Version classiqueVersion mobile

Dockers, métallos, ménagères : Mouvements sociaux et cultures militantes au Havre (1912-1923)

 | 
John Barzman

Cinquième Partie. La grève générale de 1922

Chapitre 1. Reprise économique et agitation sociale (hiver et printemps 1922)

Texte intégral

1Le cycle de l’action collective au Havre présente la particularité par rapport au reste de la France, de rebondir par une puissante grève générale régionale en 1922. Voyons d’abord la situation économique et le contexte politique de l’hiver et du printemps 1922.

Retournement de la tendance récessive

  • 1 Voir R. Goetz-Girey, Le mouvement des grèves en France, 1919-1962.

2Les causes économiques de la grève des métaux de 1922 sont assez difficiles à démêler. Les travailleurs se plaignent de nouvelles hausses du coût de la vie, un trait inflationniste habituellement associé aux reprises économiques. Par contre, les patrons de la métallurgie havraise prétendent que leurs commandes sont moins nombreuses en raison de la concurrence internationale. En fait, la grève s'est déroulée dans une conjoncture précise, alors que la récession vient de prendre fin et que la production commence juste à remonter. C'est un mécanisme assez classique des grèves : le manque de ressources et la crainte du chômage tend à décourager les grèves tandis que l'annonce que des commandes ont été placées et que la demande de main-d'œuvre augmente, tend à encourager les grèves. Cependant, ce mécanisme purement économique est modifié par des facteurs plus subjectifs, comme la confiance que d'autres secteurs de l’opinion publique pourront, en cas de besoin, engager des actions de solidarité, une organisation dense ou une volonté politique forte.1 D’où l’intérêt de suivre à la fois la courbe de la conjoncture et les péripéties du mouvement populaire.

  • 2 A. Sauvy II, p. 80-81.
  • 3 Idem, p. 154.

3Plusieurs indicateurs montrent que la tendance à la reprise se généralise au cours du printemps 1922. Résumant la situation en France, Sauvy écrit : “La reprise nette de l'activité industrielle (octobre 1921) précède très évidemment celle des prix et des valeurs (avril 1922) et continue ensuite sans faiblir. De 50 dans la période de juillet à septembre 1921, l’index s'élève à 65 en janvier 1922, 88 en janvier 1923, 104 en janvier 1924 et 116 en octobre 1924”.2 Un indicateur particulièrement important au Havre est celui du commerce extérieur français. En voici les chiffres :3

Année

Importations (en millions de francs)

Exportations (en millions de francs)

1913

8 421

6 880

1919

35 799

11 879

1920

49 905

26 895

1921

22 756

19 773

1922

24 275

21 379

1923

32 859

30 868

1924

40 163

42 369

4Le tournant se situe donc en 1922.

  • 4 Idem, p. 305.

5La courbe du chômage permet également de juger la capacité des salariés à faire grève. Tandis que 47 000 chômeurs, en moyenne, ont reçu des secours en 1921, ce chiffre tombe à 5 500 en 1922, et à 1 900 en 1923. Le chiffre maximum est atteint en mars 1921, avec 91 200 chômeurs secourus ; dès juin 1922, la moyenne mensuelle est de 4 200.4Les chiffres des placements (le rapport entre les chercheurs d'emploi et les emplois remplis) montrent également une reprise en 1922 : ce rapport était de 63 en 1920, de 27 en 1921 et de 73 en 1922 (base 100 en 1926).

  • 5 Idem, p. 179-208.

6Enfin, la courbe des prix affecte le mécontentement du monde du travail. D'après A. Sauvy, la plupart des prix ont baissé entre juillet 1920 et mars 1922.5 Après cette date, ils reprennent leur marche ascendante. Mais la ménagère ne perçoit pas la chute, explique Sauvy, et la presse ironise sur “la vague de baisses” qui n'a jamais existé. Par ailleurs, les plafonds sur les augmentations de loyers sont levés vers le mois de juin 1920 et ceux-ci connaissent une ascension rapide en 1921 et 1922. Les difficultés des salariés sont encore aggravées par le prélèvement de l'impôt sur le revenu pour la première fois dans l'histoire de France.

7Un examen plus rapproché montre que les sous-branches des métaux stagnent ou reculent en 1921, sauf la construction navale qui, elle, culmine en 1921 et engage un déclin en 1922, 1923 et 1924.

  • 6 A. Sauvy, volume III, p. 316-331 ; voir aussi La construction navale en France, 1933, p. 46 et 98 p (...)

Indicateurs de la production industrielle française (base 100 en 1912) :6

Indicateurs de la production industrielle française (base 100 en 1912) :6

8Tous les établissements de la branche des métaux du Havre ne relèvent pas directement de la construction et de la réparation navales. Seule une fraction des biens produits dans ses fonderies et ses usines d'artillerie, de machine électrique, d’équipements portuaires et de moteurs diesel, est destinée aux chantiers navals. Les chantiers navals eux-mêmes ne font pas que de la construction navale, mais aussi de la réparation. Néanmoins, la construction navale est le moteur de l'industrie locale et mérite donc un examen plus détaillé.

  • 7 La construction navale en France, p. 98.

9A l'époque, la plupart des navires construits dans les chantiers français sont vendus à la Marine nationale ou à la Marine marchande française. Cette dernière a subi des pertes considérables par les torpillages et mines allemands pendant la Première Guerre mondiale. Ces pertes ont été compensées par des achats de navires aux Etats-Unis, la saisie d'une partie de la flotte allemande, et un programme accéléré de construction navale en France à partir de 1919, culminant en 1921. En 1921 également, les navires de la flotte d'Etat créée en 1917 sont vendus à des compagnies de navigation privées à des prix très bas. Enfin, ces compagnies reçoivent d'importantes subventions pour compenser le déclin du fret et commencent donc à réduire leurs commandes de navires en 1922, ce qui entraîne un déclin graduel de la construction pendant toutes les années 1920. Rappelons un autre aspect pertinent de la construction navale, à savoir le taux très élevé d'ouvriers qualifiés dans la main-d'œuvre. En 1932, il y a deux ouvriers qualifiés pour chaque ouvrier spécialisé ou manœuvre dans les chantiers navals.7

10Voyons maintenant si la conjoncture au Havre correspond à la tendance moyenne.

La situation au Havre

11Nous n'avons pas trouvé d'étude synthétique de la situation économique au Havre en 1922. Ce qui suit est fondé essentiellement sur les rapports de la Chambre de Commerce, les descriptions des diverses industries et les rapports de police.

  • 8 J. Bouvier et al., p. 738.

12En comparaison avec les autres régions de la France, la région de la Basse-Seine connaît une forte expansion de la Première Guerre mondiale à la dépression des années 1930.8 La croissance des industries de l'automobile, du véhicule industriel, des tanks et de l'aviation autour de Paris a un impact direct sur Le Havre et Rouen, ports de mer de la région. Les importations de matières premières destinées à ces industries augmentent ; on attribue aux usines du Havre la fabrication de certaines composantes ; le port fixe des réserves de pétrole et développe le raffinage. Ainsi, les chiffres globaux de l'activité économique après la guerre traduisent généralement le maintien ou l'amélioration d'une activité ayant déjà atteint un haut niveau avant-guerre.

L'activité économique du Havre 1912-1923

Année

1 000 francs

1912

99 710

1913

113 895

1914

112 101

1915

239 516

1916

358 641

1917

400 470

1918

334 867

1919

488 753

1920

431 590

1921

360 817

1922

471 745

1923

477 183

Source : Chambre du Commerce du Havre, Revue statistique de la navigation et du commerce, 1914 à 1923. Valeur des droits de douanes prélevés sur le commerce extérieur du Havre :

13En ce qui concerne plus précisément 1922, nous ne pouvons que reprendre les chiffres globaux fournis par la Chambre de Commerce. Tous les indicateurs sauf trois montrent une chute de l'activité en 1921 et une reprise en 1922. C’est vrai du nombre des entrées et sorties de navires au Havre, du tonnage des navires entrés et sortis, du nombre de navires enregistrés au Havre, du tonnage importé et exporté par voie maritime, du volume des recettes fiscales sur les importations, et du tonnage de minerai de cuivre importé. Les trois indicateurs qui ne manifestent pas une reprise nette en 1922 sont : le trafic passager des paquebots, qui décline en 1920, 1921 et 1922, puis commence à se rétablir ; le fret transporté par chemin de fer, qui ne se rétablit qu'à peine en 1922, avant de reprendre sa croissance en 1923 ; et les importations de minerais métalliques qui font de même, sauf que la reprise de 1923 est beaucoup plus forte. Laissons de côté la question du trafic passager. Les chiffres pour le fret ferroviaire et les minerais métalliques importés peuvent être rapprochés l'un de l'autre puisque les produits métalliques constituent une part importante du fret ferroviaire.

14Les chiffres du chômage révèlent une nouvelle détérioration de la situation en avril 1922. Les estimations de la police correspondent à un taux de chômage de 8,7 % en janvier 1921, de 14 % en juin 1921, et de 17,3 % en avril 1922. Dans l'industrie des métaux, ces chiffres sont de 3,2 % en janvier 1921, de 9,36 % en juin 1921 et de 13,5 % en avril 1922.

15Comment expliquer le décalage entre la reprise du commerce et la poursuite de la progression du chômage ? Nous ne pouvons qu'avancer des hypothèses. Le chômage se concentre peut-être dans les industries moins concernées par la reprise (construction navale, transports maritimes, commerce de détail). Il est peut-être en retard sur la reprise parce que les employeurs cherchent à différer le plus longtemps possible l'embauche de nouveaux salariés. Enfin, les chiffres du commerce qui indiquent une reprise pour 1922 sont des moyennes annuelles et cachent peut-être un tournant de la situation au cours de l'été 1922, qui n'aurait pas encore affecté le recensement des chômeurs en avril 1922.

16De plus, les chiffres annuels de 1922 pour l'industrie des métaux incorporent les effets de la grève qui commence le 20 juin 1922. La question se pose donc : la grève des métaux, qui dure trois mois, est-elle la cause du retard de la reprise des importations de minerais métalliques en 1922 ? Ou bien, les patrons métallurgistes disent-ils la vérité quand ils déplorent une baisse des commandes et réduisent leur demande de matières premières ? Il est difficile de répondre à ces questions sans examiner les comptes des principales entreprises, programme qui dépasse les limites de cette étude. Tous les minerais métalliques importés par Le Havre ne sont pas destinés aux usines du Havre ; par ailleurs, les importations de minerai de cuivre exhibent une très nette reprise en 1922 malgré la grève. Enfin, la situation est probablement assez différente dans chaque établissement havrais. Nous avons tendance à penser que les employeurs, prévoyant une reprise et un marché du travail plus tendu, décident d'imposer une épreuve de force pendant que le chômage est encore élevé. La grève dure plus longtemps que prévu et réduit probablement la production suffisamment pour affecter les statistiques annuelles. Nous retournerons à cette question lorsque nous aborderons la stratégie et le comportement du patronat pendant la grève.

Emploi dans les établissements métallurgiques en 1921 et 1922

Emploi dans les établissements métallurgiques en 1921 et 1922

Embauchés et chômeurs dans quelques branches du Havre 1921 et 1922

Embauchés et chômeurs dans quelques branches du Havre 1921 et 1922

Tableau : Le chômage en 1921 et 1922 au Havre

17Les chiffres à la page 300 sont tirés des rapports de police de la série AN F7-13.018. Ils ont été établis par la police, probablement en téléphonant ou en écrivant aux divers établissements qu'ils connaissaient et suivaient. Ils ne sont donc exhaustifs, puisqu'ils ne concernent que les salariés des entreprises privées ou des regroupements industriels contactés par la police.

18Les entreprises contactées dans le recensement du 26 janvier 1921 ont déclaré employer un total de 27 970 travailleurs en “temps normal”. Le chiffre “normal” est donc simplement la somme des travailleurs embauchés et des travailleurs considérés comme mis à pied par les entreprises.

19Les recensements du 6 juin 1921 et du 27 mai 1922 ont ajouté certaines entreprises nouvelles à leur liste (notamment les Chantiers et Ateliers de la Gironde) et certaines entreprises omises dans le précédent recensement (par exemple, Schneider) ainsi qu'une branche, les employés du commerce. En outre, entre les recensements de janvier et juin 1921, certains établissements ont changé les chiffres qu'ils avaient transmis sur leur force de travail “normale” (par exemple, Normand l'a baissé de 1 010 à 950, etc.)

20Le nombre des travailleurs et des établissements concernés par ces recensements est suffisant pour établir la tendance de l'emploi. Les recenseurs semblent avoir négligé certaines petites entreprises des métaux, de l'alimentation et de la chimie, certains métiers peu nombreux (typographie), et la plupart des services publics, sauf le gaz et l'électricité (rail, tabacs, enseignement, municipaux, agents des douanes, poste, etc.)

21Certains grands établissements situés en dehors de la commune du Havre ne sont pas inclus dans le recensement : l'usine Schneider et la fonderie Bassot d'Harfleur.

22Les Corderies de la Seine, fabriquent à l'origine de la corde, étaient classées dans l'industrie textile et les travailleuses syndiquées par le syndicat du textile. Après la guerre, elles commencèrent à fabriquer des câbles de cuivre et d'autres métaux et fusionnèrent avec les Tréfileries et Laminoirs du Havre. Leur personnel, principalement féminin, fut étroitement associé à la grève des métallos de l'été 1922. Nous l'avons donc inclus dans la liste des établissements de la métallurgie.

23Les variations saisonnières, particulièrement amples dans le coton, le café et d'autres matières premières manutentionnées dans le port, ainsi que dans le bâtiment, ne sont pas prises en compte.

24Bien que les chiffres du chômage pour l'industrie havraise des métaux indiquent une augmentation de janvier à juin 1921, et de juin 1921 à avril 1922, des contre-tendances ponctuelles ont pu encourager les métallos à croire en la possibilité d'une résistance. En premier lieu, deux nouveaux établissements ouvrent en 1921 et s’agrandissent en 1922 : les Ateliers et Chantiers de la Gironde, qui embauchent 655 salariés en 1921 et portent ce chiffre à 1 100 en 1922 ; et les Ateliers et Chantiers du Havre (Pont 7), avec environ 250 ouvriers. D'autres établissements grossissent : Caillard, de 400 à 447, les Corderies de la Seine de 925 à 1 000. Les mises à pied à la Transat et à Schneider ne sont pas très sévères. Les réductions les plus dramatiques sont imposées chez Augustin Normand, aux Tréfileries, à Westinghouse et à la fonderie Le Nickel.

25En outre, les notices écrites par les principaux établissements pour la Chambre de Commerce indiquent que certaines activités nouvelles et prometteuses ont été engagées dans les usines havraises. Westinghouse a initié la production de moteurs électriques et d'équipements de réfrigération ; les chantiers Augustin Normand, de sous-marins, de lance-torpilles et d'hydravions ; Schneider, de moteurs diesel et à essence, et d'avions lourds ; un petit fabricant de composantes d'automobiles a ouvert ses portes.

26Enfin, les perspectives d'emploi dans d'autres industries semblent prometteuses : l'industrie du pétrole, centrée sur la raffinerie Desmarais Frères, est en expansion. De nouveaux entrepôts frigorifiques ont ouvert sur le port ; des usines de mobilier de bureau et de transformation alimentaire se sont développées.

  • 9 AN F7-13.018.

27Les commentaires du commissaire Italiani confirment que les effets démoralisateurs du chômage se sont atténués en 1922. Dans sa note du 27 avril 1922,9 il signale que les dockers inscrits comme chômeurs trouvent souvent du travail pour quelques jours ici ou là, selon les mouvements des navires ; que les gens de mer ont décidé de laisser passer la crise dans leur village natal, souvent en Bretagne ; que de nombreux ouvriers du bâtiment ont migré vers les “régions libérées” de la France pour participer à la reconstruction ; que les employés du commerce de détail peuvent faire du travail chez eux et font souvent partie de familles dont au moins quelques membres travaillent ; et que plusieurs usines textiles et fonderies ont réduit la semaine de travail de leurs salariés plutôt que de les licencier.

28Nous n'avons pas de séries statistiques continues sur les loyers et le prix des denrées alimentaires au Havre. Cependant, nous savons que des plaintes se manifestent régulièrement contre la hausse des loyers et les évictions, et que le maire est amené à prendre des mesures pour empêcher la hausse des prix des denrées alimentaires à plusieurs reprises.

29En conclusion, au début de 1922, le chômage pèse encore lourdement et la stabilisation des prix n'a guère été remarquée. Au cours du printemps, l'activité économique commence à reprendre et des hausses de prix sont observées. Les branches maritimes et de la construction navale demeurent dans la récession plus longtemps que la plupart des industries havraises, mais les effets de ce retard sont atténués par la reprise économique globale.

Thèmes de l'agitation ouvrière et 1er mai 1922

30En ce qui concerne le mouvement ouvrier, l'hiver et le printemps 1922 sont principalement une période d'agitation et de discussion, avec peu de grèves importantes. Le Groupe socialiste, le Groupe communiste et le Groupe libertaire se réorganisent tandis que les militants syndicaux déploient des efforts considérables pour démêler les affaires de l'Ush après la scission Cgt-Cgtu.

  • 10 Adsm 2Z56.

31Le Gsh-Sfio poursuit ses tentatives de reconstituer ses forces, avec notamment une réception et un banquet pour l'ancien député, Paul Meunier, défenseur de Jules Durand, à sa sortie de prison en mars 1922.10 Mais Montagne est plus occupé par la crise qui s’ouvre dans le syndicat des marins et agents du service général en raison de l'incapacité des procédures d’arbitrage d’empêcher les mesures des armateurs contre les salaires. Par ailleurs, les relations se tendent entre Descheerder et le maire, surtout après le 1er mai. Le groupe est nettement en perte de vitesse.

32Le Gch consacre une bonne part de son énergie à suivre le bras de fer interne du Centre et de la Gauche du Pcf, qui se prolonge pendant toute l'année 1922. Son effort se porte sur la formation politique. Il participe à l'Ecole des Propagandistes organisée par la fédération de Seine-Inférieure. Sa bibliothèque se targue des dernières œuvres de Lénine et de Trotsky. Le 17 mars 1922, Charles Rappoport, un dirigeant national du Pcf, fait une conférence publique sur les leçons de la Commune de Paris, qu'il décrit comme un Etat de type soviétique semblable au régime russe de l'époque. Une controverse avec les anarchistes s'engage à ce propos.

  • 11 Le Communiste de Normandie, 22/4/1922.

33En mars 1922, le Gch débat la question du front uni au congrès de la Seine-Inférieure à Rouen, le 19 mars 1922, en même temps que la tactique dans les élections cantonales. Mellier, le secrétaire fédéral, écrit que le congrès a repoussé la tactique du front uni “presque unanimement” et s’explique dans un éditorial.11 Il se dit surpris que sa position soit soutenue par Frossard (du Centre) et décriée par Treint (de la Gauche), laissant entendre que la fédération se range de coutume plus près de la Gauche que du Centre du parti. En effet, son éditorial met l'accent sur le mot d'ordre “Aux masses !” qu’il considère comme une position “gauche”, et qui signifie pour lui l'unité du Pcf et de la Cgtu, le travail parmi les larges masses inorganisées, l'établissement de comités d'usine et de comités d'appelés, de locataires, contre la cherté du coût de la vie et contre l'impôt sur le revenu.

34Dans la lignée de cette orientation, le Gch tient une série de meetings avec l'Ush, l'Arac, les anarchistes, le Front ouvrier et paysan et l'Ustica (organisation de techniciens), mais pas avec la Cgt-rue Lafayette, le Gsh-Sfio et la Ligue des Droits de l'Homme. Il rassemble des informations sur les usines qu'il publie dans le journal du parti. Ses adhérents participent aux coopératives et cherchent à activer les comités de locataires. Mais la démarche la plus retentissante est le lancement d'une campagne électorale pour le marin de la mer Noire, Roger Rolland, décrite plus loin dans le cadre des élections cantonales.

35Quant au Glh, il collabore avec la direction de l'Ush et distribue Le Libertaire où il apparaît périodiquement sous la rubrique consacrée aux groupes anarchistes de province. En janvier 1922, il présente une conférence publique intitulée “Anarchiste et végétarien”, et en projette une autre intitulée “De Moïse à Darwin”. En mai, le Glh se plaint que le Gch a cherché à transformer une réunion du comité d'action contre la guerre en réunion électorale, ce qui a contraint le Glh à s’en retirer. Les polémiques avec le Gch à propos de la révolution russe s'intensifient.

36Bien plus forts que le Gsh, le Gch ou le Glh, les anarcho-syndicalistes dominent la gauche ouvrière. Ils ont pris la direction de l'Ush, du journal Vérités et de la Jeunesse Syndicaliste, et imprimé leur vision à deux générations de militants syndicaux comme Jean Le Gall, Auguste Sénécal, Joseph Perrault, Hervieu, Charron et Courtois des dockers, Alliet, Parisot et Girardot des terrassiers, Louise Malot des ouvrières du textile, et Le Guillermic des métaux. La tactique de ce groupement anarcho-syndicaliste, plus ou moins proche du bureau provisoire de la Cgtu, est de s’allier au Glh, au Gch et aux éléments centristes de l’Ush comme Quesnel, pour concentrer leur feu contre la Cgt-rue Lafayette et la Sfio.

37L'action de l'Ush se conforme alors à la ligne de la Cgtu établie par le bureau provisoire anarcho-syndicaliste : affirmer la Cgtu contre la Cgt de Jouhaux par une agitation contre les réductions de salaires, les hausses de loyer et les expulsions de locataires, contre toute infraction à la loi des 8 h, contre les préparatifs français de guerre, et pour l'amnistie (pour les marins de la mer Noire, pour Sacco et Vanzetti, et les autres emprisonnés). Comme le Gch et le Glh, l’Ush s’associe souvent à la Confédération nationale des locataires, l'Arac, la Jeunesses communiste et la Jeunesse syndicaliste, le Comité de défense sociale, la revue féminine de la Cgtu, L'ouvrière. La revue Vérités fait un effort authentique pour se tourner vers les préoccupations des masses. Elle blâme les dirigeants de la Fédération des syndicats maritimes pour avoir fait confiance aux armateurs et au Ministre de la Marine marchande, et examine les différents moyens de lutte contre les réductions de salaires imposées aux gens de mer. A propos de la métallurgie, elle dresse la liste des avantages perdus par les travailleurs : le supplément d'un tiers du tarif horaire à partir de la neuvième heure, ainsi que pour les heures du dimanche et de nuit, les allocations familiales, les règlements d'atelier. D'autres articles rendent compte de tentatives de syndiquer les ouvrières du textile, les employés de bureau et les fonctionnaires. Un éditorial appelle les terrassiers à revenir à leur syndicat et à leurs glorieux combats du passé.

  • 12 L'autre ville est Condé, dans le Nord, où le maire a fait hisser le drapeau rouge sur l'Hôtel de Vi (...)

38On voit que les uns et les autres refusent d’assumer la réalité des nouvelles divisions organisationnelles et n’abordent le problème de l’unité de la classe ouvrière dans l’action que très partiellement. Cette conception dicte la façon dont le 1er mai 1922 se déroule au Havre. La journée est importante non par le nombre de ses participants, mais parce qu’elle confirme la domination des anarcho-syndicalistes sur le mouvement ouvrier local, que Le Havre est l'une des deux villes en dehors de Paris où des heurts violents avec la police se produisent, et que ces incidents conduisent à la première rupture grave entre le mouvement ouvrier, y compris la Sfio, et le maire radical du Havre12.

  • 13 R. Wohl, p. 265-267.

39Ce 1er mai est préparé par plusieurs tentatives d'assurer l'unité ouvrière. Au niveau international, une réunion des Deuxième, Deuxième et Demi et Troisième Internationales se tient à Berlin du 2 au 5 avril.13 On y dresse des plans assez vagues pour l'unité d'action contre l'offensive capitaliste, notamment pour le 1er mai, mais la délégation du Pcf, menée par Frossard, s'oppose à cette application du front uni.

  • 14 AN F7-13 277 “Note du 31 mars 1922”.

40De même, au niveau national, le Pcf repousse une invitation de la Sfio à organiser ensemble les manifestations du 1er mai. Il préfère s'intégrer aux projets de la Cgtu. Les anarchistes font de même et la Cgtu retient les thèmes : contre l'impôt sur le revenu, contre la répression à travers le monde, notamment contre André Marty en France et contre Sacco et Vanzetti aux Etats-Unis.14

41Au niveau de la Seine-Inférieure, la Cgtu appelle à l'unité au sein de l'ancienne UD boycottée par le dirigeant des marins, Montagne, depuis le congrès de Dieppe en juillet 1921. Quand celui-ci refuse cette proposition, l'UD-Cgtu blâme la Cgt réformiste pour l’absence d'unité. Maurice Gautier entreprend une tournée de propagande dans les régions de Rouen et du Havre pour donner le ton, et fait publier une affiche appelant les ouvriers à cesser le travail le 1er mai, signée par les secrétaires des quatre UL Cgtu : Engler de Rouen, Quesnel du Havre, Delaporte d'Elbeuf et Delannoy de Dieppe.

42La nouvelle UD de la Seine-Inférieure de la Cgt-rue Lafayette appelle également, mais séparément, à cesser le travail le 1er mai. Montagne signe l'affiche, pour Le Havre. L'appel réclame la paix, l'amnistie, la journée de 8 h, et une réduction du service militaire à 18 mois. Les partisans havrais de la Cgt-rue Lafayette décident de ne pas participer au rassemblement organisé par l'Ush, mais des représentants du syndicat des marins sont présents à Franklin pendant les activités du 1er mai.

  • 15 Ibid.

43Le commissaire de police Italiani estime le 26 avril 1922 que le chômage sera général chez les marins, postiers et ouvriers du bâtiment, partiel chez les ouvriers des usines et les dockers, et négligeable chez les gaziers, électriciens, wattmen et cheminots.15 Il signale que les réunions fréquentes des syndicats des métallos et des dockers n'attirent que peu de monde depuis quelques mois, car les ouvriers sont découragés par le chômage et indifférents aux querelles doctrinales qui divisent le mouvement. Seul le syndicat des ouvriers du bâtiment a maintenu une certaine activité.

  • 16 Ibid, et Adsm 2Z85 “Sous-préfecture du Havre : les 1er mai”,

44L’Ush tient une première réunion le 7 avril afin de préciser le calendrier des activités du 1er mai.16 Au début le conseil semble divisé. Quesnel, le secrétaire de l'Ush, propose que l'Ush n'appelle pas à un arrêt de travail en raison des divisions du mouvement. Par contre, Jean Le Gall, nouveau secrétaire du Comité syndicaliste révolutionnaire (Csr) et représentant du port à l'Ush, réclame un arrêt de travail complet et deux rassemblements suivis d'une manifestation l'après-midi, sous les mots d'ordre de l'UD Cgtu : contre l'impôt sur le salaire, contre la répression antisyndicale, contre le militarisme, contre les réductions de salaires et contre les tentatives d'éliminer la journée de 8 h. Les terrassiers soutiennent vigoureusement Le Gall. On se met d'accord pour deux rassemblements ; quant à la question de l'arrêt de travail, on consultera les divers syndicats individuellement. Le choix de manifester dépendra de la participation constatée aux réunions préparatoires. Quesnel annonce alors qu'il suivra la majorité mais qu'il refusera de prendre la parole aux rassemblements et qu'il démissionnera de son poste de secrétaire de l'Ush à dater du 31 mai 1922.

45Le 27 avril, environ 450 personnes viennent à la réunion préparatoire convoquée par l'Ush. Le président, Legall, les avertit que s'ils se présentent en grand nombre aux rassemblements du matin du 1er mai, une manifestation aura lieu l'après-midi, mais que la décision sera prise sur le vif. Les deux principaux orateurs représentent les deux grandes tendances de la Cgtu : Maurice Gautier, de l'UD, les syndicalistes révolutionnaires, et Courtinat, de la fédération du bâtiment, les anarcho-syndicalistes. Aucune mention n’est faite de la candidature au conseil général du marin de la mer Noire, Roger Rolland, que le Gch présente dans le 4ème canton. Le lendemain, l'affiche de l'Ush paraît avec un appel à un arrêt de travail général.

  • 17 AN F7-13 277 “Note du 1er mai 1922”.

46Le 1er mai, des 26 000 travailleurs des grandes industries, environ 9 000 cessent le travail.17 Les grévistes représentent une majorité d'environ deux tiers sur le port, dans le bâtiment, les tramways et chez les marins. Dans la métallurgie, ils approchent de 50 % à la Transat, aux Tréfileries, Chantiers et Ateliers de la Gironde et chez Caillard. Ils sont particulièrement nombreux dans plusieurs établissements comportant un fort pourcentage de main-d'œuvre féminine : la manufacture des tabacs, l'usine de pâtes alimentaires, et la brasserie, et dans une moindre mesure, aux Corderies de la Seine. Les cheminots restent au travail.

47Le rassemblement du matin attire 1 200 personnes. Présidé par Hervieu, il entend Quesnel puis Cané. Cané, envoyé par le Comité de défense sociale de Paris, dénonce le militarisme et réclame la libération des prisonniers politiques. D'après L'Humanité, de nombreux travailleurs ont cessé le travail et se sont rendus à la campagne.

48Les rapports sur les phases suivantes des activités de la journée ne concordent pas entre eux. D'après L'Humanité, il est décidé de ne pas manifester bien que le maire ait autorisé un cortège. D'après le rapport de police, Quesnel annonce qu'il n'y aura pas de manifestation mais seulement un autre rassemblement à 20 h 30. Toujours d'après la police, Quesnel et Hervieu seraient restés à Franklin pour mettre à jour les cartes syndicales. Vers 14 h, environ 800 personnes se trouvent à Franklin et un petit discours est improvisé. Le sentiment des présents est en faveur d'une manifestation. Quesnel les avertit que la manifestation n’est pas autorisée, mais accepte de suivre la décision des présents.

49C'est ainsi que vers 15 h 30, environ 800 personnes se rangent derrière des banderoles rouges pour manifester, se groupant en cortèges de syndicats, et derrière les trois sections communistes de la région du Havre. Apparemment, les dirigeants de l’Ush accompagnent les manifestants, notamment Quesnel, Hervieu, Dufeil, le trésorier du syndicat des marins, et Lambert, le trésorier de l'Ush. Le cortège descend les grands boulevards et chante des chants révolutionnaires.

  • 18 Ibid.

50D'après la police, le maire aurait été informé du cortège par téléphone et aurait déclaré qu il ne l'avait pas autorisé.18 Quand le cortège est arrêté par la police, Quesnel aurait confirmé qu'il n'y a pas eu d'autorisation. Les manifestants auraient répliqué à l'injonction policière de se disperser par des jets de pierres et de bâtons. La police se serait alors défendue, blessant trois personnes et en arrêtant trois autres. Le reste de la manifestation se serait alors dispersé en désordre. Quel contraste avec la glorieuse journée de 1920 !

51Des informations supplémentaires viennent à la lumière à la réunion du soir, présidée par Hervieu assisté de Louise Malot et d'Henri Gautier, un des dirigeants des Jeunesses communistes du Havre, qui fait la une de ses premières apparitions publiques. Environ 600 personnes sont présentes, y compris 80 femmes, beaucoup d'enfants et environ 200 jeunes de 16 à 18 ans. La discussion est confuse. Hervieu et Perrault, du syndicat des dockers, attribuent la responsabilité des incidents à ceux qui étaient absents, notamment Louis François, ancien dirigeant du syndicat des dockers et conseiller municipal. Cané, du Cds de Paris, blâme le maire, Léon Meyer, et affirme que la leçon de l'affaire est que les travailleurs doivent à l'avenir s'abstenir de voter. Quesnel commence à s'expliquer la situation mais perd la voix avant de finir, et passe la parole à François, qui vient d'arriver. François déplore le fait qu'aucune autorisation n'ait été obtenue et dit que la question de l'amnistie devra être soulevée au moment des élections.

52Enfin, Quesnel réussit à dire qu'il a vu le maire et qu'il lui a dit que les manifestants ont été attaqués alors qu'ils pliaient leurs banderoles et commençaient à refluer vers Franklin. Le maire lui a répondu qu'il n'avait pas ordonné à la police de disperser la manifestation par la force. La police a répondu qu'elle ne pouvait pas laisser les éléments incontrôlables qui avaient manifesté sans autorisation, retourner à Franklin par des rues non gardées ; elle affirme avoir simplement appliqué les ordres du maire du mieux qu'elle l'a pu. Quesnel et Dufeil décrivent alors les brutalités de la police. Coursolles demande qu'on tire une affiche blâmant la police pour les incidents. Le Gall et Hervieu proposent une grève de protestation, mais Quesnel recommande la prudence et son avis est suivi. La réunion se termine par un vote condamnant l'attaque policière.

53L'incident a des conséquences au conseil municipal. Gustave Descheerder, le dirigeant de la Sfio, démissionne de son poste d’adjoint du maire. Lorsque le conseil se réunit le 7 juin, il soumet deux motions au vote : la première demande que le Commissaire central de la police Artigues soit retiré du Havre ; la deuxième condamne les brutalités policières. Ces motions reçoivent les voix des conseillers socialistes et de deux élus radicaux, Riquier, du syndicat des marins, et Lasnier. La police se montre très irritée de ces critiques et demande au maire de lui renouveler sa confiance.

  • 19 Relevons, sous toute réserve, une note du Commissaire Artigues qui prétend que François militait mo (...)

54Entre-temps, le Gch a baptisé le maire “Meyer-l'assommeur” et soulève la question dans toutes les réunions publiques. François démissionne du groupe socialiste, dont il s’était rapproché, et adhère à la Cgtu19. Descheerder et le Gsh-Sfio rompent officiellement l'accord qui les liait à Meyer depuis décembre 1919. La Sfio se présentera désormais contre les radicaux dans les trois premiers cantons du Havre ; en représailles, les radicaux se présenteront contre le candidat socialiste dans le quatrième canton. Les relations entre les radicaux et la Sfio restent teintées d'amertume, malgré quelques arrangements temporaires au moment des élections. L'épisode est intéressant parce qu'il apparaît, en rétrospective, comme une répétition générale des incidents sanglants du 26 août 1922. Dans les deux cas, le flou se maintient sur la décision du maire et sur l'ordre de qui la police a agi. Ce flou est peut-être une tactique volontaire du maire destinée à réduire le prix politique qu'il aura à payer dans les milieux populaires, au moment des élections, pour de telles attaques policières. Dans les deux cas aussi, le maire établit une distinction nette entre les dirigeants responsables, obéissants à la loi, et les extrémistes incontrôlés.

Les élections cantonales des 14 et 21 mai 1922

55Si les événements du 1er mai démontrent que les anarcho-syndicalistes sont la principale force du mouvement syndical, le scrutin de mai 1922 confirment qu'au niveau électoral, le Parti communiste a le vent en poupe.

56Les élections des 14 et 21 mai sont destinées à remplir des sièges vacants au conseil général et au conseil d'arrondissement : 2ème, 4ème et 5ème cantons du Havre : 1er, 3ème et 6ème cantons. Rappelons que Léon Meyer s'est fait réélire plusieurs fois dans le 3ème canton qu’il considère comme son fief, tandis que les socialistes ont réalisé leurs meilleurs scores dans le 4ème.

57Les partis gouvernementaux présentent surtout des candidats républicains de gauche qui gagnent les élections dans les 1er, 2ème, 5ème et 6ème cantons. Les radicaux, alors dans l'opposition, présentent des candidats partout et perdent, sauf dans le 3ème canton.

58Il n'y a pas encore eu d'épreuve qui permette de mesurer la force électorale relative de la Sfio et du Pcf, depuis la scission du Gsh au début de 1921. Le Gsh-Sfio décide de présenter des candidats partout, y compris le 3ème canton, où il a traditionnellement soutenu des candidats radicaux en échange du soutien des radicaux à ses candidats dans le 4ème canton. Les candidats Sfio sont : Hauchecorne dans le 1er, Montagne dans le 2ème, Descheerder dans le 3ème, Fouré dans le 4ème, Goument dans le 5ème et Lebas dans le 6ème.

59Le Gch prend une initiative audacieuse. Le gouvernement, qui désire marginaliser le Pcf a annulé l’élection de plusieurs de ses candidats. En Seine-Inférieure, le seul maire Pcf, Paul Bazin, du Petit-Quevilly, a été révoqué par le préfet. Le Pcf saisit l'occasion pour faire de l’innovation en matière de propagande révolutionnaire. A Paris, il présente les marins de la mer Noire emprisonnés André Marty et Badinat. Quand l'administration annonce les élections cantonales du Havre, il décide de présenter un autre “mutin” de la mer Noire, Roger Rolland.

60Rolland est un marin qui a grandi au Havre. Il a participé à plusieurs protestations à bord de son navire, qui faisait partie de la flotte de la Méditerranée envoyée en mer Noire contre les soviets. Arrêté, un tribunal le condamne à une peine sévère à la prison de Clairvaux.

61La fédération de la Seine-Inférieure du Pcf tient un congrès à Dieppe le 19 mars 1922 pour déterminer son attitude dans les élections annoncées. Elle décide de présenter des candidats partout où elle le peut. Le 7 avril 1922, le Gch se réunit et nomme Rolland candidat dans les 3ème et 4ème cantons. Il invite Jean Garchery, qui a impulsé la campagne d’André Marty à Paris, à venir ouvrir la campagne de Rolland au Havre. Le thème principal en est l’amnistie pour les marins de la mer Noire et toutes les victimes de la répression capitaliste. Le Pcf lui donne un écho d'envergure nationale en envoyant Garchery, Lucie Colliard, Jean Berthon, un député de Paris, et d'autres dirigeants de premier plan.

  • 20 Le Communiste de Normandie, no. 60, 29/4/1922 ; Adsm 2Z39 “Note du 21 avril 1922”.

62Le Gch tient son premier rassemblement public le 24 avril à la Mairie de Graville, dans le quatrième canton. Henri Gautier, dirigeant des Jeunesses communistes préside, assisté d'André Le Gall, Rioult et la citoyenne Rioult, tous figures de proue du Gch. Trois cents personnes s'y rendent. Garchery décrit la vie de Rolland et Marty et le sens de leur candidature. A l'issue de cette réunion, vingt-cinq personnes demandent à adhérer au Gch.20

63La candidature de Rolland, enfant du pays et marin, suscite une grande sympathie dans la classe ouvrière havraise. Les antimilitaristes s'identifient à lui comme victime de l'armée ; les défenseurs des libertés civiques sont tentés de voter pour lui afin de faire avancer l'amnistie. Le Gch mène une campagne active. Les anarchistes du Glh ressentent une forte pression car leurs orateurs se plaignent à plusieurs reprises de l'électoralisme du Pcf.

  • 21 AN F7-13.018 “Note du 10 mai 1922”.

64Après les incidents du 1er mai, les orateurs du Gch se rendent dans les réunions des autres candidats pour dénoncer “Meyer-l’assommeur” et réclamer le soutien à Rolland. Meyer lui-même assiste à l'une de ces réunions, pour soutenir la candidature de Déliot contre celle de Rolland. Des interventions du public critiquent sa conduite à l'occasion des attaques policières du 1er mai. Il cherche à répondre en disant que les communistes ne sont pas de vrais anticléricaux parce que les Soviets sont allés voir le pape pour lui demander de l'aide. Fouré, le candidat socialiste, regrette également que l'Union soviétique ait établi des relations diplomatiques avec le Vatican. Henri Gautier réplique que les réactionnaires ont affamé les Russes et les ont forcés à faire semblant d'aller à Rome à genoux.21

  • 22 Le Communiste de Normandie, 13/5/1922.

65Le Gch critique Fouré en particulier pour avoir osé se présenter contre Rolland.22 Il affirme que Fouré a coutume de rompre ses engagements, et rappelle qu'on l'a choisi pour figurer parmi les candidats socialistes qui seraient élus au conseil municipal, en décembre 1919, parce qu’il avait promis d'accepter la décision du groupe d'adhérer à la Troisième Internationale, promesse qu'il a rompu un mois plus tard. Aujourd hui, il gêne les efforts pour libérer Rolland de sa prison. Le Gch exige aussi de savoir pourquoi Allan, un autre socialiste, a accepté de remplacer Descheerder comme premier adjoint au maire, lorsque Descheerder a démissionné pour protester contre les brutalités policières du 1er mai.

66Les résultats révèlent que la Sfio perd la plupart des voix que l'ancien Gsh recevait dans le 4ème canton :

  • Déliot (radical) : 2 239

  • Rolland (communiste) : 1 847

  • De Boissière (populiste de droite) : 1 503

  • Fouré (Sfio) : 438.

67En ce qui concerne les autres cantons, la Sfio se porte mieux dans le 2ème où Montagne reçoit 331 votes et dans le 3ème où Descheerder en reçoit 721 (alors que Rolland n'en recueille que 242 dans le 3ème).

  • 23 Idem, 27/5/1922.

68Un deuxième tour est donc nécessaire dans le 4ème canton. Le Pcf concentre ses critiques contre le Parti radical qu'il qualifie d'hypocrite, prétendant se placer du côté des travailleurs, mais agissant dans les faits contre eux. Un autre rassemblement en faveur de Rolland a lieu. Le père de Rolland, “un brave forgeron de Graville”, préside la réunion, assisté de Maurice Gâteau, le fondateur du Gch. Cette fois, 2 000 personnes participent.23 Les orateurs, Lepez de la Seine-Inférieure, et Daniel Renoult, un des principaux dirigeants du parti, soulignent qu'un vote pour Rolland est un vote pour l'amnistie. Les résultats sont :

  • Rolland : 2 375

  • Déliot : 2 034

  • De Boissière : 1 237

  • 24 Ibid.

69Rolland est donc élu. Lorsque la nouvelle est connue, une foule va chercher son père et le porte en triomphe, en chantant l'Internationale. Le journal communiste commente qu'il ne s'agit pas de la victoire d'un communiste mais d’une victoire de l'amnistie, et qu'un front uni spontané s'est réalisé entre communistes, syndicalistes révolutionnaires, libertaires, antimilitaristes et même les “dissidents”, c'est-à-dire les partisans de la Sfio qui ont tourné le dos à leurs dirigeants.24

70Le Gch annonce qu'en attendant la relaxe de Rolland, les citoyens du 4ème canton peuvent venir discuter leurs griefs et problèmes auprès d'Henri Gautier, Emile Deschamps ou le père de Rolland. Paul Bazin les représentera au conseil général de la Seine-Inférieure.

  • 25 Voir J. P. Lousse, “Sociologie électorale du Havre”, p. 162-165.

71Certes, les partis de droite et du centre ont remporté quatre des six élections, et les radicaux conservent l'allégeance d'un fort pourcentage des votes populaires.25 Mais les communistes ont montré que, bien qu'ils traversent une grave crise interne, ils constituent une force à prendre en compte. Ce constat semble avoir déclenché une nouvelle série de polémiques contre eux émanant des républicains de gauche, des radicaux, de la Sfio et des anarchistes. Caspar-Jordan, du Petit Havre, tente d'élargir la brèche qui s'est ouverte entre les communistes et les anarchistes en s'en prenant à un article sur le front uni, intitulé “Les communistes et les paysans en France”, écrit par Trotsky en réponse à Renaud Jean. Le journaliste havrais affirme que l'article défend le militarisme communiste et que c'est pour cela que les électeurs du 4ème canton ont voté. Pierre Rives (le nom de plume de Maurice Gateau) et Lepez lui répondent en citant des livres publiés par des témoins récents de la situation en Russie.

72Le Gch tire parti de l'élection de Rolland pour étendre son influence. Ses trois sous-groupes locaux, Le Havre-Centre, Sanvic et Graville, annoncent des réunions régulières et recrutent des nouveaux adhérents. La Jeunesse communiste organise des activités et des sorties. Telle est la situation du Gch quand la grève des métaux commence.

Prodromes de la grève des métaux : printemps 1922

  • 26 “Grève corporative”, La Lutte des Classes, n° 9, 5/9/1922.

73Dans un article écrit en septembre 1922, Alfred Rosmer, le dirigeant de l'opposition à la guerre qui suit alors les affaires ouvrières pour le Pcf, souligne le caractère spontané de la grève des métaux et du textile du Havre de l'été 1922, parce qu'elle a éclaté sans avoir été prévue ou déclenchée par les syndicats rattachés à ces industries.26 Néanmoins, explique-t-il, le mouvement n’a été possible que parce qu'il fait suite à une accumulation d'expériences de grèves, de manifestations de rue, de troubles sur les marchés et d'organisation syndicale et politique depuis 1917.

74Enfin, il rappelle qu'entre mars et juin 1922, l'observateur attentif pouvait déceler quelques signes modestes d'un renouveau de la confiance ouvrière et de la contestation dans trois domaines : une réceptivité accrue aux protestations à propos de questions concernant l'ensemble de la classe ouvrière, une forte poussée de syndicalisation accompagnée d'une grève chez les tailleurs et ouvriers du textile, l'expression d'une série de griefs par des ouvriers du rang dans les usines métallurgiques.

  • 27 Vérités, Le Communiste de Normandie, AN F7-13.018.
  • 28 AN F7-13.018.

75En ce qui concerne la réceptivité, tant les syndicats que les organisations politiques comme la Sfio, le Gch et le Glh trouvent un écho plus large à leur propagande dans la période qui précède immédiatement la grève. On le voit dans les informations publiées par la presse aussi bien que dans les rapports de police.27 Le mécontentement concerne des questions qui affectent toutes les couches populaires, et a donc un effet unificateur. Ces questions, soulevées à l’occasion du 1er mai, concernent l'insuffisance des mesures d'aide aux victimes du chômage et la cherté du coût de la vie, avec des plaintes particulières contre la hausse des loyers et l'impôt sur le revenu. Le succès obtenu par la Cgtu quand elle appelle les salariés à refuser de verser cet impôt inquiète le préfet.28 La perception que le coût de la vie reste élevé, malgré la stabilisation des prix de nombreux articles alimentaires, influence la réaction des femmes et des travailleurs aux réductions de salaires proposées ou réelles.

76Nous avons déjà mentionné des réductions de salaires dans les branches portuaire et maritime en 1921. Dans les métaux, ces réductions sont d'abord appliquées à la partie du salaire considérée comme un supplément, notamment le paiement majoré des heures supplémentaires, les allocations familiales, les allocations à la coopérative, puis sur le salaire de base lui-même. Dans l'industrie textile, on pratique des réductions de salaires ou des réductions de la semaine de travail avec perte correspondante des rémunérations. Enfin, le gouvernement propose d'annuler l'allocation de vie chère de 720 francs annuels accordée en 1920 aux travailleurs du secteur public. Cette mesure toucherait les cheminots du réseau Etat, les postiers, les agents des douanes, les ouvriers des tabacs et les enseignants. Elle conduit à une agitation chez les travailleurs du secteur public dont les syndicats forment deux cartels, l'un dans la Cgtu, l'autre dans la Cgt-rue Lafayette et les associations professionnelles. Tous ces travailleurs suivent attentivement le débat autour de la question de savoir si le coût de la vie a baissé au point de justifier une réduction des salaires.

77Enfin, la grande presse mène une vaste campagne contre la journée de 8 h tandis que les infractions à la loi, comme l'obligation des heures supplémentaires, se multiplient, et que le Parlement examine la possibilité d'étendre les dérogations. Tout cela concerne le plus directement la marine marchande où l'application de la journée de 8 h a été présentée par le syndicat comme la preuve tangible de la viabilité de la collaboration de classe entre marins, armateurs et gouvernants.

  • 29 Le Communiste de Normandie, 6 mai 1922.

78Parmi les symptômes, on note aussi la reprise de la contestation dans les branches du textile et de la confection. Les tailleurs d'habit ont obtenu un accord sur les tarifs pendant la guerre, accord renouvelé à plusieurs reprises les années suivantes. Cette convention prend fin le 15 mars 1922 et les employeurs proposent de mettre en pratique, à partir de cette date, une réduction des salaires. Les tailleurs répondent par la grève en avril, et, après trois jours, obtiennent que la convention soit renouvelée sans changement.29

  • 30 Vérités, janvier 1922.

79L'agitation a repris également dans le textile, en particulier à Rouen, Bolbec et Lillebonne, mais aussi au Havre. Germaine Goujon à Rouen, et Louise Mallot au Havre, tentent de canaliser le mécontentement des travailleuses, et organisent des tournées pour les dirigeants de la fédération Cgtu du textile et de l’habillement, Louis Jacob et Louis Quemin. Au Havre, la branche occupe principalement des ouvrières aux Corderies de la Seine aux Filatures et Tissages de Graville (Courant) et à la nouvelle usine Poplin ! Nous avons déjà signalé la forte participation des femmes à l'arrêt de travail et aux autres activités du 1er mai. La Cgtu et le Pcf déploient des efforts particuliers pour mobiliser les femmes, notamment par leurs journaux féminins respectifs, L'ouvrière et La voix des femmes, distribués au Havre. Vérités traite de l'entrée de nombreuses femmes dans le salariat permanent à propos du travail de bureau.30

  • 31 Voir ci-dessus : Le cas du Havre ne fait qu'illustrer une critique d'ensemble faite par les syndica (...)
  • 32 Voir les minutes du conseil du Syndicat des métallurgistes du Havre citées dans B. Vallet, p. 59 et (...)

80Enfin, une série d'incidents se déroulent dans les usines métallurgiques dont nous avons décrit la situation générale dans la première partie de ce chapitre. Bien que nombre des participants soient membres du syndicat de la métallurgie, tant anarcho-syndicalistes que communistes, ces incidents ne semblent pas avoir été planifiés par la direction syndicale. Dans l'article cité plus haut, Rosmer se plaint de ce que le syndicat de la métallurgie ait passé plus de temps à discuter le projet de nouveaux statuts de la Cgtu proposé par le Bureau provisoire anarcho-syndicaliste au printemps 1922, que les revendications concrètes et les possibilités de riposte des travailleurs dans chaque établissement31. La documentation fragmentaire dont nous disposons confirme qu'une succession de débats internes occupe l'attention du conseil pendant les premiers mois de 1922.32 Il y a d'abord la question de savoir s'il faut adhérer à la Cgtu ; puis la question de l'affiliation à l'Internationale syndicale de Moscou ou de Berlin ; ensuite celle des statuts de la nouvelle Cgtu, notamment l'article 1 qui prône l'abolition de l'Etat, puis de la possibilité d'un front uni avec la Cgt ; enfin, la réélection de Quesnel, qui, après avoir annoncé qu’il démissionnerait en mai 1922, est convaincu de rester encore une année secrétaire du syndicat des métaux et de l'Ush. Contrairement à ce qui s'est passé en 1917 et 1918 où les grèves étaient précédées par une syndicalisation massive de plusieurs milliers de métallos, au cours du premier semestre de 1922 les effectifs du syndicat stagnent autour de 300 membres. C'est un indice de désintérêt des travailleurs face aux luttes internécines qui remplissent les réunions syndicales, attitude que la police confond, à tort, avec un abandon durable du syndicat.

81Les incidents partis de la base que nous considérons comme des prodromes de la grève sont racontés dans Vérités et Le Communiste de Normandie. La première indication est simplement l'écho donné à des plaintes très précises entendues dans les usines, dont on peut savourer le caractère concret contre la réduction des salaires, contre la réduction de la majoration de la neuvième heure de travail journalière et des heures travaillées le dimanche et la nuit, contre l'élimination des allocations de vie chère et les primes à la productivité, contre l'allongement de la journée de travail, et contre divers contremaîtres jugés mauvais chefs. En mars, Le Communiste de Normandie rapporte que la section responsable de l’établissement des normes de productivité des différentes machines et pièces à la Westinghouse-CEM a changé les taux sans la moindre consultation des travailleurs. Il signale aussi qu'un contremaître des Tréfileries a embauché des Marocains en échange d'un versement de 100 francs ou 150 francs, et qu'il a ensuite licencié ces ouvriers et répété l'opération avec d'autres.

82Deux petites grèves ont lieu en mars et avril 1922, mais restent très localisées. Le 17 mars 1922, six ouvriers sont licenciés aux ateliers de la Transat parce qu'ils ont refusé de faire des heures supplémentaires. Une grève spontanée de 800 ouvriers sur les 1 000 qui y travaillent éclate immédiatement. Le lendemain, les six sont réembauchés, mais les ouvriers acceptent à contrecœur que les heures supplémentaires ne soient désormais majorées que de 30 %, au lieu de 60 %.

83Le 15 avril 1922, les Tréfileries annoncent une réduction de salaire de 10 %, ce qui déclenche une cessation de travail dès 16 heures. Les ouvriers se rassemblent à Franklin pour exiger : pas de réduction de salaire, respect de la journée de 8 h, élimination des travaux sur épingles à la maison et à la crèche, le remplacement d'un contremaître insupportable, Claus, et que la sirène annonçant la fin de la journée soit actionnée à cinq heures précises. Cinq délégués sont élus : la direction refuse toute concession. Les grévistes se rendent alors en cortège à la maison de Claus, en chantant l'Internationale. Ils demandent de voir le maire mais on leur répond qu'il est absent. En fin de compte, la direction accepte que la sirène siffle à 17 heures, mais refuse toutes les autres revendications et licencie un des délégués.

84La présence de militants politiques est à relever. Le journal communiste décrit ces deux incidents avec force détails, de toute évidence grâce à des correspondants de l'intérieur, et en liaison avec la nouvelle ligne du parti sur le travail dans les usines : établissement de comités d'usine, concentration sur les revendications des travailleurs, “aller vers les masses !” Un certain nombre des membres des Jeunesses communistes sont des métallos. Raymond Lachèvre, un anarcho-syndicaliste, a participé à des mouvements de même nature.

85D’autres militants syndicaux sont mis à pied en mai et juin. En juin, Quesnel rapporte que le Comité des Forges de Paris, la fédération nationale des patrons de la métallurgie, a décidé qu'une réduction de 10 % sera mise en pratique dans les établissements du Havre. Mais rien d'important n’est fait à ce propos avant que la réduction ne prenne effet le 20 juin. C'est seulement alors que la grève est envisagée.

Notes

1 Voir R. Goetz-Girey, Le mouvement des grèves en France, 1919-1962.

2 A. Sauvy II, p. 80-81.

3 Idem, p. 154.

4 Idem, p. 305.

5 Idem, p. 179-208.

6 A. Sauvy, volume III, p. 316-331 ; voir aussi La construction navale en France, 1933, p. 46 et 98 pour des chiffres dérivés du Lloyd's Register et J. Bouvier et al., p. 733-738.

7 La construction navale en France, p. 98.

8 J. Bouvier et al., p. 738.

9 AN F7-13.018.

10 Adsm 2Z56.

11 Le Communiste de Normandie, 22/4/1922.

12 L'autre ville est Condé, dans le Nord, où le maire a fait hisser le drapeau rouge sur l'Hôtel de Ville. Voir AN F7-13.277 “Le 1er mai 1922 : récapitulatif de la journée dans les départements”.

13 R. Wohl, p. 265-267.

14 AN F7-13 277 “Note du 31 mars 1922”.

15 Ibid.

16 Ibid, et Adsm 2Z85 “Sous-préfecture du Havre : les 1er mai”,

17 AN F7-13 277 “Note du 1er mai 1922”.

18 Ibid.

19 Relevons, sous toute réserve, une note du Commissaire Artigues qui prétend que François militait moins et s’occupait d’assurances, mais que dégoûté par la concurrence déloyale de Montagne et Hauchecorne, conseillers municipaux socialistes, il décide de monter un syndicat unitaire des marins contre Montagne. AN F7-13.702 “Dockers 1919-1922”, 29/4/1922.

20 Le Communiste de Normandie, no. 60, 29/4/1922 ; Adsm 2Z39 “Note du 21 avril 1922”.

21 AN F7-13.018 “Note du 10 mai 1922”.

22 Le Communiste de Normandie, 13/5/1922.

23 Idem, 27/5/1922.

24 Ibid.

25 Voir J. P. Lousse, “Sociologie électorale du Havre”, p. 162-165.

26 “Grève corporative”, La Lutte des Classes, n° 9, 5/9/1922.

27 Vérités, Le Communiste de Normandie, AN F7-13.018.

28 AN F7-13.018.

29 Le Communiste de Normandie, 6 mai 1922.

30 Vérités, janvier 1922.

31 Voir ci-dessus : Le cas du Havre ne fait qu'illustrer une critique d'ensemble faite par les syndicalistes communistes et les syndicalistes révolutionnaires aux anarcho-syndicalistes.

32 Voir les minutes du conseil du Syndicat des métallurgistes du Havre citées dans B. Vallet, p. 59 et sq.

Table des illustrations

Titre Indicateurs de la production industrielle française (base 100 en 1912) :6
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11937/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Emploi dans les établissements métallurgiques en 1921 et 1922
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11937/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Embauchés et chômeurs dans quelques branches du Havre 1921 et 1922
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11937/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 193k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search