Version classiqueVersion mobile

Dockers, métallos, ménagères : Mouvements sociaux et cultures militantes au Havre (1912-1923)

 | 
John Barzman

Troisième Partie. Apogée du mouvement novembre 1918 à mai 1920

Chapitre 4. Le vote ouvrier porte Léon Meyer à la mairie

Texte intégral

1Si Faction directe a caractérisé les trois premiers trimestres de 1919, Faction électorale prédomine dans le dernier quart de l’année. Ce changement affecte la cohésion et la force relative des pôles de modérantisme et de radicalité en cours de formation. Les mécontentements accumulés pendant la guerre, les mouvements revendicatifs de 1917, 1918 et 1919 ont fini par détourner une grande partie du monde du travail de ceux qui gouvernent Le Havre depuis 1908 et paraissent responsable des rigueurs de la guerre et de l'après-guerre. Mais ces milieux populaires ne se tournent pas directement ou exclusivement vers les alternatives les plus radicales. Ainsi, bien que les élections de novembre et décembre 1919 marquent un tournant dans l'histoire du Havre parce qu’elles mettent fin à la longue domination du négoce havrais, par l’intermédiaire des républicains de gauche, sur la ville, elles permettent à un pôle modéré de se consolider au sein du mouvement populaire.

Le Bloc national

2La nouvelle loi électorale adoptée pour les législatives, favorise les coalitions. En effet, elle contraint les candidats à se présenter sur une liste départementale et pondère l’attribution des sièges de député en faveur de la majorité départementale. En Seine-Inférieure, ce mode de scrutin élimine la possibilité pour les radicaux et les socialistes de se faire élire dans des circonscriptions purement urbaines, et dilue leurs bastions rouennais et havrais dans des zones rurales plus conservatrices. De plus, le gouvernement décide que les élections des conseillers municipaux et d’arrondissement se dérouleront immédiatement après les législatives, afin que les électeurs soient enclins à voter de la même façon au deuxième scrutin qu'au premier.

3Les intérêts commerciaux havrais n'accueillent pas ce règlement avec enthousiasme car il tend à subordonner la représentation de la place havraise, désireuse de desservir le centre de la France, et libre-échangiste, à la réalisation d'un accord électoral avec ses rivaux du port de Rouen et les courants plus protectionnistes de la Normandie intérieure. Le négoce républicain cherche à obtenir que Le Havre soit désigné circonscription distincte avec deux ou trois députés. Cette démarche ayant échoué, il n’a d'autre choix que de se regrouper avec les forces réactionnaires du département. Il en sort une liste de Bloc national assez droitière, au sein de laquelle les républicains de gauche sont minoritaires, profil qui s'avère gênant au Havre, de sensibilité plus à gauche que le reste du département.

  • 1 Elle comprend : 16 républicains de gauche, 9 progressistes, 6 libéraux, et 4 socialistes indépendan (...)

4Par contre, aux élections municipales les républicains havrais ont les mains libres et constituent une liste du Bloc national à leur goût1. Conscients que la gestion de Morgand, maire depuis juillet 1914, a été assez impopulaire, ils le remplacent à la tête de leur liste par le Docteur Vigné, l'adjoint qui s’est occupé des affaires de vie chère. Ils invitent également les radicaux et les socialistes à se joindre à eux pour former, au nom de l'identité maritime locale, une liste unie de défense des intérêts du port.

Les radicaux

5Les radicaux, tout comme les socialistes, refusent cette offre. Meyer et ses partisans estiment acquis le soutien du petit peuple qui voit dans la république et l'école laïque la garantie de l'égalité des chances et de la promotion des humbles. Mais ils ne sont pas sûrs de conserver le soutien de toute la composante ouvrière après trois années où les grèves ont ramené la question sociale au premier plan. Le défi pour l'ancien courtier en cafés est de se faire accepter comme le défenseur des travailleurs, des syndicats et des libertés publiques, contre le pouvoir de l’Eglise, l'Armée et les privilégiés.

6Le comité radical havrais cherche donc un accord avec les socialistes. Or, ni le congrès national du parti radical, ni celui du parti socialiste n'ont autorisé de telles alliances. L'accord ne peut donc qu'être tacite. Dans ces circonstances, Meyer décide de ne pas se présenter aux élections législatives, où ses chances d'être élu sont très réduites, tout en signalant à ses électeurs havrais que les candidats socialistes havrais ne sont pas des révolutionnaires, mais de bons républicains. En échange, il escompte que les socialistes havrais concluront un pacte avec son groupe en vue des élections municipales et d'arrondissement qui suivront peu après. En même temps, il double le groupe socialiste dans les quartiers ouvriers en présentant son parti comme le principal parti de gauche, capable de représenter les intérêts ouvriers aussi bien, sinon mieux, que les socialistes.

7Une grande partie de l’élection municipale tourne donc autour de la personnalité de Léon Meyer. Il mobilise toutes les relations qu’il a patiemment nouées dans le quartier de l’Eure et les milieux ouvriers, la gratitude pour les services qu’il a rendus pendant la guerre, et surtout le crédit que lui a valu sa critique de la politique municipale de ravitaillement. Il se compare au maire radical de Lyon, Edouard Herriot, et vante le système d’approvisionnement mis en place par la grande ville méridionale. Pour rappeler aux électeurs que la majorité municipale de 1919 se situe dans la continuité de la mauvaise gestion du temps de guerre, malgré le changement de tête de liste, il baptise la liste du Bloc national de “Syndicat des sortants”.

  • 2 DH 26/7/1919.

8Outre ses activités de bienfaisance, le candidat radical a cultivé son image d'homme qui a courageusement tenu tête aux jusqu'au-boutistes et réclamé l'amnistie des victimes de la répression. Ainsi, il n'hésite pas à se solidariser avec Malvy et Caillaux, ses camarades du parti radical emprisonnés par Clemenceau et défendus par la Cgt. Il associe à ses appels à la clémence en leur faveur, la réhabilitation de Jules Durand, la libération de son compagnon d'infortune, Lefrançois, du bagne de Guyane, et l'arrêt des poursuites contre le député radical Paul-Meunier, défenseur de Jules Durand, emprisonné à la suite de ses dénonciations des profiteurs de guerre. La section havraise de la Ligue des droits de l'homme, dirigée par le socialiste Descheerder, devient ainsi l'un des principaux canaux de la collaboration entre radicaux, socialistes et syndicalistes modérés. C'est un conseiller municipal radical, Déliot, qui soumet aux voix la proposition de donner le nom de Jean Jaurès à une rue du Havre. Au travers de toutes ces affaires de libertés publiques, Léon Meyer acquiert la réputation d'un ami des travailleurs.2

9Les radicaux renouvellent leur tentative de se présenter comme les porte-parole des syndicats de la ville. En juillet, ils incluent une référence explicite au mouvement ouvrier dans leur nom en adoptant la dénomination de “Comité radical, radical-socialiste et syndicaliste”. Comme en 1912, plusieurs dirigeants syndicaux acceptent de figurer sur la liste radicale aux élections municipales, le principal étant Riquier, secrétaire de l'importante section des asgb du syndicat des marins. L'influence syndicale des radicaux touche particulièrement les fonctionnaires et les enseignants en général, et ceux des cheminots, dockers, marins et ouvriers d'usine qui ont suffisamment de sécurité de l'emploi et de qualification pour s'intéresser aux sociétés d'entraide mutuelle. Pour certains de ces syndicalistes, la liaison avec le mouvement radical passe par la loge maçonnique “Les 3 H”, Les radicaux n'hésitent pas, dans l'esprit saint-simonien d'alliance des vrais producteurs contre les parasites, à opposer les nombreux ouvriers et petits entrepreneurs de leur liste aux six avocats, quatre médecins, trois pharmaciens et un notaire qui figurent sur la liste du Bloc national.

10Dans un autre registre, les radicaux soulignent l'incompétence dont l'administration sortante a fait preuve dans la gestion des affaires locales. Les rues de la ville et du port sont encombrées d'équipements militaires abandonnés et d'ordure, couvertes de boue et mal éclairées. Rien d’efficace n'a été fait pour arrêter la progression de la criminalité, qui est attribuée à la présence d'étrangers, qu'il s'agisse de soldats, de prisonniers de guerre ou de travailleurs coloniaux. Rien n'a été fait pour améliorer l’approvisionnement en denrées des marchés de la ville, pour aider les anciens combattants de retour au Havre.

  • 3 Voir J. P. Lousse, Sociologie électorale..., p. 150-151.

11Enfin, Meyer espère que les partis modérés le considéreront comme le dernier rempart contre la progression des socialistes. Il a déjà bénéficié de ce type de calcul dans le 3ème canton, lors d'élections au cours desquelles les républicains, libéraux et conservateurs ont décidé de ne pas lui opposer de candidat, de crainte de favoriser une victoire socialiste.3 Le même calcul peut désormais se justifier au niveau de toute la ville : la majorité municipale sachant qu'elle a perdu du terrain, et donc incertaine quant à l'issue du scrutin après les transformations de la guerre et les grèves, il n'est pas impossible que des voix centristes se reportent sur Meyer, malgré sa réputation d'homme d'extrême-gauche, au titre du moindre mal. Dans cette optique, il combine ses appels aux ouvriers avec des avertissements contre les extrémistes. En même temps qu'il défend la séparation de l'Eglise et de l'Etat, l'école laïque, les libertés publiques, les mesures d'urgence contre la vie chère, et les primes pour les anciens combattants, il cherche à agrandir la brèche ouverte entre modérés et révolutionnaires au sein de la Cgt et du Psu. Ainsi, la presse radicale s'en prend tour à tour au bolchevisme, aux grèves politiques comme celle prévue pour le 21 juillet 1919, et aux “violents” de la gauche socialiste, qu'elle oppose aux bons socialistes havrais Le Chapelain, Allan et Descheerder, véritables réformistes, républicains responsables, fermes partisans de l'école laïque et des libertés publiques.

Les socialistes

12Quant aux socialistes havrais, il leur faut au contraire trouver les moyens de souligner leur originalité par rapport aux radicaux. En effet, ils apparaissent au conseil municipal comme les seconds de Meyer dans sa lutte contre l'insensibilité et l'incompétence de la majorité municipale de Morgand et Vigné, et dans les milieux syndicaux et grévistes, comme la voix de la raison, face aux propositions téméraires des militants plus combatifs. Ils se trouvent donc pris, dans ce domaine, entre les anarcho-syndicalistes comme Legrain, Parisot et Hervieu, qui refusent la participation aux élections, et les syndicalistes modérés, comme Montagne ou Le Bosquain, qui font confiance à Meyer pour les résultats pratiques.

  • 4 PrI 10/11/1919.

13Les dirigeants socialistes havrais répondent aux avances de Meyer, au moins au début de la campagne, dans les limites que leur fixent la discipline du Parti socialiste et la nécessité de satisfaire l'aile gauche du Gsh. Le congrès national du Psu a longuement débattu sa tactique électorale et conclu qu'il fallait rejeter toute alliance avec des partis bourgeois. Mais ses discussions ont porté bien plus sur les élections législatives que sur les municipales. Dans la même logique, le congrès de la Fédération socialiste de Seine-Inférieure, en septembre 1919, a décidé de présenter dans le département une liste strictement socialiste de onze candidats à l'Assemblée nationale, dont trois du Havre. Ces derniers, tous issus de l'aile modérée du parti, sont : Gustave Descheerder, Charles Le Chapelain et Auguste Montagne. La décision est annoncée avec fanfare “Seuls contre tous !”.4

  • 5 Prl 25/10/1919 et 13/12/1919.

14Mais à peine la décision fédérale est-elle prise, que Descheerder commence à solliciter les radicaux et à suggérer des possibilités d’arrangement. Ecrivant sous le nom de plume de Marirose, il se demande si les radicaux vont rejoindre la liste du Bloc national aux élections legislatives car. “Bornons-nous à dire que les décisions prises pourront avoir leur contrecoup aux élections municipales”.5 Lorsque les radicaux choisissent de ne pas se présenter aux législatives et de ne pas accepter l'offre du Bloc national aux élections municipales, Descheerder les félicite. Pour encourager les électeurs radicaux à voter socialiste aux législatives et les préparer à une alliance plus explicite aux municipales, les socialistes modérés mettent l'accent sur les thèmes de la défense de la république et de l'anticléricalisme. Pierre Costes avertit qu'une nouvelle menace “boulangiste” se profile dans la coalition du centre, de la droite et de l'extrême droite “contre l'hydre rouge”, et que les radicaux ne peuvent rester indifférents à un tel danger.

  • 6 Prl 15/11/1919.

15Cependant, les socialistes modérés ne peuvent complètement altérer l'orientation générale adoptée par le parti socialiste dans son ensemble. L'annonce de la liste socialiste et la profession de foi des candidats ont une tonalité résolument “lutte de classe”.6 Elles dénoncent l'armée et la guerre et protestent contre le nouvel impôt sur le revenu, affirmant que c'est aux riches de payer le prix de la guerre. Autre symbole, le Gsh présente au premier tour des municipales une liste complète et entièrement indépendante de trente-six candidats, dont il souligne le caractère ouvrier (voir liste page suivante).

16Les socialistes modérés doivent se contenter d'un accord avec les radicaux pour le second tour des municipales, les élections des conseillers d'arrondissement et des conseillers généraux, et pour les deux tours des municipales dans quelques villes des alentours. A Bolbec, les socialistes expliquent qu'ils ne sont pas assez forts pour présenter des candidats au conseil municipal et appellent les travailleurs à voter pour les radicaux. A Montivilliers, le dirigeant socialiste local, A. Groult, explique que partout où les socialistes sont trop faibles pour gagner seuls, ils doivent constituer une liste commune avec les radicaux. Au Havre, le Gsh accepte de fusionner sa liste à celle des radicaux au second tour, sur la base de onze socialistes sur trente-six candidats. Il accepte également de ne pas présenter de candidats dans quatre cantons sur six, y compris le 3ème canton ouvrier, aux élections d'arrondissement, et dans cinq cantons sur six aux élections du conseil général.

  • 7 Prl 27/9/1919.

17Les rapports de militants issus du mouvement ouvrier avec la campagne électorale radicale suscitent une nouvelle controverse dans le mouvement syndical. L'Ush, comme elle l'avait déjà fait en 1912, condamne formellement l'utilisation par les candidats radicaux et le journal radical de l'étiquette “radicale, radicale-socialiste et syndicaliste”, et leur écrit une lettre les priant d’éliminer le terme de “syndicaliste” de leur titre. Par ailleurs, comme plusieurs dirigeants anciens ou actuels des syndicats maritimes et portuaires figurent sur la liste radicale, ou la soutiennent publiquement, l'Ush estime utile de clarifier la situation de François. Elle déclare qu'il ne sera candidat sur aucune liste bourgeoise, mais omet prudemment de mentionner qu'il est candidat sur la liste socialiste, et n’envisage pas la possibilité qu’il soit placé parmi les éligibles d’une liste éventuelle issue de la fusion des radicaux et socialistes au second tour.7

18Les socialistes mènent une campagne vigoureuse. Nous avons déjà mentionné plus haut la création de nouveaux groupes et sous-groupes socialistes dans les quartiers et villes périphériques. Pendant la campagne, le nouveau journal, Le Prolétaire, relate les nombreuses activités des groupes, notamment les débats électoraux. Le scrutin départemental incite les socialistes à s'adresser aux petites villes et villages ; ils cherchent à gagner les voix des ouvriers agricoles, paysans pauvres et ouvriers ruraux. La campagne est âpre, car les socialistes réclament que les travailleurs soient dédommagés des sacrifices qu'ils ont consentis pendant quatre années de guerre, tandis que le Bloc national dénonce les bolcheviques français.

Candidats socialistes aux élections du conseil municipal du Havre du 31 novembre 1919
[Les astérisques indiquent les onze candidats socialistes incorporés à la liste radicale et socialiste au second tour, le 7 décembre 1919, et élus au conseil.]
Conseillers sortants :
*Allan, F., conseiller municipal du Havre, cheminot
*Le Chapelain, Charles, conseiller municipal du Havre, charpentier de navire
*Labelle, Gaëtan, conseiller municipal de Graville
*Rioult, Maurice, conseiller municipal de Graville
Gauthier, Henri, conseiller municipal de Graville
Autres :
Aubourg, Pierre, chef d'équipe, port
Bénard, Michel, maçon
Bescot, Léon, employé des chemins de fer
Bougou, Henri, employé des chemins de fer
Brun, Emile, contrôleur de train, réseau de l'Etat
Bailleul, Alexandre, tailleur
Cauvin, Henri, mécanicien de navire
Caufourier, Armand, tourneur
Callot, Gaston, sculpteur
*Descheerder, Gustave, peintre
Desonnais, Louis, mécanicien
Dinsk, Louis, étireur de fil
*Fouré, Francis, mécanicien cheminot
Feuilloley, Henri, ouvrier des voies des chemins de fer
*François, Louis, docker
Gilles, Ferdinand, docker
*Goument, Raoul, typographe
Guillermit, Victor, docker
Heurteaux, Charles, tourneur, cheminot
*Hauchecorne, Fernand, tourneur
Lasnier, Albert, commis du port
Lejamble, Charles, voilier
* Leroux, Jules, peintre
*Montagne, Auguste, marin
Mourgues, Paul, chaudronnier de raffinerie
Mevrel, Louis, libraire
Mironnet, Gaston, tailleur
Parisse, Jules, polisseur
Pommé, Albert, mécanicien cheminot
Soula, Louis, agent des douanes
Voisin, Henri, marchand à la criée.

Le résultat des élections

  • 8 G. Lachapelle, sld., Elections législatives du 16 novembre 1919, Paris : “Barodet” 1919

19Les élections législatives se déroulent le 16 novembre 1919. Le taux d'abstention est élevé dans la Seine-Inférieure (33 %) et, de nouveau, plus particulièrement au Havre (41 %).8 Les onze candidats du Bloc national recueillent entre 96 432 et 93 749 voix, soit 42 % des inscrits et 64 % des exprimés. Ayant obtenu la majorité absolue des exprimés, ils sont tous élus députés et rejoignent la nouvelle Chambre dite “Bleu Horizon”.

20Les candidats socialistes reçoivent entre 42 770 et 40 613 voix, soit 18,6 % des inscrits et 28 % des exprimées. Bien qu'aucun d'entre eux ne soit élu, leur performance représente un progrès par rapport aux élections législatives de 1914, et ils se plaignent de ce que le nouveau système les a privés des deux ou trois députés qu'ils méritent en vertu de la représentation proportionnelle.

  • 9 PH 19/11/1919.

21Au Havre même, les socialistes recueillent un maximum de 7 865 votes, soit 20,8 % des inscrits et 36,2 % des exprimés.9 Les candidats du Bloc national obtiennent un maximum de 12 768 voix, soit 26,8 % des inscrits et 58 % des exprimés. Ils sont battus par les socialistes dans les 3ème et 4ème cantons, fortement peuplés et à dominante ouvrière. Les deux candidats anarchistes, Offroy et Lachèvre, reçoivent 28 voix, et on invalide sept cent trente bulletins jugés non conformes.

  • 10 J. P. Lousse, p. 157.

22D'après J. P. Lousse, ces élections rapprochent Le Havre du profil des autres grands centres urbains où les élections opposent habituellement l'extrême-gauche (socialiste) à une alliance du centre et de la droite.10 C'est par ailleurs, la première fois depuis longtemps qu'une liste dominée clairement par la droite l'emporte dans le grand port normand. De toute évidence, l'extrême-gauche (socialiste) n’est pas assez forte pour l'emporter seule. Mais J. P. Lousse signale que la véritable situation est déformée par le fait que les radicaux ne sont pas présents dans la course : il est clair que de nombreux électeurs qui ont l'habitude de voter pour les républicains de gauche ou les radicaux se sont encore une fois abstenus plutôt que de voter pour le Bloc national ou les socialistes.

Vote socialiste au premier tour des élections municipales du Havre le 31 novembre 1919

Canton

inscrits

votes socialistes

% socialiste

autres

1er

5 060

452

8,9 %

2ème

4 023

341

8,4 %

3ème

5 545

1 008

18,2 %

Meyer : 1 396 25,1 %
Vigné : 802 14,5 %

4ème

12 203

2 171

18 %

Meyer : 2 584 21,4 %

5ème

6611

433

6,5 %

6ème

7 981

296

3,7 %

23Deux semaines plus tard, les élections municipales produisent un résultat plus clair. Le premier tour confirme la poussée de la gauche, mais cette poussée a profité aux radicaux plus qu'aux socialistes. On retrouve 40 % d'abstentionnistes, parmi lesquels, probablement, des ouvriers influencés par la propagande anarcho-syndicaliste. Les socialistes tombent des 20,8 % des inscrits qu'ils viennent d’obtenir aux législatives à 12,4 %, score décevant mais néanmoins en progrès par rapport aux 7,8 % obtenus aux élections municipales de 1912, au cours desquelles ils s'étaient déjà heurtés à la force radicale. C'est aussi un progrès par rapport aux 11,5 % et 14,6 % des cantonales de 1913 et des législatives de 1914, puisque ces scores ont été obtenus dans des élections où les radicaux n'étaient pas présents. De nouveau, les socialistes réalisent leur meilleure performance dans les cantons les plus ouvriers. Ceci dit, les progrès socialistes ne sont pas à la hauteur des espoirs soulevés par le caractère massif des luttes et le haut niveau de syndicalisation de 1917 à 1919.

24Il est clair que les radicaux ont réussi en même temps à détourner une grande partie du vote ouvrier des socialistes et à mordre sur l'électorat du Bloc national, qui passe de 26,8 % à 25 % des inscrits. La liste radicale menée par Léon Meyer réalise les plus grands progrès en atteignant 22 % des voix.

25En vue du deuxième tour des élections municipales, la liste du Bloc national conduite par le docteur Vigné propose de nouveau aux socialistes et aux radicaux la formation d'une liste unique représentant les trois groupes proportionnellement à leurs résultats au premier tour. Les deux partis de gauche refusent. Les radicaux offrent aux socialistes une liste commune intitulée “Union républicaine et des intérêts municipaux”. Ceux-ci acceptent et la coalition de gauche est élue à une forte majorité.

  • 11 Prl 6/12/1919.

26Les socialistes n'ont pas seulement conclu un accord tactique afin de porter onze de leurs candidats au conseil municipal. Ils se sont également engagés à collaborer avec les radicaux dans la conduite des affaires. Appelant les travailleurs à voter pour la liste commune, Descheerder écrit : “Nous laissons de côté les questions politiques ; nous voulons bien administrer... pour le bien-être général”.11 L'alliance se prolonge dans les élections de conseillers d'arrondissement et généraux. Les radicaux laissent Le Chapelain se faire élire conseiller général, face à la droite, dans le 4ème canton, et les socialistes laissent Léon Meyer se faire élire sans aucune opposition, dans le 3ème canton.

27Un nouveau pas est pris quand les socialistes acceptent l'offre de Léon Meyer, nouveau maire, de faire partie de l'administration municipale. Gustave Descheerder est nommé cinquième adjoint au maire, responsable des travaux publics. Meyer consolide ainsi son emprise sur la mairie et ni les socialistes, ni, plus tard, les communistes, ne pourront ébranler son assise avant que les retombées de la grève générale de juin 1936 ne leur profitent aux élections cantonales de 1938.

28La prise de l’Hôtel de Ville est une victoire importante de la gauche havraise et souligne le décalage entre les rythmes de la vie politique en France et dans le port normand. A l’échelon national, les élections de 1919 sont décevantes pour les socialistes et les syndicalistes puisque, malgré des progrès significatifs du vote socialiste, la représentation parlementaire du parti en sort réduite. En outre, même la perspective de faire adopter des lois de réformes par l'Assemblée nationale, avec le soutien des radicaux, est bloquée par les pertes numériques de ceux-ci, et l'hostilité que beaucoup d'entre eux manifestent à l'égard des socialistes.

29Le gouvernement a réussi à rester à la barre à travers la tempête sociale de mai à juin 1919. La vague ouvrière perd alors une partie de sa force propre et de son attraction sur d'autres couches. Le ressac, par contrecoup, ranime les divisions au sein de la Cgt et du Psu.

30La situation est assez différente au Havre, puisque le Bloc national est éjecté de la mairie et qu'un radical, réputé ami des travailleurs, l'y a remplacé. Cependant, cette victoire municipale n’altère pas le fait que le Parlement laissera peu de place à la réforme sociale. Par ailleurs, les socialistes n'ont pu participer à la victoire locale et obtenir onze conseillers municipaux et un conseiller général, qu'en modérant leur propagande et en acceptant la responsabilité de la gestion municipale.

  • 12 Prl 24/1/1920.
  • 13 Prl 6/12/1919.

31La déception est ressentie même par les anarcho-syndicalistes les plus endurcis. Le Groupe des amis de la presse d'avant-garde est “un peu déconcerté, mais pas découragé, et ses militants continuent le combat”.12 Puisque les élections n'ont pas ouvert la voie au changement, d'autres canaux doivent être explorés. Legrain écrit après les élections : “J'espérais que les ouvriers voteraient pour ceux qui défendraient les intérêts de la classe ouvrière directement, bien que je sois, moi-même, un antiparlementaire... ”13 Il affirme ensuite une espoir qui dicte une nouvelle ligne de conduite éventuelle : les travailleurs réagiront peut-être par l'action de masse aux lois brutalement injustes que le Bloc national ne manquera pas d’adopter.

Les débuts de la municipalité Meyer

32La défaite des républicains de gauche aux municipales ouvre une ère nouvelle pour les mouvements syndical, socialiste et anarchiste, qui ont désormais affaire à un maire de gauche élu avec un fort soutien syndical. L'Hôtel de Ville sous Léon Meyer exerce une attraction considérable sur ces trois mouvements sans pour autant obtenir leur soutien unanime ou permanent.

33En effet, sur le moyen terme, Meyer se trouve pris entre deux feux : celui du gouvernement de droite et celui du mouvement ouvrier local. Le premier, représenté par le préfet et le sous-préfet secondés par l'armée et la police, est nourri par les chefs des chantiers navals et des usines, membres du Comité central des armateurs et du Comité des forges, par les sénateurs et députés de la Seine-Inférieure, élus du Bloc National, par le patriciat havrais, les partis du centre et de la droite et les trois quotidiens de la ville. Tenu par son accord électoral avec les socialistes et les promesses faites aux syndicalistes, ses premières mesures de Meyer l'amènent à se heurter au gouvernement et à la droite locale. Face à leurs reproches, Meyer s'appuie sur les couches populaires, c'est à dire les salariés et dans une moindre mesure les classes moyennes.

34Mais, dès que les grèves s'intensifient, comme cela se produit en février-mars puis en mai 1920, et de nouveau en 1922, il doit affronter également la critique ouvrière. Son opposition aux “excès” de la Cgt et du bolchevisme l’amène alors à traiter uniquement avec les éléments syndicaux les plus modérés. La bourgeoisie locale, effrayée par le caractère intransigeant de l'agitation ouvrière, le considère dans ces moments comme un moindre mal un rempart efficace contre l'extrémisme. Ainsi, Le Petit Havre, se déclare en faveur de Léon Meyer dès 1922. Assez rapidement, sans que cela exclut des sursauts de réticence, Meyer permet à la police de mener son travail impopulaire de surveillance, d'intimidation et de répression, et réduit ses efforts en faveur des syndicats à l'offre d'arbitrage de certains conflits professionnels. Il devient alors la cible de ceux qu’il appelle les “extrémistes”.

35Pour comprendre comment sa popularité se maintient en milieu ouvrier malgré ces louvoiements, il faut examiner les mesures prises par le nouveau maire. La liste “En défense des intérêts locaux” élue en décembre 1919 comprend 25 radicaux et 11 socialistes parmi lesquels les principaux dirigeants du Gsh (Descheerder et Le Chapelain) et de l'Ush (François, Montagne et Fouré). Meyer récompense d'abord les socialistes en nommant Descheerder adjoint au maire.

  • 14 C. Brassy, p. 20 et sq.

36Il ordonne qu'une indemnité de présence soit versée aux conseillers municipaux afin de faciliter la participation des ouvriers, mais en vain, car l'Etat oppose un véto à cette mesure. Il augmente les salaires et avantages des employés municipaux pour les mettre à parité avec ceux des fonctionnaires de l'Etat, ou dans certains cas, les élever au-dessus de ces derniers.14 Quatre-vingt-dix policiers municipaux supplémentaires sont engagés pour répondre aux demandes d'une meilleure sécurité. De grands projets de travaux publics sont entamés pour améliorer le réseau de distribution des eaux. Des auxiliaires sont embauchés pour nettoyer les rues et aménager des espaces fleuris autour des lampadaires dans de nombreuses rues de la ville.

37La ville finance ces mesures en grande partie par les revenus qu’elle tire des concessions accordées à la Chambre de Commerce et aux compagnies d’entreposage. Dans le domaine de la fiscalité, elle réduit les impôts indirects sur les biens de consommation, qui frappent toute la population, mais alourdit les impôts sur les produits de luxe et les “centimes additionnels”.

  • 15 L’usage du Cercle Franklin par les syndicats demeure un réel enjeu, pratique et symbolique, puisque (...)

38La municipalité Meyer augmente également les subventions versées aux associations : les comités de fêtes des quartiers, les patronages laïques de jeunes, les clubs sportifs et les syndicats. L'événement le plus emblématique du moment est le retour du Cercle Franklin, pour la première fois depuis août 1914, à l'Union des Syndicats du Havre, qui reçoit un bail légal de 18 ans et le contrôle des lieux, en échange d'un loyer symbolique, satisfaisant ainsi une ancienne revendication du mouvement ouvrier15. Les divers syndicats professionnels se voient alloués par la ville un total de 5 000 F de subsides annuels, somme qui correspond à peu près au salaire d'un permanent syndical de plus.

39La ville poursuit la construction des Habitations à Baux Modérés, financée par des montages divers, sur le plateau du Haut-Graville, logements certainement plus salubres que ceux des anciens quartiers, mais situés loin du port, des usines et des quartiers ouvriers traditionnels.

  • 16 Voir les entretiens avec Louis Eudier et Charles Jacky, par John Barzman.
  • 17 C. Brassy, p. 27.

40La mesure la plus spectaculaire prise par le nouveau maire et qui restera dans les mémoires, concerne l'affaire du bœuf marocain.16 Au cours du premier semestre 1920, les prix continuent leur ascension ; avec des flambées sur certains articles comme le lait, la farine et le bœuf. Le phénomène se manifeste épisodiquement même après le retournement de la conjoncture économique en juin 1920. Dans la lignée de l'image qu'il s'est construit pendant la guerre et au cours des troubles sur les marchés au printemps 1919, Meyer se pose en défenseur des travailleurs urbains contre les accapareurs de l'agriculture et des filières de l'alimentation. Il rétablit les cartes de rationnement alimentaire et les prix obligatoires fixés par une commission municipale en février et mars 1920. A la fin de 1920, il dénonce publiquement l'association des producteurs de lait, et en septembre 1921, porte devant les tribunaux l'affaire de l'Union meunière de Normandie, qui a augmenté ses prix de façon arbitraire. Par contre, lorsque les prix baissent, Meyer ne se prive pas d'en revendiquer la responsabilité, à grand renfort de publicité.17

41En décembre 1920, le prix du bœuf se met à monter vertigineusement. Meyer institue des inspections des prix exigés par les bouchers. Les marchands de bestiaux répliquent en évitant de vendre leurs bêtes au Havre. Le maire décide alors que la ville achètera elle-même du bétail au Maroc, puis en Argentine, et revendra les carcasses dans un marché à bestiaux municipal et par l'intermédiaire de dix boucheries municipales.

42Cette action attire l'attention de tout le pays ; on parle de Meyer comme d'un innovateur audacieux. De nouveau, une polémique économique éclate. James de Coninck, président de la Société pour le développement de l'agriculture dans l'arrondissement du Havre, et Lavoinne, le député de l'arrondissement rural voisin d'Yvetot, se lamentent que les paysans encaissent des profits de plus en plus réduits, alors que les ouvriers urbains ont obtenu des augmentations, et que les hauts salaires du Havre vident les villages du Pays de Caux de la main-d'œuvre, exode encore aggravé par les “trains ouvriers” qui desservent Le Havre. A travers ces péripéties, Léon Meyer se pose en défenseur des travailleurs urbains. Mais il faut noter aussi qu’à une époque où l'on incorpore des indemnités de vie chère à la paye de nombreuses catégories salariées, l’approvisionnement en produits alimentaires à bon marché donne aux employeurs havrais un argument en faveur de la stabilisation des salaires.

43L'alliance de Meyer avec le mouvement syndical durant les premières années de sa carrière politique le conduit à multiplier les gestes destinés à consolider ce lien. Il autorise et même encourage les manifestations du 1er mai 1920, invite les dirigeants syndicaux et socialistes à toutes les cérémonies officielles, aux côtés des dignitaires du monde du négoce, de l'armée, de l'Eglise et de l'Administration. Une des plus importantes concessions qu'il accorde aux ouvriers du port est d’ordonner à la police de cesser le harcèlement des délégués syndicaux sur les quais. Or, comme le domaine municipal s'étend jusqu'aux bassins, notamment dans les parties plus anciennes du port, la responsabilité du maintien de l'ordre dans les lieux d'embauche, zones stratégiques entre toutes pour les dockers, relève de la mairie. Meyer se fait également le messager des griefs et propositions du syndicat des dockers auprès des manutentionnaires chaque fois qu'un conflit éclate.

44Ces relations amicales entre le maire radical et le mouvement ouvrier, se tendront pendant les grèves du printemps 1920. En février 1920, le maire punit sévèrement des jeunes policiers en grève ; un peu plus tard, il condamne le mouvement des cheminots comme un abus du droit de grève. Mais ces prises de position ont un impact limité et ne lui aliènent pas la sympathie des courants ouvriers modérés, du moins jusqu’à la grave crise de 1922.

Notes

1 Elle comprend : 16 républicains de gauche, 9 progressistes, 6 libéraux, et 4 socialistes indépendants. Il s’agit en fait de la même coalition qui a dirigé le conseil municipal depuis 1912.

2 DH 26/7/1919.

3 Voir J. P. Lousse, Sociologie électorale..., p. 150-151.

4 PrI 10/11/1919.

5 Prl 25/10/1919 et 13/12/1919.

6 Prl 15/11/1919.

7 Prl 27/9/1919.

8 G. Lachapelle, sld., Elections législatives du 16 novembre 1919, Paris : “Barodet” 1919

9 PH 19/11/1919.

10 J. P. Lousse, p. 157.

11 Prl 6/12/1919.

12 Prl 24/1/1920.

13 Prl 6/12/1919.

14 C. Brassy, p. 20 et sq.

15 L’usage du Cercle Franklin par les syndicats demeure un réel enjeu, pratique et symbolique, puisque la première mesure de répression de l’armée en 1922, consistera à en expulser l’Ush et à le placer sous occupation militaire.

16 Voir les entretiens avec Louis Eudier et Charles Jacky, par John Barzman.

17 C. Brassy, p. 27.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search