Version classiqueVersion mobile

Dockers, métallos, ménagères : Mouvements sociaux et cultures militantes au Havre (1912-1923)

 | 
John Barzman

Troisième Partie. Apogée du mouvement novembre 1918 à mai 1920

Chapitre 2. Renouvellement et épanouissement de l’organisation populaire (novembre 1918-avril 1919)

Texte intégral

1Dans cette période de l’immédiat après-guerre, la trêve relative qui s’est installée dans le mouvement social entre modérés et révolutionnaires après l’échec des grèves de mai 1918, se prolonge. La direction de l’Union havraise (Ush) élue après la répression des grèves du printemps 1918, dont la sensibilité se situe au centre-gauche de la Cgt, s’entend avec la direction de l’Union départementale (UD), franchement majoritaire, autour de quatre grands thèmes d’agitation :

  1. création d’un Conseil national de l’économie, au sein duquel la Cgt aurait une voix ;

  2. nationalisation des transports et des mines ;

  3. journée de 8 heures ;

    • 1 RO, no 3, juillet 1918.

    arrêt de l’inflation.1

2Toutes deux souhaitent prolonger la solide alliance qu’elles ont forgée pendant la guerre avec les élus socialistes et radicaux. Au Havre, l’opposition aux directions de la Cgt, de l’UD et de l’Ush s’abstient de faire des critiques trop marquées dans les derniers mois de 1918 et au début de 1919. La crainte de la répression a évidemment un effet dissuasif : le métallo révolutionnaire Legrain, par exemple, se plaint à plusieurs reprises de la continuation de la censure et de la surveillance policière des réunions. Mais cette prudence provient surtout du sentiment d’isolement consécutif à l’alliance de Merrheim, figure de proue de la première opposition à la guerre, et de Jouhaux, à la tête de la confédération. Prudence de l’opposition et désir des majoritaires de regagner la confiance des militants unissent donc les différentes composantes de l’Ush autour de la perspective de rendre aux syndicats la force qu’ils avaient avant-guerre et de lutter pour les grandes revendications de la Cgt.

  • 2 RO, no 12, avril 1919.

3On commence par demander au maire, Morgand, la restitution du cercle Franklin, dont l’armée s’est servie pendant la guerre pour loger divers services. L’Ush, appuyée par les conseillers municipaux socialistes et radicaux, réclame un nouveau bail ; le refus de Morgand est présenté par ces courants comme la preuve que la mairie est hostile aux ouvriers, et souligné par une quête publique en vue de l’achat d’une future Maison des Syndicats.2

4Une deuxième campagne unie de l’Ush s’en prend à la répression : censure, harcèlement des syndicalistes, punition des soldats accusés d’indiscipline, étouffement des voix qui ont condamné la guerre. Elle amène souvent l’Ush à faire alliance avec les socialistes, la Ligue des droits de l’homme, et les radicaux. On réclame la réhabilitation de Jules Durand, et de son complice supposé, Lefrançois, à l’occasion de plusieurs réunions syndicales. On y ajoute la demande que les chefs radicaux emprisonnés pour pacifisme, Malvy et Caillaux, soient relâchés et que Villain, l’assassin de Jaurès, soit condamné.

5Dans le domaine de la politique internationale, l’Ush se prononce pour une paix durable et démocratique. Le socialiste, Le Chapelain écrit un article en faveur de la Ligue des nations dans le Réveil ouvrier en février 1919. Là aussi, l’entente est possible avec les radicaux havrais.

L’Ush et la vie chère

  • 3 J. Postaire, p. 164.

6Mais les circonstances réelles font que ni ces questions, ni la création du Conseil économique national prévu par le plan de la Cgt, ne sont au centre de l’activité de l’Ush en cette période, mais la lutte contre la vie chère. L’inflation des prix au Havre non seulement continue après l’armistice, mais “s’accélère vertigineusement”.3 De fortes hausses sont signalées sur le bœuf, le beurre et les œufs ; la compagnie des tramways augmente le prix des billets en janvier 1919 ; et une pénurie de sucre apparaît en février. Les tickets de rationnement du pain et les cartes alimentaires restent en vigueur jusqu’en avril.

7Les mesures prises contre la vie chère par la municipalité Morgand s’avèrent tristement inefficaces. En janvier 1919, les seules initiatives de la mairie se résument à des achats occasionnels d’approvisionnements en gros par la ville, et à la taxation des prix d’articles sélectionnés. Le problème vient de ce que les biens achetés par la ville sont ou bien vendus sporadiquement à des prix légèrement inférieurs à ceux des commerçants, ou bien confiés à ces commerçants pour être revendus au public dans l’espoir que l’offre plus abondante les convaincra de baisser les prix. En réalité, les prix fixés par taxation sont contournés ou violés. Les associations professionnelles de boulangers, de bouchers, d’épiciers et de marchands de vins et de charbon protestent contre les prix fixés par la ville et s’opposent à toute forme de vérification. Le maire Morgand ne fait pas le moindre geste pour faire respecter la taxation.

  • 4 PH 25/1/1919.

8Les protestations de l’Ush en janvier 1919 sont déclenchées par le licenciement de milliers d’ouvrières des usines de munitions, l’incapacité de nombreux soldats démobilisés à trouver des emplois, l’arrivée de l’hiver, et une soudaine hausse des prix des denrées alimentaires. François, en tant que dirigeant de l’Ush, écrit une lettre ouverte au conseil municipal le 25 janvier 1919 pour réclamer : le respect des prix taxés, des poursuites contre les accapareurs, et la création de restaurants coopératifs. Une semaine plus tard, François signale que la ville a refusé à l’Ush un camion qu’elle demandait pour aller acheter du beurre, des œufs et des pommes de terre directement chez les producteurs, afin de les redistribuer.4

  • 5 Id. 6/2/1919.
  • 6 PH 10/4/1919.

9Un débat s’ensuit dans la presse locale sur les causes et les remèdes possibles contre la cherté des vivres. Le député républicain de gauche Jules Siegfried préconise le démantèlement des stocks gouvernementaux et des consortiums d’achat, et un retour au libre-échange.5 Meyer propose que la ville ouvre des “baraques Vilgrain”, du nom du Ministre du ravitaillement, pour la vente des farines en surplus. Morgand refuse, déclarant qu’elles sont inefficaces. Les radicaux se distinguent des socialistes en affirmant qu’ils ne veulent pas de subventions municipales pour les coopératives, en défendant les petits commerçants contre leurs critiques, en reportant le blâme sur les marchands de gros, et en se vantant d’être mieux préparés que les socialistes à s’opposer au maire sur cette question.6

10Un rassemblement convoqué par l’Ush à la Maison du Peuple le 19 janvier 1919 adopte les revendications suivantes :

  • réquisition de tous les stocks alimentaires,

  • leur distribution par la municipalité elle-même, sous le contrôle des organisations ouvrières,

  • châtiment des accapareurs,

  • réorganisation des transports maritimes, fluviaux et ferroviaires,

  • primes de licenciement pour les ouvrières des usines de la défense,

  • fortes subventions aux coopératives de consommateurs et de producteurs.

  • 7 Id.19/2/1919.

11La même réunion réclame la journée de 8 heures et la semaine de 44 heures dans les usines de la défense nationale, et l’amnistie. L’ambiance de l’époque est bien illustrée par le fait que les assistants votent en même temps l’approbation du Programme Minimum de la Cgt, des félicitations au Président Wilson, la condamnation de l’intervention française et alliée en Russie, et l’envoi d’un salut “aux jeunes républiques européennes fondées sur le système fédéraliste et communiste”.7

  • 8 RO, no 11, mars 1919.
  • 9 DH 7/6/1919.

12La vie chère continue d’engendrer des poussées de mécontentement pendant tout le printemps. En février, l’UD crée la Ligue de défense des consommateurs, dotée de statuts formels et de trois sous-commissions : l'une chargée de recueillir des informations sur les accapareurs (fermiers, intermédiaires, fraudeurs, grands et petits) ; une autre de surveiller les prix sur les marchés ; et la troisième de proposer des remèdes.8 La Section féminine havraise de l’Ush, créée pour prendre la suite de la section féminine du Syndicat des ouvriers et ouvrières métallurgistes du Havre et de la région après les licenciements massifs de ces dernières, animée par Germaine Goujon, fait circuler une pétition des femmes demandant au maire de réserver le sucre aux petits enfants.9 Ces deux organisations joueront un rôle capital dans les actions sur les marchés de l’été 1919. La campagne contre la vie chère insuffle une nouvelle ardeur aux luttes pour les augmentations de salaires et pour la création de coopératives.

13L’Ush peut donc mener dans l’unité d’importantes campagnes qui s’adressent à l’ensemble de la population laborieuse et constituent un socle commun sur lequel s’appuient ses efforts pour la reconstruction des syndicats de branche. En effet, les cinq grands syndicats, retrouvent ou dépassent leur force d’avant-guerre, celui du port plus lentement que les autres. Autour d’eux, de nombreux petits syndicats refont surface ou voient le jour pour la première fois, notamment chez les travailleurs du secteur public.

Le syndicat des cheminots

  • 10 L. Ceplair, p. 242 et 247.
  • 11 En effet, un certain Lebourg, délégué du “soviet de Sotteville-Rouen” siégeait au congrès de fondat (...)

14On voit chez les cheminots à la fois le renforcement des effectifs et le durcissement des positions qui annoncent l’orage. Entre novembre 1919, ils obtiennent que l’allocation annuelle de vie chère soit augmentée de 720 F (pour la porter à 1 800 F), mais cette concession n’empêche pas une nouvelle vague de radicalisation dans les chemins de fer.10 En février 1919, le secrétaire de la section havraise pendant la guerre, Egretaud, est remplacé par Louis Baudu, socialiste et minoritaire, indice d’un glissement à gauche de la base. Baudu est soutenu au conseil syndical par Heurteaux, également révolutionnaire, et Maurice Gateau, ancien anarchiste qui deviendra le fondateur et dirigeant du premier groupe communiste du Havre. L’influence de la région rouennaise continue de se faire sentir. Le 31 janvier 1919, une assemblée de deux mille cheminots à Sotteville écoute Sirolle, dirigeant libertaire de l’opposition Cgt, et Brizon, député socialiste pacifiste éditeur de La Vague, et résout d’appuyer la grève d’une minute du réseau P LM et de s’opposer à l’intervention française en Russie. Sotteville est peut-être aussi le canal par lequel se répandent les idées du journal de Péricat, L’Internationale, lancé en février 1919, notamment son appel à la formation immédiate d’un nouveau parti communiste11.

  • 12 C. Gueulin, “Les cheminots de la Seine-Inférieure” ; les registres municipaux indiquent que le synd (...)
  • 13 CE, no 31, janvier 1920 ; et AN F7-13.108.

15Par ailleurs, l’organisation havraise s’est considérablement densifiée depuis son dernier point culminant de 238 membres en 1910. Au début de l'année 1919, il y a environ 1 350 cheminots au Havre, dont au moins 300 sont syndiqués12. Lorsque les syndicats du réseau de l’Etat se réunissent en congrès à Laval, le 24 avril 1919, la section havraise revendique 1 300 adhérents. Entre le 1er juin 1919 et le 1er juin 1920, l’Ush enregistrera une moyenne de 1 200 cotisants cheminots.13 Ce qui fait de leur syndicat l’un des plus importants du Havre à cette époque.

16Le débat du congrès de Laval permet de préciser les orientations de la section havraise dans le conflit qui oppose la majorité réformiste dirigée par Bidegaray et Le Guen, à la minorité révolutionnaire dirigée par Sirolle, Dejonkère et Monmousseau. Deux questions divisent les congressistes : l’orientation future et l’affaire Bidamant. Le débat d’orientation tourne autour des objectifs qu'il convient de fixer à la grève générale que tous attendent. Les compagnies de chemins de fer ont accepté les revendications de la Fncf le 6 mars 1919, mais n’ont pas formulé de proposition concrète. Le conseil fédéral de la Fncf a donc repoussé au 1er mai le début de la grève illimitée. Le 17 avril les compagnies accordent la journée de 8 heures et le salaire minimum de 2 400 F, et promettent d’étudier la nationalisation des chemins de fer. Le conseil fédéral annule donc l’échéance du 1er mai. La minorité ne peut guère y objecter puisque ses revendications sont satisfaites, au moins en partie. Mais elle craint maintenant que les augmentations de salaires ne soient vite mangées par l’inflation, et estime que les ouvriers ont manifesté une combativité suffisante pour relever des défis bien plus importants. Elle propose donc que dans les luttes futures, le syndicat choisisse d’agir avec l’objectif de la transformation sociale à l’esprit, quelle que soit la question particulière à partir de laquelle la lutte s’enclenche. Le vote sur l’orientation future à Laval donne 21 885 voix à la majorité et 21 121 à la minorité.

  • 14 Nous avons reconstitué l’épisode à partir de Cheminot de l’Etat, J. Maîtron, DBMOF ; et C. Gueulin, (...)

17Ce congrès consacre également une nuit entière à discuter le cas d’Yves-Marie Bidamant.14 Ce dernier était un militant anarchiste cheminot assez connu, qui avait commencé à écrire au journal d’Yvetot, la Guerre sociale, dès 1903. Il avait été exclu du Syndicat national par sa direction réformiste en 1909, mais réintégré en décembre de la même année. Pendant la grève de 1910, il se trouvait à Paris, où il échappa à une première vague d’arrestations, et, selon certains témoins, appela à terminer la grève lors d’une assemblée générale ; il fut ensuite arrêté et licencié des chemins de fer. Par la suite, tout en gagnant sa vie en vendant des encyclopédies, il contribua à la formation d’un syndicat révolutionnaire des cheminots, scissionniste. En 1915, les négociations entre les dirigeants syndicaux et le Ministre des travaux publics socialiste, Marcel Sembat, ont conduit à la réintégration de nombreux cheminots licenciés. C’est dans ce cadre que Bidamant est détaché au Havre en tant que chef de bureau. Là, il travaille avec Raulin, Fouré et Baudu à l’animation de la section locale. Il a demandé à venir au congrès de Saintes en mars 1918, mais Egretaud, alors secrétaire de la section, l’en a dissuadé en lui prédisant qu’il deviendrait la cible des attaques majoritaires. Il a donc attendu le congrès de Laval d’avril 1919. Entre-temps, Dubois, le dirigeant majoritaire rouennais, a répandu la rumeur que l’exclusion de Bidamant de 1909 garde sa validité, et que Bidamant a agi comme un patron anti-syndical en dénonçant un cheminot ivre à la direction. Une commission de contrôle est donc désignée par le congrès de Laval. Bidamant lui raconte sa vie de militant, signalant que le syndicat actuel est le produit d’une fusion qui en fait un adhérent ; il affirme qu’il n’a pas agi avec rigueur à l’égard du collègue ivre, qui, de surcroît, n’était pas syndiqué. Fouré et Le Bihan, du Havre, bien que minoritaires assez peu marqués, témoignent en faveur de Bidamant, qui est finalement lavé de l’accusation et réintégré par 25 150 voix, contre 18 198 et 2 354 abstentions. Après le congrès, les cheminots havrais sont prêts à l’action à condition qu’elle se donne des objectifs larges de transformation sociale.

Le syndicat des métaux

  • 15 Informations tirées de Réveil ouvrier, L’ouvrier métallurgiste du Havre, B. Vallet, et Le Petit Hav (...)
  • 16 Voir les accords de janvier 1917, juin 1917, et février 1918 dans la partie II.

18Le syndicat des métaux, qui comptait huit mille membres en février 1918, reste bien organisé et dirigé par des révolutionnaires entre l’armistice et mai 1919.15 Mais la reconversion de la production est lente et entraîne de nombreux licenciements, ce qui explique qu’il y ait peu de grèves et peu de gains enregistrés entre ces dates. Bien qu’une nouvelle forme de relations professionnelles ait commencé à s’instaurer dans la branche, sur la base de conventions de six mois entre le syndicat et les patrons métallurgistes,16 la dernière de ces conventions expire en septembre 1918, sans qu’un nouvel accord ait pu être conclu.

19On a vu que deux mille métallos réunis le 17 novembre 1918 ont proclamé leur détermination à lutter pour leurs droits syndicaux et une paix juste. Craignant que la fin de la guerre ne donne le signal d’un retour au “statu quo ante”, ils dotent le syndicat de deux permanents dès novembre 1918, et renouvellent leur confiance à Legrain et Coursolles. Cette démonstration de force est suivie de la signature d’un nouvel accord à la fin novembre qui représente, pour l’essentiel, une tentative de maintenir les acquis face à une baisse de la production. Legrain explique à la réunion des métallos qui suit l’accord, le 1er décembre 1918, que les industriels havrais sont désormais convaincus de la puissance du syndicat et plus disposés à négocier. Il ajoute qu’il espère que le Lieutenant Chardénal, responsable des établissements travaillant pour la défense, fera pression sur les employeurs en faveur d’une reconversion rapide et du respect des nouveaux barèmes salariaux stipulés par l’accord. Le syndicat appelle aussi l’armée à libérer le plus rapidement possible les petits entrepreneurs, car ceux-ci sont la source de nombreux emplois.

20La faiblesse la plus grave de l’accord concerne les femmes. Plus de trois mille ouvrières sont licenciées des usines métallurgiques de la région en novembre et décembre 1918. La riposte du syndicat est de réclamer que ces femmes reçoivent une prime de séparation adéquate, les hommes démobilisés qui ne seraient pas embauchés, une allocation chômage, et les femmes maintenues à leur poste dans les usines, un salaire égal à celui des hommes. Il appelle les ouvrières et soldats de retour à se syndiquer et à défendre les conditions de travail et les taux de salaires obtenus au cours de la période précédente. Sous la direction de Legrain et Coursolles, il joue également un rôle important dans les protestations contre la vie chère et réclame la création d’ateliers nationaux pour occuper les ouvrières.

21Par contre, Legrain exige le retrait des travailleurs étrangers, coloniaux et prisonniers de guerre des usines métallurgiques havraises. Lors d’une réunion du conseil syndical en décembre 1918, un assistant fait remarquer que c’est une entorse aux idéaux internationalistes. Legrain répond que la préservation de la main-d’œuvre nationale doit être la première priorité. 11 semble que les militants syndicaux aient distingué le cas des travailleurs étrangers de celui des coloniaux, la solidarité internationaliste ne s’appliquant qu’aux premiers. En effet, on relève de nombreuses plaintes contre les travailleurs coloniaux musulmans dans les registres de la vie syndicale, alors que le journal du syndicat publie régulièrement des articles en espagnol.

22La propagande syndicale désigne les industriels comme responsables de la désorganisation de la production : ils ont profité de la guerre et de la victoire, et désirent maintenant faire payer l’addition par les ouvriers. De surcroît, le nouvel impôt sur le revenu frappe les salariés pour la première fois en 1919. Lorsque les avis du fisc arrivent par la poste, le syndicat recommande à ses membres de “faire suivre” à l’adresse de Monsieur de Wendel, en écrivant sur l'enveloppe “mauvaise adresse”. Les syndicalistes affirment également aux soldats démobilisés que leurs sacrifices leur donnent droit à une vie meilleure.

23Enfin, en mars 1919, de nouvelles commandes sont placées dans certains établissements métallurgiques. Le dirigeant des métallos de Rouen, L. Gilles, rapporte que le Sous-Secrétaire à la marine marchande, le socialiste Bouisson a répondu aux questions du syndicat par l’annonce que plusieurs nouvelles formes de radoub seront activées autour de Rouen et du Havre vers le mois de juillet 1919.

24La convention de novembre 1918 expirant le 31 mars 1919, et une reprise s’esquissant dans la branche, les métallos havrais se réunissent pour formuler leurs revendications les plus urgentes. Ils veulent en premier lieu l’adoption de la loi sur la journée de 8 heures, alors en discussion au Sénat, et la semaine de 44 heures (semaine anglaise). Ce sont les mêmes revendications que celles des célèbres mouvements des métallos parisiens de mai et juin 1919.

  • 17 AN F7-12.367 : Lettre du préfet de la Seine-Inférieure au Ministre de l’Intérieur, no 36238, 13/4/1 (...)

25La possibilité de satisfaire ces exigences est intimement liée aux négociations nationales menées par la direction de la Fédération des métaux. Labé, un des principaux lieutenants de Merrheim, vient expliquer la position fédérale au Havre le 16 mars, et Merrheim lui-même, le 17 avril. Entretemps les représentants ouvriers et patronaux havrais se sont rencontrés le 3 avril. Le 7, Legrain rapporte à une assemblée des délégués métallos que les patrons havrais ont donné leur accord de principe à l’introduction de la journée de 8 heures, mais qu’il faudra attendre l’issue des pourparlers en cours à Paris pour une décision finale. Des grèves des bras croisés commencent dans quelques endroits.17 Le 22 avril, Legrain annonce que les patrons havrais ont finalement accepté les 8 heures et une augmentation de salaire à dater du 1er juin 1919. Une convention est signée sur cette base le 26 avril 1919. Dès lors, la puissance du syndicat est établie, mais il devient plus difficile aux dirigeants syndicaux de faire participer les métallos havrais à un mouvement général. Lors de réunions de préparation du 1er mai, on met en garde contre le danger que des dérogations à l’accord sur la journée de 8 heures ne soient autorisées par le gouvernement, et on souligne la nécessité de continuer le combat pour la semaine de 44 heures.

26Pendant toute cette période, les métallos du Havre sont dirigés par l’équipe de syndicalistes révolutionnaires et d’anarchistes autour de Legrain et Coursolles, comprenant Henri Quesnel, Victor Le Guillermic, Hansen, Aldric Jarry et Raymond Lachèvre. L’équipe socialiste modérée de Le Chapelain et Viandier, nommée à la direction en 1916 et 1917, et renversée en 1918, reste isolée. Les motions adoptées aux assemblées générales, parfois très nombreuses, condamnent Clemenceau, félicitent Wilson, s’opposent à l’intervention française en Russie et saluent les révolutions allemande et russe. On a donc ici, comme chez les cheminots, une direction révolutionnaire et une grande réserve de combativité, mais aussi une hésitation à déclencher un mouvement général, pour des raisons tactiques.

Le syndicat du bâtiment

  • 18 Voir A. Delhom, p. 165.

27La branche btp avait connu un processus de concentration et de transformation en Seine-Inférieure pendant la guerre.18 Au Havre, les travaux d’agrandissement du port n’ont jamais vraiment cessé. Au moment de l’armistice, le syndicat général du bâtiment est dirigé par un délégué de la Fédération, Duchateau, majoritaire qui a remplacé le minoritaire Dessay, mobilisé en guise de punition en juin 1918. Par contre, le syndicat des terrassiers qui fonctionnait tantôt comme un syndicat indépendant, tantôt comme une section du syndicat général, est dirigé par un minoritaire, Parisot. Mais ici comme ailleurs, la minorité garde un profil bas. Il y a donc peu de remise en cause de Duchateau jusqu’en mars 1919.

  • 19 Ses membres sont : Bénard, trésorier du syndicat général ; Parisot et Fortin, respectivement secrét (...)

28En mars et avril 1919, deux indices d’un changement d’atmosphère apparaissent : l’affaire Vallin-Votte et la grève des charpentiers. L’Affaire Vallin-Votte concerne la conduite de ces deux dirigeants du bâtiment en 1914, et traduit le discrédit dans lequel sont tombés les artisans de l’Union sacrée dans de nombreux cercles ouvriers. On se rappelle que Vallin était en 1914 secrétaire de l’Ush, et Votte, dirigeant de la section des maçons et membre de la commission de l’Ush chargée de créer une Maison des Syndicats, et que Vallin avait remis Franklin et tout le matériel des soupes communistes à l’armée au moment de la déclaration de guerre. A mesure que le syndicat général du bâtiment et ses diverses sections reviennent à une vie normale en 1919, on demande des comptes aux anciens dirigeants syndicaux. Une commission d’enquête est établie19.

  • 20 RO, no 13, juin 1919.

29Vallin et Votte refusent de participer à l’enquête. Rougier, secrétaire permanent, et Binay, trésorier du syndicat général en 1914, acceptent ; Duchateau, également présenté comme une membre de “l’ancienne gestion” fait de même. La commission note que les documents font défaut et décide de sanctionner Rougier et Binay pour négligence, de leur interdire toute position élective, mais de leur permettre de rester membres du syndicat. Elle attire ensuite “l’attention de toutes les organisations ouvrières sur la conduite honteuse de Vallin et Votte”.20 Il est clair que cette affaire ne peut que contribuer à mettre les majoritaires en général, et Duchateau en particulier, sur la défensive.

30La grève des charpentiers rapproche encore la chute de Duchateau. En avril 1919, les ouvriers d’une société de charpentes du Havre soumettent une liste de revendications à leur employeur ; lorsque celui-ci les refuse, au lieu d’attendre que la direction du syndicat entame des pourparlers, ils se mettent immédiatement en grève. L’employeur se tourne vers ses collègues de la profession qui imposent alors un lock-out à tous les maîtres charpentiers de la région. Au début du conflit, Duchateau minimise l’affaire et affirme que les charpentiers trouveront facilement du travail ailleurs pendant la durée du conflit. Mais le 1er mai approche et les autres ouvriers du bâtiment expriment leur solidarité avec les charpentiers en grève. Une cessation du travail dans l’ensemble de la branche menace, alors même que les préparatifs de la fête du travail sont en cours.

Le syndicat des marins

  • 21 AN F7-13.760, cl 1 : Inscrits maritimes, 1919.

31Chez les marins, au contraire, on ne trouve de signe d’une opposition organisée à la direction syndicale ni en 1918, ni dans les premiers mois de 1919. La direction du syndicat autour de Montagne est fondamentalement la même que celle de 1914, encline à l’action parlementaire par le biais des députés socialistes, à la présence dans les conseils du Ministère et aux alliances locales avec les radicaux. Seul Victor Delille, l’ancien secrétaire qui avait été réprimandé par le congrès de la Fédération nationale des syndicats maritimes pour sa collaboration avec De Monzie au début de l’année 1914, n’apparaît plus sur la liste des dirigeants. Quant à la section des asgb, en cours de fusion avec le syndicat des marins au sein de la Fnsm, ses dirigeants (Frank Chachuat, O. Decoutter, Pierre Rellan et Riquier) sont soit des militants soit des sympathisants radicaux, en particulier dans le 2ème canton du Havre (le quartier Saint-François).21

  • 22 Id.

32Lorsque les gens de mer se réunissent pour la première fois depuis le début de la guerre, le 28 janvier 1919, Montagne fait le récit de l’action du syndicat pendant la guerre.22 Il loue la collaboration du Ministère de la marine marchande et l’œuvre de la Ligue navale française. L’assemblée accepte de porter son salaire de 400 F à 500 F par mois, et celui de Le Luron à 350 F par mois.

  • 23 Entretien avec André Gautier, dans Vallet, II, et AN F7-13760, cl 1.

33Il y a peu de conflits significatifs entre l’armistice et le mois de mars 1919. Le 30 janvier 1919, la Transat est contrainte d’accorder des nouvelles augmentations de salaire aux marins du Touraine, qui acquiert la réputation de “paquebot rouge”.23

  • 24 PH 7/7/1919.

34La direction des marins continue sa propagande en faveur de la reconstitution de la marine marchande française aux dépens de l’allemande. En février 1919, le syndicat entreprend de mobiliser l’opinion en faveur d’une loi soumise par Bouisson au Parlement, en vue de réglementer les relations du travail dans la marine marchande et d’établir une flotte commerciale d’Etat. Les armateurs combattent ce projet car, d’après le syndicat, ils craignent la concurrence d’une flotte d’Etat. C’est autour de cette date que Bouisson est écarté du Sous-Secrétariat d’Etat à la marine marchande. Le syndicat des marins demande alors au gouvernement de prolonger la réquisition des navires français en vigueur depuis 1917 au-delà de la fin de la guerre, tout en continuant à collaborer avec les armateurs havrais. Lors d’une réunion des marins le 19 mars 1919, Montagne défend avec ardeur la position française aux conférences de Londres et de Paris en vue d’obtenir de l’Allemagne des réparations navale. En mai, il accepte de figurer à la section havraise de la Ligue navale française, et en juillet, la cérémonie d’hommage aux marins morts se tient en présence des plus éminentes personnalités de la haute société havraise.24

35Toutefois, à partir de mars 1919, même le syndicat des marins commence à manifester des velléités d’action plus radicale. La réunion du 19 mars 1919 citée plus haut décide d’une sorte d’ultimatum au gouvernement. Elle réclame :

361) la journée de 8 heures,

372) un repos hebdomadaire à bord des navires,

383) le paiement des heures supplémentaires au-delà de la journée normale,

394) l’embauche exclusive de marins syndiqués,

40et 5) des taux de salaires égaux sur les différents navires.

41La grande nouveauté est que des délégués syndicaux sur chaque navire, dits délégués de bord, demandent à tous les membres de l’équipage leur carte syndicale ; à compter du 1er mai 1919, ceux qui n’auraient pas de preuve de leur appartenance au syndicat seront renvoyés à terre. Frank Chachuat, secrétaire du syndicat du Havre et représentant des asgb à la Fédération, recommande à cette occasion que les “noirs de Djibouti” soient écartés du syndicat.

  • 25 AN F7-13.760.
  • 26 La Bataille 23/4/1919.

42Pendant le mois d’avril, les réunions de marins deviennent plus massives et les préparatifs pour la mise en vigueur, dès le 1er mai, des cotisations et règles syndicales à bord des navires, plus intenses. Les marins sont poussés à l’action par la crainte que le Sénat n’exempte la marine marchande de la loi limitant la journée de travail à 8 heures. Le 24 mars, les fédérations syndicales les plus nombreuses et les plus stratégiques (métaux, mines, maritime, rail, port, transports et bâtiment) forment un “cartel” au sein de la Cgt afin de soutenir une action générale en faveur du Programme Minimum de la Cgt. Lors d’une réunion le 16 avril, trois cent marins havrais proclament qu’ils rejoindront “toute la classe ouvrière le 1er mai pour montrer qu’ils sont prêts à l’effort pour obtenir les nécessaires améliorations de leur sort”.25 Quelques jours plus tard, un syndicat des mariniers, récemment formé, se joint à eux. Le 23 avril, Rivelli, secrétaire de la Fnsm, proteste contre la tentative des compagnies de navigation de faire transférer la direction des navires allemands saisis, directement de l’autorité de réquisition aux armateurs.26 Le 24 avril, une assemblée de 1 200 marins est alertée que la loi de 8 heures “a oublié les marins” ; les mêmes condamnent la diplomatie secrète et l’intervention française en Russie.

43Pour résumer, l’organisation des délégués de navire marque un renforcement qualitatif du syndicalisme, la direction reste solidement majoritaire, mais le changement d’orientation du ministère annonce la fin de la paix sociale dans la marine marchande.

Le syndicat des dockers

  • 27 Ce passage s’appuie sur RO, AN F7-13.702, 17 et 18 : Dockers 1914-1918, 1919, et PH.

44Le syndicat des dockers part d’un état de faiblesse organisationnelle au moment de l’armistice. La plupart des dockers sont encore mobilisés en dehors du Havre, et les travaux du port effectués, en grande partie, par des prisonniers allemands, des soldats américains, et des travailleurs coloniaux et étrangers. Les réunions du syndicat n’attirent guère plus de cent assistants, sur un effectif total de 250 cotisants d’après François.27 Les dockers considèrent les barèmes de mars 1918 (8 F par jour) gravement insatisfaisants, mais malgré quelques efforts de s’adresser aux ouvriers belges et arabes par des tracts en leur langue, le syndicat ne peut mobiliser grand monde jusqu’en janvier 1919.

  • 28 AN F7-13701, 17.

45La Fédération des ports et docks se remet en route lors d’un congrès du 24 au 26 décembre 1918, présidé par François, alors que l’Association des employeurs de main-d’œuvre des ports de France envisage la modernisation des opérations de déchargement. L’assemblée des dockers répond à ces préoccupations en réclamant la nationalisation de toutes les machines et équipements utilisés dans le trafic et la manutention portuaire. François explique que le syndicat ne s’oppose pas à l’emploi d’outils modernes, mais veut que ceux-ci bénéficient aux ouvriers en permettant une réduction de la durée de la journée de travail. Quelques congressistes émettent des plaintes à propos du manque de communication entre la Fédération et les syndicats des divers ports pendant la guerre, critique voilée du secrétaire de la Fédération, Vignaud, qui a accepté un emploi de contremaître à La Pallice-Rochefort.28 Enfin, le congrès désigne une délégation qui ira discuter avec les Ministres du Travail, des travaux publics et du ravitaillement, les moyens d’améliorer l’hygiène et de remédier à la congestion et aux pertes qui sévissent dans les ports français.

  • 29 “Contrat de travail signé par l’Union des employeurs de main-d’œuvre du port et de la ville du Havr (...)

46Au Havre, le mot d’ordre “Syndiquez-vous” est relancé avec vigueur et commence à être suivi. Environ 250 personnes au total assistent aux deux réunions des 8 et 9 janvier, soit le double de l’assistance moyenne antérieure. François y annonce que l’Ush publiera une affiche dénonçant le maire pour sa mauvaise gestion du ravitaillement pendant la guerre. Les dockers résolvent de réclamer un salaire de 15 F par jour, soit 7 F d’augmentation. Trois cent d’entre eux assistent à la réunion du 27 février où François compare les salaires pratiqués au Havre et à Dunkerque : 8 F dans le premier, 15 F dans le second. Le 2 mars, les employeurs proposent 12 F, ce à quoi les six cent dockers répondent le 11 mars en réclamant des primes légèrement plus élevées et en désignant des délégués syndicaux chargés de faire respecter le nouveau barème sur tous les quais par tous les employeurs. L’accord conclu le lendemain est imprimé et distribué le 31 mars, et servira de référence pendant toutes les années de l'entre-deux-guerres29. Mais il ne met pas fin à l’agitation.

  • 30 RO, no 12, avril 1919.

47En effet, une fois le cadre général établi, la lutte se déplace vers les modalités d’application aux journaliers aussi bien qu’aux ouvriers plus réguliers, et vers la définition des spécialités susceptibles de mériter des primes de pénibilité, de salissure, et autres. Chaque spécialité se réunit donc séparément pour définir ses revendications. Le 1er avril 1919, les journaliers réunis élisent un conseil, présidé par Bernard ; le 8, lors d’une réunion du syndicat général, François prévient les adhérents des dangers qu’il y aurait à accepter des contrats d’embauche d’un mois à la place de l’embauche quotidienne. Le 29 avril, les journaliers élisent le reste du bureau et se dotent de deux permanents locaux, en plus du permanent fédéral, François. Sur la recommandation de ce dernier, ils choisissent Millet, un ancien combattant blessé, comme secrétaire permanent, et Legendre, ancien trésorier de l’Ush, comme trésorier permanent. D’après François, le syndicat général a alors 1 600 membres.30

48Une nouvelle catégorie de travailleurs portuaires est apparue avec la mécanisation plus poussée du port, celle des grutiers. Recrutés d’abord par les réseaux de main-d’œuvre de l’armée, puis formés par une école consulaire, bon nombre d’entre eux ne sont pas issus du milieu docker syndical havrais. Le 25 mars 1919, ils s’unissent à une autre catégorie de conducteurs de machine pour former un Syndicat des grutiers et employés de la Chambre de Commerce, et réclamer immédiatement un salaire de 500 F par mois.

49Le syndicat des voiliers se réunit le 28 mars. Un des premiers points à l’ordre du jour est la demande d’adhésion émanant des voilières. Le secrétaire, Charles Lejamble exige qu’elles transmettent leur demande par écrit, “afin de tester leur ténacité” parce que, explique-t-il, à une autre occasion elles ont quitté le syndicat après une demande verbale d’y adhérer. Lejamble, qui avait été trésorier de l’Ush en 1914, est critiqué par Duchateau à propos de la mauvaise gestion de l’Union avant-guerre. Lejamble offre de se retirer, mais une réunion des voiliers le 15 mai le réélit secrétaire de la section tout en lui enlevant la fonction de “troisième permanent du port”.

50Le syndicat des camionneurs est reconstitué par une réunion de 120 personnes convoquée par Le Chapelain et Montagne le 23 avril 1919. Il élit Auger comme secrétaire permanent.

51Le syndicat des charbonniers se réunit le 18 mars. Louis Boyer, son secrétaire avant la guerre, vient d’être libéré par l’armée et s’est aussitôt empressé de reconstituer le syndicat. Il est salué par Legrain et François, représentants de l’Ush, pour son dévouement, et réélu secrétaire par l’assemblée qui adopte les revendications suivantes :17 F par jour pour les charbonniers des quais, 12 F pour les charbonniers des chantiers, et 9 F pour les femmes qui chargent les briquettes de charbon sur les péniches. Legrain conseille au syndicat de réclamer le salaire égal pour les femmes.

52Les syndicats des commis auxiliaires et des magasiniers se reconstituent un peu plus tard, en mai 1919.

53Le mois d’avril marque donc un tournant sur le port. Beaucoup de prisonniers de guerre allemands ont été retirés et de nombreux dockers sont rentrés. Les adhésions au syndicat et l’assistance aux réunions atteignent un chiffre élevé. A peine signé, le nouveau contrat fixant le salaire minimum à 12 F par jour, suscite un mécontentement grandissant, les ouvriers estimant que la hausse du coût de la vie justifie un salaire de 15 F, voire 20 F par jour. En outre, une dimension politique s’ajoute à ces revendications avec la préparation du 1er mai. Ainsi, les 350 assistants à la réunion du 8 avril condamnent l’acquittement de Villain, saluent la mémoire de Jaurès, exigent que tous les salariés soient exemptés de l’impôt sur le revenu, une amnistie complète et la nationalisation des moyens de transport, et signifient leur opposition aux interventions contre-révolutionnaires en Hongrie, en Allemagne et en Russie. Une autre réunion de 300 dockers le 29 avril réitère ces sentiments et y ajoute l’application de la journée de 8 heures à toutes les professions, notamment maritimes.

54La direction syndicale issue de la guerre est assez composite. François, considéré comme son dirigeant principal, est plutôt à gauche de la direction confédérale de la Cgt, mais tout à fait disposé à demander l’appui de conseillers municipaux et de l’autorité militaire contre les employeurs. Il est bien secondé par son trésorier de longue date, Guillaume Le Moal, un anarcho-syndicaliste, et cherche à réactiver Hervieu, lui aussi anarcho-syndicaliste, secrétaire du syndicat avant-guerre, découragé par la défaite de la grève de 1913. Les opinions politiques tant des anciens que des nouveaux venus varient de l’anarchisme pur au radicalisme. Le Bosquain, dont on se rappelle qu’il a été candidat radical aux élections municipales de 1912 et secrétaire du syndicat des camionneurs, est en 1919 membre du conseil de l’UD, et garde une influence chez ses anciens camarades. Charles Lejamble, le secrétaire des voiliers, est socialiste. La différence principale est probablement celle des générations. François, conscient de la nécessité d’intégrer de jeunes dockers anciens combattants à la direction, a promu Millet, assez docile, à la tête des journaliers. Mais beaucoup des jeunes militants qui mènent leurs premières luttes dans le syndicat des dockers sous les couleurs du syndicalisme révolutionnaire, comme Jean Legall, Auguste Sénécal, Emile Deschamps et Achille Berceron, seront attirés pendant un temps par le jeune parti communiste.

55En somme, avec un certain retard, le syndicat des dockers retrouve sa force et sa combativité d avant la défaite de 1913, et sa place centrale dans l’Ush. Mais, contenant lui-même plusieurs sensibilités, il joue un rôle conciliateur entre minoritaires et majoritaires de la Cgt.

Autres syndicats du secteur privé

56La croissance du mouvement syndical déborde largement les cinq branches décrites ci-dessus. Mais seuls les tailleurs d’habit (et couturières) et les traminots (et traminotes) ont connu une activité syndicale régulière avant le 1er mai 1919. Les autres n’en sont qu’à convoquer leur première réunion, élire de nouveaux conseils et formuler des revendications. Quelques-uns font surface la veille même du 1er mai, pour participer au cortège.

  • 31 PH 13/3/1919, RO, no 13, mai 1919.
  • 32 Ibid.

57Le mécontentement se répand dans la confection au début du mois de mars 1919, probablement en liaison avec le licenciement des ouvrières métallurgistes, la flambée des prix des denrées alimentaires, et l’insuffisance des tarifs des ateliers de couture municipaux. Le 15 mars, une grève est lancée dans la confection pour le relèvement du barème.31 Les réunions sont convoquées par le syndicat des tailleurs d’habit en précisant que les couturières sont invitées. La grève dure 24 jours et se solde par une victoire le 8 avril. La convention signée par une commission paritaire présidée par le sous-préfet accorde des augmentations de 100 % à 125 % et couvre l’ensemble de la branche, y compris les catégories féminines comme les apiéceuses, giletières et culottières.32 L’agitation dans la confection est renforcée par un effet de contagion parti des industries textiles et de l’habillement de la région rouennaise. Les dirigeantes rouennaises Suzanne Lion et Germaine Goujon, qui ont dirigé des grèves dans la capitale haut-normande pendant la guerre, apparaissent au Havre dans les réunions de l’Ush au début de l’année 1919, et avec Louise Malot, animent la section féminine de l’Ush.

  • 33 DH, 11/1/1919.
  • 34 RO, no 15, juillet 1919.

58Un autre conflit éclate quand la Compagnie française des tramways, concessionnaire de la ville du Havre pour les transports en commun, est autorisée par le conseil municipal à augmenter ses tarifs en janvier 1919. Ceci provoque une protestation des dockers qui utilisent le tramway pour se rendre au port.33 En même temps, les traminots et traminotes revendiquent une augmentation qui porterait leur salaire à 15 F par jour, et la justifient par le fait qu’aucun ajustement n’a été accordé depuis 1914 face à la vie chère. La Compagnie réplique que son équipement a été utilisé au-delà de ses capacités pendant la guerre, et qu’elle ne peut envisager les réparations nécessaires que si la ville augmente ses subventions et autorise de nouveaux relèvements des tarifs. Le 24 avril, les traminots cessent le travail et la Compagnie interrompt le service. La grève dure jusqu’au 22 mai, date à laquelle le conseil municipal ordonne la réquisition de la Compagnie et accorde aux salariés une augmentation de 3F50. Dans un article sur la victoire de la grève, François souligne la détermination des traminotes, et la sympathie exprimée par le public.34

59Outre ces grèves importantes de l’habillement et des tramways, on ne signale qu’une réunion des typographes le 25 mars 1919, et quelques activités syndicales chez les travailleurs de la chimie (dont les établissements restent sous le contrôle de la défense nationale), chez les électriciens et gaziers, et chez les verriers. Enfin, après le vote de la loi du 25 mars 1919 sur les conventions collectives et de la loi du 23 avril 1919 sur la journée de 8 heures, l’Ush convoque des réunions dans diverses professions afin de constituer un syndicat, élire des responsables, formuler des revendications, et préparer un contingent dans le cortège du 1er mai. Ainsi, les dessinateurs industriels sont convoqués le 7 avril, les boulangers le 16, les garçons coiffeurs le 20. Le jour du 1er mai, des employés de magasin, des ouvriers bouchers, des cordonniers et des marchands à l’étalage défilent aussi.

Les syndicats du secteur public

60Nous sommes à cette date en plein expansion du syndicalisme du secteur public. Déjà, avant et pendant la guerre, l’Ush avait à de nombreuses reprises invité les associations de fonctionnaires et de travailleurs du secteur publics existantes à s’affilier à la Cgt et avait cherché à les rapprocher des syndicats Cgt du secteur public correspondants. La propagande de l’Ush insistait sur la nécessaire union des travailleurs intellectuels et manuels. Les socialistes et les radicaux étaient aussi très intéressés par ces groupements de fonctionnaires.

  • 35 RO, no 13 et 14, mai et juin 1919 ; PH et A. Delaunay, “Le syndicalisme chez les instituteurs... ”

61En 1919, les enseignants restent divisés entre la Cgt et une Amicale. Le Syndicat des membres de l'enseignement laïc est refondé à Rouen en avril 1919 et adhère à la Fédération de l’enseignement de la Cgt.35 Son dirigeant, Paul Briard, se situait avant la guerre et sa mobilisation, à l’extrême gauche du Parti socialiste, à Dieppe et au Havre. Libéré en 1919, il se consacre à la reconstitution du syndicat qui compte moins d’une centaine de membres dans tout le département, et offre ses services aux syndicats d’ouvriers manuels dans le domaine de la gestion et de la formation. En février 1920, toutes les amicales de la Seine-Inférieure totalisent environ 2 200 adhérents, dont une bonne partie au Havre, où ils sont dirigés par Sautreuil, comme avant-guerre. Bien que moins marquée à l’extrême gauche que le Smel, l’Amicale havraise se situe à gauche de la moyenne des amicales.

62Outre les cheminots du réseau Etat et les enseignants, des syndicats du secteur public affiliés à la Cgt existaient déjà avant-guerre chez les postiers, les ouvriers et ouvrières des tabacs, et les travailleurs municipaux. Ceux-ci connaissent une forte expansion après l’armistice et collaborent avec les autres associations de leur établissement. Le 3 avril, les femmes employées de la poste font une grève d’une minute. Les associations des agents des douanes et les employés des impôts indirects, organisent des grandes réunions au début de 1919. Les ouvriers des Ponts et Chaussées maritimes ont déjà adhéré au syndicat des marins en 1918.

  • 36 PH 15/3/1919.
  • 37 Idem 10/4/1919.

63Une certaine rotation s’effectue chez les travailleurs municipaux à la fin de la guerre. De nombreux jeunes soldats récemment libérés par l’armée sont embauchés par la police municipale et d’autres services de la ville. Au même moment, le gouvernement propose de mettre certaines polices municipales sous le contrôle plus direct de l’Etat, projet qui est combattu par Le Petit Havre au nom de la défense des droits locaux.36 Le 10 avril, les travailleurs municipaux des services administratifs et actifs (police, pompiers, octroi) soumettent une pétition au maire réclamant une augmentation de salaire et un reclassement. Morgand signale avec horreur qu’elle contient une menace voilée de grève.37

  • 38 DH, no 15, 19/4/1919.

64Un grand meeting le 11 avril à la Maison du Peuple tente de faire converger ces troubles divers, à l’appel du Comité d’alliance des fonctionnaires, correspondant havrais de l’alliance nationale entre la Cgt et la Fédération des fonctionnaires. Des représentants des travailleurs des postes, des tabacs, des douanes, des impôts indirects, des travaux publics, des services municipaux et des chemins de fer, sont présents et des élus des partis de gauche ont été invités. L’assemblée est présidée par A. Groult, dirigeant des employés des impôts indirects et secrétaire de la section socialiste de Montivilliers, où il œuvre pour une alliance électorale des socialistes et des radicaux. Tour à tour, les orateurs de la Cgt, de la Fédération des fonctionnaires et de 1’lJsh, demandent au gouvernement et aux autorités locales d’étendre aux travailleurs publics le droit syndical et de grève, ainsi qu’un fort réajustement de l’échelle des salaires. L’assistance vote que le 1er mai constituera la date butoir pour la satisfaction de ses revendications, et proclame son intention de rejoindre le reste de la classe ouvrière dans la Cgt. Cette fois, les fonctionnaires sont allés trop loin et le journal radical les avertit qu’ils sont “au bord de l'abîme”.38

65Cette mobilisation du secteur public en alliance avec la Cgt représente un élargissement capital du mouvement ouvrier et l’esquisse d’une nouvelle définition des frontières de la classe ouvrière. Elle ébranle certains instruments d’action de l’Etat et explique en partie ses craintes de perdre le contrôle de la situation. La croissance des syndicats est accompagnée par celle de toute une gamme d’autres associations unissant souvent des secteurs anciens et nouveaux de la classe ouvrière et des classes moyennes.

Les coopératives et comités de consommateurs

66Les coopératives sont au centre du débat public à cette époque comme moyen de combattre la cherté des vivres et de réorganiser la société sur une base plus juste. Des journaux syndicaux comme Le Réveil ouvrier, Le Cheminot de l’Etat et Le Travailleur de la mer, comportent de longs échanges sur la nécessité de créer des coopératives. Dans les transports maritimes et ferroviaires, et la métallurgie, on discute plutôt de coopératives de consommateurs. Le syndicat des cheminots réclame la transformation de l’économat en coopérative, et son amélioration. Le syndicat des marins emprunte de l’argent à l’Etat pour construire un restaurant coopératif des gens de mer, sur le modèle de celui qui a été établi à Marseille en 1918. Les métallos discutent des vertus respectives des coopératives et de l’action de masse pour la lutte contre l’inflation des prix. Le syndicat des dockers demande la nationalisation de tous les équipements portuaires et la municipalisation des entrepôts, afin que des coopératives de déchargement puissent louer ces installations et soutenir la concurrence des sociétés privées d’arrimage. Plusieurs corps de métiers du bâtiment discutent de projets d’associations des ouvriers syndiqués de leur branche.

  • 39 PH 16/1/1919.

67Les coopératives de consommation qui existaient avant-guerre, L’Avenir du Prolétariat, La Solidarité ouvrière, La Fraternelle des douaniers, La Fraternelle municipale havraise, connaissent un nouvel afflux de membres. En août 1919, l’Union des coopérateurs du Havre et de la région annonce trois mille membres. Elle possède un siège 4 rue Augustin-Normand, gère cinq magasins et projettent d’en ouvrir trois autres.39 La Ligue de défense des consommateurs (créée par l’UD) et l’Ush réclament que la ville subventionne les coopératives et crée des magasins municipaux permanents sous le contrôle des syndicats.

68Avec le retour des soldats démobilisés, l’afflux de nouveaux travailleurs, et le départ étalé dans le temps des soldats et travailleurs étrangers, une crise sévère du logement se déclare. Le moratoire sur les loyers prend fin et les propriétaires fixent les nouveaux loyers. Une section havraise de la Confédération des locataires est fondée pour intervenir dans le débat qui émerge à ce propos. Au conseil municipal, les socialistes préconisent la construction de logements à loyer modérés, et proposent que les anciennes casernes belges soient immédiatement converties en appartements.

Les associations féminines

69L’agitation féminine se développe fortement au cours du deuxième semestre 1918 et premier semestre 1919. Les femmes s’organisent autour de trois questions : la cherté de la vie, leurs conditions de travail et le droit de vote. Nous avons déjà vu certaines de leurs activités sur le ravitaillement. Rappelons que malgré les licenciements massifs, les ouvrières restent nombreuses dans la métallurgie, où le syndicat se bat pour le salaire égal à travail égal, et recrute activement les femmes ; et que les ouvrières sont aux premiers rangs dans la grève de l’habillement, des tramways et l’arrêt de travail d’une minute à la poste. Il semble qu’elles s’agitent aussi à la Manufacture des tabacs, et soient l’objet de menaces, puisque la Démocratie havraise proclame que les femmes doivent y être embauchées sans discrimination sur la base de leurs opinions.

  • 40 PH 25/1/1919.

701919 est aussi l’année où le suffrage des femmes est débattu au Parlement. L’activité féministe culmine au moment où le projet de loi, après avoir été adopté par l’Assemblée nationale, est examiné par le Sénat. Au Havre, les socialistes et les républicains de gauche soutiennent le vote des femmes, tandis que les radicaux y sont moins favorables. Le socialiste Le Chapelain demande au conseil municipal de réitérer sa délibération en faveur du vote des femmes en janvier 1919, mais la question est envoyée en commission pour étude.40 Le 4 mars, Jules Siegfried, député et ancien maire du Havre, reçoit Maria Vérone, dirigeante nationale de la campagne pour le suffrage des femmes et lui réaffirme son soutien. Le Petit Havre publie un éditorial allant dans le même sens à cette occasion.

71Julie Siegfried, une des principales dirigeantes de la campagne au niveau national et présidente du Conseil national des femmes, fait afficher des placards en faveur du suffrage des femmes dans les rues du Havre en avril 1919. La Société féministe du Havre refait également surface à cette époque.

72La mouvance socialiste et syndicale se partage entre la défense du droit de vote et l’accent mis sur “les questions de classe”. La mobilisation des Havraises en tant qu’ouvrières et que ménagères confère une place plus visible dans les activités du mouvement aux femmes comme Madame Bénard pour les socialistes, Louise Malot et Germaine Goujon pour l’Ush, Madame Hache pour les métallurgistes, ou d’autres dans l’habillement, chez les enseignantes et à la Jeunesse syndicaliste. Mais la Section féminine de l’Ush s’occupe de la vie chère et non du droit de vote. Quant à la Ligue ouvrière féminine initiée par le Parti socialiste au niveau national, elle ne réussit pas à constituer de section au Havre. Quand les socialistes republient enfin leur propre journal, Le Prolétaire, il consacre plus de place à attaquer les bourgeoises comme Madame Siegfried, qu’à revendiquer le droit de vote des femmes.

Organisations semi-politiques de la mouvance de gauche

73Les préparatifs et le succès de la journée du 1er mai, font fleurir toute une constellation d’organisations plus ou moins proches des socialistes, des anarchistes ou de l’Ush. Citons parmi elles : la Jeunesse syndicaliste, qui organise des sorties pour les jeunes, le Travail Sporting Club et la Fédération sportive du travail, qui organise des équipes et des rencontres pour les ouvriers, la Musique syndicale, fanfare organisée par l’Ush, une société d’espérantistes, des clubs de prêts de livres et de diffusion de la presse du Parti socialiste, de l’Ush et du Groupe libertaire.

  • 41 Prl 24/1/1919.

74Un des plus importants, le Groupe des amis de la presse d’avant-garde, est organisé en 1918 par Marcel Guillemâtre, vendeur de journaux et membre simultané du groupe anarchiste “Elisée reclus” et du Parti socialiste.41 Guillemâtre affirme que le Groupe a porté les ventes de L’Humanité de 75 en septembre 1918 à 300 en mai 1919, augmenté celle de La Vague, le journal pacifiste interdit au Havre, dans les mêmes proportions, et distribué Le Populaire, Le Journal du peuple, La Bataille et des brochures et livres d’avant-garde. Le Groupe contribue aussi à lancer le nouvel hebdomadaire socialiste-coopérativiste-syndicaliste, Le Prolétaire, en août 1919.

75Signalons parmi ses associations dans la nébuleuse ouvrière l’Association républicaine des anciens combattants (Arac) et le groupe Clarté. Le premier, groupement de jeunes soldats mobilisés dirigé au niveau national par Paul Vaillant-Couturier, acquiert une section havraise au cours de l’été 1919. Le second, groupement consacré à la lutte contre l’obscurantisme, à l’image des anciennes sociétés de libre-pensée, est au moins connu dans le port de la Manche. D’autres associations plus modérées ou plus inclusives fleurissent. La Ligue des Droits de l’Homme s’active pour la réhabilitation de Jules Durand, la défense de Paul Meunier, Malvy et Caillaux, et établit une nouvelle section à Graville. Le Comité Jules Durand la suit de près.

Les associations à l’interface des influences ouvrière et bourgeoises

76La Ligue de l'enseignement et l’Association des “petites A” reprennent leurs activités. Les radicaux réaniment les comités de quartiers qui préparent les fêtes, et les comités de défense des intérêts de tel quartier qui œuvrent à l’assainissement des rues laissées à l’abandon pendant la guerre. Ils y côtoient des socialistes également investis dans ce genre de militantisme. Les mêmes influences se retrouvent dans les sociétés d’aide mutuelle qui reviennent à la vie en 1919.

  • 42 PH 15/5/1919, DH 18/10/1919.

77Enfin, il faut citer un certain nombre de nouvelles institutions paternalistes. Les Tréfileries par exemple ont établi un crèche baptisée “La Pouponnière” en face de l’entrée de l’usine, afin que les mères qui y travaillent puissent allaiter leur bébé trois fois par jour. La direction présente cette œuvre comme une contribution au redressement de la population française. Division sexuelle des tâches oblige, pour les hommes les Tréfileries construisent un stade de football près de l’usine en octobre 1919.42

  • 43 C. Lallemand, L’Après-guerre dans la Seine-Inférieure, Rouen 1919-1920.

78Ce genre d’œuvres paternalistes relève d’un effort concerté de création d’activités considérées saines et morales par les autorités, capables de détourner les ouvriers de cercles où ils pourraient subir des influences immorales, malsaines ou subversives. Le préfet de la Seine-Inférieure, Charles Lallemand explique ainsi qu’après l’entrée en vigueur de la loi des 8 heures, il faudra meubler les loisirs des ouvriers et des ouvrières par de nouvelles activités, afin d’éviter l’alcoolisme, le cinéma et la décadence. C’est avec ce souci en tête qu’il demande au Conseil général le vote d’une subvention de cent mille Francs “aux organisations s’occupant des loisirs ouvriers”, notamment pour l’éducation physique, les terrains de sport et les équipements appropriés, de nombreux cours professionnels, la gestion du ménage, les foyers de jeunes filles, les cercles ouvriers, les bibliothèques populaires, les conférences, etc.43

  • 44 Abbé Adalbert Maurice, Le quartier Sainte Marie du Havre, Le Havre 1929.

79L’Eglise catholique, ainsi que les œuvres des autres cultes s’efforcent de contribuer à ce projet. Mais l’année 1919 est une mauvaise année pour l’activisme catholique et Le Havre n’a jamais été un de ses bastions. L’Abbé Maurice reconnaît un déclin du nombre des adhérents aux diverses associations paroissiales de garçons, de filles, et d’ouvriers établies à cette époque.44

80On peut conclure du fait que les élites doivent consacrer des efforts particuliers pour créer, ranimer, et attirer des membres vers ces associations de loisirs “sains” faites pour un public populaire, que celui-ci, du moins en 1919, avait l’esprit ailleurs et se souciait plus d’action collective que de patronages.

Croissance du Groupe socialiste

81Le regain de l’action collective se manifeste au niveau politique par l’accroissement des effectifs du Gsh et de son influence syndicale et la naissance d’une aile gauche en son sein. Mais la tendance modérée domine encore chez les conseillers municipaux socialistes et chez les dirigeants syndicalistes socialistes. Elle est vigoureusement soutenue par Montagne, des marins, et, avec moins d’élan, par François, des dockers, tous deux enclins à former des alliances avec les radicaux. Elle jouit aussi de soutiens parmi les fonctionnaires, comme Groult, des impôts indirects, et autour de Descheerder, qui dirige la section havraise de la Ligue des droits de l’homme et le Comité Jules Durand. Chez les métallurgistes, les socialistes modérés restent isolés par la direction anarcho-syndicaliste de Legrain. Chez les cheminots, les deux ailes du socialisme sont bien représentées, les modérés s’affirmant autour du conseiller municipal Allan et de son allié, Fouré. En revanche, l’influence socialiste dans le bâtiment est faible et divisée entre les modérés autour du peintre Jules Leroux, et les révolutionnaires.

82Où se trouve l’aile gauche à cette période ? Bien que toutes les personnalités du Gsh (ceux qu’on cite dans la presse) soient modérées, il semble que le groupe ait recruté des militants ouvriers et des jeunes attirés par la révolution russe. Les biographies de nombreux militants de cette période indiquent qu’ils sont en même temps membres des groupes anarchiste et socialiste. Ils se lient à des socialistes de gauche plus anciens comme Baudu, Heurteaux et Gateau chez les cheminots, Michel Bénard et Madame Bénard dans le bâtiment, Paul Briard dans l’enseignement, et sont influencés par la presse parisienne du parti.

  • 45 PH 10/4/1919.

83Une nette clarification à l'avantage de la gauche se produit à l’occasion du congrès du Parti socialiste tenu à Paris du 20 au 22 avril 1919 et au cours des préparatifs du 1er mai. Marcel Cachin, figure centrale de l’ancien courant guesdiste et, en 1919, dirigeant du courant centriste pro-bolchevique du parti, fait une conférence au Havre le 10 avril sur “Jaurès, sa vie, son œuvre”.45 Peu après, alors que les socialistes havrais se préparent à élire leurs délégués au congrès national, les radicaux et les républicains de gauche déclenchent une attaque furieuse contre Cachin et les bolcheviques dans le but évident de séparer les socialistes modérés des “extrémistes” Caspar-Jordan nie dans Le Petit Havre que la classe ouvrière havraise soit prête à la violence, contrairement à ce que Cachin aurait affirmé dans sa conférence. Démocratie Havraise condamne les motions soumises au congrès du Psu. En revanche, dans toutes les réunions syndicales qui préparent le 1er mai, les assistants, à l’initiative des socialistes et des syndicalistes, saluent Jaurès et son combat contre la guerre, et condamnent l’intervention française en Russie.

84Sur le long terme, la croissance des effectifs syndicaux, notamment dans des secteurs peu organisés jusqu’alors, l’escalade des revendications ouvrières, l’annonce de grèves à dater du 1er mai, la floraison d’associations de quartier, et l’évolution vers la gauche du groupe socialiste, montrent qu’une refondation de la classe ouvrière est en cours. Sur le court terme, elles indiquent que la journée du 1er mai marquera un tournant décisif.

Notes

1 RO, no 3, juillet 1918.

2 RO, no 12, avril 1919.

3 J. Postaire, p. 164.

4 PH 25/1/1919.

5 Id. 6/2/1919.

6 PH 10/4/1919.

7 Id.19/2/1919.

8 RO, no 11, mars 1919.

9 DH 7/6/1919.

10 L. Ceplair, p. 242 et 247.

11 En effet, un certain Lebourg, délégué du “soviet de Sotteville-Rouen” siégeait au congrès de fondation de ce Parti communiste dit “ultra-gauche” ; cf. A. Kriegel, Aux origines... p. 92.

12 C. Gueulin, “Les cheminots de la Seine-Inférieure” ; les registres municipaux indiquent que le syndicat havrais a entre 100 et 300 membres en 1917, 1918 et 1919 (Avh F2, cl2, 19).

13 CE, no 31, janvier 1920 ; et AN F7-13.108.

14 Nous avons reconstitué l’épisode à partir de Cheminot de l’Etat, J. Maîtron, DBMOF ; et C. Gueulin, “Les cheminots... ”

15 Informations tirées de Réveil ouvrier, L’ouvrier métallurgiste du Havre, B. Vallet, et Le Petit Havre.

16 Voir les accords de janvier 1917, juin 1917, et février 1918 dans la partie II.

17 AN F7-12.367 : Lettre du préfet de la Seine-Inférieure au Ministre de l’Intérieur, no 36238, 13/4/1919

18 Voir A. Delhom, p. 165.

19 Ses membres sont : Bénard, trésorier du syndicat général ; Parisot et Fortin, respectivement secrétaire et trésorier des terrassiers ; Grandval et Chanvin, respectivement délégué et secrétaire général de la Fédération du Bâtiment ; et François de l’Ush. Les trois premiers sont liés à l’aile gauche.

20 RO, no 13, juin 1919.

21 AN F7-13.760, cl 1 : Inscrits maritimes, 1919.

22 Id.

23 Entretien avec André Gautier, dans Vallet, II, et AN F7-13760, cl 1.

24 PH 7/7/1919.

25 AN F7-13.760.

26 La Bataille 23/4/1919.

27 Ce passage s’appuie sur RO, AN F7-13.702, 17 et 18 : Dockers 1914-1918, 1919, et PH.

28 AN F7-13701, 17.

29 “Contrat de travail signé par l’Union des employeurs de main-d’œuvre du port et de la ville du Havre et le Syndicat général des ouvriers du port”, ses trois clauses principales sont : 1) journée de travail de 8 heures (7h30 à 1 lh30 et 13h30 à 17h30), 2) salaire minimum journalier de 12 F, les heures supplémentaires étant payées 3 F par heure. D’autres clauses prévoient des primes pour la manutention de certaines marchandises particulièrement lourdes ou désagréables, pour le travail des week-ends, etc.

30 RO, no 12, avril 1919.

31 PH 13/3/1919, RO, no 13, mai 1919.

32 Ibid.

33 DH, 11/1/1919.

34 RO, no 15, juillet 1919.

35 RO, no 13 et 14, mai et juin 1919 ; PH et A. Delaunay, “Le syndicalisme chez les instituteurs... ”

36 PH 15/3/1919.

37 Idem 10/4/1919.

38 DH, no 15, 19/4/1919.

39 PH 16/1/1919.

40 PH 25/1/1919.

41 Prl 24/1/1919.

42 PH 15/5/1919, DH 18/10/1919.

43 C. Lallemand, L’Après-guerre dans la Seine-Inférieure, Rouen 1919-1920.

44 Abbé Adalbert Maurice, Le quartier Sainte Marie du Havre, Le Havre 1929.

45 PH 10/4/1919.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search