Version classiqueVersion mobile

Éléments de géographie électorale

 | 
Michel Bussi

Conclusion générale

Texte intégral

1La Géographie électorale est une Science ingrate, à l'image de toutes les Sciences dont les conclusions sont par définition éphémères. L'intérêt journalistique pour le politique est incontestablement croissant, inversement d'ailleurs, avec l'intérêt apparent du grand public... Chaque article, chaque flash, chaque interview prévoit très régulièrement un bouleversement complet des certitudes passées. Chaque semaine qui passe est présentée comme un tournant historique. A l'image des météorologues, capables d'affirmer que chaque jour constitue un record climatique (quelque part...), les politologues se doivent de déceler un événement du siècle chaque mois. D'ailleurs, les affirmations, et surtout les prévisions des politologues font le plus souvent sourire l'opinion publique, toujours à l'image de ces météorologues, sans cesse à la merci d'imprévisibles bouleversements locaux ou conjoncturels d'un climat stable dans son ensemble.

2On nous affirme que l'on vit aujourd'hui de profonds changements politiques, tant au niveau national qu'international. Nous évoluerions actuellement dans un virage, et l'ensemble des paysages politiques décrits précédemment n'auraient sans doute rien à voir avec ceux que nous allons bientôt découvrir. Au niveau national, une opinion voudrait que chaque courant politique ait perdu l'ensemble de ses repères séculaires : de programme commun en gauche plurielle, existe-t-il encore des différences entre socialisme et communisme ? Les ambitions personnelles n'ont-elles pas eu raison des dernières valeurs qui séparaient les deux droites gaullistes et traditionnelles, et ébranlent même le bloc d’extrême droite. La différentiation gauche-droite a-t-elle encore un sens ? Le vote ne se résume-t-il pas aujourd’hui à une vaste protestation apolitique ou antipolitique ? L'abstention ne va-t-elle pas régler toutes les questions, en submergeant tous les courants ?

3Cette étude n'est-elle pas alors autant historique que géographique, car décrivant des attitudes, des hommes et des idées en voie de disparition ?

4L’évolution du discours de J. Renard, auteur de l’une des plus belles Géopolitiques des régions françaises, pour laquelle il eut largement recours aux identités et au poids de l’histoire, mais qui s’avoue « consterné » devant les résultats des législatives de 1993, fait assurément réfléchir : « la versatilité de l’électorat est désormais une donnée fondamentale. Cette inconstance et ces incertitudes de l’électorat sont à rechercher dans l’étiolement de la vie associative, la disparition des œuvres de l’église et le repli de la paroisse. Si on y ajoute la montée de l’individualisme, l’éclatement des lieux de travail et de résidence, mais aussi la médiatisation de l’accessoire et du futile... Tous ces aspects sont des aspects concordants qui font de l’Ouest des sociétés comme les autres (...) En ce sens, vouloir rechercher des explications logiques du type appartenance territoriale ou sociologique est une tentative vouée à l’échec ».

5Avant de rendre les armes, il ne faut pas oublier que déjà en 1913, Vidal de La Blache opposait à Siegfried les « caprices de l’électeur » et « la mobilité naturelle des foules ». Passée la vague de 1993, en dépit des superlatifs journalistiques, la France comme l’Ouest se redivisera en deux camps distincts comme aux plus beaux jours des luttes républicaines... et une carte politique bien connue réapparaîtra en 95 et 97. Régulièrement, les marées les plus importantes, de droite ou de gauche, submergent l’ensemble des paysages électoraux, et semblent faire disparaître à tout jamais, aux yeux de l’observateur sans recul, ces reliefs politiques. Pourtant, lorsque la vague se brise et la marée se retire, le même paysage réapparaît. Et si la transgression nivelle quelque peu les reliefs, les élus et les hommes, infatigables gardiens du souvenir, s’appliquent à tout remodeler à l’identique. B. Dolez et A. Laurent, qui étudient en détail en 1997 l’apparente réduction des « particularismes électoraux locaux » en France en viennent « sinon à remettre en cause, du moins à s’interroger sur l’importance réelle de la logique nationale », et concluent : « l’histoire sociale et l’analyse contextuelle demeurent irremplaçables pour comprendre pourquoi l’espace reste toujours différencié ».

6Il est ainsi possible de penser qu’au contraire les agitations conjoncturelles du moment (au moins au niveau national), masquent en fait une continuité bien plus forte. La carte électorale et les idéologies soutenant les différents courants ont survécu par le passé à des secousses culturelles, historiques, techniques, autrement plus violentes que les finalement banales dernières années. Ainsi, en 1913, Siegfried publie son tableau politique, dont l’argument principal tient à la pression collective (la noblesse, le clergé...) sur le comportement individuel. Par un curieux hasard de l’histoire, la même année, en 1913, l’isoloir est introduit en France. Désormais, on ne confie plus son vote, au vu et au su de tout le monde, au président du jury, le seul habilité à le déposer dans l’urne... Le vote public devient secret. Peut-on imaginer de changement plus radical ? Face au secret de l’isoloir, comment les nobles, les curés, les notables allaient-ils pouvoir continuer de pousser les électeurs à un vote contre-nature ? Sitôt paru, l’ouvrage de Siegfried semblait donc condamné à subir le sort des thèses à peine imprimées et déjà caduques. Ce ne fut bien entendu pas le cas. Le tableau de Siegfried résista à l’anonymat du vote, et par la suite à d’autres formes de modernisme.

7J'ai donc la prétention de penser que parmi les conclusions issues de cette recherche, toutes ne se périment pas entre l'instant où on les observe, et celui où on les écrit. Ces conclusions sont de deux ordres. Les premières concernent la pertinence différentielle de l'explication sociologique selon l'espace : il n’existe pas un, mais plusieurs systèmes sociologiques explicatifs du vote, différents selon les régions. Les secondes concernent la possibilité, au delà de l’explication sociologique, d’isoler d’autres effets puissants, de notabilité, de transmission historique, et surtout de contagion spatiale, quelle que soit l’échelle d’observation.

8Il reste bien entendu beaucoup d’autres voies à développer, notamment celles concernant la Géographie des votes en ville, et l'approche individuelle, telle que Cox (69), la préconisait, c’est à dire analyser l’opinion à partir d’enquêtes à finalités géographiques (perception de son quartier, de sa commune, de sa région, par exemple par le dessin de cartes mentales politiques). Ces pistes pourraient contribuer à rapprocher Géographie, Sociologie et Sciences politiques !

9Certains pensent qu’à trop se concentrer sur les permanences géographiques et les déterminismes sociologiques, on en oublierait que la question posée lors d’un scrutin est d’ordre politique, et que le charisme ou l’impopularité d’un président, une grève nationale ou un scandale suffisent souvent pour balayer des décennies de lentes évolutions socioéconomiques. C’est oublier que l’acte politique est toujours « géoréférencé », que l’électeur vote toujours pour le représentant de son territoire, que ce soit sa commune, son canton, sa circonscription, son état, l’Europe... Il n’est point de politique sans territoire, et on ne peut raisonnablement opposer les deux, sinon à oublier que les ministres et autres ténors hexagonaux ne représentent que 0.00001 % des 510 000 élus politiques français.

10Le vote, en tant qu’acte politique, est un acte culturel. Il appartient à un système de valeurs. Le citoyen français est attaché à une forme de démocratie, en son sein, des sous-groupes sont attachés à des valeurs de gauche, de droite, du centre... Nationalisation, mondialisation, télécommunication, zapping sont autant de risques de perdre ses repères, qui poussent sans doute certains, à l’inverse, à s’accrocher « à leurs racines », car on ne vit pas sans identité ni territoire, et le vote est aussi l’expression, même inconsciente, d’une identité territoriale.

11Nous autres, électeurs éduqués d’un vieux pays démocratique, nous pensons que notre vote est un acte libre et personnel... Pourtant, dès que l’on regarde avec un peu de hauteur la somme de ces actes individuels, un constat s’impose : nous ne savons pas pour qui ont voté nos voisins, mais nous avons voté comme eux.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search