Version classiqueVersion mobile

Dockers, métallos, ménagères : Mouvements sociaux et cultures militantes au Havre (1912-1923)

 | 
John Barzman

Préface

Jean-Jacques Becker

Texte intégral

1L'histoire du mouvement ouvrier en France a été davantage celle des organisations et de leurs dirigeants que celle des ouvriers dans leur combat social. Elle a été le plus souvent une histoire d'ampleur nationale. Un ouvrage, comme celui de John Barzman qui entend s'intéresser aux ouvriers et à ceux d'une ville ouvrière, Le Havre, est donc le bienvenu. Pour y parvenir l'historien américain a dépouillé une masse immense d'archives locales et il en a tiré quelque déception ; la lecture des nombreux ouvrages dont il était nourri de sociologues ou d'historiens anglo-saxons sur la nature de la classe ouvrière ne lui a guère servi, la réalité étant fort différentes des théories les plus élaborées. De même, à la lecture de certains des contempteurs des célèbres thèses d'Annie Kriegel, il pouvait se demander s'il ne trouverait pas matière à conforter leur point de vue.

2John Barzman a réagi en historien, c'est un de ses grands mérites, c'est-à-dire qu'il dit ce qui lui est apparu en fonction de ses sources, même si cela contredit ses hypothèses de départ.

3Le cas du Havre est particulièrement intéressant : dans cette ville à présence ouvrière forte, la tradition d'avant-guerre était celle d'un mouvement ouvrier reposant très largement sur la vitalité du syndicalisme révolutionnaire et sur la faiblesse de l'emprise socialiste : les milieux populaires votaient peu et, quand ils le faisaient, ils apportaient plutôt leur voix au courant radical qu'au courant socialiste. La tradition était donc, dès l'avant-guerre, d'une présence notable d'un courant révolutionnaire qui se voulait extérieur à la société globale et à ses institutions. Le Havre pouvait alors être considéré comme un des centres en France du syndicalisme révolutionnaire, s'appuyant d'abord sur la catégorie des dockers.

4L'échec du syndicalisme révolutionnaire à s'opposer à la guerre, le triomphe de l'esprit national sur l'esprit de classe, expliquent dans une certaine mesure l'effacement du mouvement ouvrier et en particulier du mouvement syndical en France pendant la guerre. Au Havre, le rythme est le même qu'ailleurs : pratiquement rien jusqu'en 1917 et une renaissance du mouvement social à partir de cette date. De ce point de vue, malgré sa tradition révolutionnaire, Le Havre apparaît très en retrait par rapport à d'autres centres ouvriers, comme le bassin de la Loire par exemple.

5On comprend pourquoi : les mouvements de 1917 et de 1918 ont été d'abord des mouvements de métallurgistes. Or au Havre, ce sont les dockers qui donnaient le ton et ils se montrent peu actifs - syndicalement parlant - pendant l'ensemble de la guerre.

6En revanche, Le Havre prend toute sa place, et même au-delà, dans les luttes ouvrières une fois la guerre terminée, et les ouvriers du Havre se placent très clairement dans le pôle de “radicalité”, comme le souligne John Barzman. Lors de la scission du parti socialiste, la majorité est nettement du côté du mouvement communiste, lors de la scission syndicale, à travers des péripéties complexes et un goût marqué pour l'autonomie, la majorité est du côté révolutionnaire, communiste, mais aussi syndicaliste-révolutionnaire : à l'intérieur de la Cgtu ou à côté, les syndicalistes-révolutionnaires continuent d'avoir un rôle central au Havre. Néanmoins, il faut le préciser, ce ne sont plus les dockers qui sont en pointe, mais les cheminots et surtout les métallurgistes qui animèrent la très longue grève locale de l'été 1922.

7Qu'en est-il du rôle de la guerre dans tout cela ? Faible pendant le conflit lui-même, il est sans aucun doute important une fois la guerre terminée. Comme ailleurs, le souvenir de la guerre n'est pas absent de l'adhésion au communisme, on parle des sacrifices consentis, même si ces sacrifices ont été infiniment moindres que ceux des ruraux...

8Ce qui domine incontestablement dans le mouvement ouvrier havrais, ce sont les prises de position révolutionnaires et ce goût, il ne l'a pas pris pendant la guerre, mais John Barzman le montre bien, il l'avait avant. D'où aussi cette sorte de contradiction entre la vigueur du mouvement social et sa faible traduction sur le plan politique. Le pouvoir de Léon Meyer, maire radical du Havre de 1920 à 1940, reposait sur le soutien du radicalisme, mais aussi du socialisme modéré.

9L'essentiel de l'histoire que conte John Barzman se situe après la guerre. En 1918, il n'en est encore qu'au tiers de son ouvrage et il consacre les deux tiers suivants à la période 1918-1922. En fait, c'est bien cette période qui est décisive parce que c'est alors qu'éclate la bipolarité réformiste-révolution qui a toujours été latente dans le mouvement ouvrier français, mais c'est alors que la séparation se fait clairement et pour longtemps. Le Havre n'est pas toute la France : ailleurs, les rapports de force ont été inverses, mais le principe a été le même.

10John Barzman fait une très belle démonstration : tant le souvenir de la guerre que finalement la révolution bolchevique ont au mieux jouer le rôle d'accompagnement de ce mouvement de fond qui prend toute sa dimension dans les luttes quotidiennes de l'après-guerre, mais par un phénomène dialectique, l'adhésion au communisme a servi ensuite de séparation consciente entre réformisme et révolution. Les conséquences ultérieures n'ont plus été seulement du domaine de l'apparence...

11L'historien américain donne une leçon aux historiens français : ce n'est qu'en se colletant avec les réalités de la documentation locale que les situations peuvent être décrites et analysées, dans leur complexité et leur diversité.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search