Version classiqueVersion mobile

Éléments de géographie électorale

 | 
Michel Bussi

Partie III : Au-delà de l'explication sociologique

Chapitre huit. Terres de notables (l’effet économique)

Texte intégral

"les principaux électeurs de Pézenas proposent au préfet de nommer pour député, qu'il leur désignerait, son cheval s'il le voulait, pourvu que le chemin de fer passât dans leur ville."
D.
Gaxie (84).

1On résume classiquement tout ce que la Sociologie n'explique pas dans le vote par "l'effet notabilitaire". Ainsi, on oppose très souvent ce vote théorique, sociologique, aux résistances locales, liées avant tout au poids des personnalités des candidats, capables à eux seuls d'endiguer localement des raz de marée nationaux. L'explication première de l'effet résiduel non sociologique peut donc sembler tenir avant tout dans cet effet notabilitaire. Mais cette notion de notabilité demeure mal définie : au sens étroit, elle prend un sens péjoratif, et décrit l'élu indépendant, conservateur jouissant d'un prestige local ; au sens large, la notabilité désigne l'ensemble des caractéristiques, qui différencient un candidat d'un autre, indépendamment de son étiquette politique. J'emploierai ici le terme de notabilité au sens le plus large. En fait, l'effet notabilitaire, si l'on considère qu'il est la propension d'un candidat à séduire un électorat, peut s'inscrire dans un ensemble plus vaste que je baptiserai "effet de marché".

2Ce modèle économique, né aux Etats-Unis, considéra d’abord l’électeur comme captif des partis et des campagnes électorales (école de Michigan, Lazardsfeld, 54, relayé en France par Daniel Gaxie, 73, 78, 84), puis comme libre et rationnel face à l’offre politique (Key, 60). Ce vif débat américain eut le mérite d’introduire la question de fond : “est-ce l’élu qui fait l’électeur, ou l’électeur qui fait l’élu ?”. De ces théories, il résulte que l’électeur, jadis politiquement fidèle puisque idéologiquement embrigadé, pratiquerait aujourd’hui le “zapping” électoral selon le modèle de ˮl'homo œconomicus”. Devenu individualiste, stratège et calculateur, il voterait selon le bénéfice que serait sensé lui rapporter le candidat. Le modèle économique se résume alors à une simple équation entre les bénéfices escomptés du vote pour chaque candidat, qui détermine si l’électeur a intérêt à voter pour le sortant, le challenger, ou s’abstenir... Dans une logique de marché, l’électeur serait désormais un consommateur et le vote un achat... Pense-t-on alors expliquer le vote en appliquant à la géographie de l’opinion des modèles “marketting” qui fonctionnent déjà imparfaitement en Géographie du commerce ? Les chercheurs français (Merle, 90) se montrent encore réservés face à ces théories, la montée du vote protestataire offrant l’exemple inverse de l’émergence d’un acte politiquement “gratuit” ! Néanmoins, les titres récents des ouvrages du Cevipof (« le vote sanction », « l’électeur a ses raisons »...) sous-tendent implicitement cette orientation explicative.

3L'"effet de marché", si l’on se place du côté de l’offre et non de “l’électeur-client”, concerne donc ces processus commerciaux, publicitaires ou propagandistes, visant à conquérir un "marché électoral". L'effet notabilitaire en est l'une des applications, mais on peut également y ajouter les phénomènes d'inégalités liées au mode de scrutin ou du découpage (gerrymandering) qui influent sur le résultat électoral, qu'ils soient volontaires ou involontaires. Enfin, il serait possible d'y inclure le rôle des médias, de l'hebdomadaire cantonal à la campagne présidentielle télévisée... V. Verchambre (97) a étudié pas exemple de façon originale à Angers l’organisation de l’affichage électoral des différents partis.

4Le but demeure ici, d'isoler des processus généraux de cet "effet de marché", et d'observer leur part dans l'explication de l'effet résiduel.

L'EFFET NOTABILITAIRE

5La notabilité est une notion fort étudiée, et une nouvelle fois, la plupart des études françaises sur le sujet possèdent le grand Ouest pour cadre. Les sociologues s'y intéressent, tels Robert (étude monographique de Morsalines, dans la Manche, thèse de Sociologie, 78), et surtout Boivin, spécialiste de la question notabilitaire dans la Manche par ses deux thèses, sur le Gaullisme et les conseillers généraux (83 et 89), ses ouvrages, et ses nombreux articles. La question concerne également les historiens (Pascal, « Les députés bretons de 1789 à 1980 », 83), et les géographes, par les travaux de Frémont et plus récemment de Buléon. Mais malgré l'importance des études, l'effet notabilitaire reste une notion floue, dont les effets demeurent méconnus et discutés. Il semble difficile d'isoler un seul et unique effet notabilitaire. Si l'on considère l'effet notabilitaire comme la propension d'un candidat à attirer plus ou moins les voix des électeurs, indépendamment du score logique que le parti qu'il représente serait en droit d'attendre, je proposerais, selon une classification personnelle, 4 effets : le charisme, la célébrité, la proximité et le pouvoir.

6- Le charisme concerne l'ensemble des qualités humaines du candidat, son "talent" politique : intelligence, éloquence, pouvoir de conviction, physique, sincérité, capacité de travail, confiance qu'il inspire, sympathie qu'il dégage... Injustement, l'ensemble de l'effet notabilitaire est souvent résumé par les médias à ce "charisme" : les sondages nationaux, les indices de popularités en témoignent. "On croit avoir tout dit lorsqu'à propos de résultats électoraux de candidats en marge des partis politiques ou dépassant les scores de leur parti, on a avancé l'idée de charisme" (Garrigou, 84). Pourtant, cet aspect de l'effet notabilitaire est sans doute le moins mesurable, et celui dont l'influence sur le résultat est le plus discutable. En 1913, Siegfried lui reconnaît un effet capital : "il faut presque toujours, dans un total de voix, distinguer celles qui vont à l'homme de celles qui vont au drapeau (...) un candidat local et populaire recueille pour son parti le maximum de voix, mais il faut alors attribuer au parti un supplément de votes qui en réalité ne lui appartient pas : c'est un cas d'union personnelle et non d'union réelle". L'école française modère largement ce point de vue : "Si les candidats charismatiques peuvent provoquer des reclassements, leur charme opère le plus souvent selon des lois très ordinaires, puisque ces personnages extraordinaires ne rallient en fait, que les partisans des forces qui les soutiennent, et, l'espace d'un engouement réel, mais éphémère, les plus tièdes des fidèles des organisations qui les combattent " (Garrigou, 84), "Il faut donc rendre à l'image des candidats la place tout à fait marginale qui lui convient, y compris dans une élection aussi personnalisée que l'élection présidentielle" (Ysmal, 90). Le flou provient, en fait, de l'impossibilité, hormis par des sondages coûteux, de mesurer exactement l'effet de ces charismes différentiels qui agissent incontestablement. Par exemple en 93 et 97, on peut estimer que le député socialiste A. Le Vern dans le pays de Bray rassemble sur son nom environ un tiers des électeurs fidèles à la droite dans tous les autres scrutins. Ce qui n’est pas tout à fait marginal...

7- La célébrité peut être définie par le fait que plus l'électeur "connaît" le candidat, plus il aura tendance à voter pour lui. Cette "célébrité" peut donc prendre deux formes. Celle d'un candidat "médiatique", connu régionalement ou nationalement, auquel son nom "seul" offre déjà un certain nombre de voix supplémentaires. Les fils et filles d'hommes politiques célèbres bénéficient ainsi, lors de leurs premières joutes électorales, d'une rampe de lancement. Mais le plus souvent, cette "célébrité" sera locale : c'est la puissance de l'implantation du candidat qui fera sa force. Cette implantation sera d'ailleurs souvent liée à la longévité de son pouvoir. A ce titre, un candidat local élu depuis 30 ans sera certainement localement plus "célèbre", c'est à dire intimement plus connu, que l'étoile nationale, énarque parisien, membre du comité directeur d'un parti, parachuté pour l'occasion. Par exemple, en 1993, P. Lamy, bras droit de J. Delors, premier collaborateur et ami indispensable de l’homme politique alors le plus populaire de France, « chouchou » des médias locaux et nationaux pendant la campagne, se présenta à Vernon... L’enfant prodigue (natif de Gisors) obtint un cinglant 15,1 % des voix, et ne passa même pas le cap du premier tour ! En 1997 pourtant, le PS prendra la circonscription, grâce à C. Picard, jeune conseillère municipale locale.

8Se faire connaître est bien entendu l'objectif premier d'une campagne électorale. Les affiches, les interventions dans la presse régionale et locale, les meetings, et rencontres communales, les promenades dans les rues commerçantes, le porte à porte dans les cages d'escaliers, n'ont pas d'autre but. Le poids de cette célébrité est énorme, et le candidat connu localement sera également reconnu, et pour ainsi dire "institutionnalisé".

9- La proximité renvoie au "friend and neighbours effect" isolé par Cox (69). L'électeur aura tendance à voter pour le candidat le plus proche de lui, c'est à dire celui qui lui ressemble le plus : bien entendu, le candidat le plus proche de ses opinions politiques, mais également celui appartenant à la même classe d'âge, professionnelle, religieuse, financière, habitant la même commune. Ce vote de proximité est à la fois un vote de "sympathie" pour quelqu'un qui semble proche, mais surtout un vote d'intérêt, puisque l'on suppose que l'élu défendra d'abord son propre intérêt (celui de sa profession, de son revenu, de sa commune...), cet intérêt bénéficiant par ricochet à l'électeur de la même classe. Un candidat jeune attirera donc un électorat jeune, une femme les voix féministes, un agriculteur les voix rurales, le député les voix de la commune où il est maire...

10- Le pouvoir est pourtant peut-être le plus important. Lors d’élections locales, l'électeur votera pour le candidat ayant "le bras le plus long" ; l'élu étant censé user de ce pouvoir en faveur de sa terre d'élection, et donc des électeurs. Le pouvoir peut être financier ou économique (candidatures de responsables consulaires ou de chefs d'entreprises...), relationnel (candidats présidents d'associations diverses, actifs dans différents milieux décisionnels), symbolique (poids de la particule dans le nom du candidat, de certaines professions telles "chirurgien", "professeur d'Université", “expert”...), mais demeure surtout politique. Le candidat à une élection possédera un avantage souvent décisif s'il détient un mandat d'un niveau décisionnel supérieur : le ministre lors de législatives, le député lors de cantonales, le conseiller général lors de municipales. Ceci s'apparente donc à un vote pur d'intérêt, et même peut-être d'un vote de peur de “marginalisation” : la commune dont le conseiller général est de droite, en élisant un maire de gauche, se verra isolée et coupée du pouvoir supérieur (et de toutes sortes de subventions possibles), ceci se vérifiant à tous les niveaux électifs : nommer quelques ministres dans chaque région est une stratégie payante d'aménagement politique du territoire d'un gouvernement...

11Avant de tenter de mesurer quelques uns de ces effets, pour l'Ouest, il semble important de rappeler brièvement les particularités du système notabilitaire, et de son évolution, dans l'Ouest.

Notables d'hier...

12"Comme toute la France de l'Ouest, la Basse-Normandie est une terre de notables" (Frémont, 86). Le phénomène notabilitaire, au sens étroit de l’élu d’origine noble, conservateur et apolitique, est bien entendu directement associé au système politique de la France de l'Ouest. La pression nobiliaire des grands propriétaires s'est muée en une pression indirecte, longtemps tout aussi efficace. Ce système notabilitaire est bien connu, et je me contenterai d'extraire parmi ses multiples descriptions, quelques phrases de celle de Frémont (84), à mon goût la plus fine : "Il se dévoue, il roule, il marche, il intervient, pour les autres et en définitive, pour lui-même, aussi à l'aise appuyé contre une barrière à parler du prix du lait, pour s'en plaindre comme on se plaint du mauvais temps "Bruxelles... Bruxelles" que dans le salon du préfet, un verre de whisky à la main, le ventre rentré sous le gilet, le geste presque mondain (...) le notable est quelqu'un dont les relations personnalisées constituent un réseau d'influences à double entrée (...) il a le bras long. Il s'est rendu indispensable. Il est le père. Il n'aura plus jamais aucun mal à être réélu. Sauf erreur grave de sa part, ici, chez lui, personne ne pourra plus le mettre en cause" (Frémont, 86). En synthétisant, le système notabilitaire de l'Ouest semble tourner autour de quatre forces, qui sont d'ailleurs quatre applications des effets notabilitaires dégagés ci-dessus : l'apolitisme, la longévité, la sociabilité, le prestige.

13- L'apolitisme ne signifie pas forcément ici que le notable ne s'affiche d'aucun parti. Même si les candidatures indépendantes furent nombreuses, et le demeurent encore à l’occasion des élections locales, les notables s'affichent clairement de droite, et surtout contre la gauche, plutôt gaullistes en Normandie, plutôt catholiques en Pays de la Loire... Mais c'est malgré tout "l'idéologie silencieuse" qui règne : méfiance envers les discours, les partis, les programmes, l'administration et l'état lointain, mais confiance en l'intérêt porté aux problèmes du quotidien, et au simple respect des valeurs de la famille, de la propriété et de la religion.

14- La longévité de l'élu est garantie par la volonté de l'électeur d'un pouvoir stable. Le vieillissement du système des notables est donc sa principale caractéristique. Malgré tout, les dynasties de famille où la politique se gérait de père en fils, où les mandats se transmettaient par hérédité, ont presque totalement disparu. Sous la cinquième République, les Fréville, Méhaignerie, Hunault, qui héritent de la circonscription de leur père, ne sont que des cas isolés.

15- La sociabilité renvoie à la fonction de "super assistante sociale" du notable, proche des électeurs, qu'il a vu naître ou qui l'ont vu naître, qu'il tutoie, et dont il partage le plus souvent les préoccupations. Les enquêtes de Boivin dans la Manche montrent que la proximité de classe entre élu et électeurs est l'un des fondements du système : si les députés et même conseillers généraux se recrutent dans la justice ou la santé (médecin et notaire, vétérinaire et avocat...), 80 % des maires sont agriculteurs en 45, et 62 % en 77. 95 % des notables sont catholiques, 98 % habitent leur lieu de résidence, 7 % ont suivi des études supérieures, 50 % des conseillers généraux sont nés dans leur canton, et 51 % des maires dans leur commune !

16- Le prestige doit néanmoins aller de pair avec la proximité des électeurs. Tout député cumule un fort nombre de mandats locaux, en commençant par celui de maire, si possible d'une petite commune rurale.

Figure 59. Notables d’hier et d’aujourd’hui : extraits de profession de foi.

Figure 59. Notables d’hier et d’aujourd’hui : extraits de profession de foi.

Figure 60. Extraits de profession de foi.

Figure 60. Extraits de profession de foi.

17Le prestige passe également par le rang. Le nombre de députés à particule, issus de grandes familles de l'Ouest, est encore impressionnant sous la cinquième République (Tinguy du Pouët, le Bault de la Morinière, d'Aillères, de Benouville, de Halgouët, de Poulpiquet, d'Ornano, d'Harcourt, de Broglie...). L'Ouest compte également un nombre étonnant de ministres, notamment gaullistes. L'agriculture, par exemple, fut très souvent tenue depuis 40 ans par un homme de l'Ouest.

18Une interview de M. d'Aillières, alors président du conseil général de la Sarthe, illustre ces quatre forces du notable : l'apolitisme, "Etes vous de droite ? je n'aime pas répondre à cette question, mais si être de droite, c'est être attaché à certaines traditions, à son pays, à certaines croyances philosophiques, alors je suis de droite", la longévité et le prestige "Ma famille est installée dans le Maine depuis le XVIe siècle et à Aillières depuis 1640. Nous nous sommes succédé depuis en ligne directe, de père en fils, sans interruption, habitant toujours le pays, restant sur place. Même à la révolution, il n'y a pas eu d'émigration. J'appartiens à la cinquième génération de députés de ma famille. Mon père l'était, mon grand-père, mon arrière-grand-père, mon arrière-arrière-grand-père", la sociabilité, "le rôle de conseiller général ? De toutes mes fonctions, c'est celle qui me passionne le plus, parce que la plus concrète, celle où l'on a l'impression d'avoir le plus de responsabilités directes".

19L'étude détaillée des différentes professions de foi renvoie également à ces quatre attributs (figures 59 et 60) :

  • l'évincement systématique, même en 68 ou 81, des questions politiques, la mise en avant de la nécessité d'un pouvoir stable, (nombre de professions débutent ainsi : "si je me représente"..., "j'ai tenu mes promesses"..., "je viens vous redemander la confiance que je me suis toujours efforcé de mériter"..., "vous me connaissez"...) ;

  • la liste des réalisations "concrètes" (moins que les interventions à l'assemblée) réalisées pendant le mandat écoulé ainsi que le rappel des lieux et horaires des nombreuses permanences locales du député ;

  • enfin et surtout la liste des titres et fonctions du député :"La carte de visite d'un grand notable exige, à la lecture, le souffle long du coureur de fond. L'homme doit posséder les mêmes qualités" (Frémont, 86). A la lecture des professions de foi, la croix de guerre, la légion d'honneur et la médaille de résistance semblent trois diplômes exigés pour l'entrée au Palais Bourbon. Le fin du fin, en matière de prestige, est de parvenir à être tellement institutionnalisé que la profession de foi ne comporte même plus de photographie du candidat (R. Pleven, T. Prigent...), ni biographie (Ph. de Villiers). J. de Broglie va même plus loin et insère à sa place le portrait du général de Gaulle... Les professions de foi nous permettent de noter que dans un registre différent, le système de notabilité est le même chez les socialistes. Les biographies de T. Larue et F. Blancho sont particulièrement éloquentes...

20Si la limitation actuelle du cumul des mandats perturbe ce jeu notabilitaire, elle ne l’annule pas. En effet, une grande partie des fonctions politiques des notables se situent aujourd’hui en dehors du suffrage universel direct (présidence des structures intercommunales, des comités d’expansion, des syndicats mixtes, des commissions et associations diverses)... Au contraire donc, depuis 82, la décentralisation aurait plutôt renforcé politiquement le système notabilitaire.

...Notables d'aujourd'hui

21Lors des municipales de 1989, Buléon et Quellien imaginent pour l'analyse pré-électorale de Normandie-Magazine un maire fictif d'un commune fictive : Antoine Blandin, 73 ans, qui se représente pour un sixième mandat consécutif, à Saint Philippe du Foc... 15 jours plus tard, petite révolution dans la commune, Blandin est battu par un jeune rurbain... Cette fiction n'est pas gratuite. Elle est le reflet de l'effritement progressif du système notabilitaire classique. Les élections législatives de 1993 et 1997 marquent ainsi l’érosion des scores plébiscitaires. Le député le mieux élu de l’Ouest en 93, P. de Villiers, passe à 66 % au premier tour (il sera mis en ballottage en 97).V. Ansquer, son prédécesseur, se faisait élire sur les mêmes terres en 1962 à 95,9 % ! L'un des exemples les plus frappants de cette évolution fut peut-être l'échec aux élections cantonales de 88 du président Jozeau-Marigné dans la Manche. Président des présidents pour Frémont, en 86, clé de voûte du système notabilitaire étudié par Boivin dans sa thèse : sa défaite brutale face à un jeune inconnu socialiste est symbolique de l'érosion successive des quatre forces du système notabilitaire.

22L'apolitisme, et surtout les campagnes uniquement basées sur "la peur de la gauche", comme en 68 et 81, ne suffisent plus. Avec l'arrivée des socialistes au pouvoir en 81, cette "phobie" est démystifiée. Mêmes si les agriculteurs ne votent pas encore massivement à gauche, leur majorité accepte désormais le dialogue avec un président, un ministre, un député socialiste.

23Mais la longévité, et donc le vieillissement, est peut-être la cause principale du renouvellement des notables. Pendant que les notables conservateurs se faisaient élire et réélire, les socialistes ont pu depuis longtemps se placer en dauphin, se faisant connaître en attendant que sonne l'heure de la retraite pour leur rival. Le cas des communistes a pu sembler encore plus critique : chacun de leur fief ne tient souvent qu'à une personnalité, souvent le père du syndicalisme local, héros de la résistance, et artisan de la reconstruction. Les années 90 ont toutefois compliqué ce modèle : des “notables” socialistes installés depuis plus de 10 ans furent balayés par de jeunes challengers de droite en 1993 : A. Cazin (Morlaix), E. Hubert (Nantes), M. Hunault (Chateaubriant), J. Le Nay (Hennebont)... A l’inverse, contre toute attente, le système communiste se maintient souvent au delà de l’aura de ses membres fondateurs, par la promotion habile d’un dauphin et un passage de relais en douceur. C. Cuvilliez succède à I. Bourgois à la mairie et la députation de Dieppe, D. Colliard et D. Paul succèdent à A. Duroméa (lui même ex-dauphin de R. Cance) comme député du Havre... Mais ce qui fonctionne en ville ne fonctionne pas forcément dans les espaces ruraux... F. Leyzour dans le Trégor, “en retraite sénatoriale” depuis 89, dut repartir en campagne législative en 97 pour reconquérir la circonscription que son dauphin communiste C. Le Verge n’avait pas pu sauver en 93.

24La sociabilité n'est plus une arme absolue. La rurbanisation, la transformation des campagnes firent que l'élu ne connaît plus personnellement qu'une faible part de ses administrés. La demande a également changé : ce n'est plus le consensus social qu'il faut préserver, mais l'avenir économique de la région. Le dynamisme local, la création d'emplois, la valorisation culturelle et touristique de la région se doivent d'être au programme de l'élu nouveau : "après la défaite de Jozeau-Marigné, un nouveau type de conseiller général est en train de naître dans la Manche. Il s'agit d'un élu qui se veut très soucieux d'une bonne gestion de l'ensemble du département. Il est préoccupé en priorité par le développement économique de son département" (Boivin 88). L'élu nouveau doit être un technicien, la montée au pouvoir des jocistes ou jacistes qui deviendront socialistes en est le témoin. Enfin, la proximité de classe n'est plus ce qu'elle était : en Basse-Normandie, la proportion de députés agriculteurs est passée de 58 à 81, de 21 à 4 %, celle d'enseignants de 12 à 48 %... Dans sa thèse concernant l'évolution du personnel politique local (89), Garraud montre clairement la proportion de plus en plus fortes des salariés, notamment les cadres moyens et supérieurs. De même, l'âge moyen de l'élu décroît : ceci correspond également à une évolution de l'électorat, qui ne veut plus être mené par des patriarches...

25Le prestige politique a changé de camp. Si tous les départements et régions de l'Ouest demeurent de droite, le plus souvent lors de ces 17 dernières années, “l’état” est de gauche, les gouvernements socialistes ont nommé un nombre harmonieux de ministres dans chaque région, en créant ainsi des puissantes figures régionales, capables de rivaliser avec les grands barons de la droite... D'ailleurs, on se souvient que Siegfried analysait la Normandie comme particulièrement sensible à cette légitimité du pouvoir. L’exemple des socialistes en Seine-Maritime peut illustrer cette évolution. Sous l'égide de L. Fabius, "notable socialiste" s'étant hissé à la hauteur de J. Lecanuet, la gauche prend en 1988 11 des 12 sièges de députés (dont 10 pour les socialistes). L. Fabius parvient ainsi à installer sur la région une "génération Fabius", nouvelle génération de "notables new-look", tous jeunes, et même très jeunes députés dynamiques, brillants technocrates. Les réussites dans des circonscriptions rurales peu favorables des F. Bredin et A. Le Vern sont symboliques. Leurs professions de foi copient avec application les mécanismes notabilitaires classiques (figures 59 et 60). L’apolitisme est de règle et rien ne permettrait à un électeur non informé de deviner à travers leur déclaration que les candidats sont de gauche.

26F. Bredin joue la proximité avec une touche de modernisme et de féminisme : “parce que je suis une femme, qui aime les choses concrètes”, elle met a son “cœur à l’ouvrage” au service d’une région qu’elle aime (elle n’ose pas écrire “dont je suis tombée amoureuse”). Une adaptation réussie pour une candidate qui lors de sa première campagne en 1988 cumulait tous les handicaps, comme elle le raconte dans son « journal de bord » (97) : « On ne me l’envoie pas dire, je cumule tous les défauts : mes diplômes (droit, Sciences Po, ENA...) (...) Une femme de surcroît. Sans parler de mon âge, 31 ans. Péché capital enfin, je viens de Paris. Horsain parmi les horsains ! Et d’une famille qu’on dit aisée. Erreur de casting ! ». Pourtant, à la surprise générale, F. Bredin sera élue, puis réélue, contre C. Revet, agriculteur cauchois devenu depuis président du Conseil général de Seine-Maritime.

27Plus pudique, A. Le Vern n’a presque pas assez de deux pages pour énumérer unes à unes les actions concrètes qu’il a engagées en cinq ans. Ici, pas de programme national, mais peu importe, chacun pourra en parler directement avec “Alain”. N’a-t’il pas en cinq ans traité 40 000 lettres individuelles et reçu 5000 personnes ?

28Si la jeunesse et le dynamisme sont pour les socialistes à l’Ouest les armes du changement elles sont aussi pour la droite les armes de la permanence. Aujourd’hui, la droite ne contre attaque que là où elle a su renouveler ses notables. En Haute-Normandie, la seule circonscription où la droite ait regagné des voix depuis 81 est celle de L. Poniatowski (Bernay), qui correspond justement à ce profil de “jeune” technocrate dynamique, modéré dans ses actes et ferme dans ses convictions, grand chasseur de subventions pour sa commune, son canton, sa circonscription, son département. On peut illustrer la même tendance par l'exemple de F. Fillon dans la Sarthe. Successeur de J. Le Theule à Sablé, il s'impose en 81, à 27 ans, comme le plus jeune député de France (pied de nez à la jeunesse affichée des socialistes). Il s’enracine facilement localement, en prenant la mairie et le canton de Sablé. Proche lieutenant de Chirac, il se fait connaître nationalement en 86 comme président de la commission de la défense à l'assemblée nationale. Jeunesse, forte présence locale malgré une reconnaissance nationale, F. Fillon ne peut plus être inquiété chez lui. En 88, Sablé est la circonscription sarthoise la plus à gauche (58 % pour Mitterrand). Ceci n'empêchera aucunement le jeune leader RPR de renverser la tendance et de se faire réélire dès le premier tour ! La parcours de F. Fillon rappelle celui de son voisin mayennais J. Arthuis, modeste fils de commerçants locaux qui au sortir d’une éducation catholique “au pays” prendra la mairie de Chateau-Gontier à 27 ans, puis deviendra successivement avant d’atteindre 50 ans président du conseil général de Mayenne, sénateur et ministre de l’économie et des finances. En Bretagne, le renouveau à droite passe également par le remplacement des députés agriculteurs des années 50, au profit de jeunes techniciens, modérés, et de pointure nationale : deux figures, parmi les plus aisément élues à droite, en Bretagne, illustrent ce profil : P. Méhaignerie, ingénieur des eaux et forêt, et L. Bouvard, conseiller en organisation industrielle, tous deux leaders influents du CDS... Telle fut également longtemps l'image d'un P. de Villiers, faisant sien le mot de J. Yole (1936) : "la tradition, c'est le pied mère, le greffon, c'est le progrès", dont on pourrait faire la devise de la Vendée.

29Pourtant, mis à part pour ces grands commis de l’état aux destins exceptionnels, le prestige ne semble plus une garantie très forte de succès, et la proximité semble plus importante. En 1997, les surprises les plus nettes vinrent de candidats (d’ailleurs souvent des candidates) socialistes sans passé politique ni carte de visite, en quelque sorte plus proches des électeurs : L. Dumont, inconnue quadragénaire “parachutée” dans le Bessin fait tomber avec F. D’Harcourt une dynastie centenaire, Jacqueline Lazard, formatrice peu connue de 50 ans bat à Douarnenez l’ancien ministre A. Guellec, A. Tourret, enseignant de 50 ans sort R. Garrec le président du conseil régional de Basse-Normandie, F. Cuillandre, professeur de 40 ans s’empare de la circonscription du Léon !

La mesure de l'effet notabilitaire

30L'effet notabilitaire existe donc, mais il reste à le mesurer et le localiser. On peut logiquement considérer que cet effet joue avant tout pour les législatives, et peu pour les présidentielles : l'influence personnelle d'un homme politique jouera largement lorsqu'il est candidat, mais ne jouera qu'indirectement, et donc beaucoup moins, pour expliquer un autre scrutin : "Mais lorsqu'ils (les notables) prétendent guider le choix des électeurs dans les grandes consultations nationales, leur rôle parait bien faible" (Boivin, 83). Ainsi s'expliquent les différences de vote souvent importantes d'une même région selon les types d'élection. Ainsi s'expliquent les erreurs fréquentes des prévisions nationales, qui sous-estiment souvent l'implantation personnelle locale des candidats, que l'on croit, à tort, ne pas être capable de résister à un raz de marée conjoncturel national. Un indice simple de la notabilité lors des législatives pourrait donc être : effet résiduel moyen d'un parti aux législatives - effet résiduel moyen d'un parti aux présidentielles. On peut alors supposer voir apparaître une carte assez différente de celle des champs de force classiques : des leaders locaux peuvent largement accentuer, voire inverser les votes exprimés lors des présidentielles, de même que des zones de force d'un parti lors des présidentielles ne possèdent pas forcément en relais un leader local.

31Les moyennes sur l'ensemble de l'Ouest permettent de se faire une première idée de ces influences notabilitaires. L'effet résiduel sur l’ensemble des législatives soustrait à l'effet résiduel sur les présidentielles est de +2 pour le PC, + 6,6 pour la droite traditionnelle, et de -2 pour le PS, -2,3 pour la droite gaulliste, -5 pour le Front national. Indépendamment de leur implantation à l'Ouest, le PC et la droite traditionnelle sont des partis s'orientant avant tout autour de grandes figures charismatiques, locales ou régionales. A l'inverse, le PS, le gaullisme et le FN sont des courants nationaux, dont le partisan votera avant tout selon des valeurs ou des leaders nationaux, et moins pour le candidat local, simple rouage de l'appareil fédéral.

32La carte de l'effet notabilitaire du PS, par contre, diffère beaucoup de celle de son champ de force (figure 61a). Les effets notabilitaires les plus nets sont tous ruraux. Dans les fiefs urbains (Rouen, Caen, Lorient, Saint-Nazaire), malgré la présence de très fortes personnalités locales, l'effet résiduel des socialistes aux législatives ne parvient pas à dépasser, ni même souvent à atteindre, l'effet résiduel lors des présidentielles, déjà très fort. Les "socialistes des campagnes" contribuent donc davantage à expliquer les effets résiduels : T. Prigent à Morlaix, L. Le Pensec à Quimperlé, L. Darinot à Cherbourg, R. Fouet à La Flèche. Les espaces de plus faibles effets notabilitaires correspondent aux terres ou le communisme est influent, mais toujours davantage aux législatives qu’aux présidentielles, empiétant ainsi localement sur l’électorat socialiste.

33Les faibles reliefs de la carte de l'extrême droite tranchent avec les effets notabilitaires très marqués pour les deux droites (de -36 à + 37 pour la droite gaulliste, de -25 à + 40 pour la droite traditionnelle). Sans surprise, les cartes des deux droites sont les négatifs l'une de l'autre. Les zones claires de la droite modérée doivent donc être interprétées comme l'indicateur de la présence d'un notable de la droite gaulliste. Les deux cartes situent donc l'influence des grands notables de l'Ouest pour la cinquième République. Pour la droite gaulliste, 6 personnalités sont d'abord isolées : R. Tomasini (Vernon), G. de Poulpiquet-L.Goasduff (Landerneau), P. Godefroy (Valognes), J.C Cavaillé (Pontivy), O. Guichard (La Baule), J. Le Theulle-F. Fillon (Sablé). Pour la droite traditionnelle, 9 figures rayonnant sur leur circonscription se dégagent : M. d'Ornano (Deauville), R. Pleven (Dinan), C. Bonnet (Quiberon), R. Marcellin (Vannes), L. Bouvard (Ploërmel), P. Méhaignerie (Vitré), H. Denis (Mayenne), H. Maujouan du Gasset (Ancenis), P. Caillaud (La Roche).

Les frees-riders ont disparu

34Cet inventaire permet une première explication des effets résiduels lors des législatives. Mais si la notabilité joue sur les courants politiques, il est parfois admis qu'elle joue également sur l'abstention : plus un scrutin sera serré, plus la participation sera forte. Au contraire, s'il n'existe aucun enjeu, par la présence d'un notable sans rivaux, cette abstention sera forte. C'est l'une des théories issues du vote utilitariste, baptisée "Free Riders" (passagers clandestins) : "Ainsi, Rosenthal et Sen ont-ils constaté que la participation électorale aux législatives en France variait de façon significative avec le caractère serré de scrutin. Dans cette logique, on peut supposer une attitude stratégique de l'électeur très élaborée en raison d'une stratégie de free rider de certains électeurs : le vote en faveur d'un candidat disposant d'une forte majorité constitue, a priori, un coût inutile, et l'abstention maximise alors l'utilité de l'électeur qui tire profit de la victoire de son candidat, sans supporter le coût du vote." (Merle, 90). Le "vote plébiscite" pour 81 (figure 62a) cartographie pour chaque canton le score le plus fort obtenu au premier tour par un parti, quelque soit sa tendance politique. Il spatialise donc le caractère serré ou non du scrutin. En fait, même en 81, les votes plébiscites suivent les terres de droite, et les terres de gauche font toutes l’objet d’une bataille serrée. (les votes plébiscites aux législatives précédentes accentuent encore ce phénomène). Selon la théorie des free riders, la carte de l'abstention devrait se superposer avec celle du vote plébiscite (figure 62b). Il n'en est rien ; au contraire, la carte de l'abstention apparaît même comme le négatif du vote plébiscite, hormis en Argoat, où le scrutin est serré et l'abstention faible. A l'Ouest, moins le scrutin est serré, et plus l'on va voter... L'opposition entre les deux cartes est trop nette pour qu'il s'agisse d'un simple hasard. Les free riders ont disparu ! On peut avancer plusieurs explications de l'inadaptation pour l'Ouest de cette théorie :

  • A l'Ouest, l'abstention et le vote à droite sont liés à une troisième variable : le catholicisme, qui induit les deux. Un fort vote à droite sous-entend une région très catholique, et donc également une très forte participation ; cette participation sera d'autant plus forte que le vote sera plébiscitaire à droite... Les corrélations entre le vote plébiscitaire et l'abstention corroborent cette théorie : ces corrélations sont négatives pour l'Ouest, mais ne le sont fortement que régionalement pour les Pays de la Loire (-0,6 de moyenne pour 58, 68 et 81), et par département que pour la Vendée, la Loire-Atlantique et le Morbihan.

  • A l'Ouest, l'abstention et le vote à gauche sont également souvent liés à une troisième variable : le taux d'urbanisation, qui favorise les deux. Le vote à gauche croît, tout comme l'abstention, avec la taille de la ville. Les scrutins étant serrés lorsque la gauche est influente, et la gauche étant essentiellement influente dans les zones urbaines, très abstentionnistes, il est alors logique que la participation augmente quand le scrutin n'est pas serré... Ces constats se vérifient certes particulièrement à l'Ouest, mais sont sans doute également valables pour l'ensemble de la France, et doivent donc largement contribuer à relativiser le rôle des free riders.

Figure 62. Les Free-riders : comparaison vote plébiscite et abstention

Figure 62. Les Free-riders : comparaison vote plébiscite et abstention

35Mais cette explication n'est valable que tant que ce sont les élus de droite qui obtiennent des scores plébiscitaires. J'avancerai donc une autre théorie, plus générale. Un scrutin sera peu serré, avant tout par la présence d'un « champion », un leader charismatique qui pousse une grande majorité d'électeurs à voter pour lui. Les majorités écrasantes qu'il obtient sont la preuve de sa popularité, et ces majorités, il ne peut les réaliser qu'en séduisant les partisans habituels des autres courants politiques. Si ce leader est capable de pousser à voter pour lui des électeurs qui lui sont a priori opposés, on peut supposer qu'il parviendra également à séduire un certain nombre d'électeurs qui habituellement ne votent pas. Si l'on considère l'abstention comme un courant politique, le même raisonnement qui fera dire à un électeur "logiquement, je voterais pour un autre parti, mais exceptionnellement, je vais voter pour ce candidat", fera dire à l'abstentionniste "logiquement, je ne voterais pas, mais exceptionnellement je vais voter pour ce candidat".

36Un scrutin peu serré indique qu'il existe un candidat très populaire, et un certain nombre d'électeurs n'iront voter que pour un candidat qu'ils connaissent et apprécient. Le pouvoir de mobilisation sur ses terres d'un grand leader local est au moins aussi fort que la stratégie inverse de free riders... Et, selon cette analyse, souvent bien plus : les cantons les moins abstentionnistes pour l'Ouest sont Vitré-Argentré du Plessis, Saint-Fulgent-Les Herbiers, Landivisiau-Plouzévédé... Le suspense politique n'est pourtant pas torride, dans ces cantons ou la droite dépasse les 80 % jusqu'en 81.

37Séduisante en théorie, l'hypothèse des free riders doit être avant tout confrontée à la réalité. Pour l'Ouest, elle est en totale opposition avec la Géographie des votes. Par contre, le vote plébiscite est assez lié avec le taux de vote nul (corrélations supérieures à 0,5). Dans un scrutin peu serré, voter nul permet davantage de marquer son opposition au candidat certain d'être élu, que de voter pour un challenger démobilisé condamné par avance. Le vote nul peut également être un vote de réaction contre le mode de scrutin majoritaire, qui dans une circonscription tenue par un leader influent, clôt le débat politique pour 25 ans.

Tel maire, tel vote

38Si l'effet notabilitaire a été localisé à l'Ouest, il convient maintenant de l'expliquer. Le but (sans doute illusoire) serait d'isoler des phénomènes notabilitaires globaux, fonctionnant partout, expliquant ainsi les comportements locaux. On peut alors reprendre les 4 effets qui composeraient l'effet notabilitaire. L'effet de charisme est difficile, voire impossible, à mesurer pour des candidats locaux nombreux. L'effet de célébrité est également difficile à cerner précisément. On pourrait étudier le rôle de la longévité de l'élu (mais le temps intervient alors, et ceci se rapproche d'un effet historique, qui sera étudié dans le chapitre 9). Le rôle et l'impact des campagnes électorales seraient également une piste de recherche : vote de communes où le candidat s'est rendu fréquemment, impact de l'affichage... L'étude de l'influence des médias locaux, et notamment de la presse, serait également passionnante. Il serait très utile de comparer la diffusion des opinions avec la diffusion des ces hebdomadaires, toujours marqués politiquement. Keruel (93) analyse ainsi précisément l’influence des éditoriaux de Ouest-France sur le “Oui” à Maastricht dans l’Ouest. Enfin, l'étude systématique des parachutages, de leur réussite ou de leur échec, selon leur conjoncture, permettrait assurément de savoir davantage pourquoi certaines greffes prennent, et d'autres non.

39L'effet de proximité est plus aisé à isoler. L'idée serait de comparer les caractéristiques du candidat avec celles de son électorat : son âge, sa CSP... Mesurer le gain de voix, pour un candidat agriculteur, dans les cantons ruraux face aux cantons urbains, où l'impact différent d'une candidature féminine selon le nombre de femmes actives... Cette mesure serait réalisable, puisque le livre blanc des législatives permet de connaître systématiquement la profession du candidat. Mais j'ai préféré étudier l'effet de proximité à partir de la proximité spatiale (notion plus géographique) : un canton vote-t-il plus que l'ensemble d'une circonscription pour un candidat, lorsque celui-ci est maire d'une commune de ce canton ? Cet effet de mairie varie-t-il dans le temps, selon les partis, selon les régions ? Cet effet de mairie a-t-il également une influence sur les consultations nationales ? Il s'agit là de questions anciennes, mais pratiquement jamais mesurées en France : "dans son remarquable tableau électoral du Sud des USA, V.O. Rey retient ce facteur de proximité géographique, sous le nom de friends and neighbours, parmi ses principes d'explication. Du fait des amis et voisins, chaque candidat a un succès beaucoup plus marqué dans la région où il vit, et même celle où il a des attaches familiales, que dans le reste de la circonscription" (Lancelot, 75).

La prime municipale

40Le livre blanc des législatives indique parmi les renseignements concernant les candidats, si celui-ci est maire. Malgré quelques oublis, cette indication est notée à peu près régulièrement. Pour 4 législatives (62, 68, 73, 81), j'ai donc localisé les candidats maires. J'ai ensuite systématiquement calculé l'écart entre l'effet résiduel (au premier tour), dans le canton où ils étaient maires, et leur effet résiduel moyen dans la circonscription. J'ai ensuite reventilé l'information par région, et par parti (figure 63 a).

41Le nombre de maires pris en compte à chaque élection (environ 90) est finalement assez important, puisqu'il représente plus d'un maire par circonscription, soit près d'un canton sur cinq. Ceci permet de conserver une crédibilité aux calculs, même lors des ventilations.

42Il est possible de distinguer trois strates parmi les maires candidats à la députation :

  • Les maires de grandes agglomérations. Curieusement, le plus souvent, leurs tentatives à la députation ne sont guère couronnées de succès, et leur pouvoir peu stable. Les grands maires sont donc rarement députés et plus souvent sénateurs.

  • La strate intermédiaire est celle des chefs-lieux de circonscription. La domination de ces villes, rayonnantes sur la circonscription (et qui composent directement au moins un tiers du corps électoral) est évidemment un atout de taille. Mais curieusement, malgré quelques exemples célèbres, le cas est plutôt rare. C'est le plus souvent le partage des pouvoirs qui est de mise, et le maire le plus important de la circonscription est rarement conjointement député.

  • Les députés se situent donc majoritairement dans la dernière strate : celles des communes rurales, au mieux des chefs lieux de cantons, mais très souvent des communes de quelques centaines d'habitants. La domination de petites communes assure la stabilité du pouvoir municipal pour un député rural de droite, alors que la longévité de ce pouvoir est loin d'être certaine pour un chef lieu de circonscription : électorat théorique plus à gauche, présence de listes d'opposition.... Mais surtout, le notable ne put, pendant longtemps, se permettre une étiquette "citadine" : celle du viticulteur indépendant, habitant au pays, était davantage une garantie de longévité. Les socialistes l'ont compris, et en 83 et 89, malgré la prise de quelques mairies spectaculaires, c'est avant tout par la conquête de petites et moyennes bourgades que les jeunes députés PS vont asseoir leur réseau d'influences locales, ceci se vérifiant particulièrement en Seine-Maritime et en Bretagne Nord.

Figure 63. Effets de mairie

Figure 63. Effets de mairie

43L'effet de mairie est presque toujours et partout positif (figure 63a). Ce n'est pas une découverte, mais une confirmation : la proximité locale joue toujours un rôle, qui peut parfois être très important (+20 %). Par contre, globalement, il semble n'y avoir eu aucune évolution, dans le sens d'une baisse, ou d'une accentuation, de cet effet de mairie.

44Néanmoins, le nombre de maires candidats a baissé significativement : cela signifie-t-il une perte progressive du caractère local des élections législatives, qui deviennent nationales par leur médiatisation ? L'effet de mairie ne variant pas, je pencherais plutôt pour une précision moindre du livre blanc, après 81.

45L'effet de mairie diffère selon les partis. Ainsi cet effet apparaît beaucoup plus fort pour la gauche que pour la droite, et encore plus nettement pour le PC : ceci relativise donc largement pour le communisme la notion de "parti de classe". C'est a priori le contraire, au moins dans l'Ouest : le PC est un parti sinon notabilitaire, du moins uniquement basé sur quelques personnalités "mythiques" régionales. L'effet de mairie est également élevé pour le PS. D'ailleurs, le nombre de maires candidats de gauche est important par rapport à celui de droite. Il y a même davantage de maire candidats de gauche que de droite en 81. Pourtant, l'immense majorité des communes demeurent administrées à droite... Ceci renforce l'hypothèse de l'apolitisme de ces maires, qui brigueront au plus un mandat de conseiller général, alors que pour la gauche, toute implantation locale sera l'occasion rêvée d'accroître cette influence au canton, à la circonscription... Le fort effet de mairie pour la gauche peut alors s'expliquer par la faible implantation de la gauche à l'Ouest (avant 81). On ne votera presque jamais à gauche "par conviction", mais pour des hommes, par exemple issus du syndicalisme chrétien, ou connus "en bien" dans leur commune, par leur statut professionnel par exemple.

46A droite, l'effet de mairie est surtout important pour la droite traditionnelle. Ceci est logique, l'UDF s'apparente davantage à une "nébuleuse" regroupant des personnalités très différentes, qu'à une fédération autoritaire. L'effet de mairie est au contraire bien plus faible pour le gaullisme. Pour les indépendants, l'effet de mairie, qui n'est connu qu'en 62, est, fort logiquement, très élevé.

47L'évolution de l'effet de mairie est également très différenciée selon les partis. Pour la gauche, de 62 à 81, l'effet de mairie chute nettement et régulièrement (figure 63). La gauche passerait donc à l'Ouest, d'un vote uniquement lié à des personnalités populaires, à un vote de conviction, où l'on trouvera désormais (par les mutations sociales et culturelles), des circonscriptions rurales entièrement acquises à la gauche.

48A l'inverse, pour le gaullisme, l'effet de mairie croît régulièrement. Le vote pour le général de Gaulle, même lors des législatives, au travers de candidats locaux "incolores", s'estompe lentement. Les candidats du RPR se présentent désormais avec leurs idées, et non plus simplement avec pour seul programme le soutien à la politique du général. Pour la droite traditionnelle, le total droite, et même le total global, il n'existe aucune évolution tranchée.

49Les variations de l'effet de mairie selon les régions sont moins claires. L'effet semble le plus élevé en Haute-Normandie (grâce au total droite, où les rivalités internes sont faibles). Ces effets sont presque aussi élevés, et plus réguliers, pour la Bretagne. L'effet de mairie, et donc de l'importance de la fierté, et de la représentation locale, est bien plus important en Bretagne qu'ailleurs : c'est une confirmation intéressante d'une "idée reçue" jamais mesurée.

50L'influence des notables locaux est réputée très faible quand il s'agit d'influer sur le vote lors des consultations nationales. Pour mesurer le poids de cette influence indirecte des notables, lorsqu'ils ne sont pas eux-mêmes candidats, j'ai calculé l'effet de mairie lors des présidentielles de 65, 69, 74, 81 : quel est l'écart entre l'effet résiduel d'un parti lors d'une présidentielle, dans un canton dont un maire (influent, puisque candidat aux législatives précédentes) appartient à ce parti, et l'effet résiduel moyen de ce parti dans la circonscription du canton ?

51Contrairement à ce que l'on pourrait penser, cet “effet de mairie indirect” existe bien, puisque les écarts sont presque toujours positifs (figure 63). A gauche, les écarts sont même très positifs. Mais le maire n'y est peut-être pour rien : on peut en effet supposer que si tel canton possède un maire influent de gauche, il ne s'agit pas forcément d'un hasard, mais le résultat logique d'un canton qui possède déjà une forte tendance au vote à gauche (explication sociologique, historique...), et votera donc plus à gauche que ses voisins lors de la présidentielle. En tous les cas, il est tout de même possible d'affirmer que la concordance entre l'étiquette du maire et le sens du vote aux présidentielles, est plus fréquente pour le total gauche que pour le total droite.

52Au sein de la gauche, "l'effet indirect de mairie" pour les communistes, ne dépasse plus celui des socialistes, et chute donc largement, par rapport à l'effet de mairie direct. Ceci confirme clairement la faible influence des leaders communistes sur leurs électeurs, quand ils ne sont pas eux mêmes candidats : le vote communiste se dirige donc bien souvent vers une personne, et non un parti. D'ailleurs, si ces personnalités deviennent des dissidents du PC, ou au moins affichent une certaine distance au parti, ceci, au contraire de leur nuire, leur permet le plus souvent de faire exploser leur score (R. Jarry au Mans, R. Plaisance à Evreux).

53Au total, on observe donc une certaine conformité entre le vote local et le vote pour des scrutins à enjeux plus nationaux. Cette conformité fut vérifiée en comparant les résultats des villes haut-normandes au Printemps 95, aux présidentielles et aux municipales (figure 64a, Bussi, 95). Pour les 32 communes étudiées, l’écart moyen du total gauche entre les deux élections est inférieur à 5 % et seules sept villes sur 32 passent soit de gauche à droite, soit de droite à gauche (dont Evreux). Toutes les autres villes possèdent des votes municipaux conformes à leur vote présidentiel. Contrairement à une opinion courante, la période ne semble donc guère favorable aux leaders municipaux populistes “en dehors des partis”, ni même au “zapping électoral”.

54Lors des législatives de 1997, une analyse communale, toujours pour la Haute-Normandie (Bussi, Girault 97), compare pour les candidats à la députation exerçant un mandat de maire, l’écart entre leur score dans leur commune, dans leur canton, dans leur circonscription, et celui réalisé par le candidat de leur parti aux présidentielles de 95 (figure 64b. Malgré des différences impressionnantes, cet écart est toujours positif pour la commune, et assez souvent pour le canton. Ces chiffres montrent donc que les électeurs se mobilisent souvent massivement pour faire élire leur maire ou leur conseiller général à l’assemblée nationale, en dehors de toute considération politique. En une période de crise marquée électoralement par le vote protestataire, on assiste peut-être parallèlement à une crispation électorale autours de réflexes territoriaux : sans confiance véritable dans aucun parti ni candidat, on vote égoïstement mais massivement pour “le gars du coin” contre celui d’à côté... Les primaires à gauche, d’une opposition communiste-socialiste deviennent à Vernon une opposition Vexin/vallée de la Seine, à Bolbec une opposition Gonfreville-Lillebone, à Dieppe une opposition entre la ville centre et sa périphérie...

55Au total, la proximité spatiale de l'élu participe donc indiscutablement à l'explication de l'effet résiduel. Cet effet est tout aussi pertinent aujourd’hui qu’il y a quarante ans. C’est donc à une tradition ancienne, électoralement très importante, que L. Jospin s’attaque en affichant son désir en février 1998 d’éliminer du paysage politique les députés-maires.

La prime ministérielle

56Le quatrième effet notabilitaire isolable est l'effet de pouvoir. Parmi l'ensemble des pouvoirs, le possession d'un pouvoir politique semble la plus importante. Pour une élection législative, seul un pouvoir supérieur à celui de député peut avoir une influence positive : être ministre. L'idée est donc de mesurer si le fait d'être ministre, ou de l'avoir été, est un avantage pour le candidat, si cet avantage diffère selon les partis, les régions, si le fait de posséder un ministre dans ses rangs est un avantage pour un parti dans un département, dans une région.

57Pour les ministres de l'Ouest, ou secrétaires d'état, qui furent députés sous la cinquième République, j'ai donc calculé leur score dans leur circonscription, lors de leur première élection dans l'exercice de leur ministère. J'ai parallèlement calculé le score de leur parti dans cette élection dans leur département, et dans leur région. Lorsqu'il s'agit de députés, anciens ministres sous la quatrième République, j'ai calculé leur score sur l'élection la plus proche possible de leur ministère (c'est-à-dire 1958). Tous les calculs furent effectués sur les votes réels, et non sur les effets résiduels.

Figure 64. SCORE DU TOTAL DROITE AUX PRESIDENTIELLES ET AUX MUNICIPALES 1995, pour les principales communes haut-normandes.

Figure 64. SCORE DU TOTAL DROITE AUX PRESIDENTIELLES ET AUX MUNICIPALES 1995, pour les principales communes haut-normandes.

58Les résultats concernent au total 67 ministres : l'Ouest est une terre riche en hommes politiques d'envergure nationale (figure 65a). Les gouvernements de droite ont profité de ces notables solides, indéracinables localement, et les gouvernements de gauche ont tenté de favoriser l'offensive socialiste sur le front Ouest en y lançant quelques généraux, et en assurant la promotion de quelques enfants du pays.

59Récemment, les gouvernements Balladur et Juppé ont puisé comme jamais à l’Ouest leurs forces vives : six ministres de « l’Ouest siegfridien” pour Balladur, neuf pour Juppé, soit au total 13 ministres différents, dont la plupart tenaient les postes clés : F. Fillon, A. Madelin, J. Arthuis, F. d’Aubert, H. de Charettes, P. Méhaignerie, J.-L. Debré, C. Lepage... D’ailleurs, la carte des membres du gouvernement Balladur, loin d’être aléatoire, se superpose très exactement avec la carte du vote pour la droite : Ouest, Béarn, Savoie, Lorraine (figure 65c).

60L’Ouest est moins bien représenté dans les récents gouvernements de gauche. Sous le gouvernement Jospin, la Bretagne bretonnante paye ses attaches rocardiennes, et la Seine-Maritime sa fidélité fabusienne.

61Néanmoins, sur l’ensemble de la cinquième république, la Haute-Normandie, pied à terre provincial pratique pour une carrière nationale, puisque proche de Paris, et la Bretagne, sont les mieux loties en membres du gouvernement, alors que la Basse-Normandie, grande oubliée, ne fut jamais récompensée de sa fidélité à droite.

62"L'effet de ministre" est largement payant pour un candidat : en moyenne, son score dans sa circonscription est supérieur de 20 points à celui de son parti dans son département, sa région ou l'Ouest (figure 65b). L'influence d'un ministre dans un département permet également pour son parti d'obtenir dans le département une moyenne plus élevée que dans les départements voisins (mais l'écart est très faible, de +1,5 %). Par contre, l'influence d'un ministre dans une région n'est pas suffisante pour que le score de son parti y soit plus élevé que dans les régions voisines : écart de - 0,1...

63L'analyse régionale permet d'observer de nettes divergences de cet effet de ministre. Pour les Pays de la Loire, les ministres augmentent beaucoup moins qu'ailleurs le score régional ou départemental de leur parti, dans leur circonscription (environ + 10). Les pays de la Loire comptent il est vrai, sous la cinquième République, beaucoup d'anciens ministres de la quatrième (indépendants paysans), ou de jeunes ministres (socialistes ou de droite après 88) mais peu de grands ministres influents sous la cinquième République, mis à part O. Guichard, J. Foyer, J. Le Theulle et R. Ligot. C'est l'inverse en Bretagne. Le nombre de ministres "en titre" sous la cinquième République est impressionnant : de 62 à 73, les R. Marcellin, R. Pleven, E. Michelet, S. Ploux, de 73 à 81 les Y. Bourges, M. Cointat, P. Méhaignerie, M.M. Dieniesch, C. Bonnet, M. Becam, P. Lelong, sous la gauche L. Le Pensec, E. Hervé, C. Josselin, J.Y. Le Drian, K. Yamgnane. Les ministres bretons montent le score de leur parti dans leur circonscription de 30 % par rapport au score moyen de leur parti dans l'Ouest ! Quelques chiffres l'expliquent aisément. Lors de leur première élection en tant que ministre, R. Marcellin se fait élire au premier tour à 85 %, P. Méhaignerie à 71 %, R. Pleven à 70 %, C. Bonnet à 68 %...

Figure 65. Effet de ministre.

Figure 65. Effet de ministre.

Implantation électorale des membres du gouvernements Balladur.

Implantation électorale des membres du gouvernements Balladur.

Source : Le Monde, (93)

64Selon les partis, les ministres de la droite traditionnelle sont ceux qui savent le mieux faire fructifier dans leur circonscription leur pouvoir national : +30 par rapport à leur département et à l'Ouest. Par leur rang, leur modération, leur passé, ces notables parmi les notables rassemblent, durent, et règnent sur leur territoire. Leur nom devient alors en France le synonyme d'une région (tel les J. Lecanuet, M. d'Ornano, R. Pleven...)... Les ministres PS et de droite gaulliste ne font monter que de +15 le taux de leur parti dans leur circonscription, soit moitié moins que pour la droite traditionnelle. Pour les gaullistes, malgré leurs très grands "noms", ces notables rassemblent moins, leur discours rayonne plus difficilement dans l'Ouest catholique. Les barons O. Guichard J. Foyer, R. Triboulet, se firent bien sûr toujours élire au premier tour, mais leur score "n'explose" pas, ne dépassant pas les 60 %... Si les ministres socialistes ne rassemblent pas encore, c'est à cause de la jeunesse de leur pouvoir. Mais les L. Fabius, L. Mexandeau, L. Le Pensec travaillent assurément à asseoir une réputation de ducs", de Bretagne ou de Normandie, en espérant que tombe un jour prochain le conseil régional.

65L'effet notabilitaire existe donc. Mais surtout, ces effets notabilitaires sont parfaitement mesurables, pour peu que l'on s'en donne la peine.

LES REGLES DU JEU ELECTORAL

66Le résultat du vote dépend avant tout des règles du jeu électoral. Or, le gouvernement en place peut à loisir, s'il le désire, modifier ces règles en sa faveur. Jouer sur ces règles afin d'influer sur le résultat s'inscrit donc bien dans l'esprit d'un électorat assimilé à un "marché à conquérir". Cette manipulation peut prendre deux formes : jouer sur le mode de scrutin (majoritaire ou proportionnel) ou jouer sur les espaces d'agrégation lors d'un scrutin majoritaire local (notamment les circonscriptions...). L'étude de ces modifications, et de leurs effets sur le vote est pratiquement inexistante en France. Elle est pourtant l'une des préoccupations majeures des géographes outre-Manche et outre-Atlantique. Guillorel (84) la place parmi les 5 grands thèmes de la Géographie électorale, et souligne "ces questions de découpage électoral et d'effets spatiaux des lois électorales constituent un des secteurs les plus dynamiques de la Géographie électorale anglaise". Aux Etats-Unis, la possibilité juridique de contester les découpages a permis de donner aux géographes dans ce domaine un important rôle de "consultant non partisan".

67Ces pratiques n'impliquent pas seulement une reventilation partisane et donc inégalitaire des résultats. Les lois et les découpages électoraux influent également, à terme, sur les résultats eux-mêmes. Les recherches de Taylor et Gudgin (79) interviennent dans cette direction "l'idée étant que les caractéristiques spatiales des procédures électorales peuvent influencer de façon autonome le résultat d'une élection". A terme, ces calculs électoralistes influent donc eux aussi sur l'effet résiduel local.

68La notion de justice dans les consultations électorales est par contre une question vaste, que je cernerais en m'inspirant la classification de Lévy-Guillorel (86). Un mode "juste" de scrutin doit assumer deux fonctions : la représentation et la légitimation. La représentation concerne le fait qu'à l'issue d'une consultation, l'élu doit être le représentant d'un intérêt commun, dont il est le garant (elle permet de "gouverner"). La légitimation renvoie à la notion "one man-one vote", les convictions de chaque individu devant pouvoir être représentées, en proportion de leur poids, à l'issue d'un scrutin (le système idéal dans ce cas serait donc l'absence de médiation, et donc de scrutin...). Cette classification à partir de ces deux fonctions est intéressante, car il est possible de lui associer les deux modes possibles de scrutin : la représentation d'une société holiste renvoie à un scrutin majoritaire, la légitimation dans une société atomiste à scrutin proportionnel. De même, on peut y intégrer les deux types d'inégalités liées au découpage électoral des circonscriptions, isolées par Pascal (79) : démographiques et géographiques. Les inégalités démographiques dans le découpage impliquent un irrespect de la fonction de légitimation : par la taille différente des circonscriptions, une voix n'a pas le même poids ici et ailleurs. On emploiera alors le terme de "malapportionment". Les inégalités géographiques impliquent un irrespect de la fonction de représentation : perdre avec 49 % des voix représente un "gaspillage de voix", et les espaces d'agrégations électoraux doivent donc être les plus homogènes possibles, et non volontairement dispersés, à des fins purement électoralistes. On emploiera alors le terme de "gerrymandering" ou de « gerrymanding ». Ce terme fut inventé par la gazette de Boston (1812), puis reprit par C.O. Sauer (1918), à propos du gouverneur Elbridge Gerry, élu grâce à une circonscription antifédéraliste découpée selon la forme d’une (sala)mander).

69Cette approche affine donc, sans s'y opposer, les critères de Sanguin (77) : "pour produire des circonscriptions électorales justes pour tous, quatre critères doivent être retenus : le nombre d'électeurs doit être égal d'une circonscription à l'autre ; les circonscriptions doivent être contiguës, et non divisées par d'autres ; elles doivent être aussi homogènes que possible de façon à respecter les intérêts sociaux, politiques, économiques du lieu ; enfin, en recouvrant une forme compacte, elles concrétiseront davantage les trois critères précédents". A. Laurent, dans sa thèse « espace et comportement électoral » (83), qui constitue de loin l’approche française la plus complète de l’influence actuelle et passée des découpages électoraux sur le comportement individuel, va jusqu'à recenser 23 critères du découpage électoral, de l’égalité géographique aux dessins des circonscriptions.

Combien d’électeurs pour un député ?

70Les inégalités démographiques sont incontestablement la forme d’injustice électorale la plus évidente, la plus criante, et la plus "fructueuse". En France, il faut parfois un électeur rural contre deux ou trois électeurs urbains, pour élire un député (par exemple en 1997, la circonscription de Marvejols en Lozère compte 26 500 inscrits, contre 118 000 à Brignoles, dans le Var !). Comme tout découpage, même si les aires sont à l'origine de tailles équilibrées, l'inévitable évolution démographique contribue à gonfler certaines circonscriptions, et à en dépeupler d'autres. Il faudrait alors, comme pour les cantons, réajuster régulièrement le découpage. Les circonscriptions tracées en 58 ont logiquement subi l'évolution sociale des trente dernières années et donc un dépeuplement rural au profit des circonscriptions urbaines et périurbaines : "mais le découpage ne tient pas compte d'une disparité géographique qui devait s'accentuer nécessairement avec le développement de l'agglomération rennaise. Dès 1958, le nombre d'électeurs est de 78 981 dans la circonscription de Rennes Sud, de 46 328 seulement dans celle de Vitré. En 1981, Rennes Sud compte 133 947 électeurs, Vitré 54 204" (Phlipponneau, 87). Ces circonscriptions urbaines étant en théorie celles de gauche, celle-ci se trouverait alors lésée. P. Pascal (79) renvoie au même constat pour la France : en 73, les circonscriptions de gauche comptent en moyenne 64 800 inscrits, contre 60 300 pour les circonscriptions de droite. En 78, la différence est de 76 000 contre 69 500.

71Concernant l'Ouest, l'étude globale des circonscriptions confirme un accroissement régulier de leur population (figure 66a), notamment entre 68 et 78. Mais parallèlement à cette croissance, qui pourrait, si elle se répartissait homogènement, ne pas influer sur les inégalités démographiques, l'écart absolu moyen entre les différentes circonscriptions (dispersion) croît également. La régularité de la croissance de la dispersion de la taille des circonscriptions démontre le danger de conserver longtemps le même découpage.

72Il est également possible d'étudier les différences spatiales dans les tailles des circonscriptions. Par région, la Bretagne était clairement sous-représentée en 1958, mais sa plus faible croissance démographique la fait rentrer dans la moyenne dès 68 et 81. En 1958, les deux Normandie sont à l'inverse sur-représentées, mais suivent deux évolutions différentes : la taille des circonscriptions bas-normandes continue à diminuer, et le poids des électeurs pèse donc de plus en plus lourd, à l'inverse de la Haute-Normandie, dont les circonscriptions en 81 deviennent bien trop vastes. Dans la moyenne dès 1958, les Pays de la Loire s'y maintiennent globalement toujours. L'analyse par département (figure 66d) permet d'affiner ces constats. Sous la Vème République, les départements surreprésentés sont les plus ruraux : la Mayenne et la Manche... En 1958, les départements les plus sur-représentés à l'assemblée à l'Ouest étaient l'Eure et la Sarthe, deux départements réputés radicaux, et donc plutôt de gauche par rapport à l'Ouest. Sur ce plan départemental, il est donc difficile d'accuser le découpage d'être partisan...

Figure 66. Inégalités démographiques et découpage électoral.

Figure 66. Inégalités démographiques et découpage électoral.

73L'analyse des tailles moyennes des circonscriptions selon l'appartenance des députés élus est par contre plus révélatrice de ces inégalités, volontaires ou non (figure 66b). Les circonscriptions dont le député est communiste sont pratiquement depuis 1958 toujours les plus peuplées : les fiefs communistes restent les grandes circonscriptions urbaines. Quoique de façon moins accentuée que pour le PC, il faut également davantage d'électeurs socialistes que de droite pour élire un député. L'évolution de la taille des circonscriptions socialistes suit clairement deux phases : de 58 à 68, leur taille augmente régulièrement : les socialistes prennent ou reprennent progressivement les grandes circonscriptions urbaines : Saint-Nazaire en 62, Nantes en 67... Mais de 68 à 88, la tendance s'inverse, et les inégalités démographiques sont de moins en moins flagrantes pour le PS, pour devenir pratiquement nulles en 86 : le PS s'implante petit à petit dans des circonscriptions de plus en plus rurales, et donc de moins en moins peuplées : Paimpol, Morlaix en 78, toute l'Eure, la Bretagne, Luçon, Lisieux, Fiers en 81. Les députés de la droite traditionnelle furent toujours sur-représentés, de façon stable mais nette. Incontestablement, elle tient un grand nombre de terres isolées, qui se vident depuis 30 ans : Ploërmel, Chateaubriant, Mayenne...

La noyade et la gonflette

74Lors d'un scrutin majoritaire, un parti qui triomphe avec 90 % des suffrages gaspille ses voix, de même que lorsqu'il échoue à 49 % : l'idéal pour un parti serait de passer partout à 51 %... Ainsi, en France, les députés de droite se sont pendant longtemps fait davantage élire de façon plébiscitaire que les députés de gauche : en 73, pour l'ensemble de la France, ils s'imposent en moyenne avec 60,4 % des voix, contre 56,8 % à gauche, et en 78, à 57,6 % contre 56 % (Pascal, 79). Ce gaspillage des voix de droite (encore plus flagrant dans les régions de l'Ouest), selon Pascal, a joué pendant longtemps le rôle de contrepoids des inégalités démographiques, défavorables à la gauche.

75Si l'on peut sans aucun problème parler d'inégalités pour le "malapportionment", et donc les réduire, les inégalités géographiques, par le "gerrymandering", sont souvent discutables, car invisibles ou floues. Le gerrymandering est donc l'art de favoriser son parti sans toucher aux inégalités démographiques. Mais le principe simpliste d'un découpage permettant à la droite de l'emporter partout avec la plus courte des majorités est un pari risqué qui n'est absolument pas rentable à long terme. Si la droite l'emportait partout à 51 %, il suffirait d'un changement national, politique ou social, de seulement 2 % en faveur de la gauche pour que la droite perde la totalité de ses représentants... Il faut donc passer à des pratiques plus fines, adaptées à chaque situation locale, dans des perspectives de long terme, autour des deux techniques complémentaires que sont : la "gonflette", qui consiste à placer un maximum de cantons favorables à la gauche dans une circonscription perdue de toute façon par la droite ; la "noyade", dont le principe est de "noyer" un canton de gauche dans une circonscription rurale, ou de découper une région de gauche (unité urbaine, foyer industriel, pays rural communiste) en plusieurs circonscriptions, afin que la gauche y atteigne partout un maximum de deux voix sur cinq...

76Il est logique de considérer le découpage le plus juste comme celui respectant au mieux les intérêts locaux, c'est à dire permettant une homogénéité maximum des circonscriptions sur le plan économique, social, culturel, et donc politique. Toute dispersion excessive des circonscriptions sous-entend donc des fins politiciennes. Les études de la dispersion (chapitre 6) peuvent donc être également utiles à l'étude du gerrymandering. L'exemple du PC (figure 67a) est flagrant. La dispersion est importante dans quelques foyers communistes isolés (comme Dives sur Mer pour la circonscription d'Honfleur), mais surtout dans le Trégor. L'habile découpage n'a permis au PC, malgré son formidable poids, de ne l'emporter qu'une fois en trente ans. Les bastions du communisme sont répartis sur un total de 5 circonscriptions : Huelgoat (qui vote régulièrement à plus de 50 % pour le candidat PC local dès le premier tour) est isolé à Morlaix, les autres communes des Monts d'Arrée isolées à Chateaulin. Dans les Côtes du Nord, la circonscription de Guingamp récupère Callac, Bourbriac, Begard, mais résista longtemps au communisme par son ouverture sur la mer (Plouha...). Loudéac, curieuse circonscription tout en longueur, noie les cantons communistes trégorrois de l'Ouest, tels Saint Nicolas du Pelem, grâce aux cantons déjà gallo à l'Est, tels Merdrignac. Lannion, plus côtière, se charge d'isoler les cantons de Plestin les Grèves, et de Plouaret... Les candidats communistes y seront presque toujours battus, et souvent de fort peu, tout au long de la cinquième République. La forme étrange du découpage, et le non respect évident de "pays" culturellement homogènes, ne laissent aucun doute sur les intentions d'une telle agrégation. Néanmoins, la noyade est à long terme une arme à double tranchant. L'évolution sociale et politique, qui conduit à la montée globale des scores du PS, et de la gauche, dans les fiefs communistes, renverse la tendance dans toutes ces circonscriptions. Seules les personnalités locales de droite (S. Ploux, E. Ollivro, M.M. Dienisch, P. Bourdelles) permettront de reculer l'échéance. Mais Guingamp, Lannion et Morlaix passent à gauche en 78, Loudéac et Chateaulin en 81... Le "gerrymandering" des Côtes d'Armor permit à la droite d'y posséder 5 députés sur 5 de 58 à 68, mais également d'y faire élire 5 députés socialistes sur 5 depuis 81 !

77Les dispersions moyennes régionales montraient clairement qu'en Bretagne, mais également aux Pays de la Loire, la "noyade" était privilégiée, alors que l'on pratiquait plutôt la "gonflette" en Normandie, en isolant les grands bastions de la gauche (Le Havre-Gonfreville, Sotteville, Grand-Couronne...). Le "gerrymandering" urbain est particulièrement net à l'Ouest, dans les cas similaires de noyades d'Angers et du Mans. Angers se trouve découpé en trois circonscriptions : dans le Maine et Loire, la gauche n'a jamais envoyé un seul député élu au scrutin majoritaire à l'assemblée depuis la création de la cinquième République. J. Monnier, pourtant toujours facilement réélu dans sa ville d'Angers, fut toujours battu lors des législatives.

78La carte des écarts de chaque canton avec la moyenne de sa circonscription, pour le total droite en 81, permet d’estimer les noyades (figure 67b). Deux modes d'observation permettent de mettre en évidence les circonscriptions aberrantes.

  • De vastes "pays" trop à gauche (en clair sur la carte), témoignent de terres de gauches habilement noyées en plusieurs circonscriptions : les cantons communistes du Trégor, mais aussi les cantons rurbains socialistes de la plaine de Caen, finement divisés entre Caen, Vire, Lisieux et Fiers...

  • Des cantons voisins opposés, parce que soit beaucoup plus à gauche que la moyenne de la circonscription, soit beaucoup trop à droite, révèlent des circonscriptions où la fonction de représentation est niée : pour celle de Redon, il existe une différence de 40 points entre le score de la droite dans les cantons ouvriers de Guichen et de Redon, et ceux du Grand Fougeray ou de Bain de Bretagne !

79L'influence de ces pratiques sur l'effet résiduel n'est qu'indirect. On peut néanmoins penser qu'un canton de gauche isolé, volontairement, dans une circonscription de droite, deviendra à terme plus conservateur que ses cantons voisins, sociologiquement similaires, restés dans une circonscription de gauche. L'attachement à la personnalité d'un député, la peur de se marginaliser, un processus de réification territoriale, joueront si le découpage demeure stable longtemps. Il s'agit là d'effets purement spatiaux abordés dans le dernier chapitre.

Les circonscriptions de 86

80Le nouveau découpage législatif de 86 provoqua de multiples réactions politiques, relayées par les réactions journalistiques, mais finalement assez peu de réactions géographiques. Pourtant les premiers concernés, les géographes assistèrent au découpage Pasqua en spectateurs muets, si l'on excepte quelques rares réactions : Phlipponneau, Deneux, Levy-Guillorel (87), et l’ouvrage de synthèse sur la question : Ponceyri, « le découpage électoral » (91). Il est pourtant fort intéressant d'apprécier les corrections, ou accentuations des inégalités précédemment décrites par le nouveau découpage.

Correction démographique

81La commission d'enquête qui examina la proposition de découpage, et dont le rapport est paru au Journal Officiel du 20 Août 86, ne s’attache pratiquement qu'à l'examen des inégalités démographiques. L'obligation de l'article 5, qu'"en aucun cas, la population d'une circonscription ne peut s'écarter de plus de 20 % de la population moyenne des circonscriptions du département", sera finalement ramenée à 15 %. Les inégalités démographiques semblent donc avoir été contrôlées et limitées. La figure 66 nous montre que le nouveau découpage, par la création de nouvelles circonscriptions, fait bien sûr baisser leur taille moyenne, mais permet surtout de faire baisser la dispersion moyenne. Les différences entre la taille des circonscriptions tenues par chaque courant (figure 66b) se réduisent également sensiblement avec le nouveau découpage, pour l'ensemble des partis. La baisse de la taille des circonscriptions socialistes en 88 est liée au rééquilibrage des circonscriptions urbaines et périurbaines, mais également aux populations plutôt faibles des circonscriptions de Seine-Maritime, où le PS compte 10 élus sur les 37 de l'Ouest. A l'inverse, les circonscriptions les plus désertes, quasiment toujours de droite, durent subir un gonflement de leur population. Il en résulte qu’en 1993, le nombre d’électeurs nécessaires pour élire un député de gauche ou de droite à l’Ouest est sensiblement le même.

82L’analyse des différences départementales et régionales met par contre un frein sérieux à l'apparente "justice démographique" du découpage. Si les inégalités au sein de chaque département ont été examinées et discutées, il n'en est curieusement pas de même pour le nombre de circonscriptions par département ! L'ajout, ou non, de circonscriptions dans chaque département semble présenté comme un fait acquis. Et pourtant, ce nombre capital est souvent discutable, et d’ailleurs discuté (Ponceyri, 91). Les attributions se basent sur la population totale de chaque département et de chaque circonscription. Mais pour être plus juste, il faudrait attribuer les sièges selon la population électorale potentielle. Par exemple, la "Bretagne qui vote", qui compte moins d'étrangers, et moins de jeunes (- 18 ans) que le reste de l'Ouest, se trouve logiquement sous-estimée. La figure 66, représentant la taille des circonscriptions selon les inscrits, par département, montre que l'ajout des circonscriptions n'est pas toujours cohérent. Pour la Vendée et la Loire-Atlantique, l'ajout d'1 et de 2 circonscriptions permet de rééquilibrer par rapport à l'Ouest ces départements qui étaient largement sous-représentés. La Mayenne, bien que conservant ses 3 circonscriptions, demeure sur-représentée. Mais le problème est insoluble, car limiter sa représentation à 2 députés reviendrait au contraire à la sous-représenter, de façon beaucoup trop flagrante. L'ajout d'un siège pour le Maine et Loire est par contre beaucoup plus discutable, puisque le Maine et Loire était déjà surreprésenté en 81, et l'est donc encore davantage en 88. Curieuse coïncidence pour ce département qui n'envoie à l'assemblée que des députés conservateurs, et notamment gaullistes. La Bretagne est au contraire sous-représentée en 88, dans ses quatre départements. On n'y crée en 86 qu'un siège, contre 4 en Normandie et en Pays de la Loire. Ce siège supplémentaire va à l'Ille et Vilaine, mais ne lui suffit pas, puisque les circonscriptions du département demeurent nettement trop vastes. La non création de siège dans les Côtes d'Armor, rend sa sous-représentation, déjà existante en 81, réellement aberrante en 88. On aurait pu penser que pour pallier à d'inévitables inégalités démographiques départementales, on procède à un rééquilibrage au niveau régional : il n'en est donc rien, les quatre départements bretons sont sous-représentés. En Normandie par contre, les 5 départements sont, certes faiblement, tous sur-représentés à l'assemblée ! Au total, les circonscriptions bretonnes comptent en moyenne 13 000 électeurs de moins que les circonscriptions françaises ; pour que la Bretagne se retrouve simplement au niveau du reste de la France, il faudrait créer dans la péninsule cinq sièges de députés supplémentaires !

83Ces inégalités départementales, supérieures ici à 20 %, (et encore supérieures dans d’autres départements ruraux), ajoutées à celles de 15 % tolérées au sein du département, renvoient donc à une légitimation qui n'est plus aussi juste qu'il n'y parait...

Corrections géographiques

84Davantage que les inégalités démographiques, ce furent les inégalités géographiques, par une "micro-chirurgie", qui soulevèrent un tollé général en 86. Les géographes réagirent moins en tant que citoyens au nom de la morale politique, qu'en tant que spécialistes outrés face à l'utilisation de leur discipline comme alibi primaire : "Souvent, le nom d'un "pays" brandi par un notable qui prend son "aire de chalandise" pour une entité ontologique, suffit à instituer comme valeur civique l’intégrité du Choletais, du Béarn, du Parisis, du Pays bigouden ou même du bocage virois. C'est tout une Géographie classique qui nous revient par bouffées" (Levy-Guillorel, 87).

85Le Monde du 28 Août 86 recense une série de techniques de gerrymandering, plus ou moins fréquentes. J'en retiendrais trois, synthétiques et complémentaires : les "gonflettes", les "noyades" (déjà évoquées), mais également l'"exil" : cette technique, qui n'est efficace qu'à court terme, consiste à séparer un notable rival de son fief traditionnel, par l'exclusion du canton ou il est maire et conseiller, dans une autre circonscription où il n'a aucune chance, ou par le découpage en deux de son agglomération... J'en ajouterai une dernière, non retenue par Le Monde, le "statu quo" : pratique peut-être la plus courante et la plus efficace, elle consiste à ne rien changer, ou très peu, des circonscriptions "qui gagnent" ; le notable de droite y possède ses "marques", sa clientèle. Le poids des habitudes est le plus précieux des alliés. Cette pratique est d'ailleurs la seule dénoncée par l'avis de la commission : " dans d'autres cas, elle a été moins convaincue, notamment lorsqu'était simplement marqué le souci de conserver le découpage antérieur à 1985 et de ne pas bouleverser les habitudes psychologiques ou électorales prises depuis 1958. Si respectables que soient ces motifs, il n'a pas paru cependant à la commission qu'ils devaient nécessairement l'emporter sur l'exigence prioritaire de rechercher le meilleur équilibre démographique possible".

86Il est passionnant d'étudier, en observant le découpage, les stratégies départementales mises en place. A partir des contraintes (nombre de circonscriptions à rajouter, équilibre démographique), l'agrégation induit des choix, et donc des objectifs plus ou moins risqués, à plus ou moins longue échéance. Un survol de quelques stratégies départementales s'impose. Elles ne sont bien sûr que des hypothèses, reposant sur le postulat d'un "effet de marché", et donc d'une volonté d'un découpage partisan de la part du ministère en place, devant donc favoriser la droite.

87En Seine-Maritime, la stratégie de "gonflette" continue d'être reine dans les villes, au Havre comme à Rouen, où demeurent séparés cantons de droite et cantons de gauche. La création de la quatrième circonscription rouennaise renforce même cette tendance, en isolant les plateaux Nord Est. Ailleurs, la contrainte est d'ajouter une circonscription sans bouleverser les habitudes. La stratégie consiste à gonfler à gauche les circonscriptions PS de la basse Seine, Pavilly et Lillebonne, pour maintenir un maximum de ruralité à Neufchâtel, Yvetot, et surtout Fécamp, la circonscription la plus remaniée, afin de l'amputer des raffineries au Sud... La stratégie consistait donc clairement à cantonner le socialisme en basse Seine, et à faire occuper les plateaux par la droite, en conservant intacts le plus possible les territoires de G. Delattre et de R. Fossé. Les raz de marée socialistes ruraux de 88 et 97 ne sont donc aucunement dû à une stratégie mal dosée de noyade... La gauche l'a emporté dans des circonscriptions pourtant à priori peu favorables.

88Le Calvados offre de beaux exemples de noyades. Lisieux continue d'être scindé en deux... Une tentacule "pousse" de la circonscription de Vire pour aller chercher quelques rurbains caennais à noyer dans la circonscription du bocage (jusqu'à Bourguebus, dont le conseiller général, R. Garrec, deviendra président du conseil régional... Et député de Vire). Mais cette noyade sera fatale au président lors d’une remontée de la gauche dans le Calvados en 97. La circonscription supplémentaire est logiquement rajoutée à Caen. La circonscription de L. Mexandeau (Caen Est) est gonflée à gauche, alors que celle de Caen-Ouest échangeait avec celle de Bayeux le canton de Tilly sur Seulles contre ceux de Douvres et Ouistreham, contraignant ainsi à l'exil le député caennais sortant A. Ledran, solidement implanté à Ouistreham, mais n'ayant aucune chance dans le Bessin... Il s'agit bien d'un acte délibéré, puisqu'allant expressément à l'encontre de l'avis de la commission. Dans la Manche, dans l'Orne, en Mayenne, dans le Morbihan, hormis quelques retouches démographiques de détail, rien ne change, afin de conserver les territoires bien balisés des notables de ces départements largement à droite.

89Dans la Sarthe, le Mans était découpé en trois, il l'est désormais en quatre, sans que cela soit justifié par une création supplémentaire ! La circonscription Sud de la Flèche étant acquise à la gauche (G.M. Chauveau), en évitant deux circonscriptions purement mancelles, la droite évite ainsi d'avoir 3 députés sur 5 acquis à la gauche, provoquant à la place 4 ballottages...

90Même stratégie dans le Maine et Loire, où le casse tête était de rajouter une circonscription, sans modifier l'habile équilibre départemental. C. Pihet (1991) détaille comment en 1986, on éliminera la proposition visant à créer une circonscription uniquement angevine (de gauche), mais aussi un découpage trop partisan favorable à M. Ligot, écartelant le Choletais en trois circonscriptions La stratégie gagnante de la noyade d'Angers fut finalement reconduite, et l'"Athènes de l'Ouest" est désormais scindée en quatre zones Pour le reste des circonscriptions, on ne change rien, et si les différences démographiques internes sont importantes, on se retranche derrière la Géographie : Angers n'est elle pas le carrefour de 4 régions naturelles bien distinctes ?

91Mais cette stratégie de noyade est assurément dangereuse à long terme : si en 88, la droite réalise encore le grand chelem, et si dans la nouvelle circonscription, le parachutage de H. de Charettes fut un succès, deux circonscriptions "mutilées" durent par contre affronter un ballottage, délicat et surtout historique, aux Ponts de Cé et à Segré. En 97, non seulement une circonscription échappe à la droite (par le jeu d’une triangulaire), mais l’ensemble des circonscriptions sont en ballottage, les sortants de droite dans la deuxième et troisième circonscription ne passant que de 1500 voix, et les autres députés départementaux plafonnant entre 53 et 55 % au second tour. Le gerrymandering angevin tel un barrage endiguant un fleuve, fonctionne encore, mais pour combien de temps ? Ne cédera t’il pas un jour d’un bloc ?

92Le découpage vendéen est un petit "chef-d'œuvre". Les circonscriptions sont si homogènes qu'elles permettent à la commission de statuer favorablement en moins d'une ligne, lavant ainsi le découpage de tout soupçon. Pourtant, les majorités plébiscitaires de la droite offrent une tentation quasiment irrésistible à la noyade des rares terres socialistes, pour assurer un grand chelem similaire au Maine et Loire. La circonscription des Herbiers, la plus conservatrice de France, est sacrifiée, et sa partie Est est chargée de noyer la Roche sur Yon-Nord, dont le développement pouvait laisser prévoir à terme un siège socialiste. La circonscription de Luçon, qui a élu un socialiste en 81, bâtie sur tout le Sud du département, c'est à dire les terres poitevines, républicaines de Siegfried, se trouve totalement remaniée : elle perd les deux cantons Sud de Talmont et Moutiers, et récupère par contre la Chataigneraie, fief de droite des communes vendéennes. Le candidat socialiste s'en sortira toutefois en 88, de quelques centaines de voix, mais pas 93 ni 97. Seule ombre au tableau, la forme de V, peu discrète, de la deuxième circonscription, à la fois chargée de noyer la Roche sur Yon sud, de fragmenter celle de Luçon, et de récupérer le canton de Talmont, fief du député de cette circonscription, P. Mestre.

93Les Côtes d'Armor n'élisaient plus que des députés socialistes, le découpage par noyade du Trégor communiste de 1958 s'étant retourné contre la droite. Même si le nombre de circonscriptions demeure le même, il est donc stratégique de tout modifier. D'un découpage par "noyade", on passe désormais à une stratégie de "gonflette". Les circonscriptions mi-arcoat, mi-argoat ont laissé la place à une circonscription de Guingamp, accumulant tous les cantons les plus à gauche, permettant depuis 1988 au PC d’y devancer largement le PS.

94Les redécoupages dans le Finistère sont nombreux, résultants de stratégies chères aux découpeurs, si chères que les nombreuses recommandations de la commission furent rarement appliquées. Au centre, le premier pari est de noyer dans la circonscription de droite, à Chateaulin, les monts d’Arrée de gauche (cantons de Doualas et surtout de Huelgoat). Pari très risqué qui ne sera gagné que de 200 voix en 88, et perdu en 97. Au Nord, le pari fut tout aussi risqué en sacrifiant la circonscription de Landerneau en une circonscription de « Brest rural » : 40 % de population brestoise plutôt à gauche, 60 % de population léonarde catholique. J.-L. Goasduff tint encore le terrain en 88 et 93, mais sa retraite politique conjuguée au « grignotage » de la partie urbaine de la circonscription sur la partie rurale offrit en 97 à la gauche une circonscription connue sous la cinquième république pour être la plus à droite de France (avec les Herbiers). Landivisiau est taillée pour rester facilement à droite (par le non respect de l’avis de la commission), alors que Morlaix est largement remanié, afin peut-être de perturber la vieille tradition socialiste issue de T. Prigent.

Le mode de scrutin en question

95Le mode de scrutin est une autre règle du jeu électoral, moins géographique toutefois, susceptible de fausser le résultat d’un vote. Son influence peut être aisément testée. Le scrutin majoritaire fut assurément défavorable à la gauche sous la cinquième République et aux « petits partis » aujourd’hui. Mesurer l'effet exact du scrutin majoritaire par rapport à la proportionnelle, sans doute variable selon les élections et les départements, est un exercice révélateur pour l'Ouest. Guermond (86) effectue ce test et en montre l'importance : "la représentation parlementaire régionale a donc subi apparemment de profonds bouleversements depuis 1962. L'évolution réelle de l'opinion a été beaucoup moins heurtée, mais les variations ont été amplifiées par le scrutin d'arrondissement".

96J'ai choisi de calculer le nombre de députés théoriques de chaque courant par département, selon un scrutin proportionnel au plus fort reste, dans un cadre départemental. Bien entendu, il ne s'agit que de résultats théoriques. Le vote pour des listes départementales aurait été soumis à des effets différents de ceux qui ont provoqué les résultats réels, qui sont utilisés pour ce calcul (premier tour de législatives selon un scrutin d'arrondissement) : effets notabilitaires, abstention plus importante, et surtout vote plus "dispersé" car pouvant devenir utile pour des petits partis.

97Les résultats nous montrent que sous la cinquième République, le grand perdant semble être le parti communiste, même si dans la réalité d'un scrutin à la proportionnelle, il aurait fait les frais de l'absence de notabilité (figure 68). Néanmoins, il perd en théorie 8 à 9 députés par élection. L'Ouest aurait ainsi dû envoyer 100 députés communistes à l'assemblée sous la cinquième République, il n'en a envoyé que 23... Des départements tels la Loire-Atlantique, L'Ille et Vilaine, le Calvados, le Finistère, l'Eure, n'en élirent jamais aucun, alors qu'au moins un siège y serait logiquement revenu aux communistes à chaque élection. Le PC fait les frais d'un parti présent partout, sans jamais être en position de s'imposer. Sa tendance notabilitaire est certes favorable à un scrutin majoritaire : mais cela ne lui permet d'obtenir des élus qu'en Seine-Maritime, et épisodiquement en Bretagne.

Figure 68. Ecart entre nombre de députés élus au scrutin majoritaire et le nombre de députés "théoriques" selon un scrutin proportionnel par département.

Figure 68. Ecart entre nombre de députés élus au scrutin majoritaire et le nombre de députés "théoriques" selon un scrutin proportionnel par département.

98De 58 à 78, le parti socialiste est lui aussi nettement défavorisé par le mode de scrutin en place, puisqu'il perd systématiquement entre 7 et 10 sièges par élection. Mais en 81, la tendance s'inverse. Le PS gagne 3 7 sièges à la place des 29 théoriques. Le scrutin proportionnel aurait finalement endigué la vague rose. Mais cette vague rose, comme l'effet du mode de scrutin, n'est pas partout de même force. Les gains de 81 par le scrutin majoritaire ne sont réalisés que dans quelques départements : +3 députés PS pour le Finistère, +3 pour les Côtes d'Armor, +3 pour l'Eure, +3 pour la Seine Maritime, +1 en Loire Atlantique. Partout ailleurs, l'effet majoritaire ne joue pas, ou continue de jouer négativement, comme auparavant. Au lieu des deux députés socialistes qui devraient logiquement passer, le Maine et Loire, n'en élit toujours aucun... Le scrutin proportionnel aurait également permis d’éviter « l’hécatombe » de 1993 (18 députés élus au lieu de 8).

99Le scrutin majoritaire permet d'accentuer la représentation du courant politique dominant, afin de lui permettre de gouverner. Il joue pleinement son rôle pour le gaullisme (+19 en 68, + 20 en 73)... Le gaullisme obtient régulièrement 6 députés sur 6 dans le Maine et Loire, alors que 4 courants devraient être représentés, et même 5 en 93 !

100Les députés se déclarant indépendants ne sont nombreux que jusqu'en 73. En 68 et 73, on en recense 10 et 9, alors que par la proportionnelle, les indépendants n'auraient compté aucun élu lors de ces deux scrutins. Cette question se pose avec encore davantage de pertinence face à la dispersion du vote vers les petits partis. En 93, le Front-National aurait compté 13 députés dans l’Ouest (il n’en possède aucun), et les écologistes 3... La droite obtient le chiffre hégémonique de 77 sièges sur 87. Elle n’en aurait compté que 44, soit à peine la majorité, selon le mode de scrutin proportionnel !

101Ces chiffres quasiment caricaturaux rendent très clairement compte des effets du scrutin majoritaire, qui permet la représentation holiste : il contribue à faire élire un homme qui représente uniquement un territoire, et ses habitants (les indépendants), et à l'inverse élimine la légitimation atomiste, puisque une idée présente partout, mais géographiquement dispersée, n'obtiendra aucun pouvoir politique, même si elle représente un nombre d'électeurs beaucoup plus élevé. Au total, l'effet politique du mode de scrutin est donc énorme. Son influence sur le vote, et particulièrement sur l'effet résiduel, est plus difficile à percevoir. Cette influence existe néanmoins : en Maine et Loire, le découpage, allié au mode de scrutin, permet à la droite d'y monopoliser tous les sièges de députés. Lorsque l'on change de mode de scrutin, comme en 86, la gauche, désorganisée se montre incapable de convaincre des électeurs, pour qui envoyer des socialistes à l'assemblée correspond à une mini-révolution : elle ne conquiert en 86 que deux sièges, contre 5 à la droite. La Vendée, a priori plus conservatrice, élit par contre 2 députés socialistes contre 3 à la droite : mais elle possédait déjà un député socialiste, représentant de la plaine et du marais, dès 81...

102Ces effets géographiques, démographiques, de scrutins, sont donc capitaux dans une démocratie, notamment en une période ou la légitimité d'un gouvernement tient souvent à quelques voix. Leur effet sur le vote en lui-même semblerait par contre moins évident. Mais les délimitations de circonscriptions politiques, les modes de scrutin, forgent des habitudes électorales capables de leur survivre. Le découpage particulier des Côtes d'Armor a permis très tôt à ce département de n'élire que des députés socialistes. Lorsque ce découpage change, les électeurs continuent, pendant au moins un temps, de n'élire que des députés socialistes à 60 %. Au niveau local, de la même façon qu'au niveau national, un parti peut parvenir au pouvoir uniquement par un mode de scrutin, un "malapportionment" ou un gerrymandering, et s'y maintenir ensuite lors d'autres consultations, à la régulière cette fois-ci, car ayant eu l'occasion de prouver ses capacités à gouverner, ou même par la simple habitude électorale de vote par crainte du changement.

103Si l'on en croit la thèse d'un électeur, qui à l'image de la société, deviendrait de plus en plus individualiste dans son comportement et rationnel dans son choix, le rôle de l'effet de marché et de la scène électorale doit assurément être croissant : "la scène électorale, l'élection comme question et non comme expression d'identifications sociales ou politiques a-t-elle plus d'importance aujourd'hui qu'elle n'en a eue ? C'est ce que pensent ceux qui, aux Etats-Unis ou en Angleterre, ont remis en cause le rôle décisif dans le comportement électoral de l'identification partisane ou des affiliations de classe (...) On peut ainsi faire l'hypothèse que seraient arrivées et arriveraient encore à l'âge électoral des générations porteuses de nouveaux comportements et d'une autonomie apprise dans la famille, jugeant davantage au coup par coup en fonction de ce qui leur est proposé que de leur habitus politiques et sociaux" (Ysmal, 90). L’électeur serait ainsi passé d’une détermination aveugle et bornée au choix intelligent et raisonné d’un citoyen abouti. Il y aurait gagné une certaine liberté, individuellement. Et à l’instar, la démocratie aussi, collectivement...

104Cette « saine modernité » semble passer obligatoirement par l'abandon progressif des aveugles et souvent irrationnels comportements locaux. Pourtant, l'électeur nouveau, raisonné et raisonnable, n'est-il pas à son tour soumis à un entraînement, cette fois ci national, lié à cette scène électorale, notamment aux médias, particulièrement à la télévision, qui semble guider les consciences plus qu'elle ne les reflète. Aujourd’hui plus que jamais, le résultat d’une élection est systématiquement connu avant même que les électeurs n’aient voté ! Ce nouvel entraînement me semble tout aussi dangereux que le premier pour la démocratie, et peut-être même davantage, ne serait-ce que par l'abstentionnisme qu'il génère. Avec Siegfried, Tocqueville (1839) est sans doute l’autre grand visionnaire normand : « Quand les provinces et les villes formaient autant de nations différentes au milieu de la patrie commune, chacune d’elle avait un esprit particulier qui s’opposait à l’esprit général de la servitude ; mais à présent que toutes les parties du même empire, après avoir perdu leurs franchises, leurs usages, leurs préjugés, et jusqu'à leurs souvenirs et leurs noms, se sont habitués aux mêmes lois, il n’est pas plus difficile de les opprimer toutes ensembles que d’opprimer l’une d’elle séparément ».

Table des illustrations

Titre Figure 59. Notables d’hier et d’aujourd’hui : extraits de profession de foi.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11556/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre Figure 60. Extraits de profession de foi.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11556/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Figure 61
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11556/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 468k
Titre Figure 62. Les Free-riders : comparaison vote plébiscite et abstention
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11556/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Figure 63. Effets de mairie
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11556/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
Titre Figure 64. SCORE DU TOTAL DROITE AUX PRESIDENTIELLES ET AUX MUNICIPALES 1995, pour les principales communes haut-normandes.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11556/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Figure 65. Effet de ministre.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11556/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Implantation électorale des membres du gouvernements Balladur.
Légende Source : Le Monde, (93)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11556/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Figure 66. Inégalités démographiques et découpage électoral.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11556/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Titre Figure 67
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11556/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Figure 68. Ecart entre nombre de députés élus au scrutin majoritaire et le nombre de députés "théoriques" selon un scrutin proportionnel par département.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11556/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 341k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search