Version classiqueVersion mobile

Communistes au Havre

 | 
Marie-Paule Dhaille-Hervieu

Préface

John Barzman

Texte intégral

1Voici un livre qui nous permet de saisir de la manière la plus concrète un phénomène majeur de l’époque contemporaine : la montée et le déclin de l’espoir de transformation du monde porté par un parti politique. Marie-Paule Dhaille-Hervieu y retrace l’épopée du communisme au Havre, des années trente aux années quatre-vingt. Sa trame permet de suivre non seulement l’histoire du parti et de sa mouvance, mais aussi l’évolution plus large de l’agglomération pendant ce demi-siècle. En effet, le grand port normand a nourri une forte implantation syndicale, associative et municipale du communisme, et il est représenté encore à l’heure où ces lignes sont écrites, en septembre 2009, par deux députés communistes. Ceux qui, comme moi, veulent connaître ce passé trouveront ici une véritable mine d’informations.

2L’étude commence au milieu des années vingt quand ce fragment du mouvement social havrais commence à se staliniser tout en conduisant des expériences qui tantôt lui attirent la sympathie des couches populaires, tantôt réduisent son influence. Il est alors minoritaire dans la gauche havraise dont le versant syndical est dominé par les anarcho-syndicalistes de Jean Le Gall, et le versant électoral par une coalition de radicaux et de socialistes autour du maire du Havre, Léon Meyer.

3Arrivent alors la crise économique des années trente puis la conduite agressive des bandes fascistes qui espèrent reproduire en France les victoires qu’ils ont remportées en Italie, en Allemagne et en Autriche. Au Havre, un meeting suivi d’un défilé de quinze mille personnes lance l’unité antifasciste. Après avoir hésité, les communistes se lancent dans la mêlée. Ils sont portés par un profond mouvement de contestation ouvrière qui s’exprime dans les grèves et occupations d’usine de juin 1936. Cet élan façonne une génération de militants qu’on retrouve dans la solidarité avec l’Espagne républicaine, le rejet de Munich, l’action clandestine, la résistance à l’occupation nazie et la lutte pour les grandes réformes de la Libération.

4Marie-Paule Dhaille-Hervieu documente le sacrifice de nombreux militants communistes qui aurait pu valoir à leur parti de décrocher la mairie du Havre aux élections municipales de 1945. Or cela n’a pas été le cas. Particularité havraise, le gouvernement de Vichy a révoqué le maire élu Léon Meyer et imposé à sa place Pierre Courant pour diriger la ville sous l’occupation allemande. Le préfet de la Libération a voulu réparer cette injustice, mais le Parti communiste n’a pas trouvé une formule de coalition qui lui aurait permis de gagner les élections. Le bombardement de septembre 1944 et les difficultés sociales qui l’ont suivi, semblent avoir effacé de la mémoire des électeurs ce qui s’était passé depuis 1940, et peut-être ravivé d’autres griefs plus anciens. Les pages à ce sujet sont utiles à qui veut réfléchir à la signification de l’immédiate après-guerre. C’est en 1947, au moment du déclenchement de la guerre froide, que s’achève cette première partie.

5Les deux parties suivantes, beaucoup plus fournies, concernent l’isolement communiste jusqu’en 1965, et la relance d’un partenariat avec le parti socialiste après cette date. Le récit s’interrompt en 1983, quand la rupture de l’Union de la gauche amorce, d’après l’auteure, le déclin du mouvement. C’est le premier livre écrit d’un point de vue scientifique qui aborde cette période de l’histoire du Havre dans le détail. Outre l’histoire du parti, il offre au lecteur un résumé du développement de la ville, du point de vue économique avec le déclin des industries du centre-ville et l’implantation d’usines dans la zone industrialo-portuaire, du point de vue des réalisations urbaines avec la Maison de la Culture d’Oscar Niemeyer, le World Trade Center et l’université, du point de vue de la vie politique avec la succession des équipes municipales autour de René Cance puis d’André Duroméa, enfin du point de vue culturel avec la tentative de mise en pratique du droit à la culture pour tous. Pour traiter ce sujet peu conventionnel, Marie-Paule Dhaille-Hervieu a mobilisé non seulement les sources traditionnelles de l’historien, c’est-à-dire les fonds d’archives et la presse locale, mais aussi le témoignage oral. En effet, malgré la culture du silence des cadres communistes, elle a conduit de nombreux entretiens avec des acteurs, grands et petits, de l’époque.

6Enfin, on peut ajouter à ses sources, du moins en ce qui concerne la période traitée dans la troisième partie, « l’observation participante ». L’auteure a été, pendant un temps, membre du mouvement qu’elle étudie. Elle en a tiré une connaissance intime des lieux, des personnes et des usages, une appréciation des hommes et des femmes engagés, qui enrichissent son récit, sans porter atteinte à sa posture d’historienne objective. On sent à chaque affirmation la volonté de compréhension aussi globale que possible de ce qui s’est réellement passé, et le souci de distinguer ce qui est sûr de ce qui est probable ou possible. C’est ainsi qu’elle aborde la célèbre « affaire Jan Valtin », cet ancien militant communiste allemand dont le témoignage de 1941 (Out of the Night, New York, Alliance Book Corporation, 1941) fut édité en français sept ans plus tard (Sans patrie ni frontières, Paris, Maison française de New York-Dominique Wapler, 1947) et mobilisé de façon abusive contre le député communiste du Havre, René Cance. Mais l’historienne note soigneusement les zones d’ombre qui subsistent autour de l’utilisation de certains communistes par des organismes soviétiques. Tous les lecteurs ne seront pas toujours d’accord avec la façon dont Marie-Paule Dhaille-Hervieu présente les choses. En ce qui me concerne, sa thèse centrale paraît incontestable : le parti était pris dans de nombreuses contradictions, la principale étant sa volonté de s’aligner étroitement sur le parti soviétique tout en développant une implantation populaire en France. De même, l’hésitation du parti entre le ralliement à la tradition nationale républicaine démocratique et un cours « ouvriériste » est bien connue et assez largement acceptée. L’ouvriérisme a été dominant de 1928 à 1934, de 1939 à 1941, et de nouveau de 1947 à 1953 ; il alternait avec des phases d’ouverture large. Des tournants semblables entre une ligne sectaire et une ligne ouverte se retrouvent dans d’autres partis de l’internationale communiste. Par contre, je suis moins convaincu par la manière dont l’auteure présente l’héritage syndicaliste révolutionnaire français sur les questions d’alliances larges et sur la violence. D’autres lecteurs n’auront pas forcément la même sensibilité à cette tradition que moi, et contesteront des points différents. Peut-être leurs arguments permettront-ils d’approcher de plus près la réalité.

7Mais l’essentiel est ailleurs. Il est dans la livraison d’un pan de l’histoire de France qui est aussi une clef de l’histoire du vingtième siècle. Certaines pages de ce livre constituent un hommage à l’héroïsme des résistants, au dévouement des militants obscurs, et plus généralement à la capacité des hommes et des femmes à imaginer un monde meilleur.

8Chacun y trouvera son compte. L’étude de Marie-Paule Dhaille-Hervieu est précise. Ceux qui voudront la contester ou la compléter pourront le faire en s’appuyant sur une reconstruction claire et documentée. Espérons qu’un débat s’engage.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search