Version classiqueVersion mobile

Communistes au Havre

 | 
Marie-Paule Dhaille-Hervieu

Ire partie. Des crises à la guerre froide (1922-1947)

Chapitre 2. L’engagement dans la stratégie de Front populaire : une stratégie d’échec aux crises et aux fascismes

Texte intégral

Une stratégie de substitution à la ligne ouvriériste, sectaire

  • 1 L’Avenir du Havre, hebdomadaire communiste, le 7 mars 1936, parle encore de comités du BOP, section (...)
  • 2 L’expression est utilisée pour la première fois le 9 octobre 1934 par Maurice Thorez, dans le meeti (...)
  • 3 La formule est utilisée par Le Prolétaire normand du 1er mars 1935. Voir Denis Peschanski, selon le (...)
  • 4 À partir de la conférence d’Ivry, 23-26 juin 1934.
  • 5 Maurice Thorez, 6 mars 1936, à Franklin.
  • 6 L’Avenir du Havre, 27 juin 1936.
  • 7 En dépit de l’attente exprimée par le rapport politique de Maurice Thorez au comité central des 24 (...)
  • 8 Les organisations ouvrières et démocratiques autrichiennes sont écrasées par l’armée et les milices (...)
  • 9 Les comités de défense des emprisonnés et « pour Thälmann » se multiplient, ou encore les chœurs pa (...)
  • 10 Par exemple Edgar André, réfugié, envoyé au Havre, délégué à la propagande et instructeur de l’IMD, (...)
  • 11 Les fascistes ont par exemple la volonté d’encadrer les chômeurs.
  • 12 L’évolution de Jacques Doriot, après son exclusion de juin 1934, entraîne celle de nombre de commun (...)

1La seconde moitié de l’année 1934 marque le début du « grand tournant » dans l’histoire du BOP1, Bloc ouvrier et paysan, avec l’élaboration par étapes et non sans ambiguïtés d’une nouvelle stratégie dite de « Front populaire »2. Cette orientation, si elle se substitue progressivement à celle de « Front unique ouvrier »3, lui donne une acception plus large et dans sa formulation4 et dans son contenu, pour le pain, la paix et la liberté ; elle peut être analysée au travers de ce qui lui donne sa cohérence fondamentale, c’est-à-dire la volonté de faire échec aux fascismes comme solutions à la crise. Plusieurs éléments permettent d’interpréter cette nouvelle ligne comme une pause reléguant, sans les abandonner, les objectifs définis antérieurement : par exemple, pendant comme après la campagne électorale pour les législatives de 1936, les ambitions ultimes continuent d’être affichées, soit « la République française des soviets »5 et la « République des conseils ouvriers et paysans de France »6. Encore en août 1936, il est question, dans une réunion publique à Montivilliers, de créer « des soviets partout », cependant cette reprise du modèle bolchevique est confrontée à deux éléments de contradiction. D’une part la crise s’étend et ne se transforme pas en moteur d’une conjoncture révolutionnaire7. D’autre part les défaites politiques majeures des PC allemand et autrichien, l’écrasement de la commune de Vienne8 et l’échec de la journée du 9 février 1934, la prise de conscience progressive d’une menace sans appel entretenue par l’emprisonnement durable du président du KPD, Thälmann9, le passage de réfugiés politiques en route pour l’Amérique ou restés dans la clandestinité10 transforment les mouvements et partis fascistes en adversaire principal, et cela d’autant plus qu’ils représentent une concurrence immédiate11, une violence directe, un risque pour l’organisation12.

  • 13 Appel commun à la manifestation du 1er mai 1933 : « Conscients de la gravité de la situation intern (...)
  • 14 Le congrès local des antifascistes du Havre (11 et 12 juillet 1934) parle d’« antifascistes empriso (...)

2À l’unité contre la crise proposée à Rouen, aux confédérés, autonomes et catholiques en 1931, réalisée au Havre avec des socialistes SFIO en 193313, s’ajoutent de nouvelles formes d’unité d’action contre la guerre, contre le fascisme, qui ont aussi pour conséquence de tenter de rompre l’isolement des unitaires et des communistes affrontant non plus une série d’adversaires mais l’intervention d’un ennemi mortel14.

La première tentative unitaire : Amsterdam-Pleyel et les journées de février 1934

  • 15 Le Prolétaire normand, 29 juillet 1932 ; 33 organisations s’y sont ralliées.
  • 16 Le Prolétaire normand, 5 août 1932 ; un grand meeting central a lieu à Rouen : 78 organisations son (...)
  • 17 Ligue des combattants de la paix.
  • 18 René Cance dans Le Prolétaire normand, 4 novembre 1932 : « […] ceux qui comme moi n’appartiennent à (...)
  • 19 Le Prolétaire normand, 31 mars 1933.

3La première grande initiative politique pour la réalisation de l’unité dans le cadre du front unique est le congrès international contre la guerre impérialiste dit d’Amsterdam en août 1932, précédé par la formation d’un comité d’initiative du Havre15 composé de communistes (Le Troadec), de socialistes SFIO et de confédérés (fin juillet 1932, pour le 1er août), transformé en comité d’action, puis de lutte, et regroupant, sur des positions pacifistes, des socialistes, des radicaux, voire à l’échelle régionale16 des autonomes et des membres du PUP. Ce comité est bientôt dénoncé par les confédérés17 comme étant sous hégémonie communiste, mais rallié par des pacifistes déclarés comme René Cance18, représentatifs d’un courant d’opinion fortement développé à la suite de la Première Guerre mondiale, comme le prouvent les 600 à 700 personnes assistant au meeting contre la guerre impérialiste du 11 novembre 1932, ou les 900 autres réunies le 3 février 1933, et des antifascistes confrontés aux conséquences de l’arrivée d’Hitler au pouvoir et à la mobilisation des Croix-de-Feu ou des Jeunesses patriotes19, voire du parti socialiste national.

4Au Havre, il semble qu’après avoir fait échec aux Jeunesses patriotes de Pierre Taittinger qui voulaient tenir meeting, le jeudi 30 mars 1933, dans la salle de la rue Lord-Kitchener, la section socialiste et le rayon communiste s’engagent dans l’unité d’action contre le fascisme et la participation au congrès antifasciste prévu à Prague (avril 1933), transformé en congrès européen contre le fascisme et la guerre, tenu salle Pleyel du 4 au 7 juin 1933. La fusion des deux structures donne au Mouvement Amsterdam-Pleyel appelé, dans la presse communiste, Comité de lutte contre la guerre et le fascisme, le caractère d’une organisation de résistance ouverte à l’évolution (négative) de la conjoncture politique, relancée par les journées de février 1934.

  • 20 Selon le témoignage de Roger Le Marec, secrétaire adjoint de l’ULU, sur les manifestations au monum (...)
  • 21 Les ouvriers sont « prêts à défendre [leurs] sièges », à l’aide de gourdins ? d’armes ? Un meeting (...)
  • 22 Chez les métallos : 500 syndiqués, 3000 grévistes sur 10 000 salariés (1 sur 3 selon le rapport de (...)
  • 23 Par exemple du ciment est coulé dans les aiguillages aux dépôts de tramways.
  • 24 Le Petit Havre, 13 février 1934.

5Les journées des 6 et 7 février 1934 révèlent aussi, au Havre, les capacités de mobilisation des organisations fascistes et réactionnaires, en particulier les Jeunesses patriotes, les Croix-de-Feu, organisées par le docteur Rainsart, les Camelots du roi. Leur objectif local était-il de donner l’assaut au cercle Franklin, siège de la Bourse du travail20 ? Cela entraîne des réactions d’autodéfense ouvrière21, de mobilisation communiste antifasciste le 9, puis une riposte commune des trois organisations syndicales, préparée les 9, 10 et 11 (réunions, meeting et grève générale, affiches) par les trois secrétaires Le Gall (autonomes), Bernard (confédérés) et Legagneux (unitaires). La journée du 12 février fut donc une journée de grèves massives22 – non seulement dans les grandes entreprises (Tréfimétaux, Compagnie électromécanique, pâtes Bertrand) mais aussi dans les petites, visitées par les piquets de grève23 – et même de grève quasi générale, avec l’arrêt des transports et services publics (à l’exception du gaz et de l’électricité) et la fermeture de commerces. Le meeting organisé à Franklin rassembla une foule énorme, au dire des témoignages : « La grande salle était pleine et débordait sur toute la place », puis un défilé dans la ville, d’une longueur de près d’un kilomètre, mobilisa de 15 000 à 18 000 personnes, d’après les syndicats (et 6 000 selon la police)24.

  • 25 Interviennent Darius Le Corre, représentant le PC dans les élections et au comité local de lutte, e (...)

6Manifestation d’initiative syndicale organisée par les unions locales, avec pour principal orateur Jean Le Gall, elle eut aussi une dimension politique antifasciste et internationaliste25. Elle eut enfin pour conséquence de relancer l’activité du comité de lutte contre la guerre et le fascisme, en lui donnant une base élargie (ainsi au rassemblement parisien des 19 et 20 mai 1934, les 7 délégués du Havre étaient-ils 3 métallos, 1 docker, 1 fonctionnaire, 1 SFIO et 1 PC), unitaire et décentralisée.

  • 26 Par exemple au congrès local antifasciste du Havre des 11 et 12 juillet 1934, salle Labedoyère, ou (...)
  • 27 Une centaine d’adhérents (Le Prolétaire normand, 2 novembre 1934).
  • 28 Par exemple, en 1935, les femmes du Comité mondial contre la guerre et le fascisme appellent à char (...)

7Élargissement d’abord avec l’adhésion de travailleurs intellectuels et même l’organisation d’un groupe spécifique d’employés, unité par la participation de socialistes, confédérés et autonomes26, et décentralisation par la création de comités locaux, des quartiers ouvriers et marins (Notre-Dame, Eure et Raffineries27, Aplemont), de banlieue (Sanvic, Montivilliers) et d’usines et chantiers (par exemple à la CEM, 50 ouvriers sur un effectif de 600). Trois caractéristiques méritent d’être relevées. D’une part, par le nombre d’organisations apparentées, les comités antifascistes influencent et peuvent entraîner plus de 3 000 personnes, à partir de l’été 1934, soit bien au-delà des militants engagés dans les structures politiques et syndicales. D’autre part, par la création d’une section de femmes du Comité mondial contre la guerre et le fascisme28, Amsterdam-Pleyel donne à ces dernières (Henriette Plougonven, Émilienne Grégoire, Jeanne Beaufays), à l’image d’Irène Joliot-Curie, dirigeante du comité et future secrétaire d’État dans le gouvernement de Léon Blum, des structures d’intervention particulières. Enfin le comité fait émerger des militants et militantes, futurs résistants, dans la continuité d’un engagement allant de la participation active à l’expérience de Front populaire à un soutien multiforme à l’Espagne républicaine, candidats puis élus du PCF : Darius Le Corre, René Cance, André Duroméa, futurs députés ; Jules Le Troadec, futur conseiller d’arrondissement, Georges Plougonven, candidat aux cantonales de 1937, déporté politique, Charles Domurado, dirigeant de Paix et Liberté et du RUP, une des chevilles ouvrières locales de France-Navigation, commandant FTP, un des secrétaires régionaux à la Libération.

  • 29 L’Avenir du Havre, 25 octobre 1935.
  • 30 Ces méthodes sont dénoncées comme ayant un caractère minoritaire, « fascisant », par l’instructeur (...)
  • 31 Les sièges de la section et de l’union locale ont été perquisitionnés, dans la deuxième quinzaine d (...)
  • 32 Les communistes distribuent, eux, Le Prolétaire, front mondial.
  • 33 Avec 3000 manifestants contre la police et l’armée ?

8Si la lutte contre les mouvements, partis et États fascistes devient l’élément principal à partir de l’été 1934, cela ne se fait que très progressivement et non sans ambiguïtés. Ainsi dans un article publié par L’Avenir du Havre, journal représentatif de la nouvelle ligne politique, le 28 décembre 1935, soit près de trois mois après le début de l’intervention italienne en Éthiopie et parallèlement à une mobilisation des dockers, marins et douaniers pour paralyser tout trafic avec l’Italie fasciste29, il est écrit : « Nous haïssons encore plus la guerre que le fascisme ». Le vieux fond pacifiste, antimilitariste n’est pas encore refoulé même si l’orientation générale a changé. De plus dans la lutte antifasciste, le PC n’abandonne pas immédiatement tout espoir de révolution et toute forme de résistance armée. Très révélateurs sont, au printemps de 1934, les mois qui aboutissent à l’exclusion de Jacques Doriot : si l’on a jusqu’à présent mis l’accent sur sa volonté d’unité d’action avec les socialistes, l’on remarque moins qu’existe, à défaut, un désir d’en découdre avec les mouvements et partis fascistes (ou désignés comme tels), c’est-à-dire, au Havre, les Jeunesses patriotes, les Croix-de-Feu, les Camelots du roi. Les communistes en arrivent à empêcher Pierre Taittinger de tenir un meeting public, dans une salle municipale, le 30 mars 1933 ; ils engagent, à partir de 1934, des affrontements physiques, accompagnés de violences caractérisées sur les personnes30, pour « chasser les fascistes » du quartier Notre-Dame déclaré « quartier prolétarien », les empêcher de parader les armes (blanches ?) à la main31 et leur interdire de vendre leurs journaux L’Action française ou Le National32, journal des Croix-de-Feu. Ces affrontements culminent le 8 juillet 1934, avec l’arrivée du maréchal Pétain venu inaugurer la statue du général Archinard, officier colonial né au Havre, « le Soudanais », et de violentes bagarres33 aboutissent à l’arrestation de dirigeants et militants du PC (Le Corre, Le Troadec) et de l’ULU (Legagneux, Eudier) traduits devant le tribunal correctionnel et condamnés.

  • 34 Un pacte est scellé le 27 juillet 1934, précédé, le 25 juillet, par une entrevue entre les deux féd (...)
  • 35 Ces forces intègrent des non-ouvriers, des non-communistes.

9Les communistes donc, jusqu’à ce que la scission de Jacques Doriot soit consommée (juin 1934) et plus encore jusqu’à ce que la ligne unitaire l’emporte sous le nom de Front populaire antifasciste (octobre 1934), de pacte d’unité d’action avec le parti socialiste34, hésitent, dans un débat animé par les trotskistes et les ouvriéristes, entre l’autodéfense « ouvrière », impliquant, semble-t-il, le recours à l’armement et la lutte politique et idéologique, dite de masse, avec les autres forces antifascistes35, l’unité syndicale mais aussi l’union de la gauche avec le parti socialiste et le parti radical.

  • 36 Le Prolétaire normand, 17 août 1934, table de lecture.
  • 37 Le Prolétaire normand, 24 août 1934 (les formules de La Lessive sont qualifiées de nationalistes, p (...)
  • 38 Le Prolétaire normand, 19 et 26 janvier 1935.

10Très symptomatique est, à cet égard, l’évolution de l’analyse, faite par la section communiste, du nouveau journal local, apparu en 1934, sans orientation affichée, intitulé La Lessive. Au départ le PC est séduit par la dénonciation des dirigeants de la municipalité36 radicale-socialiste de Léon Meyer, puis il lui apparaît que ce journal, multipliant les attaques ad hominem, est animé par un désir de règlement de comptes préélectoral et secondairement par une idéologie antisémite et xénophobe37, enfin il constate que ce journal a toute chance d’être l’organe des Croix-de-Feu, alliées aux francistes, dirigées par celui que les communistes appellent « le pédéraste » (sic !) Bucard, aux Jeunesses patriotes et aux Camelots du roi38.

L’extension de la crise et les nouvelles formes d’unité

  • 39 PC et CGTU se montrent aussi solidaires : distributions de vivres, de charbon…, mobilisation contre (...)

11Il reste que dans une conjoncture politique surdéterminée par les tentatives de « contre-révolution fasciste », le PC et la CGTU continuent de donner la priorité à la défense des victimes de la crise économique et sociale. Ils se situent résolument à la tête des comités de chômeurs, décentralisés par secteurs, quartiers et communes (un second congrès des chômeurs, le dimanche 12 août 1934), ils organisent la marche de la faim du 20 avril 1935. Ils tentent d’intégrer les plus vulnérables (étrangers, coloniaux), les plus jeunes (pour lesquels des structures, des causeries « sur la situation tragique des jeunes sans travail » sont organisées), les plus exposés (métallurgie traditionnelle, textiles, agroalimentaire), essayant d’être les porte-parole39 de ceux qui deviendraient d’autant plus révolutionnaires qu’ils sont davantage touchés par la crise et moins spécifiquement défendus par les organisations syndicales autonomes et confédérées.

  • 40 Chiffres établis d’après un rapport du commissaire de police du Havre au préfet de Seine-Inférieure (...)
  • 41 En 1935-1936, 4000 dockers sont recensés et 1500 assurés de retrouver quotidiennement du travail.

12De fait la crise sociale s’aggrave et à son paroxysme, en février 1935, il y a, au Havre, 2873 chômeurs40, contre 2198 le 22 octobre 1934, soit 675 chômeurs et 30,7 % d’augmentation en trois mois, sans compter les banlieues (à Sanvic, l’augmentation est de 25,4 %). Les syndicats réunifiés évaluent le chiffre du chômage à 5000, soit au moins 1 actif sur 6, auquel il faut ajouter les chômeurs partiels, particulièrement nombreux sur le port41, non indemnisés, les réductions autoritaires des horaires et des salaires (par exemple les terrassiers ont vu leurs salaires baisser de 12,5 % à partir de 1932, les ouvrières du textile de 10 %), l’augmentation du rendement et de la productivité. Dans le même temps, la crise s’élargit aux classes moyennes : petits commerçants, petits propriétaires, auxiliaires de la fonction publique, employés.

13Trois éléments tempèrent cependant la dramatisation orchestrée par les communistes. D’une part, il apparaît que certains secteurs comme l’industrie d’armement (usines Schneider), les constructions navales (Augustin-Normand, Forges et chantiers de la Méditerranée) et aéronautiques (Bréguet) sont épargnés ou faiblement touchés par le chômage. D’autre part, la crise détermine non seulement des prises de conscience et un mouvement social mais aussi des réflexes d’autodéfense, voire de xénophobie. Par exemple des dockers, protégés par la convention collective de 1928 et la force de leur syndicat autonome, mais confrontés à la baisse de l’emploi et des salaires, en arrivent à interdire l’embauche, le travail occasionnel pour les autres ouvriers, chômeurs totaux ou partiels, et à réserver l’accès à la carte professionnelle aux dockers déjà inscrits en 1934 au syndicat (autonome). Enfin il apparaît que la crise en soi n’est pas agent de mobilisation générale, il y faut une conjoncture politique, des solutions pouvant être réalisées sous la forme d’une alternative politique concrète, le dépassement des divisions tant syndicales que politiques.

14Le premier facteur d’unité ouvrière et d’union de la gauche est la lutte contre les expériences fascistes et le risque de guerre, et le fait que nombre de conflits sociaux tendent à se doubler d’affrontements politiques. Il semble en effet que plusieurs dirigeants d’entreprises havraises sont eux-mêmes affiliés à des mouvements et partis de droite et d’extrême droite, en particulier les Croix-de-Feu : c’est le cas de Gazon, chef du personnel à l’usine Bréguet, de Laffon, sous-directeur à la CIM (Compagnie industrielle maritime), de Tourres, patron des verreries de Graville, ou d’Albert Dubosc, propriétaire des Extraits tinctoriaux et tannants et membre du conseil d’administration du Petit Havre (pour ne parler que de ceux qui sont explicitement engagés ou sont reconnus publiquement comme tels). Il en résulte pour les militants politiques et syndicaux, en particulier communistes, une dégradation des relations professionnelles, des repérages, licenciements et interdictions d’embauche qui les amènent, selon Fernand Legagneux, soit à une semi-clandestinité, soit à « l’exil ».

  • 42 Devenus Fédération des ports et docks, dont le secrétaire général est Jean Le Gall (le bureau est c (...)
  • 43 Aucun représentant ne figure au bureau de l’UL, contrairement à l’UD réunifiée le 22 décembre 35 (l (...)

15Un deuxième facteur est l’unité syndicale progressivement reconstituée, se traduisant, par exemple, par des candidatures communes aux élections prud’homales du 3 novembre 1935, des congrès d’unification comme celui des syndicats de dockers42 tenu au Havre en présence de Jouhaux et Racamond en décembre 1935 et enfin la réunification des trois unions locales opérée le 15 janvier 1936, sous la direction de Jean Le Gall. Cette dernière, même si elle ne se réalise pas au profit des unitaires trop affaiblis43, à l’inverse du bureau confédéral de la CGT, après le congrès de Toulouse, donne aux communistes bien implantés dans certains secteurs, chez les métallos (le secrétaire Eudier est non communiste déclaré, mais unitaire), les marins (Gruenais, secrétaire du syndicat unitaire, en relations avec Charles Tillon, secrétaire fédéral des Ports et docks), les terrassiers (Le Gentil), des bases d’intervention qui, ajoutées à leurs qualités d’organisation, vont se révéler très profitables en 1936.

  • 44 Vérités, organe de l’union des syndicats ouvriers du Havre et de la région, 32e année, no 3 : appel (...)
  • 45 Les postiers, les ouvriers du gaz, de la Manufacture des tabacs.
  • 46 Selon la formule de Louis Eudier, dans son témoignage publié par les Cahiers de l’institut Maurice- (...)

16Déjà la préparation du 1er mai 1936, dans le journal syndical Vérités, organe de l’union locale CGT, d’avril 193644, appelle à déserter « bateaux, quais, chantiers, usines et bureaux », et donne pour objectifs aux métallos, faiblement organisés, d’obtenir, à l’image des dockers fortement syndiqués, une augmentation de leur salaire de base correspondant à leur qualification professionnelle et à l’évolution de leurs besoins, et une signature de contrats collectifs de travail. Si certains secteurs chôment massivement, l’ensemble des portuaires, des ouvriers de la terrasse et du bâtiment, des employés des tramways45, des usines restent en marge (Schneider, Bréguet…), mais la journée est un succès pour le mouvement ouvrier : 2000 personnes débordent de la grande salle dans la cour de Franklin, jusque dans la rue, ce qui fait du 1er mai 1936 la plus grande manifestation publique (10 000 manifestants) depuis la journée du 12 février 1934, et elles écoutent successivement Eudier, secrétaire de la métallurgie, ex-unitaire, Gosselin, représentant les PTT-ouvriers et les ex-confédérés, Le Gall, ex-dirigeant du syndicat des dockers et de l’UL autonome, dirigeant fédéral, puis un délégué du livre, Lochon. C’est une semaine après, le lundi 11 mai, que commence la première grève avec occupation d’usine, chez Bréguet, « ceux qui les premiers ont osé »46.

  • 47 Au nombre de 20, dont Amsterdam-Pleyel.
  • 48 Dans l’ensemble des bureaux sauf un (école des Neiges du 4e canton) où la liste Le Corre fait mieux (...)

17Le troisième facteur politique, ce sont l’unité d’action, les manifestations unitaires, et le programme de Front populaire élaboré dans la perspective des élections législatives de 1936. À ce niveau, deux éléments coexistent : d’une part des projets d’unification des partis socialiste et communiste, d’autre part une alliance électorale et politique, aboutissant à des désistements entre communistes, socialistes et radicaux, sans que pour autant le PC se soit engagé quant à sa participation à un gouvernement de Front populaire. La chronologie des événements havrais reproduit fidèlement les étapes du rassemblement : création en mars 1935 d’un Comité de défense des libertés républicaines, composé de représentants du PC, de la SFIO, de la Ligue des droits de l’homme, du groupe Amsterdam-Pleyel, de la Libre-pensée, des Jeunesses radicales et même de Libertaires. Ce comité de défense prend, dans un second temps, le nom de Comité du rassemblement du 14 juillet 1935 (grande réunion organisée au palais des Expos) et participe à des manifestations d’inspiration syndicale (le 12 août, le 15 septembre 1935) avant de lancer à toutes les organisations antifascistes, à toutes les tendances syndicales, à toutes les associations pacifistes47, un appel à un grand meeting commun, mercredi 30 octobre 1935, en présence de dirigeants nationaux : Jouhaux (CGT), Hénaff (CGTU), Duclos (PC), Rivet (CVIA/SFIO), outre la Ligue et deux radicaux (l’un dit radical-socialiste, l’autre radical - Camille Pelletan) qui se différencient de l’équipe radicale municipale qui vient de gagner les élections municipales48 sans s’engager dans le Front populaire.

18L’initiative conjuguée avec des efforts de décentralisation, au niveau de quartiers et des banlieues (le comité de Front populaire de Sanvic-Bléville), révèle que si le comité havrais a comme président un avocat socialiste, président de la Ligue des droits de l’homme, Albert Le Clainche, il est organisé et démultiplié à l’image des organisations dépendant du PC par les deux nouveaux dirigeants communistes locaux : Edmond Parisse, devenu secrétaire du rayon (appelé section), et René Cance, rédacteur en chef du nouveau journal communiste local L’Avenir du Havre, dont le premier numéro paraît le 25 octobre 1935, et dont la ligne politique est explicitement unitaire et antifasciste.

  • 49 Dans la 1re circonscription contre Léon Meyer, député sortant.
  • 50 Edmond Parisse, par exemple, est qualifié de « lutteur prolétarien ».
  • 51 Un vieux fond anticlérical se traduit aussi par la dénonciation des curés des Neiges (accusé d’être (...)

19Pour autant le parti communiste ne tire pas immédiatement parti de la conjoncture unitaire et de ses efforts de mobilisation. Le premier obstacle est le député-maire Léon Meyer, jamais ouvertement engagé mais refusant le désistement communiste au lendemain du premier tour des législatives, et réélu. D’autre part, le parti communiste continue de présenter des candidatures « ouvrières » : Jules Le Troadec, ancien docker49, Edmond Parisse, ouvrier de la Manufacture des tabacs, dirigeants caractéristiques de l’ancienne période50 dont il n’est pas sûr qu’elle soit révolue. Ainsi dans le numéro du 28 décembre 1935, l’Avenir, journal de la section communiste, déclare : « Jamais nous n’avons dit que nous renoncions à notre programme communiste. »51

Carte 3 – Les élections législatives de 1932 et 1936

  • 52 La 1re circonscription urbaine comprend les 1er, 2e, 3e cantons et une fraction du 4e. Voir carte 3 (...)
  • 53 Léon Meyer, député sortant, obtient 44,9 % des suffrages exprimés et Jules Le Troadec, 29,12 %, le (...)
  • 54 Au second tour, le 3 mai 1936, Léon Meyer est élu avec 46 % des suffrages exprimés, Jules Le Troade (...)
  • 55 Circonscription mi-rurale mi-urbaine (fraction du 4e canton, 5e et 6e cantons), soit la banlieue du (...)
  • 56 La majorité des suffrages sont obtenus à Aplemont (4e canton). Albert Dubosc (droite) est élu.

20Enfin l’alliance avec « les frères socialistes » et « les amis radicaux » est encore très récente (la première assemblée commune des socialistes et des communistes du Havre a eu lieu le 10 décembre 1935) et trop incomplète (des radicaux-socialistes se sont récusés, après avoir semblé s’être ralliés) pour qu’elle puisse forcer la décision politique. En même temps le PC a doublé le nombre de ses voix dans la 1re circonscription52, mis Léon Meyer, qui en a perdu le quart, en ballottage53 et l’a rejeté à droite en faisant de Jules Le Troadec, après que Léon Meyer eut refusé son désistement, le seul candidat de Front populaire54. Dans la 2e circonscription55, Edmond Parisse a augmenté de 50 % le nombre des suffrages obtenus par le PCF en 193256, et il y a des évolutions confirmées en 1936 : par exemple, le quartier ouvrier des Neiges donne une majorité de suffrages exprimés (56,24 %) au candidat communiste (comme aux municipales de 1935), et dans quatre bureaux des 3e et 4e cantons, Léon Meyer est mis en minorité (en particulier dans le quartier de l’Eure).

Les grèves de mai-juin 1936 et les succès communistes de 1937

21La crise sociale est à l’origine de la modification du rapport des forces politiques intervenue en 1937, à la suite du mouvement de mai-juin 1936.

22Le PC et l’ex-CGTU ont en effet une longue expérience de la conduite des grèves, de celle des métallurgistes havrais en 1922 à celles du printemps 1935, grève de marins qui prend la suite d’une série de conflits (1924, 1926, 1928…) et aboutit à l’engagement d’un permanent, Augustin Gruenais, capable de se substituer aux dirigeants confédérés ou indépendants.

  • 57 Usine de 850 salariés (dont 600 ouvriers).
  • 58 Des adhésions gratuites sont offertes aux pères de familles nombreuses, le journal Le National est (...)
  • 59 Des horaires augmentés, des cadences accélérées, une absence d’hygiène et de sécurité sont régulièr (...)
  • 60 Le mot n’est pas employé, mais Louis Eudier déclare avoir alors étudié les grèves avec occupation a (...)

23Les grèves de 1936 sont pourtant d’une autre nature, d’une part parce que la réunification syndicale donne aux anciennes luttes de tendance un caractère secondaire, d’autre part parce que la victoire électorale, doublée d’un changement d’orientation politique, du fait de la formation d’un gouvernement à direction socialiste et à soutien communiste, offre aux grévistes des points d’appui : elles débouchent sur la signature des accords Matignon (7 juin) et le vote d’une série de lois sociales les 11 et 12 juin. C’est donc un temps fort qui s’ouvre le 11 mai 1936, au Havre, par la première grève ouvrière, avec occupation d’usine, chez Louis Bréguet57. Il s’agit d’une entreprise de création récente (1930), produisant dans un secteur de pointe, la construction aéronautique militaire, avec un personnel qualifié de métallos faiblement syndicalisés (une quinzaine de grévistes le 1er Mai). Par contre les initiatives politiques d’une direction offensive (le chef du personnel, l’ingénieur Gazon, est militant des Croix-de-Feu)58, ajoutées à un mode de gestion archaïque59, c’est-à-dire le licenciement de deux « chômeurs », dont un militant communiste, Vachon, sanction jugée inacceptable (dans la mesure où il était admis que les absences du 1er Mai seraient tolérées), amènent à un premier contact avec Louis Eudier, ex-unitaire, secrétaire du syndicat des métaux, et à la préparation d’une grève, en cas d’échec de l’entrevue demandée avec le directeur, Lechenet. Il n’est pas officiellement question, dans la presse locale, d’occupation60. Il s’agit plutôt de l’organisation d’une riposte, de la recherche d’un moyen de pression faisant appel à la solidarité syndicale, politique (celle du comité Amsterdam-Pleyel) et locale (celle des ménagères de la cité Chauvin et de petits commerçants ravitaillant les grévistes « restés sur place », dans la nuit du 11 au 12 mai).

  • 61 Les deux salariés sont réintégrés, le chef du personnel muté, les jours de grève payés.
  • 62 Elle est saluée comme telle par une réunion de 2000 personnes à Franklin, le 12 mai, en présence de (...)
  • 63 Un témoignage de Louis Clech : « On a même été un peu plus loin, parce que l’usine nous appartenait (...)

24Par peur d’affrontements entre grévistes et fascistes, bien que n’étant pas personnellement favorable à l’arbitrage, Louis Eudier décide pourtant de faire appel à Jean Le Gall, ex-autonome, et de recourir à la médiation de Léon Meyer ; celui-ci rend, le 12 mai, un arbitrage qui donne entièrement satisfaction aux grévistes61. C’est donc une victoire62 obtenue par des moyens pacifiques, en l’espace de deux jours, par des ouvriers mobilisés, déléguant à leurs dirigeants CGT la défense de leurs intérêts, et dans ces conditions, la grève ne peut avoir qu’un effet d’entraînement… A-t-elle eu des objectifs plus ambitieux de nationalisation (inscrite dans le programme de Rassemblement populaire) ? Peu de témoignages l’attestent63. La seconde entreprise à emboîter le pas a été, le 22 mai, la raffinerie CFP de Gonfreville-l’Orcher. La cause de déclenchement est la même : le licenciement de deux militants syndicaux ; et les conséquences sont semblables : une grève avec occupation d’usine, le même jour, et entière satisfaction donnée aux ouvriers solidaires de leurs camarades licenciés.

  • 64 D’après la date donnée par Henri Dubief, Le déclin de la Troisième République (1929-1938), Paris, S (...)
  • 65 D’après F. Cahier, La classe ouvrière havraise…, op. cit. Mais L’Avenir du Havre parle d’une grève (...)

25Une deuxième phase de grèves commence après le 4 juin64, au lendemain de la formation du ministère Blum, les revendications ouvrières, déjà fortement exprimées le 1er Mai, sont représentées, soit la diminution des horaires et les congés payés, l’augmentation et non la diminution autoritaire des salaires, les conventions collectives et les délégués ouvriers. Le mouvement touche la quasi-totalité des entreprises privées de la métallurgie (CEM, Tréfileries, FCM), de la chimie (raffineries), du textile, du bois, du verre… à la seule exception de l’usine Schneider (usine d’armement non touchée par le chômage)65 et des chantiers de constructions navales Augustin-Normand, eux aussi faiblement affectés par les problèmes d’emploi, ainsi que des dockers, protégés par une convention antérieurement négociée et qui obtiennent, sans avoir à faire grève, une augmentation de 12 % de leurs salaires (40,50 F par jour).

Illustration 3 – La Compagnie électromécanique (CEM), dessin de Charles Nicolle

  • 66 Les ouvrières (320 salariés, à 87,5 % des femmes) avaient vu leurs salaires baisser de 10 % du fait (...)

26Les grèves reprennent dans une troisième phase, après que des accords ont été signés et des contrats collectifs négociés dans un certain nombre de branches, soit dans des secteurs en situation de crise et à faible niveau de qualification ouvrière (textile et bâtiment - travaux publics) – par exemple, des femmes travaillant aux Filatures et tissages de Graville font grève pendant 53 jours, du 25 juin au 17 août, du fait de l’intransigeance patronale en matière d’augmentation des salaires66 –, soit dans des entreprises qui ont à leur tête un patronat de combat, une direction, un encadrement affiliés à des organisations d’extrême droite, chez Calédonickel ou aux verreries Tourres, où la direction tente de licencier collectivement le personnel (le 8 juillet) et aide au développement d’un syndicat professionnel.

  • 67 Le maire tente alors d’embaucher des chômeurs…
  • 68 Le 17 juin, 1500 d’entre eux sont réunis à Franklin par la CGT.

27La seconde caractéristique de ces grèves est que, pour la première fois, elles touchent de petites entreprises (scierie Devaux), des ateliers (par exemple de confection), qui n’avaient aucune structure syndicale, des services publics comme le nettoiement de la ville67, des employés de bureau68, de grands magasins, des agents de maîtrise. S’il est vrai que les fonctionnaires, les ouvriers à statut (sauf les marins), sont faiblement mobilisés, c’est que les grèves font apparaître, dans le secteur privé, un véritable besoin de « rattrapage social », pour des ouvriers et employés parfois confrontés à des situations matérielles dramatiques (sous-alimentation), subissant un encadrement quasi disciplinaire, rémunérés sous des formes archaïques (salaires aux pièces ou à la tâche) et confrontés à des baisses autoritaires de salaires. Il semble aussi que dans des vies entièrement vouées au travail, l’augmentation des cadences, liée au processus de rationalisation, soit mal supportée, de même que l’absence de compensations matérielles ou de promotion sociale, et la limitation de la mobilité géographique. Mais plus encore, ce sont la résistance patronale, le refus de signer des accords ou de négocier des conventions collectives qui entraînent la prolongation ou la relance du mouvement de grève avec occupation, comme les menaces de licenciements collectifs, de fermetures d’entreprises ou la création de syndicats « corporatistes » liés à la direction de l’entreprise.

  • 69 Dans les conflits à la Verrerie Tourres ou aux Filatures et tissages de Graville.

28L’on constate enfin qu’encouragés par les premiers succès, forts de leur mobilisation et de leur unité, les ouvriers et employés demandent plus que le contenu des accords négociés à Matignon, soit des augmentations supérieures (justifiées par l’augmentation des prix à la consommation), soit des congés supplémentaires, ou des mesures contre l’encadrement. À plusieurs reprises les grévistes font appel à l’arbitrage du maire, à la médiation des ministres (par exemple du socialiste Paul Ramadier, sous-secrétaire d’État aux combustibles liquides, dans le conflit de la chimie), essentiellement du Travail, ou des Travaux publics69. La revendication de nationalisation n’est explicite que pour le secteur de l’industrie pétrolière.

  • 70 Par exemple, des ouvrières protestent contre « les mœurs fascistes » d’un contremaître à la filatur (...)

29C’est donc la conjonction d’une crise économique et sociale et d’une victoire politique de la gauche socialiste et communiste, la mise en phase d’une base sociale de salariés du secteur privé en situation d’attente de changements matériels et moraux70 et de directions syndicales légitimées par la réunification qui prédéterminent un mouvement social offensif, lequel continue parfois au-delà des accords Matignon et de l’appel de Maurice Thorez « à savoir terminer une grève dès que satisfaction a été obtenue ». La grève dure jusqu’au 8 juillet à la verrerie Tourres, 18 août aux Filatures et tissages de Graville, voire jusqu’au 19 octobre pour la grève la plus dure, celle de la batellerie. À l’inverse, si tout mouvement cesse, c’est que s’opère un retournement de conjoncture, avec les hausses de prix et la première dévaluation, la rupture annoncée à la fin de l’année 1936 entre socialistes et communistes, et la surdétermination d’événements de politique extérieure, à commencer par la guerre d’Espagne.

  • 71 L’union locale a quasi triplé ses effectifs, passant de 12 000-13 000 à la réunification à 35 000 f (...)
  • 72 La fermeture est appliquée à tous les éléments étrangers, sauf les dirigeants syndicaux et les arti (...)

30Le bilan des grèves de 36 est, pour les communistes, tout à fait positif : non seulement ils profitent de l’augmentation massive71 des effectifs syndicaux et des adhésions politiques, mais encore ils font prévaloir leurs modes d’organisation, répudiant toute forme d’anarchisme au sens de spontanéité, de révolte sociale, de démocratie directe. Au contraire, ils privilégient la délégation de parole, le fonctionnement de structures syndicales dotées de bureaux et de délégués, la fermeture des usines occupées72 et leur quadrillage par le comité de grève, les piquets de surveillance et d’incendie, le comité de ravitaillement… Ils sont donc partie prenante dans le contrôle du mouvement et de son orientation politique, ils intègrent alors la culture ouvrière du syndicalisme révolutionnaire, avec sa volonté d’éducation, la création de l’Institut du travail, le désir d’un monde ouvrier développant ses valeurs « de classe » liées au travail et à la lutte, le refus de toute politisation a priori et l’engagement dans des solidarités de base. Il n’est pas jusqu’à l’absence de radicalisation du mouvement que le PC n’ait récupérée, avec ses images de grèves sans drames, sans intervention de forces policières et militaires, à l’inverse de 1922 ou de 1910…

  • 73 André Duroméa, alors âgé de 19 ans, se souvient être allé jouer du saxophone alto à la porte des us (...)
  • 74 Le théâtre a été créé en 1932 par Muse Dalbray ; d’inspiration cartelliste, cette pièce sous-titrée(...)

31Il y a de la joie dans le mouvement de mai-juin 1936, dans les usines occupées comme dans les manifestations de rue, telle celle du 14 juin : il y a des orchestres où l’on joue d’un instrument73. On chante et on danse tels les ouvriers kabyles des Tréfileries, on joue à des jeux de cartes ou de ballon ou on assiste à une représentation, celle du théâtre de la Paix sur le thème de Liberté, liberté chérie74, dans des lieux qui antérieurement étaient décrits comme des lieux d’enfermement et de souffrance (les mots de prison, de bagne, d’esclavage étaient couramment employés dans la presse syndicale autonome, Vérités, ou communiste). De même les défilés pacifiques, organisés, précédés des drapeaux symboles de l’histoire du mouvement ouvrier préfigurent l’entrée ès qualités de la classe ouvrière dans l’histoire politique.

  • 75 L’Avenir du Havre a publié un tableau comparatif des trois cantonales de 1931, 1934 et 1937, reprod (...)
  • 76 Le 4e canton comprend Acacias, Aplemont, Vallée-Béreult, Neiges. Dans ces quartiers du haut et du b (...)

32C’est dans ces conditions que sont élus au second tour des élections cantonales de 1937 les deux premiers conseillers communistes75. Au premier tour, le 10 octobre, le parti communiste présente 6 candidats qui ont la triple particularité d’être ouvriers ou anciens ouvriers pour 5 d’entre eux (le 6e, Cance, étant instituteur), élus syndicaux (secrétaire ou délégué) et dirigeants politiques (membres du bureau ou du comité de section), et plus encore engagés dans la lutte antifasciste, depuis les membres du comité d’aide à l’Espagne républicaine, jusqu’à Jules Le Troadec, volontaire des Brigades internationales puis de l’armée républicaine, rapatrié début septembre et substitué à Fernand Legagneux comme candidat dans le 4e canton. Le PC augmente ses voix de 50,68 % par rapport à 1934, obtenant 10 388 suffrages, soit 27 % des suffrages exprimés. Pour la première fois, un candidat communiste arrive en tête (Le Troadec dans le 4e canton76) et René Cance obtient à peine moins de voix que Léon Meyer dans le 3e canton : 1673 suffrages, soit 38,84 % des suffrages exprimés, contre 1694 et 39,33 % dans les quartiers industriels de l’Eure (Gustave-Brindeau) et du Havre est.

Illustration 4 – L’Avenir du Havre, 14 octobre 1937

  • 77 Au second tour, le dimanche 14 octobre, il y a 4245 suffrages exprimés dans le 3e canton (62 votant (...)

33Au second tour, le 17 octobre, les deux candidats communistes jouent à fond de leur double qualité de candidats du Front populaire (ayant obtenu le désistement des candidats socialistes et le soutien de la fédération radicale de Seine-Inférieure) et de militants antifascistes (de l’intérieur, contre par exemple Le Havre éclair qualifié de « Havre-Hitler », ou de l’extérieur). Ils deviennent majoritaires en obtenant près de 80 % des reports des voix, soit 2357 suffrages pour René Cance (55,52 % des exprimés), élu conseiller général du 3e canton contre Léon Meyer, en place depuis 1913, et 7388 voix (55,81 % des suffrages exprimés) pour Jules Le Troadec, élu conseiller d’arrondissement dans le 4e canton77.

Changements de langage, nouvelles pratiques culturelles et sportives, nouveaux cadres « thoréziens »

  • 78 Bernard Pudal, Prendre parti, Paris, PFNSP, 1989.
  • 79 L’Avenir du Havre, organe du rayon communiste, 1er numéro le vendredi 25 octobre 1935. Ce journal e (...)
  • 80 L’Avenir du Havre, 7 novembre 1936 et 24 avril 1937.
  • 81 Plus de 2000 personnes participent à la fête de l’Avenir à Franklin (14 novembre 1936) et 11 000 le (...)
  • 82 Une continuité est établie avec le ciné-club des Amis de l’URSS, qui avait projeté le 5 février 193 (...)

34Le changement de stratégie se traduit aussi par un nouveau rapport à la langue et à la culture nationales, peut-être induit par la promotion de ceux que Bernard Pudal a appelés « les cadres thoréziens »78, c’est-à-dire des hommes, à formation élémentaire ou post-élémentaire, ayant une volonté de réappropriation critique de l’héritage culturel national. Tout à fait symptomatique est la substitution de L’Avenir du Havre79, dont le rédacteur en chef est René Cance, instituteur pacifiste devenu communiste, au Prolétaire normand, édition du Havre, journal dirigé par Fernand Legagneux, ouvrier terrassier, et qui cesse d’exister localement le 19 mai 1933 (tout en continuant à l’échelle régionale jusqu’au 28 mai 1937). La nouvelle rédaction déclare que les auteurs des articles doivent utiliser « le langage du peuple mais sans mots grossiers », écrire à partir de faits précis et vérifiables, afin d’élaborer « un journal symbolisant l’alliance de la classe ouvrière avec les paysans, petits commerçants et intellectuels », se voulant explicitement « l’hebdomadaire politique et d’information » édité par le rayon communiste, journal du peuple « ouvrier » puis « laborieux » du Havre80. Bon artisan du succès du Front populaire, il devient un moyen d’influence que révèlent ses tirages passant de 5 000 exemplaires en septembre 1936 à 7 500 en mars 1937 (soit une hausse de 50 % en six mois), sa pagination augmentée de 4 à 6 pages (décembre 1936) et à 8 pages en mai 1937, un record étant alors atteint avec 15 000 exemplaires diffusés le 1er mai 1937. S’y ajoutent les succès de ses fêtes champêtres81, nocturnes, des concerts et séances privées de cinéma organisées le dimanche matin à l’Éden82, cours de la République.

  • 83 Il a d’ailleurs son alter ego à la direction régionale, l’instituteur André Pican, lui aussi rédact (...)
  • 84 L’Avenir dénonce explicitement l’armement des Croix-de-Feu, du PPF et des membres de la Cagoule. Il (...)

35Quant au contenu, s’il est explicitement politique, comme il convient à l’organe du « rayon », avec des éditoriaux de René Cance, rédacteur en chef et membre de la direction de section et de la direction fédérale83, mais aussi de Fernand Legagneux, ce qui introduit la fiction d’une continuité politique, alors qu’il y a bien réorientation stratégique, il est aussi original lorsqu’il publie le texte intégral des lettres des volontaires engagés dans les Brigades internationales, courrier adressé à leur famille, à leur journal, à leur parti ; il est enfin courageux quand il ne cesse de dénoncer les dépôts d’armes de la Cagoule84, par exemple à Mayville, et qu’il est condamné. La plus grande nouveauté est la référence aux cultures populaires, y compris dans leur inscription régionale ; c’est ainsi qu’est introduite, en 1936, une chronique en langue cauchoise intitulée « Le coin du terreux », redoublée, en 1937, par la parution de contes du « grand écrivain d’origine normande », Guy de Maupassant.

  • 85 Un premier film soviétique, autorisé par la censure, Le Chemin de la vie de Nicolaï Ekk, est présen (...)

36S’y ajoute un intérêt marqué pour les loisirs populaires, cinéma et sports, plutôt les clubs et les compétitions organisés par la FSGT et les films soviétiques apparus sur les écrans havrais en 193685, mais pas exclusivement, et le critique de films qui signe « L’œil de Moscou » s’efforce d’analyser les productions françaises du point de vue de l’image qu’elles donnent du peuple ouvrier et paysan. C’est ainsi que les films de Jean Renoir, Marcel Carné ou Marcel Pagnol (Angèle) font l’objet de textes élogieux parce qu’ils inscrivent des hommes et femmes du peuple dans des communautés ouvrières ou villageoises ; par contre le cinéma de Julien Duvivier, La Bandera ou plus encore La Belle Équipe sont jugés négativement parce que l’on y voit un individu qui cherche des solutions à sa crise existentielle en s’engageant dans la Légion espagnole, ou trois chômeurs entravés dans leur projet de créer une coopérative par l’intervention d’un personnage de « garce »…

  • 86 Tous les grands films et documentaires soviétiques de Tchapaiev aux Marins de Cronstadt, de La Jeun (...)
  • 87 Sont aussi projetés un montage sur La Vie illustre de Paul Vaillant-Couturier et Le Voyage en Afriq (...)

37Organisant régulièrement des projections privées, le dimanche matin, au cinéma Éden, le journal donne la priorité aux images non censurées de la filmographie soviétique86 et à toutes les formes de documentaires militants, aussi bien La vie est à nous, commandé au cinéaste Jean Renoir, qu’Au temps des cerises de Jean-Paul Le Chanois et les actualités de l’Espagne républicaine en guerre87.

38D’autres textes enfin, sans enjeu apparent, sont d’un ton plus personnel, plus familier, ce sont les articles sur le Grand Théâtre ou Les Folies-Bergère, les chroniques de la mère et de l’enfant, autant de thèmes qui participent à la présentation populaire, et non plus ouvrière d’avant-garde, pacifiée et non plus en révolte permanente, intégrée et non plus marginale, que donne de lui-même le nouveau journal.

  • 88 Voir Pascal Ory dans La belle illusion, Paris, Plon, 1994.

39C’est bien en effet, comme l’a analysé Denis Peschanski, le passage d’un vocabulaire « ouvrier » (de classe) à un vocabulaire « peuple » et à une langue nationale qui s’opère dans les années 1935-1936. Il y a par exemple substitution de l’adjectif « populaire » au qualificatif de « prolétarien » (l’on continue d’utiliser le mot « ouvrier » qui connote moins la période antérieure). Ainsi les anciennes fêtes « prolétariennes » de l’union locale unitaire cèdent progressivement la place à des fêtes « ouvrières et antifascistes » à partir de 1934, puis se transforment en fêtes « populaires » de l’Avenir en 1936-1937. Autre innovation linguistique, le vocabulaire d’origine russe comme « rayon », « soviet », « rabcors » (correspondants ouvriers des journaux d’entreprise ou « travailleurs de choc de la plume ») est progressivement abandonné au profit de traductions françaises : section, conseils, correspondants de l’Avenir… Plus largement, c’est toute la conception communiste de l’héritage culturel qui évolue. Par un double mouvement d’enracinement et d’intégration, le PC renonce à un mode d’expression binaire, hérité du mouvement communiste international (et du syndicalisme révolutionnaire ?), ne s’intéressant qu’au social, au politique, au tragique ou à son envers comique. Il commence à développer une conception de la culture moins ouvrière, moins révolutionnaire, moins héroïque, mais participant au contraire de l’histoire du peuple, de ses modes d’expression (le chansonnier du peuple, le Pierrot rouge, le diseur paysan), de ses goûts et de ses valeurs, et de ce point de vue le soutien au film de Jean Renoir La Marseillaise est emblématique88.

  • 89 Par exemple est annoncée la conférence de Paul Rivet (CVIA) à l’institut ouvrier, le 20 février 193 (...)
  • 90 Ainsi Roger Le Marec se souvient-il d’avoir eu une centaine d’Histoire du parti bolchevick, rien qu (...)

40Parallèlement aux efforts déployés par le journal pour se faire « l’instituteur des masses », confrontée à l’afflux de nouveaux adhérents, la section organise des séries de « cours éducatifs », structures élémentaires décentralisées au niveau des cellules de quartier et d’usine et sélectionne des militants pour « les écoles de cadres » de quinze jours (Neiges, Notre-Dame). D’autre part comprenant la nécessité pour les communistes appelés à prendre de nouvelles responsabilités comme celles de conseillers prud’hommes ou de délégués du personnel, voire de responsables d’associations, de maîtriser l’usage de la langue écrite et d’avoir une formation spécialisée en sciences juridiques et sociales, le PC institue, par l’intermédiaire des cours par correspondance de l’université ouvrière, un réseau secondaire de formation qui redouble les efforts syndicaux (le collège du travail). De plus, il relaie, par la diffusion d’une information, les activités de l’université populaire89. Il n’est pas enfin jusqu’à l’ouverture d’une seconde librairie, quai de la Marne, dans le quartier de l’Eure, à proximité de la section communiste des marins, ajoutée à la librairie de la section, 49, rue Lesueur, qui ne témoigne de l’objectif de diffusion des textes « canoniques »90, théoriques et politiques, de la presse communiste nationale et internationale et d’un choix de romans.

Illustration 5 – Photographie de coureurs à pied du Travail Sporting Club, affilié à la FST (CGTU), vers 1932

  • 91 Le discours de Maurice Thorez dit « de la main tendue » est prononcé le 17 avril 1936 ; le second, (...)

41Cet effort d’éducation, s’il utilise les supports classiques, l’écrit, le livre, le manuel, le journal, la brochure, développe aussi l’usage des images filmées, montées (comme le groupe d’études du cinéma soviétique), les écoutes collectives, à la radio, des discours des dirigeants Maurice Thorez et Marcel Cachin91, c’est-à-dire qu’il donne la priorité à des réappropriations collectives et non à un enseignement individuel et critique. Il est encouragé par les dirigeants qui font de leur itinéraire intellectuel un modèle politique, ce que Bernard Pudal appelle « le culte de la personnalité ouvrière, militante », c’est-à-dire de « l’intellectuel organique communiste » ; c’est ainsi que Maurice Thorez signe au Havre 800 exemplaires de sa biographie exemplaire Fils du peuple, le vendredi 28 janvier 1938.

  • 92 À Rouen est conçu un projet de maison de la culture.
  • 93 Tout a un caractère antifasciste : le bal du 10 octobre 1937 à Franklin, comme le groupe de cycloto (...)
  • 94 L’Avenir du Havre, 16 décembre 1937.

42S’élabore une nouvelle politique culturelle communiste, très liée à la volonté de lutte contre l’idéologie fasciste, avec le soutien des classes populaires et des intellectuels ; ainsi est créé, en 1937, un cercle culturel antifasciste des Jeunesses communistes92. Si alors se multiplient les fêtes, sont encouragées toutes les pratiques sportives et musicales (jazz), sont organisées sorties champêtres et bals de fin de semaine, c’est que les communistes leur donnent le caractère de manifestations politiques antifascistes ou d’un acte de solidarité avec l’Espagne républicaine93. Très caractéristique est l’évolution du Groupe artistique ouvrier (GAO), produit de la culture du mouvement communiste international, avec ses chœurs parlés et chantés, ses textes de réaction à l’événement politique ou social : s’il continue de se produire, par exemple, avec un chœur de 30 personnes, disant les événements d’Espagne en octobre 1936, c’est davantage sous la forme de représentations de pièces sociales (par exemple La Commune) ou « gaies », comme des textes de Labiche ou Courteline. Il est un peu en marge des commissions des fêtes et des nouveaux groupes artistiques, par exemple le Groupe artistique populaire des Neiges ou celui des Jeunesses qui prend, fin 1937, le nom de Paul-Vaillant-Couturier, patronage symbolique s’il en est94. Ce sont à terme les mille et une figures du peuple qui tendent à se substituer à l’image forte du militant ouvrier.

  • 95 L’Avenir du Havre, 17 février 1938. Voir la photographie (illustration 5), parue dans le livre de J (...)
  • 96 Ancien secrétaire des Jeunesses communistes pour la région havraise (1926).

43Le développement des sports et des loisirs « populaires » fait aussi l’objet d’une organisation méthodique, et d’abord les pratiques sportives anciennement encouragées par la Fédération sportive du travail (FST)95, de tendance communiste, créée en 1923. À l’origine, les clubs de quartier et d’usine sont destinés à faire pièce aux clubs dits « bourgeois », patronaux ou cléricaux, de même que les Spartakiades tentent d’être l’envers des Jeux olympiques. Le changement de conjoncture politique et la fusion de la FST et de l’USSGT (socialiste) en FSGT, dirigée par le communiste d’origine havraise Auguste Delaune96, les 23 et 24 décembre 1934, se traduisent d’abord par des changements de dénomination : le Travail Sporting Club présidé par Maurice Guillematre devient l’Étoile sportive du Rond-Point, dans un temps postérieur à la création du sous-secrétariat d’État chargé de l’organisation des loisirs et des sports, dirigé par Léo Lagrange. Les clubs sportifs travaillistes tendent à se multiplier jusqu’à atteindre le nombre de 22 et celui de 1800 adhérents (dont un groupe composé d’Indochinois) dans la région du Havre, alors que s’ajoutent aux sports collectifs traditionnellement pratiqués de nouvelles compétitions d’athlétisme et de cyclisme, et des activités plus individualisées comme la boxe, le cyclotourisme, la natation ou l’aviation populaire.

  • 97 Au stade municipal, 2000 personnes se rassemblent pour un meeting FSGT le 20 septembre 1936.
  • 98 Ou encore l’US inscrits maritimes, le Sporting Club des réparations navales, l’AS Desmarais, l’Ente (...)
  • 99 Le projet décoratif pour un centre d’aviation populaire de Fernand Léger date de 1940.
  • 100 L’Avenir du Havre, 19 juin 1937.

44L’organisation du sport ouvrier devenu sport de masse97 s’opère au niveau des quartiers mais aussi des usines, à l’initiative de la CGT réunifiée. C’est ainsi qu’aux anciens clubs ouvriers s’ajoutent l’US 2e canton, l’AS Sadi-Carnot et Tréfileries à Graville, l’AS Produits chimiques, l’ES Énergie électrique98, créations souvent faites par d’anciens sportifs FST devenus délégués ouvriers. Le mode de fonctionnement tend à reproduire celui des fédérations traditionnelles mais avec une orientation politique explicite, par exemple « le groupe des cyclotouristes antifascistes » dit Laurens (mort en Espagne), formé en 1937, le grand cross de L’Humanité, le grand prix cycliste de L’Humanité parti du Havre, le samedi 12 juin 1937, après une fête organisée dans la grande salle Franklin, et suivi d’un train spécial, le challenge de boxe Jules-Le-Troadec, du nom du dirigeant communiste local, le challenge Avenir du Havre, et plus encore la participation du comité maritime du Havre-FSGT aux Olympiades populaires organisées à Barcelone, du 22 au 26 juillet 1936, en réponse aux Jeux olympiques de Berlin. Les deux sportifs havrais (Saussaye et Levieux), arrivés le jour même du pronunciamiento, sont rapatriés par Marseille et participent à la réunion olympique organisée en remplacement au stade Pershing. C’est enfin pour des raisons politiques (dénonciation de la mainmise communiste sur l’aviation populaire99 ou soutien affiché aux républicains espagnols ?) que la municipalité dirigée par Léon Meyer retire en 1937100 la subvention de 50 000 francs attribuée au club adhérant à la Fédération populaire des sports aéronautiques (FPSA), ce qui amène dans le bureau la démission du communiste Émile Grenier, membre du Comité de rassemblement populaire et président de l’association des Amis de l’Espagne républicaine ; quant au comité, il porte l’affaire à la connaissance du ministre de l’Air, Pierre Cot.

  • 101 L’Avenir du Havre, 8 juillet 1937.

45Une autre dimension de l’organisation des sports est sa finalité éducative, son caractère d’« activité désintéressée et rationnelle », matérialisée par la préparation du brevet sportif populaire, prise en charge par deux sportifs communistes, membres de la FSGT et de la commission départementale des sports et loisirs (à l’image du Conseil supérieur des sports créé par Léo Lagrange), Saussaye et Joutel. Ils affichent en 1937 250 inscrits dans leur centre d’entraînement, 136 candidats présentés et 119 reçus101 ; il y a là une structure qui tire profit de la conjoncture politique pour se développer et multiplier les relations avec les organisations laïques (UFOLEP), ce qui élargit la coalition des associations et mouvements constituant le Front populaire, au moins jusqu’à la fin du premier ministère Blum (21 juin 1937).

  • 102 L’Avenir du Havre, 30 janvier 1937 et 13 mars 1937. L’association havraise est créée le 20 novembre (...)
  • 103 La représentante est une institutrice de l’école Gravelotte.
  • 104 L’Avenir du Havre, 3 avril 1937 et 1er mai 1937.

46Parallèlement, les loisirs « ouvriers », déjà structurés par les organisations communistes, sous forme de fêtes et de sorties champêtres, de bals et de concerts, de sport et de cinéma, tendent à se développer en vacances et tourisme populaires, moins pendant l’été de 1936, tout entier occupé par les grèves et les négociations de conventions collectives, qu’en 1937-1938. En effet, le mouvement ouvrier fut d’emblée confronté aux lenteurs et aux difficultés d’application de la nouvelle législation sociale, tant la semaine de 40 heures et la journée hebdomadaire de repos obligatoire dans les commerces et services aux particuliers que la détermination du nombre et de la date des premiers congés payés. Il fallut aussi quelques interventions des directions syndicales pour que cessent quelques pratiques ouvrières, comme l’entretien des machines fait le dimanche matin ou la recherche d’un salaire complémentaire, par exemple dans des garages ou sur des chantiers. L’Avenir ajouta à ses informations hebdomadaires sur son réseau d’associations, avec leurs activités de sports, culture et loisirs, une présentation d’organisations de type Front populaire, comme l’auberge de jeunesse du Havre (Centre laïque des auberges de jeunesse dit CLAJ)102 avec son « club des usagers » et son journal Le Cri des auberges, ou Vacances pour tous, association qualifiée de « mutuelle laïque et prolétarienne », créée par le Syndicat national des instituteurs, dans la région du Jura, diffusant des cartes d’usagers d’hôtels sélectionnés et des guides103. Enfin fut créée en 1937104 une organisation dite Tourisme, loisirs et vacances populaires, qui eut d’abord son bureau au siège de la section communiste, rue Casimir-Delavigne puis rue La Pérouse, dans le même quartier (avec le même gérant que l’Avenir, Désiré Renault).

  • 105 L’Avenir organise aussi des fêtes de nuit, des concerts anniversaires avec cantatrices.

47La multiplication des fêtes populaires, des « kermesses politiques » est à l’image d’une période où les organisations communistes mêlent meetings et concerts, défilés revendicatifs et rencontres sportives (1er mai 1938), réunion pacifiste et sortie collective à Étretat (dimanche 9 août 1936). Ces fêtes, organisées par le journal L’Avenir du Havre (10 000 personnes rassemblées le 18 juillet 1937) dans un cadre champêtre, le bois des Hallates105, et secondairement par des associations spécialisées (Paix et liberté, Secours populaire, FSGT…), affichent leurs enjeux politiques, antifascistes, leur solidarité avec l’Espagne républicaine (concerts de musique traditionnelle catalane) ou avec la paysannerie exploitée, comme la fête « paysanne » organisée à Saint-Laurent-de-Brévedent, le 1er août 1937 (3000 participants).

  • 106 L’Avenir du Havre, no 146, 2 mars 1939.

48Ces fêtes renouvellent aussi des manifestations populaires : les spectacles sportifs ou les fêtes de la jeunesse des écoles laïques organisées au Havre depuis 1926, faisant des sportifs de la FSGT ou des militants des Jeunesses communistes des acteurs engagés. Enfin elles se décentralisent au niveau des quartiers ouvriers (Aplemont, Eure, Neiges, cité Bricart, cité Courtois) et des usines (par exemple la fête du Club cyclotouriste des tréfileurs gravillais106 ou de l’usine Mazeline et de la rue Labédoyère) et utilisent le réseau très dense des arrière-salles de cafés-débits, avec ou sans cour plantée, tenus par des adhérents (explicitement nommés) ou des sympathisants communistes déclarés.

49Les fêtes se doublent de défilés qui peuvent prendre la forme ancienne de carnavals, de mascarades anticléricales, par exemple le cortège organisé par les ouvriers de la Compagnie électromécanique, le 9 juin 1936, mais plus encore le caractère moderne de manifestations, à forte signification symbolique, c’est-à-dire préparées pour être l’expression publique du Rassemblement populaire avec leurs hymnes, La Marseillaise et L’Internationale, leurs drapeaux, tricolore et rouge, leur thématique de référence : le pain, la paix et la liberté. C’est ainsi qu’aux commémorations traditionnelles du mouvement ouvrier, le 1er Mai, l’assassinat de Jaurès (2000 personnes le dimanche 26 juillet 1937) et au Havre la mémoire de Jules Durand et des quatre morts de la grève de 1922 (fin août), s’ajoute la référence aux journées des 9 et 12 février devenues dates des origines, et plus encore la participation aux fêtes nationales, la manifestation, poings tendus, au monument aux morts, les 14 juillet et 11 novembre 1937.

  • 107 P. Ory, La belle illusion, op. cit., p. 794.

50Le plus remarquable reste ce que Pascal Ory a appelé la « fête de la victoire communiste »107 le 14 juin 1936, transformée localement en défilé de la victoire du Front populaire avec son meeting à Franklin, les délégations d’usine (CEM, Mazeline) et de quartiers (Notre-Dame, Neiges, Sanvic, Bléville). Le cortège, composé des drapeaux, de l’orchestre, des dirigeants politiques et syndicaux du Rassemblement populaire, du CVIA, de la SFIO représentée par Le Clainche, président du comité, du PC (Cance), de la CGT (Le Gall), du SNI, des groupes d’enfants puis des groupements de femmes et des mouvements de jeunesse (radicaux-socialistes, laïques et républicains, JS, JC, FSGT et AJ), reprend le « mot d’ordre d’avant-garde des ouvriers de chez Bréguet » peint sur un avion bleu de France : « Ceux qui les premiers ont osé », et marche avec des effigies de Blum et des mannequins d’Hitler et de La Rocque (conspués et pendus) jusqu’au sémaphore de la jetée – ainsi, pour la première fois, une manifestation n’avait pas pour but un monument public ou un lieu symbolique mais restait ouverte…

Un nouveau parti ?

  • 108 Chiffres publiés par L’Avenir du Havre, les 19 septembre 1936, 6 mars 1937, 2 décembre 1937 et 24 m (...)
  • 109 P. Ory, La belle illusion, op. cit., p. 573. L’Avenir du Havre, 2 décembre 1937, donne le chiffre d (...)

51Les années de Front populaire, jusqu’à la seconde démission de Léon Blum, en avril 1938, ont été, pour le parti communiste, une période de croissance, d’élargissement de son influence politique, mesurée par les tirages de sa presse (L’Avenir du Havre, L’Humanité)108 et les résultats obtenus aux élections de 1936 et 1937, et plus encore syndicale. Le communiste Fernand Legagneux prend la tête de l’UD CGT, Louis Eudier est secrétaire général d’un syndicat des métaux de plus de 10 000 adhérents fin 1938, Augustin Gruenais devient secrétaire permanent du syndicat des marins, les inscrits maritimes, soit un millier d’adhérents fin 1937. Cette croissance se traduit secondairement par l’augmentation du nombre de ses adhérents. C’est ainsi qu’il y eut au Havre une multiplication d’organisations pacifistes, antifascistes, sportives et culturelles dirigées par des militants communistes, par exemple, la création, en juin 1936, d’une section locale de Radio-Liberté, animée par un adhérent du PC, vérificateur des PTT (G. Alexandre), laquelle se développa de telle façon, au dire de Pascal Ory (900 adhérents au terme d’une année d’existence)109, qu’elle eut les moyens de publier quelques numéros d’un bulletin autonome.

  • 110 Depuis janvier 1936, 147 adhérents et 4 cellules d’entreprise (congrès de Villeurbanne). Voir carte (...)

52Parallèlement l’on peut suivre la progression des effectifs de la section et des Jeunesses communistes au travers des chiffres publiés, à la suite des congrès et des conférences de section et/ou régionales : le premier grand congrès du rayon communiste du 6 septembre 1936 fait état de 600 adhérents110, nombre multiplié par 4 depuis le congrès de 1934, et de 300 JC (multiplié par 7,5) ; au terme d’une année d’existence, L’Avenir du Havre est diffusé à plus de 5000 exemplaires.

53Cette croissance est continue avec, comme caractère remarquable, un nombre de cellules d’usine et d’entreprise (32) supérieur à celui des cellules locales (20 cellules de quartier). Au congrès régional des samedi 26 et dimanche 27 juin 1937, le nombre des adhérents a été multiplié par 2,3 (1 400) et celui des jeunesses par 1,5 (450), la section du Havre est alors, avec 70 cellules, la plus forte de la fédération de Seine-Inférieure, la diffusion de L’Avenir du Havre atteint 7500 numéros ; enfin, à la veille du congrès d’Arles, 25-27 décembre 1937, les objectifs sont d’atteindre 2000 adhérents (dont 100 femmes, soit 5 %) et de vendre 10 000 Avenir du Havre et 3 000 Huma, tous chiffres révisés à la baisse en 1938, alors qu’une moyenne de 2400 numéros de L’Humanité est diffusée.

  • 111 Notes sur ses activités passées, souvenirs manuscrits donnés à Jean Legoy (fonds privé).
  • 112 Ces deux sections furent l’objet d’une intervention spéciale de la direction nationale (J. Duclos, (...)

54Ce développement se traduit par la création, dans le quartier de l’Eure, de deux nouvelles sections, en lieu et place de la cellule du port et de celle des inscrits maritimes. La première, la section des dockers, dont le siège est boulevard Amiral-Mouchez, rassemble un maximum de 200 ouvriers du port fin 1937 (plus une cellule de dockers dite Roger-Lasseur, en 1937, dans le quartier Notre-Dame) et elle est dirigée par Jules Le Troadec. La seconde, une section des marins communistes, est organisée par trois secrétaires (Pierre Guinard, puis Maurice Cantais, et en 1939 Roger Le Marec) ; elle a un siège salle Henri-Barbusse, 18, rue Ernest-Lefèvre, rebaptisée André-Marty, et une librairie, ouverte en 1937, gérée par Émile Famery, au 17, quai de la Marne. Elle compte jusqu’à 500-600 adhérents fin 1937 (80 adhérents et 3 cellules sur le paquebot Normandie d’après Roger Le Marec111). Ces nouvelles implantations112 s’ajoutent à celle de la section de ville qui, en 1937, abandonne son (deuxième) siège du 49, rue Lesueur (rédaction du journal et librairie) pour le 40 de la rue Casimir-Delavigne (quartier Sainte-Anne), et aux deux Maisons du peuple situées à Sanvic (rue Jules-Verne, puis rue Lafayette) et aux Neiges, rue du Phare.

Carte 4 – Le PC au Havre en 1938

  • 113 Voir la photographie de communistes havrais (dont René Cance et Roger Le Marec) [illustration 6]. L (...)
  • 114 Permanent ? travaillant pour l’Internationale communiste (IC/ISR) ? volontaire ou désigné à la form (...)
  • 115 Voir sa photographie devant le local du boulevard de Graville en 1933 (illustration 6). Il a, d’apr (...)
  • 116 Grève dans le pays de Caux en juin 1937, succédant aux grèves d’ouvriers agricoles en 1936.
  • 117 Soit Augustine Brument (ménagère), Marie Caba (employée de chemin de fer), Adrienne Lietout (coutur (...)

55La question la plus problématique reste celle de l’encadrement, après les crises (ouvriériste, trotskiste, doriotiste) qui ont déchiré la section et la fédération. La direction nationale a fait opérer des fusions (sous-rayon de Sanvic et rayon du Havre), des exclusions et des cooptations (Parisse) en 1934113. Une nouvelle génération de cadres « thoréziens » a donc été promue : Jules Le Troadec, ex-docker, Edmond Parisse, ouvrier à la Manufacture des tabacs, et René Cance, instituteur à Graville, fortement encadrés par l’appareil permanent (le secrétaire régional élu en 1936, Georges Déziré, et les dirigeants nationaux, Thorez, Duclos, Tillon, Marty. Le Troadec est sans doute (avec Roger Le Marec) l’homme le plus symbolique du changement dans la continuité ; ancien activiste114 du quartier Notre-Dame, volontaire dans les Brigades internationales, il est rapatrié pour être présenté et élu dans le 4e canton, en octobre 1937. Il est aussi l’objet du nouveau culte de la « personnalité ouvrière militante » : une promotion porte son nom, il a des amis qui se réclament explicitement de son exemple et il dénomme un challenge de boxe. Edmond Parisse est une personnalité moins publique : ancien ouvrier licencié pour militantisme syndical (unitaire), il est présenté contre son ancien patron (Dubosc), aux élections législatives de 1936 ; animateur du sous-rayon de Sanvic et du comité des mal-lotis (il habite lui-même un pavillon du quartier Renaissance), il devient secrétaire de section et probablement malade, s’efface devant Le Troadec, désigné comme candidat dans le 4e canton, en octobre 1937, et devant René Cance, élu secrétaire fin novembre 1937. Ce dernier est, après Darius Le Corre, le second instituteur communiste à faire carrière (sans être permanent jusqu’à la guerre) ; au départ membre puis secrétaire des Amis de l’URSS (un comité a été créé en 1927) et militant pacifiste (Mouvement Amsterdam-Pleyel), il adhère au Rassemblement populaire et au parti communiste115, est présenté aux cantonales de 1934, à Bolbec, puis fonde L’Avenir du Havre (1935), est élu conseiller général (1937) et secrétaire de section (fin 1937). Ces trois hommes sont représentatifs de l’orientation populaire et antifasciste « imposée » par l’appareil politique, mais il faut leur ajouter les dirigeants syndicaux ouvriers (Eudier, Le Marec, Gruenais…), anciens unitaires, permanents CGT. Il est aussi caractéristique de la période que la section ait tenté, au travers de sa commission paysanne animée par Fernand Deshays, ouvrier ébéniste, d’organiser les ouvriers agricoles (grève116 puis formation d’un syndicat, manifestation le dimanche 4 juillet 1937 à Saint-Romain-de-Colbosc) et de les rallier dans une grande fête de la solidarité paysanne, le 1er août 1937, à Saint-Laurent-de-Brévedent, mais aussi de développer des structures s’adressant spécifiquement aux femmes : soit le Comité mondial des femmes contre la guerre et le fascisme et un premier « meeting féminin », le 7 avril 1937, à Franklin, qui tentent d’intensifier l’aide à l’Espagne républicaine (Henriette Plougonven, Émilienne Grégoire, Suzanne Vautier) et de reprendre les revendications du droit de vote et de la lutte contre la prostitution. Une seule femme semble avoir été membre de la direction de section, Marie Hubschwerlin, en 1936-1937, soit moins que pendant la période antérieure (Rose et Odette Brière, Suzanne Vautier avaient alors participé au bureau du rayon) ; par contre quatre femmes (sur 36 candidats)117 furent présentées sur la liste communiste (Le Corre) aux élections municipales de 1935, contre une seule, Rose Brière, six ans plus tôt (liste Gautier).

Illustration 6 – Photographie d’un groupe de communistes havrais devant le siège du rayon (vers 1933)

  • 118 Par exemple l’Amicale populaire de Graville.
  • 119 D’après les archives policières (ADSM 1 M 304), qui constatent l’organisation de groupes de trois d (...)

56On ne peut que constater enfin, à partir des premiers échecs enregistrés au mois de juin 1937 (démission de Blum, chute de Bilbao et du Pays basque), la tendance à multiplier les amicales (populaires, d’usine et de quartier118, d’anciens volontaires) et sections d’amis (de l’Espagne républicaine, de L’Avenir du Havre et de L’Humanité), soit des structures relais, établies pour traverser des temps difficiles, ainsi que la mise en place d’un appareil clandestin119. Une double structure peut en effet être appréhendée, à la lecture et à l’analyse des archives policières qui constatent sa réalisation dans les années 1936-1937. À partir de cette date, dans l’objectif d’une préparation à l’illégalité, l’appareil dirigeant constitue des triangles de trois militants, désignés parmi les affectés spéciaux et les non-mobilisables, pour devenir la direction clandestine de la région et de la section. Ils sont aussi chargés de planquer du matériel d’impression, ronéo, Gestetner… De façon très caractéristique, le passage (programmé ?) à la clandestinité, pour des raisons renouvelées, à la fois politiques et militaires (échec du Front populaire français, défaite de la République espagnole), commence à s’opérer dans la vallée du Cailly, banlieue de Rouen, là où a été repéré un futur dirigeant fédéral, l’instituteur André Pican (résistant, fusillé au mont Valérien le 23 mai 1942).

Tableau no 2 : les élections législatives de 1936

Tableau no 2 : les élections législatives de 1936

1931

1934

1937

1er canton

A. David
2 709 voix : 7,53 %
4
e (PC < SFIO)

R. Le Marec
3 560 voix : 10,81 %
3e (PC > SFIO)

G. Plougonven
3 909 voix : 18,65 %
3e (PC > SFIO)

2e canton

Y. Prat
1 927 voix : 12,45 %
3e (PC > SFIO)

J. Le Troadec
2 754 voix : 15,10 %
3e (PC > SFIO)

R. Pantier
2 903 voix : 25,90 %
2e (PC < RAD.)

3e canton

E. Deschamps
3 265 voix : 20,92 %
2e (PC < Rad.)
Maire : E. Meyer élu

D. Le Corre
3 707 voix : 36,74 %
2e (PC < Rad.)
Maire : E. Meyer élu

R. Cance
1er tour : 38,84 %, 2e (PC < Rad.)
2e tour : 55,52 %
Élu conseiller général

4e canton

F. Legagneux
7 975 voix : 21,79 %
2e (PC < Rad.)

F. Legagneux
11 145 voix : 27,48 %
2e (PC < Rad.)

J. Le Troadec
1er tour : 39,16 %, 1er
2e tour : 55,81 %
Élu conseiller d’arrondissement

5e canton

E. Brun
3 092 voix : 8,70 %
3e

J. Pasqualini
4 381 voix : 13,24 %
2e

M. Jouanno
5 028 voix : 12,41 %
4e

6e canton
Sainte-Adresse
Sanvic et Bléville

D. Edouard
5 700 voix : 5,46 %
3e
1er : R. Coty élu

E. Parisse
6 880 voix : 15,81 %
2e

L. Raimbault
8 508 voix : 14,54 %
3e
1er : R. Coty élu

Annexes

ANNEXE 1

Carte 5 : Les six cantons du Havre en 1931 (voir une version couleur dans le cahier iconographique, illustration I)

Carte 5 : Les six cantons du Havre en 1931 (voir une version couleur dans le cahier iconographique, illustration I)

ANNEXE 2. Les élections de 1929 à 1937

Cadre territorial et administratif

La ville a 189 989 habitants en 1936.

– Les élections municipales de 1929 et 1935 se font au scrutin proportionnel uninominal à deux tours.

– Les élections cantonales se font au scrutin majoritaire uninominal à deux tours dans les 6 cantons.

– Les trois circonscriptions électorales pour les législatives de 1932 et 1936 comprennent une 1re circonscription entièrement havraise, une 2e circonscription intégrant les banlieues limitrophes, et la périphérie rurale. La 3e circonscription s’inscrit dans le cadre de la périphérie éloignée, à dominante rurale, de l’arrondissement (7 cantons). Voir carte 3.

L’arrondissement du Havre a 322 199 habitants en 1936.

Résultats des élections législatives de 1932 (1er tour) et 1936 (2 tours) dans les trois circonscriptions

Tableau no 1 : les élections législatives de 1932

Tableau no 1 : les élections législatives de 1932

Note 120120

Note 121121

Note 122122

Résultats des élections municipales

Tableau no 3 : les élections municipales de 1929 et 1935 (Le Havre et sa banlieue)

Tableau no 3 : les élections municipales de 1929 et 1935 (Le Havre et sa banlieue)

Résultats des élections cantonales

Tableau no 4 : Comparaison entre les 1ers tours (1931-1934-1937)

Par canton : le nombre de suffrages exprimés, le candidat communiste et le pourcentage des suffrages exprimés pour le PC (suivi du rang)

1931

1934

1937

1er canton

2 709
A. David
7,53 % (4)

3 560
R. Le Marec
10,81 % (3)

3 909
G. Plougonven
18,65 % (3)

2e canton

1 927
Y. Prat
12,45 % (3)

2 754
J. Le Troadec
15,11 % (3)

2 903
R. Pantier
25,90 % (2)

3e canton

3 265
E. Deschamps
20,92 % (2)

3 707
D. Le Corre
36,74 % (2)

4 307
R. Cance
38,84 % (2)

4e canton

7 975
F. Legagneux
21,79 % (2)

11 145
F. Legagneux
27,48 % (2)

13 720
J. Le Troadec
39,16 % (1)

5e canton

3 092
E. Brun
8,70 % (3)

4 381
J. Pasqualini
13,24 % (2)

5 028
M. Jouanno
12,41 % (4)

6e canton
Sainte-Adresse
Sanvic et Bléville

5 700
A. Édouard
5,46 % (3)

6 880
E. Parisse
15,81 % (2)

8 508
L. Raimbault
14,54 % (3)

Tableau no 5 : résultats des seconds tours (1931-1934-1937)

Par canton : le candidat communiste, le total des voix (1er ou 2e tour), le pourcentage des suffrages exprimés et le rang

Notes

1 L’Avenir du Havre, hebdomadaire communiste, le 7 mars 1936, parle encore de comités du BOP, section française de l’IC.

2 L’expression est utilisée pour la première fois le 9 octobre 1934 par Maurice Thorez, dans le meeting de la salle Bullier ; elle est de règle dans L’Avenir du Havre à partir du début de sa parution, le 25 octobre 1935.

3 La formule est utilisée par Le Prolétaire normand du 1er mars 1935. Voir Denis Peschanski, selon lequel il y a substitution du vocabulaire « peuple » au vocabulaire « classe » dans une période allant du printemps 1935 à mai 1936 : Et pourtant ils tournent. Vocabulaire et stratégie du PCF (1934-1936), Paris, Klincksieck, 1988.

4 À partir de la conférence d’Ivry, 23-26 juin 1934.

5 Maurice Thorez, 6 mars 1936, à Franklin.

6 L’Avenir du Havre, 27 juin 1936.

7 En dépit de l’attente exprimée par le rapport politique de Maurice Thorez au comité central des 24 et 25 janvier 1934, « La lutte pour l’issue révolutionnaire de la crise », ou par les inscriptions peintes par les communistes havrais sur les murs du consulat d’Allemagne : « À mort Hitler, vive la révolution allemande ». Voir Fernand Chatel, 30 ans de luttes au service des travailleurs normands et de la paix, Rouen, Éditions de la fédération de Seine-Inférieure du PCF, 1951, et Le Prolétaire normand, 24 mars 1933.

8 Les organisations ouvrières et démocratiques autrichiennes sont écrasées par l’armée et les milices du chancelier Dollfuss au terme d’une lutte qui a duré du 1er au 16 février 1934. Voir le témoignage de Roger Le Marec sur la journée du 12 février : « Il avait été entendu qu’une minute de silence serait respectée pour saluer le martyre des socialistes de Vienne » (Notes écrites de R. Le Marec, fonds privé Jean Legoy).

9 Les comités de défense des emprisonnés et « pour Thälmann » se multiplient, ou encore les chœurs parlés du GAO se produisent à la fête sportive et champêtre d’Aplemont, le dimanche 22 juillet 1934, en présence de 500 personnes.

10 Par exemple Edgar André, réfugié, envoyé au Havre, délégué à la propagande et instructeur de l’IMD, Internationale des marins et dockers (voir chapitre 3).

11 Les fascistes ont par exemple la volonté d’encadrer les chômeurs.

12 L’évolution de Jacques Doriot, après son exclusion de juin 1934, entraîne celle de nombre de communistes.

13 Appel commun à la manifestation du 1er mai 1933 : « Conscients de la gravité de la situation internationale, le rayon du PC et la section socialiste SFIO appellent les masses laborieuses à réaliser l’unité d’action pour faire échec au plan de misère et de famine » (F. Chatel, 30 ans de luttes…, op. cit., p. 33).

14 Le congrès local des antifascistes du Havre (11 et 12 juillet 1934) parle d’« antifascistes emprisonnés et torturés dans les camps de concentration en Allemagne ».

15 Le Prolétaire normand, 29 juillet 1932 ; 33 organisations s’y sont ralliées.

16 Le Prolétaire normand, 5 août 1932 ; un grand meeting central a lieu à Rouen : 78 organisations sont représentées.

17 Ligue des combattants de la paix.

18 René Cance dans Le Prolétaire normand, 4 novembre 1932 : « […] ceux qui comme moi n’appartiennent à aucun parti […] dans le bloc indestructible de tous ceux qui veulent lutter contre la guerre. »

19 Le Prolétaire normand, 31 mars 1933.

20 Selon le témoignage de Roger Le Marec, secrétaire adjoint de l’ULU, sur les manifestations au monument aux morts de 200 Croix-de-Feu, les 6 et 7 février.

21 Les ouvriers sont « prêts à défendre [leurs] sièges », à l’aide de gourdins ? d’armes ? Un meeting à Franklin de 200 à 300 personnes a lieu le 6 au soir (témoignage de Louis Eudier).

22 Chez les métallos : 500 syndiqués, 3000 grévistes sur 10 000 salariés (1 sur 3 selon le rapport de police, ADSM 4 M 151), mais 100 % chez les dockers, marins, ouvriers des Tabacs.

23 Par exemple du ciment est coulé dans les aiguillages aux dépôts de tramways.

24 Le Petit Havre, 13 février 1934.

25 Interviennent Darius Le Corre, représentant le PC dans les élections et au comité local de lutte, et Roger Le Marec, en solidarité avec les communistes, socialistes et syndicalistes autrichiens défaits début février 1934.

26 Par exemple au congrès local antifasciste du Havre des 11 et 12 juillet 1934, salle Labedoyère, ou encore à la réunion du 11 novembre sont annoncés, outre les organisations communistes PC, JC, ULU, SRI, comité de chômeurs, des structures socialistes : section locale, Ligue internationale des combattants, confédérés, Ligue des droits de l’homme et l’UL autonome.

27 Une centaine d’adhérents (Le Prolétaire normand, 2 novembre 1934).

28 Par exemple, en 1935, les femmes du Comité mondial contre la guerre et le fascisme appellent à charger L’Avion de la paix de produits médicaux et pharmaceutiques à usage de la Croix-Rouge éthiopienne (L’Avenir du Havre, 7 décembre 1935).

29 L’Avenir du Havre, 25 octobre 1935.

30 Ces méthodes sont dénoncées comme ayant un caractère minoritaire, « fascisant », par l’instructeur de la cellule des dockers, Robert Moy. Ce dernier est exclu en avril 1934.

31 Les sièges de la section et de l’union locale ont été perquisitionnés, dans la deuxième quinzaine d’avril 1934, par la police : à la recherche d’armes ? Les communistes retournent l’accusation…

32 Les communistes distribuent, eux, Le Prolétaire, front mondial.

33 Avec 3000 manifestants contre la police et l’armée ?

34 Un pacte est scellé le 27 juillet 1934, précédé, le 25 juillet, par une entrevue entre les deux fédérations régionales.

35 Ces forces intègrent des non-ouvriers, des non-communistes.

36 Le Prolétaire normand, 17 août 1934, table de lecture.

37 Le Prolétaire normand, 24 août 1934 (les formules de La Lessive sont qualifiées de nationalistes, patriotardes, confusionnistes) et 15 février 1935.

38 Le Prolétaire normand, 19 et 26 janvier 1935.

39 PC et CGTU se montrent aussi solidaires : distributions de vivres, de charbon…, mobilisation contre les expulsions le 14 mars 1935, rue d’Iéna, le 19 mars, rue de l’Église…

40 Chiffres établis d’après un rapport du commissaire de police du Havre au préfet de Seine-Inférieure sur l’état du chômage dans la ville du Havre. Jean Legoy fait état de 6278 chômeurs en 1936 dans Le peuple du Havre et son histoire, t. III, Le Havre, Éditions de l’Estuaire, 2002, p. 327.

41 En 1935-1936, 4000 dockers sont recensés et 1500 assurés de retrouver quotidiennement du travail.

42 Devenus Fédération des ports et docks, dont le secrétaire général est Jean Le Gall (le bureau est composé de 4 confédérés, 2 unitaires et 1 autonome).

43 Aucun représentant ne figure au bureau de l’UL, contrairement à l’UD réunifiée le 22 décembre 35 (le bureau est composé de 4 confédérés, 2 unitaires, 1 autonome) et au bureau confédéral de la CGT.

44 Vérités, organe de l’union des syndicats ouvriers du Havre et de la région, 32e année, no 3 : appel aux travailleurs pour le 1er Mai de l’unité reconstituée.

45 Les postiers, les ouvriers du gaz, de la Manufacture des tabacs.

46 Selon la formule de Louis Eudier, dans son témoignage publié par les Cahiers de l’institut Maurice-Thorez en 1972. Voir aussi la brochure 1936 : ils ont osé, ils ont gagné. Histoire des grèves en Seine-Inférieure, Institut d’histoire sociale de Seine-Maritime, 2006, 98 pages.

47 Au nombre de 20, dont Amsterdam-Pleyel.

48 Dans l’ensemble des bureaux sauf un (école des Neiges du 4e canton) où la liste Le Corre fait mieux que la liste Meyer.

49 Dans la 1re circonscription contre Léon Meyer, député sortant.

50 Edmond Parisse, par exemple, est qualifié de « lutteur prolétarien ».

51 Un vieux fond anticlérical se traduit aussi par la dénonciation des curés des Neiges (accusé d’être Croix-de-Feu), de Frileuse (Sainte-Cécile) et d’Aplemont (Saint-Paul).

52 La 1re circonscription urbaine comprend les 1er, 2e, 3e cantons et une fraction du 4e. Voir carte 3 ci-contre : « Les élections législatives de 1932 et 1936 ».

53 Léon Meyer, député sortant, obtient 44,9 % des suffrages exprimés et Jules Le Troadec, 29,12 %, le 26 avril 1936 (voir résultats en annexe).

54 Au second tour, le 3 mai 1936, Léon Meyer est élu avec 46 % des suffrages exprimés, Jules Le Troadec en ayant obtenu 39,3 %.

55 Circonscription mi-rurale mi-urbaine (fraction du 4e canton, 5e et 6e cantons), soit la banlieue du Havre, Sainte-Adresse, Bléville, Sanvic, Rouelles, Harfleur et des communes cauchoises. Voir carte 3.

56 La majorité des suffrages sont obtenus à Aplemont (4e canton). Albert Dubosc (droite) est élu.

57 Usine de 850 salariés (dont 600 ouvriers).

58 Des adhésions gratuites sont offertes aux pères de familles nombreuses, le journal Le National est distribué gratuitement.

59 Des horaires augmentés, des cadences accélérées, une absence d’hygiène et de sécurité sont régulièrement dénoncés dans la presse communiste (voir L’Avenir du Havre, 25 avril 1936) et syndicale.

60 Le mot n’est pas employé, mais Louis Eudier déclare avoir alors étudié les grèves avec occupation ayant eu lieu à Lodz (Pologne, 8 mars 1936) et à Sofia (Bulgarie), par l’intermédiaire de l’ISR (Internationale syndicale rouge) : la nuit du 11 au 12 mai est passée dans l’usine.

61 Les deux salariés sont réintégrés, le chef du personnel muté, les jours de grève payés.

62 Elle est saluée comme telle par une réunion de 2000 personnes à Franklin, le 12 mai, en présence de Fernand Legagneux (UD-CGT), Ambroise Croizat (bureau confédéral), et les journaux communistes (Prolétaire du 15 mai et Avenir du 16 mai) : « Ouvriers du Havre, vos traditions combatives n’ont pas disparu, l’esprit des barricades de 1922 revit en vous mais possédant cette arme redoutable, l’unité syndicale, vous montrez le chemin […]. »

63 Un témoignage de Louis Clech : « On a même été un peu plus loin, parce que l’usine nous appartenait », dans Françoise Cahier, La classe ouvrière havraise et le Front populaire (1934-1938), mémoire de maîtrise, Paris, Centre d’histoire du syndicalisme, 1972.

64 D’après la date donnée par Henri Dubief, Le déclin de la Troisième République (1929-1938), Paris, Seuil, 1976, p. 181. Sur la grève à la CEM, voir les photographies publiées par Jean Legoy, Le Front populaire et 1936 au Havre, Saint-Étienne-du-Rouvray, EDIP, 1986, et le dessin de Charles Nicolle, « La CEM dans la longue histoire du communisme havrais » (illustration 3).

65 D’après F. Cahier, La classe ouvrière havraise…, op. cit. Mais L’Avenir du Havre parle d’une grève de quelques heures, le 10 juin.

66 Les ouvrières (320 salariés, à 87,5 % des femmes) avaient vu leurs salaires baisser de 10 % du fait de la crise, elles avaient obtenu de travailler 40 heures pour 90 francs (au lieu de 32 pour 80 francs), leur salaire restait donc amputé de 10 %, en 1936. Au terme de trois jours de grève (8-11 juin) débouchant sur un accord, elles obtiennent 12 % d’augmentation, elles commencent une deuxième grève, avec occupation, le 25 juin, pour protester contre le retard pris dans l’élaboration du contrat et demander une augmentation supplémentaire de 10 %, réduite à 3 %, le 10 août : l’arbitrage de Léon Meyer leur garantit 12 % et l’usine est évacuée le 14 août.

67 Le maire tente alors d’embaucher des chômeurs…

68 Le 17 juin, 1500 d’entre eux sont réunis à Franklin par la CGT.

69 Dans les conflits à la Verrerie Tourres ou aux Filatures et tissages de Graville.

70 Par exemple, des ouvrières protestent contre « les mœurs fascistes » d’un contremaître à la filature de Graville et l’une d’elles, Emily Ennelle (est-ce le nom, ou plutôt un acronyme : N. L. ?), donne son « opinion d’une femme » dans la presse communiste.

71 L’union locale a quasi triplé ses effectifs, passant de 12 000-13 000 à la réunification à 35 000 fin 1936, 55 000 en juin 36, d’après J. Legoy, Le peuple du Havre…, op. cit., p. 339. Quant à la fédération du PC, elle a multiplié ses adhérents par 6.

72 La fermeture est appliquée à tous les éléments étrangers, sauf les dirigeants syndicaux et les artistes, l’outil de travail devant être entretenu, préservé…

73 André Duroméa, alors âgé de 19 ans, se souvient être allé jouer du saxophone alto à la porte des usines occupées.

74 Le théâtre a été créé en 1932 par Muse Dalbray ; d’inspiration cartelliste, cette pièce sous-titrée Jeu de massacre est une création en cinq parties.

75 L’Avenir du Havre a publié un tableau comparatif des trois cantonales de 1931, 1934 et 1937, reproduit en annexe 2. Voir aussi les résultats du second tour.

76 Le 4e canton comprend Acacias, Aplemont, Vallée-Béreult, Neiges. Dans ces quartiers du haut et du bas Graville, Jules Le Troadec reprend l’héritage de Roger Rolland, marin, mutin de la mer Noire, emprisonné, élu en mai 1923, et de Jean Marty, présenté à la place de son frère André, élu en 1924, invalidé. Voir John Barzman, Dockers, métallos, ménagères, PURH, 1997, p. 310, 311 et 357.

77 Au second tour, le dimanche 14 octobre, il y a 4245 suffrages exprimés dans le 3e canton (62 votants de moins) et 13 237 dans le 4e (483 votants de moins). L’adversaire de Le Troadec, Coat, un ancien conseiller municipal de Léon Meyer, obtient 5841 voix, soit 44,13 % des suffrages exprimés. Le candidat de Front populaire a la majorité dans 10 bureaux sur un total de 12. Voir les résultats en annexe 2, et la première page de L’Avenir du Havre, 14 octobre 1937 (illustration 4).

78 Bernard Pudal, Prendre parti, Paris, PFNSP, 1989.

79 L’Avenir du Havre, organe du rayon communiste, 1er numéro le vendredi 25 octobre 1935. Ce journal est présenté comme « hebdomadaire politique et d’information édité par la section communiste » en 1937.

80 L’Avenir du Havre, 7 novembre 1936 et 24 avril 1937.

81 Plus de 2000 personnes participent à la fête de l’Avenir à Franklin (14 novembre 1936) et 11 000 le 18 juillet 1937.

82 Une continuité est établie avec le ciné-club des Amis de l’URSS, qui avait projeté le 5 février 1930 Le Krassine au pays des glaces à l’Ideal Cinema.

83 Il a d’ailleurs son alter ego à la direction régionale, l’instituteur André Pican, lui aussi rédacteur, organisateur de fêtes…

84 L’Avenir dénonce explicitement l’armement des Croix-de-Feu, du PPF et des membres de la Cagoule. Il est condamné à payer 2000 francs de dommages et intérêts, plus 50 francs (amende avec sursis) au gérant et 50 à l’auteur (L’Avenir du Havre, 20 janvier 1938).

85 Un premier film soviétique, autorisé par la censure, Le Chemin de la vie de Nicolaï Ekk, est présenté au Kursaal, en juin 1936.

86 Tous les grands films et documentaires soviétiques de Tchapaiev aux Marins de Cronstadt, de La Jeunesse de Maxime à La Mère sont présentés.

87 Sont aussi projetés un montage sur La Vie illustre de Paul Vaillant-Couturier et Le Voyage en Afrique du Nord de Maurice Thorez (1939).

88 Voir Pascal Ory dans La belle illusion, Paris, Plon, 1994.

89 Par exemple est annoncée la conférence de Paul Rivet (CVIA) à l’institut ouvrier, le 20 février 1937, « L’origine de l’homme et le racisme… Ce que vaut la doctrine hitlérienne » (L’Avenir du Havre, 20 février 1937).

90 Ainsi Roger Le Marec se souvient-il d’avoir eu une centaine d’Histoire du parti bolchevick, rien qu’au quai de la Marne, en 1939 (Notes manuscrites, fonds privé J. Legoy).

91 Le discours de Maurice Thorez dit « de la main tendue » est prononcé le 17 avril 1936 ; le second, du 24 avril, est écouté à la permanence de la cellule du quartier Notre-Dame, rue de la Gaffe (2e canton).

92 À Rouen est conçu un projet de maison de la culture.

93 Tout a un caractère antifasciste : le bal du 10 octobre 1937 à Franklin, comme le groupe de cyclotouristes organisé par Charles Domurado (L’Avenir du Havre, 10 avril 1937) ou l’orchestre de dix musiciens appelé Musett’jazz (L’Avenir du Havre, 2 septembre 1937). La FSGT collecte des couvertures pour les sportifs espagnols…

94 L’Avenir du Havre, 16 décembre 1937.

95 L’Avenir du Havre, 17 février 1938. Voir la photographie (illustration 5), parue dans le livre de J. Legoy, Le peuple du Havre…, op. cit., p. 313.

96 Ancien secrétaire des Jeunesses communistes pour la région havraise (1926).

97 Au stade municipal, 2000 personnes se rassemblent pour un meeting FSGT le 20 septembre 1936.

98 Ou encore l’US inscrits maritimes, le Sporting Club des réparations navales, l’AS Desmarais, l’Entente métallurgique (CEM), l’Étoile sportive des Neiges, l’AS de la cité Chauvin, l’Évolution sportive de l’Eure.

99 Le projet décoratif pour un centre d’aviation populaire de Fernand Léger date de 1940.

100 L’Avenir du Havre, 19 juin 1937.

101 L’Avenir du Havre, 8 juillet 1937.

102 L’Avenir du Havre, 30 janvier 1937 et 13 mars 1937. L’association havraise est créée le 20 novembre 1933. Voir J. Legoy, Le peuple du Havre…, op. cit., p. 334.

103 La représentante est une institutrice de l’école Gravelotte.

104 L’Avenir du Havre, 3 avril 1937 et 1er mai 1937.

105 L’Avenir organise aussi des fêtes de nuit, des concerts anniversaires avec cantatrices.

106 L’Avenir du Havre, no 146, 2 mars 1939.

107 P. Ory, La belle illusion, op. cit., p. 794.

108 Chiffres publiés par L’Avenir du Havre, les 19 septembre 1936, 6 mars 1937, 2 décembre 1937 et 24 mars 1938.

109 P. Ory, La belle illusion, op. cit., p. 573. L’Avenir du Havre, 2 décembre 1937, donne le chiffre de 220.

110 Depuis janvier 1936, 147 adhérents et 4 cellules d’entreprise (congrès de Villeurbanne). Voir carte 4 : « Le PC au Havre en 1938 ».

111 Notes sur ses activités passées, souvenirs manuscrits donnés à Jean Legoy (fonds privé).

112 Ces deux sections furent l’objet d’une intervention spéciale de la direction nationale (J. Duclos, P. Villon ? A. Marty, Ch. Tillon) du fait de leurs relations avec l’IMD : Internationale des marins et dockers (ISR).

113 Voir la photographie de communistes havrais (dont René Cance et Roger Le Marec) [illustration 6]. La direction régionale (G. Déziré) organise en 1937, au Havre, une école de cadres à laquelle participe le jeune André Duroméa (ADSM 1 M304).

114 Permanent ? travaillant pour l’Internationale communiste (IC/ISR) ? volontaire ou désigné à la formation des Brigades ?

115 Voir sa photographie devant le local du boulevard de Graville en 1933 (illustration 6). Il a, d’après Jacques Girault, dans la notice rédigée pour le Maitron, adhéré au PC en 1932 et est devenu membre du bureau de la région en 1934.

116 Grève dans le pays de Caux en juin 1937, succédant aux grèves d’ouvriers agricoles en 1936.

117 Soit Augustine Brument (ménagère), Marie Caba (employée de chemin de fer), Adrienne Lietout (couturière) et Louise Marécal (ménagère).

118 Par exemple l’Amicale populaire de Graville.

119 D’après les archives policières (ADSM 1 M 304), qui constatent l’organisation de groupes de trois dans la section de Maromme (vallée du Cailly) à partir de 1935 (VIIe congrès de l’IC, juillet-août 1935).

120 La 1re circonscription est composée de 4 cantons du Havre (1er, 2e, 3e et 4e).

121 La 2e circonscription est formée par 3 cantons du Havre, la banlieue urbaine et la périphérie rurale, soit les 4e, 5e et 6e cantons et les communes de Sanvic, Bléville, Sainte-Adresse, Le Fontenay, Fontaine-la-Mallet, Harfleur, Octeville, Rouelles, Mannevillette. Seule la 1re circonscription est entièrement havraise. Le 4e canton est divisé entre la 1re (Danton-Douanes, Rond-Point, Vallée-Béreult, Neiges) et la 2e (Graville centre, Acacias, Frileuse-Aplemont). Voir carte 3.

122 La 3e circonscription est constituée de 7 cantons périphériques intégrés à l’arrondissement du Havre : Montivilliers, Goderville, Saint-Romain, Bolbec, Lillebonne, Criquetot, Fécamp.

Table des illustrations

Légende Carte 3 – Les élections législatives de 1932 et 1936
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1194/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Légende Illustration 3 – La Compagnie électromécanique (CEM), dessin de Charles Nicolle
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1194/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Illustration 4 – L’Avenir du Havre, 14 octobre 1937
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1194/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 508k
Légende Illustration 5 – Photographie de coureurs à pied du Travail Sporting Club, affilié à la FST (CGTU), vers 1932
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1194/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Carte 4 – Le PC au Havre en 1938
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1194/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
Légende Illustration 6 – Photographie d’un groupe de communistes havrais devant le siège du rayon (vers 1933)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1194/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Tableau no 2 : les élections législatives de 1936
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1194/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Carte 5 : Les six cantons du Havre en 1931 (voir une version couleur dans le cahier iconographique, illustration I)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1194/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
Titre Tableau no 1 : les élections législatives de 1932
Légende Note 120120
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1194/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Tableau no 3 : les élections municipales de 1929 et 1935 (Le Havre et sa banlieue)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1194/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 262k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search