Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Les Idées pédagogiques : patrimoine éducatif ?

 | 
Brigitte Dancel
, 
Jean Houssaye

Atelier 2 : Construction des idées pédagogiques (approche historique)

L'élaboration et la ré-élaboration des idées et des techniques pédagogiques dans « l'intellectuel collectif » que constitue le mouvement freinet : la métaphore du patrimoine est-elle viable ?

Henri Peyronie

Texto completo

1La pratique de l'histoire des idées pédagogiques a longtemps constitué un genre qui n'est pas sans évoquer la posture des érudits envers le patrimoine historique, le patrimoine artistique ou encore, le patrimoine archéologique : c’est-à-dire envers ce qui constitue le patrimoine, au sens le plus traditionnel. Dans cette conception du patrimoine, les verbes d’action qui reviennent avec régularité sont de l'ordre de la conservation et de la restauration : préserver, conserver, protéger, hériter, restaurer ou encore transmettre.

2Mais la métaphore du patrimoine, prise dans ce sens le plus traditionnel, ne convient probablement pas à caractériser la construction et la circulation des idées dans le mouvement de la Pédagogie Freinet et de l'École Moderne. Le corpus d'idées et de techniques pédagogiques désignées par l'expression « pédagogie Freinet » se distingue, en effet, d'autres pédagogies en ce que l'on peut parler - à son propos - d'une élaboration collective et coopérative. Certes Célestin Freinet est l'inventeur essentiel de la pédagogie à laquelle dn associe son nom ; mais le propre du mouvement, créé par ce pédagogue-instituteur, est sa capacité à créer - et à re-créer coopérativement : du vivant de Freinet et à son initiative, du milieu des années 20 au milieu des années 60 d'abord, puis après la disparition de celui-ci en 1966.

FREINET, CRÉATEUR DANS LA COOPÉRATION

3C'est bien Célestin Freinet seul, dans son école de Bar-sur-Loup, qui a l'idée des premières techniques qui seront décisives pour la réalisation dans l'école primaire publique française de valeurs éducatives portées par le courant historique de l'Éducation nouvelle, et par les divers courants de la pensée socialiste sur l'éducation. Pour inventer, Freinet puise d'abord dans son expérience, dans ses rencontres et dans ses lectures : l'expérience existentielle de la guerre, l'engagement pacifiste et anti-capitaliste, le refus de la scolastique, la fréquentation de pédagogues et de dispositifs pédagogiques. Mais dès le milieu des années 20, et dans les années 30, le compagnonnage avec Élise Freinet, ainsi que l'ébauche d'un réseau coopératif national d'instituteurs (autour de « l'imprimerie à l'école », puis autour de la Coopérative de l'Enseignement Laïc) jouent un rôle important dans l'élaboration des « techniques Freinet ».

Célestin et Élise Freinet

4L'influence d’Élise Freinet semble déterminante sur un certain nombre d'options caractérisant le fonctionnement de l'école de Vence (après 1935) : la nourriture végétarienne ou « fruitarienne », la thérapeutique empruntée au professeur Vrocho avec bain froid (le « choc froid »), friction, sudation, naturisme. Ces pratiques organisées autour de « la santé et l'harmonie du corps » (une préoccupation également présente dans la tradition hygiéniste de l'Éducation nouvelle) cohabiteront - à l'école de Vence - avec des options traditionnelles de la pensée ouvrière sur l'école : éducation polytechnique et éducation communautaire, et avec les techniques Freinet élaborées à Bar-sur-Loup puis à Saint-Paul. Les écrits d'Élise, son œuvre artistique avec la technique du bois gravé : tout cela indique l'important espace qu'elle a occupé à l'école de Vence. Michel Barré a témoigné de « l'interaction » entre Célestin et Elise Freinet :

5« Je faisais chaque semaine l'aller et retour sur la banquette arrière de la voiture, alors que Freinet conduisait en discutant avec Élise. C'est pourquoi j'ai acquis une perception nette de leurs divergences. Ce qui m'agaçait le plus au bureau était de lire les manuscrits de Freinet soumis à la critique d’Élise et rendus annotés comme des copies de collégien, parfois d'une façon désobligeante qui m'indignait. De quel droit se le permettait-elle donc ? Apparemment de celui que lui reconnaissait Freinet de lui apporter la contradiction, pour le forcer à aller plus loin. » (Barré, 1997, p. 41).

Freinet, leader charismatique d’un réseau coopératif de militants pédagogiques

6Mais Freinet est surtout le créateur et le leader d'un réseau coopératif. Il s’exprime par des articles dans la presse : dans la revue de L’École Émancipée (une centaine de contributions à cette revue pédagogique et syndicale entre 1920 et 1933, dont une cinquantaine de 1920 à la fin de l'année scolaire 1925-26), et dans Clarté. Cette expression d'idées appelle la confrontation et la coopération. Élise Freinet a décrit la naissance de ce processus de travail coopératif et a noté avec minutie l'émergence de ce réseau, en notant les « nouveaux adhérents », trimestre par trimestre.

7« En attendant que son modeste traitement qui est l'unique ressource de notre petit ménage lui permette de faire des économies pour l'édition de ce premier livre, il fait circuler son manuscrit parmi ses adhérents. Car il a maintenant de nouveaux adhérents, dont nous allons lire la liste sous peu. Inlassablement, il travaille pour cette grande idée qui l'anime, écrivant quotidiennement de longues lettres à ceux qui l'interrogent, accrochant leur intérêt, les retenant, malgré la pauvreté de sa documentation. (...) Le soir, tardivement, il rédige des circulaires pour les camarades, visant à créer cette union permanente des artisans d'une même oeuvre. » (É. Freinet, 1949, p. 52)

8Et Élise reproduit la première « lettre circulaire », qui date du 27 juillet 1926 :

9« Pour l'expérimentation d’une technique à ses débuts, une collaboration constante de tous est absolument indispensable. Nous mettons en commun nos remarques, nos trouvailles, nos déboires, ou nos erreurs aussi, afin de nous aider mutuellement. Je vous prie de m'écrire longuement, soit pour demander, soit pour donner des renseignements. Je ferai mon possible pour que chacun de vous profite de ces correspondances. »

10Michel Barré a publié une lettre de juin 1926 qui est exemplaire de cette volonté :

11« J'ai reçu le papier que vous m'avez retourné ainsi que votre lettre. Je suis heureux d'être entré en relation avec quelqu'un qui cherche aussi hardiment la voie pour une meilleure école. Même si vous n'achetez pas la presse, je serai toujours heureux de correspondre avec vous et de vous soumettre mon travail pour une juste critique.

12Je n’ai pas terminé la lecture de votre étude sur les "classes promenades". Elle m'intéresse naturellement beaucoup. [Suivent des considérations sur la classe : classe-promenade, écriture, imprimerie, l'échange.] "Si votre femme se décidait à acheter la presse, je me ferais un plaisir de lui donner de plus amples explications, non pas pour qu'elle suive ma trace, mais afin que, partant pour ainsi dire du point où je suis parvenu, elle nous aide à développer notre expérience. » (lettre à Paul Boissel, citée par M. Barré, 1995, T. 1, p. 40)

13Dans un courrier du 28 octobre 1928, Élise indique ainsi que : « Freinet a fait depuis la rentrée vingt lettres par jour en moyenne » (M. Freinet, 1997, p. 147).

14Celui-ci revendique explicitement le bien fondé de cette position coopérative :

15« Quand j'eus trouvé l'imprimerie à l'école, j'aurais pu, comme on procède volontiers, (...) faire breveter mon invention, faire breveter ensuite, comme Mme Montessori, un matériel qui aurait été à la base de la nouvelle méthode. Mais je me serais écarté, dès l'origine, de la masse des éducateurs dont je n'aurais plus été qu'exceptionnellement l'expression. J'ai pris tout de suite une autre direction : au lieu de garder le secret de cette découverte, je l'ai versée délibérément dans le creuset coopératif. » (C. Freinet, article dans Clarté, cité par M. Freinet, 1997, p. 130).

16Cette option de l'action coopérative, Freinet l'a expérimentée dans d'autres champs que celui de l'action pédagogique : Élise et Madeleine Freinet ont évoqué l’électrification coopérative de Gars et la mise sur pied d'un commerce coopératif pour l'alimentation à Bar-sur-Loup (É. Freinet, 1949, p. 38 et 47 ; M. Freinet, 1997, p. 106-107 et 111).

17Freinet et ses proches concevront aussi une coopérative de production d'outils pédagogiques : la Coopérative de l'Enseignement Laïc qui succède - en 1928 - à la Cinémathèque Coopérative de l'Enseignement Laïc (créée l'année précédente en Gironde) en fusionnant avec la Coopérative d'entr’aide pédagogique de 1926. La CEL vivra jusqu'en 1986.

Des techniques de travail coopératif

18Freinet et son réseau utilisent les méthodes de travail des organisations syndicales (Testanière, 1994). Dans les années 20 et 30, ils utilisent même ces organisations comme supports : pour la diffusion des articles pédagogiques (nous l'avons vu), et pour les rencontres des Imprimeurs à l'école qui sont greffées sur les rencontres syndicales nationales. C'est dans les années 30 que le réseau trouvera son autonomie sur ces deux pôles organisationnels (quand la revue L'Éducateur prolétarien se substitue en 1932 à L’Imprimerie à l'école, Freinet cesse sa collaboration avec la revue de l'École Émancipée ; et en 1935 le mouvement décide d'organiser à l'avenir des congrès autonomes, dissociés des congrès syndicaux).

19Après L'Imprimerie à l'école, L'Éducateur prolétarien est un lieu d'échanges pour l'élaboration des techniques pédagogiques. Michel Barré l'a bien montré en recensant les sujets des numéros de cette revue de 1934 et 1935 (Barré, 1995, T. 1, p. 109-121) :

  • relier les apprentissages mathématiques avec la vie des enfants, faire expérimenter les enfants pour l'enseignement scientifique ;

  • mettre au point une Chronologie mobile de l'histoire de France pour qu'elle soit complétée par les travaux des enfants ;

  • invention d'instruments de musique ;

  • sélection de matériels de radio et de cinéma, occasions et modalités de leur utilisation, etc.

20Seule la rubrique du Naturisme prolétarien échappe à ce mode de fonctionnement coopératif : elle est essentiellement le fait d'Élise.

21Mais, dans un autre texte, M. Barré note que la dimension coopérative de L'Éducateur s'est estompée plus tard :

22« Peut-être faut-il regretter qu'à la fin des années 50, les revues aient tendu à devenir davantage des vitrines que des creusets. Dès lors, le mouvement a probablement perdu progressivement en vigueur ce qu'il gagnait en respectabilité. » (Barré, 1989, p. 95).

23Très vite le mouvement se dote aussi de revues-outils pédagogiques : La Gerbe, florilège de textes d'enfants, en 1927 ; la Bibliothèque du Travail, ensuite à partir de 1932, dont l'ambition est de constituer une encyclopédie du savoir pour les enfants et de se substituer aux manuels scolaires. Ces revues sont composées collectivement et mobilisent des élèves et des classes dans le processus de leur production, comme l'a été le Fichier Scolaire Coopératif (à. partir de 1929).

De 1933 a 1939 : de l'affaire de Saint-Paul à l’école de Vence

24Après l'affaire de Saint-Paul, la défaite de Freinet dans ce conflit et son déplacement d'office, un second sillon va émerger dans la culture du mouvement avec la création de l'école de Vence :

  • ce pôle est intimement lié à l'expérience de l'École de Vence, à son insertion dans l'arrière pays méditerranéen, à la pratique de l'internat, à l'importance des choix naturistes et végétariens impulsés par Élise, aux particularités du recrutement de ses élèves ou encore, à l'épopée singulière d'une école où tout se construit à partir de rien. Cette institution hésite entre le modèle d'une sorte d'École des Roches qui serait populaire par son public, naturiste, vitaliste, polytechnique et communautaire par son ambition (cf. le « dépliant » de sa présentation, dans M. Barré, 1995, p. 126-127), et le modèle d'une école assez proche de l'utopie d'une « éducation intégrale » rêvée par le XIXe siècle ouvrier et socialiste (cf le projet évoqué par M. Freinet, 1997, p. 365) - modèle parfois revisité par celui de l'école soviétique des années vingt, avec l’ambition d'être le laboratoire de l'école prolétarienne française, en référence à l'idéal du camp de pionniers des scouts rouges soviétiques (cf. le texte de 1936 cité par M. Freinet, 1997, p. 371) ;

  • l'autre pôle continuera, directement inscrit dans le prolongement du mouvement des imprimeurs, parce qu'enraciné dans l'école publique française et greffé sur sa forme scolaire : les techniques Freinet, conçues dans ces classes, évoluent aussi au rythme des conditions de fonctionnement de cette école publique élémentaire et de la transformation de ses missions.

25L'existence de ces deux pôles permet peut-être à la fois l'inventivité pédagogique (avec le support de l'école de Vence) qui fait de Freinet le leader charismatique du mouvement de l'École moderne française, et l'inventivité institutionnelle qui permet la construction de modes de fonctionnement collectif autonome, dès le milieu des années 30, et qui conduira à la création de l'Institut Coopératif de l'École Moderne après la guerre : Freinet est le leader charismatique, mais les savoir-faire pour un fonctionnement coopératif dans le réseau national d'instituteurs amis se développent. À la mort de Freinet, ce mode de fonctionnement lui survivra, autant que l'héritage des idées et des techniques pédagogiques acquises.

LES DISPOSITIFS ET LES MÉTHODES DE TRAVAIL D'UN « INTELLECTUEL COLLECTIF »

26Au fil des années se sont installés des techniques, des méthodes et des dispositifs d'échanges entre adultes. Il faut revenir un peu sur ceux que nous avons déjà évoqués : les échanges par courrier, la production de revues. Il faudra en évoquer quelques autres, pour comprendre le fonctionnement de cet « intellectuel collectif » qu'est l’ICEM.

Les échanges par courrier avec Freinet

27La pratique d'échanges par courrier, entre Freinet et les membres du réseau restera vivace jusqu'à la mort du fondateur. Henri Portier fait ainsi état d'un fonds de 180 lettres de Freinet à Alziary, déposé au Musée national de l'éducation à Rouen. Fernand Lecanu, instituteur de la Manche de 1945 à 1975, évoque cette pratique des échanges par lettres, dans les années d'après-guerre :

28« Quand il y avait quelque chose qui n'allait pas, on écrivait à Freinet et il répondait tout de suite une lettre en disant : "te tracasse pas, à l'occasion tu pourrais aller voir un tel ou un tel". [...] C'est pour ça que j'avais aussi une certaine tranquillité d'esprit... »

29Gabriel Barrier, instituteur dans le Calvados, a conservé les courriers qu'il a reçus de Freinet entre 1952 et 1966. 80 lettres : les deux-tiers sont individuelles (quelques-uns unes sont manuscrites, la plupart sont dactylographiées, certaines de celles-ci sont signées d'un secrétaire « pour Freinet ») ; le dernier tiers est adressé simultanément à quelques militants (quatre ou cinq) ; d'autres courriers sont des lettres collectives polycopiées (certaines comprennent des paragraphes individualisés pour quelques destinataires).

30Les lettres individuelles adressées à Gabriel Barrier ont divers objets :

  • des projets de BT (La Tapisserie de Bayeux, la montre) ;

  • des problèmes de matériel de la CEL pour Barrier ;

  • une question pédagogique sur le texte libre (Freinet annonce qu'il va y répondre dans L'Éducateur) ;

  • des commentaires sur des dessins d'enfants (qui associent Élise à la correspondance) ;

  • l'organisation et le fonctionnement du groupe départemental ;

  • une demande d'information technique de Freinet sur un dessin au « texticroche », un envoi d'information sur le fonctionnement du limographe ;

  • l'organisation et le bilan de stages de formation ;

  • la diffusion du matériel de la CEL et des publications de l'École moderne ;

  • les congrès nationaux, ainsi que les « journées de Vence » ;

  • sur les relations avec le GFEN (... et sur les relations avec Gaston Mialaret : Gabriel Barrier est instituteur dans le Calvados, et G. Mialaret est professeur à l'Université de Caen) ;

  • à partir de 1963 le projet de formation des maîtres de classes de transition.

La communication interne : les revues internes ; la communication télématiqu

31La communication épistolaire a diminué dans le mouvement Freinet, comme elle a diminué ailleurs, et les échanges avec un personnage central ont cessé après la mort de Freinet. Des outils de communication latérale se sont multipliés : petites publications collectives au sein des « chantiers », des « secteurs », des « groupes départementaux ». C'est ainsi qu'au niveau national, à côté de L'Éducateur, devenu un peu la vitrine pédagogique du mouvement, des publications plus informelles, plus rapides dans la fabrication, et surtout destinées aux échanges latéraux ont trouvé leur place : Coopération Pédagogique occupe actuellement l'espace tenu du temps de Freinet par la revue Technique de vie ; ICEM Échos est un bulletin aux préoccupations plus organisationnelles.

32Depuis plusieurs années un serveur télématique, « Éducazur » fonctionne sur le Minitel. Il a permis des échanges latéraux nombreux : une statistique a - par exemple-dénombré 14.000 connections pendant l'année 1996.

Le « cahier de roulement » et le « circuit boule de neige »

33Au Musée national de l'éducation, à Rouen, on trouve plusieurs exemplaires de ces « cahiers de roulement » qui permettent à plusieurs maîtres, qui travaillent sur un sujet commun, de communiquer entre eux.

34On trouve ainsi un cahier qui porte sur la lecture et l'expression langagière des enfants. Élise Freinet y joue un rôle central, puisqu'elle y commente les contributions des autres et qu'elle y donne des consignes ; il s'agit de préparer un atelier du congrès à venir, puis une publication. Ce document date de 1960.

35Un autre cahier porte sur l'apprentissage de la lecture au Cours préparatoire. Cette fois, la communication y est horizontale entre les participants, qui commentent mutuellement leurs contributions.

36Plusieurs cahiers de roulement concernent l'expression par la peinture ; ils circulent entre cinq ou six partenaires, qui enrichissent le cahier de nouveaux dessins, et qui notent des commentaires sur les dessins déjà inclus ; ces commentaires ont une double préoccupation : la technique du dessin d'une part, et la personnalité de tel ou tel enfant d'autre part. Les élèves sont parfois associés au circuit : les dessins précédents leur servent alors de déclencheurs.

37Michel Barré a fait une distinction éclairante sur cette technique en distinguant le « cahier de roulement » du « circuit boule de neige » :

38« Le "cahier de roulement" est un cahier vierge partagé en chapitres ouverts chacun sur une question. Il circule entre participants selon un ordre et un calendrier prévu. Chacun écrit ses réponses et ses réactions à ce que les précédents ont exprimé. Le cahier fait souvent un deuxième tour. Généralement, l'animateur en fait un montage ou une synthèse destinée à la publication.

39Le "circuit boule de neige" procède de la même démarche. On envoie pour démarrer un petit nombre de créations (dessins, recherches, enregistrements, etc.) afin de susciter l'envie de créer. Chaque classe ajoute ses propres apports avant de faire suivre à la suivante. Généralement le circuit se termine par une exposition dans la région ou au congrès si les participants sont trop éloignés. » (Barré, 1989, p. 94-95).

La visite d’une classe en action

40Dans Freinet, 70 ans après, nous avons décrit la pratique de la visite d'une classe en action, un dispositif où un instituteur invite les élèves volontaires de sa classe, un jour de vacances ou bien, un mercredi matin, pour mettre en œuvre une « technique Freinet » devant des collègues réunis, afin de travailler avec eux sur cette technique. Dans la longue durée, ces dispositifs ont pu fonctionner comme des lieux d'ajustement des pratiques aux nouvelles situations de l'enseignement. La visite d'une classe en action est aussi utilisée dans le cadre de stages de formation à la pédagogie Freinet.

« Journées d'étude » et stages

41Depuis la création de l'école de Vence, le principe de journées de formation et de co-formation s'est installé dans le réseau Freinet. On peut dire que l'héritage direct des « Cours d'été à Vence » (pendant les vacances d’été) s'est inscrit dans les « Journées » qui regroupe des militants, au niveau national, une année sur deux aux vacances de Printemps.

42Par ailleurs des stages de formation, le plus souvent décentralisés, se sont multipliés dans le mouvement. Pendant longtemps ces stages ont été organisés sur le temps des vacances. De plus en plus, on voit le mouvement organiser des formations dans le cadre des dispositifs de formation continue des enseignants.

Les chantiers de production des revues

43Fernand Lecanu évoque ainsi le processus de création des « BT » dans les années 50 et 60 :

44« Prenons par exemple le vitrail : dans une commission, on parle du texte d'un enfant, où il raconte la visite chez M. Bourget, qui nous raconte comment se fait un vitrail. Alors il faut un texte et une illustration. Pour le texte quelquefois c'est avec les enfants ; quelquefois c’est l'instituteur qui rédigeait le texte, c'est pas trahir les enfants que de prendre leurs idées et de les mettre en bonne forme. Alors on met le texte dactylographié et les photos. On envoie ça à Freinet, ou à ceux qui sont venus après, ce qu'on appelait les Publications de l’École Moderne Française, qui le multiplient en une dizaine d'exemplaires ; et il envoie ça dans dix écoles. Les enfants de ces dix écoles lisent, font leurs observations. Toutes les observations sont collationnées et reviennent à l'auteur qui, lui, tient compte de toutes ces observations. Puis ça repart à Cannes, puisque c'était Cannes à ce moment-là. Il y a une petite équipe de collègues qui met au point par rapport aux observations et à partir de là c'est le "bon à éditer". (...) J'en ai fait une cinquantaine à peu près. »

45À l’intérieur des chantiers de production de revues destinées aux enfants, les méthodes de travail ont peu changé, mais les revues se sont multipliées. Elles se sont diversifiées selon les classes d’âge (BT, BT2, BTj, J Magazine), pour répondre aux besoins de l'enseignement secondaire (Périscope, La Brèche), et avec des spécialisations d’intérêt (Art enfantin, Créations, Tracer)...

Les « chantiers », les « secteurs » et les groupes départementaux

46L’ICEM est structuré en « chantiers » et en « secteurs ». Chaque revue est produite par un chantier. Mais d’autres chantiers structurent le travail collectif sans être tendus vers la production d’une revue : le chantier « mathématiques » ; le chantier « outils » qui continue - sur le modèle du Fichier Scolaire Coopératif - à créer, tester et diffuser des supports pour le travail scolaire...

47Des réseaux sont « structurés » en secteurs : le secteur des « Amis de Freinet », qui regroupe surtout des « anciens » du mouvement ; le secteur « International » (plus particulièrement en relation avec la FIMEM, la Fédération Internationale des Mouvements de l’École Moderne) ; le secteur « Art et créations », le secteur « Langues », animé par un centre universitaire...

48L'CEM, à l’image du monde de l’école primaire française, est bien sûr structuré à l’échelle des départements, et les groupes départementaux constituent - depuis l’origine - le premier lieu pour les échanges latéraux et pour la co-formation. Le travail en commission, à l’échelle départementale, peut être considéré comme la cellule de base du travail coopératif dans l'ICEM.

CONCLUSION : RETOUR À LA MÉTAPHORE DU PATRIMOINE

49Pour décrire ce réseau coopératif de production d'idées, de techniques et de matériels pédagogiques, dont Freinet est le centre entre les années 1920 et 1960, puis pour évoquer ce réseau coopératif qui continue à fonctionner comme un « intellectuel collectif » au-delà de la mort de Freinet depuis 30 ans, ce n'est donc pas à l'image traditionnelle du patrimoine » qu'il faut se référer : l'image de la respectabilité sourcilleuse de l'architecture monumentale, dont une aristocratie culturelle est le garant, ne convient pas à dire ce mode de fonctionnement. S'il fallait être fidèle à la métaphore, il faudrait le faire en référence aux pratiques sociales les plus contemporaines qu'elle recouvre, depuis que l'idée de défense du patrimoine s'est élargie à d'autres objets (la défense des arts et des savoir-faire populaires, la protection des sites naturels...), avec l'appui de forces - souvent associatives - qui privilégient davantage l'invention que la commémoration.

Bibliografía

Bibliographie

BARRE M. (1989). « Une éducation des différences », dans Actualité de la pédagogie Freinet, (s/d) P. Clanché et J. Testanière, Bordeaux, PUB.

BARRE M. (1995). Célestin Freinet un éducateur pour notre temps. Mouans-Sartoux, PEMF.

BARRE M (1997). Compagnon de Freinet. Vauchrétien, Ivan Davy éditeur.

FREINET Élise, (1949) Naissance d'une pédagogie populaire, Paris, Maspéro, 1969.

FREINET Madeleine (1997). Élise et Célestin Freinet. Souvenirs de notre vie, Paris, Stock.

TESTANIERE J. (1994). « La pédagogie Freinet : une éducation nouvelle populaire ? » dans La pédagogie Freinet, Mises à jour et perspectives, Bordeaux, PUB.

Collectif (1998). Freinet, 70 ans après, Caen, PUC.

Les années École Émancipée de Célestin Freinet, (1996), fac-similé des articles publiés dans la revue, Éditions EDMP-École Emancipée.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2002

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540