Version classiqueVersion mobile

Dockers, métallos, ménagères : Mouvements sociaux et cultures militantes au Havre (1912-1923)

 | 
John Barzman

Cinquième Partie. La grève générale de 1922

Chapitre 2. Les grèves des métaux et générale de l'été 1922

Texte intégral

  • 1 Voir B. Badie, Stratégie de la grève.

1La grève des métaux du Havre de l'été 1922 sort de l’ordinaire par sa durée, son ampleur, et parce qu’elle aboutit à une grève générale de toute la ville pendant deux semaines. Par la suite, ses forces et ses faiblesses feront l’objet d’un vaste débat dans les mouvements communiste et syndical.1

  • 2 Il existe plusieurs récits de la grève, la plupart du point de vue de l'histoire locale et de la cé (...)
  • 3 A partir des sources suivantes : AN F7-13.018 “Surveillance Seine-Inférieure 1920-1926” ; 13.892 “G (...)

2Nous avons distingué quatre phases de la grève : la première, du 20 juin au 25 juillet, est celle de la mobilisation massive, confiante et optimiste ; au cours de la deuxième, qui commence après le refus arrogant par les employeurs d'une nouvelle proposition d'accord le 26 juillet, les tensions et la radicalisation augmentent progressivement ; la troisième du 20 août au 2 septembre, correspond à la grève générale contre l'interdiction des réunions et cortèges ; la quatrième s'étend de la fin de la grève générale à la rentrée des métallos à l'usine, après 110 jours, le lundi 9 octobre 1922.2 Notre étude mettra en évidence la dynamique de la grève, ses formes d'organisation et les moments cruciaux où les décisions stratégiques sont prises.3

Une grève massive et populaire : du 20 juin au 25 juillet 1922

3Rappelons le contexte : en juin 1922, le chômage persiste au Havre, mais certains établissements sont en expansion ; la production a commencé à se remettre de la récession de 1921, sauf dans la construction navale ; certains prix ont repris leur ascension au printemps 1922 ; plusieurs patrons ont annoncé leur intention de réduire les salaires et d'étendre la journée de travail.

4Le 20 juin, plusieurs établissements de la métallurgie décrètent en même temps que les salaires seront diminués de 10 % à dater du 22 juin. Il semble que la décision vienne des grandes sociétés comme Schneider et les Tréfileries, qui l'ont ensuite imposée aux autres employeurs pour éviter toute concurrence pour la main-d'œuvre qualifiée et non-qualifiée.

  • 4 Cela fait environ un par cent ouvriers. Les délégués sont : Limare, militant syndical communiste qu (...)
  • 5 AN F7-13.018 “Rapport du 5 juillet 1922”,
  • 6 No 69, 1er juillet 1922.

5La grève part des Ateliers et Chantiers (A&C) de la Gironde, ouverts en 1921 et agrandis en 1922. Environ mille ouvriers y travaillent, parmi lesquels plusieurs militants licenciés par le réseau Etat ou des entreprises métallurgiques. Lorsque la réduction de salaire est annoncée, les travailleurs élisent onze délégués qui contactent le syndicat pour lui demander d'agir de façon urgente4. Entre le 20 et le 24 juin, la grève s'étend à toutes les usines de la branche du Havre, le premier jour, sans que le syndicat ne l'appuie. Un rapport de police note que Quesnel s'oppose à une grève jusqu'au dernier moment.5 Nous savons par ailleurs que dans au moins une des grandes usines, la CEM-Westinghouse, les grévistes ne se conforment pas aux indications syndicales sur la question de la réduction de salaire, mais font circuler une pétition qui réclame que la réduction de salaire de 10 % soit différée jusqu'au jour où les prix baisseront de 10 %. Le Communiste de Normandie parle d'une “mauvaise méthode” mais salue l'action.6

6Le 21 juin, les ouvriers de toutes les usines sont invités à une assemblée générale à Franklin. Après des interventions de Quesnel et Coursolles, on vote l'appel à la grève dans toutes les usines du Havre et la constitution d’un comité de grève. Le lendemain, à mesure que le travail cesse dans de nouveaux établissements, une deuxième assemblée générale se tient pour élire les délégués. Nous n'avons pas trouvé d'informations sur le mode d'élection ou la composition exacts du comité. Les documents disponibles nous apprennent qu'il se compose à la fois de délégués d'usine, comme ceux des A&C de la Gironde, et de dirigeants syndicaux réguliers comme Quesnel et Coursolles. De plus, les délégués Cgtu envoyés de Paris et Rouen semblent avoir reçu au moins le droit de parole en son sein.

7Une fois établi, ce comité s'organise pour étendre la grève à toutes les usines de métaux. Chez Schneider-Harfleur, un premier groupe d'ouvriers quitte l'usine dès le premier jour et se voit licencié sur le-champ ; l'usine entière cesse alors le travail en solidarité avec lui. Tous les établissements importants entrent dans le mouvement : Normand, Forges et chantiers de la Méditerranée, Caillard, Tréfileries, etc. On envoie ensuite des piquets de grève vers les ateliers de taille plus réduite et vers les derniers travailleurs des grandes usines encore à leur poste, principalement les étrangers, le personnel de nettoyage, les techniciens et contremaîtres, afin de les convaincre de quitter leur poste. Dans la soirée du 24 juin, treize mille métallos sont en grève, c'est-à-dire l'ensemble de la force de travail sauf quelques personnels de direction.

8Le comité de grève transmet sa protestation contre la réduction de salaire au Juge de Paix, qui cherche à contacter la Chambre syndicale des Constructeurs, Mécaniciens, Chaudronniers et Fondeurs du Flavre. Celle-ci refuse toute négociation et explique sa position dans une affiche collée sur les murs de la ville le 26 juin. Le comité de grève répond aux arguments sur le coût de la vie et s'installe dans la perspective d'une grève longue.

Les grévistes s'organisent

9Pendant tout le mois de juillet, les métallos s'organisent pour veiller à la fermeture des usines et alimenter leurs familles. Malgré quelques départs vers d'autres régions du pays, leur objectif essentiel est de manifester leur détermination et le soutien de la population locale. Pour beaucoup d'entre eux, la lutte oppose tout Le Havre, y compris son maire, Léon Meyer, aux magnats du fer et de l'acier à Paris. Les efforts organisationnels de la grève sont intenses et pleins d'imagination.

10Le mode d'organisation fondamental est l'assemblée générale quotidienne. Celle-ci se réunit le matin autour de Franklin, trop exigu pour accueillir tous les participants, et l'après-midi, à la Forêt de Montgeon, en plein air, tirant parti du beau temps. Quesnel, Coursolles et d'autres membres du comité de grève, ainsi que les délégués de la Cgtu y prennent la parole. Les rapports de police estiment qu'entre 3 000 et 5 000 personnes y participent chaque jour. On y forme des équipes qui sont détachées à diverses tâches. Au début, les grévistes de Schneider et d'autres établissements d'Harfleur ont du mal à trouver un local pour se réunir parce que le maire d'Harfleur, Raoul Ancel, et les hommes d'affaires locaux craignent de déplaire au vrai maître de la ville, Schneider ; en fin de compte, un restaurateur prête sa cour et le maire autorise quelques réunions et cortèges.

11Les métallos défilent régulièrement dans les rues du Havre. Le 28 juin, les femmes et les enfants marchent en tête d'un cortège destiné à dramatiser les effets de la réduction de salaire et de la grève sur les familles ouvrières. D'autres manifestations ont lieu les 4, 6 et 11 juillet. Les dirigeants de la grève recommandent aux ouvriers de ne pas participer aux célébrations officielles du 14 juillet, jugées militaristes, mais de venir à la Forêt de Montgeon pour un pique-nique ouvrier. Le 16 juillet, les femmes prennent la tête d'une autre manifestation. Les principales cibles de ces cortèges sont le siège des associations d'employeurs et parfois les résidences des principaux entrepreneurs dans les quartiers plus luxueux.

  • 7 Entretiens avec Louis Eudier et Simone Labesse, par John Barzman.

12Le comité de grève met également sur pied des groupes qui vont établir des piquets devant les différents établissements, en particulier les lundis, jour où les retours au travail sont le plus à craindre. Ces groupes sont de toute évidence le produit de réseaux bien implantés dans les quartiers et établissements. Lorsque les assemblées générales ou les manifestations de rue se terminent à Franklin ou à la Forêt de Montgeon, trois ou quatre groupes de plusieurs centaines de personnes se forment et partent dans des directions différentes. De même, des témoins racontent que les grévistes quittent leurs quartiers respectifs en petits groupes et se rendent à pied au lieu de rencontre, discutant les faits du jour et chantant des chants ouvriers en chemin.7 Enfin, une nouveauté intéressante est l'apparition d'escouades de grévistes à vélos, qu'on envoie renforcer les points faibles du dispositif de la grève.

13Celle-ci jouit d'un très large soutien dans tous les secteurs de la population sauf le patronat métallurgique lui-même. Le monde du travail des branches autres que la métallurgie manifeste une forte adhésion à l'idée de solidarité ouvrière tandis que d'autres milieux compatissent pour les raisons les plus diverses. Le comité de grève peut ainsi organiser méthodiquement des quêtes dans la rue et au porte-à-porte chez les commerçants. Le nom des commerçants qui n'ont pas contribué est affiché au local syndical. Les contributions reçues par le comité sont les plus diverses : du pain remis par les boulangers, des coupes de cheveux gratuites par les coiffeurs, des consultations gratuites par un certain Docteur Daniel, des aliments par les épiciers, etc. Parmi les épisodes de soutien les plus remarquables, signalons une pétition accompagnée du produit d'une quête faite par les agents de la police municipale, la contribution d'un prêtre local, et les quêtes effectuées après chaque représentation des Folies Bergères. Les détaillants soutiennent ouvertement la grève puisque leurs affaires dépendent des revenus ouvriers.

  • 8 Hu 15/7/1922.

14On monte des soupes communistes pour nourrir les ouvriers. L'Humanité signale que quinze femmes du comité de grève sont responsables de nourrir 40 000 grévistes et leurs familles.8 Des points de distribution sont désignés et des rations calculées proportionnellement aux besoins. Le restaurant coopératif des cheminots, “L'Aurore”, offre de nourrir cinquante enfants. Le mouvement évoque une telle solidarité, que le maire accepte que les cantines scolaires fournissent des déjeuners aux enfants des grévistes. Enfin, vers la mi-juillet, le comité de grève commence à organiser “l'exode des enfants” : des foyers ouvriers à Rouen, Paris et dans le Nord recueillent des enfants de grévistes pour la durée de la grève ; l'accueil est organisé par la Cgtu et les municipalités à direction communiste.

  • 9 AN F7-13.018.
  • 10 Idem.

15Le comité de grève recommande que les métallos cherchent à s'embaucher dans d'autres branches et reversent une partie de leur salaire à la caisse de résistance. Il envoie également des délégations dans d'autres régions du pays, notamment le Nord, chargées d'obtenir des informations sur le niveau des salaires et les possibilités d'emploi des grévistes havrais. D’après la police, au 24 juillet environ 1 200 métallos ont quitté Le Havre pour travailler dans d'autres régions ; environ 2 000 sont rentrés dans leurs villages d'origine ; environ 600 travaillent comme journaliers sur le port et reversent 5 francs par jour, tandis qu'une centaine d'autres font d'autres travaux sur le port et dans le bâtiment, le tout avec la permission des syndicats concernés.9 D'autres syndicats havrais demandent à leurs membres des contributions pour la caisse de résistance. En tout, les travailleurs en lutte reçoivent environ 13 000 francs par jour pendant cette période, sans compter l'assistance municipale et les donations en espèces.10

16Le comité de grève est la direction réelle du mouvement. Il formule les revendications, répond aux offres d'arbitrage et aux arguments du patronat, et anime les activités quotidiennes. Il n'est pas facile de discerner des courants différents en son sein, mais sur la base de la trajectoire passée et future de certains dirigeants, on peut distinguer trois tendances. Quesnel, bien qu'aligné sur les anarcho-syndicalistes dans les querelles internes à la Cgtu, aime à mettre en avant le caractère respectueux de l'ordre, pacifique et raisonnable de la grève, et accorde une grande importance au soutien du maire, Léon Meyer. Il ne veut pas d’agitateurs extérieurs. D’après une note de police du 24 juillet, le comité de grève n'a toujours pas adressé de demande d'aide à la Cgtu nationale ; nous ne savons pas s'il s'agit d'une aide financière grâce à une quête d'envergure nationale, ou d'une grève nationale de solidarité, mais le fait souligne combien la stratégie de Quesnel se fonde sur l’opposition entre le peuple havrais et les capitalistes “horsains”, et donc sur le soutien non seulement du prolétariat, mais aussi des classes moyennes locales et de 1 administration municipale. Enfin, selon plusieurs observateurs, Quesnel exprime la volonté d'exclure “la politique” de la grève, interdiction qui affecte surtout le Parti communiste. Il est plus difficile de placer les autres dirigeants locaux. Coursolles et Le Guillermic sont proches des anarcho-syndicalistes ; Limare, Bunel, André Legall, Emile Deschamps, Henri Gautier, des communistes. Le 5 juillet, la police note que la conduite du Gch est guidée par une volonté d'auto-limitation et de noningérence dans les affaires strictement syndicales, ligne décrite sous le vocable d’unité de la gauche, qu’on peut rapprocher du modus vivendi décrit aux chapitres précédents, entre le Centre du Pcf et les anarcho-syndicalistes de la Cgtu.

17En ce qui concerne les principaux dirigeants envoyés au Havre par la Cgtu en juillet, Maurice Gautier de l'UD de Rouen, Ferré de la Fédération des métaux, et Richetta de la Fédération des textiles sont alignés sur les communistes et les syndicalistes révolutionnaires, tandis que Totti est proche des anarcho-syndicalistes. La grève éclate avant la fin du congrès de Saint-Etienne de la Cgtu, et les deux fractions engagent immédiatement une surenchère à qui soutiendra la grève le plus efficacement et fera preuve du plus d'esprit révolutionnaire.

Etendre ou ne pas étendre ?

18La grève du Havre de l'été 1922 se distingue des deux grands mouvements précédents de la métallurgie en juin 1919 et mai 1920, en ce qu'elle ne fait pas partie d'un mouvement national. Mais à mesure qu'il apparaît que les patrons de la métallurgie groupés dans le Comité des forges au niveau national veulent une épreuve de force au Havre, les forces syndicales et progressistes se posent la question de savoir quel type d'action elles peuvent mener en défense des travailleurs havrais. En fin de compte, la plupart des syndicats choisissent le soutien financier, dans des proportions très variées.

19Quand la grève éclate à la fin juin, elle menace immédiatement, pour des raisons techniques, de s'étendre aux branches textile et maritime. Les ouvrières et ouvriers du textile sont concernés parce que la même réduction de salaire de 10 % est appliquée à tous les salariés des Corderies de la Seine, qu'ils produisent des câbles métalliques ou des cordes de fibres végétales. Les ouvrières et ouvriers des autres établissements textiles craignent qu'une fois la mesure acceptée dans un établissement textile, elle ne soit mise en pratique partout. Vers la fin juillet, 200 ouvrières et ouvriers des Corderies Vasse se joignent au mouvement.

20La solidarité des gens de mer pose le problème le plus complexe parce qu'elle recoupe le conflit explosif entre la Cgt-rue Lafayette et la Cgtu. Montagne, le chef des travailleurs de la mer, vient d’établir formellement une Union locale affiliée à la Cgt-rue Lafayette, mesure perçue par la plupart des syndicalistes havrais, et notamment Quesnel, comme un grave coup à l'unité ouvrière incarnée par l'Ush. Quesnel, en tant que secrétaire de l'Union, s’est résolu à regrouper séparément un noyau de marins liés à la Cgtu, afin que l'Ush conserve au moins quelques bases dans le milieu maritime. Cette démarche n'est pas qu'une mesure de rétorsion organisationnelle, mais correspond à la désaffection croissante des marins à l'égard de la politique de collaboration de classe menée par leur Fédération, la Fnsm.

21La Transat possède un des principaux chantiers de réparation navale du Havre où elle occupe entre 800 et 900 métallos. Quand ces derniers quittent leurs postes, la direction tente de les remplacer par des marins-mécaniciens. Mais elle se heurte à l'équipage du “Savoie”, réputé très combatif, qui refuse de nettoyer les chaudières du navire, tâche habituellement exécutée par les chaudronniers et autres métallos, refus qui équivaut de fait à une entrée en grève. Comme la construction et la réparation navales sont étroitement liées aux compagnies de navigation, une grève de la marine marchande en solidarité avec les métallos pèserait efficacement sur les patrons constructeurs de machines marines. Mais Montagne et la Fnsm refusent cette perspective qui briserait définitivement leur entente avec les armateurs. Rivelli, le secrétaire de la Fnsm, se rend au Havre pour convaincre l'équipage du “Savoie” de reprendre la mer. Il y parvient en acceptant en contrepartie que le syndicat fasse une donation régulière à la caisse des métallos.

22Le conflit entre la Cgt-rue Lafayette et la Cgtu a également des répercussions dans d'autres syndicats. Une majorité des membres du syndicat des typographes havrais a voté d'adhérer à la nouvelle UL de Montagne. La minorité réplique en restant à l'Ush et en adhérant à la Cgtu. Ce nouveau syndicat Cgtu des typographes, dirigé par L'Enfant, joue un rôle actif dans le soutien à la grève, contribuant un franc par jour par adhérent. Le syndicat des tramways est également déchiré entre des sentiments de loyauté à l'égard de Montagne et à l'égard de l'Ush. Pour peser sur le débat, Quesnel et les métallos demandent à Montagne d'inviter Merrheim et Lenoir, dirigeants de la Fédération des métaux de la Cgt-rue Lafayette bien connus au Havre, à venir sur place exprimer leur soutien aux grévistes ; Montagne refuse.

  • 11 Idem. Notes des 10, 11 et 12 juillet 1922.

23Le 11 juillet, le comité de grève organise un grand rassemblement au centre du Havre, au cours duquel Léon Meyer prend la parole et approuve le caractère raisonnable des revendications de la grève. Vers la même époque, le comité de grève demande aux syndicats havrais des autres branches d'envisager une grève de solidarité plus large. Le syndicat des dockers débat de l'idée et décide que chaque membre contribuera un franc par jour. Au cours de la discussion, certains dockers rappellent que les métallos n'ont pas fait grève en solidarité avec le port en 1912 et 1913, et que le syndicat des métallos n'a pas entretenu une large base de cotisants réguliers.11 D'après les rapports de police, c’est après ce débat que les gens de mer choisissent de ne pas faire grève, arguant notamment de la décision des dockers. Les ouvriers de l’usine électrique sont également entrepris par les grévistes, mais en vain.

  • 12 Idem.

24Vers cette époque, Raoul Verfeuil, un membre éminent de la Droite du Pcf, couvre les événements du Havre pour L'Humanité. Verfeuil et Ferré, le représentant de la Cgtu dans le port normand, expriment alors des doutes quant à la capacité des grévistes à sortir victorieux de l’épreuve. Ferré émet même la suggestion que si les ouvriers retournent au travail, ils pourront continuer le combat en ralentissant la production dans l’entreprise. Le comité de grève vote contre cette proposition et Ferré la retire rapidement.12

25La question du rôle de Léon Meyer est également l’objet de controverses. Verfeuil intitule un de ses articles dans L'Humanité : “La grève est très populaire et juste, dit le maire du Havre” ; il affirme ensuite que Léon Meyer ne veut pas que les incidents du 1er mai se répètent et reconnaît que les grévistes ont raison sur la hausse des prix. L’article ne contient pas un mot qui suggère que les propos de Meyer soient à prendre avec réserves. Sa tonalité devient un sujet de débat au sein du Pcf car Verfeuil et la Droite du Pcf prône la participation du Pcf à une Union de la gauche qui inclurait la Sfio et les radicaux.

26Pendant ce temps, sur le terrain, les membres du Gch et des JC s'activent dans les tâches quotidiennes de la grève et gagnent l'estime des participants. Limare, Emile Deschamps, André Legall et Henri Gautier sont de plus en plus perçus comme des dirigeants de la grève, certes de second plan, mais connus.

27Les hésitations de Ferré et les articles de Verfeuil montrent donc que, bien que les communistes et leurs alliés au sein de la Cgtu participent pleinement au mouvement, ni la direction du Pcf ni celle de la Cgtu n’ont de ligne précise sur ses perspectives, méthodes et alliances.

28Enfin, malgré les décisions officielles de plusieurs syndicats de ne pas lancer de grèves de solidarité, la sympathie à l'égard des grévistes continue de s’étendre parmi les travailleurs du rang dans plusieurs branches. L'afflux des contributions montre que c'est le cas chez les dockers, marins, agents des douanes, gaziers, électriciens, et les ouvriers du textile et de l'alimentation. A la fin juillet, une petite entreprise chimique, L'Air Liquide, se joint à la grève. On reparle d'une grève des ouvriers du port.

Les positions se durcissent : 25 juillet au 20 août 1922

29La deuxième phase de la grève est marquée par l'impatience grandissante des employeurs aussi bien que des salariés. Les premiers font pression sur le Ministère de l'Intérieur afin d'obtenir qu'il intervienne plus vigoureusement. Les seconds augmentent leurs efforts de résistance. Il devient apparent que les enjeux de l’affrontement sont d’envergure nationale. Toutes les tendances du Pcf et de la Cgtu interviennent plus activement.

  • 13 AN F7-13.018.
  • 14 Voir la lettre dans HE 26/7/1922.

30Le changement d'ambiance suit le refus par le patronat d’une nouvelle proposition de médiation faite par les grévistes. Le 20 juillet, on se rend compte que la grève a déjà duré un mois entier. Le 22 juillet, on apprend que les métallos de Lille ont obtenu une convention favorable après un arrêt de travail de 67 jours.13 L'accord de Lille suspend la réduction de salaire et promet qu'aucun gréviste ne sera licencié. Le comité de grève du Havre entrevoit alors la possibilité que les employeurs modifient leur position, et rédige une lettre réitérant sa demande d'une procédure de médiation et proposant que les salaires restent inchangés pendant six mois, que la véritable situation des prix soit étudiée par une commission paritaire, et que les allocations du coût de la vie soient modifiées en conformité avec les résultats de l’enquête.14 De nouveau, Quesnel transmet la lettre au Juge de Paix qui la soumet à la Chambre syndicale des Constructeurs, Mécaniciens, Chaudronniers et Fondeurs.

  • 15 AN F7-13.018, Notes du 24 au 27 juillet 1922.
  • 16 Voir HE 26/7/1922.

31D'après les rapports de police, une majorité des entreprises métallurgiques est prête à accepter l'offre, mais dans la minorité se trouvent Schneider et Augustin Normand.15 Or ceux-ci sont parmi les plus gros employeurs du Havre, et sont rejoints par Lazard Weiler, propriétaire des Tréfileries et Laminoirs du Havre. Ces trois grandes sociétés pouvant réduire leurs commandes aux fournisseurs qui agiraient contre leur gré, les petites sociétés se plient rapidement à la volonté des grandes. L'association vote de refuser l'offre de médiation par une lettre arrogante qui confirme simplement la réponse initiale des employeurs du 24 juin 1922. Elle est signée par Tessandier, propriétaire des établissements Duchesne et Bossière et président de la Chambre syndicale.16

  • 17 Journal du Havre, 1/8/1922 ; AN F7-13.018 “Télégramme du Préfet à l'Intérieur du 31 juillet 1922” ; (...)

32Des rumeurs circulent selon lesquelles Schneider et ses alliés ont obtenu le soutien du puissant Comité des Forges, dirigé par le baron de Wendel, qui aurait demandé au Ministre de l'Intérieur de se donner les moyens de briser la grève.17 Les employeurs fondent leur demande sur la nécessité de protéger le droit de travailler, droit qui aurait été mis en danger par les sympathies du maire à l'égard des métallos et la passivité de la police municipale. Il semble que le préfet de la Seine-Inférieure aussi bien que le maire du Havre penchent encore vers la poursuite des efforts de conciliation, appuyés toutefois par des menaces de recours à la force contre les grévistes, tandis que le sous-préfet et le commissaire spécial préfèrent une intervention rapide et vigoureuse de la police et de la gendarmerie.

  • 18 AN F7-13.018 “Note du 26 juillet 1922”.

33Lorsque les grévistes apprennent le refus patronal et constatent le style dans lequel il est rédigé, ils décident qu'une grande manifestation de rue aura lieu le 27 juillet. Des incidents éclatent dès le 26 juillet tant en raison de l'attitude provocatrice des patrons que de l'impatience des ouvriers. Notons que le mois de juillet est la saison durant laquelle l'élite havraise migre de l'autre côté de l’eau, vers Deauville, pour l'ouverture des courses hippiques, ce qui donne une coloration particulière aux relations entre les classes sociales. Les rapports de police, contresignés par le sous-préfet et probablement destinés à justifier une intervention directe du Ministère de l'Intérieur, soulignent le changement d'atmosphère : “A partir d’aujourd'hui, c'est une nouvelle grève qui commence”.18

34Le principal incident dont la police et la presse se saisissent semble découler d'une démarche patronale, au mieux maladroite, au pire visant à la provocation. Tessandier, président de la chambre patronale et signataire de la lettre de refus, choisit de se faire conduire au poste de police proche de la gare au moment précis où plusieurs centaines de familles de grévistes, principalement des femmes, envoient leurs enfants par train vers des foyers étrangers dans le cadre de “l'exode des enfants”. A cet instant précis, Tessandier sort du poste, se rend à sa voiture où son chauffeur l'attend, pose une jambe sur le marchepied du véhicule, allume une cigarette et se met à contempler les grévistes. Il est rapidement entouré de femmes, qui le poussent, lui crachent à la figure et retournent sa voiture. Tessandier prend refuge dans le poste de police.

35Les autres incidents sont plutôt mineurs et se sont apparemment produits après la mésaventure de Tessandier. La voiture d’un ingénieur qui a continué à se rendre à son poste pendant la grève est renversée. Une autre voiture, stationnée devant le Casino, reçoit des coups. Des piquets bloquent l’entrée de quelques petits ateliers. Des manifestations se rendent devant les maisons de plusieurs employeurs. Certaines tentent de convaincre les ingénieurs chargés de la maintenance des machines dans les usines non-métallurgiques, de se joindre à la grève. Le plus souvent, des escouades de grévistes à bicyclette sont repérées lors de ces incidents. Pendant un temps, la grève menace de nouveau de s'étendre : la verrerie Tourres demande un renfort de police destiné à sa protection, tandis que 850 ouvrières et ouvriers de la raffinerie Desmarais cessent le travail un jour.

36Ces incidents sont magnifiés par une campagne de presse nationale qui réclame une intervention plus vigoureuse des forces de l'ordre. Le préfet et le maire demandent aux grévistes d'accepter une nouvelle tentative de médiation. En même temps, les employeurs font une vague promesse de considérer les revendications ouvrières, mais seulement après le retour de ceux-ci au travail.

37La presse annonce que la grève est sur le point d'aboutir à un accord et que les travailleurs se préparent à rentrer dans leurs usines le lundi 31 juillet. Ce jour-là, le comité de grève envoie des piquets renforcés aux portes des usines.

  • 19 Journal du Havre, 1/8/1922.

38Le conflit acquiert une dimension nationale. Quesnel avertit une assemblée générale que le Ministère de l'Intérieur veut casser Léon Meyer en faisant échouer ses efforts de conciliation ; que le Comité des Forges a envoyé une circulaire nationale à ses membres dans toute la France, leur ordonnant de ne pas embaucher de grévistes havrais, forçant plusieurs centaines de ceux-ci à revenir bredouilles de Blanc-Misseron, dans le Nord, où on leur avait promis du travail ; et que les sociétés d'origine havraise sont prêtes à discuter mais que les grandes sociétés parisiennes les en empêchent.19 Cette analyse est partiellement confirmée quand on apprend que le préfet a demandé au maire de lui rendre ses pouvoirs de police le 30 juillet, mais que le maire a refusé.

39En conséquence, les grévistes décident d’envoyer une délégation à Paris pour rendre visite au local de la Cgtu et demander des explications au Ministère de l’Intérieur à propos de la tentative du préfet de prendre le contrôle de la police havraise. Quesnel, Limare et Ferré se rendent à Paris, où ils sont rejoints par un autre dirigeant de la Cgtu, Julienne. Le Ministère de l'Intérieur leur répond qu'il n'a que suggéré une telle procédure, dans l'espoir qu'elle aiderait à résoudre le conflit.

  • 20 B. Vallet, p. 87.

40Plusieurs autres personnalités font des tentatives de conciliation. Le préfet tente une médiation qui est rejetée par les employeurs le 2 août. Une autre, lancée par le maire, est refusée par les grévistes le 9 août. Maurice Gautier, de l'UD de Seine-Inférieur, élabore une contre-proposition dont les termes stipulent que les ouvriers acceptent la réduction des salaires de 10 % mais obtiennent en échange une allocation du coût de la vie inversement proportionnelle à leurs salaires.20 Le maire repousse l’idée de Gautier pour manque de sérieux. Le 13 août, le préfet propose que les deux parties s’en remettent à l’arbitrage obligatoire d’une tierce partie. Les travailleurs acceptent mais les patrons refusent.

  • 21 “Une phase active de la lutte”, La Lutte des Classes, n° 8, 25/8/1922

41Entre-temps, le réseau de solidarité de la grève s'est étendu. Des musiciens et artistes donnent des concerts au bénéfice de la caisse de résistance. Le Pcf change de correspondant au Havre : Verfeuil est remplacé par des partisans de la Gauche du parti, Jean Tommasi, Maurice Chambelland et Guy Tourette. L'Humanité publie régulièrement des éditoriaux signés par le plus prestigieux dirigeant du parti, Marcel Cachin, appelant à soutenir la grève. La une du quotidien donne aussi chaque jour les résultats des quêtes entreprises par les syndicats et les municipalités. Alfred Rosmer souligne l'importance de la grève dans La Lutte des Classes, l'hebdomadaire des syndicalistes communistes, note qu’elle coïncide avec les grèves des ouvriers de Peugeot dans le Doubs et du textile dans la Vienne, et affirme qu’elle marque un début de reprise de la lutte de classe après l'accalmie de 1921.21

  • 22 Adsm 2Z39.

42Le Gch adopte un profil plus visible. Le 9 août, il convie la population à un rassemblement pour l'amnistie d'André Marty présidé par le père de Rolland. Environ 600 personnes y participent. Paul Vaillant-Couturier est annoncé, mais Tommasi le remplace. Les discours de Gâteau, Tommasi et Jean Bousquet, un nouveau délégué de la Cgtu, expliquent la nécessité pour les grévistes de tenir jusqu'au bout, et la séance se termine par une quête en faveur des grévistes.22

43La direction de la Cgtu s'efforce elle aussi de participer plus activement. Totti est remplacé par Jacob, de la Fédération du Textile Cgtu, lui aussi partisan de la tendance Cds anarcho-syndicaliste. Maurice Gautier et Ferré sont renforcés par Bousquet, ancien militant socialiste de Bordeaux et dirigeant de la Fédération de l'Alimentation Cgtu. D'autres responsables font des séjours plus brefs au Havre. Monmousseau, par exemple, intervient au meeting du 20 août, puis accompagne Quesnel à la tête d'une marche sur le local des employeurs.

44Ainsi, après deux mois de grève, les grévistes ne donnent aucun signe de découragement. Au contraire, les manifestations de solidarité se multiplient et une certaine radicalisation des ouvriers est perceptible.

Grève générale de toute la ville : 20 août au 2 septembre 1922

45A mesure que les métallos havrais reçoivent plus de soutien dans le pays, la perspective d'une capitulation des grévistes par épuisement s'éloigne. Le gouvernement commence à payer un prix politique sous la forme d'une polarisation de l'opinion ouvrière et de gauche autour de la cause des métallos havrais. A l'opposé, les quotidiens à grand tirage montent en épingle les actes de violence commis, la participation communiste croissante, et un nouvel argument, à savoir que les patrons ont déjà fait une concession parce qu'ils voulaient au départ une réduction des salaires de 20 % mais l'ont ramenée à 10 %. Le Comité des forges accroît sa pression sur le gouvernement en faveur d'une intervention en défense de la liberté du travail. Quant au préfet, Lallemand, après l'échec de sa proposition d'un arbitrage contraignant, il penche désormais vers une politique dure de répression.

  • 23 PH 21/8/1922.

46Le comité de grève prévoit deux défilés le 21 août 1921 : le premier parcourra les rues du Havre pour finir à la Place Massillon, l'autre, à la Brècque, près de l'usine Schneider d'Harfleur. Le maire, qui affirme avoir reçu des garanties adéquates que ces cortèges seront pacifiques, les a autorisés. Mais la veille de l'échéance, c'est-à-dire le 20 août, le préfet, Lallemand décrète qu'ils menacent la paix et prend des mesures pour ramener les pouvoirs de police du Havre et de sa région entre ses mains. Dans un “Appel à la population de la région du Havre”, il annonce que toute réunion, rassemblement, cortège ou autres manifestation ainsi que toute action visant à faire obstacle au droit du travail, sont désormais interdits.23 Des renforts de troupes sont dépêchés au Havre et la police est autorisée à veiller à l'application de l'ordonnance.

47Au même moment, le maire du Havre, Léon Meyer, fait apposer une affiche où il annonce qu'il rejette l'ordre du Ministre de l'Intérieur révoquant ses pouvoirs de police.

48La nouvelle du coup de force du préfet suscite la colère des travailleurs et du mouvement syndical. Les deux cortèges, celui de la Place Massillon et celui de la Brècque, sont annulés mais l'Ush se réunit et appelle à la grève générale contre l'ordonnance de Lallemand. Les syndicats du port approuvent la décision, assurant ainsi que la grève générale affectera presque toutes les branches de l'activité économique. Le syndicat des marins, déjà en pleine effervescence à propos d'une réduction des salaires et d'infractions à la loi des huit heures dans les transports maritimes, approuve aussi l'appel, emmenant dans l'action les autres syndicats de la Cgt-rue Lafayette.

49La grève est suivie dans presque toutes les branches le 21 août. Quelques syndicats se réunissent le 21 et décident d'agir le 22, date à laquelle la ville est presque complètement fermée.

  • 24 PH 23/8/1922.

50Le préfet Lallemand rend alors les pouvoirs de police au maire disant qu'il ne les a pris qu'en raison de la menace contre les ouvriers désirant travailler à Harfleur. Cela n'empêche pas les gendarmes de se déployer dans les rues de la ville, sur le port et devant les usines. Léon Meyer annonce qu'il est de nouveau en possession de ses pouvoirs de police et demande au conseil municipal un vote de confiance. Descheerder objecte que le maire prend en charge une responsabilité trop grande et qu'il risque de se voir blâmer pour les provocations policières et arrestations. François demande si la ville aura à payer les dépenses occasionnées par l'envoi des gendarmes au Havre. Meyer répond que non. Fouré demande au maire d'éloigner les gendarmes du Havre.24

51En fait, la présence de gendarmes qui dispersent brutalement les regroupements déclenche vite la colère populaire. Sans prendre gare aux gendarmes, la grève s'élargit encore les 23 et 24 août, touchant l'usine textile de Graville, l'usine à gaz, l'usine chimique de la Cfett, la scierie Humbert, les divers chantiers du bâtiment, les tramways, les garages, etc. De vastes groupes de plusieurs centaines de grévistes vont d'établissement en établissement pour faire débrayer les ouvriers, et se heurtent parfois à la police et à la gendarmerie qui tentent de disperser la foule.

  • 25 août 1922, PH25/8/1922.

52Le 24 août, le maire publie un nouvel appel annonçant qu'il a accepté la demande du préfet qu'il reprenne la direction de la police, et qu'il fera tout ce qu'il doit faire pour protéger les intérêts de tous. Le Petit Havre met les travailleurs en garde contre les extrémistes.25 La Chambre de Commerce se plaint qu'il y a trop de violations de la liberté de travailler. Les renforts de troupe continuent d'arriver, notamment sous le Général Duchesne.

  • 26 PH 25/8/1922 ; août 1922.

53En vain, car la grève générale tient bon. Le 24 août, entre 20 000 et 40 000 travailleurs ont cessé le travail.26 Presque tous les syndicats du Havre ont convoqué des réunions qui ont vu une grande affluence des adhérents. Les soupes communistes poursuivent leur œuvre. L'Ush et la Cgtu maintiennent l'appel à la grève générale même après que le maire ait repris le contrôle de la police le 22. Par contre, les syndicats de la Cgt-rue Lafayette (marins, traminots, typographes, certains postiers) annulent leur ordre de grève. Mais, face à l'extension du mouvement et à la multiplication des heurts avec la police, ils sont contraints de renouveler le mot d'ordre de grève pour les 25 et 26 août.

54La ville paralysée, de nombreux entrepreneurs havrais s’inquiètent de la possibilité que le commerce soit sévèrement atteint. Le 24 août, les trois principaux parlementaires du Havre, les sénateurs Jules Siegfried et Louis Brindeau, et le député Raoul Ancel, prennent l'initiative de rencontrer les employeurs à la Chambre de Commerce et les représentants ouvriers à l’Hôtel de Ville, pour trouver une solution. Siegfried adresse également au Ministère de l'Intérieur une demande d'aide pour dénouer la crise.

55Le 25, trois mille grévistes se rassemblent à Franklin pour faire le point sur le mouvement. Ils accueillent par des acclamations les membres des syndicats de la Cgt-rue Lafayette, venus annoncer leur décision de reprendre la grève. Le 26, le mouvement a trouvé un nouvel élan.

  • 27 Voir entretien avec Simone Labesse par John Barzman.
  • 28 Les quatre étaient : Georges Allain, Charles Victoire, Henri Lefèvre et Maurice Tronelle (blessé, d (...)

56C'est alors que le préfet décide de porter un coup décisif à la grève. Citant une série d'incidents qui ont eu lieu autour des usines et de Franklin, il ordonne à la cavalerie de charger la foule qui se presse sur le Cours de la République. Quelques travailleurs font mine de résister en lançant des bâtons et des pierres. Mais les gendarmes chargent tous les regroupements sans discrimination. Au cours d'un de ces engagements, des troupes se sentent encerclées et tirent sur la foule. Les travailleurs commencent à ériger des barricades à travers le Cours de la République. D’après un témoignage, des jeunes militants, notamment des femmes, distribuent des tracts aux soldats leur demandant de ne pas tirer.27 Au cours de la fusillade, trois personnes sont tuées et une gravement blessée28. La foule refuse de se disperser et continue d'occuper Franklin et les rues adjacentes jusqu'à tard dans la soirée.

  • 29 Parmi eux : Jean Ferré, de la Cgtu ; Jean Le Gall, des ouvriers du port et de l'Ush ; Limare, membr (...)
  • 30 Jean Bousquet, délégué de la Cgtu ; Guy Tourette, envoyé par L'Humanité et La Lutte des Classes ; J (...)
  • 31 Henri Quesnel, Auguste Hervieu.
  • 32 Limare, Bunel, Victor Le Guillermic, Viel, des métaux ; Joseph Perrault, Raoul “Baudoin” Lenôtre, d (...)
  • 33 Félix Bouvier, Fernand Mérueret, André Rioult, Madame Rioult. du Gch ; Henri Gautier des JC ; et He (...)

57Le même soir, le préfet Lallemand ordonne l'évacuation de Franklin par la force et l'arrestation d'une longue liste de dirigeants, probablement une version mise à jour de la liste utilisée pour les arrestations de mai 1920. La police appréhende certains d'entre eux le soir du 26 août au cours de la prise de Franklin29. Elle en arrête d'autres la nuit du même jour, chez eux et dans les jours qui suivent, notamment les délégués de la Cgtu et du Pcf envoyés au Havre30, des dirigeants des syndicats havrais31, des dirigeants de deuxième rang mais combatifs des syndicats des métaux, du port, ou de la grève, dont la plupart ont participé à l'ancien Csr32, et des militants communistes et anarchistes havrais33. Beaucoup d'autres sont embarqués pour atteinte à l'ordre public, entrave à la liberté du travail, etc. En tout, les forces de l’ordre ont opéré une cinquantaine d'arrestations et détiennent les victimes à la prison de la rue Lesueur au Havre, en attendant de leur communiquer les accusations retenues contre elles.

Photos de Franklin en août 1922

Photos de Franklin en août 1922

Débris et curieux devant Franklin après l'occupation du bâtiment à la suite des évènements du 26 août 1922

58La mort de trois personnes, les nombreux blessés, les attaques brutales contre les manifestants, l'occupation de Franklin par l’armée et l'arrestation des dirigeants pendant la nuit enragent le petit peuple havrais. Mais le manque de lieu de ralliement central, l'absence des principaux dirigeants, et l'interdiction des réunions et défilés rendent la riposte assez confuse. Les marins et typographes retournent au travail dès le 27 août, comme prévu avant la tuerie du Cours de la République. Mais dans l'ensemble, la grève générale continue. Le 27 août, environ 5 000 personnes se rendent à une assemblée générale à la Forêt de Montgeon où Gaston Monmousseau, le dirigeant de la Cgtu et Maurice Gautier, de l'UD, les appellent à poursuivre la lutte et à se retrouver tous les jours à la Forêt de Montgeon, puisque Franklin leur est désormais interdit. Le 28 août, l'assemblée générale élit un nouveau comité de grève et vote de maintenir le mot d'ordre de grève générale.

59Le centre de gravité du conflit se déplace au niveau national. Toute la presse ouvrière et de gauche condamne les attaques de la police et la suspension des droits syndicaux au Havre. Néanmoins, la riposte organisée est gênée par le fractionnalisme qui divise les anarchistes, la Cgt-rue Lafayette, le Pcf et la Cgtu.

  • 34 Le Libertaire, 25/8 au 1/9/1922.
  • 35 Idem, 1 au 8/9/1922.

60Déjà, lorsque la grève générale a démarré le 21 août, Le Libertaire a reproché au Pcf son intervention trop active dans la grève, qui aurait introduit la confusion dans l'esprit des partisans de la cause ; les anarchistes critiquent également la Cgt-rue Lafayette pour avoir aidé à canaliser le mouvement vers un soutien au maire du Havre.34 Cet article est le premier que leur hebdomadaire national consacre à la grève du Havre. Une semaine plus tard, quand les charges policières ont fait des morts, les anarchistes se divisent quant à la riposte appropriée. Le premier numéro de leur journal après l'incident contient un débat abstrait entre Han Ryner, qui prêche le pacifisme, la résignation et la pitié, et André Colomer, qui prône l’établissement “d'ateliers armés” comme solution.35

  • 36 Alfred Rosmer, “Grève corporative”, La Lutte de Classes. 5/9/1922.

61Le Pcf laisse à la Cgtu le soin d’organiser la riposte nationale. Le comité exécutif de la Cgtu, en plein conflit entre le Cds et les syndicalistes révolutionnaires communistes, est convoqué dans des délais très brefs, sur l'initiative des anarcho-syndicalistes du Cds, le dimanche 27 août, c'est-à-dire moins de quatre heures après que la nouvelle de l'incident sanglant soit connue. De nombreux dirigeants de la Cgtu sont absents. Le comité adopte une proposition inspirée par le Cds, d'appeler à la grève générale dans toute la France le mardi 29 août 1922. Les syndicalistes révolutionnaires communistes objectent qu'il faut plus de temps pour informer la population et préparer une grève efficace, ainsi que pour négocier la participation de la Cgt-rue Lafayette.36 Ils ne sont pas écoutés. La Cgt-rue Lafayette rejette l'offre de se joindre à la grève du 29 août 1922 expliquant qu'elle n'a pas été consultée sur la date, et appelle ses adhérents à contribuer une journée de salaire aux meetings qui doivent se tenir les 2 et 3 septembre 1922. L'Humanité approuve le mot d'ordre de grève de la Cgtu et l'annonce dans son numéro du lundi 28 août 1922, donnant à ses lecteurs un préavis de moins de 24 heures.

62La grève du 29 août est peu suivie. Elle touche surtout les métiers du bâtiment et des métaux, où le Cds est mieux implanté, et quelques syndicats à Paris, Rouen et dans le Nord.

  • 37 PH 30/8/1922.

63Au Havre, la grève en cours reste solide le 29 août. Plusieurs milliers de personnes se rassemblent aux portes de l'Hôpital Pasteur pour les funérailles des trois morts ; mais la police fait évacuer les dépouilles mortelles avant l'aube. Le cortège se fait donc près du cimetière, entre deux rangées de policiers. A l'arrivée, un militant fait un discours où il regrette que quatre ans après la fin de la guerre, le sang français ait coulé de nouveau, et pour une si mauvaise raison.37 Après les funérailles, les participants se réunissent de nouveau à la Forêt de Montgeon et décident de continuer la grève générale.

64Celle-ci reste effective les 30 et 31 août. Le 31, environ 10 000 ouvriers se rassemblent à la Forêt de Montgeon pour mettre fin aux grèves de solidarité. Ils se divisent en groupes de corporation. Les ouvriers du port décident de poursuivre la grève jusqu'au 2 septembre. Les marins décident de préparer une action sur leurs propres revendications. Tous s'engagent à ne pas interrompre leurs dons aux métallos qui continuent la lutte comme avant le 20 août. Les nouveaux dirigeants du comité de grève proclament que les métallos sont désormais capables de tenir aussi longtemps que leurs patrons, grâce à la solidarité des autres corporations du Havre et du reste de la France.

65La grève des métaux reste entière jusqu'au 3 septembre 1922. Les méthodes dures du préfet n'ont donc pas réussi à briser le mouvement. Mais la lutte continue dans une situation désormais nettement plus polarisée. De nombreux sympathisants modérés ont été convaincus par les arguments dénonçant les agissements d'extrémistes, comme en témoignent le retournement de Léon Meyer et du journal Le Petit Havre. Par contre, les grévistes ont gagné de larges réserves de sympathie dans les milieux populaires en dehors de la ville.

Les métallos continuent le combat : du 2 septembre au 10 octobre 1922

66La résistance des métallos se maintient pendant encore un mois, date à laquelle ils décident de reprendre le travail sans convention mais en affirmant leur opposition aux tarifs salariaux et conditions de travail existants. Pendant le dernier mois de la grève, les employeurs tentent d'isoler les métallos des autres groupements locaux qui les ont soutenus jusque-là, notamment en encourageant la répression de ceux qui sont les plus capables de promouvoir des actions de solidarité. Le résultat est un match nul, Le Havre restant un bastion syndical malgré l'échec des métallos.

67La situation des métallos après la décision de mettre fin à la grève générale reste assez forte. Malgré les fausses rumeurs que la grève prend fin, il n'y a presque aucun retour au travail jusqu'à la mi-septembre, et même alors, ceux-ci restent isolés. Le climat au Havre dans son ensemble reste explosif parce que deux des principales corporations locales sont elles-mêmes au bord de la grève. Les ouvriers du port ont massivement voté de participer à la grève générale le 21 août, et prolongé leur mouvement deux jours après les autres corporations, jusqu'au 2 septembre. Ils ont mis ces journées à profit pour élaborer leurs propres revendications contre toute nouvelle réduction des salaires et pour la restauration des tarifs en vigueur avant la dernière réduction. Le 4 septembre, les dockers menacent de cesser le travail une demi-heure le matin et une demi-heure le soir, en solidarité avec leurs dirigeants emprisonnés.

  • 38 Voir Cgt-Fédération nationale des syndicats maritimes, Quelques pages d'histoire maritime commercia (...)

68Dans la branche maritime aussi les relations professionnelles se sont aigries. Le gouvernement et l'Assemblée nationale débattent 1 exemption de la marine marchande de la loi des 8 h. Le mécontentement est vif parmi les marins, dont beaucoup sont prêts à la grève. La Fnsm, chez qui se trouvent la grande majorité des marins syndiqués, cherche à préserver coûte que coûte une forme de collaboration avec le gouvernement et les armateurs.38 Mais le 5 septembre 1922, le décret abolissant la loi des 8 h dans la marine marchande est adopté par le gouvernement. La Cgtu durcit ses critiques de la Fnsm. Un congrès national des syndicats maritimes se tient au Havre, du 8 au 12 septembre 1922. Il rappelle au gouvernement les sacrifices consentis par les marins pendant la guerre et qu'un recours à l'action deviendrait inévitable si le gouvernement maintenait sa position.

Photos de franklin en août 1922

Photos de franklin en août 1922

Le préfet Lallemend et le général Duchesne devant Franklin après les incidents du 26 août 1922

69D'autres syndicats sont revivifiés par la grève générale. La Cgtu a envoyé au Havre des permanents de ses Fédérations du textile, de l'alimentation, du bois et de la chimie, où ils ont tiré parti des assemblées générales et grèves de solidarité en cours dans de nombreuses entreprises pour ranimer des syndicats endormis. La collecte régulière des donations pour les métallos leur donne un moyen de contact avec ces travailleurs.

  • 39 PH 7/9/1922.
  • 40 PH 28/9/1922.

70Face à cette situation, les milieux proches du patronat cherchent avant tout à éviter une explosion sociale de toute la ville. Les parlementaires de la région, Siegfried, Brindeau, Thoumyre et Ancel, contactent de nouveau les employeurs avec une proposition que la réduction de salaire soit maintenue pour l'essentiel, mais que les travailleurs soient compensés par des mesures qui réduiraient le coût de la vie, semblables à celles prises en 1919 et 1920. Un entretien a lieu au Ministère de l'Intérieur, mais les parlementaires font savoir que les employeurs et le Comité des Forges ont refusé de modifier leur position.39 Jules Siegfried remarque que c’est la pire insulte jamais faite à ses cheveux blancs ; il meurt quelques semaines plus tard.40

71Les employeurs havrais font tout ce qu’ils peuvent pour prévenir des débrayages sur le port. Le 6 septembre 1922, l'Uemop annonce par voie d'affiches que les tarifs antérieurs seront maintenus, en conséquence de quoi les dockers annulent leur menace de suspension du travail, tout en refusant les tarifs applicables aux matières dangereuses. La situation reste donc conflictuelle sur le port.

72Léon Meyer et Le Petit Havre commencent à prendre leur distance par rapport aux métallos. Leur glissement prend la forme de dénonciation de la subversion communiste. Ils conseillent aux travailleurs d'écouter leurs dirigeants modérés et non les extrémistes.

  • 41 Voir les rapports des procès des militants dans Le Peuple des 20 et 21 décembre 1922 ; L’Ere Nouvel (...)
  • 42 AN F7-13.018 “Note du 19 septembre 1922”.
  • 43 AN F7-13.018 “Note du 3 octobrel922”.

73Par contre, plusieurs personnalités radicales, la Ligue des Droits de l'Homme et la Sfio sont entraînées par le mouvement. En effet, une controverse retentissante s’ouvre à propos de la légalité des actions du préfet et de la police de la fin août 1922. L'Ush affirme que son bail de dix-huit ans sur Franklin a été violé par son expulsion du bâtiment. Le juge responsable de l'enquête sur cette affaire, le radical de Kerambrun, annonce que les personnes qui ont été détenues les 26 et 27 août, ont été arrêtées en vertu de mandats qui portent son nom, mais qu'il n'a pas signés. Les socialistes du conseil municipal demandent sous le couvert de quelle autorité la police a agi, puisque le préfet Lallemand prétend avoir rendu ses pouvoirs de police à Léon Meyer le 22 août. Meyer affirme que le préfet lui a retiré ces pouvoirs une deuxième fois, le 26 août ; le préfet répond que c'est vrai, mais qu'il les a rendus à Meyer le soir même. Le Commissaire spécial Italiani et le Commissaire central Artigues deviennent la cible de critiques toutes particulières à propos de leur responsabilité pour la tuerie du 26 août.41 C'est alors que la police annonce qu'elle a découvert que De Kerambrun est un habitué des jeux et qu'il a été vu douze fois au casino.42 Dans le courant de l'affaire, Meyer est amené à intenter un procès à l'Etat pour violation des droits municipaux, procédure qui sera rejetée par les tribunaux mais lui vaudra une certaine publicité.43

  • 44 Avh 12, carton 10, liasses 8 à 10“Grèves : ouvriers métallurgistes, août 1922”,

74La situation au Havre restant trouble, Lallemand continue de s'appuyer sur la répression judiciaire et militaire. Le 14 septembre, 1 200 soldats et 235 gendarmes à cheval stationnent encore au Havre en liaison avec le mouvement des métallos.44 Trois cents soldats ont établi leurs quartiers à Franklin tandis que des centaines d'autres occupent tous les bâtiments qui pourraient servir de lieux de réunion syndicale : 3 écoles, un hôtel, et l'ancienne mairie de Graville. Les arrestations continuent pendant un certain temps après le 26 août. Le préfet introduit le thème de la subversion communiste, prétendant que des agitateurs extérieurs portent la responsabilité des émeutes. La police arrête tardivement deux dirigeants communistes havrais : le 31 août, Henri Gautier, et le 5 septembre, Félix Bouvier.

75Certains de ceux qui sont arrêtés, sont vite relâchés, notamment les journalistes parisiens comme Guy Tourette. Ceux qui ont à répondre d’infractions mineures, comme le refus d'obtempérer à un ordre de la police, l'atteinte à la liberté du travail ou l’insulte à un représentant de l’autorité, sont jugés les premiers, au début du mois de septembre. Les sentences que le tribunal leur infligent vont d'une à plusieurs semaines de prison. Les procès des principaux dirigeants, y compris Quesnel et Bousquet, ainsi que ceux des communistes havrais, sont repoussés jusqu'en décembre.

76En conséquence, le 15 septembre, la Cgtu établit un comité de soutien aux syndicalistes emprisonnés sous la présidence de Lacarrère. Le Pcf, la Cgtu et les anarchistes accordent une place de choix aux nouvelles des prisonniers du Havre, et retiennent des avocats de premier plan pour leur defense : Lafont, Torrès, Berthon, Suzanne Lévy, Oscar Bloch. Par contre, Quesnel, Hervieu et quelques autres dirigeants de l'Ush sont défendus par Patrimonio, un radical havrais bénéficiant de nombreuses relations dans la ville.

  • 45 PH 19/9/1922.

77Le 17 septembre, Maurice Tronelle meurt des blessures infligées le 26 août. Encore une fois, la police interdit des funérailles à travers les rues de la ville. Deux mille grévistes se rassemblent au cimetière le 19 septembre. Après l'enterrement, un militant fait un discours qu'il conclut en demandant “à tous les grévistes présents de jurer sur cette tombe de continuer le combat jusqu'au bout”.45

  • 46 1/10/1922.

78L'agitation sociale s'intensifie à la fin du mois de septembre quand les marins se mettent en grève à plusieurs reprises. De nouveau, la police intervient. Un conseiller municipal socialiste modéré, Rioult, est arrêté le 29 septembre, en liaison avec les événements du 26 août, ce qui renouvelle les protestations des radicaux et des socialistes. Le journal de l'Ush, Vérités, qui a suspendu sa publication le 22 juillet, reparaît avec en page une “Le règne de la terreur au Havre”.46

79Tandis que les gendarmes patrouillent dans les rues de la ville et que les tribunaux rendent des verdicts sévères, les grévistes réussissent à maintenir leur position pendant tout le mois de septembre. Quelques hésitations apparaissent au milieu et à la fin du mois. Le 10 septembre, une rumeur se répand selon laquelle les bouchers et les épiciers pourraient ne plus honorer les bons émis par le comité de grève. Mais le 12 septembre, l'association des épiciers vote de continuer de les accepter. Quelques jours plus tard, quelques centaines d'ouvriers reprennent le travail. Il s'agit surtout d'ouvriers non-qualifiés. Beaucoup d'ouvriers qualifiés préfèrent quitter Le Havre définitivement et les employeurs commencent à craindre de ne pas pouvoir reconstituer leur personnel qualifié. A la fin septembre, le préfet s'oppose à un plan des employeurs de réembaucher les ouvriers qualifiés et de licencier les ouvriers non-qualifiés qui les ont remplacés pendant un temps. Quand la nouvelle s'ébruite, un certain nombre d'ouvriers non-qualifiés rejoignent les rangs de la grève.

  • 47 B. Vallet, p. 91.

80Le 27 septembre, le comité de grève annonce que les parents rappelleront leurs enfants partis pendant “l'exode”, pour la réouverture des écoles. A peu près à la même date, le Conseil général de la Seine-Inférieure vote une subvention qui permet de nourrir les enfants des grévistes. Mais, le maire du Havre, qui considère que le nouveau comité de grève est aux mains des extrémistes, décide que ces fonds ne doivent pas lui être remis, bien qu'il ait jusque-là géré les contributions et bons les plus divers. Peu après, le 4 octobre, Henri Quesnel est libéré de prison, et, lors d'une des dernières assemblées générales à la Forêt de Montgeon, condamne la décision de Meyer et l'accuse d'avoir tourné le dos à la classe ouvrière.47

81La dernière assemblée des grévistes se déroule le 8 octobre 1922. Quesnel et le comité de grève expliquent que la courageuse lutte des métallos a donné un avertissement aux employeurs, mais que rien de plus ne peut être gagné à l'heure actuelle. Toutefois, le syndicat ne donnera son assentiment aux nouvelles conditions de travail sous aucun prétexte. Quesnel propose que tous les métallos rentrent au travail “ensemble et la tête haute”. L'assemblée vote son accord, et la grève prend fin après 110 jours le 10 octobre 1922.

82De nombreux grévistes ne sont pas repris par leur entreprise. Certains s'établissent définitivement dans la région parisienne et ailleurs. Le syndicat monte un comité de soutien aux travailleurs licenciés pour organiser la collecte des fonds et aider à trouver des emplois pour les victimes de la répression patronale. Certains se reconvertissent en ouvriers du port ou du bâtiment. D’autres sont réembauchés dans d'autres usines métallurgiques. Mais les patrons ont établi une liste noire et un groupe permanent de métallos proscrits vient s'ajouter à celui des cheminots licenciés en 1920.

83Les procès des dirigeants de la grève se déroulent les 18 et 19 décembre 1922. La plupart sont condamnés à plusieurs mois de prison, ce qui correspond au temps qu'ils ont déjà passé derrière les barreaux, ou à quelques semaines de plus. La cour condamne plus sévèrement Henri Gautier, le dirigeant des Jeunesses communistes du Havre, en lui infligeant une peine de trois mois. Les milieux populaires havrais désapprouvent fortement ces verdicts et conservent un sentiment d’amertume. La préparation de la revanche devient le mot d'ordre du mouvement syndical du grand port normand.

Notes

1 Voir B. Badie, Stratégie de la grève.

2 Il existe plusieurs récits de la grève, la plupart du point de vue de l'histoire locale et de la célébration de luttes héroïques. Voir Gaston Legoy, “L'Eure...” ; B. Vallet, “Le syndicat de la métallurgie au Havre” ; Bernard Isaac, “La grande grève des métallurgistes et des cordiers...” ; Yvon Birster, Les pavés de Franklin.

3 A partir des sources suivantes : AN F7-13.018 “Surveillance Seine-Inférieure 1920-1926” ; 13.892 “Grèves de la métallurgie. Le Havre 1922” ; Adsm 2Z39 “Activités communistes au Havre” ; 2Z45 “Anarchistes au Havre, 1892-1938” ; Le Petit Havre, Vérités, Le Communiste de Normandie, L'Humanité, Le Libertaire, La Lutte de Classes ; B. Vallet, “Le syndicat de la métallurgie...”, et C. Brassy, “Léon Meyer”.

4 Cela fait environ un par cent ouvriers. Les délégués sont : Limare, militant syndical communiste qui joue un rôle dirigeant dans la grève ; Le Guillermic, dirigeant anarchosyndicaliste des métallos ; Derout, Rivoallan, Lesant, Desnoyers, Dany, Louis Basson, M. Simon, Suret et Bazille. Maurice Gateau, le premier secrétaire du Gch, travaille aussi aux A&C de la Gironde.

5 AN F7-13.018 “Rapport du 5 juillet 1922”,

6 No 69, 1er juillet 1922.

7 Entretiens avec Louis Eudier et Simone Labesse, par John Barzman.

8 Hu 15/7/1922.

9 AN F7-13.018.

10 Idem.

11 Idem. Notes des 10, 11 et 12 juillet 1922.

12 Idem.

13 AN F7-13.018.

14 Voir la lettre dans HE 26/7/1922.

15 AN F7-13.018, Notes du 24 au 27 juillet 1922.

16 Voir HE 26/7/1922.

17 Journal du Havre, 1/8/1922 ; AN F7-13.018 “Télégramme du Préfet à l'Intérieur du 31 juillet 1922” ; Hu 3/8/1922.

18 AN F7-13.018 “Note du 26 juillet 1922”.

19 Journal du Havre, 1/8/1922.

20 B. Vallet, p. 87.

21 “Une phase active de la lutte”, La Lutte des Classes, n° 8, 25/8/1922

22 Adsm 2Z39.

23 PH 21/8/1922.

24 PH 23/8/1922.

25 août 1922, PH25/8/1922.

26 PH 25/8/1922 ; août 1922.

27 Voir entretien avec Simone Labesse par John Barzman.

28 Les quatre étaient : Georges Allain, Charles Victoire, Henri Lefèvre et Maurice Tronelle (blessé, décédé quelques semaines plus tard).

29 Parmi eux : Jean Ferré, de la Cgtu ; Jean Le Gall, des ouvriers du port et de l'Ush ; Limare, membre du comité de grève, communiste ; Bunel, ancien contrôleur de l'Ush ; et Duval, que nous n'avons pas identifié.

30 Jean Bousquet, délégué de la Cgtu ; Guy Tourette, envoyé par L'Humanité et La Lutte des Classes ; Joseph Lartigue et Auguste Peltier, de la Fédération postale Cgtu ; Julien Lepen, de la Fédération des métallos Cgtu.

31 Henri Quesnel, Auguste Hervieu.

32 Limare, Bunel, Victor Le Guillermic, Viel, des métaux ; Joseph Perrault, Raoul “Baudoin” Lenôtre, du port, et Cracquelin, marin du “Savoie”.

33 Félix Bouvier, Fernand Mérueret, André Rioult, Madame Rioult. du Gch ; Henri Gautier des JC ; et Henri Offroy, du Glh.

34 Le Libertaire, 25/8 au 1/9/1922.

35 Idem, 1 au 8/9/1922.

36 Alfred Rosmer, “Grève corporative”, La Lutte de Classes. 5/9/1922.

37 PH 30/8/1922.

38 Voir Cgt-Fédération nationale des syndicats maritimes, Quelques pages d'histoire maritime commerciale, Marseille : Imprimerie nouvelle, 1923.

39 PH 7/9/1922.

40 PH 28/9/1922.

41 Voir les rapports des procès des militants dans Le Peuple des 20 et 21 décembre 1922 ; L’Ere Nouvelle, 20 décembre 1922 ; LEcho de Paris, 19 décembre 1922.

42 AN F7-13.018 “Note du 19 septembre 1922”.

43 AN F7-13.018 “Note du 3 octobrel922”.

44 Avh 12, carton 10, liasses 8 à 10“Grèves : ouvriers métallurgistes, août 1922”,

45 PH 19/9/1922.

46 1/10/1922.

47 B. Vallet, p. 91.

Table des illustrations

Titre Photos de Franklin en août 1922
Légende Débris et curieux devant Franklin après l'occupation du bâtiment à la suite des évènements du 26 août 1922
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11940/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Titre Photos de franklin en août 1922
Légende Le préfet Lallemend et le général Duchesne devant Franklin après les incidents du 26 août 1922
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11940/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 315k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search