Version classiqueVersion mobile

Communistes au Havre

 | 
Marie-Paule Dhaille-Hervieu

Ire partie. Des crises à la guerre froide (1922-1947)

Chapitre 1. Le PC en quête de bases ouvrières (1922-1930)

Texte intégral

  • 1 L’adhésion de la fédération socialiste de Seine-Inférieure (FSSI) à la IIIe Internationale a été v (...)

1De création récente1, le rayon (section) communiste havrais, dépendant de la région Basse-Seine, et l’union locale unitaire (ULU) affiliée à la 19e région CGTU ont immédiatement été confrontés à des forces syndicales et politiques plus anciennement développées : les deux unions locales dites de tendances confédérée et autonome (de sensibilité anarchiste), une section socialiste influencée par le dirigeant Pierre Renaudel, une municipalité ayant à sa tête, depuis 1919, un maire radical, Léon Meyer, ministre en 1924, 1931 et 1932, lié à Édouard Herriot et allié à la SFIO, conseiller général du 3e canton et député de la 1re circonscription, c’est-à-dire élu par les quartiers les plus populaires de la ville depuis 1923.

  • 2 Avant et après les deux projets de loi sur les assurances sociales (1928 et 1930). Voir Le Proléta (...)

2Les communistes ne peuvent s’imposer qu’en s’opposant à leurs principaux concurrents, les anarcho-syndicalistes dirigeants de la plus grosse union locale autonome et du premier syndicat, celui du port, des dockers, et le parti radical répartissant l’ensemble des postes de conseillers municipaux, conseillers d’arrondissement et conseillers généraux des 3e et 4e cantons. Le parti communiste doit donc se distinguer dans son discours, ses pratiques et ses objectifs, en étant le seul, par exemple, à refuser le « versement ouvrier » des cotisations sociales2.

3Le PC tente aussi de faire la démonstration de sa capacité à représenter la « classe ouvrière » et à capter son héritage politique et symbolique. La conjoncture de crise de la période « classe contre classe », la stalinisation opérée dans le mouvement communiste à partir de 1928-1929 donnent au PCF et à la CGTU les moyens et les limites de leur autonomie par rapport à d’autres structures plus intégrées : une organisation et un langage « prolétariens » mais aussi une absence de perspectives politiques à court terme, après l’échec de la Journée internationale de lutte contre la guerre et l’impérialisme (1er août 1929) et l’abandon des offensives « prolétariennes » dans les États germaniques.

La figure emblématique d’Henri Gautier

  • 3 Un « Hommage à Henri Gautier » a été rendu par Gaston Legoy, artisan cordonnier devenu historien d (...)
  • 4 Il réside 32 rue Amédée-Cazavan, quartier des Neiges, en août 1922.
  • 5 Il est par exemple, en 1927, gérant d’un petit journal édité en langue annamite et intitulé Vietna (...)

4Au terme des années vingt, le PC havrais apparaît comme dominé par la figure de l’ouvrier métallurgiste Henri Gautier3, personnalité qui concentre tous les attributs de sa classe et de son parti dans leur version locale comme dans leur dimension internationale. Fils d’une famille de tendance anarchiste, originaire de Graville4, il manifeste son attachement à l’union libre (il est le compagnon d’Odette Brière) et au contrôle des naissances, de même qu’au pacifisme, à l’antimilitarisme et à l’anticolonialisme qui sont les références communes à l’anarchisme révolutionnaire et au communisme des années vingt5. Fondateur en 1927 du Groupe artistique ouvrier, il écrit des pièces politiques comme Jean le Prolo ou La Lutte qui sera jouée dans une fête champêtre de l’union locale unitaire, en juillet 1932, et révèle des qualités d’orateur qui font de cet ouvrier éclairé un homme de masse en phase avec le projet politique de son parti.

  • 6 Voir la thèse de John Barzman, Labor and Politics in France. Le Havre (1913-1923), Los Angeles, un (...)
  • 7 Le Libertaire, numéro hors série, Histoire méconnue et oubliée du syndicalisme havrais (1907-1939) (...)

5Jeune chaudronnier ayant adhéré au PC en février 1921, à l’âge de 22 ans, il devient responsable des Jeunesses communistes et du syndicat CGTU des métaux, en partisan déclaré des thèses de la IIIe Internationale et de l’Internationale syndicale rouge, mais c’est à partir de la grande grève des métallurgistes6 de l’été 1922, mouvement social d’une durée (111 jours) et d’une intensité exceptionnelles (combats de rue avec barricades et quatre morts ouvriers), après qu’il a été arrêté le 31 août, emprisonné (trois mois), libéré, qu’il devient un dirigeant ouvrier, secrétaire du rayon communiste et du syndicat CGTU des métaux en juillet 1924, le 26 juin 1925 d’après Le Libertaire7, avec Paul Lemarchand.

Illustration 1 – Le Prolétaire normand, édition du Havre, 22 août 1930

  • 8 Suite à la transformation du gouvernement de Mussolini en dictature terroriste et au développement (...)
  • 9 Étudié par Bernard Pudal dans Prendre parti (pour une sociologie historique du PCF), Paris, PFNSP, (...)
  • 10 En 1925, 7,6 % des inscrits ; en 1929, 10,6 %.

6Acteur politique très offensif, il est à l’origine des premières cellules d’usine (CEM, Tréfileries) et de la création, avec les autonomes et les confédérés, d’un premier comité local antifasciste en 1925 et d’un comité d’action socialo-communiste8. Il est encore le principal artisan de la lutte pour l’hégémonie des syndicalistes révolutionnaires (aux dépens des anarcho-syndicalistes) dans les syndicats des métaux et des ouvriers du port, aboutissant à la formation d’une deuxième union locale unitaire mais de tendance communiste (en 1928 ; le 20 avril 1926 d’après Le Libertaire), qui rejette dans l’autonomie les éléments anarchistes (Jean Le Gall, Henri Quesnel…). Il présente tous les caractères de ce qui deviendra le nouveau cadre « thorézien »9, donnant la priorité à l’action politique et idéologique : il représente le PC dans toutes les élections, législatives de 1928, municipales de 1925 et 1929, traduisant la progression électorale10 du Bloc ouvrier et paysan, et fait paraître un nouveau journal, L’Unitaire, de 1926 à 1930.

7Tenant compte des spécificités de l’histoire du mouvement ouvrier local, il réalise la conjonction entre les communistes et les syndicalistes révolutionnaires en les intégrant à une structure syndicale homogène (CGTU-métaux) dont ils prennent la tête en 1924 ou en les organisant en fraction politique (OSR, opposition syndicaliste révolutionnaire du syndicat des dockers) ; il est enfin un des premiers à prendre conscience de la base de masse que pourraient représenter les chômeurs et il les mobilise (15 février 1927) et les organise (mars-avril 1927), ce qui entraîne son arrestation et un nouvel emprisonnement de vingt jours.

  • 11 Pour les trois noms de M. Gautier, V. Engler, V. Caruel, voir le dictionnaire J. Maitron, et Jean- (...)

8S’il est appelé, le 1er décembre 1929, à prendre la direction de la 19e région unitaire à Rouen, c’est parce qu’il a fait la preuve de sa fidélité, alors que la région Basse-Seine est affectée par la « crise pupiste » et la rupture avec Maurice Gautier11, maire d’Oissel, conseiller général, et aussi parce que ses qualités de tacticien pourront être utilisées contre les engleristes (autonomes restés au sein de la CGTU) dirigeant l’union locale. Lancé à la conquête de l’ULU contre Victor Caruel, il se place à la tête du mouvement de grèves (10 000 grévistes à Rouen fin juillet 1930, avec combats de rue et barricades, place Saint-Marc), et secondé par Paul Lemarchand venu, lui aussi, du Havre prendre la direction du syndicat CGTU des métaux, il en devient le secrétaire régional.

9Mais invoquant des raisons de santé, Henri Gautier démissionne le 11 octobre 1930 de l’ensemble de ses responsabilités et il part se faire soigner en URSS (ou à l’École léniniste internationale ?). Toutes les bases d’une carrière de dirigeant syndical et/ou politique national sont alors réalisées.

  • 12 Pour l’affaire d’espionnage dite « Fantomas », voir Victor Fay, La flamme et la cendre, Saint-Deni (...)

10Il devient secrétaire, trésorier de la Fédération unitaire des métaux, mais alors qu’il participe à la campagne électorale pour les législatives de 1932 à Saint-Nazaire, il se fait voler sa serviette, ce qui permet à la police de l’arrêter et de le faire inculper d’« espionnage » (30 mai). Des actions pour sa libération sont engagées par le SRI (Secours rouge international), l’ULU (31 juillet) et le journal communiste Le Prolétaire normand, édition du Havre, le 21 août 193212.

11Les conditions de son départ du Havre en 1929 et ses déplacements successifs sont très caractéristiques du mode de fonctionnement et de promotion politique des cadres communistes intermédiaires, c’est-à-dire qu’à une sélection, à la base, dans les luttes syndicales et politiques, déterminant des cumuls de responsabilités, s’ajoutent des déplacements organisés à l’échelon supérieur avec pour premier objectif de gérer des situations de crise et de renforcer l’appareil dirigeant. Ce type d’organisation se révélera très efficace dans la clandestinité mais il a aussi pour premier désavantage d’affaiblir les structures locales, en particulier au Havre. Après les départs d’Henri Gautier et de Paul Lemarchand en 1929, se succéderont ceux de Fernand Legagneux en 1934 et de Darius Le Corre en 1936. Il faut en fait attendre les premiers succès politiques du PC, en 1936-1937, pour que l’enracinement des cadres moyens devienne une des composantes de la stratégie communiste, et René Cance, à la tête de la section, et Louis Eudier, dirigeant le syndicat des métaux réunifié, sont les premiers à faire carrière (comme conseillers généraux, députés, maire) sur place, les problèmes de la direction régionale étant à l’inverse pris en charge par des « parachutages » de dirigeants nationaux (Courtade, Tollet et, à la Libération, Michaut).

12Seules la guerre et la clandestinité, s’ajoutant à l’interdiction du PC et des fractions communistes à l’intérieur de la CGT, parce qu’elles interrompent le processus électoral et renouvellent les formes de la répression policière et militaire, amènent la direction du PC (section des cadres) à déplacer des responsables expérimentés, et politiquement sûrs, dans d’autres régions (Cance, Jouet, Muzard, Duroméa, Avisse, Leroy), quitte à les réimplanter, à la Libération, comme candidats à des élections à base territoriale (municipales, cantonales) et dirigeants de sections et de journaux communistes locaux (Cance est à la tête de L’Avenir du Havre, Chatel directeur de L’Avenir normand, Duroméa, un temps dirigeant de la section havraise, et Leroy à terme choisi comme secrétaire fédéral).

  • 13 Cette version de sa mort, dans Roland Passevant, Les communistes au quotidien, Paris, Grasset, 198 (...)
  • 14 Voir R. Linet, CGT : lendemains de guerre, op. cit.

13Henri Gautier est enfin une figure emblématique parce que, interné puis évadé du camp de Châteaubriant, résistant, de nouveau interné à Compiègne puis déporté dans le camp de concentration de Mauthausen le 16 avril 1943, il allait d’après son frère André13, « avec un groupe, à la rencontre des troupes soviétiques ( ?) quand les SS les ont repris, rabattus dans une clairière et mitraillés ». Henri Gautier devenu héros et martyr, une rue du Havre et un parc de loisirs de l’USTM, anciennement Baillet, portent son nom14.

La crise de direction et la promotion de cadres ouvriers

14Le double départ de 1929 correspond à une crise de direction et s’ajoute aux difficultés d’application de la ligne « classe contre classe » se traduisant par un affaiblissement électoral et militant. Deux syndicats unitaires apparaissent comme susceptibles de donner des cadres politiques et syndicaux en même temps que des candidats aux élections municipales (1929), cantonales (1931 et 1934) et législatives (1932), ce sont ceux de la métallurgie et du bâtiment et de la terrasse (Legagneux, Édouard, David, Deschamps).

  • 15 Voir J. Legoy, Le peuple du Havre…, op. cit., « Syndicalisme : les dockers - les marins ».
  • 16 L’adhésion fait suite à une grève de cinq semaines menée par Roger Le Marec, docker communiste (qu (...)
  • 17 Cette distinction opérée entre syndicalistes révolutionnaires et anarcho-syndicalistes est reprise (...)

15L’objectif principal reste cependant la conquête de directions syndicales devenues autonomes ou restées confédérées15. L’affiliation des syndicats est encore instable, de nature transitoire : ainsi, les dockers charbonniers en rupture avec les autonomes, à partir de 1924, adhèrent, en 1930, à la CGTU16 ; par contre les camionneurs, d’abord unitaires, deviennent autonomes en 1926, à l’image de la majorité des ouvriers du port. Les communistes cherchent et réussissent au Havre à maintenir l’alliance avec les syndicalistes révolutionnaires, tel Louis Eudier, à la tête du syndicat de la métallurgie à partir de 1932, officiellement non communiste jusqu’en 1941, c’est-à-dire des militants qui entretiennent des liens de proximité idéologique avec les anarcho-syndicalistes, partageant leur goût de l’action directe et leur volonté d’autonomie ouvrière sans pour autant être rebelles à toute forme de priorité politique et en particulier au discours et aux analyses communistes17.

  • 18 Il est rédacteur de l’édition locale du Prolétaire normand, organe régional créé en 1925, ayant un (...)

16La sélection s’opère en deux temps. D’abord, Émile Deschamps18, du syndicat des métaux, et Fernand Legagneux, dirigeant des ouvriers du bâtiment, sont choisis comme responsables syndicaux (à la direction de l’ULU) et politiques (secrétaires de rayon) et comme candidats aux municipales de 1929 (Deschamps est deuxième de liste au Havre derrière Gautier, et Legagneux, tête de liste à Montivilliers), aux cantonales de 1931 (Deschamps dans le 3e canton, Legagneux dans le 4e), législatives de 1932 (Deschamps dans la 1re circonscription et Legagneux dans la 2e). Dans une seconde étape à partir de 1933, Deschamps laisse la place à ce qui peut apparaître comme une nouvelle direction, Legagneux cumule les responsabilités à la tête de l’ULU et du rayon, candidat reconduit dans le 4e canton en 1934, mais déjà appelé à de nouvelles responsabilités régionales comme le prouve sa double participation au congrès de l’Internationale syndicale rouge et à la conférence nationale de Levallois-Perret (28 février - 1er mars 1931).

  • 19 Les biographies d’É. Deschamps, F. Legagneux et D. Le Corre peuvent être consultées dans le dictio (...)

17Le nouveau promu, Darius Le Corre, instituteur, militant syndical, a le soutien du nouveau dirigeant fédéral, Albert Costentin, lui-même instituteur d’origine havraise, et il devient le candidat communiste ayant le plus de chance d’emporter un siège au regard de la composition sociologique de l’électorat des circonscriptions (ce sera le fait de l’instituteur René Cance élu en 1937) aux élections législatives de 1932 (3e circonscription), cantonales de 1934 (3e canton) et municipales de 1935 (tête de liste), avant d’être choisi comme député éligible (de Corbeil) en 193619.

  • 20 Fernand Legagneux est choisi pour participer à la conférence de Levallois (1931) et au VIIe congrè (...)
  • 21 Municipales de 1929, 1er canton pour l’élection cantonale partielle de 1931, 5e canton en 1934, de (...)
  • 22 D’après le dictionnaire Maitron, Le Corre, devenu député de Corbeil, est démissionnaire à l’automn (...)

18À ces deux derniers dirigeants gagnés à terme par la professionnalisation, devenus permanents syndical (Legagneux) et politique (Le Corre), peuvent être ajoutés ceux qui sont restés des cadres locaux, candidats symboliques aux élections, représentant la continuité de l’appareil militant : Roger Le Marec, dirigeant du syndicat (devenu unitaire) des dockers charbonniers, à la tête du comité de chômeurs créé en 1931, présenté en 1934 dans le 1er canton, appelé à succéder à Fernand Legagneux à la tête de l’ULU20 ; Jean Pasqualini, douanier révoqué, candidat à toutes les élections locales21 de 1929 à 1935 ; les ouvriers du bâtiment Alexandre David et Désiré Édouard, vieux militants participant aux municipales de 1929 et 1935 et aux cantonales de 1931, et le cheminot Émile Brun. Si ces responsables sont tous des ouvriers sans qu’il soit possible de faire une distinction significative entre ouvriers du secteur privé et ouvriers du secteur public, par contre il est assez remarquable de constater la part croissante des instituteurs (Costentin, Le Corre et, à partir de 1934, Cance et Pican), tous d’origine populaire, ayant un niveau d’études « primaire supérieur » mais endossant, pour les deux premiers, les caractères extérieurs de l’ouvrier communiste de la « troisième période » : engagement physique dans les luttes, violence verbale et intransigeance doctrinale, exposition à la répression entraînant des arrestations et des condamnations à des amendes, des peines d’emprisonnement et des déplacements arbitraires, et, à terme, la rupture avec le PC22.

La lutte pour l’hégémonie dans les quartiers et les syndicats ouvriers

19Dans son entreprise de conquête de syndicats ouvriers restés majoritairement extérieurs à son influence, le PC dispose de trois atouts. D’abord son langage et ses pratiques « résolument prolétariens » font qu’il n’apparaît pas comme extérieur à la classe. D’autre part l’absence d’une stratégie politique d’intégration (sociale et nationale), si elle ne l’empêche pas de présenter des candidats à toutes les élections, manifestant comme le rappel des candidatures ouvrières de 1848, se présente comme une alternative révolutionnaire, sans objectif prioritaire de gestion ou de représentation ; cela amène les communistes à développer des discours systématiquement anti-et donc à redoubler l’exclusion sociale par la marginalisation politique, sentiment(s) vécu(s) dans une fraction des classes populaires.

20Le PC peut enfin exploiter les erreurs et faiblesses tactiques de ses concurrents et adversaires plus anciennement intégrés et dont les positions sont affaiblies par la conjoncture de crise. C’est ainsi que les communistes dénoncent le versement de cotisations ouvrières pour les assurances sociales, prennent la tête de comités de chômeurs et sont de tous les mouvements de défense ouvrière, y compris quand ils prennent la forme de combats de rue avec barricades élevées aux limites des quartiers populaires (au Havre, en 1922, et à Rouen, en 1930). Ce faisant, ils construisent, du niveau le plus ancien de la mémoire révolutionnaire jusqu’à l’intervention la plus quotidienne sur les lieux de travail et d’habitat ouvriers, une identité communiste qui leur permet de se démarquer de ce qu’ils appellent « les petits chefs », c’est-à-dire aussi bien la maîtrise et l’encadrement que les dirigeants syndicaux, autonomes et confédérés, accusés de constituer « la République des camarades à Léon Meyer » du fait des rapports de « clientèle » qu’entretiennent les deux unions locales avec la municipalité à direction radicale. Il y a là un jeu de rôles qui permet au parti communiste de se constituer en relais des structures internationales du mouvement communiste (IC et ISR), tout en devenant une composante du débat et des forces politiques nationales.

  • 23 Plus de 5 000 chômeurs en 1934, d’après Roger Le Marec, soit 15,4 % des actifs ; 48,2 % de pertes (...)

21La double crise commencée en 1927 est un temps essentiel de cette affirmation identitaire. Parce qu’elle est à la fois une crise économique liée à des restructurations autant qu’à une détérioration de la conjoncture, se traduisant par un chômage de masse23, et une crise urbaine avec les problèmes accumulés par les habitants des nouveaux quartiers périphériques (lotissements de la commune de Sanvic, habitat pavillonnaire et petit collectif du quartier d’Aplemont-Frileuse dans la ville haute, baraquements des Neiges dans la ville basse), la détérioration de la conjoncture ouvre au PC et à la CGTU un espace de manœuvre d’autant plus exploité qu’il leur est presque abandonné.

  • 24 D’après les chiffres de J. Legoy et du Maitron. On peut voir aussi les recherches effectuées par L (...)

22Du côté syndical, la multiplicité des structures (confédérés, unitaires, autonomes et indépendants, par exemple le syndicat confédéré des marins dirigé par Le Gonidec, puis Elhers, dépassé par le syndicat indépendant d’Henri Julie) recouvre en partie des orientations idéologiques mais tend aussi à opposer des catégories ouvrières et employées. Les salariés à statut ou du secteur public comme les municipaux (Nédélec), les marins et agents du service général à bord (Cluzeau et Cupillard), ainsi que les ouvriers du livre ou les postiers, sont plutôt d’orientation confédérée24 – 5 000 adhérents (moins de 1800 d’après Le Libertaire) à la CGT dirigée par Léon Jouhaux – tandis que des travailleurs « protégés » par le statut de 1928 comme les dockers sont principalement organisés dans les syndicats autonomes, anarcho-syndicalistes – 6 000 adhérents (5000 d’après Le Libertaire) dirigés par Jean Le Gall. Quant aux communistes et syndicalistes révolutionnaires, ils se sont regroupés dans les syndicats unitaires dont les effectifs baissent de 8000 en 1930 à 2000 en 1935 (moins de 600 d’après Le Libertaire), tout en constituant des structures durables, les douanes actives ayant pour secrétaire Pasqualini, les cheminots dirigés par Brun, Thouroude, la métallurgie (Eudier), le bâtiment (Deshays, Le Gentil, R. Hauguel), les dockers-charbonniers (Le Marec), les marins (Le Bras), et d’autre part des minorités organisées (l’OSR du syndicat autonome des dockers, animée par Raymond Cornic, Jules Le Troadec).

23Ces différenciations sociales et idéologiques déterminent des pratiques contradictoires dans le fonctionnement des organisations. Ainsi les autonomes appliquent l’Union shop, qui oblige d’être syndiqué comme préalable à l’embauche ; ils financent une caisse de grève et ont recours à l’arbitrage, contrairement aux charbonniers ayant rallié la CGTU en 1930 et aux camionneurs, anciens unitaires devenus autonomes (1926). Les ouvriers du secteur privé, comme les métallos (H. Gautier, Lemarchand, Deschamps, Eudier), les travailleurs du bâtiment (Legagneux, Le Gentil, Guyader, R. Hauguel), les dockers charbonniers (Le Marec, Prat), apparaissent donc comme les plus ouverts à l’influence communiste et unitaire – parce qu’ils sont moins encadrés ? plus exposés ? plus revendicatifs ?

24La CGTU multiplie les tentatives pour rallier la base des syndicats autonomes ou faire basculer les directions des syndicats confédérés. C’est ainsi qu’elle tente, avec Charles Tillon, de prendre la direction du syndicat confédéré des marins (aux dépens de Cupillard et Cluzeau) et celle du syndicat des cheminots, et qu’elle noyaute le syndicat des dockers (avec Le Troadec et Cornic), après avoir réussi à entraîner une majorité de charbonniers.

25Les efforts des unitaires et des communistes pour isoler les dirigeants dits « réformistes », c’est-à-dire les autonomes et confédérés, en dénonçant leur localisme, leur corporatisme, leur légalisme et concrètement leurs relations avec la mairie ou le patronat, le refus du recours à l’arbitrage, et la tendance à la surenchère à partir de toute revendication spontanée ont des effets très limités : ils ne semblent réussir que dans l’expression d’une résistance à la modernisation industrielle (le chronométrage) ou dans la défense des minorités – jeunes, chômeurs, femmes, ouvriers du textile, étrangers et coloniaux (Polonais, Italiens, Annamites) – mais plus encore dans la prise en charge des victimes de la crise.

  • 25 Le Prolétaire normand du 22 janvier 1932 annonce l’organisation d’un congrès semi-régional de 35 d (...)
  • 26 Le contrôle est renforcé pour les dockers, devant présenter la carte d’affiliation syndicale et ce (...)
  • 27 L’ouverture de fonds de chômage municipaux est demandée.

26À partir de 1927, alors que la situation de crise n’est pas encore reconnue, et plus encore à partir de 1930, alors que le chômage touche particulièrement les métallos et les portuaires, marins et dockers, ils mobilisent puis organisent les premiers comités de chômeurs. Cette dernière structure est créée par Roger Le Marec, militant communiste, secrétaire adjoint de l’ULU, lui-même docker-charbonnier en chômage partiel. Il prend d’emblée pour cible la municipalité radicale de Léon Meyer, en réclamant l’ouverture d’un fonds municipal de chômage, et en refusant « la charité du bureau de bienfaisance ». Le maire ayant fait des concessions à la veille des élections cantonales de 1931, le PC et la CGTU augmentent le niveau de leurs revendications en demandant des inscriptions sans exclusive, le relèvement des indemnités et l’extension de l’allocation aux chômeurs partiels, ce qui amène à des affrontements et à un déplacement des enjeux. D’un côté la CGTU (le PC) tente de structurer durablement le comité des chômeurs avec l’élection d’un bureau et d’un secrétaire, Roger Le Marec, la rédaction d’un cahier de revendications et l’intégration à la structure syndicale unitaire par l’organisation d’un congrès25, tout en maintenant une certaine pression sous forme de délégations, manifestations (novembre 1931), affrontements de rue (avril 1932). De l’autre côté, la municipalité cherche à contrôler le mouvement26 par la création d’une commission et la multiplication des bureaux de pointage : à Franklin (siège des autonomes) pour les seuls portuaires, et rue de Fleurus, dans le quartier de l’Eure (fief électoral du maire) ; elle cherche aussi à limiter son effort financier à 530 000 francs, soit 0,8 % du budget municipal de 1932, et tente même de fermer le fonds municipal en 1933. À l’inverse la CGTU et le PC essaient d’élargir le mouvement en faisant participer au congrès local des autonomes et des inorganisés, puis en multipliant les comités de chômeurs des communes suburbaines de Sanvic, Montivilliers et Bolbec27 fédérés en un comité général.

27Parallèlement, ils donnent forme écrite aux revendications en participant à la rédaction d’un journal mural intitulé La Lutte des chômeurs, en ronéotant La Voix du bagne, organe d’expression des chômeurs déplacés sur les grands chantiers de Port-Jérôme et d’Orcher, en rédigeant un programme de lutte contre le chômage, avec allocation, grands travaux « d’utilité ouvrière » (alternative au plan Tardieu ?) payés au tarif syndical, diminution de la journée de travail mais augmentation du pouvoir d’achat.

28Il semble que par le moyen d’une action continue et approfondie avec les chômeurs, le PC et la CGTU opèrent une sorte de démonstration en grandeur réelle, d’abord aux dépens de la municipalité à direction radicale prise à revers dans les contradictions de ses rapports avec le gouvernement Herriot et le patronat, puis contre les syndicats autonomes et confédérés, dénoncés pour leur passivité et leur intégration, du fait de leur position d’interlocuteurs privilégiés de la municipalité. Enfin le PC et la CGTU occupent un terrain, celui de l’action directe et de l’organisation des chômeurs que les mouvements de type fasciste n’arriveront pas à s’approprier (comme les Polonais des Tréfileries).

29La vraie démonstration reste cependant à faire de la capacité des communistes à influencer le « cœur » de la classe ouvrière, les OP, les travailleurs à statut, les ouvriers du port, dockers et marins, les métallos et les « gars du bâtiment » et, pas seulement à la marge et dans les marges, les éléments les plus vulnérables.

30Quant aux quartiers ouvriers, qu’ils soient d’ancien habitat populaire, comme les quartiers « marins » de Saint-François et Notre-Dame ou de cités-jardins comme Frileuse-Aplemont, de nouveaux lotissements comme à Sanvic, sur le plateau de Caux, ou de baraquements sous-prolétariens comme aux Neiges, ils sont pour les communistes l’objet d’interventions répétées, non pas, comme la municipalité, à des fins électorales (par l’intermédiaire des comités de quartier) ni comme l’Église catholique dans un but de contrôle social, à partir des activités organisées par la paroisse, mais comme l’expression de leur fonction tribunitienne, celle de la « défense des pauvres », ceux qui sont confrontés à des problèmes matériels quotidiens : adductions d’eau et éclairage public, évacuation des ordures ménagères et des eaux usées, voirie et transports insuffisants, écoles surchargées, pollution, toutes difficultés subies, aggravées par la crise, dénoncées sans relâche, comme l’incapacité à payer les loyers, à rembourser les emprunts et à participer aux charges collectives.

Carte 1 – Le PC en quête de bases ouvrières (1922-1930)

31C’est parce que ces problèmes sont vécus dans les quartiers populaires sur le mode de l’infériorité sociale que les communistes créent le premier « comité de défense ouvrière » dans le quartier des Neiges et de la cité Bricart en 1932, ou encore que Roger Hauguel, dirigeant des Jeunesses communistes, entre au bureau du comité de Sanvic comme délégué des mal lotis du quartier Renaissance, en 1931. L’on retrouve les structures de base privilégiées par les organisations communistes mais aussi la volonté d’inscrire dans l’espace la différenciation entre quartiers ouvriers et quartiers bourgeois, la dénonciation inlassablement répétée de la municipalité Meyer accusée, par ses orientations politiques et budgétaires, d’abandonner les îlots de pauvreté ou de n’y être, avec sa police, que le relais de l’État.

  • 28 Voir carte 1 : « Le PC en quête de bases ouvrières (1922-1930) ».
  • 29 Le Prolétaire normand tire en moyenne à 5 000 exemplaires (6 500 en janvier 1931, d’après Fernand (...)

32L’intégration des communistes aux quartiers populaires ne se fait pas seulement sur le mode défensif, mais avec la volonté d’y développer un réseau associatif, par la création de cellules locales (Neiges, cité Chauvin, Graville, Sanvic, Bléville, Montivilliers) et l’implantation d’organisations sous influence communiste, comme le Secours rouge international, les Amis de l’URSS ou la Fédération sportive du travail, voire spécialisées telles que l’Association républicaine des anciens combattants, la Fédération des locataires ou les Mutilés du travail, toutes structures ayant le même siège social28 : soit une salle à la Bourse du travail, cercle Franklin (2e étage), 119, cours de la République, soit à la Maison du peuple, 378, boulevard de Graville. S’ajoutant à elles, des clubs sportifs (par exemple le Travail Sporting Club ou l’US Vornier) et les premières fêtes de quartier sont autant d’éléments d’encadrement de la sociabilité populaire. À ce titre, le PC n’a pas seulement une activité militante de vente de L’Humanité ou du journal communiste local Le Prolétaire normand, édition du Havre29, il est aussi une présence familière sur les lieux de vie des classes populaires. Ainsi, d’après le témoignage de son frère, André Gautier, « Henri et les gars des JC chantaient en ville dans les cafés que fréquentaient les métallos ».

Illustration 2 – Affiche du Prolétaire normand, organe du PC, région Basse-Seine

33Cet enracinement dans les quartiers ouvriers, en particulier aux Neiges, à Graville, se traduit par un progrès aux élections à base territoriale (cantonales de 1931, 1933 et 1934, municipales de 1935) sans que cesse de jouer pour autant la concurrence avec les structures rivales (municipalité à direction radicale et Église catholique) ; il faut un double changement de conjoncture et de stratégie pour que les premiers succès communistes soient obtenus dans les 3e et 4e cantons en 1937.

Langage ouvrier, cultures populaires

  • 30 Le Prolétaire normand, 10 mars 1933.

34L’étude du journal local, l’édition havraise du Prolétaire normand appelé familièrement Le Prolo, paru chaque vendredi du mois de juin 1930 au 19 mai 1933, permet d’analyser un hebdomadaire écrit par des ouvriers, en phase avec une ligne sectaire, ouvriériste. Première originalité, seuls les éditoriaux sont signés par le secrétaire de rayon, ayant aussi la responsabilité de l’ULU, Fernand Legagneux, ancien ouvrier-terrassier ; le reste du journal est constitué d’articles publiés anonymement par la rédaction, émanant de « rabcors » d’usines ou de quartiers, ces correspondants étant à la fois « des informateurs et des organisateurs », des militants30.

  • 31 Voir annexe 2 : « Aux Neiges, le quartier rouge », extrait du Prolétaire normand de juillet 1932.

35Le Prolétaire qui est l’organe « central » du rayon, et le journal de l’ULU, encourage la parution de journaux émanant d’usines, de quartiers, de mouvements ou d’associations comme ceux déjà cités des comités de chômeurs ou celui des ouvriers des chantiers, La Voix du bagne. Les correspondants ouvriers usent d’une signature et d’un langage « à leur ressemblance », se nommant « Œil rouge des dockers », « Quartier rouge des Neiges »31 ou « Rabcors noir » parce qu’ils travaillent sur des chantiers de déchargement de charbons, « râleurs du coin rouge » – anonymat révélateur de leur appartenance sociale, territoriale et politique, de leur activité de renseignement ? des risques encourus (par l’usage de la liberté d’expression à l’intérieur des entreprises) ?

36Les correspondants usent aussi d’expressions de métier, évoquant le tacot (la prime de déplacement) des ouvriers du bâtiment, le panier (la pause casse-croûte) des métallos ; ils décrivent de façon originale et excessive (tous les ouvriers sont qualifiés de « chômeurs en sursis ») leur condition, les retombées de la crise, la situation dégradée des quartiers de nouveaux lotissements, « les parias de la boue » ; il n’y a pas seulement grossissement du trait pour décrire « l’exploitation capitaliste », il y a aussi une foule de détails concrets, révélateurs, par exemple, de la réalité de l’augmentation des cadences du fait du processus de rationalisation engagé dans les usines métallurgiques, mais aussi des comptes-rendus sur toutes les formes d’exclusion et de violence, par exemple celles des rapports sociaux sur le port.

37La crise, du fait de son intensité et de sa durée, se traduit par un discours plus offensif sur le nombre et la multiplication des formes de chômage partiel, sur les contraintes exercées sur les chômeurs : par exemple les dockers obligés d’aller pointer quatre fois par jour, les chômeurs forcés d’aller à pied travailler sur des chantiers situés à plusieurs dizaines de kilomètres de la ville ou encore la durée du travail fixée à 32 heures interdisant toute indemnisation…

  • 32 Voir la photographie de Roger Le Marec avec deux communistes indochinois en 1935, dans J. Legoy, L (...)
  • 33 Par exemple, évoquant les marins, les communistes dénoncent l’exploitation et les menaces d’expuls (...)
  • 34 « Contre le capitalisme mondial », Le Prolétaire normand, 21 juillet 1931.

38Le PC ne tend pas seulement à devenir l’expression de la misère ouvrière, il s’en fait aussi l’éducateur, refusant toute forme de xénophobie et de racisme à l’égard de la main-d’œuvre étrangère (2 000 personnes au Havre), d’origine polonaise, italienne ou espagnole, ou des travailleurs coloniaux, Maghrébins, Indochinois32, les qualifiant de « chair à travail » ou de « frères de misère ». Les communistes (contrairement à certains anarcho-syndicalistes et à certains numéros de leur journal Vérités, par exemple en août 1931) maintiennent des positions de solidarité internationale sans faille33, avec l’organisation de la moi (Main-d’œuvre immigrée). Le rapport à la langue et aux langues – arabe, vietnamien – est d’ailleurs tout à fait révélateur : à la fois usage des langues populaires, non châtiées, revendiquées dans leur authenticité, et projet d’une langue dont on attend qu’elle s’épure jusqu’à devenir universelle, en développant les groupes ouvriers espérantistes, « amis de la langue internationale et de la fraternisation des ouvriers »34, avec des cours hebdomadaires.

  • 35 Voir « Entre poésie et propagande. Charles Plisnier et les chœurs parlés en Belgique », Rue des us (...)

39Porte-parole des marges des classes populaires, le PC du début des années trente tente d’être l’expression publique d’une culture ouvrière au travers du Groupe artistique ouvrier, ensemble créé par l’union locale unitaire et son secrétaire, Henri Gautier, en 1927. Ayant le projet d’être une mise en voix de thèmes politiques, sous forme de chœurs chantés35 ou parlés, le GAO joue des pièces d’actualité comme le 21 juin 1930 Les Assurances pour les morts, texte dénonçant le versement ouvrier des cotisations sociales, ou Le Permissionnaire, le 20 novembre 1931, pièce interdite sans doute pour son contenu antimilitariste ; en 1932 est repris La Lutte, un texte d’Henri Gautier, alors emprisonné. À ces formes modernes, théâtrales, d’intervention politique s’ajoute la reprise d’une tradition populaire, les fêtes champêtres ou de quartier, les fêtes d’associations sportives comme celle de l’US Vornier appartenant à la FST, ou celle des Amis de l’URSS. La grande fête de l’union locale unitaire, qualifiée par ses organisateurs de « champêtre et prolétarienne », parce qu’elle est située en forêt de Montgeon, à partir d’août 1926, sur les lieux mêmes qui virent se réunir, en 1922, les ouvriers grévistes chassés de la Bourse du travail Franklin, et parce qu’elle regroupe toutes les organisations sous influence communiste (JC, SRI, FST, Amis de l’URSS, groupes espérantistes), ne devient antifasciste qu’à partir de 1934, ne cachant plus son caractère essentiellement politique, bien que d’appellation syndicale.

  • 36 Films tournés en décor naturel avant et après guerre.

40Des parties de campagne sont aussi organisées comme celles du comité maritime FST, de l’US Vornier, le dimanche 23 août 1931 à Manéglise ou celles des Amis de l’URSS, à Montivilliers les 3 juillet et 14 août 1932, de même que par les Jeunesses. Il y a là des formes de distraction collective qu’ont toujours appréciées les classes populaires urbaines ayant préservé des liens familiaux ou d’origine avec la campagne environnante, au Havre, le pays de Caux, et il n’est qu’à rappeler ces lieux de détente évoqués par les contes et nouvelles de Maupassant ou les films Une partie de campagne de Jean Renoir (1936) et Le Plaisir (La Maison Tellier) de Max Ophüls dans l’arrière-pays de Fécamp36.

  • 37 En témoignent, par exemple, dans leurs souvenirs Gaston Legoy ou l’abbé Bernard Alexandre qui, dan (...)

41À ces dimanches à la campagne, dans ces villages cauchois que l’on atteignait à vélo ou par le train37, dans ces forêts des environs (les Hallates, Montgeon, Rouelles) où l’on organisait des réunions, s’ajoutent encore les cafés, et en particulier ceux tenus par des camarades, lieux de sociabilité ouvrière où l’on s’assemblait pour discuter, chanter et danser, salles de réunion improvisées en l’absence de lieux autorisés et de salles publiques, bureaux de paye (et même d’embauche) pour les dockers, par exemple dans Saint-François.

  • 38 Voir la thèse de Paul Pasteur, Vers l’homme nouveau ? Pratiques politiques et culturelles de la so (...)

42Les activités physiques de l’Évolution sportive de l’Eure, de l’ES Saint-François, de l’Union sportive Vornier, de l’US Neiges (1933) participent de la même volonté d’éducation et de loisirs : les clubs FST organisent des entraînements et des compétitions, des bals, des concerts et des représentations théâtrales. Refusant d’être des « officines de préparation militaire », se réappropriant les pratiques sportives des classes populaires, les communistes leur ajoutent un contenu explicitement politique, celui de former « l’homme nouveau »38.

Carte 2 – Le PC au Havre en 1934

Appartenance ouvrière, identité communiste

  • 39 Voir carte 2 : « Le PC au Havre en 1934 ». Les grandes usines sont Schneider, la Compagnie électro (...)

43Le PC manifeste en toutes circonstances la volonté d’être le représentant patenté de la classe ouvrière, il le fait par la surenchère, à l’échelle de territoires circonscrits, les quartiers ouvriers et marins, dans les grandes usines et sur le port39. C’est ainsi que le 1er mai 1931, il appelle les autonomes, les confédérés et les chrétiens à « déserter », à participer à la seule manifestation qui vaille, celle de la mobilisation internationale du mouvement ouvrier à la porte des usines et des chantiers.

  • 40 Maison achetée en 1925 15 000 francs (Le Libertaire, Histoire méconnue…, op. cit., p. 60).
  • 41 Robert Michels, Les partis politiques, Paris, Flammarion, « Champs », 1971.

44Le reste de la ville et des entreprises ne semble pas l’intéresser, sauf l’hôtel de ville devenu le point de focalisation des délégations, manifestations et polémiques. Ce repli sur des bases ouvrières, la Bourse du travail Franklin comme la Maison du peuple, 378, boulevard de Graville, siège du PC et de l’ULU40, sur les lieux de travail et d’habitation des portuaires et des prolétaires (Neiges) est un élément essentiel de construction d’une identité communiste. Le PC y amalgame la mémoire des luttes sociales, des grèves et barricades, des martyrs devenus héros, comme l’ouvrier de sensibilité anarchiste Jules Durand, secrétaire du syndicat des dockers-charbonniers, injustement condamné à mort en 1910 et réduit à la folie, ou les quatre ouvriers tués dans les affrontements d’août 1922, auxquels il ajoute Jean Le Razer, docker-camionneur « assassiné » pendant la grève de 1928. Le PC endosse tous les attributs de la classe, de la violence vécue à la stigmatisation sociale, du refus des formes les plus modernes de l’exploitation (la rationalisation capitaliste) et de l’aliénation (l’illettrisme des sous-prolétaires) à la mobilisation des victimes de la crise sociale et de la crise urbaine. Il cherche à capter ce sentiment d’appartenance (que les communistes appellent « instinct de classe »), ces modes d’expression originaux, ces conduites de groupe pour les intégrer à son projet politique. Il a donc tendance à qualifier de « rouge » tout ce qui est ou peut devenir communiste, depuis le correspondant, « l’œil », jusqu’au quartier, du cahier de revendications au sport organisé, et à faire fonctionner toutes les structures selon son modèle d’organisation, c’est-à-dire la délégation de responsabilité à un bureau, un secrétaire ou un président, l’élaboration écrite de revendications sous la forme de journaux (par exemple La Douane rouge) ou d’un cahier de doléances, les réunions périodiques et annoncées et le paiement de cotisations, soit le modèle de la social-démocratie allemande tel qu’il a été étudié par Robert Michels41.

45Aucun spontanéisme donc, mais pas non plus de bureaucratie gestionnaire appointée : à la seule exception du permanent de l’ULU, faiblement et irrégulièrement payé (d’après le témoignage écrit de Roger Le Marec) jusqu’à ce que son poste soit supprimé, à son départ, en 1934, les autres militants responsables continuent à travailler, à être des révolutionnaires non professionnels.

  • 42 Le Prolétaire normand, 6 mars 1931. Voir aussi les analyses publiées dans le journal Vérités et le (...)
  • 43 Des membres du KPD, à ce titre directement menacés par la violence du mouvement des SA ou celle du (...)

46La deuxième originalité est que toutes les organisations d’affiliation communiste ont une référence internationale affichée, elles organisent (non sans risques) des journées internationales comme le 1er mai ou le 1er août 1929 (contre la guerre), le 25 février 1931, contre le chômage42. Les cadres régionaux sont formés à l’école léniniste de Moscou et participent à des délégations mais sont aussi envoyés en URSS pour y être soignés, à l’image des dirigeants nationaux. Les références à l’Internationale communiste sont explicites pour la section française, de même que, pour la CGTU, à l’Internationale syndicale rouge. Des délégués sont envoyés aux congrès mondiaux et des analyses « internationalistes et prolétariennes » élaborées sur les questions de main-d’œuvre, de chômage et de crise. Ces liens sont encore renforcés par l’accueil des exilés politiques, temporairement hébergés par les militants (par exemple Edgar André, secrétaire des dockers de Hambourg, instructeur de l’IMD, partageant la chambre de Roger Le Marec, secrétaire du syndicat unitaire des dockers-charbonniers), ou réfugiés au Havre, antifascistes hongrois (évoqués par Gaston Legoy) et italiens, antinazis allemands43, qui peuvent être aussi des envoyés clandestins, chargés de missions politiques par l’IC ou l’ISR, comme Edgar André tentant de rallier les ouvriers du port à l’Internationale des marins et dockers.

  • 44 Par exemple, en 1937, le général russe blanc Miller est enlevé.
  • 45 Sans patrie ni frontières, 3e édition française, Arles, Actes Sud, « Babel », 1996. Krebs est d’ab (...)

47Au-delà, y a-t-il des militants affectés par les Internationales à d’autres tâches, de renseignement industriel et/ou militaire ? convoyages et organisations de filières en tous genres ? éliminations d’adversaires politiques44 ? Des noms ont été publiés par Richard Krebs (Jan Valtin) dans son livre édité en 194745 : ce sont ceux de René Cance, chez qui il aurait été hébergé, rue Montmirail, alors que ce dernier n’était encore officiellement qu’adhérent aux Amis de l’URSS, et aussi celui de Roger Le Marec, secrétaire des dockers-charbonniers puis du comité des chômeurs, délégué avec Fernand Legagneux, secrétaire de l’ULU, aux congrès de l’ISR (Internationale syndicale rouge ou Profintern).

  • 46 Par exemple dans la collection NRF, chez Gallimard, « URSS, 1917-1934 ».
  • 47 Trois articles publiés les 11, 14 et 23 mai 1942 ont ce titre révélateur : « Je reviens d’Allemagn (...)

48La troisième spécificité communiste, ce sont les rapports privilégiés avec l’URSS, qualifiée d’« État prolétarien », de « patrie prolétarienne », objet d’une défense inconditionnelle, parce que menacée par des voisins et adversaires, Roumains et Polonais armés de matériel de guerre français, l’impérialisme français étant décrit comme son pire ennemi, au même titre que les dictatures fascistes et militaires environnantes. Plus encore la Russie soviétique est le but et le modèle. Des voyages sont organisés par les Amis de l’URSS et offerts à des non-communistes : le docker « autonome » (plutôt apparenté communiste) Raymond Cornic, le jeune lycéen socialiste René Binet, la femme au foyer mariée à un docker Charlotte Harel, les uns et les autres deviennent d’actifs propagandistes au travers de récits de voyage, de tournées de conférences, de participations à des expositions. Au-delà, ces discours et pratiques révèlent que l’URSS est la réalisation phantasmatique d’un rêve, d’un désir « ouvrier », celui d’une société « sans privilégiés », ayant éliminé le chômage mais aussi la religion, faisant de l’ouvrier et des ouvriers les maîtres de l’État après avoir été les artisans de la révolution. La contre-propagande, les informations contradictoires diffusées46, y compris par des ouvriers anciennement communistes, ne peuvent rien changer ; au contraire le refus de délivrer un passeport à un ouvrier docker, ou les dénonciations des concurrents autonomes et confédérés de la CGT ne font qu’exacerber des passions que l’on pourrait qualifier de fusionnelles. Le genre du voyage-témoignage apologétique sera ultérieurement repris par un ancien marin communiste, ancien secrétaire de section, Jacques Torracinta, publiant dans Le Petit Havre de mai 1942 un récit de choses vues et d’expériences vécues dans l’Allemagne nazie, avec la volonté d’offrir un modèle de substitution à des ouvriers déçus par l’expérience soviétique47, non sans arrière-pensées politiques là aussi : faire adhérer au RNP, en concurrence avec le PPF de Doriot, d’anciens communistes et engager des ouvriers dans la collaboration active (idéologique, économique voire militaire) avec l’Allemagne nazie.

  • 48 Le Prolétaire normand, 24 et 31 juillet 1931.

49Il n’est pas jusqu’au vocabulaire des communistes français qui n’emprunte à la révolution russe et au communisme soviétique les mots de « soviets, rayon, rabcors » et l’analyse des expériences vécues s’opère par la médiation de l’histoire de l’URSS : c’est ainsi que l’instituteur, militant communiste, Darius Le Corre, muté d’office dans le village de Saint-Vigor-d’Ymonville, arrondissement du Havre, est décrit comme ayant fait l’objet d’un déplacement en « pays Koulak » (sic), qui fait de lui une victime de la « réaction blanche »48

L’échec de la ligne « classe contre classe »

  • 49 « Oubliant cette vérité essentielle que la politique est l’art du possible, préférant la phrase cr (...)
  • 50 Ce journal, organe du BOP (Bloc ouvrier et paysan), prend la suite du Communiste du Nord-Ouest et (...)

50La tactique de lutte frontale, avant même d’être mise en échec par l’arrivée au pouvoir d’Hitler et du parti nazi et aussi par les conséquences unitaires de la journée du 6 février 1934, a déjà révélé ses limites intrinsèques, d’abord au niveau du discours public du PC : systématiquement anti49, anticolonialiste et anti-impérialiste, antimilitariste et anticlérical, antiparlementariste et antisocialiste, il enferme les communistes dans un isolement assez catastrophique. En témoignent la perte des trois quarts des effectifs syndicaux de la CGTU entre 1930 et 1935, les mauvais résultats électoraux de 1931 et 1932 et la disparition en mai 1933 de l’édition locale du journal communiste régional, Le Prolétaire normand, créé en 1926, édition du Havre (à partir de 1930)50.

  • 51 Par exemple, Roger Hauguel est condamné le 23 juin 1930 pour avoir vendu L’Avant-garde, journal de (...)

51D’échecs locaux en défaite politique majeure, telle la victoire de la « contre-révolution allemande », se précise la menace d’une disparition, d’autant plus que se multiplient les formes de répression dont sont victimes les militants et les salariés d’appartenance communiste : arrestations et condamnations à des peines d’emprisonnement pour avoir distribué des tracts, vendu des journaux, fait de la propagande antimilitariste51, électorale (écrite comme Jean Pasqualini dans La Douane rouge ou orale comme Jules Le Troadec pendant la campagne pour les élections cantonales de 1931 à Bolbec). Des douaniers sont révoqués (Carn, Pasqualini), des lycéens exclus (Binet), des instituteurs déplacés (Le Corre) pour avoir développé publiquement les thèses ultra-gauche du PC. C’est donc toute l’organisation, autant dans ses hommes que dans ses moyens d’intervention, qui est menacée, sans parler de ceux qui, pour des raisons politiques, perdent leur emploi, sans pour autant être pris en charge par le PC ou la CGTU, et qui doivent « s’exiler » pour retrouver du travail.

  • 52 La question de l’attribution des salles municipales (en particulier la grande salle du cercle Fran (...)

52Les « bases ouvrières » n’arrivent pas à entamer de façon décisive le capital syndical et politique des formations rivales. Ni la CGTU ni le PC ne parviennent à représenter une majorité d’ouvriers – par exemple aux élections prud’homales du 6 novembre 1932, la CGTU ne prend que 2 sièges (sur 7) aux anarcho-syndicalistes. De même, dans la confrontation permanente avec la municipalité à direction radicale, sur les questions de fonds municipal de chômage et d’orientations budgétaires, de l’attribution des salles municipales52 ou de l’intervention des forces policières, de l’organisation des transports urbains jusqu’à la compétition électorale, les communistes n’obtiennent que des résultats limités. Le rapport de force n’est jamais inversé, même dans le quartier des Neiges où le candidat du PC est dépassé par Léon Meyer en 1928 et 1932.

  • 53 « Gare à l’arbitrage », Le Prolétaire normand, 13 mars 1931.
  • 54 D’après un titre de Stéphane Courtois et Marc Lazar dans Histoire du Parti communiste français, Pa (...)

53Les communistes ont beau dénoncer les contradictions de leurs concurrents directs, le double langage du maire, député radical et franc-maçon, accusé d’entretenir localement de bonnes relations avec le personnage le plus titré de la hiérarchie catholique, l’archiprêtre Alleaume, ou celui des autonomes, anarchistes partisans de régler les conflits sociaux par la voie de l’arbitrage53, ils restent marginalisés dans le champ politique (local), étrangers aux formes de la démocratie représentative et donc vulnérables. La transformation de la « secte stalinienne en parti ouvrier de masse »54 ne peut s’opérer qu’à partir d’un triple changement de stratégie, de partenaire et de programme. Dans la conjoncture de crise des années trente, c’est d’abord une question de survie.

Annexes

ANNEXE 1. Éditorial du jeune historien Ernest Labrousse sur la grève de 1922

Titre et éditorial du journal L’Humanité du dimanche 27 août 1922

GOUVERNEMENT DE CRIME !

LE SANG OUVRIER COULE AU HAVRE

Provoquées par le comité des forges,
préméditées par le gouvernement,
des collisions sanglantes éclatent

Il y aurait au moins 3 morts et 15 blessés.

L’état de siège est proclamé.

Depuis des semaines, le comité des forges avait refusé toute négociation avec « ses » ouvriers en révolte. Il a dit hier son premier mot. Il a répondu à coups de fusil. Le gouvernement et sa municipalité havraise affolée partagent avec lui la responsabilité solidaire du crime.

3 hommes sont tombés assassinés par leurs gendarmes ; 3 hommes et peut-être, à l’heure où nous écrivons ces lignes, un enfant de 8 ans qui lave dans son sang coupable la tare d’être né parmi les serfs du capital. À ces victimes il faut ajouter 15 blessés, abattus à coup de salves. L’holocauste au comité des forges aura été complet.

Voilà ce qu’il en coûte au peuple ouvrier en république bourgeoise de défendre le minimum de ses droits : le droit à un minimum de salaire. Jamais grève, cependant, ne s’était affirmée avec plus de calme. Jamais, pauvres gens torturés par 11 semaines de privations, fouettés par les insolences de leurs maîtres provisoires, n’avaient affirmé une plus grande maîtrise de soi. Jamais grève n’avait éveillé dans le prolétariat et dans les couches voisines du prolétariat, plus de solidarité et de sympathie. Au Havre, de l’avis de tous, la ville entière était « en grève ». C’est bien ce qui gênait l’ennemi.

Il a eu hier sa journée. Comme pour le grand bourgeois, campé par Mirabeau, la question sociale est pour lui une question de gendarmes.

Monsieur Clemenceau avait repris la formule en disant que c’était une « question de force ». Les gouvernements bourgeois se suivent et se ressemblent. Ils se passent le flambeau sacré de la défense capitaliste. Monsieur Poincaré a ajouté à ses morts, les morts de la grande bataille du Havre.

Ceux-là du moins sont tombés pour leur cause, dans le moins hypocrite des combats. Ils ont été tués par le pouvoir bourgeois, par les mousquetaires des gardes-chasses bourgeois, au service de la bourgeoisie capitaliste. Vingt hommes au moins ont été abattus pour n’avoir pas accepté une réduction de dix pour cent sur les salaires.

On se souviendra au Havre et ailleurs. Pour l’instant on serre les poings et la bataille continue.

Ernest Labrousse56

ANNEXE 2. Le Prolétaire normand, édition du Havre, juillet 1932

Aux Neiges

Le quartier rouge

Le quartier des Neiges, peuplé de travailleurs, doit être cité en exemple à tous les travailleurs.

Depuis longtemps, la majorité des travailleurs qui habitent les Neiges sont acquis aux idées révolutionnaires, les prolétaires des Neiges votent rouge, ils sont pour la plupart des lecteurs fidèles du Prolétaire et de l’Humanité. Et cependant combien parmi eux n’ont qu’une instruction très élémentaire, certains même presqu’illettrés. Mais on se communique les nouvelles du Prolo et de l’Huma.

Le saigneur Abaléo en sait quelque chose, lui qui avait la prétention de leur augmenter leur loyer. La riposte ne s’est pas fait attendre et le comité de défense qui a été constitué l’a fait momentanément reculer.

Meyer, le bateleur de foire électorale, oublie souvent volontairement le quartier rouge. De nombreuses revendications d’ordre municipal, qui sont pourtant urgentes, restent en suspens. Mais il a dû pourtant déjà céder sur différents points et les habitants des Neiges sont bien décidés à le pousser dans ses retranchements pour arracher les améliorations qui sont dues à leur quartier.

Jusqu’au curé qui joint ses efforts pour endiguer la vague rouge. C’est un curé spécial, le curé des Neiges, pas curé pour un sou, mais sachant bien organiser fêtes, etc…, pour détourner les ouvriers de leur objectif de lutte. Comme il a de la peine à entraîner les ouailles qu’on lui a données à convertir derrière ses litanies et sa bannière, il essaye de les entraîner derrière ses cortèges fleuris. C’est habile, car ainsi il réussit mieux. Il utilise les gosses comme propagandistes, allant jusqu’à leur donner une ristourne sur l’argent qu’il ramasse pour les œuvres de la Sainte Mère l’Église.

C’est un ennemi très dangereux dont les travailleurs des Neiges ne se méfient pas assez. Il est le meilleur soutien de la politique des exploiteurs de tout acabit.

Pour déjouer les plans de ces ennemis, il reste aux travailleurs des Neiges de s’organiser fortement, développer le comité de défense qui a été constitué et qui doit englober tous les habitants, locataires d’Abaléo, renforcer le Parti communiste, en faisant appel aux femmes, aux jeunes qui veulent travailler à organiser le quartier rouge, qui veulent lutter contre ce régime d’exploitation, aidant en cela les ouvriers communistes à en faire autant dans les autres quartiers prolétariens, permettant le renforcement sérieux de notre Parti communiste partout dans tous les coins, dans tous les chantiers, dans toutes les usines55.

Notes

1 L’adhésion de la fédération socialiste de Seine-Inférieure (FSSI) à la IIIe Internationale a été votée le 12 décembre 1920, salle A du cercle Franklin (Bourse du travail du Havre), répartie en 65 mandats à la motion Cachin-Frossard contre 11 (5 à la motion Blum et 6 à la motion Jean Longuet - Paul Faure). La première réunion du groupe communiste du Havre se tient le 28 janvier 1921, sous la direction de Maurice Gateau. Il y avait 180 adhérents fin 1921. Voir John Barzman, Dockers, métallos, ménagères, PURH, 1997, 4e partie, chap. 2 : « Scissions chez les socialistes et les anarchistes », p. 261 sqq.

2 Avant et après les deux projets de loi sur les assurances sociales (1928 et 1930). Voir Le Prolétaire normand, 6 février 1931.

3 Un « Hommage à Henri Gautier » a été rendu par Gaston Legoy, artisan cordonnier devenu historien du mouvement ouvrier, secrétaire des JC (1921), dans Fernand Chatel, 30 ans de luttes au service des travailleurs normands et de la paix, Rouen, Éditions de la fédération de Seine-Inférieure du PCF, 1951. Voir aussi le dictionnaire Maitron, et J. Barzman, Dockers…, op. cit.

4 Il réside 32 rue Amédée-Cazavan, quartier des Neiges, en août 1922.

5 Il est par exemple, en 1927, gérant d’un petit journal édité en langue annamite et intitulé Vietnam, imprimé au Rond-Point, saisi en octobre 1927. Voir Sylvie Barot, « Repères chronologiques », dans John Barzman et Éric Saunier, dir., Migrants dans une ville portuaire : Le Havre, PURH, 2005, p. 209.

6 Voir la thèse de John Barzman, Labor and Politics in France. Le Havre (1913-1923), Los Angeles, université de Californie, 1987, remaniée, traduite et publiée en 1997 : Dockers…, op. cit., 5e partie : « La grève générale de 1922 », p. 293 sqq. Voir aussi le texte d’Ernest Labrousse en annexe 1 à la fin de ce chapitre, la première page du Prolétaire normand, édition du Havre, 22 août 1930, (illustration 1), ainsi que le livre de Jean Legoy, Le peuple du Havre et son histoire, t. III, 1914-1940 : croissance et crises, Éditions de l’Estuaire, 2002.

7 Le Libertaire, numéro hors série, Histoire méconnue et oubliée du syndicalisme havrais (1907-1939), automne 1997, p. 60.

8 Suite à la transformation du gouvernement de Mussolini en dictature terroriste et au développement de mouvements comme les Jeunesses patriotes, le Faisceau.

9 Étudié par Bernard Pudal dans Prendre parti (pour une sociologie historique du PCF), Paris, PFNSP, 1989.

10 En 1925, 7,6 % des inscrits ; en 1929, 10,6 %.

11 Pour les trois noms de M. Gautier, V. Engler, V. Caruel, voir le dictionnaire J. Maitron, et Jean-Jacques Doré, La CGT et la CGTU en Seine-Inférieure de 1917 à 1936, thèse de 3e cycle, Rouen, 1979. Ces cadres politiques et syndicaux ont été exclus du PCF pour contradiction avec la ligne politique, « sectaire et catastrophiste ».

12 Pour l’affaire d’espionnage dite « Fantomas », voir Victor Fay, La flamme et la cendre, Saint-Denis, PUV, 1989, p. 96 et suiv., ainsi que Roger Faligot et Rémi Kauffer, Histoire mondiale du renseignement, Paris, Laffont, 1993, t. I, p. 209.

13 Cette version de sa mort, dans Roland Passevant, Les communistes au quotidien, Paris, Grasset, 1980, pose problème parce que le camp de Mauthausen a été libéré par les Américains. Peut-être faut-il penser qu’est plus exacte la version de Roger Linet, secrétaire de l’USTM de la Seine en 1945 et membre du CE de la Fédération des métaux, : « À Mauthausen, nous connaissons le cas d’Henri Gautier, secrétaire de l’USTM avant la guerre, évacué d’un Kommando dans les jours précédant la Libération, vers une destination inconnue ; les circonstances exactes de sa mort n’ont jamais été connues » (CGT : lendemains de guerre, 1944-1947, Paris, Pluriel, 1995, p. 17). Le plus probable est que, travaillant dans un Kommando extérieur à Gusen, puis transféré à Jawischowitz, Auschwitz III, Monowitz, Henri Gautier fut entraîné dans une marche de la mort et abattu alors qu’il tentait de s’évader (Livre-mémorial des déportés de France, Paris, Tirésias, 2004, t. I, p. 730).

14 Voir R. Linet, CGT : lendemains de guerre, op. cit.

15 Voir J. Legoy, Le peuple du Havre…, op. cit., « Syndicalisme : les dockers - les marins ».

16 L’adhésion fait suite à une grève de cinq semaines menée par Roger Le Marec, docker communiste (qui a laissé un témoignage écrit), au terme de laquelle les dockers obtiendront une augmentation de 5 francs de leur salaire journalier (45 francs au lieu de 40).

17 Cette distinction opérée entre syndicalistes révolutionnaires et anarcho-syndicalistes est reprise en partie de Jacques Julliard, Autonomie ouvrière, Seuil, 1988. Elle fait la différence entre militants affiliés à une organisation « libertaire », anticommunistes, et héritiers du syndicalisme révolutionnaire, ralliés à la CGTU.

18 Il est rédacteur de l’édition locale du Prolétaire normand, organe régional créé en 1925, ayant un bureau au cercle Franklin (1930).

19 Les biographies d’É. Deschamps, F. Legagneux et D. Le Corre peuvent être consultées dans le dictionnaire Maitron ; les résultats des élections de 1929 à 1936 sont donnés chapitre 2 en annexe 2.

20 Fernand Legagneux est choisi pour participer à la conférence de Levallois (1931) et au VIIe congrès national de 1932.

21 Municipales de 1929, 1er canton pour l’élection cantonale partielle de 1931, 5e canton en 1934, deuxième de liste derrière Darius Le Corre pour les municipales de 1935.

22 D’après le dictionnaire Maitron, Le Corre, devenu député de Corbeil, est démissionnaire à l’automne de 1939 ; mobilisé, il est fait prisonnier.

23 Plus de 5 000 chômeurs en 1934, d’après Roger Le Marec, soit 15,4 % des actifs ; 48,2 % de pertes d’effectifs salariés entre 1931 et 1936, aux Corderies de la Seine, 39,3 % aux Tréfileries et Laminoirs, 36,2 % à la raffinerie Desmarais.

24 D’après les chiffres de J. Legoy et du Maitron. On peut voir aussi les recherches effectuées par Le Libertaire dans Histoire méconnue…, op. cit., t. II, p. 127-130.

25 Le Prolétaire normand du 22 janvier 1932 annonce l’organisation d’un congrès semi-régional de 35 délégués, le 27 janvier.

26 Le contrôle est renforcé pour les dockers, devant présenter la carte d’affiliation syndicale et celle des assurances sociales.

27 L’ouverture de fonds de chômage municipaux est demandée.

28 Voir carte 1 : « Le PC en quête de bases ouvrières (1922-1930) ».

29 Le Prolétaire normand tire en moyenne à 5 000 exemplaires (6 500 en janvier 1931, d’après Fernand Chatel), 4 300 à 4 580 sont vendus par les militants. Voir l’affiche de l’organe du PC, région Basse-Seine (illustration 2).

30 Le Prolétaire normand, 10 mars 1933.

31 Voir annexe 2 : « Aux Neiges, le quartier rouge », extrait du Prolétaire normand de juillet 1932.

32 Voir la photographie de Roger Le Marec avec deux communistes indochinois en 1935, dans J. Legoy, Le peuple du Havre…, op. cit., p. 312.

33 Par exemple, évoquant les marins, les communistes dénoncent l’exploitation et les menaces d’expulsion dont sont victimes les étrangers : Le Prolétaire normand, édition du Havre, 31 juillet 1931 et 21 août1931.

34 « Contre le capitalisme mondial », Le Prolétaire normand, 21 juillet 1931.

35 Voir « Entre poésie et propagande. Charles Plisnier et les chœurs parlés en Belgique », Rue des usines, nos 34-35, printemps 1997.

36 Films tournés en décor naturel avant et après guerre.

37 En témoignent, par exemple, dans leurs souvenirs Gaston Legoy ou l’abbé Bernard Alexandre qui, dans un chapitre du Horsain, Paris, Plon, 1988, se souvient de ses escapades à la campagne d’enfant du quartier populaire de Saint-Vincent.

38 Voir la thèse de Paul Pasteur, Vers l’homme nouveau ? Pratiques politiques et culturelles de la social-démocratie autrichienne, 1880-1934, université de Poitiers, 1994.

39 Voir carte 2 : « Le PC au Havre en 1934 ». Les grandes usines sont Schneider, la Compagnie électromécanique, les Chantiers Augustin-Normand, ceux de Graville, la Raffinerie et les Extraits tinctoriaux.

40 Maison achetée en 1925 15 000 francs (Le Libertaire, Histoire méconnue…, op. cit., p. 60).

41 Robert Michels, Les partis politiques, Paris, Flammarion, « Champs », 1971.

42 Le Prolétaire normand, 6 mars 1931. Voir aussi les analyses publiées dans le journal Vérités et les commentaires du Libertaire, Histoire méconnue…, op. cit., p. 84-90.

43 Des membres du KPD, à ce titre directement menacés par la violence du mouvement des SA ou celle du gouvernement nazi.

44 Par exemple, en 1937, le général russe blanc Miller est enlevé.

45 Sans patrie ni frontières, 3e édition française, Arles, Actes Sud, « Babel », 1996. Krebs est d’abord communiste au service de l’Internationale avant d’être retourné (ou d’agir en service commandé ?) par la Gestapo. Voir chapitre 8 : « Le procès Cance contre Jan Valtin », et aussi Pierre Broué, Histoire de l’Internationale communiste, Paris, Fayard, 1997, Index biographique.

46 Par exemple dans la collection NRF, chez Gallimard, « URSS, 1917-1934 ».

47 Trois articles publiés les 11, 14 et 23 mai 1942 ont ce titre révélateur : « Je reviens d’Allemagne, j’ai vu ce que l’Allemagne nationale-socialiste a apporté à la classe ouvrière ».

48 Le Prolétaire normand, 24 et 31 juillet 1931.

49 « Oubliant cette vérité essentielle que la politique est l’art du possible, préférant la phrase creuse à l’analyse concrète et vouant par cela même l’action ouvrière à la stérilité et à l’impuissance » (Maurice Thorez, Fils du peuple, Paris, Éditions internationales, 1937).

50 Ce journal, organe du BOP (Bloc ouvrier et paysan), prend la suite du Communiste du Nord-Ouest et a pour responsable havrais Émile Deschamps, cercle Franklin.

51 Par exemple, Roger Hauguel est condamné le 23 juin 1930 pour avoir vendu L’Avant-garde, journal des JC, et avoir été porteur d’un numéro de La Caserne (Le Prolétaire normand, 4 juillet 1930).

52 La question de l’attribution des salles municipales (en particulier la grande salle du cercle Franklin) pour le meeting du 1er Mai révèle bien la lutte pour l’appropriation des territoires symboliques. En 1931-1932 elle est donnée aux autonomes.

53 « Gare à l’arbitrage », Le Prolétaire normand, 13 mars 1931.

54 D’après un titre de Stéphane Courtois et Marc Lazar dans Histoire du Parti communiste français, Paris, PUF, 1995, chap. 3.

56 Ernest Labrousse (1895-1988) : grand historien français, il a renouvelé l’historiographie économique de la France ; déclaré par le dictionnaire Larousse « militant socialiste », il est en fait communiste en 1922.

55 Ce document est cité dans son authenticité. Dans le 4e canton fut élu le premier conseiller communiste, Roger Rolland, mutin de la mer Noire. Voir la carte du Havre en couleur dans le cahier iconographique, illustration I.

Table des illustrations

Légende Illustration 1 – Le Prolétaire normand, édition du Havre, 22 août 1930
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1193/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 262k
Légende Carte 1 – Le PC en quête de bases ouvrières (1922-1930)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1193/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 587k
Légende Illustration 2 – Affiche du Prolétaire normand, organe du PC, région Basse-Seine
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1193/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 139k
Légende Carte 2 – Le PC au Havre en 1934
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/1193/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 515k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search