Version classiqueVersion mobile

Dockers, métallos, ménagères : Mouvements sociaux et cultures militantes au Havre (1912-1923)

 | 
John Barzman

Deuxième Partie. Effondrement et résurgence 1914-1918

Chapitre 2. Effondrement et timide émergence 1914-1916

Texte intégral

Effondrement

1Le retournement du mouvement ouvrier sur la question de la guerre se fait au Havre plus ou moins comme dans le reste de la France sauf pour une forte agitation dans les rues pendant deux jours après l'annonce de l'assassinat de Jaurès.

  • 1 Voir Première partie, chapitre 3.
  • 2 Prg 1-7/7/1914 ; Adsm 2Z11 : 2 et 3/8/1914.

2On se rappelle que les socialistes et syndicalistes havrais ont manifesté un certain flou sur la question de la rivalité franco-allemande au printemps 1914.1 Néanmoins, ils sont revenus à un ton plus authentiquement pacifiste et angoissé au cours des deux dernières semaines du mois de juillet 1914. Le gros titre du Progrès journal socialiste pour la semaine du 1-7 août est “A bas la guerre”, et Hanriot, son rédacteur-en-chef conclut par le cri : “Organisons-nous donc plus étroitement que jamais dans nos sections contre cette gueuse : la Guerre !” L'initiative d’une action de masse provient de deux groupes syndicalistes révolutionnaires, les Amis de la Bataille syndicaliste, et la Jeunesse syndicaliste, qui proposent un rassemblement à Franklin, le 30 juillet, en conjonction avec les actions du même type prévues à Paris et dans d’autres villes. Le syndicat des terrassiers avance 30 francs pour la location, et l'Ush et le Groupe socialiste acceptent de convoquer un meeting.2

  • 3 Prg 1-7/8/1914

3Mais, de même que Malvy a interdit la manifestation de Paris, Morgand refuse la location de la salle Franklin à l'Ush et au Gsh. Dans les deux villes, la police se rend en force sur les lieux de rendez-vous pour disperser ceux qui viendraient quand même. Au Havre, le dirigeant socialiste Genêt encourage la foule de plusieurs centaines de personnes à se replier sur le Théâtre du Peuple, à quelques centaines de mètres plus loin. Là, Vallin, au nom de l'Ush, Rougier du bâtiment, Le Chapelain et Lartigue des socialistes, Allan des cheminots, et François Louis des dockers, s'engagent à faire la “Guerre à la Guerre !” Le pasteur Henri Huchet de la Société chrétienne des amis de la paix prend également la parole pour annoncer que son groupe soutient l'objet de la réunion. C’est le dernier acte de résistance organisée.3

4Une série de troubles éclate alors, apparemment déclenchée par une protestation contre les efforts de la police pour disperser la foule qui sort du meeting. Les incidents rebondissent quand la nouvelle de l'assassinat de Jaurès est connue, et à plusieurs occasions par la suite. Le soir du 30 juillet et dans les jours suivants, plusieurs organisations nationalistes (d'après Le Progrès, les Camelots du Roi, l'Action libérale et un patronage catholique) paradent dans les rues en chantant la Marseillaise. Des groupes de pacifistes cherchent à contrer leurs cris. Bien que le maire Morgand ait interdit tout rassemblement, la police n'applique cet ordre qu'aux opposants à la guerre.

5Le 1er août, la mobilisation générale est annoncée dans les rues du Havre et les futurs soldats, parfois accompagnés et en groupes, commencent à se rendre aux casernes où ils sont immatriculés et reçoivent leur équipement et leur détachement. D'autres, déjà en uniforme, attendent des ordres autour de la gare. Des chevaux, des voitures et des maisons sont réquisitionnés par l'armée. La foule se presse devant la vitrine des agences de presse pour obtenir les dernières nouvelles. Des rumeurs de pénurie se répandent. Pour le gouvernement, c'est le moment le plus délicat dans sa tentative d'obtenir un large consensus en faveur de la guerre.

  • 4 Comme la censure est imposée en même temps que l'ordre de mobilisation générale, il n'y a aucun com (...)

6Il semble que des incidents sérieux se soient produits au Havre, mais qu'ils aient finalement été circonscrits.4 De petits groupes de manifestants en faveur de la guerre arpentent les rues ; des soldats enivrés se laissent aller à des désordres ; des membres des mouvements de gauche manifestent devant le local du Havre-Eclair, le quotidien havrais de droite, lorsque l'assassinat de Jaurès est annoncé. La police, dont beaucoup d'éléments ont eux-mêmes été appelés sous les drapeaux, ne contrôle plus totalement la situation. Un regroupement d'environ deux cent à trois cent manifestants chante l'Internationale devant l'Hôtel du Général à 23h30, avant d’être dispersé par la police à bicyclette. En application des consignes ministérielles sur le Carnet B, qui laissent une certaine marge de liberté aux autorités locales, la police arrête le citoyen belge Linotte, membre du groupe anarchiste, et tente de faire de même chez un certain Saquet ; mais celui-ci est absent lorsqu'elle fait irruption chez lui.

7Les 2 et 3 août, l'attention des protestataires se porte sur la hausse des prix. Une bande d'environ quatre cent personnes se déplace d'épicerie en épicerie, exigeant que les prix soient ramenés à leur niveau normal et menaçant les réfractaires. Quelques magasins dont les gérants ont rejeté les conseils des manifestants sont complètement mis à sac : la maison Delacour, les Comptoirs Normands. La pharmacie Maillart, appartenant à l'ancien maire du Havre, est incendiée. On rapporte que des incidents se sont également produits au marché Notre-Dame, dans le quartier des marins, des dockers et des ouvrières des tabacs. D'après les rapports de police, environ vingt-cinq personnes sont arrêtées.

  • 5 Prg, 7/8/1914; Adsm 2Z11, 3/8/1914.

8Le 7 août, Le Progrès annonce qu'une grande partie des personnes arrêtées au cours des troubles des 1er et 2 août, ont été relâchées par la police, mais que deux femmes sont retenues afin d'engager des poursuites au sujet du pillage de la rue Dauphine, et que deux personnes, qui ont subies des brûlures lors de l'incendie de la pharmacie Maillart, sont décédées. Le maire Morgand fait placarder une affiche ordonnant à tous les débits de boisson et cafés de fermer à huit heures du soir, et avertit la population que l'état de siège qui a été décrété signifie que les pillards seront fusillés.5

  • 6 AN F7-12.939. Rapport des préfets et commissaires spéciaux sur l'état d'esprit de la population. 19 (...)

9Le 3 août, le préfet de la Seine-Inférieure fait savoir à ses supérieurs que “les hausses de prix injustifiées sur les articles de première nécessité ont causé des incidents authentiquement sérieux” au Havre.6 En général, ce “trouble” semble avoir suivi le cours traditionnel des émeutes frumentaires, dont le dernier exemple, la “croisade des ménagères” de 1911, a été encadré par l'Ush. Cette fois-ci, le cortège se fait contre l’avis de l’Ush. On retrouvera de telles pratiques au Havre en 1917 et 1919.

10L'incident est l'occasion pour l'Ush d'offrir sa collaboration aux autorités publiques. Un manifeste intitulé “Pas d'Affolement” est rédigé, imprimé et affiché dans toute la ville. Signé par Henri Vallin, secrétaire général de l'Union des Syndicats du Havre, il appelle à une trêve dans les disputes internécines, promet de reprendre la lutte pour l'émancipation des travailleurs “après”, et condamne “les actes idiots de barbarie et de sauvagerie” qui se sont produits en réaction contre les hausses excessives de prix. Un postscriptum annonce que l'équipement de l'Ush utilisé pour les soupes communistes lors des grèves, a été mis à la disposition des soldats qui ont occupé la Maison du Peuple et la Bourse du Travail.

Tract de juillet 1914

  • 7 Prg, 26/8/1914.

11Le manifeste laisse entendre que l'Ush a volontairement remis le cercle Franklin, et qu'elle n'a aucun projet de fonctionner de manière indépendante dans l'avenir prévisible. Le geste, qui ressemble fort à un acte de contrition, est répété peu de temps après quand Franklin est converti en hôpital militaire, et que Vallin remet tout l'équipement de la clinique syndicale, contrainte de fermer ses portes en juin 1914, aux autorités militaires. L'Ush adhère également au comité havrais de la Société d'aide aux blessés militaires présidée par le Colonel d'Harcourt.7 Moins assimilable à un excès de zèle patriotique, mais néanmoins signe d’une soumission à ses adversaires d’hier, la présence de l'Ush à la Commission du travail tripartite, correspond à la nouvelle ligne de la Cgt qui approuve une participation soutenue et régulière aux organismes publics de gestion, même quand les syndicats s'y trouvent très minoritaires. Le mandat de cette commission est prorogé à plusieurs reprises.

  • 8 Avh, F2, c14.17.

12Les syndicats havrais sont conduits à approuver des mesures d'urgence contre le chômage qui enfreignent les normes syndicales établies. S’étant engagés à éviter la grève, ils ne peuvent que protester solennellement devant les autorités lorsque les conditions deviennent trop indécentes. Ce revirement est particulièrement frappant dans la corporation du bâtiment qui avait fièrement maintenu une discipline sévère, et dont Vallin est justement le représentant. Le 12 août 1914, dans le cadre des travaux de terrassement décidés par la commission tripartite, il accepte que la ville paye les 700 ou 800 ouvriers qui ont répondu à l’offre, en demi-journées, alors que le syndicat avait toujours insisté sur le paiement de la journée entière puisqu'il n'y avait pas de réembauche l'après-midi, et cela à 2 francs la demi-journée (au lieu de 6 francs la journée). Lorsque les travaux d'extension du port reprennent, Vallin ne peut que déposer une plainte parce que les terrassiers sont forcés de travailler jusqu'à dix-huit heures par jour. Sur le port, François obtient que les employeurs renoncent à exclure les syndiqués de l'embauche, mais il doit accepter le 30 septembre que des soldats britanniques soient employés à décharger des navires.8

  • 9 RO, numéro 12, avril 1919.

13En 1919, François expliquera comment les syndicats ont perdu leur local en ces termes : “Les structures syndicales furent vidées par l'appel à la mobilisation du 2 août 1914, mais nos groupes, bien que durement frappés par le départ soudain de leurs plus précieux éléments, auraient pu continuer à fonctionner au Havre si Vallin, le secrétaire de l'Ush à l'époque, n'avait abusé de l’autorité dont il était investi par la classe ouvrière havraise et failli à son devoir en suspendant d'un coup toutes les affaires syndicales, et en fermant la Bourse du Travail dès le premier jour de la guerre, laissant les quelques organisations solides qui auraient pu continuer à fonctionner pendant l'horrible tragédie dans un désarroi complet... ”9

  • 10 Prg, 4/8/1914.

14Le retournement des socialistes havrais est presque aussi abrupt que celui des syndicalistes de l'Ush. Ils publient un numéro spécial du Progrès le 4 août proclamant : “La guerre a été déclarée ! La nation est en danger ! Faisons notre devoir !” Il conseille aux citoyennes de ne pas se laisser dévoyer par des criminels et leur recommande plutôt d'aider l'effort de guerre. Il prend partie pour l'appel à l'unité fait par Morgand, affirmant : “Oublions nos rancœurs politiques ou religieuses, nos luttes de classe ; que tous les cœurs de notre ville battent à l'unisson”.10

15Le Progrès, contrairement aux revues syndicale et radicale, essaye de continuer de paraître malgré le rétrécissement du cercle de ses acheteurs et les difficultés faites par le gouverneur militaire. Hanriot, en convalescence à la campagne, retourne au Havre, et tente de faire paraître le journal deux fois par semaine. Il choisit de combiner des articles généraux à teneur patriotique et des petites nouvelles sociales, rapportées plus objectivement. Dans la première catégorie, on voit un “Salut aux troupes britanniques arrivant au Havre”, des nouvelles des atrocités commises par les troupes allemandes et des comptes rendus d'actes patriotiques par les ouvrières des tabacs.

  • 11 Prg, 5/9/1914.

16Mais d'autres nouvelles brèves indiquent que le journal se conçoit encore comme l'instrument des intérêts de la classe ouvrière : des informations sur les moyens d'obtenir de l'aide et du travail ; un projet de relancer les soupes populaires ; l'annonce que les trois conseillers municipaux havrais, Allan, Combes et Le Chapelain, ont été mobilisés ; des annonces des nouveaux tarifs salariaux et règles de travail convenus pour le bâtiment, les tramways, les services municipaux et les travaux du port. Le journal fait encore preuve d'un esprit peut-être trop indépendant pour les autorités, au début de septembre 1914, alors que l'offensive allemande avance rapidement vers l'ouest et le sud. Le 3 septembre 1914, la menace devient si pressante qu’un certain nombre de personnalités prennent le bateau pour Southampton. Hanriot leur conseille sarcastiquement : “Ne partez pas si vite !”11

17Inquiet pour la survie du journal, il demande à ses camarades de prendre des paquets du journal et de les vendre à la criée. Mais le 19 septembre, il doit avertir ses lecteurs que le maire vient d'interdire les ventes à la criée de journaux havrais. Le dernier numéro du journal paraît le 25 septembre 1914, avec un article chauviniste à la une, à propos du bombardement de la cathédrale de Reims : “Votre nom, Allemands, sera damné pour toujours avec celui des Huns et des Vandales”.

Existence confidentielle

18Jusqu’à la fin de 1915, les activités des syndicalistes et socialistes havrais restent privées et confidentielles. Une forte proportion de leurs adhérents a été mobilisée, leurs journaux locaux ont suspendu leur publication, et leurs conseillers municipaux, de retour de l’armée, se montrent particulièrement coopératifs avec le maire Morgand. Pour la plupart des militants, l'Union sacrée signifie qu'il faut cesser toute forme d'agitation pendant le conflit. Les quelques militants actifs se contentent de tenir les réunions internes exigées par les statuts, et de maintenir une liaison avec les organismes nationaux.

  • 12 La lutte syndicale, p. 122.

19Les syndicalistes qui apparaissent en public dans les corporations encore en vie au cours des premières années de la guerre, tendent à être plus âgés, plus modérés, et plus souvent socialistes qu’anarcho-syndicalistes. On a vu que Vallin est décrit par Monatte comme un dirigeant vieux et fatigué.12 François, le permanent des dockers a quarante-sept ans en 1914, et s’affirme plus socialiste et amateur de coopérative, que révolutionnaire. Montagne dirige son syndicat depuis 1900. Le cheminot Allan est socialiste et conseiller municipal. Dans le bâtiment, Jules Leroux, un peintre, est un socialiste modéré assez ancien, plein de patience.

  • 13 A. Rosmer, Le mouvement..., p. 432.

20On ne trouve presque aucun signe d'activité publique des syndicats entre septembre 1914 et mai 1915. Les syndicats des marins et des cheminots sont inactifs au plan local bien qu'ils n'aient pas perdu la masse des travailleurs d'où proviennent leurs adhérents, comme les autres syndicats. Aucune activité des métallurgistes du Havre ne transparaît dans la documentation jusqu'en juillet 1915. En octobre 1914, Merrheim, le secrétaire national de la Fédération des métaux signale que la collecte des cotisations par les unités locales a été suspendue. En mai 1915, Le Havre ne figure même pas parmi les sites à propos desquels la Fédération publie des informations sur les conditions de travail et les tarifs salariaux.13 On peut affirmer que le syndicat des métallos est réduit à un état squelettique.

  • 14 AN F7-13.272 : Les 1er mai 1915, 1916, 1917 et 1918.

21Le 1er mai 1915 est la première échéance qui pose au mouvement syndical la question de savoir s’il veut une existence publique indépendante. La Cgt propose aux unions locales d'organiser des réunions des adhérents en salle afin de “se souvenir et de méditer”. En ce qui concerne Le Havre, La Bataille syndicaliste et L'Humanité publient tous deux un communiqué du syndicat des dockers. “Conscient des besoins de l'armée et du pays”, il invite ses membres à ne pas s'abstenir de travailler le 1er mai. Mais, “il ne renonce par là ni à son passé, ni à ses revendications prolétariennes”, et déclare que les “morts et les sacrifices du peuple ne doivent pas avoir été faits en vain, mais, au contraire, doivent aider à améliorer le sort des travailleurs14

  • 15 AN F7-13.701, liasse 7 ; F14-11.336 ; Avh, F2, cl5,13.

22Au printemps, un léger regain d'agitation se fait sentir chez les dockers qui veulent tirer parti du manque de bras. Soixante-dix dockers font grève contre la société Wilkes le 14 juin 1915 pour un salaire de 7 F par jour. Mais leur mouvement est rapidement isolé par le commandant militaire de la main-d'œuvre qui autorise l'utilisation de prisonniers de guerre allemands au déchargement des navires. Une autre effervescence se produit en juillet 1915 quand Jouhaux cherche à recruter des chômeurs parisiens pour travailler au Havre plutôt que de laisser faire l'importation de travailleurs chinois. Un rapport de police indique que les dockers reprennent le travail, malgré l'échec de leurs revendications parce que 1) leur syndicat manque de cohésion, et 2) plusieurs de leurs dirigeants ont été mobilisés”. Après l'intervention des collaborateurs d'Albert Thomas dans les ministères parisiens, une coopération s'instaure au niveau national entre le syndicat, les employeurs des ports et le Ministère des Travaux Publics, avec des répercussions au Havre.15

23Une évolution semblable se produit dans les autres branches : des militants syndicalistes transmettent des plaintes de travailleurs à des élus socialistes ou radicaux, qui les transmettent à leur tour aux ministères.

  • 16 Le Havre représente habituellement moins d'un cinquième du total départemental. J. J. Becker, Les F (...)
  • 17 Prg, numéro spécial, 18/7/1915.
  • 18 Adsm, 2Z11.

24L’activité socialiste a chuté dans la Seine-Inférieure où la fédération passe de 910 cartes placées en 1914 à environ 500 en 1915.16 Au Havre, les socialistes n’apparaissent en public qu’en deux occasions. Environ 800 personnes viennent aux funérailles d’Hanriot, parmi lesquels des socialistes, des syndicalistes (Charles Marck, Yvetot, Montagne et Allan), des radicaux sous la conduite de Léon Meyer, et des journalistes.17 Le 27 novembre 1915 se tient une réunion publique destinée à répondre à toute question qui aurait pu naître quant à la position des socialistes havrais, après la conférence de Zimmerwald (en Suisse) où des militants allemands et français se sont rencontrés. Le député socialiste de Paris, Georges Lévy, vient défendre les objectifs de guerre de la France et la nécessité de soutenir la défense nationale, devant environ cent cinquante personnes, dont neuf soldats en uniforme. Aucune question contradictoire n’est signalée. Le maire a autorisé l'orateur.18

  • 19 Entretiens avec L. Eudier et S. Labesse par J. Barzman ; J. Postaire, p. 41 et 140.

25Les conseillers municipaux socialistes reviennent du front ou de leur dépôt en 1915. Ils suivent alors l'orientation fixée par Meyer au conseil municipal, visant à démontrer que les mesures sociales d'urgence prises par le maire seraient appliquées plus efficacement par la gauche, qui connaît mieux le terrain. Jusqu’en novembre 1915, cette activité prend la forme de critiques constructives au sein du conseil municipal, et les socialistes ne font aucune tentative de porter ces questions devant le public par la presse, des affiches, pétitions ou meetings.19

  • 20 Voir A. Rosmer, Le mouvement ouvrier... ; et Monatte, Syndicalisme révolutionnaire et communisme,(...)

26Pendant cette période, la plupart des socialistes havrais suivent leur secrétaire, Abel Viandier, partisan de la défense nationale. Les délégués havrais et ceux de la Seine-Inférieure votent avec la majorité du parti à la conférence nationale d'août et au congrès national de décembre 1915. Néanmoins, nous avons quelques indications d'oppositions individuelles à la ligne de défense nationale chez les socialistes et syndicalistes havrais, peut-être encouragés par la prise de position de la Fédération des métaux. En effet, à l'occasion du 1er mai 1915, cette Fédération a envoyé à tous ses correspondants une affiche et un numéro du journal de la Fédération, non-censurés, soulevant des questions à propos de la guerre. Or, à peu près à la même date, Raoul Lenoir, le bras droit d'Alphonse Merrheim secrétaire de la Fédération connu pour son opposition à la guerre, est mobilisé et détaché dans une usine du Havre. Le 18 juillet 1915, deux métallos du Havre se présentent chez Merrheim à Paris : “A 12h30, Chauvin est arrivé et nous avons parlé jusqu'à 16hl5. A peine était-il parti que Lenoir, en permission, est entré ; nous avons discuté jusqu'à 18hl5” Le Havre semble alors intéresser l'opposition parisienne puisque Léon Trotsky qui milite au Comité de défense syndicaliste (Cds) avec Merrheim, ainsi que dans les associations de travailleurs russes en France, s'y rend peu après. Trotsky est allé au Havre récemment. Il y a trouvé deux points de vue diamétralement opposés. Voici ce qu'il écrit : “Au Havre, j'ai rendu visite à Vallin, le secrétaire de l'Union. C'est un patriote féroce, jusqu’au bout, jusqu’à la dernière goutte de sang, etc. ” Au contraire, le gérant de la Maison du Peuple (Genêt) répète, en frappant la table de sa main lourde : “Ce n'est pas assez d'être internationaliste avant la guerre et après la guerre. Il faut être internationaliste pendant la guerre”.20

Timide émergence

27Les activités syndicales et socialistes reprennent nettement en novembre 1915. Elles se distinguent de celles de la période précédente “d'existence confidentielle” par le fait que les militants rétablissent formellement les organismes de direction (conseils syndicaux, Unions locales et départementales) et se permettent de faire des protestations publiques contre la hausse des prix. Cependant, il ne s'agit pas encore de mouvements massifs comme ceux qui commencent en janvier 1917.

28Plusieurs raisons expliquent ce regain de l'action collective. La guerre semble destinée à rester longtemps embourbée dans une impasse sanglante. Les prix et les profits augmentent allègrement. La main-d'œuvre se fait rare et de nombreux soldats, notamment ceux qui se targuent de “qualifications de spécialistes”, ont été rappelés des tranchées vers les usines ; or, parmi eux se trouvent des militants qui réclament la reconstitution des syndicats. Enfin, la pression de la minorité opposée à la guerre au sein de la Cgt et du Psu, devenue plus systématique depuis la conférence de Zimmerwald, incite les majoritaires à faire preuve de zèle dans leurs mandats.

  • 21 Avh F4, c22, 18.
  • 22 Avh F4, c13.
  • 23 Avh F4, c22, 14.

29La première manifestation de ce nouvel esprit de résistance est une protestation contre la vie chère. Les informateurs de la police désignent la catégorie qui est à la pointe du mécontentement : “Les femmes havraises manifestent les signes d'une impatience certaine... Elles émettent des opinions plutôt inquiétantes”. “La hausse des prix actuelle est la cause d'un malaise certain”.21 Le 3 novembre 1915, une pétition contre la hausse des prix de la nourriture et du fuel, qui a circulé dans les quartiers ouvriers, est soumise au conseil municipal, où elle obtient l'appui d'Allan, conseiller, et de François, de la commission extra-municipale de la main-d'œuvre.22 C’est alors que la commission d'enquête municipale est établie et que le préfet établit une commission départementale de taxation des prix, à laquelle il demande à Allan et sept autres Havrais, surtout commerçants, de participer.23

  • 24 J. Postaire, p. 185.

30Mais l’inflation continue en 1916. Les commerçants n'affichent pas leurs prix, détournent la farine vers les produits plus chers non-réglementés, accumulent des stocks, et accordent un traitement préférentiel à certains clients en échange de faveurs. Le mécontentement s'accroît en conséquence. Vers le mois d'août 1916, les syndicats et le Gsh mettent sur pied un Comité d'action contre la vie chère ; ils réclament que la municipalité se charge de distribuer plus de produits, qu'elle les vende directement au public, et qu'elle multiplie les points de vente. Le 11 octobre 1916, Allan soumet une motion autorisant la ville à ouvrir une boucherie municipale dans le 4ème canton.24 La motion est mise en application peu après. En février 1917, Le Chapelain se plaint que les boulangers ne respectent pas les prix normaux du pain. L'inflation est en passe de devenir une question brûlante.

31L’autre nouveauté du point de vue de l’activité du mouvement ouvrier est la réorganisation de plusieurs conseils syndicaux et la tenue de quelques réunions syndicales régulières. Les premiers syndicats à faire ce pas sont ceux des cheminots, des terrassiers, de la confection et des employés de magasin. D'autres suivent leur exemple vers la fin de 1916 et en 1917.

  • 25 Voir L. Ceplair, p. 186 et sq ; CE ; AN F7-13.667 : Syndicats de cheminots.

32Les syndicats de cheminots commencent à se réorganiser à l'échelle du pays vers le milieu de l'année 1915. La réaction de la base est enthousiaste, notamment sur le réseau de l'Etat dont dépend Le Havre.25 C'est à peu près à cette date que, suite à des négociations entre Bidegaray, le secrétaire de la Fédération nationale des chemins de fer (Fncf), et le gouvernement, la section havraise acquiert deux syndicalistes actifs : Bidamant, un anarcho-syndicaliste licencié après la grève de 1910 (réembauché) et Raulin, de tendance socialiste (muté). Tirant parti de l'autorisation de tenir des réunions à condition qu'aucun sujet politique ne soit abordé, les dirigeants locaux convoquent les premières assemblées de cheminots à Sotteville, Rouen et au Havre. Ils résolvent d'établir une coopérative d'achat alimentaire pour tout le réseau, et une cantine pour les cheminots au Havre, afin d'atténuer les effets de la hausse des prix.

  • 26 Avh F2, cl2,14.
  • 27 Archives de la Préfecture de Police, B/A-1417.

33Ces premières réunions confirment la volonté d'unité et de lutte des différentes catégories de cheminots et relancent la procédure de fusion des trois syndicats du réseau : le Syndicat National, composé essentiellement du personnel des ateliers et de la maintenance, la Fédération des Mécaniciens et Chauffeurs et l'association des employés. Ces derniers rejoignent le Syndicat national lors d'un congrès tenu le 25 mai 1916. Deux mois plus tard, le 2 août, les cheminots havrais, réunis sous la présidence du gouverneur militaire, approuvent la nouvelle structure.26 Les autres réseaux font de même et la fusion est consacrée par un congrès national à Paris en janvier 1917, donnant naissance à la Fédération nationale des travailleurs des chemins de fer de France, des Colonies et Pays de Protectorat, qu'un rapport de police qualifie “d'organisation syndicale la plus puissante qui ait jamais existé en France”.27 Au Havre, les adhésions affluent.

  • 28 AN F7-13.619.

34En janvier 1916, les terrassiers rétablissent le fonctionnement normal de leur syndicat, notamment la collecte des cotisations et les réunions régulières, et élisent un nouveau bureau, avec Louis Parisot au poste de trésorier, et Benoist Cantin à celui de secrétaire.28 Tous deux sont des anarchistes résolus qui dirigeaient déjà le syndicat avant-guerre. Le syndicat des terrassiers adhère immédiatement au Cds (branche syndicale du mouvement zimmerwaldien), où Raymond Péricat, l'ancien dirigeant de la Fédération du bâtiment gagne de l'influence. Peu après, Henri Duchateau, un dirigeant de la Fédération partisan de la défense nationale, est muté au Havre par l'armée et reconstitue le Syndicat général du bâtiment. Mais les terrassiers refusent de reprendre leur place dans le Syndicat général sous Duchateau.

  • 29 Avh F2, c12.

35D'autres syndicats se réorganisent pendant l'hiver 1915-1916, notamment ceux du textile et de la confection. En juillet 1916, le conseil municipal vote des subventions aux syndicats des cheminots, des marins, des employés de magasins, des dockers et des typographes, signe que ces organisations ont retrouvé un minimum d'activité.29

  • 30 AN F7-13.701,1.7.
  • 31 AN F7-13.760.

36Bien qu'aucune réunion publique n'ait lieu avant le mois de mai 1916 dans les industries décisives du port, des métaux et de la navigation, plusieurs indications montrent qu'une activité préparatoire est en cours. Chez les dockers, la revendication d'une augmentation du salaire de base de 1 franc par jour circule de bouche à oreille, et motive deux arrêts de travail en février et mars 1916, le premier par deux cent ouvriers, le second par cent trente.30 Chez les métallos, plusieurs militants connus localement ont été rendus au Havre : Henri Quesnel, Louis Legrain et Souday, en même temps que Raoul Lenoir dont nous avons déjà parlé. Les marins ont obtenu une augmentation de salaire de 0,50 franc par jour au début de la guerre, mais le mécontentement renaît face à la hausse des prix.31

  • 32 AN F7-13.272, Note du 29/4/1916, M/10368 ; M/10372.

37Confrontée à ce début de reprise de l'activisme de la base, la direction confédérale de la Cgt décide que les organisations affiliées doivent formellement rétablir leurs organismes dirigeants. Elle propose donc qu'à l'occasion du 1er mai 1916, les syndicats tiennent des réunions en salle sur la vie chère et les loyers le dimanche 30 avril, et que le lendemain, 1er mai, les syndicats se réunissent en congrès et prennent des mesures pour reconstituer les Unions locales et départementales. Le 17 avril, Louis François, que les Parisiens identifient alors comme “le secrétaire de la Bourse du Havre”, annonce que la réunion sur les loyers aura lieu le 29 avril et demande au Comité d’Action (Cgt et Psu) et à la Fédération nationale des coopératives, d'envoyer un orateur. C'est Jouhaux lui-même qui se rend dans l'ancien bastion syndicaliste pour assister à ce moment important de la renaissance du mouvement ; les représentants des divers syndicats reconstitués se réunissent sous sa tutelle le 1er mai, et élisent un nouveau bureau de l’Ush, avec François pour secrétaire.32

38Entre mai et septembre 1916, l'Ush convie les autres syndicats de la région à élire ou à confirmer leurs conseils d'administration et à désigner un délégué au conseil de l'Ush. En décembre 1916, un congrès départemental est convoqué à Rouen, qui prend le titre de 3ème congrès de l’UD. Il élit Dubois, dirigeant du syndicat des cheminots et partisan de la défense nationale, secrétaire de l'UD.

  • 33 A. Rosmer, Le mouvement ouvrier...
  • 34 Avh, F2, c 12 ; AN F7-13.367.

39Parmi les corporations appelées à se reconstituer après le congrès de l'Ush, se trouve celle des métallos. Or, la Fédération des métaux publie un deuxième manifeste à l'occasion du 1er mai 1916, contenant une prise de position contre la guerre, un rapport sur la conférence de Zimmerwald, et des détails sur les conditions dans lesquelles les ouvriers ont le droit de se réunir et de se syndiquer.33 Sur quelle ligne le syndicat havrais va-t-il se former ? Le gouverneur autorise une première réunion publique le 19 août 1916. Elle est présidée par des dirigeants mandatés par l'Ush : François, Lasnier (des employés de magasins), Parisot, ainsi que deux socialistes employés dans la métallurgie, Viandier et Le Chapelain. L'informateur de la police rapporte que deux personnes seulement se sont présentées à la réunion à onze heures. Néanmoins, quelques semaines plus tard, le syndicat proclame que 2 300 métallos ont adhéré. Cette progression rapide se prolonge pendant tout l'automne 1916, et semble avoir profité au courant anti-guerre, animé par Lenoir, Souday et Legrain.34

  • 35 La Bataille, 16/6/1916, et 23/12/1916.
  • 36 AN F14-11.337 : Situation dans les différents ports.

40Le syndicat des dockers, par contre, connaît plus de difficultés. Une réunion formelle des ouvriers du port est convoquée le 16 juin 1916. Il y est décidé que les dockers refuseront toute embauche avant 8h30, mais on ne sait pas si cette décision a des suites. En réalité, le syndicat est confronté à des difficultés structurelles : le nombre des ouvriers susceptibles d'adhérer a été considérablement réduit par la mobilisation, et, d'autre part, l'utilisation des prisonniers de guerre allemands, des soldats alliés et des travailleurs coloniaux bat son plein.35 Néanmoins, au vu de 1'augmentation des prix, il obtient le 1er septembre 1916 que le salaire journalier soit augmenté de 6 F (tarif pratiqué depuis 1891, officiellement confirmé en 1909) à 7 F.36

  • 37 AN F7-13.760.

41Le syndicat des marins a également du mal à se reconstituer. D'après Rivelli, le dirigeant national de la Fédération, le conseil du syndicat havrais a démissionné en 1914. Un nouveau conseil provisoire est désigné à la fin de l'année 1916, et confirmé dans ses fonctions par une assemblée générale le 22 août 1917.37

42Ainsi, une double tendance se dégage entre novembre 1915 et février 1917 : dans certaines corporations, la reconstitution de syndicats, en liaison avec une activité croissante de leurs membres sur les lieux de travail, suivie de l'intervention de dirigeants syndicaux tant minoritaires que majoritaires (terrassiers, cheminots, métallos, employés de magasins, confection), et, dans d'autre, une reconstitution plus lente ou tardive, avec une participation moindre de la base (dockers, marins, employés municipaux). Cette distinction s'accusera au cours des mouvements revendicatifs de 1917 et 1918 et dans les différenciations politiques de 1919 à 1921.

  • 38 J. J. Doré, chapitre 2.

43La période est marquée par l'émergence d'un réseau plus conséquent des opposants à la ligne de défense nationale. Nous avons mentionné la prise de position précoce de la Fédération des métaux, de Merrheim, et de ses soutiens au Havre, ainsi que celle des terrassiers en faveur du Cds. Chez les cheminots, un groupe animé par Charles Hardy, présenté comme “pacifiste” et “néo-malthusien”, est démantelé par la police, à Rouen, en décembre 1916. Hardy et plusieurs de ses camarades sont condamnés à huit mois de prison.38

44Mais, parallèlement à la progression minoritaire, la majorité cherche à consolider ses positions dans les organismes dirigeants : bureau du syndicat des métallos, des dockers, syndicat général du bâtiment, Ush et UD. A l'Ush, le seul délégué minoritaire est celui des terrassiers.

  • 39 Adsm 2Z11.
  • 40 Hu 12/1/1916 ; Encyclopédie socialiste, t. 3, p. 611.

45Chez les socialistes aussi la situation s'est tendue. Au congrès du Psu, le 12 janvier 1916, les trente et un mandats de la Seine-Inférieure et de l'Eure vont tous à la majorité. Le Gsh continue de soutenir l'effort de guerre pendant toute l'année 1916. Le 1er août 1916, anniversaire de la mort de Jean Jaurès, il organise conjointement avec les radicaux une grande cérémonie publique à l'Hôtel de Ville à la mémoire du dirigeant socialiste. Emile Vandervelde, grande figure de la Deuxième Internationale, alors ministre du gouvernement belge en exil à Sainte-Adresse, y prend la parole pour exalter le combat des Alliés. Environ 800 personnes assistent à la réunion présidée par Guitard, instituteur, socialiste modéré et dirigeant du Groupe havrais.39 Mais une minorité se dégage chez les socialistes, au moins au niveau départemental, à partir d'une base à Sotteville. L'animateur en est Gustave Courage, cheminot et secrétaire du groupe socialiste d'Oissel depuis 1906. Mobilisé en 1914, il est détaché aux ateliers de Sotteville en 1916. Là, il établit une liaison d’une part, avec les cheminots de l'atelier des Batignolles près de Paris, eux-mêmes en contact avec le député anti-guerre Brizon, et d’autre part avec ses camarades de travail du Havre. Au congrès de Paris du Psu, du 24 au 29 décembre 1916, Eugène Tilloy ne peut apporter que 21 mandats à la motion majoritaire ; les dix autres sont attribués à la minorité par Gustave Courage.40

Notes

1 Voir Première partie, chapitre 3.

2 Prg 1-7/7/1914 ; Adsm 2Z11 : 2 et 3/8/1914.

3 Prg 1-7/8/1914

4 Comme la censure est imposée en même temps que l'ordre de mobilisation générale, il n'y a aucun compte-rendu complet de ces incidents dans la presse. Notre reconstitution se fonde sur Avh 12, c7, 13 : Lettre du maire au sous-préfet du 2/8/1914 ; Lettre à M. le Général du 3/8/1914 ; Rapport du commissaire Gibert du 2/8/1914 ; Prg du 20/8/1914.

5 Prg, 7/8/1914; Adsm 2Z11, 3/8/1914.

6 AN F7-12.939. Rapport des préfets et commissaires spéciaux sur l'état d'esprit de la population. 1914.

7 Prg, 26/8/1914.

8 Avh, F2, c14.17.

9 RO, numéro 12, avril 1919.

10 Prg, 4/8/1914.

11 Prg, 5/9/1914.

12 La lutte syndicale, p. 122.

13 A. Rosmer, Le mouvement..., p. 432.

14 AN F7-13.272 : Les 1er mai 1915, 1916, 1917 et 1918.

15 AN F7-13.701, liasse 7 ; F14-11.336 ; Avh, F2, cl5,13.

16 Le Havre représente habituellement moins d'un cinquième du total départemental. J. J. Becker, Les Français..., p. 64-65 ; Le Socialiste, 31e année, no 7, juillet 1914-novembre 1915 ; AN F7-13.072.

17 Prg, numéro spécial, 18/7/1915.

18 Adsm, 2Z11.

19 Entretiens avec L. Eudier et S. Labesse par J. Barzman ; J. Postaire, p. 41 et 140.

20 Voir A. Rosmer, Le mouvement ouvrier... ; et Monatte, Syndicalisme révolutionnaire et communisme, “Lettre de Merrheim à P. Monatte, 18 juillet 1915”, p. 101, “Rosmer à Monatte, 5 août 1915”.

21 Avh F4, c22, 18.

22 Avh F4, c13.

23 Avh F4, c22, 14.

24 J. Postaire, p. 185.

25 Voir L. Ceplair, p. 186 et sq ; CE ; AN F7-13.667 : Syndicats de cheminots.

26 Avh F2, cl2,14.

27 Archives de la Préfecture de Police, B/A-1417.

28 AN F7-13.619.

29 Avh F2, c12.

30 AN F7-13.701,1.7.

31 AN F7-13.760.

32 AN F7-13.272, Note du 29/4/1916, M/10368 ; M/10372.

33 A. Rosmer, Le mouvement ouvrier...

34 Avh, F2, c 12 ; AN F7-13.367.

35 La Bataille, 16/6/1916, et 23/12/1916.

36 AN F14-11.337 : Situation dans les différents ports.

37 AN F7-13.760.

38 J. J. Doré, chapitre 2.

39 Adsm 2Z11.

40 Hu 12/1/1916 ; Encyclopédie socialiste, t. 3, p. 611.

Table des illustrations

Légende Tract de juillet 1914
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11898/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 737k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search