Version classiqueVersion mobile

Dockers, métallos, ménagères : Mouvements sociaux et cultures militantes au Havre (1912-1923)

 | 
John Barzman

Remerciements

Texte intégral

1Les travaux de recherche et l’édition de cet ouvrage n’auraient pas été possibles sans le soutien de la Bourse Chateaubriand du Ministère des Affaires étrangères de France, de la Division des études avancées de l’Université de Californie à Los Angeles (UCLA), et du Centre interdisciplinaire de recherche sur les transports et les affaires internationales de l’Université du Havre.

2Plusieurs professeurs ont guidé mon enthousiasme juvénile pour l’histoire ouvrière vers une étude plus rigoureuse et plus large des faits sociaux, politiques et culturels. Charles Maier, de l’Université de Harvard, et Harvey Goldberg, de l’Université de Wisconsin, m’ont orienté vers le vingtième siècle français. John Laslett, de l’UCLA, m’a appris à considérer les syndicats dans le cadre de leur branche, et Robert Brenner, également de l’UCLA, à prendre en compte les grandes tendances du développement économique. Temma Kaplan, alors à UCLA, a attiré mon attention sur la multiplicité des formes de l’action collective.

3En France, j’ai bénéficié des conseils et suggestions d’Antoine Prost, de Patrick Fridenson et de Madeleine Rebérioux, de l’Université de Paris, et de Marcel Boivin, de l’Université de Rouen. En ce qui concerne les sources, Françoise Winock, du Centre de recherche sur les mouvements sociaux et le syndicalisme à Paris, Francis Hazard, de la Bibliothèque d’histoire de l’Université de Rouen, François Burckard, conservateur des Archives départementales de la Seine-Maritime, et Sylvie Barot, conservateur des Archives de la Ville du Havre, m’ont guidé vers la documentation dont ils avaient la charge.

4A Rouen et au Havre, j’ai été encouragé et aidé par Pierre Louvard, Thierry Vigne, Jean-Jacques Doré et Pascal Jacq, qui avaient travaillé sur l’histoire locale, par Gaston Legoy, vétéran de la cause ouvrière et grand collectionneur de documents, et Jean-Pierre Lousse, adjoint au maire du Havre pour l’urbanisme. Jean-Claude Laumonier, Daniel Desfeux, Alain Montaufray et Pierre Jeanne m’ont hébergé. Robert Louvard, secrétaire du syndicat des typographes, m’a introduit à ses camarades syndicalistes, qui ont bien voulu témoigner et que je remercie ici : Louis Eudier, ancien secrétaire du syndicat des métallurgistes, Gustave Avisse, ancien secrétaire du syndicat des camionneurs, Charles Jacky, ancien secrétaire du syndicat des typographes, ainsi que Simone Labesse, militante de la grève de 1922, et Michèle Gautier, fille d’Henri Gautier. Tous ont su rendre actuelle l’histoire sur laquelle je me penchais.

5Dans le second temps de la rédaction de cet ouvrage, alors que j’étais en poste à l’Université du Havre, j’ai pu m’appuyer sur les travaux de Jean Legoy, historien du Havre, qui a bien voulu répondre à mes questions chaque fois que je l’ai sollicité. Dominique Barjot, de l’Université de Caen, Madeleine Brocard, Pierre Thorez et Philippe Morel, de l’Université du Havre, m’ont permis de présenter les résultats de ma recherche dans un cadre universitaire, et d’en préciser les apports scientifiques. Les conseils de Jean-Jacques Becker, de l’Université de Paris X-Nanterre, m’ont alors inspiré certaines modifications. Nathalie Godet, du CIRTAI, a réalisé la mise en forme finale de l’ouvrage, Cédric Lesueur a revu les cartes, et Estelle Coletta les photos. Antoinette Franco et Henry Decaëns des Presses universitaires de Rouen et du Havre ont permis d’achever les dernières opérations.

6Enfin de nombreux amis et collègues m’ont soutenu à chaque étape du projet, par l’échange d’idées ou par la solution de problèmes matériels : aux Etats-Unis, Larry Trainor, Ann Marie Capuzzi, Patrick Quinn, Alan Wald, Berta Langston, Josette Krieff, Warren Montag, mes parents Ben et Norma Barzman, en France, Daniel Bensaïd, Sophie Amey, Penelope Duggan, Pierre Rousset, Nancy Gruber, mon frère Aaron Barzman et sa femme Annie, et surtout, Claudine Drame, interlocutrice subtile.

7Tout en me réservant la responsabilité des erreurs de fait et d’interprétation, je remercie toutes ces personnes pour leur part à l’élaboration de cet ouvrage.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search