Version classiqueVersion mobile

Dockers, métallos, ménagères : Mouvements sociaux et cultures militantes au Havre (1912-1923)

 | 
John Barzman

Deuxième Partie. Effondrement et résurgence 1914-1918

Chapitre 1. Le Havre, grande base arrière des armées alliées

Texte intégral

1L'histoire du mouvement social au Havre pendant la guerre se divise en une période de passivité presque complète et une période de grande vitalité. Ces retournements brusques nous permettent d’observer la relation entre les différentes formes d’action collective et les premiers pas vers la création de pôles de modérantisme et de radicalité au sein du mouvement. Nous relèverons d’abord les changements de l’environnement dans lequel s’est fait cette évolution (chapitre 1), pour examiner ensuite le mouvement lui-même, dans sa phase de prostration (1914-1916) (chapitre 2), puis dans sa phase de remontée (1917-1918) (chapitre 3).

La guerre omniprésente

2Bien que situé à une certaine distance du front, Le Havre est profondément affecté par la guerre. La guerre touche d'abord la population de la Porte Océane par le biais du service militaire. Lorsque la guerre est déclarée, les classes de 1911, 1912, 1913 et 1914 sont déjà mobilisées. En décembre 1914, la classe de 1915 et tous les réservistes jusqu'à la classe de 1893, c'est-à-dire celle des hommes âgés de 39 ans, sont appelés. Les classes postérieures sont aussi sollicitées puisque les autorités demandent aux jeunes hommes de se présenter au champ de tir du Hoc, dans l'estuaire, afin de s'entraîner au maniement des armes.

  • 1 Voir J. Postaire, p. 75 et 76 ; et Avh H4, c3, liasse 13.

3La plupart des Havrais, notamment 70 % à 80 % des dockers, sont intégrés aux 129e Régiment d'infanterie, 329e Régiment d'infanterie de Réserve, et 24e Territorial. En revanche, les inscrits maritimes et la plupart des cheminots sont mobilisés sur place, dans leur service. Les territoriaux et les réservistes ne seront libérés qu'entre février et avril 1919 ; les autres, à partir de juillet-août 1919. En 1917, on dénombre 1 638 Havrais sur la liste de la Société havraise d'aide aux prisonniers. Le Havre est menacé d’abord par une avancée des troupes allemandes au cours de l'été 1914, qui fait craindre un siège semblable à celui de 1870, puis par les sous-marins qui infligent de nombreuses pertes aux équipages au sein desquels servent des Havrais. Quand la guerre prend fin, un total d’environ 7 400 soldats et marins havrais ont péri dans des opérations à caractère militaire.1

  • 2 Voir Postaire ; et J. Barzman, “La gravité du fléchissement qui s'était produit au Havre... Grèves (...)

4Une fois mobilisé, le soldat est envoyé soit dans un dépôt, soit au front, soit vers un établissement travaillant pour la défense. Au Havre comme ailleurs, l'attribution des sursis et des détachements dans les usines devient un objet de controverse. Des ouvriers se plaignent que des personnes qui n'ont jamais travaillé dans la production se retrouvent en usine comme spécialistes ; des paysans, trouvent injustes que les ouvriers des villes échappent aux dangers du front. Les ministères, dans un premier temps, privent souvent des usines entières de leur main-d'œuvre, et après un certain délai, leur renvoient des soldats mobilisés.2

5Le déficit démographique provoqué par les départs au front, morts et blessés, est plus que compensé par un afflux de nouveaux résidents. Des milliers de réfugiés de la Belgique (y compris le gouvernement belge lui-même) et du nord de la France arrivent au Havre à l'été et à l'automne 1914. A partir de 1915, on recrute de nombreux travailleurs étrangers (espagnols, russes) et coloniaux (marocains, algériens, sénégalais, vietnamiens) pour les entreprises de la région. Des milliers de troupes alliées (britanniques, belges, américaines, portugaises) y débarquent et stationnent un certain temps dans des casernes situées autour du port. Enfin, on y amène de nombreux prisonniers de guerre allemands.

6Le Havre sert de port d’approvisionnement par lequel arrivent pièces d'artillerie, munitions, véhicules, équipements divers et le ravitaillement pour Paris et le front. La marine le considère comme un centre stratégique à partir duquel il faut protéger la navigation dans la Manche et l'accès à la voie fluviale de la Seine, et garder le passage vers la rive sud. C'est dans cette optique qu'on y a érigé quelques fortifications après la guerre franco-prussienne ; devenues obsolètes, elles sont complétées par une forte garnison.

  • 3 Les gouverneurs : Général Capiomont jusqu'au 29 août 1914, Contre-Amiral Charlier jusqu'en mai 1915 (...)

7Tout cela justifie que la ville soit placée sous l'autorité d'un gouverneur militaire. Outre les mesures prises au niveau national avec le concours de représentants de l’armée, comme le placement des chemins de fer, des ports et de la main-d’œuvre sous l'autorité militaire, la création d'une Commission de la navigation, et plus tard, l'organisation par des commissions interministérielles de l’approvisionnement en matières premières, la ville elle-même est étroitement contrôlée par l’armée3. L'état de siège est proclamé en même temps que la guerre est déclarée le 4 août 1914. Toutes les réunions sont interdites, sauf celles qui ont obtenu une autorisation préalable du gouverneur de la place. Tous les hommes en âge de porter les armes doivent se munir d'une carte d'identité ; les conducteurs d'automobile, d'un permis. L'armée monte des opérations dans la ville à la recherche d'insoumis ou de déserteurs.

Expansion de la production, organisation du patronat

8L'occupation des régions industrielles françaises du nord et de l'est par les troupes allemandes entraîne, par effet de substitution le développement de nombreuses industries dans l'ouest et le sud du pays. En outre, Le Havre et Rouen sont les principaux ports desservant Paris et la zone centrale du front, et les combats exigent une quantité sans précédent d'armes et de munitions. Tous ces facteurs créent les conditions d'un boum industriel dans la Basse-Seine, en même temps qu'ils portent un grave coup aux activités traditionnelles du négoce.

  • 4 M. Boivin et al, La Normandie..., p. 159.
  • 5 Ses profits passent de 10 million de francs en 1913 à 43 millions en 1917, et plus encore en 1918. (...)

9La guerre transforme l'activité maritime du Havre. Plusieurs grands voiliers sont détruits par les sous-marins et les quelques survivants n'auront pas de successeurs après 1920. Dans un marché où le prix des navires a considérablement grimpé, de nombreux petits armements ne peuvent remplacer les unités perdues et cessent toute activité.4 En revanche, les grandes compagnies comme la Transat et les Chargeurs Réunis obtiennent de l'Etat des garanties de leurs profits, en échange de leur soumission de plus en plus étroite aux besoins de la Défense nationale. Assez rapidement, tous les navires de la Transat, y compris ses paquebots, sont réquisitionnés pour le transport des denrées alimentaires et des minerais. En 1918, l'ensemble de la flotte de la marine marchande est placé sous le contrôle direct de l'Etat. Mais ni les naufrages dus aux torpilles allemandes, ni les réquisitions, ni le déclin des exportations par rapport aux importations, ne ralentissent l'essor des profits de la Transat5. Dès janvier 1917, les armateurs et les intérêts portuaires et commerciaux français se rassemblent dans la Ligue navale française pour se protéger de leurs concurrents étrangers et préparer la redistribution des sphères d'influence maritime qu'occasionnera la fin de la guerre.

  • 6 Mouvements de navires non-militaires pendant la guerre :
  • 7 La Bataille, 16/6/1916, et 23/12/1916.

10Les sociétés de manutention prospèrent également. Certains stevedores qui n'étaient que de petits chefs au début de la guerre, se retrouvent à la tête d'importantes maisons de manutention. Le trafic du port s'accroît de l'énorme quantité de biens commerciaux et militaires en transit6. L'envolée des importations exige qu'on accélère l’évacuation des marchandises vers l’intérieur et qu'on mette en chantier d'importants projets d'expansion et d'équipement : le chenal extérieur et le canal de Tancarville sont approfondis, le grand bassin de marée est terminé et la construction de nouveaux quais et hangars, entreprise. En 1916, une conférence nationale des employeurs des ports de France s’inquiète de ce qu'il adviendra après le conflit, quand les prisonniers de guerre ne seront plus disponibles pour le travail sur les quais, et propose un vaste programme de réduction de la main-d'œuvre par la mécanisation de la manutention, d'accélération du rythme du travail des dockers résiduels par le paiement de primes à la productivité, et de formation d'un corps de grutiers distinct de celui des dockers.7 Ainsi, la Chambre de Commerce ouvre une école de grutiers en 1918.

  • 8 M. Peschaud, Politique et fonctionnement des transports par chemin de fer pendant la guerre, cité p (...)

11Les approvisionnements destinés aux armées françaises, belges, britanniques et, plus tard, américaines (notamment céréales et viandes congelées) sont acheminés par le rail et la route. Pour décharger les voies ferrées encombrées, les produits pondéreux sont chargés sur des péniches ; c’est la grande époque des mariniers de la Seine. On expédie les cotons, le charbon, le pétrole, l'acier, le cuivre et les nitrates, du Havre vers les usines textiles, de munitions et d'armement de Rouen et Paris. Enfin les troupes vont et viennent par trains entiers. L'ensemble du réseau ferroviaire est placé sous contrôle militaire dès le 2 août 1914, et tous les cheminots sont mobilisés à leur poste.8

  • 9 Voir J. M. Maillard, “La révolution industrielle”... ; M. Amphoux, Le Havre..., p. 77 ; D. Ringuene (...)

12La plus forte poussée industrielle dans la région de l'estuaire se produit dans les usines d’armement. Les sociétés sont organisées en groupes de fabrication au sein desquelles elles collaborent à l’exécution des commandes du gouvernement. Les trois plus grands établissements, Schneider à Harfleur, et les Tréfileries et Westinghouse au Havre, se reconvertissent à la production d'armes et de munitions. L'usine Schneider double sa surface et emploie un total de 12 500 ouvriers, dont 5 000 femmes, pendant la guerre. En juin 1917, les Tréfileries occupent 7 153 salariés, dont 1 664 femmes et 600 étrangers ; Westinghouse, 2 000 salariés. La raffinerie de pétrole Desmarais ajoute un département des explosifs à ses installations et emploie plus d'un millier de personnes. Les chantiers et ateliers de réparation navale tournent sans relâche pour remettre en état les vaisseaux endommagés, mais peu de navires marchands sont construits au Havre pendant la guerre9.

  • 10 Postaire, p. 139.

13D'autres industries bénéficient de la vitalité générale de la production. Ainsi, le bâtiment trouve un débouché dans la construction des fortifications, des nouveaux ouvrages du port, et, plus tard, de nouvelles connections ferroviaires. Les activités du textile et de la confection élargissent leur champ : la vieille filature de Graville est rejointe par l'usine Poplin, toute neuve en décembre 1915. Enfin, la municipalité organise des ateliers de couture et donne de l'ouvrage aux femmes travaillant à domicile d'août 1914 à la mi-1917.10

14Travaillant pour l’Etat, approvisionnées par l’Etat, contraintes d’accepter son arbitrage et de négocier avec le syndicat représentant leurs employés, les entreprises renforcent l’organisation patronale au niveau régional. Ainsi, les constructeurs de machine et les métallurgistes engagent la première négociation régionale avec le Syndicat des ouvriers et ouvrières métallurgistes du Havre et de la région, et signent en 1917 la première d’une série de conventions collectives valables six mois et appliquées dans tous les établissements de la région. Les mêmes causes consolident et élargissent le rôle de l’Union des employeurs de main-d'œuvre et du Comité central des armateurs. Le phénomène n’est pas encore définitif et inscrit dans la loi, mais l’ère de la reconnaissance de la représentativité des syndicats ouvriers, de la concertation, et des commissions paritaires a bien commencé.

  • 11 Voir A. Vigarié, Les grands ports..., p. 452-453.

15Cependant, il faut souligner que le boum de la guerre, surtout à partir de 1916, dessert la fonction d'emporium que Le Havre a conquise au cours du demi-siècle précédent.11En effet, de nombreuses relations commerciales, tant avec la clientèle qu'avec les fournisseurs sont interrompues, les uns et les autres établissant de nouveaux circuits. Mais surtout, le contrôle gouvernemental sur les marchés et les grands consortiums d'achat interalliés court-circuite les négociants havrais, rend superflues les bourses de produits du port normand, et avantage souvent des concurrents britanniques ou américains. La guerre est une des premières étapes de la perte de vitesse de la place havraise, et de la reconversion du port en plate-forme industrielle.

La main-d'œuvre

  • 12 PH, 6/8/1914, Prg, 7/8/1914 ; J. Postaire, p. 39 et 139.

16L'essor de l'activité économique entraîne une forte demande de main-d'œuvre. Mais, dans les premiers mois, la mobilisation précipitée des travailleurs provoque en même temps dans certaines branches, des pénuries de matières premières et de fournitures, ou des ruptures dans la chaîne de production, et par conséquent, un certain chômage technique. Le 6 août 1914, le maire, Morgand, établit une Commission du travail tripartite composée de lui-même, de Johannès Couvert, président de la Chambre de Commerce et membre du conseil d'administration de la Transat, Caillard, constructeur d'équipement portuaire, Lafaurie, vice-président de la Chambre de Commerce, Costel, banquier local, et François, des dockers et de l’Ush, avec pour mission de traiter les problèmes simultanés du chômage et de la pénurie de main-d’œuvre. Elle demande aux maires des communes de la pointe de Caux de chiffrer leurs besoins en bras (c'est la période de la moisson), et invite les chômeurs havrais à se présenter à l'Hôtel de Ville pour y recevoir une tâche. Elle offre des travaux de terrassement aux ouvriers du bâtiment et ouvre trois ateliers de couture qui produisent des uniformes militaires.12 Les employeurs du port cherchent d'abord à profiter de ce chômage et de l'effondrement syndical, pour refuser d'embaucher les ouvriers qui ne se seraient pas inscrits auprès de l'Office du Travail.

  • 13 L. Ceplair, p. 189.
  • 14 Voir J. Barzman, “La gravité”... ; J. Postaire p. 147 ; Prg 20-8-1914.

17Ce chômage disparaît vers la fin de l'année 1914, et la demande de bras devient de plus en plus pressante, d’abord sur le port, puis dans les établissements travaillant pour la Défense nationale. Certaines branches des transports ont été protégées contre toute pénurie dès l'ouverture des hostilités par la mobilisation sur place de leurs salariés (marine marchande et personnel des chemins de fer). Ces derniers, placés sous l'autorité militaire, se voient interdire le droit de grève, mesure qui aggrave le caractère oppressant de la hiérarchie des ingénieurs et des chefs.13 Ce n’est pas le cas sur le port, où entre 70 % et 80 % des dockers ont été appelés. L’armée britannique pallie au plus pressé en mettant ses soldats au déchargement des navires. Puis les bases britanniques et belges engagent des travailleurs civils. Entre temps, ce qui reste du syndicat des dockers proteste auprès des autorités contre les pratiques qui enfreignent la coutume ouvrière. Devant 1'essor du trafic, les employeurs, désespérant de trouver des remplaçants, se résignent à embaucher tous les candidats sans discrimination. Mais cela ne suffit pas. En 1916, il n'y a encore que 4 600 dockers réguliers (au lieu des 7 350 de 1913) dont certains se sont permis quelques arrêts de travail en 1915 et 1916. L’Uemop obtient alors un détachement de travailleurs coloniaux, et surtout, de prisonniers de guerre allemands : logés dans des cantonnements sur les terrepleins du port, ils sont environ 1 500 en août 1916, et plus de 5 000 en janvier 1917. Certains d'entre eux sont envoyés en petites brigades auprès des services municipaux ou chez des particuliers.14

  • 15 Voir M. Dubesset et al., “Les munitionnettes de la Seine”, in P. Fridenson, sld, L’Autre front...

18De même, à mesure qu'augmente la production d'armes et de munitions, la soif de main-d'œuvre s’accroît dans les usines. On puise alors plus profondément dans les populations qui posent moins de risques du point de vue de la sécurité que les prisonniers allemands : d’abord les réfugiés de Belgique et du nord de la France, puis les femmes, les mobilisés français et les travailleurs coloniaux. Des agences de placement, souvent animées par des association féminines, encouragent les femmes à travailler, en soulignant la contribution patriotique qu'elles feraient ainsi.15 Mais le manque de ressources est un argument autrement plus fort ; il pousse de nombreuses femmes à s'embaucher à l'usine bien qu’elles y soient payées à des taux inférieurs à leurs camarades de travail masculins, et dans des conditions rendues particulièrement difficiles par l’urgence des besoins de la défense (accidents, cadences accélérées, longues heures, manque d’installations de confort). Après un an de guerre, en août 1915, les 475 travailleurs municipaux mobilisés sont remplacés par 254 nouveaux employés, en majorité des femmes, auxquelles on donne le statut “d'auxiliaires”. Aux tramways, on remplace les “wattmen” payés 5 francs la journée par des “wattwomen” payées 3 francs.

  • 16 G. Hardach, in P. Fridenson, L'Autre..., p. 97.

19Le détachement des mobilisés dans les usines d'armement passe par plusieurs étapes. Jusqu'à l'été 1915, les employeurs seuls ont la charge de réclamer le retour des ouvriers dont ils ont besoin ; comme ils ont tendance à demander les individus les plus jeunes, forts et sains, laissant les pères de famille plus âgés au front, l’armée leur enlève cette prérogative à l'été 1916. La sélection se fait alors à l'initiative du Ministère de la Guerre. Les soldats envoyés à l'usine n'ont pas le droit de grève et sont soumis à la discipline militaire, y compris la menace de renvoi au front ou de cour martiale. Ils doivent normalement être payés au tarif habituel (afin qu'on n'accuse pas l'armée d'enrichir les patrons), mais dépourvus des moyens de pression traditionnels, ils reçoivent parfois des salaires inférieurs à la norme.16 Enfin, en 1918, dans un but d’équité par la rotation des tâches, la loi Mourier organise le reversement des mobilisés de l’arrière, de certaines classes, dans des unités combattantes.

  • 17 Les chiffres sont très variables selon les sources. Voir J. Postaire, p. 119 ; M. Boivin et al., p. (...)

20On fait appel aux colonies françaises. Jusqu'en 1914, les employeurs ayant besoin de manœuvres se tournaient vers les Bretons, les Espagnols et les Italiens. C'est avec la guerre que le premier grand afflux de travailleurs coloniaux se produit. Ils sont recrutés soit par les autorités militaires britanniques et françaises, soit directement par les grandes sociétés comme Schneider, assistées par les administrateurs coloniaux. Les Britanniques importent de nombreux Chinois ; les Français, des Vietnamiens dits “Indochinois”, des Marocains, des Algériens et des Sénégalais (en fait des originaires de toutes l'Afrique de l'Ouest). En 1917, la population havraise compte environ cinq mille travailleurs désignés par l'étiquette “Musulmans” (probablement marocains et algériens) et cinq mille autres désignés par l'étiquette “exotiques” (ne provenant pas de colonies, mais ne méritant pas non plus le statut, légèrement plus respectable, d'étrangers, probablement des Chinois, auxquels on assimile parfois les Vietnamiens). Ces travailleurs coloniaux sont généralement employés aux tâches moins qualifiées sur les quais, dans les usines de guerre et les services publics (ramassage et incinération des ordures). On trouve dans les archives du service de la main-d'œuvre de l'armée de curieuses spéculations sur les qualifications respectives des Kabyles, des Tonkinois, des Marocains.17

  • 18 PH, 18/7/1917 ; J. Postaire, p. 119.

21En juillet 1917, après les incidents et la crise du moral de mai-juin, une ordonnance municipale interdit aux citoyens havrais de loger des travailleurs coloniaux. Ceux-ci ne sont plus autorisés à résider que dans des baraques installées à l'intérieur des usines où ils travaillent, sur les terrepleins du port, aux forts de Tourneville et de Sainte-Adresse, ou dans des campements construits à cet effet dans des terrains vagues, et doivent verser la moitié de leur salaire au service qui fournit ces “logements”, en guise de loyer.18

Conditions de vie

22Bien que les offres d'emploi soient abondantes et que le gouvernement reconnaisse explicitement les sacrifices consentis par la classe ouvrière pour le pays, le niveau de vie de celle-ci ne s'améliore guère. Les salaires sont augmentés à plusieurs reprises en 1917 et 1918, mais insuffisamment et tardivement ; et des ressentiments de toute nature s'accumulent tout au long du conflit.

  • 19 Prg 7/8/1914, Vé, janvier 1914, J. J. Becker, Les Français... p. 22.

23La mobilisation retire à la communauté ouvrière des milliers d'hommes qui étaient chefs de foyer ou contribuaient au soutien de leur famille. Certains sont faits prisonniers, blessés ou tués. Manques psychologiques et douleur de leurs proches aggravent alors les difficiles conditions matérielles. Dans les milieux populaires, il suffit de quelques jours d'absence des hommes pour que le foyer se retrouve sans ressources. C'est pourquoi dès les premiers jours de la guerre, le Bureau de bienfaisance municipal accorde une aide d'urgence aux plus nécessiteux, et le gouvernement décrète un moratoire sur le paiement des loyers dans l'ensemble du territoire. Par la suite, l'Etat commence à verser aux femmes et aux familles des soldats une allocation régulière de 1,25 franc par jour, plus 0,50 franc par enfant de moins de seize ans. C'est loin d'être suffisant puisque, par exemple, la paye quotidienne de base des dockers a été fixée à six francs par jour depuis 1910. Un des expédients auxquelles les femmes ont recours dans cette situation, est de se faire logeuses ; contre une somme modique, et au prix d'un entassement encore plus grand, elles fournissent un lit, la nourriture et la blanchisserie à un ou plusieurs réfugiés, soldats français mobilisés, soldats alliés ou travailleurs étrangers ou coloniaux à la recherche d'un logis.19

24L'alimentation pose également de graves problèmes. Il n'y a pas de recensement pendant la guerre, mais on estime que la population de l'agglomération augmente jusqu'à dépasser deux cent mille personnes. Par contre la production agricole dans le petit angle formé par la péninsule de Caux qui dessert directement Le Havre, a plutôt tendance à décroître par manque de bras, et les arrivages par la route, le rail et la mer sont limités par l'engorgement des moyens attribués en priorité aux besoins de la défense. Par ailleurs la demande de denrées alimentaires et de biens de consommation pour les troupes s'enfle considérablement jusqu'à provoquer des pénuries dans d'autres secteurs. Parmi les biens qui font défaut, citons le charbon de chauffage, le gaz de cuisson, le pain, le sucre, la viande et le poisson.

25La municipalité fait des efforts sporadiques pour créer des stocks afin de prévenir des hausses de prix exagérées et d'atténuer les carences alimentaires. Ses mesures sont critiquées à partir de la fin 1915 : une première commission d’enquête, présidée par Maillart, est nommée, et recommande que le nombre d’agents de la municipalité chargés d’acheter des vivres soit augmenté, que ces vivres soient distribués à la population par l’intermédiaire des commerçants, et que des prix “normaux” soient fixés pour certaines denrées comme le sucre et le pain ; le préfet Alfred Morain établit une commission départementale de taxation des prix.

  • 20 J. Postaire, p. 149.
  • 21 J. Postaire, p. 129, 141 et 159.

26Au printemps 1916, le réseau de l'Etat interrompt ses livraisons à la ville, de charbon destiné à la redistribution, et une ration de 250 kilos de charbon par foyer par mois est instaurée. L'hiver 1916-1917 est sévère (chose exceptionnelle, il gèle dans les bassins du port). Le prix du charbon (même vendu par la ville) augmente. Un scandale éclate en février 1917 à propos de la gestion du chantier de charbon municipal par un certain Queval, protégé du maire, qui a vendu le charbon du Havre à des clients dans des villes voisines en quantités plus grandes que les normes de rationnement ne le permettent, en échange de prix plus élevés.20 Cet hiver là aussi, la municipalité impose des plafonds absolus sur la consommation de gaz et d'électricité des ménages et étend le système de cartes de rationnement pour la première fois au sucre, à l'essence, au mazout, et, en mai 1917, au pain. La viande ne doit pas être mise en vente les lundi et vendredi. Notons la hiérarchie sexuelle et sociale des besoins alimentaires établie par la municipalité, en conformité avec les usages de l'époque : les rations de pain sont plus grandes pour les hommes que pour les femmes et les enfants, et pour les travailleurs de force que pour les autres. Même ces maigres rations sont réduites plusieurs fois en 1917 et 1918.21

  • 22 En janvier 1919, L'Ush résume ainsi le bilan de la guerre : ... “nous pouvons affirmer qu'aucune me (...)

27Les commerçants profitent du mauvais approvisionnement pour augmenter les prix de détail, parfois sans commune mesure avec les prix de gros. En 1917, leurs syndicats (de la boulangerie, de la boucherie, de l'épicerie), protestent contre l'ouverture de la boucherie municipale et contre la fixation de prix normaux des articles qu'ils vendent. Ils obtiennent gain de cause à l'automne 1917, quand la mairie ferme sa boucherie, prétextant qu'elle perd trop d'argent. Les autres mesures de contrôle des prix s'avèrent inefficaces et l'inflation nourrit un vif mécontentement en 1917, 1918 et 191922.

28En ce qui concerne les salaires, par contre, la tendance générale est à la stagnation ou même au déclin en 1915, à l'augmentation modérée en 1916, et à des augmentations plus significatives en 1917 et 1918. Même les statistiques officielles des salaires, dérivées des déclarations des responsables syndicaux et des employeurs enregistrées par les autorités locales, montrent que les augmentations de salaire traînent loin derrière l'inflation des prix. Mais ces taux officiels ne prennent pas en compte la répartition des salariés dans les différents échelons et spécialités : les taux normaux attribués à certains métiers ne sont pas forcément perçus par les soldats mobilisés et les coloniaux, ou par les ouvrières, souvent reléguées à des échelles de salaires complètement distinctes.

  • 23 A. Rosmer, Le mouvement ouvrier..., 429 et sq.

29En même temps que les salaires traînent derrière les prix, les conditions de travail se dégradent. La pénurie de main-d'œuvre pousse le patronat à allonger la journée de travail à dix heures et demi ou plus. La nécessité d'accroître la production aussi vite que possible les incite à introduire des techniques de travail à la chaîne (qualifiées par les syndicats, dans un esprit péjoratif, de “taylorisme”) et le travail de nuit (souvent deux équipes de 12 heures chacune). Les accidents se font plus fréquents.23

  • 24 J. Postaire, p. 22.

30A ces conditions de survie économique plus difficiles, s'ajoute la décadence des services publics qui desservent la population laborieuse. Plusieurs écoles du Havre sont réquisitionnées par l'armée et reconverties en casernes ou en infirmeries, tandis que de nombreux instituteurs et professeurs de lycée sont appelés sous les drapeaux. Le nombre d'élèves par classe augmente brutalement, et on estime que, chaque jour, environ un tiers des enfants en âge d'aller à l'école ne se présente pas en classe, surtout dans le primaire. On trouve souvent dans les témoignages de l'époque des références aux bandes de “petits chenapans” circulant dans la ville. Le ramassage des ordures se dégrade et certaines rues sont abandonnées dans un état de saleté quasi-permanent, devenant parfois des lieux de déjection infestés par les rats. Enfin, les taux de la criminalité, de l'alcoolisme et de la prostitution affichent une hausse notable.24

La vie politique locale

31L’esprit de l'Union sacrée infuse la vie politique officielle du Havre d'une volonté consensuelle pendant toute la durée de la guerre. Néanmoins, en 1917 et 1918, les radicaux, les socialistes et les syndicalistes se permettent des critiques plus marquées.

32La majorité municipale est restée aux mains de la coalition du centre-gauche et de la droite, qui a gagné les élections de 1912, sauf pour Henri Génestal, premier maire de la mandature, qui a démissionné en juillet 1914, à l'approche de la guerre. Il a été remplacé par Morgand qui occupe le fauteuil du maire pendant toute la durée du conflit. C'est donc celui-ci qui fait l'appel à la collaboration de toutes les bonnes volontés en août 1914. Les radicaux acceptent l’offre, suivis par les trois conseillers municipaux socialistes, fidèles en cela à la ligne de conduite des députés socialistes qui ont voté les crédits de guerre et accepté des postes de ministres. Pendant l'année 1915, socialistes et radicaux collaborent sans accroc avec Morgand, s'occupant en particulier des mesures sociales comme : l'aide aux chercheurs d'emploi ; l'obtention et la transmission de nouvelles des soldats au front à leur famille, et vice-versa ; l'envoi de colis aux soldats et aux prisonniers de guerre ; l'organisation des secours pour les pauvres ; le recueil et la transmission de plaintes d'ouvriers concernant les conditions de travail ; la mise en évidence des défauts des services publics (écoles, ordures, etc.) et la proposition que la municipalité distribue elle-même les denrées alimentaires (notamment les viandes congelées). Léon Meyer en particulier, consolide ainsi sa réputation de défenseur du petit peuple.

  • 25 A. Petit, “La censure pendant la guerre”, Recueil des publications de la Société havraise d'études (...)

33Cependant, le véritable pouvoir au Havre est désormais aux mains de l'armée, dont on a déjà vu les pouvoirs sur la production et la main-d’œuvre. L'autorité militaire a également la charge de la censure des journaux, des affiches, des publicités, des télégrammes et des lettres. En août 1914, le Général Capiomont convoque tous les journalistes du Havre (à l'exception d'Hyppolite Hanriot, rédacteur-en-chef du Progrès) à une conférence où il leur fait part de ses instructions concernant la censure : les journalistes doivent éviter certains sujets et rassurer leurs lecteurs. Avant de faire imprimer son journal le rédacteur-en-chef soumettra les épreuves finales aux censeurs, qui élimineront les articles ou les passages jugés indésirables.25 Il doit donc envoyer un coursier, vers minuit, porter les épreuves au quartier général de l'armée, attendre la réponse, et retourner en toute hâte au journal afin que les typographes de l'équipe de nuit puissent tirer l'édition du matin avant la fin de leur horaire de travail. Les titres de la une ne sont pas autorisés à dépasser une certaine taille et on ne vendra pas les journaux publiés au Havre à la criée sur la voie publique. Vérités et Démocratie havraise ferment boutique en août 1914 ; Le Progrès tente de tenir plus longtemps, mais suit leur exemple en septembre 1914. Même Le Petit Havre, le plus à gauche des deux grands quotidiens locaux, se plaint que les journaux parisiens sont autorisés à publier davantage de nouvelles que les journaux havrais.

  • 26 A. Chatelle, La base..., p. 95.

34Outre la presse, tous les tracts, affiches et annonces de quelque type que ce soit, doivent être soumis à la censure. Enfin, le courrier est surveillé. Au cours du seul mois de mai 1918, sur les 350 000 lettres qui passent par Le Havre, 35 000 sont interceptées, et 19 150 contrôlées.26 La censure reste en vigueur jusqu'au 13 octobre 1919.

  • 27 Ce climat de suspicion est décrit par Raymond Queneau dans Un rude hiver, histoire de l'amour d'un (...)
  • 28 AN F7-13.356.

35Les alertes aux espions sont fréquentes27. Nous avons trouvé des traces d'une surveillance étroite de l'opinion publique et des industries de défense par la police. Le gouvernement met sur pied un nouveau réseau de surveillance politique confié à la Sûreté générale le 23 décembre 1914, avec pour mission “la surveillance occulte à l'intérieur et à l'extérieur des usines militaires et militarisées”. Il est renforcé en juillet 1915, après une série d'accidents dans les usines d'armement, et sa juridiction étendue en mai 1916. Il englobe les Commissaires spéciaux de la Sûreté déjà en place et leurs assistants, les inspecteurs auxiliaires détachés par l'armée, les agents occultes et informateurs recrutés par le Commissaire spécial. En juillet 1916, il y aurait au Havre vingt-trois inspecteurs auxiliaires, en plus du Commissaire de la Sûreté, Italiani, et de ses hommes ; en juillet 1921, ils sont vingt-et-un ; le nombre d'informateurs n'est pas spécifié par nos sources.28

  • 29 Prg, 26/9/1914.

36La campagne de soutien à l'effort de guerre est orchestrée par les articles de la presse, des collectes de donations dans les entreprises, les sermons du dimanche et les parades militaires. En septembre 1914, par exemple, on rapporte que les ouvriers des Tréfileries ont accepté de verser 3 % de leur salaire à la Croix Rouge.29 Par la suite, le gouvernement émet périodiquement des bons de la Défense nationale à grands renforts de discours patriotiques.

  • 30 J. Postaire, p. 150, 183 et 185 ; A. Vigarié, p. 455-456.

37Cependant, à partir de 1917, les relations entre radicaux et socialistes d'une part, et l’équipe du maire, d'autre part, se tendent. Déjà en 1916, l'approvisionnement en denrées alimentaires et en matériaux de chauffage a fait l'objet d'une dure controverse au conseil municipal. Celui-ci a envoyé ses agents vers des régions productrices, notamment la Bretagne (reliée par le cabotage côtier), avec pour mandat d'obtenir l'engagement d'expéditions régulières de pommes de terre, de grains, de viande et d'autres denrées. Pour la majorité du conseil, ces produits doivent être revendus au public par l'intermédiaire des commerçants établis. Cette forme de distribution est critiquée par les radicaux et les socialistes qui lui préfèrent l'ouverture régulière de points de vente gérés directement par la municipalité. En 1917 et 1918, la question des prix est associée à celle des profiteurs de guerre et de l'inégalité des sacrifices. La suspicion à l'égard des “intermédiaires” en tous genres se porte notamment sur le négoce havrais, étroitement lié à la majorité municipale.30

  • 31 C. Brassy, “Léon Meyer”, mémoire de maîtrise, p. 18.
  • 32 Idem.

38Le courant principal des radicaux havrais est alors également troublé par la campagne contre le pacifisme déclenchée en 1917. En effet, jusqu'à cette date, Meyer entretient de bonnes relations avec Malvy, au Ministère de l'Intérieur, ce qui lui permet notamment d'obtenir des décorations et autres faveurs pour ses clients havrais.31 Lorsque Clemenceau accuse Caillaux et Malvy d'avoir protégé les pacifistes et les grévistes, Meyer prend la défense de ses camarades de parti. Un peu plus tard, le député radical de l'Aube, Paul-Meunier attire les foudres du Tigre en raison d'une série d'articles où il dénonce les sociétés qui ont profité de la guerre, et est arrêté pour activités pacifistes. Paul-Meunier a conservé un certain crédit au Havre depuis sa défense de Jules Durand à l'Assemblée nationale, et Meyer vole à son secours. Ses critiques de Morgand et Clemenceau valent au conseiller de l'Eure la réputation de défenseur actif et efficace des petites gens au conseil municipal, d'adversaire courageux des jusqu'au-boutistes, et d'ami des socialistes et des syndicalistes.32 Ainsi, lorsque l'armistice est annoncée en novembre 1918, un bloc assez ferme des radicaux et des socialistes s'est constitué au conseil municipal alors même que le groupe socialiste et les syndicats bénéficient d'un afflux sans précédent d'adhésions.

Notes

1 Voir J. Postaire, p. 75 et 76 ; et Avh H4, c3, liasse 13.

2 Voir Postaire ; et J. Barzman, “La gravité du fléchissement qui s'était produit au Havre... Grèves et opposition à la guerre en 1917-1918”, Guerres mondiales et conflits contemporains, no 179, 1995.

3 Les gouverneurs : Général Capiomont jusqu'au 29 août 1914, Contre-Amiral Charlier jusqu'en mai 1915, Contre-Amiral Biard jusqu'en mai 1916, Contre-Amiral Vaney jusqu'en mai 1917, et Contre-Amiral Didelot jusqu'en novembre 1918 (Postaire, p. 57).

4 M. Boivin et al, La Normandie..., p. 159.

5 Ses profits passent de 10 million de francs en 1913 à 43 millions en 1917, et plus encore en 1918. Sur environ 90 navires de la Transat, 29 sont coulés et 26 autres loués aux Etats-Unis. Voir E. Lanier, La Compagnie Générale..., p. 94.

6 Mouvements de navires non-militaires pendant la guerre :

annéeentrées et sorties de navirestonnage des navires191411 7599 020 647191513 0776 975 627191617 7028 582 089191717 9327 308 695191821 9017 820 100Il faut y ajouter les chiffres du trafic militaire. Voir A. Chatelle, La base navale du Havre, p. 72.

7 La Bataille, 16/6/1916, et 23/12/1916.

8 M. Peschaud, Politique et fonctionnement des transports par chemin de fer pendant la guerre, cité par L. Ceplair, p. 189.

9 Voir J. M. Maillard, “La révolution industrielle”... ; M. Amphoux, Le Havre..., p. 77 ; D. Ringuenet, “Le commerce et l'industrie du pétrole... ” Un recensement des établissements travaillant pour la défense nationale réalisé par le Sous-Secrétariat de l'Artillerie et des Munitions en juin 1916 donne (AN F7-13.356) :

VilleProduitsEmployésLe HavreArtillerie, canons, obus22 048HarfleurPoudre et explosifs12 000GournayLaiton pour cartouches et obus545

10 Postaire, p. 139.

11 Voir A. Vigarié, Les grands ports..., p. 452-453.

12 PH, 6/8/1914, Prg, 7/8/1914 ; J. Postaire, p. 39 et 139.

13 L. Ceplair, p. 189.

14 Voir J. Barzman, “La gravité”... ; J. Postaire p. 147 ; Prg 20-8-1914.

15 Voir M. Dubesset et al., “Les munitionnettes de la Seine”, in P. Fridenson, sld, L’Autre front...

16 G. Hardach, in P. Fridenson, L'Autre..., p. 97.

17 Les chiffres sont très variables selon les sources. Voir J. Postaire, p. 119 ; M. Boivin et al., p. 159 ; et AN F14-11 336, Ministère des Travaux publics. Les numéros de 1985 de French Historical Studies contiennent une discussion intéressante sur la main-d'œuvre coloniale de 1914 à 1916.

18 PH, 18/7/1917 ; J. Postaire, p. 119.

19 Prg 7/8/1914, Vé, janvier 1914, J. J. Becker, Les Français... p. 22.

20 J. Postaire, p. 149.

21 J. Postaire, p. 129, 141 et 159.

22 En janvier 1919, L'Ush résume ainsi le bilan de la guerre : ... “nous pouvons affirmer qu'aucune mesure ne fut jamais prise pour mettre un frein à ces hausses des prix qui introduisent maintenant la famine dans les foyers où les femmes licenciées des usines sont au chômage... Rien ne fut fait au Havre par peur de déplaire aux grands et petits commerçants et de troubler trop de digestions et de perturber trop d'arrangements confortables ; des injustices inoubliables”... (J. Postaire, p. 200). Quelques exemples : Pain de 3 kilos : de 1,20 fr. en 1914, à 1,80 fr. en décembre 1918 à 2,90 fr. en janvier 1920. Pommes de terre (le kilo) : de 0,15 fr. en octobre 1913 à 0,60 fr. en juillet 1918, à 0,65 fr. en décembre 1919. Charbon (la tonne) : de 23 fr. avant la guerre à 122 fr. en mai 1918 et 220 fr. en septembre 1919.

23 A. Rosmer, Le mouvement ouvrier..., 429 et sq.

24 J. Postaire, p. 22.

25 A. Petit, “La censure pendant la guerre”, Recueil des publications de la Société havraise d'études diverses, p. 105.

26 A. Chatelle, La base..., p. 95.

27 Ce climat de suspicion est décrit par Raymond Queneau dans Un rude hiver, histoire de l'amour d'un petit officier pour une infirmière à la base navale anglaise, et de sa découverte que son libraire convivial est en fait un espion allemand.

28 AN F7-13.356.

29 Prg, 26/9/1914.

30 J. Postaire, p. 150, 183 et 185 ; A. Vigarié, p. 455-456.

31 C. Brassy, “Léon Meyer”, mémoire de maîtrise, p. 18.

32 Idem.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search