Version classiqueVersion mobile

Dockers, métallos, ménagères : Mouvements sociaux et cultures militantes au Havre (1912-1923)

 | 
John Barzman

Troisième Partie. Apogée du mouvement novembre 1918 à mai 1920

Chapitre 5. Les grèves de l’hiver et du printemps 1920

Texte intégral

  • 1 C. Maier, p. 136.

1Une deuxième phase de l’agitation qui secoue presque tous les pays d’Europe s’ouvre en janvier 1920. Un historien américain la distingue en ces termes : “La fin de 1918 et le début de 1919 amenèrent une vague de combativité apocalyptique ponctuée par des grèves générales. Tant les attaquants que les défenseurs partageaient par moments la croyance que l'ordre bourgeois était au bord de l'effondrement. L'année, à peu de chose près, qui suivit Versailles apporta une agitation aussi vive, mais désormais ciblée sur des objectifs économiques plus spécifiques”.1 En France, ces objectifs économiques plus restreints concernent la nationalisation des chemins de fer et des autres moyens de transports, ainsi que des mines, et le tournant se situe un peu plus tard, six mois après la conférence de Versailles. Jusqu'à l'élection de la Chambre Bleu Horizon en décembre 1919, les militants du mouvement social pouvaient croire qu'une coalition de parlementaires radicaux et socialistes, secondée par des grèves et manifestations à l’initiative de la Cgt, obtiendrait des réformes importantes. Après l'élection, il devient évident que le gouvernement ne concédera pas de loi réformatrice à la gauche parlementaire, même appuyée par la pression de la rue. Dès lors, la réforme doit être ou bien repoussée à des jours meilleurs, ou bien imposée par une crise sociale dont le centre de gravité se trouverait en dehors du parlement. Or, les élections n’ont pas foncièrement entamé la combativité ouvrière. La voie de la grève générale, apparaît donc à de larges couches populaires comme nécessaire et réaliste. Au Havre, de nombreux mouvements sociaux et une volonté de coordonner les grèves en témoignent.

L'Ush au début de l'année 1920

  • 2 Voir le tableau des effectifs syndicaux en 1920, page 225.

2L'Ush non seulement atteint sa plus grande force numérique mais retrouve aussi une forme d’unité d’action, sur la base de la ligne combative adoptée par le congrès de Lyon de la Cgt.2 Elle a, par ailleurs, contribué à l’élection du nouveau maire en permettant à certains de ses membres les plus éminents de figurer sur la liste conjointe des radicaux et des socialistes au second tour des élections municipales, sans le moindre désaveu. Plusieurs dirigeants de l'Ush ont ainsi acquis des sièges à l’Hôtel de Ville, parmi lesquels certains comme le radical Riquier, des asgb, et les socialistes Leroux, Montagne, Goument, Allan, Le Chapelain, sont disposés à suivre Léon Meyer, et d’autres se montrent plus indépendants, notamment Fouré, et, bien sûr, François, socialiste sans parti et dirigeant des dockers. Mais aucune opposition réelle à la liste unifiée n’émane de l'Ush en décembre ou en janvier, pas même de la part des dirigeants anarcho-syndicalistes comme Legrain, Coursolles et Quesnel (métaux), Hervieu et Sénécal (port), ou Parisot et Constant (terrasse).

3Le soutien tacite de l’Ush est dûment récompensé par les avantages mentionnés plus haut : un bail de 18 ans sur Franklin, des subventions annuelles à ses affiliés d'un montant total de 5 000 F, la cessation du harcèlement policier des délégués dockers sur les quais, etc. En outre, une entreprise municipale de peinture est établie sous le nouveau premier adjoint socialiste, Descheerder, afin de garantir des emplois aux peintres syndiqués, et la ville envisage d’embaucher des ouvriers d’autres catégories du btp pour ses grands travaux d’assainissement. Le maire s'engage également à aider l'Ush à acheter sa Maison des Syndicats, pour laquelle le premier versement est effectué le 9 mars 1920, grâce aux revenus des cotisations ; ce projet d'acquisition est présenté comme le signe de la nouvelle puissance du mouvement syndical.

  • 3 DH31/1/1920.

4Dans le cadre de cette collaboration, le Syndicat général des ouvriers du port obtient l’intervention du maire lors du grave incident du 21 janvier 1920. Ce jour-là, des bagarres éclatent au lieu d'embauche du Pont III entre des dockers marocains et français. Près de 3 000 personnes entrent dans la mêlée faisant de nombreux blessés. Le syndicat des dockers demandait depuis longtemps que le gouvernement cesse de recruter des travailleurs coloniaux pour les employeurs du port, et que l'article de la loi fixant le pourcentage maximum d'étrangers à 10 % de la main-d'œuvre soit respecté. Alors que l'équipe municipale précédente avait systématiquement fait la sourde oreille à ce type de revendications, Meyer ordonne immédiatement que les Marocains soient enfermés dans leurs baraquements et réclame leur transfert hors du Havre. Millet, le nouveau secrétaire du Sgop, lui envoie une lettre de remerciement, reconnaissance formelle de leurs nouvelles relations amicales.3

  • 4 Ibid.

5Notons que bien que la question de la main-d'œuvre étrangère recrutée directement par le gouvernement et le patronat soit complexe et souvent difficile à démêler de celle de la promotion de l’égalité des droits de tous les travailleurs, le syndicat, dans cette affaire, n’a pas su appliquer les principes internationalistes qu'il affichait huit mois auparavant lors du 1er mai 1919. Le fait qu’il n’ait pas systématiquement recherché un mode d’alliance avec les travailleurs coloniaux auprès desquels il travaillait depuis cinq ans est sans doute une de ses grandes faiblesses. La position des socialistes modérés n’est guère plus internationaliste. Lorsque la question est posée au conseil municipal, Le Chapelain, signale qu’il y a d’autres étrangers, et même certains jeunes indésirables, qui devraient être traités de la même manière que les Marocains.4

  • 5 RO 12/12/1919.

6Mais l’alliance avec le maire n’est pas l’axe principal de toute l’Ush. Sous la conduite de François elle passe à l’action sur les thèmes de la lutte contre la vie chère et l’impôt sur le revenu, de la défense de la révolution russe et d’une amnistie pour les individus emprisonnés pour opposition à la guerre ou à l’armée. Fouré, Montagne, Le Chapelain, Leroux, François, de l’Ush, et Martin de l’UD, mettent la campagne en branle devant 600 personnes rassemblées à Franklin. A propos de la Russie, l'Ush affirme dans une lettre ouverte “A nos gouvernants” : “Notre préférence va vers ceux qui se battent pour la Révolution et meurent à cause de votre blocus haineux.... Pour vous, la superficie entourée par ce cordon sanitaire représente la contagion, parce qu’elle est source de révolution ; pour nous, la santé, par l’élimination des privilèges usurpés... Nous demanderons à nos camarades dockers, marins et cheminots de ne rien charger ou transporter vers la Russie contre-révolutionnaire”.5

7Outre cet interdit sur les expéditions contre la Russie, l’Union impulse une formidable expansion du mouvement syndical. Quelques grèves et tentatives de syndicalisation font long feu, mais les victoires sont bien plus nombreuses. Tandis que certains syndicats, comme celui des métallos, marquent le pas en raison de la conjoncture dans leur branche, de la fatigue militante ou des divisions internes, d’autres, dans les secteurs qui ont jusqu’alors moins connu la grève et le syndicat, attirent des recrues animées de la ferveur des nouveaux convertis. Des syndicats nouveaux ou renouvelés s’établissent dans l'industrie textile à Bolbec et Lillebonne. A Fécamp, les marins, dockers, ouvriers du bâtiment et métallos construisent des syndicats généraux sur le modèle du Havre ; leur croissance explosive accroît le poids du mouvement ouvrier de la région.

  • 6 L'ouvrier métallurgiste du Havre, 15/2/1920.
  • 7 AN F7-13.018.

8Au Havre même, l’esprit de classe avance chez les enseignants (les amicales qui se rapprochent de la Cgt, et le Smel), chez les électriciens et gaziers, les employés de bureau, les mariniers, les ouvriers des usines chimiques et des raffineries, les postiers, employés des hôpitaux et garçons de café. Le 12 janvier 1920, les mariniers de la Seine et des canaux adjacents se mettent en grève et réussissent à obtenir une solution satisfaisante après la réquisition de la flotte fluviale. Par contre, le 20 janvier, environ 250 mouleurs, adhérents d'une section particulièrement révolutionnaire du syndicat général des métallos, sont contraints de mettre fin à une grève de 76 jours entamée en novembre 1919, sans aucune concession de la part des employeurs. Les mouleurs ont débrayé pour exiger le rappel d'un délégué syndical licencié après avoir rédigé un cahier de revendications des métallos. Legrain et d'autres éléments anarcho-syndicalistes se sont largement impliqués dans ce conflit, si l'on en juge par les noms des donateurs publiés dans le journal syndical.6 Enfin, le 8 février, 72 jeunes policiers nouvellement embauchés (probablement anciens combattants) se mettent en grève. Bien qu'ils ne réussissent pas à étendre leur grève et qu'ils soient licenciés, cet incident tout à fait inhabituel montre à quel point s’est propagée la “fièvre syndicaliste et gréviste”.7 Des gardiens du port et de la ville forment des syndicats vers la même époque.

Les grèves et manifestations de février, mars et avril 1920

  • 8 L’avalanche de grèves, souvent très courtes, rend hasardeux le travail statistique des inspecteurs (...)

9De nombreuses réunions syndicales en février protestent contre la hausse du coût de la vie. Certaines débouchent sur des débrayages plus ou moins longs. D'autres conflits sont résolus sans arrêt de travail formellement enregistré, après que les syndicats aient démontré leur puissance et leur capacité à diriger une grève dans l’entreprise concernée8.

  • 9 ANF7-13.018. Rapport moral de l'Ush du 18 août 1920.
  • 10 ANF22-138.
  • 11 AN F7-13.761.

10La décision des marins d'élire des délégués dans chaque navire et de leur donner mandat d'exiger la carte syndicale de tout membre de l'équipage à partir du 1er mai 1919, est désormais formalisée par l'institution d'un bureau d'embauche syndical. Les équipages élisent leurs délégués sur un navire après l'autre. Sur les 4 230 inscrits maritimes, 3 100 marins et 1 100 asgb commencent à verser des cotisations syndicales régulières.9 Leur secrétaire, Montagne, et leur trésorier, Le Luron, ont demandé et obtenu une augmentation de salaire. Chachuat, des asgb, est le troisième permanent de la branche maritime présent au Havre, bien que payé directement par la Fnsm. Dans les faits, la marine marchande est devenue syndiquée à 100 %, une “union shop” à la mode anglaise. Par ailleurs, des marins africains, dont certains ont vu leur demande d’adhésion refusée, forment en 1920 un Syndicat des marins originaires des colonies françaises sous la présidence de Mamadou Dembal.10 La Fnsm a réussi à imposer une grille de salaires uniforme dans tous les ports de France. Lorsque des sociétés de navigation de La Rochelle et d'Arcachon tentent de briser cette grille, les marins du Havre engagent une action de solidarité. Le 14 février 1920, ils appellent à la grève pour le 17 février. Des réunions les 15 et 16 février rassemblent respectivement 150 et 450 gens de mer. Les armateurs cèdent et la grève est annulée.11 Bien que la statistique officielle n’enregistre aucun conflit, on est loin de la paix sociale.

Effectifs de l’Ush 30/4/1919 à 30/4/1920 et autres efforts d’organisation des salariés (Compte-rendu moral de Jules Leroux, secrétaire de l’Ush, reproduit dans le rapport du 18 août 1920, AN F7-13.018)

Corporation

2

3

4

Bâtiment (Le Havre)

8 800

3 960

880

Bâtiment (Bolbec)

870

343

87

Cheminots (Le Havre)

12 250

5 020

1 255

Cheminots (Fécamp)

1 700

395

170

Cheminots (Bréauté)

1 800

630

180

Cheminots (Cany)

900

310

90

Coiffeurs

490

186

49

Camionneurs

1 200

480

120

Dessinateurs

1 000

400

100

Electriciens

675

260

67

Employés de bureau

200

60

20

Employés de magasin

750

290

75

Eclusiers, pompiers

80

24

8

Gaziers

5 200

2 040

520

Huiliers, pétroliers (Le Havre)

500

200

50

Huiliers (Fécamp)

1 200

480

120

Limonadiers (et hôtels, cafés, restaurants)

550

210

55

Marins (Le Havre)

31 550

10 775

3 155

Marins (Fécamp)

3 450

1 207,5

345

Menuisiers (Fécamp)

100

35

10

Métallurgie (Fécamp)

200

65

20

Métallurgie

23 900

9 360

2 390

Marins asgb

11 150

9 360

1 115

Marchands des 4 saisons

400

160

40

Port

89 800

34 820

8 980

Port (Fécamp)

2 400

810

240

Pâtes alimentaires

600

240

60

Postes, télégraphes, ouvriers

720

281

72

Postes, télégraphes, s/agents

1 350

515

135

Postes, télégraphes, agents

1 792

716

179

Produits chimiques

600

240

60

Sciage (Fécamp)

150

52,5

15

Terrassiers

11 850

4 640

1 185

Tailleurs

1 650

620

165

Tramways

5 750

2 250

575

Typographes

1 550

565

155

Textiles

4 950

1 650

495

Textiles (Lillebonne)

15 050

5 107

1 505

Travailleurs municipaux

450

780

45

Tabac

2 450

915

245

Tabac (transit)

200

70

20

Verriers

890

366

89

Voitures

100

40

10

Total USH

94 313

 

Colonne 2 : Timbres vendus dans l’année. Col. 3 : Somme versée à l’Ush. Col. 4 : Adhérents (à 10 timbres/an)

Autres associations de salariés enregistrées en 1919, 1920 et 1921 (notamment AN F22-135 et 138, Adsm 2Z87), ou signalées à des titres divers, et non comprises, au moins temporairement, dans les syndicats généraux mentionnés ci-dessus :

Corporations

4

Boulangers

Cordonniers (1920)

60

Douanes (agents des)

Employés de l’épicerie en gros (avril 1920)

33

Enseignants (Smel et Amicale)

Gardiennage de la Ville du Havre (août 1919)

222

Gardiens-surveillants du port du Havre (avril 1920)

Grutiers, pontiers (parfois distincts des éclusiers et pompiers ?)

Hôpitaux (service des)

Jardiniers-fleuristes à la journée du Havre et banlieue

Mariniers (batellerie fluviale) (rejoignent rapidement la Fnsm)

Navigateurs originaires des colonies françaises (pt : Mamadou Dembal) créé en 1920

Préparateurs en pharmacie

Sciage et façonnage du bois (Le Havre)

Tapissiers

Tonneliers (1920)

11La grève la plus importante de cette période est celle qui part des cheminots et commence à s’élargir à d’autres corporations, du 27 février au 3 mars. Cette grève relativement spontanée est souvent opposée à la grève de mai 1920, préparée par l’Etat-major Cgt. Certains militants oppositionnels prétendent que la direction de la Cgt aurait dû soutenir et étendre la grève de février, jusqu'à ce qu'elle devienne nationale, au lieu de différer toute action jusqu'à ce que “des vagues successives de grèves” puissent être organisées, de façon disciplinées à partir du 1er mai. Les actions de février méritent donc d'être analysées en détail.

  • 12 Le vote sur la collaboration : 47 734 contre, 8 030 pour, 1 283 abstentions ; CE avril 1920.

12Les chapitres précédents ont suivi la montée de la combativité dans l’industrie ferroviaire jusqu'en 1919. Le 7 novembre 1919, Sirolle et Lévêque, anarcho-syndicalistes, ont appelé à la grève pour célébrer la deuxième année de la révolution russe. Plusieurs dirigeants licenciés à la suite de cette bravade, se plaignent de ce que la fédération des cheminots, dirigée par Bidegaray ne les, ait pas suffisamment défendus. Au même moment, la minorité, sous l’impulsion de Monmousseau, classé alors comme syndicaliste pur, se bat pour un salaire minimum de 4 800 F par an et pour que la Cgt toute entière lance un mouvement d'ensemble. Les cheminots sont de plus en plus impatients. En janvier 1920, le gouvernement annonce qu'il va annuler l'allocation de vie chère de 720 F, parce que les prix commencent à redescendre. Lorsqu'un congrès extraordinaire des syndicats du réseau Etat se réunit à Paris, les 3 et 4 février 1920, la minorité se saisit de la question du retrait de l'allocation de vie chère et obtient qu’une majorité rejette la collaboration avec la direction dans le cadre des comités provisoires, et autorise l'appel à la grève le 10 février.12 Ce premier projet de grève est donc spontané au sens où il est une réaction à une mesure gouvernementale imprévue, et que l’initiative ne vient pas des plus hautes sphères de la direction syndicale.

  • 13 CE mars 1920.

13Les Havrais se distinguent dans ce congrès et au cours de la grève de février comme un des syndicats les plus combatifs, ce qui explique que le congrès suivant du réseau Etat se tienne dans le grand port, du 16 au 18 avril. Fouré rapporte qu'on a interrogé les cheminots havrais sur les questions suivantes : “Camarades, êtes-vous en faveur de toute action que vous pourriez être appelés à mener, y compris la grève, pour assurer la victoire de vos revendications : nationalisation, grille des salaires, etc. Oui ou non ?” 95 % des ouvriers ont répondu oui.13 Fouré est perçu tour à tour comme un majoritaire penchant vers la gauche, ou comme un minoritaire modéré. D'autres Havrais comme Jousson, Miot, Baudu, Heurteaux et Gateau sont plus directement liés à la minorité syndicale.

  • 14 L. Ceplair, p. 268 et sq.

14Aussitôt le congrès fini, le gouvernement annule son projet d'éliminer l'allocation de vie chère. Mais le 19 février un délégué syndical est suspendu à Villeneuve-Saint-Georges, ce qui déclenche une grève qui se propage à tout le réseau Plm, sous la direction du minoritaire Midol. Le 25, le comité exécutif de la Fncf refuse d'étendre la grève aux autres réseaux, mais Monmousseau et Sirolle passent outre et au nom des syndicats parisiens qu’ils dirigent, appellent tous les cheminots à se joindre au mouvement.14 Ainsi, cette grève du 19 février est encore plus spontanée que la grève prévue à l'origine, puisqu'elle est le résultat d'une mesure disciplinaire soudaine et qu'elle se généralise contre l'avis de la direction fédérale.

  • 15 D'après les rapports de police dans Adsm 1MP-495.

15Aucune directive n'émanant du siège parisien du syndicat du réseau Etat, dont la direction est encore aux mains du majoritaire Bidegaray, Sotteville s’érige en centre de remplacement pour le mouvement à l'ouest de Paris. Le 27 février, Fouré s'y rend pour consulter Raulin, qui a dirigé le syndicat havrais pendant la guerre. Le 28, la grève démarre au Havre, et le 29, elle s'étend aux petits centres alentour ; le 1er mars, il y a 1 173 grévistes sur 1 874 ouvriers. La plupart des non-grévistes se trouvent dans le service exploitation, responsable de la comptabilité et de la vérification du trafic des wagons et des gares.15 Un comité de grève est élu et opère sur une base permanente. Les grévistes se réunissent quotidiennement en assemblée générale. Lors de l'assemblée du 1er mars, Legrain, invité à s'adresser aux 800 cheminots havrais présents, fait un exposé sur l'expérience des soviets. Entre temps, l'UD, dont le dirigeant Dubois est cheminot et majoritaire, fait très peu pour aider le mouvement. Au Havre, Léon Meyer condamne fermement la grève comme un abus de pouvoir, mais celle-ci continue sa progression.

  • 16 AN F7-13.675 : CE numéros de 1920.
  • 17 L. Ceplair, p. 273.

16Le soir du 2 mars, le gouvernement et la direction nationale de la Fncf s’entendent sur une convention qui consiste surtout en promesses de respecter des engagements déjà pris, en particulier sur les droits syndicaux. La Fncf s'empresse alors de suspendre la grève ; la minorité lui emboîte le pas dans l'espoir qu'une autre grève pourra être lancée plus tard, avec le soutien officiel de la Fncf et de toute la Cgt. Au Havre, la grève continue quelques jours après l'accord national.16 Au plan national, Monmousseau et, encore plus nettement Monatte, ne veulent pas décrire l'accord comme une victoire ; pour eux, la Fncf a fait dérailler un mouvement spontané en pleine expansion, en échange de promesses et de l'espoir d'une action future de toutes les fédérations de tout le pays.17 En fait, le gouvernement et les compagnies de chemins de fer mettent à profit le répit ainsi gagné pour préparer l'affrontement attendu par tous.

17Au Havre, le mouvement acquiert un grand élan et met en branle deux autres corporations : celles des dockers et des ouvriers du bâtiment.

  • 18 Adsm 2Z87 - Cabinet du sous-préfet : conflits du travail.

18On se rappelle que les dockers ont obtenu la journée de 8 heures et un salaire de base de 12 F par jour le 31 mars 1919 ; et que le 1er mai 1919, ils ont revendiqué 20 F par jour, mais n'ont obtenu que 18 F par jour après la grève et le lock-out d'août 1919, pendant les troubles sur les marchés. Au début de 1920, la hausse des prix se poursuivant, ils revendiquent 25 F par jour, et 5 F par heure supplémentaire. Le 28 février 1920, un meeting de 1 500 dockers vote une grève des heures supplémentaires jusqu'à la satisfaction de leurs revendications. Le mouvement prend de l'ampleur et le 17 mars, 2 500 dockers votent d'y ajouter une “grève perlée” (ralentissement du travail pour se conformer aux normes) à partir du 22 mars. La police rapporte que “ce savant perlage” fait baisser la productivité de 10 % à 40 % en dessous de la norme. Après une intervention de Léon Meyer, l'Uemop accepte le 26 mars 1920 une convention de six mois portant le salaire de base à 22 F 50 par jour et 4 F par heure supplémentaire.18

19On peut également placer dans la foulée de la grève du rail la plus grande grève du bâtiment de l'après-guerre. On se rappelle que la majorité a perdu le contrôle de cette corporation : en août 1919, les adhérents ont embauché un nouveau permanent, Flahaut, minoritaire ; et en décembre 1919, ils ont enlevé à Duchateau sa position de représentant du syndicat général au conseil fédéral, et remplacé Leroux par Alliet, à la tête de la section des peintres et comme secrétaire du syndicat général. Cette nouvelle direction sous Alliet, anarcho-syndicaliste et militant de l’Arac, conquiert ses galons dans la grève de mars à mai 1920.

  • 19 Adsm 2Z39.

20S’inspirant de l'action des dockers et des cheminots, les ouvriers du bâtiment décident qu'eux aussi réclameront des nouvelles augmentations afin de se mettre au niveau de l'inflation. Mise aux voix le 5 mars, la grève est approuvée par 1 800 pour, et 200 contre, et un comité de grève comprenant les militants les plus combatifs est aussitôt élu. Le comité prévoit que chaque gréviste recevra une allocation de 5 F par jour, prélevée sur la caisse de résistance accumulée sur plusieurs années ainsi que sur quelques sources plus originales. En effet, Alliet négocie avec Meyer un accord par lequel la ville embauchera plusieurs terrassiers et paveurs-asphaltiers pour la réfection des rues et des conduites d'eau. D'autres grévistes sont envoyés vers des villes voisines (Caen, Goderville, Sanvic) pour y trouver des emplois temporaires, souvent par le biais des relations syndicales. Enfin, Alliet s'efforce de créer deux coopératives ouvrières : la première, “La Production”, pour le travail de pavage et d'asphaltage, la seconde, “La Laborieuse”, pour la peinture et le travail des fenêtres, projets qui voient le jour en mai 1920.19 Tous ceux qui ont obtenu du travail par les moyens décrits ci-dessus doivent contribuer 5 F par jour à la caisse de résistance. Enfin, les terrassiers en grève mettent sur pied des patrouilles qui font quotidiennement la tournée de tous les chantiers, et exigent que le syndicat organise des manifestations tous les jours.

21Les entrepreneurs tentent de diviser le front syndical en offrant des augmentations de salaires sélectives et en attendant que la tempête passe. Le 4 avril, les asphalteurs acceptent une offre de 4 F par heure et retournent au travail malgré les objections du syndicat général. Le 19 avril, le syndicat autorise les tailleurs de pierre à reprendre le travail. Néanmoins, la plupart des ouvriers du bâtiment continuent la grève, participent à la manifestation de l'Ush contre la vie chère le 28 mars 1920, aux nombreux défilés qui marquent cette période, et naturellement au 1er mai. Leurs dirigeants font la tournée des réunions de l'Ush et des syndicats individuels pour expliquer leur combat et collecter des fonds. Ils ne reprennent le travail que le 19 mai, dans le contexte de la répression de la grève du rail, après que leurs piquets de grève aient été dispersés par la police, et leur chef, Alliet, arrêté et emprisonné le 12 mai.

22Ces grèves du rail, du port et du bâtiment semblent pendant un temps faire tâche d'huile. Tout au long des mois de mars et d'avril, les électriciens et gaziers menacent de débrayer. Les rapports de police expriment aussi la crainte que les métallos ne fassent de même. Le 28 mars, le Gsh et l'Ush appellent à une manifestation contre la vie chère. Environ 500 personnes se rassemblent à Franklin pour le cortège. Mais une querelle éclate entre le Gsh, dirigé par Leroux, Goument, Montagne et Fouré, et l'Ush, dirigé par François, pour savoir laquelle des deux organisations prendra la tête de la marche. François retire son contingent de dockers, puis se ravise et rejoint le cortège. Celui-ci doit se diriger vers l'Hôtel de Ville. Ce qui s'y passe éclaire la querelle entre le Gsh et l'Ush.

  • 20 AN F7-13.018.

23Lorsque les manifestants arrivent à l'Hôtel de Ville, ils désignent une délégation pour voir le maire. Elle est introduite par le premier adjoint au maire, le socialiste Descheerder, et annonce après l’entretien que le maire a exprimé son accord avec les revendications des manifestants, notamment le retour au rationnement du pain, et a promis de les transmettre au gouvernement. Cette nouvelle est accueillie par des cris de : “Vive le maire ! Vive Monsieur Meyer !”20 Dans les semaines qui suivent, Leroux remplace François à la tête de l'Ush, ce dernier étant mandaté par la Fédération des Ports et Docks de s'occuper de tous les ports de la Manche, tâche qui l'absorbe complètement. Pendant un bref moment, les socialistes modérés se croient sur le point de réaliser leur objectif de diriger un mouvement syndical massif et raisonnable, doublé d'une alliance politique avec la gauche républicaine.

  • 21 Les rapports de police prétendent que Legrain est critiqué à propos de l'échec de la grève des moul (...)

24C’est aussi vers cette date que le dirigeant de la minorité qui s'est opposée à l'Union sacrée, Legrain, est contraint de quitter Le Havre pour des raisons qui ne sont pas claires. Il s’agit peut-être d’une concession faite aux modérés. Pour le remplacer, les syndiqués élisent Quesnel, lui aussi anarcho-syndicaliste et cadre du syndicat avant-guerre, mais d’un naturel peut-être moins abrasif et plus unificateur. Qui plus est, Coursolles, également ferme partisan de la minorité, conserve son poste de trésorier des métallos et son rôle clef au sein du Csr du Havre. L'ascension de Coursolles et Quesnel chez les métallos marque peut-être une évolution de la ligne étroite du “Pacte” anarcho-syndicaliste vers une démarche de front uni du type de celle que prônait le groupe de Monatte et Monmousseau dans La Vie Ouvrière21.

  • 22 AN F7-13.761 “Grève des inscrits maritimes 1920-1921”.

25Le 2 avril, le conseil national de la Fnsm se réunit. Montagne y propose une grève maritime de 48 heures contre le projet de loi d'amnistie du gouvernement qui exclut les mutins de la mer Noire de son champ. En réponse, la Fnsm approuve une grève de 24 heures le 8 avril, suivi d’un arrêt complet et reconductible le 1er mai, ainsi qu'une campagne qui exigera que les pensions des inscrits maritimes soit portées à la parité avec celles des autres professions (un minimum de 1 500 F par an).22 La grève du 8 avril est totale et un meeting de 2 000 personnes acclame la révolution russe et les marins de la flotte française de la mer Noire qui ont refusé de bombarder Odessa.

26C'est aussi vers le mois d'avril 1920, qu'une grève de 20 jours dirigée par Henri Julie, qui apparaîtra peu après au Havre, paralyse les navires français en Indochine et force le gouverneur de la colonie à céder. Julie est soutenu par la minorité de la Cgt de Marseille qui espère gagner un premier point d'appui contre l'hégémonie réformiste jusque-là totale dans les syndicats maritimes. Ces événements témoignent que les délégués syndicaux élus à bord de chaque navire sont désormais capables et même enclins à agir indépendamment de la hiérarchie syndicale.

Les grèves de mai 1920

  • 23 Vie Ouvrière, 2 avril 1920.
  • 24 M. Labi, p. 146.

27Ce sont les péripéties de la lutte des cheminots qui déterminent la configuration de l'étape suivante du mouvement social. Les stratèges de la minorité lutte-de-classe de la Cgt ne pensent pas forcément qu’une grève générale de tout le pays soit alors l’action la plus appropriée ; ils préfèrent mettre la maison syndicale en ordre avant toute chose. Monatte, par exemple, conseille à ceux qui le lisent de se débarrasser des réformistes qui dirigent leurs syndicats : “Vous les balayerez l'un après l'autre, réseau par réseau, jusqu'au coup de balai général et final à votre prochain congrès fédéral”,23 Il laisse entendre qu'aucune action ne doit être entreprise tant qu'une direction favorable à des changements révolutionnaires n'aura pas été élue dans les principales fédérations et la Cgt. En fin de compte, c’est la direction majoritaire de la Cgt qui appelle la grève générale parce qu’elle ne veut plus paraître s’opposer à l’impatience des cheminots, et pense qu’en précipitant le conflit, elle pourra en conserver la direction.24 En effet, les militants cheminots s’estiment dupés parce que le remplacement du personnel de maîtrise et la levée des sanctions infligées en février et mars 1920, n’ont pas été effectués comme promis.

  • 25 AN F7-13.675 “Note du 7 avril 1920”,
  • 26 Ibid.
  • 27 CE no 34, avril 1920.

28Au Havre, une motion visant à exclure du syndicat tous ceux qui ont travaillé pendant la grève de février est adoptée malgré les objections du secrétaire-adjoint, Métayer. Le groupement havrais se prépare alors à régler ses comptes au congrès du réseau Etat,25 qui se tient à Franklin du 16 au 18 avril 1920. Les congressistes sont accueillis par les dirigeants du syndicat havrais, Métayer pour la droite, Fouré pour le centre, et Heurteaux pour la gauche.26 La discussion porte essentiellement sur la responsabilité de l'échec de la grève de février. Cette fois-ci, les délégués condamnent non seulement la politique suivie, mais les dirigeants qui l'ont appliquée, en particulier Bidegaray. La motion qui les condamne est adoptée par 37 737 voix pour, 12 903 contre et 8 697 abstentions, avec 1 755 absents. Le congrès élit alors des partisans de la minorité, comme Raullin de Sotteville, délégués du réseau Etat au conseil fédéral de la Fncf. Du Havre même, Heurteaux, Jousson et Fouré sont élus à d'autres postes fédéraux.27 Bidegaray et son principal lieutenant du réseau Etat, Le Guen, doivent se retirer de la direction. Monmousseau, Sirolle et Lévêque, dirigeants de la minorité nationale, sont désormais les dirigeants officiels du syndicat du réseau Etat. Les journaux havrais commentent abondamment les délibérations du congrès qui a lieu dans leur ville, Démocratie Havraise, Le Petit Havre et Le Havre-Eclair prenant naturellement parti pour l’aile conciliatrice, et Le Prolétaire, pour l’aile lutte-de-classe.

  • 28 M. Labi, p. 145.

29La victoire de la minorité dans le réseau Etat se répète dans les réseaux Pim, de l'Est et PO. Son avancée culmine au congrès de la Fncf (Salle Japy, Paris, 22-25 avril 1920). Le rapport moral de la direction sortante (Bidegaray) y est repoussé par 196 298 voix contre et 123 012 pour.28 Les délégués veulent à tout prix une action décisive pour la réintégration des militants licenciés au cours des derniers mois, et conçoivent une grève nationale comme le moyen de l’obtenir. Mais Jouhaux, envoyé par la Cgt, prétend que celle-ci, en tant que représentante de tout le monde du travail, ne peut soutenir une grève que si ses buts concernent tout le mouvement. Il propose donc que la nationalisation soit le premier objectif de la grève qui commencera le 1er mai. Le congrès accepte et nomme un comité de liaison avec la Cgt.

30Le 29 avril, la Cgt choisit de soutenir la grève des cheminots par “des vagues successives” de grèves dans d'autres industries : les transports maritimes et les mines le 2 mai ; le bâtiment, les métaux et les autres moyens de transport le 10 mai ; puis d'autres, à déterminer selon l'évolution de la situation. Dans cette stratégie calquée sur les plans de bataille militaires, les objectifs et la direction du mouvement restent fermement aux mains de la majorité de la Cgt.

  • 29 Voir, entre autres, le récit de la grève des cheminots dans A. Kriegel, Aux origines du communisme (...)

31Le gouvernement s'est minutieusement préparé à l’épreuve de force29. Les rapports de police émanant du Havre soulignent la force de l'Ush, les dangers que font courir les révolutionnaires dans le syndicat des métaux, et la disposition des dirigeants syndicaux “à suivre aveuglément les ordres de la Cgt”. Italiani écrit qu'environ 20 000 ouvriers, c'est-à-dire, pour lui, les deux tiers de la population ouvrière, sont membres de l'Ush ; que bien qu'ils ne soient pas tous révolutionnaires, ils sont prêts à suivre les militants syndicaux parce que, jusqu'alors, les grévistes ont été récompensés par le succès ; et qu'il existe un fort mécontentement à propos de la vie chère et de l'impôt sur les salaires. La classe moyenne, poursuit-il, souffre de l'inflation mais garde confiance en la capacité du gouvernement d'amener un retour à l'ordre. La bourgeoisie est généralement optimiste, mais pense que le gouvernement a été trop clément à l'égard des semeurs de grève et des révolutionnaires. Le sous-préfet Jozon se plaint du “bolchevisme latent” transmis par la propagande de la Cgt, mais ne souffle mot de l'alliance tacite entre Léon Meyer et l'Ush, source d'embarras pour le gouvernement.

32Quant au préfet, il rappelle les raids contre les “rouges” du Ministre de la Justice Palmer aux Etats-Unis et préconise les mêmes “mesures énergiques” en France. Le sous-préfet demande concrètement : la mise sous surveillance immédiate de la correspondance, des communications téléphoniques et des télégrammes des militants ; des poursuites contre le journal havrais Le Prolétaire et contre certains syndicats Cgt ; des perquisitions dans les locaux syndicaux et aux domiciles des militants ; au cas où une grève générale éclaterait, l'interdiction des affiches, réunions et cortèges, l'arrestation des principaux dirigeants syndicaux et de leurs remplaçants, et le contrôle de la circulation nocturne. Jozon prédit qu'on ne pourra compter que sur la moitié des 340 policiers municipaux si les choses en viennent là ; il demande donc 946 soldats d'infanterie, 100 cavaliers, 56 gendarmes, dont seule une fraction est alors au Havre. En cas de troubles révolutionnaires, conclut-il, il faudra en plus, 200 gendarmes à cheval, un bataillon d'infanterie, et trois escouades de cavalerie.

  • 30 Une liste du nombre des ouvriers couramment employés à la poste, au central téléphonique et aux tél (...)
  • 31 DH 15/5/1920 ; cette participation fut considérée comme décevante par le sous-préfet.

33Enfin, on fait appel aux volontaires de l'Union civique pour faire fonctionner les principaux services publics, l'approvisionnement alimentaire et le transport, et, si cela s'avère nécessaire, pour maintenir l'ordre30. La première assemblée de l'Union civique havraise a lieu le 1er avril, en présence de 270 personnes, dont beaucoup appartiennent à des groupes d'extrême-droite comme l'Action française ; la plupart s'inscrivent sur les rôles des différentes tâches.31

  • 32 AN F7-13.963.
  • 33 Ibid.

34Par la suite, certains observateurs exprimeront leur surprise que des dirigeants syndicaux modérés comme Montagne aient pu être arrêtés, alors qu'ils prêchent la prudence contre les extrémistes. L'explication réside probablement dans le fait que si la stratégie de la Cgt de bloquer les mines et les transports était appliquée au Havre, elle entraînerait, bon gré mal gré, une dangereuse dynamique de grève générale. La répression doit donc être plus sévère au Havre qu'ailleurs. Par ailleurs, on n'ignore pas que ces mesures permettront de porter un coup sévère à la puissance syndicale, jugée excessive. “L'idée d'une grève générale ne commencera probablement pas au Havre”, écrit Jozon, “mais elle sera mise en œuvre aussitôt que la Cgt en donne l'ordre.... Dans ce cas,... les principaux militants syndicaux et dirigeants du mouvement doivent être arrêtés pour déconcerter les ouvriers et paralyser leur action”.32 Pour justifier ces arrestations, Jozon peint les dirigeants de l'Ush sous des traits nettement exagérés : “François, bien que majoritaire, se laisse parfois aller à des appels révolutionnaires, selon l'atmosphère du moment. Emporté par sa puissance, fier et instable, il peut être dangereux en cas de troubles”. “Montagne, lui aussi conseiller municipal et majoritaire, tient toute la force des gens de mer dans la main ; ils suivront ses suggestions et ses ordres aveuglément”. Et ainsi de suite. Seul Leroux est épargné parce qu'il est conciliant et qu'on s'attend à ce qu'il joue un rôle passif.33

  • 34 AN F7-13.018.
  • 35 AN F7-13.963.

35Le 1er mai doit être le point de départ de la grève générale. Au Havre, les ouvriers du bâtiment sont déjà en grève. Les marins ont décidé de débrayer le 1er mai et de suivre les instructions de la Cgt après cette date. Le 28 avril, 700 personnes se rassemblent autour de l'Ush pour préparer le 1er mai, choisissent l'amnistie totale et la nationalisation des chemins de fer comme revendications centrales et votent en faveur d'un arrêt de travail effectif le 1er mai.34 Le 30 avril, 700 cheminots se réunissent à leur tour. Allan leur demande s'ils sont sûrs que la Cgt soutiendra leur action ; on lui répond qu'il a tort de semer le doute, et la grève est votée à l'unanimité.35

  • 36 DH 1/5/1920.

36Pour se démarquer de ses prédécesseurs, le nouveau maire veut que le 1er mai sous son administration soit un événement mémorable, et consiste en une manifestation légale et joyeuse. Il accorde le permis de défiler et demande aux magasins et services publics de rester ouverts le matin, aux cafés l'après-midi, et à la police de se tenir à l'écart. Un article de Démocratie Havraise souligne le contraste entre l'esprit joyeux du 1er mai 1920 et le caractère sombre que l'opposition de l'administration précédente avait imprimé au 1er mai 1919.36

  • 37 Synthèse fondée sur Le Prolétaire 8/5/1920, AN F7-13.018, et Adsm 1MP495.
  • 38 Le Prolétaire affirme qu'il y a eu 20 000 personnes en 1919 et 50 000 en 1920 ; l'estimation de la (...)

37Le matin du 1er mai, qui tombe un samedi, l'Ush invite ses sympathisants à deux meetings ; environ 6 000 personnes au total y assistent.37 Le premier, à Franklin, est présidé par Brovetto, des gaziers, assisté de Madame Chicot, des ouvrières du textile, et de Dufeil, des marins. Fouré y explique que l'objectif de la grève est la levée des sanctions prises contre les militants cheminots et la nationalisation. Le Chapelain précise le sens de la nationalisation et François retrace l'histoire du 1er mai. Montagne donne rendez-vous aux gens de mer le lendemain dimanche, afin de se prononcer sur un arrêt de travail lundi. L'autre meeting, à la Salle des fêtes de l'Eure, est présidé par des dirigeants des ouvriers du port et du bâtiment. L'après-midi, le défilé est pacifique et plus grand que celui de 191938. A Bolbec, le premier cortège du 1er mai de l'histoire de cette ville rassemble 2 000 personnes.

  • 39 M. Labi, p. 149.
  • 40 Adsm 1MP495.

38Le samedi matin, la grève est très suivie par les cheminots havrais : 70 % de grévistes parmi les chauffeurs et mécaniciens, 98 % dans le service de sécurité, 80 % dans le service de la voie. Le dimanche, les journaux annoncent que le défilé parisien a encore une fois été attaqué par la police, et que deux manifestants sont morts et de nombreux autres blessés.39 Les marins havrais votent de commencer leur grève le 3 mai, comme prévu, et ajoutent leurs propres revendications pour une revalorisation des pensions, l'abrogation de la loi de 1852 en vertu de laquelle les marins de la mer Noire ont été inculpés de mutinerie, et la création d'un conseil tripartite de la marine marchande française. Les dockers aussi votent de se mettre en grève. Le lundi 3 mai, la police rapporte que 100 % des dockers sont en grève, ainsi que 800 cheminots, et les ouvriers du bâtiment. Les manifestations de rue des grévistes suscitent une volonté de rejoindre la lutte parmi les métallos et d'autres salariés.40

  • 41 AN F7-13.274.
  • 42 Parmi ceux qui sont arrêtés le 5 mai : Gateau (cheminots, rédacteur-en-chef du Prolétaire et dirige (...)
  • 43 Dans une lettre au Ministre de l'Intérieur, Ancel, maire d'Harfleur et député de la Seine-Inférieur (...)

39Les arrestations commencent à Paris le 3 mai avec l'emprisonnement de Monatte et des mandats d'arrêt contre Monmousseau, Sirolle et d'autres dirigeants de la gauche de la Cgt. Le 4 mai, le préfet de la Seine-Inférieure demande que des troupes supplémentaires soient mises à sa disposition, afin d'escorter les prisonniers, du Havre, où la foule risque de les libérer, à Rouen, et que les poursuites soient confiées à des juges rouennais plutôt qu'à des juges havrais, car ces derniers risquent de ne pas comprendre les enjeux nationaux de l'action.41 Au Havre, les arrestations commencent le 5 mai et continuent pendant trois semaines42. Elles visent plus particulièrement les chefs de la grève43. Des dirigeants départementaux sont emprisonnés à Rouen, notamment Maurice Gautier et Gustave Courage, et à Dieppe, où l'instituteur Paul Briard est arrêté au milieu de la nuit et saisi à la gorge. La police se munit de mandats de perquisition pour pénétrer chez les militants.

  • 44 Prl et DH 8 mai 1920.

40Les premières arrestations provoquent une extension du mouvement de grève le 6 mai. Le 8 mai, Le Prolétaire et Démocratie Havraise annoncent que 20 000 ouvriers, y compris 4 000 marins, 1 400 cheminots, des dockers, postiers, ouvriers des tabacs et une majorité des métallos, sont en grève pour exiger la libération des emprisonnés ; les électriciens et gaziers attendent le signal de la Cgt. Malgré une ordonnance du préfet interdisant toute réunion, les grévistes se rassemblent par deux fois, la première à Franklin, la seconde dans la Forêt de Montgeon. Les troupes et les volontaires de l'Union civique sont postés en divers endroits de la ville, mais ne reçoivent pas l'ordre d'intervenir au-delà de cette forme d'intimidation.44 Démocratie Havraise et Léon Meyer, tout en condamnant les extrémistes de la Cgt, protestent contre l'arrestation de Montagne et des autres dirigeants de l'Ush. Le 12 mai, environ 2 000 personnes, dockers et autres individus concernés, marchent sur la prison Lesueur où sont enfermés François et ses camarades, et réclament leur libération. La police charge le cortège et des heurts s'ensuivent. Le préfet ordonne de fermer Franklin. Le lendemain matin, l'assemblée générale des grévistes est brutalement dispersée par la police.

  • 45 M. Labi, p. 157.

41Entre-temps, la Cgt donne le signal à de nouvelles fédérations d'entrer en lice : le bâtiment, les métaux, l'automobile et l’aviation, les transports, les meubles et le gaz. Mais elle ne modifie pas son plan quand le gouvernement arrête les dirigeants, ordonne une perquisition au siège de la Cgt et annonce que celle-ci sera poursuivie devant les tribunaux comme association illégale. Du 13 au 22 mai, la Cgt ne prend aucune nouvelle initiative.45 La grève du rail n'a pas obtenu un vote majoritaire sur les réseaux de l'Est et du Nord. Le 22 mai, la Cgt décommande les grèves de solidarité, et le 27 mai, la Fncf décide que les cheminots reprendront le travail le 29 mai.

42Au Havre, le vent tourne vers le 14 mai. Les métallos reprennent le travail ce jour-là, et les dockers le lendemain. Les marins et ouvriers du bâtiment tiennent encore une semaine, jusqu'à ce que la Cgt annonce la fin du mouvement. Chez les cheminots, Allan tente d'obtenir un retour au travail dès le 21 mai, mais beaucoup restent en grève jusqu'au bout.

  • 46 AN F7-13.675 “Note du 5 juin 1920”.

43A la fin de mai, plus de deux mille cheminots sont licenciés par le réseau Etat, dont un grand nombre au Havre. Un comité de cheminots licenciés est établi, et sollicite des contributions de 5 F par jour auprès des cheminots non-licenciés.46 Des salariés d'autres branches sont également révoqués, notamment vingt-huit agents des douanes sur les cent quinze qui ont manifesté le 1er mai. Le journal Le Prolétaire, paralysé par la répression, est contraint de sauter ses numéros des 15 et 22 mai. Les principaux dirigeants de l'Ush sont encore en prison. Le Havre a été une des principales cibles de la répression gouvernementale. A l’échelon national, la grave défaite des cheminots ouvre une longue période, pendant laquelle la tendance est au recul de la syndicalisation et au déclin de la courbe des grèves. Ce ressac est bien sûr ressenti au Havre, mais n’entame pas suffisamment les réserves de combativité des secteurs autres que les cheminots pour empêcher une deuxième crête de la vague au cours de l’été 1922.

La mue se poursuit

44On peut néanmoins déjà mesurer l’ampleur de la transformation des cultures militantes par rapport à l’avant-guerre. Les pratiques et l’identité ouvrière concernent désormais des couches plus larges : surtout les ouvriers et ouvrières spécialisés des usines et le secteur public (même les éléments jeunes de la police), mais aussi les employés (de bureau, du commerce, mais pas encore des banques), les services (garçons-limonadiers par exemple) et les techniciens (dessinateurs, préparateurs en pharmacie). Elles s’implantent plus profondément dans les banlieues comme Graville, Harfleur, Sanvic et Montivilliers, et les petites villes industrielles comme Fécamp, Bolbec et Lillebonne.

45Le sentiment de classe s’applique à un cercle plus large, au-delà de la corporation et de la ville d’origine, on n'est plus seulement ouvrier docker ou ouvrier havrais, mais aussi membre de la classe ouvrière française et même internationale. En témoignent la contagion des luttes d’une région à une autre, les grèves de solidarité des marins, la popularité des journées de grève nationale ou internationale (1er mai, 21 juillet 1919). La conscription, les grèves, les actions sur les marchés et la campagne électorale ont placé de nombreux salariés au contact de paysans, de groupes se définissant comme consommateurs, d’individus des couches moyennes urbaines, et favorisé une identification commune face aux individus et groupes “autres”. Au Havre, où l’immigration bretonne a alimenté la main-d’œuvre des usines, du port et des chantiers, nous n’avons trouvé, dans l’état actuel de nos recherches, ni pratiques discriminatoires, ni affirmations de l’identité bretonne après la guerre. L’intégration de l’immigration espagnole, belge et italienne semble avoir progressé. Le discours antisémite, pourtant vivace vingt ans auparavant, n’apparaît pratiquement pas dans la documentation issue de cette période. Seuls les salariés originaires des colonies, qui constituent pour la première fois un groupe conséquent et durable, sont maintenus à l’écart de cette redéfinition des frontières de la communauté ouvrière.

46Cette communauté continue d’avoir recours à une gamme diversifiée d’actions collectives. On a vu les femmes passer de l’action en tant qu’ouvrières métallurgistes en 1918 à l’action en tant que ménagères en 1919. Les métallos alternent entre la syndicalisation, la grève, la grève des bras croisés (un des ancêtres de la grève avec occupation d’usine), la coopérative et le vote radical ou socialiste dans le 4ème canton. L’institution des délégués, porte-parole de la base et moyen de pression sur les directions syndicales établies, s’est densifiée chez les métallos et les marins. L’interpénétration du syndical et du politique a progressé : elle est alors bien plus le fait de l’aile modérée que des révolutionnaires politiques. Des dirigeants du Gsh ont cherché à prendre des postes de direction, parfois avec l’appui des autorités publiques, dans le syndicat des métallos, du bâtiment et dans l’Ush, et ont fait acclamé Léon Meyer par des manifestations syndicales. De même, Léon Meyer et la presse radicale sont intervenus sans relâche dans les débats des syndicats sur l’opportunité des grèves, sur la vie chère et sur la Russie. Si les syndicats, associations populaires et partis politiques se retrouvent souvent au coude à coude en défense des mêmes causes, il en est deux qui les préoccupent moins que d’autres : le suffrage féminin et le sort des coloniaux. Au Havre, le droit de vote des femmes est essentiellement défendu par des organisations féminines peu liées au mouvement ouvrier. De même, la formation d’un syndicat des navigateurs originaires des colonies semble symptomatique d’une tendance naissante à la séparation.

47Elargissement et unification de l’identité ouvrière ont avancé en même temps que l’interaction avec l’Etat. La tendance à l’omniprésence de la bureaucratie dans la vie sociale observée pendant la guerre s’est maintenue. La surveillance policière de la subversion, la répression des troubles, le relevé des statistiques de chômage, les commissions de surveillance des prix, l’impôt sur le revenu, les allocations de vie chère, l’enregistrement des conventions collectives de branche régionales ou nationales (comme celles des métallos, des verriers), la création d’organes paritaires de médiation (rail, marine marchande), l’intégration de dirigeants ouvriers aux rouages de la municipalité, ont multiplié les occasions de contact et la capacité des autorités publiques à intervenir avec pertinence et précision dans les divers aspects du mouvement social.

48Enfin, le phénomène de bipolarisation a progressé. Nous avons vu que deux pôles existaient en 1918. Pendant deux ans, ils se sont observés et ont étendu leurs réseaux au sein des mêmes organisations, Cgt, Psu et associations diverses. De nouvelles branches ont été affectées, comme les dockers, peu actifs pendant la guerre. Les alternatives idéologiques sont plus claires et tournent autour de quatre grandes questions : la guerre et la politique de puissance de la France, l’esprit dans lequel les délégués de mouvements sociaux doivent participer aux organismes de concertation, les alliances électorales avec le parti radical, et la révolution russe. Toutefois, tous les militants ne sont pas affectés par toutes ces questions, et parmi ceux qui le sont, il existe des nuances et des groupes intermédiaires, des évolutions et des hésitations. Il est clair que des scissions sont possibles, mais leur nombre et leurs contours exacts restent imprévisibles.

Notes

1 C. Maier, p. 136.

2 Voir le tableau des effectifs syndicaux en 1920, page 225.

3 DH31/1/1920.

4 Ibid.

5 RO 12/12/1919.

6 L'ouvrier métallurgiste du Havre, 15/2/1920.

7 AN F7-13.018.

8 L’avalanche de grèves, souvent très courtes, rend hasardeux le travail statistique des inspecteurs du travail, commissaires de police et administrateurs municipaux. Il est évident que certains se sont découragés, préfigurant le mouvement de juin 1936 qui déterminera le Ministère du travail à interrompre la série de statistiques normalisées de grèves imprimées dans : France. Ministère du Travail. Statistique des grèves survenues durant l'année...

9 ANF7-13.018. Rapport moral de l'Ush du 18 août 1920.

10 ANF22-138.

11 AN F7-13.761.

12 Le vote sur la collaboration : 47 734 contre, 8 030 pour, 1 283 abstentions ; CE avril 1920.

13 CE mars 1920.

14 L. Ceplair, p. 268 et sq.

15 D'après les rapports de police dans Adsm 1MP-495.

16 AN F7-13.675 : CE numéros de 1920.

17 L. Ceplair, p. 273.

18 Adsm 2Z87 - Cabinet du sous-préfet : conflits du travail.

19 Adsm 2Z39.

20 AN F7-13.018.

21 Les rapports de police prétendent que Legrain est critiqué à propos de l'échec de la grève des mouleurs de 76 jours, de son refus d'accepter la résolution de compromis adoptée par le congrès Cgt de Lyon, de la protection dont il couvre le groupe anarchiste exclu de la Jeunesse syndicaliste par l'Ush alors dirigée par Leroux, et du recul des effectifs du syndicat de la métallurgie. Ils ajoutent qu'en raison du rétrécissement de la base des cotisations, les deux postes de permanents de ce syndicat, celui de secrétaire, détenu par Legrain, et celui de trésorier, détenu par Coursolles, ont dû être abolis (AN F7-13.018). Legrain, né en 1879, a donc 41 ans quand il quitte Le Havre ; il a participé à toutes les luttes légales et illégales de la guerre et de l'immédiat après-guerre. Dans une lettre à Merrheim en 1918, il se plaint de ce que sa “mère” est morte et qu'il a dû confier ses deux enfants à des amis. La fatigue est donc peut-être un autre facteur qui l'a poussé à s'en aller alors qu'il est isolé et assailli de critiques. Il est par ailleurs proche de Verdier et du groupement dit du “Pacte” qui projette d’accélérer la scission de la Cgt, et de prendre la direction d’une nouvelle confédération.

22 AN F7-13.761 “Grève des inscrits maritimes 1920-1921”.

23 Vie Ouvrière, 2 avril 1920.

24 M. Labi, p. 146.

25 AN F7-13.675 “Note du 7 avril 1920”,

26 Ibid.

27 CE no 34, avril 1920.

28 M. Labi, p. 145.

29 Voir, entre autres, le récit de la grève des cheminots dans A. Kriegel, Aux origines du communisme français. Pour un bilan politique de la grève du point de vue de la minorité, voir Jean Brécot (pseudonyme de Gaston Monmousseau), La grande grève de mai 1920, Paris : Librairie du Travai, s.d. La police envoie des rapports détaillés sur la situation dans toutes les villes en avril 1920. Pour Le Havre, voir AN F7-13.018 “Rapport du Commissaire spécial Italiani sur l'état d'esprit dans l'arrondissement du Havre, 1er avril 1920”, “Rapport du sous-préfet Jozon au préfet Lallemand, 2 avril 1920”, “Lettre du préfet Lallemand au Ministère de l'Intérieur, 22 avril 1920”. Voir aussi AN F 7-13.963 “Note du 6 avril 1920”.

30 Une liste du nombre des ouvriers couramment employés à la poste, au central téléphonique et aux télégraphes, ainsi que dans les hôpitaux, est annexée au rapport.

31 DH 15/5/1920 ; cette participation fut considérée comme décevante par le sous-préfet.

32 AN F7-13.963.

33 Ibid.

34 AN F7-13.018.

35 AN F7-13.963.

36 DH 1/5/1920.

37 Synthèse fondée sur Le Prolétaire 8/5/1920, AN F7-13.018, et Adsm 1MP495.

38 Le Prolétaire affirme qu'il y a eu 20 000 personnes en 1919 et 50 000 en 1920 ; l'estimation de la police pour 1920 est de 10 000.

39 M. Labi, p. 149.

40 Adsm 1MP495.

41 AN F7-13.274.

42 Parmi ceux qui sont arrêtés le 5 mai : Gateau (cheminots, rédacteur-en-chef du Prolétaire et dirigeant du Gch), Heurteaux (cheminot), François (ouvriers du port), Alliet (bâtiment) et Montagne (gens de mer). Parmi les autres, arrêtés plus tard : Lebourg (verriers), Dufeil, Riquier et Decoutter (asgb), et Baudu (cheminot).

43 Dans une lettre au Ministre de l'Intérieur, Ancel, maire d'Harfleur et député de la Seine-Inférieure, attire l'attention sur les cas de François, Legrain et Millet, éléments particulièrement dangereux. Legrain ayant déjà quitté la ville, et François étant déjà arrêté, seul Millet est appréhendé à la suite de cette lettre. Fouré réussit à se cacher jusqu'à ce qu'il soit arrêté le 25 mai. D'autres, comme Le Guillermic (métallos) et Jean Le Gall (port) ainsi que plusieurs militants de base dockers, maçons et marins, sont arrêtés pour entraves à la liberté du travail. AN F7-13.274.

44 Prl et DH 8 mai 1920.

45 M. Labi, p. 157.

46 AN F7-13.675 “Note du 5 juin 1920”.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search