Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Idées pédagogiques : patrimoine éducatif ?

 | 
Brigitte Dancel
, 
Jean Houssaye

Atelier 3 : Construction et circulation des idées pédagogiques (approche contemporaine)

L’idée de formation : genèse, circulation et développement en Italie

Chiara Biasin

Texte intégral

CONTEXTE PROBLÉMATIQUE

1L'idée de formation a toujours été considérée comme étant de même nature et liée à celle d'éducation. Il s'agit d'une convergence originelle qui concerne l'aspect formatif et l'aspect éducatif, un projet de développement qui a trait à l'homme, dans son entier ou dans ses aspects spécifiques.

  • 1 On emploie le concept d’éducation dans le sens de pratique éducative, et celui de pédagogie dans le (...)

2On peut dire, du point de vue historique, que la notion de formation a gardé des relations constantes de synonymie avec l'éducation et des liens de dépendance avec la pédagogie, qui suppose le résultat d'un idéal pour aboutir à un individu "formé"1.

3L'éducation et la formation sont, en effet, caractérisées par une tendance réciproque à s'interpénétrer l'une dans l'autre, au point que toute tentative de différenciation se révèle inefficace et inutile.

4Dans la réalité éducative d'aujourd’hui, ce lien serré semble pouvoir se dénouer, à partir du moment où une antonymie-autonomie devient essentielle à l'idée de formation par rapport à la relation de secondarité avec l'éducation et la pédagogie. Les éléments qui constituent ces domaines semblent incapables d’inscrire ou de définir, de façon exhaustive, la formation, dans sa perspective théorétique et dans son développement phénoménologique, qui la caractérisent en tant qu'ensemble hétérogène et polymorphe d'interventions pédagogiques.

5La formation se configure toujours davantage comme un domaine spécifique de l'action éducative, caractérisé par des pratiques différentes, au point que l'on remarque son extension globalisante à l'intérieur de domaines qui ne sont pas traditionnellement pédagogiques.

6Il s'agit d'un dédoublement conceptuel qui enregistre :

  • d'un côté, une capacité élargie de pénétrer l'idée de formation, comme catégorie générale, pour se référer aux processus éducatifs, aussi bien dans les domaines du savoir extra-pédagogique ;

  • de l'autre, elle est employée comme structure explicative et qui s'engendre toute seule, qu'on utilise pour étiqueter toute pratique ou technique d'intervention à laquelle on attribue une valence éducative tout court.

7Cette notion peut-être représentée, en effet, de façon multiforme et plurielle selon le contexte des modalités d'application, des destinataires, des buts et des activités théorétiques de référence, comme :

8ensemble de pratiques ayant pour buts l'apprentissage des individus adultes ;

9ensemble des activités institutionnalisées de type scolaire ;

10programme d'éducation intégrale ;

11parcours existentiel, individuel ou collectif ;

12indication thérapeutique ou d'auto-soin ;

13secteur et rôle dans l'entreprise ;

14domaine professionnel ;

15domaine du savoir et des connaissances ;

16paradigme interprétatif interdisciplinaire ;

17discipline spécifique ;

18méthodologie d'intervention ;

19pratique d'acculturation relative à la génération ;

20préparation technique et professionnelle.

21Ainsi, se révèle la difficulté de recomposition de l'espace de conceptualisation de l’idée de formation, qui rend incertaine une systématisation par définition selon des critères interprétatifs univoques.

22Du reste, la nécessité d'éclaircir le point de vue pédagogique sur la formation, par rapport aux approches qui viennent des autres domaines du savoir, impose la définition d'un cadre sémantique précis. Même s'il est compliqué de définir de façon unitaire l'idée de formation, à cause de sa polysémie conceptuelle et phénoménologique, il semble impossible de ne pas partir de ce même polymorphisme, pour en délimiter le contenu et les valeurs intrinsèques du point de vue éducatif.

23Notre analyse s'arrêtera, d'abord, sur la définition de l'idée de formation telle qu'elle est présentée dans les dictionnaires de la langue italienne, du début de ce siècle jusqu'à nos jours. La comparaison des acceptions prêtées historiquement au substantif Formation et au verbe Former, essayera de mettre en évidence les raisons de sa prégnance linguistique et conceptuelle et de vérifier si la forte valeur pédagogique de ce concept est de la même nature que celui-ci ou pas.

24Par la suite, à travers l'analyse des lexiques et de encyclopédies pédagogiques, de la fin du 19e siècle à nos jours, on essayera de mettre en relief les transformations, les nouveautés et les caractères attribués à la conceptualisation de la formation, comme elle est explicitée dans les outils de référence pédagogiques, pour réfléchir sur les raisons de l'importance accrue de cette idée devenue clef dans le savoir éducatif contemporain.

LA DÉFINITION DE FORMATION

25La lecture diachronique de l'idée de formation, faite à partir des dictionnaires de langue italienne, à partir de la fin du 19e siècle à nos jours, permet de relever trois tendances lexicales qui, partant du plan linguistique, permettent d'identifier l'organisation sémantique de la parole et de ses contextes d'usage.

26Depuis la fin du 19e siècle déjà, il est évident que le mot Formation dispose d'un champ conceptuel élargi, caractérisé par différentes modalitées d'usage, même éducatives. Au sein d'une première phase, allant jusqu'à la moitié du 20e siècle, on peut mettre en évidence trois périodes.

  • 2 "Formare ha senso effettivo di Ammaestrare insieme e Educare e, congiungendo i due uffizi, fi perfe (...)
  • 3 Sur la relation entre Profession et Formation, gâce à l’examen minutieux de la rubrique Autour des (...)

27La première, concernant la stabilisation linguistique crée par l'Unité italienne, se lit dans le Dizionario della lingua italiana de 1869, rédigé par Niccolô Tommaseo et Bernardo Bellini. Le mot Formation est ainsi défini : "azione ed effetto del formare e del formarsi" (action et effet de former et de se former) et il a neuf acceptions qui vont de la géologie et des sciences naturelles (formation de nuages, planètes, volcans, terrains) au domaine de la création (formation de la langue, des mœurs, de la société, des milices) sans jamais se référer au domaine éducatif. Parmi les dix-neuf sens du verbe Former, en revanche, l'aspect pédagogique peut être senti à travers l'idée d'une action dirigée de celui qui forme envers celui qui subit cette intervention, et de l'extérieur vers l'intérieur du sujet2. Suit, peu après, la cinquième impression du Vocabolario degli Accadamici della Crusca (1889), ouvrage de référence indispensable pour la langue italienne, qui propose trente-sept différentes acceptions du verbe Former. La nouveauté de ce riche catalogue donne au verbe l'idée d'intervention de celui qui forme sur celui qui est formé (Rendere atto, Apparecchiare, Addestrare, Disciplinare, Educare, Istruire, Ammaestrare, Dare proprio indirizzo) (Rendre apte, Préparer, Exercer, Discipliner, Éduquer, Instruire, Entraîner, Donner une direction). Apparaît aussi le lien entre Formation et Profession, en tant qu'apprentissage d'une action pratique qui dénote "una particolare professione, vale Far diventare o Riuscire, Rendere mediante il tirocinio... Tirar su, Allevare per quella professione" (Une profession spécifique, Faire devenir ou Réussir, Rendre, moyennant un stage d'apprentissage... Faire grandir, Élever pour une profession donnée" (1889, VI, 335)3.

28Une deuxième tendance de cette première période, peut-être remarquée dans la définition de la ligne linguistique nationale, qui se fige, vers les années trente, dans une orientation puriste et maximaliste. On remarque l'influence du débat positiviste français dans le Dizionario Universale della Lingua Italiana (1906) sous la direction de Policarpo Petrôcchi, qui privilégie l'acception naturaliste du verbe former, éliminant toute définition éducative, qu'il tient plutôt pour dynamique philosophique, réalisation en puissance de ce qui est in fieri (le concept aristotélicien de entéléchie). Dans le Vocabolario Nomenclatore (1912) de Palmiro Premoli, cette division devient opposition : d'un côté, former comme réalité opérative et concrète (Dar Forma, Dare alla materia un aspetto visibile) (Donner forme, Donner à la matière un aspect visible) de l'autre, former comme processus de transformation interne, relatif à l'esprit ou à l'âme de l'individu (Dare la Forma e l'Essere, Confermare) (Donner la Forme et l’Etre, Confirmer). Dans les années trente, à la veille de la deuxième guerre mondiale et en plein climat philosophique caractérisé par l'attualismo de Gentile, le Novissimo dizionario della Lingua Italiana (1939) de Ferdinando Palazzi sanctionne la disparition du sens éducatif du mot Former, en faveur d'une caractérisation aristique accentuée (Face cose d'arte, Modellarle, Fare la forma da gettare) (Faire des choses d'art, les Modeler, Faire la forme à jeter) et d'une proposition dirigiste et militaire (Addestrare) (Exercer).

  • 4 "E' uno di quéi vèrbi ctimodi, buôni per tutti gli usi, e anche per gli abusi, ai quali ricôrrono q (...)

29Dans une troisième phase, la ligne de définition du concept de formation est la récupération puriste du classicisme italien, qui fuit les mots de bassa italianità (origine humble). Dans le Dizionario della lingua italiana (1941) dédié par Enrico Malatesta à Mussolini, l'auteur dénonce les abus du verbe à la française, utilisé en lieu et place des verbes Costituire (Constituer) et Essere (Être) et place l'usage correct du verbe Former dans la phrase suivante : "l'educazione ed i buoni esempi formano Vanimo e il carattere" (l'éducation et les bons exemples forment l'esprit et le caractère) (1941, 618). La continuité de ce courant est toujours évidente dans la langue italienne d'après guerre où, dans le Dizionario Linguistico Moderno (1956) de Aldo Gabrielli, on s'insurge contre l'usage à la française du verbe Former4, qui est défini simplement : nom féminin, et est envisagé, selon l'influence de la philosophie de Croce, comme Forme, recherche de la liberté de l'esprit humain.

30La deuxième ligne de tendance linguistique concerne les années soixante-dix. L'idée de formation qui était auparavant toujours associée à l'action du verbe former, devient un lexème à part entière, dans la définition présentée par le Grande Dizionario delta Lingua Italiana (1970), qui comprend 20 sens, avec un renvoi à l'étymologie latine (Formatio-nis, dans Vitruvio) et à l'étymologie française du 12e siècle (formation). Le Dizionario comprend de nombreuses acceptions (artistique, militaire, médicale, botanique, sportif, théâtral, météorologique, agricole, judiciaire, naturaliste, etc.) parmi lesquelles on trouve l'acception éducative, moyennant la reprise de la division qu'utilisait déjà le Vocabolario Nomenclatore de 1912. Ainsi, la dialectique (à replacer dans le contexte des années soixante-dix) entre Formation comme parcours spirituel et moral et Formation comme réalisation sur la plan concret, technique et professionnel est à nouveau proposée : d'un côté, la théorie philosophique ; de l'autre le caractère opérationnel manuel ; d'un côté la culture théorique, de l'autre, la pratique. Si l'on parcoure les 18 sens du verbe Former, cette dichotomie est confirmée et renforcée : Dar forma mentale e spirituale (Donner une forme mentale et spirituelle) ; Plasmare con l'educazione (Façonner avec l'éducation) s'opposant à Preparare a un lavoro o a una professione, Specializzare (Préparer à un travail ou à une profession, Spécialiser) (1970, 179). Il est significatif de remarquer que cette dualité d'opposition se déplacera du niveau linguistique et sémantique au niveau législatif et institutionnel. En 1978, en effet, la loi no 845 assigne officiellement aux Régions et à ses instances, la compétence en matière de formation, sanctionnant ainsi, de fait, une division qui, de nos jours, n'a pas encore été comblée : d'un côté, la formation comme culture de haut niveau, identifiée avec le parcours scolaire institutionnalisé par les lois, les arrêtés, et les programmes de l'État ; de l'autre côté, la formation comme instruction de bas niveau, abandonnée aux programmes régionaux.

31La troisième ligne de tendance concerne les années quatre-vingts, pendant lesquelles presque tous les dictionnaires déjà publiés, sont réédités et mis à jour. Dans le Nuovo Zingarelli (1983 et 1986), parmi les cinq sens attribués au mot Formation, le sens éducatif disparaît au profit du sens psychologique qui se réfère à un processus menant à un mûrissement attribuable à des agents exogènes par rapport au sujet (le groupe, les études, l'expérience). Le verbe Former, en revanche, prévoit une homogénéité synonymique des trois actions pédagogiques, qui devraient être fort distinctes entre elles dans leur typologie et dans leurs modalités : Educare con l'insegnamento, l'esempio e sim. per un fine prestabilit o ; Addestrar e ; Esercitare (Éduquer par l'enseignement, l'exemple et autre pour un but établi à l'avance ; Exercer ; Entraîner) (1986, 752). Comme dans le Dizionario UTET de 1970 et dans le Grande Dizionario della Lingua Italiana (1987) publié par Garzanti, la définition du verbe Former prescrit seulement des usages figurés, qu'elle emprunte, sous forme de métaphores, au domaine artistique, architectural ou militaire, et elle introduit le concept de formazione reattiva (formation réactive), qui est typique de la psychologie dynamique liée à l'idée de formation.

  • 5 L'acte et le mode de former est "riferito alio sviluppo psicofrsico e intellettuale della persona, (...)

32Dans le Vocabolario della Lingua Italiana (1987) sous la direction de l’Istituto dell' Enciclopedia Italiana, le vocable Formation est limité à trois champs sémantiques principaux5 qui reprennent tous les sens explicités dans la langue italienne, dans les dictionnaires à partir de la fin du 19e siècle.

33L'idée de formation qu'on en tire est polyvalente : les deux sens antithétiques (formation culturelle/formation pratique) relevés dans les dictionnaires des années soixante-dix, coexistent. À cela s'associe un signifié de type psychologique (formation comme évolution bio-psychique), tandis que l'acception éducative est précisée en tant que formation scolaire de type intellectuel (formation comme éducation civile, morale, musicale, technique, etc.). Ainsi se constitue, du point de vue linguistique, un macro-champ sémantique qui recueille tous les sens sanctionnés par la tradition jusqu'à présent ; cela conduit à une agglomération de sens au détriment d'un glissement de la composante éducative vers une suprématie de la composante psychologique.

LE CONCEPT DE FORMATION

34Dans le domaine de l’éducation, l'idée de formation représente une notion-clef et une "parole-programme" douée de nombreuses possibilités d'usage et de signification.

35On parle de formation comme synonyme d’éducation, ou bien comme synonyme d’une période de croissance, bio-psychologique ; comme aspect spécifique qu’il faut développer (la Formation intellectuelle, civique, morale, religieuse) ou éduquer (la Formation de la pensée, du caractère) ou encore, comme un moment délimité du point de vue spatial ou temporel (La Formation continue, initiale, de base, récurrante, permanente, d'entreprise, universitaire) qui s'adresse à des usagers spécifiques (la Formation des enseignants, des adultes, des jeunes, des chômeurs ou des catégories professionnelles).

36Grâce à l'analyse des textes de référence disciplinaire du savoir éducatif, on peut identifier certaines étapes évolutives qui ont marqué l'idée de formation... Encyclopédies, dictionnaires et lexiques constituent, en effet, les textes organisationnels synthétiques, dans lesquels le savoir éducatif (les concepts, les mots et les théories) est défini en relation avec d'autres disciplines. Différentes éditions mettent en évidence les changements par rapport à un noyau constitutif, qui est indiqué comme savoir de référence. La période considérée comme explicative d'un changement profond qui concerne l'idée de formation, part de la fin du 19e siècle et arrive à la réalité éducative plus récente. Ce panorama diachronique permet de mettre en évidence certaines lignes de base :

371) Du début du siècle aux années cinquante, le terme Formation ne fait pas partie des mots de référence du savoir éducatif. Il n'a donc pas d'autonomie sémantique par rapport aux notions d'éducation et de pédagogie, et il est utilisé comme un synonyme de ces dernières.

38Dans les volumes du Dizionario illustrato di pedagogia de Martinazzoli et Credaro (1892-1903), et dans le Dizionario delle Scienze pedagogiche (1929) sous la direction de Giovanni Marchesini, et dans l'Enciclopedia delle Enciclopedie - La pedagogia (1931), préparée par E. Formiggini Santamaria, le mot Formation ne constitue pas une entrée autonome ; dépourvue de poids sémantique, il a simplement une valeur de nomenclature. Quelques décennies plus tard, dans le Piccolo dizionario di pedagogia de Luigi Coppo (1954), on signale un simple renvoi à la dynamique Information/Formation qui, pour la première fois, en démontre l'existence pédagogique.

392) À partir de la fin des années cinquante, s'impose le modèle de formation comme Bildung, fortement connoté par la philosophie idéaliste allemande. Ce modèle représente pendant plusieurs décennies, la référence conceptuelle et théorique dominante, de façon plus ou moins latente. La mot Formation acquiert une épaisseur sémantique en 1958, dans le second volume du Dizionario Enciclopedico di Pedagogia, traduction du Lexicon der Püdagogik publié en 1952 par la maison d'édition Herder Verlag de Freiburg. Il est publié par la maison d'édition de Turin S.A.I.E, et préparé par l'Istituto Superiore di Pedagogia del Pontificio Ateneo Salesiano di Torino. L'entrée Formation, rédigée par F. X. Eggersdorfer, est proposée à nouveau avec des citations et une bibliographie, presque entièrement allemandes.

  • 6 Formation, n'est pas le résultat d'une forme quelconque de l'esprit, mais de la formation d" 'una u (...)

40Le concept de Formation, associé à celui de Culture, qui aboutit au concept de Formation Culturelle, est la traduction de l'allemand Bildung et est interprété comme figure interne et spirituelle de l'homme, cultura animi et, en même temps, aussi comme action d'éduquer ; il est le résultat concret de la formatio in interiore homine, mais aussi de la création selon un modèle extérieur6.

41Ce choix terminologique introduit, en Italie, un premier modèle philosophique et esthétique (Kant Fichte, Schelling) de formation, purement germanique, qui s'insère bien dans la civilisation italienne du néo-idéalisme de Croce et de l'attualismo de Gentile et, qui unifie, en une seule conception de référence, le plan de l'existence phénoménale (l'action formative et son résultat) et celui de l'essence de la formation (caractère idéal : spirituel et théorique). La fusion des deux dimensions-culturelle et pratique-s'accomplit dans la forme spirituelle du perfectionnement, et se manifeste dans le développement de l'individu, d'une Nation, d'une classe sociale, d'une catégorie, selon la conception de Fichte de mission culturelle.

  • 7 En relation avec cela, on peut remarquer que, déjà en 1959, dans la deuxième édition du Dictionary (...)

42En 1969, avec l'Enciclopedia italiana di pedagogia e della scuola, dirigée par Michele Federico Sciacca, on trouve, pour la première fois dans un ouvrage pédagogique de base, entièrement italien, un lieu sémantique autonome assigné au concept de Formation7.

43L'entrée Formation rédigée par Marielisa Muzi, ne conserve aucune trace de l'organisation spiritualiste et idéaliste du dictionnaire édité onze ans auparavnt, même si le référent conceptuel de ce terme est encore une fois ancré dans un modèle allemand de formation (la théorie éducative des réprésentations mentales de Herbart). La formation, lien de relation entre la réalité extérieure et la réalité intérieure, entre l'environnement réel et les facteurs innés de l'individu, devient une intervention directe qui a trait aux contenus, aux effets de celui qui forme sur celui qui est formé.

44Dans le même ouvrage, Ugo Barbano, rédacteur en chef de l'Encyclopédie, rédige l'entrée Ideali et Fini della Formazione, mettant en évidence, moyennant l'usage du pluriel, le défaut d'une catégorie philosophique précise de référence, par rapport à la catégorie idéaliste qui dominait auparavant.

45Dans la définition de Barbano, disparaît le renvoi explicite au modèle philosophique allemand de Bildung et le concept de formation est déplacé sur le plan concret et effectif de la réalité phénoménale comme l'inveramento nel fatto dell'esistenza (actualisation dans l'existence) de l'éducation.

46Un dualisme d'opposition entre formation comme théorie/formation comme pratique, est introduit par cette division et il est soutenu par l’opposition philosophique des deux dimensions d'essence et d'existence. La formation s'oriente vers la récupération des concepts classiques d'humanitas et de paideia, qui sont placés dans la réalité historique et existentielle ; ce processus représente le but de la formation, mais il se présente aussi en tant que critère d'authenticité de l'éducation même.

473) Dans les années soixante-dix, la conception de formation se teinte d'un sens socio-politique et de celui de professionnalité ; on privilégie le plan empirique et phénoménologique par rapport au plan philosophique, créant une opposition dynamique entre formation comme théorie et formation comme pratique. Lors du boum économique, de la scolarisation de masse, de l'industrialisation de nombreuses régions italiennes, le volume de l'Enciclopedia Feltrinelli Fischer - Pedagogia (1974), préparé par Renato Tisato, enregistre la persistance du modèle allemand de Bildung. Cet ouvrage est, en effet, la révision d'un ouvrage correspondant, même si la conception philosophique de base (le marxisme) et les auteurs de référence (Althusser, Adorno, Horkheimer) sont tout à fait différents par rapport au Dizionario de 1958. L'idée de formation est reliée à une pratique professionnelle du monde de l'éducation des adultes (Formation des Enseignants) et fortement orientée dans un sens socio-politique (Formation politique et Mouvement des Étudiants) comme amélioration professionnelle de l'éducation (Formation Professionnelle).

  • 8 Dans le différend syndical des ouvriers métallurgiques et mécaniques, pour le renouvellement du con (...)

48L'idée de formation, reliée au monde de l'emploi, non pas à travers la voie de l’éducation scolaire, mais sur le plan des politiques sociales, devient donc une méthode d'action qui permet une mission politique, s’adressant aux adultes insérés dans le monde post-scolaire, de l'emploi et de la production, poursuivant un but d'émancipation et socio-politique8.

49À la fin des années soixante-dix, est publié le Lessico delle Scienze dell’ Educazione (1978), sous la direction de Luigi Volpicelli, dont le but est de définir les idées-clefs, qui n’ont plus trait à la pédagogie, mais aux sciences naissantes de l'éducation et de la nouvelle enciclopedia pedagogica, caractérisée par des approches, des méthodes et des instruments diversifiés.

  • 9 Le lien avec la pédagogie allemande demeure un héritage et un élément de base : "Nel nosiro edueare (...)

50Le lexème Formation, rédigé par Antonio Mura, regagne une place dépouillée de toute adjonction accessoire, et il est défini comme "Atto e risultato del prendere o del dare forma" (Acte et effet de prendre ou de donner forme) (1978, 464). La synonymie Formation-Éducation9 est à nouveau proposée, même s'il est manifeste que la définition de formation semble s'orienter toujours davantage vers les aspects professionnels et techniques, laissant de côté les référents culturels plus généraux, scientifiques ou humanistes. Le renvoi à la spatialité de l'action formative - de l'intérieur à l'extérieur-, est accentué. Ceci suggère une représentation différente de l'éducation et de la formation : dans le premier cas, c'est une activité qui se concentre sur l'action de celui qui enseigne envers celui qui est éduqué ; dans le second, est suggérée une approche ciblée sur le sujet qui se forme. Le nœud problématique du rapport éducation/formation, c'est-à-dire théorie/pratique, est surmonté par la nouvelle opposition formation/information, qui déplace le débat de la pédagogie italienne sur la valeur formative de l'information, c'est-à-dire sur les contenus de l'éducation. La formation représente donc un critère qualitatif d'évaluation de l'éducation, et son essence se résout dans sa transformation lexicale en formatività (caractère de ce qui est formatif).

514) Dans les années quatre-vingt, le modèle de référence s'étend aux sciences humaines et se spécialise dans des activités de création de programmes et de réalisations formatives. En outre, la division entre éducation (identifiée avec le système scolaire formel) et formation (associée au monde professionnel et extra-scolaire) s'établit de façon très nette.

52L’idée de formation se revèle un élément conceptuel bien intégré dans le lexique pédagogique italien ; dans la quasi-totalité de textes de référence du savoir éducatif elle constitue, en effet, une entrée autonome. Le concept étend sa connotation au-delà des domaines pédagogique et éducatif, pour recevoir les influences des différentes approches (psychologie, sociologie) et recueillir aussi le reflet de méthodologies, programmes et activités formatives, répandues de façon de plus en plus étendue dans le cadre professionnel, extra-scolaire, andragogique.

  • 10 "In linea generale, il termine (che un tempo era usato soltanto con riferimento allô sviluppo delle (...)

53Dans le Dizionario di psico pedagogia, (1980) de Piero Bertolini, le concept de Formation, inséré dans le domaine des sciences humaines, maintient encore les liens culturels avec le modèle allemand, défini dans le Dizionario Enciclopedico de 195810.

  • 11 La définition d'éducation informe que "In senso molto lato, il termine sta ad indicare il processo (...)

54Bertolini soutient que le concept de formation, s'il est accompagné de l'adjectif Culturel, est synonyme d'éducation11 ; mais, s'il est considéré comme résultat d'une action concrète ou d'un acte opérationnel doué d'un dynamisme et d'une certaine durée temporelle, il acquiert une importance autonome sur le plan de la pratique éducative.

  • 12 "Assunzione di una "forma” o frsionomia generale, caratterizzata da un insieme armonico di conoseen (...)

55Le Dizionario di Didattica, publié toujours en 1980 par Alberto Alberti, définit le terme Formation notamment sur le plan de la capacité opérationnelle et du savoir pratique12.

56Le plan historico-conceptuel et le plan terminologique, sont ici distingués de façon claire, contribuant à déterminer, autour de cette bifurcation cruciale, la structure sémantique, qui sert de base à la pédagogie et au concept de formation.

57L'idée de formation, en tant que configuration générale ou modèle pour l'individu, comporte un choix précis du domaine par rapport aux buts et aux idéaux (sociaux, culturels, psychologiques) qui sont proposés à l'homme ; ainsi implique-t-elle un jugement sur la société même et sur l'individu. Le terme Formationen revanche, soit dans le sens absolu (comme processus, comme action qui se réfère à l'enfant et non pas à l'adulte), soit dans le sens relatif (qui a trait aux contenus, aux objectifs, aux modalités et aux niveaux de l'action didactique), renvoie à la connaissance (comme formation de base) ou à la politique scolaire (comme formation de l'enseignant).

58Dans le Nuovo Dizionario di pedagogia (1982), dirigé par Giuseppe Flores d'Arcais, l'entrée Formation n'existe pas, du moment qu'elle peut être identifiée seulement avec l'adjectif Professionnelle ; elle est liée à l'analyse du marché du travail et de la scolarité de masse, et fait partie d'un processus éducatif global qui concerne l'extra et le post-scolaire (loi 845/78). En effet, le Formatif est équivalent au Professionnel, car il est lié à la demande d'instruction qui vient du bas, c'est-à-dire du monde du travail ; l'Educatif, étant connoté comme Pédagogique au sens strict, car il est associé au monde de l'école et aux demandes de culture qui viennent du haut de l'Institution.

595) Le modèle français de formation, orienté vers l'intervention directe, caractérisé par une approche strictement psychologique et porteuse de professionnalité, se consolide pendant les années quatre-vingt.

  • 13 L'ouvrage est la traduction du Vocabulaire de Psychopédagogie et de Psychiatrie de l'Enfant, Paris, (...)

60En 1983 est publiée l'Enciclopedia di PsicoPedagogia, sous la direction de Robert Lafon, elle est préparée, dans l'édition italienne, par Maria Corda Costa13.

  • 14 En langue allemande, Bildung n'est pas le premier terme de traduction, et il apparaît seulement com (...)

61L'idée de formation trouve une correspondance multilingue, dans un contexte élargi à la psychologie. Celle-ci représente le nouveau domaine disciplinaire d'interprétation et contextualisation, et signale de façon définitive que le concept de formation appartient au monde du travail, de la production et de l'économie, plutôt qu'à celui de l'école. Dans ce contexte, il faut remarquer l'abandon définitif de l'ancien modèle de formation allemand, diffusé à partir des années soixante, et sa substitution par le modèle psycho-social et porteur de professionnalité à la française. Il faut en effet signaler, que le texte originel français est vieux de vingt ans au moins, et que la traduction du mot français Vocabulaire, avec le mot italien Enciclopedia n'est pas parfaitement adéquate. Pour la première fois, en outre, un texte de référence pédagogique présente la correspondance terminologique plurilingue, et ceci pas seulement pour faciliter la traduction, mais aussi comme ouverture à une dimension européenne, comme possibilité de conceptualisation commune autour d'un réseau sémantique de base14.

626) À la fin des années quatre-vingt, le concept de formation acquiert un rôle de plus en plus autonome dans le domaine du savoir éducatif, caractérisé par la diffusion de pratiques diversifiées et par la pluralité des programmes. Tout en gardant et en intégrant deux différentes âmes (française et allemande), le modèle de référence est celui des pays anglo-saxons (les États-Unis notamment).

63Dans le troisième volume de l'Enciclopedia Pedagogica sous la direction de Mauro Laeng, Carlo Nanni, auteur de l'entrée Formation, définit une idée de formation très dilatée, mais qui englobe aussi les contradictions historiques entre le niveau terminologique et le niveau conceptuel. Et il sanctionne l'existence d'une "doppia faccia della Formazione, intrinsecamente pencolante tra attuazione delle potenzialità del soggetto e sua plasmazione o conformazione ad un idéale estrinseco" (double apparence de la Formation qui oscille, dans son essence, entre mise en valeur des potentialités du sujet et de sa formation ou conformation à un idéal extrinsèque) (1989, 111, col. 5041), qui représente l'héritage culturel du modèle de formation allemand dans la culture italienne.

  • 15 Les équivalences terminologiques proposées par l'Enciclopedia Pedagogica de Laeng, se différencient (...)

64La polysémie de l'idée de formation est définitivement reconnue et caractérisée par deux couches sémantiques. La première se réfère à l'"atto sistematico di apprendimento di un sapere, di un saper fare e l'iniziazione a tipi di comportamenti richiesti da un ruolo o da uno status sociale, come è nel termine ingl. training" (l'acte systématique d'apprentissage d'un savoir, d'un savoir faire et l'initiation à des types de comportements démandés par un rôle ou par un statut social, comme dans le mot anglais training) (1989, II, co1.5042). La seconde, comme dans le mot anglais achievement, a trait au développement et au "risultato di quelle che sono dette globalmente le attività formative : allevamento, prevenzione, cura, assistenza, addestramento, socializzazione, inculturazione, insegnamento, istruzione, educazione, animazione, iniziazione, catechesi, ecc." (résultat de ce qu'on appelle globalement les activités formatives : élevage, prévention, soins, assistance, action d'exercer, socialisation, acculturation, enseignement, instruction, éducation, animation, initiation, catéchèse, etc.) (1989, II, col. 5042)15.

65Cette division, entre un processus/activité d'apprentissage et le résultat de l'action éducative, met en évidence l'extension du concept de formation, qui arrive à couvrir un champ sémantique élargi à un point, qu'il était impossible d'envisager il y a quelques décennies. Dans ce contexte, l'idée de formation, située dans le monde de l'apprentissage adulte et de l'animation sociale, extrascolaire, des entreprises et mise dans le contexe d'une pratique d'intervention éducative et sociale, se définit comme un processus dynamique complexe. Elle ne signifie plus des valeurs, des idéaux, des attitudes de la société, mais elle les engendre ou elle les modifie selon les exigences individuelles et collectives. Elle représente une notion omnivore et polyvalente, un ensemble hétérogène d'idées, de comportements, de langages, de théories et de pratiques, un concept à la fois chargé de sens mais enfermé en une seule parole passe-partout.

CONCLUSIONS

66L'analyse de l'idée de formation, faite à partir des dictionnaires et des encyclopédies pédagogiques italiennes, de la fin du 19e siècle à la fin du 20e siècle, met en évidence que cette notion, du point de vue historique, est douée d'une centralité sémantique qui se transforme, au cours du temps, en polysémie linguistique.

67Les acceptions éducatives disparaissent brusquement au début du 20e siècle, laissant la place à des sens liés à la nature, à l'art. A l'intérieur de ce champ sémantique, l'acception éducative est conçue, à partir des années soixente-dix, suivant l'opposition entre plans spirituel/moral et pratique/opérationnel. Dans les années quatre-vingt, une forte psychologisation du sens permet l'expansion des possibilités d'usage, aussi bien dans la langue commune que dans la langue spécialisée et des différents secteurs.

68Deux sens consolident leur position : le premier associe former et éduquer. Le second relie former à exercer et met l'accent sur le résultat concret ou sur les modalités opérationnelles.

69La perte de signification qui caractérise le signifié évolutif, remplacée par l'usage figuré et métaphorique, est la conséquence de la croissante agrégation conceptuelle autour d'un noyau linguistique commun, pour plusieurs signifiés et plusieurs niveaux de connaissances. Il en résulte, cependant, que l'acception éducative de formation, qui oscille historiquement entre présences et absences, n'est pas enregistrée dans la langue italienne de façon continuée ou spécifique révèlant ainsi une faiblesse sémantique par rapport à d'autres significations plus fortes et une perte de la capacité à désigner de façon précise, en faveur d'un sens commun plus générique. Il est cependant évident que l'idée de formation, de fuzzy-concept de la pédagogie, représente toujours plus le key-concept éducatif des années quatre-vingt-dix ; en tant que territoire central de fréquentation et de débat pour l'éducation future, la formation constitue le lien entre approches, savoirs, méthodologies et disciplines différentes, dans une perspective épistémologique globale et complexe.

Bibliographie

Bibliographie

A) DICTIONNAIRES ET VOCABULAIRES DE LA LANGUE ITALIENNE

(1869) Tommaseo Nicolô, Bellini Bernardo, Dizionario delta Lingua Italiana, Torino, Unione Tipografica Editrice Torinese.

(1889) Accademia delta Crusca, Vocabolario degli Accademici delta Crusca, V impression, Firenze, Tipografia Galileiana di M.Cellini e C.

(1906) Petrocchi Policarpo, Dizionario Universale delta Lingua Italiana, Milano, Fratelli Treves Editori.

(1912) Premoli Palmiro, Vocabolario Nomenclatore, Milano, Societa Editrice Aldo Manuzio.

(1939) Palazzi Ferdinando, Novissimo Dizionario delta Lingua Italiana, Milano, Ceschina Editrice.

(1941) Mestica Enrico, Dizionario delta Lingua Italiana, Torino, Barbèra.

(1942) Panzini Alfredo, Dizionario Modemo dette Parole che non si trovano nei Dizionari comuni con Appendice di 5000 voci e gli elenchi dei forestierismi banditi dalla RAccademia dItalia, éd. posthume préparée par Alfredo Schiaffini e Bruno Migliorini, Milano, Hoepli.

(1956) Gabrielli Aldo, Dizionario Linguistico Moderno. Guida pratica per scrivere e parlare bene, Milano, B.Mondadori.

(1967) Devoto Giacomo, Oli Giacomo, Nuovo Vocabolario Illustrato della Lingua Italiana, Milano, Selezione del Reader's Digest.

(1970) Battaglia Salvatore (préparé par), Grande Dizionario della Lingua Italiana, Torino, UTET.

(1974) Palazzi Ferdinando, Novissimo Dizionario della Lingua Italiana (préparé par Gianfranco Folena), Milano, Fabbri.

(1986) II Nuovo Zingarelli. Vocabolario della Lingua Italiana, Bologna, Zanichelli.

(1987) II Grande Dizinnario della Lingua Italiana, Milano, Garzanti (1987) Vocabolario della Lingua Italiana, Roma, Istituto dell’Enciclopedia Italiana G. Treccani.

(1988) Devoto Giacomo, Oli Giacomo, Nuovo Vocabolario lllustrato della Lingua Italiana, Milano, Le Monnier.

B) DICTIONNAIRES, VOCABULAIRES, LEXIQUES ET ENCYCLOPÉDIES PÉDAGOGIQUES

s.d., (1892-1903), Martinazzoli A., Credaro L, Dizionario Illustrato di Pedagogia - 3 voll., Milano, F. Vallardi.

(1929) Marchesini Giuseppe (sous la direction de), Dizionario delle Scienze Pedagogogiche, 2 voll., Milano, Società Editrice Libraria.

(1931) Formiggini Santamaria E., La Pedagogia - Enciclopedia de lle Enciclopedie, Roma, A.F. Formiggini Editore.

(1954) Coppo Luigi, Piccolo Dizionario di Pedagogia, Milano, A. Vallardi.

(1958) Pontificio Ateneo Salesiano di Torino (préparé par), Dizionario Encilopedico di Pedagogia, 4 voll., Torino, S.A.I.E.

(1959) Baumgartel K., Friedmann F., Steinitz G., Dizionario di Pedagogia, (trad. G. Antonelli), Roma, Paoline.

(1968) Laeng Mauro, Lessico di Pedagogia, Brescia, La Scuola.

(1969) Sciacca Michele Federico (sous la direstion de), Enciclopedia Italiana della Pedagogia e della Scuola, (réd. par Barbano Ugo), Roma, Curcio.

(1974) Tisato Renato (préparée par), Pedagogia, Milano, Feltrinelli.

(1978) Volpicelli Luigi (sous la direction de), Lessico delle Scienze dell'Educazione, (réd. par Calandra Giuseppe), 2 voll., Milano, F. Vallardi.

(1980) Alberti Alberto, Dizionario di Didattica, Roma, Editori Riuniti.

(1980) Bertolini Piero, Dizionario di Psico-Socio-Pedagogia, Milano, B. Mondadori.

(1982) Flores d'Arcais Giuseppe (sous la direction de), Nuovo Dizionario di Pedagogia, Roma, Paoline.

(1983) Lafon Robert (sous la direction de), Corda Costa Maria (prép. en L. ita.), Enciclopedia PsicoPedagogica : Il bambino, Roma-Bari, Laterza.

(1989) Laeng Mauro (sous la direction de), EnciclopediaPedagogica, 6 voll., Brescia, La Scuola.

Notes

1 On emploie le concept d’éducation dans le sens de pratique éducative, et celui de pédagogie dans le sens de théorie de l’éducation.

2 "Formare ha senso effettivo di Ammaestrare insieme e Educare e, congiungendo i due uffizi, fi perfeziona... Istituire porta l'idea di Istruzione, iniziamento di costituzione ; cosi Formare vale anche Ammaestrare, Educare, Addestrare, vale anche Istituire e Costituire " (Former a le sens effectif de : Instruire en même temps que Éduquer et, reliant les deux charges, il les perfectionne... Instituer porte l'idée d'Instruction, d'initiation à la constitution ; ainsi, Former peut substituer aussi Instruire, Éduquer, Exercer peut substituer aussi Instituer et Constituer) (Dizionaro della lingua italiana, 1869, II, pt 1, 873).

3 Sur la relation entre Profession et Formation, gâce à l’examen minutieux de la rubrique Autour des mots, dans la revue Recherche et Formation, on a remarqué que dans la culture française, la définition de Professionnalité renvoie à la matrice ethnico-historique (modèle ethnique et historique) italienne en ce que "l'inesistenza del termine sui dfzionari francesi fino agli anni'80 obbliga a ricordare la “nascita italiana” di professionalità, in particolare all'epoca delle lotte operaie dal 1960 al 1975" (l’inexistence du terme dans les dictionnaires français jusqu'aux années 80, nous oblige à nous rappeler la “naissance italienne’de professionnalité, notamment à l'époque des luttes ouvrières de 1960 à 1975) Paola Berbeglia, (1996) "Ricerca e Formazione : la terminologia di base", in Ricerca Educativa, I, 1-2, 137-139.

4 "E' uno di quéi vèrbi ctimodi, buôni per tutti gli usi, e anche per gli abusi, ai quali ricôrrono quélli che dispôngono di scarso vocabolàrio. Anche qui c'è l'influsso del fr. Si sènte dire :'Tu fôrmi tutta la mia giôia' e mèglio si dirèbbe rappresènti ;'la tai cdsa fàrma l'oggètto dei miel pensièri'e basterèbbe dire è l'oggètto ecc. ;'Tutto l'appartaménto èra formato di tre stanze ; e dovrèbbe dirsi èra costituito di, èra composto di, èra fatto di ;'Questa malattia ftirma la tua infelicità', e mèglio si dirèbbe è cagione della tua infelicità ; e cosi via ; Sémbrano sottigliézze ; ma la fôrza, l'evfdènza, la gràzia, il chiaroscuro anche d'una lingua son fatti appunto di quéste sottigliézze. " (Il s'agit d'un de ces verbes pratiques pour tous les usages, et les abus, auxquels font recours ceux qui ont un vocabulaire limité. Il y a ici aussi l'influence du français. On entend dire « tu formes toute ma joie » et mieux dirait-on tu représentes... ; « cela forme l'objet de mes pensées » et il suffirait de dire est l'objet, etc. ; « L'appartement était formé de trois pièces », et il faudrait dire se constituait, se composait de, était fait de ; « Cette maladie, forme ton chagrin », et mieux dirait-on, est la raison de ton chagrin ; et ainsi de suite ; on pourrait penser qu'il s'agit de subtilités ; mais la force, l'évidence, la grâce, les nuances mêmes d'une langue sont faites précisément par ces subtilités) Dizionario Linguistico Moderno 1956, 267.

5 L'acte et le mode de former est "riferito alio sviluppo psicofrsico e intellettuale della persona, o, con senso attivo, all 'educazione civile, spirituale e morale, o alla preparazione e ail âddestramento specifici (carattere, personalità, gusto, cultura, professione)... al periodo della formazione dello sviluppo frsiologico e psichico... [all linsieme delle conoscenze e della cultura acquisita in un determinato settore speçifico (avéré una buona formazione tecnica, musicale, etc)... al modo con cui più cose, e spec, più persone, sono disposte.... e a ciô che costituisce il risultato, l’effetto del formarsi o dell'essere formato" (se réfère au développement psycho-physique et intellectuel de la personne, ou, dans un sens actif, à l'éducation spirituelle et morale, ou à la préparation et à l'instruction spécifiques (caractère, personnalité, goût, culture, profession)... à la période de la formation du développement physiologique et psychique... (à) l'ensemble des connaissances et de la culture acquise dans un secteur spécifique (avoir une bonne formation technique, musicale, etc.)... à la façon dont sont disposées plusieurs choses, et plusieurs personnes en particulier... et à ce qui constitue le résultat, l'effet de se former ou d'être formé) (Vocabolario della Lingua Italiana, 1987,495).

6 Formation, n'est pas le résultat d'une forme quelconque de l'esprit, mais de la formation d" 'una umanità nobile... dell' 'anima bella ; dell'individualità armonicamente formata che non si perde nella stretta grettezza senza scopo degli interessi della quotidianità." (d'une humanité noble... avec une “belle âme”, de l'individualité formée de façon harmonieuse, qui ne finit pas dans la petitesse sans buts des intérêts du quotidien) (Dizionario Enciclopedico di Pedagogia, 1958, 348).

7 En relation avec cela, on peut remarquer que, déjà en 1959, dans la deuxième édition du Dictionary of Education sous la direction de Carter Good édité par Mc Graw Hill Book (N. Y.), sont signalées plus de 60 entrées reliées au concept de training ( !).

8 Dans le différend syndical des ouvriers métallurgiques et mécaniques, pour le renouvellement du contrat en 1972-73, est institué nombre d’heures dédiées à la formation de base des adultes et à l'achèvement de l'instruction obligatoire. Les 150 heures, sont par la suite attribuées aux autres secteurs d'emploi et deviennent ainsi le premier noyau du projet de formation adulte en Italie.

9 Le lien avec la pédagogie allemande demeure un héritage et un élément de base : "Nel nosiro edueare (come nel tedeseo Er-ziehen) è implicita l'idea ehe l'atto educativo consista in un trar fuori dall'individuo quel ehe in esso era già potenzialmente contenuto. Formazione invece esprime l'idea di plasmare, di creare dando forma, analogamente a quello che avviene nelle arts figurative" (Dans notre “éduquer” (comme dans le Erziehen allemand) on trouve, implicite, l'idée que l'acte éducatif consiste dans le fait de faire ressortir de l'individu ce qui était déjà en puissance dans son intérieur. Formation, par contre, exprime l'idée de modifier, de créer en imposant une forme, comme dans les arts figuratifs) (Lessico delle Scienze dell'Educazione, 1978, 464).

10 "In linea generale, il termine (che un tempo era usato soltanto con riferimento allô sviluppo delle cose) è andato assumendo, a partire dall'idealismo tedeseo, il signifrcato “spirituale” di acquisizione culturale" (En général, le terme-qui était autrefois utilisé seulement quand on se référait au développement des choses-a acquis, à partir de l'idéalisme allemand, le signifié “spirituel” d'acquisition culturelle) (Bertolini Piero, Dizionario di psico-socio-pedagogia, Milano, Bruno Mondadori, 1980, 91).

11 La définition d'éducation informe que "In senso molto lato, il termine sta ad indicare il processo di Formazione dell'uomo (inteso sia conte individuo sia corne gruppo) nella direzione di una tenta ma autentica chiarifrcazione di sé, ovvero delle propria peculiari caratteristiche, soprattutto spirituals. " (Très en général, le mot indique le processus de Formation de l'homme (comme individu et comme groupe) qui va dans le sens d'un auto-éclaircissement, lent mais authentique, de ses propres caractéristiques spécifiques, notamment spirituelles) (Bertolini Piero, Dizionario di psico-socio-pedagogia, Milano, Bruno Mondadori, 1980, 66).

12 "Assunzione di una "forma” o frsionomia generale, caratterizzata da un insieme armonico di conoseenze e di abilità che orienta la persona nei suoi singoli atti o comportamenti e le garantisce risultati soddisfacenti (successi) in una situazione data" (Acquisition d'une “forme” ou d'une physionomie générale, caractérisée par un ensemble harmonieux de connaissances et de compétences qui oriente la personne dans ses actes particuliers ou dans ses comportements et lui garantit des résultats satisfaisants-des réussites-dans une situation donnée) (Dizionario di Didattica, 1980, 101).

13 L'ouvrage est la traduction du Vocabulaire de Psychopédagogie et de Psychiatrie de l'Enfant, Paris, P.U.F., 1963.

14 En langue allemande, Bildung n'est pas le premier terme de traduction, et il apparaît seulement comme deuxième choix : Formation, Bildung, Entfaltung, en anglais, le terme correspondant n’est pas training, mais Formation (Enciclopedia di PsicoPedagogia, 1983, 276).

15 Les équivalences terminologiques proposées par l'Enciclopedia Pedagogica de Laeng, se différencient des équivalences proposées par l'ouvrage préparé par M.me Corda Costa en 1983 (voir note précédente). En anglais le signifié éducatif, non lié à l'idée d'exercer ou d’instruire, est de préférence, Achievement. Le concept de formation s'identifie ici avec celui de réalisation et de (auto)-développement personnel ; le mot Formation est éliminé, car il est peu utilisé, et Training, est considéré trop technique. En allemand est confirmée l'égalité exemplaire de valeur avec Bildung.

Auteur

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540