Version classiqueVersion mobile

Éléments de géographie électorale

 | 
Michel Bussi

Partie III : Au-delà de l'explication sociologique

Chapitre dix. Les rideaux transparents de l’isoloir (l’effet de milieu)

Texte intégral

"Les idées de Cailloux avaient pris leur fondement dans la terre sarthoise ; celles de Léon Blum avaient pris leur naissance chez Durkheim (et quelques autres), mais également à la faveur des cheminées d'usines, des grandes concentrations ouvrières. L'une et l'autre avaient leur noblesse, le tout fait la France. "
E. Roche, dans la Vie Mancelle, (Rosier, 81).

1Que l'espace serve à localiser les comportements électoraux, et la Géographie à les décrire, fut, et demeure, une opinion courante. Que l'espace influe sur ces comportements, et que la Géographie puisse les expliquer, est une affirmation plus hardie. Dans son rapport, Guillorel (84), définit cinq principaux thèmes de recherche en Géographie électorale : la cartographie électorale, la diversité des niveaux d'analyse, les processus de diffusion spatiale, les problèmes des découpages et lois électorales, les réifications territoriales. Ces cinq domaines apparaissent fort disparates, et parmi eux, l'un concerne plutôt un outil (la cartographie), et un second plutôt une méthode (les niveaux d'analyse). Les trois axes explicatifs de recherche restants s'apparentent alors à ceux retenus par Taylor (89) : Geography of voting, geographical influences in elections, Geography of representation. Cette trilogie est couramment admise outre-Manche : "the Geography of voting" concerne la description et l'explication de votes régionaux (école régionale "siegfriedienne" classique), "the geography of representation" l'effet des découpages et lois électorales sur le résultat (gerrymandering, malaportionment, mode de scrutin), c'est-à-dire une branche quasiment inexistante en France, "the geographical influences in elections" l'effet de l'espace lui-même sur les résultats électoraux (distance, diffusion et contagion spatiale...).

2Les trois branches, trop souvent indépendantes aux yeux des chercheurs anglo saxons, s'organisent néanmoins selon un modèle systémique linéaire simple : (souvent néanmoins que ce schéma, longtemps classique, est désormais révisé en deux : "the geography of power", qui renvoie aux notions de représentation, et "the geography of support", qui renvoie aux notions de légitimation).

3Parmi les trois axes de recherche de la classification de Taylor, the "geographical influences in elections" est assurément le plus oublié, jusqu'à être quasiment inexistant en France. Un indéniable manque d'intérêt l'explique, mais également et surtout un manque d'outil adéquat. C'est pourtant ce domaine de recherche qui semble le plus riche et le plus pertinent, puisque c’est celui qui permet d’insérer la Géographie à sa juste place au sein des autres Sciences de l'explication électorale, en isolant des effets spatiaux, parallèlement aux effets sociologiques, historiques...

4The "geographical influences in elections" renvoie systématiquement et immédiatement à la notion de "neighbourhood effect", de Cox (69). Cet effet de voisinage, ou de "milieu" n'est, à l'origine, que l'un des trois effets isolés par Cox dans son réquisitoire pour l'étude de "the voting decision in a spatial context", mais s'impose progressivement comme facteur explicatif unique : the "friends and neighbours effect" renvoie à la notion de notabilité, et the "relocation effect" n'est qu'une composante de l'effet de milieu, étudiant la plus ou moins forte intégration de l'individu à ce milieu.

5Les politistes, s’ils n’étudient guère cet effet de milieu, sont néanmoins pour la plupart conscients de son importance. P. Perrineau (81), qui s’intéressa dans sa thèse à « l’espace » en tant que « milieu, déplore qu’il soit souvent oublié : « l’espace est une variable qui, dans la majeure partie des modèles d’explication des comportements politiques, n’a pas sa place. Ou bien l’on considère que le facteur « espace » ne joue aucun rôle en tant que tel dans la détermination des faits sociaux, ou bien on le saisit comme articulation de spatialités diverses (espaces relatifs aux différents rapports sociaux : juridiques, religieux...), médiation et non plus milieu ». Ihl (96), dans son manuel concernant le vote, passe la plus grande partie de son ouvrage à analyser l’acte électoral comme une décision collective, parfois même communautaire, allant jusqu'à évoquer une « pilorisation » du vote lorsque dans un état, les affrontements électoraux s’organisent autour de « piliers » linguistiques, religieux, ethniques...

6D’un point de vue méthodologique, l'effet de milieu me semble pouvoir être abordé selon deux phases : la diffusion des idées (contagion spatiale), et l'effet d'entraînement qu'elle provoque en faveur de l'opinion de la structure sociale majoritaire. Ces deux phases sont bien entendu liées, mais peuvent être étudiées séparément. De même, il est possible d'aborder ces phases selon deux échelles d'analyse. Le plus évident est le niveau individuel. La démonstration de Cox naît d'ailleurs d'une réaction à l'analyse écologique "a-spatiale", du type siegfriedienne. C'est au niveau individuel que les définitions de l'effet de voisinage sont les plus connues, les constatations de Cox (69) rejoignant mot pour mot celle de Klatzman (57) dans la région parisienne : "un ouvrier a plus de chance de voter communiste s'il habite dans un quartier ouvrier que s'il vit dans un quartier bourgeois". Il est par contre beaucoup plus rare d'aborder l'effet de milieu selon une analyse écologique. Pourtant, l'agrégation en zones des comportements individuels devrait en théorie permettre d'effectuer les mêmes constats : un canton ouvrier a plus de chance de « voter communiste » s'il se trouve dans un "pays", une circonscription ou un département communiste, que s'il se situe dans un "pays" bourgeois.

7Cette dernière partie s'organisera donc d'abord autour de l'effet d'entraînement, puis autour des processus de diffusion et des contagions spatiales.

L'EFFET D'ENTRAINEMENT

8Tocqueville (1839), bien avant Cox, insiste sur l’importance de l’effet d’entraînement sur l’opinion, et en fait même l’un des facteurs explicatifs de la permanence des comportements : "Toutes les fois que les conditions sont légales, l'opinion générale pèse d'un poids immense sur l'esprit de chaque individu ; elle l'enveloppe, le dirige et l'opprime. A mesure que tous les hommes se ressemblent davantage, chacun se sent de plus en plus faible en face de tous. Non seulement il doute de ses forces, mais en vient à douter de son droit, et il est bien près de reconnaître qu'il a tort, quand le plus grand nombre l'affirme. La majorité n'a pas besoin de contraindre, elle convainc (...) Ceci favorise merveilleusement la stabilité des croyances ».

9L'effet d'entraînement se traduit par le fait qu'un résultat électoral ne soit pas, généralement, simplement conforme à la structure sociale d'une zone, mais exagéré en faveur de l'opinion de la structure sociale majoritaire. Cet effet d'entraînement contribue donc directement à expliquer l'effet résiduel non sociologique. Je tenterai donc dans un premier temps de montrer et mesurer l'existence de cet effet d'entraînement, puis dans un second de définir en faveur de quel type de structure sociale se fait cet entraînement, et enfin dans un troisième, d'analyser les processus régissant cette exagération du vote.

La mesure de l'effet d'entraînement

10L'un des principaux apports du calcul du vote théorique est de permettre, par sa comparaison avec le vote réel, d'éclairer l'importance de l'effet d'entraînement. Le vote réel varie toujours davantage que le vote théorique. Ce simple constat suffit pour affirmer l'existence de l'effet d'entraînement. Si cet effet n'existait pas, les votes réels ne seraient pas forcément conformes aux votes théoriques, mais varieraient en tous les cas dans une "fourchette" comparable. Or, les variations entre les différents cantons sont toujours nettement plus accentuées pour le vote réel que pour les autres votes théoriques. Les tendances de vote nationales ne suffisent pas à expliquer les écarts locaux. Il est "sociologiquement" impossible, si chaque électeur votait comme il le devrait, d'atteindre des scores cantonaux de plus de 65 %, ou de moins de 40 % pour la droite ou pour la gauche ; ces résultats sont pourtant très fréquents. Le hasard statistique, possible pour quelques individus au niveau de petites communes, ne saurait être évoqué pour des cantons ou des circonscriptions de plusieurs milliers d’électeurs.

11Mieux que les effets résiduels, les résidus de la régression linéaire vote réel/vote théorique (multiple), mesurent cet entraînement. La cartographie des résidus supérieurs ou inférieurs à un écart type, permet d'isoler les entraînements les plus marqués. Il en résulte des cartes originales et synthétiques des cantons où l'on vote beaucoup trop, ou beaucoup trop peu, pour chaque parti. Le mode de discrétisation étant toujours le même (borne d'un écart type), le nombre de cantons résiduels, supérieurs ou inférieurs, sera également un indicateur de la dispersion de la série statistique, et donc de l’importance des entraînements. Sur les 515 cantons de l’Ouest, ce nombre avoisine généralement les 80 cantons supérieurs à un écart type, et 80 inférieurs.

12La répartition de ces cantons est loin d'être aléatoire, puisqu'ils ne se présentent pas en unités isolées, mais se regroupent presque toujours clairement en régions : cet effet d'entraînement ne s'arrête donc pas aux frontières administratives d'un canton, mais s'opère bien par pays, ceci confirmant l'hypothèse d'un effet de voisinage pouvant également s'observer au niveau écologique.

13La cartographie détaillée de l'évolution de l'entraînement pour le total droite/gauche permet de synthétiser très clairement les transformations progressives de leur fiefs "véritables" (figure 72). Le nombre de cantons où l'entraînement est positif pour la droite, très important en 5 8 (davantage que ceux positifs pour la gauche), tend à se réduire clairement avec le temps. Les "pays" conservateurs s'amenuisent telle une peau de chagrin. La dorsale conservatrice s'étiole autour d'Ancenis, du Choletais, du bocage normand, du Léon. Ces réductions ne signifient pas forcément des pertes brutes de voix pour la droite, mais la réduction nette des pays à majorité plébiscitaire. Ceci n'est pas le cas à gauche, où le nombre de cantons résiduels est stable. Le schéma de l'évolution de la gauche est simple : l'entraînement positif recouvre petit à petit l'ensemble de la Bretagne, vers le Sud et surtout vers l'Est, à partir du pôle trégorois. Partout ailleurs, les entraînements particuliers pour la gauche disparaissent : son score ne baisse pas, mais s'homogénéise, hormis dans quelques cas urbains et rurbains isolés et l’exception de plus en plus marquée du pays de Caux. C'est néanmoins la très grande stabilité spatiale des cantons résiduels qui prime, aussi bien à droite qu'à gauche. Cette stabilité semble être le principal enseignement à tirer de cette série cartographique : elle tend à montrer que la dichotomie gauche/droite a finalement peu évolué. Malgré les transferts de voix PC-PS ou entre les deux droites, les ouvertures et cohabitations, le "réalisme" des gouvernements de gauche, les mêmes électeurs, ou plutôt les mêmes cantons continuent de s'affirmer, avec véhémence, de droite ou de gauche.

Vote conforme, inverse ou amplifié

14L'entraînement est toujours présenté comme sociologique : il s'effectue en faveur de la structure sociale majoritaire, cette structure sociale de référence étant systématiquement l'appartenance socio-professionelle (ouvrier, lower-class...). En fait les phénomènes d'entraînement que nous avons mis en évidence au chapitre précédent, seront majoritairement d'ordre sociologique, si la corrélation vote réel-vote théorique est bonne.

15L'entraînement sociologique semble donc se vérifier pour le vote théorique multiple. Au niveau des votes théoriques simples, on ne peut envisager un effet d'entraînement sociologique que si les corrélations vote réel-vote théorique sont suffisamment élevées, c'est à dire uniquement pour la structure par CSP et par religion. Les corrélations vote réel-vote théorique sont du même ordre pour les deux votes théoriques simples, mais le vote théorique selon la religion varie davantage, entre les cantons, que le vote théorique selon la CSP. Les effets résiduels selon la CSP seront donc plus importants, et l'on peut alors en déduire qu'il existe un effet d'entraînement plus fort selon la CSP que selon la religion. C'est en fait compréhensible : on peut imaginer qu'un ouvrier passant à droite, suite à un effet d'entraînement, continue néanmoins d'être ouvrier ; un catholique passé à gauche suite à un effet d'entraînement, deviendra dans bien des cas parallèlement de moins en moins pratiquant. Un effet d'entraînement tend à modifier, de la même façon que le vote, les structures sociales qui dépendent de choix délibérés : religion, constitution de patrimoine... La géographie de ces structures sociales devraient donc tendre en théorie à devenir aussi marquées que les résultats électoraux. Quant aux autres structures sociales (âge, sexe, qualification), leur influence n'est pas assez puissante, et surtout, elles ne sont pas assez différenciées spatialement pour prétendre jouer un rôle d'entraînement. Le vote théorique multiple utilise une structure composite, mais souvent assez proche de la structure professionnelle, particulièrement sensible à l'entraînement.

16Lorsque la structure sociale d'un canton se révèle très marquée pour un parti, favorablement ou défavorablement, il semble systématiquement exister un entraînement du vote conforme à cette structure. Des cantons exagérément ruraux ou catholiques connaîtront, malgré un vote théorique déjà fort pour la droite, un vote réel encore plus net, témoignant de la puissance de l'effet d'entraînement. Quand une structure sociale est exagérément présente, et donc lorsqu'une classe sociale devient démographiquement très importante localement, son comportement influe alors sur le vote des classes sociales minoritaires, qui tendent à se rallier à l'opinion majoritaire. L'effet d'entraînement "sociologique" ne s'observe systématiquement que dans ce cas.

17Lorsqu'il n'existe aucune structure sociale dominante, les effets d'entraînements deviennent beaucoup plus aléatoires. En fait, il existe toujours un effet d'entraînement, puisque des courants politiques y accumulent toujours un nombre plébiscitaire de voix, mais cet entraînement peut n'avoir plus aucun rapport avec la structure sociale : c'est clairement le cas de la Bretagne. L'accumulation des voix se fera en fonction d'autres effets, déjà étudiés : historiques, anthropologiques, notabilitaires... L'effet d'entraînement consiste, pour l'électeur, en une propension à se rallier à l'opinion locale majoritaire ; mais cette opinion majoritaire peut être due, selon les lieux, à la structure professionnelle, ou la religion, l'histoire...

18Afin de distinguer les différents effets d'entraînements, conformes ou non à la structure sociale, il faudrait effectuer un tri dans le nuage de points vote théorique/vote réel, isolant des classes de ce type, (ici pour la gauche) :

19Mais une telle classification ne peut s'effectuer que manuellement, cas par cas. Un tri croisé, entre l'effet structurel et l'effet résiduel, qui revient au même qu'un tri croisé vote réel/vote théorique, permet de systématiser une classification des effets d'entraînements en 4 classes :

  1. Effet structurel fort/effet résiduel fort : fort vote pour un courant avec accentuation d'une structure déjà favorable.

  2. Effet structurel faible/effet résiduel faible : faible vote pour un courant, avec minoration d'une structure déjà défavorable.

  3. Effet structurel fort/effet résiduel faible : faible vote pour un courant, malgré une structure favorable.

  4. Effet structurel faible/effet résiduel fort : fort vote pour un courant, malgré une structure défavorable.

20Ce tri manque bien entendu de précision, et néglige notamment les attitudes conformes. Il permet néanmoins de scinder le nuage de points en quatre attitudes, qui sont les plus courantes et les plus intéressantes. La cartographie de ce tri croisé transcrit par une variation de valeur la relation d'ordre entre les classes 1 et 2, et par une variation de figuré la relation qualitative entre les classes 3 et 4.

21Par exemple, pour le Front-National (figure 73a), les classes (+,+) et (,-) définissent des régions déjà décrites. On apprend par contre que l'on vote peu Le Pen, malgré une structure pourtant favorable, dans le Pays de Caux, la Sarthe et le littoral Sud breton : des pays où l'on vote depuis toujours un peu plus que prévu pour le communisme. Ce communisme rural, vecteur de la revendication paysanne, récupère en son sein les agriculteurs les plus "politiquement revendicatifs", et tempère donc la montée rurale du Front-National qui tente d'y séduire la même clientèle. La classe isolant les cantons trop frontistes, malgré une structure défavorable, met en évidence le fait que les anciens fiefs de Voivenel, Poujade, et Dorgerès ne sont pas aussi indifférents qu'ils y paraissent au Front-National. Cette tendance s'était révélée jusqu'à présent invisible.

22L'accentuation du score du total droite en 74 sur des terres déjà favorables suit logiquement la dorsale conservatrice (figure 73b) ; l'accentuation pour la gauche est haut normande et sarthoise. Malgré un fort effet structurel, l'effet résiduel est faible pour la droite, dans le Trégor ou dans le pays de Caux, dont le vote particulier à gauche n’est mis en évidence que par cette méthode. La classe "faible effet structurel-fort effet résiduel" permet d'isoler des régions, plus à droite qu'il n'y paraît, jusqu'à présent totalement invisibles : L'Eure, qui se distingue nettement du comportement de la Seine-Maritime ; une barrière Nord-Sud, Honfleur-Béllème, de l'Auge au Perche, qui se montre nette et surtout stable dans le temps ; l'extrême Ouest du Finistère, ou non seulement le Léon, mais également Crozon, Pont Croix, le pays Bigouden, qui se scindent ainsi nettement du reste de la Bretagne bretonnante. Cet extrême Finistère redessine la frontière siegfriedienne de la limite de la structure féodale que l'on croyait disparue : ces pays de petites propriétés, républicains sous Siegfried, sont effectivement tous passés à droite dans l'Ouest sous la cinquième République, au moins jusqu’avant les élections de 1997.

TELS VOISINS, TEL VOTE

23Les processus conduisant à l'entraînement sont connus, même s'ils ne furent jamais réellement mesurés : "pour n’importe quel individu lors d’une campagne électorale, il y a deux sources d’informations : les informations générales tirées des mass média, accessibles à tous, et les informations particulières issues des contacts locaux : ces dernières sont biaisées et accentuées par le fait que tout individu vit dans un territoire partisan » (Taylor, 89). Ces biais introduits dans les contacts locaux sont multiples : "parti localement dominant, contrôle du réseau local d'informations, tradition politique, effet cumulatif de conversations informelles tant en dehors que pendant les heures de travail, imitation électorale, population active peu diversifiée..." (Sanguin, 77). Le contrôle de l'information locale, volontaire (médias), ou spontané (conversations) par le courant (et donc la structure sociale) majoritaire explique la production d'un vote d'imitation et non d'opposition. Le vote par "réaction", par volonté de différenciation, était pourtant imaginable a priori : une ville dans un département rural de droite voterait, par opposition, très nettement à gauche ; une commune minière dans un canton agricole marquerait sa particularité par un vote exagérément à gauche ; un ouvrier serait d'autant plus attaché à son identité de gauche, et tiendrait à défendre ses intérêts, s'il côtoie les "bourgeois" dans son propre quartier de résidence... En fait, ce vote par réaction ne s'observe jamais au niveau écologique, à l'inverse des innombrables exemples de l'effet d'entraînement.

24L'entraînement s'intègre dans l'effet de milieu, ou plutôt, dans les effets de milieux, puisque selon Taylor (89), trois milieux différents peuvent s'isoler, selon les relations inter-classes qu’elles engendrent : les espaces industriels urbains, les espaces ruraux et les espaces périurbains.

25Le milieu urbain produit un zoning des classes sociales, et donc parallèlement, des opinions politiques. Mais au sein de chaque "quartier politique", toutes les conditions sont réunies pour un effet d'entraînement maximum : "C'est en même temps une facilité décuplée pour toutes les formes de la propagande : les journaux sont nombreux et quotidiens, les réunions toujours possibles (...) il en résulte presque nécessairement la naissance d'une conscience collective, soit qu'elle se concentre sur les intérêts de la ville elle même considérée comme un tout, soit qu'elle se divise et se répartisse selon les intérêts spéciaux des classes sociales, des groupements corporatifs, des divers milieux professionnels" (Siegfried, 1913). L'entraînement urbain sera donc majoritairement sociologique, et lié avant tout au statut professionnel, qui peut se confondre avec l’intérêt territorial lorsque les ségrégations sont particulièrement marquées. L'individualisme et l'anonymat urbain coupent l'électeur de toutes les sources d'opinions extérieures à celle de son travail : famille, voisins, commerçants, personnalités "communales" (maire, prêtre, médecin, notaire, instituteur...). Sous la cinquième République, cet entraînement sociologique joua pleinement sur les jeunes ruraux catholiques, exilés à la ville. Lambert (85) croque quelques portraits significatifs de ce "turn over" politique, comme celui de cette jeune catholique pratiquante de Limerzel qui monte à Vannes : "A ce moment là, je me suis aperçue que ma croyance commençait à s'atténuer. De plus, ceci a coïncidé avec la période où je me sentais exploitée et alors j'ai cru totalement au fait qu'il ne fallait pas qu'avec des prières, tout "tombe du ciel". Je me suis dit que je me battrais pour les gens qui sont comme moi".

26A l'inverse, le milieu rural, où les différenciations sociales sont généralement peu marquées, et les relations inter-classes importantes, induit les effets opposés, c'est à dire un entraînement, mais non sociologique, lié à un candidat local, à la tradition historique, au sentiment d’appartenance à un territoire et à la confiance en celui qui le défendra avec le plus d’ardeur.

27Le milieu périurbain est le point de rencontre des deux précédents. Le déploiement des cadres moyens et des populations ouvrières en cercles concentriques à partir des grandes unités urbaines tend incontestablement à y faire grimper de façon conséquente le vote socialiste. On semble tenir ici une claire relation de cause à effet. Pourtant, la réalité n'est pas aussi simple. L'analyse détaillée de la Haute-Normandie (Bussi, 86) montra qu'il existait un très net décalage entre l'arrivée des rurbains et le vote de gauche de ces cantons rurbanisés : en 81, alors que la rurbanisation avait déjà connu son apogée, la Seine-Maritime demeurait à droite, bien plus en tous les cas, que l'Eure... Le député cauchois, R. Fossé conservait sans trop de difficultés, en pleine vague rose de 81, sa circonscription, pourtant largement modifiée sociologiquement. Ce n'est qu'à partir de 86, en Seine-Maritime, que la corrélation entre les cantons touchés par la rurbanisation et le vote socialiste s'affirme clairement.

28Le même constat vaut pour l'ensemble de l'Ouest : l'explosion du score de la gauche dans les terres périurbaines ne se produit qu'après 81 (figure 27a). Seule la couronne nantaise progresse fortement entre 74 et 81. Pendant cette période, l'évolution de la couronne rennaise et caennaise est modérée, celle des couronnes rouennaises, angevines et mancelles est nulle. Les terres qui connaissent une forte évolution du taux d'ouvriers entre 62 et 75 (figure 40a) ne passent absolument pas à gauche durant la même période (figure 26a). La tendance s'amorce entre 74 et 81 (figure 26b), mais ne devient massive qu'entre 81 et 88 (figure 27c).

29Il existe donc un décalage dans les intégrations des ouvriers et professions intermédiaires dans le monde rural. Dans un premier temps, les mutations sociales ne semblent rien bouleverser. Tout se passe un peu comme si, en quittant la ville, les anciens salariés urbains perdaient leur militantisme et ne votaient plus en tant qu'ouvrier, mais en tant que propriétaires. Les hypothèses expliquant cette constatation sont multiples. D'abord, on ne peut parler de rurbanisation, mais des rurbanisations. Les premiers rurbains ne sont peut-être pas les mêmes que ceux d'après 81 ; on recense parmi les rurbains "pionniers" une population plus aisée, des lotissements mieux agencés, plus humains, alors que les lotissements, au fur et à mesure, devinrent de moins en moins "pavillonnaires", et rappelèrent de plus en plus "des banlieues dortoirs", mais à la campagne.

30Les motivations des premiers migrants étaient peut-être également différentes. Etre un "rurbain", avant la "mode", relevait d'une démarche originale, se basant notamment sur des valeurs telles que l'accession à la propriété, la construction d'un patrimoine, l'importance de la cellule familiale, le respect de la hiérarchie sociale, mais la volonté de promotion au sein de celle-ci... C'est à dire un ensemble de valeurs essentiellement conservatrices, déterminant largement une orientation politique de droite. Ensuite, lorsque le phénomène de rurbanisation se généralise, il devient en quelque sorte une mode, un fait naturel pour les classes moyennes soumises aux publicités des promoteurs. La démarche intérieure des rurbains devient différente ; elle est sans doute moins réfléchie, et la classe sociale peut alors conserver sa prédominance, face à d'autres valeurs, dans le choix électoral.

31Le décalage est peut-être lié aux quelques années d'adaptation nécessaires aux rurbains pour s'intégrer dans la commune, se faire connaître des commerçants locaux, de leurs voisins, prendre des responsabilités dans des associations, et, mieux encore, se présenter sur une liste électorale ! Mais l'effet d'entraînement semble ici crucial. Les premiers rurbains, en arrivant, demeuraient minoritaires dans leur commune. Ils avaient donc tendance à se fondre politiquement et électoralement dans la masse rurale. Leur isolement leur imposait un comportement d'intégration. Dès lors que les migrants composent une minorité influente dans le village, ils peuvent posséder une opinion propre, permettant alors à un vote "de classe" de gauche de s'exprimer, à des revendications de quartiers (ou de lotissements) de naître, à une liste d'opposition d'émerger lors des municipales. Si les migrants deviennent majoritaires dans le village, les ruraux déjà présents peuvent à leur tour se trouver influencés, accepter le changement, et en devenant la classe minoritaire, voter à gauche, par un effet d'entraînement inverse du précédent. La notion de seuil se trouve ici évoquée : quand une opinion devient suffisamment importante démographiquement, les électeurs basculent d'un vote d'intégration, où leur comportement électoral est plus modéré que leur orientation partisane, à un vote d'opposition, où leur comportement électoral peut devenir plus tranché que leur orientation partisane.

32Néanmoins, pour expliquer l'explosion des scores socialistes dans les milieux rurbains, après 81, il convient de ne pas négliger non plus l'importance capitale de la légitimation du pouvoir, transformant l'image de la gauche aux yeux des ruraux. Enfin, ce sont aussi ces territoires à identités peu marquées, aux populations mobiles (forte distance au travail) ayant connu souvent une ascension sociale inachevée, marquée par un fort endettement, que se recrutent les électeurs les plus sensibles aux modes politiques, gauche en 88, droite en 93, gauche en 97, extrême droite depuis 10 ans...

33D’ailleurs le vote Front-National peut se définir avant tout comme un vote de voisinage, puisque fonctionnant par contagion. Ce voisinage complexe, très sensible en zone périurbaine, est encore fort mal connu, mais ne saurait en tous les cas se réduire à la simple distance à une population étrangère, ni à aucune cause unique. En l’absence d’éléments scientifiques, on peut s’essayer à imaginer des liens en boucle sur l’idée que chaque classe possède son propre « bouc émissaire » : certains agriculteurs implantés depuis trois générations dans leur commune rurale, devenue périurbaine, votent FN contre ces citadins envahisseurs qui viennent construire chez eux leurs pavillons-champignons ; certains de ces citadins néo-ruraux votent FN, à cause de cette peur floue des banlieues de la ville où ils travaillent, de ces jeunes désœuvrés qui peuplent certains quartiers, de cette insécurité qui les a justement obligé à fuir la ville ; certains de ces jeunes de banlieues votent FN contre le système en général, contre les politiciens en particuliers « tous dans le même sac », contre les nantis, tous complices ; certains de ces nantis votent également FN, contre cette France sclérosée, figée, « indécrottable », à l’image de ces agriculteurs méfiants, hostiles, comme ceux de cette petite commune périurbaine où ils possèdent leur résidence secondaire... Ces mêmes agriculteurs votent FN...

INVENTER LE TERRITOIRE

34Si certains sceptiques doutèrent longtemps de l'effet de voisinage, les études multiples des géographes anglo-saxons montrent, semble-t-il définitivement, que "the neighbourhood effect won't go away" (Johnston, 83). Il semble d'ailleurs exister un consensus actuel chez les chercheurs pour élargir au contraire le domaine d'influence de l'effet d'entraînement. L'effet de voisinage devient un effet de milieu. Pour Guillorel (84), "en élargissant la notion de voisinage à l'ensemble des agrégats spatiaux d'individus, nous sommes confrontés à un problème fondamental, celui de l'impact de l'espace géographique sur les pratiques sociales". Il se rallie à l'opinion de Taylor (89) : "l’effet de voisinage se résume pas au principe que la quantité de contacts locaux d’une personne est biaisée pour un parti ou un autre. C’est le fait que les « milieux » sont les endroits où les processus généraux de socialisation s’organisent qui est important » ", et même à celle de le Bras et Todd (83), peut-être à l’inverse exagérée : "le vote, qu'il soit puissamment de gauche ou orienté à droite, n'est pas d'abord pour les individus un sujet de réflexion personnelle, mais un élément de culture locale".

35L'effet d'entraînement renvoie donc à la notion de réification spatiale, c’est à dire d'utilisation partiale des notions de régions, pays, et frontières, afin de créer des sentiments d'appartenance locale, d'homogénéité culturelle d'individus au sein d'une zone. Guillorel (90) développe largement l'importance politique de l'utilisation de l'espace, à propos de l'exemple de la Bretagne. Certaines justifications des gerrymandering de 86 n'ont pas d'autres buts. Les processus régissant cette réification spatiale sont alors exactement similaires à ceux régissant la réification historique. Les deux phénomènes sont intimement mêlés, puisqu'ils expriment la volonté de l'habitant, spontanée ou manipulée, de se rattacher à un patrimoine culturel, presque toujours lié à un territoire.

36De même qu'El Gammal (81) s'interrogeait en lisant les professions de foi des candidats à la députation, sur l'utilisation électorale du passé, il est possible de s'interroger sur l'utilisation électorale de l'espace, beaucoup plus fréquente sous la cinquième République. Les figures 74 et 75 recensent quelques morceaux choisis de professions de foi. Quatre types d'utilisations de la Géographie, à des fins de réification spatiale, et donc d'entraînement électoral, semblent pouvoir être ici distinguées :

  • L'appel du pays et de la race : il s'agit assurément de l'utilisation la plus classique, la plus ancienne et sans doute la plus forte. Le candidat y évoque le "pays" qu'il représente, et les vertus de la race qui l'habite, à laquelle il est fier d'appartenir. Ce type sans équivoque de réification spatiale pourrait sembler dépassé ; il n'en est rien. Les candidats y recourant n'appartiennent pas forcément à un parti régionaliste, tel l'Union Démocratique Bretonne. L'abbé Laudrain affirme "qu'il est né sur ce coin de terre, d'une race fidèle...", M. Laffineur titre et décline son programme sur « le vote d’ici » ; les appels du cœur de P. Mestre, O. Stirn, P. Heriaud sont tout aussi pathétiques. A l’inverse, en 93, face à la sobriété identitaire du programme de P. DeVilliers, c’est son challenger socialiste qui est alors contraint de recentrer le débat sur le terrain des luttes ancestrales : « j’aime la Vendée où je peux vivre et travailler sans avoir à dire « merci Monsieur Notre Maître » (...) Vendéen, Français, je suis un européen convaincu et je me sens citoyen du monde ».

  • La défense des intérêts particuliers : pour un candidat, le meilleur moyen de provoquer un effet d'entraînement sociologique en sa faveur est de se rallier la structure sociale majoritaire, ou les structures sociales influentes. Les candidats se présentent donc comme les plus ardents défenseurs des classes sociales particulières à leur circonscription : C. Bonnet, à Quiberon, réclame justice pour les marins et les îliens, E. Pisani, dans le Saumurais, s'affiche comme le défenseur des viticulteurs et des PME, L. Fabius, à l'inverse, au Grand-Quevilly, devient le sauveur des grandes entreprises au bord du gouffre... Au passage, il convient, bien sûr, de glisser quelques mots sur les vertus et le savoir-faire nationalement reconnus, des travailleurs locaux. Le candidat "apolitique" jouera sur le fait que lui seul est capable de défendre les intérêts de tous, tel J. Narquin, "assez dégagé des consignes d'un parti pour oser parler au nom de l'Anjou et de ses habitants".

  • La mobilisation économique générale : quand tout va mal, on oublie les querelles particulières, pour ne faire plus qu'un bloc uni et résolu. Sonner le tocsin et mobiliser une circonscription, une ville, une région, face à l'ennemi de toujours, l'état centralisateur parisien, est une stratégie d'entraînement très payante. Les députés bretons, plus ou moins proches du CELIB, R. Pleven en tête, par leur lutte pour obtenir la loi programme, usèrent largement de cet enjeu supérieur devant passer au dessus de toutes les autres querelles. E. Ollivro va plus loin dans l'usage de la Géographie, puisqu'il utilise une cartographie flirtant avec le chorème. Mais cet appel n'est pas exclusivement breton. J. Lecanuet, lui aussi, encense Rouen et son agglomération, énumère les qualités des normands, seulement entravées par la politique gouvernementale, favorisant la région parisienne...

  • Le privilège du pouvoir : à l'inverse d'un appel à la mobilisation puisque tout va mal, le candidat peut également démontrer à l'électeur sa chance de vivre dans une circonscription où tout va bien, ou plutôt, va de mieux en mieux, ceci grâce à la politique du candidat, qui devra bien sûr, être député sortant. La profession de foi décrira alors comment ce député, et lui seul, a su "changer la vie", créer des emplois, faire croître les villes, attirer les touristes... Ce sont souvent la longévité de cet élu, et son important pouvoir personnel, régional et national, qui lui permettent ainsi d'affirmer à ses administrés qu'ils sont des privilégiés. T. Larue semble ainsi à lui seul responsable de l'essor démographique du Grand Quevilly ! A. Marie est parvenu par on ne sait quel miracle, à enrayer le déclin du textile ! Grâce à P. Méhaignerie, le pays de Vitré est, selon lui, "pour son travail et ses résultats souvent cité en exemple".

Figure 74. Utilisation électorale de l'espace : extraits de professions de foi

Figure 74. Utilisation électorale de l'espace : extraits de professions de foi

Figure 75. Utilisation électorale de l'espace : extraits de professions de foi

Figure 75. Utilisation électorale de l'espace : extraits de professions de foi

37Heureusement, la notion d’appartenance géographique demeure floue, et les arguments développés dans l’ensemble demeurent davantage des arguments de « marketing territorial » d’ordre économique ou culturel, plus que des références « racistes ». Ainsi, F. Bredin (97) dans son journal de bord dénonce les campagnes basées sur le principe du « né-natif » contre le « horsain », mais admet qu’elle joua de « l’effet de pouvoir », c’est à dire de sa capacité à défendre les intérêts particuliers des fécampois, en France (amie personnelle en 88 de F. Mitterrand) ou à l’étranger (députée européenne).

38Désormais, le dévouement et l’action sincère pour le territoire local semblent aux yeux des électeurs plus importants que le simple lieu de naissance ou la consonance régionale du nom du candidat. La lutte législative en 97 dans la circonscription la plus à l’Ouest du Finistère (Châteaulin) fut à ce titre joliment symbolique. Le plus breton des députés, J.-Y. Cozan, conseiller général de l’île d’Ouessant, figure mythique des combat culturels bretons depuis 30 ans, cultivant son image de député marin identifiable à sa barbe poivre et sel et sa casquette, dut s’effacer pour quelques voix devant un autre ardent défenseur de la solidarité péninsulaire, plus atypique dans le paysage politique breton traditionnel : Kofi Yamgnane.

Que reste-t-il du vote communautaire ?

39Les réifications spatiales ne sont pas forcément des leurres utilisés habilement par des politiciens. Comme pour les réifications historiques, il est possible de se demander si les leaders politiques ne sont pas eux-mêmes les produits de ces opinions territoriales. En tous les cas, réfléchir en ce sens à l'effet d'entraînement, c'est réfléchir à une Géographie active, et un espace qui ne soit plus seulement un espace neutre d’agrégation des votes, mais un facteur explicatif à part entière.

40Néanmoins, aussi importants soient-ils, il est possible de se demander si l'on n'assiste pas à une perdition de ces effets d'entraînement : le nivellement des comportements, par l'écimage des majorités les plus fortes en est le principal signe. L'entraînement repose avant tout sur une société communautaire. Or, tous les observateurs signalent l'important passage d'une société holiste à une société atomiste : "on doit en tous les cas s'attarder à ne pas rater le virage du holisme vers l'individualisme. C'est ce qu'ont fait, malgré l'excellence de leur travaux, Michelat et Simon à propos de l'appartenance holiste à une religion et à une classe : ils n'ont pas vu venir la lame de fond qui fait qu'aujourd'hui en France, deux des régions les plus chrétiennes se mettent à voter socialiste (l'Ouest et l'Alsace)" (Levy, 90). Il est possible d'expliquer par cette évolution la chute conjointe des deux systèmes communautaires, totalitaires et organisés, bien que pourtant opposés : le catholicisme et le communisme. « L'ATP l'Ouest bouge-t-il » (81) note à de multiples reprises ce passage d'une société à une autre, "le passage d'un mode de vie communautaire des lieux à une consommation individualiste de l'espace", l'émergence "d'une société ouverte mais individualiste". Le maire de Rennes, E. Hervé, lors d'une interview (77), observe lui-même le phénomène : "Récemment, dans le village où je suis né, j'ai pu mesurer l'étonnante modification qui s'est opérée en 20 ans. Au cours des années 50, il y avait un mode de vie profondément communautaire qui de nos jours n'existe plus. Dans les fermes, les gens sont devenus de plus en plus autonomes les uns par rapport aux autres, en raison du capital technique dont ils disposent. Quand on possède une moissonneuse-batteuse, on a moins besoin des autres".

41Mais l'effacement des certitudes héritées, des influences familiales et communales, laissent l'électeur seul face à son choix politique. L’entraînement devient alors national, et si tel sondage annonce que le président, que l’on aimait bien, n’est plus populaire, on l’aime alors déjà moins. Peu importe que les sondages se calquent ou non sur l’opinion, l’opinion se calquera sur le sondage... Face à cette angoissante liberté, en 1997, près de la moitié de ces électeurs modernes libérés de leurs « carapace idéologique » se tournent vers une attitude électorale qualifiée de protestataire. On peut imaginer que d’autres (ou les mêmes) tenteront le plus souvent de se référer à leurs anciens repères : le renouveau des réifications historiques (chapitre 9), et donc parallèlement spatiales incite à ne pas considérer que l'évolution du mode de société s'écoule de façon irréversible, tel "un long fleuve tranquille".

42De telles analyses sont logiquement originales, puisque ces effets spatiaux d'entraînement sont absolument transparents à l'analyse sociologique classique, par enquêtes, qui extraient par définition l'électeur de son contexte spatial. Plus ces effets d'entraînement sont puissants, et plus le rôle explicatif des enquêtes classiques individuelles d'opinion se révèle lacunaire : les sondages cherchent vainement pourquoi tel jeune, salarié, ouvrier, peu qualifié, vote à droite, alors qu'il n'est conservateur, en dépit de ses intérêts, et même peut-être de ses convictions profondes, que parce que son quartier, sa commune, son canton, votent à 80 % à droite... Ceci explique peut-être pourquoi en France, depuis le constat de Klatzman, qui date aujourd'hui de plus de trente ans, l'étude de l'effet de voisinage n'a pas avancé d'un pouce...

OPINION ET CONTAGION

43L'effet d'entraînement est donc le fruit de processus de diffusion des opinions. Au sein d'un effet de milieu, la contagion spatiale en serait le moteur, et l'entraînement le résultat. Ces transmissions et diffusions de l'information ont précédemment été évoquées au niveau individuel : effet des conversations personnelles, des journaux locaux... Ce niveau ne peut de toute façon être abordé que par des enquêtes individuelles sophistiquées. Il s'agit là d'une voie passionnante pour la Géographie électorale : faire le lien entre le comportement électoral individuel et l'intégration ou le sentiment d'appartenance à un quartier, une ville, une région...

44Mais l'on peut également espérer que ces contagions demeurent visibles à un niveau d'agrégation supérieur, même si l'approche de ces phénomènes par une analyse écologique pose un problème de fond : "la dynamique électorale n'est pas une simple juxtaposition de séries synchroniques. En effet, les niveaux pertinents pour identifier et analyser les processus de diffusion spatiale ne sont plus les mêmes que ceux de l'analyse écologique. Dans le premier temps on parle en termes de réseaux, de localisations, de flux, et on travaille sur des unités d'analyse telles que l'individu, les villes, les nœuds ferroviaires, et on tente de mesurer les distances. Dans le second cas, on travaille sur des territoires clos et contigus spatialement" (Guillorel, 89).

45Ces limites sont réelles, mais ce sont celles des outils qui commandent la recherche. Le niveau écologique permet néanmoins, et sans doute beaucoup plus qu'au niveau individuel, de détecter pour chaque courant des monts et des vallées, des pentes plus ou moins régulières les séparant, des pôles de diffusion (unités urbaines, marges, littoraux...), des isolats (îles, presqu'îles, enclaves...), et d'apprécier l'influence de la distance. Guillorel (90) l'admet également : "il est possible d'utiliser des niveaux écologiques pour tenter de détecter et de préciser certains processus de contagion ou de diffusion spatiale (...) mais cela suppose de choisir un maillage assez fin".

46L'étude de la contagion spatiale, après une synthèse de la théorie de la diffusion en Géographie électorale, passera donc par trois étapes :

  • Localiser ces processus, en tentant d'éliminer les bruits locaux, pour parvenir à une image géo-électorale simplifiée, permettant de révéler des organisations spatiales. L'outil d'analyse choisi sera la surface d'ajustement cubique.

  • Mesurer ces contagions spatiales, et l'effet de la distance, sans doute variables dans le temps, selon les partis, les régions... L'outil retenu sera l'emploi de corrélogrammes, construits à partir de l'indice de Geary.

  • Expliquer ces contagions, par la définition d'un certain nombre de centres rayonnants, et l'observation de leur influence, décroissante avec la distance ? Cette analyse se fera par l'emploi de l'indice de rayonnement.

La diffusion de l'opinion

47La diffusion de l'opinion a fort peu intéressé les géographes, et encore moins les français. Les multiples analyses anglo-saxonnes concernent avant tout la diffusion des maladies (Gould, 69, Cliff et Haggett, 75...). Cox reproche d'ailleurs en 69 à l'école française de Géographie électorale, par l'intermédiaire des travaux de Siegfried, son régionalisme, détachant chaque unité d'analyse de son environnement, pour rechercher les facteurs explicatifs dans des caractéristiques uniquement internes à la zone. Siegfried était pourtant conscient de l'importance des phénomènes de diffusion spatiale. Il est même l'un des rares géographes français ayant écrit quelques lignes à propos de la diffusion des opinions politiques. A titre posthume fut publié en 60 le compte-rendu écrit d'une conférence orale de Siegfried sur le thème : « itinéraires de contagions : épidémies et idéologies », où Siegfried s'évertue à démontrer le parallèle existant entre la diffusion des germes et celle des idées.

48Selon Siegfried, toute diffusion suppose un germe, un vecteur, et un milieu réceptif. Le germe, c'est l'opinion politique susceptible de se répandre. Le vecteur "pourra être un homme, un livre, un pamphlet, à moins que ce ne soit les ondes de la radio, l'écran du cinéma ou de la télévision". Mais Siegfried insiste sur le rôle particulièrement important, car inconscient et camouflé, de la diffusion par le contact humain, tel "quelque ouvrier recruté pour quelque entreprise lointaine". On ne peut s'empêcher de mettre les constats de Siegfried en parallèle avec l'influence des multiples émigrés parisiens de l'Ouest, et notamment bretons. Le retour au pays pour voter, et les importants contacts, familiaux et amicaux, que conservent ces paysans bretons devenus ouvriers syndiqués de la banlieue parisienne, peuvent expliquer bien des inadéquations vote-structure sociale au lieu de résidence. Le Trégor communiste subira l'influence rayonnante de M. Cachin, émigré paimpolais, qui deviendra directeur de l'Humanité.

49Enfin, il faut un milieu récepteur, qui bien entendu tente de se défendre contre le germe. Siegfried distingue deux modes de défense : "prévenir leur entrée par le blocage à la frontière", et s'il y est parvenu, le surveiller, l'encadrer, le stériliser. Si Siegfried s'appuie sur les exemples de l'extermination cathare, ou du Mac-Carthysme, il est aisé de transposer ce mode de défense à l'Ouest : maintenir un monde clos, par un minimum d'immigration, en induisant une forte natalité, est la première des stratégies du système de l'Ouest occidental. Mais le second moyen de défense est pour Siegfried beaucoup plus efficace : "une société saine se défend par elle même contre les contagions qui mettraient en péril l’intégrité de sa personnalité. En revanche, une société malsaine attrapera toutes les maladies, réagira à toutes les contagions". La censure, la répression, ne permettent que de retarder l'échéance d'une contagion, contrairement à une société saine, et une vaccination, "par la démagogie". Les multiples exemples Siegfriediens sont transposables à l'Ouest : les régions de droite actives, sur-équipées socialement et culturellement, qualifiées, jeunes, sans chômage, sont celles qui se sont maintenues le plus fermement à droite durant la cinquième République, malgré les mutations sociales qu'entraînaient une telle stratégie (Choletais, Léon...). A l'inverse, les régions de droite qui se barricadèrent derrière les haies de leur bocage, maintenant en vie artificielle par perfusion, sous forme de subventions, un monde majoritairement rural, sous équipé, sous qualifié, et a-culturé, sont celles où la poussée de la gauche fut la plus massive : "tout bouger afin que rien ne change" (Martin, 85) demeure la meilleure des stratégies.

50Il est alors possible de recenser les centres d'intérêts multiples qu'ouvre l'étude de la diffusion spatiale, en s'inspirant de Guillorel (84 et 90) : étudier la diffusion des opinions politiques nouvelles (par les méthodes utilisées en Sociologie pour l'étude de la diffusion des innovations, tel le tracteur, dans le monde rural) ; la diffusion et la répartition optimale des sections d'un parti politique (par les méthodes employées pour les localisations des services publics) ; les effets des migrations saisonnières, de longue durée, de retraite ; le rôle de certaines professions dans la diffusion (marins, colporteurs, cadres d’entreprises) ; le rôle de la Géographie physique et des voies de communication, en tant qu'accélérateur de la diffusion (vallées, cours d'eaux, ponts, chemins de fer, autoroutes, ports...), ou en tant que frein (forêts, déserts humains, montagnes, îles) ; le rôle des frontières administratives ou culturelles (historiques, linguistiques) comme barrière effective de l'idéologie...

51L'analyse de ces diffusions au niveau écologique s'appuie logiquement sur la théorie des discontinuités, transposées, notamment par Brunet (68), des sciences "exactes" vers la Géographie humaine. La notion de seuil est indissociable de celle de discontinuité. Brunet insiste par exemple particulièrement sur la notion de seuil de manifestation, qui s'observe dans toutes les sciences. L'effet d'entraînement en fournit un exemple en Géographie électorale : un groupe social ne vote selon son propre intérêt qu'à partir du moment où il devient démographiquement important ; sinon, il suit la tendance majoritaire. C'est le phénomène observé dans l'évolution des communes périurbaines.

52Le but d'une telle étude, à terme, est de parvenir à une théorisation des influences spatiales. La présente recherche de processus de diffusion spatiale de l'opinion dans l'Ouest, éventuellement généralisable, s'apparente au premier contact avec une jungle inexplorée : il s'agit ici d'opérer un débroussaillage, et croire à une récolte immédiatement fructueuse et rentable serait illusoire.

LOCALISER LA DIFFUSION : LES SURFACES D'AJUSTEMENTS

Principe théorique

53L'idée d'utiliser les surfaces d'ajustement en Géographie électorale n'est pas neuve : "la diffusion spatiale du vote pour le parti communiste au Danemark a été testée par une surface d’ajustement cubique par H.B Jensen. La variance expliquée par la surface est de 11,5 %. C’est peu, il faut l’admettre, mais pas décourageant. » (Cox, 69). Pas décourageant... Cox pêcha par optimisme, puisque la seule utilisation "connue" en France de surfaces d'ajustement à des fins de politologie date de 1982, par Guillorel-le Gauffey-Waniez. Le commentaire de cette tentative uniquement expérimentale tient en une vingtaine de lignes, qui renvoient au même constat : la surface de tendance fonctionne mal (ceci confirme le poids du "local"), mais les auteurs affirment que c'est le lot de toute expérience pionnière, et que la voie reste ouverte et passionnante. D’ailleurs, d’autres géographes se veulent optimistes, sans toutefois tester ces méthodes : "Une illustration courante de cette approche nous est fournie par les cartes de résultats électoraux où se dessinent des régions d'opinions progressistes, conservatrices, ou centristes. Car au lieu de rencontrer un étalement spatial combinant de façon uniforme les attitudes politiques, il est remarquable que se produisent des phénomènes de « contagions locales", indépendamment des facteurs économiques ou socio-professionnels". M.F. Ciceri-B. Marchand-S. Rimbert (77).

54Le principe de la surface de tendance est de calculer "l'équation de la surface, par la méthode des moindres carrés, passant "au mieux" par les hauteurs associées à des points localisés sur un plan" (P. Baudet, 90). L'utilisation des surfaces d'ajustement suppose quelques choix :

  • L'ordre de la surface (degré de polynome) : ici, la surface d'ajustement cubique sera utilisée. Elle est selon un consensus de ses utilisateurs, la plus pertinente : "sans être trop complexes, elles approchent mieux la réalité que les plans et les surfaces quadratiques" (Guermond, Leduc, 80). Elle prend la forme simple d’une surface « gauchie dans deux directions différentes », isolant un mont et un val, c’est à dire en d’autres termes la forme d’un « S » couché. Les ajustements d'ordre supérieur à 3 sont déconseillés : les surfaces deviennent de plus en plus difficiles à calculer et interpréter, et surtout, elles sont de plus en plus liées aux variations locales, "ce qui n'est pas, bien au contraire, la finalité de la méthode" (Waniez, le Gauffey, 87).

  • La sortie localisée des résidus, supérieurs et inférieurs à un écart type, me semble un correctif indispensable au tracé de la surface.

  • La sortie en isolignes permet de déterminer des lignes « isovote », reliant tous les points ayant eu le même comportement électoral.

55Leduc et Guermond (80) isolent 4 intérêts de la surface d'ajustement : éviter de passer par les paliers de la cartographie discrète, permettre de mesurer la validité de la représentation, par le pourcentage de la variance expliquée, permettre une parfaite comparabilité des cartes, et surtout, permettre de mettre en évidence des tendances générales, faisant abstraction des bruits locaux, aidant à dégager des hypothèses sur l'organisation de l'espace. Ce dernier intérêt est bien entendu celui qui sera développé ici.

L’Ouest en tendances

56Le Gauffey (82) conseille d'envisager par les surfaces d'ajustement trois niveaux d'analyses, correspondants à des influences de nature très diverses : les processus de grande échelle, imprimant une forme générale supra-régionale, les processus "régionaux" déformant la première tendance, pour la rendre plus complexe, les fluctuations purement locales et parasitaires, dont la représentation par une surface n'a pas de sens. La tendance "supra-régionale" sera donc analysée dans un premier temps sur l'Ouest global. Cette tendance sera ensuite affinée par des surfaces d'ajustement régionales. Les fluctuations parasitaires seront observées aux deux échelles par les résidus.

57La variance expliquée des surfaces d'ajustement permet d'effectuer un premier tri. Calculée sur environ 80 variables, elle se révèle généralement faible, et surtout très variable : de 5 % (PS en 78) à 61 % (Royer en 74). La faible part d'information expliquée montre donc qu'il est le plus souvent impossible de trouver une tendance unique supra-régionale, se réduisant à une surface aussi simple. De même qu'une explication sociologique unique apparaît toujours inadaptée à l'ensemble de l'Ouest, et ne devient pertinente qu'au niveau régional, une polarisation de la diffusion des comportements électoraux du grand Ouest sur un seul sommet et un seul creux ne permet pas de coller de très près avec la réalité. L'effet de la distance intervient également : il est difficile d'imaginer des influences spatiales dépassant la centaine de kilomètres, hormis quelques cas exceptionnels, tel Royer en 74, à partir de Tours, Le Pen à partir de la couronne parisienne, de Villiers à partir de la Vendée en 1995... Toutefois, même lorsque la variance expliquée d'une variable est faible, sa surface de tendance n'est néanmoins pas aberrante, et demeure proche de sa carte zonale discrète classique, les résidus localisant les différences entre les deux modes de représentation de l'information.

58L'intérêt des surfaces est de permettre une parfaite comparabilité entre les cartes. Le cas le plus classique concerne des variables « endogènes » (le pôle se situe au sein de l’Ouest et diminue vers les marges) C'est notamment le cas du total gauche droite (figure 76a). Il serait vraisemblablement très intéressant d'étudier l'évolution du total gauche/droite par une analyse diachronique de la déformation progressive des courbes entre chaque scrutin. Deux coupes, permettant d'isoler les principales régions politiques de l'Ouest, montrent comment la surface d'ajustement cubique s'adapte relativement bien aux comportements politiques.

59Les dysfonctionnements de la surface concernent certains résidus, mais également les sommets et creux, que la surface ne parvient jamais à totalement expliquer. La dorsale conservatrice traditionnellement orientée Nord-Sud par une analyse visuelle, suit sur les surfaces de tendances une direction Sud-Ouest/Nord-Est, reliant le pays d'Auge à la Vendée littorale, et marginalisant le Cotentin, dont l’effet résiduel est moins marqué à cause d’une structure sociale très rurale.

60Les variables exogènes (qui se marquent par des lignes « isovotes » semblant fuir la France de L’ouest) ne concernent pas forcément des variables moins présentes à l'Ouest qu'en France, en valeur moyenne, mais des variables externes, car liées à des influences extérieures, provoquant de forts scores surtout périphériques. C'est l'un des grands intérêts des surfaces de tendance de mettre en évidence ces organisations. Le cas du Front-National est caractéristique (figure 76b). La carte est en fait difficile à lire. Trois influences "extérieures" tendent à faire du Front-National à l'Ouest un courant "périphérique" : l'influence parisienne de Gisors à Saint Calais, l'influence littorale atlantique, vérifiable de Pont Croix aux Sables d'Olonne, l'influence littorale de la Manche, provoquée par un score frontiste plus élevé à Cherbourg que dans le reste du Cotentin. Seules les frontières picardes et poitevines échappent à ces effets. A l'intérieur, l'extrémisme du bocage normand et ornais, déjà repéré par d'autres traitements, est clairement isolé par les deux seuls isovotes traversant l'Ouest.

Tendances régionales

61Les surfaces de tendance bâties par région permettent de faire monter de façon très nette les variances expliquées, exactement de la même façon que les corrélations régionales étaient systématiquement plus marquées que les corrélations pour l'Ouest. La surface d'ajustement s'adapterait donc mieux à la région. Par la distance moindre, mais également à cause sans doute d'une plus grande homogénéité, et d'un sentiment d'appartenance à un territoire, la Géographie électorale d'une région peut être plus facilement décrite à partir de l'influence d'un seul pôle, d'une seule pente... Les variances expliquées sont néanmoins très variables selon les courants et les régions. La surface d'ajustement cubique explique remarquablement la structure religieuse pour les Pays de la Loire, le vote et l'évolution de la gauche pour la Bretagne, l'écologisme et l'effet structurel selon la religion pour la Basse-Normandie, le Front-National pour la Haute-Normandie.

62L'association des 4 surfaces régionales, pour l'effet résiduel de Mitterrand en 88, montre qu'en fait, elles semblent pouvoir "s'emboîter" (figure 77). Si l'on "recollait" les quatre régions, les isovotes se superposeraient assez précisément. Le sommet de l'Est de la Basse-Normandie est en fait le sommet haut normand, le creux du Sud de la Bretagne correspond au creux du centre des Pays de la Loire... Ce sont pourtant des cantons totalement différents qui ont à chaque fois été pris en compte dans chaque surface.

63Ce constat prouve donc que les isovotes ne s'organisent pas de manière aléatoire, et surtout que les frontières administratives régionales ne sont pas des murs idéologiques : la tendance repérée dans les cantons de l'extrême Est de la Basse-Normandie se retrouve dans les cantons, voisins, de l'extrême Ouest haut Normand, ceci se vérifiant pour chaque frontière. Il existe bien des effets spatiaux, et l'organisation des votes d'une région, ne peut se comprendre que par l'observation de l'organisation des votes dans les régions voisines.

Figure 77. MITTERRAND, EFFET RESIDUEL, SECOND TOUR 88

Figure 77. MITTERRAND, EFFET RESIDUEL, SECOND TOUR 88

64L'analyse des structures des surfaces permet incontestablement d'identifier des tendances régionales qui resteraient autrement invisibles.

65Les cartes bretonnes par exemple permettent d’isoler trois organisations spatiales différentes. La plus classique est fort simple : elle oppose dans une structure centre-périphérie l'Argoat, centré sur les côtes d'Armor, à l'Arcoat (figure 78). Le pôle intérieur de gauche décroît rapidement vers l'Ouest (Léon) et plus lentement vers l'Est. Ce modèle est par exemple typique du vote communiste. Le second type d'organisation spatiale serait celui dépendant avant tout du littoral : l'abstention, et surtout le Front-National, en sont deux exemples. Enfin, le troisième et dernier type d'organisation trancherait avec l'opposition Argoat-Arcoat, pour proposer une organisation en isolignes verticales, séparant la Bretagne en pays plus ou moins péninsulaires : le découpage historique repris par exemple par Siegfried. Cette organisation verticale ne semble désormais fonctionner que pour le civisme électoral : le taux de bulletins nuls et le taux d'inscription. Les transferts littoraux de population, la modification du réseau routier et surtout autoroutier, qui réduit les distances Est-Ouest, semblent avoir contribué à modifier l'organisation spatiale économique, et donc politique ; le gradient de la distance à la mer remplace progressivement celui de la distance à la France.

66La Haute-Normandie politique semble dominée par deux structures spatiales (figure 78). L'une est concentrique et oppose le bassin rouennais, centre géographique de la région, au reste des cantons. L'autre est un flux, témoignant de l'influence parisienne s'engouffrant par la vallée de la Seine, dans une direction Sud-Est/Nord-Ouest. La structure concentrique rouennaise fonctionne admirablement pour Mitterrand en 88, le socialisme du triangle Rouen-Yvetot-Lillebonne jouant le rôle de pôle. L'influence parisienne fonctionne clairement pour l’extrême droite, qui diminue jusqu'à la Manche proportionnellement à la distance à la capitale. Pour le vote gaulliste, la très nette influence de la capitale ne s'oppose pas à Rouen, indifférent, mais à l'Ouest de l'Eure, terre des notables modérés. Le flux gaulliste de l'Ile de France se brise donc sur ces cantons tenus par la droite traditionnelle, pour ensuite remonter vers le littoral. Le partage de l'Eure en "baronnies", l'Ouest à l'UDF-MRP, l'Est à l'UDR-RPR, est ici clairement mis en valeur. La structure sociale, enfin, donne l'occasion de tester la validité des surfaces : l'effet structurel pour Mitterrand en 8 8 permet de découvrir avec une grande exactitude l'axe séquanien. La surface de tendance conserve donc un "fond de vérité", même lorsque sa variance expliquée est très faible : ici 23 %.

67La surface d'ajustement cubique, malgré ces imprécisions, est assurément une aide à l'interprétation spatiale. Sans verser dans un positivisme outrancier, ni se contenter de l'aspect esthétique des surfaces de tendance, elles permettent au minimum de formuler des hypothèses souvent nouvelles, et au mieux de fournir une première explication à la formation des "pays politiques" qui de toutes façons existent, indépendamment de la répartition de la structure sociale. L'idée la plus difficile à accepter, pour les citoyens que nous sommes, est que les processus de diffusion et de contagion qui se produisent, indéniablement, au niveau individuel (influence de l’entourage) puissent se vérifier au niveau écologique, à l'échelle d'une région. Mais je ne vois pas pourquoi ces "contagions" régionales et supra-régionales, qui fonctionnent, on ne peut le nier, pour l'expansion du vote pour Le Pen, ou pour des scrutins particuliers tels Royer ou de Villiers ne fonctionneraient pas, certes plus discrètement, pour les autres partis. Avec la distance à un "fief", c'est également le contrôle de l'information par le parti dominant ce fief qui se relâche, l'intérêt social direct de l'électeur qui s'atténue, la tradition historique qui devient moins pure, l'influence personnelle des notables qui devient floue...

MESURER LA CONTAGION : LA VARIOGRAPHIE

Principe théorique

68Les surfaces de tendances ont laissé deviner dans l'organisation de l'opinion d'une région, des monts, des vaux, des flux... Elles laissent en fait supposer que le résultat d'un canton dépend également du résultat de ses cantons voisins. Il s'agit ici d'une théorie éminemment géographique, connue, étudiée, du moins dans des domaines plus concrets que l'opinion politique, par la mesure de l'autocorrélation spatiale. L'indice d'autocorrélation spatiale le plus usité demeure celui de Geary (54), généralisé par Cliff et Ord (73), sous la forme suivante :

69avec X représentant une variable quelconque,

70Xi et Xj les valeurs des variables,

71n le nombre de zones étudiées,

72dij une matrice binaire, signalant les contiguïtés entre les zones par la valeur 1, et la non contiguïté par la valeur 0,

73t le nombre total de contiguïtés (couple de voisins) entre les zones.

74Le coefficient d'autocorrélation est en fait le simple rapport entre la variance locale (entre les couples de voisins) et la variance totale. L'indice estime ainsi la "cohésion spatiale d'une distribution". Une distribution spatiale aléatoire fait donc tendre le coefficient vers 1. Si l'indice tend vers 0, il traduira une importante cohésion spatiale. Au contraire, s'il dépasse 1, il indique qu'il existe des oppositions spatiales (valeurs fortes voisines de valeurs faibles, telles les cases d’un échiquier). Différents utilisateurs semblent montrer que la cohésion devient significative sous le seuil de 0,7, et particulièrement puissante sous le seuil des 0,4. Une nouvelle fois précurseur, Cox signale l'intérêt de l'indice de Geary, pour la mesure du comportement électoral, dès 69 : "le calcul de taux de contiguïté sur la distribution du vote démocratique, par état, aux Etats-Unis, en 1904, 1928, 1956, donne des indices de 0.23, 0.40 et 0.69, accréditant la thèse souvent avancée de la dérégionalisation du vote ». Cox ne fera pas plus d'adeptes en France dans ce domaine que dans les autres, et seul Todd (83), signale l'intérêt de l'autocorrélation spatiale pour l'étude de l'opinion, sans toutefois l'utiliser.

75L'indice de Geary voit son prolongement naturel dans la variographie, qui pourrait se définir comme la représentation de l'indice de Geary à différents niveaux de voisinages ou de distances. La variographie connaît un succès croissant auprès des géographes depuis sa première utilisation (Matheron, 70). Initialement, elle est prévue pour être testée sur des variables carroyées, l'autocorrélation étant calculée selon des "pas" réguliers (distances précises) et des directions particulières (Nord/Sud, Nord-Est/Sud-Ouest...), révélant l'anisotropie du site étudié. Dans le cas de la France de l'Ouest, il était délicat de passer par un carroyage, les difficultés logicielles s'ajoutant au fait qu'il était de toute façon impossible, à partir de la "forme" de l'Ouest, d'obtenir une matrice carrée. J'ai donc préféré le "corrélogramme", généralisé par Lebart (69) sur les départements français, au variogramme. Le voisinage remplace alors la distance. Un couple de voisins étant défini par deux cantons (A,B) ayant une frontière commune, un ordre "n" de voisinage sera défini par le nombre de frontières à franchir pour aller de A à B. Dans le cas présent, l'homogénéité des superficies des différents cantons permet que deux cantons séparés par le même ordre de voisinage soient séparés par la même distance. Mais surtout, le fait de traverser un canton, c'est à dire une unité politique homogène, semble un facteur de rugosité plus important dans la perte d'influence progressive d'une opinion politique que la simple distance euclidienne kilométrique. La perte par rapport au variogramme ne provient donc pas du manque de régularité des pas, mais d'une analyse qui est obligatoirement multidirectionnelle.

76Je me base sur la sortie classique des corrélogrammes pour cette étude : en ordonnée l'indice de Geary, en abscisse les pas de voisinage. Chaque pas de voisinage peut être approximé pour l'Ouest à environ 12,5 km (distance moyenne entre deux centres de cantons voisins), le voisinage maximum d'ordre 9 impliquant une contagion dans un rayon de 112,5 km. Cette dimension permet d'éviter les effets de bordure, bien connus en variographie. En effet, si l'on atteint le voisinage maximum possible sur la zone étudiée, le nombre de voisins sera faible, et ne concernera que des valeurs marginales, produisant en fin de courbe des "pseudos périodicités". Le nombre de couples pris en compte pour l'Ouest, à chaque ordre de voisinage, est le suivant :

77(ordre de voisinage, nombre de couples) = (1 : 2700), (2 :5440), (3 : 8032), (4 : 10356), (5 : 12218), (6 : 13518), (7 : 14230), (8 : 14724), (9 : 14962).

78Le graphe peut comprendre également le couloir d'interprétation, calculé pour chaque ordre de voisinage par : indice de Geary, moins, et plus, deux écarts types. Ce couloir varie donc uniquement en fonction de la variance locale à chaque niveau de voisinage, puisque la variance totale demeure fixe. A l'intérieur de ce couloir, la distribution devient aléatoire.

79Quelques manuels de statistiques appliquées à la Géographie fournissent des clés de l'interprétation des variogrammes (Ciceri, Marchand, Rimbert, 77, Voiron-Canicio, 86 et 89, Dauphiné et Voiron-Canicio, « Reclus mode d'emploi », 88). Hélas, ces clés ne sont pas toujours transposables pour les corrélogrammes, beaucoup moins étudiés. Pour les variogrammes comme les corrélogrammes, la "portée" est la valeur au delà de laquelle le corrélogramme atteint un palier, c'est à dire où la courbe qui était croissante devient horizontale. Concrètement, la "portée" indique la fin de l’aire d'influence, et donc de la contagion d'un phénomène.

  • Une pente rectiligne, du voisinage d'ordre 1 à l'ordre 9, indique une très forte continuité spatiale, et donc un fort effet de contagion.

  • Le cas le plus classique demeure une pente convexe. Plus la convexité tend à devenir verticale, moins la continuité est nette.

  • Au sein d'une forme classique, des structures emboîtées peuvent apparaître, provoquant des ruptures de pentes, et même souvent des "effets de trous". Il s'agit de phénomènes (identiques ?) détectés par le corrélogramme à plusieurs échelles différentes, phénomène que l'on peut également chercher à isoler par la géométrie fractale.

  • La pente horizontale traduit l'absence totale de structure spatiale.

  • L'effet de "pépite" est un phénomène majeur en variographie : il signale un milieu très discontinu, où chaque unité territoriale de base s'oppose à ses voisines, telles des pépites d'or dans le sable. Pour le corrélogramme, cet effet de pépite se traduirait plutôt par un indice de Geary très fort (supérieur à 1) au voisinage d'ordre 1, baissant ensuite, de façon plus ou moins aléatoire (pente en dents de scie pour une structure en "damier", par exemple).

La cohésion spatiale des courants politiques

80Les calculs de la variographie imposent un premier constat : l'indice de Geary, au voisinage d'ordre 1, est toujours très faible, entre 0,5 et 0,3 (figures 79). Cette cohésion est plus forte que pour la grande majorité des structures sociales. Elle montre donc indiscutablement que le vote par contagion l'emporte toujours nettement sur le vote par opposition. De plus, pour chaque courant politique, et pour chaque élection, l'indice de Geary croît systématiquement avec la distance. L'effet résiduel d'un canton est donc, c'est ici prouvé, en partie expliqué par le vote des cantons voisins : beaucoup par les cantons proches, de moins en moins par les cantons éloignés. Les indices de Geary révèlent également que la cohésion est toujours plus forte lors des seconds tours (vérifiable en 65, 8l et 88). Il est donc faux de prétendre que les électeurs se déterminent davantage, lors des seconds tours, en fonction de leur appartenance sociologique, ou de critères nationaux : l'opposition gauche/droite met également à cru de vives oppositions régionales, où le jeu des réifications spatiales et historiques de territoires voulant se marquer de droite ou de gauche provoque des cohésions locales plus fortes que lors des premiers tours. La forme des différentes courbes permet de distinguer trois grands types :

  • une contagion forte mais de très courte portée (PC). Cette forme caractéristique, d'une portée de 3 à 4 voisinages, suivie d'un net effet de trou, pour se stabiliser après le septième pas, n'est pas liée au hasard, puisqu'elle extrêmement régulière pour tous les résultats du PC (figure 79b). La contagion au voisinage d'ordre 1 est généralement très forte. On retrouve dans cette forte contagion la capacité du PC à produire des notables locaux très influents, à générer un fort militantisme, à contrôler le réseau d'information local... à instaurer un comportement communautaire. Mais la puissance de la contagion locale est inversement proportionnelle à sa diffusion régionale : les "noyaux" communistes n'excèdent jamais un "diamètre" de 4 cantons. La portée de la courbe du corrélogramme est donc faible. Au dessus du voisinage d'ordre 4, les couples de voisins peuvent "enjamber" les bastions communistes sans s'y arrêter : les couples possèdent alors généralement des comportements similaires face au communisme : l'indifférence. L'indice de Geary se rapproche alors dans ce cas logiquement de 1. Cette courbe traduit donc remarquablement l'organisation spatiale d'un parti regroupé en fiefs souvent notabilitaires, très marqués, mais isolés. Pour le PC, les caractéristiques se réduisent néanmoins nettement dans le temps : aux dernières élections, la cohésion au voisinage 1 est de plus en plus faible, la courbe de plus en plus verticale, et la portée de plus en plus courte ;

  • une contagion plus faible mais de portée régionale, jusqu'aux voisinages d'ordre 7-8 (droite traditionnelle, droite gaulliste, seconds tours). On peut toutefois noter que la portée des lignes chiraquiennes se stoppe aux voisinages d'ordre 5, alors que celle de de Gaulle, apparemment plus étendue, ne s'éteint qu'au voisinage 7 (figure 79c) ;

  • une contagion forte et régulière à partir d'un pôle : extrême droite, écologisme. Les courbes de l'extrême droite sont caractéristiques de partis basés uniquement sur la contagion (figure 79d). Mais le fait le plus important est que la courbe du vote Le Pen passe, de 86 à 88, d'un corrélogramme linéaire à un corrélogramme "convexe" se rapprochant de plus en plus de la structure classique des autres partis. Le score de Le Pen en 88 n'est plus uniquement dû à un vote par contagion, comme en 86. Le même constat, d'un effet résiduel de plus en plus dispersé, et donc de moins en moins dépendant d'une contagion spatiale, s'observe pour l'écologisme entre Lalonde et Waechter.

Figure 79. Corrélogrammes : variables politiques.

Figure 79. Corrélogrammes : variables politiques.

81Enfin, les corrélogrammes de la non participation, par leur profil atypique, montrent qu'elle est également liée à l'effet spatial (figure 80a). Le vote nul est d'une cohésion record au voisinage d'ordre 1 : 0,24. Cette cohésion décroît avec la distance selon une droite "parfaite". Il existe bien une tradition de vote nul intriguante, qu'il serait utile d'étudier dans le détail. La cohésion est également très marquée pour le taux d'inscription, l'abstention se comportant davantage comme un courant politique classique.

Une cohésion spatiale régionale ?

82L'Ouest politique additionnant dans sa globalité des comportements régionaux souvent opposés, les exemples des corrélations linéaires et des surfaces de tendance l'ayant démontré, l'analyse régionale des corrélogrammes s'imposait.

83Au voisinage d'ordre 1, la cohésion spatiale est systématiquement la plus élevée dans les Pays de la Loire et la Bretagne. Pour presque l’ensemble des variables, la Haute-Normandie est au contraire la région où la cohésion spatiale est la moins forte, le plus souvent très nettement. Cette cohésion n'est la plus forte en Haute-Normandie que pour l'effet résiduel de Le Pen, en Basse-Normandie que pour l'écologisme. Le simple indice de Geary est donc très révélateur des comportements politiques régionaux. La cohésion est un indice indissociable de la puissance de la contagion spatiale, et donc de l'emprise des réifications spatiales et historiques. Ces réifications sont capitales pour comprendre "l'Ouest occidental", elles sont inconnues en Normandie, où mieux vaut se retourner vers la structure sociologique et professionnelle.

84La Bretagne possède un profil très caractéristique : une forte cohésion au départ, une portée d'ordre 4, un plateau ou même un effet de trou ensuite, mais une opposition spatiale redevenant de plus en plus marquée au delà du voisinage d'ordre 7 (figure 80b). En fait, cette structure emboîtée est révélatrice de deux niveaux d'échelle. Du voisinage 1 à 4, la forte cohésion des différents pays bretons diminue logiquement régulièrement, de manière multidirectionnelle. Au dessus de 4 voisins, la très forte opposition Nord/Sud, Arcoat-Argoat, n'est plus prise en compte, et explique donc l'effet de plateau, et même de trou pour les courants où cette opposition est fondamentale (parti communiste). Au delà d'un voisinage de niveau 7, la dimension "régionale" prend le relais, en privilégiant l'axe péninsulaire Ouest/Est : l'opposition Bretagne bretonnante/pays gallo fait logiquement remonter la courbe. Les cantons du Trégor ou des Monts d'Arrée ont alors pour voisins ceux du Vannetais, ou de Vitré.

Figure 80. Corrélogrammes : variables politiques.

Figure 80. Corrélogrammes : variables politiques.

Contagion spatiale ou sociale ?

85Il est possible de se demander si l'indéniable cohésion et contagion observée dans les résultats électoraux n'est pas simplement due à la cohésion de la structure sociale, et non à une quelconque diffusion de l'opinion. Le fait de travailler sur l'effet résiduel permet de limiter largement ce doute. Mais on le sait, l'effet résiduel dépend en grande partie du vote réel. Il était donc tout de même intéressant de comparer la cohésion pour un même vote de l'effet résiduel, de l'effet structurel, et du vote réel. Généralement, les trois courbes sont parallèles. La cohésion est presque toujours moindre pour l'effet structurel que pour le vote réel, notamment pour les voisinages de 1 à 3. Une partie de la forte cohésion du score réel est donc expliquée par des effets non sociologiques. Ainsi, dans bien des cas, la cohésion est plus forte pour l'effet résiduel que pour le vote réel (total gauche-droite). Les effets notabilitaires, historiques, les processus de réifications, totalement indépendants de la Sociologie, provoquent une plus forte cohésion locale.

86Au total, le plus curieux est d’observer que les « opinions » semblent spatialement plus organisées (la cohésion apparaissant plus nette) que les différentes variables socio-économiques classiques, qui sont pourtant souvent celles étudiées de façon privilégiée par l’analyse spatiale (indices de ségrégation, mesures de rentabilité, modèles gravitaires...). Ceci justifie donc pleinement l’analyse de faits d’opinions par des méthodes d’analyses spatiales à une échelle écologique.

L’EXPLICATION PAR LES POLES DE RAYONNEMENT

La théorie des centres rayonnants

87La contagion spatiale a été successivement localisée et mesurée. Il reste à l'expliquer. Siegfried avance qu'une opinion se propage d'un émetteur, ou vecteur, vers un milieu réceptif. Au niveau individuel, cet émetteur est bien souvent un homme, ou un groupe d'hommes. Par analogie, on peut supposer que le même phénomène se produit au niveau écologique. L'émetteur sera alors une unité territoriale, (canton, commune, pays...) capable d'être un centre de rayonnement pour les cantons environnants. Il s'agit là d'une organisation théorique classique en Géographie, mais jusqu'à présent presque uniquement pressentie "intuitivement" par quelques rares géographes : "nous avons en effet constaté que la plupart du temps, telle opinion politique se propage dans une région selon un ordre particulier, en décroissant d'intensité à partir d'un centre" (Saunier, 66). Il est possible d'imaginer des types multiples d'émetteur :

  • Les villes sont les premiers centres de rayonnement venant à l'esprit. Ce rôle de la distance à la ville face au vote ayant parfois été étudié (Key, 66, et Reynolds, 69).

  • En fait, tout territoire abritant une structure sociale particulière, ou une catégorie sociale exagérément représentée, peut tendre à devenir un centre politique de rayonnement : les villes entrent d'ailleurs dans ce cas, mais également les territoires littoraux (sur-représentation des retraités, petits commerçants), les marges parisiennes, les pays où existe une forte tradition du travail féminin, les ports, les petites communes minières, les communes organisées autour d'une unique grande entreprise, les vallées industrielles...

  • On peut évidemment établir un parallèle entre une structure économique, et une structure religieuse particulière. Les hauts lieux de pèlerinage, les villes ayant perdu leur poids économique et démographique, mais non spirituel (Tréguier, Coutances, Sée, Dol...), les foyers protestants, peuvent également être considérés comme des centres potentiels de rayonnement.

  • Les lieux historiques, théâtres du "traumatisme originel" ayant conduit à un comportement particulier, sont assimilables à de tels pôles. Le lieu et le souvenir d'un champ de bataille, d'exécution, de soulèvement, sera oralement retransmis, mais aussi matériellement commémoré par un monument, un musée, la célébration d'anniversaire... Les villes natales de grands acteurs politiques ou historiques, les lieux, pouvant être récents, de conflits symboliques (grèves, manifestations, occupation de mairies...) peuvent se transformer, ou être exploités en tant que pôles influents. C'est également le cas de faits divers, exploités par le Front-National.

  • Les lieux de résidence, de travail, d'élection des notables les plus connus se transforment en centres, souvent éphémères. Ceux-ci ont d'ailleurs été étudiés en détail dans le chapitre concernant les notables.

  • On peut imaginer toutes sortes de lieux particuliers,˙ influents puisqu'au cœur d'un thème et d'une revendication d'un courant, ou d'un candidat particulier : l'un des exemples pourrait être la distance à une centrale nucléaire pour le vote écologiste.

  • En fin de compte, tout territoire s'érigeant en fief d'un parti, pour une raison quelconque, devient alors un centre potentiel de rayonnement.

88Il est donc utile de tester s'il existe, ou non, une décroissance de l'influence d'un courant à partir d'un ou de plusieurs centres théoriques. Une telle organisation spatiale en structure concentrique autour de centres rappelle les modèles les plus classiques de la Géographie (Von Thünen, Alonso...). Mais les « seuils de rentabilité » semblent bien plus difficiles à isoler dans le domaine de l'opinion publique, que celui de l'organisation économique. Ceci toutefois n'arrête pas Cox (69), qui sur cette piste non plus, ne sera pas suivi : « comme les cercles concentriques de Von Thünen sur l’utilisation agricole du sol autour des villes, de telles organisations concentriques du vote autour des villes suggèrent de possibles dépendances spatiales ».

89Un indice simple permet de vérifier ces hypothèses : le score moyen obtenu par un courant, à des distances régulières de ce centre potentiel. Mesurer par exemple le score moyen de la droite dans des cercles concentriques de rayons de 5, 10, 15, 20, 50 kilomètres, dont l'origine serait le centre d'une agglomération. On peut également imaginer étudier la moyenne des différentes auréoles pour les différents centres définis sur une région. Comme pour la variographie, il est possible de remplacer la distance (kilométrique) par l'ordre de voisinage, avec les mêmes avantages et inconvénients que ceux décrits au chapitre précédent. Ce test fut réalisé pour l’Ouest sur différents pôles potentiels.

Le rayonnement des métropoles

90Le premier choix consiste à déterminer le seuil démographique à partir duquel un canton urbain deviendra un centre rayonnant. Incontestablement, à l'Ouest, 8 grandes agglomérations se détachent, de tailles supérieures ou presque égales à 200 000 habitants : Nantes, Rouen, le Havre, Rennes, Brest, Angers, le Mans, Caen. Le palier est ensuite important avec les Saint-Nazaire, Lorient, Cherbourg. Mais l'étude de l'indice de rayonnement à partir de ces 8 métropoles, aussi instructif soit-il, ne peut être suffisant : un canton très éloigné de chacun de ces 8 centres ne sera pas forcément rural, mais pourrait être proche d'un centre inférieur : c'est par exemple le cas des cantons du Nord Cotentin très isolés de ces 8 pôles, mais voisins de Cherbourg. A titre de comparaison, le rayonnement urbain sera donc également testé sur les 35 villes sélectionnées par Pumain (chapitre 5).

91L’étude détaillée, pour quelques variables, de la courbe de chaque métropole, permet de tester la validité de la courbe "moyenne", dont l'utilisation sera ensuite généralisée à d'autres variables. Il existe néanmoins de fortes similarités entre les différentes lignes. Par exemple, la forme, en "U" de l'effet structurel pour Mitterrand se retrouve pour pratiquement chaque agglomération (figure 81a). La "remontée" de l'effet structurel pour Mitterrand, au delà du niveau 7, c'est à dire des cantons qui devraient pourtant être théoriquement très ruraux, n'est due en fait qu'à quelques cantons : les voisins éloignés de Caen sont cherbourgeois, les voisins éloignés de Brest et Rennes sont trégorrois.

92La similitude des différentes courbes est également assez nette pour le vote réel, comme le total droite (champ de force), (figure 81b). En fait, même lorsque des villes possèdent des scores pour un parti très différent, comme entre les deux extrêmes, le Havre et Angers, ces villes possèdent néanmoins des courbes pratiquement parallèles, témoignant d'un rôle équivalent de la distance, quelque soit le score de base du centre ville.

93La baisse progressive des scores de la gauche à partir du centre ville s'observe selon une belle régularité pour le Havre, et le Mans, dont les influences semblent réellement suivre des strates concentriques ; Caen, plus à droite, suit également ce modèle "d'école". Le cas d'Angers est encore plus marqué, avec une montée de la droite très accentuée du centre ville à la seconde couronne, témoignant de « l'effet Monnier », s'opposant rapidement aux couronnes conservatrices. Rouen présente une structure analogue, si ce n'est que le centre ville est plus à droite que la première couronne, suite à un zoning bien plus marqué qu'ailleurs, volontairement entretenu par les acteurs politiques locaux. Les scores de la gauche s'affaiblissent ensuite "logiquement" et régulièrement. La position d'isolat de Nantes est particulièrement nette, et notamment marquée entre la seconde et la troisième couronne (bond de près de 12 % pour Chirac !). Ceci confirme les affirmations de tous les géographes-, régionaux : Nantes rayonne peu sur son arrière pays, notamment sur le plan politique. Même cas pour Rennes où la décroissance des votes de gauche est très régulière jusqu'au voisinage d'ordre 5, mais remonte ensuite, puisque les uniques voisins deviennent trégorrois. Seul le profil brestois est réellement a-typique : les voisins, non concentriques mais unidirectionnels, de part la position péninsulaire de la ville, sont successivement des cantons du Léon, du Trégor, du Vannetais... Néanmoins, le fait que la même tendance se retrouve pour 7 villes sur 8, ne peut être imputé au seul hasard. La moyenne des différentes métropoles est donc un indicateur fiable.

Figure 81. Indice de rayonnement : contagion politique à partir des 8 métropoles

Figure 81. Indice de rayonnement : contagion politique à partir des 8 métropoles

94L'effet résiduel pour Chirac, au second tour de 88, (moyenne des 8 métropoles) ne met en valeur aucune réelle croissance de la droite avec l'éloignement au centre ville (figure 81c). Cette stagnation tranche avec la pente nette et régulière de l'effet structurel, pour le même candidat lors du même scrutin, confirmant une nette organisation centre-périphérie urbaine de la plupart des CSP. (figure 81e). Entre les deux, le vote réel au second tour de 88 met en valeur une certaine croissance du vote Chirac avec l'éloignement à la ville (figure 81d). Un constat exactement similaire, entre les trois courbes, s'impose en 81, 69 et 65.

95Que faut-il en conclure ? La structure sociologique (la CSP se cumulant avec la religion) induit un effet théorique centre-ville/périphérie très fort. Le vote réel suit cette tendance théorique, mais cependant moins nettement qu'il ne serait sociologiquement "logique". La décroissance des partis de gauche à partir des unités urbaines est donc uniquement due à une explication sociologique. L'effet résiduel, lui, se révèle totalement indifférent à la trame urbaine. "L'effet urbain" n'est donc absolument pas celui que l'on attendait. Les phénomènes de "rayonnement", de diffusion, par le contrôle des médias, des pouvoirs, n'interviennent pas, puisqu'elles devraient se traduire par l'effet résiduel. L'effet urbain existe, mais ne fait que se superposer, souvent imparfaitement, à la structure sociale concentrique. Le plus souvent, même si tout dépend des cas de chaque ville, l'effet urbain se résume d'ailleurs en une opposition entre un centre-ville, une ou deux couronnes, de gauche, puis les autres couronnes, de droite. A la courbe décroissante lissée de la structure sociologique s'opposent les angles aigus des lignes du vote réel, témoignant de l'existence de seuils. Tant que la structure sociale est suffisamment industrielle et tertiaire (centre ville et première couronne), le vote demeure nettement de gauche, plus qu'il ne le devrait. Mais lorsque la majorité "sociologique" bascule légèrement à droite, elle obtient alors des majorités imposantes. Les effets d'entraînement créent des seuils, entretenus par des réifications spatiales et les politiques municipales urbaines, véhiculant les séculaires oppositions « ville-campagne ».

Figure 82. Indice de rayonnement : contagion politique à partir des 8 métropoles

Figure 82. Indice de rayonnement : contagion politique à partir des 8 métropoles

96Toutefois, la mesure d'autres courants permet de mettre en avant une action urbaine plus puissante. Dans l'évolution du total gauche/droite, ce sont les premières couronnes qui progressent le plus, davantage que le centre ville. Le champ de force de l’écologisme montre qu’il s’agit en partie d’un effet urbain, d’une portée de deux couronnes (figure 82b). Mais le "continuum" ville-campagne est assurément le plus régulier pour les indices du civisme électoral. L'inscription monte sans seuils ni exceptions avec l'éloignement à la ville (figure 82c). Le vote nul et la participation possèdent une forme typique de "U inversé", exactement superposable aux courbes professionnelles ou religieuses (figure 82 d et e).

Le rayonnement des villes moyennes

97L'analyse des 35 unités urbaines de plus de 20 000 habitants se fera selon exactement la même problématique que celle des 8 métropoles, le but étant évidemment de confirmer les conclusions précédentes, et de ne détailler que les apports nouveaux. La prise en compte des 35 unités urbaines induit l'observation de moins de couronnes (aucun canton n'est éloigné d'une unité urbaine de plus de 5 voisinages), mais également un moindre parasitage, par les agglomérations de rang inférieur non prises en compte : la ruralité devrait effectivement croître avec la distance au centre ville.

98Malgré le nombre important de villes étudiées, les différents profils semblent très proches les uns des autres : la baisse progressive de l'effet structurel pour Mitterrand, par exemple, est effective pour pratiquement chaque unité urbaine. Le champ de force du total droite met par contre en évidence de très intéressantes différences régionales. La montée de la droite avec la distance au centre ville fonctionne admirablement pour les 9 villes haut normandes, notamment pour les villes de gauche : Evreux, Dieppe, Elbeuf, Louviers... La tendance est également "croissante" en Basse-Normandie, même si Lisieux fait exception. Toutes les villes bretonnes présentent le même cas particulier : les scores de la droite montent dans la première couronne, et rechutent ensuite. Les villes étant pratiquement toutes littorales, la montée des scores de la gauche vers l'intérieur supplante largement l'influence urbaine. Enfin, les courbes des Pays de la Loire sont tout aussi significatives. Du centre ville à la première, voir la seconde auréole, la montée des scores de la droite est particulièrement élevée, pour ensuite retomber en dessous de ces scores records. Les pentes les plus abruptes sont d'ailleurs celles des villes les plus au Sud des Pays de la Loire : la Roche sur Yon, Cholet, Saumur, Nantes. L'influence des villes diffère donc selon les régions. Leur rayonnement est très faible en Bretagne, où la Géographie électorale s'organise par pays.

99Le rayonnement est à l'inverse très fort, et souvent capital en Normandie, ceci étant somme toute logique, puisque le modèle ville périphérie est lié à la répartition sociologique, et que l'explication sociologique fonctionne le mieux en Normandie. Enfin, le rapport ville-campagne se traduit dans les Pays de la Loire, non pas par un rayonnement, mais par une opposition virulente, provoquant des effets d'entraînements de part et d'autre. Le traitement statistique vient donc ici confirmer les analyses intuitives de nombreux observateurs sur le terrain (Renard, Chauvet...).

Figure 83. Indice de rayonnement : contagion moyenne sociale et politique

Figure 83. Indice de rayonnement : contagion moyenne sociale et politique

100Les graphes des courbes moyennes (figure 83) renvoient aux mêmes constats que pour les 8 métropoles. Les courbes apparaissent néanmoins beaucoup plus "lissées". Les effets de bordure n'existent plus. La "douceur" des courbes par rapport à celles bâties sur les 8 métropoles peut également s'expliquer par des "zoning sociologiques" moins tranchés dans les agglomérations moyennes, les cantons des sous préfectures, par exemple, intégrant souvent en plus quelques communes rurales. La croissance ou la décroissance, pour les graphes des CSP, mais également pour les salaires, les sans-diplômes, est toujours d'une grande régularité. L'éloignement à la ville traduit bien ici la notion de ruralité.

101Telles les variables sociales, les courbes politiques sont également plus "claires". Les trois courbes effet structurel, effet résiduel, vote réel, pour Mitterrand-Chirac en 88 affirment encore davantage les conclusions précédentes.

102L'effet résiduel accentue encore pour le Front-National la tendance extrémiste des cantons ruraux. Ce courant est d'ailleurs le seul pour lequel il existe une relation entre l'effet résiduel et la distance à la ville. Ceci confirme que la clé de l'explication du Front-National n'est pas "sociologique", mais spatiale. Enfin, si l'inscription est incontestablement liée à la distance à la ville, l'influence urbaine pour la participation est ici limitée à la première couronne. L'abstentionnisme urbain était beaucoup plus fort pour les 8 métropoles. La démission urbaine des citoyens est donc d'autant plus marquée que les agglomérations sont importantes.

103Il existe donc un certain effet urbain, sociologique, mais cette analyse ne nous permet absolument pas de détecter un "rayonnement urbain". Cette conclusion est finalement logique : malgré la présence de fortes personnalités, les élections municipales témoignent que le cœur de toutes les grandes villes balance souvent entre la gauche et la droite, même si cette moyenne masque généralement de forts écarts sociaux et politiques internes.

Le rayonnement parisien

104Il convient également de se tourner vers d'autres pôles potentiels de rayonnement. L'effet parisien correspondrait à une tendance souvent observée sur les cartes classiques, caractérisant des indicateurs « exogènes » par rapport à l’Ouest.

105Ainsi, certains courants semblent influencés par la proximité de l'Ile de France, mesurée à partir des 20 cantons frontaliers à l'Ile de France, de Forges les Eaux au Lude. La "chiraquie" parisienne est décelable par l'évolution de la droite gaulliste : plus on est près de Paris et mieux la droite chiraquienne se maintient (figure 84b). L'effet résiduel du PS semble également totalement dépendant de Paris, et donc extérieur à l'Ouest en 62 : on reconnaît ici le radicalisme des marges de l'Ouest, du Sud de l'Eure à Chailles les Marais, en passant par Beaugé, Saint Calais. (figure 84a). Ces fiefs radicaux, pourtant isolés par Siegfried, vont disparaître au cours de la cinquième République. Le développement du socialisme à l'Ouest se fera "par l'intérieur". Enfin, la participation est également dépendante de la capitale, sans aucun doute par le jeu des migrants de week-end : le civisme de ces migrants, c'est à dire la régularité de leur "vote à la campagne", dépend directement de la distance à Paris. Dans la couronne la plus proche, ils sont toujours très civiques, comme le montre par exemple une enquête très précise sur Gisors (Lapierre, 91).

106Mais néanmoins, le Front-National se révèle le courant le plus marqué par l'influence parisienne. La contagion du Front-National à partir de Dreux est encore plus nette, sensible jusqu'au voisinage d'ordre 9, pour les trois derniers scrutins du Front-National (figure 84d) ! Pour la Haute-Normandie, sur les législatives de 93 à l’échelle de la commune, un calcul voisin fut effectué : taux moyen des votes Front-National dans différentes bandes successives de communes (10 km) à partir de la frontière francilienne (Bussi, Di Nocera, 97, figure 85b). La décroissance du vote FN y apparaît également nette et régulière, jusqu'à 80 kilomètres de l'Ile de France. La proximité de l'Ile de France semble donc un facteur déterminant pour le vote FN au moins en Haute-Normandie. L’explication est par contre complexe. Quel est donc le phénomène causal qui décroît avec la distance à Paris ? La peur des grandes banlieues franciliennes symbolisées par Dreux ou Mantes la Jolie ? Les migrations pendulaires de travail vers la région parisienne ? Un travail de terrain des militants frontistes plus important dans les zones proches de l'Ile de France ? Des tabous qui explosent lorsque le score Front-National atteint un certain score (candidats et électeurs qui affichent ouvertement dans les conversations leur vote et opinion d’extrême droite) ? Des caractéristiques spécifiques des populations « frontalières », souvent néo-normandes, « déracinées », sans attaches locales, leur fuite hors des cités vers le calme de la campagne traduisant un certain réflexe sécuritaire ? Une vie familiale et sociale de ces migrants désorganisée par les très longs déplacements quotidiens de travail ? Des résidents secondaires nombreux sur les marges du bassin parisien ?

107Cet effet de distance renvoie en tous les cas à la notion d’effet de Halo. L’effet de halo est l’exemple le plus connu aujourd’hui d’influence « géographique » sur un vote. Il semble donc utile d’ouvrir ici une parenthèse à son propos.

108Contrairement aux études à petite échelle qui associent de façon brute présence d’étrangers et vote FN, la plupart des études à grande échelle montrent au contraire un « effet de halo », c’est à dire que ce ne sont pas habitants des communes ou des quartiers à forte proportion d’étrangers qui votent massivement Front-National, mais les habitants des communes voisines, plus ou moins éloignées.

Figure 84. Indice de rayonnement : effet parisien.

Figure 84. Indice de rayonnement : effet parisien.

109Cet effet de Halo est par exemple clairement visible en Haute-Normandie (Bussi, 93). L’agglomération industrielle d’Elbeuf possède dans la région le double record du taux de chômage et du vote Front-National le plus élevé. Pourtant, on observant plus en détail l’organisation interne du vote au sein de cette agglomération, on constate que ce sont les communes et les quartiers et les communes les plus moins touchés par la crise qui votent à un taux record pour le Front-National, contrairement aux quartiers en difficultés.

110Cet effet de halo fut également observé à Marseille, « contrairement à ce que pouvaient laisser prévoir les résultats départementaux, le Front-National ne se développe pas dans les zones de plus forte population immigrée ni défavorisée, mais plutôt sur leurs marges, dans les quartiers de couches sociales intermédiaires » (Bon et Cheylan, 88), et à Paris : « on constate ainsi que le sentiment d’insécurité est largement indépendant de l’insécurité objective. La présence de communautés étrangères influencerait non pas directement mais indirectement le vote Le Pen en créant un halo dans les communes limitrophes » (Mayer, 87, Perrineau et Rey, 86). Notons tout de même que cet effet de halo parisien fut observé entre 84 et 86, une période où le vote Front-National restait encore assez lié à un électorat dissident de la droite classique. Depuis l’évolution de l’électorat frontiste vers une base plus populaire, les mêmes auteurs ont nuancé cet effet de halo à Paris.

111Par contre, P. Trouffleau (1993, figure 85a) a tenté de mesurer de façon originale ce halo en Eure-et-Loire : « la corrélation entre le score FN et taux d’étrangers est non significative, pour ne pas dire nulle en 1993. Mais si l’on tient compte maintenant des étrangers résidant dans les communes limitrophes, le coefficient de corrélation s'améliore considérablement : 0,605 en 86, 0,690 en 93) ! » Si l’on observe le vote Front-National autour de Dreux en le comparant au taux d’étrangers, l’effet de halo devient particulièrement net ! La même mesure en Haute-Normandie, pour quatre des plus grandes agglomérations, permet d’observer des tendances proches. Elle met en évidence une certaine logique de vote frontiste du centre vers la périphérie, et notamment un vote FN qui semble remonter dans la seconde et la troisième couronne (5 à 7,5 km du centre) : le coût du terrain y est moins élevé, on y retrouve davantage de classes moyennes, d’employés et d’ouvriers propriétaires de logements individuels, les distances quotidiennes de travail s’allongent. Ce constat peut être mis en parallèle avec ceux de Bon et Cheylan à Marseille (1988) : « les quartiers d’implantation privilégiée correspondent souvent à des espaces de transition sociale, plus tout à fait perçus comme des quartiers populaires. Leur population est en fait constituée d’employés, de commerçants et d’artisans, parfois issus d’ouvriers, souvent descendants d’immigrés européens, ayant entrepris leur ascension sociale, mais que la crise ne laisse pas poursuivre ».

112Cet effet de halo renvoie en tous les cas à l’idée importante que dans les quartiers où l’électeur côtoie les étrangers, il est moins sensible aux thématiques racistes, étant depuis longtemps habitué à la mixité de l’habitat. De nombreuses monographies en France, à Grenoble notamment, montrent qu’une action municipale ou associative volontariste en faveur de l’aide sociale, de l’intégration des différentes communautés culturelles, de la prévention de la délinquance, permet une certaine culture « d’immigration » et de faibles scores extrémistes dans des sites pourtant propices. De tels résultats s’observent également dans l’agglomération rouennaise sur les hauts de Rouen, aux législatives 1997 : dans ces grands ensembles souvent montrés du doigt à cause d’un taux de chômage important et de poussées de violence médiatisées, le Front-National n’atteint dans aucun canton les 16 %, face à un candidat socialiste spécialiste du développement social des quartiers et présent sur le terrain.

113Enfin, il est nécessaire de soulever un dernier problème de méthode concernant l’étude de cet effet de halo en France. Les statistiques nationales de l’INSEE permettent de connaître la population étrangère, mais absolument pas la population d’origine étrangère : par exemple les étrangers ayant été naturalisés, les enfants français nés de parents étrangers etc. Il est incontestable qu’un fort taux de population étrangère se traduit dans le même quartier par un taux également important de citoyens français d’origine étrangère. On ne possède aucune statistique, et fort peu de sondages sur ces catégories de la population, mais il est logique de penser que ces français d’origine étrangère (par exemple les enfants de parents étrangers) votent peu Front-National, notamment dans les quartiers en difficulté ! Si cette proportion était importante, il est fort possible que dans certains quartiers à forte communauté étrangère, le vote Front-National soit peu élevé à cause du faible vote extrémiste des français récemment naturalisés, mais rien ne prouve que dans ces quartiers, les français « de souche » ne votent pas massivement Front-National... Il est impossible en France, contrairement à beaucoup d’autres pays européens, d’étudier un quelconque vote ethnique ! Il faut y voir une marque de l’intégration à la française (en 1962, l’INSEE a retiré de son recensement de population toutes les questions ayant trait à la vie privée, notamment la religion et l’origine ethnique). Il n’existe donc pas statistiquement de français de souche, de français plus ou moins pur. C’est un peu frustrant sur le plan scientifique, mais très rassurant sur le plan de la citoyenneté !

Rayonnements tout azimut

114En dehors du rayonnement parisien, d’autres rayonnements plus particuliers furent testés.

115Que l'éloignement à la mer influe sur le comportement électoral semble une belle utopie géographique. "L'effet littoral" fut testé sur les trois façades, normandes (76 cantons), bretonnes (89 cantons), et des Pays de la Loire (30 cantons). Chaque canton littoral étant considéré comme un pôle, la moyenne de chaque courbe représente la moyenne des cantons de chaque façade, la moyenne générale étant celle de l'ensemble des cantons côtiers. Il n'existe aucune influence importante, mis à part le fait que L'extrême droite décroît légèrement lorsque l'on s'éloigne des côtes, quelque soit le littoral (figure 86a). Ce phénomène, le moins marqué en Normandie, et le plus marqué en Bretagne, montre que le vote Le Pen n'est pas seulement fort dans les cantons ouverts sur l'océan, mais également, par contagion, dans les cantons voisins.

Figure 86 Indice de rayonnement : effet chouan, nucléaire et littoral.

Figure 86 Indice de rayonnement : effet chouan, nucléaire et littoral.

116En théorie, le rayonnement peut également parvenir de fiefs historiques. Le plus difficile est de localiser des hauts lieux historiques suffisamment pertinents. L'effet "chouan" ou "vendéen" est incontestablement le plus puissant à l'Ouest. Il est donc instructif de voir s'il existe un rayonnement à partir des principaux sites historiques des guerres chouannes et vendéennes. Ces haut-lieux devaient bien sûr être répartis régionalement Auray, Cholet et Sablé furent choisis (figure 86b). Si les scores de la droite baissent à partir de ces centres, il est impossible d'en tirer la moindre conclusion. Il est évident que le découpage cantonal taille trop large. La localisation des sites historiques est trop peu précise, et les cantons retenus peuvent être rayonnants pour bien d'autres raisons : Auray est une ville de pèlerinage, Sablé le fief notabilitaire des J. Le Theule et F. Fillon, Cholet la capitale économique de sa région. Une telle analyse mériterait, à partir d'un travail pluridisciplinaire entre historiens et géographes, une recherche précise, à partir de scrutins anciens (troisième République), et d'un découpage plus fin. Elle n'est citée ici qu'à titre expérimental.

117Plus crédible est sans doute l’influence de la localisation des centrales nucléaires sur le vote écologiste. Quatre centrales nucléaires sont situées à l'Ouest : Penly (Envermeu), Paluel (Cany), Flamanville (les Pieux), Chinon, juste en dehors de l'Ouest administratif, mais contiguë d'Allones. Le canton de Beaumont, où se trouve l'usine de retraitement de la Hague, voisine de Flamanville, peut lui être assimilé. En 88, les réactions sont très variables selon les sites (figure 86c). Seul celui de la Hague-Flamanville suscite des oppositions écologistes marquées. Le site de Paluel ne suscite qu'indifférence. Les sites de Chinon, et surtout Penly, induisent même un net vote anti-écologiste ! On peut y voir à la fois le vote direct des employés du chantier, émigrés logés sur place, logiquement favorable à l'implantation. On peut également y voir l'accueil favorable de la population locale résidente, face à une centrale qui amène, dans une région en difficulté (dans le cas de Penly), du travail, et des retombées fiscales "miraculeuses" pour les communes locales. Au contraire, la proximité d'une usine de retraitement continue de susciter les pires craintes locales.

118En fin de compte, on peut supposer que quel que soit son origine, un pôle de rayonnement se caractérise d'abord par un score plébiscitaire pour son parti. Le moyen de vérifier l'existence de cette théorie des centres rayonnants serait donc de tester si à partir des cantons les plus fidèles à chaque courant au cours de la cinquième République, il existe ou non une décroissance régulière des scores pour ce courant. Les fiefs régionaux de chaque courant ont donc été calculés à partir du champ de force.

119Quelle que soit la région, et quel que soit le courant, la décroissance à partir de ces fiefs est extraordinairement nette et régulière, d'une portée d'un minimum de 6 couronnes, voir davantage (figure 86d). Il est impossible de déceler une quelconque différenciation régionale dans cet effet de pôle. C'est d'ailleurs l'une des premières explications théoriques fonctionnant avec la même intensité pour chaque région. Les différentes courbes calculées pour chaque parti à partir de de la moyenne des fiefs régionaux sont toutes également jumelles, si on les trace sur le même graphe (figure 86e).

120L'une des explications du maintien des différences électorales régionales ou locales tient donc indiscutablement dans l'existence de processus de contagion, indépendamment des structures sociales. Ce dernier « effet de fief » le prouve. La majorité des électeurs, et donc des cantons, se contentent d'aligner leur vote sur celui de leur voisin, avec simplement un peu moins de conviction. Le poids des habitudes, la peur du changement et de la marginalisation, fonctionnent aussi bien dans l'espace que dans le temps. Seuls quelques pôles votent de façon personnelle et autonome, parce qu'ils subissent un effet quelconque (notabilitaire, historique, d'entraînement sociologique), particulièrement marqué. La majorité des cantons, comme des hommes, vote donc en fonction du choix de quelques-uns, par respect d'une tradition ou d'un inconscient sentiment d'appartenance, avec toujours un peu moins de conviction quand croît l'éloignement, jusqu'à un canton seuil, situé à équidistance de deux pôles d'influences divergentes. Au delà, on votera avec une intensité croissante pour le courant de l'autre pôle, à moins qu'une frontière, administrative ou culturelle, ne vienne rompre cette continuité. Bien entendu, quand un canton "vote pour un courant", ce ne sont pas l'ensemble des électeurs qui votent massivement dans la même direction, mais seulement quelques uns, sensibles à l'effet spatial, qui permettent au score d'un courant d'être ici plus fort qu'ailleurs (mais ces quelques électeurs sont souvent ceux qui font ou défont les majorités politiques). Cette analyse du rayonnement est trop pionnière, le choix des pôles trop intuitif, et surtout le maillage cantonal trop grossier, pour prétendre "fournir des preuves". Cette analyse peut néanmoins servir de garde-fou afin de ne pas sous estimer le poids des réifications et des contagions spatiales.

COMMENT PERDURENT LES TERRITOIRES POLITIQUES ?

121L’analyste politique, surpris par la permanence des comportements électoraux, lorsqu’il les observe à travers une approche écologique, et confronté à une comparaison avec les principaux indicateurs socioéconomiques peu satisfaisante, est souvent tenté de se réfugier derrière un énigmatique « effet de lieu », comme on évoquait jadis un « effet de race ». En fait cette relation entre opinion et structure économique locale, cet « effet de lieu » peut se décliner en une série d’actions parfaitement logiques, six pour le système que je proposerais (figure 87).

122La façon dont s’influencent mutuellement ces six effets permet de mieux comprendre la permanence des systèmes locaux, la commune étant ici prise en exemple.

123Il est naturel pour expliquer ce système de partir du vote. Celui a pour résultat de confier le pouvoir à un élu ou une équipe municipale, et de dévoiler au su de tous une opinion majoritaire. L’élu comme l’opinion majoritaire engendrent à leur tour une série d’effets.

1241. L’action politique. L’action politique du maire induit logiquement des modifications dans l’environnement économique et matériel de la commune, que ce soit en matière de politique économique, fiscale, d’habitat, de solidarité sociale... L’intensité de ces modifications va de pair avec la longévité de l’élu.

1252. Ségrégation. L’action politique de l’élu influence donc le cadre de vie, qui lui même influence à terme la composition de la population locale. En fonction de la politique, et donc de l’offre, certains habitants s’en vont, d’autres arrivent. Selon la fiscalité, certaines communes s’embourgeoisent et d’autres se paupérisent, selon les équipements, certaines rajeunissent et d’autres vieillissent, selon les politiques économiques, certaines se tertiarisent et d’autres demeurent ouvrières, selon les Plans d’Occupation des Sols, certaines sont submergées par la vague périurbaine et d’autres préservées de toute intrusion. Les processus de ségrégation en France ne fonctionnent pas autrement.

1263. Proximité. L’administré étant également un électeur, l’élu a donc tendance à agir en fonction de la majorité de cet électorat, et étant son porte-parole, se doit donc de lui ressembler. Les cas de mimétisme sont nombreux : maires agriculteurs en zone rurale, médecin ou notaire dans les chefs-lieux de canton, cadre ou chef d’entreprise dans les communes « technopolitaines », petits commerçants dans les centre ville, instituteur syndiqué dans les banlieues rouges. Une complicité s’instaure donc entre élu et électorat, les deux parties se rendant à terme, sans intervention extérieure, mutuellement indispensables. On pourrait qualifier ces actions 1, 2 et 3 « d’immobilisme politique ».

1274. Entraînement. L’opinion majoritaire, par un effet d’entraînement connu, bien que peu étudié (chapitre 10), influence les opinions minoritaires, par le jeu des différentes conversations et attitudes sociales, jusqu'à les rallier pour un certain nombre à sa cause. Le processus de socialisation incite fortement les esprits libertaires à se ranger dans le consensus local, faute de quoi ils ne seront pas intégrés, et par exemple déménageront (ce qui renforce bien entendu encore l’opinion majoritaire)...

1285. Pérennisation. A terme, cette opinion locale peut se pérenniser. L’opinion locale, c’est à dire un système de valeurs communes, devient une partie de l’identité locale, au même titre que la religion, la langue, le patrimoine historique ou folklorique. Les populations les plus enracinées, par exemple les plus jeunes éduqués sur place, les personnes âgées ayant toujours habité le lieu, sont bien entendu les plus sensibles à ces systèmes idéologiques.

1296. Réification. L’élu est lui même le produit de ces valeurs communes. Mais s’il possède un minimum de sens politique, il saura également utiliser, raviver ces valeurs, s’appuyer sur un passé plus ou moins glorifié pour promettre un futur plus ou moins utopique, toujours en référence au territoire, parfois contre les autres... Les replis territoriaux et isolationnistes sont par ailleurs particulièrement efficaces politiquement en période de crise. Ici encore, en tous les cas, une relation de lien idéologique se construit entre élu et électorat, et les actions 4, 5, 6 définissent un « immobilisme identitaire ».

130Au total, le système est construit pour durer... Et même pour s’auto-renforcer, si aucun élément extérieur ne vient le troubler. Selon le sociologue R. Sainsaulieu, s’inspirant du milieu de l’entreprise, il faut quatre éléments distincts pour construire une identité commune : une œuvre, une trajectoire (du passé au futur), une « marque » (nom, firme, logo...), un affrontement (confrontation). L’élu efficace qui « construit » (logements, infrastructures...), s’appuyant sur le passé pour promettre l’avenir, autour d’un territoire affirmé et affiché, territoire défendu si besoin est contre les autres, s’assure autour de lui une identité commune forte dont il est l’indispensable chef d’orchestre charismatique.

131Il est donc possible, à travers ce système, de faire fonctionner ensemble, de façon complémentaire et non contradictoire, une explication sociologique, des effets historiques, des effets notabilitaires et une rationalité de l’électeur, des effets géographiques (territoriaux), des entraînements individuels.

132Les flux de gauche ou de droite qui recouvrent nationalement le pays ne semblent pas perturber durablement ces systèmes, qui résistent le plus souvent à ces infidélités conjoncturelles de l’électorat, mis à part les cas rares ou un élu déposé au hasard par une vague, par son charisme, sa proximité, son pouvoir, sa capacité à adapter ses valeurs personnelles aux attentes de son électorat, parvient à se rendre indispensable localement. Alors, fait peu fréquent, le lieu votera radicalement différemment selon le type d’élection, nationale ou locale.

133Par contre, il est incontestable que ces systèmes survivent plus facilement dans des lieux clos, ou du moins où l’apport de populations nouvelles est limité. Le système trouve ses limites quand élus et électeurs ne se connaissent plus, quand l’électeur après des déménagements successifs n’a aucune conscience du territoire où il vote. Toutefois, tant que les nouveaux arrivants restent peu nombreux, ils s’intégreront naturellement pour beaucoup dans le modèle local.

134Ces milieux politiques sont plus ouverts aujourd’hui qu’hier, les hommes plus mobiles, et d’ailleurs les scores plébiscitaires locaux se sont largement érodés. Néanmoins, il serait faux de prétendre que ces systèmes locaux appartiennent à un passé qui n’existe plus, notamment dans un contexte de ségrégation de plus en plus marquée des territoires, de décentralisation de l’action politique, et de recherche individuelle de repères identitaires collectifs.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11562/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Figure 72
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11562/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11562/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Figure 73
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11562/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Figure 74. Utilisation électorale de l'espace : extraits de professions de foi
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11562/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Figure 75. Utilisation électorale de l'espace : extraits de professions de foi
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11562/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11562/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Figure 76
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11562/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Figure 77. MITTERRAND, EFFET RESIDUEL, SECOND TOUR 88
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11562/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Figure 78
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11562/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 532k
Titre Figure 79. Corrélogrammes : variables politiques.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11562/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Figure 80. Corrélogrammes : variables politiques.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11562/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Figure 81. Indice de rayonnement : contagion politique à partir des 8 métropoles
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11562/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Figure 82. Indice de rayonnement : contagion politique à partir des 8 métropoles
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11562/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Figure 83. Indice de rayonnement : contagion moyenne sociale et politique
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11562/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Figure 84. Indice de rayonnement : effet parisien.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11562/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Figure 85
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11562/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Titre Figure 86 Indice de rayonnement : effet chouan, nucléaire et littoral.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11562/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Figure 87
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11562/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 451k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search