Version classiqueVersion mobile

Éléments de géographie électorale

 | 
Michel Bussi

Partie III : Au-delà de l'explication sociologique

Chapitre neuf. La mémoire des urnes (l'effet historique)

Texte intégral

"Le passé vit dans le présent, et il ne serait pas faux de dire, à la façon d'auguste comte, qu'une élection compte plus de morts que de vivants (je le dis sans malignité pour les communes où l'on fait effectivement voter les morts)"
A. Siegfried (1937).

1Il existe un étonnant parallèle entre l'Histoire électorale et la Géographie électorale. Les premières œuvres d’histoire électorale sont contemporaines de Siegfried (Seignobos, 1921, Génique, 1921) et l’objet est sensiblement le même « l’attention se porte sur l’observation des singularités régionales et la permanence de leur orientation » (Rémond, 85). Comme la Géographie, elle tombe dans le travers de la monographie, du type « étude du parti radical dans la troisième circonscription de la Mayenne entre 1926 et 1936 ». Devenue « démodée » pour toute une génération, à l’image de l’œuvre de Seignobos, elle n’occupe plus aujourd’hui qu’une place marginale dans l’explication électorale, même si le président de la Fondation Nationale des Sciences Politiques est un historien, René Rémond.

2Plus qu’un inventaire d’élections passées (qui sont à l’histoire ce que sont les atlas électoraux à la Géographie), l’intérêt majeur de l’approche historique semble l’étude de la transmission, générations après générations, de souvenirs historiques fixant les comportements politiques. Les travaux d’Agulhon (70) et Bois (60) s’intéressent à ces souvenirs, mais l’analyse des transmissions est plus rare, alors que pourtant « la transmission des orientations politiques se situe juste en deçà de celle de la pratique religieuse, mais loin avant celle de toutes les autres attitudes socio-culturelles » (Percheron, 85).

3L'objet de ce chapitre n'est pas de faire œuvre d'historien, mais simplement de détailler quelques thèmes, pour lesquels il me semble possible de lancer un pont entre analyse spatiale et temporelle : héritages familiaux, prime au sortant, réification historique...

4Quelle que soit la région étudiée sur le plan diachronique, les hommes changent et passent, et avec eux leurs occupations, leur mode de vie, leur histoire personnelle, mais les opinions politiques restent... Ce simple et étrange constat suffit à se questionner sur le libre arbitre, pourtant apparent, de l'électeur au moment de son choix, et à remettre largement en cause l'explication sociologique. Les permanences historiques semblent narguer l'explication sociologique "rationnelle" : "D'autre part, d'après A. Lancelot, des électeurs de mai 46, il ne reste en 74 qu'environ 10 millions de survivants, soit 35 % des inscrits de l'élection présidentielle. Or en dépit de tout cela, la Géographie des suffrages ne se modifie pratiquement pas" (Ysmal, 90). Lethuillier, qui dans sa thèse d'Histoire étudie l'opinion politique dans le Calvados de 1789 à 1956, est tout aussi surpris : "il y a quelque chose d'étrange dans la résurgence d'attitudes que l'on aurait pu croire depuis longtemps disparues. On ne saurait invoquer l'inexistence de l'évolution économique et sociale. Il ne s'agit pas d'îlots de stabilité que les transformations économiques auraient respectés ; les mutations sociales, le renouvellement démographique n'y ont point été inexistants. Il est des cantons, des communes, où la vigueur de la tradition est telle qu'il semblerait qu'en un siècle et demi, il ne s'est rien passé, et qu'aucune mutation n'est venue altérer le milieu originel ; pourtant, les listes électorales sont là pour en témoigner, il n'en est rien". Si au niveau local et conjoncturel, les effets résiduels non sociologiques semblent largement expliqués par des effets notabilitaires, au niveau de "pays" ou de régions, des effets résiduels permanents, apparemment indépendants de la structure sociologique actuelle, peuvent donc être expliqués par une structure passée. Il s'agit de répondre à une double interrogation : comment ces permanences historiques naissent et comment durentelles ? La réponse passe par une hiérarchisation des mécanismes de l'effet historique. Je proposerais la suivante :

  • Un "traumatisme" est au départ nécessaire. Je qualifierais de "traumatisme" tout événement historique, mais aussi toute structure sociale et économique, toute personnalité historique, ayant été suffisamment prégnant sur les populations locales ou régionales, pour déclencher une attitude politique, "traumatisante", puisque capable de maintenir dans la population cette attitude, une fois l'effet de ces événements ou cette structure révolue.

  • Une transmission est ensuite nécessaire pour que ce traumatisme se perpétue. Cette transmission est consciente, souvent volontaire, et s'effectue de générations en générations, dans le cadre individuel par les vecteurs privilégiés que sont la famille, l'école, le réseau relationnel, et dans le cadre communal ou régional par les vecteurs que sont la religion, les acteurs politiques, les associations culturelles...

  • La pérennisation de l'attitude serait à terme une transmission devenue inconsciente, vidée du contenu du traumatisme originel. L'attitude politique particulière des populations deviendrait alors une "tradition", et même une simple habitude, ou routine électorale. Cette pérennisation est souvent assimilée, par les chercheurs, à un comportement "racial", ou un "mystère ethnique". La pérennisation est finalement une simple contagion temporelle : chaque électeur préfère voter comme hier par peur d'un lendemain pire. A long terme, la contagion temporelle explique pourquoi à partir d'un traumatisme ayant des conséquences électorales, ces réflexes électoraux se maintiennent. A court terme, il explique "la prime au sortant" d'un candidat se représentant.

  • La réification historique serait un processus visant à une lecture partisane de l'histoire, exagérant volontairement le rôle des traumatismes, à des fins politiciennes, ou simplement pour retrouver une identité et un patrimoine commun face à un processus national d'homogénéisation et d'individualisation. Actuellement, ces processus de réification historique s'inscrivent donc contre le progressif nivellement national des attitudes politiques, semblant donc indiquer que ce nivellement n'est pas forcément inéluctable.

LE TRAUMATISME ORIGINEL

5Le terme traumatisme est évidemment inspiré d'événements historiques, tels des soulèvements populaires, dont la répression fut souvent sanglante, et donc "traumatisante" pour les populations locales, et pour leurs générations à venir. Les bonnets rouges en Bretagne en sont un exemple souvent cité : "le hobereau dénonça les meneurs locaux de la révolte qui furent arrêtés et aussitôt pendus sur place, dans un pré situé non loin du bourg, en bordure d'un bois qui porte encore le nom de "prat ar scourh", pré des pendus. De telles exécutions exemplaires avaient pour but de frapper les esprits et de rester dans les mémoires. Même si par la suite, le souvenir de la révolte du papier timbré disparut, le sentiment d'hostilité envers la noblesse et le clergé demeura" (Saunier, 66). Mais ce "traumatisme" peut prendre la notion plus large de tout élément, personne, ou structure, déclencheur d'une attitude politique durable. Les traumatismes historiques principaux sont connus : pour l'Ouest, bien entendu, les guerres vendéennes et chouannes, mais aussi plus anciennement la révolte bretonne des bonnets rouges, ou normande des nu-pieds, et plus récemment, au début du siècle, celles contre les inventaires nationaux (chapitre 3). Les traumatismes liés à des structures sociales révolues sont également nombreuses. Siegfried évoque très largement le rôle de la pression foncière, du fermage et du métayage. En Bretagne, l'aire du domaine "congéable", qui s'arrête aux portes du Léon, est souvent assimilée à l'attitude de gauche. L'activité textile, et particulièrement du lin, importante autour de Rouen et en Bretagne bretonnante, fut souvent mise en parallèle avec des noyaux radicaux. Des personnalités peuvent également influer sur un long terme sur une attitude locale, notamment au 19ème siècle, avec l'apparition de dynasties d'élus locaux. De nombreux cantons, longtemps radicaux, le doivent à une famille bourgeoise, ouverte au modernisme, et ayant donc ainsi fait fortune avec la révolution économique, toute puissante localement car tenant les rênes du pouvoir économique et local, mais également populaire, par sa politique d'éducation, de laïcisation. A l'inverse, et plus fréquemment, ce furent des dynasties nobiliaires, qui revinrent au pays après l'exil, se faire élire démocratiquement au nom de l'ordre moral, en installant la mairie (et l’urne) au château.

6La recherche de ces événements déclencheurs concerne directement les historiens. L'objet n'est pas ici un inventaire des résultats des nombreuses recherches historiques sur l'Ouest. Ma seule objection concernerait les cartographies souvent logiquement approximatives de ces événements lointains. Il existe alors peut-être une tendance un peu facile, à partir de cartes floues, d'affirmer que les terres d'insurrections se superposent avec les cartes électorales les plus récentes. Dans la plupart des cas, la vérité est bien moins tranchée... La révolte des bonnets rouges, dans le Finistère, en est un bon exemple. Elle est souvent présentée comme le point de départ de l'anti-cléricalisme breton, alors que finalement, la Géographie de l'insurrection ne présente que peu de ressemblance avec celle de la gauche, hormis le fait que le Léon soit épargné par les deux.

7Cette quête de l'élément déclencheur est donc le Graal du chercheur en Histoire électorale : "le chercheur, qui voit se répéter, sous la plume, le même dessin cartographique, connaît la tentation, peut-être vaine, de remonter dans le temps, toujours plus loin, à la recherche de l'explication péremptoire, de l'événement décisif, qui a provoqué les ruptures et orienté durablement les pesanteurs locales" (Lethuillier, 75). Mais comment reconnaître cet événement décisif ? Tel événement apparemment "traumatisant", n'est-il pas lui-même le fruit d'une structure antérieure : pourquoi telle révolte fut-elle si populaire ici, pourquoi tel notable fut-il écouté là ? Ce traumatisme n'est plus alors à l'origine d'un comportement, mais en est simplement une conséquence...

LE VOTE EN HERITAGE OU L’EXPLICATION ANTHROPOLOGIQUE

8Si l'on admet qu'il y a eu traumatisme, suite à un événement déclencheur, la transmission, destinée à perpétuer cette attitude, se fait à partir d'un émetteur, qui agit de façon consciente et délibérée, vers un récepteur. L'importance de ces souvenirs communs n'est plus aujourd'hui discutable : "Ce qui joue ici, c'est la "mémoire collective", le récit colporté ou écrit de l'événement qui fonde l'identité. Le souvenir est plus fort que la réalité du présent, le passé, où l'on est né à la conscience du groupe, plus prégnant que le présent" (Ysmal, 90), "on est rouge ou blanc, mais on est forcément l'un ou l'autre. Ce n'est pas un devoir, c'est un héritage. En naissant dans telle famille, dans telle partie de la commune on hérite d'une idéologie politique qu'il ne convient pas de défendre, mais d'observer" (Burguière, 75). La qualité de cette transmission, générations après générations, est sans doute le moteur de la permanence, ou non, de comportements "historiques". Mais il n'existe quasiment aucune analyse précise sur la qualité de ces transmissions (seules quelques études générales du Cevipof). On sait simplement que la transmission sera d'autant plus pure que le milieu de vie est clos. De même, la religion est l'héritage sociologique le plus fort : là où le concept de religion est fortement lié à celui de politique, la transmission sera donc puissante. Parallèlement, le vecteur familial semble le plus puissant : "F. Boulard et J. Remy ont montré que le poids considérable de la religion tenait avant tout au mode de transmission familiale de l'intégration religieuse. Tout se passe comme si le milieu pratiquant était un cercle fermé qui se reconduit par naissance et éducation, avec très peu de conversions. La famille est une pièce maîtresse de tout un environnement" (Lambert, 80).

9Si l'importance des transmissions semble difficile ici à mesurer, celle des structures familiales l'est plus facilement. Les travaux de Todd et le Bras, dans les années 80, ont largement remis au goût du jour les notions d'Anthropologie et de structures familiales. Prenant acte du caractère imparfait des principaux modèles explicatifs du vote : « une stabilité géographique des comportements politiques peut être observée dans la plupart des démocraties d’Europe ; elle est restée pour une large mesure une énigme pour les politistes », les auteurs proposent des indicateurs anthropologiques novateurs, qui seront accueillis avec succès par le « grand » public, mais avec beaucoup de réserves par la classe scientifique. Les reproches tiennent d’abord au caractère « périmé » de ces structures anthropologiques qui ne concernent plus aujourd’hui qu’un ou deux pour cent des familles devenues complexes, mais surtout aux méthodes cartographiques et statistiques : « les travaux d’H. Le Bras jouent sur toutes les manipulations cartographiques, que ce soit dans la détermination des seuils de classe, ou dans les illusions proprement visuelles que produisent de fausses similarités entre certaines cartes » (Levy, 89). L’incertitude tient au fait que Le Bras et Todd travaillent sur des données ancestrales dont il n’existe aucune cartographie : leur discours, souvent déterministe, devrait donc rester du domaine de l’essai.

10Néanmoins, il s'agit là d'un effet historique "nouveau", qu'il convient, avant de le condamner, d'étudier d’abord en détail. Or, par exemple, sur la totalité des contributions aux « Géopolitiques des régions françaises », seul P. Mazataud (Auvergne) y recoure largement. Renard (86) en dit quelques lignes à propos des Pays de la Loire, mais les structures traditionnelles familiales demeurent, dans leur détail, inconnues dans l’Ouest comme en France. Cet effet anthropologique semble d'ailleurs particulièrement intéressant dans l'Ouest, puisque Todd, en fait un cas particulier en France, qu'il développe très largement, même si son analyse centrée sur l'échelon départemental passe à côté de toutes les nuances locales.

11Selon Todd, le type de rapport au sein de la cellule familiale est un fort déterminant du comportement politique. Les rapports familiaux s'organisent autour des deux notions d'autorité (opposée à la liberté) et d'égalité (opposée à l'inégalité). Todd distingue alors plusieurs types de familles. Celles où cohabitent plusieurs générations, et donc basées sur une société hiérarchique autoritaire. Parmi elles, il convient de distinguer la famille souche, où les rapports entre frères et sœurs sont inégalitaires (type spatialement périphérique, Sud-Ouest, Rhône-Alpes, Nord et Alsace), et les familles patriarcales ou communautaires, où les rapports sont égalitaires (Limousin, Sud-Est). A l'opposé se trouvent les familles de types nucléaires, où l'enfant quitte le noyau familial dès la fin de l'adolescence, et où les rapports sont donc non autoritaires. Le cas le plus fréquent en France est celui de la famille nucléaire égalitaire (ensemble très élargi du bassin parisien), mais l'Ouest présente le cas particulier d'une famille nucléaire absolue, où les rapports familiaux ne sont pas égalitaires (ce type se rapproche de ceux que l'on trouverait en Angleterre, aux Pays-Bas et au Danemark). La notion d'égalité et d'inégalité est évidemment très liée à la notion de pratique successorale. Pour construire ses cartes, Todd se base sur les enquêtes de A. de Brandt (1901). Pour l'Ouest, s'il interprète largement le texte, il simplifie très schématiquement l'organisation spatiale décrite par De Brandt, en une structure concentrique à partir de la presqu'île de Crozon : une première couronne recouvre la Bretagne bretonnante, organisée en familles souches ; la seconde superposable à l'Ouest "géologique", en familles nucléaires absolues ; la troisième, appartenant au bassin parisien, en nucléaires égalitaires. Il m'a donc semblé intéressant de retrouver le texte originel de de Brandt, et de détailler son commentaire des pratiques successorales de l'Ouest, afin notamment d'en établir une carte originale (figure 69).

12La Normandie, entièrement incluse dans les campagnes du Nord, est décrite comme une région caractéristique du type familial nucléaire égalitaire. Seul le Pays de Caux est très clairement isolé, car défini comme un pays inégalitaire, où le fils aîné hérite de tous les biens, un pays de structure familiale de type souche : "Seul le Caux faisait exception à la règle du partage égal entre enfants mâles. Là, le fils aîné héritait de tous les biens fonds du père, tandis que ses frères et sœurs puînés n'avaient qu'un simple droit d'usufruit". Ailleurs en Normandie, la conséquence de la succession égalitaire est la tendance à l'extrême morcellement de la propriété, qui conduit à la pauvreté, voire à la ruine. Pour cette raison, quelques pays plus riches ne pratiquent cette succession égalitaire qu'en théorie, les domaines restant souvent "dans une seule main", aux moyens d'arrangements particuliers. C'est le cas pour les riches pays herbagers du pays d'Auge et du Bessin. Partout ailleurs, le morcellement est extrême, particulièrement dans l'Orne et le pays d'Ouche, où "l'amour de la propriété" transforme ces pays en des « républiques de mendiants », et où la baisse précoce de la natalité en est l'issue logique.

Figure 69. Pratiques successorales en 1900, selon De Brandt

Figure 69. Pratiques successorales en 1900, selon De Brandt

Source : interprétation du texte de De Brandt (1901) cartographie M. Bussi, M. Hazard.

13Au sein de la Bretagne s'opposent également des types familiaux multiples. La frontière linguistique marque la limite du type de succession classique de l'Ouest. A l'intérieur de la Bretagne bretonnante, trois structures s'opposent. Les pays intérieurs, par la moindre fertilité des sols et l'isolement des fermes, maintiennent la tradition de la transmission intégrale au fils aîné. Il s'agit donc ici d'une structure classique de type souche. Le littoral est capable lui de supporter des densités humaines plus importantes. L'agriculture y est souvent maraîchère, la pêche et la navigation occupe une majorité d'hommes pendant une majorité de l'année. L'égalité du partage est donc la règle, et les familles sont du type nucléaire égalitaire. Enfin, la région bretonnante des côtes d'Armor présente le cas particulier de pratiques communautaires, afin d'éviter le morcellement : "les Côtes du Nord sont, des trois départements de la Basse Bretagne, celui où la transmission intégrale est en proportion la moins répandue. Mais à l'intérieur, le morcellement des héritages se trouve souvent évité par la continuation de communautés entre héritiers". Cette pratique est également décrite par Le Play (1879).

14L'Ouest intérieur présente une situation plus monolithique. De Brandt nous déclare clairement que dans tout l'Ouest, "c'est le partage égal qui domine absolument", mais qu'il convient de distinguer les pays de petite propriété, où le partage en nature est général, et les pays de grandes et moyennes propriétés, où le domaine reste intact, et où les partages respectent toujours les corps de ferme. Il est donc apparemment inexact, comme le fait Todd, de parler ici de partage, et donc de rapports, inégalitaires, ou non-égalitaires. Todd base pourtant toute son analyse de l'Ouest sur ce concept de "non égalité", jugeant même pour expliquer l'attitude politique de l'Ouest que la valeur idéologique d'inégalité est ici plus forte que celle de liberté... Cette affirmation est d'ailleurs contradictoire, puisqu'il explique un peu plus haut que la tendance dominante est en fait l'indifférence au principe d'égalité. Mais si Todd pousse sans doute un peu trop loin cette notion d'inégalité, il est néanmoins vrai que le système successoral de l'Ouest s'oppose à celui voisin du bassin parisien et de la Normandie. Le fermage (et même le métayage en Vendée) y est ici plus développé que partout ailleurs en France. La non division de la terre est donc liée à l'attitude de grands propriétaires, désireux avant tout de maintenir leur patrimoine, et par là même leur nom et leur pouvoir, mais également de garantir une stabilité économique pour le paysan non propriétaire ; d'ailleurs lui aussi, par la transmission intégrale obligée des fermes et du matériel agricole, ne peut respecter ce principe d'égalité, ou ne le respecte que par le désintéressement en argent des autres enfants. Morceler la propriété revient à rompre tout l'édifice social. L'idéalisme théorique d'égalité laisserait donc place à un inégalitarisme de raison ou de résignation. Selon Todd, cette inégalité n'est donc pas une valeur idéologique des familles de l'Ouest, qui d'ailleurs ne sont pas autoritaires, mais le fruit de la structure sociale. Afin de faire accepter ces conceptions d'autorité et d'inégalité, qui ne sont pas celles des structures familiales, l'encadrement du clergé devra donc être ici exceptionnellement fort, à l'inverse d'autres régions où le catholicisme est plus spontané. Ailleurs dans l'Ouest, lorsque la petite propriété domine déjà, le morcellement par le partage égal est massif. Il est surtout effectif sur les marges : Plateau de Saint-Calais, Saumurais, plaine vendéenne, et à l'intérieur dans les pays de vignoble.

15Todd assoit sa démonstration sur les corrélations saisissantes entre les types de structures familiales et les résultats électoraux. Si le constat se vérifie pour la France, il se vérifie également, et de manière étonnante, pour l'Ouest, à une échelle plus précise que celle du département. Le lien direct de causalité, qui serait selon Todd toujours orienté autour des notions d'égalité et d'autorité, est par contre beaucoup plus discutable.

16Le Parti communiste prône les valeurs d'autorité et d'égalité, ceci semble indéniable. Mais selon Todd, le parti socialiste représente, lui, des valeurs "d'autorité et d'inégalité" (par opposition au PC). La droite catholique défend les mêmes valeurs d'autorité et d'inégalité, mais l'autorité de l'état, prônée par le socialisme, est ici remplacée par l'autorité de l'église. Le positionnement entre le socialisme et le catholicisme de droite tient à l'inégalité, à savoir si l'électeur se considère comme dominant ou comme dominé. Enfin, le Gaullisme (exbonapartisme), induit les valeurs d'égalité et de liberté, par un "égalitarisme populiste", passant outre l'autoritarisme d'une hiérarchie bureaucratique. Ces interprétations de Todd lui sont bien entendu personnelles, et sont loin de faire l'unanimité. Il semble par exemple étonnant qu'un électeur soit socialiste par souci d'inégalitarisme. Certes, s'il était totalement égalitariste, il se prononcerait pour le PC, mais s'il ne l'était pas du tout, ne se prononcerait-il pas pour la droite ?

17Les rapports de causalité ne sont sans doute pas aussi directs. Par exemple, la localisation des familles souches s'apparente souvent à celle du socialisme. Selon Todd, les notions d'inégalité et d'autorité s'y rejoignent. Mais la corrélation est peut-être liée à la présence nombreuse dans ce type familial, d'enfants exclus du système, mécontents de n'avoir pu bénéficier de l'héritage parental, et qui dénoncent alors une structure qui va contre leur intérêt, en votant pour le socialisme qui représenterait alors les valeurs d'égalité et de liberté. De même, chaque type de structure familiale induit (ou est le produit) des structures différentes d'aisance des populations, d'instruction, et même de structures démographiques et économiques, qui vont elles jouer directement sur l'attitude politique, selon des mécanismes bien connus par les sociologues.

18Que cette causalité soit directe, indirecte, ou inexistante car fortuite, la corrélation est présente pour la France de l'Ouest. Le gaullisme, comme précédemment le bonapartisme, domine le plus souvent les campagnes nucléaires et égalitaires de la Normandie. Sur les côtes égalitaires (bien que catholiques) de Bretagne bretonnante, les députés furent presque toujours gaullistes. Le cas est le même pour les marges Est et Sud de l'Ouest intérieur, et les pays de vignoble. Seul contre-exemple : le Saumurais qui élit des députés de la droite traditionnelle dès 1973.

19La droite catholique, autoritaire et "inégalitaire", du moins dans le consensus social qu'elle entretient, s'établit sur le domaine de la famille nucléaire absolu, où la propriété n'est pas partagée. En Normandie, les deux seuls pays du type nucléaire absolue furent longtemps tenus par F. d'Harcourt et M. d'Ornano, c'est-à-dire des descendants de deux des familles les plus illustres de la noblesse normande... Le Bessin, fut très marqué par un accident historique : le débarquement de 1944, qui s'inscrivit fortement sur les villes comme sur les populations. Bayeux devint alors la ville "symbole" du général de Gaulle, et un de ses barons devint député du Bessin : R. Triboulet. Cette implantation locale, parfaite adéquation, a priori, entre une population et un élu, avait tout pour être massive et durable, mais n'était pourtant qu'accidentelle et superficielle. Dès 1973, R. Triboulet, pourtant favori, est battu par F. d'Harcourt, inconnu à l'époque, tandis qu'ailleurs, notamment dans la Manche, des gaullistes moins célèbres se maintinrent au pouvoir jusqu'à nos jours... Mais les structures familiales ne sont pourtant pour rien dans la défaite de R. Triboulet. On peut simplement évoquer le fait que le Bessin soit partout signalé comme un pays riche, où se maintint une pression nobiliaire particulièrement forte pour la Normandie, et le non-morcellement de la propriété, induisant ainsi une domination ancienne de la droite catholique modérée et traditionnelle, notamment par l'intermédiaire de la dynastie des d'Harcourt, le système "Bessin" se rapprochant donc simplement de celui, admis, de l'Ouest intérieur. La structure familiale n'est donc plus qu'un indice indirect, auquel se mêlent les structures foncières héritées, les traditions notabilitaires sous la troisième République, et la répartition de l'intégration religieuse jusqu'à aujourd'hui.

20Si l'on ne fait plus de la structure familiale une cause première, les théories de Todd ne sont plus aussi révolutionnaires qu'elles n'y paraissent. Elles opposent simplement une droite catholique, soutenue par une noblesse modérée de tradition très ancienne (présente dans le grand Ouest, et en Normandie dans l'Auge et surtout le Bessin), à une droite laïque (présente dans le reste de la Normandie), dont les leaders sont plus souvent "parachutés". Un schéma connu depuis Siegfried... La transmission des biens est assurément un indice, et rien de plus, de ces deux modes de société. Plus originale, et sans doute plus discutable, est la théorie de Todd consistant à mettre en évidence dans le grand Ouest un catholicisme qui serait ici moins spontané que dans d'autres régions pratiquantes. La structure des familles étant égalitaire, c'est alors l'église qui se chargerait de l'éducation des enfants aux principes d'autorité et d'inégalité : la forte fréquentation des écoles privées dans l'Ouest en est la cause et la conséquence. Ce catholicisme, qui serait ici moins "sincère", expliquerait donc le maintien plus prononcé de la droite et de la pratique religieuse dans l'Ouest par rapport aux autres régions, où les convictions catholiques se sont effondrées face à l'évolution culturelle. L'évolution de la droite du grand Ouest se distinguerait ainsi de celle du Léon, démocratie cléricale, où le catholicisme semble plus spontané, où les curés de campagne s'opposèrent très tôt aux évêchés, où la JAC et les coopératives agricoles permirent une très profonde transformation économique, sociale et même aujourd’hui politique.

21La localisation de la famille souche (Bretagne intérieure et Pays de Caux) correspond à deux zones rurales où le socialisme, et la gauche en général, obtiennent des scores particulièrement élevés, suite à une très nette progression pendant la cinquième République. La correspondance est elle aussi troublante. Pour le cas du Caux, il est possible d'évoquer le fait que ces campagnes soient très ouvrières, et ceci de manière ancienne. Mais ces campagnes ouvrières seraient peut-être aussi, entre autres, la conséquence du non partage successoral, qui provoque ainsi un fort taux de ruraux non paysans...

22Enfin, la tradition communautaire du Trégor correspond de manière nette avec la localisation des paysans communistes. Le lien de causalité semble ici indiscutable, et le lien est d'autant plus troublant que l'on ne dispose pratiquement d'aucune autre explication satisfaisante pour les forts effets résiduels communistes du Trégor. La pauvreté de l'Argoat, terre froide d'exil, pourrait expliquer jadis une organisation communautaire nécessaire pour survivre, et aujourd'hui un vote de mécontentement par le PC. Il n'y aurait donc aucun lien explicatif entre société communautaire et communisme, qui seraient tous deux issus d'une même troisième variable : la pauvreté et l'isolement. Mais l'explication par le paupérisme (que retient Lemaître en 90) n'est guère convaincante : le communisme rural du Trégor est unique en France, alors que les terres rurales pauvres sont des myriades. Entendre prononcer le mot "communautaire" en 1901, à propos des Côtes d'Armor bretonnantes et de la région de Treguier, 45 ans avant l'explosion du communisme dans la région, est suffisamment intriguant pour que l'on détaille scrupuleusement cette piste de recherche avant de jeter au feu les théories de Todd.

23L'analyse des structures familiales se révèle donc doublement intéressante, par le fait que ce facteur explicatif soit à la fois nouveau et intriguant, suscitant ainsi des discussions souvent vives. Son grand inconvénient est le manque d'information concernant ces structures familiales. En effet, elles sont aujourd'hui révolues, ou très largement minoritaires, par rapport à des structures complexes et uniformes géographiquement. Si ces structures sont réellement un déterminant du comportement politique, ce n'est donc qu'indirectement, en ayant permis une modification de la structure sociale, ou en ayant pérennisé des comportements qui se transmettraient de génération en génération. Mais même lorsque le rapport semble "acceptable" (famille communautaire qui induit le communisme), le système familial repose finalement sur des valeurs idéologiques trop proches des valeurs politiques, pour être réellement explicatif. La question change alors de forme, mais demeure en quelque sorte la même : pourquoi telle région possède une structure familiale de type communautaire (et donc est-elle, ou deviendra-t-elle communiste), et pas telle autre ?

HABITUDE, TRADITION, PERENNISATION

La tradition inconsciente

24La transmission d'un comportement, ou de certaines valeurs morales, dont l'attitude religieuse et politique, notamment par le vecteur familial, peuvent souvent se perpétuer au delà même de la raison d'être de l'événement ou de la structure qui leur donna naissance. La transmission consciente et volontaire du souvenir d'un événement ou de la défense d'un intérêt commun devient alors une "tradition" électorale, une habitude, une routine, parfois même contradictoire avec l'intérêt actuel de l'électeur, et donc incompréhensible pour le chercheur négligeant la profondeur historique. Il existe d'ailleurs un certain consensus scientifique à reconnaître cette capacité du comportement politique à se pérenniser : "ainsi, dans les deux cas, la tradition survit, longtemps après que sa véritable nature tombe dans l'oubli ; elle survit même, quelque temps, au relâchement des structures économiques et sociales qui favorisaient sa persistance" (Bois, 60) ; "le traumatisme révolutionnaire, qui a marqué la quasi totalité des campagnes des Pays de la Loire, s’est inscrit de telle façon dans la mémoire collective qu’il a littéralement soudé la société locale : celle-ci a entretenu et pérennisé, pratiquement jusqu'à nos jours, une façon d'être, des solidarités et des comportements qui ont progressivement accentué les traits socio-politiques" (Renard, 86) ; "nous avons pu montrer comment s'était mis en place le dualisme plozévétien, mais sa raison d'être et ses raisons de durer nous échappent. Conflit politique ? Nous avons vu que le politique et le religieux s'y mêlaient étroitement, mais qu'en définitive, ni l'un, ni l'autre n'avaient réellement prise sur lui. Conflit dépassé, forme vide, ou plutôt vidée de son contenu qui fut jadis puissant ?" (Burguière, 75). Ce type d’héritages n’est pas spécifique aux zones rurales ou de droite. A. Laurent a analysé en détail les mêmes processus dans les bassins miniers du Nord : « il n’est pas rare de rencontrer des zones, des régions, voire des communes où les conflits du passé, les conflits sociaux, les conflits politiques, ont structuré les attitudes collectives. Elles survivent encore actuellement de dépit de tous les changements institutionnels, économiques, politiques, sociaux ».

25La pérennisation d'un comportement électoral est du même ordre que celle de la transmission d'une langue. D'ailleurs, en Bretagne, la frontière linguistique coïncide toujours assez exactement avec le vote à gauche. Les deux semblent inconsciemment liés à une attitude de défiance, et donc de particularisme, à l'égard de la noblesse, des citadins, du clergé, de l'état parisien, qui tous parlent français... Il serait par contre facile et peu scientifique de n'y voir que le fait du hasard, ou au contraire d'une dangereuse "inégalité naturelle des peuples", à laquelle souscrit curieusement dans sa maîtrise de Géographie (66), P. Saunier, (qui deviendra sénateur-maire PS de Saint-Brieuc) : "mais nous nous demandons s'il ne faut pas aller plus loin, et voir dans la différence des mentalités des bretons et gallos la conséquence, le reflet de la différence des races. Nous sommes persuadés que des études anthropologiques mettraient en évidence des différences raciales entre les habitants de la Haute et de la Basse Bretagne".

De la prime au sortant à l’usure du pouvoir

26Cette pérennisation peut donc devenir synonyme d'une simple habitude, ou contagion temporelle : l'électeur a tendance à reproduire son acte politique antérieur, même si la conjoncture ne le justifie plus. De même, les électeurs indécis auront tendance à reproduire le comportement de la majorité passée. Ainsi, une fois élu, chaque candidat bénéficie d'une "prime au sortant", que lui assure la légitimation du pouvoir. Cette peur du changement, qui permit historiquement à des despotes de se maintenir à la tête de pays ayant pourtant une tradition démocratique, joue donc forcément également pour chaque député dans son fief. Mesurer cette prime au sortant est alors utile pour comprendre les effets résiduels lors des législatives. Cette étude est d'autant plus intéressante qu'elle s'oppose à une autre notion temporelle, celle de "l'usure du pouvoir". L'évolution des résultats des élus au gré de leurs réélections successives n'est donc pas imaginable par le seul "bon sens".

27Pour chaque élection, j'ai donc dans un premier temps mesuré l'effet résiduel de chaque élu, lors du premier tour, selon son passé éventuel de député : était-ce sa première, deuxième... septième réélection successive ? Pour chaque scrutin, j'ai donc représenté l'écart entre l'effet résiduel moyen de tous les élus lors du premier tour, et l'effet résiduel moyen des nouveaux élus, des élus pour la seconde fois, pour la troisième fois... pour la septième fois, et des nouveaux élus qui seront réélus à l'élection suivante (figure 70a).

28Le graphe pour le total Ouest permet une nette hiérarchisation. Dans tous les cas, les effets résiduels les plus faibles sont obtenus par les nouveaux élus. Les écarts restent toujours très nets (écarts de-4 à-14 avec le score moyen des élus). En fait, les nouveaux élus sont presque toujours les challengers d'un député sortant. Le détrôner est donc déjà un exploit en soi, et la première élection n'est donc jamais plébiscitaire. Les nouveaux élus qui seront réélus par la suite obtiennent généralement des effets résiduels légèrement supérieurs à la moyenne, et surtout largement supérieurs aux élus éphémères d'un seul scrutin. Il semble donc possible, en fonction de son résultat lors de sa première élection, de prévoir la longévité du député : une première élection difficile indique une terre défavorable au parti de ce député, qui ne passe qu'à la faveur d'une conjoncture nationale (vague gaulliste, vague rose), mais ne résistera pas au retour de balancier.

Figure 70. Mesure de la prime au sortant

Figure 70. Mesure de la prime au sortant

29L'effet résiduel des députés qui sont élus pour la seconde fois est encore un peu supérieur. La prime au sortant y joue, sans subir la concurrence de l'usure du pouvoir. L'effet résiduel est encore plus positif pour les candidats élus pour la troisième fois (+3, +4), et pour la quatrième (+4, +5.) Nettement au-dessus se détachent ensuite les élus pour la cinquième fois (+5, +6), puis ceux élus pour la sixième fois (+7, +8). A chaque élection, les scores les plus élevés sont réalisés par les candidats les plus anciennement élus. Faut-il en conclure qu'il existe un très clair effet de la prime au sortant, dominant l'usure du pouvoir, et permettant à l'élu de se faire élire de plus en plus facilement ? Pas forcément. L'unique prise en compte des résultats sous la cinquième République ne permet de recenser des candidats élus pour la cinquième fois qu'à partir de 73, pour la sixième qu'en 78, pour la septième qu'en 81... Les candidats parvenant à se faire réélire 5 ou 6 fois consécutives sont forcément des candidats très bien implantés localement, soit par leurs qualités propres, soit par la structure favorable de leur circonscription. On peut donc penser que ce sont eux qui obtiennent les plus forts effets résiduels, aussi bien lors de leur seconde, que lors de leur sixième élection. Pour un scrutin, l'effet résiduel mesuré ainsi lors de la sixième réélection est donc fort, puisqu'il ne concerne que des "grands députés", alors que ceux réélus pour la seconde ou troisième fois peuvent n'être que des députés plus éphémères. Mais le graphique ne prouve aucunement qu'un même élu réalise un score plus fort lors de sa sixième élection, que lors de sa deuxième. Il prouve simplement que le nombre de réélections des députés dépend de leur effet résiduel moyen : mieux l'on est élu, et plus l'on dure, car on est ainsi capable d'endiguer chez soi les flux nationaux.

30En fait, il semble beaucoup plus intéressant d'étudier "le profil de carrière" des élus, c'est à dire l'évolution de l'effet résiduel d'une "promotion" d'élus, de leur première à leur énième élection (figure 70b). Mais l'on ne peut pas tracer directement une courbe à partir du score moyen des nouveaux élus en 58, du score moyen des élus pour la seconde fois en 62, pour la troisième fois en 67... En effet, parmi les élus pour la seconde fois en 62, un certain nombre ne seront pas réélus pour une troisième fois en 67. Ce qui est intéressant, c'est de connaître la différence entre le score des élus pour la troisième fois en 67, et leur score, et uniquement le leur, lors de leur seconde élection en 62. Le mode de calcul de ces profils sera donc systématiquement de mesurer l'écart entre l'effet résiduel moyen d'élus pour une énième fois lors d'une élection, et le score de ces mêmes élus lors de leur élection N-l. Cette nuance de calcul est très importante, car elle contribue à modifier totalement les évolutions. En 62, les élus pour la seconde fois ont un effet résiduel de +3,4 (par rapport à la moyenne de tous les élus), et les élus pour la troisième fois en 67 de +4,7. Mais en fait, les réélus de 67 avaient un effet résiduel en 62 positif de +6,2, l'effet résiduel des élus pour la seconde fois en 62, qui chutèrent en 67, étant très faible. Entre 62 et 67, c'est-à-dire entre leur 2ème et 3ème élection, au lieu d'augmenter, le score de ces députés est descendu de-1,5.

31Pour chaque élection sera donc calculé : i = (Dn - Me) - (Dn-1 - Me-1)

32Dn : effet résiduel moyen des députés lors de leur Nième réélection

33Me : score moyen de tous les élus lors d'une élection E.

34Le graphe représente donc les différentes "promotions" d'élus, selon leur première année d'élection jusqu’en 78. Ensuite, en 86, les circonscriptions changent et rendent hélas toute analyse diachronique impossible. Une courbe symbolise la moyenne de l'ensemble des "promotions", toutes soumises à une conjoncture particulière.

35Pour le total Ouest, les évolutions de chaque promotion sont assez comparables, permettant à la courbe moyenne de posséder une réelle signification, au moins jusqu'à la quatrième réélection. Entre la première et la seconde élection, l'effet résiduel moyen augmente toujours (c'est le cas pour les 6 promotions différentes).

36D'ailleurs, la seconde élection est de loin, et pour toutes les promotions, celle où les élus obtiennent leur plus fort score, contrairement à ce que montrait le premier graphique (figure 70a). L'augmentation la plus forte concerne les nouveaux élus de 73, réélus en 78... Il s'agit assurément d'une nouvelle génération de députés, renouvelant le réseau de notables au sortir du gaullisme. Cette période permet l'éclosion de nouveaux leaders de la droite traditionnelle : L. Bouvard, P. Méhaignerie, F. D'Harcourt, J.-M. Daillet, J. Begault, R. Ligot ; mais aussi celle des premières conquêtes socialistes, symbolisées par la victoire "historique" de C. Josselin sur le menhir breton, R. Pleven, accompagnées de celles de Y. Allainmat, L. Le Pensec, L. Darinot, C. Michel... Par leur fort score lors de la seconde élection, c'est ensuite la promotion des députés de 1958 qui se distingue. Il s'agit également d'une autre "génération" de députés, nés avec la cinquième République, et aux yeux des électeurs, faisant quasiment partie de sa constitution. Ils se maintinrent souvent une vingtaine d'années au pouvoir, ne tombant qu'en 78 ou 81 face au socialisme, ou profitèrent de la proportionnelle de 86 pour passer le relais à un dauphin, et terminer une brillante carrière au poste de sénateur. A l’inverse, la promotion socialiste de 81 fut éphémère et presque entièrement décimée en 1993 : seuls résistèrent les élus socialistes antérieurs à 81 (Le Pensec, Josselin, Fabius, Mexandeau). Enfin, les législatives de 97 peuvent également être considérées comme un tournant : elles sont marquées par le départ en retraite « parlementaire » de quelques élus parmi les plus anciennement élus de l’Ouest (O. Guichard, R. Marcellin, J.-L. Goasduff, Y. Fréville...), qui s’accompagne parfois du passage à gauche d’un territoire toujours à droite depuis 1958 (Brest rural, Guérande).

37Entre la deuxième et la troisième réélection, les effets résiduels des élus baissent tous très nettement (dans 5 cas sur 6). La troisième élection apparaît donc de loin comme la plus difficile pour l'élu. Avec le cap des 10 ans de mandat, l'usure du pouvoir, et donc la nécessité de se renouveler, se fait ressentir. La seule génération pour laquelle cette nette saturation de l'électorat lors du troisième mandat ne se vérifie pas, est celle de 62. Mais en fait, le passage entre la seconde et la troisième réélection se situe entre 67 et 68... L'usure du pouvoir n'a pas eu le temps d'agir, et d'ailleurs, les résultats des nouveaux élus de 62 chuteront nettement en 73 (avec une élection de décalage par rapport aux autres promotions), une fois passés leurs dix ans de règne... On peut d’ailleurs noter que pour les députés socialistes de 1981, les législatives de 1993 correspondent à la troisième élection au scrutin majoritaire. Ce facteur, ajouté au contexte politique, a peut-être contribué à amplifier la défaite de la gauche...

38Une fois le cap de la troisième réélection passé, le tracé des courbes devient de plus en plus flou. Il est vrai que les députés "survivants" sont de moins en moins nombreux, de même que le nombre de "promotions" prises en compte, c'est à dire 4 pour la quatrième génération, trois pour la cinquième... L'effet résiduel des élus semble stagner entre la troisième et la quatrième réélection, mais si l'on excepte le cas particulier de la génération de 62, la courbe moyenne remonterait sensiblement. Une fois le tournant des 10 ans passé, le notable serait en quelque sorte accrédité, assuré d'un fond de vote "par habitude", alors que ses adversaires se sont eux résignés à attendre sa retraite. Lors de la cinquième réélection, l'effet résiduel des élus baisse, mais très lentement : l'usure du pouvoir érode petit à petit les scores plébiscitaires, mais sans chutes très nettes. En fait, nombreux sont les députés qui sont parvenus à se faire réélire 5 fois successivement : 34 au total pour l'Ouest jusqu’en 81, 47 au total jusqu’en 97. Ils sont beaucoup moins (13 sur les 34) à parvenir à se faire réélire une sixième fois, mais l’effet résiduel des « rescapés » à tendance à monter encore, signe de personnalités marquantes campées dans des circonscriptions taillées sur mesure, rurales le plus souvent. Entre la sixième et la septième réélection, seules les générations de 1958 sont prise en compte, et seuls trois députés réalisent ce "grand chelem" sous la cinquième République, de 58 à 81 : R. Lacombe, à Segré, C. Bonnet, à Quiberon, (non-candidat en 86, mais réélu en 88), P. Godefroy, à Valognes (réélu en 86). Leur score chute sans doute beaucoup moins à cause de la vague rose, qui atteint peu d'autres élus de droite, qu'à cause de la difficulté de demeurer crédible à ce poste au delà des 20 ans de pouvoir. Au delà de ces deux décennies, beaucoup abandonnent, ou lèguent leur siège. Ceux qui s'accrochent voient généralement des pans entiers de leur électorat s'effondrer.

39Un schéma peut donc clarifier les différentes phases qu'il est possible de dégager de la longévité d'un élu, à partir de cette étude sur l'Ouest :

40Phase 1 : la lune de miel.

  • Lors de sa seconde élection, l'élu bénéficie à la fois de la légitimité du pouvoir, et de la nouveauté de son action.

  • Il bénéficie d'une image dynamique liée à sa jeunesse. On lui promet un brillant avenir.

  • Lors de ce premier mandat, le jeune élu multiplie les actions spectaculaires, une présence active sur le terrain...

  • Il est très proche de l'électorat qui l'a élu, et de ses intérêts, par son âge, sa situation professionnelle, son origine politique.

41Phase 2 : le mariage.

  • L'effet de surprise et de nouveauté ne joue plus.

  • Le programme de l'élu se tarit, son discours est connu et ne peut plus se renouveler.

  • Le maintien des difficultés économiques et sociales démontre que le député n'est pas le sauveur providentiel espéré.

  • L'opposition a eu le temps de se réorganiser, et de se faire connaître.

  • Une troisième élection signifierait alors une promotion "à vie" au rang de notable indéracinable localement. L'électorat doit donc choisir entre rompre à ce moment, ou accepter le mariage définitif.

42Phase 3 : la notabilisation.

  • Sa notoriété, son réseau de clientèle, l'habitude électorale, composent un fond de vote qui permet à l'élu de se faire réélire sans problème.

  • Les autres courants politiques, résignés, ne lui opposent plus que des "petits" candidats, puisqu’ils sont de toute façon sacrifiés.

  • L'usure du pouvoir est effective et régulière, mais lente.

43Phase 4 : L'abandon.

  • Elle se situe au delà des 20 ans de mandats (entre la sixième et la septième élection sous la cinquième République).

  • L'élu n'a plus aucune proximité avec son électorat : âge, CSP (députés agriculteurs), itinéraire politique (indépendants paysans, radicaux, gaullistes "historiques"...).

  • Ils se révèlent incapables de gérer, ou de proposer des solutions modernes aux crises actuelles : chômage, immigration, infrastructures, Europe, banlieues...

  • L'opposition saisit le moment pour installer un challenger compétent et déjà connu.

  • Les surnoms de "papy" fleurissent ; on peut lire sur les bulletins nuls "20 ans, ça suffit..."

  • Le phénomène d'abandon est souvent surprenant par sa rapidité et sa brutalité. Le système qui paraissait inébranlable s'effondre par blocs, par un effet de boule de neige (tels les effondrements étonnants des R. Pleven, R. Fossé, L. Jozeau-Marigné...).

  • Le décès en cours de mandat de l'élu septuagénaire ou octogénaire, est également un cas de figure loin d'être particulier.

  • Les challengers les plus prévoyants prennent leur retraite suffisamment tôt (après la sixième et surtout cinquième réélection), afin de passer à temps, et en douceur, le relais à un héritier, tels J. Theulle-F. Fillon, I. Renouard-A. Madelin, V. Ansquer-Ph. de Villiers, E. Bizet-R. André, T. Larue-L. Fabius.

44En Haute-Normandie, comme en Bretagne, il est difficile de faire la part entre le poids de l'usure du pouvoir, et le poids de la montée de la gauche. La montée de la gauche permet incontestablement aux "vieux" élus communistes et socialistes haut-normands d'augmenter leur score, masquant ainsi une éventuelle usure de leur pouvoir. La courbe de l'usure du pouvoir est la plus nette en Bretagne : c'est également dans cette région que les notables de droite durent faire face à la montée socialiste la plus forte. L'étude comparative des profils de longévité dans d'autres régions, dominées depuis longtemps par la gauche, serait très instructive. Néanmoins, les phases dégagées de cette étude semblent pouvoir être généralisées, même si elles doivent bien sûr être nuancées à chaque fois par les conjonctures nationales que traverse l'élu.

45La cartographie des élus selon l'ancienneté (figure 71a) permet de localiser les "générations" d'élus, et donc éventuellement de les expliquer. En 73, les jeunes élus, comme les anciens, sont géographiquement très dispersés. Ce n'est plus le cas en 81 : la dorsale conservatrice apparaît clairement (figure 71b), et la couleur politique des circonscriptions, davantage que la longévité, explique donc le renouvellement ou non des élus. La permanence des élus du Choletais, du Vannetais, de l'Avranchin s'oppose au renouvellement breton, ou des marges Est (Eure, Sarthe, Orne). Seule exception, le Caux et le Bray en Seine Maritime, exception qui sera corrigée en 88.

46Si les élections de 1993 brisent l’élan d’une génération socialiste et si celles de 1997 sont marquées par la fin des scores plébiscitaires (seulement deux élus de l’Ouest passent au premier tour, Méhaignerie et André), la longévité de certains élus ne se dément pourtant pas. Malgré les changements de circonscriptions et les secousses politiques nationales, nombre d’élus de la vague de 73 (Ligot, Le Pensec, Mexandeau, Méhaignerie, Bouvard) ou de 78 (Fabius, D’Aubert, Madelin, Alphandery) en sont à leur sixième ou septième élection consécutive. Des séries en cours de plus de vingt ans de mandat, à gauche comme à droite, largement comparables aux règnes centristes et gaullistes des années cinquante.

INVENTER LE PASSE : LA REIFICATION HISTORIQUE

47La transmission d'un traumatisme historique, et même sa pérennisation inconsciente, ne peut se concevoir que dans un univers clos. Si la société originelle explose et devient marginale, on voit mal comment les traditions ancestrales devenues minoritaires, pourraient continuer de muer le présent en un passé permanent. Il existerait donc un "sens de l’"histoire", par le progrès technique des communications, qui imposerait une réduction des comportements communautaires au profit de comportements individuels, et des comportement locaux au profit de comportements nationaux et internationaux : "signe des temps : pendant la campagne électorale de 1973, les commandos gaullistes ont fait leur apparition dans la commune, sous les yeux éberlués des Plozévétiens habitués jusque là à voir les campagnes électorales se dérouler "en famille". Plozévet n'est-elle plus désormais qu'un atome anonyme - et pour ainsi dire anomique, de la vie politique nationale ?" (Burguière, 75).

48Mais curieusement, au lieu d'un étiolement des particularismes historiques locaux face au processus de modernisation, tous les observateurs notent l'inverse. L'exemple du maintien "anachronique" du bipartisme blanc-rouge de Plozévet est largement généralisable : "Certains chercheurs de l'enquête, frappés par l'inadaptation de ces classes aux courants politiques nationaux, avaient cru pouvoir prédire leur prochaine disparition sous l'effet de la modernisation (...) Or le mouvement de modernisation n'a fait que s'accélérer ces 5 dernières années, bouleversant les conditions de vie, les modes vestimentaires, la consommation et jusqu'aux paysages naturels. Le paysage politique lui ne change pas. Plozévet cultive le contretemps (...) le maintien de l'opposition des rouges et blancs semble être le système de défense choisi par Plozévet pour s'adapter au changement (...) Entre la fuite du passé et la résignation à n'être plus dans le présent que les pièces d'une société éclatée, les Plozévétiens continuent à porter avec bonheur leur personnalité bicolore ; celle qui donne aux rivalités de familles et d'intérêts, aux conflits de classe, une histoire, une mémoire, un sens, un lieu habitable" (Burguière, 75). Face à l'harmonisation nationale des comportements, tant décrite, il existerait donc des processus de "réifications historiques", c'est à dire une utilisation volontairement partiale et amplifiée de l'histoire, afin de se raccrocher à une identité, le particularisme électoral en étant l'une des expressions.

49Ce phénomène de résistance, pratiquement inconnu en Normandie, semble par contre interpeller tous les sociologues bretons et des Pays de la Loire. Il conduisit l'historien Martin à employer le terme de "région mémoire", et Renard à développer largement cette réminiscence du passé dans sa « géopolitique des Pays de la Loire » (86).

50Mais s'agit-il d'un retour spontané, ou d'une utilisation politique délibérée ? El Gammal (81), dans une étude originale, recense l'utilisation électorale du passé dans les professions de foi des candidats aux législatives, à la fin du XIXe siècle. Les références et les interprétations de la révolution française de 1789 y sont encore multiples. Une rapide lecture des professions de foi des principaux acteurs politiques de l'Ouest sous la cinquième République montre que les références directes à l'histoire y ont toutes disparu, même en Vendée. L'utilisation électorale du passé est donc indirecte et passe par des prétextes culturels et touristiques, tels en Vendée le spectacle et musée du Puy du Fou, Radio Alouette, les romans populaires... En 1993, le bicentenaire de la contre-révolution fut l’occasion d’inviter en Vendée des dissidents soviétiques... Et le tour de France. Faire survivre le passé dans le présent passe par des identifications modernes et populaires, le basket à Cholet... Et Intervilles au Puy du Fou !

51La question de fond demeure : sont-ce les notables qui entretiennent la tradition historique, et donc les permanences électorales, ou au contraire, les notables ne sont-ils que les produits de cette tradition ? C. Ysmal (90) croit davantage au rôle des cadres socio-politiques : "Si des terres restent communistes, socialistes, centristes ou conservatrices..., c'est ainsi dans la mesure où des candidats s'appuyant sur des réseaux d'encadrement contraignants, maintiennent et/ou réorganisent à leur profit ce qui vient de l'histoire". J'émettrais pour ma part un avis plus nuancé. Il est curieux de noter que les grands leaders nationaux sont tous des "produits locaux" des terres les plus à droite de l'Ouest : J. Arthuis à Chateau-Gontier, P. Méhaignerie à Vitré, Ph. de Villiers aux Herbiers. Dans les trois cas, il est impossible de prétendre que l'envergure nationale des candidats est responsable de leurs scores plébiscitaires locaux, puisque ces terres étaient déjà les plus conservatrices de l'Ouest, bien avant leur arrivée. Ces leaders ne se sont pas non plus volontairement installés sur ces terres de droite, puisqu'ils sont tous les trois des enfants "formés au pays". Le système, afin de « s'autorégénérer », produirait-il régulièrement des leaders influents ? Je proposerais une théorie plus concrète. Le système serait un cycle capable de se renouveler perpétuellement, si aucun accident extérieur ne survenait : le souvenir historique d'un événement traumatisant unifie un électorat, qui élit alors son représentant avec une très large majorité, et quasiment "à vie" ; l'élu possède alors les pleins pouvoirs, pour longtemps, ce qui lui permet de se détacher totalement d'une politique locale électoraliste, et lui offre même un poids et une considération régionale et nationale (rares sont les députés pouvant se vanter d'être élus au premier tour à plus de 70 %) ; il a en outre la possibilité, rare en politique, de se consacrer à des projets originaux ou à long terme ; cette toute puissance induit donc d'elle même l'éclosion régulière d'un grand homme politique, qui entrera à son tour dans la légende et la mémoire collective, comme un nouveau glorieux enfant du pays ; l'image et le prestige de ce « héros » local permet à son courant d'atteindre une majorité encore plus écrasante, qui donnera des pouvoirs encore plus importants à son successeur, qui aura donc à son tour tous les éléments pour devenir une forte personnalité, porteuse des valeurs du pays. Le même phénomène existe aussi à gauche, en dehors de l’Ouest. Par exemple, J.-P. Chevènement n’est-il pas le produit de l’esprit laïc et républicain qui souffle depuis 1870 sur Belfort ?

52Pourtant parfois, un peu comme le fils de bonne famille qui lassé de devoir tous ses honneurs à son entourage, cherche à prendre son indépendance, à prouver son libre arbitre, ces leaders locaux dévient des valeurs dont ils sont censés être les portes-drapeaux. En terre centriste fidèle à une hiérarchie et une charité sociale immuable, A. Madelin se fait le chantre du libéralisme accélérant « l’ascenseur social ». En terre catholique humaniste, de Villiers prêche contre l’Europe et les étrangers...

53Aucune utilisation de la banque de données ne permet d'étayer ces hypothèses, ni de trancher le débat. La transmission, la pérennisation, l'utilisation du passé demeurent en tous les cas un axe de recherche particulièrement ouvert et passionnant, souvent lié à la Géographie. Les références historiques sont toujours associées à un territoire, idéalisé, des souvenirs de la Vendée militaire à l’invention de « Bray 2000 ».

54Le tour d'horizon des effets locaux non sociologiques et non géographiques n'est pas ici forcément clos. On aurait pu par exemple s’attacher à l'étude des effets psychologiques. D'autres effets, encore insoupçonnés aujourd'hui, seront sans doute mis à jour par des recherches futures...

55Le but était simplement ici de montrer le vote comme une combinatoire d’effets différents. La géographie dans les effets de marché ou historiques est utile pour analyser les proximités spatiales électeurs-élus, la cartographie des références historiques, les références aux territoires passés idéalisés... C’est plus précisément cet effet de « territoire » ou de « milieu », plus directement géographique, que le dernier chapitre va détailler.

Table des illustrations

Titre Figure 69. Pratiques successorales en 1900, selon De Brandt
Légende Source : interprétation du texte de De Brandt (1901) cartographie M. Bussi, M. Hazard.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11559/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Figure 70. Mesure de la prime au sortant
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11559/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11559/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Figure 71
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11559/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 119k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search