Version classiqueVersion mobile

Dockers, métallos, ménagères : Mouvements sociaux et cultures militantes au Havre (1912-1923)

 | 
John Barzman

Quatrième Partie. Métamorphose du mouvement mai 1920 à mars 1922

Chapitre 3. Réticences et impatiences face à la scission syndicale

Texte intégral

  • 1 Ce chapitre se fonde surtout sur AN F7-13.018, 13274 à 13.276, 13.675, 13.693, et 13.761, Adsm 1MP4 (...)

1Les diverses composantes du monde syndical havrais s’alignent sur les pôles de modérantisme et de radicalité plus lentement et moins complètement que les composantes du Parti socialiste. Il est clair que la plupart des syndicats havrais ont voulu éviter que cette scission n'aboutisse à l’existence de deux syndicats dans les mêmes métiers ou établissements.1

2Il faut partir du début de l’année 1920 pour suivre le passage de la polarisation au sein des mêmes organisations, à la scission. Les syndicats havrais, bien que plus indépendants de Rouen et Paris que leurs contreparties socialistes, sont néanmoins très impliqués dans les structures départementales et nationales, où deux pôles existent déjà très clairement au début de l’année 1920. En 1920, avant et après la grève des cheminots, l’aile modérée tient la plupart des organismes de direction de la Seine-Inférieure, mais des débats et des minorités existent dans presque tous les syndicats, et les retournements de situation sont fréquents.

Les modérés à l’offensive en 1920

3Les partisans de Jouhaux et Merrheim dirigent l'Union départementale, les quatre Unions locales du département (Rouen, Elbeuf, Le Havre et Dieppe) et le mensuel de l'UD, Réveil ouvrier, dans les pages duquel ils polémiquent contre la minorité qui a refusé la ligne de compromis relativement gauche adoptée par une large majorité du congrès Cgt de Lyon en septembre 1919. Ils font également circuler les journaux de la majorité Cgt, La Bataille, quotidien officieux de la Cgt, et L'Atelier, hebdomadaire du courant des anciens minoritaires opposés à la guerre (Merrheim, Lenoir, Dumoulin). Edmond Dubois, issu du syndicat des cheminots de Sotteville Alfred Martin, dirigeant de l'UL de Rouen, et A. Le Bosquain, anciennement des camionneurs, du Havre, animent l’UD. A l’Ush, Jules Leroux, majoritaire ferme, a remplacé François, majoritaire hésitant.

  • 2 Pour une opinion sur la sincérité de cet encouragement, voir P. Monatte op cit p. 191
  • 3 RO, no 25, mai 1920.

4Pendant le premier semestre de 1920, les dirigeants syndicaux modérés appliquent les campagnes réclamées par la minorité (pour l'amnistie, contre l'intervention en Russie, contre la vie chère, pour les nationalisations, et pour l'action directe), affirment leur combativité et prétendent que la minorité ne recherche qu'une vengeance personnelle contre Jouhaux. On se rappelle les meetings organisés dans ce contexte par l’Ush pour dénoncer le blocus de la Russie, saluer les marins de la mer Noire, appeler à l'action contre la vie chère, et dénoncer les dérogations à la journée de huit heures et les insuffisances de la loi d'amnistie notamment en ce qui concerne les mutins de la mer Noire. Cette série d’actes de bravoure syndicale culmine avec le 1er mai 1920 et le déclenchement de la grève des cheminots.2 En même temps, Réveil ouvrier critique les hésitations de la minorité et l’accuse de refuser d'assumer la responsabilité des actions de la Cgt, et de gêner son travail par des calomnies incessantes. En mai 1920, Dubois, écrit : “Méfiez-vous, camarades, de ceux qui tournoient autour de vous, vivent sans travailler, surenchérissent constamment vos dirigeants pour les discréditer ; n'écoutez pas ce qu'ils vous disent... ne vous fiez pas aux conseils de ces éphèbes aux cheveux longs”,3

5L'aile révolutionnaire ne dispose pas de moyens aussi importants ; ses principaux points d’appui en Seine-Inférieure sont les syndicats de cheminots, influencés par Maurice Gautier et Gustave Courage du dépôt de Sotteville, le Syndicat des membres de l’enseignement laïc derrière Paul Briard, présent dans tout le département, et les syndicats havrais des terrassiers et des métallos. Ses partisans souscrivent aux revues comme La Vie ouvrière, hebdomadaire syndicaliste révolutionnaire de Monatte, Le Libertaire, anarchiste, et La Vague, journal pacifiste mi-socialiste mi-anarchiste A son retour du congrès de Lyon, à la fin de l’année 1919, le métallo havrais Legrain tente d'élargir l’audience de son courant en mettant sur pied un Comité syndicaliste révolutionnaire (Csr) qui opère dans le mouvement syndical, et un Comité de défense sociale (Cds) qui rassemble le Comité pour la Troisième Internationale et le Glh anarchiste ; il dote également son syndicat d'un journal, L'ouvrier métallurgiste du Havre.

6Ce Cds fait long feu, mais il existe un potentiel important d'opposition à la majorité dans presque tous les grands syndicats. Dans le Syndicat général des ouvriers du port, les éléments anarcho-syndicalistes comme Hervieu, Sénécal et Jean Le Gall menacent de déborder Millet, le nouveau secrétaire protégé de François, presque chaque fois que des négociations ont lieu avec les employeurs. Dans le syndicat général du bâtiment, la majorité confédérale a perdu la confiance des militants. Duchateau, puis Leroux, ont été remplacés par Alliet, que soutiennent Constant et Parisot, anarcho-syndicalistes, et Michel Bénard, socialiste de gauche. Les modérés Descheerder et Leroux conservent une influence surtout dans la section des peintres.

7Chez les métallurgistes, un léger glissement vers la modération se manifeste vers février ou mars 1920. En effet, à la suite de la défaite de la grève des mouleurs, le syndicat suspend la parution de L'ouvrier métallurgiste, et Legrain quitte Le Havre dans les circonstances déjà précisées. Mais, le métallo Quesnel, qui le remplace est lui aussi partisan de la minorité confédérale, et le groupe anarchiste garde une influence, notamment chez les mouleurs. Les réformistes autour de Le Chapelain restent isolés.

8Chez les cheminots, Baudu, socialiste de gauche, est remplacé par Fouré, qui se situe quelque part entre la majorité et la minorité. Mais le courant révolutionnaire qui associe anarcho-syndicalistes, syndicalistes-révolutionnaires et socialistes de gauche, continue de progresser et le courant réformiste autour d’Allan a peu d'influence.

9La seule grande exception, d’ailleurs provisoire, est le syndicat des marins où, au moins au cours de l'année 1920, l'équipe du syndicaliste modéré Montagne ne se heurte à aucune opposition organisée. Parmi les salariés du secteur public, la tonalité est plutôt réformiste. L’immense majorité des enseignants organisés se trouve dans les Amicales, et suit Sautreuil qui est allié à la majorité de la Cgt. De même, la plupart des employés municipaux et des divers services de l'Etat ont élu des dirigeants réformistes. Mais même là, les agents des douanes et les ouvriers des postes et des tabacs ont constitué des groupes de partisans de la minorité confédérale.

10Au cours du deuxième semestre, après la défaite du mouvement cheminot en mai 1920, la majorité passe à l’offensive contre la minorité. Mais le débat ne tourne pas toujours à son avantage. De nombreux critiques de la direction confédérale, tant sur sa gauche que sur sa droite, considèrent que cette grève générale, présentée par les dirigeants de la Cgt comme l'effort suprême de la classe ouvrière, était en fait un mouvement à contretemps, car elle n'a été ni spontanée, en riposte à une attaque du gouvernement ou du patronat, ni l’aboutissement d'une courbe ascendante de grèves. Ils arguent du fait que le mécontentement, les grèves et les protestations, ont plafonné à un niveau élevé en février-mars 1920, et commencé à décliner en avril. Les minoritaires de la Cgt soupçonnent Jouhaux et le chef modéré des cheminots, Bidegaray, d'avoir délibérément appelé la grève dans des circonstances défavorables pour démontrer, d'une part, leur capacité de lutte et leur bonne volonté révolutionnaire, et d'autre part l'inefficacité de la stratégie syndicaliste révolutionnaire

  • 4 Cité par J. J. Doré, ch. 12.

11Immédiatement après la grève des chemins de fer, alors que de nombreux dirigeants minoritaires sont encore emprisonnés, ou cherchent un moyen de survivre après avoir été licenciés, Bidegaray organise une tournée éclair de tous les réseaux pour faire élire de nouveaux bureaux syndicaux en remplacement des dirigeants révolutionnaires manquants. Les majoritaires expliquent partout que la minorité est responsable de la défaite. Pairaudeau, un des majoritaires de l'UD, reconnaîtra plus tard qu'un “groupe d'amis” commence alors à se réunir régulièrement, en secret, afin “d’empêcher les jeunes d'adhérer et de jeter la suspicion sur la minorité”.4

12Cette tactique ne réussit pas chez les cheminots du Havre. Cinq cents d’entre eux se rassemblent pour écouter la lecture d'une lettre envoyée par Fouré de sa prison ; il y qualifie la grève de prématurée et blâme la Cgt pour un soutien inadéquat. Allan, qui a appelé à la reprise du travail avant la fin officielle de la grève, est accusé d'être un renégat et menacé d'exclusion. Le 4 août, trois cents cheminots écoutent un point de vue contraire de la bouche de Bidegaray, qui s'enorgueillit d'avoir eu raison à propos de la grève de mai 1920, tandis qu’on interdit à Gâteau de prendre la parole. Bidegaray s'appuie sur la fatigue des militants et une réticence croissante des adhérents à verser les cinq francs par jour réclamés pour les licenciés. Malgré tout, les partisans de Jouhaux ne réussissent pas à retrouver la majorité dans le syndicat havrais, par ailleurs considérablement réduit, puisqu’un minoritaire confirmé, Henri Miot, est élu secrétaire. Mais suffisamment de sections locales virent de bord pour permettre à Bidegaray de reconquérir la direction du réseau Etat au congrès de Paris, le 21 août 1920.

  • 5 RO, no 28, septembre 1920.

13Le même renforcement temporaire de la majorité dans la foulée de la défaite dicte l’issue du congrès de l'UD, tenu à Elbeuf les 28 et 29 août 1920. Le rapport moral de la direction sortante de Dubois est approuvé par 59 syndicats détenant 92 mandats, et désapprouvé par 4 syndicats détenant 23 mandats (les cheminots de Sotteville, le Smel, les métallos du Havre et le bâtiment du Havre). Les sortants obtiennent une majorité encore plus forte sur l'orientation future - 105 mandats pour, 10 contre - et font adopter le Programme Minimum de la Cgt, la proposition d'un Conseil Economique du travail, la participation aux commissions paritaires, et la répudiation des calomnies contre la direction ; après quoi, ils demandent que les polémiques cessent.5

  • 6 B. Vallet, p. 48.

14A Elbeuf, puis au congrès Cgt d’Orléans (27 septembre - 2 octobre 1920), la majorité continue de neutraliser une partie de l'ancienne opposition en minimisant les divergences, tactique inaugurée avec succès un an auparavant, au congrès Cgt de Lyon. Cette pression en faveur de l’unité et de la réconciliation semble avoir eu un certain effet, notamment sur Quesnel, puisqu’il confie les mandats du syndicat des métallos du Havre à Merrheim, geste qui entraîne une longue et dure polémiqué entre Merrheim et les anarchistes havrais autour du métallo Burgat. En effet, le conseil du syndicat havrais de la métallurgie avait voté le 8 septembre 1920 que son délégué devait soutenir “le respect pur et simple de la Charte d’Amiens”.6 Comme celui d’Elbeuf, le congrès d’Orléans approuve le rapport moral de la direction sortante par 1 432 mandats contre 691 et 52 abstentions. Néanmoins, les dirigeants minoritaires réussissent à imposer deux sujets de débat au congrès : les responsabilités de la majorité dans la grève des chemins de fer, et la nécessité de défendre la révolution russe.

  • 7 RO, novembre 1920.

15Après Orléans, la direction de l'UD maintient le cap qui lui a assuré une majorité jusqu’en août 1920. Elle lance quatre séries de meetings dans le département : pour sauver la révolution russe en novembre 1920, en défense du droit syndical dans les services publics en décembre, contre l’interdiction de la Cgt en janvier 1921, et pour préparer le 1er mai, en avril. Mais, la grève des cheminots continue d’avoir des répercussions dans le département au détriment de la majorité, et à mesure que la direction de l’UD perd du terrain, elle ponctue ses professions de foi unitaires de plus en plus de dénonciations amères de l’opposition. Dubois raille ceux qui rêvent de devenir des dictateurs, et fait ressortir le contraste entre la réelle action en défense de la Russie menée par les marins et dockers dirigés par des majoritaires, et l’absence de tels actes chez les métallos et cheminots dirigés par des minoritaires.7

  • 8 Le Libertaire, 18-24/1/1921.

16Lorsque Merrheim vient faire un compte rendu du congrès d’Orléans au Havre, en décembre 1920, des anarchistes animés par Burgat perturbent la réunion et l’accusent d’avoir capitulé devant Clemenceau en 1918, parce qu’il aurait pris peur devant la menace d’être fusillé.8 Merrheim répond dans trois articles du Réveil ouvrier, traitant ses détracteurs de menteurs et de calomniateurs, et ne démordant pas de la question. En fin de compte, Quesnel, en tant que secrétaire du syndicat, est contraint de faire des excuses à Merrheim pour les anarchistes. En avril 1921, Réveil ouvrier publie un éditorial contre les Csr sous le titre “Contre l'infiltration communiste”, puis en mai, sous celui de “Contre nos dictateurs... Unissons-nous !”

17Cependant, l’usure affecte le courant modéré. En novembre 1920, Leroux meurt et l’Ush, sous la conduite de son remplaçant, Quesnel, bascule dans une opposition tempérée. Le Chapelain, porte-parole et figure de proue des socialistes modérés du Havre, disparaît également à l'automne 1920. En février 1921, Dubois démissionne de l'UD, expliquant qu'il est découragé par les calomnies portées à son égard après dix années de militantisme syndical ; il est remplacé par Leduc, comme lui partisan de la majorité confédérale. Le même mois, Martin démissionne de son poste à la tête de l'UL de Rouen, où il est remplacé par Victor Engler, des dockers rouennais, syndicaliste révolutionnaire et un des dirigeants les plus capables du courant qui formera la Cgtu en Seine-Inférieure.

Croissance de l’aile radicale (décembre 1920 à août 1921)

18Entre le congrès Cgt d'Orléans (septembre 1920) et celui de Lille (juillet 1921), les attaques de la majorité contre la minorité deviennent plus dures et la minorité s'organise plus systématiquement. La minorité établit un parallèle entre la collaboration de classe au sein des commissions paritaires et des commissions de planification économique, proposée par la majorité, et la collaboration de classe que celle-ci a pratiquée pendant la guerre. La voie de la révolution russe, désormais activement défendue par le nouveau Parti communiste, entre souvent dans le débat comme modèle alternatif.

  • 9 M. Labi, p. 186.

19Pour propager ses idées, la minorité crée les Comités syndicalistes révolutionnaires (Csr). Mais un débat s’instaure sur la fonction de ces comités. Doivent-ils s'implanter uniquement dans les syndicats dirigés par des majoritaires, ou dans tous les syndicats ? L'adhésion doit-elle être réservée aux individus, ou élargie à des syndicats entiers ? La deuxième alternative entraîne la formation de structures nationales distinctes des organismes réguliers de la Cgt et capables de les concurrencer, et oblige à des choix financiers entre les cotisations syndicales et les contributions au Csr. Un tel fonctionnement, tout en donnant à la minorité les moyens de poursuivre sa propre politique, suscitera inévitablement une réaction violente de la part de la majorité et accélérera la dynamique scissionniste à l’œuvre dans la confédération. Les délégués des Csr, réunis après le congrès d'Orléans, rejettent la proposition franche d'une scission émanant de Mayoux (Enseignement) et Péricat (Bâtiment), mais optent pour la structure porteuse du plus grand risque de scission. Ils votent ensuite contre l'affiliation à l'Internationale syndicale d'Amsterdam (celle du TUC britannique, entre autres), et pour l'affiliation à l’Internationale syndicale rouge (Isr, de Moscou) ; enfin, ils répartissent leurs comités en onze régions françaises et attribuent Le Havre au nord-ouest. Le comité confédéral national de la Cgt déclare en novembre 1920 qu'il considérera les syndicats qui adhérent aux Csr comme hostiles à la Cgt, et renouvelle ces avertissements plusieurs fois en 1921, en les accompagnant de menaces d'exclusion.9

  • 10 AN F7-13.018 - Notes des 21/1/1921, 9/7/1921 et 10/1/1922.

20Au Havre, un orateur venu de Paris expose les positions du Csr national sur “La Cgt et le syndicalisme” lors d’un meeting public le 9 décembre sous les auspices du Cds. Peu après, le 28 décembre, le Csr havrais se réactive et élit un nouveau bureau avec Achille Berceron, voilier, secrétaire, Marcel Coursolles, métallo, secrétaire adjoint, et Louis Prunier, docker, Henri Masson, terrassier, Bouvier et Pigeon, cheminots, assesseurs. Il compte alors 47 membres, pour la plupart métallos, ouvriers du bâtiment, et dockers.10 Le bureau du syndicat des terrassiers adhère immédiatement, en bloc. Près d’un an plus tard, en octobre 1921, les 104 membres dont la police possède les noms proviennent des syndicats suivants : port (36), terrassiers (29), autres professions du bâtiment (6), chemins de fer (16), métaux (12) et divers (tailleurs, postiers, gaz, tabac : 5). Tout en restant très minoritaire, la participation de membres du Gch (communiste) s'accroît au cours de l'année 1921 : par exemple, Michel Bénard se trouve parmi les terrassiers, Emile Deschamps parmi les métallos, Jousson et Miot parmi les cheminots. On ne trouve aucune référence à des marins dans cette liste.

21Les syndicats de la terrasse et du rail s'étant positionnés fermement à gauche, et celui de la marine marchande, à droite, l'équilibre de l'Ush ne peut être rompu en faveur des minoritaires que par une évolution plus nette vers la gauche du port et de la métallurgie. La lutte des tendances est très dure dans ces deux branches, mais toute une palette de nuances y existe et aboutit au vote de motions de compromis, inspirées par le désir de préserver l'unité syndicale au sens où tous les travailleurs de la même branche d'activité locale se reconnaissent dans un syndicat unique.

  • 11 B. Vallet, p. 47.

22Chez les métallos, tant la majorité confédérale que le Csr cherchent à attirer Quesnel dans leur camp. L'ouverture de Quesnel à ces propositions s'est vérifiée quand le Havrais a remis les mandats de son syndicat au congrès d'Orléans à Merrheim, et invité celui-ci au Havre pour rendre compte de son orientation passée. Les deux courants cherchent également à gagner les militants de base à leurs conceptions dans le débat sur l’application des lois de mars et avril 1919 sur les conventions collectives et la représentation syndicale, et sur les propositions de la Cgt en vue de l'intégration de représentants ouvriers aux conseils d'administration et conseils économiques, ensemble de problèmes connu sous le vocable de “contrôle ouvrier”. Lors de l'assemblée générale des métallos du 30 janvier 1921, Coursolles, dirigeant du Csr, affirme qu'il faut s'opposer aux propositions de contrôle ouvrier parce que les dirigeants de la Cgt qui auront la charge de les appliquer ne méritent pas la confiance des travailleurs.11 D'autres émettent des craintes que les délégués ouvriers pourraient être soit achetés par les patrons, soit menacés de licenciement. En fin de compte, une motion de compromis à soumettre au congrès du 7ème groupe des métallos (Normandie) est adoptée ; elle accepte le contrôle ouvrier à condition que seuls puissent participer des délégués désignés par les syndicats. Seules quatre voix se portent contre cette formule.

  • 12 Adsm 4MP1810.

23Bien qu'un éventail de courants continue à s'exprimer, l'opinion d'ensemble des métallos syndiqués évolue irrésistiblement vers la gauche. Le 20 mars 1921, la question du Csr et de la collaboration de classe est abordée. Coursolles demande au syndicat de protester contre la menace de la Cgt d'exclure les Csr. D'autres réclament que le syndicat tout entier adhère au Csr. Quesnel répond qu'il n'est pas en désaccord avec la minorité, mais que les congrès réguliers suffisent à l'expression des divergences. Un militant de la gauche, Rouleau, lui demande alors s'il est en faveur de la collaboration de classe, oui ou non. Quesnel répond qu'en ce qui le concerne personnellement, il ne l'est pas, mais qu’il regrette que ceux qui parlent le plus fort en faveur de la lutte de classe sont souvent ceux qui poussent les dirigeants syndicaux à faire de la collaboration et que, s'ils critiquent les dirigeants qui discutent dans les couloirs des ministères parisiens, ils se taisent quand des dirigeants font les couloirs des municipalités considérées amicales, au niveau local. Coursolles réplique que Quesnel confond la collaboration de classe et la simple défense des intérêts ouvriers. L'adhésion au Csr est repoussée par dix voix seulement.12

24La minorité remporte une nette victoire le 26 juin 1921, quand les délégués du syndicat des métaux au congrès de l'UD de Dieppe (3 juillet 1921) reçoivent la consigne de voter contre le rapport moral de la direction sortante. Cette évolution, tout comme celle du syndicat des dockers, démontre que les votes syndicaux enregistrés à l'époque sont un reflet fidèle de l'opinion des syndiqués. Il ne s'agit ni de décisions soudaines prises sous l'influence d'éléments infiltrés, ni de simples caprices des quelques dirigeants de l'heure. Certes, l'opinion de la base peut être manipulée, mais cela ne peut se produire qu'exceptionnellement, surtout dans les syndicats plus nombreux et plus mobilisés. La décision du syndicat des métallos havrais montre que, malgré le remplacement de Legrain par Quesnel et les hésitations de ce dernier, les expériences accumulées depuis 1917 ont durablement convaincu une majorité de militants de la nécessité d’une orientation de lutte de classe et d'une direction syndicale clairement engagée dans ce sens.

  • 13 Pour ce passage, voir AN F7-13.018 et J. J. Doré, ch. 10.

25Chez les dockers, la victoire de la minorité prend la forme d'un renversement de l'ancienne direction, mais là aussi, non sans que des efforts de compromis se manifestent. A l'automne 1920, la direction traditionnelle est incarnée par François et son poulain, Millet. Tous deux reçoivent mandat de voter contre la collaboration de classe lors du congrès d'Orléans, mais, une fois sur place, votent pour la majorité confédérale. Le 10 décembre 1920, Sénécal, un anarcho-syndicaliste membre du Csr, est élu secrétaire adjoint à l'unanimité.13 Quatre jours plus tard, lorsque François et Millet rendent compte de leur mandat et proposent une augmentation des cotisations payées à la Fédération des Ports et Docks, ils sont critiqués par les anarchistes.

  • 14 Adsm 4MP2872.

26Le 7 janvier 1921, une réunion de trois cents dockers vote de porter la subvention aux marins de la mer Noire de 7 F à 50 F ; François fait alors remarquer que les réunions devraient se tenir le dimanche, car plus d'adhérents y viendraient. Le 27 janvier, la manifestation des chômeurs (surtout métallos et dockers) est conduite par Quesnel, Sénécal et Berceron. Le mois suivant, Sirolle et Bische, deux dirigeants anarcho-syndicalistes des Csr, partisans du “Pacte”, font une visite au Havre. Bische défend l'adhésion au Csr mais pas à la Troisième Internationale. A la réunion des dockers du 4 mars 1921 (toujours 300 assistants selon l'informateur de la police), la proposition d'adhérer au Csr est adoptée.14 François menace de démissionner si cette décision est maintenue. Une autre réunion a donc lieu le 14 mars, à laquelle 500 dockers assistent. Sénécal y défend de nouveau l'adhésion, mais elle est repoussée sur les conseils de François.

  • 15 Adsm 2Z85.

27La minorité décide alors de critiquer François en tant que membre du conseil municipal. Sénécal et Jean Le Gall lui font grief de l'aide inadéquate que la ville fournit aux chômeurs et de l’invitation faite au Président Millerand. Une série de réunions s'ensuit, au cours desquelles l'assistance tombe de 350 à la première, à 70 à la dernière. On reproche aussi à François le fait que les employeurs de main-d'œuvre sont en train de subvertir la journée de 8 h en imposant les heures supplémentaires, et menacent de réduire les salaires. Des altercations se produisent et dégénèrent en bagarres. François décide de passer le 1er mai 1921 à Honfleur afin d'éviter les problèmes qui pourraient se poser lors du rassemblement et de la manifestation du Havre.15 Finalement, le 23 mai, François démissionne et Sénécal est élu secrétaire provisoire. Mais la situation reste indécise dans le Syndicat général des ouvriers du port. Le 3 juillet 1921, ses quatre mandats rejettent le rapport moral de l'UD sortante au congrès de Dieppe. Mais deux semaines plus tard, François et Millet sont élus délégués au congrès Cgt de Lille contre Sénécal et Bécasse.

La minorité gagne l'UD au congrès de Dieppe (7 juillet 1921)

28En juillet 1921, les délégués des principaux syndicats havrais se répartissent comme suit. Pour la minorité : cheminots, gaziers, métallos, dockers, terrassiers et tailleurs. Pour la majorité : autres métiers du bâtiment, inscrits maritimes, asgb, postiers, traminots, ouvriers du textile, des tabacs et tonneliers. On trouve donc de petits et de grands syndicats des deux côtés.

29La majorité se prépare à une épreuve de force dès l'ouverture du congrès. Dréau, dirigeant des marins de Dieppe, et Leduc, qui remplace Dubois à la tête de l'UD, condamne l'entreprise de destruction menée par le Csr. Des dirigeants nationaux sont venus de Paris appuyer leurs partisans normands : Rey pour la majorité et Daguerre pour le Csr. La majorité oppose le respect de la Charte d'Amiens à la proposition du Csr de soutenir l'Internationale syndicale de Moscou. La minorité réplique en protestant contre les exclusions prononcées par la Commission confédérale nationale de la Cgt. Lorsque vient le vote sur le rapport moral de la direction sortante, on dénombre 49 mandats contre et 42 mandats pour. Or les 49 mandats représentent 10 617 adhérents, et les 42 mandats 12 018 adhérents. Les partisans de la majorité confédérale quittent la salle. Le congrès élit alors Maurice Gautier secrétaire de l'UD, accorde à la minorité confédérale neuf sièges sur douze au conseil de l'UD, et décide que Réveil ouvrier ne sera plus financé et publié par l’UD.

  • 16 52,82 % à la majorité, 44,69 % à la minorité ; M. Labi p. 201.
  • 17 Le Travailleur de la mer, no 367, septembre 1921.

30Les contestations issues de congrès d'Unions départementales comme celui de Dieppe doivent être examinées au congrès de Lille, mais celui-ci ne tranche pas. Ebranlée par les progrès de la minorité16, la direction Jouhaux a demandé à la Fédération des syndicats maritimes d'assurer le service d'ordre à Lille. Montagne fait venir quelques dizaines de marins havrais qui sont félicités par Dumoulin.17 Le congrès vote une motion aux termes de laquelle les Csr qui ne se dissoudraient pas seront exclus de la Cgt.

31En Seine-Inférieure, seuls les modérés de Rouen refusent de reconnaître la légitimité de la nouvelle UD issue du congrès de Dieppe. Tilloy, principal dirigeant de la Sfïo, appelle les modérés de la Cgt à quitter la structure où ils viennent d'être battus, comme la minorité socialiste a quitté la Fssi un an auparavant. Les cheminots de Sotteville partisans de la majorité confédérale font le premier pas dans ce sens en constituant un nouveau syndicat en novembre 1921. Celui-ci est reconnu par la Commission administrative de la Cgt, qui place du même coup l'ancien syndicat des cheminots de Sotteville en dehors de la Cgt.

32La situation n’est pas aussi exacerbée ailleurs. Le nouveau secrétaire de l’UD, Maurice Gautier, suit, au sein des Csr, Monatte et Rosmer plutôt que les anarcho-syndicalistes du “Pacte”. Il est donc favorable à la recherche d’un compromis qui permettrait de sauver l'unité de la Cgt. Les UL de Dieppe et d'Elbeuf, bien que restées aux mains de partisans de la majorité confédérale, continuent de reconnaître l'UD. Le désir de maintenir l'unité est fort également à l’Ush où il s'exprime par des tentatives de minimiser les divergences au sein de la Cgt et de mettre l'accent sur la lutte contre les patrons et en défense des chômeurs. Avec l'élimination de Réveil ouvrier, les seuls journaux de gauche du département sont des organes de parti, Le Progrès, de la Sfio, et Le Communiste de Normandie, du Pcf, tous deux publiés à Rouen. Pour affirmer l'indépendance syndicale et maintenir un terrain d'entente, au moins au niveau revendicatif, l'Ush décide de relancer Vérités, suspendu en juillet 1914. Le premier numéro paraît le 1er novembre 1921 ; le deuxième, en date du 1er décembre 1921, comporte un éditorial intitulé : “Restons unis”, signé par Sénécal (dockers), Canuel (postiers), Cupillard (marins), Louise Mallot (textile) tous syndicalistes révolutionnaires et Viel (non reconnu par nous). L’appel rencontre un accueil positif auprès de François, partisan des majoritaires Cgt, mais critique, ainsi que de Quesnel, partisan des minoritaires mais assez tempéré.

  • 18 J. J. Doré, chapitre 12.

33Enfin, dans les corporations, une vraie discussion ponctuée de compromis continue. Dans le syndicat des dockers, un compromis s'est finalement dégagé avec l'élection d'un nouveau conseil d'administration le 12 décembre 1921. On a commencé par voter sur deux listes. La première, liste d’entente soumise par François, rassemble Lemoal et Basille (pour les majoritaires Cgt) et Sénécal, Hervieu et Gilles (pour les différentes nuances minoritaires de la Cgt). La deuxième, soumise par les anarcho-syndicalistes plus intransigeants, présente trois membres anarchistes du Csr (Charron, Lenôtre dit “Baudoin” et Boquet). Les candidats de la première reçoivent entre 295 et 380 voix, ceux de la seconde 110 voix. Un arbitrage finit par s'imposer : le conseil contiendra sept noms de la première liste et quatre de la seconde. Hervieu est élu secrétaire (à la place de Sénécal, maintenu au poste d'administrateur permanent) et délégué au congrès des syndicats opposés aux exclusions.18

34Plus ou moins comme les dockers, la majorité des métallos, tout en exprimant son accord avec la plate-forme d'action des minoritaires, recule devant le risque d'une scission de la Cgt. Ainsi, en août 1921, des motions de soutien à la révolution russe sont adoptées et Quesnel exprime l'espoir que la minorité sera représentée à la Fédération des Métaux et à la Cgt. Par contre, en octobre 1921, quand Coursolles propose que le syndicat participe aux frais d'une réunion du Csr, Quesnel objecte que le Csr n'a pas fait preuve d'assez de retenue dans sa conduite lors des meetings de l'Ush, et ajoute qu'il préfère démissionner que de diriger un syndicat affilié au Csr. En décembre 1921, un militant soumet une motion selon laquelle le syndicat ne doit jamais contribuer à quelque “groupe d'affinité” que ce soit. Quesnel et Coursolles s'opposent alors sur le sens qu'il faut donner au terme “groupe d'affinité”. En fin de compte, la motion est adoptée par 18 voix contre 3. Prié d’élire un délégué au congrès des syndicats exclus ou opposés aux exclusions, le syndicat des métallos se joint à neuf autres syndicats havrais qui désignent Hervieu pour les y représenter, mais au titre de simple observateur. C'est la première affirmation nette d'un courant original au Havre, distinct du courant minoritaire rouennais, qui, lui envoie un délégué de plein droit.

35L’UD tente aussi, mais de manière différente, de mettre un frein à la scission. Gautier amène l'UD de Seine-Inférieure à signer un appel de quatorze UD et dix fédérations demandant un nouveau congrès confédéral. Ces démarches échouent et une nouvelle centrale, la Confédération générale du travail unitaire (Cgtu) commence à accepter le versement des cotisations des syndicats le 1er janvier 1922. On prend l'habitude de se référer à la Cgt maintenue, dirigée par Jouhaux, par son adresse : Cgt-rue Lafayette.

36Les syndicats havrais ne s’alignent pas exactement sur les positions en présence à l’échelon national et ne se rallient pas immédiatement et dans l’enthousiasme à la Cgt-rue Lafayette ou à la Cgtu. Pendant deux mois après la scission au niveau national, un fort courant manifeste une volonté d'unité, et l'espoir d'un arrangement. Le courant majoritaire le plus favorable à la scission n'a de force que chez les marins, où Montagne approuve vigoureusement les exclusions de syndicats minoritaires. Dans les autres syndicats majoritaires, l'humeur est plus favorable au compromis et à l'unité. Chez les minoritaires, le syndicat des métallos continue de rechercher un compromis. Le 30 décembre, Aldric Jarry, un membre de son conseil, annonce qu'il n’est pas en faveur de la nouvelle Cgt mais veut continuer à s'opposer à la direction Jouhaux au sein de l'ancienne Cgt. Un autre partisan de la minorité confédérale, Tinel, argue que le syndicat doit continuer d’acheter ses timbres à l'ancienne Cgt tout en soutenant l'appel à un congrès d'urgence en vue de résorber la scission. Le conseil décide que ses délégués à l'Ush voteront de rester à la Cgt jusqu’à nouvel ordre, et de n'adhérer à la Cgtu que si le congrès d'urgence n'a pas encore été convoqué par la Cgt au 30 mars 1922.

  • 19 AN F7-13.018, note du 5 janvier 1922.

37Le 5 janvier 1922, le conseil général de l’Ush se réunit pour décider s’il doit s'affilier à la Cgt ou à la Cgtu, et à quelle centrale il doit commander les timbres syndicaux de 1922. Dix-neuf syndicats ont envoyé des délégués avec droit de vote. Dans une perspective d’autonomie neutraliste, Hervieu, de nouveau secrétaire du Syndicat général des ouvriers du port, et Quesnel proposent que tous les syndicats havrais restent unis, et que le statut de l'UD, et par implication, celui de l'Ush, soit décidé par un nouveau congrès départemental des syndicats de la Seine-Inférieure. La logique de la motion consiste à préserver l'unité en créant des organismes locaux et même départementaux autonomes, c'est-à-dire affiliés ni à la Cgt, ni à la Cgtu, dans l'espoir que ces organismes autonomes seront assez nombreux pour contraindre les deux côtés à accepter un congrès national d'urgence qui présidera à la réunification. La motion est adoptée par 10 voix pour, 7 contre et 2 abstentions.19

38Parmi les sept syndicats qui ont voté contre cette motion de conciliation de Quesnel, se trouvent les cheminots, les tailleurs, les terrassiers, les autres métiers du bâtiment, et les ouvriers des lignes PTT. Henri Miot, le nouveau secrétaire du syndicat des cheminots, déjà nommé à la direction de la nouvelle union des syndicats du réseau Etat exclue de la Cgt et ralliée à la Cgtu, annonce que son syndicat achètera ses timbres à la Cgtu.

39Le 8 janvier 1922, Le Peuple, quotidien de la Cgt-rue Lafayette, annonce que l'Union départementale de la Seine-Inférieure a été reconstituée, et que, l'ancienne UD étant tombée aux mains des partisans des Csr à Dieppe, en juillet 1921, un nouveau bureau a été nommé.

40Le 18 janvier 1922, l'Ush se réunit de nouveau pour préparer le congrès des syndicats de Seine-Inférieure convoqué par l'ancienne UD sous Maurice Gautier. Alliet, au nom du syndicat du bâtiment, soumet une motion que l'Ush se constitue en corps autonome et imprime ses propres timbres. Elle est adoptée avec le soutien des métallos et dockers. Mais, les tailleurs et les terrassiers annoncent qu'ils rejoindront la Cgtu quand même.

41Le 22 janvier, le congrès de l'UD a lieu à Rouen. Les syndicats partisans de la Cgt-rue Lafayette n'y viennent pas et tiennent leur propre congrès de Seine-Inférieure à Sotteville. L'Ush et l'Union des Syndicats de Rouen décident alors qu'une scission au moins partielle étant consommée au niveau départemental, l'unité la plus large peut être maintenue au sein de la Cgtu. Le congrès de l'UD vote donc son adhésion à cette centrale. Après l'UD, la question se pose à l’Ush et individuellement à chaque syndicat.

  • 20 AN F7-13.018, note du 22 février 1922.

42Le ralliement à la Cgtu est défendu, le 22 février 1922, devant 450 personnes, par Gautier, secrétaire de l'UD, Labrousse, un secrétaire de la Cgtu, et Gobert (Veber ?), un dirigeant de la Fédération des métaux Cgtu. Gautier explique que les UL de Rouen et du Havre ont préféré attendre avant de se prononcer, mais que la décision du syndicat des marins de ne pas venir au congrès de l'UD et de participer à la création d'une nouvelle UD, les a contraints d’agir. Il conclut en disant : “La scission en Seine-Inférieure est maintenant un fait ; nous devons faire notre choix20 L’informateur note que Quesnel est passé du côté du syndicalisme révolutionnaire. Un participant prend la parole au nom du Parti communiste et exprime le regret que certains syndicalistes refusent de s'allier avec un parti politique même quand il a le même but qu'eux”.

43Le 17 février 1922, 250 cheminots votent de rejoindre la Cgtu à une majorité des deux tiers. Le 26 février 1922, le syndicat des métaux du Havre se réunit pour écouter un rapport sur le congrès de l'UD. Veber, un dirigeant de la nouvelle Fédération des métaux Cgtu et membre de l'Union anarchiste, est invité et recommande aux militants de rester fidèle à la Charte d’Amiens. L'adhésion à la Cgtu est approuvée à l'unanimité. Des réunions semblables ont lieu dans les autres syndicats. L’Ush s’y résout finalement en mars.

  • 21 AN F7-13.018.

44Entre-temps, la Cgt-rue Lafayette cherche à établir de nouvelles structures partout où les anciennes sont passées à la Cgtu. Après la nouvelle Union départementale de la Seine-Inférieure établie en janvier 1922, elle attend de connaître le choix de l’Ush. D'après les rapports de police, Montagne espère un temps que Quesnel restera à la Cgt et y entraînera toute l'Ush.21 Mais quand Quesnel et les métallos décident de rester à l’ancienne UD et à la Cgtu, Montagne monte une Union locale du Havre affiliée à la Cgt-rue Lafayette à partir des syndicats des marins, asgb, traminots, typographes, et certains travailleurs municipaux. La commission de l'UL-Cgt rue Lafayette n’est formellement établie que le 1er juillet 1922.

45Ainsi, l'Ush et ses principaux syndicats, sauf celui des marins, finissent par entrer à la Cgtu. Un pôle de radicalité se sépare d’un pôle modéré, moins nombreux, composé de la Cgt-rue Lafayette, du Gsh-Sfio et des militants ouvriers du Parti radical. Le schisme est consommé, mais les contours idéologiques et les alignements nationaux et internationaux de ce pôle ne sont pas définitivement fixés. En effet, une coalition fragile de syndicalistes révolutionnaires attachés à l'unité, d'anarchistes et de communistes anime l'Ush. De décembre 1921 à la fin de la grève des métaux, elle devient l'enjeu d’une concurrence entre plusieurs tendances communistes et anarcho-syndicalistes, et finira par choisir l’autonomie. Pour comprendre cette trajectoire particulière du mouvement havrais, il faut résumer les débats au sein de la Cgtu et du Pcf à l’échelon national.

La Cgtu, les communistes et les anarchistes

  • 22 Voir P. Monatte, Syndicalisme révolutionnaire et communisme ; A. Rosmer, Moscou sous Lénine ; Le Li (...)

46Au lendemain du congrès des syndicats dissidents de décembre 1921, la nouvelle Cgtu comprend quatre tendances principales : les anarchistes autour de Colomer et du journal Le Libertaire, les anarcho-syndicalistes ou syndicalistes révolutionnaires purs, autour de Besnard et Sirolle, et du journal Le Syndicaliste Révolutionnaire, les syndicalistes révolutionnaires autour de Monatte et Monmousseau et du journal La Vie Ouvrière, et les syndicalistes révolutionnaires communistes, alignés sur divers groupes au sein du Pcf.22

47Le bureau provisoire de la Cgtu élu en décembre 1921 est dominé par les anarcho-syndicalistes qui se reconnaissent encore dans les idées du “Pacte” Leur base principale se trouve chez les cheminots (Besnard, Sirolle, Totti), les métallos (Verdier, Bische), et dans le bâtiment. Ils se distinguent par leur hostilité à toute démarche unitaire à l'égard de la Cgtrue Lafayette et à toute ingérence d'un parti quel qu'il soit, dans le mouvement syndical. Comme les autres tendances syndicalistes révolutionnaires, ils jurent par la Charte d'Amiens. Néanmoins, ils proposent une réorganisation radicale des structures de la Cgtu qui diminuerait le poids des fédérations industrielles et augmenterait celui des organismes territoriaux (Unions locales et départementales) qui se verraient regroupés dans des Unions régionales, fondées sur les réalités économiques et “non sur les frontières administratives bourgeoises”

48Sous la pression des anarchistes, le bureau provisoire propose de combattre le “fonctionnarisme syndical” en interdisant la réélection des dirigeants après leur premier mandat, et d'inclure l’objectif de l'abolition de l'Etat dans les nouveaux statuts de la Cgtu. Les anarchistes tentent également de convaincre le bureau provisoire de la Cgtu d'établir une Internationale syndicaliste révolutionnaire opposée aux Internationales syndicales de Moscou aussi bien que d'Amsterdam. Mais quand la conférence de fondation de la nouvelle Internationale se tient effectivement à Berlin, en 1922, le Bureau provisoire hésite à prolonger l'effort en raison de la taille réduite des groupes qui y sont représentés. La collaboration entre la Cgtu et les anarchistes passe également par le Comité de défense sociale (Cds) parfois associé à l’Arac, aux organisations de jeunesse et au Pcf.

49L'opposition à la direction anarcho-syndicaliste est inspirée principalement par les syndicalistes révolutionnaires communistes autour d'Alfred Rosmer et de Joseph Tommasi, qui travaillent en alliance étroite avec les syndicalistes révolutionnaires autour de Monatte. Rosmer, rentré de Moscou où il collaborait à la direction de l'Internationale des syndicats rouges (Isr), lance une revue d’affaires syndicales, La Lutte des Classes, où il prône l'adhésion de la Cgtu à l'Isr. D'après lui, les relations de cette dernière avec l'Internationale communiste doivent relever non pas de la subordination formelle (dans la tradition de la social-démocratie et des syndicats allemands) ou des liens organiques d'égalité (avec, par exemple, une prescription dans les statuts de chacun des deux organismes assurant une représentation mutuelle de chacun à la direction de l’autre), mais de la participation à des comités d'action communs sur des questions spécifiques. Il affirme que la tentative des anarchistes d'établir une Internationale syndicale propre conduit à l’isolement, et réclame une démarche de front uni envers la Cgtrue Lafayette. Son allié, Monatte, propose même que les syndicalistes révolutionnaires et les communistes demeurent dans les syndicats locaux Cgtrue Lafayette partout où ils n'obtiennent pas une majorité en faveur de la Cgtu, plutôt que de les quitter pour créer de petites unités de celle-ci. Rosmer et Monatte s'opposent aussi au plan de réorganisation de la Cgtu, le considérant schématique et inutile. Aux discussions interminables sur la réorganisation des structures de la Cgtu et sur ses relations internationales, ils opposent l'action unie pour des revendications immédiates.

50Le conflit entre les deux blocs de tendances culmine au congrès Cgtu de Saint-Etienne, en juin 1922, à peu près au moment où est déclenchée la grève des métaux au Havre. Lors de ce congrès, l'existence du “Pacte” anarcho-syndicaliste est révélée et les membres du Pcf dans la Cgtu tiennent pour la première fois une réunion nationale organisée sous la présidence de Frossard. Monmousseau s'est détourné des anarcho-syndicalistes et soutient vigoureusement l'affiliation à l'Isr ; une alliance entre les syndicalistes révolutionnaires et les syndicalistes communistes obtient alors la majorité et le nouveau bureau confédéral engage une réorientation de la Cgtu.

51Les anarcho-syndicalistes n'acceptent pas leur défaite et mènent un combat intransigeant contre la nouvelle direction. Ils ressuscitent un Comité de défense syndicaliste (Cds) pour évoquer l'opposition à Jouhaux pendant la guerre. Ce nouveau Cds coordonne les syndicats qui n'approuvent pas la nouvelle direction de la Cgtu, et leur fournit un matériel d'agitation et des orateurs. On verra que cette rivalité entre le premier bureau provisoire de la Cgtu et les syndicalistes révolutionnaires communistes, puis, entre le Cds et le nouveau bureau confédéral de la Cgtu, a des répercussions considérables au Havre, avant, pendant et après la grande grève des métallos de 1922.

52Par exemple, le 3 février, un nouveau bureau du Csr du Havre est élu. Berceron et Coursolles sont remplacés respectivement par Emile Courtois et Jean Le Gall, anarchistes plus intransigeants et plus actifs dans le Glh que leurs prédécesseurs. Le numéro du 1er février 1922 de Vérités contient plusieurs articles à forte teneur anarchiste ou anarcho-syndicaliste. L'un d'eux, intitulé “Folie humaine” et signé Micromégas, est une imitation de Voltaire écrite dans le style littéraire dont les anarchistes sont friands. Un autre, intitulé “Pelloutier est revenu”, attaque les réformistes, les néoréformistes et les syndicalistes révolutionnaires qui collaborent avec un parti politique. Un autre encore est un essai doctrinal intitulé “Renan, prophète du fédéralisme”.

  • 23 Voir A. Rosmer, R. Wohl.

53Le conflit de tendances au sein de la Cgtu est imbriqué avec un conflit parallèle au sein du Pcf. Au congrès de Marseille du Pcf qui commence en décembre 1921 et se prolonge en 1922, trois grandes tendances se disputent la majorité : la Gauche, autour de Fernand Loriot, Alfred Rosmer et Boris Souvarine ; le Centre, autour de Marcel Cachin et Ludovic-Oscar Frossard ; et la Droite, qui rassemble des éléments disparates restés dans le Pcf après son adhésion à la Troisième Internationale sans vraiment être d'accord avec les idées de celle-ci. La Gauche, soutenue par la direction de la Troisième Internationale à Moscou, réclame une plus forte cohésion du parti dans ses manifestations publiques et dans son travail syndical.23 Elle demande en particulier que des dirigeants du parti comme Raoul Verfeuil, de la Droite, cessent de dénoncer la politique du parti et certains de ses membres dans des journaux qui ne relèvent pas du parti.

54Au congrès de Marseille, en décembre 1921, le Centre accepte une partie des recommandations de la Gauche et de la Troisième Internationale, mais maintient son indépendance. Il protège la Droite contre toute exclusion et bloque l'élection de Souvarine au Comité central du parti. En guise de protestation, la Gauche démissionne collectivement du Comité directeur. L’année 1922 s'ouvre donc sur une crise de direction du Pcf.

55Peu après le congrès de Marseille, les divergences entre la Gauche et le Centre s’aggravent à propos du front uni. La direction de la Troisième Internationale et la Gauche affirment qu’un net changement du climat politique s’est produit en Europe, et que les Partis communistes ne peuvent plus espérer entraîner les masses à l'action révolutionnaire par-dessus la tête des dirigeants des organisations réformistes. Elles proposent, en conséquence, que le Pcf fasse des propositions d'action unie pour la défense des intérêts immédiats des travailleurs à la Cgtu, la Cgt et la Sfio.

56Le Centre du Pcf rejette cette tactique de front uni. Il explique que le Pcf représente la continuité légitime du vieux Parti socialiste et qu’il a reçu une majorité claire au congrès de Tours. Pour lui, les masses se sont exprimées en faveur de la révolution et les dirigeants de la Sfio sont de simples “dissidents”. En offrant l'unité à la Cgt et à la Sfio, le parti nuirait à la crédibilité de tout ce qu'il a dit jusqu'alors sur les directions réformistes de ces organisations. La fédération de la Seine-Inférieure du Pcf et son journal, Le Communiste du Nord-Ouest, expriment une position analogue, tout en soulignant la nécessité de l'action de masse autour des revendications immédiates plus vigoureusement que la plupart des partisans du Centre.

57Le Centre du Pcf oppose l'unité avec la Cgtu (“l'unité des révolutionnaires”) au front uni avec la Sfio et la Cgt. En ce sens, le Centre tend à rechercher l'alliance des anarcho-syndicalistes de la Cgtu : les deux courants écartent toute idée de front uni avec la Cgt-rue Lafayette. En outre, dans le domaine syndical, le Centre du Pcf hérite dans une certaine mesure du modus vivendi établi avant-guerre, au nom duquel le Parti socialiste laissait la Cgt gérer ses propres affaires tandis que la Cgt s'abstenait de toute critique du Parti socialiste sur les questions strictement politiques. En 1921 et 1922, cela signifie que le Pcf s'occupe des actions contre la guerre et des élections, tandis que la Cgtu se bat sur le front économique. Cette guérilla entre le Centre et la Gauche du Pcf double celle qui oppose les anarchosyndicalistes aux syndicalistes révolutionnaires et communistes à la Cgtu, et se poursuit pendant toute l'année 1922 avec des échos majeurs au Havre.

  • 24 Le Communiste de Normandie, 7 janvier 1922.
  • 25 Adsm 2Z39.
  • 26 Hu 2/1922.

58Le Gch et l’ancienne Fssi se conforment aux décisions du congrès de Marseille. Paul Bazin, qui y a représenté la Seine-Inférieure, écrit que le congrès a été un bon congrès, indiquant par là son soutien à la tendance du Centre, puisque la gauche a démissionné de la direction du parti pour protester contre l’issue du congrès.24 Peu après, en mars 1922, une Interfédération régionale du Nord-Ouest, une des quinze nouvelles régions dessinées par le Pcf, est créée pour la Seine-Inférieure, l'Eure, l'Eure-et-Loire, le Calvados, la Manche, l'Orne et la Sarthe.25 Félix Bouvier est élu pour représenter Le Havre à la direction de la Seine-Inférieure. La nouvelle Interfédération tient un congrès à Dreux en février 1922, qui approuve les décisions de Marseille et appelle à la fin des polémiques ; Lepez est élu secrétaire permanent de l'Interfédération.26

59L’orientation proposée par le Centre du Pcf correspond au Havre à une pratique de division des tâches entre le Gch et l’Ush. Les communistes conduisent leurs campagnes politiques avec les anarcho-syndicalistes au sein du Cds, dénoncent le Gsh, Léon Meyer et la Cgt-rue Lafayette, et laissent les mains libres à Quesnel et Hervieu à l’Ush en ce qui concerne les revendications économiques. C’est ce schéma que le Gch appliquera pendant la grève des métaux et la grève générale de l’été 1922, et qui deviendra l’objet d’un vaste débat dans le Pcf et l’Internationale communiste.

Séparation organisationnelle des pôles de modérantisme et de radicalité

60Une nouvelle étape du processus de bipolarisation du mouvement est franchie entre 1920 et 1922. La majorité des organisations et des individus se sont rangés du côté du modérantisme ou de la radicalité. Mais le schisme n’a pas produit deux pôles symétriques. Les effectifs, la cohérence idéologique et les relations entre le Parti radical, la Sfïo et la Cgt-rue Lafayette ne correspondent pas à l’agencement des anarchistes, du Pcf et de la Cgtu ; les bases sociales des uns et des autres continuent de fluctuer.

  • 27 Pour la thèse selon laquelle les scissions du Psu et de la Cgt furent non seulement accélérées, mai (...)

61L’expérience havraise que nous avons étudié nous permet une première approximation des origines de la scission27. Une première série de causes est lointaine et sociologique : certains secteurs des milieux populaires sur lesquels s’appuyaient les organisations unifiées (Psu, Cgt) ont connu des transformations, des luttes, des alliances et des répressions auxquelles d’autres secteurs ont échappé à cette époque, entraînant la formation de plusieurs familles d’expériences. Une deuxième série de causalité découle de la guerre qui a fini par regrouper ces familles en deux pôles, et teinté leurs relations de ressentiments profonds. De plus, le conflit mondial et son sous-produit, la révolution russe, ont rendu obsolètes les vieilles divisions entre socialistes et radicaux, fédéralistes et jacobins, politiques et syndicaux, allemanistes, jauressistes et guesdistes, et relativisé les particularismes qui divisaient Havrais et Rouennais, ouvriers fiers de leur métier et manœuvres, dockers et métallos. Au lieu de ces anciennes références, la nouvelle bipolarité s’est ordonnée autour de trois questions : la guerre, la révolution russe et l’esprit de collaboration de classe.

62Le troisième groupe de causes concerne le passage à la scission effective. Au Havre, les principaux responsables de la scission ne sont ni les socialistes de gauche devenus communistes inspirés par leur expérience locale, ni ceux d’entre eux qui cherchaient à suivre les consignes des bolcheviques russes, mais deux groupements tirant leur force de milieux animés à ce moment précis de sentiments d’impatience. D’une part, les anarchistes et anarcho-syndicalistes du “Pacte” se sont appuyés sur la colère de cheminots, métallos, dockers et ménagères devant la médiocrité de leur conditions d’existence après les sacrifices de la guerre, et l’impuissance de leurs chefs modérés ; d’autre part, une fraction des socialistes rôdée à la collaboration avec les radicaux au sein du conseil municipal, et des syndicalistes particulièrement bien intégrés dans les rouages de la concertation, a profité des sentiments de satisfaction devant les résultats obtenus par leur action pour balayer les perturbateurs de sa voie.

63Enfin, deux facteurs ont déterminé la tonalité du débat, l’ampleur du public concerné et le degré de centralisation des deux camps. Premièrement, les scissions se sont produites entre six et dix-huit mois après la plus forte expansion du mouvement populaire jamais connue, suivie de la répression du mouvement cheminot, dans une phase de récession économique et de chômage. Ces circonstances ont multiplié le sentiment d’espoirs déçus ou trahis et de sacrifices inutiles.

64Deuxièmement, on ne peut manquer de relever la synchronisation entre les mesures de l’Etat et les besoins tactiques du pôle modéré. Les gouvernements successifs n’ont pas voulu détruire le mouvement ouvrier, mais le domestiquer et l'intégrer. La tâche n’a pas toujours été facile : des patrons intransigeants ont refusé les concessions demandées, le budget de l’Etat n’a pas toujours permis de lubrifier les mécanismes de conciliation au bon moment, des chefs ouvriers téméraires ont outre passé leur rôle, d’autres, trop timides, ont perdu la confiance de leurs mandataires, des militaires arrogants, des préfets et policiers trop zélés ont offensé le public, des secteurs combatifs ont débordé leurs dirigeants modérés, des guerres ont éclaté alors qu’un processus d’assagissement était en cours. Face à ces difficultés, les courants républicains dominants ont voulu, au moins, stabiliser et renforcer un pôle modéré.

65Sans verser dans une conception policière de l’histoire, on doit relever le remarquable sens du bon moment et de la juste mesure dont les autorités font preuve en n’arrêtant que peu d’inscrits au Carnet B en 1914, dans le choix des militants syndicalistes mobilisés, puis dans celui des sites où elles mutent les majoritaires et les minoritaires, la répression des grèves de 1917 et 1918, l’intégration des dirigeants socialistes et cégétistes aux commissions ministérielles et municipales, l’interdiction de certaines réunions, les moyens mis à la disposition de Montagne et du syndicat des marins en 1918 et 1919, l’utilisation des nouvelles de la guerre civile en Russie, l’emprisonnement et la relaxation des dirigeants de la grève de mai 1920, la fermeture de Franklin, la rétention des télégrammes de marins en grève. Ces interventions de l’Etat rassurent les directions modérées de la Cgt et du Psu et facilitent leurs réunions nationales et la coordination de leurs actions, cependant qu’elles engendrent chez les opposants une méfiance de ces directions soupçonnées de collusion avec les ministères.

Notes

1 Ce chapitre se fonde surtout sur AN F7-13.018, 13274 à 13.276, 13.675, 13.693, et 13.761, Adsm 1MP495, 2Z85, et 2Z87, les périodiques Réveil ouvrier, L'ouvrier métallurgiste du Havre, Le Cheminot de l'Etat, Vérités ; ainsi que J.-J. Doré, “La Cgt et la Cgtu en Seine-Inférieure”, et les ouvrages de P. Monatte, A. Rosmer, M. Labi, C. Gras, L. Batsch et M. Bouvet, J.-L. Robert, etc., cités dans les sources.

2 Pour une opinion sur la sincérité de cet encouragement, voir P. Monatte op cit p. 191

3 RO, no 25, mai 1920.

4 Cité par J. J. Doré, ch. 12.

5 RO, no 28, septembre 1920.

6 B. Vallet, p. 48.

7 RO, novembre 1920.

8 Le Libertaire, 18-24/1/1921.

9 M. Labi, p. 186.

10 AN F7-13.018 - Notes des 21/1/1921, 9/7/1921 et 10/1/1922.

11 B. Vallet, p. 47.

12 Adsm 4MP1810.

13 Pour ce passage, voir AN F7-13.018 et J. J. Doré, ch. 10.

14 Adsm 4MP2872.

15 Adsm 2Z85.

16 52,82 % à la majorité, 44,69 % à la minorité ; M. Labi p. 201.

17 Le Travailleur de la mer, no 367, septembre 1921.

18 J. J. Doré, chapitre 12.

19 AN F7-13.018, note du 5 janvier 1922.

20 AN F7-13.018, note du 22 février 1922.

21 AN F7-13.018.

22 Voir P. Monatte, Syndicalisme révolutionnaire et communisme ; A. Rosmer, Moscou sous Lénine ; Le Libertaire ; La Lutte des Classes ; J. P. Robert, La scission syndicale ; M. Labi, La grande division des travailleurs.

23 Voir A. Rosmer, R. Wohl.

24 Le Communiste de Normandie, 7 janvier 1922.

25 Adsm 2Z39.

26 Hu 2/1922.

27 Pour la thèse selon laquelle les scissions du Psu et de la Cgt furent non seulement accélérées, mais provoquées par les événements contingents de l'après-guerre, voir A. Kriegel, Aux origines du communisme français, et R. Wohl, French Communism in the Making ; pour la thèse selon laquelle elles correspondent à des divisions existant avantguerre et pendant la guerre, voir M. Labi, La grande division des travailleurs, et J.-L. Robert, La scission syndicale de 1921.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search