Version classiqueVersion mobile

Dockers, métallos, ménagères : Mouvements sociaux et cultures militantes au Havre (1912-1923)

 | 
John Barzman

Première Partie. Mouvements sociaux et cultures militantes au Havre après l’Affaire Durand (environ 1912 à 1914)

Chapitre 2. Le pain quotidien

Texte intégral

1En effet, c’est en interaction avec les élites et dans les conditions matérielles décrites au chapitre précédent que se développent les cultures militantes du petit peuple havrais. Nous nous attacherons maintenant d’une part à montrer la grande variété des pratiques et organisations de cette population en 1912, et d’autre part à déterminer dans quelle mesure des courants modérés et radicaux se sont différenciés et polarisés au sein de cette diversité. Pour la commodité de la présentation, nous avons distingué deux catégories de pratiques, celles qui relèvent de l’action collective visant à améliorer les circonstances immédiates des participants (chapitre 2), et celles qui relèvent de l’action collective visant à des changements de gouvernement ou de société (chapitre 3). Cette distinction n’implique ni l’antériorité des unes par rapport aux autres, ni leur séparation par des frontières étanches.

  • 1 La Voix du Peuple, 23/12/1912.
  • 2 Voir chapitre 3.
  • 3 Nous avons rapporté le nombre des adhérents syndicaux à notre estimation du nombre des salariés. L’ (...)

2Voyons d’abord “l’action corporative” des syndicats, par opposition à leur action de transformation sociale. La distinction de ces deux aspects de l’action collective dans le cadre professionnel est d’autant plus difficile que le courant syndicaliste révolutionnaire cultive l’ambivalence dans ce domaine. Or, quand la Cgt choisit de tenir son congrès dans le grand port normand, en septembre 1912, et proclame : “Le Havre marche en tête du mouvement syndical français”,1 ce n’est pas seulement le grand nombre d’adhésions enregistrées en 1911 qui motive son hommage, mais aussi l'orientation idéologique du mouvement ouvrier local. Le Havre est alors un phare du syndicalisme révolutionnaire, comme Roubaix et Limoges sont des phares du guesdisme.2 Les dirigeants de la Cgt voudraient montrer, au travers du cas havrais, que leur philosophie n’est pas incompatible avec un recrutement syndical de masse. En effet, le taux de syndicalisation moyen des salariés au Havre se situe alors autour de 14 %, moyenne assez élevée pour la France et pour l’époque, avec des pointes beaucoup plus fortes dans certaines branches. Ces chiffres apparaissent d’autant plus remarquables quand on les compare à la faiblesse du vote socialiste : environ quatre membres et demi de la Cgt au Havre pour chaque électeur socialiste3.

3Cette syndicalisation est-elle aussi forte et aussi liée au syndicalisme révolutionnaire qu’elle le paraît ? Un examen plus rapproché permet de constater premièrement une forte inégalité dans la répartition des taux de syndicalisation et des grèves, avec d’une part, cinq branches dotées de syndicats puissants, et d’autre part de larges zones “d’asyndicalisation” et de paix sociale, et, deuxièmement, que les options politiques des animateurs correspondent à des choix complexes, non figés, compréhensibles uniquement dans le contexte des conversations stratégiques de leur milieu. Commençons par les cinq branches les plus syndiquées.

Les marins

  • 4 AN F7-13.619. Nous avons choisi, sauf exception expressément signalée, de baser les chiffres d'adhé (...)

4Le syndicat des marins et pêcheurs, affilié à la Fédération nationale des Syndicats maritimes (Fnsm) et à la Cgt, est l’un des plus solides du Havre. En 1913, il œuvre à la fusion de deux composantes dont la force numérique est représentée ci-dessous4 :

métiers

salariés

syndiqués

% syndiqués

inscrits

5 200

605

11,5 %

asgb

2 300

1 300

56,5 %

total gens de mer

7 500

1 905

25,4 %

5Les inscrits maritimes (qui peuvent être pêcheurs, marins du commerce, ou réquisitionnés par la marine nationale) ont établi leur syndicat par une grève massive en 1900. Celui-ci a ensuite fusionné avec des syndicats maritimes déjà existants, issus des métiers plus qualifiés de la marine marchande, en conformité avec la politique de la Cgt de favoriser les structures englobant toute une branche. Parallèlement, les agents du service général à bord (asgb) (c'est-à-dire le personnel navigant de type hôtellerie-restauration des paquebots) ont construit un syndicat professionnel distinct, à direction modérée, qui est resté en dehors de la Cgt. En 1912, ce syndicat commence à négocier sa fusion avec celui des marins Cgt, fusion qui entrera dans les faits vers la fin de la guerre. Les deux syndicats possèdent un local sur le port, à partir duquel ils tentent d'imposer une liste d'embauche équitable aux armateurs.

  • 5 Legoy III, p. 383, s'appuyant sur Avh 12, c7,16.

6L’action collective des marins ne se limite pas au syndicalisme bien ordonné. Ils démontrent leur dynamisme en 1912, lors d'une grève pour une augmentation de salaire, qui dure du 9 juin au 13 août. Déclenchée par un arrêt de travail de l'équipage du paquebot “France” de la Transat au Havre, c'est-à-dire partie de la base, la grève s'étend à d'autres ports de France. Les dockers la rejoignent, par solidarité. Cette entente assez inhabituelle entre dockers et marins menaçant de bloquer entièrement le trafic maritime, les autorités publiques décident de faire occuper le port par la troupe. L'épisode prend un aspect insurrectionnel puisqu'une barricade est alors érigée à Saint-François. La police et les gendarmes sont accueillis par des jets de pierre. On signale même deux femmes portant des drapeaux rouges marchant en tête d'un assaut contre un poste de police.5

7Bien que la grève se termine par des concessions que le syndicat ne juge pas satisfaisante, elle sert de signal d'alarme aux responsables nationaux de la navigation commerciale. Des commissions d'arbitrage de la marine marchande existent depuis 1909 ; le Parlement en étend les attributions. Anatole De Monzie, député et spécialiste des affaires maritimes, établit une commission nationale pour enquêter sur les pratiques d'embauche dans la branche maritime. Les députés socialistes Fernand Bouisson, de Marseille, et Marcel Sembat, de la région parisienne, proposent de créer une flotte d'Etat, afin de fournir un modèle de bonnes relations du travail aux flottes privées.

8Il semble que certains secteurs de la Fnsm soient alors tentés par la collaboration à ces projets. Victor Delille, par exemple, un des dirigeants du syndicat des marins havrais, est condamné par le 21ème congrès de la fédération pour son rôle dans cette commission d'enquête, mais son syndicat d'origine, au Havre, le défend. Les autres dirigeants marins havrais sont plus prudents dans leurs activités au niveau national, tout en restant ouverts à des formes de collaboration avec les partis bourgeois au niveau local. Les deux dirigeants des asgb Pierre Rellan et Henri Basile sont moins réservés et figurent sur la liste radicale aux élections municipales de 1912.

9Mais les marins suivent avant tout Auguste Montagne. Né en 1878, il apparaît, dans les photos de 1913, de haute taille, brun, fort, les traits composés, avec une moustache. Fondateur du syndicat des marins du Havre en 1900, il est donc à la tête du syndicat depuis treize ans et jouit d’une grande popularité parmi les marins, en tête desquels il défile le Premier mai. Socialiste et membre de la loge des francs-maçons, il aide à animer les sections du Parti socialiste de la région en même temps qu’il entretient des relations amicales avec les Radicaux. Aux élections municipales de 1912 au cours desquelles la concurrence entre radicaux et socialistes est très dure, il refuse, bien que membre du Parti socialiste, de figurer sur la liste socialiste.

10Si la disposition évidente d'Auguste Montagne à la concertation avec les autorités responsables de la marine marchande et aux alliances avec le Parti radical ne s'est pas pleinement développée, c'est probablement en raison de l’influence de militants et dirigeants comme A. Le Luron, le trésorier, qui signe régulièrement les appels syndicalistes révolutionnaires. De même, lors de la grève des marins et dockers de 1912, c’est Charles Marck, ancien dirigeant de l’Union des Syndicats du Havre devenu trésorier national de la Cgt, que la confédération envoie dans le port normand pour épauler les syndicats locaux. Or, Charles Marck, bien que formellement membre du Parti socialiste, est un des antimilitaristes et syndicalistes révolutionnaires les plus marqués. Auguste Montagne doit donc naviguer entre, d'une part, le syndicat des asgb, massif, cotisant régulièrement et très lié aux radicaux, et d'autre part, une partie de la base prête à la grève, et ses collaborateurs révolutionnaires à la direction du syndicat et de l'Ush. L’organisation des marins restera solidement dans la mouvance des syndicalistes modérés jusqu’en 1921.

Les dockers

  • 6 Voir J. Barzman, “Culture des métiers du port du Havre 1910-1914”, Bulletin de la Société libre d'é (...)

11Le Syndicat général des ouvriers du port (Sgop) est le plus nombreux du Havre et celui qui imprime son style le plus nettement au mouvement ouvrier local. Il concrétise la volonté d’unité de six spécialités :6

  1. les journaliers, embauchés à la journée comme leur nom l’indique, à qui la coutume confie le chargement et le déchargement des marchandises diverses, mais qui peuvent compléter le personnel d’autres catégories, en cas de besoin ;

  2. les commis du port, qui pèsent, échantillonnent et comptent les marchandises ;

  3. les charbonniers, qui transportent le combustible des navires aux chantiers et vice-versa ;

  4. les camionneurs qui n’ont pas de contact avec le navire puisqu’ils véhiculent la marchandise entre les quais et les entrepôts ;

  5. les voiliers, qui raccommodent les bâches, tentes et sacs ; et

    • 7 Voir AN F7-13.619, 13.699, 13.701 et 13.877 ; Avh F2, c10, 11 à 15, F2, cl2, 12, c7 ; C. Marck, “Su (...)

    les ouvriers des Docks et Entrepôts qui manutentionnent les marchandises à l’intérieur des magasins. Les six anciens syndicats de métiers se sont amalgamés en 1913 pour devenir des sections du Syndicat général.7

  • 8 Le taux de syndicalisation des ouvriers des Docks et Entrepôts, qui atteint environ 50 % en 1911, t (...)

métiers

salariés

syndiqués

 % syndiqués

journaliers

3 500

2 536

70 %

commis du port

150

85

57 %

charbonniers

550

230

42 %

camionneurs

1 200

330

28 %

voiliers

400

55

14 %

ouvriers des Docks et Entrepôts8

1 100

35

3 %

total port

7 000

3 271

47 %

12Les magasiniers ne sont pas aussi exceptionnels qu’ils le paraissent dans ce tableau : la syndicalisation de tous les ouvriers du port reste très fluctuante, remontant largement à l'occasion des grèves, ou se réduisant à un noyau dur après les défaites.

  • 9 P. Stearns, Revolutionary Syndicalism and French Labor, p. 91.

13En 1910, les divers syndicats du port établissent des conventions de trois ans couvrant la période d'août 1910 à août 1913. Ces conventions sont citées par l'historien américain Peter Stearns comme preuves que le syndicalisme se fait plus modéré et les relations professionnelles plus coopératives.9Or, si l'on suit le déroulement complet de l'affaire au niveau local, on constate que ces contrats sont obtenus par des luttes très dures et ne restent en vigueur qu’au prix d’une guérilla sociale constante sur les quais.

  • 10 Henri Vallin, “La grève des dockers du Havre”, Vé, janvier 1914.

14Les ouvriers du port ont obtenu la journée de 8 heures en 1900. En 1909, ils engagent une longue grève pour obtenir une hausse de salaire de 5,50 francs à 6 francs/jour. Cette grève échoue mais les ouvriers continuent la lutte par des interventions syndicales répétées sur les lieux mêmes du travail. Deux mille six cent d’entre eux adhérent ou réadhérent au syndicat, lui permettant d'engager deux délégués syndicaux à plein temps. La pression montant dans tous les métiers du port, les employeurs font des concessions en août 1910. Telle est l’origine des conventions de 1910.10

  • 11 La peine de Durand est commuée à une peine de prison, mais le sentiment d'injustice et d'impuissanc (...)

15Mais tous les manutentionnaires n’appliquent pas ces conventions avec la même rigueur. La Transat, surtout, a d'autres projets puisque, le 18 août, elle introduit un transbordeur de charbon. Les charbonniers, dirigés par Jules Durand, essayent d'obtenir des dédommagements et une grève éclate. Peu après, un ouvrier qui refuse de faire grève est tué au cours d'une rixe entre ivrognes. Jules Durand est arrêté, accusé de meurtre et condamné à mort. Le verdict provoque une immense protestation au Havre, y compris une grève générale de solidarité et des grands rassemblements de rue quotidiens11. C'est cette mobilisation extraordinaire qui explique pourquoi les conventions de 1910 ne sont pas remises en cause par les employeurs pendant deux ans et prennent l’allure de droits acquis. Malgré quelques accrochages en 1911 et 1912, ce n’est qu'en août 1913 que l’Union des employeurs, nouvellement créée à cet effet, refuse de prolonger l’entente avec le Syndicat général et se lance dans l’aventure de la création d’un Office du travail, dont elle écarte les militants syndicaux.

  • 12 AN F7-13.619.

16Les ouvriers du port temporisent jusqu'à ce que la récolte de coton arrive. “Soudain, le 12 décembre, mille cinq cent journaliers employés à décharger le grain et le coton cessèrent le travail et exigèrent que le contrat rejeté par les employeurs soit appliqué”, écrit Italiani.12 Le 16, on dénombre deux mille trois cent grévistes. Mais, le 21, avec l'approche de Noël, la plupart des voiliers, des camionneurs et des charbonniers se retirent de la grève. Le 27, les ouvriers du port votent officiellement la reprise du travail. Des récriminations surgissent entre les différents métiers à propos des responsabilités de cette dure défaite.

17Les employeurs profitent du recul syndical pour tenter de briser définitivement le syndicat. Le 1er février 1914, l’Uemop ouvre finalement son Office du travail avec le but affiché de contourner complètement les pratiques d'embauche et de travail syndicales. Le 6 mars, cet Office a enregistré deux mille membres. C'est alors que la Fédération nationale des ports et docks, dirigée par Puyjalon et Vignaud, craignant que ses appuis dans un port décisif de la France ne s'effritent, décide que Louis François, son délégué pour les ports de la Manche, concentrera ses efforts exclusivement sur Le Havre, et envoie Charles Marck en renfort. Les deux permanents organisent des réunions syndicales sur les quais mêmes du port ; des conflits s'ensuivent quand les employeurs et la police municipale cherchent à les déloger. La situation sur le port demeure donc agitée quand la guerre éclate en août 1914. Cet aperçu de cinq années de relations professionnelles montre bien que, loin d'évoluer vers la paix industrielle, la situation est caractérisée par un rapport de forces tendu, émaillé d’accrochages fréquents.

18Le Sgop est, avec le syndicat du Bâtiment, le support principal de l’Union des syndicats et lui imprime sa culture militante. Ses membres ont élu des dirigeants dont les opinions vont de l'anarchisme au radicalisme, mais qui s’affirment tous syndicalistes révolutionnaires. Le plus connu, Charles Marck, socialiste d’inspiration allemaniste, a contribué à fonder le syndicat havrais, l’Union locale puis la Fédération des Ports et Docks. Depuis qu’il a quitté Le Havre en 1903, il participe à la direction confédérale de la Cgt, comme trésorier et délégué en province. Mais il revient souvent au Havre, à l'occasion de grèves et de congrès, comme en 1912 et 1914. Après son départ, Louis François s'affirme comme le principal dirigeant local. Né au Havre en 1867, il apparaît, dans les photographies prises en 1914, assez petit, portant une casquette de docker, un gilet de velours côtelé et pas de cravate, le front haut et un sourire défiant sous d'épaisses moustaches gauloises. 11 a commencé sa carrière syndicale en organisant les commis du port, puis l'ensemble des ouvriers des Docks et Entrepôts. En 1913, il se définit comme un socialiste sans parti et se consacre exclusivement au mouvement syndical et aux coopératives. Considéré comme un vieux qui incarne le passé héroïque du syndicalisme révolutionnaire, c'est lui qui raconte l'histoire des martyrs de Haymarket aux meetings du Premier mai et qui signe les éditoriaux rappelant les travailleurs à leur devoir syndical. Il exerce alors la fonction de délégué permanent de la Fédération nationale des Ports et Docks, chargé des ports de la Manche.

19Deux permanents locaux le secondent au Havre. Le premier, Guillaume Le Moal, un Breton des Côtes-du-Nord, incarne la continuité de l’organisation puisque déjà trésorier en 1913, il sera réélu à cette fonction de 1917 à 1922, puis de 1924 à 1939. Il recueille les cotisations mensuelles directement auprès des membres, leur remet un timbre que ces derniers apposent sur leur carte d'adhérent, et leur rappelle probablement qu’ils doivent refuser de travailler avec des dockers qui ne sont pas à jour de leurs cotisations. Contrairement à Charles Marck et Louis François, le deuxième permanent local, Auguste Hervieu, est issu de la mouvance anarcho-syndicaliste. Elu secrétaire du Sgop en 1913, il représente le port au conseil de l’Ush et participe régulièrement aux activités antimilitaristes de son syndicat qui contribue largement (666,85 francs en 1913) au fond de la Cgt pour les jeunes conscrits syndicalistes, le Sou du Soldat. Mais l'échec de la grève de décembre 1913 affecte son moral et il démissionne de son poste au printemps 1914. L'ancien syndicat des camionneurs, devenu section du Sgop, peut se permettre par intermittence de financer un autre permanent syndical sur le port. Son secrétaire, A. Le Bosquain, bien que faisant profession de foi anarchiste, a été candidat sur la liste radicale aux élections municipales de 1912, conduite assez typique de l’une des cultures ouvrières du port. Le Sgop restera dirigé par les syndicalistes révolutionnaires après-guerre et évitera la scission syndicale en 1922.

Les gars du bâtiment et de la terrasse

  • 13 Ibid.

20Dans les années 1912-1914, après le port, c’est le btp qui fournit le plus de troupes au syndicalisme révolutionnaire. Le Syndicat général du bâtiment est issu de l'amalgame, en 1908, des syndicats de métiers présents dans la région du Havre. 11 a obtenu un contrat de cinq ans après une longue grève en 1909, et animé des grèves plus courtes en 1910, 1911, 1912 et 1913 à propos de l'application de ce contrat et du licenciement de délégués syndicaux. En 1913, il compte 2 764 membres répartis en douze sections.13

métiers

salariés

syndiqués

% syndiqués

menuisiers

250

80

32 %

couvreurs

220

70

32 %

charpentiers

300

250

83 %

maçons

700

550

79 %

peintres

300

20

7 %

terrassiers

1 000

1 000

100 %

granitiers

180

80

44 %

tailleurs de pierre

50

20

40 %

paveurs-bitumiers

250

200

80 %

ouvriers des carrières de Tancarville

270

270

100 %

ouvriers des carrières de

Sandouville

330

330

100 %

briquetiers de Sanvic

200

150

75 %

total btp

4 000

2 764

69 %

  • 14 AN F7-13.34.

21Ce sont “les gars de la terrasse” qui donnent le ton dans ce syndicat. Un épisode de l'été 1913 illustre assez bien leur type d’action collective. L'entreprise Chouard obtient le contrat d'agrandissement du Fort de Tourneville, à peu près au même moment où l’armée commence à faire, chaque semaine, des retraites de propagande dans les rues du Havre. Le 1er juillet, un délégué syndical qui vient de présenter une revendication d'augmentation de salaire, est licencié pour avoir “distribué Vérités sur le lieu de travail”. Les 232 terrassiers et maçons cessent immédiatement le travail. D'autres sont licenciés le 10 juillet et le 3 septembre, avec des réactions similaires de la part des travailleurs. Quelques jours plus tard les patrons sont contraints de réengager ceux qui ont été licenciés. La police commente : “Les agitateurs de la Bourse du Travail ont tiré parti de ces conflits pour organiser des manifestations contre les parades militaires”.14

22La plupart des dirigeants du bâtiment sont de conviction libertaire. Le syndicat du bâtiment lui-même a deux permanents : le secrétaire, Rougier, et le trésorier, Emile Binay. Bien qu'il ne soit pas permanent, Louis Parisot, le secrétaire du dynamique syndicat des terrassiers, exerce le plus d’influence dans ce milieu ; né en 1879 dans la Haute-Marne, c'est un ardent anarcho-syndicaliste. D'autres militants issus du Syndicat du Bâtiment remplissent des fonctions pour l'Union locale et sont payés par elle : Henri Vallin, le secrétaire de l'Union des Syndicats du Havre, Yves Lefoll, son trésorier, et René Votte, son trésorier-assistant. Après-guerre, le syndicat du bâtiment restera dans la lignée syndicaliste révolutionnaire, mais perdra son dynamisme revendicatif dans la branche btp et son rôle d’avant-garde du mouvement ouvrier local.

Les métallos

  • 15 AN F7-13.619.

23Comme on l’a vu au chapitre précédent, la métallurgie havraise est en pleine transformation, avec le développement de la grande usine et de la mécanisation. L’implantation inégale et les débats internes du syndicat des métaux reflètent cette évolution. Alors que la force des trois premiers syndicats décrits ci-dessus provient d’un fort taux de syndicalisation moyen (marins : 25,4 %, port : 47 % et bâtiment : 69 %), celle du syndicat des métaux se fonde sur le grand nombre de salariés dans son champ de syndicalisation. Ainsi, malgré une moyenne de 12 % de syndiqués dans la corporation, le syndicat des métallurgistes mérite d’être classé parmi les quatre grands syndicats du Havre. Ses deux bastions se trouvent chez les chaudronniers et les mouleurs, deux catégories d'ouvriers qualifiés particulièrement présents dans les chantiers de construction et de réparation navales. Les ouvriers moins qualifiés et manœuvres des grandes usines de construction mécaniques et des fonderies n'adhérent au syndicat que par intermittence, pendant et après les grèves. Le syndicat se compose de six sections issues, comme dans les trois cas que nous avons déjà examinés, d'anciens syndicats de métiers amalgamés sous l'impulsion de la Fédération des métaux, et affiliés à la Cgt.15

métiers

salariés

syndiqués

 % syndiqués

chaudronniers

2 850

800

29 %

mouleurs

370

100

27 %

mécaniciens-ajusteurs

4 780

180

3,7 %

charpentiers de navire

900

20

2,2 %

opérateurs

750

50

6,6 %

électriciens

450

70

15,5 %

total

10 100

1 220

12 %

  • 16 Voir N. Papayanis, Alphonse Merrheim.

24La Fédération des Métaux de la Cgt suit de près le rapide développement de la métallurgie havraise et deux de ses dirigeants, Alphonse Merrheim et Raoul Lenoir seront amenés à jouer un grand rôle au Havre pendant la guerre et l’après-guerre. Alphonse Merrheim représente une orientation particulière du syndicalisme révolutionnaire qui veut rompre avec les “braillards” et fonder l’indépendance ouvrière sur des effectifs nombreux, des structures régulières et de solides études économiques.16Au Havre, les anarcho-syndicalistes, issus souvent des mouleurs et chaudronniers, sont nettement majoritaires. Le dirigeant de la section des mouleurs, Camille Geerooms, est le correspondant de la revue syndicaliste révolutionnaire de Pierre Monatte, La Vie ouvrière, et a officié en qualité de secrétaire de l’Ush, jusqu'à son arrestation en 1909, au cours de la longue grève des mouleurs. Mais les anarcho-syndicalistes continuent d'entraîner le syndicat à travers son secrétaire permanent, Gustave Chauvin, et un réseau de militants parmi lesquels se distinguent Henri Quesnel et Louis Legrain. Louis Legrain est né à Cherbourg en 1879, marié et père de deux enfants. Ayant travaillé comme ajusteur à l'usine Sturmlinger pendant six ans, il est devenu secrétaire de la section des mécaniciens-ajusteurs, catégorie qui mêle en son sein une minorité d’ouvriers de métiers et une majorité d’ouvriers spécialisés des grandes usines. Déjà connu avant la guerre puis qu’il fut choisi comme un des orateurs du 1er mai 1912, il jouera un grand rôle dans les grèves de la guerre et de l’après-guerre, jusqu’à ce qu’il soit remplacé par Henri Quesnel, principal dirigeant de la grève des métaux de l’été 1922.

  • 17 Voir B. Vallet, “Le syndicat de la métallurgie au Havre (1919-1939)”, (mémoire maîtrise).
  • 18 Prg 2/6/1914.

25Les métallos anarcho-syndicalistes havrais mènent une polémique constante contre une minorité du syndicat regroupée autour de Charles Le Chapelain, socialiste et secrétaire de la section des charpentiers de navire.17 Ce débat préfigure la grande cassure qui s’opérera pendant la guerre et concerne l’important problème de la syndicalisation de la masse des ouvriers spécialisés. En 1913, Gustave Chauvin reproche à Charles Le Chapelain le faible taux de syndicalisation dans la corporation des charpentiers de navire, avec le sous-entendu que Charles Le Chapelain consacre tous ses efforts à la politique et néglige ses devoirs syndicaux. Quant à Charles Le Chapelain, il se porte immédiatement à la défense d'Alphonse Merrheim, le secrétaire de la Fédération, lorsque celui-ci est exclu de son syndicat à l'instigation d'un groupe d'anarchistes intransigeants qui l'ont accusé de “fonctionnarisme syndical”, Aux yeux du guesdiste havrais, Alphonse Merrheim, bien que syndicaliste révolutionnaire, a le mérite de s'être rendu à la position socialiste selon laquelle les syndicats doivent être des organisations de masse et ne pas chercher à imposer une rhétorique révolutionnaire à leurs adhérents.18 Après-guerre, le syndicat havrais se donnera d’abord une direction anarcho-syndicaliste puis communiste-syndicaliste, tandis que la Fédération se partagera entre la Cgt rue Lafayette et la Cgtu.

Les cheminots

  • 19 Archives du Grand Orient de France. Le Havre. Loge “Les 3 H”. Dossier 2 : archives internes du XXe (...)

26La cinquième branche où les salariés ont construit un syndicat important est celle du rail. Les cheminots havrais ont massivement participé à la grève générale des chemins de fer de 1910, grève qui s'est achevée par un échec assez grave. L'année de la grève, le syndicat compte en moyenne 238 membres, c'est-à-dire entre 17 % et 28 % des cheminots rattachés au Havre. Il est alors dirigé par Louis Allan, conseiller municipal radical et franc-maçon. Louis Allan s'est converti au socialisme au cours de la grève, si bien qu'en 1912, il est réélu au conseil municipal avec l'étiquette socialiste. Le syndicat a souffert des pertes après la défaite de 1910 et ne compte plus que 103 membres en 1913.19 On trouve alors chez les syndicalistes cheminots une majorité de socialistes, comme le trésorier du syndicat, Gabriel Jousson, mais, aussi des libertaires et des républicains modérés.

27Partie prenante du réseau de l’Etat (ancien réseau de l'Ouest), la section du Havre a tissé des liens avec les ouvriers du triage et des ateliers de réparation de Sotteville, près de Rouen, réputés pour leur combativité. Les dirigeants du réseau Etat consacrent de gros efforts à obtenir des lois et règlements du travail par l’entremise de députés des partis de gauche. Mais le Syndicat national des cheminots, très centralisé, et jusqu’alors assez autonome par rapport à la Cgt, avance en 1913 vers une intégration plus grande dans le mouvement ouvrier : il a engagé des négociations en vue d'une fusion avec les deux autres grands syndicats nationaux présents dans les chemins de fer, celui des mécaniciens et chauffeurs, et celui des employés, et appelé ses unités locales, comme celle du Havre, à rejoindre les unions locales affiliées à la Cgt. Ces transformations déboucheront, entre 1917 et 1920, sur une radicalisation exceptionnelle des cheminots qui formeront la première base sociale du Parti communiste au Havre.

Les autres branches

28Outre ces cinq grands syndicats, Le Havre compte plusieurs associations professionnelles ouvrières de moindre envergure. En février 1914, l’Ush comprend un total de trente-trois syndicats et sections syndicales disposant d'un vote au conseil. Toutes les industries relativement concentrées ont au moins un noyau syndical qui se gonfle périodiquement à l'occasion de la négociation de conventions ou de grèves : ainsi dans les raffineries de pétrole et la chimie, dans les scieries de bois, la verrerie, le textile, l'imprimerie, les tabacs, le gaz, l'électricité et les tramways. Les cinq dernières ont même un fort taux de syndicalisation. Quelques membres de l'Ush viennent du secteur public et des industries moins concentrées : ouvriers des lignes postales, travailleurs municipaux, marchands et marchandes des quatresaisons, tailleurs d'habit, employés des grands magasins.

29Certains syndicats et associations professionnelles ne sont affiliés ni à l'Ush ni à la Cgt, soit par choix politique, soit parce que la loi le leur interdit, soit encore parce que leur existence est trop sporadique. Le puissant syndicat des agents du service général à bord, le syndicat des dessinateurs industriels et le syndicat des aides-pharmaciens, à vocation “professionnelle”, rejettent explicitement le syndicalisme révolutionnaire de la Cgt et sympathisent ouvertement avec le Parti radical. Il en va de même des amicales d’employés de bureau. Quant à l'Amicale laïque des instituteurs et institutrices de la Seine-Inférieure et les associations de postiers et d'agents des douanes, elles hésitent à rejoindre la Cgt par crainte de représailles légales, ce qui n'a pas empêché une petite minorité de passer outre et de fonder le Syndicat des membres de l'enseignement laïque de la Seine-Inférieure (Smel), affilié à la Fédération de l’Education nationale de la Cgt. D'autres syndicats, comme celui des cordonniers et des coiffeurs, ne prennent de consistance que toutes les quelques années, pour mettre à jour les tarifs syndicaux qu'ils entendent pratiquer.

30Enfin, le syndicalisme jaune qui s’était développé au Havre entre 1903 et 1910 est quasiment absent de 1912 à 1914, et, hormis quelques activités du Sillon, nous n’avons guère trouvé de trace d’un syndicalisme chrétien, pourtant déjà actif à une échelle modeste dans d’autres régions de France.

Syndicalistes devant Franklin

Syndicalistes devant Franklin

Syndicalistes devant “Franklin”, la Bourse du Travail vers 1914

Femmes et syndicats

  • 20 AN F7-13.619.

31La plupart des syndicats représentés au Havre ont longtemps manifesté une attitude franchement hostile à l’adhésion des femmes. En 1913, ils s’y font mais se préoccupent peu d'accroître la participation féminine aux activités régulières et aux directions. Ainsi, la Fédération des Ports et Docks n'a accepté les femmes en 1912 que par un vote de 16 pour et 11 contre.20

  • 21 octobre 1913 ; AN F22-135.

32Le problème se pose même dans les branches comme la chimie, le textile et les tabacs, où la féminisation est beaucoup plus forte. Un incident à la raffinerie Desmarais en septembre 1913 illustre bien l’état d’esprit du syndicat des produits chimiques. Deux cent cinquante ouvrières chargées du nettoyage et du remplissage des bidons et fûts lancent une grève pour une augmentation de 0,125 francs par jour, qui élèverait leur salaire pour une journée de travail de dix heures et demi à 2,50 francs. Le secrétaire de l’Ush, Vallin, appelle à la solidarité avec elles. Mais elles ne sont pas soutenues par les ouvriers de l'entreprise et doivent retourner au travail après vingt-sept jours de grève sans aucune concession de la direction. Le syndicat, dirigé par Paul Mourgues, candidat socialiste aux élections municipales, explique après coup que la grève n'a pas été planifiée et qu'elle a donc été difficile à soutenir. Néanmoins le syndicat compte encore 108 femmes sur ses 312 membres en 1914.21

33Dans ces années d'avant-guerre, les ouvrières du textile havraises agissent peu à l’entreprise (la filature Courant, par exemple) ; l'impulsion du syndicalisme dans cette branche émane de Rouen, Bolbec et Lillebonne. Le syndicat du textile du Havre, après une brève expansion en 1911, disparaît des registres de l’Ush jusqu'à la fin de la guerre. Même les ouvrières des Corderies de la Seine, qui passent de la branche textile à la branche métallurgie, lorsque l'usine se convertit à la fabrication de câbles métalliques, se manifestent peu jusqu’en 1917.

34Au contraire, les ouvrières des Tabacs ont réussi à établir un syndicat puissant dans la Manufacture dès 1891. Les ouvriers du magasin de transit des tabacs, catégorie masculine et mieux payée, ont créé un syndicat séparé, plus petit, quelque temps après les ouvrières. Ces deux syndicats sont affiliés à la Fédération nationale des Tabacs de la Cgt qui compte 9 895 femmes parmi ses 12 404 membres. En 1912, le syndicat havrais compte 222 membres et connaît une croissance rapide. Il a déclenché plusieurs grèves et arrêts de travail depuis 1900, au cours desquels les principales revendications concernent la “semaine anglaise” (c'est-à-dire, de quarante-quatre heures, le samedi après-midi étant libre et s’intégrant au “week-end”), l'assurance-maladie, les pensions et la création d'un orphelinat laïque.

  • 22 Prg 21/3/1914.
  • 23 Hu 25/8/1914 ; AN F7-13817.

35Le mouvement pour la semaine anglaise, associé à la revendication féminine de temps libre pour la vie familiale, prend de l'ampleur en France en 1914. Au Havre, le 12 mars 1914, un ouvrier qui a osé parler à des ouvrières reçoit un avertissement de la part de l'ingénieur-en-chef ; toute l'entreprise se met en grève en guise de protestation. “Pendant la manifestation, vers quatre heures, une ouvrière qui, habituellement est autorisée à allaiter son enfant, se vit refuser la porte pendant que son bébé grelottait au dehors”.22 L’interdiction provoque une telle colère que l'avertissement doit être retiré. Quelques jours plus tard, un rassemblement de cinq cent travailleurs vote de mettre la semaine anglaise en vigueur dès la fin du prochain congrès de la fédération. La pression continue de monter jusqu'à ce que le Sénat approuve l'introduction de la semaine anglaise dans les manufactures de tabac le 9 juillet 1914.23

36La présidente du syndicat havrais, Madame Veuve Girette, fait partie de la délégation nationale qui fait des démarches auprès des parlementaires et du Ministère des Finances. Mais la seule autre responsable qui apparaît sur les listes est la trésorière, Eugénie Forest. Il faut donc constater que, malgré leur prépondérance très marquée dans le personnel et parmi les syndiqués, les femmes sont sous-représentées à la direction du syndicat. Au point de vue de l’orientation, le syndicat havrais comme la fédération nationale des tabacs se rangent avec les socialistes et les réformistes au sein de la Cgt, ce qui n'empêche pas les travailleuses des tabacs havraises d’être au premier rang des manifestations de rue et autres mouvements de la ville.

37Chez les enseignants, par contre, tant l'Amicale laïque que le Syndicat de membres de l'enseignement laïque accordent une représentation égale aux femmes dans la hiérarchie syndicale et se battent pour l'égalité des traitements. Il existe même au Havre une association spécifique d'enseignantes, le Groupe féministe primaire fondé en 1908 par Pauline Rebour, affilié à la Fédération nationale des Groupes féministes universitaires.

38Des deux principaux syndicats de la petite entreprise, ceux de la confection et de la chaussure, le second opère dans une corporation qui englobe peu de femmes. Dans la confection, la situation est typique de l'adaptation malaisée des syndicats existant en 1913 au travail des femmes. Les tailleurs d'habit du Havre ont déposé les statuts d'un syndicat en 1880, les couturières en 1900, et les ouvrières de la confection en général en 1903. Entre 1910 et 1914, les deux derniers ont disparu tandis que le syndicat des tailleurs a cherché à incorporer les ouvrières de la confection qui travaillent pour les mêmes grands magasins et fabricants que les tailleurs.

  • 24 février 1913.

39En 1912, une grève des cent quatre-vingt-cinq tailleurs éclate et dure sept jours. Les tailleurs obtiennent que trente des trente-quatre firmes concernées acceptent les nouveaux tarifs syndicaux. “La grève fut suivie assidûment par les ouvrières qui sont désormais un élément notable du syndicat”, signale un observateur.24 L'année suivante, le syndicat a soixante-huit membres mais pas une femme n'apparaît à sa direction.

40En réalité, l’action collective des femmes liées au monde du travail passe davantage par le biais de mobilisations périodiques que par celui de l'adhésion régulièrement renouvelée à un syndicat. On relève ainsi de nombreuses grèves des trieuses de café, des blanchisseuses, des couturières et des ouvrières des tabacs, de la chimie et du textile, sans compter l’activité de quartier en soutien aux grèves qu’on verra plus loin.

L’action corporative de l’Union des Syndicats

41Au sens strict, la simple création d’une union de syndicats est un dépassement de l’action corporative qui peut conduire à l’émergence d’une identité “interprofessionnelle” ou même d’une certaine conscience de classe. On a vu que les édiles municipaux sont parfaitement conscients de cette évolution possible et qu’ils ont distinctement cherché à la combattre dans le règlement du Cercle Franklin et de la Bourse du Travail. Néanmoins, le processus n’est pas automatique et on peut discerner une fonction corporative interprofessionnelle de l’Ush, que les républicains modérés et radicaux encouragent alors qu’ils réprouvent ses activités “de lutte de classe politiques” ou “révolutionnaires”.

42La Fédération des chambres syndicales ouvrières du Havre et de la région, fondée en 1892 a d’abord cherché à s’identifier à la Bourse du Travail, sise au cercle Franklin, organisme désigné par la municipalité en application de la législation républicaine. L’ambiguïté a été levée en 1900, quand la Ville a expulsé la Fédération de Franklin. Celle-ci continua sur sa lancée syndicaliste révolutionnaire et prit le nom d’Union des Syndicats du Havre en 1907, tout en gardant des fonctions de Bourse du Travail. En 1912, l’Ush continue d’assurer une coordination interprofessionnelle. Elle offre aux syndiqués des conseils juridiques sur les accidents du travail et les tribunaux de prud’hommes, des informations sur les offres d’emploi, l’évolution économique et le coût de la vie. A travers elle, les diverses corporations se soutiennent mutuellement : un syndicat fort une année aidera un syndicat faible ; et s’attendra à la réciproque quand il en aura besoin. L'Ush réanime les syndicats défunts et aide les salariés d'entreprises et de branches nouvelles ou des villes voisines (Harfleur, Fécamp, Honfleur, Lillebonne et Bolbec) à se doter d’une organisation. Son existence est particulièrement importante au moment de conflits : les grévistes se tournent alors vers elle dans l’espoir de trouver un local pour se réunir, des conseils sur la formulation d’un cahier de revendications, une représentation auprès des employeurs et des autorités, une protection contre la police. Lorsque les grèves sont longues, l’Ush prête le matériel des soupes communistes, organise des équipes de cuisiniers, et collecte des donations.

  • 25 D’après AN F7-13.619 et Vérités.

La syndicalisation au Havre en 191325

La syndicalisation au Havre en 191325
  • 26 Voir Italiani sur la Bourse du Travail du Havre, in AN F7-13.619 ; et mars 1914.
  • 27 Bureau élu au 7ème Congrès de l'Ush, le 1er février 1914 : Henri Vallin, sec. gén. (bâtiment) ; Yve (...)

43Les structures de l'Ush sont démocratiques dans la forme et dans la pratique. Tous les ans, l'Union tient un congrès auquel les 33 syndicats affiliés envoient leurs délégués.26 Les sections (subdivisions d’un syndicat) sont représentées quand elles correspondent à d'anciens syndicats de métier qui avaient le droit de vote avant leur fusion. Le congrès élit un conseil général de vingt-quatre membres, une commission administrative de huit membres et les quatre membres du bureau, ainsi qu’une commission de contrôle. Dans sa pratique, l'Ush est ouverte au débat d'idées et englobe des représentants de plusieurs courants. En 1914 sa direction élue comprend surtout des dirigeants anarcho-syndicalistes, issus des syndicats du Bâtiment et du Port, et dans une moindre mesure des Métaux. Mais y siègent aussi des socialistes, représentant la Marine marchande, les Tabacs et les Chemins de fer, dont certains sont proches des radicaux27.

La “croisade des ménagères” et les autres actions visant des améliorations immédiates

44L’action corporative des syndicats n’est pas la seule forme d’action collective visant des améliorations immédiates de la condition ouvrière. Il faut y rattacher une constellation d'associations et de pratiques correspondant à différents secteurs et préoccupations matérielles des couches populaires. Ces mouvements que nous retrouvons dans la documentation sont souvent le sommet d’un iceberg de pratiques informelles centrées sur les marchés, les quartiers, les bars, les réseaux de voisinage et de parenté, mieux étudiés par les méthodes de l’ethnographie. Pour la plupart moins institutionnalisés que les syndicats, ils n’affleurent dans les articles de presse et les rapports de police que lorsqu’ils s’enflent et se politisent. Ils manifestent alors la même ambivalence que les syndicats, car pour nombre de leurs participants, ils sont non seulement une solution à des problèmes urgents, mais aussi des éléments de la reconstruction sociale.

Rond-Point

Rond-Point

Le marché du Rond-Point avant-guerre

  • 28 Voir J.-P. Brunet, Saint-Denis, la ville rouge, 1890-1939, p. 133, reprenant A. Kriegel. Le colloqu (...)

45Plusieurs de ces associations ont été créées par des organisations du mouvement ouvrier, ou sont tombées sous l'influence de celui-ci. C’est pourquoi certains historiens ont baptisé ce groupe d'institutions “couronnes extérieures” du mouvement socialiste et syndical.28 Mais cette appellation tend à sous-estimer, dans certains cas, les racines indigènes de ces associations. Par ailleurs, les mouvements plus bourgeois cherchent aussi à les attirer dans leur orbite.

  • 29 Voir les références sur le concept de “conscience de femme” évoqué ici, dans J. Barzman, “Entre l’é (...)

46La défense du “pain quotidien”, au sens propre et au sens figuré, sensibilise particulièrement les femmes des quartiers ouvriers. Elles semblent animés par le sentiment qu’elles ont la responsabilité de nourrir la communauté populaire, et que cela leur donne le droit à un ravitaillement régulier, et le devoir de protester dès lors que cet approvisionnement n’est plus assuré.29 Cela les amène à œuvrer à la victoire des grandes luttes engagées par les syndicats, de l’extérieur de l’entreprise : ainsi, elles sont très remarquées dans la vague de grèves de 1909, les multiples activités en défense de Jules Durand en 1910, et la grève conjointe des marins et dockers de 1912. Elles organisent les soupes communistes, la collecte d'aliments et les quêtes sur la voie publique, placent les enfants des grévistes dans d'autres familles, participent aux piquets de grève et même aux barricades (en 1912), et manifestent dans la rue.

  • 30 Voir Legoy III, p. 377-382.

47La “croisade des ménagères” de 1911 se situe dans la longue tradition des émeutes frumentaires. Lancée à l’initiative de l’Ush, elle consiste en des rassemblements presque quotidiens, la formation de patrouilles qui inspectent les marchés et l'imposition aux vendeurs de prix jugés raisonnables. Quelques femmes vont même jusqu'à annoncer la formation d'un syndicat des ménagères, qui est autorisé à adhérer à l'Ush malgré la règle de la Cgt qui ne permet qu'à des salariés d’intégrer ses structures. Le syndicat des marchands et marchandes des quatre-saisons, autre anomalie en regard des normes de la Cgt, joue également un rôle dans le conflit avec les marchands dits “accapareurs”.30

  • 31 Voir J.-N. Chopart, Le fil rouge du corporatisme.

48Pour répondre à leur besoin de protection contre l’invalidité et la mort, les travailleurs havrais adhèrent à des sociétés d'aide mutuelle.31 Certaines ont été fondées à l'initiative de groupes ouvriers, à défaut de pouvoir créer un syndicat, ou comme complément d'un syndicat existant ; d'autres, à l'initiative d'employeurs qui espéraient qu'elles détourneraient leurs membres de l'agitation syndicale. La direction de la Transat, par exemple, se targue de l’ampleur de sa politique de protection de ses employés.

  • 32 Urbain Falaize, “Le Havre moral et social”, in Le Havre en 1914.
  • 33 Vé janvier 1914 ; Brunet, op. cit., p. 137-138. Voir aussi E. Furlough, Consumer cooperatives in Fr (...)

49Pour parer à la vie chère, mais aussi pour contourner la toute-puissance patronale dans certains métiers, plusieurs milliers de personnes soutiennent des coopératives. En 1913, Le Havre en compte six de consommation, deux de production et deux d'achat.32 Profitant de ce qu'ils habitent en groupe dans leur caserne, les agents des douanes ont établi deux coopératives : la Boulangerie coopérative douanière, et la Fraternelle des Douaniers. Les fonctionnaires et les employés de la Transat ont également monté des coopératives propres à leur corporation. Mais la principale coopérative, L'Indépendante, sise au 73 rue Ernest Renan, incarne une action collective plus large. Fondée par le Cercle des Coopérateurs havrais et soutenue par les socialistes et l'Union locale, elle cite les coopératives de Dublin en modèles. Son secrétaire, Abel Viandier, cherche à la rapprocher des efforts socialistes à l’échelon national. En effet, en 1906, partant de leur base à Roubaix, dans l'Est parisien et les banlieues de Rouen, les socialistes ont créé une Bourse des coopératives socialistes et un réseau d'achat, le Magasin de Gros de France. Dans l’espoir d’unifier les coopératives de France, ils fusionnent avec un autre ensemble pour former la Fédération nationale des coopératives de consommation, en 1913.33

50Les quelques coopératives de production existant en France sont très appréciées dans les milieux ouvriers havrais ; l’Ush et plusieurs syndicats ont chacun acheté une action de la Verrerie coopérative ouvrière de Carmaux, en geste de soutien à la coopération. Mais celles du port normand sont restées au stade de projets dans la plupart des cas. Elles sont surtout envisagées par les métiers du btp, du camionnage et du déchargement, auxquels elles paraissaient plus réalistes et utiles parce que le capital nécessaire au démarrage d’une entreprise dans ces branches se situe en dessous d'un seuil facilement accessible, et que les militants syndicalistes y sont souvent victimes de listes noires des entrepreneurs privés.

51L’Ush offre aussi plusieurs services de style coopératif ou mutualiste, perçus par de nombreux sympathisants comme autant de briques apportées à l'édification d'une société nouvelle. En attendant l'achat d'une Maison des Syndicats indépendante, l'Ush partage avec les socialistes la Maison du Peuple. Celle-ci, inspirée par les exemples anversois et bruxellois, est située près de Franklin et gérée par le dirigeant socialiste Ernest Genet. Elle loge le siège de l'Ush et une Brasserie du Peuple équipée d'une scène, le Théâtre du Peuple, où se jouent des pièces satyriques, et autres spectacles comme les chansons de l’Harmonie socialiste du XIIe. L'Ush s’est également dotée d’une Imprimerie coopérative de l'Union, gérée par Raoul Goument, socialiste et militant du syndicat des typographes.

  • 34 HE, 14/5/1914.

52Enfin, elle a ouvert une clinique syndicale grâce à deux donations, l’une, anonyme, de dix mille francs, remise par “une personnalité havraise”, et l’autre, de quinze mille francs, émanant des syndicats havrais. La clinique est tenue par le Docteur Houdeville et gérée par le syndicaliste Camille Geerooms. Les syndiqués et leur famille ont le droit de consulter gratuitement et bénéficient d'une remise de 25 % sur les médicaments achetés auprès des pharmaciens affiliés ; ils reçoivent également des informations sur la législation des accidents du travail et des conseils d'hygiène pratique. Mais cette clinique rencontre de nombreuses difficultés et ferme ses portes en juin 1914.34

53Pour répondre aux besoins de formation de leurs enfants, les communautés ouvrières soutiennent l’enseignement public par de multiples actions dont les plus visibles sont des associations de quartier autour des écoles. En 1911, sept Amicales laïques fournissent des services comme le prêt de livres, l'aide aux vacances, la distribution de prix. Elles forment une Fédération des Œuvres laïques connue sous le nom de “Petites A”, dirigée, entre autres, par Léon Meyer, le leader radical, Sautreuil, président de l'association des enseignants, et Guillemâtre, militant anarchiste. La plus grande et la plus vénérable de ces associations est la Ligue de l'Enseignement, au sein de laquelle on a vu que le dirigeant Républicain de gauche, Jules Siegfried, jouait un grand rôle. En 1913, une organisation large de la jeunesse de gauche, la Jeunesse laïque républicaine, est créée pour les jeunes qui sortent des lycées publics ; parmi ses soutiens, on trouve le radical Léon Meyer et le socialiste Charles Le Chapelain.

54La volonté de préserver certaines libertés élémentaires a conduit à un autre type d’activité associative. Ainsi, la Ligue des droits de l'homme est bien implantée au Havre depuis sa fondation au temps de l'Affaire Dreyfus. Elle y trouve un second souffle en 1910, quand elle porte la défense de Jules Durand sur la scène nationale. De nombreux syndicalistes somment alors les intellectuels et les personnalités politiques qui ont défendu Dreyfus de faire de même pour Jules Durand, présenté comme la version ouvrière de l'innocent persécuté. Dans la foulée de cette campagne, la Ligue des droits de l'homme tient son congrès national de 1913 au Havre, site d'une grave injustice, et un de ses dirigeants, Paul Meunier, député radical de l'Aube, défend la cause de Jules Durand devant l'Assemblée nationale.

55Au terme de ce panorama de l’action collective pour les améliorations immédiates, il convient de souligner la grande variété des formes, des thèmes et des participants, notamment en dehors de l’entreprise. Si l’on a bien affaire à un mouvement syndical très fort pour la France et pour cette époque, on ne saurait ignorer ses multiples relations avec l’ensemble de la communauté. Celles-ci apparaîtront encore plus fortes lorsque l’on examinera la dimension sociale et politique de l’action collective au chapitre suivant.

Notes

1 La Voix du Peuple, 23/12/1912.

2 Voir chapitre 3.

3 Nous avons rapporté le nombre des adhérents syndicaux à notre estimation du nombre des salariés. L’Union des Syndicats du Havre compte en moyenne 10 705 adhérents en 1911, alors que les socialistes reçoivent 2 352 voix aux élections municipales d'avril 1912. Dans la France entière, la Cgt a 677 000 membres et le Psu 1 300 000 électeurs en 1914. Voir J. J. Becker et A. Kriegel, 1914, p. 204-208.

4 AN F7-13.619. Nous avons choisi, sauf exception expressément signalée, de baser les chiffres d'adhérents sur l'estimation de 10 timbres syndicaux achetés, en moyenne, par an, par adhérent, suivant en cela J.-L. Robert, La Scission syndicale de 1921. Pour les marins, voir aussi : AN F7-13.759, 8 : Inscrits maritimes ; AN F22-135 : Syndicats ouvriers Seine-Inférieure ; Avh 12, c7 : “Grèves 1907” 1913 ; Le Progrès, Vérités, La Démocratie Havraise ; et L'Héréec, “Les marins havrais et le syndicalisme (1870-1914)” (mémoire maîtrise).

5 Legoy III, p. 383, s'appuyant sur Avh 12, c7,16.

6 Voir J. Barzman, “Culture des métiers du port du Havre 1910-1914”, Bulletin de la Société libre d'émulation de Seine-Maritime, 1995.

7 Voir AN F7-13.619, 13.699, 13.701 et 13.877 ; Avh F2, c10, 11 à 15, F2, cl2, 12, c7 ; C. Marck, “Sur les routes que j'ai parcourues”, Le Peuple, 1948 et “Souvenirs d'un ancien trésorier de la Cgt”, Servir la France, septembre 1945 ; “Marck, Charles”, Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français ; C. Ollivier, op. cit.

8 Le taux de syndicalisation des ouvriers des Docks et Entrepôts, qui atteint environ 50 % en 1911, tombe à 3 % en 1913, peut-être à cause des promesses de garanties de l’emploi faites dans la perspective d’un Office du travail.

9 P. Stearns, Revolutionary Syndicalism and French Labor, p. 91.

10 Henri Vallin, “La grève des dockers du Havre”, Vé, janvier 1914.

11 La peine de Durand est commuée à une peine de prison, mais le sentiment d'injustice et d'impuissance l'a conduit à la folie. Il est interné dans un asile près de Rouen.

12 AN F7-13.619.

13 Ibid.

14 AN F7-13.34.

15 AN F7-13.619.

16 Voir N. Papayanis, Alphonse Merrheim.

17 Voir B. Vallet, “Le syndicat de la métallurgie au Havre (1919-1939)”, (mémoire maîtrise).

18 Prg 2/6/1914.

19 Archives du Grand Orient de France. Le Havre. Loge “Les 3 H”. Dossier 2 : archives internes du XXe siècle ; C. Gueulin, “Les cheminots de la Seine-Inférieure de la fin du Second Empire à 1914” (mémoire maîtrise) ; L. Ceplair, “The Education of a Revolutionary Labor Union Minority : the French Railroad Workers and the Cgt 1890-1922”, (Thèse).

20 AN F7-13.619.

21 octobre 1913 ; AN F22-135.

22 Prg 21/3/1914.

23 Hu 25/8/1914 ; AN F7-13817.

24 février 1913.

25 D’après AN F7-13.619 et Vérités.

26 Voir Italiani sur la Bourse du Travail du Havre, in AN F7-13.619 ; et mars 1914.

27 Bureau élu au 7ème Congrès de l'Ush, le 1er février 1914 : Henri Vallin, sec. gén. (bâtiment) ; Yves Le Foll, sec.-adj. (bâtiment) ; Charles Lejamble, très. (port, section voiliers) ; Eugène Dehais, trés.-adj. (métaux, section chaudronniers). Autres membres de la Commission administrative : Auguste Hervieu (port), Duval (métaux, mouleurs), Durand (métaux, mouleurs), Fortin (bâtiment, terrassiers), Dupont (bâtiment, charpentiers), Duverrel ( ?), Gaston Boyer (port, charbonniers), Albert Lasnier (employés de magasin). Membres de la Commission de contrôle : Rougier (bâtiment), François Alépée (tailleurs), Flamand, Fréchon, A. Vilain (bâtiment, paveurs-bitumiers). Commission pour la construction de la Maison des Syndicats : Vallin, Gustave Chauvin (métaux), Votte (bâtiment, maçons) ; Briollet (enseignants), Lefoll, Hervieu. Ibid.

28 Voir J.-P. Brunet, Saint-Denis, la ville rouge, 1890-1939, p. 133, reprenant A. Kriegel. Le colloque “Invention du syndicalisme” (Sorbonne 1995) a utilisé le terme “bases multiples” à propos des mutuelles.

29 Voir les références sur le concept de “conscience de femme” évoqué ici, dans J. Barzman, “Entre l’émeute, la manifestation et la concertation : la crise de la vie chère de l’été 1919 au Havre”, Mouvement social, 170, jan-mar 1995.

30 Voir Legoy III, p. 377-382.

31 Voir J.-N. Chopart, Le fil rouge du corporatisme.

32 Urbain Falaize, “Le Havre moral et social”, in Le Havre en 1914.

33 Vé janvier 1914 ; Brunet, op. cit., p. 137-138. Voir aussi E. Furlough, Consumer cooperatives in France. The Politics of Consumption 1834-1930.

34 HE, 14/5/1914.

Table des illustrations

Titre Syndicalistes devant Franklin
Légende Syndicalistes devant “Franklin”, la Bourse du Travail vers 1914
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11886/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Titre La syndicalisation au Havre en 191325
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11886/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Titre Rond-Point
Légende Le marché du Rond-Point avant-guerre
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11886/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 429k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search