Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Idées pédagogiques : patrimoine éducatif ?

 | 
Brigitte Dancel
, 
Jean Houssaye

Atelier 2 : Construction des idées pédagogiques (approche historique)

Le rôle des idées pédagogiques dans le métier d'enseignant recherche d’une conception au-delà de la simplification

Manuel Barbosa

Texte intégral

1La construction de l’identité du métier d’enseignant se fait avec des éléments fort disparates, parmi lesquels on doit compter les idées pédagogiques provenant soit de la formation initiale et continue, soit de l’assimilation de la culture traditionnelle du métier au sein des lieux de travail. Le magma formé par ces idées de statut épistémologique ambigu colore la pratique professionnelle de l’enseignant et y joue un rôle qui peut se différencier selon le type de définition que l’enseignant peut avoir de lui-même comme agent social d’éducation scolaire.

2Notre propos, en partant de ces données, consiste à déterminer, dans une première approche, le rôle que les idées pédagogiques peuvent jouer dans le métier d’enseignant lorsque celui-ci se définit en termes d’expert technicien, d’artiste réflexif et d’intellectuel critique. Dans le premier cas, on va voir que les idées pédagogiques fonctionnent comme moyens de traitement et résolution des problèmes instrumentaux de la pratique. Dans le second, les mêmes idées doivent aider l’enseignant à réfléchir, à prendre des décisions et à tracer un chemin qui mène à la réalisation hic et nunc des valeurs appropriées à l’acte éducatif. Finalement, les idées pédagogiques doivent fournir des théorèmes d’analyse critique de la situation de l’enseignant et aider celui-ci à transformer cette situation quand elle empêche une action dûment engagée avec un projet politique d’autonomie et d’émancipation de ses élèves, de lui-même et de la société en général.

3Cette conception tripartite du rôle des idées pédagogiques dans l’activité professionnelle de l’enseignant, malgré son schématisme, s'avère simplificatrice en raison de son unilatéralité. La complexité du métier d'enseignant et sa multitude d'exigences (non réductibles aux catégories alternatives et exclusives nommées ci-dessus), nous poussent à chercher une autre voie pour accéder à la compréhension du rôle des idées pédagogiques dans ce métier de l'humain. Notre deuxième approche va essayer de faire ce chemin en proposant une association complexe de toutes les perspectives qui affleurent séparément quand l'enseignant est défini comme expert technicien, artiste réflexif et intellectuel critique.

1- LES IDÉES PÉDAGOGIQUES DANS LE MÉTIER D'ENSEIGNANT : LA CONCEPTION SIMPLIFICATRICE

4Une conception fort répandue sur le rôle des idées pédagogiques dans le métier d'enseignant fait dépendre sa spécification de trois définitions de ce métier. Dans le premier cas de figure, on spécifie le rôle des idées pédagogiques en fonction de la définition du métier d'enseignant en termes d'expertise technicienne. Selon cette définition, l'enseignant doit conduire sa pratique comme s'il était un ingénieur, c'est-à-dire, comme si sa tâche se résumait à la solution instrumentale de problèmes qui mettent en œuvre des systèmes d'idées pédagogiques ayant fait leur preuve empirique. Pour cet enseignant, la trajectoire de la pratique efficace se mesure en quatre étapes. Premièrement, il faut prendre connaissance des fins établies pour le processus d'enseignement-apprentissage ; deuxièmement, il faut estimer les systèmes d'idées pédagogiques qui fournissent des méthodologies pour résoudre les problèmes instrumentaux de la pratique ; troisièmement, on doit appliquer ces méthodologies aux problèmes qui surgissent dans la pratique ; finalement, on doit évaluer si l'application des moyens provenant de la théorie se fait avec rectitude. Ainsi conçue, la pratique enseignante dessine une mécanique rationaliste soucieuse de bien appliquer les moyens déduits des constellations d'idées pédagogiques.

5Quand l'enseignant se définit par la métaphore de l'ingénieur, on voit clairement ce qui l'intéresse dans les archives des idées pédagogiques : les exemples, les modèles et les recettes pour bien conduire sa pratique. En bon technicien, il reprendra de ces idées tout ce qui ressemble à des programmes et des stratégies pour l'action instrumentale. L'important, dans une confrontation avec les idées maîtresses d'un pédagogue, d'une école de pensée, d'un courant pédagogique, est d'apprécier tout ce qui peut être transposé dans l'immédiat de la classe. Si les idées pédagogiques peuvent jouer un rôle dans le métier, ce rôle sera bien sûr de spécification du trajet à suivre par l'enseignant.

6Lorsqu'il faut agir en artiste réflexif (ou en praticien réflexif), le rôle des idées pédagogiques change de figure. Maintenant, ces idées doivent aider l'enseignant à réfléchir, à prendre des décisions et à tracer un chemin qui mène à la réalisation des valeurs appropriées à l'acte éducatif étant données les circonstances variables de la pratique.

7Cette nouvelle signification des idées pédagogiques est en accord avec une définition du métier d'enseignant qui relève d'un nouvel entendement de la pratique. À l'envers du cas précédent, cette pratique ne se conçoit plus comme activité gouvernée par des impératifs instrumentaux ou utilitaires. Elle se comprend comme activité éthique orientée vers les idéaux et les valeurs d'ordre moral qui doivent être réalisés dans les transactions avec les élèves, en considérant la particularité de ces acteurs et tout ce qui rend leur situation problématique, c'est-à-dire, changeante, surprenante, complexe.

8En raison de cette orientation, la tâche de l'enseignant n'est plus ancrée dans la stricte application de règles et de recettes déduites de procédés utilisés par un pédagogue ou une école de pensée expérimentée. Elle se base, au contraire, sur l'étude des situations qui changent, qui s'altèrent au fur et à mesure de la journée scolaire, du type d'élèves concernés, des questions qui se posent, et aussi dans la réflexion qui doit préparer le chemin aux prises de décision sur l'attitude à prendre ici et maintenant, afin que s'accomplissent les valeurs consubstantielles du rapport éducatif, comme c'est le cas de l'autonomie, de l'esprit critique, du respect de l'autre, de la liberté, de la justice, de l'égalité des chances, de la pensée divergente, du droit à la parole, au dialogue, à l'attention.

9Quand on définit ainsi le travail de l'enseignant, on s'aperçoit qu'il n'y a pas de recettes pour agir et que les idées pédagogiques, même en état de généralités, ne pourront jamais remplir ce rôle. Au mieux, elles pourront animer et supporter l'enseignant dans la dure tâche d'étudier son cas et de délibérer en conséquence.

10Avec la définition de l'enseignant comme intellectuel critique, les idées pédagogiques doivent remplir un autre rôle. Maintenant, la tâche de l'enseignant est de mettre en œuvre une action à double sens politique. D'une part, il doit faire la critique des éléments qui, de l'extérieur, influencent la pratique éducative au sein de l'établissement scolaire, comme c'est le cas des intérêts de classe, les idéologies et les relations de pouvoir. D'autre part, il doit guider cette pratique dans le sens de la transformation de tout ce qui peut soulever des obstacles à l'émancipation de ses élèves et de lui-même en tant qu'acteurs d'un ordre social plus juste. Sous son premier aspect, la tâche de l'enseignant consiste à faire la critique des conditionnements sociopolitiques du travail éducatif en milieu scolaire. Ici, l'enseignant s'investit de la mission de savoir comment se construit socialement le signifié de l'éducation, comment il se légitime et se détermine à partir d'intérêts établis. Sous son deuxième aspect, l'affaire de l'enseignant est concernée par la recherche des moyens pour atténuer, supprimer et dépasser les situations d'injustice, d'inhumanité, en aidant ses élèves à s'engager dans le même processus.

11À l'intérieur de cette conception, l'enseignant se voit comme intellectuel critique qui mène un travail de reconnaissance et de mise en question de la nature socialement construite de l'éducation scolaire - décelant idéologies cachées, intérêts de domination et relations de pouvoir telles qu'elles s'expriment dans les structures symboliques du langage et de l'action - et analyse tout ce qui peut être bouleversé dans cette éducation afin que se réalise la politique de l'autonomie et de la justice sociale.

12Vu sous cet angle, le métier d'enseignant devrait conduire à un autre rôle des idées pédagogiques. Selon les courants de « pédagogie critique » de notre temps, ces idées devraient fournir les éclaircissements nécessaires à l'interprétation de la réalité sociale de l'éducation scolaire et aider l'enseignant à transformer toute situation qui empêche de cheminer dans le sens de l'autonomie et de la justice. En suivant la pensée de Jürgen Habermas, les idées pédagogiques devraient pourvoir l'enseignant de théorèmes d'analyse critique de sa situation et aider celui-ci dans la tâche de bouleverser cette situation quand elle entrave la marche vers l'humanisation et l'émancipation.

13En dépit de tout ce schématisme dans la présentation de la conception tripartite du rôle des idées pédagogiques dans le métier d'enseignant, elle nous semble simplificatrice en raison de son unilatéralité. C'est pour cela qu'elle nous invite à trouver d'ores et déjà une conception au-delà de la simplification.

2 - VERS UNE CONCEPTION AU-DELÀ DE LA SIMPLIFICATION

14Quand on aperçoit la complexité du métier d’enseignant et sa multitude d'exigences, on voit immédiatement qu'il ne peut être défini en termes alternatifs et exclusifs d'expertise technicienne, de pratique réflexive et même comme simple affaire d'intellectuel critique. Le caractère multidimensionnel de ce métier de l'humain et le faisceau de ses exigences nous obligent à convoquer les traits antérieurs pour l'appréhender de manière adéquate. Premièrement, il faut l'entendre comme tâche d'expertise technicienne en raison des questions des moyens pour atteindre efficacement des propos pédagogiques. Deuxièmement, il appelle la catégorie de pratique réflexive pour se définir comme affaire de réalisation de valeurs en scénarios de complexité. Finalement, il suppose l'intellectualité critique afin de se comprendre à l'intérieur de la société et pour donner son concours à l'instauration d'un ordre social plus juste et autonome.

15Sur la base de cette interprétation du métier d'enseignant, la conception du rôle des idées pédagogiques dans ce métier doit aussi réunir, dans une association de complémentarité et d’antagonisme, toutes les perspectives qui affleurent séparément quand on définit l'enseignant comme expert technicien, artiste réflexif et intellectuel critique. Ainsi, elle devrait contenir la perspective selon laquelle les idées pédagogiques peuvent fournir des programmes et des stratégies pour agir, surtout quand les cas présentés ressemblent beaucoup à ceux décrits par les textes des pédagogues. Dans ces cas, l'enseignant peut appliquer ce qui a déjà fait ses preuves, en économisant des efforts inutiles. Plus largement, elle devrait intégrer la conception selon laquelle les idées pédagogiques servent surtout d'appui aux prises de décision dans les zones indéterminées de la pratique. Comme ces zones sont légion, les idées des pédagogues seraient là pour aider à les affronter au jour le jour afin que se réalisent les valeurs de l'enseignement. En dernière instance, il faut que les idées pédagogiques aident ce métier de résonance sociale à dérouler des perspectives critiques sur ce qui le conditionne, non seulement pour mieux réaliser les valeurs éducatives, mais aussi pour aider à lutter contre toute forme d'instrumentalisation, d'injustice et d'oppression.

16À la lumière de cette nouvelle conception du rôle des idées pédagogiques dans le métier d'enseignant, le défi de la formation initiale et continue des professionnels de l'enseignement consisterait dans la mise en pratique de dispositifs induisant l'investigation, la réflexion et le débat sur toutes les dimensions du métier et aussi sur les diverses utilisations des idées pédagogiques dans le quotidien de l'institution scolaire. L'épistémologie de la pratique enseignante, en tant que pivot de cette formation, gagnerait beaucoup à se faire avec le concours de biographies, d’histoires de vie et de recherches empiriques qualitatives. La réponse au défi, vu les gains qu'on peut en tirer, mérite cet effort.

Bibliographie

Bibliographie

Barbier, J. (éd.) (1996). Savoirs théoriques et savoirs d'action. Paris, PUF.

Barbosa, M. (1998). « Figuras da Racionalidade Pedagógica. Para una epistemologia do ofício de educador ». Revista de Educação, vol. VII, no 2.

Carr, W. (1996). Una teoría para la educación. Hacia una investigación educativa crítica. Madrid, Morata.

Carr, W. Kemmis, S. (1983). Becoming critical : knowing through action research. Australia, Victoria, Deakin University Press.

Elliott, J. (1993). El cambio educativo desde la investigación-acción. Madrid, Morata.

Giroux, H. (1991). Schooling and the struggle for public life. Minneapolis, University of Minnesota Press.

Houssaye, J. (1988). Pratiques pédagogiques. Berne, Peter Lang.

Kemmis, S. (1987). "Critical reflection". In Wideen, M., Andrews, I. (eds). Staff development for school improvement. A focus on the teacher. Filadelfia, Falmer Press, p. 73-90.

Meirieu, Ph. (1995). La pédagogie entre le dire et le faire. Paris, ESF.

Perrenoud, Ph. (1996). Enseigner. Agir dans l'urgence, décider dans l'incertitude. Paris, ESF.

Schön, D. (1987). Educating the reflective practitioner. San Francisco, Jossey-Bass.

Schön, D. (1996). « À la recherche d’une nouvelle épistémologie de la pratique et de ce qu’elle implique pour l’éducation des adultes ». in Barbier, J. (éd.). Savoirs théoriques et savoirs d'action. Paris, PUF, p. 201-222.

Smyth, J. (1991). Teachers as collaborative learners. Buckingham, Open University.

Auteur

Université du Minho (Braga - Portugal)

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540