrième congrès mondial par Trostky, les prescriptions suivantes :

  • suivre attentivement les tendances économiques dans chaque branche d'activité, et leurs effets sur les relations professionnelles ;

  • identifier les aspirations des salariés dans les diverses entreprises ;

  • sélectionner, élaborer et exprimer les revendications clefs qui découlent de ces aspirations ;

  • offrir une direction aux grèves dans la détermination de leur moment, de leur étendue, de leurs méthodes d'action, de leurs alliés, etc. ;

  • détailler les leçons politiques de la grève pour les travailleurs, aux différents tournants de la grève ;

  • élargir le mouvement à toute la branche, à toute la ville ou à tout le pays, selon les besoins de la situation.

13Bertrand Badie poursuit en affirmant qu’une fois acquise cette capacité à s'intégrer aux grèves, le Pcf l’a utilisé pour les stimuler, les canaliser ou les freiner, selon les besoins de sa propre politique du moment, et selon la conjoncture économique.

14Il nous semble que Bertrand Badie exagère dans une certaine mesure la capacité du Pcf à contrôler, à modeler et à manipuler les grèves. Néanmoins, son exposé est tout à fait pertinent pour l'identification des différentes étapes de la grève, de l'émergence d'un mécontentement à la définition politique de l'issue du conflit. La grève du Havre de 1922 est probablement une bonne illustration de ce qu'il peut advenir d'une grève quand une organisation politique de transformation sociale physiquement présente se confine dans des limites strictes de non-ingérence. Par ailleurs, il est clair que cette discussion est un moment important de l’adaptation de la stratégie issue de la révolution russe à la France, et plus généralement, aux démocraties parlementaires avancées en dehors des périodes de crise révolutionnaire.

15Enfin, nous pensons utile de souligner quelques caractéristiques de la grève du Havre qui n’apparaissent ni dans la discussion de l’Internationale communiste ni dans celle de Bertrand Badie. D’abord, deux éléments de la force du mouvement : en ce qui concerne l’organisation de la grève, il faut relever que les Havrais ont mis au point un modèle de démocratie active, avec des assemblées générales de grévistes quotidiennes, un comité de grève élu et de nombreuses sous-commissions de volontaires. Ensuite, la culture militante de l’époque permettait à ce comité d’accepter les élus des ouvriers, en l’occurrence des anarcho-syndicalistes, des syndicalistes révolutionnaires plus tempérés, et des communistes, sans exclusive idéologique. Le fait que cette inclusivité reposait sur un engagement tacite des participants à éviter toute “politisation” du conflit et qu'elle a peu concerné les “réformistes” de la Cgt-rue Lafayette, n’altère pas la volonté affirmée de pluralisme.

  • 7 Voir, par exemple, les ouvrages de P. Spriano et G. Williams sur les grèves avec occupation d’usine (...)
  • 8 Les typographes du Havre publieront justement un quotidien de grève quelques années plus tard, à l’ (...)

16Par contre, des limites apparaissent en comparaison avec d’autres expériences françaises et occidentales de l’entre-deux-guerres.7 Le comité ne produit pas de journal de grève plus ou moins quotidien, et les nouvelles et analyses qu’il communique à la population doivent donc se limiter à ce qu’il peut inclure dans quelques affiches et tracts, et par le bouche à oreille à partir des assemblées générales.8 Cette absence est probablement liée au fait que la direction de la grève ne comprend que tardivement qu’il s'agit d'une épreuve de force nationale. Enfin, la tactique de l'occupation d'usine, pourtant déjà mise en œuvre dans les usines métallurgiques de Turin, en Italie, préfigurée au Havre par les grèves des bras croisés de 1918, et dont Le Havre aura la primeur en juin 1936, n’est pas utilisée en 1922.

Effets sur le terrain

17A un niveau plus pratique, la mémoire de la grève est cultivée dans de nombreux contextes. Plusieurs observateurs affirment que, malgré son incapacité à arracher des concessions salariales aux patrons de la métallurgie du Havre, elle a changé le climat des relations professionnelles en France. C'est l'opinion d'Ernest Lepez, dirigeant communiste de la Seine-Inférieure, dans son article marquant le premier anniversaire des morts du 26 août :

  • 9 Le Communiste du Nord-Ouest, no 16, 25/8/1923.

18“Mais cette grève, pendant le magnifique mouvement de solidarité qui s'est dégagé, a mis un coup d'arrêt aux réductions de salaire pour le prolétariat tout entier de ce pays. Depuis lors, le mouvement ouvrier a été revitalisé presque partout et la victoire a déserté le camp des patrons”.9

19Neuf ans plus tard, l’Ush émet le même jugement dans un article écrit à l'occasion du dixième anniversaire des événements :

  • 10 “Souvenons-nous !”, 28ème année, no 8, août 1932.

20“Ils espéraient que l'élimination des dirigeants syndicaux forcerait les braves grévistes à abandonner la lutte. Mais ici aussi, leurs espoirs ont été déçus. Le retour aux usines et ateliers n'eut lieu que deux mois plus tard. La victoire avait échappé aux grévistes, mais l'admirable résistance des ouvriers métallurgistes du Havre avaient brisé dans l'œuf l'offensive contre les salaires déclenchée par le tout-puissant Comité des Forges”,10

21La même impression de match nul se dégage de deux rapports du préfet Charles Lallemand. Dans le premier (20 mars 1923) il écrit :

  • 11 AN F1CIII-1 132. Rapports des préfets 1918-1924.

22“Au Havre, l'association des employeurs de la métallurgie devrait faire quelque chose pour améliorer l'impression fâcheuse qu'a laissée son intransigeance passée et le fait que les événements ultérieurs ont démenti ses prévisions pessimistes puisque l'inévitable crise qu’elle avait prédite n'a pas frappé la métallurgie havraise. Cette dernière fonctionne à un haut niveau et j'ai déjà indiqué que nous avons dû refuser une demande d'importer des travailleurs polonais. Ces cercles patronaux ne nous aideront pas à maintenir la paix sociale au Havre, et cela est tout à fait regrettable. [...] Heureusement, les profondes dissensions qui persistent parmi les syndicalistes, [...] entre la Cgt et la Cgtu, ont atténué le caractère menaçant du mouvement syndical. (Cela était très visible au cours de la récente grève des marins)”.11

  • 12 AN F7-13.030. Rapports des préfets et commissaires spéciaux, 18 décembre 1923.

23Neuf mois plus tard, en décembre, Lallemand résume la situation en disant que les électeurs évoluent vers la gauche tandis que les syndicats, bien qu'affaiblis par leurs querelles, attirent de nouveaux adhérents en raison du mécontentement à propos de la hausse du coût de la vie. Il indique que le port du Havre a été perturbé par une agitation constante, malgré la défaite du syndicat des dockers en décembre 1922 - janvier 1923, et malgré la croissance d'une organisation rivale, plus modérée, le Comité de défense des intérêts des ouvriers du port. Il signale aussi des grèves importantes chez les marins, couvreurs et typographes.12

24En somme, la défaite des métallos a apporté aux grandes entreprises de la métallurgie de l’estuaire de la Seine une occasion de se remettre de cinq années d’agitation. Mais elle a introduit un climat d'amertume dans les relations professionnelles et façonné une nouvelle génération de syndicalistes qui mènera une lutte prolongée jusqu'à l'occupation des usines de juin 1936.

  • 13 J.-P. Brunet, Saint-Denis, la ville rouge, 1890-1939, p. 254 ; P. Robrieux, p. 108, J.-P. Depretto, (...)
  • 14 Bernard Isaac, secrétaire de l'UD Seine-Maritime, Havrais d'origine, “La grande grève des métallurg (...)

25Au-delà du port normand, l'impact de la grève sur les rangs et la périphérie du Pcf apparaît dans plusieurs études. La base du mouvement manifeste un grand enthousiasme pour la solidarité avec les grévistes havrais au cours de l'été 1922. C’est un des grands moments de l'implantation territoriale du communisme à Saint-Denis et dans la fédération de la Seine (Paris et premières banlieues). Pour les militants syndicalistes pro-communistes du parti à l’entreprise, notamment aux usines Renault, c’est un exemple de ce que la Cgtu peut accomplir.13 Dans plusieurs régions de France, notamment autour de Rouen, dans le Nord et dans l'agglomération parisienne, l’effet est multiplié par la présence pendant la grève de grévistes havrais à la recherche de travail ou d’enfants de grévistes mis au vert, et, après la grève, par l’arrivée de nombreux anciens grévistes interdits de travail au Havre. Par ailleurs, chaque année L'Humanité commémore la grève et réitère ses leçons. Au Havre, le mouvement syndical organise des cérémonies du 26 août pendant plusieurs années après 1922. En 1923, la Cgtu délègue plusieurs dirigeants de premier plan (Julien Lepen, Maurice Gautier, Jean Bousquet, Louise Heuchel, Ferré et Cazals) et envoie quatre portraits géants des ouvriers tués par la police. Cinquante-sept ans plus tard, La Vie Ouvrière, devenue l'organe de la Cgt, rappelle encore l'événement.14

Au plan syndical, le pôle de radicalité domine

26Passons à l’évolution ultérieure des courants et acteurs, en commençant par le mouvement syndical. A moyen terme, cinq grandes tendances se dégagent dans les années 1920 :

271) affaiblissement des syndicats affiliés à la Cgt-rue Lafayette, 2) renforcement des syndicats affiliés à l'Ush, 3) hégémonie des anarcho-syndicalistes, 4) consolidation d’un courant syndicaliste pro-communiste Cgtu, et 5) autonomisation de l'Ush par rapport à la Cgtu jusqu'à la réunification de 1936.

281) Affaiblissement du modérantisme syndical. La Cgt-rue Lafayette et son représentant havrais, Montagne, n'ont pas joué un rôle dynamique dans les événements du Havre. Après avoir bloqué l'extension de la grève des métallos aux mécaniciens de la Transat en juin et juillet 1922, ils l’ont rejoint tardivement quand elle est devenue générale, le 21 août, s'en sont séparés précocement, le 23 août, mais ont dû y revenir de nouveau les 25 et 26 août. La centrale de Jouhaux a ensuite refusé de se joindre à la grève nationale appelée par la Cgtu le 29 août. La Fédération nationale des syndicats maritimes (Fnsm), un des fleurons de la confédération, a repoussé aussi longtemps que possible toute action contre le décret du gouvernement suspendant les 8 h dans la marine marchande, entravant ainsi une convergence explosive entre les grèves des métallos et marins.

  • 15 Voir T. Vigne et P. Louvard, op. cit.

29Pour cette attitude tiède, la Cgt-rue Lafayette paye un prix d'autant plus fort que le patronat maritime a abandonné l’orientation de collaboration de classe. Une série de scissions frappe les syndicats havrais qui lui restent fidèles, en particulier ceux des marins, des typographes, des traminots, des travailleurs municipaux et des postiers. Au cours de l'année 1922, des groupes de syndiqués de ces branches, en particulier dans les secteurs plus proches du travail industriel, quittent leur syndicat et adhèrent à l’Ush et à la Cgtu. Parmi eux, la minorité du syndicat des typographes réussit à consolider un nouveau syndicat au cours de la grève de l'imprimerie havraise de novembre 1923. Les deux syndicats (Cgt et Cgtu) établissent un comité de grève unifié qui publie quinze mille exemplaires de son propre journal quotidien pendant seize jours.15 La formation de ce nouveau syndicat Cgtu des typographes a donc un certain retentissement, mais il affecte une industrie qui ne regroupe que quelques centaines de travailleurs ; il en va de même pour les autres scissions, sauf celle de la marine marchande.

  • 16 Adsm 2Z87 : note du 9 mai 1923 ; Le Communiste de Normandie et Le Communiste du Nord-Ouest, 1922 et (...)

30Là, Montagne perd graduellement son influence sur une partie non négligeable des marins au cours des grèves de septembre-octobre 1922 et de mars-avril 1923, durant lesquelles il se heurte à Henri Julie, âme du syndicat des marins Cgtu. Julie a déjà figuré dans notre histoire en mai 1920, à la tête d'une grève des marins du Pacifique, pour laquelle il a été inculpé de mutinerie et emprisonné au Havre en septembre 1920. Une fois libéré, Julie est retourné à Marseille où il est devenu un dirigeant du Parti communiste parmi les marins. En septembre 1922, des hommes de main de la Fédération à Marseille lui ont tendu une embuscade et l’ont passé à tabac. Peu après, il arrive au Havre où il aide Quesnel (en tant que secrétaire de l'Ush) et Cocquerel (le marin combatif du Savoie arrêté le 26 août 1922) à mettre sur pied un syndicat Cgtu des inscrits maritimes.16

31Au printemps 1923, Montagne démissionne au profit de son bras droit, Jules Le Gonidec. D'après la police, ce dernier est alors séquestré par les inscrits maritimes Cgtu pendant que ceux-ci constituent un syndicat unitaire. Quoi qu'il en soit, ce nouveau syndicat prend de l'ampleur sous la direction de Julie et rompt l'ambiance de paix sociale qui a prévalu depuis le début de la guerre, par des grèves fréquentes à bord d'un ou de plusieurs navires.

  • 17 Tous les chiffres d'effectifs syndicaux dans ce chapitre concernent le nombre moyen mensuel de coti (...)

32Le déclin du syndicat de Montagne est visible dans l'évolution de ses effectifs. En 1921, syndicat unique des gens de mer, il comptait en moyenne 2 378 membres17. L'opposition à Montagne parmi les marins havrais, presque nulle pendant la guerre et jusqu'en 1920, était encore très faible en 1921. En 1922, elle fait déjà figurer 550 marins dans les statistiques de l'Ush, alors affiliée à la Cgtu. Au cours des premiers mois de 1923, ce chiffre s'élève à 1 200 cotisants. A la fin de 1923, la police rapporte que le syndicat de la Fnsm fonctionne à peine. Ainsi, la Cgt-rue Lafayette perd du terrain au profit de l’Ush-Cgtu, qui gagne une importante base dans la marine marchande au cours des années 1922 et 1923. Le pôle modéré continue d’exister, mais il s’est affaibli sur le plan syndical.

332) Renforcement d’un pôle large de radicalité, l’Ush. Deuxième grande tendance issue de la grève de 1922, la croissance de l'Ush atteint une telle ampleur que Le Havre reste un bastion syndical même après que la plupart des syndicats entrent dans une période difficile dans le reste de la France. En 1921, les syndicats de l’Ush qui s'affilieront un an plus tard à la Cgtu, pôle de radicalité syndical à l’échelon national, affichent un total de 4 936 membres (non compris, les groupes de marins et traminots unitaires qui scissionneront seulement en 1922 et 1923) ; en 1922, 6 770 (toujours sans les marins). Avec l'afflux des nouveaux membres après juin 1922, l’Ush est montée à un chiffre record de 8 604 membres au cours du deuxième semestre 1922 ; et de 9 154 membres si l’on inclut les marins qui rejoignent la Cgtu à cette date. Au cours des quatre premiers mois de 1923, la moyenne reste à 7 123 membres, ou 8 323 avec les marins.

  • 18 Les effectifs du Syndicat des ouvriers métallurgistes étaient de 241 en 1921 ; de 1 663 pendant la (...)

34La plus forte croissance syndicale est enregistrée chez les métallos, mais la poussée se manifeste aussi chez les tailleurs, cheminots et ouvriers du bâtiment (hormis les terrassiers) en 1922 et 192318. Les travailleurs du port et des textiles atteignent leur plus forte densité syndicale en 1922 et amorcent un léger déclin en 1923. Par ailleurs, plusieurs syndicats entièrement nouveaux, ou reconstitués, apparaissent à l'Ush en 1922 et 1923 : ceux des ouvriers boulangers, de la chimie et du verre. D'autres syndicats s’enflent un peu en 1922, pour revenir à leur taille antérieure ou un peu en dessous, comme ceux des terrassiers, gaziers et agents de l'équipement portuaire.

35Mais plus que cette croissance des effectifs, l'Ush bénéficie de son image de dirigeant effectif de la grève générale. C'est elle qui conserve la possession de Franklin, lieu hautement symbolique : lorsque les marins Cgt-rue Lafayette se rallient à la grève générale, ses membres s’y rendent pour assister aux réunions de l’Ush. C'est également à l’Ush que le maire, le préfet, les journalistes, les parlementaires et employeurs locaux s'adressent quand ils veulent dialoguer avec ce qu'ils appellent la classe ouvrière. Elle regroupe un éventail de syndicats suffisamment diversifié pour survivre aux reflux périodiques qui affectent une branche d'activité. Ainsi, dans la deuxième moitié de 1919 et en 1920, elle peut compenser la déflation du syndicat des métallos par l'expansion de celui des cheminots, qui jouent alors le rôle de “locomotive” du mouvement ouvrier. Après la défaite du rail en mai 1920, les marins puis les métallos prennent le relais. En octobre 1922, c’est le tour des marins et dockers. Enfin, l'Ush acquiert de nouveaux points d'appui dans les industries où la Cgtu prospère au niveau national, comme le pétrole et la chimie, l'alimentation, le bois et le textile.

36La grève confirme donc l'Ush dans son rôle d'expression de la classe ouvrière locale. L’Union incarne l'aspiration des travailleurs à l'unité de classe et à la transformation sociale. A plusieurs reprises, elle a manifesté sa capacité à diriger l'ensemble des couches populaires ainsi qu'à représenter les intérêts de la ville contre le grand capital centralisateur, tout en maintenant une orientation globale de lutte de classe. Le pôle de radicalité domine incontestablement la scène syndicale.

373) Profil idéologique anarcho-syndicaliste du pôle radical. Troisièmement, la grève de 1922 fait des anarcho-syndicalistes proprement dits la principale force politique présente dans les syndicats au Havre. La scission entre anarcho-syndicalistes et syndicalistes pro-communistes se fait en deux étapes. Les deux courants s'affrontent d’abord au sein de l’Ush, puis à travers la lutte entre l’Ush et une union locale rivale affiliée à la Cgtu.

38Les zones de force de l'anarcho-syndicalisme se trouvent dans les syndicats du port et du bâtiment. Au Syndicat du port, François, de tendance socialiste-coopérativiste, a cédé la place à Hervieu, Sénécal et Gilles, de tendance anarcho-syndicaliste, et, pour ne pas heurter la conviction des dockers que l'unité est essentielle pour résister aux employeurs, a renoncé à organiser un syndicat modéré du port, affilie à la Fédération des ports et docks de la Cgt-rue Lafayette. Dès que des frictions se font jour au sein du Sgop entre anarcho-syndicalistes et communistes, François revient à l’Ush-Cgtu et soutient les premiers.

39Mais les anarcho-syndicalistes se retrouvent à la tête d'un Sgop affaibli. En effet, entre 1923 et 1928, celui-ci subit la concurrence, d'une part, du Comité de défense des intérêts des ouvriers du port qui collabore avec l'Office du Travail créé par l’Uemop (employeurs) en 1914, et d'autre part et à une échelle plus réduite, d’un courant unitaire pro-communiste actif dans la section des camionneurs et celle des charbonniers. Ce courant quittera le Sgop et l’Ush pour rejoindre la nouvelle Union locale unitaire et la Cgtu. Néanmoins, le Sgop à direction anarcho-syndicaliste réussit à maintenir un certain rapport de force sur les quais et garde ses entrées à la mairie, ce qui lui permet de fonctionner tant bien que mal jusqu'en 1928.

  • 19 Voir J. Barzman, “The Transformation of Labor Relations in the Port of Le Havre 1928-1947” communic (...)

40A cette date, le syndicat unitaire des camionneurs reprend sa place au sein du Sgop, comme section. La même année, un courant en faveur de l'unité se dessine au sein du Comité de défense, et réussit à faire aboutir une fusion avec le Sgop. La nouvelle organisation unifiée est assez forte pour imposer à l’Uemop un accord qui exige que tout travailleur embauché sur le port adhère au syndicat. Ce principe se perpétuera tant bien que mal jusqu'au Statut des dockers de 1947, et sous diverses formes jusqu’à nos jours.19 Au travers de ces nombreuses péripéties, le syndicat reste dirigé par des équipes d'inspiration anarcho-syndicaliste, issues du groupement qui a pris la tête du syndicat en 1921 et imposé l'accord de 1928.

  • 20 J. P. Lousse, p. 80.

41Le Sgop sert de colonne vertébrale à l'Ush autonome jusqu’à l’unification de 1935. Dans l’ancienne génération, François, qui continue de militer jusque dans les années 1930, symbolise la continuité avec la tradition cégétiste d'avant-guerre. Dans la nouvelle génération forgée par l’expérience de 1917-1922, Jean Le Gall devient secrétaire du Sgop, puis remplace Quesnel à la tête de l'Ush, et conserve ce poste jusqu’à la réunification de 1935, et bien après. Comme le dit J. P. Lousse : “Qui contrôle le syndicat des dockers contrôle le mouvement ouvrier havrais”.20

42Les anarcho-syndicalistes gardent également la direction des syndicats du bâtiment et de la terrasse. Chez les premiers, Alliet représente la nouvelle génération qui prend le devant après la Grande Guerre, tandis que Parisot incarne la tradition combative d'opposition à la guerre qui fut celle des terrassiers entre 1914 et 1918. Il existe bien des minorités pro-communistes dans ces deux syndicats, mais elles ne réussissent pas à entraîner la majorité des adhérents dans les années 1920 et au début des années 1930.

43Le courant anarcho-syndicaliste dirigé par Jean Le Gall jouit aussi d’une implantation dans deux branches industrielles, l’usine à gaz et le textile, ainsi que dans plusieurs syndicats de métiers plus petits comme ceux des garçons bouchers, garçons boulangers, personnel des hôpitaux, et marchands des quatre-saisons. Par ailleurs, une section importante du Syndicat des métallurgistes, celle des mouleurs, quitte le syndicat général et adhère à l'Ush, pour échapper au contrôle de la Cgtu à dominante communiste. Enfin les travailleurs de la Manufacture des Tabacs optent pour la neutralité entre l'Ush autonome et l'Union locale unitaire.

444) Emergence d’un syndicalisme pro-communiste. Ceci nous amène au quatrième grand résultat des événements de 1922, la consolidation d'une audience de masse des syndicalistes pro-communistes dans plusieurs syndicats. Nous écrivons “pro-communistes” plutôt que communistes à dessein, car ces cadres syndicalistes ne sont souvent pas membres du parti. En réalité, le Parti communiste a bien moins d’influence que la Cgtu, qui sert d'unique source de formation politique, d'avis tactiques et de cadre du militantisme quotidien à la plupart des militants syndicalistes pro-communistes. En ce sens, malgré les tournants et les épurations, les relations entre le Gch et les syndicalistes Cgtu au Havre continuent de ressembler à celles de l’Ush syndicaliste révolutionnaire et du Gsh avant-guerre, relations inspirées par la doctrine allemaniste.

45Ces syndicalistes pro-communistes sont implantés surtout chez les cheminots et les métallos. Déjà avant-guerre, le syndicat des cheminots était plus influencé par les socialistes que par les anarchistes. Au cours de la guerre et de l'immédiat après-guerre, les socialistes opposés à la guerre se distinguent de nouveau, cette fois aux côtés des syndicalistes révolutionnaires. Enfin, pendant et après la grève de mai 1920 et au travers de la scission de la Fncf en 1921, les pro-communistes consolident leur influence. Les cheminots fournissent au Gch son premier dirigeant, Maurice Gâteau, et réussissent à maintenir en vie une cellule du parti à travers les années 1920 et 1930.

46L'ascension des pro-communistes au sein du syndicat des métallos est assez tardive puisqu’elle découle de la grève des métaux de l'été 1922. Le syndicat avait été reconstitué par des socialistes modérés en 1917. On a vu que ceux-ci furent mis en minorité en février 1918 par une direction plus combative, opposée à la guerre, composée non pas de socialistes de gauche, mais d’anarcho-syndicalistes comme Legrain et Coursolles. Quand Legrain quitte Le Havre en 1920, il laisse le syndicat entre les mains de Quesnel et Coursolles.

47Le changement de tendance ne se produit qu’en 1922, quand Quesnel assez enclin à rechercher la collaboration de Léon Meyer, est surpris par le déclenchement de la grève des métaux le 20 juin 1922. Parmi les militants à l'initiative de la grève, membres du comité de grève, animateurs de piquets et de manifestations de rue, et bien sûr parmi ceux qui sont arrêtés et emprisonnés après le 26 août 1922, la police repère de nombreux “communistes”. Par ailleurs, la Cgtu et le Pcf étendent leur champ d'intervention dans la dernière phase de la grève, puis dans la défense des emprisonnés, faisant une démonstration pratique de l'utilité de la solidarité ouvrière nationale devant les Havrais. Les effectifs du syndicat atteignent environ 3 000 membres au début de 1923, la plupart recrutées dans la foulée de la grève. C'est dans ce contexte que s’opère le changement de direction.

  • 21 J. Barzman, Entretien avec Louis Eudier.

48Lorsque les tensions s'aggravent entre anarcho-syndicalistes et procommunistes en 1923, Quesnel, à qui les rapports attribuent toujours un tempérament conciliateur, démissionne de son poste de secrétaire du syndicat des métallurgistes. Il est remplacé par Victor Le Guillermic, également anarcho-syndicaliste, mais apparemment moins populaire que Quesnel. Le nouveau dirigeant est rapidement remplacé par une série de militants procommunistes : André Gautier, frère d’Henri Gautier, puis Henri Gautier lui-même, puis Paul Lemarchand. En fait, toute une équipe de jeunes cadres de la Cgtu a été formée au cours de la grève de 1922, parmi lesquels, outre les trois déjà cités, Emile Deschamps, Louis Eudier, Odette Brière. Ils opèrent principalement dans le syndicat des métallurgistes mais sont tout aussi disponibles pour d'autres tâches militantes partout où la Cgtu a besoin d'eux, selon qu'ils sont licenciés d'un emploi, chômeurs ou réembauchés ailleurs.21

  • 22 Par la suite, Eudier devient secrétaire de l'Ush ; arrêté pendant l'Occupation et déporté vers un c (...)
  • 23 Voir entretien avec Michèle Gautier, sa fille, par J. Barzman.

49Mais les pro-communistes dirigent un syndicat dont l'existence est longtemps sporadique. Beaucoup de métallos qui ont adhéré au syndicat pendant la grève de 1922, ne renouvellent pas leurs cotisations au cours des années 1920, phénomène alors assez courant dans les grandes usines, en raison de la répression patronale, de la faible protection législative et de la nouveauté des conditions de travail. Seules quelques catégories d'ouvriers qualifiés se syndiquent plus durablement, notamment les mouleurs, mais justement leur section quitte le syndicat général en 1924 pour s'affilier directement à l'Ush. Le syndicat n'en reste pas moins présent et actif dans des conflits de moindre envergure. Ce n'est qu'en 1936, à l'occasion d'une grève qui remet Le Havre à la pointe du combat, qu’il franchira un seuil qualitatif et établira une organisation plus massive et durable. Cette transformation résulte de la première occupation d'usine de juin 1936, celle de Bréguet du Havre, animée précisément par un militant formé en 1922, Louis Eudier, qui devient alors le secrétaire du syndicat unifié des métallurgistes22. Issu de la même équipe, Henri Gautier devient trésorier de la Fédération des métaux de la Cgt unifiée23.

50Les pro-communistes dirigent aussi pendant les années 1920, les syndicats des travailleurs du pétrole et de la chimie, des ouvriers des lignes de la poste, des tailleurs, des coiffeurs, ainsi que les scissions des syndicats des travailleurs municipaux et des typographes. En outre, des groupements procommunistes militent au Syndicat des membres de l'enseignement laïque (Smel), affilié à la Cgtu, dans le syndicat des agents de la douane, dans les syndicats de Fécamp, et parmi les marins.

515) Vers l’autonomie. Dernière séquelle indirecte de la grève de 1922, les unitaires pro-communistes quittent l'Ush, et celle-ci quitte la Cgtu, consommant le choix de l’autonomie. Les pro-communistes essayent d'abord de faire valoir leur force syndicale au sein de l'Ush. Henri Gautier présente sa candidature à la tête de l'Ush, contre Jean Le Gall, plusieurs années de suite, mais en vain. En 1926, l'écart doctrinal et pratique entre, d'une part, les syndicats affiliés à l'Ush et dirigés par les anarcho-syndicalistes, et d'autre part, la Cgtu et ses campagnes, s'est creusé. En 1928, quand le Pcf et la Cgtu passent à une ligne dure dite de “classe contre classe”, Henri Gautier rassemble tous les syndicats dirigés par des pro-communistes pour établir une Union locale unitaire (UIu) affiliée à la Cgtu. Cette scission empoisonne leurs relations avec l'Ush qui interdit à l'Ulu l'usage de Franklin. L'Ulu du Havre ne prendra jamais de consistance, mais elle dotera le Parti communiste, de plus en plus stalinien, d’une structure Cgtu, qu’il utilisera pour mettre au pas cette confédération et éliminer un courant d'opposition de gauche communiste au sein de l'Union départementale (ou régionale) dirigé par Maurice Gautier, le cheminot ancien secrétaire de l'UD, et Victor Engler, secrétaire du syndicat des dockers de Rouen.

52De son côté, entre 1924 et 1926, l’Ush s’oriente vers une démarche de front uni, notamment sur des questions antifascistes, qui l’amène à collaborer avec la Cgt-rue Lafayette, la Sfio, la Ligue des Droits de l'Homme, les radicaux, et parfois, selon la ligne du Pcf, avec le Gch. Après cette date, Jean Le Gall se heurte plus directement aux pro-communistes. L’Ush cesse de reconnaître le droit de vote à certains petits syndicats proches de ces derniers, et finit par quitter la Cgtu en même temps qu’Henri Gautier constitue l’Ulu. Ce choix de l’autonomie rapproche l’Ush de plusieurs autres unions locales et fédérations qui se fixeront en dehors de la Cgtu et de la Cgt-rue Lafayette, et joueront un rôle important dans la réunification syndicale de 1936.

Au plan électoral, le pôle de modérantisme domine

531) L’âge d’or du meyerisme. Malgré leur évolution vers la droite, les radicaux conservent l'allégeance d'une majorité des électeurs populaires pendant toutes les années 1920 et le début des années 1930. Les critiques que Quesnel adresse à Léon Meyer à l'issue de la grève des métaux auraient pu être l'ébauche d'un divorce entre les travailleurs havrais et les radicaux. Mais Meyer réussit à entretenir sa base électorale grâce, notamment, au soutien tacite des dockers anarcho-syndicalistes et aux socialistes Sfio qui acceptent une alliance avec lui en 1923 et 1924.

  • 24 AN F7-13.018.

54De nombreux radicaux sont attirés par l’esprit de solidarité et la pureté de la quête de justice exprimés par la grève de 1922 (comme au moment de l'Affaire Durand). Ils forment au Havre une nouvelle aile gauche du Parti radical qui insiste sur la vocation de ce parti à être l'allié des travailleurs. Les deux membres les plus éminents de ce courant sont le juge De Kerambrun et Camille Salacrou. De Kerambrun, soutenu par la Ldh et le Gsh, met en cause la légalité de la conduite du préfet, du sous-préfet et des commissaires de police pendant la grève de l'été 1922. L'affaire est une source d'embarras pour Léon Meyer qui, au mieux, s'est contenté de détourner le regard au moment où les actes illégaux en question étaient commis. Par la suite, De Kerambrun se présente comme candidat radical indépendant dans le 4ème canton, où il réussit pendant un temps à mettre les communistes en échec.24

55De son côté, Meyer réussit à regagner la faveur de certains cercles ouvriers. Sentant qu'il doit rehausser son image de défenseur des syndicats, ternie par l'intervention des forces répressives, il se décide à critiquer le préfet et engage une procédure judiciaire contre l'action du gouvernement pendant les journées d'août 1922. De même, il ajoute sa voix à celles qui demandent la révocation du commissaire de police Artigues. Meyer et l'ensemble du Parti radical maintiennent ce cap à gauche pendant la préparation des élections législatives de 1924 qui se déroulent sous le signe de l'affrontement du Bloc national et du Cartel des Gauches, alliance électorale des radicaux et de la Sfio.

56En mai 1923, des élections partielles ont lieu pour remplacer les sièges laissés vacants par la mort de Jules Siegfried et d'un autre député. René Coty, l'avocat havrais qui deviendra président de la IVème République, est considéré comme le favori à la succession de Siegfried et jouit du soutien du centre et de la droite havrais. Cependant, bien qu'il n'ait en face de lui aucun concurrent sérieux, Coty obtient un résultat médiocre au Havre au premier tour (25 %). Il est clair que de nombreux électeurs n'ont pas voulu voter pour lui. Meyer sent l'occasion et décide de se présenter au second tour. Le Pcf fait de même en désignant le mutin de la mer Noire, André Marty, et le cheminot de Sotteville, Maurice Gautier, comme candidats. Quant aux socialistes, engagés sur la voie du Cartel des Gauches, ils ne contestent pas la candidature de Léon Meyer.

57Meyer reçoit la majorité des voix dans tous les cantons du Havre, l'opposition se reportant sur Coty dans les quartiers bourgeois, et sur Marty dans les quartiers populaires. Le maire se retrouve au Palais Bourbon pour la première fois. Sa position est désormais imprenable. Il sera réélu député avec une majorité encore plus large en 1924. Quand le gouvernement du Cartel des Gauches est formé, il obtient que le préfet de la Seine-Inférieure, Charles Lallemand, et le commissaire de police du Havre, Artigues, soient remplacés. Enfin, Meyer consolide son influence dans les milieux d’affaires havrais lorsque plusieurs gouvernements radicaux lui confient le portefeuille de Ministre de la Marine marchande.

  • 25 Voir J.-P. Lousse, p. 167 et 168.

58J.-P. Lousse avance plusieurs facteurs pour expliquer le succès de Léon Meyer.25 Premièrement, le leader radical serait passé maître dans l'art de l’ambiguïté et pouvait donc se targuer de soutiens aussi bien à gauche qu’à droite. Pour la gauche, il était anticlérical et l'ami des syndicalistes, pour la droite, le rempart le plus sûr contre l’extrémisme ouvrier et le communisme. Deuxièmement, Meyer aurait su obtenir l'appui de nombreuses institutions, de la loge des francs-maçons aux associations locales d'employeurs, et surtout, du syndicat des travailleurs du port et de l'Ush, dont la dénonciation de la politique partisane nuit au Gch et au Gsh, et profite au maire. Troisièmement Meyer serait resté longtemps populaire en raison de sa bonne gestion des affaires de la ville.

  • 26 Formule utilisée par le Gouvernement provisoire à la Libération pour désigner Vichy.
  • 27 Voir C. Brassy, “Léon Meyer”.

59Quoiqu’il en soit, Meyer est réélu maire du Havre régulièrement jusqu’en 1936. En juin 1940, il est évacué vers la zone non occupée et ses fonctions assurées par intérim par une commission autour du conseiller municipal doyen d’âge, Pierre Risson, d’abord assisté du Président de la Chambre de Commerce, Hermann Du Pasquier. En 1941, “l’autorité de fait dite Etat français26” remplace Léon Meyer comme maire du Havre en liaison avec l'adoption des lois antisémites. Vichy confirme d'abord Risson pour quelques mois, puis à la mort de celui-ci, en septembre 1941, choisit Pierre Courant comme maire du Havre et le maintient à ce poste jusqu’à ce qu’il soit déposé par le Comité de Libération en septembre 1944. Entretemps, Léon Meyer a été arrêté par les forces de Vichy en février 1944 et déporté en camp de concentration. Il survit, tente un retour à la politique après la guerre, mais ne reçoit qu'un très faible pourcentage des voix.27 Le pôle de modérantisme, en l’occurrence les meyeristes, a donc dominé l’expression électorale des milieux populaires jusqu’à la Deuxième Guerre mondiale.

602) Les socialistes Sfio à l'étroit entre le meyerisme et le Gch. La force électorale des radicaux s'est maintenue aux dépens de celle des socialistes. Tant aux élections législatives de 1923 (partielles) qu'à celles de 1924, les socialistes décident de ne pas se présenter pour soutenir Léon Meyer. Leur propre force décline au cours des élections ultérieures, malgré diverses tentatives de Gustave Descheerder de réaffirmer l'existence indépendante de la Sfio. Les socialistes sont pris en tenaille dans leur électorat traditionnel des milieux populaires, entre la popularité de Léon Meyer, l'efficacité syndicale des anarcho-syndicalistes, et le noyau dur des électeurs et militants syndicaux communistes. En 1928, la Sfio ne recueille que 1,53 % des voix dans la première circonscription du Havre et 2,57 % dans la deuxième. Malgré une remontée en 1936, elle ne deviendra pas le principal parti de gauche au Havre.

613) Première base du Gch. Les événements de la Grande Guerre et de l'après-guerre ont suscité chez de nombreux Havrais de gauche une méfiance à l'égard des organisations réformistes, qui ouvre un espace pour le développement du communisme. Le rôle des communistes au Havre et en France au cours de l'été 1922 leur permet de recruter une nouvelle génération de militants ety de stabiliser une influence de masse autour de leur parti, qui devient le principal concurrent des radicaux à gauche.

62Nous avons montré comment la majorité du vieux Gsh avait accepté la transformation du Parti socialiste en Parti communiste, et comment, rebaptisée Groupe communiste havrais, elle a battu la Sfio et les radicaux dans le 4ème canton aux élections de mai 1922, en présentant le marin havrais Roger Rolland. La bonne performance électorale du Gch dans le 4ème canton se confirme en 1923. En effet, le préfet invalide l'élection de Rolland en 1922, et annonce une nouvelle consultation un an plus tard. Cette fois-ci, le Pcf présente Jean Marty, au nom de son frère André, marin de la mer Noire comme Rolland, mais non havrais. Le horsain Jean Marty remporte aisément la victoire avec 57 % des voix, mais le préfet invalide de nouveau l'élection. C'est alors, à la troisième élection que le dissident radical, De Kerambrun, se présente et obtient la majorité. Néanmoins, le Pcf a pu consolider une base électorale dans les 3ème et 4ème cantons, qui lui apportent désormais entre 10 % et 15 % des voix du Havre dans son ensemble.

63Le nouveau Gch combine alors une certaine continuité avec les anciens militants du Gsh, un fort courant de sympathie chez les métallos et cheminots, et une influence de quartier non négligeable. Ces atouts fournissent un champ d'action favorable aux membres actifs du parti. Le noyau fondamental du communisme havrais des années 1930 se forme entre 1919 et 1922 dans la jeunesse : d'abord dans la Jeunesse syndicaliste, puis dans la Jeunesse communiste et enfin parmi les militants de la grève de l'été 1922. Nous en avons décrits certains dans le passage précédent sur la situation syndicale. A ce noyau de jeunes ouvriers qui deviennent les cadres de la Cgtu, s'ajoute une composante d'instituteurs, actifs dans le Smel et la Cgtu, parmi lesquels René Cance, futur maire du Havre, et Paul Briard, qui s'alignera avec l'Opposition de gauche au sein de la Cgtu et du Pcf.

64Pendant les années 1920, l'organisation du Pcf au Havre n'est pas parfaitement distincte de celle de la Cgtu, surtout dans les branches où la Cgtu est le syndicat dominant. Les cellules communistes de cheminots et de métallos semblent avoir été en réalité des comités d'animateurs de la Cgtu. Il s'agit probablement moins d'un phénomène d'infiltration du mouvement syndical par le Parti communiste que de la continuité d'un modèle d'activisme où l'activité syndicale prime sur l'activité de parti.

  • 28 AN F7-13.018. Voir aussi Jan Valtin, Sans patrie ni frontières, dans sa version anglaise (Out of th (...)

65Relevons aussi que pendant les années 1920 et 1930, le Parti communiste local a peut-être été affecté par le rôle du Havre comme grand port international se targuant de nombreuses liaisons avec l'Europe du Nord et l'Union soviétique, à une époque où les liaisons aériennes sont encore très rares. L'activité communiste parmi les marins a été très soutenue. Les registres de la police montrent que les navires à destination de la Russie et la compagnie soviétique de navigation Arcos étaient étroitement surveillés. Certains affirment que les cadres communistes havrais ont été mêlés aux opérations soviétiques ou du Comintern ; quoiqu'il en soit,, Le Havre était clairement un des centres communistes les plus internationalistes et, ce qui n’est pas forcément la même chose, pro-soviétiques de France, qui accueillit notamment un fort contingent de réfugiés de la guerre civile espagnole.28

66Le Pcf réalise sa deuxième grande percée au Havre en 1936. Après les années fastes de 1917 à 1923, il connaît une érosion ininterrompue de son influence électorale entre 1923 et 1932, comme dans le reste de la France.

67Mais en 1936, l’action d'éclat des militants ex-Cgtu dans l’occupation de l’usine Bréguet permet aux communistes de dominer l'Ush nouvellement réunifiée, au moins pour un temps. Ce regain d'influence syndicale trouve sa contrepartie électorale en 1937, en particulier dans le 3ème canton. René Cance bat alors Léon Meyer, dans ce qui a été son fief électoral depuis 1910, par 42 % contre 33,6 % des voix. Mais cet épisode fait figure de premier essai.

68Ce n’est qu’après la Libération que le Pcf dominera vraiment la gauche au Havre. Il succède alors au Parti radical et à Léon Meyer en tant que principal parti de gauche et principal bénéficiaire des voix syndicales. L’influence communiste dans l’Ush se confirme, en 1947, quand la Cgt se divise pour la troisième fois, et que les syndicats des dockers et des marins, où les anarcho-syndicalistes et autres non-communistes restent nombreux et influents, décident de rester à la Cgt dirigée par des communistes plutôt que de rejoindre la Cgt-Force ouvrière. En 1956 René Cance sera élu maire par une majorité relative ; mais de nouvelles élections organisées en 1959 éloignent les communistes de la mairie. Ce n’est donc qu’après les élections municipales de 1965 que commence le long règne du Pcf qui durera jusqu'en 1995. Ainsi, du tournant du siècle à la Deuxième Guerre mondiale, le pôle de radicalité du mouvement ouvrier a été réduit à la portion congrue dans le domaine électoral.

694) L’anarchisme politique. Quant au Groupe libertaire havrais, il demeure très actif et jouit de bonnes relations avec l’Ush autonome et le syndicat des ouvriers du port dans les années 1920 et 1930. Après la Deuxième Guerre mondiale, quelques anarchistes continuent cette tradition. Mais la majorité des anarcho-syndicalistes choisissent de suivre, dans certaines limites, la Cgt à direction communiste.

Notes

1 Situons ces groupes par quelques noms : la Gauche du Pcf de l’époque comprend Amédée Dunois, Fernand Loriot, Alfred Rosmer, Albert Treint et Paul Vaillant-Couturier. Elle est alliée aux groupes syndicaliste révolutionnaire et syndicaliste communiste de la Cgtu, animés notamment par Gaston Monmousseau, Pierre Monatte et Jean Tommasi. Le Centre du Pcf comprend Marcel Cachin, Ludovic-Oscar Frossard, Daniel Renoult, et collabore avec le groupe anarcho-syndicaliste de la Cgtu animé par Besnard, Sirolle, Totti et d’autres. A.

2 P. Robrieux, Histoire intérieure..., p. 112. Voir aussi les ouvrages de A. Kriegel, K. Wohl, et D. Tartakowsky cités dans Sources II.A.10.

3 Voir R. Wohl, French Communism..., p. 288 ; L. Trotsky, Le Mouvement communiste en France, 1919-1939. p. 203-217 ; J. Humbert-Droz, L'Oeil de Moscou à Paris ; et les textes de J. Charles, C. Gras et S. Wolikow cités en Sources II.A. 10, ainsi que B. Groppo, “Les origines de la politique syndicale de la Troisième Internationale (1919-19211)” Thèse Paris I, 1980.

4 Trotsky, “Rapport au 4ème Congrès mondial - 1er décembre 1922”, Le Mouvement communiste..., p. 228.

5 Voir Stratégie de la grève, Paris : FNSP, 1975, p. 30-36.

6 C. Willard, dans Les Guesdistes, ne fait pas une caractérisation aussi tranchée de la position des guesdistes.

7 Voir, par exemple, les ouvrages de P. Spriano et G. Williams sur les grèves avec occupation d’usines à Turin à la même époque dans Sources II.A.03.

8 Les typographes du Havre publieront justement un quotidien de grève quelques années plus tard, à l’occasion de leur grève. Voir T. Vigne et P. Louvard, “La corporation du Livre ou 130 ans d'histoire ouvrière au Havre”, Imprimerie française, supplément au no 135, mai 1981.

9 Le Communiste du Nord-Ouest, no 16, 25/8/1923.

10 “Souvenons-nous !”, 28ème année, no 8, août 1932.

11 AN F1CIII-1 132. Rapports des préfets 1918-1924.

12 AN F7-13.030. Rapports des préfets et commissaires spéciaux, 18 décembre 1923.

13 J.-P. Brunet, Saint-Denis, la ville rouge, 1890-1939, p. 254 ; P. Robrieux, p. 108, J.-P. Depretto, “Les problèmes posés par l'étude de l'implantation du Pcf à l'entreprise (1920-1936)”, in J. Girault, s.l.d., Sur l'implantation du Pcf dans l'entre-deux-guerres.

14 Bernard Isaac, secrétaire de l'UD Seine-Maritime, Havrais d'origine, “La grande grève des métallurgistes et des cordiers”, La Vie Ouvrière, no 1822, 1/8/1979.

15 Voir T. Vigne et P. Louvard, op. cit.

16 Adsm 2Z87 : note du 9 mai 1923 ; Le Communiste de Normandie et Le Communiste du Nord-Ouest, 1922 et 1923.

17 Tous les chiffres d'effectifs syndicaux dans ce chapitre concernent le nombre moyen mensuel de cotisants à dix timbres par an. Pour les périodes plus courtes, la formule est modifiée proportionnellement par une règle de trois. Les chiffres bruts proviennent des rapports annuels de l’Ush, tels qu'ils sont reproduits dans les rapports de police de la cote AN F7-13018.

18 Les effectifs du Syndicat des ouvriers métallurgistes étaient de 241 en 1921 ; de 1 663 pendant la deuxième moitié de 1922, malgré la grève ; et de 2 220 pendant les quatre mois de 1923. Ibid.

19 Voir J. Barzman, “The Transformation of Labor Relations in the Port of Le Havre 1928-1947” communication au 2ème Congrès international d’histoire maritime. Amsterdam-Rotterdam, juin 1996.

20 J. P. Lousse, p. 80.

21 J. Barzman, Entretien avec Louis Eudier.

22 Par la suite, Eudier devient secrétaire de l'Ush ; arrêté pendant l'Occupation et déporté vers un camp de concentration allemand, il sera député du Pcf en 1946. Voir Louis Eudier, Notre combat de classe et de patriotes 1934-1945, Le Havre Duboc, s.d. ; “Souvenirs de militant”, Cahiers de l'Institut Maurice Thorez, no 1, 1972, et l’entretien avec Louis Eudier, par J. Barzman.

23 Voir entretien avec Michèle Gautier, sa fille, par J. Barzman.

24 AN F7-13.018.

25 Voir J.-P. Lousse, p. 167 et 168.

26 Formule utilisée par le Gouvernement provisoire à la Libération pour désigner Vichy.

27 Voir C. Brassy, “Léon Meyer”.

28 AN F7-13.018. Voir aussi Jan Valtin, Sans patrie ni frontières, dans sa version anglaise (Out of the Night) qui accuse René Cance de liens avec la police soviétique ; Cance fit un procès contre les éditeurs et l'accusation fut éliminée des éditions françaises ultérieures.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search