Version classiqueVersion mobile

Dockers, métallos, ménagères : Mouvements sociaux et cultures militantes au Havre (1912-1923)

 | 
John Barzman

Deuxième Partie. Effondrement et résurgence 1914-1918

Chapitre 3. La rupture du consensus 1917-1918

Texte intégral

Accumulation des tensions et essor des mouvements revendicatifs

1L'année 1917 donne le signal d'un nouveau cycle d'actions collectives et de radicalisation au Havre. Le petit peuple exprime son mécontentement par l'agitation sur les marchés, l'activité pré-gréviste ou les grèves, et par une hostilité générale à l'encontre des autorités publiques. Les rigueurs de l’hiver et le durcissement des mesures de rationnement aiguisent ces sentiments.

  • 1 Avh F4, cl3.
  • 2 AN F7-13.272.

2Les observateurs de l'esprit public relèvent que le moral des soldats en permission a chuté dangereusement. Les rumeurs de généraux incompétents et de pertes nombreuses circulent autour des gares. Tenus au courant par leurs correspondants au Havre, un groupe de soldats écrit au maire pour lui faire savoir que leurs familles ne peuvent plus survivre et qu'ils ont l'intention de demander des comptes aux responsables, s'ils sortent jamais des tranchées.1 L'idée que les femmes et les ouvriers se doivent d'agir au nom du droit des combattants à retrouver une situation décente à leur retour de la guerre, est reprise dans le tract de l'Ush diffusé à l'occasion du 1er mai 1917, le premier à être largement distribué depuis longtemps : “... N’oubliez jamais que quand ils [les soldats] retourneront, ils auront le droit de demander des comptes de votre attitude et de votre gestion. Qu'est-ce que vous, les anciens membres des syndicats affiliés à notre fédération locale, leur répondrez quand ils vous demanderont :'Qu'avez-vous fait de notre Syndicat et de ses sections d'entreprise ? Qu'avez-vous fait pour défendre vos droits professionnels quand nous nous battions dans les tranchées ? Pouvons-nous envisager de vivre en paix avec un travail décent payé à sa juste valeur ?'”...2

  • 3 Propos reconstitués par un agent de police, AN F7-13.367.

3Les ouvriers mobilisés des usines s’inquiètent d’être renvoyés au front et remplacés par des coloniaux ou des étrangers : “Si cela continue, entendrait-on dire, il n’y aura plus d’hommes en France ; alors pour qui combattons-nous ? Pour des Chinois, des Arabes ou des Espagnols qui épouseront nos femmes et nos filles et se partageront la France pour laquelle nous irons tôt ou tard nous faire tuer au front”.3

  • 4 J. Postaire, p. 122.

4Les socialistes interviennent plus vigoureusement au conseil municipal. Le 21 février 1917, Le Chapelain avertit le conseil : “Messieurs, vous connaissez tous l'anxiété qui a saisi la classe ouvrière ces jours derniers. Les boulangers n'ont plus assez de pain et de nombreuses mères qui s'occupent de leur famille et travaillent à l'usine, ont dû faire la queue devant les magasins le matin, avant d'aller au travail, et elles n’ont pas toutes obtenu ce dont elles avaient besoin. Des enfants n'ont pas pu aller à l'école parce qu'ils n'avaient pas mangé”.4

  • 5 Idem, p. 12.

5En même temps que la tension monte sur les marchés au printemps de l'année 1917, d'autres troubles sur la voie publique indiquent que le contrôle des représentants de l'Etat sur la vie sociale s'affaiblit. On signale une hausse de la criminalité. Certaines rues de la zone du port sont considérées peu sûres. Les incidents se déroulent à peu près comme celui-ci : “Des hommes traînent sur les trottoirs et dévisagent d'un air moqueur les patrouilles ; ils refusent de circuler quand on leur commande ; une rixe s'ensuit, y compris les inévitables couteaux”.5 Le 17 mai, une patrouille est attaquée rue Bazan, dans le quartier Notre-Dame ; deux gendarmes et un soldat sont blessés.

6Un autre type de désordre est dirigé contre les étrangers, particulièrement les Marocains. On a vu que ceux-ci sont mal payés et forcés de payer leur nourriture et leur logement à des prix abusifs. Les dockers estiment que les étrangers et les prisonniers de guerre allemands affaiblissent leur action en vue d'imposer de meilleures conditions de travail à leurs employeurs et leur reprochent d'acheter au prix fort, ce qui permet aux commerçants de faire passer des hausses de prix injustifiées. Les bagarres sont fréquentes.

  • 6 Avh, H4, c2, 16.

7L'incident le plus sérieux a lieu le 18 juin 1917. Un enfant jette des pierres à un groupe de passants marocains. Les témoins affirment que ceux-ci se sont fâchés, qu'un soldat permissionnaire s'est interposé et a reçu un coup de couteau. Une foule s’est formée et a fait la “chasse aux Marocains” dans tout le quartier. Bilan : deux Marocains tués, et cinq blessés. La réaction du maire est d’interdire aux habitants de loger des étrangers et des sujets coloniaux en dehors des baraques qui leur sont attribuées, et de leur vendre de l'alcool.6

  • 7 AN F7-13.367 : Rapport du commissaire de Graville sur l’état d'esprit dans les usines, 21 mai 1917.

8Enfin, la prostitution se développe à une échelle considérable, en raison de la pauvreté d'un grand nombre de femmes et de la demande des soldats et travailleurs isolés. Les femmes des milieux ouvriers ressentent la pression, notamment celles qui dépendent exclusivement des maigres allocations aux familles de soldats. C'est là une source d'angoisse parmi les ouvrières et les ouvriers des usines et les soldats.7

  • 8 Avh, F2, cl2.
  • 9 P. Fridenson, p. 81 et sq.

9Le mécontentement se propage des quartiers vers les usines d'armement par l'intermédiaire des “munitionettes” Le 9 janvier 1917, Lenoir écrit à Merrheim que les tensions s'accumulent. Le syndicat compte plus de 2 000 membres.8 C'est pour éviter que ce mécontentement ne conduise effectivement à des grèves que le gouvernement adopte le célèbre “décret Albert Thomas” du 17 janvier 1917. Ce décret prévoit qu'un délégué sera élu pour chaque groupe de cinquante ouvriers dans les ateliers des grandes usines travaillant pour la défense. Ces délégués ne doivent s'occuper que des griefs ayant trait à leur propre atelier. Les grèves ne seront légales que sur les questions qui n'auront pas été réglées par les procédures d'arbitrage entre délégués, et employeurs, en présence d'inspecteurs du Ministère de la Guerre. Il est toutefois interdit aux soldats mobilisés et aux travailleurs étrangers de faire grève dans quelque circonstance que ce soit.9 Les ouvrières sont donc conduites à jouer un rôle particulier dans cette période et la Fédération des métaux souligne l'importance d'intégrer les femmes au syndicat et de lutter pour la revendication du salaire égal à travail égal.

  • 10 AN F7-13.367, 7/2/1918.

10Quelques jours après ce décret, les ouvrières se mettent en grève à l'usine Schneider, la plus grande de la région havraise. On connaît peu de choses sur cette grève en raison de la censure. Il semble que les femmes de Schneider aient interprété le décret comme un feu vert aux protestations dans certaines limites. La grève éclate le 23 janvier 1917 sur des revendications d'augmentation des salaires. Des personnes influentes auraient alors expliqué aux grévistes la procédure correcte pour le règlement des conflits, et les ouvrières auraient repris le travail. Les autres établissements connaissent le même genre d’actions et envoient des délégués à une grande négociation qui débouche sur le premier accord couvrant l'ensemble de l'industrie métallurgique havraise, le 27 janvier 1917.10 Cette convention, valable six mois, et renouvelable, inaugure dans la métallurgie l’ère de la reconnaissance du caractère représentatif des syndicats et de la négociation.

11Elle est suivie par des activités qu'on pourrait qualifier de “pré-grévistes”, comme aux Tréfileries le 24 mars, où une pétition et des campagnes d'adhésions au syndicat conduisent à la soumission d'un cahier de revendications. L'agitation s'intensifie malgré la signature du contrat. Le 15 avril 1917, Merrheim vient au Havre pour s'adresser au nouveau syndicat. La ligne qu'il lui propose combine des appels à renforcer le syndicat, la revendication du salaire égal, et l'évocation de la nécessité de la paix et de la solidarité internationale des travailleurs.

12La pression monte aussi dans les chemins de fer, mais avec un profil moins local parce que les cheminots adressent leurs revendications au siège parisien de la compagnie, et ont affaire à une bureaucratie syndicale bien plus établie et centralisée que celle de la Fédération des métaux. La contestation ouverte démarre contre l'avis de la direction de la Fédération des cheminots autour de Bidegaray, et s'accompagne de la formation d'un groupement d'opposition syndicale fortement structuré. L'Assemblée nationale a autorisé une augmentation de salaires pour les cheminots le 9 décembre 1916, à l'issue d'une première campagne de protestations. Mais constatant la faible mobilisation de la direction de la Fncf, le Sénat repousse plusieurs fois le vote de la mesure. Plusieurs sections parisiennes dissidentes lancent alors une campagne d'agitation, faisant valoir la hausse des prix, la stagnation des salaires, la surcharge de travail et la hausse des loyers.

  • 11 CE, no 1, mai 1917.

13Lorsque le nouveau syndicat amalgamé du réseau de l'Etat tient son premier congrès à Nantes, du 31 mars au 1er avril 1917, la direction Bidegaray se trouve confrontée à une minorité organisée réclamant des actions plus vigoureuses contre la hausse des prix et la création de coopératives. En mai 1917, le premier numéro du Cheminot de l’Etat, le journal du syndicat, annonce l'existence de syndicats au Havre, à Bréauté et à Fécamp.11

  • 12 Avh, Recueil des délibérations du Conseil municipal, 20/3/1917.

14D'autres syndicats se réorganisent et croissent. Après les terrassiers ; le Syndicat général du bâtiment connaît à son tour une certaine reprise sous Dessay, un militant plus jeune, et Duchateau. On signale des activités dans la confection, chez les employés de magasin, les ouvriers des tabacs et les typographes. Les dirigeants des marins ont rétabli le syndicat en janvier 1917 avec ses deux branches traditionnelles : les inscrits sous Montagne et Le Luron, tous deux majoritaires, et le personnel navigateur sous Frank Chachuat.12

  • 13 AN F7-13.272.

15Jusqu'à la fin d'avril 1917, la croissance et le renouveau de combativité des syndicats avancent séparément dans chaque branche. Le rassemblement du 1er mai 1917 est la première occasion pour les militants de constater la renaissance du mouvement dans son ensemble. Alors qu'en 1915, la Cgt a proposé de “se souvenir et de méditer”, et en 1916, de tenir des réunions en salle destinées à la réorganisation interne du mouvement, en 1917, répondant aux besoins de la base et aux incitations de la minorité, Jouhaux propose de véritables meetings de propagande destinés à préparer l'action après la guerre.13

  • 14 Idem.

16Au Havre, l'Ush demande la permission à l'Amiral-Gouverneur de distribuer un tract et de faire un meeting public dans un bâtiment d'école, le soir du 1er mai. Le Gouverneur lui accorde, dès lors que ses dirigeants promettent de s’en tenir aux questions strictement corporatives. Ce tract, le premier distribué à cette échelle depuis le début de la guerre s'adresse aux ouvriers et aux ouvrières de tous les métiers, syndiqués et non-syndiqués. Il explique que les soldats au front veulent que la classe ouvrière se batte pour ses droits. Il n'appelle pas les travailleurs à cesser le travail, mais à adhérer au syndicat, à payer leur cotisation et à venir en masse au meeting. Ce discours s'adresse à un cercle de personnes bien plus large que les déclarations de 1915 et 1916.14 Le meeting lui-même est remarquable par les questions qui y sont abordées et les positions exprimées. Environ 200 personnes y assistent, y compris un certain nombre de femmes. Les orateurs, tous havrais, appartiennent à diverses sensibilités : Sorel, des tailleurs, Le Luron, des marins, Benoist et Parisot, des terrassiers, Lasnier, des employés de magasin, et François, des dockers. Dans un premier rapport, le commissaire Italiani affirme que la discussion et la motion finale adoptée par l'assistance se sont conformées aux limites imposées : la nécessité de combattre le patronat local, de se réorganiser et d'établir des coopératives. Mais un rapport plus détaillé en date du 2 mai signale que d'autres questions ont été soulevées : Benoist et Lasnier ont salué la révolution russe de février 1917, et Lasnier a réclamé le salaire égal pour les ouvrières. La motion finale réclame en réalité : une clause sur le coût de la vie dans les grilles de salaires, une action énergique du gouvernement contre les spéculateurs, la réduction des loyers, l'organisation et le contrôle syndical de la main-d'œuvre étrangère ; et l'inclusion de clauses ouvrières dans les futurs traités de paix. Elle salue aussi “les camarades russes qui n'ont pas été dissuadés par les terribles événements de renverser le joug autocratique et absolu des Tsars” et envoie ses salutations aux camarades dans les tranchées.

Tract de l'Ush pour le 1er mai 1917

La crise de mai à juillet 1917

  • 15 Cité dans J. J. Becker, p. 222.

17Le mécontentement à propos de la cherté des vivres, de l'insuffisance des salaires et des nouvelles troublantes du front atteint son point culminant à la fin du mois de mai 1917, c'est-à-dire au moment où des vagues de grèves se produisent à Paris et dans d'autres villes, où des mutineries de soldats sont signalées, et où la révolution russe se radicalise. Quelques mois plus tard, le Bulletin confidentiel résumant la situation morale de l'intérieur, publié par le 2ème Bureau de l'Armée, se réfère en ces termes à la situation en Seine-Inférieure au printemps : “Le rapport de la 2ème région (Rouen) souligne que la dépression fut de courte durée et que le moral de la population s'est beaucoup amélioré, particulièrement si l'on tient compte de la gravité du fléchissement qui s'était produit au Havre”.15

18Le 18 mai, plusieurs centaines d'ouvriers se mettent en grève chez Schneider et Westinghouse ; quatre d'entre eux sont emprisonnés. L'action reprend le 7 juin, cette fois sous la forme d'une vague d'actions pré-grévistes centrée sur les ouvrières. Les douze mille salariés de Schneider commencent à travailler au ralenti ; les deux mille ouvriers de Westinghouse s'interrompent pour signer une pétition ; aux Forges et Chantiers de la Méditerranée, le travail est suspendu pendant que les ouvriers se réunissent pour discuter des revendications à soumettre, et de l'élection de délégués d'atelier.

  • 16 AN F7-13.367.

19Des listes de revendications sont présentées aux patrons dans plusieurs autres usines qui emploient des femmes en grand nombre : les Corderies de la Seine, l'usine Poplin, la Sellerie belge, les tramways, les ateliers de couture municipaux, les grands magasins et le personnel de remplacement des postes. Dans beaucoup de cas, elles obtiennent des concessions immédiates, ou des promesses de concessions de la part des patrons. Le 24 juin, soit après deux semaines d'agitation, la direction de Schneider accepte d'augmenter les salaires et les Tréfileries suivent son exemple, déclenchant la signature de la deuxième convention de six mois de l'industrie métallurgique.16

  • 17 .J. Postaire, p. 41.

20Entre-temps, le mécontentement à propos de la vie chère monte. En juin, la pénurie du beurre, du pain, des légumes, des fruits et du tabac devient aiguë. De nombreuses personnes, notamment des enfants, déclarent qu'elles sont malades en raison de la mauvaise qualité du pain. Le mécontentement culmine avec une nouvelle série d'incidents au Marché du Rond-Point, au cœur des quartiers métallos. Le 5 juin, une femme dit à un étalagiste au marché que son beurre et ses œufs sont trop chers. Il lui répond : “Tu les paieras encore plus !” La foule proteste et refuse de se calmer jusqu'à ce que l'homme quitte le marché. Trois jours après, un autre incident se produit à propos d'une hausse de prix injustifiée. Le rapport de police déclare : “L'état d'esprit de ces femmes est une cause de préoccupation sérieuse. Les femmes sont soutenues par les socialistes et les syndicalistes du Comité d'action contre la vie chère”. Allan déclare au Conseil municipal : “Je tiens à exprimer ma sympathie pour les ouvriers et les ouvrières qui ont manifesté dimanche dernier au marché du Rond-Point et renversé quelques étalages. S'ils en avaient renversé dix fois plus, ils auraient encore ma sympathie.” Les socialistes et les syndicalistes réclament que la ville ouvre de nouveaux points de vente. On discute aussi beaucoup de coopératives et de réorganisation de l'économie, thèmes qui plaisent moins aux radicaux de Léon Meyer.17

  • 18 AN F7-13.367.
  • 19 Ibid.
  • 20 Adsm 2Z11 : Italiani au sous-préfet, 31/7/1917.
  • 21 Signalons que le jeune anarchiste havrais Offroy, qui sert sur le lance-torpilles Cassini, est empr (...)

21Les autorités craignent que les grèves et les mouvements de rue contre la vie chère ne se combinent avec une remise en cause de l'effort de guerre. En effet, les grévistes à l'usine Schneider, dont cinquante pour cent de la production est destinée à l'armée russe, ont exprimé de la sympathie pour les gouvernements de plus en plus révolutionnaires au pouvoir à Pétrograd.18 La police a été avertie de la possibilité de sabotages.19 Enfin, les nouvelles du front colportées par les permissionnaires sont explosives : offensives mal préparées, manque de provisions, mauvaise nourriture, mutineries. Une rumeur circule que les troupes havraises du 129ème Régiment d'infanterie se sont mutinées et que les meneurs ont été exécutés.20 Les informations précises sur la dissidence parmi les troupes sont difficiles à trouver21.

  • 22 Voir Avh, H4, c2, 16 : Lettre secrète du commandant suprême du Havre au maire, du 10 juin 1917.

22Tous ces troubles constituent une crise grave. Heureusement pour le gouvernement, ils ne convergent exactement ni dans le temps, ni dans l'espace, ni dans les sujets de préoccupation, ce qui permet aux autorités de maintenir l'ordre par un dosage habile de concessions et de répressions. On met fin aux grèves et contestations à l'entreprise en poussant les employeurs à accepter des accords d'augmentation de salaires ; aux troubles sur les marchés par le déploiement de troupes sur les places publiques et par l'annonce que la municipalité appliquera la taxation des prix avec plus de fermeté ; aux rumeurs de mutineries par le silence et la censure ; aux émeutes contre les Marocains en confinant ceux-ci dans des cantonnements ; et aux dérapages pacifistes en menaçant les dirigeants d'interdire les réunions. Cependant l'alerte est suffisamment chaude pour que le général Deligny élabore un plan d'urgence prévoyant l'occupation des points stratégiques de la ville par les troupes françaises et britanniques.22

Les minoritaires gagnent du terrain dans les syndicats : juillet 1917 à avril 1918

23Les victoires obtenues en juin 1917 sur le front salarial et les menaces de répression émanant d'un gouvernement de plus en plus sévère convainquent le mouvement de se tourner vers une tactique de recrutement syndical et de sélection de nouveaux dirigeants plus combatifs. Le phénomène est particulièrement visible dans les syndicats des métaux, du rail et du bâtiment. La tendance est moins prononcée chez les dockers, et surtout chez les marins.

24Le syndicat des métallos havrais nous fournit la meilleure illustration du développement du schisme entre l'ancienne direction réformiste et la nouvelle direction opposée à la guerre, issue de la base du syndicat. Cette dernière tire sa force des actions menées à l'entreprise même, de l'élection des délégués d'atelier et des assemblées générales de tous les travailleurs de l'usine, ou de plusieurs usines participant à un mouvement. Elle se caractérise par ses déclarations de fidélité à la lutte de classe, en défense des ouvrières, d'opposition à la guerre, et, par la suite, de soutien à la révolution russe. Elle sait mettre à profit la tradition d'organisation de branche et de fonctionnement démocratique (cotisations faibles, réunions syndicales mensuelles régulières, élection annuelle du conseil, contrôle des dépenses) que la Cgt a établie avant-guerre, pour prendre la direction du syndicat. Ce renversement de l'ancienne direction est consommé entre septembre 1917 et février 1918, transformant le syndicat havrais en l'une des bases les plus visibles de la gauche de la Fédération des métaux et de la combativité ouvrière en France, et cela pour plusieurs décennies. Les multiples péripéties du conflit permettent de penser que la nouvelle direction n’a pu surmonter les obstacles sur sa voie que grâce au soutien actif de la grande majorité des métallos havrais. Le processus mérite donc une analyse fine.

  • 23 Lenoir apparaît aux côtés des socialistes réformistes tout au long de l'année 1917, sans qu’on sach (...)

25Nous avons signalé que la réunion de l’Ush d’août 1916 destinée à réactiver le syndicat des métallos a placé à sa tête des socialistes modérés (Viandier, embauché aux Tréfileries, Le Chapelain, charpentier de navire, et Bouty, travaillant chez Schneider). Ils ont au départ le soutien de François, secrétaire de l’Ush, et de Raoul Lenoir, qui, bien qu'allié de Merrheim dans l'opposition à la guerre, semble avoir accepté une collaboration loyale avec23 eux.

  • 24 Informations du fichier des militants havrais de J. Barzman.

26Après les troubles de juin 1917, une nouvelle couche de militants métallos met en cause la direction Viandier-Le Chapelain-Bouty. Nos informations sur ces individus sont inégales, mais on reconnaît deux générations : ceux qui avaient des fonctions syndicales avant guerre, comme Marcel Coursolles, correspondant du groupe de Monatte et de La Vie ouvrière, Louis Legrain et Henri Quesnel (rappelé au Havre en 1916) anciens membres du bureau ; et les autres, plus neufs à l’organisation, plus jeunes, plus sujets aux mutations vers le front, et souvent délégués d’atelier comme Patou, Souday, Berthelon, Le Guillermic, et Hansen, rappelés du front en 1915. Tous sont plus ou moins libertaires et se méfient du Parti socialiste.24

  • 25 AN F7-13.367. Voir aussi B. Vallet, “Le syndicat de la métallurgie au Havre de 1919 à 1939” (mémoir (...)

27Les efforts en vue d'implanter le syndicat plus largement et dans toutes les usines de la métallurgie (armement, mais aussi mécanique, fonderie et réparation navale) redoublent en septembre 1917. Merrheim est invité et un tract annonce que le syndicat maintiendra une permanence pour l'adhésion et l'organisation, tous les dimanches, au Rond-Point. Le 18 septembre, le conseil syndical vote de demander à tous les établissements d'organiser des réunions et d'élire des délégués.25 Cette proposition est soumise à une assemblée générale de 2 000 personnes à la Maison du peuple le 20 septembre.

  • 26 AN F7-13.367. Cette cote est la principale source des paragraphes suivants sur les métallos.

28Une semaine plus tard, le syndicat est passé de deux mille à quatre mille membres, et comprend de nombreuses femmes.26 Les délégués sont élus dans les formes au moins chez Schneider et aux Tréfileries. Un cahier de revendications est élaboré et présenté à Georges Caillard, représentant du patronat métallurgique havrais, le 25 septembre. Le 28 septembre, les patrons, peu disposés à céder et assez inquiets, se réunissent pour envisager les moyens de résister à leurs ouvriers.

29Face au refus des patrons, les délégués se tournent vers la direction officielle du syndicat qui leur conseille de demander l'établissement d'une commission d'arbitrage. Ils se rendent donc chez le Contrôleur militaire de la main-d'œuvre qui ne leur donne pas satisfaction. Se sentant peu écoutés sur place, ils envoient une délégation à Paris, avec Bouty et Souday pour Schneider, et Viandier pour les Tréfileries (deux réformistes convaincus et un élément plus combatif)-A Paris, ils rencontrent Merrheim au siège de la Fédération, qui les envoie voir le Ministre des Armements. Dans leur compte-rendu du voyage devant les délégués havrais, le 6 octobre, les trois racontent qu'ils ont souligné l'impatience de la classe ouvrière havraise, mais qu'ils se sont engagés à éviter les mouvements impulsifs et à agir, plutôt, dans un esprit de légalité avec une approche méthodique et réfléchie. Le 15 octobre, 2 500 ouvriers se réunissent à la Maison du Peuple pour connaître le résultat de toutes ces démarches. Le syndicat annonce alors 5 670 membres.

30Les employeurs ne font aucun geste nouveau. Inquiet, le Ministère des Armements envoie des émissaires s’entretenir avec les délégués ouvriers qui leur demandent de convaincre la partie adverse de faire de nouvelles propositions, mais en vain.

31L'impatience grandit du côté ouvrier. Le 25 novembre, mille deux cent personnes se présentent à la réunion du syndicat. Bouty leur dit que le syndicat doit éviter toute aventure. Le Chapelain exhorte les ouvriers à ne pas se préoccuper uniquement de salaires et introduit une motion exigeant la nationalisation des industries ferroviaire, maritime et minière, apparemment dans une tentative de diversion. Mais l'assemblée recherche désormais des liens avec l’opposition au niveau national et élit quatre délégués au congrès de l'UD (Rouen, 16 décembre) et à la conférence nationale de la Cgt (Clermont-Ferrand, 23 au 25 décembre), conférence en marge de laquelle le Comité de défense syndicaliste de Péricat a prévu de tenir des réunions.

32On parle de plus en plus de cesser le travail. Une réunion “secrète” des délégués d’atelier a lieu le 26 novembre, au cours de laquelle Viandier et Le Chapelain menacent de démissionner si une seule nouvelle mention de la grève est faite. Mais l'agitation a déjà commencé à s'étendre aux Forges et chantiers de la Méditerranée et le 29, 250 ouvriers sur les 255 des ateliers de la Transat se mettent effectivement en grève.

33Le conflit au sein de la direction syndicale s'aggrave. Le conseil se réunit le 1er décembre : Bouty ne reçoit le soutien que de onze voix sur vingt-deux. Le lendemain, l'assemblée générale attire de nouveau environ mille deux cent personnes. La motion de Bouty est ouvertement mise en cause par un des jeunes militants, Bertholon. Cette fois-ci, l'opposition introduit des questions directement politiques dans les débats. La révolution d'octobre vient d'avoir lieu en Russie et Clemenceau a déclenché la répression contre les “défaitistes” en France. Bertholon demande que la motion finale adoptée par l’assemblée défende Merrheim et Hélène Brion, la dirigeante du syndicat de l'éducation nationale qui a pris position contre la guerre. Le Chapelain parle de la nécessité d'apporter un soutien au centre de contrôle de la tuberculose et d'établir un comité de surveillance des prix. Les deux côtés ne s'entendent plus.

34Le 26 décembre, n'ayant toujours obtenu aucune réponse à ses appels auprès des représentants de l'Etat, la direction officielle du syndicat décide de s'adresser aux deux députés bourgeois de la région, Jules Siegfried et Ancel, pour leur demander de faire une démarche auprès des employeurs. Le 2 janvier 1918, une délégation ouvrière havraise est de nouveau reçue par le Ministre, qui lui promet une augmentation de 20 % à 25 %.

35Entre-temps, la minorité havraise a développé ses relations avec les oppositions nationales, notamment le Cds de Péricat et le journal socialiste-anarchiste-pacifiste la Vague, animé par Brizon, le député socialiste qui a représenté le mouvement français à la conférence de Kienthal, suite de celle de Zimmerwald. Dans les réunions havraises de janvier 1918, on distribue donc de la publicité pour la Vague et Patou demande que le syndicat adhère au Cds ; Bertholon réclame une nouvelle convocation de tous les délégués d'atelier.

  • 27 Le Capitaine Bouffartigues et le Sous-Lieutenant Chardenal pour le contrôle militaire de la main-d' (...)

36L'élection des délégués a lieu le 26 janvier 1918 et renverse le rapport de forces. Le 30 janvier l'ancienne direction n’est pas reconduite, et Souday est élu secrétaire à la place de Bouty. Le nouveau conseil syndical organise immédiatement des assemblées dans les entreprises pour soutenir les revendications du syndicat, réunions qui ralentissent la production et menacent de se convertir en grève. Une assemblée de ce genre se tient à la fonderie Le Nickel, sous l'impulsion de Le Guillermic, montrant que le mouvement s'étend à des établissement peu touchés jusqu'alors. Le 2 février, les industriels de la métallurgie cèdent. Une convention est signée en présence des représentants de l’armée, du patronat et des ouvriers27

  • 28 AN F7-13.367.

37Le même jour, une assemblée de 3 000 métallos vote son approbation du contrat, confirme la nouvelle direction dans ses fonctions, et acclame la révolution russe à une très forte majorité, malgré l'opposition de Viandier et Bouty. Le syndicat a alors huit mille membres.28 C’est l’apogée du mouvement. Une opposition combative, liée aux réseaux nationaux d'opposition à la guerre, a conquis la direction d'un syndicat important qui vient de remporter une victoire significative dans le domaine des revendications.

  • 29 B. Vallet p. 31.

38Les autorités ne peuvent laisser faire sans réagir, mais doivent éviter de susciter une mobilisation unifiée. Elles décident de mettre en œuvre une répression sélective. Patou est reversé dans le 129ème Régiment d'infanterie le 11 février 1918. D'autres dirigeants de la nouvelle équipe (Legrain, Souday, Lemaure et Bertholon) sont convoquées par le Gouverneur, interrogés et menacés de représailles si le syndicat reparle de politique. Legrain, qui, au travers de ces péripéties, s'avère être le vrai dirigeant du mouvement, passe outre, et convoque une réunion du conseil, puis une assemblée générale, à laquelle assistent 1 200 ouvriers. Il y défend l'esprit de la Charte d'Amiens, la lutte de classe et l'objectif émancipateur du syndicalisme, et condamne le parlementarisme comme un piège pour la classe ouvrière.29 Une motion en faveur de l'adhésion au Cds est adoptée, le nouveau conseil syndical confirmé dans ses fonctions, et une collecte organisée pour Patou, qui se trouve déjà au front.

39La nouvelle direction s'appuie sur les réunions de délégués d’atelier. Le 3 mars 1918, ceux-ci se réunissent et protestent contre le fait que les employeurs ne se conforment pas aux stipulations de l'accord qu'ils ont signé. Les procès-verbaux des réunions du conseil indiquent que Bouty et ses amis, déçus par les résultats de ces votes syndicaux, tentent d'établir un syndicat autonome. Le conseil dénonce Bouty comme scissionniste et le suspend de ses fonctions. Il semble que Bouty et Le Chapelain aient espéré obtenir le soutien de François et de l’Ush. Mais ces derniers décident qu'ils ne peuvent soutenir une entreprise aussi clairement anti-statutaire et doivent reconnaître que les syndiqués se sont dotés d’une direction révolutionnaire.

  • 30 CE, no 8-15.

40La formation de pôles opposés se confirme également dans les transports ferroviaires. Les cheminots havrais s'alignent sur la gauche de la Fédération. A mesure que leur combativité s'accroît et que leur opposition à la guerre se clarifie, tout l'éventail des sensibilités présentes au Havre évolue vers la gauche. Il n'y a donc pas d'affrontement net et de renversement de l'ancienne direction au niveau local, comme ce qui a lieu chez les métallos. Au niveau départemental par contre, un pôle modéré se cristallise autour de Dubois, le dirigeant de la région rouennaise. Le syndicat havrais enregistre un afflux régulier de nouvelles adhésions et renforce ses liens avec la minorité du réseau de l'Etat.30 Cette relation est rendue formelle au congrès de Saintes du réseau Etat (avril 1918) lorsque Le Havre est placé dans le secteur de propagande de Sotteville.

  • 31 L. Ceplair, p. 196 et sq.
  • 32 J.-J. Doré, “Cgt et Cgtu en Seine-Inférieure, 1917-1935” (thèse).

41La minorité du réseau Etat est composite. Des dirigeants comme Gaston Monmousseau, Sirolle, Lévêque, Dejonckère et Sigrand, ont des origines anarchistes ou syndicalistes révolutionnaires plus ou moins prononcées.31 Mais, la section de Sotteville a traditionnellement combiné l'action syndicale, municipale et coopérative. Son dirigeant, Maurice Gautier, joue un rôle éminent dans les mouvements syndical et socialiste de la région rouennaise,32 et le syndicat sottevillais a invité le député socialiste Brizon, certes particulièrement peu orthodoxe et opposé à la guerre, mais néanmoins parlementaire, à s'adresser à ses membres le 21 juillet 1917. Ces deux influences s'exercent donc sur les cheminots havrais, à travers le réseau de l'Etat.

  • 33 CE, no 9.

42Quand le Comité d'Entente, groupement des dissidents parisiens, lance une campagne pour un salaire annuel minimum de 1 800 francs, une augmentation annuelle de 540 francs, et le salaire égal pour les ouvrières, le syndicat havrais le suit, et réclame, en plus, une action plus énergique de la part de la direction de la Fncf autour de Bidegaray, en faveur d'une nouvelle indemnité de vie chère.33 Ayant trouvé un écho à la base, le mouvement menace de faire grève. Le 29 janvier 1918, le gouvernement concède des augmentations de salaire de 10 % à 30 %, mesure qui réussit à éviter des arrêts de travail, mais qui enhardit la minorité, convaincue que l’action a payé mais déçue par le montant accordé.

  • 34 Dans le Journal du Peuple (29 septembre 1917), Sirolle, libertaire, vante explicitement les mérites (...)
  • 35 J. J. Doré, ch. 2.
  • 36 CE, no 15, juillet 1918.

43Les positions politiques de la minorité, contre la guerre et en faveur de la révolution russe, conduisent également à des heurts avec les majoritaires34. Dubois qui est en même temps secrétaire des cheminots de Sotteville et secrétaire de l'UD commence à se sentir menacé. Il invite Bidegaray et Albert Thomas à venir lui apporter leur soutien. Le 30 janvier 1918, environ 2 000 cheminots et autres ouvriers réunis au Théâtre Boïeldieu, écoutent Sirolle, Lévêque, Gautier, et Albert Thomas et votent contre la ligne de défense nationale.35 Le 22 février 1918, Dubois perd son poste de secrétaire du syndicat des cheminots, qu’il doit céder au minoritaire Gautier, et se retranche dans sa position de secrétaire de l’UD. Le 12 mars, les cheminots sottevillais réclament la libération de leurs camarades emprisonnés pour pacifisme : Gibert, Hardy et Strub.36

  • 37 88 en octobre 1917, 16 en janvier 1918, 69 en février, 52 en avril, 55 en mai, 50 en juin, 21 en ju (...)
  • 38 CE no 20, janvier 1920.

44Comme la tactique de la minorité cheminote dirigée par Monmousseau est d'éviter les grèves mal préparées et ne disposant pas du soutien officiel de la direction syndicale, les cheminots de la région de l’estuaire ne participent pas au mouvement de mai 1918, mais continuent d’évoluer vers la gauche. Le syndicat havrais enregistre de nombreuses adhésions au cours de l'année 191837. En outre les petites unités de la région, comme Bolbec-Bréauté, Fécamp, Gournay et Yvetot, se renforcent. A partir du printemps 1918, tous suivent la campagne des minoritaires parisiens en faveur de la journée de 8 heures, du salaire minimum de 2 400 F par an, et de l'indemnité de vie chère de 720 F. Le 23 octobre 1918, Courage et Bachelet, de la région rouennaise, s'adressent aux cheminots havrais à la Maison du Peuple.38 Sur leur proposition, l'assistance affirme son soutien aux trois militants sottevillais emprisonnés, exige que la Fncf fasse passer l’agitation à un stade supérieur et se prononce pour :

  1. la révision de l’échelle des salaires et l’incorporation de la prime de vie chère au salaire,

  2. la monopolisation (ou nationalisation) des chemins de fer, et

  3. la transformation du magasin de la compagnie en coopérative. Finalement, le 5 novembre 1918, 6 500 cheminots se mettent en grève à Paris. Le gouvernement cède peu après.

  • 39 Archives du GODF.

45L'entente s'établit dans le syndicat havrais entre les différents courants sur la perspective de renforcer les organisations et de préparer une grande transformation sociale. La direction du syndicat havrais est en effet aussi diverse que la minorité du réseau Etat, puisqu'elle comprend : Allan, socialiste modéré, franc-maçon,39 Gaston Raulin, ancien dirigeant de la fédération des cheminots, actif au Havre depuis 1916, partisan de la minorité, Bidamant, anarcho-syndicaliste, et Francis Fouré qui cherche à jouer un rôle de conciliateur. Louis Baudu, outre ses fonctions syndicales, anime un groupe socialiste à Harfleur sur une base nettement à la gauche du parti. L'effervescence idéologique dans le syndicat des cheminots est évidente à la lecture du Cheminot de l'Etat et de Réveil ouvrier. Maurice Gautier y écrit qu'il faut ramener les coopératives à leur objectif initial qui est de servir d'embryons de la société communiste future. Lucien Le Bihan, secrétaire-adjoint du Havre, lui répond que les capitalistes useront de la force de la loi pour empêcher une telle évolution, sauf si les ouvriers saisissent aussi les moyens de production, tandis que Dubois se plaint que tout cela n’est que polémiques inutiles.

  • 40 J. J. Doré, ch. 2. ; A. Delhom, “La scission syndicale de 1921 dans la Fédération du Bâtiment” (mém (...)

46Dans le bâtiment, les terrassiers se sont depuis longtemps liés au Cds. Au printemps 1918, le Syndicat général tombe aux mains de la minorité. Son secrétaire, le majoritaire, Duchateau, est remplacé par Dessay, un militant plus jeune de retour des tranchées, soutenu par le révolutionnaire Parisot. Un regain de combativité se dessine. Des réunions le 17 mars et le 28 avril 1918 exigent que le préfet provoque des commissions paritaires pour fixer de nouveaux tarifs. Ces actions réussissent à obtenir des révisions à la hausse des salaires.40

  • 41 Adsm, R, L. 26/11/1917, cité par J. Postaire, p. 121.
  • 42 J. Postaire, p. 126. Lettre au maire du Havre du 15/1/1919.
  • 43 M. Boivin, p. 159; J. Lacouture, Ho Chi Minh, p. 15.

47Enfin les travailleurs coloniaux et exotiques ressentent aussi la rupture du consensus en 1917 et au début de 1918. La présence parmi eux d'éléments qui ont choisi de tenter un voyage en métropole, signe d’ouverture intellectuelle et de hardiesse, les discussions sur les révolutions russes et les divers plans de paix, et l'expérience des conditions de travail dans les usines havraises, sont apparemment propices à l'adoption d'un sentiment national fortement teinté de “lutte-de-classe”, Ainsi, vers la fin 1917, Liou Fou-Tse, Coolie numéro 4 860, est condamné à quinze jours de prison pour “entrave à la liberté du travail, insultes à ses chefs, et coups et blessures infligées” Une note émanant du commissaire central explique : “11 jouit d'une influence suffisante sur ses compatriotes pour les empêcher de travailler. Il est soupçonné de faire de la propagande anti-française parmi eux ; la direction de Schneider aimerait qu'une peine sévère serve d'exemple aux autres travailleurs chinois”.41 Une dure discipline est imposée aux Asiatiques, comme en attestent la condamnation du Coolie numéro 2 843, condamné par l'autorité militaire britannique à vingt-huit jours de prison pour avoir “touché l'épaule de Miss Augusta Charles de la main”.42 Signalons que plusieurs futurs dirigeants du Parti communiste chinois se trouvent parmi ces travailleurs. Ho Chi Minh, futur dirigeant du Parti communiste vietnamien, aurait aussi travaillé comme jardinier municipal au Havre en 1917, sous le nom de Nguyen Tât Thàn.43 La fièvre revendicative affecte aussi les ouvriers d’Afrique du Nord : 150 ouvriers marocains chez Schneider cessent le travail, le 5 janvier 1918, parce que le maire d'Harfleur a arbitrairement réduit la ration de pain à laquelle ils ont droit. Enfin, on verra que les ouvriers belges, notamment des établissements travaillant pour l’armée du roi Albert, participent aux mouvements pré-grévistes et grévistes de 1918.

Port et marine marchande : la voie de la concertation

  • 44 AN F7-13.701, 1.7.
  • 45 Ibid.
  • 46 DH, no 11,22/3/1919.

48Dans deux grands syndicats havrais, ceux des dockers et des marins, la polarisation est moins nette. Les directions syndicales établies réussissent à canaliser le regain de combativité vers les voies de la concertation, avec beaucoup moins de remous. Le syndicat des dockers, activé par les troubles du printemps et de l’été 1917, reprend ses réunions mensuelles en septembre avec une moyenne de deux cent assistants et réclame une nouvelle augmentation.44 Un conflit surgit alors entre une minorité plus combative et la direction centriste de François. Un certain Louis Baucher critique la Cgt pour sa passivité mais refuse de proposer une action immédiate “de peur d'être enfermé”.45 François lui oppose un recours aux procédures d'arbitrage, en arguant que le nouveau contrôleur de la main-d'œuvre, le colonel Arroles, est mieux disposé à l'égard du mouvement que ses prédécesseurs. François fait élire cinq délégués, dont Baucher, pour négocier une augmentation de 7 F à 10 F par jour. Les employeurs signalent que le syndicat n'a que 200 membres et refusent toute concession. Leur position est particulièrement forte au début de l'année 1918, parce qu'ils peuvent encore compter sur un grand nombre de prisonniers de guerre, de travailleurs coloniaux et d'étrangers. Cependant, en mars-avril 1918, les dockers obtiennent une nouvelle légère augmentation de 7 F à 8 F (ils demandent alors 12 F).46 Baucher déclare les nouveaux tarifs nuls et non avenus, et le syndicat diffuse des tracts en français, en flamand et en arabe, un des rares exemples d'internationalisme pratique que nous ayons relevé en dehors des célébrations du 1er mai. La situation est donc assez tendue en mai 1918, mais François, avec le soutien du colonel Arroles, s'efforce d'éviter l'explosion et peu de dockers participent à la grève de mai 1918.

  • 47 AN F14-11.337.

49De mai à novembre, le syndicat du port est plus actif, mais la réapparition d'un certain chômage parmi les dockers français sape son efficacité. Les manutentionnaires emploient davantage de travailleurs marocains, algériens et belges et les troupes américaines déchargent elles-mêmes les navires transportant du matériel pour l'armée américaine. De plus, les projets de mécanisation de la manutention commencent à porter leur fruit avec l'installation de grues électriques. La revendication d'une augmentation des journaliers à 12 F ne débouche donc pas, malgré l'espoir de François que le colonel Arroles y soit favorable. Par contre, une pénurie de grutiers qualifiés se manifeste et une pétition circule parmi eux pour réclamer une augmentation de 1 F par jour. L'armée cherche à fournir des soldats capables de manœuvrer les engins.47

  • 48 AN F7-13.760, p. 3183
  • 49 Ibid.
  • 50 Fnsm, Pages d'histoire commerciale maritime.

50Les minoritaires sont encore plus isolés chez les marins. Ceux-ci ont reçu une modeste augmentation de salaire le 16 novembre 1916.48 Le mécontentement se propage en 1917 en réaction à la flambée des prix alimentaires. La première assemblée générale se tient le 22 août 1917, en présence d'environ deux cent marins. Elle réclame une augmentation moyenne de 45 F par mois. Au cours de la réunion, un certain Lebras traite Montagne de jouet des armateurs, mais obtient peu de succès.49 L'orientation de Montagne consiste à assurer la participation la plus complète possible du syndicat à toutes les nouvelles modalités de négociation, d'arbitrage et de collaboration établies dans la branche maritime. Il adhère donc en janvier 1917 à la Ligue navale française, s’investit dans les consultations du Sous-Secrétariat à la Marine marchande, créé en juillet 1917, et accepte de représenter Le Havre au Conseil Supérieur d'Arbitrage de la Marine marchande, mis en place le 12 décembre 1917. Son intégration à ces rouages s'accroît encore quand toute la flotte commerciale est placée sous le contrôle de l'Etat, au début de l'année 1918, par le nouveau Sous-Secrétaire socialiste, Bouisson, et que les arbitrages du Conseil supérieur sont appliqués avec plus de rigueur. Une brochure de la Fnsm résumant cette période se flatte de ce que tous les conflits aient pu être résolus sans recours à la grève.50

  • 51 Travailleur de la Mer, 15e année, no 539, 25/7/1918 ; AN F7 13.760, 28/1/1919.
  • 52 Travailleur de la mer, no 339, 25/7/1918.
  • 53 “Discipline nécessaire”, Travailleur de la mer, no 340, 25/8/1918.

51Le syndicat prospère sous la protection des mécanismes d'arbitrage. La fusion avec le Syndicat des asgb est consommée. Un nouveau local syndical est ouvert au 37 Quai Notre-Dame, au Havre. Les adhérents passent de 250 en janvier 1918 à 2 500 en juillet 1918. Le syndicat obtient un prêt de 320 000 F pour la construction d'une Maison des Gens de Mer.51 On projette aussi d'ouvrir un restaurant coopératif pour les marins. Le mécontentement à propos des bas salaires recommence à gronder au printemps 1918, mais une augmentation est consentie par le nouveau conseil d’arbitrage le 9 mai.52 La minorité “lutte-de-classe” n'obtient donc que peu d'appuis à ses appels en faveur d'une démarche plus antagoniste et les marins ne participent pas à la grève de mai 1918. Les quelques conflits significatifs concernent des catégories qui ne sont pas couvertes par les accords existants, ou des réajustements dans le cadre de ces accords. La direction de la Fnsm dénonce, vers cette époque, quelques grèves intempestives qu'elle attribue aux pêcheurs côtiers devenus marins de fraîche date, et donc peu accoutumés à la discipline syndicale.53 En juillet 1918, les équipages des Ponts et Chaussées maritimes s'organisent pour réclamer une hausse de salaire.

  • 54 Travailleur de la Mer, no 340.
  • 55 Hu 22/9/1918.

52A partir de septembre 1918, les dirigeants marins consacre leur attention à l'avenir de la marine marchande française après la guerre. Le principal, Rivelli appelle les Etats-Unis à aider la France à reconstruire sa flotte commerciale et à accepter qu'un fort tonnage de navires allemands soit transféré à la France.54 La Fnsm reprend largement cette propagande de concert avec la Ligue Navale Française. Le 25 septembre 1918, le syndicat havrais accueille une Conférence Interalliée des Gens de Mer à laquelle 500 personnes assistent.55 La présidence est composée de Montagne pour les marins, François pour l’Ush, et Jennequin et Profichet, tous deux conseillers cantonaux des quartiers marins, le premier, ancien socialiste devenu proche des Républicains de Gauche, le second, radical. L'orateur principal, Havelock Wilson, président du Syndicat britannique des gens de mer, réclame le démantèlement de la flotte allemande et la punition du peuple allemand, complice des crimes de guerre du Kaiser. Rivelli s'en distingue uniquement pour dire qu'on ne peut tenir le peuple tout entier pour responsable, et récuser l'idée que les marins allemands dussent être boycottés par les autres marins.

53Les relations professionnelles ont donc atteint un degré avancé de collaboration de classe dans la branche maritime au sortir de la guerre, entente qui est doublée au niveau politique par les relations très poussées des dirigeants syndicaux avec les socialistes modérés et les radicaux. Le syndicat des marins fournira une base large au pôle modéré à travers tous les processus de scission, jusqu’en 1922.

La grève générale avortée de mai 1918

54La tendance inverse est à l’œuvre dans la métallurgie et le bâtiment. Le renversement des dirigeants modérés du syndicat des métallos et du syndicat général du bâtiment, l'évolution vers la gauche des cheminots havrais, la pression accrue en faveur de l'action chez les dockers, et même, mais dans une mesure bien moindre, chez les marins, convainquent les animateurs du courant opposé à la guerre que l'heure d'un affrontement est venue. La confiance des ouvriers a été renforcée par une série de petites victoires salariales. La flambée des prix des vivres, les nouvelles incessantes de morts et de blessés, la loi Mourier prévoyant un nouveau passage au front des soldats mutés à l'arrière, et l'exemple du gouvernement soviétique qui a retiré la Russie de la guerre, semblent fournir une base suffisante à une action plus déterminée. Telles sont les raisons qui poussent les minoritaires havrais à soutenir les projets de certains membres du Comité de défense syndicaliste en vue d'une grève d'envergure nationale en mai 1918. Ces derniers espèrent qu'un tel mouvement, contrairement aux grèves dispersées de 1917, pourra devenir une vraie grève générale grâce à la coordination que lui insufflera une conférence nationale de délégués syndicaux prévue à Saint-Etienne, un des bastions de la contestation.

55Mais les minoritaires havrais se trouvent pris dans le tourbillon d'une controverse qui les dépasse largement. Ils trouvent en face d'eux un gouvernement parfaitement préparé à leur défi, et d'autant plus confiant qu'un secteur important de la première opposition à la guerre, autour de Merrheim, s'emploie désormais activement à désamorcer le mouvement. En effet, Jouhaux et Merrheim se sont rapprochés, le premier sous l'effet de l'impopularité croissante de la guerre, le second dans la perspective de consolider l'immense développement des organisations syndicales avant toute nouvelle initiative dangereuse. Ensemble, ils proposent aux syndicalistes de préparer une vaste campagne pour des réformes de structure (le Programme Minimum de la CGT), plutôt que de risquer l'aventure. En dernière minute, Merrheim intervient auprès des syndicats pour que les grèves prévues pour le 1er mai soient annulées ou différées jusqu'à ce que la nouvelle offensive allemande soit arrêtée et le front stabilisé. Or ces grèves doivent servir de tremplin au mouvement prévu par le Cds.

  • 56 L. Ceplair, p. 226-227.

56L'obstacle représenté par l'alliance de Jouhaux et Merrheim est encore aggravé par les divisions au sein de l'opposition maintenue. Au Cds, certains souhaitent des grèves coordonnées immédiates ; d'autres, comme Péricat, préfèrent suivre des grèves spontanées, et, si elles se déclarent, les coordonner. Monatte et le groupe de la Vie ouvrière veulent se consacrer à éduquer la minorité en vue d'un affrontement ultérieur avec la direction de la Cgt. Enfin, la minorité cheminote autour de Monmousseau a son propre calendrier, fondé sur la succession des congrès de réseau et l'affrontement avec la direction de la Fncf.56 Tous ces courants ont leur correspondant au Havre.

  • 57 AN Fl CIII-1132.
  • 58 AN F7-13.367, dépêche 12503c/10.
  • 59 Ibid.

57Les autorités publiques sont conscientes que la fièvre contestataire monte de nouveau dans la population. Le rapport du préfet de mars 1918 note que plusieurs syndicats sont passés du côté de la minorité pacifiste, que les travailleurs clament la nécessité d'une nouvelle augmentation de salaires, d'indemnités de vie chère et de primes supplémentaires de toutes sortes, et que La Vague est très lue dans les milieux ouvriers.57 A la fin du mois de février, le gouverneur du Havre, Deligny, et le commissaire Italiani, demandent que Legrain, Souday et Bertholon soient rappelés au front. Le cabinet, qui a choisi une autre tactique, refuse.58 En mars, le Contre-Amiral Didelot réitère la demande de sanctions parce que ces trois “meneurs” ont fait acclamer le Cds, Hélène Brion, Ramsay McDonald et Karl Liebknecht par une assemblée de métallos. Le 11 avril 1918, Legrain est convoqué au siège du Gouverneur et averti qu'il sera arrêté s'il continue à placer la nécessité de la paix à l'ordre du jour des réunions syndicales. En mars 1918, une brigade supplémentaire de gendarmes est dépêchée au Havre.59

  • 60 Ibid.

58A l’autre pôle du mouvement, les majoritaires de la Cgt organisent une riposte plus systématique. On a vu que leurs partisans métallos ont tenté de créer un nouveau syndicat. Dans le même esprit, Le Chapelain veut créer une section autonome des chantiers navals qui pourrait négocier directement avec le Sous-Secrétariat à la Marine Marchande, alors dirigé par le socialiste Bouisson, sans passer par le conseil syndical tenu par Legrain. Mais Merrheim considère que cette démarche viole l'unité et les droits juridictionnels de la Fédération des métaux, et demande à Bouisson de désavouer le projet. L'opération scissionniste fait long feu et Bouty, Le Chapelain, Viandier et quelques autres sont suspendus de leurs fonctions syndicales pendant trois mois.60 La bataille entre majoritaires et minoritaires se déplace alors vers le terrain des perspectives d'ensemble.

  • 61 AN F7-13.272.

59L'UD, sous Dubois, décide de lancer un journal mensuel, le Réveil ouvrier, à partir du 1er mai 1918, avec pour mission de promouvoir les perspectives officielles de la Cgt. La majorité prépare également un gros effort pour convaincre les ouvriers de sa détermination, lors des activités du 1er mai. L’Ush demande donc la permission d'organiser un grand rassemblement public. La première réponse du gouverneur est un refus. Mais, l’Ush ayant accepté ses conditions, il autorise la réunion qui se tient à la Maison du Peuple, en présence de 800 personnes. Signe du durcissement de la lutte de tendances et de la surveillance policière depuis le 1er mai 1917, Legrain préside mais ne prend pas la parole et les trois orateurs havrais sont tous des majoritaires : Montagne, François et Duchateau. Enfin, l'orateur principal envoyé par la Cgt, Bled, connu pour son enthousiasme jusqu'au boutiste, défend longuement la nouvelle majorité de la Cgt et la politique de défense nationale. L'ordre du jour adopté par le rassemblement reprend les termes de celui du 1er mai 1917, sauf pour l'expression du soutien à la révolution russe.61

  • 62 AN F7-13.367.

60Bien qu'on leur enlève la possibilité de transformer les rassemblements du 1er mai en signal du passage à l'action, et que l'offensive de Ludendorff inquiète encore un grand nombre de syndicalistes, et probablement peu informés des débats au sein de l'opposition à la guerre à l’échelon national, les minoritaires havrais s'appliquent à mettre en œuvre leur partie du plan du Cds destiné à favoriser le déclenchement d'une grève nationale coordonnée. Le 8 mai, ils convoquent une réunion du bâtiment à laquelle 250 militants assistent. Bénard, un socialiste minoritaire préside, et Dessay, après avoir parlé du nouveau journal anarchiste contre la guerre, La Plèbe, et du Cds, et demandé des contributions pour eux, est élu délégué au congrès de l’Ush prévu pour juin 1918. Le 14 mai, environ 800 métallos assistent à une assemblée présidée par Bertholon et Legrain. Là aussi on fait une motion de soutien au Cds et on élit des délégués au congrès du Cds (Saint-Etienne 19 et 20 mai) et au congrès de la Cgt (juillet 1918) ; Le Chapelain et Viandier qui objectent à ces décisions, sont priés de quitter la salle.62

61Le 16 mai, probablement conformément aux instructions du Cds, les délégués syndicaux appellent les ouvriers de Schneider à cesser le travail pour protester contre la loi Mourier qui renvoie les mobilisés travaillant en usine au front, pour une nouvelle tournée de combats. Le 17 mai, Legrain, Souday et Bertholon organisent des rassemblements en plein air dans les cours des usines de Schneider, de Westinghouse et aux Fcm. Selon la police, un total de 3 000 ouvriers cessent le travail et se dirigent vers d'autres établissements, notamment les usines Caillard et Mazeline, les chantiers navals Augustin Normand, et le chantier du Fort de Tourneville. La police tente de disperser la foule et d'empêcher les orateurs de finir leurs discours. Souday, Bertholon et une femme dont le nom n'est pas rapporté, sont arrêtés, ainsi que Parisot des terrassiers. Le lendemain 18 mai, seuls 800 ouvriers sont encore en grève et une réunion syndicale vote la fin du mouvement.

62La grève est restée confinée aux branches de la métallurgie et du bâtiment. La minorité du réseau Etat, estimant les cheminots moins concernés par la loi Mourier que par les revendications salariales, avertit que ses membres ne feront pas grève. Les dockers présents au Havre, parmi lesquels les mobilisés sont peu nombreux, se concentrent aussi sur la hausse des salaires, aiguillonnés par Baucher, apparemment sans liens avec le Cds. Les marins ont été calmés par la hausse de salaire significative accordée par le nouveau conseil d'arbitrage. Plus généralement, de nombreux ouvriers préfèrent attendre que le front se stabilise avant d'entreprendre des grèves.

  • 63 AN F7-13.367 : Lettre de Legrain à Merrheim, 11/8/1918.

63La répression peut alors s’exercer. Legrain, qui n’est pas emprisonné, envoie à Merrheim une liste de vingt-et-un militants punis : Souday, Bertholon et Dessay sont condamnés à huit jours de prison et renvoyés au front. Sept autres personnes reçoivent des peines de prison semblables. Ceux qui ne sont pas renvoyés au front, sont mutés vers des usines en dehors de la région havraise.63 Le gouverneur militaire interdit toutes les réunions publiques jusqu'à nouvel ordre.

  • 64 Idem.
  • 65 RO no 3, juillet 1918.

64Des mesures semblables sont prises dans les autres régions touchées par le mouvement et à Paris où Péricat est arrêté et emprisonné. L'échec de la grève et la répression désorganise définitivement la minorité syndicale du temps de guerre et permettent aux majoritaires de tenir des congrès réguliers où ils obtiennent de très fortes majorités. Le 26 juin 1918, le congrès de l’Ush se tient au nouveau local des marins, symbole des réalisations concrètes permises par la politique de concertation suivie par Montagne. Le ton est donné par le discours du collaborateur de Merrheim, Labé, qui représente la Cgt.64 Le congrès décide de faire de la journée de 8 heures et de la semaine anglaise les principaux objectifs du mouvement ouvrier. A propos des femmes, dans un compromis qui marque une certaine régression et augure mal des conditions de la démobilisation, il déclare : “Fidèle à ses conceptions d'émancipation sociale, il considère que la place de la femme est au foyer, mais tenant compte de la situation présente, il déclare que partout où la femme exécute le même travail que l'homme, il fait sienne la formule confédérale’ à travail égal, salaire égal'. Pour les travaux ressortant exclusivement des aptitudes féminines, il revendique pour cette catégorie un salaire suffisamment rémunérateur pour subvenir à ses besoins et à ceux de sa famille”. A propos de la main-d'œuvre étrangère : “Fidèle aux grands principes de l'Internationale, [il] affirme, pour les ouvriers étrangers l'égalité des droits et devoirs, sous le contrôle direct des organisations ouvrières” Enfin, il se prononce “pour le libre-échangisme, contre tout protectionnisme” et “pour la nationalisation des moyens de transports, des mines, etc.” et pour le développement des coopératives de production et de consommation.65 Les congressistes élisent François et Duchateau, comme secrétaire et secrétaire-adjoint, et Bouvard et Jules Leroux, comme trésorier et trésorier-adjoint. Leroux remplacera François à la tête de l’Ush quand celui-ci se dévouera entièrement à la reconstruction du syndicat des dockers. Le même isolement de l’opposition maintenue se retrouve en juillet, au congrès de l’UD, où Bourderon, opposant à la guerre de la première heure et compagnon de Merrheim à Zimmerwald, défend la nouvelle majorité confédérale, et au congrès de la CGT qui adopte la motion de compromis Merrheim-Jouhaux et le Programme Minimum de la CGT.

65Après ces congrès, la minorité se concentre sur la clarification de ses propres perspectives au sein de la Cgt et sur le renforcement des syndicats en vue d'un affrontement après la guerre. La majorité, craignant d'être débordée, se lance aussi dans une campagne de recrutement à grande échelle. Le mouvement syndical connaît une croissance sans précédent.

  • 66 AN F7-13.367, Union des Métaux, septembre 1918, et B. Vallet.

66Chez les métallos, la minorité se consacre désormais à atténuer la répression et se replie sur une action purement corporative. Legrain demande à Merrheim d'intercéder en faveur des camarades envoyés au front et accepte la réintégration au conseil de Le Chapelain. En même temps, il évolue vers une opposition dure à Merrheim combinée à une grande prudence par rapport aux grèves locales. A une réunion le 29 juin, il maintient son désaccord avec Labé, qui défend la conduite de Merrheim pendant les grèves de mai 1918. Puis, au congrès de la Fédération des métaux (Limoges 10 au 13 juillet 1918), il prend parti pour Verdier, un délégué anarchiste de Decazeville, qui explique qu'il faut démettre Merrheim et s'abstenir de toute action locale en attendant, et soumet une motion visant à inclure les militants ouvriers emprisonnés pour leur opposition à la guerre dans la campagne de la Cgt pour l'amnistie de Caillaux et Malvy. Enfin, au congrès de la Cgt (15 juillet 1918), Legrain contribue sa voix aux 235 mandats portés contre la motion dite “d'unanimité” soumise par Jouhaux et Merrheim, qui recueille 908 mandats. A son retour au Havre, il explique que cette motion a “blanchi la trahison” de 1914 parce qu'elle ne comporte pas le mot “regret”. Le Chapelain reproche alors à Legrain de se comporter comme un irréductible isolé, mais l'assemblée renouvelle sa confiance au syndicaliste révolutionnaire.66

67L'organisation des femmes devient une préoccupation majeure du syndicat des métaux. Marcelle Capy, collaboratrice de la Vague, prend la parole devant une assemblée de 800 personnes, majoritairement des femmes, en août 1918. Elle réclame le salaire égal à travail égal et le suffrage des femmes, et loue le plan de paix du président Wilson. Une section féminine du syndicat des métallurgistes est créée, avec Madame Hache comme secrétaire, et Madame Thibault, ouvrière de Schneider, comme assistante.

68Comme la convention salariale du 2 février 1918 expire le 1er septembre 1918, des délégués d'atelier sont élus une nouvelle fois, élaborent un cahier de revendications et choisissent un comité de négociation de cinq personnes, dont deux femmes, le 26 août 1918. Le comité édite une petite brochure distribuée à tous les métallos, intitulée : “Nouveaux salaires proposés par le syndicat à partir du 1er septembre 1918”. Le patronat cherche à contourner ce comité de négociation et à traiter directement avec les délégués élus dans chaque entreprise, mais ces derniers refusent. Le 30 septembre 1918, 2 000 métallos réunis en assemblée générale confirment les revendications du comité : une augmentation de 20 % pour les ouvriers professionnels, et de 30 % pour les non-professionnels, dans une logique d’égalisation de la hiérarchie salariale.

69Legrain conseille la prudence à ceux qui proposent des grèves. Une nouvelle tactique est adoptée, la grève des bras croisés sur le lieu de travail, en guise d'avertissement. Des arrêts de travail massivement suivis d'une journée ou d’une demi-journée ont lieu le 26 octobre chez Schneider, Westinghouse et aux Tréfileries et Fcm. Les soldats belges mobilisés comme ouvriers entrent dans le mouvement. Le conseil syndical vote une grève à plein titre pour le 31 octobre, si les employeurs ne cèdent pas. De nombreux ouvriers belges sont renvoyés au front. Finalement les employeurs acceptent une augmentation de 1,50 F par heure.

  • 67 AN F7-13.367.

70Le 11 novembre 1918, le travail cesse dans toutes les usines quand la nouvelle de l'armistice est connue. Deux mille ouvriers, y compris de nombreuses femmes et des Belges, assistent à un grand rassemblement le 17 novembre. Legrain y proclame que la solidarité avec les ennemis d'hier doit être le mot d'ordre et qu'il faut reconstruire l'Internationale. Hansen appelle les ouvriers à se battre pour une société communiste. Le Chapelain exalte le Président Wilson. Le rassemblement vote de “continuer la lutte de classe, le Capital étant l'ennemi héréditaire de la classe ouvrière et totalement dépourvu de tout esprit de justice et d'humanité” Legrain est alors élu secrétaire permanent du syndicat.67

  • 68 RO no 3, juillet 1918 “Le syndicalisme et la collaboration de classe”.

71Dans le syndicat du bâtiment, la division s’accentue après la grève de mai 1918. Dessay, arrêté et envoyé au front en juin 1918, est remplacé par Jules Leroux, peintre et socialiste modéré, et le syndicat du bâtiment tombe aux mains de Duchateau. Néanmoins les terrassiers le soumettent à une pression constante. En juillet 1918, ils réussissent à faire publier dans Réveil ouvrier un article de Dessay où il recommande à ses compagnons “de ne pas suivre les mauvais bergers qui les mèneraient dans une voie qui n'est pas la sienne, et empêcherait leur émancipation en les conduisant à la collaboration avec le Capital, car c'est là le danger”.68 Par ailleurs, les ouvriers du bâtiment havrais continuent à obtenir des accords salariaux au-dessus de la moyenne française.

Les socialistes se prononcent contre la guerre

72Alors que l'opposition au sein de la Cgt culmine en 1917 et au début de 1918, mais, incapable de déloger la direction de Jouhaux, et connaît un certain recul en 1918, l'opposition qui lui fait pendant au sein du Psu réussit à renverser la direction de Renaudel en juillet 1917 et continue à s'étendre en 1918. L'opposition socialiste bénéficie de l'impact de la révolution russe d'octobre 1917 qui attire de nombreux révolutionnaires sans parti, pacifistes, intellectuels, féministes et syndicalistes au socialisme. Lorsque la guerre prend fin, l'opposition de Longuet, Cachin et Frossard, dite “centriste” et caractérisée par son soutien au Président Wilson, a pris la direction du parti et une aile gauche pro-bolchevique grandit, autour de Loriot.

  • 69 J. Postaire, p. 42.

73Au Havre, la question de la révolution russe se pose dans un contexte particulier. Une délégation de députés russes de la Douma, parmi lesquels se trouvent des libéraux, s’est rendu à la Porte Océane en mars 1916, et a inspecté les usines exportant des armes vers la Russie. Plusieurs membres de cette délégation, connus au Havre, jouent un rôle important dans les événements de mars 1917 à Petrograd. C’est l'occasion pour les socialistes havrais de se joindre aux autres membres du conseil municipal pour leur envoyer un message unanime de congratulations.69

  • 70 PH 4/9/1917.

74La première mention publique de divergences entre socialistes apparaît à propos de la participation de Français à la conférence socialiste internationale de Stockholm (suite de Zimmerwald et Kienthal). Le Petit Havre attaque spécifiquement les socialistes havrais qui sont en faveur d'y envoyer des représentants.70

  • 71 AN F7-13.367.

75A partir de juillet 1917, la presse locale commence à attaquer les “maximalistes” russes, c'est-à-dire les bolcheviques. Lorsque ces derniers prennent le pouvoir, la presse les dénonce comme agents du Kaiser. Le 2 février 1918, Le Petit Havre imprime une déclaration du “Comité socialiste pour la paix par le droit” qui accuse les autres socialistes d’aider le bolchevisme. C'est à peu près à cette date que le journal socialiste anti-guerre de Brizon, La Vague, commence à circuler plus largement au Havre.71

  • 72 J. M. Cahagne, p. 18. C'est à peu près la force de la fédération avant-guerre.
  • 73 J. M. Cahagne, p. 25.

76Les efforts d'organisation d'une gauche socialiste au Havre sont aidés par l'évolution de la Fédération socialiste de la Seine-Inférieur, qui atteint 725 membres en 1918.72 En 1917, elle est encore aux mains de David et Tilloy, deux majoritaires. L’animateur de la minorité socialiste de la Fssi, Courage assiste au conseil national du Psu qui suit la répression des mutineries du printemps 1917, et traite Marcel Sembat, Ministre des Transports du gouvernement d'Union sacrée, d'assassin. C'est apparemment alors qu'il résout de faire une tournée des groupes socialistes de la Seine-Inférieure pour dénoncer la politique majoritaire de soutien à la guerre. Il distribue des copies de la Vague et d'autres journaux, notamment au Havre.73 Ce travail porte ses fruits en 1918.

  • 74 Adsm 4MP4669.

77Lorsque le congrès socialiste du département se réunit le 10 février 1918, Courage et Gautier soumettent une motion fondée sur la ligne anti-guerre dite “zimmerwaldienne” de Brizon, mais acceptent de la retirer en faveur d'une motion de soutien au président Wilson, proche de la ligne de Longuet, émanant du Havre. Le vote est de 12 pour et 12 contre. Mais la minorité unifiée reçoit quinze voix en faveur de sa campagne de propagande, alors que celle de l'ancienne direction n'en recueille que douze. Tilloy démissionne et Courage est élu secrétaire de la fédération.74

  • 75 Adsm 2Z11.

78En avril 1918, Marianne Rauze, dirigeante nationale du Psu, fait une tournée au Havre. Son meeting à Graville est interdit, mais, au Havre, 300 personnes, parmi lesquelles de nombreuses femmes, viennent l’écouter. Elle leur dit qu’il faut lutter pour les droits des femmes, que la guerre est un fait accompli et donc, la défense nationale un devoir, mais donne aussi Lénine et Trotsky en modèles, avant de leur proposer une brochure intitulée “Féminisme économique”.75

79Le 24 août 1918, le Gsh adopte une motion recommandant au parti de refuser de voter les crédits de guerre demandés par le gouvernement et de s'abstenir de prendre position dans les querelles entre socialistes russes. Ses délégués défendent la même position au congrès fédéral de juillet 1918 et au congrès national de septembre 1918. Ils soutiennent la motion de la gauche socialiste modérée de Longuet, mais acceptent que leurs voix soient combinées avec celles des “zimmerwaldiens”.

80Quand le conflit mondial se termine, les socialistes havrais ne sont plus divisés en guesdistes, allemanistes et jauressistes, mais en trois courants qui tirent des leçons différentes de la guerre. Une aile droite autour de Guitard et Montagne reste fidèle à l’Union sacrée et pratique une collaboration étroite avec les radicaux. Une majorité autour de Descheerder et Le Chapelain soutient le plan de paix du président Wilson et la tendance Longuet du parti. Enfin, une aile gauche, autour de Michel Bénard chez les “gars” du bâtiment, et de Bidamant, Baudu et Gateau chez les cheminots, prône une paix immédiate et la poursuite de la lutte des classes en toutes circonstances.

Base et direction, modérantisme et radicalité

  • 76 Les sept autres sont l'Allier, l'Aube, la Haute-Garonne, la Loire, le Rhône, le Vaucluse et la Haut (...)

81Les péripéties de la guerre ont donc profondément modifié la configuration du mouvement social havrais. Résumons la trajectoire générale. Quelques jours après la mobilisation, en août 1914, l'Ush et le Gsh se rallient à l’Union sacrée malgré des manifestations de rue de dernière minute. Puis, pendant deux ans, la plupart des dirigeants syndicaux havrais ne cherchent pas à maintenir même les fonctions les plus routinières de leur syndicat. Le tournant vers la combativité est presque aussi brusque. Les tensions s'accumulent pendant l'hiver et le printemps 1917, et provoquent une crise grave en juin 1917, qui conduit le département de la Seine-Inférieure a être classé, en juin 1917, parmi les huit où le moral est tombé le plus bas76. Le mouvement est temporairement désamorcé par des concessions économiques et la création de nouveaux canaux de négociations des salaires. Une partie des travailleurs havrais reprend l'action en 1918, mais en faisant le tri de ses dirigeants et en affichant des objectifs plus radicaux dans un cadre moins local. Le gouvernement riposte à cette agitation par des mesures plus répressives qu'en 1917. Les militants ouvriers les plus combatifs se résignent alors à “régler leurs comptes” avec le gouvernement et le patronat après la fin de la guerre.

82Le ressac de la vague de luttes a donc continué à se creuser jusqu’en 1916. La remontée de l’action collective qui s’ébauche alors combine des traits anciens et nouveaux. On retrouve les mêmes structures syndicales, protestations sur les marchés et organisations politiques. Mais les cheminots, et surtout les métallos, ont remplacé le bâtiment au centre de l’action. L’organisation des ouvriers d'usine s’est amplifiée par une syndicalisation massive et l’élection de délégués d’ateliers. Deux pôles se sont formés autour de certaines pratiques et milieux sociaux : l’un, modéré, apparaît plus attaché à la négociation salariale, au parti radical et à l’aile modérée du parti socialiste, à l’intervention de l’Etat dans l’économie, et à la puissance internationale de la France ; il s’appuie sur des secteurs qui ont connu peu de grands conflits sociaux pendant la guerre, comme les marins. L’autre, radical, se distingue par la mobilisation conflictuelle (grèves, “bras croisés”, action sur les marchés), la méfiance des parlementaires, de l’armée et des ministères, l’aspiration à la grève générale et le rejet de la puissance militaire française ; ses ramifications sont plus nombreuses parmi les métallos, les cheminots et les terrassiers que dans les autres branches. Si le processus n’englobe pas tous les milieux au même degré, les dockers, par exemple, exhibant une gamme de pratiques et de sensibilités, il est néanmoins réel. Cette bipolarité opposant modérantisme et radicalité au sein du mouvement est une nouveauté, déjà évidente au moment de l’armistice.

83La génération des militants formée à cette époque restera très marquée par le schéma esquissé par les mouvements des années de guerre. Elle a vu les directions traditionnelles de la Cgt et du Psu prendre l’habitude d’une collaboration étroite avec les autorités et le patronat, et la contestation s’incarner dans les mouvements d’ouvriers et d’ouvrières d’usine. Les luttes à l'entreprise et dans la rue lui ont suggéré l'image de masses combatives, parfois mêmes révolutionnaires, retenues par des dirigeants modérés, et d’oppositions parties de la base renversant ces dirigeants. Ces mêmes images resteront gravées dans la conscience des éléments plus modérés, comme cauchemar contre lequel il faut se prémunir. Elles induiront une volonté de barrer la route aux extrémistes coûte que coûte, et d’intégrer le mouvement encore plus profondément aux rouages de l’Etat républicain. La guerre a cassé l’esprit de pluralisme et le subtil dégradé idéologique qui caractérisaient encore la culture du mouvement populaire en 1914.

Notes

1 Avh F4, cl3.

2 AN F7-13.272.

3 Propos reconstitués par un agent de police, AN F7-13.367.

4 J. Postaire, p. 122.

5 Idem, p. 12.

6 Avh, H4, c2, 16.

7 AN F7-13.367 : Rapport du commissaire de Graville sur l’état d'esprit dans les usines, 21 mai 1917.

8 Avh, F2, cl2.

9 P. Fridenson, p. 81 et sq.

10 AN F7-13.367, 7/2/1918.

11 CE, no 1, mai 1917.

12 Avh, Recueil des délibérations du Conseil municipal, 20/3/1917.

13 AN F7-13.272.

14 Idem.

15 Cité dans J. J. Becker, p. 222.

16 AN F7-13.367.

17 .J. Postaire, p. 41.

18 AN F7-13.367.

19 Ibid.

20 Adsm 2Z11 : Italiani au sous-préfet, 31/7/1917.

21 Signalons que le jeune anarchiste havrais Offroy, qui sert sur le lance-torpilles Cassini, est emprisonné d'octobre 1916 à mars 1917, pour correspondance avec un journaliste suisse à propos de la situation des syndicats allemands, AN F7-13.030.

22 Voir Avh, H4, c2, 16 : Lettre secrète du commandant suprême du Havre au maire, du 10 juin 1917.

23 Lenoir apparaît aux côtés des socialistes réformistes tout au long de l'année 1917, sans qu’on sache s'il entend profiter de leur respectabilité aux yeux du Gouverneur pour obtenir la permission de réunir le syndicat, s'il cherche à jouer un rôle conciliateur entre les réformistes et les “lutte-de-classe”, ou s'il est en train d'évoluer de ces derniers vers les premiers. Sa trajectoire générale est proche de celle Merrheim. Voir M. Labi, N. Papayanis, AN F7-13.367.

24 Informations du fichier des militants havrais de J. Barzman.

25 AN F7-13.367. Voir aussi B. Vallet, “Le syndicat de la métallurgie au Havre de 1919 à 1939” (mémoire maîtrise) vol. I, p. 28, qui cite largement les procès-verbaux des réunions du Conseil et du Bureau de la Chambre syndicale des ouvriers métallurgistes, à partir de septembre 1917, mais pas en ordre chronologique, et de façon souvent lacunaire.

26 AN F7-13.367. Cette cote est la principale source des paragraphes suivants sur les métallos.

27 Le Capitaine Bouffartigues et le Sous-Lieutenant Chardenal pour le contrôle militaire de la main-d'oeuvre ; Tribout (Schneider), Drouilly (Tréfileries) et Besin (Fcm) pour l'industrie ; et Souday, Bertholon, Le Chapelain et Bouty, pour les ouvriers.

28 AN F7-13.367.

29 B. Vallet p. 31.

30 CE, no 8-15.

31 L. Ceplair, p. 196 et sq.

32 J.-J. Doré, “Cgt et Cgtu en Seine-Inférieure, 1917-1935” (thèse).

33 CE, no 9.

34 Dans le Journal du Peuple (29 septembre 1917), Sirolle, libertaire, vante explicitement les mérites des bolcheviques russes. En décembre 1917, les syndicats parisiens de l'Entente cessent de payer des cotisations à l’UD de la Seine et établissent un Comité de vigilance.

35 J. J. Doré, ch. 2.

36 CE, no 15, juillet 1918.

37 88 en octobre 1917, 16 en janvier 1918, 69 en février, 52 en avril, 55 en mai, 50 en juin, 21 en juillet, 27 en août, 19 en septembre et 22 en décembre 1918, 9 en janvier 1919, 34 puis 53 en février et 42 en mars 1919. CE 1917-1919.

38 CE no 20, janvier 1920.

39 Archives du GODF.

40 J. J. Doré, ch. 2. ; A. Delhom, “La scission syndicale de 1921 dans la Fédération du Bâtiment” (mémoire maîtrise) p. 167. Delhom note que, bien que les Havrais avancent des revendications bien plus dures que celles de leurs camarades de Bretagne, ils atteignent leurs objectifs.

41 Adsm, R, L. 26/11/1917, cité par J. Postaire, p. 121.

42 J. Postaire, p. 126. Lettre au maire du Havre du 15/1/1919.

43 M. Boivin, p. 159; J. Lacouture, Ho Chi Minh, p. 15.

44 AN F7-13.701, 1.7.

45 Ibid.

46 DH, no 11,22/3/1919.

47 AN F14-11.337.

48 AN F7-13.760, p. 3183

49 Ibid.

50 Fnsm, Pages d'histoire commerciale maritime.

51 Travailleur de la Mer, 15e année, no 539, 25/7/1918 ; AN F7 13.760, 28/1/1919.

52 Travailleur de la mer, no 339, 25/7/1918.

53 “Discipline nécessaire”, Travailleur de la mer, no 340, 25/8/1918.

54 Travailleur de la Mer, no 340.

55 Hu 22/9/1918.

56 L. Ceplair, p. 226-227.

57 AN Fl CIII-1132.

58 AN F7-13.367, dépêche 12503c/10.

59 Ibid.

60 Ibid.

61 AN F7-13.272.

62 AN F7-13.367.

63 AN F7-13.367 : Lettre de Legrain à Merrheim, 11/8/1918.

64 Idem.

65 RO no 3, juillet 1918.

66 AN F7-13.367, Union des Métaux, septembre 1918, et B. Vallet.

67 AN F7-13.367.

68 RO no 3, juillet 1918 “Le syndicalisme et la collaboration de classe”.

69 J. Postaire, p. 42.

70 PH 4/9/1917.

71 AN F7-13.367.

72 J. M. Cahagne, p. 18. C'est à peu près la force de la fédération avant-guerre.

73 J. M. Cahagne, p. 25.

74 Adsm 4MP4669.

75 Adsm 2Z11.

76 Les sept autres sont l'Allier, l'Aube, la Haute-Garonne, la Loire, le Rhône, le Vaucluse et la Haute-Vienne. Les préfets y décrivent la situation comme “mauvaise”, la catégorie la plus basse. Voir J. J. Becker, Les Français... p. 212-215.

Table des illustrations

Légende Tract de l'Ush pour le 1er mai 1917
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11901/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 556k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search