Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Idées pédagogiques : patrimoine éducatif ?

 | 
Brigitte Dancel
, 
Jean Houssaye

Atelier 1 : Nature, classement et rôle des idées pédagogiques

Qu’est-ce que l’éducation ?

José Ribeiro Dias

Texte intégral

1S’il s’agit des idées pédagogiques alors, je crois qu’il faut parler, avant tout, de l’idée d’éducation. Parce qu’à mon avis, s’il est possible de parler d’éducation sans parler de pédagogie, il est impossible parler de pédagogie sans parler d’éducation.

2Rechercher son patrimoine ? Certes. Nous pourrons réfléchir sur quelques mots et concepts de notre archéologie linguistico-mentale. De plus, il s’agira d’un très bon exercice méthodologique d’éducation comparée dans quelques langues de l’Union Européenne.

3Je ne considère ici l’idée pédagogique d’éducation que sous trois aspects : concept, lieu, sagesse.

CONCEPT

4Partons de l’éducation comme nous la voyons aujourd’hui, après les deux révolutions pédagogiques du siècle : l’éducation nouvelle et l’éducation permanente. Avec l’avènement de l’ère industrielle et le travail des mères, il faut envisager autrement l’éducation des petits enfants :

  1. le processus n’est pas d’enseigner mais de créer les conditions pour que l’enfant développe toutes ses capacités ;
  2. les agents ne sont pas des professeurs mais des instituteurs ;
  3. les sujets du développement ne sont pas les instituteurs mais les enfants.

5Cette révolution, après être sortie victorieuse dans les années 20 et malgré la confiscation dont elle a été l'objet de la part des totalitarismes des années suivantes, débouche dans l’article 26 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme. Après la Deuxième Guerre mondiale et à la suite de facteurs tels que le développement de la science, de la technologie et de la conscience socio-politique, les processus de globalisation dans l’espace et d’accélération du changement dans le temps, nous assistons à la priorité donnée à l’éducation, au déclenchement des grandes réformes des systèmes éducatifs, aux phénomènes de la contestation universitaire et de la crise mondiale de l’éducation, à la prise de conscience du besoin d’éducation des adultes et d’une nouvelle révolution pédagogique (années 60-70).

6En effet, les étapes de son évolution (formation continue des cadres scolarisés dans les pays avancés dans les années 50 et alphabétisation fonctionnelle des masses non scolarisées du Tiers Monde dans les années 60-70), montrent les caractères de l’éducation des adultes :

  1. c’est pour tous les adultes, scolarisées ou non ;
  2. elle se prolonge pendant toute la vie ;
  3. elle consiste à créer les conditions pour que nous tous, à commencer par les travailleurs, nous devenions capables de chercher la solution à nos problèmes et à nos aspirations.

7Cette idée reste présente dans les deux concepts d’éducation permanente et d’éducation communautaire qui, à partir des années 70, sont considérés comme les deux piliers de quelque future réforme éducative (E. Faure en 1972 parle d’éducation permanente et de cité éducative).

8Le concept d'éducation permanente fait passer d’une perspective statique (on parle de système éducatif intégrant les systèmes d’éducation d'enfance, d’éducation scolaire ou de la jeunesse, d’éducation d’adultes) à une perspective dynamique : l’éducation est une activité, un processus qui se déroule tout au long de la vie et dont les secteurs mentionnés ne constituent que ses étapes : éducation d’enfance, éducation scolaire ou des jeunes, éducation des adultes. C’est ce processus, qu’à partir des années 70, on appelle éducation permanente (life long education) et qu’on pourrait définir de cette façon : processus global et séquentiel de développement de toutes les capacités de l'être humain tout au long de sa vie.

9Le concept d'éducation communautaire souligne que si nous tous, enfants, jeunes, adultes, nous trouvons, chacun, une place dans l’éducation permanente, il est vrai aussi qu’il y a toujours interaction entre ces processus personnels dans le cadre de la vie en communauté. S’il est difficile de savoir qui apporte plus à l’autre, l’adulte à l’enfant ou l’enfant à l’adulte, il est évident que, dans la communauté, nous tous, nous nous éduquons réciproquement. C’est le processus de l'éducation communautaire, l’autre face de l’éducation telle que nous la comprenons aujourd’hui.

10Mais la complexité de l’éducation ne dépend pas seulement des étapes de la vie et des interactions entre les membres de la communauté, elle vient aussi de la richesse du processus lui-même. C’est le moment d’entrer dans quelques jeux de mots, pour discerner des directions de recherche possibles.

11Dans un premier groupe, nous pouvons trouver des activités relatives à des choses et/ou des personnes. Depuis quelques milliers d’années, nous, les hommes, nous parlons de cultiver (la terre en vue des récoltes, le corps, l’esprit), de domestiquer les animaux, d'élever les plantes, les animaux et les hommes (ainsi s'explique le mot élève). Dès le début, on trouve qu’il y a toujours, d’un coté, celui qui cultive, domestique ou élève et de l’autre, celui ou ce qui est cultivé, domestiqué, élevé. Mises à part d’autres considérations, je veux souligner que c’est à l’agent de créer les conditions pour que la terre produise, pour que l’animal se comporte de façon déterminée, pour que la plante, l’animal ou la personne s’élève. Pour les êtres humains, alimenter c’est fournir la nourriture, enseigner c’est transmettre des connaissances, former c’est introduire une forme. Mais, d’un autre coté, on sait que c’est à chacun de se nourrir, d’apprendre, de se former. Une fois les conditions favorables atteintes, on se nourrit, on apprend, on se forme (ou se déforme ou se transforme).

12Éduquer évoque une double activité : celle de l'agent qui crée les conditions favorables et celle du sujet qui exerce, à partir de là, sa propre activité. On voit l’importance de distinguer, avec soin, les activités spécifiques de l’éducateur et de la personne à éduquer. Parce qu’il s’agit de personnes, conscientes, libres et responsables :

  1. à l’éducateur il appartient de créer les conditions optimales, de prêter sa contribution pour la création de conditions pour que
  2. la personne à éduquer se développe, croisse, existe.

13Personne ne développe personne ; personne ne croit personne ; personne n’est l’autre. C’est à chaque personne de se développer, de croître, d’être. C’est à nous tous, les autres personnes, de créer les meilleures conditions.

14Et parce que nous tous, enfants jeunes adultes, nous nous trouvons dans une étape spécifique d’éducation permanente en interaction avec tous les autres, il faut, ensemble et réciproquement, créer les conditions optimales pour notre réalisation personnelle et communautaire.

LIEU

15Si nous cherchons maintenant où se vérifie ce processus qui porte chaque personne à créer les conditions optimales pour que chacun se développe, croisse et existe, nous trouvons la famille. À commencer par les parents.

16Dès le début, ils commencent par créer non pas des conditions mais la condition première : donner l’être, créer. Non pas, évidemment, dans le sens absolu de production à partir de rien (Dieu), ni dans celui de production à partir d’une combinaison originale d’éléments préexistants (artiste), mais de production à partir de soi-même, production propre des êtres vivants, dont l’origine c’est par naissance, par nature (natura, nascor), par génération (genesis, genus). Après la naissance, viennent la formation, le développement, la croissance.

17Dans ce sens, les parents se présentent comme les premiers éducateurs, non pas dans la perspective “professionnelle” (instituteurs, professeurs, etc.), mais dans la dimension naturelle. Les parents ont vocation à éduquer. C’est ainsi qu’ils seront toujours considérés, au plan naturel, social, légal, les responsables de l’éducation.

18Avec la génération des enfants, nous avons la famille, comme ensemble d’êtres ayant la même origine (grec : genos ; latin : genus, racines de genèse, génétique), avec un ensemble de caractères. Ils unissent leurs efforts pour créer ensemble les conditions de développement : nourriture, logement, ambiance physique, psychologique, sociologique et culturelle. Ce processus qui provoque l’accroissement des membres de la communauté familiale, on peut le considérer comme une création continue, dans un sens pas très lointain de ce qu’on trouve chez Bergson ou chez les théologiens : l’action de conserver, maintenir et accroître l’être.

19Dans ce sens là, en portugais, on parle du processus d’éducation en termes de création (criatio) : les parents créent (criam) leurs enfants et, au terme du processus de création (criação), les crias humaines ou crianças sont évaluées comme bem criadas (bien élevés) ou malcriadas (mal élevés). L’enfant se dit criança en portugais. Si l'enfant renvoie à l’idée de celui qui ne parle pas, le bambino en italien à l’onomatopée de ba-ba, le nino en espagnol comme le menino en portugais à une forme expressive d’un radical apparenté à mignon en français comme le mignolo en italien, le minyó en catalan ou le minuere ou minor en latin, criança en portugais évoque l’idée de création continue et de créativité. Autrement dit, c’est l’idée d’accroissement, de croissance (en latin adolescere, qui donne adolescent et adulte). Dans cette perspective, la famille n’est pas seulement un lieu d’éducation à côté de l’école, elle est le lieu de l'éducation dont l’école pourra être une continuation. Le lieu originel de l’éducation ce n’est pas l’école, mais la famille : l’école n’est qu’un lieu dérivé. On parle beaucoup de l'école de la famille. On devra parler plutôt de la famille de l'école.

20Mais pour conquérir ce statut, l’école, telle que nous la connaissons, devra évoluer : de centre d’enseignement et d’apprentissage où les professeurs transmettent les connaissances à des élèves, elle doit devenir une institution où les professeurs/éducateurs cherchent à créer les conditions pour que tous, professeurs et élèves, puissent se développer, croître, exister. Il doit en être de même pour les autres communautés où se déroule notre vie sociale/éducative : la famille du village, la famille nationale, la famille (communauté) européenne, la famille humaine.

SAGESSE

21Dans ces familles communautés, nous éduquons et nous sommes éduqués réciproquement. Pour y parvenir, nous avons besoin du savoir. De combien de savoir ? On retrouve ici, la relation entre l’étymologie de l’éducation et les questions de la pédagogie et de tout type de savoir en éducation. En effet, le concept d’éducation participe de la discussion sur l’étymologie de l’éducation : il est plus éloigné de ducere que de educere. Et chemin faisant, il remet en question la double étymologie de pédagogie. D’une part, l’éducation, aujourd’hui, n’est plus une question d’enfants (paides) parce quelle s’adresse aussi aux adultes, ni une question de conduite (agein) parce qu’il s’agit de créer les conditions pour que tous puissent se développer et vivre. D’autre part, la complexité qui affecte l’éducation, fait qu’elle n’est pas objet d’une simple science, prise dans le sens spécifique d’un ensemble de connaissances acquises et organisées méthodiquement dans un domaine concret (biologie, sociologie, etc., de l’éducation) ou, dans le sens général d’un ensemble de connaissances théoriques, rationnelles (théorie de l’éducation).

22Le savoir dont l’éducation a besoin, évoque plutôt la discipline de la sophia grecque, de la sapientia latine, bref de la sagesse, dans un sens qui va au-delà des connaissances intellectuelles et rationnelles commandées par la droite raison et ou par le bon sens. Il exige aussi la prise en compte des réactions intérieures et des conduites extérieures en accord avec non seulement, le vrai, mais aussi le bon et le beau.

23À la question posée : de combien de sagesse avons-nous besoin pour bien éduquer nos enfants, de nombreux professeurs/éducateurs ont donné cette réponse : nous avons besoin d’une sagesse à trois dimensions :

  1. la dimension être. Les parents, pour éduquer, ont besoin avant tout, d’être là, d’être présents, disponibles, attentifs, à l’écoute, etc. ;
  2. la dimension connaître, non seulement avec la raison mais avec le cœur, et en appelant à toutes sortes de sciences ;
  3. la dimension agir pour se comporter avec sincérité, cohérence, prudence, patience, fermeté, justice, en un mot, en pratiquant toutes les vertus cardinales et l'amour.

24La sophia, la sapientia ou la sagesse, dont nous tous avons besoin dans l’éducation permanente et communautaire, n’est pas seulement d’ordre gnoséologique, mais aussi ontologique et axiologique. Et parce que nous ne l’avons pas, nous la cherchons.

25En conclusion, je crois que nous sommes conduits à penser que l’exigence et la dimension essentielles de la pédagogie se trouvent dans la sagesse. Et parce que l’éducation est un processus d’être et de croître, c’est non seulement une sagesse qui ne concerne pas que l’éducation mais, la sagesse, tout court.

Auteur

Universidade do Minho Braga - Portugal

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540