Version classiqueVersion mobile

Dockers, métallos, ménagères : Mouvements sociaux et cultures militantes au Havre (1912-1923)

 | 
John Barzman

Première Partie. Mouvements sociaux et cultures militantes au Havre après l’Affaire Durand (environ 1912 à 1914)

Chapitre 1. Quartiers, métiers et bienfaiteurs

Texte intégral

  • 1 Voir C. Ollivier, “Aspects particuliers du syndicalisme havrais : l’Affaire Durand” (maîtrise) ; A. (...)

1En 1912, la première de ces vagues de grèves si caractéristiques du paysage social français au XXe siècle est terminée. La Confédération générale du travail (Cgt) n’a pas réussi à faire de la succession des conflits de 1906 à 1911 un crescendo débouchant sur la grève générale, et a entamé une réflexion sur les raisons de cet échec. Au Havre, cette période a été marquée par l’Affaire Durand, au cours de laquelle une large protestation populaire a cherché à sauver le secrétaire du syndicat des charbonniers du port, Jules Durand, d’une injuste condamnation à mort.1 Nous nous trouvons donc à la fin d’un cycle de mobilisation populaire, au cours duquel les organisations ouvrières ont grandi et les idéologies se sont affinées.

2Avant d’examiner les structures et tendances du mouvement social à ce moment de son évolution, il convient de donner un aperçu des quartiers et établissements où la population qui nous concerne vit et travaille, ainsi que de l’élite républicaine qui domine la ville.

Les quartiers populaires

  • 2 Avec Graville, annexée en 1919, 152 000 ; avec les communes adjacentes de Sanvic, Bléville et Saint (...)
  • 3 Chiffres estimés arrondis ; pour les sources et méthodes de calcul, voir J. Barzman, “Peuple et mou (...)

3Le groupe des salariés, au sein desquels s’est formé le mouvement ouvrier havrais de cette époque, représente une forte proportion de la population havraise et se concentre dans plusieurs quartiers marqués par la pauvreté. En 1911, la ville compte 136 159 habitants, et l'agglomération environ 185 0002. Les travailleurs d'origine havraise ont été rejoints par des migrants des zones rurales et côtières de la Normandie et de la Bretagne, et dans une moindre mesure de pays voisins de la France, comme la Belgique ou l'Espagne. D'après nos estimations3, l'ensemble des salariés représente près des deux tiers de la population active :

population active totale

66 000

100 %

bourgeoisie

3 500

5 %

classes moyennes

14 000

22 %

salariés

48 000

73 %

4Le poids relatif des salariés dans la ville est accru par leur concentration géographique dans des quartiers dont les conditions contrastent avec celles des beaux quartiers. L'arrondissement du Havre se compose de six cantons (voir cartes p. 20 et 22) dont la composition est la suivante :

  • 1er canton : Le Perrey, sur la côte sud-ouest, abrite surtout des ouvriers des chantiers navals, du bâtiment et d'industries diverses, mais des familles des classes moyennes commencent à s'y établir.

    • 4 C'est la zone qui sera rasée par les bombardements anglo-américains de 1944, mais le port de Honfle (...)

    2ème canton : la zone de l'ancien port, les quartiers Notre-Dame et Saint-François, regroupent les dockers et les marins, dont beaucoup d'origine bretonne. La Manufacture des Tabacs, située sur l'île Saint-François emploie de nombreuses femmes du quartier4.

  • 3ème canton : dockers et métallos habitent des îlots de maisons encastrés entre les chantiers de réparation navale, les hangars et les usines du quartier de l'Eure, et plus loin, entre les nombreux ateliers de métallurgie, la gare, les usines à gaz et électrique, du quartier Demidoff, jusqu'à la Filature de Graville. Ce canton a la plus forte concentration d'ouvriers de la ville.

  • 4ème canton : au-delà des limites de l'ancienne ville, une population pauvre a construit des abris de fortune sur des terrains repris aux marécages et aux bancs de sable, autour de la gare de triage, des abattoirs et de quatre très grandes usines. Ce canton englobe également la banlieue ouvrière de Graville, le quartier du Rond-Point et des lotissements ouvriers à cheval sur les frontières de Graville, Harfleur et Gonfreville, comme Mayville, située aux portes des usines Schneider en pleine expansion, et Soquence, près de la zone de triage. Des nouveaux quartiers ouvriers sont en construction sur les plateaux au nord du Rond-Point : Frileuse et Applemont.

55ème canton : les classes moyennes vivent dans toute la ville, mais une partie d'entre elles s’est rassemblée autour de l'Hôtel de Ville, de la Bourse et des sièges des sociétés de négoce.

66ème canton : “les messieurs de la cote”, la bourgeoisie et le patriciat havrais ont choisi l'atmosphère plus salubre des bords de la falaise qui surplombe l'ancien marécage où la ville a été construite. Cette côte se poursuit à Sainte-Adresse, commune également bourgeoise.

7Les banlieues et communes voisines de Sanvic, Bléville, Montivilliers, Harfleur et Rouelles possèdent aussi quelques industries et une population ouvrière. Plus loin, les centres textiles de Lillebonne et Bolbec, les ports de Fécamp et Honfleur, entretiennent des relations régulières avec Le Havre qui se manifestent notamment dans le mouvement ouvrier. Ces villes du Pays de Caux et de l'estuaire n’ont pas attiré les grandes fortunes havraises qui ont préféré acquérir des manoirs à la campagne, ou séjourner dans les villages à la mode, comme Etretat.

  • 5 Ces conditions sont résumées par J. Legoy, Le peuple havrais et son histoire - t. 2 Du négoce à l'i (...)
  • 6 Voir D. Barnes, The Making of a Social Disease. Tuberculosis in Nineteenth-Century France.
  • 7 Borel, Laporte et Loir, eds., Le Havre en 1914 ; Legoy II, p. 98.

8Au Havre même, l’indice d’entassement des logements et les taux de mortalité, notamment par tuberculose, laissent entrevoir les mauvaises conditions de nombreux îlots des quartiers populaires.5 Comparons simplement le canton le plus ouvrier (3ème) et le plus bourgeois (6ème). Dans le 3ème, chaque maison contient en moyenne 15,3 habitants et 4,2 ménages ; dans le 6ème, 8,2 et 2,4. Les taux de mortalité générale, par tuberculose, et infantile, sont respectivement de 25 pour mille habitants, 5,6 pour mille habitants et 20,9 pour cent naissances dans le 3ème, et 21 pour mille, 3,2 pour mille et 15,2 pour cent dans le sixième. Si l’on en croit les débats sur l’incidence de la tuberculose, généralement associée à la pauvreté, de nombreux observateurs considèrent l’habitat ouvrier du Havre comme particulièrement insalubre et misérable.6 Le dénuement total est une menace immédiate pour de nombreux Havrais. D'après un érudit local, en 1913, environ 13 600 personnes, c'est-à-dire 10 % de la population de la ville, remplissent les conditions qui donnent droit à l'assistance publique.7

  • 8 J. Legoy II, p. 127 et 129.

9Comment s’étonner que ces conditions aient poussé de nombreux individus à boire. D'après Urbain Falaize, le rédacteur-en-chef du Havre-Eclair, la ville peut se prévaloir en 1910 de 1 869 débits de boisson, c'est-à-dire un bar par soixante-dix-neuf habitants, et les trente-sept litres d'eau-de-vie consommés chaque année par habitant font du Havre “la ville la plus alcoolique de France...”8

Le poids des grands établissements

  • 9 Sur l'économie française vers 1914, voir la bibliographie de D. Barjot, Histoire économique de la F (...)
  • 10 Sur la Normandie et le Havre, voir : M. Amphoux, Le Havre et sa fonction industrielle ; M. Boivin, (...)

10Ces salariés qui vivent dans des quartiers populaires travaillent souvent dans de grands établissements, mais ceux-ci ne sont pas tous des “usines” à proprement parler (voir cartes p. 26 et 28). En effet, environ deux tiers des salariés havrais travaillent dans des branches très concentrées pour cette époque9, notamment la navigation maritime, le port, la métallurgie et le bâtiment-travaux publics (btp). Une douzaine d'entreprises emploient plus de 500 ouvriers chacune.10 Voyons dans un premier temps les formes de concentration du capital, la technologie et l’organisation du travail des diverses branches afin de les rapporter au type de syndicalisme qui y prévaut dans le chapitre suivant.

  • 11 Nos indications sur l'industrie maritime sont tirées de : M. Barbance, Histoire de la Compagnie Gén (...)

11En 1913, une grande partie du transport maritime, surtout sur les lignes internationales, est assurée par de très grandes sociétés de navigation, en tête desquelles figure la Compagnie générale transatlantique (ou Transat)11. Parmi elles, la Compagnie d’affrètements Worms contrôle le lucratif transport du charbon du Pays de Galles du Sud à l’estuaire de la Seine. Autour d’elles, quelques petits armateurs se spécialisent dans des niches particulières : navires vagabonds, cabotages, lignes de voiliers vers le Pacifique Sud. Tous sont affiliés au Comité central des armateurs de France, au sein duquel le pouvoir est néanmoins jalousement conservé par les plus grosses compagnies.

  • 12 Les voiliers ne restent rentables que sur quelques routes comportant de très longues étapes, comme (...)
  • 13 Voir Chambre de Commerce du Havre, Revue statistique de la navigation, du commerce et de l'industri (...)

12L'évolution de la technologie a rendu progressivement plus difficile l'accès au commerce maritime. Les grands voiliers ont presque entièrement cédé la place aux navires à vapeur alimentés au charbon et mus par une hélice12. Ces derniers, véritables usines flottantes dont les machines tournent vingt-quatre heures sur vingt-quatre, sont bien plus coûteux et exigent une rotation rapide des cargaisons. Mais même les navires à vapeur commencent à céder la place à une nouvelle génération de navires à moteurs diesel alimentés au mazout.13 Les paquebots emploient des équipages de plusieurs centaines de salariés, personnel hôtelier, mécaniciens, marins et techniciens. Environ sept mille cinq cents marins ont Le Havre comme port d'attache.

13Quant aux activités du port, on peut les classer du point de vue de l'organisation capitaliste, en deux catégories. Dans la première, celle du chargement, déchargement, arrimage, camionnage, conditionnement (bâchage, ensachage, tonnellerie), entreposage temporaire des marchandises sur les quais, manutention du charbon, échantillonnage et courtage, se rangent les entreprises qui ne veulent ni investir dans un matériel lourd, ni engager un noyau de salariés permanents, la plupart de taille petite ou moyenne, quelques-unes plus importantes comme les grandes maisons de négoce (Du Pasquier ou Siegfried). En revanche, dans la deuxième catégorie, celles des entrepôts, engins de levage, et bassins ou quais concédés à un seul opérateur, on trouve de très grandes sociétés prêtes à investir dans des équipements lourds et un personnel de confiance permanent.

  • 14 J.-L. Robert signale à propos des journaliers et manœuvres : “Le caractère temporaire ou instable d (...)

14Dans la première, les donneurs d’ordre, c’est-à-dire, les courtiers, capitaines de navires ou négociants, engagent des arrimeurs (stevedores) et des camionneurs et leur payent une somme fixe pour le déplacement d'une certaine quantité de marchandises. Ces derniers engagent alors des journaliers au Pont III ou au bistrot, et les rémunèrent à la journée. Mais ces mêmes journaliers peuvent, à l'occasion, être embauchés pour le compte de grandes sociétés de navigation ou d’entreposage, afin de compléter leur personnel permanent dont le nombre est plus ou moins déterminé par le trafic constant des lignes régulières. Ces activités rémunérées à la journée dans le chargement, le camionnage et les opérations connexes, occupent environ cinq mille personnes qui se retrouvent tous les matins au Pont III pour l'embauche, puis, s'ils sont pris, dans les équipes qui travaillent sur un même navire, ou un même quai. On voit que la catégorie d'isolés où les placent les recensements de 1906 et 1911, ne correspond pas à la réalité de leurs conditions de travail14, le lieu d’embauche possédant de nombreuses caractéristiques d’un établissement unique.

15Les petites entreprises ont survécu dans ce secteur d'activités parce qu'une grande partie du chargement, du déchargement et du camionnage des cargaisons se fait encore manuellement en 1913, ce qui exige peu de capitaux. Pour décharger le café par exemple, les dockers soulèvent les sacs, les calent sur le dos, les descendent le long de passerelles ou de planches et les empilent sur des charrettes. Ils emploient une méthode similaire pour les balles de coton et les peaux. Il n'existe que quelques grues électriques ou hydrauliques et camions motorisés en 1913. La mécanisation, généralement peu avancée dans la manutention portuaire, a progressé d’abord pour les denrées expédiées en vrac comme le pétrole, le charbon, les minerais métalliques.

  • 15 On a, un temps, préféré le terme de “dockers” pour ces magasiniers, et “d'ouvriers du port” pour le (...)

16Il en va autrement des activités d'entrepôt à grande échelle qui nécessitent une concession du domaine maritime par les autorités publiques. La Compagnie des Docks et Entrepôts du Havre a été fondée en 1854 avec la participation de familles de la haute finance basées à Paris comme les Mallet, les Casimir-Périer et les Rothschild. En 1859, les négociants et armateurs havrais répliquent par la création de la Compagnie havraise des magasins généraux. D'autres entrepôts sont construits à mesure que le volume des échanges s'accroît et que la place institue des marchés à terme. En 1913, le plus grand hangar à cotons d'Europe est inauguré. Quatre ou cinq sociétés d'entreposage emploient à elles seules environ deux mille dockers, dont beaucoup sont permanents15.

17L’activité commerciale du Havre, marché à termes de denrées tropicales, exige d’immenses volumes de stockage des marchandises. La conception des entrepôts est en évolution, à la fois pour accélérer les transferts de cargaisons, protéger les marchandises contre le vol, et réduire l'efficacité des grèves d'ouvriers du port. Pour cela, les bâtiments ont été rapprochés des quais, adaptés à l'emmagasinage de marchandises spécifiques, équipés de treuils et de ponts roulants, entourés de murs ou de fil de fer barbelé, et directement reliés par des voies ferrées au triage de Soquence.

18Les relations entre groupes patronaux sont parfois tendues. Ce n’est qu’en 1913, après plusieurs tentatives de regroupements patronaux malheureuses, qu’arrimeurs, camionneurs, entrepositaires, et courtiers se retrouvent avec négociants, armateurs et quelques industriels, au sein de l’Union des employeurs de main-d’œuvre (Uemop), pour résister à la pression des syndicats ouvriers du port. En 1912, ce sont encore les négociants qui dominent la Chambre de Commerce, la municipalité et la représentation parlementaire du Havre. Le port est donc au cœur de la ville et lui vaut bientôt le surnom de Porte océane.

  • 16 M. Amphoux, op. cit. ; Annuaire du commerce du Havre 1911, Micaux, p. 132 et sq. ; Legoy II, p. 47- (...)

19Le btp, qui occupe environ quatre mille ouvriers, fait apparaître également deux catégories.16 La première comprend les grands travaux comme l'extension du port et des voies ferrées, la construction de nouvelles usines et bâtiments publics. C'est le domaine des consortiums de grandes sociétés de travaux publics alliées à de petites entreprises ; il occupe environ deux mille ouvriers, dont un millier de terrassiers. La deuxième concerne la construction et la réparation des habitations ; une pléthore de petites entreprises spécialisées y subsiste.

  • 17 Outre les sources déjà mentionnées, voir : Chambre syndicale des constructeurs de navires et de mac (...)
  • 18 Les principales encore en vie sont : les chantiers Augustin Normand, spécialisés dans la constructi (...)

20L'industrie des métaux occupe dix mille cents travailleurs, dont huit mille deux cents dans des établissements de plus de cinq cents salariés.17 Au Havre, cette branche est représentée par les chantiers de construction et de réparation navales, les usines de construction mécanique et électrique et les fonderies. En 1913, la plupart des firmes havraises fondées au dix-neuvième siècle ont disparu18. La branche est dominée par les géants de la sidérurgie et de la mécanique : la Société Schneider et Cie, la Société Anonyme des forges et chantiers de la Méditerranée, Westinghouse et la Société Lazare Weiller et Cie, dont les Tréfileries et laminoirs du Havre emploient mille neuf cents métallurgistes. Par ailleurs, la Transat et les Chargeurs Réunis possèdent leurs propres chantiers de réparation navale.

  • 19 En 1930, ce rapport est de deux ouvriers qualifiés par ouvrier spécialisé : La construction navale (...)

21Cependant les conditions de travail varient sensiblement d'un établissement à l'autre, et, en leur sein, d’un atelier ou d’une profession à l’autre. Il faut distinguer la construction et la réparation navales, peu aptes à la mécanisation ou au travail à la chaîne, des usines de construction mécanique et des fonderies où la rationalisation du travail a progressé. En outre, la construction navale se déroule entièrement dans les ateliers et chantiers, tandis que la réparation navale se fait principalement dans le port lui-même, et ses interventions sont plus urgentes. De là découle une distinction entre les chaudronniers “du dehors” qui travaillent au port, et les autres chaudronniers, en usine. Enfin, il faut noter que la construction navale exige une main-d’œuvre à fort taux d'ouvriers qualifiés19.

  • 20 D. Ringuenet, “Le commerce et l'industrie du pétrole au Havre, des origines aux événements de Suez (...)

22Aux grands établissements de ces quatre branches s'en ajoutent d'autres dans des industries diverses : la raffinerie de pétrole Desmarais a mille deux cents salariés, l'usine chimique de la Compagnie française des extraits tinctoriaux et tannants, entre cinq cents et mille, en majorité des femmes. Les chemins de fer, qui relèvent de l'ancienne Compagnie de l'Ouest, devenue réseau de l'Etat, emploient environ mille trois cents cheminots dans l’agglomération. La ligne Paris-Le Havre est vitale pour la capitale et les convois se forment dans la vaste zone de triage de Soquence, relayée par les ateliers de réparation de Sotteville, près de Rouen, et de Batignolles près de la capitale.20 La Manufacture des Tabacs, et l'usine textile Courant, emploient chacune entre huit cents et mille personnes, essentiellement des ouvrières. Les scieries, verreries, minoteries, brasseries et brûleries de café, les ateliers d’imprimerie, l'usine à gaz, la centrale électrique et le réseau de tramways, bien que n'atteignant pas cinq cents salariés, n'en restent pas moins de grands établissements pour l'époque.

23Enfin, les services publics, poste, douanes, hôpitaux et collectivités locales, rassemblent des concentrations importantes de salariés.

  • 21 On y trouve peu de syndicats et aucune base importante du syndicalisme révolutionnaire, ce qui expl (...)

24A l'autre pôle de cet ensemble économique, les branches moins concentrées du Havre (voir tableau pages 32-33) occupent entre huit mille et neuf mille salariés dans des centaines de petits établissements21. Quelques établissements de taille moyenne émergent toutefois de ces branches moins concentrées : les grands magasins dans le commerce de consommation, deux manufactures de chaussures occupant ensemble soixante-dix ouvriers, parmi les nombreux petits ateliers de cordonneries ; quelques grands hôtels parmi les nombreux hôtels meublés et gargotes ; quelques banques et compagnies d'assurance parmi les nombreux bureaux de notaires. Mais dans l'ensemble, les salariés du commerce, de la confection, de la réparation et de la décoration, des services et des soins personnels travaillent surtout pour des artisans. Enfin, les ménages aisés emploient environ six mille domestiques en 1911, dont cinq mille femmes.

  • 22 Voir R. Bridenthal et C. Koonz, Becoming Visible : Women in European History ; J. Heinen, ed., Femm (...)
  • 23 Voir les remarques de J.-L. Robert sur les femmes dans la population active, dans La Scission..., p (...)
  • 24 Voir le recensement de 1911 dans Avh F1, c2, 19.

25Cette forte féminisation du personnel de maison renvoie à un phénomène qui mérite un traitement distinct. En effet, les femmes s’intègrent à l'économie, au monde du travail et au mouvement ouvrier sur un mode différent des hommes.22 A peu près vingt-et-un mille femmes, c'est-à-dire moins de 30 % des soixante-neuf mille femmes havraises, se déclarent dans la “population active”. Environ quinze mille d’entre elles sont salariées. Certaines, qui partagent la gestion d'un petit commerce avec leur mari, se déclarent chefs d'établissement.23 Celles qui sont classées en dehors de la population active et comptées comme sans profession, peuvent néanmoins travailler occasionnellement en dehors du foyer comme femmes de ménage, aides vendeuses ou cuisinières. Même chez elles, elles gagnent parfois de l'argent en faisant du travail aux pièces (par exemple de la couture), en prenant du linge à laver ou à repasser, en gardant des enfants ou en faisant la nourrice, ou même, si l’habitation est assez grande, en se faisant logeuses.24 Ces femmes classées en dehors de la population active ont souvent été salariées ou domestiques avant de se marier et d'avoir des enfants, et retournent à ces occupations plus tard dans leur vie. C'est pourquoi, bien qu’elles ne soient ni ouvrières ni même salariées d'après les statistiques officielles, nous les considérons comme “liées au monde du travail” et susceptibles d'être intégrées à la classe ouvrière au sens d'une communauté d'individus se reconnaissant comme tels.

26Quant aux salariées proprement dites, elles travaillent dans les grandes industries, les petites entreprises et les services publics. Les cinq entreprises qui emploient le plus de femmes sont la Manufacture des Tabacs, la filature Courant, les Corderies de la Seine, la raffinerie Desmarais et l'usine chimique de la Compagnie française des extraits tinctoriaux et tannants. Dans le secteur public, les femmes représentent environ la moitié des enseignants et du personnel des hôpitaux ; elles sont nettoyeuses et cuisinières dans les écoles et bâtiments municipaux et commencent à être embauchées comme demoiselles des téléphones. On les emploie également dans toute une gamme de métiers de la petite entreprise et de l’artisanat : cuisinières,

Estimation de la concentration et du nombre de salariés dans les branches d'activité économique havraises en 1913

  • 1 Les domestiques peuvent être les mêmes personnes que certains salariés des branches moins concentré (...)
  • 2 Les chômeurs peuvent être comptés comme travailleurs de branches spécifiques par certains auteurs.

branche

salariés

1. Branches plus concentrées (total)

36 735

Maritime

7 500

Port

7 350

Bâtiment-Travaux publics

4 000

Métaux

10 100

Pétrole et chimie

2 000

Chemins de fer (Etat)

1 200

Alimentation

1 000

Textile

900

Tabac (Etat)

830

Bois-Verre-Briques

700

Tramways

400

Gaz

430

Electricité

105

Imprimerie

220

2. Services publics

3 194 + ?

Etat

Poste

500

Enseignants

600

Agents des douanes

600

Autres

 ?

Municipaux

Bureaux administratifs

100

Services techniques

370

Octroi

180

Sapeurs-pompiers

66

Hôpitaux

478

Police

300

3. Branches moins concentrées (total)

 ?

Confection, cuir, distribution au détail

 ?

Services personnels, hôtels et restaurants

 ?

Bureaux des professions libérales

 ?

4. Autres

 ?

Domestiques1

5 055

Chômeurs2

2 115

Total travailleurs salariés à 3 000 francs/an ou moins

48 000

Notes sur le caractère approximatif du tableau

27En 1914, les établissements français sont classés par branches d'activité économique (enregistrées dans les nomenclatures officielles) souvent concrétisées par l'existence de réglementations spécifiques à la branche, d'associations d'employeurs et de syndicats. Nous avons estimé le nombre de travailleurs et d’établissements par recoupements. Les résultats sont donc approximatifs et lacunaires, comme le classement des branches par degré de concentration qui en découle. Le seul but de ce tableau est de donner une vision d’ensemble et de faciliter la compréhension de l’importance relative des branches et des entreprises en leur sein.

Sources principales des recoupements :

  • L'estimation du 7 septembre 1911 du nombre de salariés ayant droit à une retraite ouvrière au titre de la Loi du 5 avril 1910. Avh F2, c 13, 19.

  • Les rapports du Commissaire Italiani, Commissaire spécial de la Sûreté, chargé de surveiller les menées subversives, et leurs statistiques visant à juger l'efficacité d'une grève ou la gravité du chômage dans une branche. Voir AN F7-13.619.

  • Les chiffres fournis par : M. Amphoux,Le Havre et sa fonction industrielle, 1931 ; Annuaire du commerce du Havre, 1921 ; Borel, Laporte et Lenoir, sld., Le Havre en 1914 ; Legoy, II et III ; G. Weulersse, Le port du Havre, 1921 ; C. Lepilliez, “Les ouvriers et le mouvement ouvrier au Havre de 1914 à 1927” (mémoire maîtrise) ; J.-L. Maillard, “La révolution industrielle au Havre (1860-1914)”, (thèse) ; et J. Postaire, “Le Havre et sa région pendant la guerre de 1914-1918” (mémoire maîtrise).

Fiabilité

28Les chiffres sont confirmés par plusieurs sources et fiables pour les branches suivantes : maritime, bâtiment et travaux publics, métaux, port, imprimerie, tabac, tramways, gaz, électricité, rail. Pour les branches suivantes, ce sont seulement des estimations obtenues en additionnant le nombre de travailleurs dans toutes les entreprises mentionnées par divers auteurs : pétrole et chimie, bois-verre-brique, alimentation, textile. Les autres estimations sont plus grossières. Le chiffre pour les enseignants est obtenu en divisant le nombre d'écoliers dans toutes les écoles par 40. Le nombre des agents de douane correspond au nombre de logements et dortoirs mis à leur disposition.

  • 25 Pour 1910-1914, salaires en francs relevées par Jean Legoy, III, p. 250-264 :

29Le plus gros problème est celui des branches moins concentrées. Il existe deux chiffres pour les domestiques : un total de 5 955 dont 3 246 femmes est enregistré au bureau de placement municipal en 1913. Dans la distribution de détail, nous n'avons trouvé que le nombre d'employés des grands magasins : 500 ; dans la confection, uniquement celui des tailleurs d'habits : 180 ; dans l'industrie de la chaussure, uniquement les effectifs du syndicat des cordonniers à son point culminant en 1914 : 466. Serveuses, nettoyeuses, couturières, blanchisseuses, trieuses de café, vendeuses. Ces salariées sont rémunérées à un taux considérablement inférieur à celui des hommes, même lorsqu'elles accomplissent des tâches similaires.25

30Notons dès maintenant que les cinq branches d'activité économique où se sont implantés les syndicats les plus forts emploient peu de femmes : dans la marine marchande, quelques infirmières et femmes de ménage ; sur le port, les porteuses de briquettes de charbon et les voilières ; dans le bâtiment, les ouvrières des briqueteries ; dans les métaux, les étireuses de fil de fer ; et dans les chemins de fer, quelques gardiennes de passages à niveau (voir tableau page suivante).

Paternalistes bourgeois et amis des travailleurs

  • 26 Pour une bibliographie de la vie politique en France à la veille de la Première Guerre mondiale, vo (...)

31Quartiers sous-équipés, vastes chantiers et usines modernes conditionnent la conscience des travailleurs, mais leur culture militante s’est formée en premier lieu dans l’interaction avec leurs supérieurs dans la hiérarchie sociale, membres des classes moyennes et surtout de la bourgeoisie. Celle-ci, menée par les grands négociants, exhibe un penchant pour les causes progressistes qui la place à la gauche de la scène politique nationale.26

  • 27 Voir M. Boivin, ed., La Normandie de 1900 à nos jours, 1978 ; Legoy, III ; B. Bouffet, “Biobibliogr (...)

32Certes, les divers courants des droites françaises sont tous représentés au Havre. Mais ils sont loin d'être dominants. Les familles monarchistes (légitimistes, orléanistes et bonapartistes) et les républicains conservateurs ont fait la paix et se répartissent en “progressistes” (autour de Louis Brindeau) et “libéraux” (autour de Begouen-Demaux et de Grandmaison). Ensemble, ils forment une droite havraise qui a tissé des liens avec les officiers de la garnison, s'est alliée aux agrariens conservateurs du Pays de Caux alentour, et a lancé un journal quotidien à vocation de masse, Le Havre-Eclair, sous la direction d'Urbain Falaize. Un mouvement de jeunesse nationaliste a pris de l'ampleur pendant l'Affaire Dreyfus.27

  • 28 N.-J. Chaline, Le diocèse de Rouen-Le Havre, 1976 ; Abbé Adalbert Maurice, Le quartier Sainte-Marie (...)

33Autre force proche du parti de l’ordre, l'Eglise a comparativement peu d’influence politique. Ayant grandi tardivement sous la protection des rois puis des négociants, Le Havre n’a pas été doté d’un évêché. Plus récemment, du temps de l’Ordre moral, la tentative de susciter une ferveur religieuse populaire par les pèlerinages à la Vierge noire de Graville, a fait long feu. Au tournant du siècle, l’Eglise considère l'agglomération comme une “terre de mission”, c'est-à-dire devant être rechristianisée, et c’est dans cette optique qu’elle développe patronages et associations paroissiales.28

  • 29 Voir Petit Havre, et rapports de police et du préfet dans AN F7-13.018, 13.030 et FIII-1132 ; A. Si (...)

34En 1912, les “républicains de gauche” qui se situent en fait à droite des radicaux dominent la scène électorale. Leurs dirigeants sont issus du groupe de négociants qui ont accédé à la richesse depuis 1850 par le commerce international, l'armement, l'entreposage et le courtage notamment des cafés et cotons et du nickel. On trouve parmi eux des personnalités protestantes comme Jules Siegfried - figure de proue du républicanisme havrais, alternativement maire, député et sénateur entre 1878 et 1922 - ou Henri Génestal - maire de 1908 à 1914. Ils se présentent au petit peuple, notamment par leur quotidien à vocation populaire, Le Petit Havre, le plus lu de la région, comme les promoteurs de l’école publique et les défenseurs des intérêts du port. Se démarquant de la Normandie intérieure trop conservatrice à leur goût, et de Rouen trop peu concerné par le développement de liaisons entre Le Havre et le reste du pays, ils attribuent la cherté des vivres à la politique douanière protectionniste, et proposent une alliance aux ouvriers sur la base du libre-échange, et de la création d’un nouveau département de la Seine-Maritime distinct de la Seine-Inférieure. A l’échelon national, ils soutiennent les dirigeants de la Troisième République et la politique d'expansion coloniale.29

35Le discours républicain de gauche havrais est d’un libéralisme tempéré par la préoccupation de justice sociale. Il affirme que les institutions de la République doivent récompenser justement toutes les formes de mérite, non seulement celles qui mènent à la réussite dans les affaires, mais aussi celles des classes laborieuses qui apparaissent dans le dévouement au travail ou le service patriotique. Les “républicains de gauche” ont donc créé des réseaux d'institutions paternalistes destinées à permettre la promotion des plus méritants.

  • 30 Voir les rapports sur la vie politique ci-dessus et C. Brassy, “Léon Meyer” (maîtrise).

36Mais avec la montée du mouvement ouvrier s'ouvre un espace pour une troisième tendance républicaine, le radicalisme. Ses dirigeants proviennent des professions libérales (avocats, médecins, pharmaciens) et des métiers subalternes du négoce (courtiers, assureurs, grossistes), parfois alliés au patriciat par le mariage ou les relations mondaines. Sa base est d’origine plus populaire : petits commerçants, artisans, ingénieurs, fonctionnaires, ouvriers aisés ou chefs d'équipe, enseignants.30 Les radicaux, dirigés par Léon Meyer, se présentent aux électeurs comme plus proches des travailleurs que les républicains de gauche, trop liés au patronat : ils proposent d'aller au-delà de l'assistance paternaliste, et d'encourager l'entraide et l'autonomie ouvrières par des sociétés mutuelles, des syndicats raisonnables et des patronages laïques. Leur programme revendique un impôt sur le revenu progressif, l'extension des droits syndicaux aux fonctionnaires et la réduction de la semaine de travail. Mais c’est leur disposition à conclure des alliances électorales avec les socialistes qui les distingue le plus nettement.

37Progressistes, républicains de gauche et radicaux havrais ne sont pas les seules forces en présence. En effet, la bourgeoisie du grand port de la Manche n'a pas les mains libres dans sa propre ville puisque d'une part, les grandes sociétés de navigation, de docks, de chemins de fer et de la métallurgie, sises à Paris, déterminent leur politique d'investissement et de relations du travail largement en dehors du cadre havrais, et que, d'autre part, l'Etat central est représenté sur place par le préfet, le sous-préfet, le commissaire spécial, et l’ingénieur-en-chef du port, issu de la technocratie des Ponts et Chaussées. Dans la conception de l’Etat, le port du Havre, “poumon” du Bassin parisien, doit essentiellement fonctionner sans prélèvement abusif par les négociants sur les marchandises en transit, et sans interruption du trafic par des ouvriers trop agités.

38Ces intérêts concurrents s'entendent néanmoins pour reconnaître le danger qu’il y aurait à abandonner la vaste population ouvrière de la ville à son sort, et mettent donc l’accent sur une politique active de cooptation et de coercition sélectives.

“L’argent placé au service de certaines grandes causes...”

39Le principal mécanisme d'intégration réside dans le système scolaire, avec ses seize écoles maternelles, dix-sept écoles de garçons, seize écoles de filles, un lycée de garçons et un lycée de filles. Sa promesse de justice sociale est affirmée explicitement par la Ligue de l'Enseignement, qui réunit parents, enseignants et personnalités politiques, et glorifiée en fin d'année scolaire par la cérémonie de remise des prix aux meilleurs élèves.

40D’autres voies de promotion sociale sont ouvertes aux travailleurs adultes par l'avancement à des postes plus qualifiés ou de maîtrise, par l'établissement à leur propre compte, en petite entreprise, ou par un séjour dans les colonies françaises. La bourgeoisie éclairée encourage également les ouvriers prévoyants à acheter une maison et à cultiver un jardin. Qu'ils soient en pratique peu efficaces pour le plus grand nombre, n'empêche pas ces instruments de promotion sociale de diffuser l'impression d'une société fluide et juste.

  • 31 Voir Abbé Adalbert Maurice, Le quartier Sainte-Marie du Havre, 1929.

41Les notables républicains laïcs n’ont pas le monopole des efforts d’intégration de la classe ouvrière. La droite plus classique développe aussi ses réseaux de services et d’influences dans les milieux populaires. Par exemple, la maison Courant, qui possède la filature locale, collabore avec l’église en embauchant souvent ses employées sur l’avis d’animateurs catholiques, notamment du patronage de filles. Les Sœurs de Saint-Vincent de Paul s’occupent d’une garderie d'enfants tout près de l'usine où les ouvrières prises en charge peuvent laisser leurs enfants pendant le travail.31 Plus moderne, Urbain Falaize, du Havre-Eclair, sympathise avec le courant chrétien social du Sillon et encourage ses œuvres sociales.

42L’Hôtel de Ville, sous l'impulsion de ses dirigeants laïques, rivalise avec l'Eglise dans l'offre de services auparavant dispensés par des œuvres charitables. Ainsi, le Bureau de Bienfaisance a distribué une aide à treize mille personnes dans le besoin en 1913. La cité a construit un deuxième hôpital à côté de l'Hôpital général, plus ancien, géré par des Sœurs hospitalières. Les services de placement municipaux complètent ou concurrencent les réseaux de l'Eglise en recommandant de nombreux employés de commerce, clercs de bureau, apprentis et domestiques à leurs futurs employeurs.

  • 32 J. Siegfried, Le cercle Franklin au Havre, 1877.

43Ces institutions publiques doivent, dans l'esprit de certains de leurs initiateurs, détourner les travailleurs non seulement du cléricalisme, mais aussi du mouvement ouvrier, du moins des organisations ouvrières combatives. Jules Siegfried avait exposé cette volonté lors de l'inauguration du Cercle Franklin, un des premiers lieux conçus spécialement pour attirer les couches laborieuses : “L'argent placé au service de certaines grandes causes, peut produire ce que j'appellerais des intérêts moraux considérables, et résulter dans la paix des esprits et l'apaisement des passions politiques et sociales”.32

44Après la légalisation des syndicats, la mairie a offert à chaque syndicat un local permanent à Franklin, à la condition que le syndicat obéisse au règlement intérieur qui interdit toute activité politique partisane. L'objectif de cette condition apparaît clairement en 1901, quand le conseil municipal décide de continuer à loger les syndicats individuels, mais non la Fédération des Syndicats à laquelle ils sont affiliés. 11 s'agit d'empêcher que les membres de syndicats ne dépassent trop facilement les limites d'un corporatisme étroitement défini. Les subventions aux syndicats visent le même objectif : accoutumer les syndicats à une situation de dépendance partielle et provoquer un sentiment de gratitude et d'obligation à l'égard des édiles.

45Les dirigeants de la bourgeoisie éclairée favorisent la collaboration de classe entre eux-mêmes et le mouvement ouvrier par bien d'autres moyens. L'un d'eux consiste à offrir aux dirigeants syndicaux ou socialistes des sièges au conseil municipal, en échange de leur appui à une liste électorale. Ainsi en 1908, Jules Jennequin, dirigeant socialiste havrais en vue, accepte une telle offre et devient adjoint du maire républicain de gauche, Henri Génestal. De même, les radicaux invitent des dirigeants syndicalistes des dockers, des marins et des cheminots à se joindre à leur liste.

  • 33 Voir J.-J. Chevalier et P. Gélard, “René Coty”, Ethnopsychologie, janvier-juin 1982.

46Des avocats républicains de gauche et radicaux se spécialisent en droit du travail, offrent leurs services aux conseillers prud'hommes ouvriers et défendent les syndicalistes victimes de persécutions patronales. René Coty, par exemple, qui commence une grande carrière politique comme républicain de gauche, prend la défense de Jules Durand, le secrétaire des charbonniers condamné à mort, sur les instances de la Transat, en 1910.33 Des médecins comme Fauvel, candidat radical, exercent dans des quartiers populaires. A côté de ces avocats et médecins du peuple, on trouve aussi des assureurs, des pharmaciens et des instituteurs dont la clientèle ou les relations dans les milieux populaires peuvent être un atout au moment des élections.

47Ces pratiques ralentissent la formation d'une conscience de classe ouvrière, ou l'émoussent là où elle existe déjà. Mais elles ne réussissent pas toujours à bloquer l'action collective de toutes les couches populaires, d'où le recours occasionnel à la répression.

Les garde-fous

  • 34 Voir le résumé de M-G. Dezès sur les “syndicats jaunes” dans C. Willard, ed., La France ouvrière. T (...)

48La forme de répression la plus courante est celle des employeurs sur les lieux de travail : les amendes, le refus d'un avancement ou d'une hausse de salaire, le licenciement, la liste noire ou l'expulsion d'un logement fourni par la compagnie. Au cours de grèves importantes, comme celle des cheminots en 1910, les employeurs engagent des volontaires pour protéger les briseurs de grève. Enfin, certains patrons suscitent la création de syndicats anti-grévistes, dits “jaunes” ; ces derniers sont établis au Havre en 1903 par le dirigeant national Pierre Biétry, mais périclitent après 1910.34

49A une échelle plus réduite, les militants sont observés et, parfois, harcelés par la police. Le Ministère de l’Intérieur a placé au Havre un commissaire spécial de la Sûreté dont la tâche principale est la surveillance du mouvement ouvrier. Dans la période qui nous concerne, 1912-1923, c’est le Commissaire Italiani : il conseille le maire, le sous-préfet et le préfet sur la tactique à suivre dans les conflits du travail et autres mouvements sociaux. Avec l’assistance d’informateurs, il fiche les militants, ce qui lui permet d'avoir recours à des procédés d'intimidation de manière sélective, d'opérer des perquisitions à leur domicile, d'y saisir la littérature jugée propre à troubler l'ordre public, ou d'arrêter des personnes-clés à des moments délicats des grèves ou campagnes d'agitation. La plupart des dirigeants syndicalistes havrais ont ainsi connu la prison.

50Pour les opérations répressives plus larges contre les grèves, les autorités publiques utilisent la police municipale. Mais ses trois cents policiers s’avèrent parfois trop peu nombreux, ou trop vulnérables à la désapprobation populaire dans les quartiers où ils résident. C'est pourquoi ils sont épaulés par plusieurs unités de gendarmerie mobile stationnées dans des casernes à Yvetot, dans le Pays de Caux rural, et relevant du Ministère de la Guerre.

51La garnison du Havre se compose de deux mille six cents soldats auxquels les autorités ont fait appel pour contenir ou disperser des manifestations ou des foules de grévistes en 1900, 1906, 1910 et 1911, ainsi que durant la grève massive des dockers et marins de l'été 1912. Mais l'usage fréquent de la troupe contre les grèves nuit à l'image de l'armée et sape l’esprit d'unité nationale si nécessaire à sa force en cas de guerre internationale. C'est probablement ce qui a conduit les autorités à envisager le déploiement d'une brigade de gendarmerie au Havre même.

52Ce mélange de concessions et de promesses ponctué de répressions, n'a pas empêché la floraison d'un vaste mouvement populaire.

Notes

1 Voir C. Ollivier, “Aspects particuliers du syndicalisme havrais : l’Affaire Durand” (maîtrise) ; A. Scoff, Un nommé Durand ; et la version romancée d’A. Salacrou, Boulevard Durand.

2 Avec Graville, annexée en 1919, 152 000 ; avec les communes adjacentes de Sanvic, Bléville et Sainte-Adresse, 169 000. L'agglomération inclut les villes reliées au Havre par le tramway, le train de banlieue ou des intérêts économiques majeurs, comme Harfleur, Gonfreville, Montivilliers et Rouelles. Voir Dénombrement officiel de la population du département (Seine-Inférieure), 1911, 1912.

3 Chiffres estimés arrondis ; pour les sources et méthodes de calcul, voir J. Barzman, “Peuple et mouvement ouvrier havrais en 1914” (DEA), et les notes du tableau aux pages 32-33. Ces estimations sont données à titre indicatif, et ne sauraient servir à des comparaisons fines.

4 C'est la zone qui sera rasée par les bombardements anglo-américains de 1944, mais le port de Honfleur, sur l'autre rive de la Seine, nous rappelle la physionomie de l'ancien quartier du vieux port du Havre.

5 Ces conditions sont résumées par J. Legoy, Le peuple havrais et son histoire - t. 2 Du négoce à l'industrie - 1800-1914 - Le cadre de vie, (désormais Legoy II), p. 103, 132, 141-142 et 151-152. Les taux cités sont tirés de Legoy II.

6 Voir D. Barnes, The Making of a Social Disease. Tuberculosis in Nineteenth-Century France.

7 Borel, Laporte et Loir, eds., Le Havre en 1914 ; Legoy II, p. 98.

8 J. Legoy II, p. 127 et 129.

9 Sur l'économie française vers 1914, voir la bibliographie de D. Barjot, Histoire économique de la France au XIXe siècle. Pour le taux de concentration du travail dans les branches industrielles et les départements, voir J.-L. Robert, La scission syndicale de 1921. Essai de reconnaissance des formes. On le mesure en gros par le nombre d'ouvriers par établissement et le pourcentage de grands établissements par branche.

10 Sur la Normandie et le Havre, voir : M. Amphoux, Le Havre et sa fonction industrielle ; M. Boivin, ed., La Normandie de 1900 à nos jours ; J. Legoy, Le peuple du Havre et son histoire, t. II et III ; G. Weulersse, Le port du Havre ; A. Vigarié, Les grands ports de commerce de la Seine au Rhin. Leur évolution devant l'industrialisation des arrière-pays.

11 Nos indications sur l'industrie maritime sont tirées de : M. Barbance, Histoire de la Compagnie Générale Transatlantique ; R. Carour, Sur les routes de la mer avec les Messageries maritimes ; Cgt-Fédération nationale des Syndicats maritimes, Pages d'histoire maritime commerciale ; E. Lanier, La Compagnie Générale Transatlantique ; France. Ministère de la Marine marchande, Notre Marine marchande ; Legoy II ; AN F7-13.619 et 13.759. Parmi les autres grands armements au Havre : la Société des Chargeurs Réunis, la Compagnie Havraise Péninsulaire, la Société Navale de l'Ouest, les Messageries Maritimes, Cunard et Hamburg-Amerika Lines.

12 Les voiliers ne restent rentables que sur quelques routes comportant de très longues étapes, comme le transport du nickel de Nouvelle-Calédonie.

13 Voir Chambre de Commerce du Havre, Revue statistique de la navigation, du commerce et de l'industrie, 1914.

14 J.-L. Robert signale à propos des journaliers et manœuvres : “Le caractère temporaire ou instable de leur travail ne peut se confondre nécessairement avec un isolement de celui-ci. ” La Scission..., p. 16.

15 On a, un temps, préféré le terme de “dockers” pour ces magasiniers, et “d'ouvriers du port” pour les journaliers, mais les frontières terminologiques, enjeux de privilèges, ont varié.

16 M. Amphoux, op. cit. ; Annuaire du commerce du Havre 1911, Micaux, p. 132 et sq. ; Legoy II, p. 47-77 ; Avh 12, c7,114 bis ; AN F7-13.619

17 Outre les sources déjà mentionnées, voir : Chambre syndicale des constructeurs de navires et de machines marines, documents 650 à 748 ; Chambre syndicale des industries métallurgiques - Le Havre, Centenaire de la Chambre syndicale des industries métallurgiques - Le Havre : l'évolution des industries métallurgiques, mécaniques, électriques et connexes de 1881 à nos jours ; La construction navale en France, 1933 ; J.-L. Maillard, “La révolution industrielle au Havre (1860-1914)” DEA.

18 Les principales encore en vie sont : les chantiers Augustin Normand, spécialisés dans la construction de vaisseaux de guerre ; la fonderie Bassot (cuivre, zinc et plomb) ; la société Caillard, qui répare les navires et fabrique des équipements portuaires ; Le Nickel Pur, une fonderie ; et Dupont, constructeur de machines. Voir Maillard, op. cit.

19 En 1930, ce rapport est de deux ouvriers qualifiés par ouvrier spécialisé : La construction navale en France, 1933, p. 98.

20 D. Ringuenet, “Le commerce et l'industrie du pétrole au Havre, des origines aux événements de Suez (1861-1956)”, Etudes normandes, 1975 ; G. Ribeill, Le personnel des chemins de fer. I. Des origines à 1914 ; C. Gueulin, “Les cheminots de la Seine-Inférieure de la fin du Second Empire à 1914”, (maîtrise).

21 On y trouve peu de syndicats et aucune base importante du syndicalisme révolutionnaire, ce qui explique le peu d’attention portée par la police à ce secteur, et, par suite, la pauvreté de nos statistiques.

22 Voir R. Bridenthal et C. Koonz, Becoming Visible : Women in European History ; J. Heinen, ed., Femmes et mouvement ouvrier ; T. Kaplan, “Female Consciousness and Collective Action : the Case of Barcelona 1910-1918”, Signs 1982 ; E. Sullerot, Histoire et sociologie du travail féminin ; M.-H. Zylberberg-Hocquart, Féminisme et syndicalisme en France.

23 Voir les remarques de J.-L. Robert sur les femmes dans la population active, dans La Scission..., p. 23-25. Nous avons établi ces estimations par les recoupements décrits dans le tableau p. 32-33.

24 Voir le recensement de 1911 dans Avh F1, c2, 19.

25 Pour 1910-1914, salaires en francs relevées par Jean Legoy, III, p. 250-264 :

métiershommesfemmesbriques et tuiles (moyenne)4,00/jour2,75/jourtabacs (moyenne)5,60/jour3,60/jourfilature Courant4.50/jour2,75/jourgrands magasins5,30/jour2,30 à3,60/jourenseignants1100 +700/an1100 +400/andomestiques900 à 1000/an400 à 600/an

26 Pour une bibliographie de la vie politique en France à la veille de la Première Guerre mondiale, voir M. Rebérioux, La République radicale ? 1898-1914.

27 Voir M. Boivin, ed., La Normandie de 1900 à nos jours, 1978 ; Legoy, III ; B. Bouffet, “Biobibliographie des personnalités politiques en Seine-Inférieure au XIXe et XXe siècles (Ille République, 1870-1940)” (maîtrise) ; J.-P. Lousse, “Sociologie électorale du Havre” (thèse).

28 N.-J. Chaline, Le diocèse de Rouen-Le Havre, 1976 ; Abbé Adalbert Maurice, Le quartier Sainte-Marie du Havre, 1929.

29 Voir Petit Havre, et rapports de police et du préfet dans AN F7-13.018, 13.030 et FIII-1132 ; A. Siegfried, Jules Siegfried 1837-1922 ; Mes souvenirs de la Troisième République. Mon père et son temps, 1836-1922 ; et Tableau politique de la France de l'Ouest sous la Troisième République ; et J. P. Lousse, Sociologie...

30 Voir les rapports sur la vie politique ci-dessus et C. Brassy, “Léon Meyer” (maîtrise).

31 Voir Abbé Adalbert Maurice, Le quartier Sainte-Marie du Havre, 1929.

32 J. Siegfried, Le cercle Franklin au Havre, 1877.

33 Voir J.-J. Chevalier et P. Gélard, “René Coty”, Ethnopsychologie, janvier-juin 1982.

34 Voir le résumé de M-G. Dezès sur les “syndicats jaunes” dans C. Willard, ed., La France ouvrière. Tome 1 : Des origines à 1920, p. 347-348.

Notes de fin

1 Les domestiques peuvent être les mêmes personnes que certains salariés des branches moins concentrées (cf. femme de ménage alternant avec blanchisseuse).

2 Les chômeurs peuvent être comptés comme travailleurs de branches spécifiques par certains auteurs.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search