Version classiqueVersion mobile

Éléments de géographie électorale

 | 
Michel Bussi

Partie II : L'Ouest : laboratoire politique de la France

Chapitre six. Découper autrement ; expliquer autrement ?

Texte intégral

"La solution à ces problèmes méthodologiques n'est ni dans le choix d'une unité spatiale la plus proche possible du niveau individuel, car en théorie, la question reste la même, ni dans l'idée selon laquelle chaque unité d'analyse aurait sa propre logique, mais dans la prise en compte simultanée de la polyvalence des contextes sociaux et spatiaux dans lesquels s'exercent les comportements électoraux, ces contextes devant être saisis de façon objective, mais aussi de façon subjective (à travers la perception des individus). Dès lors l'immeuble, le quartier, le bureau de vote, la commune, le canton, le "pays", la circonscription électorale, le département, la région, l'état, etc. sont autant de contextes qui peuvent jouer, à des titres divers, un rôle dans l'explication des comportements électoraux."
H. Guillorel, (84).

1Une opinion courante prétend que la pertinence des variables explicatives varie du tout au tout selon l'échelle d'observation choisie. Cette variabilité s'observerait non seulement dans les différences entre le comportement d'un individu et le comportement d'un groupe social, mais également entre le comportement de deux groupes sociaux regroupés selon des modes d'agrégation différents : "Malheureusement (ou heureusement), certains chercheurs se sont rendus compte assez rapidement que certaines "correspondances" entre caractéristiques socio-économiques et culturelles et résultats électoraux étaient faussées par le choix de l'unité d'analyse" (Guillorel, 84). C'est en partie en raison de ces effets "pervers" liés au découpage choisi, effets dont on se méfiait sans les comprendre, ni même les connaître, que les sociologues et politologues abandonnèrent l'analyse écologique au profit de l'analyse psychologique.

2Pourtant, pour appuyer cette théorie quasiment institutionnalisée, il n'existe aucune démonstration pratique, et chacun se réfugie derrière le fameux article de Robinson (50). En fait ces "cross level fallacies", préoccupations avant tout géographiques, n'ont au niveau des Sciences électorales jamais vraiment été testées en France. On ne base ces affirmations que sur la comparaison des explications socio-électorales entre des monographies locales, et des analyses écologiques générales. Mais les deux ne concernent jamais la même population. Tout le chapitre précédent démontre justement que l'explication sociologique varie du tout au tout, si l'on modifie la population étudiée. Il convient donc de ne pas confondre une modification de l'espace d'étude (modification de la population étudiée) et une modification de l'échelle d'étude (modification du type d'agrégation, mais étude de la même population), qui seule permet de tester la stabilité des liens statistiques socio-électoraux.

3Le coefficient de corrélation se trouve souvent au centre d'une telle discussion. Mais il n'est qu'un indicateur. Une éventuelle variabilité du coefficient de corrélation entre deux niveaux de découpage ne condamne pas ce coefficient de corrélation, mais le lien en lui-même, qui serait tout aussi variable s'il avait été observé par comparaison visuelle, ou par toute autre technique, statistique ou non. Ce n'est donc pas le procès du coefficient de corrélation qui doit être fait ici, mais celui de la stabilité des relations socio-politiques selon les niveaux d'espace d'agrégation de base. En fin de compte, c'est bien la pertinence ou non de tel ou tel découpage de l'espace qui nous intéresse, et la démarche est en cela géographique : "Il faut retourner l'argumentation statistique : la variation du coefficient de corrélation selon la finesse du découpage n'écarte pas ce genre de mesure numérique mais au contraire évalue la pertinence des découpages" (Le Bras et Todd, 83).

4La question de l'intérêt et de l'influence du découpage choisi est une question (bien que souvent éludée par les géographes eux-mêmes) de base de la Géographie actuelle, dont un article important d'Openshaw (81) fait le point : "A l'heure actuelle, peu de géographes semblent montrer un intérêt pour le système de découpage qu'ils utilisent. Très naturellement, ils préfèrent se concentrer sur des aspects plus substantiels de l'étude spatiale que sur le processus apparemment trivial et terre à terre du dessin des unités spatiales qu'ils manipulent." Il ajoute même : "pratiquement la seule exception majeure concerne les recherches faites en Géographie électorale pour déterminer dans quelle mesure le découpage des circonscriptions peut affecter les résultats des élections". Mais ces recherches se cantonnent aux phénomènes de “Gerrymander”, et ont donc des finalités différentes. Cette remarque démontre tout de même l'importance particulière prise par le rôle du découpage dans le domaine de la collecte de l'opinion politique. Ainsi, Openshaw basera toute son analyse sur les relations entre la structure par âge et le vote pour le parti républicain, dans l'Iowa.

LA CROSS LEVEL FALLACY

La corrélation en question

5La comparaison de corrélations socio-politiques calculées pour une même population, mais selon différents niveaux d'agrégation, se révèle très instructive (figure 45). Contrairement aux idées reçues, c'est une étonnante stabilité des coefficients qui prime. Dans l'ensemble de ces exemples choisis au hasard, il n'existe absolument aucune inversion de tendance (corrélation positive selon un type d'agrégation devenant négative selon un autre). En moyenne, pour ces six modes de découpages très différents, allant de 515 zones pour les cantons, à 14 pour les départements, l'écart entre la corrélation la plus forte et la moins forte est de 0,3, ce qui semble donc fort peu.

Figure 45. Corrélations selon l'espace d'agrégation

Figure 45. Corrélations selon l'espace d'agrégation

6Ceci démontre donc un fait important : le changement d'espace d'agrégation ne provoque ni un bouleversement complet, ni une totale incohérence, dans les différents coefficients de corrélation, qui demeurent stables. L'explication socio-électorale (par corrélation, comparaison écologique visuelle, ou tout autre méthode) ne doit donc pas être particulière à chaque niveau d'agrégation, mais peut être générale, et le même lien peut être observé à des échelles différentes. Cette mise au point me semble importante, car elle va à l'encontre de nombreux a priori. De même, les corrélations varient pour l'Ouest toujours largement plus lorsque l'on change d'espace (très fortes différences, et inversions explicatives, entre les corrélations d'une même variable calculées pour chaque département) que lorsque l'on change de type d'agrégation. L'instabilité explicative du premier changement, et la stabilité du second, semblent ici prouvées. La théorie inverse est pourtant souvent la plus usitée : il est courant de construire un modèle explicatif du vote au niveau national et de le considérer valable individuellement pour chaque région française, mais il est plus rare et condamnable de prétendre ce modèle valable et vérifiable à chaque niveau d'agrégation, de la commune à la région. Le manque d'expériences rationnelles sur le territoire français explique sans doute cet état de fait.

7Il est néanmoins évident que statistiquement, tous les effets indirects sont possibles. On peut imaginer des exemples théoriques de cartes où la corrélation varierait de -1 à 1, selon le découpage choisi. Todd (83) tente cette expérience et donne l'exemple d'une carte ou la corrélation passe de 0,08 au niveau départemental à 0,85 au niveau régional. Mais le cas est extrême, et surtout, il s'agit non pas de variables discrètes ou continues, mais d'une variable à deux modalités (présence absence, permettant une situation plus tranchée que pour une variable continue ou même discrète). Plus scientifiques sont les modèles théoriques construits par Openshaw, qui en calculant automatiquement les corrélations sur toutes les partitions artificielles possibles de l'Iowa, obtient des coefficients variant de -1 à 1. Il est donc prouvé que des effets indirects internes peuvent exister (comme par exemple pour le Front-National en France), mais les exemples pris dans l'Ouest semblent montrer que ceux-ci sont rares. Si l'on admet l'existence de phénomènes de continuités et de discontinuités spatiales, et que l'on ne travaille pas sur des découpages artificiels, mais sur des frontières représentant des réalités sociales, en pratique, les inversions de coefficient seront donc rares, ou répondront à des logiques spatiales, géographiquement explicables. Le cas le plus classique est l'opposition centre-périphérie à un certain niveau de découpage, qui s'annule pour ne donner que des valeurs moyennes, au niveau d'agrégation supérieur.

La Cross level fallacy

8"Les statisticiens ont montré que le coefficient de corrélation "collective" est généralement plus élevé que le coefficient de corrélation "individuelle" et croît avec la taille de l'unité territoriale considérée". (Lancelot, 74). Cette théorie de la "cross level fallacy" n'apparaît pas ici très évidente, ou du moins, elle ne semble pas être un facteur premier. Si l'on classe les différents découpages selon le taux moyen des coefficients de corrélation qu'ils permettent d'obtenir, du plus au moins marqué, l'ordre qui s'établit est clairement celui-ci :

  1. Par département (14 zones)

  2. Par circonscription (77 zones)

  3. Par bassin d'emploi (66 zones)

  4. Par arrondissement (49 zones)

  5. Par canton (515 zones)

  6. Par région rurale (61 zones)

9Indiscutablement, le nombre très faible de départements (14) explique pourquoi les corrélations y sont presque toujours les plus fortes. A l'inverse, le nombre très important de cantons tend, par l'éparpillement, à faire baisser la corrélation. Mais la règle n'est valable que pour ces cas extrêmes. Les circonscriptions, pourtant assez nombreuses, permettent d'obtenir de fortes corrélations, largement plus marquées que celles des arrondissements et surtout des régions rurales, dont le nombre est pourtant plus réduit. Le nombre de zones que comporte un découpage n'est donc pas suffisant pour expliquer ces différences. On peut ainsi supposer que chaque niveau de découpage possède des pertinences propres, qui varient dans le temps et selon les caractères étudiés. C'est assurément cette pertinence qu'il est important de définir, ainsi que les mécanismes qui l'induisent, afin de savoir quel niveau d'agrégation choisir, pour étudier quelle variable, et à quelle date...

10Le passage de l'étude du vote d'individus au vote de groupes est par contre impossible à vérifier ici. C'est dommage, car il pose assurément des problèmes différents que le simple passage du vote d'un canton au vote d'une circonscription ou d'un département. Ainsi, souvent, la cross level fallacy est inversée, et ce sont des liens observés au niveau individuel qui disparaissent aux niveaux écologiques supérieurs. Le cas le plus connu et le plus discuté est celui du rapport entre la population ouvrière et le vote à gauche, ou communiste. Ce lien est observé individuellement au niveau des sondages nationaux, mais disparaît totalement au niveau de la carte de France par canton (corrélation égale à 0,08 entre le PC 78 et l'importance du secteur industriel en 68, calculé par Todd). Il est fort probable que la même corrélation, calculée sur les 22 régions françaises, ou les 36 000 communes, serait approximativement du même ordre, c'est à dire nulle. Mais la comparaison directe avec le niveau individuel est impossible. En effet on passe d'un taux caractérisant un groupe (taux d'ouvriers ou d'industrialisation, taux de vote à gauche) à des caractéristiques binaires d'un individu (il est ouvrier ou non, il vote à gauche ou non). Il s'agit donc là de deux faits d'ordres différents, difficilement, et dangereusement comparables. Les deux approches sont donc complémentaires, et je ne suivrai donc pas Todd jusqu'au bout de sa démonstration : "par des regroupements judicieux, on élimine une variabilité individuelle, sorte de bruit de fond, pour analyser les différences entre groupes (...) Il paraît donc nécessaire d'écarter de la discussion le niveau individuel considéré par Robinson".

La pertinence différentielle

11Mais davantage que sur le mode de mesure, qui est un problème statistique, c'est sur les découpages eux-mêmes, et sur leur pertinence qu'il convient de s'interroger. Les différences entre les corrélations selon les différents découpages s'expliquent toutes par l'homogénéité ou l’absence d’homogénéité de ces découpages. Pour revenir au rapport ouvrier/vote à gauche, l'agrégation qui respectera en Normandie les clivages gauche/droite, en additionnant d'une part dans certaines zones tous les cantons ouvriers et de gauche, et d'autre part dans les autres zones les cantons ruraux et de droite ; qui au contraire, dans le Choletais ou le Trégor, associera dans une même zone des cantons ruraux de gauche, et industriels de droite, aura toutes les chances d'obtenir un très fort coefficient de corrélation, puisqu'il élimine les effets inverses, en conservant les effets positifs (à l'inverse de celui qui éliminera les clivages socio-politiques normands, et accentuera ceux du Choletais...). Ainsi, les agrégations les plus homogènes, dont la variabilité interne des zones est faible, n'obtiendront pas forcément des corrélations plus marquées que des découpages très hétérogènes. L'analyse de certaines agrégations proposées ici permet de démêler quelques uns de ces mécanismes.

12Le département possède les corrélations les plus marquées, à cause du faible nombre de zones, bien sûr, mais pas uniquement. Il est aussi le découpage le plus ancien, le plus stable et le plus connu de l'histoire administrative de la France. Incontestablement, sa spatialisation lui permet de noyer dans ses moyennes un certain nombre d'effets urbains (rapport centre-périphérie). Ainsi, toutes les variables concernant l'urbanisation sont alors regroupées en un schéma beaucoup plus clair : des départements urbains qui votent effectivement à gauche (Seine-Maritime, Sarthe, Loire-Atlantique), des départements ruraux qui votent effectivement à droite (Mayenne, Manche)... Les corrélations les plus marquées (par rapport aux autres modes d'agrégations) sont ainsi celles qui concernent directement l'urbanisation (densité, enclavement, revenu, chômage, personnel de service...).

13La circonscription provoque également des corrélations assez nettes, qui ne peuvent être expliquées par la taille des zones, qui est relativement limitée. Au regard des différents graphes, une constatation s'impose : de 62 à 82, les corrélations selon la circonscription sont de moins en moins fortes : les graphes des - de 20 ans, des agriculteurs et salariés agricoles, et surtout des ouvriers, mettent clairement en évidence cette tendance. Un examen fin du découpage des circonscriptions permet d'expliquer ces constats. Le découpage respecte les grands complexes industriels de gauche, et en fait des circonscriptions à part entière : le Havre, Rouen rive gauche, Nantes, Saint-Nazaire... Par contre, le découpage (pour des raisons politiques évidentes) noie parmi plusieurs circonscriptions les noyaux ruraux de gauche, notamment ceux du Trégor. Le particularisme du vote breton du Trégor, qui ne se corréle avec quasiment aucune variable, se trouve ici effacé dans les moyennes des circonscriptions. De même pour les pays de la Loire, les quelques noyaux ouvriers, et surtout les quelques métropoles, se trouvent divisés eux aussi dans diverses circonscriptions qui restèrent ainsi pendant une large partie de la cinquième République acquises à la droite (le cas d'Angers est un modèle du genre). Ce découpage, qui tend délibérément à accentuer les grandes oppositions structurelles de gauche et de droite, et à gommer au contraire les particularismes locaux, explique sans doute pourquoi les corrélations selon les circonscriptions sont aussi marquées. Mais de 58 à 86, le découpage des circonscriptions est resté fixe, alors que la structure sociale s'est profondément modifiée. Logiquement, ce découpage bien adapté, et donc très corrélé, en 58, à cette structure sociale, a perdu petit à petit sa pertinence, expliquant ainsi la chute régulière des corrélations selon les circonscriptions.

14Les bassins d'emploi par leur définition même intègrent en un même bassin, un pôle d'attraction et une périphérie attirée par ce pôle. Plus que les départements, leur moyenne masque donc une grande hétérogénéité, entre un centre peuplé et industriel, et une couronne rurale à population éparse. Tout le fait urbain dans l'Ouest se trouve ainsi gommé. Il n'est pas étonnant alors que ce soit selon ce découpage que toutes les corrélations concernant des variables urbaines soient le moins marquées : densité, enclavement, distance à une gare, et à un moindre degré, taux d'ouvriers. Il permet donc au contraire de fortes corrélations pour des variables différenciées régionalement, et non selon une opposition ville/campagne : catholique seulement baptisés, non diplômés, âge...

15Malgré les 515 zones, les corrélations selon les cantons ne sont pas toujours les plus faibles. Elles sont même parfois parmi les plus fortes, notamment lorsqu'il s'agit d'un lien fonctionnant partout dans l'Ouest, et non pas seulement dans une région. Ainsi, les corrélations sont assez marquées pour les diplômes, l'âge, et surtout les salariés publics (qui, bien que pour des motifs différents, sont dans l'Ouest partout contre la droite). Au contraire, les corrélations sont faibles quand elles concernent directement l'un des systèmes explicatifs (français, breton ou occidental), puisqu'elles ne fonctionnent alors que pour une région sur trois : faibles taux pour les ouvriers, les agriculteurs, les catholiques.

16En conclusion, bien que les corrélations soient globalement stables selon les différents découpages, l'examen précis des différences et de leur explication montre bien que chaque découpage induit des corrélations plus ou moins marquées. La force des corrélations tient moins à la taille des zones, qu'à la manière dont ce découpage gomme ou met en valeur les réalités sociales ou politiques. La répartition géographique des variables joue alors un grand rôle, et la puissance des corrélations variera pour chaque découpage, selon les variables, et selon l'époque. Mais la corrélation la plus forte n'est pas toujours la meilleure, la plus pertinente, ou la plus proche de la "vérité". Nous l'avons vu, certains découpages permettent des corrélations très élevées, mais totalement artificielles, car agrégeant des cantons n'ayant rien à voir entre eux (cas des circonscriptions).

A LA RECHERCHE DU DECOUPAGE IDEAL

17La corrélation n'est donc pas un indice suffisant pour tester la pertinence d'un découpage. Le découpage le plus juste, ou le plus proche de la vérité, reste donc à définir. On peut a priori imaginer trois solutions. La première est un découpage géométriquement régulier, tel un carroyage, assurant une égalité des surfaces et une relative homogénéité des populations. Mais le recours a un tel découpage "neutre" ne semble ici pas forcément utile. En effet, on peut imaginer que le découpage le plus juste soit au contraire celui dont les frontières représentent des réalités sociales, et sont connues des occupants de ce territoire. Le découpage pertinent sera alors celui auquel les habitants s'identifient, ayant une épaisseur historique ou politique, qui sera ainsi un garant d'unité, et donc d'homogénéité au sein de ces zones. Mais la définition de ces espaces vécus est elle-même discutable, car elle renvoie souvent à des représentations inconscientes. Enfin, on peut considérer que l'espace le plus pertinent sera celui qui permettra la plus grande homogénéité statistique au sein de ces zones (la plus faible variabilité interne). Ce découpage limitera donc au maximum les risques d'erreurs écologiques. Mais néanmoins, un tel découpage ne peut être géographiquement cohérent que s'il respecte certaines règles : contiguïté des zones, homogénéité des surfaces et des populations des zones... Si l'on essaye de conserver conjointement les avantages des trois théories, un découpage socio-politique pertinent devrait donc être un découpage connu (et non pas construit de manière abstraite pour les besoins de l'étude), dont les zones sont régulières et homogènes, et dont la variabilité interne des zones est minimale. Cette dernière notion de variabilité interne, ou de dispersion, est peut-être la plus importante, et également celle sur laquelle on s'arrête le moins souvent lorsque l'on discute de la pertinence d'une variable. De cette dispersion dépend entièrement la taille du risque d'erreur écologique, et donc de l'intérêt, ou non, de toute comparaison bi ou multivariée... Mais cette dispersion interne est souvent délicate à cerner.

18Pour tenter de mesurer les dispersions internes des différents découpages étudiés, j'ai choisi d'utiliser l'écart moyen absolu. L'écart moyen absolu est une mesure de dispersion voisine de l'écart type, qui totalise les valeurs absolues des écarts à la moyenne, au lieu de totaliser les carrés des écarts à la moyenne. L'écart moyen représente donc la moyenne de la valeur absolue des écarts à la moyenne, et est donc en fait simplement l'écart moyen au sein de chaque zone. Pour chaque zone de chaque type d'agrégation, ces indices de dispersion ont été calculés, et la figure 46a chiffre la moyenne de la dispersion des zones selon chaque découpage, selon différentes élections, et selon différentes régions. Les dispersions n'ont été étudiées que pour les 5 présidentielles. En effet, les législatives faussent l'indice de dispersion, puisque, selon les circonscriptions, tel courant se présente ou non, avec ou sans opposition...

Dispersion et mode d'agrégation

19Les graphes de la figure 46 tentent de mettre en valeur les dispersions moyennes de chaque agrégation. Elles représentent donc, pour chaque courant politique, l'évolution de 65 à 88 de cette dispersion, selon chaque découpage.

20L'indice de dispersion, s'il représente la variabilité interne de chaque zone, tend néanmoins à dépendre de deux autres facteurs, indirectement liés. Tout d'abord, l'indice de dispersion possède davantage de chances d'être élevé, quand les valeurs de la variable étudiée sont elles-mêmes élevées. En effet, il représente l'écart moyen, et donc, plus les valeurs prises par la variable sont fortes, plus cet écart aura de chance d'être fort lui aussi. Mais il ne s'agit là que d'une probabilité, et non d'un déterminisme : de très fortes valeurs pourraient avoir une dispersion quasiment nulle.

21Le second facteur indirect influent sur l'indice de dispersion d'une zone est le nombre de territoires de base composant cette zone (ici les cantons). Plus le nombre de cantons est élevé, et plus l'indice de dispersion possède lui aussi de chance d'être élevé, puisque cette zone aura davantage de chances d'agréger en elle des cantons très différents. Cet argument est d'autant plus fort si l'on croit à l'importance de la contiguïté spatiale dans le fait politique.

22Ces précautions étant prises, l'examen précis des graphes démontre le grand intérêt de cet indice. Le département cumule presque toujours les plus forts taux de dispersion. Ce n'est en fait que logique, puisque les départements sont de loin les zones les plus étendues. L'arrondissement possède lui aussi des taux de dispersion élevés, que ne peuvent expliquer le nombre de zones : 49. En fait, les arrondissements répondent uniquement à une construction géométrique, et ne s'appuient sur aucune structure sociale, ni sur aucun pouvoir politique. La courbe des bassins d'emploi vient ensuite, et se confond presque systématiquement avec celle des circonscriptions. Leurs taux de dispersion, voisins, sont faibles, mais pour des raisons différentes. Les bassins d'emploi se calquent volontairement sur la réalité sociale, et sont construits pour que l'unité économique au sein de chaque zone soit maximum. Les circonscriptions, elles, négligent le plus souvent la réalité sociale (parfois, elles la brisent même volontairement). Par contre, elles sont en théorie bâties sur la réalité politique, et contribuent également à modeler ce paysage à leur image, puisqu'elles sont l'espace d'agrégation du scrutin local le plus important. On peut ainsi considérer que petit à petit, à partir de 58, les circonscriptions dont les frontières et le député sont devenues de plus en plus connues de ses habitants, se sont construit une unité politique. Telle circonscription se moulera progressivement sur l'opinion de tel député notable particulièrement influent. Tel canton, jadis opposant, se ralliera finalement à l'opinion majoritaire dans la circonscription.

Figure 46. Indices de dispersion.

Figure 46. Indices de dispersion.

23Néanmoins, le découpage le plus pertinent, sur le plan de la faible dispersion, est assurément celui des régions rurales. Malgré la très forte hétérogénéité des tailles des zones, qui ne sont d'ailleurs pas spécialement nombreuses, les régions rurales, sont parmi les découpages choisis ceux qui se rapprochent le plus de la "réalité" politique. Cet état de fait est a priori surprenant, puisque les régions rurales sont un découpage ancien, dont le tracé tendait avant tout à préserver l'unité physique, ou paysagère... Des caractères que l'on se garderait bien de rapprocher du vote, pour ne pas se faire accuser d'un déterminisme primaire ! En fait, ce découpage n'unit pas uniquement des paysages révolus et un mode d'exploitation agricole minoritaire, mais suit avant tout les limites des anciens "pays", dont l'unité culturelle renvoie peut-être à une unité anthropologique, mais au moins, incontestablement, à une unité politique. En tous les cas, ce découpage bâti sur des faits culturels traditionnels, dont le rôle est aujourd'hui discuté, est ici bien plus pertinent et proche de l'Ouest qui vote, que le découpage par bassins d'emploi, qui en théorie respecte les unités territoriales sociales du monde moderne. Il est difficile de ne pas y voir une nouvelle preuve de l'importance des pesanteurs historiques et géographiques, face au déterminisme économique. Mais il est vrai que le monde urbain est sous représenté... Les circonscriptions, comme les régions rurales, deviennent donc bien plus que des simples niveaux d'agrégation des résultats ; elles deviennent elles mêmes des facteurs explicatifs, en modifiant les comportements des individus en leur sein : c'est le processus de réification sociale, définit par Guillorel (90) : "les acteurs sociaux imposent et/ou opèrent une lecture partielle et partiale, une lecture biaisée d'un espace, en attribuant à ce dernier des qualités qui, en fait, ne concernent qu'un sous-ensemble de cet espace, donc en le figeant. Dans la mesure ou cet espace est souvent hétérogène et multidimensionnel, flou, il devient possible d'imaginer une pluralité théorique de réifications spatiales."

24Tout découpage confondu, il existe indiscutablement une nette tendance à la réduction de la dispersion, de 65 à 88. La tendance à l'homogénéisation, la fin des résultats plébiscitaires de droite et même de gauche, qui se devine partout à l'Ouest, se trouve ici chiffrée.

Dispersion et espace

25La figure 46b tente, à partir de l'indice de dispersion, de mettre en évidence une autre hypothèse : la dispersion des zones varie selon les régions. Les graphes représentent donc les dispersions moyennes de chaque région du total gauche/droite, pour chaque découpage.

26Tout d'abord, les dispersions apparaissent assez différentes selon les régions, et surtout, ces différences semblent régulières selon les divers découpages. La Haute-Normandie est quasiment partout et toujours la région où la dispersion est la moindre. La dispersion est également souvent faible, et toujours inférieure à la moyenne de l'Ouest, en Basse-Normandie. Au contraire, dans les Pays de la Loire, la dispersion dépasse presque toujours la moyenne de l'Ouest. Incontestablement, les attitudes politiques y sont plus contrastées que dans l'Est. Certains courants continuent d'obtenir ici et là des scores hégémoniques ; les villes, et les marges Sud et Est continuent de s'opposer à l'Ouest intérieur. Les dispersions nous apportent donc la preuve que les Pays de la Loire ne sont pas un océan homogène de conservatisme, mais une région aux tempéraments politiques contrastés et virulents, bien différente de l'atmosphère ouatée et modératrice normande, dont la faible dispersion des votes est signe supplémentaire.

27La Bretagne possède elle régulièrement les plus fortes dispersions. Ceci ne fait que confirmer ce que toutes les cartes politiques tendent à montrer : la Bretagne possède les comportements politiques les plus marqués (du PC à l'extrême droite), les oppositions les plus vives, sur des espaces souvent restreints (passage en quelques dizaines de kilomètres du Trégor au Léon...). La dispersion est particulièrement élevée pour les régions rurales, qui sont spécialement vastes en Bretagne, et ont donc du mal à coller avec les particularismes locaux. Enfin, les départements apparaissent eux aussi fort peu homogènes : les trois départementaux occidentaux de la péninsule, qui découpent artificiellement en trois l'Argoat dépeuplé et de gauche, sont également particulièrement mal taillés.

28Assurément, toutes ces différences régionales étaient plus marquées en 65 qu'en 88. Le processus d'homogénéisation est clairement visible sur chaque graphe pour chaque type de découpage. Ce coup de rabot sur les tempéraments politiques cantonaux les plus tranchés tend à rendre finalement en 88 les différences entre régions quasiment nulles.

29Récemment, les réflexions concernant le rôle des partitions spatiales, des territoires, des frontières, se sont multipliées. Mais elles demeurent le plus souvent théoriques. Par contre, il est toujours aussi rare, dans les nombreuses études utilisant cartographie et comparaison cartographique, de trouver parallèlement une réflexion sur les pertinences et effets indésirables du découpage choisi (c'est par exemple le principal reproche qui peut être fait à la « France qui vote »). Il est vrai que le géographe n'a que rarement l'occasion de choisir sa propre partition, qui lui est le plus souvent imposée par l'INSEE, ou le quelconque organisme s'étant chargé de la collecte des données que le géographe utilise.

30L'étude détaillée des effets que provoque chaque découpage choisi ici est assurément instructive. Elle permet dans un premier temps de tester les pertinences des découpages. A la recherche d'un découpage idéal G. Lajoie (89) soulève l'interrogation de base : "La raison essentielle de cet échec s'explique assez bien à travers une question de fond, éminemment géographique, et demeurée sans réponse : doit-on découper l'espace en fonction des données à traiter ? Comme pour beaucoup de questions simples, l'opinion scientifique fut loin d'être unanime".

31Je pense que si l'on considère l'espace comme un facteur explicatif général, permettant de saisir des phénomènes sociaux par les processus de contiguïté, de proximité, de diffusion, il est alors nécessaire d'utiliser une partition aussi neutre et régulière que possible (carroyage). Dans le cadre de l'Ouest, le découpage cantonal répond assez bien à cette volonté. Par contre, si l'on considère l'espace comme un facteur explicatif local, induisant l'individu à suivre le comportement majoritaire du groupe, la cohésion du groupe "s'auto-renforçant" ainsi d'elle-même dans le temps, il convient de choisir une partition dont les frontières représentent une réalité pour ses occupants : circonscriptions, régions rurales dans le cas qui nous intéresse ici. La partition est alors plus qu'un simple découpage, mais devient un facteur explicatif en soi. Le groupe représente alors une réalité cohérente et sensée, et non une simple agrégation aléatoire d'individus. L'ecological fallacy ne peut alors plus exister puisque c'est le comportement du groupe, et non plus de l'individu à travers le groupe, qui est étudié.

32Le choix du découpage est donc important, la réflexion le concernant est au cœur de la réflexion géographique, et fait partie de ce que la Géographie peut et doit apporter aux autres disciplines de la Science électorale. Il eût assurément été intéressant de tester les corrélations et les dispersions selon d'autres découpages : frontières religieuses, linguistiques, historiques... La meilleure approche possible se situe assurément dans la reconnaissance de la complémentarité des découpages.

L’OUEST URBAIN A LA LOUPE

33Le chapitre précédent a montré les grandes fluctuations des liens socio-politiques quand on les observait selon des espaces différents (régions ou départements). Il est également intéressant de tester la stabilité des liens socio-politiques en “zoomant” à l’échelle de l’Ouest sur des zones homogènes par leurs caractéristiques sociales ou politiques, par exemple les villes. A partir de l’étude des différentes villes de l'Ouest, l'idée est donc d'observer si une explication globale pour l'Ouest fonctionne, où si, comme pour l’ensemble des cantons, les systèmes régionaux induisent des comportements urbains différents. Le comportement électoral d'une ville est-il plus proche de celui d'une ville d'une autre région, ou de celui d'un canton rural de sa région ? Dupérier (94), montre par exemple à l’échelle de la France et des différentes préfectures, qu’il existe bien des comportements électoraux urbains régionaux, plus ou moins en adéquation avec le vote des espaces “hors ville”.

34Au delà de cette problématique, cette analyse urbaine me semble justifiée puisqu’elle permet, quoique évidemment bien trop grossièrement et brièvement, de consacrer quelques pages spécifiques à un espace recueillant 50 % des électeurs.

Le manque d'études urbaines

35"Il faudrait peut-être que la sensibilité des français soit plus orientée sur les problèmes urbains. La France est un pays en majorité urbain depuis bientôt 15 ans, et ce domaine de la Géographie des opinions politiques dans les villes est un terrain presque vierge, qu'il y aurait intérêt à défricher" (Goguel, 47). Cette opinion traduit largement la longue tradition monographique rurale, qui conduisit longtemps à marginaliser la Géographie politique urbaine. Mais cette tradition est souvent plus liée à une contrainte technique que psychologique : ainsi, Siegfried consacre une large part à la description des villes et de leurs quartiers, mais son analyse y est souvent moins précise, moins convaincante qu'ailleurs, et plus conjoncturelle, puisqu'elle résistera rarement à l'épreuve du temps. Le géographe "de terrain" rencontre plus de difficultés à travailler sur un espace urbain. Mais le passage de la Géographie électorale à la Sociologie électorale va renverser la tendance. Les analyses deviendront plus parisiennes et moins provinciales... Il est plus aisé de sonder des citadins, proches de chez soi et spatialement regroupés. Néanmoins, et la tendance s'accélère ces dernières années, les monographies urbaines, de Géographie ou d'Histoire électorale se sont multipliées. La marginalisation de la société rurale y est évidemment pour beaucoup. Si l'on se cantonne à l'Ouest (mais dont le cas est particulier, puisqu'il se révèle également sous l'angle urbain comme le laboratoire électoral de la France), quasiment toutes les agglomérations ont fait l'objet d'au moins une étude électorale spécifique :

36Le Havre : Knapp (83), Caen : Mahé (68), et Seronde-Babonaux (83) ; Rouen : Bussi (87) ; Le Mans : Rosier (74) ; Rennes : Pierre (85) ; Angers : Pihet (84 et 97) ; Saint Malo : Lemeur (80) ; Lorient, Levy et Stephano (80) ; Nantes : Rapetti (85). Toutes les principales villes sont donc couvertes (seules manquent Cherbourg, Evreux, La Roche...). A ces études, il est désormais possible d'ajouter les analyses précises des « Géopolitiques des régions françaises » (86) qui consacrent toutes une large part aux espaces urbains. Au seuil de l’Ouest, Pascal Perrineau, actuel directeur du Cevipof, a consacré en 1981 son doctorat d’état à la relation entre “espace et politique” dans les agglomérations de la Loire moyenne (Tours et Orléans).

37Mais toutes ces études, malgré leur nombre, demeurent conjoncturelles et rarement géographiques. Les spatialisations politiques urbaines connues sont rares, et quand elles le sont, elles le sont généralement de manière trop approximative, car elles descendent rarement au-dessous du niveau communal. On ne peut donc pas parler de véritable Géographie électorale urbaine. L'explication de cette absence est simple : il n'existe absolument aucune correspondance entre les espaces d'agrégation des données sociales (îlots et quartiers INSEE) et les bureaux de vote, qui sont définis aléatoirement, et variables d'une élection à l'autre. Toute comparaison directe est donc rendue impossible. Les solutions sont alors toutes insatisfaisantes :

  • La première est de recalculer une table d'adressage, permettant d'établir la structure sociale rue par rue, et donc de reconstituer manuellement la structure sociale des bureaux de vote. Il s'agit là d'un travail titanesque, qui ne fut réalisé qu'une fois en France : Nantes (Rappetti, 85).

  • Si l'on veut éviter de passer par un travail manuel qui par son ampleur ne peut-être qu'exceptionnel, il faut alors se tourner vers des techniques plus sophistiquées. Bon et Cheylan (88) proposent celles de l'interpolation, testée sur Toulouse et Marseille : "Alors que la cartographie classique, par zone, fait l'hypothèse de l'uniformité des valeurs à l'intérieur des polygones, ou circonscriptions, ce traitement fait l'hypothèse opposée, celle d'une continuité des tendances des valeurs dans l'espace." L'hypothèse est séduisante, car éminemment géographique. Mais elle demeure évidemment discutable, car elle ne calcule pas ici des courbes de niveaux bâties sur des points côtés, mais se contente simplement d'améliorer la comparaison visuelle de deux cartes construites selon des agrégations différentes, en les lissant de la même façon. Le risque d'inversion écologique est donc double, au moment de l'agrégation et au moment du lissage.

  • Une autre solution envisageable est celle du carroyage (Lajoie, 95). Elle consiste à redistribuer dans des pixels réguliers et les plus fins possibles des données zonales (îlots, bureaux de vote) par un programme de clipping. Comme pour l'interpolation, les risques d'erreurs écologiques sont présents, mais les cartes obtenues sont alors des cartes zonales démographiquement homogènes, (avantage considérable en milieu urbain), qui permettent tous les zooms, agrégations, et traitements statistiques possibles.

  • Enfin, les Systèmes d’informations Géographiques actuels permettent désormais de ventiler (toujours selon le principe de la contribution surfacique) des variables connues selon un mode de découpage dans un autre découpage (si possible de taille supérieur). Un travail est engagé dans ce sens au laboratoire MTG de Rouen par F. Girault (97), consistant à ventiler les bureaux de vote de certaines métropoles françaises dans les quartiers, et pour l’agglomération rouennaise les îlots INSEE dans les bureaux de vote.

38Au delà des problèmes techniques liés aux difficultés des comparaisons socio-politiques au sein de chaque ville, le fait politique urbain fut également souvent sous-évalué à cause de l'utilisation massive des cartes par plages (qui sont géographiquement les plus expressives). Que ces cartes soient communales, cantonales, départementales, elles minorent toutes le rôle des zones les plus urbanisées, et donc les plus peuplées. C'est avant tout pour cette raison que le fait urbain est toujours soit oublié, soit écarté de l'analyse, soit étudié à part.

Les villes retenues

39Chaque ville étudiée ici sera représentée par son canton urbain, qui englobe la commune mère de cette ville (chaque canton utilisé ici étant le plus souvent l'agrégation de plusieurs cantons INSEE). Ce canton ne regroupe donc que la commune centre des agglomérations, et non pas les communes satellites : seuls les centres villes tertiaires des villes de Rouen, Caen, Nantes, par exemple, sont pris en compte, et non pas leurs banlieues ouvrières, qui sont ici écartées. Il ne s'agit donc pas d'observer les clivages sociaux et ce qu'ils induisent au sein des agglomérations, mais chaque ville doit être uniquement considérée comme un exemple, certes imparfait, de zoom sur des cantons homogènes non contigus, afin de tester la stabilité de l'explication sociologique face à l'espace.

40Le choix des villes étudiées fut simple. Il se calque sur le choix de D. Pumain (« Atlas des villes françaises », 89), c'est à dire les unités urbaines de plus de 20 000 habitants : "le seuil de 20 000 habitants est proche de la dimension qui correspondrait aujourd'hui à la limite inférieure d'une définition conceptuelle de la ville". Sur les 228 villes sélectionnées par Pumain, 35 concernent notre aire d'étude. Enfin, reprendre le découpage de Pumain permettait de reprendre les multiples variables qu'elle utilise, et d'en inclure certaines à l'étude : site, croissance, structures familiales, formation, salaire, finances locales, prix du terrain, fréquentation des cinémas, insécurité, intérêt touristique, développement périurbain, emploi dans des grands ou petits établissements... Il convient néanmoins de les manier avec précaution, puisque les données de Pumain concernent les unités urbaines, et les nôtres le ou les cantons INSEE englobant uniquement la commune centre. Par contre, par l'emploi des unités urbaines, Pumain excluait logiquement un traitement particulier des communes satellites des grandes agglomérations (Grand-Quevilly, Saint-Herblain, Herouville Saint-Clair, Lanester...), dépassant les 30 000 habitants, que j'ai donc été contraint également d'exclure.

L'Ouest urbain politique

41L'opposition ville-campagne prend une dimension particulière dans l'Ouest : "L'opposition fondamentale, c'est celle des ruraux aux citadins. C'est à elle que les circonstances ont donné le plus de vigueur, c'est elle qui a eu les plus lourdes conséquences" (Bois, 60). Elle oppose depuis la révolution la "civilisation du bocage" aux citadins, assimilés aux patriotes... Cette cristallisation des antagonismes villes-campagnes est notée par plusieurs spécialistes de l'Ouest. On la retrouve entre les lignes dans chaque profession de foi. Les présidents des conseils généraux et régionaux sont généralement des sénateurs ruraux, et non des grands maires ; les luttes d'influences sont classiques, et parfois critiques pour un département, entre le conseil général et le président du Sivom de la ville préfecture. L'élection municipale de 77 est le symbole de l'attitude de gauche des villes de l'Ouest : le PS prend les villes de Nantes, Rennes, Angers, La Roche sur Yon, Alençon, Brest, Cherbourg, Saint Malo, Louviers, et conserve celles acquises en 73, Saint-Brieuc et Laval. Le PC prend Le Mans, Evreux. Parmi les villes importantes, la droite ne parvient à conserver que les préfectures bretonnes de Quimper et Vannes, et les villes normandes de Rouen et Caen. Les villes des Pays de la Loire seraient-elles donc plus à gauche que les villes normandes ? Si l'on excepte les bastions industriels (Lorient, Saint-Nazaire, Le Havre), c'est ce que les scrutins municipaux semblent nous montrer. J.-M. Giraud et J. Lecanuet n'ont jamais eu aucun mal à maintenir à droite, pendant toute la montée du PS, leur commune. Par contre, aucune ville de l'Ouest, du rang de Caen ou Rouen, ne peut se prévaloir d'une telle hégémonie d'une équipe municipale de droite : toutes sont de structure politique incertaine et sont tombées au moins une fois à gauche. L'évolution de la couleur des mairies après 77 ne fait que confirmer ce constat. Les préfectures des départements les plus à droite des Pays de la Loire et de l'Ille et Vilaine, sont celles qui (curieusement ?) se sont facilement maintenues à gauche jusqu'à aujourd'hui : La Roche, Angers, Rennes et Nantes plus récemment. Au contraire, les villes normandes prises par le PS ne le furent que de manière éphémères : Alençon, Saint Lô, Louviers... Il est par contre difficile d'attribuer un comportement urbain breton au vu des résultats aux municipales, l'instabilité des équipes municipales offrant un fort contraste avec la stabilité des députés : seules parmi toutes les villes bretonnes, les deux villes du Morbihan : Vannes à droite (par la présence de R. Marcellin) et Lorient à gauche, ont connu une stabilité politique sous la cinquième République (l'efficace partage des fonctions tertiaires et industrielles entre les deux agglomérations en est peut être la cause).

42Le vote moyen à gauche (ACP politique) n'est pas forcément lié à la couleur de la mairie (figure 47a) : Angers, La Roche, Laval, votent assez peu à gauche, moins en tous les cas que Caen. Cette simple constatation montre bien qu'il convient de se méfier de la simple observation des couleurs municipales, qui sont symboliquement très importantes, mais dont le sort dépend avant tout d'un homme (Pihet,97).

43Second constat, les villes les plus importantes tendent à avoir des comportements politiques peu marqués, oscillant autour de la moyenne, contrairement aux plus petites villes qui sont soit très à droite, soit très à gauche. Brest "la rouge" n'a plus rien à voir avec le climat socialisant de 1904 décrit par Siegfried, et même Le Havre s’est donné un maire de droite en 1995. Les 4 capitales régionales, Nantes, Rennes, Caen, Rouen appartiennent toutes à la classe médiane.

44Il est également possible d'observer une certaine spatialisation : malgré le faible nombre de villes, les plus à droite se situent incontestablement toutes sur la dorsale Nord-Sud de droite, de Saint-Lô à Cholet. Les villes les plus à gauche se situent sur les marges, en Bretagne bretonnante ou en Haute Normandie. Il y a là un lien étroit avec la structure régionale observée par canton, mais il est impossible d'affirmer si le comportement politique des villes en est la cause ou la conséquence.

45La variable la plus liée à la taille de l'agglomération est sans doute l'abstention : aucune des agglomérations urbaines de plus de 100 000 habitants ne possède un taux moyen d'abstention inférieur à 20 %, Rennes et Nantes détenant les records d'incivisme (figure 47b). La gauche progresse majoritairement là où elle était faiblement implantée : dans les villes moyennes, et le long de la dorsale de droite (Laval, Fougères, Cholet, Saint-Lô, la Roche) ; elle stagne comme pour l'ensemble de l'Ouest, dans ses fiefs traditionnels (figure47c).

Sociologie urbaine

46Une ACP bâtie sur 50 variables sociales permet d'effectuer un premier tri. Le premier facteur permet de classer les villes selon un axe opposant les villes qui reposent sur une mono industrie en déclin, et celles associant fonctions tertiaires et modernisme. L'axe est ainsi corrélé avec le taux d'ouvriers, de salariés privés, de non-formation, de faiblesse du prix du terrain, de chômage, d'insécurité, et corrélé négativement avec le taux de salariés publics, d'employés, de cadres, d'assistance au cinéma, le taux de 20-39 ans... Les villes à mono industrie en déclin sont souvent haut-normandes (Fécamp, Dieppe, Eu, Elbeuf, Louviers) ou liées au textile ou la confection (chaussures) rurale : Lisieux, Fiers, Fougères (figure 48a). Ce type est par contre pratiquement absent de tout l'Ouest "occidental". A l'inverse, la tertiarisation semble obligatoire pour toutes les villes d'importance : très forte à l'Ouest (Rennes et Nantes), mais aussi à Brest, Angers, Caen, Rouen. Le Havre se rapprocherait par son port de la mono industrie, mais par sa taille des fonctions tertiaires. Il se place donc logiquement dans une classe médiane.

47Le second axe de l'ACP oppose villes littorales aux villes intérieures. Il est en effet corrélé avec le taux de commerçants, de retraités, de propriétaires, la faible présence d'étrangers... Il distingue donc les villes à vocation touristique ou résidentielle (souvent littorales). Il est d'ailleurs intéressant de noter cette importance du littoral sur le fait urbain de l'Ouest, puisque sur les 35 villes, 16 sont côtières, et 19 possèdent un débouché maritime direct (en ajoutant Rouen, Nantes et Dinan).

48Le taux de messés (nombre de fidèles recensés à l'office le jour du sondage) est moins précis que celui des messalisants (nombre de fidèles n'ayant pas manqué plus de huit offices dans l'année), mais le seul possédé pour les cantons urbains : néanmoins, on y retrouve clairement les structures régionales décrites au chapitre précédent (figure 48b).

49Les données extraites de « l'Atlas des villes françaises » permettent l'analyse de données originales. Le taux de ménages complexes renvoie directement à l'Anthropologie, et à la présence de familles souches, par opposition aux familles nucléaires (figure 48c). La spatialisation est très marquée pour les villes de l'Ouest : toutes les villes de la dorsale conservatrice Nord-Sud possèdent des taux très faibles de ménages complexes (-7 %, les taux les plus faibles de France !) : Saint-Lô, Rennes, Fougères, Laval, Le Mans, Angers, Cholet, la Roche. La spatialisation de ce phénomène semble trop évidente pour qu'elle soit simplement due au hasard.

50Trois niveaux de spatialisation se détachent donc : l'axe Est/Ouest, qui oppose principalement la jeunesse et le modernisme des villes des pays de la Loire à l'essoufflement des villes normandes ; l'axe littoral/intérieur, qui oppose surtout la Bretagne péninsulaire, dont les 9 villes sont toutes portuaires, au reste de l'Ouest ; la taille des villes, qui tend à réduire la régionalisation des comportements urbains.

Les prolétaires inachevés

51Toutes les monographies urbaines montrent que les liens sociopolitiques sont toujours plus prononcés en ville qu'en région rurale. On peut y voir deux explications : la première est que les différences politiques et sociales sont spatialement plus marquées en ville. Il y a rarement des cantons ruraux uniquement composés d'ouvriers, de jeunes, ou de cadres, à la différence des quartiers d’une ville... Mais cette répartition sociale ne suffit pas, elle s'accompagne d'un autre système explicatif : le vote y est traditionnellement réputé pour être un "vote de classe". Les facilités de communication et de développement des idées nouvelles, la forte mobilité résidentielle, la rupture avec les attaches familiales, le manque total de vie communautaire imposent un comportement individuel et permettent l'anonymat de ce comportement. L'éventuelle volonté de rompre avec le mode de vie rural, la méconnaissance des limites administratives et donc des aires d'agrégation, annihilant tout effet direct du découpage, l'impossibilité de relations personnelles entre l'élu et ses électeurs tendent incontestablement à un vote directement lié à l'intérêt économique, et non à une quelconque tradition historique ou culturelle de chaque ville, dont on voit mal comment elle pourrait se maintenir, et surtout se transmettre entre générations.

52Si l’on se réfère aux liens statistiques, les corrélations sont dans l’ensemble plus faibles que celles calculées sur les 515 cantons. Ceci n'est que logique, puisque les deux chapitres précédents ont montré l'extrême diversité des situations urbaines, autant politiques que sociales, et l'impossibilité de recourir à un système explicatif unique des spatialisations. Certains indicateurs (démographiques, de richesse, d'environnement) montrent ici leurs limites explicatives, alors que d'autres laissent apparaître des liens "dérangeants" (familles complexes...).

53Le cléricalisme devrait en théorie perdre tout son intérêt explicatif en ville, où le nombre de messés devient marginal (figure 49). Les corrélations avec la structure politique sont pourtant particulièrement nettes. La gauche et surtout le PC s'oppose aux villes cléricales. La situation à droite est plus nouvelle, car si la droite traditionnelle est très corrélée avec le cléricalisme urbain, la droite gaulliste ne l'est plus du tout. Cette différentiation entre les deux droites n'apparaissait pourtant jamais au niveau cantonal. Avant toute autre explication, cet état de fait tend à prouver qu'en ville, les phénomènes de notabilité, qui grevaient l'analyse différentielle des deux droites, jouent moins. En fait, les villes de l'Ouest intérieur catholique ont presque toujours possédé des maires modérés, centristes (les "règnes" des R. Marcellin, H. Fréville, M. Ligot en sont la preuve), les leaders gaullistes devant se contenter de dominer des villes de rang inférieur, et lorsqu'ils s'imposent dans une ville d'importance, leur mandat n'est jamais renouvelé (A. Chauty à Nantes en 83). Ce sont ces mêmes villes modérées, qui refusèrent la tutelle gaulliste en 68 et qui se donnèrent des maires socialistes 10 ans plus tard. Le même électorat urbain ayant glissé de la droite centriste vers le socialisme "rose clair", il est naturel que désormais, les oppositions municipales de ces mairies PS soient le plus souvent gaullistes. Il y a là un incontestable climat politique urbain particulier, composé d'une démocratie chrétienne, jadis MRP, aujourd'hui socialisante, se reposant sur des électeurs appartenant aux classes moyennes, déracinés de leur milieu rural : ils conservent les valeurs morales de leur famille et leur enfance, mais possèdent désormais des intérêts inverses, liés à leur nouveau statut économique, pour lequel la religion n'est d'aucun secours. Ils composent alors les bataillons de la CFDT. J. Reault (83), évoque à propos de ces urbains de l’Ouest le terme de “prolétaires inachevés”, ayant basculé en moins de deux générations de la société paysanne à la société tertiarisée sans passer par l’étape “industrielle et ouvrière”, et rechignant par exemple aux votes protestataires de type urbain, communisme ou extrême droite. On pourrait même pousser l'hypothèse jusqu'à affirmer, que contrairement au reste de la France, l'Ouest urbain intérieur "a le cœur à droite, mais le porte-monnaie à gauche"... Ouest de gauche vote à droite : ils élisent alors un maire socialiste, puisque proche de leur intérêt social, mais un député de droite, puisqu'il sera chargé de garantir le maintien dans l'hémicycle des valeurs morales de la France, de la famille, de l'école libre... Le cas est différent en Normandie, où, plus encore que les campagnes environnantes, les villes sont athées, quelles soient ouvrières ou tertiaires, et il faut donc aller chercher ailleurs le critère explicatif.

Figure 49. Corrélations urbaines

Figure 49. Corrélations urbaines

54L'explication économique fonctionne elle aussi, puisque, par exemple, le taux d'ouvriers est largement corrélé avec le PC, le PS, le total gauche, l'abstention (figure 73). Ces corrélations sont exactement l'inverse de celles bâties sur le taux d'employés, et qui décrivent les villes avant tout tertiaires. Mais là encore, une comparaison visuelle permet de spatialiser ces corrélations : les exceptions sont très nombreuses en Pays de la Loire (Cholet, Fougères possèdent les structures les plus ouvrières de l'Ouest intérieur, mais également les votes les plus à droite...). La corrélation semble plus évidente en Normandie, où les villes sont à gauche quand elles sont ouvrières, et surtout, et c'est là la différence profonde avec l'Ouest intérieur, les villes peuvent se maintenir fermement à droite lorsque leur structure économique, de ville tertiaire, commerçante ou bourgeoise, le leur permet : Vernon, Caen... Ainsi, ce vote athée d'intérêt économique se dirige le plus souvent vers la droite gaulliste : Vernon, Louviers, Caen, et même Rouen, qui fut un temps gaulliste, et où Lecanuet ne fut pleinement accepté dans son rôle de maire que lorsqu'il se sépara de son étiquette MRP pour ouvrir sa liste au RPR. De même, l'opposition municipale des villes de gauche ouvrière est ou fut-elle aussi le plus souvent RPR (Evreux, Le Havre, Dieppe...). A l'inverse de l'Ouest intérieur, les leaders de la droite traditionnelle se contentent le plus souvent d'un poste de sénateur, et d'une mairie rurale de quelques centaines d'habitants. Seules exceptions à cette explication économique, les petites villes rurales de Lisieux et Fiers, qui plutôt ouvrières, votent plutôt à droite (mais elles sont toutes les deux passées au PS en 89...).

55Une différence d'attitude urbaine Est/Ouest est donc discernable. A l'Est, les villes cristallisent les oppositions gauche/droite, qui restent plus marquées que dans les campagnes avoisinantes ; même si des listes d'union de droite et de gauche s'affrontent souvent, il est encore fréquent d'y retrouver le duel laïc PC-RPR. A l'inverse, à l'Ouest, l'atmosphère politique urbaine est plus modérée que dans les bocages alentours, où la question politique scinde les populations en deux. Ces citadins de l'Ouest, exemples types des électeurs de la troisième France de Le Bras et Todd oscillent entre la droite et la gauche, et passent du centre démocrate à la gauche chrétienne, en jouant même parfois l'alternance.

56L'évolution de la population ouvrière met néanmoins en valeur un processus d'homogénéisation des comportements, encore plus rapide dans l'Ouest urbain que dans l'Ouest entier.

Sept types de villes

57Une ACP reprenant 50 variables socio-politiques, choisies parmi les plus pertinentes des deux ACP précédentes, permet de dégager les deux axes politiques et économiques déjà repérés précédemment : l'axe 1, politique, oppose la gauche (surtout ouvrière) à la droite (surtout catholique) ; l'axe 2, corrélé avant tout avec des variables sociales, oppose villes tertiaires et dynamiques à celle bâties sur une mono activité en déclin. L'organisation des villes selon ces deux axes permet de distinguer 7 classes, qui s'isolent assez clairement (figure 50) :

  1. villes dont le vote très à droite s'explique uniquement par la structure catholique : Cholet - Vannes - La Roche sur Yon - Dinan - Saint-Lô. Elles sont toutes de petite taille, et appartiennent toutes à l'Ouest intérieur (hormis Saint-Lô, qui bénéficie du cléricalisme de la Manche). Elles sont malgré tout parfois tenues par un maire PS (Saint-Lô, la Roche).

  2. villes dont le vote très à gauche s'explique uniquement par la structure ouvrière : Le Havre - Dieppe - Elbeuf. Ce type est strictement haut-normand, et se situe aux antipodes de la classe précédente. Ces villes, fermement de gauche, longtemps tenues par le PC pour Dieppe et le Havre, renvoient également à des forts taux de chômage, d'insécurité...

  3. Villes de droite, à mono activité rurale en déclin : Fougères - Fiers - Alençon - Lisieux - Saumur. Petites unités urbaines, spatialement déjà à l'écart de l'Ouest intérieur (caractéristique des petites villes bas-normandes, 3 sur 5). Les activités rurales traditionnelles, textile et confection, y ont formé une population majoritairement ouvrière, notamment féminine, mais au comportement contrôlé par des entreprises restées paternalistes. L'effondrement économique et le chômage fit exploser ces sociétés traditionnelles, qui se sont alors tournées, avec plus ou moins de bonheur, vers les PME de la décentralisation. Incontestablement, ces villes, jadis de droite, semblent promises à la conquête socialiste (seule Saumur n'a pas encore connu de mairie PS).

  4. villes de gauche à mono activité industrielle : Eu - Fécamp - Louviers - Vernon. On retrouve ici encore une nette spatialisation de ce type, dont les villes sont toutes haut-normandes. Il s'agit de villes littorales ou séquanienne qui furent longtemps à gauche, par une mono activité textile ou portuaire, et une population très ouvrière. Les difficultés industrielles que rencontrèrent ces villes provoquèrent l'effet inverse du type précédent : ces villes traditionnelles de gauche pensèrent que leur salut était à droite, et toutes se donnèrent un maire de droite dès 77 (Fécamp et Louviers repassèrent ensuite dans les rangs PS). Leur reconversion actuelle est fort variable, mais surtout active pour Vernon, qui bénéficie de la proximité parisienne, et pour Louviers, qui bénéficie de la proximité de la ville nouvelle de Val de Reuil. Comme pour le type 2, la montée du Front-National y est aujourd’hui un phénomène marquant.

  5. villes centristes, de structure tertiaire et dynamique : Rennes - Saint-Brieuc - Morlaix - Quimper - Brest. Ici encore, la régionalisation de cette classe est remarquable : on y retrouve des villes bretonnes, principalement de la côte Nord. Ces villes s'apparentent à un haut niveau technologique (Rennes), à l'implantation massive de PME parisiennes (Saint-Brieuc), ou à des capitales commerçantes d'aires agricoles (Morlaix, Quimper). Le vote y est surtout marqué à droite lors des élections nationales. En effet, ces villes s'individualisent plus par leur modernisme que par leur vote qui demeure souvent proche de la moyenne (notamment pour Saint-Brieuc et Brest). Le profil des mairies reste donc très centriste : Morlaix et Saint Brieuc se donnèrent dans les années 60 des maires PSU, Rennes connut la passation tranquille de pouvoir entre H.Fréville (CDS) et E.Hervé (PS), d'autres, comme Brest, privilégient une alternance plus houleuse, alors que même Quimper, la plus à droite de toutes, passa au PS en 89. Le fort vote pour l'écologisme est également l'une des caractéristiques unifiant ces différentes villes.

  6. villes de gauche, de structure tertiaire et dynamique : Nantes - Lorient - Concarneau - Saint-Nazaire. On retrouve ici toutes les villes de la côte atlantique. Le vote à gauche de ces villes les distingue du type précédent, même si l'amplitude de vote est grande, de très à gauche (Saint-Nazaire) à assez peu (Nantes). Ces villes obtiennent un fort taux de modernisme, malgré une structure portuaire souvent très ouvrière. D'autres indices ont donc joué en leur faveur : prix du terrain élevé, faible insécurité, assez faible chômage. La "faible densité" de leur centre ville montre que les populations les plus ouvrières sont souvent cloisonnées dans des villes satellites, ainsi laissées aux mains du PC : Lanester pour Lorient, Montoir de Bretagne à Saint-Nazaire... Les communistes ainsi exclus, on retrouve alors ici le type le plus proche du socialisme, Saint-Nazaire, Lorient, Concarneau étant trois fiefs du PS parmi les plus anciens et les plus rayonnants de l'Ouest (avec le Grand-Quevilly), berceaux locaux de quelques grands leaders : A. Briand, F. Blancho, C. Evin, L. Le Pensec... Le cas de Nantes, longtemps plus instable politiquement, partagé entre ses fonctions industrielles liées à la basse Loire et celles de capitale bourgeoise d'une des régions les plus conservatrices de France, se situe un peu à part dans cette classe.

  7. villes à structure sociale et politique indifférente : Caen - Rouen - Le Mans - Angers - Cherbourg, et Evreux - Saint-Malo - Les Sables - Laval. Il s'agit là d'un groupe important de villes situées indifféremment au point d'intersection des deux axes. Néanmoins, il serait presque possible de scinder ce groupe en deux. Les cinq premières villes citées, semblent à la fois plus "modernes et tertiaires", et moins à droite : elles sont toutes très proches du centre de l'axe gauche-droite. Elles sont toutes des villes de taille importante, dont l'agglomération dépasse les 100 000 habitants. Un tel rang induit logiquement des fonctions multiples : on retrouve ici les capitales régionales et historiques, influençant et influencées par leur région, dont le profil politique est indéfinissable, où l'étiquette du maire sera souvent floue et importera moins que le prestige que le candidat par son nom et son renom pourra apporter à cette ville.

Figure 50. ACP urbaine socio-politique

Figure 50. ACP urbaine socio-politique

58Les quatre autres villes de ce type sont à la fois moins modernes, et plus à droite : elles doivent toutes leur développement, qui reste réduit, soit à des conditions administratives (Laval et Evreux sont devenues préfectures), soit à un site touristique (Saint-Malo, Les Sables). Il en résulte donc une "mono activité tertiaire", induisant donc un vote plutôt à droite, par intérêt économique, et dont la situation régionale définit les finesses : plus à gauche par sa situation haut-normande, Evreux conserve un maire PC ; par sa situation occidentale, Les Sables maintiennent une mairie de droite ; au cœur de l'Ouest intérieur, Laval est la première à être tombée aux mains de la gauche chrétienne ; "ni breton, ni français, malouin suis", la mairie de Saint-Malo, par respect pour sa devise, est disputée, à grands renforts de démissions et de dissidences, entre notables locaux centristes.

59Aussi succincte et générale que soit cette analyse, des effets régionaux semblent également influencer les comportements urbains, ces effets régionaux étant globalement assimilables à ceux détectables au niveau des 515 cantons. Ce lien entre la ville et sa région ne semble donc pas un mythe : "on a du reste remarqué à plusieurs reprises au cours de ce travail, que l'orientation politique caennaise était à mi chemin entre celle du département du Calvados et celle de la France" (Mahé, 68). Il reste néanmoins à définir quel est le sens de ces influences : est-ce une simple concordance entre la ville et sa campagne (que l'on a peut-être trop souvent tendance à opposer), logique puisque les mêmes conditions historiques, les mêmes structures culturelles (cléricalisme...) touchent pour une même région, ses villes, et ses campagnes ? Est-ce le tempérament de la région qui influe sur celui de la ville, notamment par l'intermédiaire de l'exode rural (influence des migrants léonards sur la mutation politique de ce qui fut "Brest la Rouge"), et des hommes politiques urbains, qui doivent adapter leur discours à leur région, s'ils ne veulent pas transformer leur ville en camp retranché ? Ou n'est-ce pas au contraire la ville qui influe sur sa région ? On rejoint ici la théorie des centres rayonnants : "Lorsque l'on prend séparément chaque région, on s'aperçoit que sa Géographie politique est, généralement, ordonnée à partir de "centres", qui sont souvent des villes. Dinan semble rayonner sur l'Est de département, Saint-Brieuc sur le centre, Lannion sur le Nord Ouest, et Guingamp sur la moitié septentrionale du Sud-Ouest. Cette constatation nous a conduit à chercher l'explication du phénomène du côté du rôle des villes" (Saunier, 66). La ville par rapport à sa région possède le monopole politique, culturel, financier, médiatique (par l'influence capitale des journaux locaux et régionaux), elle est par définition le lieu de rencontres et d'échanges, son maire cumule généralement les mandats, et si l'on vote en fonction de son influence personnelle, il est logique que cette influence décroisse progressivement quand on s'éloigne du lieu dont il est l'élu, où il réside, vit et milite. Cette théorie du rôle des villes est éminemment géographique, et sera développée ultérieurement.

60L'objet de cette partie était de mettre les principaux facteurs explicatifs nationaux à l'épreuve de l'espace. Ma démonstration tend à montrer que l'explication unique n'existe pas. A l'échelle de l'Ouest cantonal, et même urbain, il semble qu'il y ait plusieurs systèmes explicatifs qui une fois isolés permettent de coller au plus près à l'explication électorale. La relation entre les facteurs explicatifs nationaux et l'espace est donc complexe.

61Néanmoins, une fois spatialisée, l'explication sociologique semble demeurer l'explication reine. Mais peut-être n'est-elle qu'un leurre, puisqu'elle est également la plus étudiée, la seule dont on possède suffisamment de données pour pouvoir l'analyser en détail, celle pour laquelle toutes les techniques statistiques classiques sont conçues... Se contenter et se satisfaire des méthodes classiques pour ériger l'explication sociologique en explication universelle, revient peut-être, selon le mot d'un politologue américain, cité par Duverger, dans sa Sociologie politique (67) : " à imiter l'ivrogne qui a perdu sa montre dans une ruelle sombre, et qui s'obstine à la rechercher sous le réverbère de l'entrée, parce que c'est le seul endroit éclairé". Eliminer l'explication sociologique, par un modèle de structure sociale, pour explorer au delà, ne revient certes pas à éclairer entièrement la ruelle, mais plutôt à éteindre ce seul réverbère, et obliger ainsi à chercher partout, même si c'est à tâtons !

Table des illustrations

Titre Figure 45. Corrélations selon l'espace d'agrégation
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11544/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Titre Figure 46. Indices de dispersion.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11544/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Figure 47
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11544/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Figure 48
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11544/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Titre Figure 49. Corrélations urbaines
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11544/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Titre Figure 50. ACP urbaine socio-politique
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11544/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 94k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search