Version classiqueVersion mobile

Dockers, métallos, ménagères : Mouvements sociaux et cultures militantes au Havre (1912-1923)

 | 
John Barzman

Quatrième Partie. Métamorphose du mouvement mai 1920 à mars 1922

Chapitre 1. Répression, récession, scissions

Texte intégral

1Le déclin dramatique de la combativité ouvrière après la défaite de mai 1920 coïncide avec une récession économique. De mai 1920 à mars 1922, les luttes ouvrières sont défensives ; les contours idéologiques des pôles opposés du mouvement social se précisent et débouchent sur des scissions organisationnelles.

Récession

  • 1 P. Bernard, La fin d’un monde 1914-1939, p. 132.
  • 2 Charles S. Maier, Recasting Bourgeois Europe, p. 150.

2Le ralentissement commence vers le milieu de l'année 1920 et affecte de nombreux pays. Un an plus tard, il entraîne une chute considérable des importations françaises (dont Le Havre est le principal port d'entrée) et une montée soudaine du chômage qui touche un demi-million de personnes en avril 1921.1 Un historien décrit ainsi ses effets sur le mouvement ouvrier d'Europe occidentale : “La puissance de la classe ouvrière décrût en 1920 et 1921. Les besoins de la production de guerre et la demande retardée de l’après-guerre s'étaient estompés. A leur place, la récession de l'après-guerre créait une surabondance de charbon et d’acier et un marché du travail relâché. Les propositions de nationalisation et de conseils d’établissement prirent un aspect défensif...”2

  • 3 Prg 19/6/1920.
  • 4 C’est à partir de cette date que l’on dispose de bonnes statistiques d’ensemble sur les effectifs d (...)
  • 5 AN F7-13.018

3Au Havre, les prix, qui ont continué de grimper pendant les quatre ou cinq premiers mois de 1920, redescendent à partir de l’été. En juin 1920, le socialiste rouennais Ernest Poisson relève le retournement avec soulagement en ce qui concerne les prix, et angoisse en ce qui concerne l'emploi.3 Le trafic du port du Havre, très sensible aux fluctuations du commerce, chute. Le 26 janvier 1921, les statistiques donnent 2 438 chômeurs au Havre, sur 25 832 ouvriers normalement employés dans les établissements recensés, c'est-à-dire un taux de 9,6 % ; le 1er juin 1921, 4 493 sur un total de 38 207 recensés, c'est-à-dire 11,6 %4. Le chômage continue en 1922, avec quelques variations dans les branches concernées - principalement le port, le bâtiment, les métaux, les transports maritimes et les employés du commerce ; le 20 octobre 1922, il y a 5 710 chômeurs sur les 38 207 recensés, c'est-à-dire 14,9 %.5

4Mais Le Havre ne manque pas de perspective de développement économique important, même pendant la récession. Les chantiers navals reçoivent des commandes de sous-marins, l'arme prioritaire de la Marine nationale française depuis la conférence navale internationale de Washington. Les chantiers Augustin Normand décrochent un contrat pour la construction d'un nouvel hydravion. La décision de moderniser les ports français entraîne de grosses commandes de grues électriques et d'autres équipements portuaires fabriqués par des sociétés comme Caillard. Les industries pétrolières et de réfrigération continuent de se développer.

Répression

5La répression qui s'abat sur les cheminots modifie définitivement les rapports de force en éliminant de la lutte un des deux grands bastions syndicaux (avec les métallos) qui ont nourri l'explosion sociale de 1917-1920. Les cheminots continuent de jouer un rôle significatif au sein du mouvement syndical et politique, en tant que principaux vecteurs du mouvement minoritaire vers toutes les régions de la France, mais on ne verra plus de grèves des chemins de fer pendant longtemps. Dans d’autres branches, les syndicats sont affaiblis parce que leurs dirigeants sont arrêtés à des moments cruciaux, et des militants licenciés de l'établissement qu'ils connaissent.

  • 6 M. Labi, p. 254.

6Les effets de la répression se combinent avec le chômage pour rendre l'action syndicale moins efficace. Les effectifs de la Cgt qui ont culminé à 1 793 245 cotisants (sur la base de douze timbres par an) dans le premier semestre 1920, retombent à 609 455 dans le deuxième semestre, ce qui représente quand même le double des effectifs de 1913, le point culminant de l'avant-guerre, mais une chute qualitative de la syndicalisation atteinte en 1919.6

7L'efficacité des syndicats est encore affaiblie par les divisions croissantes des syndicats, associations et partis ouvriers. La débâcle de mai 1920, dans le sillage de la défaite électorale de décembre 1919 et de l’annulation de la grève générale du 21 juillet 1919, suscite une vaste interpellation des directions de la Cgt et du Psu par leurs adhérents. Le Parti socialiste se divise en décembre 1920. Pendant toute l'année 1921, le Parti communiste (Pcf) établi par la nouvelle majorité, et le nouveau Parti socialiste (Sfio), établi par la minorité, échangent des polémiques acerbes. Les réunions syndicales se transforment en champ de bataille entre les fractions opposées. Des deux côtés, la scission, compliquée par des luttes internécines au sein de la minorité entre divers filons anarchistes et communistes, détourne une énergie considérable de la lutte contre le patronat.

8Celui-ci tire parti de la situation en tentant de reprendre certaines concessions accordées aux salariés pendant et après la guerre. La première cible de l'attaque patronale est la journée de 8 h : plusieurs fédérations industrielles demandent des dérogations à la loi, augmentent le recours aux heures supplémentaires et payent celles-ci à un taux plus proche du taux horaire normal. La deuxième concerne les salaires. Les industriels font valoir que les tarifs salariaux obtenus en 1919 ont rendu les produits français trop chers sur le marché international, et n'ont été accordés qu'au titre de compensation des hausses des prix. Maintenant que les prix redescendent, ils concluent que les salaires doivent suivre. La résistance aux attaques contre la journée de 8 h et les salaires devient le principal thème de mobilisation du monde du travail en 1921 et 1922. Cette conjoncture apparaît nettement au Havre.

Quelques sujets de discorde

9Les relations entre le maire radical et le mouvement ouvrier constituent un premier sujet de discorde ; on a vu qu'elles se sont tendues pendant les grèves du printemps 1920. Elles subiront une première vraie crise lors de l'attaque de la manifestation du 1er mai 1922 par la police, et une autre, plus grave, au moment de la répression sanglante de la grève générale de l'été 1922. A partir de cette date, Meyer glissera vers la droite jusqu'à se retrouver parmi les quelques radicaux opposés à la création du Front populaire en 1935. Entre temps, il conserve la sympathie des courants ouvriers modérés. Lorsqu’il fait voter des subventions pour les orphelinats et les œuvres charitables catholiques, ou congratule le Président Millerand à l'occasion d'un voyage au Havre, les conseillers municipaux socialistes choisissent simplement de s'abstenir. En 1921, la contestation n'émane que des communistes, des anarchistes et de l'opposition syndicale qui se saisit de ces questions pour dénoncer la collaboration de classe des modérés de la Cgt et de la Sfio.

10Les sujets de discorde ne sont pas que d'origine locale. Les débats nationaux et internationaux sur l'avenir du syndicalisme et les perspectives de transformation sociale font partie intégrante de la culture militante havraise. On suit notamment l'évolution de la Cgt direction autour de Jouhaux et Merrheim, poussée par Albert Thomas désormais installé au Bureau International du Travail à Genève, et par les dirigeants réformistes de l'Internationale syndicale d'Amsterdam, accepte une stratégie de la terre brûlée selon laquelle il faut éliminer les “perturbateurs” avant d'engager la reconstruction de la puissance syndicale. La minorité, bien qu'elle même divisée, progresse dans les structures syndicales. Au moment du congrès Cgt de Lille de juillet 1921, la minorité organisée dans les Comités syndicalistes révolutionnaires (Csr) recueille près de la moitié des mandats de la confédération et répond aux exclusions et injonctions de la direction en refusant tout compromis. En janvier 1922, les syndicats minoritaires se voient refuser la livraison des timbres de la confédération Cgt pour 1922, et commencent à verser leurs cotisations à un nouveau centre, la Confédération générale du travail unitaire (Cgtu).

11Une autre controverse très suivie au Havre concerne l’évolution interne de la révolution russe. On se rappelle que celle de février 1917 est approuvée par les socialistes de tous bords, des modérés aux plus radicaux, comme un coup porté à l'autocratie et un pas vers l’autodétermination des peuples assujettis, alors que celle d'octobre est perçue par les modérés comme un putsch minoritaire pro-allemand, et par les socialistes intransigeants, anarchistes, pacifistes et syndicalistes révolutionnaires, comme une révolte populaire contre la guerre. De 1918 à 1920, la défense du système soviétique contre la propagande libérale et les interventions contre-révolutionnaires rapproche de nombreux anarchistes et syndicalistes révolutionnaires des socialistes. Beaucoup décident alors d'adhérer au Parti socialiste au sein duquel ils contribuent à la victoire du courant favorable à la Troisième Internationale au Congrès de Tours de décembre 1920. Jusqu’alors, les anarchistes et les socialistes de gauche parlent d’une seule voix sur la question de la solidarité, et même de l’identification, avec la révolution russe et de l'affiliation à l'Internationale communiste.

  • 7 Ce résumé des positions anarchistes sur la révolution russe est tiré en partie de J. Maîtron, Le mo (...)
  • 8 J. Maîtron, op. cit., p. 49.

12Les relations entre les deux courants se compliquent lorsque la question des relations parti-syndicat est posée dans le parti français et dans l'Internationale communiste. Les socialistes modérés ont d'abord cherché à discréditer les bolcheviques aux yeux des socialistes en les traitant d'anarchistes ; mais en 1920, ils cherchent à créer une brèche entre anarchistes et socialistes de gauche en soulignant que les bolcheviques veulent la dictature du prolétariat, et en accusant les syndicalistes et socialistes pro-bolcheviques de vouloir eux-mêmes devenir de “petits dictateurs”, chacun dans son petit fief. En 1920, les socialistes modérés et certains anarchistes qui se détournent de la révolution russe soulèvent trois sujets épineux : le sort des syndicats en Union soviétique, la proposition que le Profintern (ou Internationale des Syndicats Rouges) s'affilie directement à l'Internationale communiste, et la tentative du Pcf d'organiser ses militants au sein de la Cgt.7 Les anarchistes restent engagés dans la défense de la révolution russe mais se démarquent de plus en plus de tout soutien au gouvernement bolchevique et à l'Internationale communiste. Les nouvelles de la révolte des marins de Cronstadt et de l'emprisonnement de certains anarchistes russes accélèrent cette tendance. En janvier 1921, Sébastien Faure, Sirolle et Boudoux, dirigeants anarchistes de premier plan, participent à un meeting “contre la dictature” à Bordeaux, et en novembre 1921, le deuxième congrès de l’Union anarchiste, à Villeurbanne, condamne l'Etat bolchevique.8

  • 9 Idem, p. 56.

13Ce choix n’est pas unanime. Beaucoup d'anarchistes, notamment dans le mouvement syndical où ils sont connus sous les étiquettes d'anarcho-syndicalistes, de syndicalistes purs ou de syndicalistes révolutionnaires selon leur trajectoire individuelle, adhèrent au Parti communiste, parfois en qualité de dirigeants (Monatte, Rosmer, Monmousseau, etc.). Les conséquences de cette scission au sein du mouvement anarchiste sont amplifiées par la formation du “Pacte”. Le “Pacte” est un accord secret signé en février 1921 entre des anarchistes, à l'époque bien disposés à l'égard de la révolution bolchevique. Leur but est de conquérir la direction de la Cgt, ou, à défaut, d'opérer une scission de la Cgt et de prendre la direction de la nouvelle confédération et d'en exclure certains autres dirigeants jugés peu fiables.9 Ce “Pacte” est porté à la connaissance du public par ses opposants lors du premier congrès de la Cgtu à Saint-Etienne en juin 1922. Or des membres du “Pacte” (comme Verdier, Sirolle, Bische et Totti) se trouvent dans le port normand assez souvent à cette époque et plusieurs dirigeants havrais subissent leur influence.

L'action syndicale après mai 1920

  • 10 AN F7-13.018.

14Au Havre, après l'échec des grèves de mai 1920, la tâche de mobilisation de l'opinion pour la libération des emprisonnés échoit à Leroux, le socialiste modéré qui a remplacé François à la tête de l'Ush, Descheerder adjoint au maire, socialiste modéré et Quesnel, des métallos. Mais, étrangement, le premier grand rassemblement contre la répression qui se tient au Havre prend pour thème central, non pas les militants syndicaux victimes du coup de force de mai, mais le cas du député radical Paul-Meunier, défenseur de Jules Durand et pacifiste, emprisonné en novembre 1919, sous l'accusation de complicité avec l'Allemagne. Environ mille personnes se réunissent sous les auspices de la Ligue des Droits de l'Homme, de l'Ush, du Gsh et de l'Arac. Descheerder préside et le célèbre avocat parisien Henri Torrès prend la parole. La motion adoptée réclame néanmoins la libération de tous les mutins et militants emprisonnés.10 L’Ush, désormais sous la férule de Leroux, accorde une subvention au Prolétaire, pour lui permettre de reparaître, mais uniquement à la condition que tout le numéro du 29 mai, qui s’avère être le dernier publié, soit consacré à la seule affaire Paul-Meunier.

  • 11 Rapport moral du secrétaire de l'Ush en mai 1921. Quesnel a pris la succession de Leroux quand celu (...)

15Le 4 juin, Montagne est libéré afin qu'il puisse assister à une conférence navale internationale importante à Gênes, où il doit défendre les intérêts de la marine marchande française. A cette date, les victimes havraises de la répression commencent à être connues plus largement dans le pays. La Bataille, le journal de la Cgt, publie leur photo dans son numéro du 9 juin. Le 9 juin aussi, 700 personnes assistent à un meeting appelé par l'Ush pour leur libération. Georges Pioch, un dirigeant national du Psu, et Merrheim, de la Cgt, y prennent la parole. Les prisonniers sont relâchés, petit à petit, au cours du mois de juin, à l'exception des personnalités nationales détenues à Paris dans le cadre du procès dit “du complot”. Henri Quesnel résume ainsi la situation après la défaite11.

16“Depuis le dernier rapport moral, [...] des événements d'une importance considérable ont brisé le magnifique élan mis en mouvement dans les années précédentes”.

17“Il y eut, en premier lieu, les grandes grèves de mai. Le Havre fut, nous pouvons le dire avec fierté, une des rares villes où les consignes confédérales furent suivies avec discipline au début ; malheureusement, le manque de persévérance de certaines corporations amena le découragement des autres, et le mouvement qui avait acquis une amplitude sans précédent, finit par un échec national”.

18“Cet échec, à son tour, amena le désenchantement et créa la rancœur ; des nouveaux venus au mouvement syndical n'avaient pas compris que, si la lutte, une fois engagée, peut apporter des résultats, quelques punitions peuvent aussi être infligées ; ils ne pouvaient pas concevoir une telle situation et désertèrent les organisations en masse”.

  • 12 AN F7-13.018.

19“Cette crise malheureuse pour nous fut mise à profit par les employeurs qui, dépourvus de tout scrupule, tablèrent sur la soi-disant baisse des prix et n'hésitèrent pas à réduire les salaires assez durement”.12

20Quesnel met le doigt sur les principaux problèmes auxquels sont confrontés les syndicats : querelles internécines, désyndicalisation, chômage. Nous suivrons les premières dans notre chapitre sur la scission de la Cgt. Notons simplement ici que ces débats n'ont pas favorisés le recrutement.

  • 13 AN F7-13.018. Ces calculs sont fondés sur la formule de 10 timbres par adhérent par an. La chute es (...)
  • 14 AN F7-13.675.

21Les effectifs syndicaux décroissent. L'Usb dans son ensemble et avec les syndicats affiliés des localités voisines, chute d'environ 23 000 adhérents dans la période du 30 avril 1919 au 30 avril 1920, à environ 10 500 dans la période du 30 avril 1920 au 30 avril 1921, soit moins de la moitié de sa taille antérieure13. Les syndicats continuent d'exister mais leurs activités sont surtout internes et leurs protestations timides. Le 30 septembre, une pétition contre les nouveaux barèmes de salaires dans les chemins de fer est lancée par Miot, le nouveau secrétaire du syndicat havrais, de sensibilité communiste, et Fouré.14

  • 15 AN F7-13.018.

22Nous avons donné des chiffres sur le chômage plus haut. Il y a davantage de chômeurs sur le port en juillet 1920 et moins à l'automne ; mais environ 1 200 métallos sont mis à pied en novembre 1920. Le chômage s’accroît encore en 1921.15 La retraite syndicale affecte plus ou moins tous les syndicats du milieu de l'année 1920 à la fin de l'année 1921. Les métallos, ressentant leur manque de moyens de pression, se montrent très prudents et aucun conflit important n’est signalé.

  • 16 RO no 37, juin 1921.

23Les ouvriers du bâtiment sont durement éprouvés par l'échec de leur grève de mai 1920. Le cycle de négociations de l'année suivante est purement défensif. Face à une réduction de salaires décidée par les patrons, ils votent un ralentissement du travail.16

  • 17 AN F7-13.018.
  • 18 Ibid.

24La situation est similaire sur le port malgré un regain d'agitation internationaliste en faveur de la révolution russe. En juillet 1920, les dockers protestent contre le chômage, qu'ils attribuent au recours à des travailleurs marocains, espagnols et chinois. Les syndicalistes demandent aux dockers de ne pas adhérer au Bureau de Placement (Office du Travail) patronal et de refuser de travailler avec tout ouvrier non-syndiqué. En même temps, ils décident un boycott de toutes les expéditions vers Danzig et l'armée polonaise qui combat les soviets. Dans ces circonstances, l'Union des employeurs passe à l'offensive et annonce une réduction de salaire de 22 F 50 à 19 F à partir du 1er août 1920.17 Les dockers y ripostent par une grève perlée, à laquelle les employeurs répliquent à leur tour par un lock-out d’environ 4 500 dockers.18 Après plusieurs jours de paralysie, le maire intervient en proposant un compromis à 21 F 50, qui est accepté par les dockers.

  • 19 AN F7-13.761 : Grève des inscrits maritimes 1920-1921. Voir aussi Eclair du 26 août 1920.

25Une exception cependant : à la différence des autres corporations, les marins engagent plus de luttes au cours du deuxième semestre 1920 et de l'année 1921, que dans les deux années précédentes. L'absence de conflits ouverts, qui a prévalu dans la marine marchande pendant la guerre grâce aux mécanismes de concertation et aux efforts des dirigeants syndicaux partisans de l'Union sacrée, et après la guerre, grâce à la force incontestable des délégués élus à bord des navires, prend fin. Au cours de l'été 1920, plusieurs incidents éclatent au cours desquels les gens de mer réclament que leur indemnité de repas à terre et leurs droits de retraite soient augmentés, et que tous les marins emprisonnés, ceux de la mer Noire comme les autres, soient libérés.19 Cette agitation entraîne une certaine friction avec le syndicat des capitaines-au-long-cours qui a lui-même avancé ses propres revendications sur les retraites, et avec les marins d'origine coloniale, notamment africains, dont certains publient une déclaration où ils se dissocient des marins français de la Troisième Internationale trop portés à la grève. En septembre 1920, les mécaniciens à bord du France et du Lorraine, deux paquebots de la Transat, quittent leur navire en demandant des allocations plus substantielles. La compagnie accepte de soumettre l'affaire à l'arbitrage, ce qui règle le conflit provisoirement. Tous ces incidents, partie prenante d'une vague de mécontentement dans la marine marchande française, aboutissent finalement à une sentence arbitrale le 15 octobre 1920 qui accorde une augmentation du salaire de base et des allocations rétroactives à partir du 1er août 1920. En échange, les armateurs sont autorisés à augmenter leurs tarifs de fret.

26Nous avons déjà signalé que le marin minoritaire Julie avait organisé en avril 1920 une grève victorieuse à bord des navires français en Indochine, dont le Menes. Julie et ses partisans réussissent à garder le contrôle de leur navire, et à échapper aux tentatives d'arrestation jusqu'à ce que des troupes britanniques montent à bord du navire à Hull. Les quarante-deux “mutins” sont alors transférés au Havre où le Tribunal de Commerce les condamne tous à des peines de prison allant de 6 jours à 6 mois. Le syndicat havrais appelle immédiatement tous les ports à une grève de 24 h et réclame l'abrogation de la loi de 1852 en vertu de laquelle les grévistes sont devenus des “mutins”. Le 23 octobre, les marins havrais font grève contre le verdict. Mais les autorités publiques interceptent les télégrammes adressés aux autres ports, et seul Le Havre est affecté. Un “Comité de défense des marins” est établi à cette occasion qui deviendra un des principaux canaux par lesquels la minorité syndicale se diffuse dans la branche maritime.

27Le 25 janvier 1921, l’Ush prend la tête d'une marche de chômeurs, principalement dockers et métallos. Quesnel, qui représente en même temps l’Ush et les métallos, et Sénécal, pour les ouvriers du port, conduisent environ 500 manifestants à l’Hôtel de Ville. Là, le maire promet que la ville ouvrira de nouveaux centres d'aide aux chômeurs, financés à moitié par la ville et à moitié par le département ; que des entreprises municipales essaieront d'embaucher les sans-travail ; et qu'aucun “horsain” ne sera embauché. En même temps, Léon Meyer reprend le devant de la scène avec l'affaire du bœuf marocain, mentionnée plus haut.

  • 20 Ibid.

28En février 1921, les armateurs français annoncent qu’ils sont contraints de diminuer les salaires des gens de mer afin de résister à la concurrence aiguisée par la récession. La Fédération des marins proteste. Quand la Compagnie Péninsulaire tente de mettre en œuvre la réduction au Havre, une grève est déclenchée et rapidement référée à l'arbitrage. Les armateurs doivent promettre de ne pas réduire les salaires.20

  • 21 AN F7-13.276. Le 1 er mai 1921, et Adsm 2Z95.
  • 22 AN F7-13.276.

29Le 1er mai 1921 est nettement plus clairsemé que celui de 1920. Tombant un dimanche, la question de cesser le travail ne se pose que pour les traminots, les garçons de café et les marins. Les garçons votent pour l'arrêt, les traminots contre. Quant aux marins, ils décident de faire le travail habituel des dimanches. Les préparatifs de la journée sont entachés de querelles entre communistes et socialistes désormais membres de deux partis concurrents.21 La Cgt propose que les mots d'ordre de ce 1er mai soient : pour le droit syndical, l'assurance sociale, la nationalisation, le contrôle ouvrier, la socialisation de la terre et des moyens de production, l'application des accords de Washington, la paix universelle, et la lutte contre le chômage. La minorité de la Cgt relève que cette liste ne comprend pas l'antimilitarisme, l'amnistie et la révolution russe, thèmes qui sont néanmoins inclus dans la journée havraise. L'affiche de l'Ush comporte une protestation contre les réductions de salaire, le chômage et l'abus scandaleux des heures supplémentaires, et demande la libération de Marty et Badina, deux marins de la mer Noire. Les orateurs sont Quesnel et Sénécal, le dirigeant de la minorité chez les dockers, François, moins marqué dans la lutte de tendances, ne participant pas au programme. Enfin, le texte qui affirme “Solidarité avec toutes les victimes de l'exploitation capitaliste, de quelque race ou nationalité qu'elles soient”, annonce une sortie à la campagne, l'après-midi.22

30En mai 1921, les armateurs font savoir qu'ils seront forcés de désarmer plusieurs navires si les salaires ne sont pas réduits. Montagne accepte alors certaines réductions et propose qu'elles se situent entre 10 % et 15 %. Lors de réunions les 27 mai et 6 juin 1921, les asgb et marins acceptent cette proposition dans la mesure où il apparaît que les armateurs réarmeront les navires mis au rancart.

31Mais à l'automne 1921, il devient clair que c'est l'ensemble de l'accord établi en 1919, à l'apogée de la puissance syndicale, que les armateurs remettent en cause. Ceux-ci font des tentatives de doubler les bureaux de placement établis par le syndicat. La flotte d'Etat, instituée par le ministre socialiste Bouisson pendant la guerre, où le droit syndical est respecté, est démantelée le 21 septembre 1921. De nouveaux horaires de travail érodent la journée de 8 h. Enfin, les armateurs ne tiennent pas leur promesse de ne désarmer aucun navire après les réductions de salaire acceptées en mai et juin 1921. Ces remises en cause font perdre à la direction de la Fnsm, une des fédérations les plus fortement majoritaires de la Cgt, la confiance des gens de mer, dont une fraction importante se tourne alors vers la minorité et vers l'action directe, ce qui débouche sur un accroissement des conflits localisés en 1922.

32La courbe descendante des grèves et de la syndicalisation dans le deuxième semestre 1920 et en 1921 s'accompagne de dissensions internes sévères, tant dans le mouvement syndical que socialiste. Examinons maintenant ces débats.

Notes

1 P. Bernard, La fin d’un monde 1914-1939, p. 132.

2 Charles S. Maier, Recasting Bourgeois Europe, p. 150.

3 Prg 19/6/1920.

4 C’est à partir de cette date que l’on dispose de bonnes statistiques d’ensemble sur les effectifs des salariés des différentes branches.

5 AN F7-13.018

6 M. Labi, p. 254.

7 Ce résumé des positions anarchistes sur la révolution russe est tiré en partie de J. Maîtron, Le mouvement anarchiste en France. II. De 1914 à nos jours, 1983, et Christian Gras, Alfred Rosmer et le mouvement ouvrier international, 1972 ; on trouvera des parallèles intéressants dans le cas espagnol exposé par Gerald H. Meaker, The Revolutionary Left in Spain 1914-1923, 1974.

8 J. Maîtron, op. cit., p. 49.

9 Idem, p. 56.

10 AN F7-13.018.

11 Rapport moral du secrétaire de l'Ush en mai 1921. Quesnel a pris la succession de Leroux quand celui-ci est mort subitement en novembre 1920.

12 AN F7-13.018.

13 AN F7-13.018. Ces calculs sont fondés sur la formule de 10 timbres par adhérent par an. La chute est particulièrement dramatique dans les chemins de fer (de 1 250 à 309), le bâtiment hormis les terrassiers (de 880 à 94), et les métaux (de 2 390 à 189) ; et moins marquée chez les marins (de 3 155 à 1 846), les dockers (de 8 890 à 2 974) et les terrassiers (de 1 185 à 600). Les agents du service général (de 1 115 à 1 277) et quelques petits syndicats se maintiennent bien.

14 AN F7-13.675.

15 AN F7-13.018.

16 RO no 37, juin 1921.

17 AN F7-13.018.

18 Ibid.

19 AN F7-13.761 : Grève des inscrits maritimes 1920-1921. Voir aussi Eclair du 26 août 1920.

20 Ibid.

21 AN F7-13.276. Le 1 er mai 1921, et Adsm 2Z95.

22 AN F7-13.276.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search