Version classiqueVersion mobile

Dockers, métallos, ménagères : Mouvements sociaux et cultures militantes au Havre (1912-1923)

 | 
John Barzman

Troisième Partie. Apogée du mouvement novembre 1918 à mai 1920

Chapitre 3. Le point culminant du cycle de radicalisation mai à septembre 1919

Texte intégral

  • 1 Il est alors question de dérogations pour les ouvriers agricoles, marins, dockers et de nombreuses (...)

1Le 1er mai 1919 survient alors que l’action collective des couches populaires est en plein épanouissement. L’opinion publique ressent qu'après les sacrifices consentis pendant près de cinq ans de guerre, on ne peut remettre ces hommes et ces femmes au travail dans les mêmes conditions qu'avant le conflit. C’est ainsi que le gouvernement de Clemenceau concède le 26 avril 1919 la limitation de la journée légale de travail à 8 heures. La Journée internationale des travailleurs devient donc une célébration de cette réduction obtenue après trente ans de lutte, en même temps qu’un avertissement que la solidarité ouvrière ne tolérera pas que certaines catégories de salariés ne bénéficient pas de cette loi1. Mais elle exprime aussi de grands espoirs de transformation sociale. Dans l’esprit de nombreux militants, elle doit marquer la reprise de la lutte de classe, provisoirement suspendue pour cause d’Union sacrée en 1914, et servir de point de ralliement à partir duquel de grandes grèves et actions de quartier pourront être engagées.

Le 1er mai 1919 au Havre

  • 2 AN F7-12373 : Lettre du préfet de la Seine-Inférieure au Ministre de l'Intérieur, 13 avril 1919.

2C'est de la plume du préfet de la Seine-Inférieure, Charles Lallemand, que nous vient un des meilleurs exposés des possibilités de transformation sociale portées par la manifestation du 1er mai 1919 au Havre.2 Il est probable que le haut fonctionnaire tend à exagérer, dans les limites que lui permet son devoir d'information exacte, la précarité de l’ordre bourgeois dans son département afin d'obtenir les renforts de troupes qu'il sollicite. Néanmoins, son rapport met le doigt sur les signes de la radicalisation ouvrière et de la faiblesse des autorités publiques.

3Le préfet se plaint que “l'esprit qui a prévalu pendant la guerre a définitivement quitté tant les militaires que les civils”. Les causes du mécontentement sont, selon lui, la cherté du coût de la vie, l'état déprimé des affaires, l'interruption de la démobilisation, et les déceptions au vu des résultats de la victoire.

4“J'observe que l'état d'esprit qui prévaut dans le prolétariat est tel que, plus on satisfait ses revendications, plus il en réclame de nouvelles ; il est conscient de sa force, tant du point de vue mondial que national, et sa soif d'exercer sa ‘ dictature’ a été aiguisée par les exemples qui se multiplient”.

  • 3 Lallemand joint à sa missive une lettre se référant aux scandales d'Harfleur et de Folkestone, au c (...)

5L'opposition aux annexions prévues par les traités de paix, à l'intervention en Russie et la colère devant l'acquittement de Villain unissent désormais ceux qu’il nomme “les éléments responsables et extrémistes”. Lallemand explique ensuite qu'on ne peut même pas compter sur les classes moyennes, mécontentées par la cherté des vivres et des loyers et le mauvais fonctionnement des transports, et saisies par le désarroi, et même la résignation devant l'avancée irrésistible de la classe ouvrière. Même les corps répressifs manifestent des signes de tension. Le préfet signale l'agitation qui règne dans les rangs de la police municipale du Havre, et certaines défections chez les militaires. Par ailleurs, il ne faut pas compter sur l'aide des troupes britanniques ou belges encore stationnées au Havre, puisqu'elles sont elles-mêmes touchées par le mal3.

6Certains services stratégiques sont menacés. Le nœud ferroviaire de Sotteville, sous l'impulsion de Gautier et Courage, est devenu un petit soviet qui acclame régulièrement les extrémistes comme Jean Longuet, Pierre Brizon, Péricat et Hélène Brion, et peut bloquer les communications par rail dans le département. L'agitation menace aussi les communications postales et télégraphiques. Au Havre, les ouvriers typographes ont rejeté la voix de la modération de leur dirigeant national Keufer, et menacent de priver la population de nouvelles.

7Le préfet avertit qu'il existe une série de soviets dans un état latent - ou presque latent - attendant l'occasion de s'épanouir au plein jour. Il conclut en demandant l'exploitation de certains éléments étrangers, l'arrestation des agitateurs extrémistes et l'envoi d'au moins trois cent gendarmes supplémentaires.

8Le commissaire de police de Dieppe avertit le 20 avril, qu'à la suite du Congrès de Laval du réseau Etat, les cheminots de Seine-Inférieure pourraient prolonger la grève du 1er mai par une grève des bras croisés, passant outre aux instructions de la Cgt. A la veille du 1er mai, deux grèves sont en cours au Havre : celle des tramways et celle des charpentiers, qui s'étend à toute la corporation du bâtiment. Enfin, les marins et les fonctionnaires ont lancé des ultimatums de grève qui expirent le 1er mai.

9En réponse à ces rapports, le Ministre de l'Intérieur prend une série de mesures. Il interdit la principale manifestation, celle de Paris, mais pas les autres. Pour empêcher toute contagion, rendue d’autant plus probable que ce 1er mai comporte une forte tonalité internationaliste, il fait consigner les soldats français, britanniques et belges et tous les travailleurs coloniaux dans leurs casernes et baraquements. Enfin, il obtient que la direction nationale de la Cgt publie des directives afin que les cortèges se déroulent dans l'ordre. La Fédération des cheminots en particulier, envoie des instructions très précises à ses sections pour le maintien de certains services, et prévient qu'elle ne défendra pas les individus qui enfreindraient ses décisions.

  • 4 AN F7-12373

10Le 29 avril, le chef de la Sûreté au Havre, Italiani, reçoit François, Duchateau et Legrain, désignés par l'Ush. Il leur accorde un permis de manifester en échange de certaines assurances. Les organisateurs devront examiner toutes les banderoles au moment où on les sortira de Franklin, et éliminer tous les “mots d’ordre séditieux”. En outre, l'Ush devra désigner 150 moniteurs, arborant des brassards rouges, afin de maintenir l'ordre dans la foule. Italiani informe ses supérieurs qu'en conséquence la police sera tenue à l'écart, sauf pour certains agents qui seront dissimulés dans la foule. Le sous-préfet ordonne la fermeture des cafés et des restaurants le 1er mai, mesure qui laisse entendre qu'on craint des incidents violents.4

  • 5 Cette description se fonde sur PH 2/5/1919 et AN F7-12373 : Le 1er mai 1919.

11Le jour du 1er mai, la ville est presque complètement fermée, par la volonté des grévistes ou celle des autorités.5 Seules quelques banques et bureaux de ministère ouvrent le matin. Les grands magasins, les boucheries, épiceries et boulangeries, les barbiers, les services municipaux, les sièges de société, les services de taxi et de livraison sont fermés par décision des employeurs. Dans les industries, le travail a complètement cessé dans la métallurgie, l'alimentation, l'imprimerie et le textile, ainsi que sur le port, à la fonderie de nickel, sur les chantiers de construction et aux tramways. A l'usine à gaz et à la centrale électrique, quarante et vingt-trois travailleurs respectivement maintiennent un service minimum avec l'agrément syndical. Le Petit Havre estime qu'environ 16 000 à 17 000 travailleurs ont chômé au Havre, plus 6 000 à 7 000 dans les villes adjacentes. Quant aux porte-parole de l'Ush, ils remercient les 35 000 travailleurs qui ont participé.

12Le déroulement des activités mérite d’être rapporté dans le détail, car il fait apparaître les thèmes et les symboles dans lesquels se reconnaît la foule. La journée commence par deux rassemblements simultanés, l'un à la Maison du Peuple, l'autre à Franklin, aucun de ces bâtiments ne pouvant accueillir tous les participants. Les organisateurs semblent avoir voulu mettre en valeur les luttes syndicales, le rôle des femmes et la solidarité internationale dans la composition des bureaux de présidence ; le Gsh n’y est donc pas représenté en tant que tel.

13Environ mille cinq cent femmes et un nombre égal d'hommes se retrouvent à la Maison du Peuple. Les syndicats au cœur des luttes récentes figurent à la présidence : Le Bihan des cheminots, assisté de Mesdemoiselles Suzanne des métallurgistes, et Gilberte des couturières, et de M. Feuilloley des tailleurs d'habit et Colombel des tramways. Des banderoles des syndicats du port, des chemins de fer, des marins, des métaux et du groupe espagnol des terrassiers décorent les murs. Non loin de là, mille cinq cent autres personnes ont pris place à Franklin sous la présidence de Coursolles des métallos, assisté de Madame Bénard, militante au Bâtiment et à la section féminine de l'Ush, Madame Navarre, également de la section féminine, Boyer des charbonniers, tout juste rentré de l'armée, et Aguyon, des terrassiers.

14On fait les mêmes discours, à tour de rôle, dans les deux salles. Legrain, alors au faîte de sa popularité, parle des conquêtes de la classe ouvrière dans la période récente, et de la nécessité d'empêcher toute exception à la loi limitant le temps de travail à 8 heures par jour et quarante-quatre heures par semaine. Il dit qu'il faut une nouvelle révolution comme celle de 1789, aussi pacifique que possible. Enfin il appelle à la solidarité avec les révolutions allemande et russe contre l'intervention des Alliés.

15Montagne, des marins, condamne l’interdiction de la manifestation à Paris, regrette que le sang répandu pendant la guerre n'ait pas servi à assurer un avenir meilleur et réclame une amnistie totale. Fouré, des cheminots, salue le Président Wilson et appelle à la transformation de la société. Duchateau, du bâtiment, critique l'acquittement de Villain, assassin de Jaurès.

16Germaine Goujon, la secrétaire de la section féminine de l'Ush, explique qu'il faut la solidarité internationale des travailleurs pour défendre la journée de 8 heures, décrit la situation des femmes et exhorte ses compagnes à combattre l'alcoolisme et le manque d’hygiène. Le socialiste Le Chapelain retrace ensuite le dernier meeting que Jean Jaurès a fait au Havre, le 28 juin 1914, peint les horreurs de la guerre et déplore les divisions intestines. II finit en défendant la révolution russe qui, dit-il, a le droit à certains excès, tout comme la révolution française. Enfin, François qui apparaît désormais comme le vétéran du mouvement ouvrier, fait le traditionnel historique de la Journée internationale des travailleurs et énumère les revendications de la Cgt.

17Après le rassemblement, les participants se regroupent par syndicats et autres associations pour former des contingents distincts. Environ dix mille personnes s'ébranlent à partir de la Maison du Peuple qui est décorée d'un buste de la République habillée d'une écharpe rouge, d'un portrait de Jean Jaurès et de deux banderoles, “Vive le 1er mai”, et “Prolétaires de tous les pays, unissez-vous !” Le drapeau de l'Ush flotte en tête du cortège, suivi des représentants de la Cgt, du syndicat des terrassiers avec son groupe espagnol, des cheminots, des marins, dont le drapeau est porté par un homme noir et un Algérien, de la section féminine, des tailleurs de pierre, des ouvriers du port, des métallos, du Groupe socialiste, des mouleurs, des voiliers, des camionneurs, des charbonniers, des employés des tramways, des typographes, des ouvriers du gaz, des tailleurs d'habit, des postiers et fonctionnaires. Le journaliste relève que les femmes manifestent avec une ferveur particulière. Quelques soldats sont présents dans le défilé, y compris quelques Russes. Des centaines de commissaires munis de brassards rouges canalisent le cortège.

  • 6 DH 3/5/1919.

18Les mots d'ordre suivants figurent sur les banderoles : “A bas la censure !”, “Nationalisation des moyens de transport”, “A bas l'alcool : du pain et du sucre !”, “Rendez-nous nos hommes : démobilisez !”, “Travailleurs, lisez la presse d'avant-garde”, “Nous voulons une société qui bénéficie à tous”, “Unissons-nous”, “Amnistie”, “Pour la journée de 8 heures”, “Pour la semaine de quarante-quatre heures”, “Désarmement général”, “Hygiène et santé publique”, “Abolition de l'état de siège et de la loi de 1849”, “Réduisez le coût de la vie : des baraques Vilgrain”, “Augmentez nos salaires : donnez-nous nos 15 F (tramways)”, “Des pensions”. Les manifestants chantent l'Internationale presque sans discontinuer. Quelques-uns entonnent la chanson antimilitariste du 17ème régiment. Le journal radical note avec intérêt que les travailleurs ont crié “A bas le maire ! Démission !” en passant devant l'Hôtel de Ville.6

19La manifestation se termine sans incident à cinq heures. Le lendemain, la nouvelle que la police parisienne a tué deux manifestants du 1er mai et en a blessés 600 à 700 autres suscite la colère. Caspar-Jordan félicite les autorités publiques du Havre d'avoir su éviter les effusions de sang. Aussi bien le rapport de police que le journal Le Petit Havre annoncent que la manifestation a été plus petite que prévue par les organisateurs. La peur d'incidents a peut-être contribué à éloigner certaines personnes au Havre. Mais la mobilisation a été assez large pour impulser un nouveau cycle de luttes marquées par des revendications plus politiques que dans les premiers cinq mois de l'année. Les morts et les blessés de Paris confirment aux yeux de tous que l'Union sacrée est bel et bien terminée.

Les grèves et l’agitation de mai et juin 1919

20En ce qui concerne Le Havre, on retire des sources l’impression, d’une montée générale du mouvement social au milieu d’une grande confusion : les grèves, les accords mettant fin aux grèves, et les nouvelles grèves se suivent en succession rapide. Un sentiment de force et une volonté de changement immédiat conduisent de plus en plus d’ouvriers à se syndiquer et à suivre les mots d’ordre de la Cgt. Les syndicats actifs avant le 1er mai grandissent encore, tandis que certaines corporations engendrent leur premier syndicat. Ainsi, les employés de bureaux (des sièges sociaux, banques et autres organismes privés) se rassemblent au nombre de 1 300 pour fonder un syndicat. Ils sont imités au cours des mois suivants par les selliers-bourreliers, assistants en pharmacie, musiciens et ouvriers de l’hôtellerie-restauration.

  • 7 PH 28/5/1919.
  • 8 DH 5/7/1919.

21Chez les fonctionnaires, le glissement vers des formes d’action et d’organisation plus ouvrière se poursuit. L’Amicale des enseignants havrais demande son affiliation à la Cgt.7 Cinq cent travailleurs municipaux, réunis le 23 juin, s’engagent à soutenir les actions de la Cgt : les éboueurs se mettront en grève en octobre 1919. Le 5 juillet, une coalition du secteur public (Etat, département, municipalité, régies) rassemble 2 500 personnes à Franklin et fixe le 30 juillet comme date limite pour la satisfaction de ses revendications.8

  • 9 RO, juin 1919.

22Plusieurs conflits importants sont déjà en cours le 2 mai, ou imminents. Celui des tramways, commencé en avril, se prolonge. Les travailleurs du bâtiment décident d’étendre celui des charpentiers à toute la branche. Ils réaffirment leur attachement aux barèmes rejetés par les entrepreneurs et condamnent l’intervention alliée contre “les jeunes républiques européennes qui tentent d’établir des bases fédératives, socialistes ou communistes”.9 Dans la branche maritime, l’échéance du 1er mai est différée parce que des pourparlers ont commencé sur la journée de 8 heures ; mais de nouveaux préavis sont déposés pour le 15 juin, puis le 20, et enfin le 21 juillet, date prévue pour une grève internationale contre l’intervention alliée en Russie. A bord des navires, les marins ont resserré les mailles du réseau de délégués.

23Des mouvements de grève se déclenchent plus ou moins spontanément à Rouen, dans le textile, les métaux et la chimie au cours du mois de mai, et se propagent dans tout le département. La grève du textile touche Bolbec, où elle dure jusqu’au 1er juillet. Les ouvriers verriers de Tourres, au Havre, forment un syndicat et présentent leurs revendications ; leur dirigeant, Lebourg, est immédiatement licencié, ce qui conduit à une grève de trois jours. L’accord réintègre Lebourg, accorde la journée de 8 heures et étend au Havre les barèmes obtenus ailleurs par les verriers. Cette grève semble assez typique des nombreux conflits qui surgissent en mai et juin. Le 7 juillet, Le Petit Havre annonce que des conventions accordant la journée de 8 heures sont en cours de négociation au niveau national, entre fédérations patronales et ouvrières, dans les branches de l’imprimerie, de l’habillement et du pétrole ; et au niveau départemental, dans celles de la blanchisserie et de la chaussure.

  • 10 AN F7-13.367 : Lettre du préfet à Intérieur, no 36.238, 15/4/1919.

24La plus importante de ces grèves parties de Rouen est celle des métaux, dirigée par Gilles. Mais Le Havre y a peu participé. En mars et avril, les délégués de syndicats de métallurgistes normands se sont réunis à Caen et à Rouen pour coordonner leur action en vue de l’obtention d’un barème unique au niveau national ou régional. Pendant ces rencontres, on signale plusieurs grèves des bras croisés au Havre, après la signature des accords de principe, situation assez semblable à celle des grèves parties de la base dans la région parisienne.10 A Rouen, les grandes grèves des métaux commencent le 20 mai, à peu près en même temps qu’à Paris, se généralisent le 23 mai, et s’étendent à Fécamp et à d’autres villes le 3 juin.

  • 11 L'ouvrier métallurgiste du Havre 15/11/1919.
  • 12 Voir J. J. Doré, ch. 4, et les procès-verbaux du syndicat cités par B. Vallet, p. 44.

25Il semble que le syndicat des métallos havrais ait décidé de s’en tenir à la convention du 26 avril, amendée le 27 mai.11 Deux indices nous conduisent à ce jugement : premièrement, les métallos de Fécamp veulent que leurs salaires soient alignés sur ceux du Havre, ce qui implique que les Havrais ont déjà obtenus les meilleurs salaires de la région, et deuxièmement, les déclarations des dirigeants métallos havrais, comme celle de Coursolles, le 17 mai : “Il ne faut pas s’arrêter aux directives de la Fédération ou de la Cgt, mais agir sur la base de sa propre conscience”. Le 24 juin, une réunion du syndicat proteste contre l’impuissance de la Cgt.12 Le 5 juillet, le journal de Péricat, L’Internationale, reproduit une déclaration de délégués d’atelier du Havre “refusant d’accepter tout mouvement de grève générale qui ne serait pas étendu à toutes les forces vitales du pays”. Il est donc probable que les métallos havrais attendent et espèrent qu’une épreuve de force générale ait lieu en mai ou juin 1919, mais qu’à défaut, ils sont plutôt réticents à lancer une grève, ce qui n’empêche pas quelques arrêts de travail autour de revendications révisées à la hausse.

  • 13 L'Heure 11/6/1919 ; Hu 12/6/1919 ; AN F7-13.760.

26La situation se tend aussi dans les branches maritimes et portuaires. Le 9 juin, 500 marins havrais fixent la date du 15 juin pour l’entrée en vigueur de la journée de 8 heures dans la marine marchande et acclament la république soviétique. Cet ultimatum est réaffirmé au congrès de la Fnsm le 11 juin. La grève qui doit prendre effet le 21 juin est suspendue in extremis à la réception d’un télégramme du Ministre Claveille promettant de soumettre un amendement à la loi. Des incidents éclatent alors à bord de plusieurs navires, notamment le Savoie.13

  • 14 AN F7-13.702.

27Après la démonstration de force du 1 er mai, les ouvriers du port commencent à manifester leur mécontentement à l’égard de l’accord conclu le 31 mars, à peine deux mois auparavant. Lors d’une réunion de 900 dockers le 13 juin 1919, Hervieu, l’ancien dirigeant, et Béhanzin, un des “durs” du temps de guerre, s’accordent pour proposer que le syndicat dénonce le contrat. François objecte que le syndicat ne peut agir comme une girouette, et doit respecter ses engagements. Mais il ne peut empêcher de nombreux ouvriers de réclamer une augmentation des 12 F de l’accord, à 20 F, et de préparer une action pour la fin juillet, si la Cgt lance un mot d’ordre de grève générale.14

28Les autorités publiques et le patronat font tout ce qui est en leur pouvoir pour régler autant de conflits que possible aussi vite que possible, avant qu’une convergence des mouvements dispersés ne se produise. La grève des tramways se termine lorsque la ville réquisitionne la compagnie le 22 mai. Plusieurs grèves locales sont réglées dans le cadre des conventions collectives départementales ou nationales (verre, chimie, chaussure, blanchisserie, textile). La grève du bâtiment se termine le 5 juillet dans des circonstances considérées comme une victoire des ouvriers.

29Les concessions obtenues dans une corporation enhardissent les ouvriers des autres corporations qui estiment désormais que la combativité paye. Les dockers et les métallos se montrent prêts à dénoncer leurs contrats et à rejoindre un mouvement d’ensemble. Les marins vacillent au bord de la grève pour les 8 heures depuis deux mois. Les cheminots ont affirmé publiquement le 1er mai qu’ils rejoindraient un mouvement d’ensemble (contrairement à mai 1918).

  • 15 RO no 15, juillet 1919.
  • 16 RO, no 16, août 1919.

30Par ailleurs, les deux questions de la non-intervention en Russie et de la vie chère unifient les diverses composantes du mouvement ouvrier et populaire et même d’autres catégories de consommateurs et d’anciens combattants. Le 10ème congrès de l’Ush, réuni le 1er juin, choisit justement d’agir pour l’extension de la journée de 8 heures à tous les emplois, contre la vie chère et pour la solidarité avec la Russie soviétique. Les délégués des 27 syndicats havrais envoient “leur salut fraternel aux marins de la flotte de la mer Noire [qui ont refusé des ordres de combattre les bolcheviques] et expriment leur plus ardent espoir aux ouvriers de Russie que le prolétariat russe réalise son émancipation complète”.15 On mesure la progression des révolutionnaires au fait que le congrès désigne trois minoritaires (Legrain, Coursolles et Parisot) et trois majoritaires (François, Montagne, Duchateau) comme propagandistes chargés d’expliquer ces questions devant les réunions syndicales et rassemblements publics.16

Le 21 juillet 1919

  • 17 CE, no 27, août 1919.

31On a vu que l’idée d’une grève internationale contre la vie chère et contre l’intervention alliée en Russie correspond à une attente assez largement répandue au Havre. Quand la Cgt et le Psu en fixent la date au 21 juillet et que des organisations allemandes, britanniques, italiennes et russes commencent à s’y rallier, les syndicats havrais la préparent avec ardeur. Le syndicat du réseau Etat annonce qu’il appliquera la consigne et sa section havraise, qui enrôle déjà une forte majorité des cheminots de la ville, enregistre un afflux d’adhérents désireux de faire partie du mouvement.17 Métallos et dockers adoptent des résolutions contre l’intervention en Russie en vue de la journée du 21. Rappelons que les 2 500 travailleurs du secteur public réunis à Franklin ont fixé le 20 juillet comme échéance au-delà de laquelle le travail cessera. Des motions similaires sont adoptées dans de nombreux syndicats.

  • 18 AN F7-13.760. Il s’agit de l’incident évoqué dans l’introduction de cet ouvrage.

32Le conflit qui présente le plus de risques de transformer Le Havre en détonateur d’une grève générale, est celui des marins. La marine marchande n’a toujours pas été incluse officiellement dans les branches concernées par la loi sur les 8 heures. Comme les pourparlers avec le Ministre Claveille et les discussions dans les commissions d’arbitrage trament en longueur, une série d’incidents se produit à bord des navires ancrés au Havre. Le 28 juin, 400 gens de mer cessent le travail à bord du Savoie, suivis le 7 juillet, par l’équipage du Touraine.18 Le 13 juillet, le conflit, toujours sans solution, se propage au France, et une assemblée de 600 gens de mer vote de bloquer les navires jusqu’à nouvel ordre. Un rassemblement en l’honneur de marins hollandais est organisé, l’internationalisme étant à l’honneur dans les préparatifs du 21 juillet. Une grève effective des marins havrais serait quasiment sûre d’obtenir le soutien des ouvriers du port et des chemins de fer havrais, et pourrait se propager à tout le réseau Etat.

33La mobilisation ne fléchit ni devant les menaces de représailles contre les travailleurs du secteur public, ni devant la formation d’associations de défense civique, ni devant les affiches de la Chambre de Commerce avertissant la population que toute grève entraînerait des dégâts irréparables pour le commerce havrais, et par suite, un chômage massif. L’élan ne retombe que lorsque la direction confédérale, après un entretien avec Clemenceau, annule l’ordre de grève, le 19 juillet. Cependant, le désir d’en découdre demeure fort et se reporte sur la lutte contre la vie chère.

Les actions sur les marchés

  • 19 DH 26/7/1919, RO no 17, septembre 1919. Voir J. Barzman, “Entre l’émeute, la manifestation et la co (...)

34Le mouvement d’action directe contre la vie chère de la fin juillet 1919 semble être parti de Rouen, où une grève du bâtiment est en cours. Ces grévistes ont décidé d’appliquer une réduction de 50 % sur les articles vendus au marché, et leur action a ensuite été étendue par les cheminots.19

  • 20 PH 28/7/1919.

35Le dimanche 27 juin Le Havre est touché.20 Très tôt le matin, un groupe de militants de l’Ush, constitué notamment de ceux qui ont l’habitude de s’occuper des soupes communistes lors des grèves, apparaît sur le marché Notre-Dame autour d’un camion. Ils ordonnent aux vendeurs de réduire leurs prix et achètent une grande quantité de produits qu’ils transportent ensuite au marché du Rond-Point. Là, François fait déployer une grande banderole “Ush - Lutte contre la vie chère - Guerre aux affameurs”, suivie des prix fixés par l’Ush pour divers articles. Les marchands acceptent les nouveaux prix “sans un sourire”, rapporte le journaliste du Petit Havre. Les acheteurs se précipitent alors sur les étalages pour faire leurs provisions. L’ordre est maintenu par des moniteurs de l’Ush et la police municipale qui a reçu l’ordre de ne pas intervenir.

36Le lendemain, lundi, deux épiceries, les maisons Baigue et Sadoub, sont contraintes de baisser leurs prix. Mais le mardi, la police envoie des patrouilles aux marchés Notre-Dame, du Rond-Point et de la Halle aux Poissons, et permet aux marchands, assez intimidés, d’augmenter leurs prix dans une certaine mesure. Néanmoins, les équipes de l’Ush continuent à circuler pendant les deux semaines suivantes, réimposant des baisses à chaque visite.

  • 21 Sauf pour les 1 200 magasiniers permanents des Docks et Entrepôts, Docks du Pont Rouge et Magasins (...)

37Le 30 juillet, les rangs des militants consommateurs des marchés sont renforcés par ceux de milliers de dockers. En effet, mécontents de l’accord du 31 mars, les dockers entament finalement une grève des heures supplémentaires qui doit durer tant qu’on ne leur accordera pas 18 F par jour. L’Union des employeurs réplique en imposant un lock-out dans tout le port le 30 juillet21.

38Le lendemain, François demande au contrôleur de la main-d’œuvre, le Lieutenant Chardenal, la permission de mettre en route une coopérative de déchargement, gérée par le syndicat, afin d’éviter toute pénurie de vivres. Chardenal y consent et 295 dockers se mettent à l’œuvre sous François. Outre ce groupe syndical, quelques centaines d’autres dockers sont engagés par l’armée pour conduire des équipements de levage réquisitionnés chez le manutentionnaire Mannoni. Le syndicat des dockers souligne qu’il fait tout ce qui est en son pouvoir pour éviter une interruption des livraisons de denrées alimentaires qui pourrait provoquer une nouvelle hausse des prix.

39Cette initiative conduit dès le 31 juillet le Ministre des travaux publics à inviter François et l’Uemop à se rencontrer au ministère à Paris, en vue d’établir une commission paritaire chargée de réviser les salaires. Le travail doit reprendre le 2 août, mais la résistance de plusieurs entreprises et de certains dockers, notamment à la Compagnie Cunard, repousse la solution du conflit au 5 août. C’est donc dans le contexte d’une mobilisation exceptionnelle des dockers que se déroule Faction sur les marchés.

40Le 30 juillet, l’Ush établit une commission chargée de faire respecter “les prix normaux”. Cette commission d’origine syndicale est présidée par Legrain, mais accepte que le maire du Havre par intérim, Vigné, assiste à ses travaux. Composée de cinq membres de l Ush (François, Duchateau, Montagne, Legrain et Malot) et de trois suppléants (Mademoiselle Langlois, et Lambert et Brovetto), elle publie ses premières mercuriales le 30 juillet et les fait mettre en vigueur sur les marchés dans les jours suivants. Le 3 août, 400 commerçants, reconnaissant cette autorité de fait, rencontrent la commission pour discuter les mercuriales de la semaine suivante.

41Le 2 août, l’Ush convoque la population à un grand rassemblement afin d’expliquer le sens des actions sur les marchés et d’appeler à la discipline. Coursolles, François et Duchateau sont les principaux orateurs. Les assistants demandent au gouvernement de réquisitionner les denrées alimentaires et autres nécessités, et de les placer à la disposition de la municipalité afin qu’elles soient distribuées à la population, de subventionner les coopératives, d’améliorer rapidement le réseau des transports, de poursuivre les accapareurs et d’appliquer la journée de 8 heures partout.

42La flambée des prix a déclenché une vague de mécontentement dans toute la France. Le gouvernement réagit le 31 juillet par un décret ordonnant l’établissement de commissions tripartites dans tous les chefs-lieux de département et autres villes où cela se justifie. Il suggère que, dans chaque département, les préfets désignent douze membres de cette commission, dont quatre représentants des consommateurs (syndicats et coopératives), quatre représentants du commerce (commerçants et agriculteurs) et quatre représentants des administrations locales. Le même jour, pour éviter que les commerçants ne contournent le contrôle des prix, le préfet de la Seine-Inférieure interdit toute transaction en dehors des marchés régulièrement établis.

43Ces mesures du gouvernement visent à ramener le mouvement contestataire dans des canaux réguliers. Les journaux de gauche, après une première phase d’étonnement, voire de sympathie, commencent à expliquer que les actions de l'Ush ne sont pas dirigées contre les vraies causes du mal. Les radicaux décrivent ces actions comme “empiriques” et conseillent à l’Ush de revenir à des solutions plus raisonnables. Le préfet affirme que la flambée des prix a été aggravée par les achats intempestifs de ménagères peu averties. Les commerçants prétendent que s’ils ne peuvent pas offrir un bon prix aux grossistes et producteurs, les approvisionnements seront détournés vers d’autres grands centres. La Confédération générale de l’agriculture proteste contre le fait que seuls deux sièges sur douze sont attribués aux agriculteurs dans les commissions tripartites. Des milieux bien-pensants s’élèvent des voix pour dire que le problème est complexe, qu’il mérite d’être étudié plus profondément, qu’il faut laisser tous les intérêts concernés s’exprimer.

  • 22 PH 4/7/1919. Ses dirigeants comprennent : M. Visconti, employé commercial, le docteur Loir, directe (...)

44Ce point de vue raisonnable, équilibré, disent-ils, peut être élaboré par les commissions officielles tripartites et la Ligue des consommateurs havrais, fondée à l’initiative de citoyens respectables, possesseurs d’une expertise sur les questions de distribution des denrées alimentaires, comme alternative à la Ligue de défense des consommateurs de l’UD22. La nouvelle Ligue lance une pétition aux termes assez vagues demandant au gouvernement de faire graduellement baisser les prix, et organise une conférence sur les causes de l’inflation. Lorsque la parole est donnée au public, un des assistants déplore le fait que si peu d’ouvriers manuels soient présents.

  • 23 PH 9/8/1919.

45Le 8 août, les cheminots de Sotteville se rendent au marché Notre-Dame et imposent les prix fixés par la commission de l’UD. Comme les prix de Rouen sont légèrement inférieurs à ceux du Havre, leur intervention est approuvée par les consommateurs.23 De nombreux intermédiaires évitent désormais les marchés du Havre et de Rouen.

  • 24 PH 14/8/1919 et 16/8/1919.

46Le 10 août, Vigné annonce que la ville du Havre établira sa propre commission de 12 membres, dont deux représentants de 1’Ush, deux des coopératives, et un président représentant la municipalité. Il invite l'Ush à fondre la commission qu’elle a initiée, et qui fonctionne depuis 10 jours, dans la nouvelle, et précise : “La commission officielle de fixation des prix vient d’être nommée et remplacera la commission volontaire qui était de nature provisoire et dérivait ses pouvoirs des consommateurs et des commerçants”. Un éditorial du Petit Havre avertit que les actions ouvrières ont été acceptées tant qu’elles restaient exceptionnelles, mais que le public commence à prendre peur. Il conseille à ses lecteurs de rejoindre la Ligue des consommateurs havrais qui pourra les représenter aux commissions paritaires officielles.24

  • 25 RO no 17, septembre 1919.

47Cependant, l’Ush ne se laisse pas convaincre. Le 18 août, l’UD convoque une conférence extraordinaire sur la vie chère à Rouen. Cinquante délégués de syndicats, représentant 70 000 membres y viennent et décident unanimement 1) de généraliser les méthodes d’action directe utilisées dans la Seine-Inférieure, et 2) de créer des commissions syndicales chargées de sillonner la France pour diffuser la consigne.25 Legrain intervient contre la participation aux commissions paritaires, en lui opposant la nécessité de travailler à une transformation totale de la société. Baudu, du syndicat havrais des cheminots, propose que l’UD forme une agence d’achats en commun. L’assemblée élit alors une commission de taxation syndicale où siègent notamment Bellamy et Duchateau, du Havre. C’est le point culminant du mouvement.

  • 26 Composition de la commission : Morgand, maire du Havre, président ; Fontaine, épicier en gros, Font (...)

48En effet, la Cgt ne relève pas l’appel à étendre l’action au reste du pays. Au Havre, l’Ush finit par accepter de participer à la commission officielle avec quatre représentants propres et deux des coopératives, mais la commission a été élargie à 24 membres26.

49Les commerçants ont activé leurs syndicats professionnels qui expliquent, chacun dans leur spécialité, pourquoi il faut augmenter les prix. Les discussions à la commission paritaire deviennent longues et compliquées. L’Ush se plaint de ce que les marchands ne respectent pas les prix qui y sont décidés et exige des prix obligatoires. Elle propose aussi que les marchands des quatre saisons, qui ont formé un syndicat affilié à la Cgt, soient autorisés à vendre sur les marchés sans être gênés par la police. Même la respectable Ligue des consommateurs signale que les commerçants ne vendent que des produits immangeables aux “prix normaux”

50Lors d’une réunion de cette Ligue, le radical Déliot tente de rejeter la faute sur “la campagne” prise en bloc et réclame la réquisition des paysans. James de Coninck, armateur et patricien havrais, en profite pour prendre la défense des ruraux. Il explique que ce sont les salaires qu’il faut baisser afin que les agriculteurs payent moins cher le ferrage de leurs chevaux, les réparations, les engrais et les aliments à bestiaux. Un débat s’ensuit dans la presse opposant les intérêts supposés des citadins aux intérêts supposés des ruraux.

51Le 25 août, la commission officielle régionale du Havre commence à renvoyer à la commission départementale siégeant à Rouen la fixation définitive des prix normaux, ce qui ajoute de nouvelles procédures et de nouveaux délais entre les plaintes des consommateurs et les sentences de la commission.

  • 27 RO no 18, octobre 1919.

52Le 1er septembre, l’Ush envoie une lettre ouverte à Vigné déclarant qu’elle démissionne de la commission officielle : “A dater du 1er septembre, les délégués ouvriers à la commission de fixation des prix des vivres se retireront de celle-ci. Malgré tous nos efforts, les prix normaux annoncés chaque semaine n’ont pas été respectés ; les commerçants ont augmenté leurs prix de vente chaque semaine ; bientôt les prix se retrouveront où ils étaient avant que l’action ouvrière contre la vie chère ne commence. Des placards annonçant notre décision seront apposés sur les murs du Havre immédiatement... ” L’UD quitte la commission départementale à peu près à la même date.27

  • 28 Ibid.
  • 29 La campagne électorale démarre peu après, et Léon Meyer, une fois élu maire, prendra des mesures pl (...)

53L’Ush et l’UD tirent des enseignements assez différents de ces événements, correspondant probablement à la radicalité de la première et au modérantisme de la seconde. L’Ush déclare que : “Au vu de l’inaction judiciaire dans la répression des spéculateurs, des accapareurs, et des profiteurs, l’Ush reprendra l’action énergique engagée il y a quelques semaines sur les marchés du Havre”.28 Elle conseille de maintenir des relations fraternelles avec la classe paysanne, d’éviter la ruée sur les produits et la surenchère, d’adhérer aux coopératives, et d’établir des comités de vigilance dans tous les quartiers. Déclaration d’intention car l’élan de l’action directe a été perdu, et on ne trouve pas d’indications que des protestations aient eu lieu sur les marchés dans la période suivante29.

  • 30 RO no 15, septembre 1919.

54L’UD, par contre, par la plume de son dirigeant réformiste Dubois, écrit : “L’action directe utilisée sur les marchés était en fait une attaque soudaine contre les profiteurs d’une part, mais aussi quelque chose qui nuisait aux producteurs, souvent même aux petits”.30 De toute façon, explique-t-il, les gros ne vendent pas sur les marchés ; la campagne a été remontée contre la ville ; et ce qu’il faut vraiment, c’est plus d’organisation.

Nouvelle polarisation au sein du mouvement ouvrier

55La lutte contre l’inflation ne constitue qu’une des arènes où s’affrontent deux conceptions du mouvement ouvrier. Les divisions s’approfondissent aussi sur la question de la révolution russe et de l’annulation de la grève générale du 21 juillet. Au Havre, ces clivages se manifestent dans les syndicats aussi bien que chez les socialistes, chaque aile du mouvement se rattachant à des groupements au niveau départemental, national, voire international. Dans le mouvement syndical, l’aile modérée se regroupe essentiellement autour de Dubois à Rouen, et de Montagne au Havre. L’aile plus radicale, autour de Maurice Gautier à Rouen, et de Legrain, Coursolles et Parisot au Havre. A la tête de l’Ush, François cherche à jouer un rôle de conciliateur.

  • 31 Ibid.

56Les progrès de la minorité inquiètent les majoritaires. Dubois laisse même percer une certaine exaspération dans ces articles du Réveil ouvrier. En juillet, il alerte ses lecteurs contre les téméraires, se plaint qu’un vent de folie souffle sur la classe ouvrière, et condamne les impulsifs, les jeunes, ceux qui savent tout.31 En août, il explique que l’action du 21 juillet a dû être suspendue parce que la masse des syndiqués est réticente, fraîchement arrivée au syndicalisme et en manque de formation. En novembre, après le congrès de Lyon, il dénonce les individus toujours mécontents. Des petites notes dans son journal avertissent les critiques de ne plus se donner la peine de soumettre d’articles polémiques parce qu’ils ne seront pas publiés.

57Montagne est plus habile. Il a obtenu des Ministères de nombreuses améliorations des conditions de travail des marins pendant la guerre et l’immédiat après-guerre, mais avec l’abandon par l’Etat de sa politique dirigiste, il risque de se trouver en difficulté. Sa base a engagé des grèves en juillet, sans attendre de consigne de la Fédération. Montagne leur répond dans deux articles en septembre que la voie la plus profitable est celle de la négociation. Le premier, intitulé “Des résultats !”, détaille les augmentations de salaires obtenues par les sentences de la commission d’arbitrage. La deuxième annonce que les gens de mer auront enfin, droit à la journée de 8 heures, et que Montagne, Lévarez et Chachuat ont été nommés à la commission qui surveillera son application dans la marine marchande.

  • 32 Prl 23/8/1919 ; A. Delhom, p. 171.

58L’impatience de la base est évidente dans plusieurs autres syndicats. Chez les cheminots, elle débouche sur un bref arrêt de travail le 7 novembre, et sur une nouvelle progression des minoritaires. Chez les gars du bâtiment, la majorité perd une position après l’autre. La grève victorieuse de mai et juin 1919 a été conduite malgré ou sans l’avis de Duchateau. En août, Flahaut, un minoritaire appuyé par Parisot, est élu secrétaire permanent du syndicat général. En septembre, Duchateau, qui propose de voter la confiance à la direction Jouhaux-Merrheim de la Cgt, est désavoué par les syndiqués qui le mandatent de voter contre la majorité au congrès Cgt.32 Finalement, en décembre 1919, Duchateau et Jules Leroux sont remplacés à la tête du syndicat général par Emile Alliet, un jeune ancien combattant soutenu par Parisot.

  • 33 Verdier est mandaté par Decazeville et devient l’un des dirigeants de la fraction anarcho-syndicali (...)
  • 34 La Bataille 14/9/1919.

59Mais le conflit le plus dur entre majoritaires et minoritaires se déroule chez les métallos. Legrain rejoint les forces minoritaires de la Loire, de Marseille et de la région parisienne dans une campagne contre le rôle qu’a joué Merrheim dans la signature de la convention collective nationale de la branche métaux. Délégué aux congrès de la Fédération des métaux, puis de la Cgt, à Lyon en septembre 1919, Legrain y suit les consignes de Verdier33. Celui-ci considère que les grèves parties de la base en mai et juin ont été prématurées, et préconise une lutte interne qui contraigne la Fédération à prendre l’initiative d’un mouvement vraiment national. Dans sa réponse, Merrheim s’en prend directement aux bastions de la minorité : “Certains syndicats, comme celui du Havre, qui ont déjà refusé [d’augmenter] les cotisations, ont aussi voté contre l’action du 21 juillet du fait qu’elle ne se fixait pas la révolution comme objectif. En même temps, Legrain, tu écrivais au préfet de la Seine-Inférieure pour lui demander une subvention de 20 000 F pour une société de gymnastique”. Merrheim lit alors la lettre de Legrain au préfet et des rires prolongés fusent dans la salle.34

60Legrain répond que sa lettre a été arrachée à son contexte. Il proteste contre la “contamination dans les ministères et les négociations cordiales avec les patrons qui sapent l’esprit de lutte de classe”. A propos de la révolution russe, il dit : “C’est le bolchevisme qui a amené la paix”. Il conclut :

  • 35 Chiffres du Temps, 14/9/1919.

61“Vous auriez dû suivre les masses, vous n’avez pas été à la hauteur de ce que les circonstances exigeaient de vous”, Les congressistes votent contre la minorité par 154 voix contre 88 au congrès des métaux, et par 1 292 voix contre 588 à celui de la Cgt.35

62A son retour en Normandie, Legrain, avec l’aide de Coursolles, trésorier du syndicat, établit un Comité syndicaliste révolutionnaire (Csr) du Havre, et le syndicat des métaux lance son propre journal, L'ouvrier métallurgiste du Havre et des environs, afin de donner à la minorité une tribune où elle pourra répondre au journal majoritaire, Réveil ouvrier. Le Csr développe une critique dure contre Merrheim et ses partisans locaux, Le Chapelain et Viandier. Il s’élargit à des militants du bâtiment, du port et de l’enseignement, et devient le centre d’opposition aux modérés.

63Un processus de polarisation analogue divise les socialistes de Seine-Inférieure en trois fractions, la droite, le centre et la gauche. Renaudel, représentant de la Seine-Inférieure à la direction nationale du Psu, dirige avec Léon Blum l’aile droite du parti au niveau national. Il s’appuie dans la fédération sur les élus de la région rouennaise et havraise : Eugène Tilloy, maire de Sotteville, et Ernest Poisson, de Rouen ; Le Chapelain et Allan, conseillers municipaux du Havre, des syndicalistes comme Montagne, des coopérateurs comme Leroux., et des enseignants comme Guitard, qui se distinguent par leur volonté de forger une alliance électorale avec les radicaux, et leur empressement à se dissocier de la révolution russe.

64Les contours du centre et de la gauche socialiste en Seine-Inférieure sont assez flous. La principale distinction entre ces deux courants réside dans leur origine, les premiers étant surtout des socialistes “réguliers”, plus anciens, les seconds, souvent des anarchistes et syndicalistes révolutionnaires attirés par le parti socialiste depuis la révolution russe. Les premiers sont forts à Rouen où ils ont acquis la direction de la Fssi quand Gustave Courage en est devenu le secrétaire. A Fécamp et Dieppe, respectivement, Ernest Lepez, ancien dirigeant de la fédération, et Paul Briard, instituteur, sont liés à la gauche du parti. Au Havre, la gauche du parti est fort variée, plus anarchiste que socialiste. Elle apparaît nettement en août 1919 avec la décision de publier Le Prolétaire, malgré les injonctions des Rouennais qui voudraient que le nouveau journal de la fédération, Le Progrès (nouvelle série), soit le seul des socialistes de Seine-Inférieure. Le rédacteur-en-chef du Prolétaire, Marcel Guillemâtre, on l’a vu, est membre simultané des groupes socialiste et libertaire. Dans une tradition non sectaire et pluraliste, Le Prolétaire ouvre ses colonnes à toutes les opinions socialistes, syndicalistes et coopérativistes.

65Les anarchistes donnent le ton dans plusieurs des groupes qui surgissent autour du groupe socialiste, notamment le Groupe des amis de la presse d’avant-garde, la Jeunesse syndicaliste, et le Groupe libertaire communiste.

  • 36 Prl 5/9/1919.

66La stride division des tâches entre syndicat et parti socialiste est de moins en moins respectée au Havre. Pendant la guerre, les dirigeants socialistes modérés sont intervenus sans la moindre hésitation dans l’Ush et le syndicat des métallurgistes. A présent, les dirigeants du Csr, en théorie groupement syndical, participent activement aux débats du Parti socialiste sur sa politique. Le 5 septembre 1919, par exemple, le Gsh propose un débat entre Fouré et Baudu, tous deux dirigeants du syndicat des cheminots, mais l’un proche de la droite et l’autre de la gauche socialiste. De même, l'Union des coopérateurs se fait l’hôte d’un débat entre le dirigeant socialiste modéré Le Chapelain, et le dirigeant du Csr Coursolles.36

  • 37 PH 7/7/1919.

67Les divergences relèvent aussi de la culture du mouvement et de la sensibilité. On le voit dans les attitudes différentes adoptées par les deux ailes face aux cérémonies marquant la fin de la guerre. Montagne et les marins font célébrer une messe en l’honneur des marins tombés à l’ennemi, en présence des plus éminentes personnalités de la bourgeoisie havraise.37 Par contre, André Marcel, qui écrit régulièrement dans Le Prolétaire, dénonce amèrement la cérémonie et la parade militaire à l’occasion du retour du 129ème régiment d’infanterie au Havre, le 30 août :

68“Battu en Prusse, le militarisme triomphe aujourd’hui et se renforce dans notre pays. Nos libertés ont été supprimées ; la censure nous surveille ; l’état de siège continue ; la race des profiteurs continue ses méfaits sans retenue. Dans les geôles de la glorieuse République, 60 000 pauvres diables, attendant en vain l’amnistie, payent le prix fort pour un moment d’égarement... Quelques discours devant un cénotaphe ne suffiront pas à honorer nos morts”.

69En réponse à l’invitation du maire Morgand priant tous les citoyens de se joindre à la cérémonie, Marcel conclut :

  • 38 LP 6/9/1919.

70“Non ! Jamais plus, malgré toutes vos invitations, nos drapeaux ne se mélangeront aux vôtres dans un défilé”.38

71Les radicaux cherchent à dresser les socialistes havrais contre leur parti. Nous avons déjà cité l’éditorial du Petit Havre accusant Cachin de promouvoir la violence. En septembre, après le congrès du Parti socialiste, Démocratie havraise attaque de nouveau les pro-bolcheviques et les agitatrices comme Louise Saumoneau. La gauche socialiste havraise réplique en invitant Charles Rappoport, membre du Comité pour la Troisième Internationale, en septembre 1919 ; sa visite contribue à souder idéologiquement la fraction de gauche.

  • 39 J. M. Cahagne, thèse, p. 23.

72Ces débats n’ont pas empêché le Gsh de croître, bien au contraire. Au niveau départemental, la Fssi passe de 725 adhérents le 31 décembre 1918 à 2 100 le 31 décembre 1919.39 Pour Le Havre, nous ne disposons pas de chiffres sur le nombre d’adhérents, mais le nombre des sections locales augmente. Quatre nouvelles sous-sections sont créées au Havre, et deux à Graville, chacune tenant sa réunion un jour différent. Autour du Havre, des groupes fonctionnent déjà ou s’établissent, comme ceux de Graville, Harfleur, Sanvic, Montivilliers, Sainte-Adresse, Bolbec, Lillebonne et Fécamp.

Notes

1 Il est alors question de dérogations pour les ouvriers agricoles, marins, dockers et de nombreuses autres catégories...

2 AN F7-12373 : Lettre du préfet de la Seine-Inférieure au Ministre de l'Intérieur, 13 avril 1919.

3 Lallemand joint à sa missive une lettre se référant aux scandales d'Harfleur et de Folkestone, au cours desquels des soldats britanniques, soutenus par des cheminots belges, ont projeté une manifestation réclamant leur rapatriement et l'arrêt de l'intervention en Russie.

4 AN F7-12373

5 Cette description se fonde sur PH 2/5/1919 et AN F7-12373 : Le 1er mai 1919.

6 DH 3/5/1919.

7 PH 28/5/1919.

8 DH 5/7/1919.

9 RO, juin 1919.

10 AN F7-13.367 : Lettre du préfet à Intérieur, no 36.238, 15/4/1919.

11 L'ouvrier métallurgiste du Havre 15/11/1919.

12 Voir J. J. Doré, ch. 4, et les procès-verbaux du syndicat cités par B. Vallet, p. 44.

13 L'Heure 11/6/1919 ; Hu 12/6/1919 ; AN F7-13.760.

14 AN F7-13.702.

15 RO no 15, juillet 1919.

16 RO, no 16, août 1919.

17 CE, no 27, août 1919.

18 AN F7-13.760. Il s’agit de l’incident évoqué dans l’introduction de cet ouvrage.

19 DH 26/7/1919, RO no 17, septembre 1919. Voir J. Barzman, “Entre l’émeute, la manifestation et la concertation : la crise de la vie chère de l’été 1919 au Havre”, Mouvement social, jan-mar 1995, no 170.

20 PH 28/7/1919.

21 Sauf pour les 1 200 magasiniers permanents des Docks et Entrepôts, Docks du Pont Rouge et Magasins généraux, qui continuent de travailler.

22 PH 4/7/1919. Ses dirigeants comprennent : M. Visconti, employé commercial, le docteur Loir, directeur du bureau d’hygiène, M. Louis Egloff, courtier, M. Dauvin, dirigeant de l’Union des coopératives, M. Charles Colcheu, autre courtier, M. Laurent, professeur, et M. Gustave Hesse, autre employé commercial.

23 PH 9/8/1919.

24 PH 14/8/1919 et 16/8/1919.

25 RO no 17, septembre 1919.

26 Composition de la commission : Morgand, maire du Havre, président ; Fontaine, épicier en gros, Fontenay, épicier détaillant, Masselin, entrepositaire, et Leroy, brasseur de cidre, pour la Chambre de Commerce ; François, Louise Malot, Duchateau et Viandier pour l'Ush ; Briard et Dauvin pour les coopératives ; Thomas, maire de Graville, Brument, conseiller de Sainte-Adresse, Grandchamp, conseiller de Sanvic, et Vigan, conseiller d’Harfleur, pour les communes alentour ; et Féron, Dubreuil, Parmen, Lemarchand, Lasnier, Brun. Hamel. Fuchs et Beaufroy, pour les grossistes et marchands de lait de la région. Voir Avh F4, c22, 14, et J. Postaire p. 168.

27 RO no 18, octobre 1919.

28 Ibid.

29 La campagne électorale démarre peu après, et Léon Meyer, une fois élu maire, prendra des mesures plus énergiques sur les questions du ravitaillement. Cf. Chambre de Commerce du Havre, Rapport général présenté par la commission d’étude du coût de la vie, 28 décembre 1922, Le Havre : Imprimerie du Journal du Havre, 1922.

30 RO no 15, septembre 1919.

31 Ibid.

32 Prl 23/8/1919 ; A. Delhom, p. 171.

33 Verdier est mandaté par Decazeville et devient l’un des dirigeants de la fraction anarcho-syndicaliste de la Cgt qui apparaîtra plus tard sous le nom de “Pacte”. Voir J. Maîtron, Le mouvement… II., p. 59.

34 La Bataille 14/9/1919.

35 Chiffres du Temps, 14/9/1919.

36 Prl 5/9/1919.

37 PH 7/7/1919.

38 LP 6/9/1919.

39 J. M. Cahagne, thèse, p. 23.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search