Version classiqueVersion mobile

Éléments de géographie électorale

 | 
Michel Bussi

Partie III : Au-delà de l'explication sociologique

Chapitre sept. Éliminer l’explication sociologique : le modèle de structure sociale

Texte intégral

"On ne peut pas mettre le vote en équation. On n’expliquera jamais, et heureusement, la totalité du phénomène électoral. Car si c'était possible, on n'aurait plus besoin d'élections. Il suffirait d'appliquer la formule aux divers paramètres de la circonscription : vous avez tant d'ouvriers de l'industrie, tant de paysans "rouges", tant de messalisants, tel taux d’urbanisation et d'immigrés, etc. Vous aurez droit à tant de sièges de gauche ou de droite".
D. Derivry, M. Dogan (86)

1Eliminer l'effet sociologique, pour observer ensuite si le score d'un parti dans telle zone est simplement conforme, plus fort, ou moins fort, que la structure sociale ne le laissait prévoir, est une idée qui excite depuis longtemps la curiosité des géographes. Il s'agit d'une question clé, puisque se contenter de dire que la gauche obtient un plus fort score dans une banlieue ouvrière que dans un lotissement bourgeois, ne permet d'aboutir qu'à des platitudes, voire à des contresens ; le faible score d'un parti peut se révéler pour lui une bonne performance, si ce score est obtenu dans une zone dont la structure sociale lui est particulièrement défavorable. Cette question est classiquement traitée en France par l'analyse des résidus d'une régression entre une variable sociale et une variable électorale. Brunet et Vanduick (75) sont les premiers géographes à tester cette méthode à propos des comportements électoraux : "il était dès lors intéressant de rechercher si certains cantons étaient plus giscardiens, ou moins, que la moyenne, compte tenu de leur composition socio-professionnelle. La procédure revient en un sens à éliminer ainsi la variable étudiée". La cartographie des résidus permet alors indiscutablement de mettre en évidence des phénomènes qui sinon resteraient invisibles : " Aucune manipulation ou confrontation de cartes par les procédés traditionnels n'aurait permis de préciser ce phénomène qui ne se voit pas "à l'œil nu", même en bénéficiant d'une bonne connaissance de la région" (Brunet, Vanduick, 75). Quelques géographes, pour exactement les mêmes mobiles, et par les mêmes méthodes, reprirent par la suite cette démarche : Buléon (87), Bon et Cheylan (88). Mais aussi intéressante soit-elle, une régression linéaire ne peut prétendre à elle seule isoler l'effet sociologique : par définition, elle ne peut concerner qu'une seule variable, qui de plus, doit être intimement liée avec la distribution électorale étudiée. Les résidus de la régression gauche/taux d'ouvriers sont loin de représenter l'effet résiduel de la structure sociologique. Ainsi, ces résidus peuvent également dépendre de la répartition des autres CSP (agriculteurs, classes moyennes), et des autres composantes de la structure sociale (âge, sexe, qualification, religion...).

LE MODELE DE STRUCTURE SOCIALE

Principe

2Le modèle de structure sociale apparaît bien plus riche. Il peut se définir ainsi : pour une zone donnée (canton par exemple), on connaît sa structure par classes (CSP par exemple), et on connaît, au niveau national, les tendances de vote de chaque classe (quel pourcentage d'agriculteurs vote à droite). Pour une tendance politique particulière, on pondère le pourcentage de voix représentatif de chaque CSP, au niveau national, par le pourcentage représenté de cette CSP dans la zone considérée. Ce traitement aboutit ainsi au calcul du vote "théorique" de ce canton pour un parti, selon la structure sociale de ce canton (figure 51). Le modèle de structure sociale apparaît donc comme la seule tentative possible de lien entre les données individuelles d'enquêtes et les données écologiques d'un vote par zone. Il permet d'estimer le vote d'une zone, selon sa structure sociale, si chaque électeur y avait voté exactement conformément au comportement des électeurs sondés nationalement : "les recherches de Johnston, Hay et Rumley visent à faire le pont entre les données résultant de sondages et les données de type écologique" (Guillorel, 84). Curieusement, ce modèle ne fut jamais testé en France, alors qu'il fut couramment usité outre manche. R.J. Johnston est le premier à l'avoir vulgarisé (Johnston, Hay et Rumley, 83, Johnston, 85), lui-même reprenant les travaux de Alford (63) et Miller (77). Johnston tente également au départ de trancher entre les partisans de l'explication sociologique, "Les classes sont la base des partis britanniques, tous le reste n’est que détail » (Pulzer, 67), et ceux de l'explication géographique, « la proximité partisane des individus est plus influencée par le lieu où ils vivent que par ce qu’ils y font » (Miller,77). Il parvient à une conclusion nuancée, mais liée avant tout au fait qu'il n'utilise le modèle que sur la répartition "travailleurs manuels ou non manuels" votant pour les travaillistes ou les conservateurs.

Figure 51. Le modèle de structure sociale

Figure 51. Le modèle de structure sociale

3L'accessibilité des données INSEE et notamment des CSP, la finesse du découpage administratif, croisées avec le multipartisme politique permet en France une utilisation potentiellement bien plus riche du modèle de structure sociale. Il est a priori possible de calculer le vote théorique de chaque canton selon tous les partis politiques, à chaque élection, mais également selon différentes répartitions sociales : selon les classes professionnelles, les classes d'âge, le sexe, le degré de qualification, l'indépendance face au travail, l'intégration religieuse.

4La seule condition est de posséder, pour une élection, les tendances de vote nationales pour ce parti selon telle structure sociale, et de posséder parallèlement, pour chaque canton, la répartition de cette structure sociale, à la même période.

5Les utilisations des votes théoriques sont multiples. Ces votes théoriques représentent des variables de synthèse auxquelles il faut comparer le vote réel. L'écart entre le vote réel et le vote théorique représente alors l'effet résiduel, le "reste", une fois l'effet de la structure sociale, selon laquelle le vote théorique a été construit, gommé. Le modèle de structure sociale rejoint donc directement la technique structure-résidus, développée notamment en France par Sanders et Durand-Dastès (86). Conçue pour mettre en équation l'effet de structure, cette technique n'était pas destinée, à l'origine, à une utilisation en Géographie électorale : elle s'emploie avant tout lorsqu'il existe un effet de structure mécanique, telles les différences géographiques de salaires (l'exemple le plus célèbre). Les salaires varient avant tout selon les branches d'activité, et les différences géographiques de salaires dépendent donc en partie de la répartition géographique de ces branches d'activités. La technique structure-résidus permet de trier dans les salaires d'une région qu'elle est la part due à l'effet de branche (structurel), et celle due à l'effet régional (résiduel). Cette technique, en ne conservant que l'effet résiduel, et en éliminant l'effet structurel, permet donc ainsi de travailler "toutes choses étant égales par ailleurs".

6La technique structure-résidus n'est donc ici utilisée que comme un mode de comparaison entre le vote théorique et le vote réel. Elle vise en fait à expliquer l'écart entre le vote de chaque zone, et le vote moyen régional. Cet écart peut alors s'expliquer par deux effets (figure 51) :

  • Effet structurel : vote théorique - vote moyen régional.

  • Effet résiduel : vote réel - vote théorique.

7L'addition de ces deux effets représente l'écart entre le vote réel et la moyenne régionale.

8Exemple d'un canton X :

  • Vote théorique de X : 50 %

  • Vote réel de X : 55 %

  • Vote moyen régional : 40 %

9Ecart de vote : + 15 %

10Effet structurel : 50 % - 40 % = + 10 %

11Effet résiduel : 55 % - 50 % = +5 %

12L'effet structurel est donc directement lié, et même assimilable, au vote théorique, puisqu'il représente le vote théorique de chaque canton, auquel on soustrait une constante : le vote moyen régional. Les cartographies de l'effet structurel et du vote théorique seront donc rigoureusement les mêmes.

13L'effet résiduel représente la comparaison directe entre vote réel et vote théorique. Il est bien entendu le plus intéressant. Cet effet isole les comportements que n'explique pas la structure sociale, et qui devront donc être expliqués par d'autres systèmes explicatifs, spatiaux ou non. Ce sont donc en grande partie sur ces effets résiduels, et leur cartographie, que les derniers chapitres de ce travail s'appuieront.

14L'utilisation de sondages nationaux, sur la structure sociale de l'Ouest, cause pourtant un problème de méthode. L'effet résiduel, qui repose sur la différence entre le vote théorique selon la tendance de vote nationale, et le vote réel local d'un canton, représente donc indiscutablement la propension locale à voter pour ce parti. L'effet structurel devrait donc théoriquement être la différence entre le vote théorique et le vote moyen national (puisque les sondages correspondent aux moyennes nationales de vote). La technique structure-résidus visera donc à expliquer la différence entre le vote de chaque canton et le vote moyen national. Mais dans ce cas, il existera toujours une différence entre le vote moyen national, et le vote moyen de tous les cantons de l'Ouest. L'addition moyenne des effets structurels et résiduels de l'Ouest ne sera donc pas égale à zéro, mais à cette différence, qui est d'ailleurs souvent importante (positive pour la droite traditionnelle, négative pour le Front National...).

15Il semble donc plus cohérent de calculer l'effet structurel sur le vote moyen régional, c'est à dire de l'Ouest (l'idéal serait de pouvoir lui comparer des sondages régionaux), pour observer les effets structurels "relatifs", au sein de cet espace, et donc pour que l'effet structurel moyen soit exactement l'inverse de l'effet résiduel moyen, et leur addition égale à zéro. C'est cette solution qui sera adoptée dans cette étude.

16Pour l'exemple, imaginons le vote pour le Front-National : Le Pen réalise 15 % en France, et 10 % dans l'Ouest. Dans l'hypothèse où l'Ouest possède la même structure sociale que la France, le vote théorique moyen pour l'Ouest sera donc lui aussi de 15 %. Calculé à partir du vote national moyen, l'effet structurel moyen sera donc égal à zéro, et l'effet résiduel égal à -5. Calculé à partir du vote moyen régional, l'effet résiduel, de -5, ne changera pas, mais l'effet structurel moyen sera alors de +5. De toutes les façons, le vote moyen de référence étant une constante, il n'est qu'une convention, et n'a aucune conséquence sur les calculs statistiques ou représentations cartographiques.

Limites et intérêts du modèle

17L’intérêt principal du modèle de structure sociale est sa simplicité : il est à la fois aisément compréhensible (et donc explicable, dans le cadre d'une diffusion grand public), et facilement calculable.

18Les corrélations entre le vote réel et le vote théorique permettent également de tester la validité de ce vote théorique, et donc la pertinence explicative de la structure sociale selon laquelle il est calculé : on peut observer si cette pertinence varie selon le temps, les partis, les régions...

19La comparaison vote réel-vote théorique, ou effet résiduel-effet structurel, offre enfin une image neuve de la scène électorale : elle met en évidence les cantons ayant voté conformément à la structure sociale, ceux ayant voté plus que prévu, ou moins que prévu, mais aussi les inversions de tendances, de cantons qui "auraient dû" voter fortement pour un parti et qui votent finalement pour un autre...

20Mais la simplicité du modèle est également l'une de ses limites. Si au sein du vote théorique, l'organisation des voix de chaque classe vers un parti est "mécanique", il n'en est pas de même pour le vote réel, au sein duquel toutes les inversions écologiques sont possibles. Par exemple, pour un canton où le vote théorique selon la CSP est conforme à son vote réel, on peut imaginer que chaque électeur a voté globalement "logiquement", selon sa structure professionnelle. Pourtant, dans ce canton, si les ouvriers avaient voté beaucoup plus à gauche que la moyenne nationale, et les agriculteurs beaucoup plus à droite, les votes réels et théoriques seraient toujours comparables ! On imaginait un canton sans histoire alors qu'il pourrait au contraire s'agir d'un lieu où les antagonismes sont particulièrement marqués. La même conformité se maintiendrait si, les ouvriers avaient voté plutôt à droite, et les agriculteurs plutôt à gauche... Mais c'est ici davantage l'agrégation "délicate" des votes réels qui est en cause, et donc la question générale de l'utilisation de données écologiques, plutôt que le vote théorique.

21Plus gênante est sans doute l'impossible prise en compte de l'abstention. En effet, dans la majorité des sondages post et préélectoraux, seuls les votants sont interrogés, et l'on ignore la plupart du temps l'origine sociale des abstentionnistes. Dans leur grande majorité, les sondages sont donc publiés selon les exprimés. Ceci induit alors un décalage, puisque le vote théorique est calculé sur la population active totale, alors que le vote réel est lui calculé sur la population votante. Cette différence ne joue pas si toutes les classes s'abstiennent de la même façon. Or, les classes les moins intégrées, les plus pauvres, les plus jeunes, les plus athées sont celles qui s'abstiennent le plus, et qui votent le plus à gauche...Ces classes seront donc sur-représentées dans la population composant le vote théorique par rapport à celle composant le vote réel. Comme ces classes votent préférentiellement à gauche, le vote théorique aura donc tendance à être légèrement exagéré pour la gauche. La gauche aura donc plus de mal à atteindre et dépasser ce vote théorique, et l'effet résiduel tendra donc à la défavoriser quelque peu. Mais ce décalage demeure sans doute infime, la CSP, par exemple, ne jouant dans l'Ouest que peu de rôle dans la participation.

22On pourrait enfin penser que construire un vote théorique pour l'ensemble de l'Ouest à partir d'une structure sociale est une aberration, puisque l'ensemble de la seconde partie de cette thèse s'est efforcée de démontrer que l'explication sociologique unique était impossible, et même souvent régionalement contradictoire. En fait, le vote théorique suppose une explication "directe", où, contrairement à la seconde partie, ce sont directement les agriculteurs, les jeunes, les femmes, les messalisants, qui votent pour tel parti et font monter ou non le vote théorique. Le vote théorique ainsi bâti est donc cohérent, puisqu'il représente le score qu'aurait dû atteindre tel parti dans tel canton, si les habitants y avaient voté de façon similaire à celle des français. Il s'agit donc bien d'un vote théorique "français", et non d’un vote théorique "local", qui tenterait de coller au plus près à la réalité. Dans ce second cas, il faudrait obligatoirement passer par des sondages régionaux, voir locaux, qui sont matériellement impossibles à mettre en place. Le "vote théorique" n'est donc d'aucune façon un instrument de prédiction, mais permet de distinguer comment le canton devrait "nationalement" voter (effet structurel), et de combien il s'éloigne localement de ce comportement national (effet résiduel).

L’utilisation des sondages

23Le modèle de structure sociale impose de mettre en rapport trois types de données bien distinctes : les résultats électoraux de chaque zone, la structure sociale de chaque zone, et les tendances de vote nationales de chaque classe sociale de cette structure, le tout pour chaque élection. Chaque matrice de données doit bien entendu se présenter sous la forme d’un tableau de contingence. La banque de données contenait déjà les données sociales et les données électorales.

24Les sondages d'opinion politique, par contre, ne se font donc pas de façon systématique à chaque scrutin, mais de manière "sauvage", selon la demande, l'intérêt ou la lassitude politique du moment. Collecter ces sondages d'opinion politique des 17 élections de cette étude, sur plus de trente ans, est donc une entreprise longue et délicate, puisqu'elle oblige à "jongler" entre les différents instituts de sondages, et entre les différents types de publications, scientifiques ou "grand public". Les sondages d'opinion politique ne sont d'ailleurs pas tous utilisables. Il faut obligatoirement que l'enquête se présente sous forme d'un tableau de contingence, dont les pourcentages sont calculés en lignes, et non en colonnes : il n'est pas intéressant de savoir quel pourcentage d'électeurs de la gauche sont ouvriers, mais quel pourcentage d'ouvriers votent à gauche. Un certain nombre de sondages se révèlent ainsi inutilisables.

25De 58 à 88, les supports des sondages varient considérablement. Le premier sondage politique ne date en France que de 1945. En 1958, les sondages demeurent donc rares, et concernent des échantillons souvent faibles : pour 1958, les effectifs des sondés varient entre 600 et 800, ce qui réduit les individus de chaque case de la matrice (agriculteurs votant MRP, moins de 20 ans votant PC...) à un nombre souvent proche de la dizaine... L'utilisation, dès 1983, des Sondages aux Sorties des Urnes (Exit Polling), permet de multiplier le nombre des sondés : 12 000 en 1983, même si l'apport scientifique de ce type de sondage demeure très discuté. L'intérêt des médias pour les sondages est également croissant depuis 58. De 58 à 74, seule la revue Sondages, publiée par l'IFOP permet un suivi à peu près régulier de l'opinion politique. Dès 73 et 74, les revues nationales prennent le relais, et commencent à ouvrir leurs pages aux prévisions et aux analyses post-électorales. 81 marque un nouveau tournant, chaque périodique se devant de se questionner sur "pourquoi la France et les français ont basculé ?" L'intérêt pour ces estimations ne s'atténue pas depuis.

26Au minimum, chacun de ces sondages indique les intentions de vote par sexe, âge et CSP. Mais les classifications employées par les sondages doivent absolument correspondre à celles de l'INSEE, la qualification, le statut de salarié, et surtout l'intégration religieuse sont les trois autres variables de sondages, exploitables, malgré quelques nécessaires approximations pour les mettre en relation avec la banque de données.

27A l'inverse, certaines structures sociales fréquemment sondées, ne peuvent faire l'objet d'un vote théorique, car leur répartition "écologique" par canton ne nous est pas connue : le vote selon le niveau de revenu est le cas le plus fréquent. De même le vote selon la taille de l'agglomération habitée (- de 2000, 2000-20 000, 20 000-100 000, 100 000 et +) était inexploitable : dans de nombreux cantons, tous les habitants résident dans des communes de moins de 2000 habitants, et dans d’autres, urbains, tous résident dans la seule ville de 30 000 habitants qui compose le canton.

28Au total, des votes théoriques selon six structures sociales pourront donc être construits : le sexe, l'âge, la CSP, l'indépendance au travail, la religion, la qualification. La plus grande approximation, dans l'association des structures de sondages et des structures écologiques, réside sans doute dans les différences chronologiques. On construira le vote théorique des dernières présidentielles à partir d'électeurs sondés en 88, mais associés à la structure sociale cantonale de 82... Même si chaque sondage est rattaché au recensement chronologiquement le plus proche, le décalage demeure important. Il l'est plus encore pour la structure religieuse, dont on ne connaît la composition qu'à une date unique, dans les années 50.

DE LA STRUCTURE AUX RESIDUS

29L'utilisation du modèle de structure sociale, et de ses différentes applications, passent donc par la mesure d'un vote théorique. Ce vote théorique fut calculé pour les 17 scrutins, pour chaque parti politique ou candidat, et selon les différentes structures sociales (de 3 à 6 selon les élections) : au total, cette analyse imposa donc le calcul d'environ 400 votes théoriques différents. Chacun de ces votes théoriques fut analysé selon la technique structure-résidus. De plus, un grand nombre de ces votes théoriques fut également construit selon différents types de découpages (circonscriptions, arrondissements, départements).

Figure 52. Corrélations vote réel/vote théorique

Figure 52. Corrélations vote réel/vote théorique

30Si l'on considère qu'il est possible de mesurer la pertinence d'un vote théorique par sa corrélation avec le vote réel, celle-ci se révèle très variable, selon les partis, et surtout selon les structures sociales utilisées, allant de corrélations assez positives (0,8) à des corrélations négatives (-0,2), (figure 52). Des fluctuations plus conjoncturelles de ces corrélations peuvent être expliquées par les qualités souvent variables des sondages utilisés. Par contre, il existe pour toutes les structures sociales un fait indéniable qui complique la comparaison directe vote réel-vote théorique : le vote théorique varie moins que le vote réel ; moins la structure sociale utilisée possède de différenciation spatiale, moins le vote théorique varie. Si ce vote théorique varie peu, l'effet résiduel (vote réel - vote théorique) est donc alors très dépendant des seules variations du vote réel : les cartes des effets résiduels seront alors très proches des cartes du vote réel, et les corrélations entre vote réel et effet résiduel seront très fortes. L’intérêt du vote théorique dépend donc avant tout du degré de différenciation spatiale de la structure sociale qui le compose. Même si cette faible variation du vote théorique est gênante, car elle tend à niveler tous les effets résiduels, sa constatation est néanmoins instructive : telle structure sociale qui varie peu spatialement n'aura donc quasiment aucune influence sur l'explication directe du vote ; l'effet résiduel (proche du vote réel), devra donc être expliqué par d'autres structures. Par contre, même si le vote théorique varie peu, et si la corrélation vote réel-vote théorique est bonne, on peut alors estimer qu'il existe une explication indirecte : telle structure sociale induira tel comportement électoral, mais ce comportement électoral sera toujours "exagéré" par rapport à cette structure sociale : il s'agit là de la mise en évidence de l'effet de milieu, ou de voisinage, effet purement géographique, qu'il conviendra donc de détailler dans le dernier chapitre.

31La forte dépendance entre le vote réel et l'effet résiduel est donc à la fois décevante pour le chercheur, car les effets résiduels n'offrent pas réellement une nouvelle image de la France de l'Ouest, mais également rassurante (pour le géographe...), car elle montre que l'explication sociologique directe n'est pas suffisante, voire totalement inefficace, et ne joue qu'indirectement par des effets d'entraînements, ou de manière secondaire, face aux contextes notabilitaires, historiques et géographiques. Les paragraphes qui suivent tentent de mettre en avant les autres apports du modèle.

Le modèle et les courants politiques

32Si l'on s'en tient à l'effet résiduel moyen pour l'Ouest du total droite, celui-ci est toujours positif pour toutes les élections de la cinquième République. Il est clair que l'Ouest vote plus à droite que sa structure sociale ne le laisserait prévoir. La structure professionnelle (Ouest agricole), ou culturelle (Ouest religieux) ne suffit donc absolument pas à expliquer directement le vote à droite. Le conservatisme de l'Ouest dépasse largement le conservatisme imposé par la structure sociale. Cet effet résiduel positif se perpétue d'ailleurs pour chaque élection, souvent largement : entre +7 et +12. Contrairement à ce que l'on aurait pu attendre, il n'existe aucune baisse particulière de l'effet résiduel lors des présidentielles, par rapport aux législatives. La stabilité de l'effet résiduel, de 58 à 86, est également curieuse. Le vote de la France de l'Ouest se calquant progressivement sur celui de la France, il était imaginable que l'effet résiduel moyen de l'Ouest décroisse lui aussi régulièrement. S'il n'en est rien, c'est donc que la structure sociale évolue elle aussi, et tend de plus en plus à faire voter l'Ouest à gauche. Les progrès électoraux de la gauche dans l'Ouest depuis 1958 ne seraient donc dus qu'à l'évolution sociale, et l'effet résiduel, c'est à dire la "tendance de l'Ouest au conservatisme", demeure stable, une fois l'effet structurel éliminé. Même si la tendance "apparente" est celle d'une banalisation des comportements politiques de l'Ouest, ces régions continuent pourtant avec la même vigueur, jusqu'à aujourd’hui, à voter à droite "plus que prévu".

33Le cas du PS est différent. De 58 à 81, l'Ouest vote moins socialiste que sa structure sociale ne laissait prévoir, mais faiblement (entre -2 et -5). Cet effet résiduel négatif tend d'ailleurs à décroître, pour devenir positif depuis 86 (entre +1 et +2). L'Ouest ne fut donc jamais profondément anti-socialiste, et lui est même plutôt favorable aujourd'hui.

34Depuis une dizaine d'années, l'Ouest vote légèrement plus que prévu à la fois pour le PS, l'UDF et le RPR... L'effet résiduel est donc avant tout négatif à l'Ouest pour les extrêmes : le PC et surtout le Front-National (écart moyen d'au moins -5). L'effet résiduel moyen pour l'écologisme est lui voisin de zéro.

Le modèle et les structures sociales

35Le calcul des votes théoriques et l'observation de leurs pertinences permettent avant tout de tester l'intérêt de la structure sociale sur laquelle ils ont été bâtis. Un bref inventaire des apports et limites de chaque structure s'impose.

36Le sexe ratio, en raison de sa faible différentiation géographique et politique, n’apporte rien. Les votes théoriques selon l'âge permettent un premier progrès par rapport au sexe ratio : les votes théoriques reposent sur au moins quatre classes. Le conservatisme avec l'âge permet des différences de vote assez prononcées selon les classes, mais ces classes demeurent elles assez peu différenciées géographiquement. Cette faible variation spatiale explique donc ici aussi la faible variation du vote théorique selon l'âge (4 % d'amplitude pour tout l'Ouest). Les variations du vote réel expliquent donc également une grande partie de l'effet résiduel, malgré quelques nuances en ville ou dans les espaces vieillissants.

37Comme pour l'âge, l'amplitude du vote théorique pour l'Ouest selon la qualification est assez faible (environ 4 %) et les corrélations effets résiduels/vote réel sont donc toujours supérieures à 0,9. Le calcul du vote théorique selon ses structures sociales apporte donc peu d’éléments nouveaux.

38Par contre, le vote théorique selon la religion semble particulièrement pertinent. Il possède un double avantage : les tendances de vote de chaque classe sont très marquées, et suivent un ordre régulier, le conservatisme augmentant avec l'intégration religieuse ; parallèlement, les structures religieuses de chaque canton sont très différenciées spatialement, et provoquent de larges variations régionales. Le vote théorique peut donc librement évoluer, et son amplitude avoisine généralement au moins les 20 % (elle demeure néanmoins inférieure à l'amplitude du vote réel). Les corrélations vote réel/vote théorique selon la religion apparaissent généralement plus fortes lors des présidentielles que lors des législatives : le vote lors des présidentielles fait appel chez l’électeur davantage à ses valeurs personnelles et sa "conscience" que lors des législatives, où les clientèles, et intérêts locaux peuvent primer l'idéologie personnelle. Les corrélations selon la religion baissent également régulièrement au fur et à mesure de la cinquième République. L'explication de cette tendance par la sécularisation du catholicisme, et des liens de plus en plus lâches entre politique et religion, notamment après le tournant de 81, viennent immédiatement à l'esprit. Cette tendance est indiscutable si l'on observe les sondages nationaux. Mais il faut par contre se garder d'en tirer des conséquences sur le vote de l'Ouest, puisque l'évolution des catholiques est inconnue et que tous les votes théoriques sont bâtis sur une structure religieuse constante. Seuls les sondages nationaux influent donc sur les fluctuations du vote théorique, et donc des corrélations : la baisse de signification des corrélations est donc logique au regard des tendances de ces sondages, mais ne correspond peut-être pas à la réalité, puisqu'il est possible que l'évolution réelle de la population catholique produise des effets inverses, qui maintiendraient la pertinence de la variable religieuse.

39Géographiquement, le vote théorique selon la religion (effet structurel) permet une extraordinaire régionalisation des comportements (figure 54a). L'effet résiduel ne dépend ici plus uniquement du vote réel (corrélations vote réels/effets résiduels entre 0,5 et 0,6). Ces effets résiduels selon la religion représentent alors réellement ce qu'il reste du vote local, une fois le poids de la religion gommé. L'exemple de Mitterrand en 88 est fort instructif (figure 54b). L'effet résiduel pour Mitterrand est massif en Bretagne, dans le Trégor bien sûr, mais aussi, et cela est invisible sans la construction de ce vote théorique, dans tout le pays de Redon, au carrefour de la Loire-Atlantique, de l'Ille et Vilaine et du Morbihan. Ce pays de Redon, mais également ceux de Ploërmel et de Vannes, ne semblent à droite que par la religion. Une fois cet effet structurel ôté, dans ces pays, plutôt pauvres et sous qualifiés, se révèle une tendance locale à voter à gauche. L'élimination du poids de la religion provoque par contre un effet résiduel nul pour le Léon, et qui demeure positif pour la droite dans le Choletais (où la simple structure religieuse ne suffit pas à expliquer directement le conservatisme). Cet effet résiduel tempère largement l'apparent vote à gauche sur toutes les marges Est : le Sud Est de la Sarthe n'a alors plus qu'un comportement très commun, semblable à celui de la Vendée ou du Maine et Loire. La carte électorale de la Normandie subit également quelques modifications. L'exemple le plus criant englobe toute la périphérie parisienne, du Pays d'Auge, d'Ouche, du Perche, du Sud de l'Eure, des pays qui possèdent un vote moyen pour la gauche. Compte tenu du caractère très a-clérical des électeurs, l'effet résiduel révèle que ces pays ont voté bien moins Mitterrand qu'ils n'auraient dû, et se remarquent alors en 88 comme les régions les plus conservatrices de l'Ouest. Il s'agit bien d'une terre chiraquienne...

40Malgré ses avantages, l'utilisation de la CSP provoque d'inévitables effets inverses : il n'existe pas, comme pour la religion, de gradient régulier entre le conservatisme et les classes sociales. Chaque classe aura sa tendance de vote particulière : dans un canton industriel, par exemple, parmi les structures sociales sur-représentées, les employés et ouvriers voteront plutôt à gauche, mais les cadres à droite. Toutefois, certaines classes socio-professionnelles, très minoritaires dans la population (artisans...), n'ont finalement qu'une très faible incidence sur le résultat du vote théorique, à l'inverse de la classe ouvrière. Le vote théorique varie donc, entre 15 et 20 % pour l'Ouest, c'est à dire finalement un peu moins que le vote théorique selon la religion. Néanmoins, la CSP est la structure sociale qui permet les meilleures corrélations vote réel/vote théorique, devançant régulièrement celles de la religion : supérieures souvent à 0,5, pour le total droite. La carte des effets résiduels selon la CSP apporte donc elle aussi des modifications à la carte traditionnelle des résultats bruts, telle celle pour J. Chirac en 1995. (figure 55 a et b). La carte renforce l’attitude de gauche de la quasi totalité de la Bretagne et les fortes oppositions au sein des Pays de la Loire, organisés en « pays » politiques, souvent indépendants des départements. Ces contrastes sont plus nuancés en Haute-Normandie, mais l’élimination de la structure professionnelle met en évidence l’opposition entre l’attitude de droite de l’Eure face à une Seine-Maritime rurale plus à gauche.

41Le vote théorique selon le statut face au travail rappelle largement la structure socio-professionnelle. Les deux systèmes sont donc ici redondants, mais il est utile de savoir que le statut face au travail, qui ne repose que sur trois ou quatre classes, se révèle quasiment aussi pertinent que la CSP, dont le traitement est plus long, mais où finalement seules quelques classes sociales "lourdes" jouent un rôle important.

42Les votes théoriques se révèlent donc en général d’un grand intérêt, en synthétisant des structures sociales, et en offrant des images totalement neuves par rapport aux cartographies sociales et électorales classiques, complémentaires des analyses plus classiques du chapitre 5.

Le modèle et l'évolution socio-politique

43L'évolution globale (selon l'ensemble des structures sociales) des corrélations selon les différents courants politiques est également instructive : elle permet de définir chaque courant politique comme "un parti de classe", ou non. Concernant le total gauche/droite, c'est la stabilité, d'une corrélation relativement élevée, qui prime. Le PC par exemple possède une évolution inverse du PS. Les corrélations entre les votes théoriques et le PC perdent avec le temps toute signification, tandis que celles du PS, jadis nulles, sont désormais très marquées. Le déclin du PC (en nombre brut de voix) ne suffit pas à expliquer cette perte, puisque les corrélations pourraient a priori se maintenir, quel que soit le score du parti. C'est donc l'électorat "national" du PC, c'est à dire les ouvriers et les athées, qui se sont éloignés du PC depuis 81, ou du moins, ce sont dans les régions très ouvrières et peu catholiques que les scores du PC ont le plus chuté. Par contre, les votes PC ruraux (Trégor par exemple), démentis locaux des sondages nationaux, se sont relativement mieux maintenus L'importance croissante prise par ces votes "anormaux", explique ainsi cet effritement du "vote de classe" pour le PC. L'effet inverse se produit pour le PS, qui n'était en 58 présent à l'Ouest que dans quelques banlieues, mais surtout dans des fiefs radicaux ruraux, plaçant le vote socialiste de l'Ouest en inadéquation avec le vote théorique (les corrélations jusqu'en 73 avoisinent les 0,3). Le tournant se fait en 78, où le PS semble s'organiser progressivement à l'Ouest comme un parti s'appuyant non plus sur des isolats géographiques, mais des classes sociales.

44Entre la droite gaulliste et traditionnelle, une inversion de tendance similaire existe. Si longtemps (jusqu’en 73), les corrélations sont systématiquement plus marquées pour la droite traditionnelle que pour la droite gaulliste, aujourd’hui, le RPR se présente à l'Ouest en un véritable "parti de classe" (les corrélations selon la CSP en 88 et 95 pour Chirac au premier tour sont les plus fortes des 400 votes théoriques calculés : 0,73 et 0,75. Les terres qui sont actuellement dominées par le RPR le sont donc avant tout à cause de leur structure sociale. L’électorat Balladur, lié selon les sondages de façon linéaire à l’intégration religieuse et à l’âge, s’explique à l’inverse largement dans l’Ouest à travers la répartition de ces deux structures.

45Traditionnellement, l'électorat de l'extrême droite est socialement "indéfinissable". Le vote Front-National est-il un vote bourgeois ou un vote populiste ? Les spécialistes sont rarement d’accord entre eux. En 86, le vote Le Pen n'est corrélé avec absolument aucune structure sociale. Son électorat naissant ne semble alors aucunement structuré, et sera donc considéré comme un phénomène éphémère. Mais à partir des présidentielles de 88, les corrélations montent, pour se marquer encore un peu davantage aux élections suivantes, jusqu’en 95. Tout se passe comme si, progressivement, cet électorat se stabilisait spatialement et surtout socialement, évoluant d'un phénomène superficiel et parasitaire à un phénomène se frayant une place (durable ?) dans la Géographie comme dans la Sociologie électorale. Ce vote non plus protestataire, mais « d’adhésion », qui s’observe par les sondages (Mayer, 97), transparaît également à travers les cartes.

Le modèle et les échelles

46Les corrélations entre les votes théoriques et les votes réels peuvent également être calculées pour chaque région et chaque département. Ces calculs devraient donc permettre de synthétiser les fluctuations spatiales des liens socio-politiques déjà évoqués. Les corrélations selon la structure religieuse renvoient aux systèmes évoqués dans la partie 2 (figure 56) : les corrélations sont nettes pour les Pays de la Loire (supérieures le plus souvent à 0,8), fortes pour la Bretagne (hormis les Côtes d'Armor), et absolument milles pour la Haute-Normandie. L’inverse s’observe pour les CSP, de façon particulièrement nette en 1995 pour J. Chirac.

47Enfin, si la corrélation entre le vote théorique et le vote Le Pen en 88 monte pour les 515 cantons à 0,4, les corrélations départementales ne montent que faiblement au delà, et sont même généralement plus faibles : la structuration de l'électorat Le Pen est donc fort relative quand on l'observe non pas globalement, mais à l'échelle interne de l'Ouest (figure 56).

48Comme dans la seconde partie de cette thèse, la pertinence des différentes corrélations peut être testée par la multiplication des systèmes d'agrégations choisis. Une centaine de votes théoriques, ainsi que leur corrélation avec le vote réel, furent donc testés, non seulement par canton, mais également selon trois autres types de découpage : circonscription, arrondissement, département. L'observation de ces coefficients renvoie au même constat que lors de la partie 2 : les corrélations sont stables selon les différents types d'agrégation, et il n'existe quasiment aucune inversion de tendance : l'amplitude entre les corrélations maximum et minimum selon les différents découpages, pour une élection, varie de 0,1 à 0,4. La majorité des analyses du chapitre 6 se trouvent ici confirmées (faible pertinence de l'arrondissement, pertinence décroissante dans le temps de la circonscription...).

49Le but de ces analyses des votes théoriques était de montrer leur premier intérêt, comme synthèse de l'explication sociologique, par une tentative de pont entre données psychologiques et écologiques. Elle permet l'appréciation globale du rôle d'une structure sociale dans son ensemble alors que les comparaisons simples permettent à l'inverse de distinguer l'influence de chaque classe sociale, et de variables explicatives isolées (taux d'étrangers, migrations pendulaires, équipement...).

50Mais il ne faut pas perdre de vue que l'enjeu principal du modèle n'est pas de tester les facteurs de l'opinion politique à l'épreuve de l'espace, mais d'isoler le plus précisément possible l'effet sociologique. Or, chaque vote théorique n'isole en fait qu'une partie de cet effet sociologique : le vote théorique selon la CSP isole l'influence de la CSP, mais les effets résiduels ne dépendent alors pas forcément de phénomènes non-sociologiques : ils peuvent dépendre de la structure religieuse, de la structure démographique... Pour isoler l'effet sociologique, il faudrait pouvoir combiner les votes théoriques selon la CSP, la religion, l'âge, le sexe, l'indépendance au travail, la qualification. Le résultat de cette combinaison de votes théoriques, la plus proche possible du vote réel, serait alors un "vote théorique multiple", tenant compte au mieux de tous les facteurs sociologiques étudiables : l'effet résiduel deviendrait alors réellement l'effet non sociologique.

Figure 56. Corrélations pour l’Ouest, par région, par département

Figure 56. Corrélations pour l’Ouest, par région, par département

LE VOTE THEORIQUE MULTIPLE

Principe

51La construction de votes théoriques simples ne suffit pas à isoler l'ensemble des phénomènes sociologiques : ils ne permettent chacun d'isoler qu'une seule structure sociale. Pour réellement espérer isoler cet effet sociologique, il faudrait trouver la combinaison des votes théoriques selon les différentes structures sociales, qui soit la plus proche possible du vote réel. L'idée d'une régression linéaire multiple, où la variable expliquée serait le vote réel, et les variables explicatives seraient les votes théoriques selon les différentes structures sociales paraît donc s'imposer : le résultat de l'équation de cette régression linéaire multiple permet donc de proposer pour chaque canton un "vote théorique multiple", la technique structure-résidus pouvant servir de mode de comparaison entre le vote réel et le vote théorique multiple.

52Le principe de la « régression multiple » est d’ailleurs largement utilisé récemment par les politologues, notamment les anglo-saxons. Le plus souvent, les politologues, qui travaillent à partir de sondages, privilégient la « régression logistique » (adaptées aux variables qualitatives, Mayer et Boy, 97 ; Cautres, 95). La régression linéaire multiple fonctionne selon les mêmes logiques explicatives, mais suppose des variables ordinales (estimation par la méthode des moindres carrés). Elle est donc adaptée aux données « écologiques ». De façon originale, Lewis-Beck (97) tente à partir d’une enquête individuelle concernant l’explication économique du vote de tester et de comparer les deux types de régression.

53A priori, par l'emploi de la régression linéaire multiple sur des votes théoriques simples, on cherche simplement à coller au plus près du vote réel, mais en utilisant des données sociales totalement indépendantes de ce vote réel. L'équation de la régression est donc l'expression de cette combinaison, pour l'Ouest, pour un parti, lors d'une élection, qui permet d'associer au mieux ces différentes structures sociales. Il s'agit donc ici d'un usage détourné de la régression linéaire, où l'équation de la droite n'a finalement que peu d'importance, et où l'on s'attache avant tout à l'analyse des résidus de cette régression. Néanmoins, une telle utilisation de la régression linéaire multiple nécessite quelques précautions statistiques :

  • Les différentes variables explicatives doivent être les plus indépendantes possibles entre elles. C'est ici le cas, chaque vote théorique selon une structure sociale ayant une géographie bien particulière, hormis la redondance entre CSP et indépendance au travail, mais qui n'existe que pour quelques rares scrutins.

  • Les coefficients de la régression multiple ne sont pas interprétables directement. Alors que classiquement, on s'intéresse lors d'une telle étude à la valeur de chaque coefficient multiplicateur de chaque variable explicative, leur interprétation n'est pas ici une priorité. L'étude de ces coefficients ne serait intéressante que dans le cas de l'utilisation de l'équation de la régression à des fins de prévision : si l'équation était stable, les coefficients connus, et la corrélation avec le vote réel forte, il suffirait de connaître la structure sociale d'une région, d'appliquer l'équation, et l'on obtiendrait une prévision précise du vote réel futur.

  • L'utilisation de la régression linéaire multiple pas à pas permet de tester et comprendre le rôle de chaque structure sociale dans la composition du vote théorique. L'utilisation de régressions linéaires à contraintes (tous les coefficients multiplicateurs devant être positifs, ou compris entre 0 et 1, ou leur somme devant être égale à zéro...) permet en théorie de contrôler les coefficients et leur stabilité, notamment dans le but de donner à l'équation un rôle de systémisation, et même de prédiction.

  • Contrairement aux votes théoriques simples, dont la distribution spatiale était totalement indépendante du vote réel, le vote théorique multiple cherche pour composer l'équation à se calquer sur la variable expliquée, c'est à dire le vote réel : si les données composant ce vote théorique multiple sont indépendantes du vote réel, l'équation, elle, en est directement dépendante. La première conséquence en sera que, contrairement aux votes théoriques simples, le vote théorique multiple moyen, pour l'Ouest, sera donc toujours quasiment semblable au vote réel.

  • Il est alors possible de critiquer ce vote théorique multiple, qui fait perdre au vote théorique l'une de ces principales qualités : l'indépendance totale avec le vote réel. Une régression linéaire multiple sur de nombreuses variables sociales, et non des votes théoriques, pourrait produire le même résultat. Mais chaque vote théorique simple étant déjà la combinaison de multiples variables, obtenir par une régression linéaire multiple construite sur des variables sociales, l'équivalent du vote théorique multiple, demanderait l'utilisation d'une masse trop importante, et donc aberrante, de variables explicatives.

  • Ces méthodes sont pionnières, et donc perfectibles. C’est avant tout l’effet résiduel multiple qui nous intéresse puisqu’il sera au minimum aussi pertinent qu’un effet résiduel simple. Néanmoins, avant d’analyser et d’expliquer dans les dernières parties l’effet résiduel multiple, les pertinences, apports, et intérêts de ces votes théoriques multiples seront brièvement analysés.

Application

54Une soixantaine de votes théoriques multiples ont été calculés au total : ils ont été construits pour chaque élection, pour chaque courant politique, à chaque fois que les sondages le permettaient. Au minimum, chaque vote théorique multiple est la combinaison des votes théoriques selon la CSP, l'âge et le sexe. Mais à chaque fois que les sondages le permettent (figure 57a), les votes théoriques combinent en plus la structure religieuse, la qualification, le travail...

55Le premier indice témoignant de l'intérêt du vote théorique multiple est celui de la corrélation entre ce vote théorique multiple et le vote réel (variable expliquée) : cette corrélation, bien entendu, progresse toujours par rapport aux corrélations de départ votes réels/votes théoriques simples, mais finalement assez peu (de 0,1 à 0,3) (figure 57a). Le coefficient de corrélation multiple stagne vite, dans la plupart des cas, comme s'il était bloqué par un plafond explicatif de la structure sociale, qu'elle ne peut dépasser. Il est possible d'avancer plusieurs hypothèses pour comprendre l'existence de ce "plafond explicatif".

  • Si les différents votes théoriques sont indépendants entre eux, l'effet résiduel, c'est à dire la part du vote non expliquée par chaque vote théorique, est sensiblement le même pour tous. La plupart des effets résiduels ne peuvent donc être expliqués par aucune structure sociale. Ainsi, les effets d'entraînement, qui provoquent entre cantons des différences de votes réels très importantes, ne sont expliqués par aucun des votes théoriques, qui varient tous beaucoup moins.

  • Si la combinaison de certains votes théoriques, selon la CSP, ou selon la religion, permettent en théorie de faire progresser l'explication pour l'Ouest, certains comportements sociologiquement "aberrants" ne seront de toute façon expliqués par aucun vote théorique : le cas des Côtes d'Armor par exemple, ou, ni la structure professionnelle, ni l'intégration religieuse ne fonctionne, ne permettra pas à la corrélation de monter, quelle que soit l'équation de la régression.

  • Enfin et surtout, cette stagnation des coefficients tend à prouver qu’il est impossible dans l'Ouest de trouver une explication sociologique unique, quelle que soit la combinaison adaptée. Une combinaison privilégiera toujours soit l'explication professionnelle, soit l'explication religieuse, et celle-ci, on le sait, ne fonctionne que pour la moitié de l'Ouest, et même moins, si l'on considère que le système explicatif breton est encore différent. Cette impossible explication sociologique unique est à la fois décevante, sur le plan de la pertinence du vote théorique multiple, mais confirme en cela la nécessité de spatialiser l'explication sociologique.

56L'utilisation de la régression linéaire pas à pas montre que la régression linéaire multiple sera dépendante, soit de l'explication économique, soit de l'explication religieuse, mais jamais des deux. Les deux explications ne sont donc pas complémentaires, mais opposées. La structure par âge apparaît généralement en second facteur explicatif.

Figure 57. Corrélations vote réel/vote théorique multiple

Figure 57. Corrélations vote réel/vote théorique multiple

57Si cette explication globale pour l'Ouest n'existe pas, pourquoi ne pas en associer plusieurs ? Des votes théoriques multiples régionaux, ou départementaux, seraient à priori beaucoup plus pertinents... Ces votes théoriques régionaux ont été calculés pour Mitterrand, au second tour 8 8 (figure 57c, corrélation de 0,88 en Normandie, 0,72 en Pays de la Loire, 0,37 en Bretagne, 0,74 pour la moyenne des 3). Incontestablement, pour la Normandie et même les Pays de la Loire, le vote théorique multiple régional se rapproche réellement du vote réel. Par contre en Bretagne, aucune combinaison des différentes structures sociales ne permet réellement de se rapprocher de ce vote. Si l'on calcule les votes théoriques multiples par département, le cas est encore plus probant (figure 57c). Toutes les corrélations départementales avoisinent les 0,8, voire les 0,9 : dans certains départements, l'explication sociologique multiple semble même se calquer parfaitement sur le vote : Mayenne, Sarthe, Manche... L'association de ces 14 votes théoriques permet de faire monter pour l'Ouest la corrélation totale à 0,84. Une nouvelle fois, seuls les départements bretons conservent leur mystère, puisque les corrélations du Morbihan ou des Côtes d'Armor stagnent à 0,5.

58L'utilisation des régressions linéaires à contrainte serait capitale si l'on voulait utiliser l'équation d'une régression multiple à des fins de simulations ou de prévisions. Le test, consistant à utiliser l'équation d'une régression multiple pour un parti lors d'une élection, particulièrement proche du vote réel, pour calculer un autre vote théorique, pour ce même parti, mais lors d'une autre élection, et donc avec une structure sociale ayant évolué, fut effectué sur plusieurs partis. Il se révéla en fait totalement incohérent, chaque équation n'étant équilibrée que pour la structure sociale sur laquelle elle est calculée. Un léger changement de cette structure sociale suffit à faire totalement basculer cet équilibre, et donner des votes théoriques aberrants (supérieurs à 100 %). Dans l'état actuel des choses, les coefficients multiplicateurs de chaque facteur ne sont pas utilisables directement. L'hypothèse alléchante, de bâtir des équations les plus proches possibles des votes réels, dont les coefficients multiplicateurs seraient stables et interprétables (du style (0,4 * CSP) + (0,25 * âge) + (0,20 * religion) + (0,1 * qualification) + (0,05 * sexe)), mais pouvant par contre bien sûr légèrement varier selon les partis, le temps, les régions, semble ici irréaliste. Pousser des recherches dans ce sens serait assurément passionnant. D’ailleurs, le principe de régression multiple est celui utilisé par les organismes de sondages pour les estimations lors des soirées électorales.

59En tous les cas, ces expériences tendent à prouver qu'il est possible d'obtenir de véritables votes de classe, dès l'instant ou cette explication sociologique est spatialisée. Il serait donc tentant de bâtir les effets résiduels sur ces votes théoriques régionaux, ou départementaux, beaucoup plus proches des votes réels. Mais l'hypothèse de départ est inverse : cerner pour l'Ouest l'effet sociologique, qui doit donc être global, et le même pour l'ensemble du territoire, afin de dégager ensuite l'effet résiduel, non sociologique. Si l'explication sociologique globale fonctionne peu sur l'Ouest, c'est avant tout à cause des résistances bretonnes, ou choletaises, où les effets résiduels sont très forts, et doivent donc s'expliquer par des phénomènes non sociologiques. Passer par de multiples systèmes explicatifs sociologiques revient à recomposer autant d'effets locaux. Les effets résiduels qui en résulteront auront alors des significations différentes d'un système sociologique explicatif à l'autre, et ne pourront être expliqués qu'en référence à ce système.

60Pour un système explicatif unique bâti sur l’Ouest, les forts effets résiduels des Côtes d'Armor doivent nous amener à expliquer pourquoi, contrairement à ailleurs, ce sont les cantons les plus ruraux, les plus âgés, et les plus pascalisants qui votent à gauche. Un système explicatif construit uniquement sur les Côtes d'Armor induira que sociologiquement, dans ce département, les ruraux âgés "doivent" voter à gauche, et les forts effets résiduels concerneront Lannion ou Saint-Brieuc, où il faudra expliquer pourquoi ici (curieusement...), ce sont les jeunes et employés qui votent à gauche...

Une nouvelle image politique de l’Ouest

61L'ensemble des votes théoriques multiples sont donc calculés globalement pour l'Ouest. Les corrélations votes réels/vote théoriques multiples (figure 57a) renvoient sensiblement aux mêmes constats que pour les votes théoriques simples.

62La cartographie des effets structurels multiples est fort instructive. En effet, elle offre le plus souvent une image totalement inédite de l'Ouest, ne pouvant s'apparenter directement avec aucune variable sociale simple. Si l’on ne retient que le total droite, les différentes cartes d’effet structurels multiples se ressemblent. Par exemple pour le vote Giscard en 1974 (élection médiane de la période étudiée, statistiquement la plus proche du champ de force du total gauche/droite)), la dorsale conservatrice Nord-Sud est largement mise en valeur par les votes théoriques : cette dorsale possède donc bien une explication sociologique, alors qu'aucune carte sociale "simple" ne la faisait ressortir (figure 58a). En fait cette dorsale semble être une combinaison entre des cantons à la fois très cléricaux et très ruraux (et également souvent peu qualifiés, avec un fort taux de femmes actives...). Les régions théoriquement de gauche combinent toutes urbanisation, industrialisation ou tertiarisation, avec athéisme. Elles délimitent donc des zones réellement à gauche... Mais pas forcément, et pas précisément dans les bonnes proportions. L'Eure, par ses fortes densités ouvrières rurales, et son a-religion, est présentée comme théoriquement la terre la plus à gauche de l'Ouest... Si le Choletais est en théorie un pays moyennement de droite (l'exceptionnel cléricalisme l'emportant sur la jeunesse et l'industrialisation des campagnes), le Trégor serait lui indifférent politiquement.

63Le vote théorique semble donc ici remplir parfaitement son rôle : proche du vote réel, il explique indiscutablement un certain nombre de comportements (dorsale de droite...). Mais néanmoins, il est suffisamment imprécis pour révéler de forts effets résiduels.

64La cartographie des effets résiduels multiples pour un parti doit donc permettre de nombreuses nuances par rapport à la cartographie des résultats bruts pour ce même parti. Pour la carte du total droite/gauche 74 (figures 58b), le fort effet structurel de la dorsale conservatrice ne suffit pas à expliquer directement les forts votes de droite, puisque l'ensemble de cette dorsale possède tout de même un fort effet résiduel positif : on parlera alors sans doute d'effet d'entraînement. Néanmoins, alors que le vote réel pour Giscard nous offrait l'image d'une dorsale conservatrice extraordinairement nette, la cartographie de l'effet résiduel n'en conserve qu'un maigre squelette. Le vote conservateur du Domfrontais, de la Mayenne, de l'Ouest du Segréen, du Castelbriantais, de la région de Paimpont, et même de celle de la Roche sur Yon, ne sont dues qu'à la structure sociale et religieuse. Les bastions réels de la droite se trouvent alors mis à nu : le Léon, le choletais vendéen (Saint-Fulgent), le Vitréen, la basse Vilaine (la Roche-Bernard). Le fort vote à gauche de la basse Seine, ainsi que celui de la campagne mancelle, n'apparaît plus du tout au niveau des effets résiduels : ils sont donc largement expliqués par la structure sociale. Par contre, les effets les plus négatifs à la droite deviennent logiquement ceux du Trégor.

65Le modèle de structure sociale, à travers les votes théoriques et les autres effets qui lui sont liés, se révèle donc comme un outil d'investigation pertinent et original en Géographie électorale. Sa simplicité devrait le rendre acceptable aux yeux des géographes les plus tièdes face aux méthodes quantitatives. La valeur synthétique des effets structurels, simples ou multiples, en font des variables explicatives du vote "supérieures", complémentaires des variables explicatives sociologiques simples, dans une analyse classique. L'effet résiduel, on l'a vu, présente l'immense avantage d'offrir une image nouvelle de la carte politique (même si certains rétorqueront que pour apprécier une image nouvelle, il faut d'abord connaître la carte des résultats réels de référence, ce qui est déjà rarement le cas en Géographie électorale...).

66La prédiction électorale est le secteur électoral où la demande est la plus forte, que ce soit de la part du public, des médias, comme des acteurs politiques eux-mêmes. Le modèle de structure sociale, comme en sociologie la régression logistique, ouvre peut-être la voie d'une possibilité de prévisions électorales spatialisées (c'est à dire pouvoir dessiner à l'avance une carte électorale...), et non plus seulement globales, comme c'est le cas actuellement. Il y a là un axe de recherche passionnant, et même dangereusement passionnant... Comme l'exprime Dogan en 86, est-il sain pour une démocratie de parvenir un jour à réduire le vote en une équation ?

Table des illustrations

Titre Figure 51. Le modèle de structure sociale
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11553/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Figure 52. Corrélations vote réel/vote théorique
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11553/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Figure 54
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11553/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre Figure 55
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11553/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Figure 56. Corrélations pour l’Ouest, par région, par département
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11553/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Figure 57. Corrélations vote réel/vote théorique multiple
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11553/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Titre Figure 58
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11553/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 158k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search