Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Les Idées pédagogiques : patrimoine éducatif ?

 | 
Brigitte Dancel
, 
Jean Houssaye

Atelier 1 : Nature, classement et rôle des idées pédagogiques

L'idée de vocation dans les limites de la simple raison

Francis Danvers

Volltext

QUELLE EST LA NATURE DE MA VOCATION ?

1Jadis, l'école chrétienne avait vocation à former de bons chrétiens concevant leur destinée dans le plan divin sur le monde. L'École de la République qui lui succéda dans les années 1880, eut pour fonction de fabriquer de petits républicains, attentifs aux lumières de la Raison et croyant au progrès de l'Humanité. Dans la société post-moderne de cette fin de siècle, sécularisée, rationalisée et pluraliste, quel sens peut avoir la référence à l'idée de vocation, en dehors de la figure mythique ou aristocratique qu’elle a pu revêtir dans un passé idéalisé ? Faut-il admettre comme Zazzo, que désormais "la notion d'aptitude se substitue à la notion archaïque de vocation et s'oppose au privilège de la fortune" ?

2Se poser le problème de la vocation, c'est d'abord se laisser interpeller par un ensemble de questions qui relève d'un travail sur soi. Qui suis-je ? (avec pour sous-entendu : d'où je viens ? et où vais-je ?)... Que dois-je faire ?... Que puis-je devenir, étant donné ce qu'on a fait de moi ?... Qu'est-ce-que je veux devenir, pour me réaliser comme une personne à part entière ? Dans cette orientation à la première personne, dont nous devenons les héros dans la trame de l'existence, apparaît le moment historique de l'individualisme démocratique : Quoi faire de soi ? De même les traits caractéristiques d'une éthique, existentielle et spirituelle : Que faire de ma vie ? Nous nous interrogerons sur la fortune de ce concept dans l'histoire des idées pédagogiques, pour nous demander si son succès ne repose pas sur une ambiguïté essentielle qu'expriment les injonctions paradoxales de nos modernes : "Deviens ce que tu es" (Goethe) ou "Ose devenir qui tu es" (Nietzsche). "Devenir soi", revient à dire : Agissez de votre propre chef... Développez vousmême vos propres potentialités ! La doctrine des vocations seraitelle d'essence libérale ?

LA LIBERTÉ DES VOCATIONS

3Platon dans La République (Livre II) s'exprime sur la "liberté des vocations". Elle résulte, selon lui, de la division du travail imposée par la diversité des besoins : "La nature n'a pas fait chacun de nous semblable à chacun, mais différent d'aptitudes et propre à telle ou telle fonction". La société sera d'autant plus juste que chacun sera à sa place, et capable de remplir des fonctions sociales particulières, tels les producteurs, les guerriers, les magistrats. L'État idéal fondé sur la sélection est en réalité une méritocratie.

4Le christianisme, par delà la problématique des talents humains (parabole des talents), introduit une rupture par la sentence de la Providence. L'origine du mot appartient au langage de la révélation. Du latin, vocatio, l'action d'appeler ne se dit qu'au sens figuré, pour évoquer l'appel que Dieu fait à l'homme. Dans l’Ancien Testament, la "vocation d'Abraham" désigne le choix que Dieu fait de ce patriarche pour être le père des croyants. Le Nouveau Testament établit un parallèle entre l'appel de Dieu et la liberté humaine. Est-ce s'abandonner à la Providence ? La confusion est parfois entretenue entre la vocation, au sens profane et l'appel à une vocation sacerdotale ou religieuse. La vocation désigne le mouvement intérieur par lequel Dieu appelle une personne à quelque genre de vie, mais dans l'Église catholique, elle renvoie aussi à l'appel extérieur de l'évêque adressé à ceux qu'ils jugent dignes pour leur conférer un ministère ecclésiastique. Dans l'Église, il y a diversité et unité des charismes (dons). À la résurrection de Lazare, Jésus le rend à sa vocation : "Déliez-le et laissez-le aller", (évangile de Jean, 11.44). S'interrogeant sur les rapports entre le don et la volonté dans la vocation, Tripier, (1995), oppose deux modèles de vie, l'un rapporté à l'éthique calviniste, l'autre à l'éthique jésuite. Dans le modèle calviniste, la question existentielle essentielle est celle du cheminement personnel de la vocation. Dans le modèle jésuite, l'éducation est le service politique d'une institution. Célébrer Dieu consiste à suivre sa propre vocation, par conséquent les considérations secondaires ne doivent pas empêcher ce cheminement. Dès la fin du XVIIe siècle, des pasteurs "nonconformistes" considèrent à égalité les vocations masculine et féminine. Dans l'éthique protestante interprétée par Weber, (1905), la notion luthérienne de beruf "métier et vocation", dans sa version calviniste et puritaine, représente une composante culturelle de l'essor du capitalisme. Les premiers entrepreneurs voyaient dans la réussite professionnelle un signe d'élection religieuse : "L’unique moyen de vivre d'une manière agréable à Dieu...(est) d'accomplir dans le monde les devoirs correspondant à la place que l'existence assigne à l'individu dans la société, devoirs qui deviennent ainsi sa "vocation"... L'accomplissement de ces devoirs, et lui seul, est la volonté de Dieu, par conséquent tous les métiers licites ont absolument même valeur devant Dieu" (p. 90-92).

VOCATION ET ORDRE SOCIAL

5La vocation peut s'entendre relativement à un certain ordre des choses auquel l'homme doit se conformer. Que cet ordre ait été établi par Dieu : "Que chacun reste dans la condition à laquelle il a été appelé" disait saint Paul ; ou par une tradition : "Les femmes n'ont d'autre vocation parmi nous que les devoirs domestiques" (Staël, Corinne, XIV, 1). La question est toujours la même : sur qui faire reposer la vocation ? Dans l'histoire des idées pédagogiques, les réponses ont varié. Faut-il admettre un ordre du monde définitivement fixé, ne varietur ? Dans le Manuel des Écoles, des soeurs de saint Vincent de Paul, (édition de 1866), une première partie est consacrée aux "qualités de la maîtresse d'école", un chapitre traite "De la prudence et de la retenue". Le deuxième paragraphe formule les "Préceptes de la prudence relatifs à l'éducation intellectuelle". Et le cinquième de ces préceptes est ainsi formulé : "Ne point enseigner des spécialités inutiles aux élèves ou de nature à leur faire désirer une position plus élevée que celle de leurs parents".

6Faut-il ouvrir la carrière aux talents ? Ce n'est pas le point de vue de Rousseau. Pour lui, une aptitude ou un don n'ont pas de priorité. Le talent ne justifie pas qu'on choisisse son occupation ou qu'on la change, car ce n'est pas à lui de déterminer le cours de la vie. Critique des motivations, Rousseau est cependant proche de Smith pour reconnaître que la diversité des talents remplit une fonction économique pour la production des richesses, et sociale par le mécanisme de la division du travail. À l'inverse, le socialisme utopique de Fourier s'inscrit en faux contre le mouvement de professionnalisation des métiers qui, au XIXe siècle, assoit une culture de la compétence par une spécialisation des temps sociaux, préparatoire à l'exercice de la pratique professionnelle. Le dispositif du papillonnage est un défi radical à l'expertise puisqu'il met sur le même plan toutes les activités et les produits. Si la vocation de l'homme est d'être tout l'homme, c'est-à-dire de développer l'ensemble de ses facultés au sein d'une société réconciliée, ne peuton pas y voir l'idéal romantique de "l'homme total" ? Le problème est qu'il n'est pas donné à tous de mener plusieurs vies en parallèle, et que dix vies n'y suffiraient pas ! Le plus souvent nos vies sont bornées par des impératifs de rentabilité économique et financière de court terme. Même la vie culturelle et intellectuelle contemporaine semble ne plus échapper à cette loi d'airain. Peuton imaginer d'autres ressorts à la vocation ? Schlanger, (1997), remarque que le vocabulaire de la vocation est flou : "Le vocabulaire du goût parle de disposition, de penchant, d'attrait, de préférence ; le vocabulaire du talent parle d'aptitude innée, et donc de force et de don. Si Fourier, pour sa part, s'en tient délibérément aux goûts, aussi bien Rousseau et Smith que Humboldt et Schiller mêlent les goûts et les dons, comme le fera à leur suite toute la pensée de la vocation", (p. 84).

LA VOCATION AU SEIN D'UNE SOCIÉTÉ SÉCULARISÉE

7Le concept de destin, véhiculé dans les sociétés traditionnelles, et de providence, pour les sociétés chrétiennes, a été subverti par la revendication de l'homme moderne d'assurer en quelque sorte son autogestion. Que devient l'idée de vocation, lorsque les croyances religieuses relèvent de la vie privée ? Progressivement le sens va s’élargir, et on parlera de vocation dans le cas d’une “inclination décidée et même parfois impérieuse pour une profession, un art, une forme déterminée d’étude ou d’action, chez un individu qui possède les aptitudes correspondantes”, Lalande, (1968). Cette “inclination, penchant pour une profession, un état” peut être proche de la “prédestination” et devenir un quasi synonyme de la “destinée” d’une personne. Seule la mort a le pouvoir de transformer la vie de l’individu en un destin. Destin et vocation mettent en scène deux conceptions des rapports entre la finalité et l'individu. Pour le sujet voué au destin, la finalité qui s'empare de lui est externe, relevant soit d'une divinité aveugle ou d'un déterminisme pensé comme implacable. La vocation implique au contraire, que la personne se sente appelée (vocare) à participer, habitée qu'elle est par une certitude subjective. L’avenir d’une personne relève-t-il d’une vocation librement choisie ou d’un déterminisme social ? La question nous fait glisser d’un registre à connotation religieuse à une signification plus générale et laïcisée. "Tout change quand la vocation devient laïque, interne, autonome, quand son enjeu est le cours de cette vie, quand elle s'incarne dans le travail comme rôle social et activité économique, et qu'elle devient l'affaire de chacun et de tous", (Schlanger, 1997, p 18). La “vocation individuelle” est récente dans l’histoire de l’humanité et dans son extension géographique. Pendant des millénaires, et encore aujourd’hui dans certaines régions du monde, les hommes ont vécu, et vivent dans une économie de subsistance. Ce n’est que progressivement, lorsqu’il a été possible d’économiser de la ressource humaine, qu'une espérance de vie prolongée autorisa une spécialisation des tâches, nécessaires à la reproduction de la vie en société. Le degré zéro de la vocation, c’est le gagne-pain pour la survie. À l’opposé, “c’est le bonheur d’avoir pour métier sa passion” (Stendhal).

DE LA VOCATION AU MÉTIER

8La première figure de l'orienteur est celle du "conseiller de vocation", nommé également conseiller de métiers. Le premier traité qui définit les grandes lignes d'une méthode à but scientifique est dû à un américain de Boston, Parsons. Dans Choosing a vocation, (1909), l'auteur établit un inventaire des conditions de réussite dans les différentes professions avec l'ambition utopique d'y faire correspondre des profils individuels. Des suggestions pour un projet de vie et une éducation à la citoyenneté sont déjà envisagées à l'époque, dans un esprit philanthropique. Le rôle du conseiller, informateur omniscient, doit être celui d'un découvreur de talents.

9En France, le même type d'arguments est repris pour justifier une intervention en faveur d'une orientation professionnelle des jeunes gens. L'orientation professionnelle est souvent ignorée de ceux auxquels elle pourrait bénéficier. Cette ignorance entraîne des conséquences fâcheuses en termes de gaspillage du capital humain. Le métier mal choisi est souvent l'ennemi numéro un de la vocation des jeunes. D'où la nécessité de guider les jeunes dans la recherche d'une profession concernant leurs aptitudes et offrant des perspectives de débouchés. Dans cette conception qui émerge au début de notre siècle, l'orientation professionnelle devient un moyen de connaître rationnellement la vocation. L'école de la Troisième République est interpellée par une demande sociale de conseil en orientation, fondée essentiellement sur la psychologie des aptitudes (avatar laïcisé de la doctrine des vocations) attentive à l'analyse objective des différences individuelles, par le moyen des tests : "L'enseignement public se préoccupe peu de la profession future de l'enfant. Le banc de l'école est un banc de Procuste. Les esprits et les caractères passent sous la toise. Ils sont mesurés au même programme et soumis au même rudiment. On les rend aux familles avec une même fiche : "Bon pour le service " Quel service ? Voilà la question". (Hanotaux, 1902, p. 36). Les premières mesures d’encouragement à l'orientation professionnelle sont prises dans la mouvance de l'Enseignement technique, pour encourager au travail manuel et au préapprentissage des jeunes gens sortant du primaire et issus des milieux ouvriers. Donner aux familles des conseils et informer sur les métiers pour : "Une détermination de vocations et une aide au recrutement des apprentis".

10Comment lutter contre le préjugé scolaire et armer nos enfants pour la vie ?

11Pour le professeur Bize (1954), la vocation est de l’ordre de la profession désirée, par distinction avec la profession apprise et la profession exercée : elle est conforme à l’orientation des tendances profondes personnelles, elle résulte de l’ensemble des motivations (instinctives, affectives et utilitaires) qui incitent à choisir tel métier plutôt que tel autre, du fait de l’attirance ou de la répugnance éprouvée.

L'ORIENTATION-PASSION TIENT-ELLE DU MIRACLE ?

12Zola dans L'argent, 1891, décrit "le fils de bourgeoisie qui entre en sixième comme il a des bonnes", (p. 424). L'entrée en sixième de Charles Péguy en 1885, au temps des républicains pédagogues, relève d'une orientation encore miraculeuse.

13"Rien de grand ne se fait sans passion" affirmait Hegel. Plus près de nous, l'itinéraire de Jacqueline de Romilly, écrivain, helléniste, tient de la rencontre du prodige individuel et de circonstances historiques particulières. Première lauréate du concours général, première agrégée de lettres, première admise à l'École normale de la rue d'Ulm, première titulaire d'une chaire au Collège de France, deuxième femme à l'Académie française : "Je suis toujours arrivée au moment où les portes s'ouvraient". Lors d'un entretien biographique (Cercle de minuit, Antenne 2, janvier 1998), elle déclare avec une jubilation intérieure, s'être passionnée pour la Grèce antique dès son plus jeune âge et avoir eu la vie d'une bonne élève : "S'il y a une chose que je suis, fondamentalement, totalement et irrémédiablement c'est professeur... Je veux trouver la vérité, pour communiquer la vérité, je veux dominer les choses plus clairement, pour pouvoir les dire plus clairement. J'ai aimé ce métier passionnément. Je cherche à être l'intermédiaire, ça été la joie de ma vie et je crois que je faisais cela très bien."

14La critique sociologique s'est emparé du thème de la vocation, opposant à l'éthique de la conviction une démarche du soupçon, pour y voir un mode subtil d'incorporation lié à des dispositions de classe ou une manière d'imposition arbitraire : "susciter des vocations". À quel grade commence la vocation, débute l'aptitude, et apparaît la contrainte ? se demande Naville, 1945 : "Vocation... Profession et profession de foi sont souvent synonymes pour... la philosophie personnaliste, qui... ne correspond à aucune pratique bien définie, ce qui peut aussi vouloir dire qu’elle sert à en masquer d'autres. C'est une philosophie de l'influence, de la tradition, de l'impulsion. En fin de compte la masse des enfants "choisira" ce que veut la division du travail... ; il reste aussi à interpréter statistiquement les goûts des enfants et à expliquer pourquoi les vocations" n'apparaissent jamais pour des métiers durs, sales et mal payés qui ne manquent pas. Sous son triple aspect personnaliste, indifférencié et essentiellement subjectif, la théorie de la vocation nous paraît donc devoir être écartée comme base d'une orientation professionnelle objective" (p. 143-153).

15Pour Bourdieu (1986), la vocation fait diversion, elle relèverait de "l'illusion biographique". La philosophie du don est foncièrement aristocratique dans la mesure, où elle inscrit dans la nature biologique des capacités socialement acquises. Pour le sociologue, la logique de la vocation est l’un des grands principes de l’élimination différentielle des garçons et des filles et des enfants de diverses origines. Les éliminés s’éliminent inconsciemment, les filles s’orientent vers ce sur quoi elles se sentent faites et elles pensent le faire librement et consciemment ; les mécanismes d’orientation qui ne sont pas nécessairement des mécanismes opérés par les hommes (ce sont les évaluations, les notes...) les poussent d’un côté ou de l’autre et l’on aboutit à un immense processus de triage qui s’appuie autant sur des structures objectives que subjectives - ce principe, c’est l’habitus.

VOCATION ET SPIRITUALITÉ

16Pour Ferguson (1981) “la vocation est un curieux mélange d’action volontaire et involontaire, de choix et de renoncement... (elle) agit comme une loi de Dieu à laquelle on ne peut échapper”. Pour elle, la vocation réfère à l’élan créateur, à “la découverte d’une direction intime qui attend d’être libérée”, (Bujold, 1989).

17Cette dimension spirituelle de la vocation est rappelée récemment par Viellard-Baron (1994) : “La solitude est la condition pour que nous discernions notre propre vocation, elle nous permet du même coup de reconnaître l’inimitable singularité de toute existence individuelle”. La dimension spirituelle du projet de vie qu'il ne faut pas assimiler au contenu dogmatique d'une religion, fournit un repère de nature anthropologique pour l'orientation. Celle-ci varie en fonction du système de croyances des individus. La vie est-elle un chemin ou une impasse ? interpelle Teilhard de Chardin. En fonction d'une conception de l'homme et de la société, on orientera d'une certaine façon. Pour Le Bouëdec, vice-recteur de l'université catholique de l'Ouest (cité par Le Bret et Boulic, 1990, p. 76-77) : "Cette anthropologie a une dimension religieuse... Il est clair que selon qu'on se place dans une perspective fixiste ou évolutive, on ne pense pas l'orientation dans les mêmes termes. La perspective qui fait place à la liberté de l'homme, à sa capacité d'évoluer comme une chance toujours offerte, paraît plus authentiquement chrétienne que la conception fixiste dont s'accommodera volontiers une démarche élitiste et sélective".

18L'enjeu essentiel réside dans l'éducabilité du projet d'avenir, dans la possibilité propre au sujet humain, d'acquérir les habiletés cognitives et dispositions comportementales nécessaires à la réalisation progressive d'une orientation qui s'apprécie tout au long de l'existence. Nous pensons avec Nuttin, (cité par Pelletier, 1984, p.40) que le développement de la vocation professionnelle appartient à un processus plus général caractéristique du comportement humain : "Le processus d'intervenir intentionnellement dans le cours des choses et dans la vie personnelle. On le fait en réalisant des projets que l'on conçoit de façon plus ou moins personnelle et créative, en partant de modèles et d'informations fournies par le milieu culturel dans lequel on se trouve. Cette motivation à faire et à construire quelque chose et, surtout, à se construire sa propre vie, est la concrétisation d'un dynamisme inhérent au fonctionnement de la personnalité humaine".

19Sur le même registre, la philosophe Schlanger (1997), considère qu’il n’y a pas de vie humaine qui ne soit connaissante. Après une période où l’histoire de l’humanité a été dominée par l’idée de destin individuel, chacun veut désormais se diriger en fonction de ses goûts et ses aptitudes, de façon à pouvoir les développer et les épanouir activement. Cette aspiration générale est posée comme absolument légitime : chacun a le droit, et même en quelque sorte le devoir, de la suivre. “Qu’elle soit comprise comme un choix et une tension volontaire ou comme une nécessité intérieure irrésistible, la vocation est la forme moderne active et même activiste de l’individualisme”.

ACTUALITÉ DE LA VOCATION

20Vial (1987) traitant du problème des vocations et de l’école y découvre quatre sens :

  1. la vocation d’homme qui se construit dans quatre secteurs : corporalité, affectivité, intellectualité, sociabilité ;
  2. les vocations de loisirs marquées par les activités corporelles, l’éveil musical, le théâtre, etc. ;
  3. les vocations sociales c’est à dire les orientations que prend une personne lorsque, en dehors des choix professionnels, elle assume des relations volontaires avec les autres ou avec des groupes et institutions (vie politique, syndicale, associative...) ;
  4. les vocations professionnelles en général. C’est la catégorie de vocations qui, à l’école, présente les plus grandes difficultés d’éveil et, plus encore, d’approfondissement. Le rôle de l’école n’est pas mineur mais il ne s’agit ni de préparer à des emplois définis, ni d’infléchir arbitrairement les motivations. C’est en ce sens que Lobrot (1961) parle de “vocation professionnelle chez les enfants d’école maternelle”. Le rôle de la psychologie scolaire étant d’“aider l’enfant à se révéler” (Wallon).

21La notion de vocation appelle celle d’orientation. Dans la réforme de l'enseignement, l'idée de vocation est présente au moins jusqu’au plan Langevin-Wallon (1947). Ainsi lorsqu'il s'agit de la prévision des variations du marché du travail, on considère qu'il faut mettre à la portée des enfants la connaissance de : "La réalité des professions appelées à se développer à la campagne pour éveiller des vocations et orienter des efforts" (cité par G. Mialaret, 1997, p. 71). On voit ici toute l'ambiguïté de cet appel aux vocations associé aux valeurs de la société paysanne. Plus récemment, on a pu parler d’orientation révélatrice de vocation lorsqu’on visait l’épanouissement de l’homme total. En ce sens, “elle est le témoin, l’expression et en même temps la raison d’être et de durer d’une certaine structure de la personnalité orientée vers un but à atteindre” Drévillon (1970). La doctrine des vocations repose en dernière instance, sur une philosophie de l'engagement.

22Verdès-Leroux (1978), montre que l’“affirmation du primat de l’être est essentielle dans toute profession qui a recours à la vocation, c’est-à-dire qui se conçoit comme choix né d’un appel, que ne peuvent recevoir que des individus dotés de certaines aptitudes particulières et prêts à engager la totalité de leur être”.

23Une étude faite sur une population d’étudiants en lettres, suivant un enseignement pré-professionnalisé visant à informer sur les carrières enseignantes, au début des années quatre-vingt-dix (Danvers et Forner, Lille III, 1996) rejoint les conclusions d’enquêtes sociologiques portant sur le choix professionnel des futurs enseignants : "Au-delà des positions sociales communes, nous avons pu montrer que les agents s’orientant aujourd hui vers l’enseignement sont dotés de propriétés spécifiques qui^ se conjuguent entre elles et contribuent à envisager l'accès à la profession sur le mode de la vocation. Malgré la perte de prestige relative de ces professions, la grande majorité construisent et perçoivent leur choix professionnel de façon positive” (Charles et Clément, 1997).

24En va-t-il toujours de même pour les élèves ? Une difficulté tient à la hiérarchie du monde scolaire elle-même qui, en valorisant certaines disciplines (les mathématiques, par exemple), exige la mobilisation intensive de compétences précises au détriment de celles pour lesquelles certains élèves auraient plus de goût (la musique, par exemple). Autrement dit, la vocation peut se heurter au privilège de certaines disciplines, notamment scientifiques. Et bien des élèves, parfois brillants, s'ennuient dans des filières considérées comme utiles pour le choix d'une'bonne place. La démographisation des études au lycée a profondément modifié la sociologie de l'expérience scolaire. Les "vrais lycéens de quelques grands établissements prestigieux, sorte d'idéal type des "héritiers", définis par des "vocations" littéraires ou scientifiques, n'ont rien de commun avec le vécu ordinaire des lycées de banlieues et d ailleurs. Analysant les diverses figures de la subjectivation lycéenne, Dubet et alii, (1996), constate la fin de l'idéal classique (la paideia), où celui-ci proposait un modèle d'homme. Aujourd’hui, il n'y a plus de modèle substantif et central d'humanité. Le lycéen est confronté à deux images de l'individu : celle de la performance et celle de l'expressivité, et il est obligé de combiner le calcul et la vocation. A l'opposé de la figure de la vocation, l’aliénation lycéenne, produite par une intériorisation des catégories de l'échec et du mépris, rend le projet impossible. L'aliénation se dit quand il y a privation de la capacité d'être sujet", mais il y a d'autres voies pour se construire comme sujet à côté de l'école proprement dite, que ce soit à travers les "petits boulots", Ballion, (1995), ou parfois, dans la citoyenneté lycéenne que confère le statut de délégué d'élève. Le sujet peut enfin se constituer dans sa capacité de résistance à l’école, voire d'en contester la légitimité. N'entre-t-on pas là dans le domaine des vocations rentrées ou contrariées ? Une vocation contrainte est-elle encore une vocation ?

Literaturverzeichnis

ÉLÉMENTS BIBLIOGRAPHIQUES

BIZE, P.R., (1954). in : Traité de psychologie appliquée. Livre III, sous la direction de H. Piéron, Paris. PUF.

BOURDIEU, P. (1986). "L'illusion biographique", in Actes de la recherche en sciences sociales, no 62-63, juin, p. 69-72.

BUJOLD, C. (1989). Choix professionnel et développement de carrière, Québec, Canada, Gaëtan Morin.

CHARMOT, S.J. (1951). La pédagogie des jésuites, ses principes, son actualité, Paris, Spes.

DANVERS, F. (1996). (Dir.), "Parcours d'orientation scolaire et professionnelle", Spirale, Lille III, no 18.

DREVILLON, J. (1970). L'orientation scolaire et professionnelle, Paris. PUF.

DUBET, F. et MARTUCCELLI, D. (1996). À L'école-sociologie de l'expérience scolaire, Paris, Seuil.

ENCYCLOPAEDIA UNIVERSALIS, (1988). Le grand atlas des religions. Paris.

HANOTAUX, G. (1902). Du choix d'une carrière, Paris, Flammarion.

LE BRET, M.M. et BOULIC, H. (1990). Choisir une école catholique, Paris, Centurion.

NAVILLE, P. (1972). Théorie de l'orientation professionnelle, Paris, Gallimard.

PELLETIER, D., BUJOLD, C. et alii, (1984). Pour une approche éducative en orientation, Québec, Canada, Gaëtan Morin.

SCHLANGER, J. (1997). La vocation, Paris, Seuil.

SNYDERS, G., (1965). La pédagogie en France aux XVIIème et XVIIIème siècles, Paris, PUF.

TRIPIER, P. (1995). "De l'éthique puritaine au "voleur professionnel" : discussions sur la vocation" in Actes du colloque sur les professions de l'éducation et de la formation, Lille III, Presses universitaires du 8“Septentrion (à paraître).

VIAL, J. (1987). Les vocations et l'école, Paris, ESF.

WEBER, M. (1964). L'éthique protestante et l'esprit du capitalisme, Paris, Plon.

Autor

UFR des sciences de l'éducation Equipe PROFEOR - Université de Lille III

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2002

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540