Version classiqueVersion mobile

Dockers, métallos, ménagères : Mouvements sociaux et cultures militantes au Havre (1912-1923)

 | 
John Barzman

Introduction

Texte intégral

  • 1 AN F7-12.273 : Lettre du 13/4/1919.
  • 2 AN F7-13.760 : Rapport du 10/7/1919.
  • 3 Le lecteur trouvera une liste des abréviations au début de l'ouvrage.
  • 4 Le 12/7/1919 ; l’auteur note que la Présidence du Conseil n’a que partiellement démenti ces propos.

1En avril 1919, le préfet de la Seine-Inférieure, Charles Lallemand, écrit au Ministre de l’Intérieur à propos de la situation au Havre : “J'observe que l'état d'esprit qui prévaut dans le prolétariat est tel que, plus on satisfait ses revendications, plus il en réclame de nouvelles ; il est conscient de sa force, tant du point de vue mondial que national, et sa soif d’exercer sa ‘dictature’ a été aiguisée par les exemples qui se multiplient”.1 En juillet, l’équipage du Touraine, un paquebot de la Transat, annonce que le navire ne quittera pas le port du Havre tant que ses hommes n’auront pas reçu des excuses formelles de la part du commandant, Monsieur Bordeaux, qu’on a entendu dire au salon : “Ce qu’il faut pour mater la classe ouvrière, c’est le sabre !”2 Quelques semaines plus tard, Caspar-Jordan, éditorialiste au Petit Havre, rapporte que Clemenceau, alors Président du Conseil, aurait déclaré aux dirigeants de la Confédération générale du travail (Cgt)3 : “En 1789, la noblesse indigne a fait faillite. Aujourd’hui la bourgeoisie, incapable, ne se montre pas à la hauteur de l’Histoire. Le moment est venu pour vous de prendre notre succession”4. Les acteurs de l’époque n’hésitent donc pas à désigner les couches populaires urbaines du terme de classe ouvrière, et à leur attribuer une culture et des projets communs, qu’on peut résumer dans la formule “mouvement ouvrier”.

2Soixante-dix-sept ans plus tard, les avis sont moins tranchés. De nombreux historiens et sociologues estiment que cette classe n’a eu qu’une brève existence, et surtout qu’elle ne fut jamais ni homogène ni porteuse, en tant que telle, d’un projet de transformation sociale. Leur argument se fonde, au moins en partie, sur le déclin de la grande usine et l’affaiblissement des partis communistes. D’autres, dans la mouvance post-moderniste, vont jusqu’à remettre en cause l’existence même d’une telle classe ailleurs que dans le discours que se renvoyaient à l’époque militants, journalistes, politiciens et statisticiens. Cependant, il suffit d’une vague revendicative comme celle qu’a connue la France en novembre et décembre 1995, pour que des journalistes se demandent si le mouvement ouvrier n’a pas été enterré avant son heure. La première question que nous posons ici concerne donc la nature de ce phénomène que les contemporains désignaient du nom de classe ouvrière.

3Nous chercherons à montrer que, dans la France du début du vingtième siècle, certains comportements des couches populaires urbaines (syndicats, grèves, partis, votes, manifestations, coopératives, action des femmes, réseaux de voisinage) peuvent se comprendre comme des formes d’action collective choisies alternativement, selon des critères d’opportunité et d’efficacité, par des groupes qui se reconnaissent dans une culture commune. Cette logique échappe à l’analyse lorsqu’on étudie ces pratiques séparément, selon qu’elles se produisent dans les espaces économique (de l’entreprise et du syndicalisme bien ordonné), politique (des citoyens et candidats au pouvoir) ou associatif (du quartier). Considérées dans leur ensemble, par contre, elles témoignent de l’existence d’une culture ouvrière et populaire, qui se compare, s’adapte ou s’oppose à celles des autres classes au sein d’une culture locale. C’est pourquoi nous avons choisi un cadre urbain pour cette étude.

  • 5 Sur les six vagues du XXe siècle (1906, 1917-1920, 1936, 1947-48, et 1968), voir P. Fridenson : “Le (...)

4Ces pratiques ouvrières et populaires manifestent leur cohérence dans un contexte historique particulier, celui de vagues de luttes. En effet, elles se transforment au gré du conflit social, rythmé par une succession de cycles au sein desquels on distingue des phases d’épuisement, de calme plat, d’accumulation de griefs et d’énergies, débouchant sur une épreuve de force, et suivies par une période de digestion des acquis et de réflexion. Pour restituer leur sens, il nous fallait donc examiner un cycle entier de radicalisation. Nous avons choisi de partir du ressac de la première grande vague de grèves, aux environs de 1911, pour conclure sur celui de la deuxième, aux environs de 1923.5 Ce découpage chronologique correspond mieux à notre sujet que les césures conventionnelles de 1914 et 1918.

  • 6 Des phénomènes voisins de ce que nous appelons ici modérantisme sont parfois désignés par les terme (...)

5Notre deuxième question, partant d’une interrogation sur les origines du communisme, s’est élargie au problème des mécanismes de polarisation du mouvement social entre le modérantisme et la radicalité6. Nous avons cherché à distinguer trois séries de causalités : premièrement, celle qui incline un milieu social particulier vers la combativité ou la conciliation ; deuxièmement, celle qui ordonne ces choix impulsifs autour des deux pôles précités, parfois jusqu’à la scission en organisations concurrentes, et troisièmement, celle qui conduit ces centres rivaux vers des idéologies et des formes organisationnelles précises.

  • 7 Voir J. L. Dufour et M. Vaïsse, La guerre au XXe siècle, 1993, p. 48-81.
  • 8 La formule est d’E. J. Mobsbawm, The Age of Extremes, 1994.

6Nous nous demanderons en particulier dans quelle mesure le caractère abrupt de cette division a été déterminée par l’expérience des luttes dans les circonstances de la Grande Guerre, autant sinon plus que par les techniques de la grande usine ou l’attraction du modèle bolchevique. En effet, la guerre a accéléré les tendances à l’acharnement des adversaires, et uniformisé, centralisé et internationalisé les activités économiques et la vie politique, traits que l’on retrouve dans le mouvement ouvrier de l’entre-deux-guerres.7 Le deuxième conflit mondial aurait alors confirmé et prolongé l’efficacité apparente des solutions trouvées dans la foulée du premier, et confirmé le XXe siècle dans son image “d’ère des extrêmes”.8

  • 9 Contrairement à l’image récente du Havre comme “ville communiste”, ce n’est qu’entre 1938 et 1944 q (...)

7Pour évaluer le degré de polarisation atteint à chaque stade, et l’importance relative des facteurs idéologiques, technologiques, économiques ou militaires dans cette évolution, nous soulignerons les éléments de modérantisme et de radicalité présents dans les phénomènes étudiés. Nous verrons que les étapes du processus apparaissent nettement au Havre, mais débouchent sur une scission organisationnelle dans laquelle le pôle de radicalité est dominant mais non communiste, configuration assez exceptionnelle pour la France.9

8On ne peut évidemment tirer directement de conclusions valables pour le pays tout entier, d’une étude de cas local. Le Havre est à l’époque une ville moyenne qui se distingue des autres villes françaises de la même taille par sa fonction portuaire et commerciale, l’importance de la grande industrie, la faiblesse du secteur administratif et des services, son sentiment de ne pas appartenir au même tissu culturel que l'arrière-pays, le Pays de Caux, et la domination politique des républicains de gauche. La période étudiée ici (environ 1912 à 1923) est une période particulière de l’histoire de la ville, celle où le patriciat négociant, qui a gouverné la ville depuis le milieu du XIXe siècle, perd le pouvoir au profit des couches moyennes radicales portées par une forte poussée des mouvements revendicatifs ouvriers. C’est aussi le moment où la fonction d’emporium du port commence à décliner, alors que l’industrie progresse. Toutes ces particularités doivent être prises en compte pour éviter des généralisations abusives, mais aussi pour reconnaître les tendances nationales et internationales qui se manifestent dans la vie du port normand.

  • 10 Généralement liés au commerce et à la marine marchande ; Faure et Coty ont également été Présidents (...)
  • 11 Charles Marck à la Fédération des Ports et Docks puis à la Cgt avant 1914 ; puis, entre les deux gu (...)

9Par ailleurs, en raison même de sa position particulière, Le Havre a joué un rôle significatif à plusieurs titres à cette époque. Il a fourni une partie du personnel dirigeant de la république (Félix Faure, Jules Siegfried, Léon Meyer, et, plus tard, René Coty, acteurs de cette période, ont dirigé des ministères et commissions parlementaires10) et du syndicalisme français (Charles Marck, Jean Legall, Henri Gautier11). Il a servi de base stratégique arrière aux années française, britannique et américaine pendant la Première Guerre mondiale, et de voie de passage des influences et capitaux français vers les partenaires commerciaux et les colonies de la France, aussi bien que des influences étrangères y pénétrant. Enfin, en raison de sa modernité et du caractère extrême de ses problèmes sociaux, Le Havre a servi de laboratoire d’expérimentation sociale dans des domaines aussi divers que la création de bourses du travail, la lutte contre la tuberculose, le front unique ouvrier et la grève avec occupation d’usine. Son étude présente donc un intérêt non seulement au point de vue comparatif, mais aussi de l’enchaînement particulier des événements.

10Nous commençons cet ouvrage par un relevé des tendances du mouvement ouvrier avant la guerre, à peu près de 1912 à 1914. Dans une deuxième partie sur la guerre, nous examinons une société où le mouvement ouvrier tombe d’abord dans une atonie presque totale, puis se redresse brusquement, entraînant une série de recompositions internes. La troisième partie est consacrée au point culminant du cycle de radicalisation ouvrière étudié ici, l’année 1919. Dans la quatrième, nous examinons les circonstances de la scission du mouvement ouvrier et l’émergence de nouvelles frontières organisationnelles et idéologiques en son sein. La grève générale de l’été 1922, signe de la désynchronisation de la situation havraise par rapport à la moyenne française, est au cœur de la cinquième partie et nous permet de souligner les changements intervenus dans la décennie précédente. Nous tirons quelques enseignements de cette histoire dans la conclusion.

  • 12 J. Barzman, Labor and Politics in France : Le Havre 1913-1923, PhD Dissertation UCLA 1987, UMI Micr (...)

11Ce livre était à l’origine une thèse.12 Nous l’avons mise à jour, traduite, abrégée en éliminant notamment les références longues à la vie politique, économique et sociale du pays que le lecteur français peut facilement connaître, et augmentée d’une introduction et d’une conclusion nouvelles. Le lecteur discernera rapidement dans les lignes qui suivent le point de vue d’un homme de la dernière décennie du vingtième siècle, ayant longtemps séjourné aux États-Unis, sensible aux espoirs que le mouvement ouvrier, étudié ici, a incarnés. Espérons qu’il y reconnaîtra aussi la volonté de comprendre comment les choses se sont réellement passées, en toute lucidité.

Notes

1 AN F7-12.273 : Lettre du 13/4/1919.

2 AN F7-13.760 : Rapport du 10/7/1919.

3 Le lecteur trouvera une liste des abréviations au début de l'ouvrage.

4 Le 12/7/1919 ; l’auteur note que la Présidence du Conseil n’a que partiellement démenti ces propos.

5 Sur les six vagues du XXe siècle (1906, 1917-1920, 1936, 1947-48, et 1968), voir P. Fridenson : “Le conflit social”, in A. Burguière et J. Revel, Histoire de la France. L’Etat et les conflits, p. 389. Le lecteur trouvera les références complètes des ouvrages cités en notes dans la liste des sources en fin de volume.

6 Des phénomènes voisins de ce que nous appelons ici modérantisme sont parfois désignés par les termes de réformisme, pragmatisme et tendance à la concertation, à la conciliation, ou à la collaboration de classe, chacun recouvrant des nuances différentes selon les circonstances ; de même, des éléments de ce que nous appelons ici radicalité sont parfois désignés par les termes combativité, extrémisme, intransigeance, esprit de lutte de classe ou esprit révolutionnaire.

7 Voir J. L. Dufour et M. Vaïsse, La guerre au XXe siècle, 1993, p. 48-81.

8 La formule est d’E. J. Mobsbawm, The Age of Extremes, 1994.

9 Contrairement à l’image récente du Havre comme “ville communiste”, ce n’est qu’entre 1938 et 1944 que le Parti communiste acquiert une position dominante au sein du mouvement ouvrier havrais. Il n’est ensuite qu’une composante de la majorité municipale de 1944 à 1947, et reçoit le siège de maire pour la première fois de 1956 à 1959 ; il le retrouve de 1965 à 1995.

10 Généralement liés au commerce et à la marine marchande ; Faure et Coty ont également été Présidents de la République (respectivement 1895-1899 et 1953-1958).

11 Charles Marck à la Fédération des Ports et Docks puis à la Cgt avant 1914 ; puis, entre les deux guerres, Jean Le Gall, à la Fédération des ports et docks et Henri Gautier à la Fédération de la métallurgie.

12 J. Barzman, Labor and Politics in France : Le Havre 1913-1923, PhD Dissertation UCLA 1987, UMI Microfilms. Une copie est déposée au Crhmss, 9 rue Malher, Paris.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search