Version classiqueVersion mobile

Dockers, métallos, ménagères : Mouvements sociaux et cultures militantes au Havre (1912-1923)

 | 
John Barzman

Première Partie. Mouvements sociaux et cultures militantes au Havre après l’Affaire Durand (environ 1912 à 1914)

Chapitre 3. “Vive la république ! Vive la révolution sociale !” Mouvements sociaux et politique

Texte intégral

1On a pu remarquer au chapitre précédent que même les mouvements visant les améliorations les plus immédiates ne sont pas dénués d’implications politiques. Ils n’existent que parce qu’ils peuvent faire appel à des valeurs morales et politiques. Des militants socialistes, anarchistes ou radicaux y participent pour les infléchir dans un sens ou dans l’autre. Ils sont sollicités, encouragés ou condamnés de l’extérieur par les partis politiques de droite et de gauche, subventionnés, tolérés ou réprimés par les autorités publiques.

2Si l’on entend par “politisation des mouvements sociaux”, le fait que leur liaison avec un projet de transformation sociale vient principalement de l’extérieur, ou n’existe pas à leur origine, la notion ne correspond pas à ce que nous allons décrire. On décèle plutôt des variations de l’intensité ou du caractère explicite des préoccupations politiques, et des changements d’orientation ou d’allégeance. Loin de découvrir la politique, les participants à ces mouvements héritent le langage, la culture et les projets de la France républicaine du XIXe siècle, et modifient cette vision en fonction de leurs propres expériences et des explications élaborées par un éventail de courants.

Le 1er mai et l’Union des Syndicats du Havre

  • 1 Pour une discussion de l'importance du 1er mai comme signe de la conscience de classe ouvrière, voi (...)
  • 2 Cette Fédération des Syndicats est rebaptisée Union des Syndicats du Havre (Ush) en 1906. Après son (...)

3La volonté de transformer la société s’exprime principalement par la participation aux activités du 1er mai et de l’Ush. La progression de la Journée internationale des travailleurs, en particulier, est un bon indice des changements en cours dans la communauté ouvrière. Une minorité socialiste ou anarchiste a commencé à célébrer le 1er mai dès 1890, mais sans grand répondant, la masse se satisfaisant de la fête du 14 juillet.1 Le tournant a lieu en 1900 lorsque la manifestation du 1er mai se déroule dans la foulée de plusieurs grèves importantes et prend une tournure combative. C’est en réaction à cet enchaînement d’actions que le maire expulse la Fédération des syndicats de Franklin, comme on l’a vu, au nom de l’apolitisme2. Mais le geste a l’effet contraire de celui que les édiles espéraient, puisqu'au cours des années suivantes la célébration du 1er mai devient un point d'honneur pour les travailleurs havrais. De revendication de la journée de travail de 8 heures, le 1er mai devient une affirmation de la dignité ouvrière.

4Dix ans plus tard, un rituel s'est établi : l’Ush demande aux travailleurs de manifester leur soutien à ses objectifs en faisant grève et en participant à un cortège, actes qui exigent un certain courage puisque nombre d'employeurs n'attendent qu'un motif pour licencier les syndicalistes actifs de leur entreprise, et que la police peut attaquer les manifestants, comme en 1901. Le cérémonial commence au Havre par des réunions de mise au point entre dirigeants syndicaux et socialistes autour du 24 et du 30 avril. On y décide si la journée comprendra un appel à cesser le travail, et dans quelles branches, un cortège ou seulement des rassemblements, et quels thèmes seront mis en valeur, par quels orateurs. Le matin du 1er mai, les syndiqués se rendent aux sièges de leur syndicat, à Franklin, à la Maison du Peuple, ou ailleurs, et mettent à jour leur carte d'adhérent en achetant les timbres syndicaux qui leur manquent. Les familles, voisins et amis se retrouvent autour de Franklin, souvent avant de faire un pique-nique ; puis un ou plusieurs meetings ont lieu, à la mémoire des victimes de la répression en France et à travers le monde. L'après-midi, on sort les bannières et les travailleurs se joignent à des cortèges de leur corporation ou d'associations, et défilent de Franklin et des quartiers ouvriers vers le centre.

  • 3 Prg 5/5/1919.

5En 1911, Le Progrès affirme que 60 % des travailleurs ont chômé et que 12 000 d'entre eux ont participé “au cortège imposant et calme”. La banderole de l'Union des Syndicats du Havre ouvre la marche, suivie d’abord par celle des marchands et marchandes des quatre saisons “dont le drapeau est porté par une citoyenne”, puis par celle de la section socialiste ; et enfin par celles des autres corporations et associations.3

6En 1912, le 1er mai tombe entre deux tours des élections municipales. La veille, le 30 avril, Charles Marck et des orateurs représentant toute la gamme des opinions et corporations du mouvement havrais ont pris la parole à une première réunion : Vallin pour l’Ush, Le Chapelain pour la section socialiste, François, socialiste sans parti et coopérateur, pour le syndicat des dockers, Legrain, anarcho-syndicaliste, pour les métallos, et Votte, également anarcho-syndicaliste, pour le btp. On affirme ainsi à la fois le pluralisme et l'unité de la classe ouvrière.

  • 4 Prg 5/5/1913 ; AN F7-13.619.

7Le 1er mai 1913 est placé sous les thèmes de la lutte contre la guerre et pour le droit des femmes. D’après Le Progrès, 7 000 personnes assistent aux discours et 2 500 participent au cortège. D’après la police, mille seulement.4 Quoiqu’il en soit, la journée est moins suivie qu’en 1912, déjà en baisse par rapport à 1911.

  • 5 AN F7-13271 : 1er mai 1914 ; Hu 2/5/1914.

8Le 1er mai 1914 se déroule de nouveau dans une ambiance de fièvre électorale, entre deux tours des législatives. L’Ush, ébranlée par une série de déboires, permet que la célébration passe au second plan, et choisit de nouveau les thèmes du danger de guerre et de la défense du droit des femmes. L’orateur principal s’en prend à la Loi des trois ans et aux arrestations de militants Cgt, et réclame l’application de la “semaine anglaise”. D’après la police, 1 700 ouvriers chôment (contre 3 000 en 1913) et 1 400 personnes au total assistent aux trois rassemblements de la journée. Pour une fois, les chiffres annoncés par L'Humanité sont assez proches de ceux de la police.5 Aucune manifestation de rue n’est tentée. La police attribue cette décision à la crainte de voir se répéter le fiasco de 1913 ; quant aux organisateurs, ils affirment avoir voulu éviter des affrontements avec des groupes nationalistes préparant la fête de Jeanne d’Arc, aveu de faiblesse malgré tout.

9L’Ush, à l’origine Fédération des syndicats havrais est créée à peu près au moment où la Journée internationale des travailleurs commence à mobiliser la foule, et devient le principal canal par lequel s'exprime une opinion ouvrière sur les grands problèmes de l'heure. Elle se charge non seulement des fonctions larges que la doctrine républicaine (et guesdiste) attend d'un syndicat, mais aussi de campagnes politiques relevant habituellement des partis. Elle publie le mensuel, Vérités, dont les pages reproduisent des articles parus dans les organes de la Cgt et la presse anarcho-syndicaliste et socialiste, des nouvelles des syndicats de la région du Havre, des études économiques et des commentaires politiques. Mais surtout, elle entreprend des campagnes d’opinion faites d'affichages, de l'adoption de résolutions d'ordre du jour par les syndicats et associations, de meetings, de pétitions et, parfois, de manifestations et de grèves d’avertissement. En 1909, l'Ush proteste contre l'utilisation des troupes, l'année précédente, pour réprimer les travailleurs du bâtiment en grève à Villeneuve-Saint-Georges et Draveil, contre la visite du Tsar en France, et contre l'exécution du dirigeant anarchiste espagnol Ferrer. En 1910, elle réussit à sensibiliser suffisamment l'opinion pour que le conseil municipal accepte de baptiser une rue de la ville du nom de Ferrer. La même année, c'est à l'Ush que revient la tâche d'organiser la grève générale pour la défense de Jules Durand et la solidarité avec la première grande grève nationale des cheminots. En 1911, elle s’oppose au mode de financement des retraites ouvrières proposé par la loi adoptée l’année précédente, et s’affirme, au cours des actions contre la vie chère, comme le protagoniste d'une réorganisation de la société au-delà de l’aménagement des rapports entre patrons et ouvriers.

10A l’occasion des élections municipales de 1912, le congrès de l’Ush formule des vœux sur l’avenir de la cité et les adresse à tous les candidats. Ces vœux reflètent les préoccupations principales des grandes composantes du mouvement syndical à cette époque : municipalisation des docks, mesures contre la cherté des vivres, réduction des loyers, droit de manifester librement, libre accès aux salles de Franklin pour toutes les réunions, opposition au souhait de la municipalité sortante de renforcer la police. La même année, elle reprend la campagne de la Cgt contre les “lois scélérates” qui limitent les libertés syndicales, accueille le congrès de la Cgt et organise une grève générale de 24 heures contre la guerre, le 16 décembre.

11Nous suivrons cette activité antimilitariste dans le détail un peu plus loin. Signalons simplement ici que cette campagne en particulier, au cours de laquelle l’Ush s’affronte directement à la détermination du gouvernement, révèle les contradictions de la pratique syndicaliste révolutionnaire. Le 4 août 1913, Vallin, secrétaire de l’Ush, est délégué aux conférences de la Cgt et du bâtiment à Paris. Voici comment Pierre Monatte décrit l’atmosphère :

  • 6 P. Monatte, La Lutte syndicale, p. 122.

12“Au cours des dernières actions de 24 heures, c’est le bâtiment qui a sauvé l’honneur. Mais, avec chaque nouvel effort, sa participation diminue ; il s’est découragé d’avoir à porter le flambeau tout seul à trop de reprises. Ainsi, au dernier conseil du bâtiment, qui s’est tenu le dimanche avant la conférence de la Cgt, nous avons vu des révolutionnaires endurcis comme Vallin du Havre, ..., s’exclamer : ‘De grâce, ne nous demandez pas une autre grève de 24 heures. Nous en avons eu assez. Nous ne suivrions plus. Nous tuerions notre organisation’”.6

13Ce sentiment correspond à de réelles difficultés. Depuis 1911, des principaux syndicats du port normand, seul celui du bâtiment a enregistré des progrès tangibles. La grève des marins de l’été 1912 a fini sans vainqueurs et le nombre des cotisants décline ou stagne en 1913 et 1914. Les dockers subissent une grave défaite en décembre 1913, et se battent pour leur survie au printemps 1914. De longues grèves des chaudronniers en 1913 n’ont guère produit de résultats. Le syndicat des cheminots est loin de retrouver la force qu’il avait avant la grève de 1910. Cette stagnation se lit dans la moyenne annuelle des cotisants à l’Ush :

1911 :10 705

1913 :8 896

1912 : 9 425

1914 : 6 808 (trois premiers mois)

14On est donc bien en période de recul. L’épanouissement de l’Ush et de la journée du 1er mai entre 1906 et 1911 correspond à l’apogée de la première vague de luttes du XXe siècle. Leur évolution de 1912 à 1914 montre que les pratiques et formes d’organisation forgées pendant ces années se maintiennent, mais que la vague a commencé à se creuser.

L’action électorale et l’influence radicale

15La pratique du vote peut être considérée comme une autre forme d’action collective à visée politique des couches populaires bien qu’elle exclue de son champ les femmes, les jeunes, les non-inscrits, les étrangers et les sujets français coloniaux, composantes parfois importantes de ces milieux. L’observateur des comportements électoraux est frappé par le décalage entre la participation aux grèves, syndicats, 1er mai et campagnes de l’Ush, et le faible pourcentage de voix recueillis par les candidats socialistes se présentant comme émanation du mouvement ouvrier.

  • 7 J. Legoy III, p. 226.
  • 8 Voir J.-P. Lousse et J. Legoy III.

16Une première explication tend à attribuer cet écart à l’abstentionnisme politiquement motivé. En effet, le taux d’abstention des électeurs havrais se situe généralement entre 8 % et 10 % au-dessus de la moyenne nationale.7 De 1900 à 1912, il varie entre 30 % et 40 % aux municipales, 32 % à 43 % aux législatives et monte aux cantonales jusqu’à 66 % dans certains cantons.8 Les abstentionnistes sont plus nombreux dans les 1er, 2ème et 3ème cantons, les plus marins et dockers, un peu moins dans le 3ème, où des ouvriers d’industrie se mêlent à l’élément portuaire et maritime, et dans le 4ème, plus strictement ouvrier. Toutefois, même là, leur pourcentage est bien plus élevé que dans les 5ème et 6ème cantons, bourgeois, ou que dans les cantons périurbains et ruraux de Montivilliers et de Saint-Romain de Colbosc.

  • 9 Jean Legoy va dans le même sens en notant que le taux d’abstention est particulièrement élevé en 18 (...)

17Pourquoi ce fort taux d’abstention dans les quartiers populaires ? J. P. Lousse tend à attribuer les quelques pourcentages d’écart de la moyenne nationale aux effets de la propagande antiparlementaire des anarchosyndicalistes9. Cependant, au vu des faibles moyens du courant anarchiste, il serait plus juste de dire qu’il a réussi à faire perdurer une hostilité au Parlement déjà forte, notamment dans les deux cantons maritimes. Cela expliquerait que l’abstention soit plus marquée lors des élections parlementaires que lors des municipales.

18Les élections municipales de 1912 constituent une épreuve intéressante parce que toutes les nuances politiques y participent sous leurs propres couleurs. Les abstentions s’élèvent à 40 %, soit 10 % de plus que d’habitude. Sur l’ensemble de la ville, les deux partis de droite reçoivent 39,7 %, les républicains de gauche 24,8 %, les radicaux 22,8 % et les socialistes 10 %.

  • 10 Voir les chiffres du PH 4/8/1913 et 27/4/1914.

19Le soupçon qu’une partie des abstentions émane d’antiparlementaires conscients ou de gens hostiles aux partis et aux politiciens, est confirmé par le grand nombre de bulletins nuls aux élections de 1913 et 1914. En 1914, tandis que les nuls ne représentent que 1,5 % et 2,3 % dans les deux cantons périurbains et ruraux, ils s’élèvent à 14,9 % dans le 1er, et 13 % dans le 2ème.10 Cette augmentation des nuls en 1913 et 1914 semble correspondre au choix d’électeurs qui ont voté radical dans le passé, et qui, à défaut de candidat radical, refusent de choisir entre un socialiste et un républicain de gauche. Il s’agirait alors de personnes mal disposées à l’égard des socialistes, alternant entre le vote radical et l’abstention.

20Mais l’abstentionnisme politique ne peut masquer le fait qu’une majorité des électeurs des couches populaires vote pour les radicaux et les républicains de gauche, plutôt que pour les socialistes (ou la droite). Aux élections cantonales de 1913, la droite, ayant peu de chances de l’emporter, décide de ne pas se présenter dans les cantons populaires pour ne pas favoriser l’élection de radicaux. Les socialistes se présentent dans les 2ème, 3ème et 4ème cantons. Dans le 1er canton, les radicaux et les républicains de gauche recueillent respectivement 40,6 % et 55,8 % des voix, soit un total de 95.4 %. Dans le 2ème, ils obtiennent ensemble 92,1 % des voix contre 8,4 % aux socialistes. Dans le 3ème, où les républicains de gauche ne se présentent pas, le radical Léon Meyer obtient 67 % contre 26,8 % aux socialistes. Dans le 4ème canton, le radical Déliot reçoit 33,5 % contre 33,6 % aux socialistes. Certes, ces élections cantonales, n’ont pas lieu tous les ans. Mais elles montrent qu’entre 1912 et 1914, les ouvriers votent un peu pour les socialistes, de moins en moins pour le courant républicain, et de plus en plus pour le courant radical de Meyer. Il est clair qu’il y a parmi eux des gens qui manifestent ou font grève avec les syndicalistes révolutionnaires et les socialistes, mais agissent au niveau électoral par le vote radical.

Elections cantonales : 3 août 1913

1er canton : inscrits

4 891

Abstentions

66,6 %

Socialistes pas de candidat

Radicaux (Acher)

40,6 %

Répub. de gauche

(Masselin)

55,8 %

Nuls

3,2 %

2ème canton : inscrits

4 006

Abstentions

60,0 %

Socialistes (Baudry)

8,4 %

Radicaux (Lang)

30 %

Répub. de gauche (Coty)

62,1 %

Nuls

3,4 %

3ème canton : inscrits

5 513

Abstentions

53,9 %

Socialistes (Le Chapelain)

26,8 %

Radicaux (Léon Meyer)

67,2 %

Répub. de gauche (pas de candidat)

Nuls

5,9 %

4ème canton : inscrits

10 953

Abstentions

63,5 %

Socialistes (Lartigue)

33,6 %

Radicaux (Déliot)

55,9 %

Répub. de gauche pas de candidat

Nuls

5,8 %

21Que peuvent-ils exprimer par ce vote ? Comme on l’a vu au premier chapitre, on ne peut considérer le parti radical comme un parti “ouvrier” ; son centre de gravité se situe dans les couches moyennes. Les radicaux ne prétendent pas parler au nom de la classe ouvrière, mais de tous les citoyens honnêtes.

22Au Havre, l’influence du radicalisme en milieux ouvriers a été étendue et consolidée par un homme, Léon Meyer, le futur maire de la ville. Né au Havre en 1868, il est le fils cadet d’un tailleur d’habits. Il commence une carrière de courtier en cafés, très jeune, après ses études, et gère par la suite une société d’assurance. Affable et convivial, il est élu président de la Chambre des courtiers assermentés et de l’Association républicaine du commerce et de l’industrie, et adhère aux “Trois H”, la loge des francs-maçons havrais. Un incident lié à ses origines juives le conduit à délaisser le monde des affaires pour se consacrer à la politique. En 1897, pendant l’Affaire Dreyfus, il est insulté en public par un anti-dreyfusard, ce qui conduit à une altercation assez remarquée. En même temps, son frère aîné, Edmond Meyer, qui se destine à une carrière politique, y renonce, s’étant convaincu qu’il a l’air “trop sémite”. Edmond encourage Léon à prendre sa place et se consacre à la gérance des sociétés d’assurance L’Urbaine-Vie et L’Urbaine-Seine et à la direction de l’hebdomadaire radical La Démocratie havraise, postes à partir desquels il continue d’inspirer et de guider la vie politique de son frère.

  • 11 Voir C. Brassy, “Léon Meyer”, et Dictionnaire des Parlementaires français (1889-1940). Tome VII : M (...)

23Léon Meyer adhère au Comité radical qu’il amène à des positions sociales très avancées. A la recherche d’une base électorale, il choisit de s’adresser à la fraction grandissante de la population affectée par les grèves, et soutient ses revendications. C’est dans cette optique que le chef radical construit une équipe de militants et un réseau de relations dans le 3ème canton, celui des quartiers de L’Eure et Demidoff. Sa démarche l’oppose au courant radical de Valentino, maire de Graville, et le rapproche de Joseph Caillaux à l’échelon national. Mettant à profit ses connaissances dans la Ligue de l’enseignement et la Ligue des droits de l’homme, ses talents de représentant de commerce et ses relations de courtier et d’assureur, il intervient dans la vie locale et rend service en toutes occasions : pour obtenir des licences de débit de boissons, arbitrer des conflits du travail, améliorer les services publics, encourager les patronages laïcs, ou aider les sociétés mutuelles à fonctionner. Tout cela lui permet de se faire élire conseiller du 3ème canton et de consolider des liens avec certaines composantes du syndicat des dockers. Il se sert alors de sa base dans le quartier de l’Eure pour s’insérer dans la vie politique de la ville.11

24En 1912, les points de force des radicaux dans la classe ouvrière correspondent à des points de faiblesse des syndicalistes révolutionnaires et des socialistes. Ainsi, même dans l’Ush, certains syndicats, comme ceux des travailleurs municipaux, des traminots, des aides en pharmacie, des camionneurs et des marins, recherchent des alliances avec les radicaux (voire avec les républicains de gauche). En dehors de l’Ush, le puissant syndicat des asgb est dirigés par des militants radicaux reconnus. L’influence radicale prédomine également dans les mutuelles, parmi les conseillers prud’hommes, à l’Amicale des enseignants, et à l’Association des agents des douanes, groupements qui se transforment par la suite en syndicats. Enfin chez les cheminots, les radicaux et républicains de gauche ont établi ensemble l’Union républicaine des chemins de fer français. La loge maçonnique du Havre est un important lieu de rencontres entre militants ouvriers responsables et bourgeois bien disposés à l’égard du travail. Léon Meyer en devient un membre éminent, et y retrouve Allan et Fouré, du syndicat des cheminots, et Montagne, de celui des marins.

  • 12 Jules Mariole, Edouard Piquet et Eugène Hubert, du Syndicat des Pilotes de la Seine ; Pierre Rellan (...)

25Les radicaux ne reçoivent donc pas uniquement les voix des ouvriers les plus modérés, attachés à la libre entreprise et au parlementarisme. Ils attirent aussi des socialistes indépendants qui ont suivi Jules Jennequin dans sa rupture avec le Parti socialiste unifié (Psu) (bien que Jennequin lui-même soit plus proche des républicains de gauche) et des anarcho-syndicalistes. Aux municipales de 1912, la liste de Léon Meyer choisit de s’intituler “Liste radicale, radicale-socialiste et syndicaliste” et comprend plusieurs personnalités de l’Ush assez importantes pour que les socialistes et l’Ush s’en émeuvent12. Hanriot écrit dans Le Progrès :

  • 13 Prg 23/4/1912.

26“Et voici le ‘camarade’ Basile (Auguste), ancien conseiller prud’homme. Est-ce en tant qu’ancien magistrat (!) ou que militant syndical que Basile a été honoré par Meyer et Co. ?... nous sommes plutôt attristés, bien que sa candidature soit rehaussée par celle du ‘camarade’ Le Bosquain, antiparlementaire féroce - contre les socialistes - et ardent libertaire, et les non moins ‘camarades’ Routel et Fouache”.13

  • 14 Editorial “N’avez-vous pas honte ?” Prg avril et mai 1912.

27Le numéro suivant du Progrès reproduit une protestation de l’Ush, et le journal revient à la charge deux fois le 3 mai et le 7 mai.14

  • 15 DH, 7/8/1913.

28Aux élections cantonales de 1913, il n’y a pas de candidat socialiste dans le 1er canton, la lutte se ramenant à un duel entre René Coty, républicain de gauche, et Lang, radical. Le secrétaire du syndicat des marins, Victor Delille, écrit une lettre à Lang, publiée dans La Démocratie havraise, affirmant que Lang et ses amis ont apporté leur soutien aux marins durant leur grève de 54 jours de l’été 1912, alors que René Coty n’a rien fait, et que le syndicat des marins a cessé de retenir ses services en tant qu’avocat.15

  • 16 .Prg 15/8/1913.

29Dans le 2ème canton, où les socialistes ont réussi à présenter un candidat, celui-ci ne reçoit que 8,4 % des voix. Hanriot se demande : “Quelle est la cause de cette faiblesse de notre parti dans le 2ème canton ? Au risque de déplaire à certains de mes bons amis, je dirai pourquoi, parce que la situation doit être clarifiée pour l’avenir. D’abord, le syndicat des marins a été mis dans la mauvaise voie. Il n’a vraiment pas de chance : la meyerite finira par le tuer”.16 La même année, le secrétaire des camionneurs, Le Bosquain, appelle au vote socialiste au premier tour, mais se rallie aux radicaux au second tour.

30En 1913 et 1914, Léon Meyer se rapproche des socialistes autour de la défense de la laïcité, des libertés syndicales et surtout de l’opposition à la loi des trois ans, dans la perspective d’un gouvernement de Bloc des gauches. Cette alliance culmine dans la manifestation contre la visite d’Aristide Briand, considéré comme un traître à la cause de la classe ouvrière et de la paix en février 1914, et débouche sur un accord tacite par lequel Meyer ne se présente pas aux législatives d’avril-mai 1914 et laisse entendre qu’il soutient le candidat socialiste.

Elections législatives : 26 avril 1914

1er canton

Abstentions

42,0 %

Socialistes

17,8 %

Radicaux (pas de candidat)

Républicains de gauche

66,4 %

Nuls

14,9 %

2ème canton

Abstentions

39,0 %

Socialistes

19,8 %

Radicaux (pas de candidat)

Républicains de gauche

66,9 %

Nuls

13 %

3ème canton

Abstentions

41,0 %

Socialistes

39,5 %

Radicaux (pas de candidat)

Républicains de gauche

50,6 %

Nuls

13 %

4ème canton

Abstentions

35,0 %

Socialistes

29,0 %

Radicaux (pas de candidat)

Républicains de gauche

21,6 %

Nuls

3,6 %

Droite

46,5 %

6ème canton

Abstentions

33,0 %

Socialistes

7,4 %

31Le vote ouvrier radical est donc un vote pour un républicanisme humaniste, social et laïque. Il représente une rupture avec le patriciat négociant qui a pendant longtemps suscité la gratitude des milieux populaires, mais aussi une indifférence ou une méfiance à l’égard de l’action parlementaire des socialistes. Les relations locales des candidats et les questions locales comptent plus que le positionnement dans la politique nationale. Plus généralement, l’influence radicale manifestée par ce vote dessine les contours d’un courant ouvrier modéré, mais instable, dépourvu d’un vrai centre au sein du mouvement ouvrier et sans cohérence idéologique.

L'action collective pour l’égalité des femmes

32Une partie de la communauté ouvrière, les femmes, ne peut s’exprimer par le vote. Néanmoins les années de 1912 à 1914 correspondent à une montée en force de l’action collective des femmes, à contre-courant du recul du mouvement ouvrier. On a vu combien les femmes participent alors aux grèves corporatives, syndicats, associations et mouvements issus des quartiers. Ce regain d’activité pose plus fortement la question de la transformation de la société dans un sens égalitaire et délimite un champ d’action des couches populaires, qui, comme de nombreux autres thèmes revendicatifs, entraîne souvent des convergences avec des courants petit-bourgeois ou bourgeois.

33Le mouvement ouvrier encadre une partie de cet élan. En 1912, 1913 et 1914, la Journée internationale des travailleurs est consacrée à l’égalité des femmes autant qu’à la paix. Les orateurs soulignent la nécessité d'organiser les ouvrières et de lutter pour la semaine anglaise. En 1913 et dans la première moitié de 1914, l’Ush commence à promouvoir la syndicalisation des salariées avec plus de vigueur, au moins en partie sous la pression d'une agitation féministe grandissante.

  • 17 “Le mouvement socialiste féminin en France”, Prg 17/7/1914, 25/6/1914 et 29/6/1913.

34Le Parti socialiste qui s'était très tôt distingué en théorie comme partisan de l'émancipation et du droit de vote des femmes, se penche également sur la question avec plus d'intérêt en 1913 et 1914. Certains articles du Progrès expriment une méfiance à l'égard du féminisme. Un homme qui signe “Suzon” explique qu'il ne faut pas effaroucher les femmes qui pourraient adhérer au parti par des discours fantaisistes, mais, au contraire, les rassurer en défendant le foyer familial. D'autres articles critiquent le féminisme bourgeois et Madame Julie Siegfried, mais parce qu’elle n’est pas assez féministe : elle est “aussi féministe que Monsieur Siegfried est socialiste”. Dans l'ensemble, Le Progrès suit avec sympathie les activités en faveur du droit de vote des femmes et défend le “néo-malthusianisme” contre la propagande nataliste. En juillet 1913, il publie une gravure intitulée “Repopulation” montrant “l’émancipée” répondant à un juge, un officier, un capitaliste et un prêtre : “Mon ventre est à moi”.17

  • 18 J. Rabaud, Histoire des féminismes français, p. 217.

35Ces aspirations ne s’expriment évidemment pas seulement par le canal du mouvement ouvrier, mais aussi au travers de groupes de femmes, plus spécifiquement concernés par les droits des femmes. Le Havre est alors un centre de l’agitation féministe. Le groupe le plus lié à l’élite républicaine est la section havraise du Conseil national des femmes françaises (Cnff), fondé en 1901 par Sarah Monod. En 1912, Julie Siegfried succède à Sarah Monod comme présidente du Cnff et organise un congrès de l’association, consacré au suffrage des femmes, dans le port normand.18 Les républicains de gauche et le journal Le Petit Havre apportent leur soutien à cette cause, contrairement aux radicaux qui craignent que les femmes ne donnent leur voix aux partis cléricaux.

  • 19 Annuaire Micaux Le Havre, 1911, p. 675 ; Prg 11/7/1914.

36La Société féministe du Havre, organisation plus militante se réunissant une fois par mois à l’Hôtel de Ville, pose des affiches et organise des conférences publiques et des pétitions. Son conseil exécutif comprend plusieurs enseignantes, notamment Pauline Rebour.19 La société s’occupe surtout du suffrage, mais aussi de l’allaitement des enfants, du salaire égal à travail égal et de l’émancipation des femmes en général. Au printemps 1912, elle fait circuler une pétition en faveur de la loi Bouisson qui institue le droit de vote des femmes dans les élections municipales. En juillet, elle dépose les signatures à la mairie du Havre, qui les reçoit favorablement. La société connaît une certaine croissance à cette date puisque son conseil est élargi de 7 à 11 membres.

L’action collective contre la guerre

37L’aspiration à la paix est forte dans les couches populaires urbaines et s’exprime par le biais de l’Ush et du Groupe socialiste havrais (Gsh), et parfois plus largement, par des organisations de jeunesse, les radicaux meyeriens et la mouvance chrétienne. On peut donc se demander pourquoi elle finit par céder au nationalisme.

38Chaque année, les divers syndicats et l’Ush organisent le Punch du Conscrit, une fête pour les jeunes travailleurs sur le point de partir au service militaire. On y diffuse des numéros spéciaux de La Voix du Peuple, organe de la Cgt, et du Pioupiou de l’Yonne, journal antimilitariste. Les syndicats collectent ensuite de l’argent pour envoyer la presse ouvrière à leurs membres sous les drapeaux, activité connue sous le nom d’œuvre du Sou du Soldat et jugée particulièrement subversive par les autorités.

  • 20 AN F7-13.343 : Agitation contre la loi des trois ans, 1913-1914.

39En septembre 1912, le congrès de la Cgt invite les travailleurs à répondre à toute déclaration de guerre par la grève générale. La grève du 16 décembre 1912 est conçue comme un avertissement destiné à montrer aux gouvernements ce à quoi ils peuvent s’attendre s’ils osent déclarer la guerre. Cependant, même au Havre, bastion syndicaliste révolutionnaire, la grève n’est pas aussi suivie que les militant l’espéraient. D’après la police, environ 3 000 ouvriers chôment, la plupart terrassiers ou journaliers du port.20

  • 21 AN F7-13.343 et avril 1913.

40Le gouvernement réagit en adoptant les lois Millerand-Berry contre l’agitation antimilitariste, lois qualifiées de “scélérates” par la Cgt, tandis que le Parti socialiste, sous l’impulsion de Jaurès, se mobilise contre la Loi des trois ans. Au Havre, l’Ush et le Gsh décident de faire cause commune. La mairie leur ayant refusé la salle Franklin pour un rassemblement, ils se rabattent sur la Maison du Peuple. Le tract d’appel illustre les arguments développés : il se plaint de ce que la loi occasionnera une dépense supplémentaire de 750 millions de francs tout en étant inefficace du point de vue de la défense nationale, et accuse le gouvernement de préparer la guerre. Environ 1 200 personnes assistent au meeting le 18 mars 1913.21 Deux conseillers municipaux socialistes, Le Chapelain et Combes, un député socialiste, Sixte-Quenin, et un secrétaire confédéral de la Cgt, Georges Dumoulin, y dénoncent la loi en des termes similaires à ceux du tract.

Tract de l'Ush et du Gsh de mars 1913

  • 22 mai 1913.

41Le succès de ce meeting imprime un élan à la campagne. Le 16 avril, huit cent personnes viennent écouter Sébastien Faure dénoncer “la caserne pour trois ans”. A l’occasion du 1er mai 1913, Vérités publie une gravure montrant des soldats français et allemands désobéissant à leurs officiers et fraternisant sous la légende “Plus de frontières !”22 Quelques jours plus tard, le gouvernement décide de différer la libération de la classe de 1911. L’Ush colle une affiche de la Cgt proclamant : “Un coup de force : les soldats libérables sont maintenus dans les casernes”.

  • 23 AN F7-13.343.

42Les républicains de gauche jugent l’éclat suffisamment inquiétant pour publier une affiche en réponse, expliquant pourquoi ils soutiennent la Loi des trois ans. L’armée décide de faire régulièrement des parades militaires dans les rues du Havre le samedi après-midi, en guise de propagande patriotique. Mais surtout, la répression s’abat sur les militants. Le 27 mai, le commissaire de la Sûreté ordonne des perquisitions à la Maison du Peuple, à l’imprimerie coopérative, et aux résidences des dirigeants de l’Ush, Briollet, Vallin, Hervieu et Chauvin, ainsi que chez des anarchistes connus, Bohler, Prévost, Fauny et Dupré. En même temps, la police cherche à décourager toute profession de foi antimilitariste en intimidant les individus. Ainsi, le 3 juin, un ouvrier qui s’est entretenu avec des soldats dans un café, est dénoncé par des informateurs, arrêté et condamné à la prison pour propagande antimilitariste. Le 14 juin, un cheminot isolé à Beuzeville, près du Havre, est licencié pour avoir signé la pétition contre la Loi des trois ans.23

43L’Ush réplique en placardant une dénonciation des “cambriolages du gouvernement” signée par les délégués de tous les syndicats, y compris ceux qui se sont tenus à l’écart de l’agitation antimilitariste. D’autres protestations émanent d’un meeting de 2 500 personnes, prévu à l’origine pour exiger la révision du procès Jules Durand. Les deux orateurs, le député radical Paul-Meunier, et Charles Marck condamnent la vague de répression en cours. Des motions contre les tentatives d’intimidation faites par le gouvernement sont adoptées au cours de réunions syndicales en juin 1913.

  • 24 Voir J.-J. Becker, Le Carnet B.

44C’est alors que Le Havre se trouve mêlé à “l’Affaire du Sou du Soldat”.24 Le gouvernement fait arrêter Marck et plusieurs autres dirigeants de la Cgt responsables du travail antimilitariste. Marck est enfermé à la prison de Rouen le 30 juin 1913, tandis que les autorités refusent à plusieurs reprises d’accorder des salles à l’Ush et au Gsh, qui veulent protester contre les arrestations.

45La Loi des trois ans est adoptée en juillet 1913. L’été suivant, le syndicat du bâtiment, organise quelques petites manifestations contre les parades militaires, ce qui entraîne l’arrestation de plusieurs de ses dirigeants. On a vu que son dirigeant, Vallin, a plaidé à Paris contre tout renouvellement des grèves de 24h. La Cgt se contente donc de recommander des rassemblements à l’automne. L’Ush en tient un le 14 novembre 1913, en présence de Léon Jouhaux. D’après la police, six cent personnes y participent et jurent de défendre les soldats poursuivis pour insubordination et les dirigeants de la Cgt arrêtés pour propagande antimilitariste.

  • 25 Prg 2/12/1914.

46La capacité de l’Ush à réagir est réduite par la défaite des dockers en décembre 1913. Elle laisse donc volontiers l’initiative sur cette question au Gsh qui se saisit de la visite d’Aristide Briand à la Porte Océane en février 1914 pour organiser une manifestation de rue. Les radicaux de Léon Meyer, qui ont maintenu leur opposition à la Loi des trois ans, approuvent l’idée et l’Ush suit. Afin de remonter la foule contre Aristide Briand, les organisateurs distribuent un vieux discours du politicien en faveur de la grève générale, et de nombreux sifflets en fer. Lorsque Aristide Briand arrive, des cris jaillissent A bas les assassins ! “A bas les renégats ! A bas les trois ans ! Durand ! Durand ! A bas le traître ! Vive la république ! Vive la révolution sociale !”25 Selon les estimations, on compte deux mille, six mille ou dix mille manifestants, et de nombreux curieux sur les trottoirs.

47Le danger de guerre est un des thèmes du 1er mai 1914, mais la journée marque un recul. La gauche havraise ne clarifie pas sa position sur les moyens de s’opposer à la guerre. Au cours du printemps 1914, Vérités traite surtout des affaires strictement corporatives. Quelques articles critiquent les mauvaises conditions de vie des conscrits dans les casernes, et soulignent la nécessité de la coopération internationale. Mais l’idée de riposter au déclenchement de la guerre par l’action n’est plus mise en avant. En juin et juillet, Vérités consacre une place encore moins importante aux affaires internationales. Le principal article de juillet 1914 explique la nécessité de construire des logements à bon marché. Un autre article, le premier d’une série sur “Les mines et la métallurgie en Normandie”, présente une étude savante qui regrette que les capitalistes et le gouvernement français aient permis aux intérêts allemands d’acheter des actions et de prendre le contrôle des mines de fer de la région caennaise.

48Quant aux socialistes, au Havre comme ailleurs, ils se divisent en juin et juillet 1914 sur la conduite précise qu’il convient d’adopter en cas de guerre. Jaurès a commencé sa tournée de rassemblements de masse contre la guerre dans toute la France. Il y défend la motion Vaillant-Keir Hardie, amendée par lui-même et adoptée par la Deuxième Internationale, en faveur d’une grève générale multilatérale simultanée afin d’imposer un recours à l’arbitrage international. Les guesdistes expliquent que cette position est irréaliste, mais ne proposent rien de précis à sa place.

  • 26 Prg, 25/7/1914.

49C’est dans ce cadre que le Gsh convoque un grand rassemblement à Franklin le 28 juin 1914. Là, Inghels, député guesdiste du Nord, et Jaurès expliquent les principaux aspects de l’attitude socialiste. Environ mille huit cent personnes y assistent.26 La Société chrétienne des amis de la paix, animée par Madame Huchet et son mari, un pasteur, exprime son soutien aux actions contre la guerre. Une semaine plus tard, le Gsh et la Fssi envoient Le Chapelain au congrès national du Psu qui doit instruire la délégation française au congrès socialiste international prévu pour août 1914 à Vienne. Le Havrais y défend la position de Jaurès, qui est adoptée par le congrès par 1 690 voix contre 1 174.

  • 27 Ibid.
  • 28 PH 20/7/1914.
  • 29 Prg 12/6/1914.

50De retour au Havre, Le Chapelain se heurte à une campagne de presse virulente contre la motion de Jaurès, dénoncée comme pro-allemande. En réponse, Hanriot souligne que la motion stipule que “les socialistes de tous les pays doivent l’accepter (la grève générale) et cela signifie les Allemands aussi”.27 Les républicains de gauche et les radicaux perçoivent l’ambiguïté de cette formule et font ressortir les arguments des guesdistes. Caspar-Jordan, éditorialiste au Petit Havre, tente de défendre Le Chapelain contre ses détracteurs en signalant que les socialistes placent leur foi dans la coopération internationale et les milices populaires, position que Caspar-Jordan considère comme utopique, mais non celle d’un traître.28 Les radicaux et les républicains de gauche enjoignent aux socialistes d’adopter une démarche plus constructive, et de se démarquer des boutefeux insurrectionnalistes. Ainsi, Caspar-Jordan complimente Le Chapelain sur l’excellent discours qu’il a fait sur les logements à bon marché.29

  • 30 Prg 1/8/1914.

51Comme la propagande de 1’Ush, celle du Gsh s’avère mal adaptée aux circonstances réelles du déclenchement de la guerre. Le Progrès concentre son attention sur le procès de Madame Caillaux, les remaniements ministériels à Paris et l’élection du nouveau maire Morgand, à la suite de la démission de Genestal. Certains articles prennent une tonalité patriotique. L’exemple le plus frappant se trouve dans un article du Progrès qui lie le patriotisme anti-allemand à l’anticléricalisme. Vers la fin du mois de juillet, le curé du petit village normand de Fontaine-la-Louvet est accusé d’espionnage au profit de l’Allemagne. Le Progrès envoie immédiatement un correspondant et publie son rapport en gros caractères, à la une : “L’Internationale noire : Rome d’abord, la France ensuite”.30 A l’heure où l’Internationale socialiste se trouve au centre des préoccupations du public, le titre laisse entendre que les socialistes français, au contraire, mettront la France d’abord.

52On verra au chapitre suivant que le type de propagande développé par l’Ush et le Gsh facilite leur ralliement à l’Union sacrée dans les circonstances d’août 1914. En effet, l’Ush ne s’étend ni sur la définition de ce que le mouvement ouvrier peut considérer comme une légitime défense face à une agression, ni sur les modalités de l’indépendance ouvrière dans ce cas de figure, mais sur les défauts de l’armée française. Quant aux socialistes, ils soulignent leur volonté de défendre la patrie, tout en affirmant que le peuple en armes est une défense plus efficace qu’une armée de conscrits enrôlés pour trois ans. Il est donc clair que, s’ils sont convaincus que la France est injustement attaquée, faute d’une milice populaire, ils confieront la tâche de défendre la nation à la seule armée réellement existante.

53La courbe de l'action pacifiste de 1911 à 1914 montre un certain recul, malgré un sursaut en juin et juillet 1914. Notons que le débat sur la guerre a lieu au sein de mouvements qui restent unis du point de vue organisationnel. Les prises de position ne correspondent pas à des courants figés et des logiques clairement opposées. Le contraste avec la polarisation extrême de l’après-guerre ne pourrait être plus net.

Les groupements politiques syndicalistes révolutionnaires

54Au sein de ces mouvements populaires larges à dimension politique se développent des groupements qui possèdent un programme de réforme du gouvernement et de la société, liés aux mouvances syndicaliste révolutionnaire, anarchiste ou socialiste.

  • 31 Voir J. Maîtron, Histoire du mouvement anarchiste en France 1880-1914. Louise Michel y a fait des c (...)

55Le courant syndicaliste révolutionnaire résulte de la fusion de deux composantes : l’une anarchiste, l’autre socialiste. Les anarchistes, et plus précisément les anarcho-syndicalistes, ont très tôt gagné des adeptes au Havre.31 Ils se distinguent par leur dévouement exclusif aux syndicats, que les autres libertaires accusent de favoriser le carriérisme et le “fonctionnarisme syndical”. Le meeting du 16 avril 1913 contre la guerre montre l’étendue de l’influence qu’ils ont acquise. Sébastien Faure, le dirigeant le plus en vue de l’anarchisme français, est l’orateur, la salle est présidée par Vallin, secrétaire de l’Ush, assisté de Votte, des maçons, et de Voisin, de la Ligue des droits de l’homme ; environ huit cent personnes y assistent et Faure recueille de nombreuses contributions à la Ruche, son école progressiste. Louis Legrain et Gustave Chauvin, des métallos, et Adrien Briollet, des enseignants, se réclament du même courant.

56L’autre composante du courant syndicaliste révolutionnaire est d’origine socialiste. Au Havre, la tendance dite “allemaniste” (de Jean Allemane, vétéran de la Commune, dirigeant socialiste) conduit de nombreux syndicalistes socialistes à se consacrer entièrement au travail syndical, laissant à d’autres socialistes, membres du Parti, la tâche de conquérir le pouvoir municipal. Ils pensent que les syndicats constituent un contrepoids salutaire aux dérives parlementaires de leur parti. On retrouve ce profil à la fois socialiste et syndicaliste révolutionnaire chez des fondateurs du mouvement syndical urbain comme Laville, premier secrétaire de la Fédération des syndicats du Havre, et Charles Marck, premier secrétaire de la Bourse du Travail, et plus tard, chez le dirigeant du Syndicat des membres de l’enseignement laïque, Paul Briard, actif au parti et à l’Ush, et surtout chez Louis François, qui se décrit en 1914 comme un socialiste sans parti.

57Jusqu’en 1912, ce courant syndicaliste révolutionnaire, uni dans le respect de la Charte d’Amiens adoptée par la Cgt en 1906, semble se satisfaire des structures syndicales. Il précise son message au public par le journal de l’Ush, Vérités, où il défend essentiellement la nécessité pour les travailleurs de s’unir dans les syndicats, de faire preuve de solidarité à l’égard de leurs camarades en grève, d’observer le 1er mai, de s’opposer au militarisme, de chercher à s’éduquer et de construire une société nouvelle fondée sur les syndicats.

58Mais à partir de 1912, une partie de ses membres constitue un groupe qu’il faut bien appeler politique. La notion d’organisation politique syndicaliste révolutionnaire est assez paradoxale puisque ce courant affirme que les syndicats sont à la fois l’instrument suffisant de lutte contre le capital et les cellules autour desquelles la société nouvelle se reconstruira, et qu’il déprécie l’action parlementaire et le parti socialiste, auxquels il oppose la grève générale. Mais avec le recul des luttes après 1911, l’Ush et les syndicats havrais rencontrent des difficultés à accomplir les tâches que le projet syndicaliste révolutionnaire leur impartit, ce qui déclenche un questionnement chez certains militants, sorte de version havraise de ce qu’on appelle au niveau national “la crise de la Cgt”. Nous avons relevé plusieurs moments où les difficultés de l’Ush semblent favoriser cette recherche d’un complément révolutionnaire.

59Déjà en 1910, 1911 et 1912, le rôle important de l’Ush dans les mouvements de toute la ville en défense de Jules Durand, l’action contre la vie chère, et la grève des marins et dockers, incitent l’Ush à réfléchir à un programme de réformes pour toute la région. L’effort débouche sur les vœux de l’Ush, adressés à tous les candidats aux élections municipales ; c’est une reconnaissance réticente de la nécessité d’influencer le cours de la consultation. Mais, même ce choix de garder une distance vis-à-vis des enjeux de l’élection entraîne les difficultés qu’on a déjà vues. Seule la liste socialiste promet de satisfaire tous les vœux de l’Ush. Celle des radicaux, dirigée par Léon Meyer, adapte son programme à certains vœux et ajoute le terme “syndicaliste” à l’intitulé de la liste. Pour éviter de paraître la cautionner, l’Ush est contrainte de publier :

  • 32 Prg 29/4/1912.

60“Un avertissement à Monsieur Meyer et à ses satellites... Le congrès (de l’Ush) a voté qu’aucun candidat ne pouvait revendiquer le titre de syndicaliste, et que toute liste intitulée “syndicaliste” ou portant cette étiquette ne pouvait être que l’œuvre de gens mal intentionnés et peu scrupuleux”.32

61Au faîte de sa puissance, dans une élection jugée cruciale pour le mouvement syndical, 1'Ush est incapable d’empêcher ses membres anarchosyndicalistes, socialistes et radicaux de tirer chacun dans leur sens.

62Les tensions se manifestent dans d’autres débats. Par décision du congrès de la Cgt de 1912, toutes les unions locales (UL) de syndicats sont obligées d’adhérer à une union départementale (UD). Il reste à déterminer quelle ville sera désignée comme siège de l’UD de Seine-Inférieure : Rouen ou Le Havre ? Quelle UL se chargera de publier le journal de l’UD et recevra la part du produit des ventes de timbres syndicaux destinée à l’UD ? Le débat, en apparence technique et géographique, acquiert une coloration politique car l’UL rouennaise est plutôt influencée par les socialistes, et l'havraise, par les syndicalistes révolutionnaires.

63Les délégués de Seine-Inférieure, réunis en congrès au Havre le 19 octobre 1913, décident par 51 voix contre 4, que l’UD siégera à Rouen, mais qu’elle sera représentée au Conseil confédéral de la Cgt par Charles Marck, Havrais et pilier de la majorité syndicaliste révolutionnaire. L’UD tient son deuxième congrès à Rouen en mars 1914. Cette fois, l’Union havraise réclame une subvention de l’UD, à déduire des cotisations versées par Le Havre, au titre des frais de publication de Vérités, alors reconnu comme journal de l’UD. La question est laissée en suspens jusqu’au prochain congrès, prévu pour février 1915.

  • 33 Voir Charles Marck, “Souvenirs”...

64La chute des effectifs, et donc des cotisations après 1911, pose le problème du paiement des permanents syndicaux qui sont souvent des syndicalistes révolutionnaires de premier plan. Le recoupement des trajectoires biographiques nous permet d’imaginer le dilemme de ces militants pris entre les difficultés et les avantages de leur apostolat. Ils sont loin d’avoir des biens ou réserves personnels, ou d’être ce que certains milieux anarchistes ou socialistes de gauche qualifient de bureaucrates syndicaux. Leur salaire est bas et leur position précaire, car sujette aux fréquentes et brutales fluctuations des effectifs, et à une procédure démocratique de réélection annuelle. Presque tous ont payé leur militantisme par des arrestations, et par l’inscription sur les listes noires des employeurs, ce qui rend difficile leur “retour à la vie civile”.33 Néanmoins, malgré ces contraintes, l’activité de délégué syndical les passionne, leur confère une grande autorité, et les met en relation avec toutes sortes d’individus qui peuvent les tirer d’un mauvais pas (désillusion, répression, épuisement moral ou physique). Ainsi, malgré les aléas de l’emploi, même à cette époque de faible développement du mouvement syndical et à cet échelon de responsabilité purement local, le permanent peut être tenté de garantir la survie de son poste en recherchant des appuis auprès des autorités municipales, ou par la voie de la concertation.

  • 34 Nous proposons ce néologisme inspiré par le terme “apostolat”.

65Nous avons trouvé entre huit et dix permanents dans l’Ush et ses syndicats en 1912. Il faut y ajouter environ cinq autres positions de permanents dans des fonctions associées, comme la clinique de l’Ush, l’imprimerie de l’Union, la Maison du Peuple, la coopérative. Enfin, les associations des asgb, apparentées à des syndicats mais en dehors de la Cgt, semblent avoir disposé d’un système élaboré de cotisants, et probablement d’un permanent. Il devient plus difficile de maintenir ces postes en 1913 et 1914. Dans le syndicat des camionneurs, deux secrétaires de suite, d’abord Le Bosquain, puis son successeur, sont contraints de démissionner faute de rentrées suffisantes de cotisations. Dans le Syndicat général des ouvriers du port, le secrétaire Hervieu est contraint de démissionner pour les mêmes raisons, et ses tâches sont reprises par le délégué aux ports de la Manche de la Fédération des Ports et Docks, François. Chez les marins, le trésorier Le Luron doit abandonner le “permanentat”34 au milieu de l’année 1913.

  • 35 AN F7-13.343 ; Vé juin 1914 ; Prg 31/1/1914.

66L’Affaire Geerooms illustre bien le syndrome “grandeur et misère du permanentat” qui frappe alors le syndicalisme révolutionnaire. Camille Geerooms, militant anarcho-syndicaliste, correspondant de La Vie ouvrière, a été secrétaire du syndicat des mouleurs, puis de l’Ush. Arrêté pendant la grève des mouleurs en 1909, il se voit confié, à sa libération de prison, la gestion de la clinique de l'Union. Dès 1912, des critiques se font jour, mais Charles Marck, à l’époque trésorier national de la Cgt, recommande de faire le silence sur le problème parce qu’il ne peut que porter préjudice à la cause. En 1914, on est forcé de constater que la clinique a perdu beaucoup d’argent ; elle doit être fermée en juin. Les réformistes murmurent que les syndicalistes révolutionnaires font de piètres administrateurs. Les socialistes ironisent sur le fait que Geerooms, le féroce antiparlementaire, gagne maintenant sa vie en posant des affiches pour les radicaux.35

  • 36 La Bataille syndicaliste, quotidien, organe semi-officiel de la majorité de la Cgt. Voir AN F7-13.6 (...)

67C’est face à ce complexe de concurrences idéologiques, de déceptions et de problèmes internes que certains syndicalistes révolutionnaires havrais montent un groupement à vocation politique, distinct des structures syndicales, probablement sur le modèle de ce que Pierre Monatte et d’autres qualifient de “minorités d’initiative”. Une soixantaine de membres de l’Ush, pour la plupart du bâtiment, forment en mars 1912, le groupe des “Amis de la Bataille syndicaliste”.36 Ses deux principaux militants sont Louis Parisot des terrassiers, et Raoul Lenôtre dit “Beaudoin” des journaliers du port. Le groupe distribue le journal, collecte des cotisations mensuelles de 0,25 franc, organise des réunions publiques, des fêtes et des excursions et influence notamment la Jeunesse syndicaliste. Il invite Raymond Péricat, dirigeant de la Fédération nationale du Bâtiment au Havre, et fournit des correspondants aux diverses revues syndicalistes révolutionnaires, y compris La Vie ouvrière.

Les anarchistes

  • 37 AN F7-13.054 : L’action révolutionnaire en France.
  • 38 AN F7-13.343.
  • 39 J. M. Cahagne, "La SFIO..."., p. 16.

68Nos informations sur le courant anarchiste proprement dit sont clairsemées, probablement comme le groupe lui-même. En 1911, un groupe anarchiste classé “communiste-anarchiste” affiche des heures de permanence régulières à la Maison du Peuple ; son principal dirigeant est Adrien Briollet.37 La même année, le journal Anarchie de tendance anarchiste-individualiste, annonce que son groupe tiendra tous les mercredis des “causeries populaires” à la Bourse du Travail.38 Il s’agit peut-être du même groupe. Que les anarchistes puissent user des salles et bureaux de la Maison du Peuple n’est pas chose inhabituelle. Les rapports entre anarchistes et socialistes de gauche sont cordiaux, voire étroits. Depuis 1900, les deux courants se retrouvent dans le groupe “Ni Dieu, ni maître”, dans les syndicats, les associations laïques et la Ligue des droits de l’homme ; ils ne se différencient qu’au moment des élections.39

  • 40 Ibid.
  • 41 Ibid.
  • 42 AN F7-13.057
  • 43 AMH-I2-7-13

69Les anarchistes participent énergiquement à la campagne contre la loi des trois ans au printemps 1913.40 C’est à la suite de ces activités qu ils tentent de se doter de structures nationales. En août 1913, la majorité des groupes anarchistes de France, y compris ceux des journaux Le Libertaire, Les Temps nouveaux, et Le Réveil anarchiste, fondent la Fédération communiste, anarchiste, révolutionnaire de la langue française (Fca).41 Peu après ce congrès, les journaux anarchistes publient de nouveau des annonces émanant du Havre, appelant les libertaires de la région à former un groupe. Six mois plus tard, un espion de la police rapporte que “le Belge Linotte”, “l’Italien Scaglia” et Henri Offroy, “tous inscrits au carnet B”, sont en correspondance avec la Fca et projettent de fonder un cercle havrais.42 Celui-ci voit enfin le jour le 15 avril 1914 quand ses onze membres élisent Maxime Letellier secrétaire. Le groupe commande des affiches de propagande contre les élections législatives du printemps 1914 et décide de présenter deux “candidats antiparlementaires” : Colin dans la première circonscription, et Loisel dans la seconde. Vingt-huit personnes, dont Verdière et Fauny, respectivement dirigeants des menuisiers et des journaliers du port, participent à une réunion publique le 18 avril. Bien que tous les bulletins nuls ne puissent être considérés comme émanant de sympathisants anarchistes, on peut signaler que 13 % des votes sont considérés nuls dans la 1ère circonscription, et 2,7 % dans la 2ème.43

  • 44 AN F7-13.343.

70Plusieurs associations opèrent dans la mouvance anarchiste : la Jeunesse syndicaliste du Havre s’occupe d’antimilitarisme et diffuse la doctrine “néo-malthusienne”, qu'elle distingue soigneusement de l'avortement, puisque celle-là ne vise “qu'a procréer volontairement” ;44 un club d'espérantistes cherche à promouvoir l’internationalisme ; la Société des Libres-Penseurs, La Raison organise des conférences publiques sur des thèmes comme : “La faillite des religions”, “Les preuves de la non-existence de Dieu”, et “La génération consciente”. La gauche catholique du Sillon est assez intriguée pour organiser un débat entre son leader national, Marc Sangnier, et l'anarchiste Sébastien Faure.

  • 45 Enrôlé en 1914 dans la Marine nationale, il sera accusé en 1916 d’intelligence avec l’ennemi. Innoc (...)
  • 46 AN F7-13.343.

71Enfin, la police remarque dans ces milieux Henri Offroy, un jeune de dix-huit ans, qu’elle qualifie de “révolutionnaire notoire45”. En 1913, il vit au 30 rue Beauverger, dans le quartier du port, avec son père et son frère, tous deux pêcheurs fréquemment en mer. D’après la police, il évite de tenir des réunions ou d’amener ses camarades chez lui. C’est Offroy qui commande les brochures et tracts anarchistes, et les distribue. Le 1er mai 1914, il prend la parole pour résumer la vie des martyrs de Chicago, à partir d’une de ces brochures. Il intervient également en faveur du contrôle des naissances et contre le militarisme en tant que membre de la Jeunesse syndicaliste.46

Le Groupe socialiste havrais

  • 47 Ils reçoivent 14,8 % aux élections municipales de 1896, un total de 12,9/u aux législatives de 1897 (...)

72La faiblesse relative du Parti socialiste au Havre est en proportion inverse de la force du syndicalisme révolutionnaire, les deux courants se développant en concurrence dans les mêmes milieux. Les premiers socialistes organisés sont signalés au Havre à la fin des années 1870 ; ils commencent à publier un journal local en 1891 et leurs candidats ont le plus de succès entre 1896 et 190047. Mais à partir de cette date, les socialistes sont affaiblis d’une part par des défections périodiques de leurs élus, qui ont tendance à rallier les partis radical et républicain de gauche, et, d’autre part, par l’écho grandissant des thèses anarcho-syndicalistes.

73En 1900, Denis Guillot, dirigeant socialiste, rejoint le parti radical et devient l’adjoint du maire radical Marais, élu en 1896, lui apportant les relations qu’il avait acquises dans la population ouvrière. Parallèlement, se forme le courant de Léon Meyer, dont la stratégie consiste à s'affirmer comme le serviteur des intérêts ouvriers. Ces deux phénomènes contribuent à faire chuter les résultats électoraux socialistes en dessous de 10 %. En 1904, nouvelle défection importante : Jules Jennequin, dirigeant socialiste et avocat ayant plaidé la cause des ouvriers, prend son indépendance pour soutenir les Républicains de gauche en tant que “socialiste républicain”.

  • 48 En 1914, il y a 29 groupes socialistes en Seine-Inférieure. La grande majorité des cotisants se tro (...)

74Les courants socialistes qui ne cèdent pas à cette tentation “millerandiste” se regroupent alors au sein du Groupe socialiste havrais (Gsh) puis de la Fédération socialiste de Seine-Inférieure (Fssi), et du Parti socialiste unifié (Psu) fondé en 1905. En 1914, le Gsh et les groupes de Graville, Harfleur et Montivilliers comptent ensemble entre 50 et 100 membres48. Ils ne jouissent d’aucun appui institutionnel dans la région de l’estuaire, n’y ayant aucun maire ou député. Leurs espoirs reposent sur la perspective d’augmenter le nombre de leurs conseillers municipaux : en mai 1912, ils sont passés de trois à cinq à Graville, et de zéro à trois au Havre (Le Chapelain, Allan, et Combes).

  • 49 Thiébaud, op. cit., Prg 4/4/1914 et numéro spécial commémoratif du 24/7/1915.
  • 50 Prg 20/1/1912.

75Présentons trois militants. La personnalité la plus dynamique du Gsh est sans conteste Hyppolite Hanriot. Né au Havre en 1870 et formé à l’Ecole supérieure du Havre, où il est un brillant élève, il se présente comme un publiciste, c’est-à-dire, un homme vivant de sa plume. Hanriot a adhéré au Parti ouvrier socialiste révolutionnaire de Jean Allemane dans les années 1890, formé le groupe “Ni Dieu, ni maître”, puis œuvré à l’unification des socialistes dans le Gsh en 1905. Il dirige l’hebdomadaire socialiste et écrit des pièces et articles satyriques, dont les cibles favorites sont l’Eglise et l’Armée. Un de ses contes, publié par épisode, s’intitule “Stanislas Bamboula, Missionnaire” et prétend décrire le dialogue entre un colonisé africain et un missionnaire qui tente de lui expliquer les mystères de la religion chrétienne. Sa pièce “Biribi” offre un tableau des camps de punition militaires africains où l’armée envoie les soldats récalcitrants ; elle est jouée au Théâtre du Peuple. Une des rares photos d’Hanriot le montre accueillant le dirigeant syndicaliste révolutionnaire anglais, Tom Mann, en 1902, au Havre. Il y apparaît assez robuste, le visage rond, arborant une grosse moustache mal taillée et un béret de style bohémien lui descendant sur les yeux.49 Hanriot rappelle à longueur d’articles la nécessité de l’indépendance de la classe ouvrière de toute attache bourgeoise. Ainsi, en 1907 et 1908, il s’oppose à la dérive de Jennequin vers les Républicains de gauche, et en 1912, il exalte le caractère très ouvrier des candidats de la liste socialiste. La même année, la question des rapports entre la franc-maçonnerie et le mouvement ouvrier ayant été posée, il souligne combien il est inconvenant que des socialistes aillent chercher auprès des loges des instructions sur la façon de voter aux élections ; la maçonnerie, affirme-t-il, est à l’agonie et il faut la laisser mourir en paix.50 On a vu que le problème est tout à fait réel au Havre. Mais l’œuvre principale d’Hanriot est la publication du Progrès, hebdomadaire qui tire à environ 4 000 exemplaires en 1912.

  • 51 Maîtron, DBMO, Willard, op. cit., p. 618; Prg 1912-1914.

76Gustave Descheerder, deuxième personnalité marquante du socialisme havrais, est né un an avant Hanriot, en 1869. Fils unique d’ouvriers belges, il grandit à Halluin dans le Nord, et est naturalisé français en 1895. Il adhère au parti guesdiste, le Parti ouvrier français, dans le Nord, mais s’oppose à une décision de son parti de soutenir un candidat radical. Il voyage ensuite aux Etats-Unis et s’établit au Havre vers 1900. Il y travaille comme ouvrier peintre en bâtiment avant de s’établir à sa propre enseigne à Sainte-Adresse. C’est en tant que président de la Ligue des droits de l’homme et du Comité de défense de Jules Durand qu’il se fait connaître dans la région de l’estuaire. Il écrit des articles brefs signés “Marirose” dont l’objet est souvent de se moquer des politiciens radicaux.51

  • 52 Prg 18/4/1914.

77L’étoile montante du socialisme havrais en 1912 est le charpentier de navire Charles le Chapelain, né en 1880 au Havre. Dans sa biographie pour les élections de 1914, Hanriot écrit : “Le Chapelain, enfant du Havre, ouvrier du rang ; n’a jamais cessé d’améliorer son éducation primaire par l’étude et est maintenant capable de discuter des grands intérêts sociaux et locaux avec une compétence que personne - pas même Monsieur Siegfried - n’ose lui contester. Au conseil municipal, il ne manque jamais une séance, aux dépens de son temps de repos, parce que, comme ses frères travailleurs, il ne peut compter que sur son salaire pour nourrir sa famille dans la dignité”.52 Dans les photos, Le Chapelain apparaît sérieux et rigide : le visage allongé et angulaire, les cheveux gominés et coiffés nettement vers l’arrière, habillé d’un large col blanc et d’une cravate. Apparenté à l’aile guesdiste du parti, on a vu qu’il est souvent critiqué par les anarcho-syndicalistes en raison de la faiblesse de la section des charpentiers de navire, faiblesse qui contraste avec ses discours en faveur d’un syndicalisme de masse sur le modèle allemand.

78On distingue quatre tendances chez les socialistes havrais. Les plus modérés, autour de Jules Jennequin, soutiennent les Socialistes indépendants ou Socialistes républicains. Jennequin se consacre à ce qu’il appelle le “travail utile” au conseil municipal, en liaison notamment avec le syndicat des marins.

  • 53 La Tribune havraise, avril 1912.

79D’autres sont plus proches des jauressistes. Jennequin, cherchant à exacerber les divergences au sein du Psu les décrit comme suit dans un article intitulé “Les divergences des unifiés”, dans lequel il critique violemment Le Chapelain qualifié d’adepte de la “pure doctrine de Jules Guesde” et d’antirépublicain. Mais il ajoute : “Le citoyen Combes, au contraire, semble capable de différencier les réactionnaires, les progressistes et les libéraux. Faute de pouvoir soutenir un des siens, il soutiendrait, si le besoin s’en faisait sentir, celui qui lui donnerait le plus de garanties du point de vue laïc et social. C’est précisément la thèse de Jaurès et reste peut-être l’essence de sa pensée, malgré les anathèmes des congrès d’Amsterdam et de Nancy contre tous ceux qui ne poseront pas comme adversaires irréductibles des fractions républicaines de la bourgeoisie”.53 Deux dirigeants syndicaux de premier plan sont probablement aussi jaurressistes : Montagne et Allan. En outre, tant le représentant de la Fssi au conseil national du Psu, Pierre Renaudel, que le principal dirigeant de la Fssi, Eugène Tilloy, détenteur de plusieurs fonctions électives à Sotteville, sont des jauressistes et souhaitent une intervention parlementaire plus vigoureuse.

  • 54 Prg 10/6/1911.
  • 55 Prg 27/12/1913

80On trouve ensuite des guesdistes. En 1911, le Gsh organise un débat public entre les députés Goude, guesdiste, et Raffin-Dugens, jauressiste, devant environ quatre cent personnes.54 Les guesdistes semblent être le seul courant qui juge important d’opposer des candidats ouvriers aux candidats bourgeois à toutes les élections. Alors que les autres tendances havraises s’intéressent surtout aux municipales, les guesdistes trouvent toujours un candidat pour se présenter aux cantonales et aux législatives. Abel Viandier, guesdiste et secrétaire du Cercle des coopérateurs du Havre, explique en 1912 que le Psu doit devenir un parti de classe, cite le SPD allemand et son journal, Vorwärts, en modèles, et conclut qu’il ne doit pas y avoir de réhabilitation des radicaux faillis.55 En janvier 1914, dans le débat préparatoire au congrès national du parti, Le Chapelain, Baudry et Viandier soutiennent la motion de la Haute-Vienne, bastion guesdiste, condamnant toute alliance avec les radicaux.

  • 56 Prg 6/4/1912.
  • 57 Prg 9/3/1912.

81Enfin, la tendance dominante du socialisme havrais est l’allemanisme. L’accent qu’Allemane met sur le travail syndical et le pouvoir municipal a inspiré Laville, Marck, François et Hanriot. Allemane lui-même est invité au Havre en avril 1912 pour encourager les candidats socialistes et Le Progrès publie son éditorial “A l’action !”56 La méfiance que les allemanistes manifestent à l’égard des intellectuels, et leur désir de voir les ouvriers manuels prendre la direction des affaires ont de toute évidence présidé au choix des candidats : Henry Préfossé, lui-même professeur, écrit à ce propos : “... si j’avais à choisir entre deux socialistes également intelligents et engagés lors d’un congrès fédéral, je donnerais la préférence au manuel sur l’intellectuel”.57

82En décembre 1913, Allemane scissionne du Psu et fonde un petit parti révolutionnaire opposé à la collaboration avec les radicaux et au parlementarisme, mais ses anciens partisans au Havre ne rejoignent pas ce parti, du moins avant que la déclaration de guerre ne le fasse disparaître. Le courant allemaniste est animé en Seine-Inférieure par Ernest Lepez, fondateur et organisateur de la Fssi. Lepez est un comptable et un employé de coopératives à Rouen puis à Fécamp. Il donne des articles humoristiques écrits en patois cauchois aux journaux socialistes de la région. Paul Briard, enseignant syndicaliste et socialiste, peut aussi être classé dans ce courant ; il est l’un des deux délégués de la Fssi au congrès du Psu en janvier 1914.

83Les socialistes participent activement à plusieurs mouvements sociaux. Leur principal effort se porte sur le mouvement syndical au sein duquel la plupart d’entre eux ont établi un modus vivendi avec les anarcho-syndicalistes. Ils ont marqué plus particulièrement de leur empreinte certaines corporations, et plusieurs d’entre eux sont des dirigeants reconnus, notamment Montagne chez les marins, Allan chez les cheminots, Combes chez les postiers, Le Chapeleain chez les charpentiers de navire, Paul Mourgues chez les ouvriers des raffineries, et Albert Goré chez les travailleurs du tabac.

84Au-delà, les socialistes animent le mouvement coopérateur havrais, des associations de quartier, notamment laïques, et des comités à l’échelle de la ville, comme la Ligue des droits de l’homme, le Comité de défense de Jules Durand. Ernest Genet et d’autres socialistes s’occupent des fêtes et spectacles à la Maison du Peuple. Genet est aussi président de la société de la Libre-Pensée havraise “La Raison”. Enfin les socialistes tentent de mettre en valeur leurs nouveaux élus au conseil municipal en accordant une publicité à leurs critiques faites au nom des travailleurs, ainsi qu’à leurs propositions constructives.

85Les campagnes électorales sont l’occasion de gros efforts de propagande. Le Gsh veut présenter une image très ouvrière aux municipales de 1912. Sur les trente-six candidats de sa liste, on peut identifier les catégories suivantes qui correspondent probablement aux bases réelles du parti dans la population : onze métallos, six cheminots, quatre postiers, trois ouvriers du bâtiment et trois ouvriers du port. Le reste se compose d’employés et d’ouvriers d’industries diverses. Entre 1912 et 1914, les socialistes obtiennent environ 10 % à 12 % des voix des électeurs au niveau de la ville. Lors des élections législatives de 1914, ils font des efforts particuliers pour s’adresser aux exploitants et ouvriers agricoles des cantons ruraux du Pays de Caux, mais sans grand succès. Les résultats socialistes sont faibles dans les 1er et 2ème cantons, bons dans le 3ème, c’est-à-dire celui des quartiers de l’Eure et Demidoff, et encore meilleurs dans le 4ème, celui de Graville. Mais même dans ces quartiers populaires où ils obtiennent leurs meilleures performances, ils sont devancés par les radicaux et le taux d’abstention est élevé.

Diversité de l’action, irrégularité des engagements

86Nous avons montré, dans ce tableau de l’action collective des couches populaires, une grande diversité des secteurs en mouvement, des préoccupations immédiates et des engagements politiques. Il nous semble cependant que cette diversité relève d’une culture commune. Même les pratiques plus politiques, à tonalité syndicaliste révolutionnaire, anarchiste, socialiste voire radicale, paraissent organiquement liées aux phénomènes tels que l’adhésion au syndicat, la participation aux grèves, ou la surveillance des prix au marché. Toutes ces activités se déroulent dans les mêmes lieux, réagissent à des rythmes économiques et politiques voisins, tirent leur force de réseaux semblables, et entraînent souvent les mêmes personnes. Toutes se réfèrent à une même culture du juste prix, du juste salaire, de la coutume ouvrière, des droits de l’individu, et de la responsabilité des gouvernants. Cette convergence des pratiques justifie à nos yeux, l’utilisation du terme de classe ouvrière, non pas au sens étroit d’ouvriers manuels ou d’usine, tels qu’ils apparaissent dans les catégories socio-professionnelles des recensements ou les stéréotypes du roman réaliste socialiste, mais au sens large de communauté des salariés et de leurs réseaux familiaux et conviviaux.

87L’organisation de ces milieux est très inégale. On a repéré de larges secteurs peu touchés par le mouvement syndical proprement dit : ouvriers spécialisés des grandes usines, salariés des petites entreprises et de l’artisanat, secteur public hormis une minorité d’ouvriers et d’enseignants, employés de bureau, ouvrières du textile. On a vu que la syndicalisation est souvent sporadique, même chez certaines catégories de dockers : les salariés participent aux grèves en bien plus grand nombre qu’ils n’adhèrent aux organisation. Quelques groupements plus combatifs et structurés émergent : les dockers, les marins, les terrassiers, les ouvriers qualifiés de la construction navale et des usines métallurgiques, les cheminots, les ouvrières des tabacs, les typographes.

88Néanmoins, ce mouvement syndical se trouve au centre de la communauté ouvrière. C’est lui, le plus souvent, qui entraîne les autres, au travers de l’Ush dans les mobilisations larges comme le 1er mai ou le soutien aux grandes grèves. Ses dirigeants parlent de la grève générale. Parfois, ils n’entendent par-là que l’extension d’un conflit au-delà des frontières d’un métier dans une ville. Le phénomène est réel dans certaines branches comme en témoignent les grèves communes et la création de syndicats généraux sur le port, chez les marins et dans le btp. On a vu également une grève de solidarité des dockers avec les marins en 1912, et même quelques essais de grève générale de toute la ville en 1910, contre la condamnation de Jules Durand. Enfin, les Havrais ont participé à des tentatives d’arrêt de travail de 24 heures dans toute la France : celles des journées du 1er mai, mais aussi en soutien à Jules Durand en 1910, et contre la guerre en décembre 1912. L’idée s’est répandue, mais la pratique ne s’est pas instaurée : ce sera l’un des grands changements de l’après-guerre.

89Enfin, les divisions organisationnelles et politiques ne s’ordonnent pas selon un modèle bipolaire. Il y a bien des secteurs plus ou moins combatifs, plus ou moins socialistes, syndicalistes révolutionnaires ou radicaux, mais les frontières sont floues et les engagements intermittents. Les organisations du secteur public et des employés sont séparées de celles du gros des salariés, qui se sont regroupées dans une seule union locale, l’Ush, et une seule confédération syndicale, la Cgt. Celle-ci n’est doublée, dans le domaine politique, que par un seul grand parti se réclamant aussi de la classe ouvrière, le Psu, qui est comparativement faible au Havre. Les courants modérés sont forts, mais dispersés à l’intérieur et à l’extérieur de l’Ush et du Gsh et autour des radicaux et des républicains de gauche. Les courants révolutionnaires dominent nettement l’Ush, moins clairement le Gsh, mais il est déjà clair qu’il existe un décalage entre les paroles et les actes. Un courant anarchiste s’est formée à gauche du Gsh. Les femmes sont mal intégrées aux structures de l’Ush et du Gsh. Les organisations havraises sont relativement indépendantes des structures départementales sises à Rouen, et même des quartiers généraux parisiens, sauf dans quelques branches déjà très centralisées, comme les chemins de fer. Toute cette diversité est gérée par les organisations, dans la plupart des cas, dans un esprit unitaire et pluraliste.

Notes

1 Pour une discussion de l'importance du 1er mai comme signe de la conscience de classe ouvrière, voir E. J. Hobsbawm, “The Transformation of Labour Rituals”, dans Workers : Worlds of Labour.

2 Cette Fédération des Syndicats est rebaptisée Union des Syndicats du Havre (Ush) en 1906. Après son expulsion de Franklin, elle emménage dans la Maison du Peuple créée par les socialistes, tout en gardant le projet d'établir une Maison des Syndicats entièrement indépendante.

3 Prg 5/5/1919.

4 Prg 5/5/1913 ; AN F7-13.619.

5 AN F7-13271 : 1er mai 1914 ; Hu 2/5/1914.

6 P. Monatte, La Lutte syndicale, p. 122.

7 J. Legoy III, p. 226.

8 Voir J.-P. Lousse et J. Legoy III.

9 Jean Legoy va dans le même sens en notant que le taux d’abstention est particulièrement élevé en 1893, pendant la campagne de Boulanger contre les institutions parlementaires de la République, Legoy III, p. 226.

10 Voir les chiffres du PH 4/8/1913 et 27/4/1914.

11 Voir C. Brassy, “Léon Meyer”, et Dictionnaire des Parlementaires français (1889-1940). Tome VII : M.N.O.P.Q., Paris, 1972, p. 2450.

12 Jules Mariole, Edouard Piquet et Eugène Hubert, du Syndicat des Pilotes de la Seine ; Pierre Rellan et Henri Basile, secrétaires des deux syndicats des asgb ; A. Le Bosquain, A Routel et H. Fouache, camionneurs ; A. Noël, cheminot ; Charles Vasseur, ancien président de la Société d’aide mutuelle des employés des Docks et Entrepôts ; Charles Laine, ancien président de la Société d’aide mutuelle des établissements Schneider ; Auguste Basile, ancien conseiller prud’homme et ancien secrétaire du syndicat des ouvriers du port. Avh, Kl, carton 2, liasse 4 : Elections municipales des 5 et 12 mai 1912.

13 Prg 23/4/1912.

14 Editorial “N’avez-vous pas honte ?” Prg avril et mai 1912.

15 DH, 7/8/1913.

16 .Prg 15/8/1913.

17 “Le mouvement socialiste féminin en France”, Prg 17/7/1914, 25/6/1914 et 29/6/1913.

18 J. Rabaud, Histoire des féminismes français, p. 217.

19 Annuaire Micaux Le Havre, 1911, p. 675 ; Prg 11/7/1914.

20 AN F7-13.343 : Agitation contre la loi des trois ans, 1913-1914.

21 AN F7-13.343 et avril 1913.

22 mai 1913.

23 AN F7-13.343.

24 Voir J.-J. Becker, Le Carnet B.

25 Prg 2/12/1914.

26 Prg, 25/7/1914.

27 Ibid.

28 PH 20/7/1914.

29 Prg 12/6/1914.

30 Prg 1/8/1914.

31 Voir J. Maîtron, Histoire du mouvement anarchiste en France 1880-1914. Louise Michel y a fait des conférences dans les années 1890. Victime d’un attentat, elle a pardonné à son agresseur, geste qui contribua sans doute à sa légende (J. Legoy III, p. 433 et E. Thomas, Louise Michel.)

32 Prg 29/4/1912.

33 Voir Charles Marck, “Souvenirs”...

34 Nous proposons ce néologisme inspiré par le terme “apostolat”.

35 AN F7-13.343 ; Vé juin 1914 ; Prg 31/1/1914.

36 La Bataille syndicaliste, quotidien, organe semi-officiel de la majorité de la Cgt. Voir AN F7-13.619.

37 AN F7-13.054 : L’action révolutionnaire en France.

38 AN F7-13.343.

39 J. M. Cahagne, "La SFIO..."., p. 16.

40 Ibid.

41 Ibid.

42 AN F7-13.057

43 AMH-I2-7-13

44 AN F7-13.343.

45 Enrôlé en 1914 dans la Marine nationale, il sera accusé en 1916 d’intelligence avec l’ennemi. Innocenté, il revient au Havre en 1919 et devient un dirigeant anarchiste.

46 AN F7-13.343.

47 Ils reçoivent 14,8 % aux élections municipales de 1896, un total de 12,9/u aux législatives de 1897, dont 8,6 % au candidat allemaniste Laville, et 4,3 % au candidat guesdiste Castanier. J. Legoy III, p. 175-178, 244.

48 En 1914, il y a 29 groupes socialistes en Seine-Inférieure. La grande majorité des cotisants se trouve dans la région de Rouen et d'Elbeuf. En 1912, les effectifs du Fssi s’élèvent à 695 ; en 1913, à 800. J. M. Cahagne, op. cit., p. 115 et sq.

49 Thiébaud, op. cit., Prg 4/4/1914 et numéro spécial commémoratif du 24/7/1915.

50 Prg 20/1/1912.

51 Maîtron, DBMO, Willard, op. cit., p. 618; Prg 1912-1914.

52 Prg 18/4/1914.

53 La Tribune havraise, avril 1912.

54 Prg 10/6/1911.

55 Prg 27/12/1913

56 Prg 6/4/1912.

57 Prg 9/3/1912.

Table des illustrations

Légende Tract de l'Ush et du Gsh de mars 1913
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11889/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 568k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search