Version classiqueVersion mobile

Dockers, métallos, ménagères : Mouvements sociaux et cultures militantes au Havre (1912-1923)

 | 
John Barzman

Troisième Partie. Apogée du mouvement novembre 1918 à mai 1920

Chapitre 1. Démobilisation et reconversion au Havre

Texte intégral

1La vie au Havre de novembre 1918 à mai 1920 est dominée par les séquelles de la guerre, les événements internationaux et une vague de luttes ouvrières.

Poilus, ouvrières-ménagères et musulmans

  • 1 J. Postaire, p. 75.
  • 2 PH 2/1/1919 et 7/7/1919.

2De nombreux problèmes fixent l’attention du public sur les conséquences du conflit mondial. Au total, environ sept mille quatre cent soldats et marins havrais ont péri dans la guerre.1 Les deuils se prolongent pendant de longs mois, à mesure que la vie se réorganise et que les survivants rentrent dans leur foyer. De nombreuses cérémonies funèbres se déroulent sur les lieux de travail et dans les églises. Les Docks et entrepôts, par exemple, commémorent la mort de l’aviateur Charles Guérin et de soixante-deux anciens employés, ce qui représente 1 1 % de leur personnel. Les syndicats maritimes organisent une cérémonie au cimetière Sainte-Marie pour les nombreux marins tués pendant la guerre.2 D’autres soldats ont subi des blessures, parfois permanentes. Déjà en 1916, une société avait été créée pour les aider et la municipalité avait ouvert une école pour les invalides. Toutes deux continuent leur travail de réhabilitation et de placement.

  • 3 PH 1/9/1919.
  • 4 J. Postaire, p. 77.

3Les combattants qui retournent indemnes se confrontent à de nombreux problèmes. Ils constituent la Ligue des poilus havrais le 1er avril 1919, et d’autres associations plus tard dans l’année pour défendre leurs intérêts. La démobilisation procède lentement. La masse des soldats havrais ne revient que le 30 août, date à laquelle la ville organise un défilé triomphal du 129ème Régiment d’infanterie.3 Beaucoup des anciens soldats ne réussissent pas à trouver un emploi immédiatement ce qui amène la municipalité à établir des secours d’urgence et, en février 1919, un bureau de placement spécifique pour les anciens combattants.4

  • 5 Chiffres cités par C. Lépilliez, “Les ouvriers... ”.
  • 6 PH 13/3/1919.

4Pour leur faire de la place, de nombreuses entreprises chassent les ouvrières des établissements industriels. Schneider licencie 2 945 femmes entre le 30 novembre et le 15 décembre 1918, avec seulement 200 francs de compensation, c’est-à-dire moins d’un mois de salaire. Il en conserve cependant 432, affirmant qu’il donne la préférence aux veuves de guerre. Les Tréfileries licencient 1 250 femmes en décembre 1918, avec seulement huit jours de préavis et 96 francs de compensation. Les chantiers Augustin Normand licencient 250 sur les 300 femmes qu’ils occupent.5 Ces licenciement entraînent une grave perte de revenus dans de nombreux ménages, en plein hiver, et dans une période d’inflation rapide. La municipalité offre finalement quelques maigres remèdes aux femmes licenciées des usines : un secours d’urgence pour les plus pauvres, la réouverture de l’atelier de couture municipal, et, en mars 1919, une offre de leur remettre des travaux à domicile, à condition qu’elles disposent d’une machine à coudre.6 Une “Madame Hélène” décrit ainsi la misère dans laquelle elle se trouve :

  • 7 Citée par la journaliste syndicaliste-féministe Marcelle Capy dans La Vague, 22/5/1919, p. 3

5“Laveuse de vaisselle : moi aussi j’ai travaillé en usine. En novembre dernier, la grippe m’a jeté par terre. Je suis resté faible et je tousse. J’ai dépensé tout ce que j’avais. Je n’ai plus rien. Mon mari est toujours soldat, mon frère et ma vieille mère sont infirmes. On a fait la guerre aux femmes d’usine. On ne sait pas ce qu’elles ont souffert et enduré. Et pour arriver à quoi ? Je charrie des seaux d’eau toute la journée, lave la vaisselle à l’Y.m.c.a., et je gagne 3,50 F par jour. Je n’en puis plus et lâcherais tout si je n’avais peur de mourir de faim. Ils disaient qu’il leur fallait des canons ! C’était nos vies qu’ils voulaient, les canailles de guerre... ”7.

6Les autorités et la presse ne traiteront plus ces femmes comme ouvrières, et donc chômeuses, mais comme ménagères.

  • 8 Avh H4, c3, 15 : Lettres du colonel Arolles.

7Les prisonniers de guerre allemands sont évacués après les femmes. Le colonel Arolles, contrôleur militaire de la main-d’œuvre au Havre, avertit les employeurs du port que ces prisonniers ne seront plus attribués aux entreprises, dans les quantités habituelles, à compter d’avril 1919, en raison des départs considérables.8 Les derniers prisonniers allemands quittent Le Havre en janvier 1920.

  • 9 En 1919, dans les trois départements français d’Algérie, la grande majorité des habitants d’origine (...)
  • 10 C. Lépilliez, p. 57 ; DH 31/1/1920.

8Quant aux travailleurs dits coloniaux et exotiques, leur sort est assez variable, certains d’entre eux ayant choisi de rester en France plus longtemps que prévu par leurs premiers contrats ou même indéfiniment. La grande majorité des travailleurs chinois quitte Le Havre au cours de l’année 1919, principalement avec les troupes britanniques. En revanche, les travailleurs dits “musulmans” semblent avoir établi des racines plus durables. Ils sont notamment employés dans les établissements de construction mécanique, les chantiers navals et le port. Les autorités tentent de les détourner de toute activité syndicale. Le 1er mai 1919, par exemple, elles assignent les travailleurs coloniaux dans leurs baraquements, mesure qu’elles n’auraient sans doute pas prise si elles ne pensaient pas qu’au moins certains d’entre eux voulaient participer à la manifestation. De nombreux incidents entre ces sujets et protégés français9 et des citoyens français sont rapportés par la presse, qui s’applique à distinguer “les bons Algériens” des “mauvais Marocains” pendant toute l’année 1919. Le 21 janvier 1920, une grave émeute anti-“arabe”, commence au Pont III, lieu d’embauche des dockers, et fait trois victimes.10

Dettes de guerre et marchés internationaux

9En même temps qu’ils réorganisent leur main-d’œuvre, les industriels et négociants havrais cherchent à influer sur le cours des relations internationales au sein desquels ils doivent réorganiser leurs réseaux commerciaux. Leur propagande introduit des thèmes de débat et un climat qui affecteront la configuration des mouvements populaires. Comme leurs collègues dans le reste de la France, les entrepreneurs havrais entendent profiter pleinement de la défaite de l’Allemagne pour renforcer leurs positions. En 1918 et 1919 en particulier, ils comptent sur l’appui des Etats-Unis pour obtenir des concessions de l’Allemagne. Les sentiments pro-américains sont donc forts dans le grand port transatlantique. On y organise de nombreuses cérémonies en l’honneur des troupes et institutions américaines : le 4 juillet, fête nationale des Etats-Unis, est l’occasion d’un grand gala en présence du général et du consul américains ; la presse locale chante les louanges de la Croix-Rouge américaine, de l’Association chrétienne des jeunes gens (Y.M.C.A.), et de la campagne contre la tuberculose des services américains ; le Memorial Day américain (journée d’hommage aux morts de la guerre) est célébré en grande pompe. Le conseil municipal invite le Président Wilson à visiter la ville, mais celui-ci décline la proposition. Les intérêts commerciaux havrais apprécient particulièrement ses déclarations en faveur du libre-échange. Jules Siegfried, grande figure du patriciat négociant, de confession protestante, affirme à un groupe de jeunes gens que l’inspiration de l’évangile a été un facteur non négligeable dans la décision des Etats-Unis d’intervenir en Europe au nom du Droit.

10A l’idéalisme qu’elles attribuent à la politique américaine, les élites dirigeantes opposent le mal perpétré par la révolution russe. Elles accusent les bolcheviques d’aider l’Allemagne contre la France. Leur colère est d’autant plus grande que de nombreuses sociétés havraises ont des intérêts en Russie : Schneider a vendu des armes à l’armée du tsar, Augustin Normand des navires à sa marine ; Desmarais et Deutsch de la Meurthe s’intéresse au pétrole russe de l’Azerbaïdjan ; les compagnies de navigation ont des relations avec les ports russes. Les quotidiens havrais, appuyés par plusieurs conférenciers, décrivent comment les bolcheviques ont conduit le peuple russe à la famine et aux massacres.

11Ils présentent la révolution d’octobre comme l’œuvre d’une minorité radicale opposée à la guerre, semblable à l’opposition pacifiste que les Havrais ont connu, ce qui amène toute une gamme de socialistes, d’anarchistes et de syndicalistes révolutionnaires à s’intéresser à ces gens à qui on les compare. En 1918 et 1919, à mesure que le système soviétique (décrit peu après par Lénine dans L’Etat et la révolution) est plus largement connu, de nombreux anarchistes revendiquent même la paternité de ces conseils ouvriers. Plus tard, avec le lancement de l’Internationale communiste (dite Troisième) en mars 1919, la filiation socialiste apparaît plus clairement. La défense de la Russie soviétique contre l’intervention alliée est un des grands thèmes autour desquels l’Ush prépare la grève générale (annulée) du 21 juillet 1919, et le Gsh mène sa campagne électorale en novembre 1919. Les nouvelles de famine dans l’ancien empire des tsars motivent les militants à engager des collectes de solidarité. Plus les journaux, les hommes politiques, les généraux et les personnalités de l'Eglise condamnent Lénine, Trotsky, les bolcheviques et les soviets, plus le petit peuple devient curieux et plus il se méfie des diverses expéditions françaises contre l'Armée rouge, au Caucase, dans la mer Noire et en soutien à la Pologne. La mutinerie des marins français de la mer Noire envoyés contre les soviets devient une cause célèbre. Le syndicat des dockers demande à ses membres de refuser de charger des munitions et provisions pour la Pologne et autres destinations suspectes.

12L’exaltation de la “jeune république d’outre-Atlantique” s’infléchit en 1920, avec le mûrissement des divergences franco-américaines sur le problème des dettes et réparations de guerre. Lorsque les réparations allemandes s'avèrent inférieures aux attentes, la question “Qui paiera ?” se pose avec acuité. Le gouvernement émet une nouvelle série de bons, appelle l'impôt sur le revenu adopté par le Parlement avant la guerre, mais suspendu jusqu'en 1919, et menace l'Allemagne d'une intervention militaire. Ces mesures ravivent la discussion sur les fauteurs et profiteurs de guerre. L'impôt sur le revenu en particulier provoque un fort mécontentement au Havre. Les métallos et terrassiers demandent que la reconstruction des provinces et industries dévastées se fasse dans l'intérêt public, et non dans celui des magnats du charbon, de l'acier et du bâtiment. Les gens de mer réclament la reconstruction de la marine marchande comme établissement public, sur le modèle de la Compagnie des chemins de fer de l'Etat. La question rebondit chaque fois qu'un journal révèle les agissements des banques, des compagnies d’assurance et des grandes sociétés industrielles françaises en Hongrie, en Pologne, en Roumanie, en Irak et en Chine. Une fraction de l'opinion publique fait facilement la comparaison entre ces dépenses et la pauvreté des fonds attribués à la construction d’habitations à bon marché alors que sévit une crise de logement, particulièrement aiguë au Havre. Par ailleurs, la menace d'occupation de la Ruhr et le projet de porter à deux ans la durée du service militaire, ramenée à 18 mois à la fin 1919, raniment les courants pacifistes, internationalistes et antimilitaristes.

Projets pour le négoce, le port et l’industrie

13Le souci principal du négoce havrais est alors d’agrandir sa part du commerce européen aux dépens de ses rivaux germaniques, notamment hambourgeois. Il met sur pied des groupes de pression dont l’objectif est de restaurer la marine marchande française, de moderniser les ports français, de relancer la construction navale et d’attirer plus de marchandises vers ses marchés à terme. L’ampleur des échanges effectués pendant la guerre a confirmé que le port du Havre peut attirer un énorme trafic, surtout si le rétablissement des ports allemands de la mer du Nord reste bloqué par les conditions de l’armistice. Regroupées dans la Chambre de Commerce, les grandes maisons de négoce espèrent fixer une partie de ce nouveau trafic en améliorant les équipements portuaires. Elles réclament la création de sociétés d’assurance garanties par le gouvernement, suffisamment grandes pour soutenir la concurrence des puissantes compagnies allemandes, la suspension des contrôles étatiques sur la distribution des marchandises et la réouverture des marchés à terme. Ces mesures permettraient à la place du Havre de recouvrer la première place dans le commerce des cotons et cafés, et d’étendre son rôle dans celui du charbon et d’autres marchandises. On a vu que plusieurs dirigeants ouvriers, notamment des marins, dockers et ouvriers de la navale, se sont joints à cet effort de promotion des intérêts français et havrais.

  • 11 PH 19/5/1919.

14Les armateurs havrais souhaitent que les Etats-Unis prêtent des navires aux compagnies françaises jusqu’à ce que la France puisse reconstituer sa marine marchande, et qu’une large partie des navires allemands saisis par les Puissances alliées soie attribuée à la France. Ce souhait est exprimé par la Ligue navale française, qui structure sa section havraise le 24 mai 1919 autour d’un conseil où figurent le constructeur de navires Augustin Normand, un représentant de chaque armement et de chaque syndicat maritime, et des personnalités locales comme Léon Meyer.11

  • 12 Chambre de Commerce du Havre, Grande Semaine maritime, 1921.

15Les constructeurs de navires réclament que le gouvernement prolonge et augmente ses subventions à leur industrie.12 Entrepreneurs et syndicats ouvriers unissent leurs efforts pour proposer l’élimination de la concurrence déloyale dans le transport maritime par l’introduction d’une législation internationale du travail, applicable à bord de tous les navires.

  • 13 Voir J. Barzman et P. Morel, “Identité de la ville-port et acteurs de la vie portuaire : Le Havre f (...)

16Dans la manutention, le projet de modernisation du port est précisé. On prévoit d’augmenter le nombre des entrées et sorties de navires et d’accélérer leur chargement et leur déchargement. Pour cela, les quais seront allongés et équipés de grues et autres équipements mécaniques. Une main-d’œuvre plus qualifiée sera formée pour conduire les nouvelles machines, tandis qu’une partie des ouvriers du port (notamment les magasiniers des entrepôts) sera stabilisée par la permanentisation, et détachée de la masse des journaliers. Cette transformation sera menée à bien par la création d’une autorité portuaire unique, au sein de laquelle la Chambre de Commerce doit être largement représentée. Les grands projets d’extension pourraient être financés en partie par l’installation, dans une zone portuaire le long de l’estuaire, d’industries nouvelles qui paieraient des droits divers au port. C’est dans cette perspective que les représentants du négoce havrais, députés, sénateurs, dirigeants de la Chambre de Commerce, négocient, notamment avec le Ministère des Travaux publics, les modalités de la mise sur pied d’un Port autonome du Havre.13

  • 14 Voir M. Amphoux, Le Havre et.... p. 28-48 ; Chambre du Commerce du Havre, Grande Semaine Maritime d (...)
  • 15 PH 11/14/1919.

17Dès juin 1919, 500 mètres de docks bords-à-quai sont ajoutés au quai Johannès-Couvert, tandis que les travaux continuent sur la construction du grand bassin de marée dans l’estuaire. Les sociétés de réfrigération achèvent de nouveaux hangars, approvisionnés par Air liquide, qui progresse rapidement.14 En même temps, pour améliorer les communications, on reprend les travaux de construction du central téléphonique.15

  • 16 D. Ringuenet, “Le commerce et l’industrie du pétrole au Havre.... ”, p. 11.

18L’industrie pétrolière a été transformée par la guerre. Un Conseil général des pétroles et carburants a été créé en 1918 pour assurer l'approvisionnement de la France dans ce domaine, ce qui mène tout naturellement à poser la question de la localisation des dépôts et raffineries. Il en découle la formation d’un consortium de pétroliers des puissances alliées, la Compagnie industrielle maritime, qui décide de se fixer au Havre. En 1919, la Chambre de Commerce approuve sa demande d’une concession privée dans le port afin d’y construire un terminal pétrolier. L’expansion de cette branche reste forte en 1920, encourageant l’accélération des travaux sur la digue sud et la construction de réservoirs et d’installations de raffinage.16

19Mais de nombreux ouvriers ne connaissent pas ces projets ou ne voient pas quels avantages ils pourraient en tirer. Bien qu’ils acceptent que le développement économique amène parfois des emplois, ils ne peuvent dissiper le sentiment que les capitalistes ont injustement profité de la guerre. Ils estiment qu’ils ont leur mot à dire sur la reconversion du port et de la ville et qu’ils méritent une part des bénéfices. C’est dans cet esprit qu’à partir de janvier 1919, un très grand nombre de marins, dockers, métallos, cheminots et ouvriers du bâtiment rejoignent leurs syndicats, et réclament des hausses de salaires. Lorsque ces gains sont effacés par la flambée des prix, ils protestent sur les marchés et organisent le contrôle des prix. Puis, avec les élections leur ressentiment se focalise sur ceux qui ont gouverné le pays et la ville pendant la guerre.

Notes

1 J. Postaire, p. 75.

2 PH 2/1/1919 et 7/7/1919.

3 PH 1/9/1919.

4 J. Postaire, p. 77.

5 Chiffres cités par C. Lépilliez, “Les ouvriers... ”.

6 PH 13/3/1919.

7 Citée par la journaliste syndicaliste-féministe Marcelle Capy dans La Vague, 22/5/1919, p. 3

8 Avh H4, c3, 15 : Lettres du colonel Arolles.

9 En 1919, dans les trois départements français d’Algérie, la grande majorité des habitants d’origine musulmane ne sont pas citoyens mais sujets français ; dans les protectorats de Tunisie et du Maroc, la même remarque s’applique aux habitants d’origine musulmane et juive, qui sont alors des “protégés”.

10 C. Lépilliez, p. 57 ; DH 31/1/1920.

11 PH 19/5/1919.

12 Chambre de Commerce du Havre, Grande Semaine maritime, 1921.

13 Voir J. Barzman et P. Morel, “Identité de la ville-port et acteurs de la vie portuaire : Le Havre face aux premières lois d’autonomie 1886-1925”.

14 Voir M. Amphoux, Le Havre et.... p. 28-48 ; Chambre du Commerce du Havre, Grande Semaine Maritime de 1921.

15 PH 11/14/1919.

16 D. Ringuenet, “Le commerce et l’industrie du pétrole au Havre.... ”, p. 11.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search