Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Idées pédagogiques : patrimoine éducatif ?

 | 
Brigitte Dancel
, 
Jean Houssaye

Atelier 2 : Construction des idées pédagogiques (approche historique)

La solidarité : une notion carrefour

Hervé Terral

Texte intégral

« La solidarité dans le bien comme dans le mal est une loi de l'Humanité : il n'est donné à aucun homme de se sauver ou de se perdre seul. »
(Ch. Renouvier, 1849)

1La notion de solidarité est aujourd'hui parmi les plus présentes dans le discours et la réalité sociétales (ministère de l'emploi et de la solidarité, économie dite « solidaire ») aux côtés de la citoyenneté, voire, dans le champ plus strictement scolaire, de l'éducation à la citoyenneté (définie comme « redynamisation de l'éducation civique » le 15/4/1996 par le ministère de l'Éducation nationale) ou de la « morale civique » (S. Royal. Septembre 1997). Elle peut se décliner sur un registre sérieux, tel celui du ministre Cl. Allègre évoquant le financement des nouveaux emplois jeunes créés à la rentrée 1997 et les sacrifices budgétaires nécessaires dans son secteur : « Ceux qui ne comprennent pas cela ne comprennent pas le mot solidarité » (Le Monde, 26/10/1997) ; elle peut s'énoncer sur un mode plus tragi-comique avec telle directrice d'école parisienne qui, le budget épuisé, se voit contrainte selon le même journal (22/10/1997) d'en appeler à la « solidarité parentale » pour pallier la carence en... papier toilette.

  • 1 Gide Ch. et Rist Ch., Histoire des doctrines économiques depuis les Physiocrates jusqu’à nos jours (...)

2Cette même notion de solidarité était déjà tant et plus utilisée, il est vrai, à la fin du XIXe siècle, attestant en cela d'une permanence que l'on peut aisément qualifier d'entrée, de patrimoniale stricto sensu, c'est-à-dire dans l'héritage des pères. D'origine juridique (qualifiant à ce titre au XVIe siècle des personnes obligées les unes pour les autres, in solidum), elle s'est enracinée dans les événements révolutionnaires de 1848, dans le cadre d'un continuum, bien établi certes mais néanmoins fort tumultueux, chacun le sait, puisqu'il correspondait au lent processus de sécularisation des idées et de laïcisation des idéaux : charité, bienfaisance, fraternité, solidarité, coopération se déclinent ainsi successivement... Dans leur vaste Histoire des doctrines économiques, Ch. Gide et Ch. Rist ne manquent pas, pour présenter l'idée de solidarité et, plus particulièrement les doctrines « solidarisées », de faire référence au sens commun, c'est-à-dire en premier lieu à l'apologue des membres et de l'estomac formulé par Menenius Agrippa lors de la révolte de la plèbe (503 avant J.-C.), présent au cœur des études classiques (Ésope, Marc Aurèle), religieuses (saint Paul), populaires (La Fontaine)1, etc. avant de reconnaître un développement polymorphe : « La solidarité, quoiqu'elle n'eût point encore de nom, était déjà connue sous tous ses aspects principaux : biologique, sociologique, moral, religieux, juridique, économique - mais précisément chacune de ses faces apparaissait comme isolée, et sans rapports nécessaires avec les autres, et ce n'est qu'au milieu du XIXe siècle que l'on a recherché sous cette multiplicité l'unité d'une grande loi. » (Nous soulignons).

  • 2 Marion H., De la solidarité morale. Essai de psychologie appliquée, Paris, Germer Baillère, 2e édi (...)
  • 3 Nicolet Cl. attribue à Fourier le passage du mot « solidarité » du vocabulaire juridique au politi (...)

3Le philosophe H. Marion, premier titulaire de la chaire de science de l'éducation en Sorbonne, disait de même en conjuguant « solidarité individuelle » (« composition, développement, modification du caractère, solidarité historique dans une même vie ») et « solidarité sociale » via la « solidarité morale », poussant même sa conclusion jusqu'à quelques « inductions métaphysiques » sur la place du mal en ce monde et le « progrès moral de l'avenir »2 ; il se reconnaissait comme précurseurs, dans le mitan du siècle, le républicain français Ch. Renouvier et le déiste suisse Ch. Secrétan. Il eût pu mentionner tout autant J. Macé, propagandiste infatigable de scolarisation populaire et secrétaire d'un groupe dénommé en 1849 La solidarité républicaine, J. Simon et J. Barni liés en exil au groupe des libre-penseurs belges Les solidaires (années 1850), certains héritiers intellectuels de Saint-Simon, tels P. Leroux et A. Comte, voire Ch. Fourier3 ou La Révellière-Lépeaux, père spirituel (sous le Directoire) de la théophilanthropie et d'une éducation morale « par le cœur », en un mot tous les défenseurs de la religion naturelle affirmant quelque égalité (au moins de droit) parmi les hommes.

  • 4 Chaire convoitée par Dukheim. J. Izoulet, in La Cité moderne, métaphysique de la sociologie, Paris (...)

4C'est pourtant par l'intermédiaire d'un scientisme conquérant - à la recherche précisément de lois scientifiques comme matrices explicatives du monde et du destin des hommes - plus que d'un spiritualisme sentimental diffus, que l'idée de solidarité va connaître son plus respectable essor. La physiologie et la biologie s'offriront volontiers alors comme les vecteurs d'un organicisme renouvelé, détaché en partie du sens commun car élevé au rang d'un paradigme théorique, dont l'acmé prendra nom ultérieurement de « darwinisme social ». Nul n'ignore combien l'organicisme pourra par glissements successifs, à partir de Spencer, nourrir la réflexion politique de la sociologie en voie de formation : d'Alfred Espinas, auteur d’une thèse sur les sociétés animales (1877), à René Worms ou Jean Izoulet, titulaire de la chaire de philosophie sociale au Collège de France4, jusqu'à Jacques Novikow, dont l'ouvrage Conscience et volonté sociales est fortement stigmatisé par un certain F.B dans la Revue pédagogique (1897, no 2) : « On avait fort hésité avant d'attribuer à la société un SENSORIUM remplissant le rôle que joue le cerveau dans l'animal. C'est ce sensorium social que M. Novikow croit avoir découvert [...] constitué par l'élite intellectuelle de la société à laquelle se rattache les diverses aristocraties. » Même si Novikow prit ses distances avec des thèses trop marquées par la ségrégation, force est de reconnaître qu'il s'inscrit aisément dans le prolongement d'un savant chimiste, ministre de l’intérieur (donc, alors, de l'éducation), Chaptal, qui, dans son rapport de 1801 à Napoléon, observait : « Les divers degrés de l'instruction publique doivent correspondre aux grandes divisions qui s'observent dans le Corps social ; et s'il nous était donné de suivre une comparaison qui, peut-être, n'est pas étrangère au sujet, nous dirions que le corps social, comme le corps humain, a des bras, des organes et un principe de vie qui en anime tous les ressorts. » Remarquons au passage que ce substrat vitaliste, issu en droite ligne des conceptions de la faculté de médecine montpelliéraine où Chaptal exerça, imprégnera tant et plus les conceptions de nombreux théoriciens de l'École nouvelle, Claparède tout le premier...

  • 5 Le Dr Ch. Blondel entend ainsi en 1928 faire le point sur « l’étude des processus psychiques et de (...)

5Il serait néanmoins illusoire de penser que la métaphore organiciste du corps social comme base d'une solidarité éventuelle (entre sujets égaux ou inégaux) se limite aux réflexions des philosophes sociaux et autres sociologues. Elle imprègne très largement les travaux des psychologues, portés à dénommer, à classer et à hiérarchiser les diverses « facultés de l’âme » - de la vieille phrénologie à la nouvelle psychophysique, voire à la psychologie scientifique et expérimentale - d’autant que les frontières sont alors assez mal définies entre disciplines, voisines et/ou concurrentes5. Dans ce sujet de recherche fort vaste, il est possible d'isoler, entre philosophie, psychologie, sociologie, quelques points d'interrogation communs, quelques passerelles, où s'inscrit en creux la problématique de la solidarité - à constater ou à construire :

  • 6 Roudinesco E., La bataille de cent ans. Histoire de la psychanalyse en France, vol. 1., 1885-1939, (...)
  • 7 Thomas P.-F., La suggestion. Son rôle dans l’éducation, Paris, Alcan, 1895 et Saisset L. et F., L’ (...)
  • 8 Lurçat L., La destruction de l’enseignement élémentaire et ses penseurs, F-X de Guilbert (O. E. I. (...)

6- la foule, la contagion mentale, l'imitation s'offrent ainsi comme autant de thèmes de base pour des réflexions variées, témoignages néanmoins de ce qu'E. Roudinesco a pu appeler « l'inconscient "à la française" »6. Les implications scolaires porteront par exemple sur l'auto-suggestion consciente, chère au pharmacien E. Coué, mais plus généralement la suggestion exercée sur l'élève en classe (P. F. Thomas ou L. et F. Saisset7), perspective dont la suggestopédie contemporaine du bulgare Lozanov se voudra l’héritière. Le substrat de ces médiations est incontestablement la vogue (à la fois populaire et scientiste) de l’hypnotisme, vivement critiqué par tous les rationalistes, peu ou prou spiritualistes : ainsi Compayré rendant compte de l’ouvrage posthume de J.-M. Guyau, Éducation et hérédité, dans lequel l’auteur se propose de traiter de « la suggestion [comme] modificateur de l’hérédité » (Revue pédagogique, 1890, no 3), ou Thamin, faisant état des observations de S. Hall à l’école normale de Worcester et montrant quelque prudence devant des emballements possibles de la psychologie en général (Revue pédagogique, 1898, no 8). De nos jours, la psychologue wallonienne L. Lurçat dénonce, elle aussi, les « méthodes [de lecture] fondées sur la séduction et la suggestion » et leur domination dans l’école hier, « élémentaire »8.

  • 9 Dr H. Höffding, Morale, Paris, Alcan, 2ème édition, 1907, p. 302.

7Des formules chocs, de quasi-slogans, n'en demeurent pas moins fort présents dans la période, tel le programme du Dr G. Le Bon, polygraphe influent s'il en est, de « transformer les associations conscientes en associations inconscientes » (« indispensable en matière militaire »), véritable fondement de sa Psychologie de l’éducation (1902) énoncé dès 1894 dans un article - développant une comparaison entre l'homme et le cheval - au titre hautement symbolique, Les bases psychologiques du dressage (Revue Philosophique. 1894. T.2) : affirmations contemporaines des travaux de psychologie sociale et de la criminologie italiennes porteuses de titres en eux-mêmes très suggestifs, La foule criminelle (Sc. Sighele, traduction française en 1892) ou Le suggesteur de foule (P. Rossi, traduction française en 1904). De même, le Dr. H. Höffding de l'université de Copenhague, déclare-t-il dans sa Morale, ouvrage bien accueilli par les bibliothèques des écoles normales9 : « L'éducation inconsciente n'a pas moins d’importance que la consciente ». E. Durkheim lui-même convoque l'hypnotisme, au moins comme référence ou comme métaphore, dans l'article Éducation du très officiel dictionnaire de F. Buisson (édition de 1911) : « Deux conditions se trouvent réalisées dans les rapports que soutient l'éducateur avec l'enfant soumis à son action :

81° L'enfant est naturellement dans un état de passivité tout à fait comparable à celui où l'hypnotisé se trouve artificiellement placé... Il est très accessible à la contagion de l'exemple, très enclin à l'imitation. 2° L'ascendant que le maître a naturellement sur son élève, par la suite de la supériorité de son expérience et de sa culture, donnera naturellement à son action la puissance efficace qui lui est nécessaire. » (Nous soulignons, p. 535). Dans L'éducation morale (cours de 1902), Durkheim ne manquait pas déjà de citer, et Guyau pour « la suggestion hypnotique », et Binet qui, récusant cette dernière, entendait néanmoins « démontrer par une intéressante expérience la suggestibilité naturelle de l'enfant » (p. 159/160. Éd. 1934).

  • 10 Dès son Introduction à la sociologie de la famille, leçon inaugurale du cours de science sociale, (...)
  • 11 Thamin R. Lapie P., Entretiens et lectures morales. (Classes de 4ème et 3ème), Paris, Hachette, s. (...)
  • 12 Auteur reconnu de L’éducation à la volonté (1894). Payot J. dédiera son Cours de morale « destiné (...)
  • 13 Cousinet R., « La solidarité enfantine. Étude de psychologie sociale », Revue philosophique, 1928, (...)

9- la construction du lien social, via la morale et la pédagogie des diverses disciplines, à l'heure où la société tend à se substituer de plus en plus à la communauté (Tönnies. 1887) et la solidarité organique à la solidarité mécanique (Durkheim. 1888)10…. Ainsi peut-on lire, par exemple, L'éducation morale (cours de Science de l'éducation en Sorbonne, rappelons-le) et plus particulièrement les 16e, 17e, 18e leçons de l'ouvrage portant sur l'enseignement des sciences (« physiques et naturelles » en premier lieu), la culture esthétique et l'enseignement historique, comme autant d'efforts tout didactiques, « propédeutique indispensable », vers « l'attachement aux groupes sociaux » et « l'éducation morale » des futurs citoyens. Il en ira de même avec l'enseignement de la géographie et de l'histoire, chez un V. Duruy ou un É. Lavisse : le premier évoquant le paysage même de la France comme un symbole peu discutable de l'harmonie nationale ; le second déployant l'histoire nationale dans un continuum progressiste, où s'entremêlent la petite et la grande patrie, voire la « plus grande France », miroir de l'humanité émancipée tout entière. Ajoutons de surcroît que l'intérêt porté à la « discipline libérale » (Marion) comme au self-goverment anglo-saxon (Demolins, Cousinet), à « l'éducation de soi » (Lapie et Thamin)11 ou à « l'éducation de la volonté » (Payot)12 comme à la « solidarité enfantine » (Cousinet) constituent des tentatives originales de penser la notion de solidarité en acte dans la classe et l'école. Ce dernier auteur, se situant à égale distance de Durkheim et de Tarde dans la querelle sur le primat du social et de l'individuel, introduit ainsi dès 190813 une réflexion originale sur les phénomènes de solidarité entre élèves et sur le « conflit » avec le maître, susceptible d'être assimilé à un « tyran » - comme le feront remarquer deux ou trois décennies plus tard des travaux de facture psychanalytique conduits par un F. Redl ou un R. Allendy.

  • 14 L’article « solidarité » de la Grande encyclopédie, écrit après 1900 par M. Chariot, cite ainsi la (...)
  • 15 Fouillée A., Le socialisme et la sociologie réformiste, Paris, Alcan, 1929, 4ème édition 1930, p.  (...)
  • 16 Fouillée A., La science sociale contemporaine, Paris, Hachette, 1880, p. 371.
  • 17 Jacob B., Devoirs, Paris Cornelly, 1909.

10- la politique enfin : la solidarité devient l’axe majeur des méditations coopératrices (Fouillée ; Gide) et s'élève même un temps au rang d'une doctrine officielle, le solidarisme, à travers l'ouvrage du ministre radical, Bourgeois (1896), lequel reprend totalement la métaphore organiciste14 et entend développer l'idée du « quasi contrat d'association qui lie tous les hommes », supposant une « équitable évaluation des services échangés » et « une équitable répartition des profits ». Avant de lancer son véritable mot d'ordre : « Tous coopérateurs, co-partageants et co-propriétaires »15, le philosophe Fouillée avait fait remarquer : « La fonction réparatrice dans l'ordre social ne saurait incomber à un homme seul, ni à quelques-uns ; elle incombe à tous les membres de la société : elle est du ressort de l'action collective et doit être exercée par l'État16. » Dans un tel contexte idéologique, la Revue pédagogique, organe clé de l'ordre primaire, pourra légitimement prôner « la solidarité de toutes les branches des connaissances humaines » (1895). no 1) ou la nécessaire « collaboration de l'enseignement primaire et secondaire » (1898. no 5) - l'instituteur étant au premier rang pour diffuser « le sentiment de la solidarité humaine », voire « l'obsession de cette solidarité » selon l'exigeante formule de J. Payot (in Aux instituteurs, aux institutrices 1897). Une telle approche de la réalité sociétale et des idéaux républicains à construire s'oppose explicitement chez B. Jacob, promoteur des Universités populaires et maître de conférences aux ENS de Fontenay et de Saint-Cloud, à la « lutte des classes » et au « matérialisme » pour le plus grand bénéfice de solidarités diverses, dont un « patriotisme rationnel, pacifique dans ses intentions et dans ses espérances » représente le couronnement (1909)17.

CONCLUSION

  • 18 Peyrefitte A., Rue d’Ulm, Paris, Fayard, 1994, p. 57.
  • 19 Cousinet R., La vie sociale des enfants (1950), in Houssaye J. Quinze pédagogues. Textes, Paris, C (...)

11La solidarité, notion venue de la révolution de 89 et du christianisme révolutionnaire (P. Leroux. 1840 en particulier) chemine donc dans le siècle (Michelet, Renouvier) jusqu'à s'imposer comme une impératif... à réaliser dans le champ scolaire lui-même. Elle prend, à travers ses avatars, la forme du lieu commun dont D. Hameline a pu montrer la circulation au cœur des idées pédagogiques. Tout à la fois expression du sentiment et témoignage de la réflexion juridique, philosophique et scientifique, la solidarité a, si l’on ose dire, ses bas-fonds, ses idéaux, voire son Idée. Au plus bas : la contagion, que le scientifique, tel le vénéré et vénérable Pasteur, va s’efforcer de comprendre et de combattre, mais que des esprits plus machiavéliques et, surtout plus « suggesteurs », tenteront d’orienter par des visées totalitaires... Au plus haut, la société comme Cité idéale, organisée par les politiques, inspirés par les savants, philosophes modernes, platoniciens mués en positivistes comtiens, voire en libre-penseurs républicains. Entre les deux, sans doute, l'éducation et l'instruction, dévolues à des intermédiaires sociaux, des clercs remodelés, hommes ou femmes « en proie aux enfants » selon la douloureuse formule de A. Thierry (1911), sur qui peuvent veiller, figures emblématiques, le sévère Pasteur promu administrateur de l'ENS Ulm (1857-1867) ou le « bon sociologue barbu »18 C. Bouglé, devenu directeur de la même institution (1935-1940) et père spirituel du « second solidarisme ». Le substrat organiciste, vecteur entre le sens commun et la réflexion scientifique, n'en demeure pas moins encore fort prégnant chez un R. Cousinet, promoteur s'il en est de la solidarité enfantine : « La vie sociale que nous avons décrite est donc un organisme vivant dans un milieu qui présente ce caractère particulier que le principal élément y est foncièrement hostile. » Constat d'autant plus utile que les fins sont clairement fixées : la reconnaissance de l'interdépendance entre l'individuel et le social, via entre autres la socialisation ludique déjà installée au seuil de l'adolescence19.

12Patrimoine social et pédagogique, la notion de solidarité ouvre la voie pour l'étude d'autres notions - écrans au destin fort prolifique dans la doxa politiquement correcte des enseignants et de leurs formateurs : la citoyenneté, le(s) groupe(s), l(es) acteur(s), l(es) élève(s), etc. Cette répétition aurait, n'en doutons pas, réjoui Sisyphe dans ses exercices de musculation corporelle et de mortification de l'âme.

Notes

1 Gide Ch. et Rist Ch., Histoire des doctrines économiques depuis les Physiocrates jusqu’à nos jours, Paris, Sirey, 2ème édition, 1913, 786 p., cf. p. 686-687.

2 Marion H., De la solidarité morale. Essai de psychologie appliquée, Paris, Germer Baillère, 2e édition, 1883, 359 p.

3 Nicolet Cl. attribue à Fourier le passage du mot « solidarité » du vocabulaire juridique au politique. In Nicolet CL, L’idée républicaine en France. 2789/1924, Paris, Gallimard-Tel, p. 344.

4 Chaire convoitée par Dukheim. J. Izoulet, in La Cité moderne, métaphysique de la sociologie, Paris, Alcan, 2ème édition, 1895, affirme : « l’association est l’unique recours de l’homme, dans sa chétivité. L’union est son rempart ; l’accord sa forteresse ; la solidarité son salut. La Cité, c’est le nid tiède et le bouclier de diamant » (p. VI).

5 Le Dr Ch. Blondel entend ainsi en 1928 faire le point sur « l’étude des processus psychiques et de leurs relations avec la vie collective » ; non sans humour, il remarque : « cette curiosité a suscité en des directions assez diverses de nombreuses recherches naturellement promues scientifiques dès la mamelle. À vouloir énumérer toutes ces « sciences » nouvelles, je risquerais d’en oublier. Disons : interpsychologie, psychologie sociale, psychologie collective, psychologie des races, psychologie des peuples, psychologie des foules, psychologie des sectes, Volkskunde, Völker psychologie, Völkerwissenschaft, pour nous en tenir à deux langues et à quelques unes des étiquettes adoptées en chacune ». in Introduction à la psychologie collective, Paris, Colin, 1928, p. 5.

6 Roudinesco E., La bataille de cent ans. Histoire de la psychanalyse en France, vol. 1., 1885-1939, Paris Ramsay, 1982, Cf. p. 181 et sq. : l’inconscient « à la française » (de Le Bon à l’affaire Dreyfus). On pourrait aisément rapprocher les travaux de Le Bon de ses homologues italiens, tel Sighele.

7 Thomas P.-F., La suggestion. Son rôle dans l’éducation, Paris, Alcan, 1895 et Saisset L. et F., L’éducation par la suggestion, Paris, PUF, 1942. Le premier ouvrage aborde significativement « les suggestions du beau », le second se propose d’« apprendre à admirer ».

8 Lurçat L., La destruction de l’enseignement élémentaire et ses penseurs, F-X de Guilbert (O. E. I. L), 1998, p. 20.

9 Dr H. Höffding, Morale, Paris, Alcan, 2ème édition, 1907, p. 302.

10 Dès son Introduction à la sociologie de la famille, leçon inaugurale du cours de science sociale, É. Durkheim explicite ainsi sa pensée : « quels sont les liens qui unissent les hommes entre eux ? Pour résoudre cette question, la psychologie ne pouvait suffire, car il est vraisemblable déjà par avance qu’il y a des espèces différentes de solidarité sociale comme il y a des espèces différentes de société ». Durkheim, in Annales de la faculté des lettres de Bordeaux, 1888, no3-4, p. 257-281.

11 Thamin R. Lapie P., Entretiens et lectures morales. (Classes de 4ème et 3ème), Paris, Hachette, s.d., p. 34-35.

12 Auteur reconnu de L’éducation à la volonté (1894). Payot J. dédiera son Cours de morale « destiné aux maîtres de l’enseignement primaire et de l’enseignement secondaire, aux écoles normales, aux étudiants et aux pères de famille », à « Léon Bourgeois [...], à l’apôtre de la solidarité ».

13 Cousinet R., « La solidarité enfantine. Étude de psychologie sociale », Revue philosophique, 1928, p. 282-293.

14 L’article « solidarité » de la Grande encyclopédie, écrit après 1900 par M. Chariot, cite ainsi la phrase de Bourgeois : « les lois sociales naturelles ne sont que la manifestation, à un degré plus élevé des lois physiques, biologiques et psychiques suivant lesquelles se développent les êtres vivants et pensants (p. 27). »

15 Fouillée A., Le socialisme et la sociologie réformiste, Paris, Alcan, 1929, 4ème édition 1930, p. 415. La référence première du courant coopérativiste-qui connaîtra vers 1920 ses implications scolaires avec profit-sera l’expérience de 28 tisserands de Rochdale (1844) élevée au rang de modèle par Ch. Gide.

16 Fouillée A., La science sociale contemporaine, Paris, Hachette, 1880, p. 371.

17 Jacob B., Devoirs, Paris Cornelly, 1909.

18 Peyrefitte A., Rue d’Ulm, Paris, Fayard, 1994, p. 57.

19 Cousinet R., La vie sociale des enfants (1950), in Houssaye J. Quinze pédagogues. Textes, Paris, Colin, 1995, p. 190-193.

Auteur

CERF (IUFM Toulouse) et CERS (Toulouse II)

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540