Version classiqueVersion mobile

Dockers, métallos, ménagères : Mouvements sociaux et cultures militantes au Havre (1912-1923)

 | 
John Barzman

Quatrième Partie. Métamorphose du mouvement mai 1920 à mars 1922

Chapitre 2. Scissions chez les socialistes et les anarchistes

Texte intégral

1Tandis que le travailleur moyen fait l'expérience des conséquences de la récession et de la défaite des grèves de mai 1920, le militant plonge dans le labyrinthe des débats idéologiques. A l’échelon national, le Psu scissionne en décembre 1920, la majorité adoptant le nom de Parti communiste, section française de l'Internationale communiste, et la minorité, celui de Parti socialiste, section française de l'Internationale ouvrière, souvent réduit aux initiales Sfio. Un an plus tard, la Cgt se divise aussi, la majorité autour de Jouhaux conservant le nom d’origine, et la minorité créant une nouvelle confédération, la Cgt unitaire (Cgtu). Cette bipolarité n’est pas aussi nette au Havre car le processus est modifié par la faiblesse du groupe des élus et des structures de parti socialistes, la force du parti radical, du syndicalisme révolutionnaire et de l’anarchisme, et la volonté d’unité corporative des dockers. Néanmoins, on verra qu’un courant autonome n’émerge pas au niveau des partis, entre le Pcf et la Sfio, comme celui qui se crée dans le grand port, au niveau syndical entre la Cgt et la Cgtu.

Différenciations au début de 1920

2La Fédération socialiste de la Seine-Inférieure tient un congrès le 15 février 1920 à Sotteville afin d'élire ses délégués au congrès national du Parti socialiste à Strasbourg. Les principaux courants de la Fssi sont alors dirigés de Rouen et non du Havre. Les multiples divergences, anciennes tendances, et particularités locales qui séparaient les groupements et individus socialistes se sont simplifiées et alignées autour de quelques grandes options. Au niveau national, on reconnaît les nouveaux courants principalement à l’Internationale à laquelle ils proposent que le parti s'affilie. La droite prône le maintien dans la Deuxième Internationale. Le centre droit voudrait que le parti quitte la Deuxième Internationale et fonde une nouvelle Internationale capable d'inclure toutes les fractions, conception baptisée Internationale Deux et Demi ou de la Reconstruction. Le centre gauche et la gauche sont favorables à l'adhésion à la Troisième Internationale, le premier groupe désirant mettre des conditions à cette adhésion.

3Au niveau départemental, en Seine-Inférieure, le centre-droit se concentre autour de la personne de Tilloy, maire de Sotteville. Comme Elbeuf, cette cité ouvrière a une longue tradition et de nombreux élus socialistes. Tilloy est lié à Renaudel, qui a longtemps représenté la fédération au conseil national du parti, dirigé L'Humanité pendant la guerre, et incarne en 1920 l'extrême-droite du parti, et à Léon Blum qui apparaît comme la personnalité de la droite du parti la mieux perçue par son centre. La fédération a confié au Groupe socialiste de Sotteville la responsabilité de publier son journal, Le Progrès. Le courant du centre, qui se distingue mal de la droite, semble être dirigé par Ernest Poisson. Tilloy a activement combattu la gauche dans l’UD et la Fssi. Dans la première, il a soutenu Dubois, comme secrétaire des cheminots et de l'UD, contre Gautier et Courage, dans la seconde, il a soutenu David, évincé par la minorité en 1918.

4Enfin, au sein du Groupe socialiste havrais, une aile nettement marquée à droite s’est consolidée autour de l'alliance avec Léon Meyer. Les élus socialistes participent à l'administration de la ville et n'expriment de désaccord qu'à quelques rares occasions : quand la mairie autorise la société des tramways et celle de l'électricité à augmenter leurs tarifs, quand elle accorde des subventions à un orphelinat catholique, quand elle reçoit en grande pompe le député de la Seine-Inférieure Thoumyre qui a réclamé des poursuites contre les “mutins du Menes”. Dans l'ensemble, les socialistes continuent à s'identifier étroitement au maire jusqu'en 1922. Quant à Meyer, il cherche consciemment à éloigner ses plus proches collaborateurs socialistes de ceux qu'il appelle les extrémistes ; son journal, la Démocratie Havraise, polémique contre les militants semeurs de grève de la Cgt, les bolcheviques russes et leurs imitateurs français.

5La collaboration rapprochée avec les radicaux tend à se doubler de liens avec la droite et le centre du parti au niveau départemental et national, mais toutes les nuances existent. Descheerder, peintre en bâtiment et adjoint au maire, Guitard, enseignant, et Voisin, vendeur de journaux, s'occupent surtout de politique, de coopératives, de la Ligue des Droits de l'Homme, et des comités de défense des militants poursuivis, et assez peu de syndicalisme. D'autres sont plus actifs dans le mouvement syndical, comme Montagne, des marins, Leroux, des peintres, secrétaire de son syndicat puis de l'Ush, Allan et Fouré, tous deux dirigeants cheminots et francs-maçons, Bailleul et Goument, respectivement dirigeants des tailleurs d'habits et des typographes. Le Chapelain combine une activité syndicale et politique, en tant que principal porte-parole du socialisme au Havre, candidat à presque toutes les élections, et charpentier de navire actif dans le syndicat des métaux où il combat la majorité anarcho-syndicaliste.

6Sotteville n'est pas seulement le fief de la droite mais aussi celui de la gauche de la Fssi. Si l'Hôtel de Ville se trouve entre les mains de la droite, l'important syndicat des ateliers de réparation des chemins de fer, principal établissement industriel de la ville, est dirigé par la gauche, et celle-ci a pris la direction de la Fssi en mars 1918, quand Gustave Courage est élu secrétaire fédéral. La tendance est assez composite au niveau du département : on y trouve des syndicalistes révolutionnaires comme Maurice Gautier, cheminot de Sotteville, et Paul Briard, responsable du Smel, de vieux agitateurs socialistes comme Ernest Lepez, qui après avoir dirigé la Fssi au début des années 1900 et fondé plusieurs coopératives et syndicats, se trouve à Fécamp, et quelques élus, comme Bazin, instituteur récemment élu maire de Petit-Quevilly. Cette gauche large est plus ou moins alignée sur la direction nationale de Frossard et Cachin, qui ont remplacé Renaudel à la rédaction de L'Humanité depuis 1918. Une extrême-gauche du parti s’est également développée dans la région de Rouen, représentée par un certain Lebourg, qui devient le secrétaire du premier “Parti communiste”, fondé par Péricat et d'autres anarchistes pro-soviétique en 1919, et dit “prématuré” ou “ultragauche”.

7Au Havre, plusieurs militants du Gsh, dans la tradition d Hyppolite Hanriot, désapprouvent l’alliance entre Descheerder et Léon Meyer, et y voit la confirmation locale d'une dérive parlementariste qui affecte tout le parti. Cette vision les pousse à se lier à l'aile gauche de la Fssi, autour de Courage et Lepez, et à celle du Parti socialiste, autour de Fernand Loriot et Cachin. Les contours précis de la gauche socialiste havraise sont difficiles à cerner. En effet, elle se confond avec des courants anarchistes et syndicalistes révolutionnaires au sein du journal Le Prolétaire et dans diverses associations comme le Comité pour la Troisième Internationale, le Comité de Défense Sociale, l'Arac, la Jeunesse Syndicaliste, le Travail Sporting Club, la Jeunesse Communiste et surtout le Csr. Au cœur de ce faisceau se trouve un groupe de cheminots à la fois socialistes de gauche, syndicalistes révolutionnaires et partisans de la minorité au sein de la Cgt, dont nous connaissons quelques figures : Louis Baudu à Harfleur, Gabriel Jousson, Henri Miot, Charles Heurteaux, Yves-Marie Bidamant, Egretaud au Havre, et surtout Maurice Gateau, le rédacteur-en-chef du Prolétaire (où il signe Pierre Rive) qu’il faut probablement considérer comme le fondateur de la gauche socialiste et du Parti communiste au Havre. Parmi ces socialistes de gauche émergent également deux “anciens”, Michel Bénard, employé de bureau et trésorier du syndicat du bâtiment, et Madame Bénard, secrétaire du Gsh à la fin de la guerre. On signale aussi Monsieur Fagès, un instituteur qui fait une conférence publique sur “Gabriele d'Annunzio”, Jules Toutain, autre enseignant actif dans la Ligue des Droits de l'Homme, Charles Ferrand, marchand de journaux et distributeur local de L'Humanité ; et Hauguel, dirigeant du syndicat des postiers. Un autre groupe est constitué par des jeunes d'origine populaire, certains anciens combattants, d'autres trop jeunes pour avoir été mobilisés, travaillant alternativement comme dockers ou métallos, pour de brèves périodes : Marcel Bénard, fils de Michel et Madame Bénard, André Legall, frère de Jean Legall, plus marqué comme anarchiste, Odette Brière, Paul Lemarchand, Emile Deschamps, Gaston Legoy, André et Henri Gautier, dont plusieurs acquerront plus tard une certaine renommée comme dirigeants du Parti communiste.

  • 1 Adsm 1MP3458.

8Le 15 janvier 1920, le Conseil fédéral de la Fssi se réunit pour évaluer le résultat des élections et préparer son congrès.1 Il condamne unanimement les groupes socialistes locaux qui ont formé des listes communes avec les radicaux dès le premier tour, comme contraire à la politique nationale du parti. Cette motion vise en particulier les socialistes modérés de la région d'Elbeuf. Mais il ne prend de position tranchée ni sur les groupes qui ont fusionné avec les radicaux au deuxième tour, comme celui du Havre, ni sur la politique d'alliance que leurs élus doivent suivre une fois membres du conseil municipal.

  • 2 Extrait d'un rapport sur le congrès par René Lebret, Prg 21/2/1920.
  • 3 Idem, 23 février 1920.

9Au congrès de Sotteville de la Fssi (15 février 1920), la majorité en faveur de la Troisième Internationale est confirmée, mais les débats ne sont pas particulièrement acerbes, plusieurs motions de compromis étant adoptées à l'unanimité. “L’affrontement des 'tendances' ne fut pas brutal. Les sections de notre département manifestent une nette évolution vers l'extrême gauche. La thèse en faveur de l'adhésion immédiate à l'Internationale de Moscou fut brillamment défendue par notre jeune ami Fagès, du Havre, et soutenue par Gautier et Pillet”.2 La motion du conseil fédéral condamnant la conduite de certaines sections aux élections municipales est unanimement réaffirmée ; elle recommande aux sections locales de suivre la politique nationale qui est “de lutter avec le drapeau du socialisme déployé”.3 L'unanimité se fait également sur une motion de politique intérieure recommandant que l'unité du parti soit maintenue, que le parti soutienne la dictature du prolétariat, que les membres du parti soient actifs dans leur syndicat, et qu'il n'y ait pas de participation à des gouvernements de coalition.

  • 4 Ibid.

10Le Comité pour la Troisième Internationale soumet une motion en faveur de l'adhésion immédiate, mais accepte de barrer le mot “immédiate” afin d'obtenir un vote commun avec le centre-gauche dirigé par Bazin. La droite et le centre s'unissent autour d'une motion en faveur de la Reconstruction (Internationale 2½) où apparaît une phrase affirmant que “l'action directe est une forme de lutte supérieure à l'action parlementaire”, formule visant à attirer les anarchistes anti-autoritaires. La motion de la Troisième Internationale reçoit 61 votes, celle de l'Internationale 2½, 41 votes.4 Le congrès décide que Le Progrès cessera d'être le journal de Sotteville (contrôlé par la droite du parti), qu'il fusionnera avec Le Prolétaire du Havre (plus à gauche), et qu'il sera placé sous le contrôle de la fédération.

  • 5 Cahagne, thèse, p. 35.

11Les cinq délégués de la Fssi envoyés à Strasbourg sont : Bazin, Courage et Marianne Rauze (pour la gauche), et Tilloy et Poisson (pour la droite et le centre). Le conseil fédéral et son bureau sont dotés d'une forte majorité de gauche, mais sans représentant du Havre. A Strasbourg, les délégués de la Fssi accordent leurs mandats de la façon suivante : sur la motion en faveur du retrait de la Deuxième Internationale, 61 pour et 3 contre (l'extrême-droite de Renaudel) ; puis 40 pour la Troisième Internationale et 31 pour la Reconstruction (2½).5

Durcissement du pôle modéré

  • 6 Ce passage est fondé sur AN F7-13.018.

12Le congrès de Strasbourg de la SFIO (février 1920), demande que les socialistes s’unissent dans Faction contre la vie chère et l'intervention en Russie et pour l'amnistie. Mais au Havre, la droite fait le gros dos. En février 1920, Leroux, en tant que secrétaire de l'Ush, interdit l'usage des salles de Franklin aux anarchistes, alors trop pro-soviétiques à son goût, puis la vente de leur journal à l’intérieur du bâtiment.6 C'est aussi en février qu'il dissout la Jeunesse Syndicaliste, accusée d'être tombée sous la coupe des anarchistes. On a vu qu'à la manifestation contre la vie chère du 28 mars 1920, Leroux, Descheerder et le Gsh irritent François et les syndicalistes révolutionnaires en réclamant que la banderole socialiste soit déployée en tête du cortège, puis en faisant acclamer le maire par les manifestants. Le même soir, lors d’un meeting sur l’amnistie, devant 900 personnes, le Gsh met l'accent sur le cas du député radical Paul-Meunier, plutôt que sur les militants ouvriers persécutés. Le 7 avril, une délégation du groupe composée de Leroux, Lambert, Dufeil, Le Chapelain et Descheerder, traverse la Manche pour assister à la conférence du Trades Union Congress du Sud-Est, à Winchester, en Angleterre. Ils reviennent éblouis par ce qu'ils ont vu, convaincus que le Parti travailliste doit remplacer le SPD allemand, désormais suspect aux yeux des patriotes français comme parti phare de la Deuxième Internationale.

13Lorsque des dizaines de militants sont arrêtés pendant et après les grèves de mai 1920, les socialistes modérés havrais soulignent l'injustice de l'emprisonnement de ceux qui ont prêché la prudence et la retenue. Cette nuance est amèrement ressentie par la gauche du mouvement ouvrier lorsque Montagne, le principal dirigeant syndicaliste modéré du Havre, est libéré avant les autres, tandis que les plus combatifs restent en prison. Nous avons déjà indiqué que même après la répression des grèves de mai 1920, le thème principal du rassemblement du 27 mai pour l'amnistie organisé par l'Ush, alors sous la direction de Leroux, reste l'affaire Paul-Meunier. La collaboration entre socialistes modérés et membres du Parti radical se consolide au sein du Comité pour Eriger une Statue de Jean Jaurès au Havre, comité parrainé par des personnalités allant des anarchistes aux républicains de gauche, mais initié par Léon Meyer et Descheerder. Lorsque Le Prolétaire rencontre des difficultés en mai 1920, Leroux accepte que l'Ush subventionne uniquement un numéro, qui doit être consacré à Paul-Meunier, et abandonne le journal une fois ce numéro publié.

14Par la suite, les socialistes modérés tentent de modifier la campagne en défense de la révolution russe afin qu'elle cesse de soutenir les soviets et les bolcheviques, et se confine à réclamer la paix, l'établissement de relations diplomatiques entre la France et la Russie, et l'envoi d'une aide humanitaire aux enfants russes affamés, prises de position qu'ils partagent avec les radicaux. Ces thèmes donnent le ton au rassemblement organisé par l'Ush, le Gsh et la Ligue des Droits de l'Homme le 13 novembre 1920.

15Les socialistes modérés sont affaiblis par deux pertes à l'automne 1920, avec la mort de Charles Le Chapelain et Jules Leroux. Le premier est remplacé par un autre modéré, Guitard, aux postes de conseiller municipal du Havre et conseiller général du 4ème canton, avec le soutien des radicaux, fidèles à l'alliance qu'ils ont conclue en décembre 1919. Par contre le second est remplacé à son poste de dirigeant de l'Ush par un partisan de la minorité révolutionnaire de la Cgt, Quesnel, probablement porté par le mécontentement que la gestion de Leroux, trop favorable à Léon Meyer, a suscité chez les syndicalistes.

Nouvelle poussée de la gauche socialiste

  • 7 La Voix des femmes a été fondée par Colette Reynaud en 1917 et soutenue par les femmes socialistes. (...)
  • 8 Voir R. Wohl, French Communism

16Tandis que la droite socialiste serre les rangs autour de Léon Meyer, la gauche progresse. L’intégration de la gauche socialiste havraise à celle du parti se ressent dans les thèmes abordés et la liste des orateurs invités ou annoncés par les journaux havrais. Le 2 février 1920, Marthe Bigot, dirigeante nationale de la gauche, parle du socialisme et du féminisme à environ 400 personnes à qui elle recommande la lecture de La Voix des Femmes7. Le 17 février, Fernand Loriot, dirigeant de la gauche zimmerwaldienne et des socialistes pro-bolcheviques et secrétaire de la Fédération de l'Education de la Cgt, prend la parole devant environ 250 personnes, surtout des enseignants, à propos des conseils ouvriers en Russie. Il est accompagné de Paul Briard, le secrétaire du Smel. Le 28 mars, Victor Méric s’adresse à un rassemblement du Gsh pour l'amnistie, et le 6 juin, Georges Pioch, à un meeting de l'Ush et de la Ligue des Droits de l'Homme pour la libération des prisonniers de mai 1920. Tous deux sont des intellectuels semi-anarchistes, collaborateurs de La Vague, où ils prêchent une espèce de pacifisme tolstoïen.8 Les socialistes de gauche participent également à plusieurs réunions parrainées par les anarchistes où des dirigeants de la Cgt s'expriment sur les questions de l'heure.

17Le Prolétaire est le principal lieu de regroupement des divers courants de la gauche socialiste et anarchiste. S’y expriment notamment Maurice Gateau de la gauche du Gsh, des métallos anarcho-syndicalistes comme Legrain et Coursolles, la Jeunesse syndicaliste à travers des articles de Gaston Legoy, l'Arac par la plume de Marius Hanot, ainsi que certains socialistes modérés havrais. Le Prolétaire est devenu le champ de bataille des conflits d'influence : en décembre 1919, cinq nouveaux collaborateurs sont ajoutés au comité de rédaction ; en mai 1920, le secrétaire fédéral de la Fssi écrit une lettre pour se plaindre que les résolutions du congrès de Sotteville de la Fssi n'ont pas été publiées : Le Prolétaire cesse alors de paraître pendant deux semaines, durant la répression des grévistes de mai 1920, et reparaît en juin 1920, sous le contrôle de la droite du parti, mais pour un numéro seulement. D'autres périodiques d'inspiration socialiste de gauche circulent au Havre : L'Humanité, quotidien officiel du Parti socialiste unifié ; La Vague, hebdomadaire socialiste de gauche et pacifiste ; La Voix des Femmes, journal socialiste et féministe ; L'Internationale, anarcho-soviétiste publié par Péricat ; La Vie Ouvrière, syndicaliste révolutionnaire publié par Monatte. Enfin, Le Prolétaire passe des publicités pour d'autres périodiques de doctrine socialiste comme La Revue Communiste, mensuel de Charles Rappoport, Le Bulletin Communiste, mensuel strictement pro-bolchevique de Boris Souvarine, Clarté, revue des intellectuels révolutionnaires publiée par Henri Barbusse, et Le Combattant, organe de l'Arac édité par Paul Vaillant-Couturier.

  • 9 Voir R. Wohl sur l'importance de ce procès dans l'évolution du Parti socialiste.
  • 10 Prg 28/6/1920.

18Le ressentiment de la gauche socialiste à l'encontre de la droite du parti s'amplifie après l'échec de la grève de mai 1920. Il lui faut maintenant une stratégie alternative plus efficace de toute urgence ; c'est dans ce contexte que les bolcheviques semblent offrir un modèle de rechange. Courage et Gautier, leaders de la gauche de la Fssi, se trouvent parmi les principaux inculpés du procès du “Complot” qui suit l'arrestation des dirigeants de la minorité de la Cgt en mai 1920.9 De leur prison, ils envoient des articles signés Gustave Bloqué et Maurice Auclou. Le 27 juin 1920, au moment où Marcel Cachin et Ludovic Frossard sont à Moscou pour négocier l'adhésion du Psu à la Troisième Internationale et observer les travaux de son Deuxième Congrès, Courage signe un article de sa prison destiné à influencer les délégués au conseil national du parti. Il y affirme que la question décisive de l'heure est la solidarité avec les militants emprisonnés, et que ces militants ont été désignés à la vindicte gouvernementale parce qu'ils sont partisans de la Troisième Internationale. Le meilleur moyen de les défendre est donc de voter l'adhésion à la Troisième Internationale.10

  • 11 Adsm 2Z45 : “Anarchistes : 1892-1932”, Note du 12 octobre 1920.

19En août 1920, le Comité pour la Troisième Internationale du Havre est réanimé. Il avait fait une brève apparition en 1919, avant de se fondre dans le Comité de Défense Sociale, alliance de socialistes et d’anarchistes dont les initiales rappellent le Cds du temps des grèves illégales de 1918. Cette fois, le Comité pour la Troisième Internationale signe un tract avec le groupe anarchiste qui proclame : “Pas un homme, pas un sou pour la guerre ! Paix au peuple fraternel de la Russie ! Vive la République soviétique !” Il est dirigé par Maurice Gateau, Alexandre Harel, Emilien Seguin et Louis Desonnais, et compte une vingtaine de membres en octobre 1920, d’après les estimations de la police.11 Il intervient aux réunions de l'Ush et du Gsh pour annoncer ses propres activités ou apporter la contradiction aux orateurs inscrits. Le 9 décembre 1920, il organise une réunion sur “La Cgt et le syndicalisme révolutionnaire” où la direction de Jouhaux et Merrheim est durement critiquée.

Le congrès de la Fssi du Havre (12 décembre 1920) et l'adhésion à la Troisième Internationale

  • 12 J. M. Cahagne, thèse, p. 40.

20L'aile gauche du Parti socialiste s'est renforcée dans tout le département. A leur retour de Russie en octobre 1920, Cachin et Frossard, accompagnés d’Albert Treint, font une tournée à Rouen et alentour.12 Des Comités pour la Troisième Internationale fonctionnent à Dieppe sous Paul Briard, Fécamp sous Ernest Lepez, et Elbeuf. Lorsque Renaudel, le dirigeant de l'extrême-droite du parti fait un meeting à Sotteville, il est hué à tel point qu'il renonce à parler.

  • 13 Prg 1920.

21Tous les numéros du Progrès comportent des articles de débat sur l'adhésion. Tilloy s'y plaint que des membres qui ont moins de deux mois d'ancienneté ont pu voter et met en garde les adhérents contre les dictateurs en herbe de la fédération, notamment Gustave Courage, secrétaire de la Fssi depuis février 1918, dénoncé comme “le dictateur de Sotteville”.13 Il attire l'attention sur les conditions exigées par Lénine pour l'acceptation du parti français dans la Troisième Internationale. L'adhésion est défendue principalement par Bazin, qui l’explique avec des arguments moins corrosifs que ceux de la gauche.

  • 14 Ibid.

22Comme le Psu doit tenir son congrès national du 25 au 30 décembre 1920, à Tours, la Fssi annonce le sien pour le 12 décembre au Havre. D'après Lepez, le trésorier de la Fssi, celle-ci compte plus de 2 800 adhérents en décembre 1920, soit environ 700 de plus qu'en janvier 1920. Le Progrès publie la répartition des 2 470 membres dans le département telle qu'elle a été enregistrée au mois d'octobre 1920.14 En décembre 1920, la fédération reconnaît 164 adhérents au Havre.

  • 15 J. M. Cahagne, thèse, p. 41.

23Le vote dans les sections locales est une victoire incontestable de la gauche. La motion de la droite, soumise par Léon Blum, ne reçoit que 9 mandats (4 à Elbeuf, 4 à Sotteville et 1 au Havre). Celle du centre, soumise par Jean Longuet, recueille également 9 mandats (2 à Dieppe, 2 au Havre et 5 dans les banlieues rouennaises). Par contre, celle de la gauche, soumise par Marcel Cachin, en recueille 105, provenant de tous les centres urbains sauf Dieppe, des banlieues industrielles, des cités cheminotes et des bourgs ruraux. Si l'on examine les résultats dans la pointe du Caux, la droite a 1 mandat, et le centre 2 mandats au Havre même, tandis que la gauche en a 5 au Havre, 2 à Harfleur, 2 à Montivilliers, 2 à Sanvic et 5 à Fécamp. Les socialistes de Bolbec et Lillebonne ne figurent pas dans cette liste de mandats. Il ressort de cet examen que la droite et le centre ne conservent de forces significatives que dans les vieux bastions urbains tandis que la gauche combine des éléments des vieux bastions, des zones périphériques et des nouveaux adhérents. Jean-Marie Cahagne propose une interprétation au niveau départemental : l'avancée de la gauche tire sa force essentielle des nouveaux venus, auxquels s'ajoutent quelques vieux militants entraînés par la tournée de Cachin, de retour de Moscou.15

  • 16 Tilloy consigne ses “Impressions du Congrès” dans Prg 1/1/1921.

24C'est Descheerder, adjoint au maire, qui ouvre formellement le congrès à la salle Franklin du Havre et prononce le discours de bienvenue à l'adresse des délégués haut-normands. Paul Louis, journaliste à L'Humanité et partisan de la motion Cachin, fait alors une présentation au nom du parti national. Bazin, au nom de la Fssi, intervient dans le même sens. Le congrès accepte la démission de Courage, fervent partisan de l'adhésion à la Troisième Internationale, de son poste de secrétaire de la Fssi, et salue son combat, signe que les luttes qui ont entouré la grève des cheminots, restent présentes dans les esprits. On livre alors les différentes motions aux congressistes. L'un d'entre eux, Darves, fait un plaidoyer en faveur de la motion dite “ultra-gauche” soumise par Leroy et Heine au congrès national de Tours. Considérée comme source d'éventuels amendements de gauche à la motion Cachin-Frossard, elle recueille 9 mandats. La parole passe ensuite au Havrais Guitard, qui s'en prend à Moscou. Darves retire alors sa motion “ultra-gauche”, d'après Tilloy, sous la pression de Mellier et Basilaire, deux dirigeants de la gauche.16 Bazin dit alors que, les délégués étant munis de mandats impératifs, il n'y a pas lieu de poursuivre la discussion. Tilloy répond que, dans ce cas, ils auraient dû voter par correspondance.

  • 17 Voir R. Darves-Bornoz, “Délégué au Congrès de Tours”, Cahiers d'Histoire de l'Institut Maurice Thor (...)

25Le congrès répartit les 76 mandats dont la Fssi disposera au congrès de Tours, de la façon suivante : 5 pour la droite, 6 pour le centre et 65 pour la gauche. Il choisit ensuite deux délégués : Basilaire et Darves.17 Tilloy signalera par la suite qu'on a écarté Bazin, représentant plus modéré de la gauche, de la délégation, et que bien que le congrès du Havre ait repoussé la proposition de Darves de donner le nom de “communiste” au parti, afin de rassurer les anciens effrayés par les connotations anarchistes du mot, cette proposition est acceptée à Tours.

26Le congrès du Havre élit enfin un nouveau conseil fédéral de la Fssi, composé de quinze personnes. La gauche y reçoit une forte majorité, avec notamment Mellier, Basilaire, Darves, Leroy, Bazin, et, pour Le Havre, ferrand. Mais quand ce conseil se réunit pour la première fois le 19 décembre, seuls dix de ses quinze membres sont présents, signe que la droite prépare déjà son retrait du parti. Le conseil élit un bureau fortement marqué à gauche, avec Mellier comme secrétaire. Le 30 décembre, le congrès de Tours vote l'adhésion du parti à la Troisième Internationale par 3 208 voix contre 1 022.

Les modérés scissionnent et établissent le Gsh-Sfio

  • 18 Prg, 1/1/1921 et 8/1/1921.
  • 19 J. M. Cahagne, thèse, p. 45.

27En Seine-Inférieure, la droite du parti a décidé de boycotter les instances élues au congrès du Havre, même avant le vote de Tours. Elle garde le contrôle du journal Le Progrès dans les pages duquel Tilloy prévient ses lecteurs que : “L'unité du Parti socialiste sera morte quand ces lignes paraîtront”. Une semaine plus tard, il annonce la fondation du Parti socialiste (Sfio) et la désignation d'une nouvelle direction nationale.18 Le numéro du 15 janvier proclame la composition du bureau provisoire de la Fédération de Seine-Inférieure du nouveau parti dont Tilloy est le secrétaire ; pour Le Havre, Guitard, est secrétaire-adjoint, et Descheerder et Bailleul, membres du conseil fédéral provisoire. Treize sections locales s'affilient à la Sfio, amenant environ 400 adhérents, soit à peu près un septième de l'ancienne Fssi.19 Elles tiennent un congrès à Sotteville le 30 janvier et désignent une délégation pour rencontrer l'ancien parti et lui proposer un règlement des dettes et avoirs, proportionnel aux effectifs respectifs des deux organisations. Cette démarche ne débouche pas, le Parti communiste préférant hériter de l'ensemble de l'appareil du parti, même au prix du paiement intégral de ses dettes, et refusant toute discussion avec les dissidents.

28Au Havre, les onze socialistes membres du Conseil municipal annoncent qu'ils récusent l'adhésion à Moscou. François, bien qu'il n'ait pas été membre du parti, déclare qu'il se solidarise avec la position de ses collègues. Le nouveau Groupe socialiste havrais (Gsh-Sfio) rassemble environ 60 fidèles, soit plus du tiers des 174 membres annoncés en 1920. Néanmoins, il ne représente qu'environ un cinquième des anciens effectifs de la région havraise (Le Havre, Sanvic, Montivilliers, Harfleur) qui s'établissait à 279 cotisants au moment de la scission.

  • 20 AN F7-13.018.

29Le Gsh (Sfio) cherche à accroître son audience au moyen de meetings publics en présence de dirigeants nationaux du parti. Mais ses orateurs sont pris à partie par les anarchistes et les communistes. En mars 1921, les conseillers municipaux socialistes sont critiqués par Sénécal et Legall, dirigeants anarcho-syndicalistes des dockers, pour ne pas s'être opposés à l'invitation faite au Président Millerand par la Ville du Havre. Le 28 mai 1921, Paul-Boncour et Jean Longuet, députés éminents de la Sfio, interviennent sur les leçons de la Commune, à l'occasion de son cinquantenaire ; ils sont contredits par Lepez, du Parti communiste.20 Le 23 septembre 1921, la municipalité, y compris les socialistes, organise une réunion publique sur les habitations à bon marché ; Henri Gautier, qui apparaît alors comme le militant communiste à la pointe du combat au Havre, critique l'implantation de ces cités dans le Haut-Graville, loin des lieux de travail et des quartiers ouvriers traditionnels. Enfin, le Gsh-Sfio consacre beaucoup d'énergie à la campagne pour la libération de l'ancien député radical Paul-Meunier.

30Malgré tous ces efforts, le Gsh-Sfio ne devient pas une force majeure au Havre. Ses principaux appuis se trouvent parmi les travailleurs municipaux, les traminots, les marins et les enseignants. Il réussit à maintenir environ 60 cotisants en 1921, mais son influence électorale et syndicale se rétrécit. En fait il se trouve pris entre la sphère d'influence de Léon Meyer à l'Hôtel de Ville, et la force des anarchistes et des communistes dans les syndicats et les quartiers. La première grande épreuve qui révèle cette faiblesse est la grève de 1922. Le conflit conduit plusieurs socialistes de droite à rallier le groupe radical, tandis que de nombreux anciens électeurs socialistes choisissent de voter pour les candidats communistes lors de élections partielles.

Consolidation du Groupe communiste havrais

  • 21 Voir par exemple, Gérard Walter, Histoire du Parti communiste français, Paris : Somogy, 1950 ; pour (...)

31Dans les histoires plus ou moins officielles du Parti communiste écrites des années 1930 aux années 1950, les débuts du parti sont présentés, non sans une certaine condescendance, comme dominés par des éléments éphémères, fantaisistes et opportunistes.21 Les auteurs y expliquent que ces personnalités ont quitté le parti, ou en ont été purgés, à mesure que sa véritable nature prolétarienne et révolutionnaire s'est affirmée. Ces épithètes décrivent assez bien l'état d’esprit de certains dirigeants et militants des premiers jours, mais certainement pas celui de la majorité d'entre eux. Les premiers dirigeants, quelle que fût leur évolution ultérieure, ont bien été les principaux artisans de l'enracinement d'une méfiance durable à l'égard du réformisme dans des secteurs décisifs des mouvements socialistes et ouvriers. Ce sont eux qui ont érigé et découpé à grands traits les contours du socle de masse sur lequel leurs successeurs n’ont fait qu’organiser et former plus systématiquement des milliers de militants. Le schisme qui a marqué tout le vingtième siècle s’est creusé sur des questions fondamentales comme l'attitude à l'égard de la guerre impérialiste, de la collaboration de classe et de la révolution russe, et non sur la fidélité à l’égard de tel ou tel dirigeant soviétique.

32Au Havre, les premiers communistes ne se distinguent pas par des conceptions organisationnelles claires et une totale cohérence idéologique. Pendant la première année, leur groupe fonctionne comme un courant révolutionnaire parmi d'autres, qui tous se retrouvent dans divers comités et formations ad hoc. Ce n'est que plus tard, en 1922, que les divergences plus prononcées avec les anarchistes, l'expérience locale et l'impulsion donnée par les organes supérieurs du parti, commencent à transformer le groupe havrais en unité d'un parti national. Entre-temps, les communistes havrais ont déjà consolidé les effectifs et l’influence dont ils ont hérité au moment de la scission.

  • 22 AN F7-13.018 : Note du 4 février 1921.

33Le noyau des communistes havrais est constitué par la majorité de l'ancien Gsh, rebaptisé Groupe socialiste communiste du Havre, et plus tard Groupe communiste du Havre, section française de l'Internationale communiste (Gch). Après la scission du Gsh-Sfio, la police attribue encore 120 membres à la majorité du Gsh restée au parti, c'est-à-dire environ deux tiers de l'ancien Gsh.22 Il faut y ajouter les effectifs des groupes non encore consolidés d'Harfleur, Sanvic et Montivilliers.

34Aucun des dirigeants du Gch n'a été un dirigeant en vue de l'ancien Gsh. Le Gch choisit comme premier secrétaire Maurice Gateau, à qui reviendrait donc le titre de fondateur du parti au Havre, s'il fallait donner un seul nom pour désigner cette fonction. Gateau est le secrétaire du Comité pour la Troisième Internationale du Havre et le rédacteur-en-chef du Prolétaire ; pendant la guerre, mobilisé, il a été nommé adjudant-interprète chargé de diriger un groupe d'ouvriers russes qui publiaient un journal à Graville. Il travaille ensuite comme cheminot jusqu'à ce qu'il soit licencié à la suite des grèves de 1920. Michel Bénard, militant connu et respecté au niveau syndical, ancien trésorier du syndicat du bâtiment, contrôleur de l'Ush, et un des 36 candidats socialistes au conseil municipal en 1919, est élu secrétaire-adjoint du Gch. Le trésorier est Leparquier, qui réside encore à Rouen lors de son élection à ce poste, et son adjoint, Maurice Hairon.

35Tous ceux qui se reconnaissent dans le Parti communiste ne s'identifient pas forcément en premier lieu au Gch. Plusieurs sont également ou exclusivement membres d'autres organisations où ils collaborent avec divers courants syndicalistes révolutionnaires et anarchistes. La principale de ces organisations est le Comité syndicaliste révolutionnaire qui compte environ une centaine de membres. Relevons aussi : la Jeunesse communiste (JC), avec une vingtaine de membres, et la Jeunesse syndicaliste, groupement plus large provisoirement dominé par la JC, le groupe dynamique et jeune de l’Association républicaine des anciens combattants, la Fédération des ouvriers et paysans mutilés. D'autre part, le Comité de défense sociale (Cds) apparaît périodiquement comme regroupement des communistes et des anarchistes, parfois élargi à d'autres composantes. Il existe aussi des comités ad hoc pour des occasions particulières, comme le Comité d'action contre la guerre. En 1922, quand le Parti communiste commence à mettre l'accent sur la tactique du front uni, les communistes havrais accroissent leur engagement dans la Ligue des Droits de l'Homme, les syndicats de locataires, les coopératives, les associations de parents d'élèves, la Ligue ouvrière féminine, émanation de l'Ush, et Travail Sporting Club.

36On peut juger de l'influence et des thèmes communistes à partir des réunions publiques où des orateurs d'envergure nationale prennent la parole. Marcel Cachin annoncé pour le 22 janvier 1921 est remplacé par Antonio Coen, qui fait un compte-rendu du congrès de Tours devant 500 personnes. Le 26 février, ce sont Georges Pioch, rédacteur à La Vague, et Hélène Brion, l'institutrice féministe et syndicaliste emprisonnée par Clemenceau pour son opposition à la guerre, qui viennent au Havre. Le 4 avril 1921, le Gch se joint au Csr, à la JC et à l'Arac pour organiser un meeting contre la guerre, présidé par Gateau (Gch), assisté de Gaston Legoy (JC) et Coursolles (Csr). Environ 500 personnes viennent écouter Virot, Vandâme et Pioch, représentant respectivement l'Arac, la JC et le Pcf. Le journal L'Internationale, quotidien du soir édité par Daniel Renoult, ainsi que des petits insignes faits de la faucille et du marteau, sont vendus. Le 6 juin 1921, Marthe Bigot, dirigeante syndicaliste révolutionnaire et communiste, invitée par le Csr, rend compte de son voyage en Russie à 150 personnes ; le meeting est l'occasion d'une quête pour les garderies d'enfants et cliniques de femmes russes. Au début du mois de novembre 1921, Lucie Colliard, également institutrice et dirigeante du syndicat enseignant de retour de Russie, fait une tournée de meetings de quartier au Havre, à Harfleur, Montivilliers, Sanvic, Lillebonne et Bolbec. Le 26 novembre, environ 250 personnes entendent Treint, un dirigeant de la gauche du Pcf, expliquer comment le parti a fait élire deux marins de la mer Noire, André Marty et Badina, à Paris.

37Outre ces meetings, le Gch participe à trois campagnes à vocation plus large au cours de l'année 1921. La première, animée surtout par la JC et l'Arac, vise l'armée française et ses préparatifs en vue d'une occupation de la Ruhr. Le 14 mai 1921, le Comité d'action contre la guerre, réunit un millier de personnes pour protester contre le rappel de la classe de 1919. Des incidents se produisent à la gare au moment du départ des jeunes conscrits, dont certains chantent l'Internationale. Le 9 juin 1921, la JC manifeste contre les cérémonies en l'honneur de Jeanne d'Arc, inspirées par des courants de droite. La police arrête d'abord plusieurs jeunes, notamment Henri Gautier et Gaston Legoy, dirigeants de la JC, et Georges Burgat, un anarchiste, puis effectue des perquisitions aux domiciles de sept militants, où elle saisit des tracts et brochures antimilitaristes. L'agitation contre les menaces françaises d'invasion de la Ruhr se prolonge en fin 1921 et 1922.

38La deuxième campagne, en octobre 1921, unit le Gch et le Glh (Groupe libertaire havrais) en défense de Sacco et Vanzetti. L'affaire est présentée devant 600 personnes lors d'un meeting convoqué par l'Ush le 10 octobre 1921. Le lendemain, le Gch et le Glh organisent un rassemblement en plein air au cours duquel Lepez, pour le Pcf, et Weber, pour l'Union anarchiste, demandent la grâce des deux militants anarchistes. Trois cent personnes improvisent alors une manifestation qui se dirige sur le consulat américain, devant lequel elle est violemment dispersée par la police. Le 26, les deux organisations sortent une affiche “Ne les assassinez pas !”

39Enfin, le Gch fait une propagande soutenue en défense des marins de la flotte française de la mer Noire, emprisonnés par les autorités militaires pour avoir refusé de combattre le gouvernement soviétique, et dont les trois plus connus sont André Marty, Roger Rolland et Badina. Rolland, marin havrais, jouit immédiatement d'un large courant de sympathie dans le port normand. Des quêtes et des réunions de quartier sont organisées pour sa libération.

  • 23 Adsm 2Z39 : Note du 15 mars 1921.

40A la fin de l'année 1921, toutes ces activités ont débouché sur une certaine croissance du groupe. Un journal desservant les départements de la Seine-Inférieure et de l'Eure, Le Communiste de Normandie, a commencé à paraître à Rouen le 12 mars 1921. On en distribue à cette date environ 500 exemplaires au Havre, auxquels s'ajoutent 1 600 exemplaires de L'Humanité, dont 1 100 sont effectivement vendus.23 A la fin de l'année 1921, le Gch compte 150 membres. Il y a également des groupes à Harfleur (25 membres dirigés par Marius Agasse et Louis Baudu), Sanvic (dirigés par Georges Dorange et Eugène L'Enfant) et Montivilliers (30 membres). Dans le cadre de la réorganisation du parti, la région havraise est incorporée à la “3ème entente” (le nord-ouest de la France) qui reçoit un permanent désigné par le Comité central.

41A la fin de l'année 1921, les anarchistes commencent à critiquer les communistes plus ouvertement. Ils demandent par exemple à Lucie Colliard ce qu'il est advenu des anarchistes russes, et à Treint si les communistes doivent accepter de servir sous les drapeaux, une tactique adoptée par le Pcf que les anarchistes associent au soutien communiste à la création de l'Armée rouge, et à laquelle ils opposent l'objection de conscience. La police rapporte qu'un certain nombre de communistes sont troublés par l'annonce d'une Nouvelle politique économique (la Nep) en Russie. Des controverses se développent aussi à propos de la tactique du front uni proposée par le Comintern et défendue par Alfred Rosmer et Fernand Loriot, dirigeants de la gauche du Pcf. Tous ces problèmes se manifestent lors du congrès du Pcf à Marseille en décembre 1921.

42Ainsi, contrairement à ce qu'on pourrait déduire des histoires officielles du parti publiées dans la période stalinienne (1930-1960), les pionniers du communisme au Havre réussissent, dans leur première année de fonctionnement, à consolider et élargir la base du parti et à entamer une discussion sérieuse des difficiles questions politiques, théoriques et organisationnelles qui se posent à lui. Le pluralisme au sein du parti et les relations fraternelles avec des courants révolutionnaires en dehors du parti n’ont pas gêné ces avancées.

Le courant anarchiste

43Le Gsh-Sfio et le Gch ont dû s’adapter à l’existence d’un fort courant anarchiste qui a maintenu en dehors de leur rang des individus qui, dans d’autres circonstances, y auraient adhéré. Nous avons distingué cinq sensibilités d’origine anarchiste présentes au Havre à cette époque.

44La première est composée des anarcho-syndicalistes qui se sont ralliés à la nouvelle majorité (Jouhaux-Merrheim) de la Cgt de 1918, soit après avoir suivi Jouhaux dans l'Union sacrée dès 1914, soit après avoir maintenu une opposition du type de celle de Merrheim, pendant la guerre. On y trouve Guillaume Le Moal, le trésorier du syndicat des dockers, et Duchateau, le dirigeant majoritaire du syndicat du bâtiment pendant la guerre. On a vu que certains d'entre eux sont proches des radicaux. A. Le Bosquain, par exemple, l’ancien secrétaire du syndicat des camionneurs qui a accepté de figurer sur la liste radicale aux élections municipales de 1912, est, après-guerre, secrétaire-adjoint de l'UD et partisan de la majorité de la Cgt.

45La deuxième sensibilité soutient aussi la nouvelle majorité de la Cgt, mais n'est pas d’origine strictement anarchiste tout en manifestant autant d'hostilité à l'égard des socialistes que la première. Nous l'incluons ici parce qu'elle fait partie d'une gamme de positions plus ou moins proches par la doctrine ou la pratique syndicale du premier courant. Il s'agit en fait de syndicalistes proches du Parti socialiste mais non-guesdistes. Parmi eux, François, le dirigeant syndicaliste havrais le plus marquant de notre période, continue de mettre l’accent sur les syndicats et les coopératives comme instruments les plus importants de l'émancipation des travailleurs, et de se décrire comme socialiste sans-parti.

46Les autres sensibilités anarchisantes se distinguent des premières par leur soutien à la minorité de la Cgt. La troisième est celle qu'on décrit à la Cgt comme anarcho-syndicaliste ou syndicaliste pure. Anarchiste par la doctrine d'origine, elle considère les syndicats non seulement comme l'instrument décisif de la lutte contre le capital, mais aussi comme les cellules de base de la société future. Elle méprise donc les “politicards”, surtout ceux du Parti socialiste, mais aussi les anarchistes politiques qui militent en dehors du mouvement syndical. Ce courant est fortement attiré par la révolution russe de 1917 à 1920, et affirme que les soviets sont en réalité les syndicats transformés en conseils ouvriers dont ils ont rêvé. Au niveau national, il se regroupe autour des dirigeants cégétistes liés par le “Pacte”. Au niveau local, on peut lui rattacher chez les métallos, Louis Legrain, chez les terrassiers, Parisot et Constant, et chez les dockers Hervieu et Sénécal.

  • 24 Voir C. Gras, M. Labi, J.-L. Robert pour une description de ces tendances.

47Le quatrième courant a la même genèse que le précédent mais a conclu à la nécessité d'une collaboration plus ou moins poussée avec les socialistes de gauche puis les communistes. Cette tendance, connue au sein de la minorité de la Cgt sous le vocable de “syndicaliste révolutionnaire” qu'emploient ses dirigeants Pierre Monatte et Gaston Monmousseau, et son organe, La Vie ouvrière, reste fidèle à la révolution russe après que les anarchistes stricts l'aient condamnée, c'est-à-dire en 1921 et 1922, et, pour certains, même longtemps après. Beaucoup, comme Rosmer, font le saut et adhèrent au Parti communiste, moment après lequel ils ne sont plus considérés comme faisant partie de la mouvance anarchiste mais de la mouvance “syndicaliste-communiste”.24 Au Havre, plusieurs militants métallos et cheminots, comme Marcel Coursolles, ont un parcours qui correspond à cette description.

48Enfin, la cinquième sensibilité est celle des anarchistes principalement actifs dans des groupes spécifiquement anarchistes. En 1919, leur groupement national était la Fédération anarchiste ou Union anarchiste, leur journal, Le Libertaire. La majorité d'entre eux soutient le régime soviétique jusqu'à environ la fin de l’année 1920, date à laquelle ils se ravisent et le condamnent comme dictature. Nous traiterons des activités de ces quatre premières sensibilités plus loin dans notre étude de l'évolution du mouvement syndical où se déploie l’essentiel de leurs efforts. Seule la cinquième exige un traitement distinct sous la rubrique des groupements politiques.

  • 25 Ce passage s'appuie sur Adsm 2Z45.

49Le groupe anarchiste qui existait avant-guerre refait surface en août 1919.25 Il est dirigé par Alfred Thébault, métallo et correspondant du Libertaire, et Marcel Guillemâtre, vendeur de journaux, secrétaire du Groupe des Amis de la Presse d'Avant-Garde, qui distribue indifféremment La Vague et d’autres journaux socialistes et anarchistes. Il s'appelle alors Groupe Elisée Reclus, en honneur du célèbre géographe anarchiste. Henri Offroy, membre du groupe avant-guerre, y revient en septembre 1919 et commence à recruter des jeunes, notamment dans la Jeunesse syndicaliste, à partir d'un tract intitulé “Qu'est-ce qu'un anarchiste ?”

50Exclus de la Jeunesse syndicaliste par Leroux, le groupe réapparaît en avril 1920 sous le titre de Groupe libertaire communiste ou Groupe libertaire du Havre (Glh), et s'affilie à la Fédération anarchiste. Il compte une quinzaine de membres dont Raymond Lachèvre, métallo, Lemonnier, Raoul Lenôtre, dit Baudoin, et Jean Le Gall, dockers, et Julien Goirand et Offroy, membres de l'Arac, et bénéficie de la bienveillance des dirigeants syndicalistes anarchisants, mais peu actifs dans le Glh lui-même comme Legrain, Hervieu, Sénécal, Parisot et Constant.

  • 26 Voir l'entretien de Simone Labesse avec John Barzman.

51Les anarchistes havrais laissent le souvenir de leur penchant pour les activités culturelles. Madame Labesse se rappellera de leur convivialité et de leur talent artistique.26 Le Glh comprend notamment les trois frères Ripot, Maurice, René et Raymond, qui travaillent comme camelots et chanteurs de rue. Le 26 avril 1920, une réunion publique du Glh est entraînée par un concert de mandolines et de chants révolutionnaires y compris “La Foule”, “La révolution” et “Les fous”. Le Glh s'occupe aussi de cours d'espéranto et d'activités sportives.

52En décembre 1919, Raymond Lachèvre se présente aux élections comme candidat antiparlementaire et reçoit 28 voix. En décembre 1919 et janvier 1920, il est un des dirigeants de la grève des mouleurs, élu à leur comité de grève. En 1920 et au début de 1921, le Glh collabore étroitement avec les syndicalistes et les socialistes de gauche, puis avec les communistes. Le 4 avril 1920, Lorulot, un dirigeant national des anarchistes, favorable à la révolution russe, prend la parole devant 300 personnes. En août 1920, le Glh distribue un tract contre l'intervention française en Russie. Le 24 septembre, il organise un meeting contre la guerre et pour l'amnistie, auquel participent environ 250 personnes.

53Les anarchistes havrais sont présents dans le Comité syndicaliste révolutionnaire national, au sein duquel ils soutiennent les anarcho-syndicalistes comme Sirolle. Un des leurs, Georges Burgat, perturbe à deux reprises des discours de Merrheim au Havre, ce qui provoque un petit scandale dans le journal de l'UD, Réveil ouvrier. Les anarchistes et les communistes combinent leurs forces pour porter la contradiction ou interrompre les dirigeants socialistes et cégétistes modérés pendant toute l'année 1921. Ils s'unissent également à l'occasion des manifestations antimilitaristes et en défense de Sacco et Vanzetti déjà décrites.

  • 27 Voir J. Maîtron, Le Mouvement...p. 56.

54Néanmoins, au cours de l'année 1921, une brèche s'ouvre entre les anarchistes et les communistes. Lors d'une réunion le 9 février 1921, Goirand souligne que le Glh n'est pas contre la révolution russe, mais contre la dictature établie par les bolcheviques. Cette position se durcit au cours de l'année, comme nous l'avons vu par les questions hostiles posées à Lucie Colliard et Albert Treint, de retour de Russie. En novembre 1921, le deuxième congrès de l'Union anarchiste, à Villeurbanne, condamne “L'Etat bolchevique”.27 La divergence s'aggrave encore quand la question des relations Cgtu-Pcf se pose au sein de la Cgtu.

Notes

1 Adsm 1MP3458.

2 Extrait d'un rapport sur le congrès par René Lebret, Prg 21/2/1920.

3 Idem, 23 février 1920.

4 Ibid.

5 Cahagne, thèse, p. 35.

6 Ce passage est fondé sur AN F7-13.018.

7 La Voix des femmes a été fondée par Colette Reynaud en 1917 et soutenue par les femmes socialistes. Elle publie des articles de Nelly Roussel, notamment en mai 1920 un appel à “une grève des ventres” en protestation contre la “Journée des Mères de Familles Nombreuses” promue par le gouvernement. Voir M. Albistur et D. Armogathe, Histoire du féminisme français, p. 386-387.

8 Voir R. Wohl, French Communism

9 Voir R. Wohl sur l'importance de ce procès dans l'évolution du Parti socialiste.

10 Prg 28/6/1920.

11 Adsm 2Z45 : “Anarchistes : 1892-1932”, Note du 12 octobre 1920.

12 J. M. Cahagne, thèse, p. 40.

13 Prg 1920.

14 Ibid.

15 J. M. Cahagne, thèse, p. 41.

16 Tilloy consigne ses “Impressions du Congrès” dans Prg 1/1/1921.

17 Voir R. Darves-Bornoz, “Délégué au Congrès de Tours”, Cahiers d'Histoire de l'Institut Maurice Thorez, no 20, 1970.

18 Prg, 1/1/1921 et 8/1/1921.

19 J. M. Cahagne, thèse, p. 45.

20 AN F7-13.018.

21 Voir par exemple, Gérard Walter, Histoire du Parti communiste français, Paris : Somogy, 1950 ; pour la Seine-Inférieure, voir les remarques de Jean-Jacques Doré dans “Cgt et Cgtu...” et celles de M. T. Hibon, dans “Les communistes en Seine-Inférieure 1920-1928”.

22 AN F7-13.018 : Note du 4 février 1921.

23 Adsm 2Z39 : Note du 15 mars 1921.

24 Voir C. Gras, M. Labi, J.-L. Robert pour une description de ces tendances.

25 Ce passage s'appuie sur Adsm 2Z45.

26 Voir l'entretien de Simone Labesse avec John Barzman.

27 Voir J. Maîtron, Le Mouvement...p. 56.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search