Version classiqueVersion mobile

Éléments de géographie électorale

 | 
Michel Bussi

Partie III : Au-delà de l'explication sociologique

Au-delà de l'explication sociologique

Texte intégral

"L'analyse spatiale des comportements électoraux que peuvent effectuer les géographes invalide une relation d'appartenance social-vote qui serait a-temporelle et uniforme dans l'espace, lui opposant des modalités concrètes qui, diversement exprimées d'une localité à l'autre, lui donnent une validité générale. Les écarts observés peuvent avoir des origines diverses ; des héritages historiques différents d'un lieu à l'autre ; l'influence plus ou moins déterminante d'un réseau de notables, des partis, de l’église ; des rapports sociaux plus ou moins conflictuels et des identités de classes ou de groupes sociaux plus ou moins affirmés ; ou encore l'hégémonie locale d’une couche sociale influençant les comportements des autres couches sociales."
P. Buléon, R. Hérin (88)

1La revendication de l'explication du vote est multiple. Une hiérarchie fréquente de ces revendications consiste à mettre d'abord en avant l'explication sociologique, qui est ensuite affinée dans ses détails par les contextes locaux, et enfin nuancée par l'aspect conjoncturel de chaque scrutin (Lancelot, 74, Ysmal, 90). Mais une telle démarche induit implicitement une relation d'ordre entre les facteurs explicatifs : le social passant avant le spatial et le temporel.

2Pour cette raison, je proposerais donc un autre paradigme, rejoignant celui de Buléon-Hérin (88). Un vote local n'est que la combinaison de multiples effets nationaux, fonctionnant partout de la même façon. C'est la multiplicité des combinaisons entre ces différents effets qui rend chaque vote local unique. Outre l'effet sociologique, l'existence d'effets " notabilitaires, historiques, anthropologiques, géographiques est également reconnue... La difficulté de l'étude de ces effets est de dégager des mécanismes indépendants les uns des autres : contagion spatiale, pérennisation des comportements historiques, influence notabilitaire... et explication sociologique.

3Cette démarche refuse donc l'explication par "l'esprit des lieux", l'inexplicable "fait culturel", le "mystère ethnique"... Les différences de comportement selon les régions ou les "pays" sautent aux yeux, mais le chercheur ne peut les réduire à un simple déterminisme racial : il existe incontestablement un vote cauchois, trégorrois, vendéen, mais le chercheur ne peut assimiler ces attitudes à une quelconque supériorité ethnique, intellectuelle ou physiologique, qui ferait que l'on serait ici plus intelligent, là plus lucide, ailleurs plus charitable. Tous ces comportements locaux et régionaux existent, bien que souvent inconsciemment, mais sont le fruit de mécanismes globaux, isolables et explicables, qui se combinent ici pour pérenniser un comportement, dont l'opinion électorale n'est qu'une facette. Ma démarche vise donc à combattre deux a priori :

  • L'électeur se détermine avant tout individuellement, et uniquement en fonction de son intérêt économique présent (ce qui revient à nier les comportements régionaux).

  • Il existe au contraire des isolats culturels, dont le comportement "aberrant" ne peut s'expliquer qu'au sein de ces isolats (ce qui revient à nier toute tentative d'explication systémique).

4Ce paradigme étant posé, il ne reste qu'à trouver la méthode permettant d'isoler les différents effets. L'effet sociologique est le plus connu, le plus étudié, et a priori le plus "déterminant". Eliminer l'effet sociologique permettrait donc de concentrer la recherche sur les autres explications possibles du vote : notabilité, espace, histoire... Ainsi, il serait possible de savoir si tel canton, telle région, vote uniquement à cause de sa structure sociale, ou s'il existe une différence entre son vote théorique selon la structure sociale, et son vote "réel". Cet écart s'expliquerait alors par d'autres effets, indépendants de l'explication sociologique. Cette différence peut donc être qualifiée de "résiduelle" ("ce qui reste", une fois l'effet sociologique gommé). C'est cet "effet résiduel" que l'on entend expliquer, une fois l'effet "structurel" ôté. Le terme "effet local", pour qualifier ce "reste", semble donc impropre. En effet, il induirait qu'une fois l'explication sociologique "a-spatiale" éliminée, tel un bruit de fond, il ne subsisterait qu'un "vote local", dont l'explication ne pourrait être que ponctuelle ou conjoncturelle. Le vote local est en fait le résultat de la combinaison de tous les facteurs explicatifs possibles.

5L'histoire des Sciences électorales françaises rend cohérent et pratique d'isoler d'abord le vote de classe, pour observer ensuite les autres, qui sont méconnus. Mais il serait en théorie possible d'isoler d'abord l'effet notabilitaire. L'effet résiduel, concernant les électeurs n'ayant pas voté selon le renom ou le charisme des candidats, pourrait alors être expliqué, du moins en partie, par l'appartenance sociale de ces électeurs.

6Cette clarification est importante. En effet, elle permet de situer « l'effet spatial », et donc la Géographie, à sa juste place. Il est courant de penser qu'il existe un effet sociologique "a-spatial", et qu'une fois celui-ci éliminé, tout ce qui reste est du domaine de la Géographie... Mais ce qui reste peut également être expliqué par l'effet notabilitaire, dont on peut supposer que les mécanismes sont les mêmes partout, et qui ne concerne donc pas plus directement la Géographie que la Sociologie. Il en est de même pour les mécanismes historiques. L'apport de la Géographie à la Science électorale n'est donc pas de décrire un à un ces votes locaux, mais de proposer un autre effet explicatif : l'effet de « milieu », ou de « territoire ». Cet effet spatial, de vote par "proximité", assimilable à un vote par contagion, est connu depuis longtemps au niveau individuel par l'effet de voisinage, mais encore peu exploré par l'approche écologique.

7Cette partie visera donc à expliquer comment isoler l'effet sociologique, pour ensuite concentrer l'étude sur les autres effets explicatifs non spatiaux : effet de marché (notabilité, malversations électorales), effet historique (anthropologie, contagion temporelle), effet de milieu (effet d’entraînement, contagion spatiale).

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search