Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Idées pédagogiques : patrimoine éducatif ?

 | 
Brigitte Dancel
, 
Jean Houssaye

Atelier 3 : Construction et circulation des idées pédagogiques (approche contemporaine)

De la sagesse pédagogique chez Fernando Pessoa

Maria da Conceição Azevedo

Texte intégral

INTRODUCTION

1Fernando Pessoa est reconnu comme le poète portugais le plus fort de la modernité et de la post-modernité. Son œuvre est tellement répandue qu'elle donne consistance à la perspective de Rorty, selon laquelle ce sont les poètes forts et les révolutionnaires utopiques qui produisent les modifications de sens dans les discours métaphoriques sur le monde. Pessoa a produit sous le nom de Alexander Search de nombreux poèmes en anglais autour du problème de l'existence. La métaphysique serait pour toujours le terrain où sont nées la plupart de ses productions poétiques. Quoiqu’il se dise « d'abord un poète avec des préocupations philosophiques », sa vocation prend, à mon avis, un sens pédagogique toujours lié à la dimension métaphysique de son œuvre poétique.

2Dans un petit texte, le poète écrit :

  • 1 Fernando Pessoa, Moral, Regras de Vida, Condições de Iniciação, Textos estabelecidos e comentados p (...)

« Les formes de l'éducation du mal au bien (il n'y en a pas d'autre éducation) sont l'instruction, l'élévation et la moralisation1. »

3Dans d'autres textes il réfléchit sur ce processus, à des niveaux personnel, national et universel :

Éducation personnelle ou auto-éducation :

4Pessoa a écrit plusieures règles pour sa vie en tant qu'artiste, portugais et être humain. Je pense que le texte qui peut être considéré comme la synthèse de tous les autres, celui qui peut être confirmé par des lettres et par sa production poétique, est le suivant, écrit en 1914 :

  • 2 Fernando Pessoa, Páginas Íntimas e de Auto-Interpretação, Textos estabelecidos e prefaciados por Ge (...)

« Aujourd'hui, en me décidant à être Moi-même, à vivre à la hauteur de mon métier... je suis rentré une fois pour toutes en possession de mon Génie et de la divine conscience de ma Mission. Aujourd'hui je ne me veux que tel que mon caractère naturel veut que je sois, et mon Génie né avec lui m'impose que je ne manque d'être.
Une foudre aujourd'hui m'a ébloui de lucidité. Je naquis.
2 »

5À mon avis, ce texte établit le moment critique de la transition entre le temps de l'éducation en tant que formation reçue, et la conscience de la maturité. Sa vie entièrement dévouée à l'œuvre confirme la vérité de cette décision.

Éducation nationale

6La perspective d'une Éducation nationale se lit dans plusieurs projets d'enseignement vus comme élévation et moralisation de la communauté nationale portugaise, soit du point de vue professionnel ou politique, soit de celui, esthétique et de la conscience historique. Le livre de Pessoa Mensagem, le seul qu'il ait publié pendant sa vie, est l'image de cette dimension. La lecture de ce livre liée à celle d’autres textes politiques et sociologiques sur le Portugal, montre que Pessoa envisageait d'instruire, d'élever et de moraliser, c'est à dire d'éduquer, le peuple portugais, C'est la seule réalisation visible de l'industrie intellectuelle qu'il considérait nécessaire à toute nation. Elle doit prendre en compte des projets d'une école professionelle, d'une maison d'édition et de publication de livres et de revues au Portugal - traductions ou œuvres originales - sur la science et la culture européennes, lesquels seraient complétés par la diffusion à l'étranger de livres sur notre histoire et notre culture.

Éducation universelle

7Pessoa parle de sa crise de 1914 dans une lettre à un ami, lui aussi écrivain. Il le fait comme à un frère et lui dit que seul un esprit religieux semblable à lui-même, pourrait comprendre sa conception de l'art comme une mission. L'éducation personelle prend une allure universelle. Dans d'autres lettres, surtout dans celles destinées à Sá-Carneiro, Pessoa en parlant de lui-même, conduit le destinataire à chercher sa vérité, sa réalisation et le moyen de lui rester fidèle.

8La production hétéronyme naît dans ce contexte. Les personnalités littéraires que Pessoa a développées le plus fréquemment (Caeiro, Campos e Reis), sont une façon d'être « gravement attentive à l’importance mystérieuse de l'existence ». Et l'homme contemporain est sensible à ce message car « chaque homme est légion » soit au fur et à mesure qu'il grandit, soit face aux multiples dimensions de sa vie.

  • 3 « Pensar incomoda como andar à chuva » (O Guardador de Rebanhos, II, in Fernando Pessoa, Poemas Com (...)

9Parmi les fictions éducatives créées par Pessoa, l'hétéronymie est un aiguillon de l'éducation esthétique propre au Portugal, tout en envisageant d'être étendue au-dela de la langue portugaise. Cet univers fragmenté - y comprise la production de Pessoa lui-même - entoure Caeiro, exemple de l'éducateur parfait dont la parole engage pour toujours ceux qui le connaissent. Dans ses poèmes, Caeiro nous apprend à voir et à sentir plutôt qu’à penser car « penser gêne comme marcher dans la pluie3 ». Il nous apprend à ne pas avoir peur et surtout pas de nous-mêmes. Campos, Reis, Pessoa et aussi Mora, le philosophe, sont des disciples qui ont compris l'enseignement de Caeiro et deviennent pour notre époque le miroir à plusieures facettes où sa parole se reflète et où l'homme actuel entend l'appel multiforme à devenir ce qu'il est dans tout ce qu'il pouvait être.

10À partir de cet exposé, on voit que, dans la production de Pessoa, la philosophie est vraiment philo-sophie, c'est à dire la recherche de la sagesse qui, à son tour, ne se borne pas à la dimension de l'intellect, mais s'étend à l'homme tout entier dans son corps-esprit-émotion-sentiment... Pessoa suit les traditions occidentale et orientale pour chercher sa propre synthèse.

LA SAGESSE DANS LA TRADITION OCCIDENTALE

11On trouve dans l'œuvre de Pessoa le témoignage d'une quête de la connaissance, soit des idées des poètes soit des courants les plus profonds de cette tradition culturelle (la portugaise et l'anglaise où il est né et a été éduqué, mais aussi celle de Grèce, de Rome et du christianisme, ainsi que des philosophes allemands). L'étude de sa bibliothèque nous a orienté dans le même sens.

12La tradition philosophique occidentale s'est appuyée sur la raison et en a fait le centre de l'éducation. Le Fausto de Pessoa nous apporte l'image de l'homme qui voit l'absurdité de cette perspective et ne peut pas en sortir. Au contraire des Faust de Marlowe et Goethe qui cherchent la science et le pouvoir en les préférant au salut de son âme, le Fausto de Pessoa perd son âme dans la science reçue, mais il perd aussi tout son être et tout espoir de salut. Or, si la vie n'a plus de sens, l'horreur de la mort le prend car l'horreur de la mort est l'horreur de la vie qui finit, l'horreur du non-être devant l'Etre.

13Plus que la littérature, la philosophie ou la science, c'est la question religieuse - l'opposition paganisme/christianisme qui retient l'attention de Pessoa et qu'il essaie de connaître dans ses sources les plus pures.

14Les deux se voient dans l'œuvre du poète : la fidelité à soi-même traduite en exigence de vie et parfois l'exaltation du moi (comme chez A. de Campos) ; l'obéissance aux dieux, à la loi ou à l'Inomminé qui demande le renoncement et même la mort (visible par exemple dans Mensagem).

15Le processus éducatif prend place dans ce paradoxe : cheminement du désir d'être (la vie) à la fidelité à l'Etre - la recherche de la plénitude humaine dans la rencontre avec la transcendence, laquelle demande de surmonter les limitations humaines, établit une échelle axiologique et devient le but de toute éducation.

LA SAGESSE DANS LA TRADITION ORIENTALE

16Pessoa a connu quelques livres de sagesse orientale, dont quelques-uns pré-bouddhiques, surtout par ses contacts avec la théosophie et la philosophie hermétique. Il s’y est intéressé par le biais de l'occultisme dès sa jeunesse, mais c'est par son travail de traducteur qu'il a dû lire Light on the Path et The Silence Voice. Ce sont des études mystiques dans lesquelles le chemin à suivre est montré au disciple pour qu'il retrouve son individualité, le renoncement, la maîtrise des lois de son corps et de son esprit, la conquête définitive de soi même :

  • 4 H[elena] P. B[LAVATSKY], A Voz do Silêncio e outros fragmentos selectos do Livro dos Preceitos Áure (...)

« N’as-tu pas traversé le chemin de la douleur - première vérité ?
N'as-tu pas vaincu le roi des Maras à Tu, la porte de la réunion - deuxième vérité ?
N'as-tu pas détruit le péché à la trosième porte, retrouvant la troisième vérité ?
N'est-tu pas entré dans Tau, le chemin qui conduit à la connaissance - la quatrième vérité ?
Et maintenant, repose sous l'arbre de Bodhi, qui est la perfection de toute connaissance, car, tu le sais bien, tu possèdes Samâdhi - l'état de la vision infaillible.
Vois ! Tu es devenu lumière, tu es devenu le son, tu es ton Maître et ton Dieu. Tu es toi-même le but de ta quête, la voix sans faillite, laquelle résonne a travers l'éternité, sans changement ni péché, les sept sons dans un seul, la Voix du Silence.
4 »

17On trouve des idées semblables dans Light on the Path

18La pensée de Caeiro ressemble beaucoup aux idées exposées dans ces livres (ainsi qu'à la pensée Zen). Malgré les grandes différences entre les doctrines et les philosophies de l'Orient, dans l'œuvre de Caeiro nous trouvons l'écho de ces points de convergence. Sa soumission à la Nature, apparemment fataliste, sa contention verbale, son détachement des biens matériels et encore des biens de l'esprit - la culture, ce qui est appris - ressemblent à l'image du Bouddha ou du sage qui ne s'engage qu'à la méditation et tient son être en accord avec l'être du monde, c'est-à-dire, l'Être Absolu.

19Dans la bibliothèque de Pessoa, nous avons vu aussi le livre Quests Old and New(1913) où sont présentées la métaphysique et l'éthique taoistes d'après Chwang Tzu, l'Obscur. Il dit que silence et discours cachent également la réalité. Relisons Caeiro :

  • 5 « É porque assim faço mais sentir aos homens falsos
    A existência verdadeiramente verdadeira das flor (...)

« ...Comme ça je fais sentir aux hommes faux.
l'existence vraiement vraie des fleurs et des rivières
Parce que j'écris pour qu'ils me lisent je me sacrifie parfois.
à leur stupidité des sens
5»

20Le taoisme n'établit pas de réalité métaphysique au mal. C'est seulement dans l'homme que l'opposition mal-bien prend place et c'est aussi seulement chez le sage que le conflit disparaît. Caeiro, lui aussi, a méprisé le discours moral de ceux qui veulent changer la vie des autre du dehors. À l'envers, il soutient une attitude d'acceptation de l'environement. On peut dire de Caeiro, comme du taôisme :

  • 6 « .... Of a man who has attained to this unity, however it is said : « All things are to him One, b (...)

« C'est une doctrine de la résignation, mais pas de l'acquiescement, car il est dit que par la convergence avec l'Un toutes les choses peuvent s'accomplir.6 »

21Voila la vraie sagesse

  • 7 "The true sage « never preaches at people but puts himself in sympathy with them » ; for « he who i (...)

« Le sage ne prêche jamais au peuple, il se met en état de sympathie avec le peuple, car celui qui naturellement est en sympathie avec l'homme, tous les hommes le cherchent7 »

22Caeiro ne fait aucun effort pour être compris ou même entendu. Il écrit ses poèmes, les disciples le rencontrent par cette parole et l'acceptent. Mais il ne discute jamais, il ne présente jamais ses arguments. Il se pose lui-même comme exemple. Pessoa a souligné dans Quests Old and New :

  • 8 Ibid., p. 33.

« Put away goodness and you will be naturally good... Get rid of small wisdom and great wisdom will shine upon you.8 »

23Mais le plus haut précepte de la sagesse orientale, celui qui a permis à Pessoa de faire sa synthèse personelle vient ensuite :

  • 9 "Be your best self and do not fall into the fatal error of becoming someone else outside of yoursel (...)

« Sois ton meilleur moi et ne tombe jamais dans la faute fatale de te rendre quelqu'un d'autre que toi-même.9 »

LA SYNTHÈSE CONSTRUITE PAR PESSOA

24Revenons sur la définition de l’éducation donnée par Pessoa :

« Les formes de l'éducation du mal au bien (il n'y en a pas d'autre éducation) sont l'instruction, l'élévation et la moralisation. »

25L'éducation prend dans cette perspective un sens de gradation : de la connaissance logique ou rationelle (la theoria aristotélicienne) à la connaissance esthétique et de celle-ci à la transformation de l'homme (la phronesis). Cette dernière dimension implique les autres et s'impose comme l'essence de l’éducation d'après Pessoa. Cette transformation est la rencontre de l'homme (et de la communauté) avec soi-même, la poursuite de son but après l'avoir découvert seul.

26L'éducateur est alors celui qui laisse voir aux autres son chemin d’auto-connaissance et les aide à connaître et à se connaitre. Cette connaissance ne peut pas se réduire à la rationalité ; elle est connaissance de l'homme tout entier, dans toutes ses dimensions, elle se veut totale : intellectuelle, mais aussi esthétique et éthique. Pessoa l'appelle Initiation qu'il définit ainsi dans le texte suivant :

  • 10 "But the real meaning of initiation is that this visible world we live in is a symbol and a shadow, (...)

« le vrai sens de l'initiation est que ce monde visible où nous vivons est un symbole et une ombre, et cette vie que nous connaissons par les sens est une mort et un sommeil, ou, en d'autres mots tout ce que nous voyons est une ilusion. L’initiation est la dissolution - graduelle et partiale - de cette ilusion. Elle est secrète car la plupart des hommes n'est pas préparée pour la comprendre et ils ne pourraient pas la comprendre et ils seraient confondus si elle était rendue publique. Elle est symbolique car l'initiation n'est pas une connaissance mais une vie, et l'homme doit penser par luimême ce que les symboles montrent pour qu'il ne se borne pas à apprendre les mots qui lui sont montrés, mais arrive à vivre sa vie10 »

27L'initiation est donc l'approfondissement dans la connaissance de l'Être - le moi et l'Absolu. Pessoa parle du Christ comme symbole le plus parfait de l'initiation parce qu'il est la consubstantiation de l'homme et de Dieu.

28Pessoa présente aussi les pas nécessaires pour arriver à cette initiation :

  1. connaître le mieux possible les philosophies, en réfléchissant et en les comparant de façon à développer l'intelligence qui doit surmonter la pure émotion ;

  2. se dépouiller de tous les préjugés, surtout en ce qui concerne la religion, que l'éducation ou l'habitude auraient installés ;

  3. construire un système aussi cohérent que possible, interprétant l'univers comme vérité, beauté et conduite. Ce système doit être abandonné comme les autres car il ne peut être plus vrai qu'aucun autre.

29Ce parcours est surtout une conquête de l'individualité et de la conscience. En effet, le premier pas dans l'apprentissage (des philosophies ou des religions) est suivi de l'abandon de ce qui avait été appris, non à cause de l'orgueil, mais par respect pour la Vérité.

30La construction d'un système nouveau montre les possibilités de l'intelligence abstraite et du raisonement du sujet, mais elle doit être immédiatement surmontée par la conscience de sa propre finitude et par la soumission à la Vérité.

31C'est exactement par cette conception que nous pouvons comprendre que pour Pessoa, être maître n'est pas être sûr de son savoir, ni être respecté par les autres à cause de ses connaissances. Le maître est celui qui cherche toujours à se dépasser dans la découverte de l'Être et de soi même :

  • 11 « A verdade, se ela existe,
    ver-se-d que só consiste
    na procura da verdade »
    Fernando Pessoa, Obra Poé (...)

« La vérité, si elle existe,
on verra qu'elle n'habite
que dans la recherche de la vérité
11 »

Notes

1 Fernando Pessoa, Moral, Regras de Vida, Condições de Iniciação, Textos estabelecidos e comentados por Pedro Teixeira da Mota, Lisboa, Edições Manuel Lencastre, 1988, p. 71.

2 Fernando Pessoa, Páginas Íntimas e de Auto-Interpretação, Textos estabelecidos e prefaciados por Georg Rudolf Lind e Jacinto do Prado Coelho, s.d., (1ère ed, 1966), p. 63-64.

3 « Pensar incomoda como andar à chuva » (O Guardador de Rebanhos, II, in Fernando Pessoa, Poemas Completos de Alberto Caeiro, Recolha, transcrição e notas de Teresa Sobral Cunha, Lisboa, Ed. Presença, 1994).

4 H[elena] P. B[LAVATSKY], A Voz do Silêncio e outros fragmentos selectos do Livro dos Preceitos Áureos, trad, de Fernando Pessoa, Livraria Clâssica Editora – Colecçao Teosófica e Exotérica, 1916.

5 « É porque assim faço mais sentir aos homens falsos
A existência verdadeiramente verdadeira das flores e dos rios.
Porque escrevo para eles me lerem sacrifico-me às vezes
À sua estupidez dos sentidos... »
(O Guardador de Rebanhos, XXXI, in Fernando Pessoa, Poemas Completos de Alberto Caeiro).

6 « .... Of a man who has attained to this unity, however it is said : « All things are to him One, but he does not know that this is so » It is a doctrine of resignation, but not of quiescence, for it is said that by converging to One all things may be accomplished » (M[abel[Cfollins], Light on the Path and Karma with notes and comments, p. 19).

7 "The true sage « never preaches at people but puts himself in sympathy with them » ; for « he who is naturally in sympathy with man, to him all men come ». This natural sharing of one's virtue with others is « witout intention ».... Natural virtue is « divine virtue » ; it is humorously described as « being joined with the universe without being more conscious of it than an idiot. » (Ibid., p. 31).

8 Ibid., p. 33.

9 "Be your best self and do not fall into the fatal error of becoming someone else outside of yourself." (Ibid., p. 36).

10 "But the real meaning of initiation is that this visible world we live in is a symbol and a shadow, that this life we know through the senses ia a death and a sleep, or in other words, that what we see is an illusion. Initiation is the dispelling - a gradual, partial dispelling - of that illusion. The reason for its secret is that most men are not adapted to understand it and will therefore misunderstand and confuse it if it be made public. The reason for its being symbolic is that initiation is not a knowledge but a life, and that man must therefore think out for himself what the symbols show, for thus he will live their life and not only learn the words in which they are shown." (Esp. 54A-55).
Cf. Yvette Centeno, Fernando Pessoa e a filosofia hermética : fragmentos do espólio, Lisboa, Editorial Presença, 1095, p. 72.

11 « A verdade, se ela existe,
ver-se-d que só consiste
na procura da verdade »
Fernando Pessoa, Obra Poética e em Prosa, Introduçâo, Organização, biobibliografia e notas de Antonio Quaderos e Dalila Pereira da Costa, Porto, Lello e Irmão Editores, 1986, vol. I, p. 1130.

Auteur

Universidade de Trás-os-Montes e Alto Douro Vila Real - Portugal

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540