Version classiqueVersion mobile

Communistes au Havre

 | 
Marie-Paule Dhaille-Hervieu

Introduction

Texte intégral

  • 1 François Furet, Le passé d’une illusion : essai sur l’idée communiste au XXe siècle, Paris, Robert (...)
  • 2 Et non pas seulement une commune de banlieue comme Bobigny étudiée par Annie Fourcaut ou certains (...)
  • 3 Dans une comparaison avec Marseille, qui a fait l’objet d’un travail et d’une publication : Jean-C (...)
  • 4 John M. Merriman, Aux marges de la ville. Faubourgs et banlieues en France (1815-1870), Paris, Seu (...)

1Si j’ai choisi d’appeler ce livre Communistes au Havre. Histoire sociale, culturelle et politique (1930-1983), c’est parce qu’il m’a semblé que le communisme ne pouvait être réduit à un parti ou à une idéologie, fût-elle à dimension universelle, même si ce double mode d’existence devait être étudié pour lui-même1. C’est aussi parce qu’il m’est apparu que le communisme s’enracinait dans un « espace social », un territoire urbain qui présentait la double originalité d’être celui d’une grande ville de plus de 150 000 habitants2 et d’un port de commerce international3. La commune ayant progressivement intégré les « marges de la ville », faubourgs et banlieues d’Ingouville, Graville, l’Eure, Sanvic, Bléville, Rouelles4, soit des lieux de développement d’activités industrielles et d’habitat à dominante ouvrière et populaire, les communistes participaient à une double inscription, territoriale et sociale, qui faisaient d’eux des hommes et des femmes liés à des espaces contrastés.

  • 5 Étudiés pour le doctorat d’État en sciences politiques par Jean-Pierre Lousse, Sociologie électora (...)

2Dans le même temps, les communistes, parce qu’ils aspiraient à la représentation politique, étaient confrontés à l’histoire de la ville, à son passé républicain, à son mouvement ouvrier et socialiste dominé par les anarcho-syndicalistes et les allemanistes, à sa tradition de gauche laïque5. Si les communistes devaient se penser comme incarnant localement une organisation d’essence et de dimension internationales, ils étaient aussi investis par leurs électeurs, voire leurs adhérents, de projets politiques concrets liés à la conjoncture, depuis la volonté de défense d’intérêts moraux et matériels jusqu’au désir de se projeter dans un espace et d’y exercer un pouvoir de représentation et de commandement.

3Ce sujet relevait d’abord de l’histoire sociale, parce que les communistes identifiables appartenaient à des fractions de classe, ouvriers, employés, petits commerçants, instituteurs, chômeurs, à une condition vécue dans les formes concrètes de l’exploitation, de l’aliénation et de la révolte. Les luttes syndicales se transformaient en combats politiques pouvant aller jusqu’à l’engagement dans la lutte armée antifasciste (armée républicaine espagnole, Brigades internationales, résistance « militaire » de 1941 à 1944), sans que soit pour autant non pas préparé mais tenté « le passage à l’insurrection ».

  • 6 Jacques Rancière, La nuit des prolétaires. Archives du rêve ouvrier, Paris, Fayard, 1981. Du même (...)
  • 7 Pascal Ory, La belle illusion. Culture et politique sous le signe du Front populaire (1935-1938), (...)
  • 8 Voir Madeleine Réberioux et Danielle Tartakowsky, dossier « Histoire ouvrière », Historiens et géo (...)

4L’étude sociale avait cependant ses limites par le fait qu’elle tendait à réduire les communistes à n’être que des représentants délégués du monde ouvrier, faisant de leur parti une organisation de classe à « fonction tribunitienne » ; il fallait donc recourir à l’histoire culturelle dans la mesure où elle permettait de comprendre comment les communistes travaillaient à intégrer plusieurs héritages mais aussi à inventer de nouveaux langages : les fêtes champêtres, les sports d’équipe, de combat, d’endurance, et les cinémas de quartier, héritages assumés des cultures populaires. Les cultures ouvrières d’écriture individuelle avaient été analysées pour d’autres temps par Jacques Rancière dans La nuit des prolétaires. Archives du rêve ouvrier ou La parole ouvrière6. Il y avait aussi les formes d’expression collective comme le théâtre d’avant-garde ou les chœurs parlés, et la culture « nationale-républicaine », celle de la Révolution française, de la Commune, du Front populaire7, des droits civiques et politiques de l’homme aux formes sociales et laïques de la République, 1789 et 1793, 1871, 19368… Ne pouvait être évacué enfin le fait que les communistes étaient irréductiblement ceux par qui tendait à s’introduire le modèle soviétique comme structure totalisante, évoluant au rythme, mais avec quelques contretemps, de la stalinisation de l’État et du parti communiste de l’Union des républiques socialistes soviétiques.

  • 9 Dans une confrontation avec les analyses de Stéphane Courtois et Marc Lazar dans leur Histoire du (...)

5Il restait à faire une histoire politique, c’est-à-dire à analyser le fonctionnement d’une structure partisane, à repérer les modes de sélection tant des cadres de l’appareil que des candidats à des postes d’élus, conseillers généraux et municipaux, maires et adjoints, députés et sénateurs, à dater les ajustements et les ruptures stratégiques dans les programmes et les alliances, à analyser les résultats des élections, ce qui n’excluait pas d’évaluer les capacités gestionnaires et représentatives des dirigeants. Là aussi l’appartenance du PCF à l’Internationale communiste puis au Kominform ou la dépendance par rapport à la direction du parti communiste d’Union soviétique (PCUS), si déterminantes qu’elles aient été dans l’élaboration de la ligne générale voire l’orientation ou les réorientations stratégiques, ne pouvaient faire l’économie des réalités de l’application concrète, des retards et résistances, des ambiguïtés9

  • 10 Et pas seulement les cadres. Le critère de sélection est celui du Maitron, le Dictionnaire biograp (...)

6L’identification des communistes havrais pouvait s’opérer à trois niveaux. Il y avait les militants actifs10, qu’ils soient politiques, syndicaux ou culturels, ceux qui avaient pris et assumé des responsabilités dans une structure, une association ou une publication, communiste ou dépendante du PC, puis les sympathisants déclarés qui étaient recensés par leur volonté, publiquement exprimée, de voter pour un candidat communiste de premier tour ou tête de liste aux élections municipales, de signer un appel, une pétition, un manifeste clairement identifiés comme d’origine communiste. Enfin étaient appréhendés collectivement les électeurs et électrices qui votaient au premier tour des cantonales, législatives et présidentielles, pour le ou la candidat(e) communiste, dans une série caractéristique d’une orientation politique.

  • 11 Auquel peuvent être ajoutés un autre député et quatre conseillers généraux.
  • 12 Sur les années précédentes, voir la thèse de John Barzman, Labor and Politics in France. Le Havre (...)
  • 13 Gérard Noiriel, Les ouvriers dans la société française, XIXe et XXe siècles, Paris, Seuil, 1986, c (...)
  • 14 Roland Leroy, dans La quête du bonheur, publié chez Grasset en 1995, en vient à saluer Georges Mar (...)

7La longue durée du communisme havrais, soixante ans depuis l’élection des deux premiers conseillers généraux communistes en 1937, alors que la municipalité d’union de la gauche, gagnée en 1965, avait été perdue en 1995 et qu’il restait un député communiste, Daniel Paul11, héritier du premier élu de 1945, René Cance, permettait de segmenter une histoire allant du début des années trente jusqu’à 1983, en trois périodes. La première12 allant d’une décennie de crises jusqu’aux ruptures de l’année 1947 témoignait, à plusieurs reprises, 1933-1934, 1939-1941, d’un risque de quasi-disparition non pas de l’appareil mais de la base militante ; les années de crise et de guerre révélaient un éventail de potentialités : secte ouvrière, parti de masse, organisation de combat coexistant avec un effort méthodique et recommencé d’implantation. La période de guerre froide de 1947 à 1965, temps d’affrontements idéologiques, d’isolement politique et d’enfermement dans la forteresse ouvrière, constituait une « génération singulière »13 au service d’un parti « stalinisé ». L’épure d’une culture de guerre, en relation avec les thèses développées par Andreï Jdanov, coexistait avec l’expérience d’une première gestion municipale, celle de René Cance de 1956 à 1959, et le retour à une stratégie unitaire dans la logique des institutions de la Ve République. La dernière période, allant des élections municipales et présidentielle de 1965 à celles de 1983, se caractérisait par des municipalités d’union de la gauche à direction communiste et des gouvernements (Pierre Mauroy) à participation communiste. Elle commençait par une phase de transition, achevée en 1968-1969, et était un temps d’innovation stratégique, de rénovation idéologique, de mutation politique, avec la signature d’un programme commun, l’intégration de ministres communistes à un gouvernement à direction socialiste, sans oublier les tentatives pour imaginer « un socialisme aux couleurs de la France »14. Elle se clôturait avec la rupture de l’union de la gauche (1978-1979), l’accentuation du déclin électoral et militant (1981-1982), l’arrêt de l’expérience de parti de gouvernement. Dans le même temps s’opéraient la reconduction de trois municipalités à direction communiste (René Cance, André Duroméa et Daniel Colliard), l’adhésion de nouveaux militants, travailleurs intellectuels comme professionnels et militants de l’action culturelle, et la tentative pour redéfinir de nouveaux rapports politiques et idéologiques avec le PCUS.

  • 15 Voir Michel Dreyfus, PCF. Crises et dissidences de 1920 à nos jours, Paris, Éditions Complexe, 199 (...)
  • 16 Voir la thèse de Paul Pasteur, Vers l’homme nouveau ? Pratiques politiques et culturelles de la so (...)
  • 17 Et au-delà avec la lutte contre le projet de grande fédération de Gaston Defferre, projet de retou (...)

8L’existence de trois périodes suffisamment homogènes pour constituer des parties distinctes n’empêchait pas la prise en compte de contradictions internes sous la forme d’éléments résiduels comme d’anticipations, et la coexistence de lignes dominées et d’une ligne dominante15. C’est ainsi que pendant la période dite de Front populaire, politique ayant pour objectif de faire échec, dans les masses, à toute tentative de fascisation, perduraient des analyses politiques qui, héritées de la période « classe contre classe », mettaient en cause la stratégie d’alliances et les formes du combat antifasciste, par exemple avec l’idée de recourir à des milices armées dites d’autodéfense ouvrière, pratique des partis communistes allemand et espagnol et de la social-démocratie autrichienne16. Par contre, dès la Libération, la volonté politique d’en revenir à une stratégie frontiste, sur le modèle des années 1934-1936, idée récurrente tout au long de la IVe République (par exemple, avec le soutien au front républicain)17, entrait en contradiction avec l’héritage politique de la Résistance, sous la forme du tripartisme, et plus encore avec les réalités idéologiques de la guerre froide ; enfin la mutation politique, engagée par Waldeck Rochet avec le soutien à la candidature de François Mitterrand et continuée par la signature du programme commun de gouvernement, était contradictoire avec la volonté d’une fraction d’en revenir aux sources révolutionnaires, marxistes-léninistes, du PCF, comme avec le refus exprimé par une autre fraction d’aller jusqu’au bout du processus de déstalinisation du Parti communiste français.

  • 18 Antoine Prost, Douze leçons sur l’histoire, Paris, Seuil, 1996, chap. 10 : « L’histoire sociale », (...)
  • 19 Jean-Paul Molinari, Les ouvriers communistes, Thonon-les-Bains, L’Albaron, 1991. Voir aussi la pré (...)

9D’autre part, il apparaît que dans chaque période, l’élaboration de positions théoriques sur la culture, l’art et les intellectuels, la référence à une politique de « popularisation » puis de « démocratisation culturelle », le développement de pratiques associatives à finalité culturelle sont, pour les communistes, à la fois des facteurs d’intégration, des éléments de contradiction, des moyens d’agitation : s’ils peuvent être à la base d’une stratégie d’ouverture et d’alliances, ils participent aussi de la construction d’une hégémonie. Quant à l’histoire sociale, elle n’était pas seulement d’appartenance, de conjoncture ou de luttes, si déterminantes qu’elles aient été, elle devait aussi être analysée comme productrice d’identités et de liens sociaux18, à l’échelle de quartiers (Notre-Dame - Saint-François, l’Eure et les Neiges dans le Graville des années trente, Aplemont pendant la période de guerre froide), d’entreprises (le Port, Mazeline, à terme Renault), de communautés de parti et de syndicat(s)19.

  • 20 Geneviève Poujol, Gérard Vincent, Gérard Bras, Jean Legoy, Serge Reneau…
  • 21 Geneviève Poujol et Gérard Vincent, La rencontre culturelle et l’action culturelle au Havre, ADRAC(...)

10L’origine de ce travail est double. Personnelle d’abord, parce que comme d’autres je me suis investie un temps, celui du programme commun, dans le choix politique du parti communiste ; bien entendu le communisme avait un rapport à mon histoire, celle de mes origines comme celle de ces années d’apprentissage, sous le signe de la gauche catholique (Témoignage chrétien, Frères des hommes, Esprit) comme de l’initiation au marxisme à l’université de Rouen. Professionnellement ensuite, ayant été nommée professeur au Havre (au lycée François-1er), j’avais d’emblée été intéressée (et séduite) par le militantisme d’ouvriers devenus « intellectuels organiques », de professeurs et amis, théoriciens et critiques, et d’anciens prêtres-ouvriers. Si ma formation et mon « expérience sociale » s’étaient traduites par un engagement syndical (à l’UNEF), puis politique (dans les cellules Georges-Politzer et Henri-Wallon), elles avaient toujours été doublées d’un rapport critique aux appareils et d’un refus des « intellectuels de parti ». Dans un troisième temps, une situation de rupture politique avait débouché sur un investissement semi-professionnel dans la recherche, en relation avec la maison de la culture du Havre. La signature, en 1984, d’une convention « Culture - monde du travail » donnait à un petit groupe de sociologues, de philosophes et d’historiens20, réfléchissant avec des militants et des élus de comités d’entreprise, et de l’Association de gestion de la maison de la culture (Perrot, Huret), mais aussi des professionnels de l’action culturelle (Rosevègue, Van der Malière, Dislaire) les moyens d’une enquête et d’une analyse qui ont abouti à des publications21.

  • 22 Serge Reneau, Politiques et pratiques culturelles au Havre (1944-1965), Marie-Paule Dhaille-Hervie (...)
  • 23 Communistes du Havre, communistes au Havre. Société, culture et politique (1930-1988), sous la dir (...)
  • 24 Pierre Vidal-Naquet, Le trait empoisonné. Réflexions sur l’affaire Jean Moulin, Paris, La Découver (...)

11Ce travail pluridisciplinaire arrêté localement par les aléas de la première cohabitation (1986), nous avons décidé, mon collègue Serge Reneau et moi, de le prolonger en DEA sous la direction d’Antoine Prost, à l’Institut d’études politiques de Paris22, dans le cadre d’un séminaire de doctorat animé par Serge Berstein et Pierre Milza. Du questionnement de longue haleine lié à l’interdisciplinarité et au travail de groupe témoignent ma thèse23, sa bibliographie et ses sources. Si, comme le dit Pierre Vidal-Naquet, « l’histoire est le développement d’une interrogation »24, c’est par l’hypothèse qu’il existait des relations entre le monde du travail et des formes complexes de culture qu’a démarré cette recherche, la rencontre intellectuelle avec des militants syndicaux, culturels et politiques ; s’y est ajouté le désir d’écrire leur histoire ainsi que de prolonger (modestement) l’entreprise historiographique de l’équipe du Maitron par la rédaction d’un petit dictionnaire biographique des résistants et déportés havrais.

  • 25 Serge Reneau, Politiques et pratiques culturelles au Havre (1944-1983), thèse de doctorat, IEP Par (...)

12Dans le même temps, il fallait repérer les tentatives d’autojustification, les omissions délibérées ou inconscientes, voire les falsifications, tous les mécanismes de l’amnésie, et cette recherche s’est aussi construite comme une « enquête démystificatrice ». À cet effet, il fallait croiser les sources (écrites/orales, officielles / non autorisées, publiques/privées), les corpus constitués et les traces isolées, en confrontant les hypothèses avec d’autres historiens, et d’abord Serge Reneau25, et en vérifiant, autant que possible, les renseignements.

13Il est alors parfois des moments où le travail de l’historien semble emprunter aux méthodes de l’enquête (policière) et du juge d’instruction, de l’investigation et du journaliste (politique), de la psychanalyse et de la mise au jour d’éléments inconscients, refoulés. La construction, raisonnable et maîtrisée, de l’objet historique « communistes au Havre » a été difficile, mais la lecture et la relecture de sources hétérogènes, la volonté de n’écarter aucune hypothèse, l’absence d’a priori de jugement et d’ambition idéologique ont pu aider à l’émergence d’une vérité en construction, inachevée, problématique.

  • 26 Tous ces journaux sont consultables à la Bibliothèque nationale, département des périodiques.

14La presse locale sous la forme de plusieurs journaux26 – d’abord Le Prolétaire normand, édition du Havre, 1930-1933, puis L’Avenir du Havre, 1935-1939, et 1945-1948, quotidiens puis hebdomadaires communistes, Le Petit Havre, journal autorisé pendant l’Occupation, et Le Havre libre, quotidien créé à la Libération comme expression de la Résistance et du tripartisme, étudié de 1945 à 1983 – permettait d’analyser en continu une trame historique réfractée localement.

  • 27 Vincent Auber et Isabelle Thierry, enregistrements déposés aux Archives départementales à Rouen (J (...)
  • 28 Geneviève Poujol et Gérard Vincent. D’autres enregistrements ont été réalisés par Serge Reneau et (...)
  • 29 André Duroméa et Jean-Jacques Lallemant, André Duroméa, un maire, un militant, Pantin, Le Temps de (...)

15Beaucoup d’informations s’y livraient directement ou indirectement, surtout dans la première période, la moins travaillée par les formes modernes de maîtrise et de contrôle de la communication. Le dépouillement systématique s’imposait d’autant plus que la probabilité de renseignements inédits se révélait problématique : rien ne laissait prévoir par exemple des élections partielles, ou une remise de décoration accompagnée d’un article biographique. À ce premier matériau s’ajoutaient des bandes enregistrées par deux historiens de la Résistance en Seine-Inférieure27 (et les dossiers individuels conservés par le Bureau des archives des victimes des conflits contemporains à Caen), puis par les deux sociologues ayant participé à la convention « Culture - monde du travail »28, mais il restait à dépasser le cadre des années de guerre, et la rencontre avec les militants culturels, pour multiplier les entretiens avec des responsables politiques et syndicaux (maires et adjoints communistes et socialistes, André Duroméa, Daniel Colliard, Jacqueline Rubé, Maryvonne Rioual…), des responsables CGT (Eudier, Perrot, Huret), CFDT (Cuillier), FEN. Ces entretiens étaient assortis de livres de souvenirs, de mémoires publiés, comme ceux d’André Duroméa, d’Albert Perrot et de Jean-Marie Huret ou de Louis Eudier et Georges Touroude29.

16L’entretien oral s’est révélé comme un exercice qui a au moins trois règles nécessaires : une certaine familiarité avec le sujet, à la fois la personne rencontrée et le contenu de l’histoire évoquée, une assez longue durée qui permette à la mémoire de se déployer dans une série de processus : associations d’idées, analyses du contexte, digressions révélatrices, et enfin un questionnement souple, indicatif, ouvert, et donc le renoncement au questionnaire structuré, contraignant qui enfermait la personne interrogée dans une logique à laquelle elle n’avait de cesse de vouloir échapper.

17Cependant il arrive, en particulier aux dirigeants communistes, qu’ils aient intégré leur histoire officielle au point de redire spontanément, de répéter presque mot à mot des phrases antérieurement écrites, des analyses anciennement publiées, mais il n’est pas d’exemple que les mêmes personnes n’expriment, au détour d’une phrase, leurs interrogations, leurs doutes et parfois leurs traumatismes, comme à la lecture des révélations contenues dans le rapport Khrouchtchev, qui paraît avoir induit des réflexions de longue durée. Quant à la rupture de l’union de la gauche, elle semble n’avoir jamais été entérinée par une fraction de la base militante… L’entretien oral présentait donc un grand intérêt à condition d’être soumis au criblage de la problématique historienne, sans que cesse d’être prise en compte l’intégralité des choses dites comme témoignant de la cohérence d’une vie ou d’une action.

18Pour la première période, les années trente et les années de guerre, étant donné les délais d’accès à la consultation des archives publiques, il a fallu recourir à des sources policières (rapports de police conservés dans les Archives départementales et municipales) et préfectorales (archives du cabinet du préfet conservées aux Archives départementales). Les unes et les autres étaient doublement intéressantes, parce que d’une part elles se révélaient assez remarquablement informées, et que d’autre part par leurs lacunes mêmes, elles dévoilaient la perception qu’avaient les autorités, et une fraction de l’opinion, de l’engagement communiste. Ainsi, il apparaissait que les militants du PC étaient pour une longue période, près de vingt ans, dans une relation indifférenciée avec les autres militants révolutionnaires, en particulier les anarchistes, ou encore que, pendant la guerre, était assimilé à une appartenance communiste le fait de faire référence aux droits de l’homme ou de tenir un discours patriotique.

  • 30 Voir la bibliographie et les sources, auxquelles s’ajoute depuis 2000 : Michel Dreyfus et al., dir (...)
  • 31 Fernand Chatel, 30 ans de luttes au service des travailleurs normands et de la paix, Rouen, Éditio (...)
  • 32 Colloque du Centre d’étude d’histoire et de sociologie du communisme, « Penser le communisme franç (...)

19Ces sources qui traitaient d’histoire locale, mais aussi nationale et internationale, étaient bien entendu confrontées aux livres30 d’Annie Kriegel, Stéphane Courtois, Marc Lazar, Philippe Buton, Annie Fourcaut, Jacques Girault, Serge Wolikow, Jean-Paul Brunet, Jean-Jacques Becker, Jean-Marc Berlière et Franck Liaigre, Philippe Robrieux, Georges Lavau, François Furet, avec le projet de vérifier localement, concrètement, historiquement des hypothèses et des conclusions, de renouveler des problématiques, de prolonger des travaux. L’idée était là aussi que, si les histoires universitaires élaborées par des historiens communistes ou anciennement communistes, Roger Martelli, Serge Wolikov, Jacques Girault, et localement par l’instituteur Fernand Chatel31 pouvaient être objets de débats32, il n’y avait pas pour autant d’école historique, ou de problématique du communisme qui soient sans appel.

  • 33 Voir la revue Communisme, « Les archives : la nouvelle histoire de l’URSS », nos 42-44, 1995.
  • 34 P. Vidal-Naquet, Le trait empoisonné, op. cit., p. 61.
  • 35 Jan Valtin, Sans patrie ni frontières, trois éditions françaises : Paris, Éditions D. Wapler, 1947 (...)
  • 36 Séance publique de l’Assemblée nationale, le 18 mars 1948.

20L’articulation de l’histoire locale à ses références nationale et internationale posait la question de l’accès aux ex-Archives centrales du PCUS33. Elles seraient intéressantes essentiellement pour la rédaction des biographies des cadres intermédiaires et inférieurs, l’analyse des surdéterminations politiques et idéologiques, et le repérage des manquements à la ligne. Aucun de ces éléments ne pouvant être ignoré, j’ai donc fait état de mes hypothèses qui demanderaient à être vérifiées, complétées, nuancées ; il reste que beaucoup de sources éparses, recoupées, utilisées de façon critique, mais sans a priori, pouvaient déjà permettre d’utiles questionnements, avec la seule réserve que si « des erreurs subsistent, elles ne fassent pas système et donc problème »34. Enfin si la consultation des archives du Centre russe de conservation et d’études des documents d’histoire contemporaine donne des renseignements complémentaires sur le fonctionnement interne de l’organisation communiste, sur les conditions d’élaboration de la ligne générale, sur le choix des cadres, elle ne peut informer sur les modes d’expression publique et leur réception, sur les formes multiples et complexes d’engagement, de positionnement, et leurs rapports à des histoires personnelles, à des trajectoires individuelles, à leur inscription dans des réseaux de sociabilité, outre les contradictions, les résistances, les refoulements dont la trace ne peut être mise au jour que par un décryptage méthodique ; il n’est qu’à rappeler le procès intenté, en 1948, par René Cance à trois journaux : Le Pays, L’Aurore, et L’Écho de Normandie à propos de la reprise d’informations, jugées diffamatoires, contenues dans le livre de Jan Valtin Sans patrie ni frontières35. L’argumentation développée par les avocats comme par les députés communistes36, selon laquelle Jan Valtin n’aurait été qu’un agent nazi, et non un ancien communiste, passé au service des Américains, ne résistait pas à l’aveu de Gabrielle Cance, mise personnellement et gravement en cause (elle obtiendra d’ailleurs ultérieurement réparation et il n’est plus fait aucune mention de sa personne dans la dernière édition du livre), qui parle du « traître », c’est-à-dire de l’ancien communiste allemand, instructeur de l’Internationale des marins et dockers, Richard Krebs, dit encore Jan Valtin.

  • 37 Voir Roland Leroy qui, dans La quête du bonheur, op. cit., parle de ses rapports avec les fraction (...)
  • 38 Ces renseignements ont été demandés à Roland Bernard, secrétaire de section, et à Jean-Pierre Riou (...)
  • 39 Archives de Roger Le Marec, vétéran du PC et de l’IC, (non) conservées au musée de l’ancien Havre  (...)

21Le parti communiste reste cependant, plus que d’autres, hanté par des secrets dont les révélations sont toujours extérieures à l’appareil ou postérieures aux publications des historiens37. Il y a là des formes de solidarité de type familial, presque clanique, communautaire, qui font qu’encore aujourd’hui de simples transcriptions de données chiffrées pour des périodes révolues, par exemple le nombre des adhérents de la ou des sections du Havre, et l’organigramme de l’organisation locale ne sont toujours pas communiqués au chercheur38, quand ce ne sont pas des archives qui disparaissent39. Il y a tout un travail de reconstitution à opérer, en partant d’indices épars. Plus encore semble peser, sur toute forme de révélation ou d’aveu, la menace de la trahison ou du reniement, toutes catégories qui pourraient relever de comportements de type religieux, sans oublier la peur d’être instrumentalisé, d’aider à la victoire (politique et/ou idéologique) de l’adversaire (de classe), de participer à son corps défendant à une entreprise révisionniste, négatrice d’une mémoire, d’une histoire, d’une identité, telle la réflexion plusieurs fois entendue de communistes, anciens résistants FTPF, n’acceptant pas que Stalingrad, lieu de mémoire et pas seulement nom symbolique, ait été débaptisée…

  • 40 Député indépendant, élu maire en 1945, invalidé, réélu en 1947 et 1953.
  • 41 Député communiste depuis 1945, élu maire en 1956, puis en 1965 et 1971.
  • 42 Cette difficulté est exprimée textuellement par R. Leroy dans La quête du bonheur, op. cit., p. 96

22Il est encore difficile de savoir comment fonctionnait l’appareil clandestin des années du Komintern et du Profintern, quelles étaient les filières de communication des informations et de circulation des hommes (instructeurs clandestins, agents, réfugiés), quels étaient les modes de financement de l’organisation, sans parler d’activités consubstantiellement camouflées comme « le renseignement » industriel et/ou militaire, le sabotage, la résistance passive ; il reste des contentieux non réglés entre résistants et non-résistants, amenant les uns et les autres à un silence tacite sur l’utilisation par les autorités militaires allemandes des prisonniers et internés communistes, comme otages gageant de leur vie l’action politique et militaire de leurs camarades résistants. Les formes multiples d’engagement contractées pendant la guerre et l’occupation perdurent bien au-delà de la Libération, chacun campant sur ses positions historiques : Pierre Courant40, ancien maire nommé par le gouvernement de Vichy, continue de s’opposer à René Cance41, l’ancien résistant (les deux députés demeurent rivaux jusqu’en 1965). Les tenants de la lutte armée contre le nazisme gagnaient à terme (1965) la bataille de la légitimité historique. Ces habitudes prises dans la clandestinité expliquent peut-être aussi la difficulté qu’ont eue les communistes42 à penser la vie politique en d’autres termes que la guerre civile…

  • 43 Voir l’article du dictionnaire biographique de J. Maitron.
  • 44 Selon les positions de P. Juquin, Cl. Poperen et M. Rigout, Ch. Fiterman.
  • 45 François Mitterrand lui-même, de vieille éducation catholique, ne déclarait-il pas : « Non, on ne (...)
  • 46 Cette stigmatisation est systématiquement utilisée par Annie Kriegel et François Furet.

23Cette pratique du secret de parti, comme il existe des « secrets de famille », et qui n’est peut être pas seulement, comme le pensait Annie Kriegel, « l’arme de la guerre révolutionnaire », est cependant sans cesse menacée, par l’ouverture de nouvelles archives (par exemple, à terme, celles de la Sûreté nationale française), par les défections récurrentes. Ainsi la section communiste du Havre a-t-elle eu ses émules de Jacques Doriot, René Binet43 et Jacques Torracinta. Ultérieurement ont coexisté des partisans d’une ligne « italienne », tendance Servin et Casanova, ou althussérienne, adversaires de l’abandon du concept de « dictature du prolétariat », puis « des rénovateurs, des reconstructeurs, des refondateurs »44. Enfin menace suprême, « l’implosion » de l’URSS et des démocraties populaires a entraîné la levée de secrets d’État. Il est vrai aussi que beaucoup de témoins et d’acteurs de l’histoire du communisme havrais sentent ce passé travaillé par des mécanismes renouvelés de rejet et d’exclusion, de la condamnation d’une doctrine intrinsèquement perverse45 à la stigmatisation par le concept moderne de totalitarisme46. Et pourtant comment analyser « une société constituée par des communistes », sans que soient étudiées leurs relations avec leurs partenaires et concurrents syndicaux (anarcho-syndicalistes et confédérés, FEN, FO et CFDT) et politiques (socialistes et radicaux, trotskistes et anarchistes) ? Comment comprendre un parti politique sans qu’il soit situé à l’intersection d’une appartenance historique, d’une inscription sociale et territoriale, d’une conjoncture électorale ? Comment démêler des formes de culture ouvrière, populaire, démocratique-républicaine sans qu’il y ait identification des héritages, analyse des pratiques et productions culturelles, repérage de la constitution d’un système de valeurs et de représentations ?

24Le caractère « utopique » du projet communiste n’empêche pas que la base des adhérents et militants ait été constituée, plus que dans n’importe quelle autre formation politique, de catégories particulières, les jeunes et les femmes, les intellectuels et les étrangers. Qu’en a-t-il donc été de leur place, de leur spécificité, de leur(s) apport(s) ?

  • 47 Ainsi Charles Tillon (cité 26 fois dans ce livre), membre du triangle de direction du PC clandesti (...)

25À l’heure du déclin électoral, une question était posée : le PC pouvait-il continuer à fonctionner avec une mémoire historique sélective47, tout en se projetant dans un avenir indéfini ? Pouvait-il continuer à articuler un discours de « l’utopie concrète » alors qu’il avait multiplié les expériences gestionnaires, de la référence positive à l’URSS et aux démocraties populaires, au bilan des municipalités, des conseils généraux et des ministres communistes… Quoi qu’il en dise aujourd’hui, le parti communiste ne peut faire l’économie d’un retour analytique sur son passé historique et ses expériences politiques multiples, il y va de sa continuation.

Notes

1 François Furet, Le passé d’une illusion : essai sur l’idée communiste au XXe siècle, Paris, Robert Laffont / Calmann-Lévy, 1995.

2 Et non pas seulement une commune de banlieue comme Bobigny étudiée par Annie Fourcaut ou certains quartiers de Paris-Rouge analysés par Jean-Pierre Bernard.

3 Dans une comparaison avec Marseille, qui a fait l’objet d’un travail et d’une publication : Jean-Claude Lahaxe, Les communistes à Marseille à l’apogée de la guerre froide (1949-1954), Publications de l’université de Provence, 2006.

4 John M. Merriman, Aux marges de la ville. Faubourgs et banlieues en France (1815-1870), Paris, Seuil, 1994, « Ingouville, hantise des Havrais », p. 264-272.

5 Étudiés pour le doctorat d’État en sciences politiques par Jean-Pierre Lousse, Sociologie électorale du Havre, université de Rouen, 1978, et par Jean Legoy, Le peuple du Havre et son histoire, t. I et II, Ateliers d’impression de la ville du Havre, 1979 et 1984 ; t. III : Croissance et crises (1914-1940), Éditions de l’Estuaire, 2002.

6 Jacques Rancière, La nuit des prolétaires. Archives du rêve ouvrier, Paris, Fayard, 1981. Du même auteur, La parole ouvrière (1830-1851), Paris, UGE, 1976.

7 Pascal Ory, La belle illusion. Culture et politique sous le signe du Front populaire (1935-1938), Paris, Plon, 1994.

8 Voir Madeleine Réberioux et Danielle Tartakowsky, dossier « Histoire ouvrière », Historiens et géographes, no 350, octobre 1995, p. 199-385 ; Michel Margairaz et Danielle Tartakowsky, L’avenir nous appartient. Une histoire du Front populaire, Paris, Larousse, 2006.

9 Dans une confrontation avec les analyses de Stéphane Courtois et Marc Lazar dans leur Histoire du Parti communiste français publiée aux PUF en 1995, auxquelles s’ajoutent l’entreprise éditoriale qu’est la revue Communisme depuis 1982 et la publication par Stéphane Courtois et al. du Livre noir du communisme. Crimes, terreur, répression, Paris, Robert Laffont, 1997.

10 Et pas seulement les cadres. Le critère de sélection est celui du Maitron, le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français.

11 Auquel peuvent être ajoutés un autre député et quatre conseillers généraux.

12 Sur les années précédentes, voir la thèse de John Barzman, Labor and Politics in France. Le Havre 1913-1923, Los Angeles, université de Californie, 1987, remaniée, traduite et publiée sous le titre Dockers, métallos et ménagères. Mouvements sociaux et cultures militantes au Havre (1912-1923), PURH, 1997.

13 Gérard Noiriel, Les ouvriers dans la société française, XIXe et XXe siècles, Paris, Seuil, 1986, chap. 6.

14 Roland Leroy, dans La quête du bonheur, publié chez Grasset en 1995, en vient à saluer Georges Marchais avec qui il a eu des conflits politiques mais auquel « il revient l’énorme mérite d’avoir initié des avancées considérables ». S. Courtois et M. Lazar, dans leur livre déjà cité, analysent, eux, ce qu’ils appellent « l’échec de Georges Marchais ».

15 Voir Michel Dreyfus, PCF. Crises et dissidences de 1920 à nos jours, Paris, Éditions Complexe, 1990.

16 Voir la thèse de Paul Pasteur, Vers l’homme nouveau ? Pratiques politiques et culturelles de la social-démocratie autrichienne (1880-1934), université de Poitiers, 1994.

17 Et au-delà avec la lutte contre le projet de grande fédération de Gaston Defferre, projet de retour à la troisième force (1963-1965).

18 Antoine Prost, Douze leçons sur l’histoire, Paris, Seuil, 1996, chap. 10 : « L’histoire sociale », p. 231.

19 Jean-Paul Molinari, Les ouvriers communistes, Thonon-les-Bains, L’Albaron, 1991. Voir aussi la préface et les travaux de Michel Verret.

20 Geneviève Poujol, Gérard Vincent, Gérard Bras, Jean Legoy, Serge Reneau…

21 Geneviève Poujol et Gérard Vincent, La rencontre culturelle et l’action culturelle au Havre, ADRAC, nos 54-55, 1986, et Jean Legoy, Cultures havraises, Saint-Étienne-du-Rouvray, EDIP, 1986.

22 Serge Reneau, Politiques et pratiques culturelles au Havre (1944-1965), Marie-Paule Dhaille-Hervieu, L’image publique du parti communiste au Havre (1947-1971).

23 Communistes du Havre, communistes au Havre. Société, culture et politique (1930-1988), sous la direction d’Antoine Prost, Institut d’études politiques de Paris, 1997.

24 Pierre Vidal-Naquet, Le trait empoisonné. Réflexions sur l’affaire Jean Moulin, Paris, La Découverte, « Essai », 1993, p. 57.

25 Serge Reneau, Politiques et pratiques culturelles au Havre (1944-1983), thèse de doctorat, IEP Paris, 2002.

26 Tous ces journaux sont consultables à la Bibliothèque nationale, département des périodiques.

27 Vincent Auber et Isabelle Thierry, enregistrements déposés aux Archives départementales à Rouen (Jean-Louis Gilet).

28 Geneviève Poujol et Gérard Vincent. D’autres enregistrements ont été réalisés par Serge Reneau et moi-même (voir « Entretiens oraux » dans les sources données en fin d’ouvrage).

29 André Duroméa et Jean-Jacques Lallemant, André Duroméa, un maire, un militant, Pantin, Le Temps des cerises, 2005 ; Albert Perrot, Laisse-moi te dire… Mazeline, Le Havre, Océane graphique, 1988 ; Jean-Marie Huret, Prêtre-ouvrier insoumis, Paris, Cerf, 1993 ; Louis Eudier, Notre combat de classe et de patriotes, Le Havre, Imprimerie Duboc, non daté ; Georges Touroude, Les braconniers de l’espérance, Royan, Éditions de La Langrotte, 1995.

30 Voir la bibliographie et les sources, auxquelles s’ajoute depuis 2000 : Michel Dreyfus et al., dir., Le siècle des communismes, Éditions de l’Atelier.

31 Fernand Chatel, 30 ans de luttes au service des travailleurs normands et de la paix, Rouen, Éditions de la fédération de Seine-Inférieure du PCF, 1951.

32 Colloque du Centre d’étude d’histoire et de sociologie du communisme, « Penser le communisme français », 18-20 mai 1992.

33 Voir la revue Communisme, « Les archives : la nouvelle histoire de l’URSS », nos 42-44, 1995.

34 P. Vidal-Naquet, Le trait empoisonné, op. cit., p. 61.

35 Jan Valtin, Sans patrie ni frontières, trois éditions françaises : Paris, Éditions D. Wapler, 1947 ; Paris, J. C. Lattès, 1975 ; Arles, Actes Sud, « Babel », 1996. Voir la notice dans l’index biographique de Pierre Broué, Histoire de l’Internationale communiste (1919-1943), Paris, Fayard, 1997.

36 Séance publique de l’Assemblée nationale, le 18 mars 1948.

37 Voir Roland Leroy qui, dans La quête du bonheur, op. cit., parle de ses rapports avec les fractions de l’UEC et de ses relations avec Georges Marchais, déclarations qui confirment les informations données par Philippe Robrieux.

38 Ces renseignements ont été demandés à Roland Bernard, secrétaire de section, et à Jean-Pierre Rioual, ancien secrétaire à l’organisation – Jacky Maussion, responsable fédéral, ayant déclaré ne pas disposer d’archives relatives au Havre. Par contre quelques archives produites par la Section de montée des cadres (SMC) permettent d’analyser les composantes des structures fédérales et Roland Ricouard a reconstitué l’organigramme des sections du Havre de 1959 à 1985 (voir 3e partie).

39 Archives de Roger Le Marec, vétéran du PC et de l’IC, (non) conservées au musée de l’ancien Havre ; par contre les Archives municipales, sous la direction de Sylvie Barot, mettent à la disposition des chercheurs et leur compétence et leur matériel.

40 Député indépendant, élu maire en 1945, invalidé, réélu en 1947 et 1953.

41 Député communiste depuis 1945, élu maire en 1956, puis en 1965 et 1971.

42 Cette difficulté est exprimée textuellement par R. Leroy dans La quête du bonheur, op. cit., p. 96.

43 Voir l’article du dictionnaire biographique de J. Maitron.

44 Selon les positions de P. Juquin, Cl. Poperen et M. Rigout, Ch. Fiterman.

45 François Mitterrand lui-même, de vieille éducation catholique, ne déclarait-il pas : « Non, on ne réforme pas le communisme, c’est un système clos, une idéologie sans ouverture sur l’extérieur, mais on peut réformer un État, une société communiste, lorsqu’ils sont désireux de tirer la leçon de l’échec » (entretien Paris Match, 27 septembre 1990), Le Nouvel Observateur, 11-17 janvier 1996, p. iv.

46 Cette stigmatisation est systématiquement utilisée par Annie Kriegel et François Furet.

47 Ainsi Charles Tillon (cité 26 fois dans ce livre), membre du triangle de direction du PC clandestin, ancien ministre communiste, n’est-il presque jamais associé à la commémoration publique de la Résistance par le PC, qui rend hommage à Jacques Duclos et à Benoît Frachon ou à Henri Rol-Tanguy et à André Tollet, mais non à la victime d’un Procès de Moscou à Paris (encore en août 2004).

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search