Version classiqueVersion mobile

Éléments de géographie électorale

 | 
Michel Bussi

Partie II : L'Ouest : laboratoire politique de la France

Chapitre cinq. L’explication sociologique à l’épreuve de l’espace

Texte intégral

"Ces mesures sont faites sur la base d'échantillons représentatifs de la population française. Elles ne disent pas si dans telle région, telle ville, la relation position sociale-vote existe avec une ampleur différente ou équivalente. Elles ne disent pas combien pèse une donnée sociale dans le comportement électoral d'une région. Mesurer entre agrégats nationaux la relation entre la position sociale et le comportement électoral permet de valider des hypothèses générales, c'est déjà tout à fait appréciable. Connaître les variations de ces relations d'une région à une autre, d'un département à l'autre serait aussi utile. Assurément, les employés et les ouvriers d'Alsace ne votent pas de la même façon que ceux d'Aquitaine ou de Basse-Normandie, mais nous ne le savons guère encore précisément aujourd'hui."
P. Buléon, (87).

1"Il est naturel, nécessaire et fécond de croiser des données électorales avec d'autres données à caractère démographique (âge, sexe), socioéconomique (revenu, patrimoine, activité professionnelle) ou socioculturel (religion notamment)" ; Braud (84) introduit ainsi l'important chapitre sociologique de « l'Explication du vote ». Le chercheur géographe cherchant à jouer à l'apprenti sorcier en Sociologie électorale se retrouve ainsi au pied d'une colossale bibliographie, fruit du travail de plusieurs dizaines de chercheurs, depuis plusieurs décennies, globalement consacrée au croisement de variables électorales et sociales. Il serait donc vain ici, de prétendre, en quelques pages, dresser un tableau complet de chaque variable explicative, et d'en rediscuter les pertinences. L'objet présent n'est pas un résumé de la connaissance accumulée par le Cevipof, et le lecteur intéressé pourra se référer aux ouvrages cités dans le chapitre 1. Il existe en effet une manifeste dissymétrie entre la connaissance très précise de chaque variable explicative, au niveau national, suivie à chaque scrutin par de multiples sondages, donnant lieu à une série d'articles et d'ouvrages spécialisés, et le manque complet d'information sur la spatialisation de ces liens socio-électoraux, et donc sur les comportements régionaux. C'est cette face cachée des Sciences électorales que je tenterai d’éclairer dans les chapitres qui suivent.

Du coefficient de corrélation...

2L'objet étant clarifié, reste la méthode. Le coefficient de corrélation, sur lequel il est pourtant courant de crier haro, sera néanmoins l'une des bases de cette analyse. Les limites de l'analyse écologique ont précédemment été discutées. Nous n'y reviendrons donc pas ici, et nous nous contenterons donc d'introduire les calculs qui vont suivre par la précaution d'usage : une forte corrélation entre une CSP, par exemple, et un parti politique, ne signifie pas que tous les individus de cette CSP, en général comme en particulier, ont voté pour ce parti, mais donne simplement l'information statistique que, pour les unités géographiques de base choisies, plus le taux de cette CSP tend à être important, et plus le vote pour ce parti tend à augmenter.

3L'autre question est de savoir si un coefficient de corrélation linéaire permet de comparer deux variables géographiques. En effet, les notions de voisinage, par exemple, ne sont aucunement prises en compte. Todd (83), propose un long développement sur la statistique de l'espace, qu'il conclut par un constat d'échec : "il n'existe guère de traitement satisfaisant du phénomène de contiguïté en même temps que celui de l'association des variables." Il démontre ainsi, à l'aide d'exemples cartographiques "théoriques", qu'un coefficient de corrélation proche de 0 ne signifie pas forcément absence de relation spatiale, et qu'il peut masquer sous le même résultat des situations forts différentes.

4Il convient donc d'utiliser le coefficient de corrélation non pas comme un traitement final et autosuffisant, mais comme un indicateur permettant un premier classement des variables, et venant en complément de la comparaison visuelle. Ainsi, toutes les fortes corrélations seront visuellement vérifiées sur les cartes, de même que les corrélations plus faibles, lorsqu'il existe une hypothèse théorique plausible. Une telle association me semble un bon garde-fou contre les erreurs d'interprétation. De toutes manières, si l'on laisse de côté la corrélation statistique, il faut uniquement se contenter de la comparaison visuelle (comme dans « la France qui vote »), exercice exposant tout autant le chercheur aux périls de la subjectivité, et des ressemblances fortuites. Une deuxième vérification de la pertinence des corrélations se fera par le biais de l'étude détaillée et systématique des nuages de points. Seuls ces nuages permettent de coller directement à la réalité, et donc de comprendre, pour les variables clés, pourquoi, et à cause de quels cantons, il y a ou non corrélation. La troisième assurance de la pertinence des corrélations repose sur le fait qu'elles soient calculées ici au niveau le plus fin (515 cantons), pour l'Ouest, mais aussi pour chaque région et chaque département. Par la suite (chapitre 6), la stabilité des corrélations sera testée aux niveaux d'agrégation supérieurs (la circonscription, l'arrondissement...).

5Si l'on en croit les théories de la "cross level fallacy", les corrélations croissent toujours parallèlement avec la taille de l'unité territoriale considérée. De fortes corrélations construites sur les 515 cantons auront donc beaucoup plus de chances de n'être pas dues au seul hasard, que d'autres calculées sur les 14 départements... Enfin, il faut revenir ici au problème urbain. Le regroupement en quelques cantons des unités urbaines les plus peuplées tend assurément à fausser les données. Mais incontestablement, ceci joue en défaveur de la corrélation, et ne peut tendre qu'à la minimiser. En effet, les principales amplitudes entre cantons, sur lesquels se basent les corrélations, se situent avant tout entre cantons urbains et cantons ruraux (taux d'ouvriers, de propriété, de chômage, d'anticléricalisme...). En réduisant le nombre de cantons urbains, on nivelle également les différences sociales. Ces cantons urbains ayant presque toujours des comportements électoraux cohérents par rapport à leur structure sociale très marquée (banlieue ouvrière, résidentielle...), la perte statistique est assurément importante. De forts coefficients de corrélation n'en seront donc que plus significatifs et intéressants, l'analyse portant alors surtout, dans ce chapitre comme dans les autres, sur les comportements ruraux.

DE LA CLASSIFICATION DES VARIABLES EXPLICATIVES DU VOTE

6Les variables explicatives dites "lourdes" de l'opinion politique sont peu nombreuses, mais proviennent d'horizons très divers. Si elles sont chacune très connues, il n'existe curieusement quasiment aucune tentative de classification qualitative de ces variables, hormis celle de leur pertinence explicative. On étudiera ainsi successivement le sexe, l'âge, le diplôme, le patrimoine, la CSP, la religion, en se contentant de préciser en guise d'ordre entre ces facteurs que la CSP et la religion sont plus pertinents que le sexe et l'âge. Les seuls classements couramment abordés sont ceux des inter-relations entre ces variables : le diplôme induit la CSP, l'âge (vieillissement) peut induire le sexe-ratio (féminisation)... Ces différentes variables me semblent pourtant très hétérogènes, et il m'apparaît important de les ordonner avant de les étudier. Je tenterai donc de les classer, selon trois typologies personnelles.

Explication directe ou indirecte

7Je qualifie de « variable explicative directe d'un parti », celle qui caractérise des individus votant personnellement, et donc directement, pour ce parti. Comparer dans un sondage le nombre de partisans de la liberté scolaire, ou d'adversaires de l'avortement, au vote à droite, le racisme à l’extrémisme revient à cela. Dans le même ordre d'idées s'inscrivent les sondages d'intention de vote par classes sociales, ou bien la comparaison écologique, pour une région donnée, du nombre d'ouvriers dans chaque zone avec le nombre d'électeurs de gauche. La comparaison directe implique que chaque individu de la classe sociale considérée (patron, propriétaire, gros salarié, chômeur, catholique pratiquant...) vote, au moins pour une très large majorité, pour le parti considéré, provoquant alors une "corrélation directe".

8A l'inverse, l'explication indirecte implique que la plus ou moins forte présence d'une variable, crée un "climat" particulier, induisant un plus ou moins fort vote pour tel parti. Des indices ne pouvant être individualisés (isolement du canton, équipement...), ou qui concernent des populations ne votant pas (taux d'étrangers, de moins de 20 ans...) sont les plus évidents à cerner. Mais pour toute variable, l'explication peut être indirecte, si l'on considère que c'est le climat créé par la présence de cette variable qui est important, et non pas le comportement politique des membres de cette variable. Ainsi, le nombre d'établissements de plus de 500 employés sera un indice indirect du vote à gauche, comme le % du sol utilisé en zone industrielle. Le taux d'ouvriers peut alors lui aussi être considéré comme un indice indirect de l'industrialisation ou non d'une région, et donc du vote à gauche ; le fait que ce soient les ouvriers, ou d'autres CSP, qui votent à gauche n'a ici absolument aucune importance. Ainsi, la présence de cadres supérieurs, forte en ville et faible en campagne, indique également souvent à petite échelle une forte implantation ouvrière, et est donc liée au vote à gauche, "indirectement". Cette distinction est très importante. En effet, toutes les corrélations qui vont suivre n'indiqueront, et ne seront considérées que comme des explications indirectes, en termes de comparaisons de climats politiques et de climats sociaux. Le modèle de structure sociale de Johnston (partie III) partira au contraire de l'hypothèse de base d'une explication directe.

Le degré de liberté

9L'explication directe suppose donc de diviser les électeurs en fonction de classes sociales. La question est de savoir ici si l'appartenance individuelle à une classe repose sur un choix ou non, et s'il y a possibilité d'en changer. On peut ainsi hiérarchiser les variables explicatives en fonction du degré de liberté de l'individu par rapport à elles.

  • Le sexe : il s'agit d'une variable bien entendu non choisie par l'individu, qui de plus, représente un état de fait permanent.

  • L'âge : l'appartenance à une classe d'âge est indépendante du choix de l'individu. Comme pour le sexe, l'âge représente donc un état de fait, qui lui par contre, est évolutif.

  • La richesse et le diplôme : ces deux variables reposent sur des choix, mais sont bloquées par la hiérarchie sociale. Il semble difficile de décider brusquement de devenir riche, ou diplômé... On peut donc considérer la classe atteinte comme la classe maximum possible, au moment du sondage. Il ne s'agit donc pas d'un état de fait mais d'un déterminisme social.

  • La CSP est également liée à un déterminisme social, même si cela n'est pas évident dans tous les cas. Certaines, plus que d'autres, reposent sans doute davantage sur des choix (patrons, cadres supérieurs ou enseignants sont des professions choisies, ouvriers, personnels de services, sont plus souvent des professions subies). Il s'agit donc là aussi d'un déterminisme social, mais plus flou, puisque le revenu et le diplôme s'y mêlent.

  • Le lieu et le type d'habitat (ainsi que l'environnement social) reposent sur un choix, mais souvent externe, puisque l'individu ne connaît pas toujours la classe à laquelle il appartient (taille de la ville, ancienneté du bâti, enclavement par rapport aux commerces...).

  • Le patrimoine, si on lui admet comme définition la volonté d'épargner, d'accumuler un pécule, est alors totalement indépendant de la richesse de l'individu, et devient alors un choix délibéré uniquement dépendant de l'individu.

  • La religion, enfin, est un choix délibéré et total. Chacun, s'il le désire, peut choisir brusquement une autre attitude face à la religion. Il s'agit donc d'un choix idéologique, au même titre que le positionnement personnel face aux problèmes de société, et au même titre bien sûr que le choix politique.

10Bien entendu, on pourra rétorquer que le choix n'est pas réel, puisque l'individu a plus de chance de devenir catholique s'il naît à Saint-Fulgent plutôt qu'à Gonfreville l’Orcher. Mais l'important est ici de savoir si, quelle que soit la pression familiale ou sociale, l'individu possède la possibilité matérielle de changer ou non de classe. On peut ainsi décider de devenir anti-clérical, mais pas de devenir jeune, ou milliardaire. Tous les habitants nés à Saint-Fulgent ne deviennent pas catholiques. Certains se démarquent de la religion, et l'on peut supposer que ce sont ceux qui votent à gauche : il y a donc bien choix, ou plutôt, possibilité de choix. L'intérêt de cette classification personnelle, et donc discutable, est de montrer qu'au niveau national, plus les individus possèdent une liberté par rapport à la classe à laquelle il appartiennent, et plus celle-ci est pertinente pour expliquer le vote. Mais par contre, plus la liberté est importante, plus les valeurs motivant ce choix seront proches de celles motivant le choix électoral, et plus l'intérêt de l'explication sera nulle : "la lutte politique s'est portée ici sur le terrain du cléricalisme. L'enjeu, c'était l'influence de l'église sur la société. Dire d'une population déjà cléricale auparavant, qu'elle a défendu le cléricalisme, parce qu'elle était soumise au clergé, ne nous apprend rien. C'est constater une évidence. C'est presque une pétition de principe." (Bois, 60). Il n'est donc pas suffisant d'écrire, comme cela l'est souvent, que l'intégration religieuse est plus explicative que le sexe-ratio. Il s'agit de deux variables totalement différentes. La carte des abonnés à l'Humanité, même, et surtout, si elle est très corrélée avec le vote PC, n'explique quasiment rien. Plus la liberté face à la classe d'appartenance est grande, et plus le rapport de causalité est flou. Cette liberté peut également évoluer dans le temps. Ainsi, dans une région rurale, devenir agriculteur est aujourd'hui souvent un choix personnel et réfléchi, alors qu'il s'agissait d'un déterminisme social automatique il y a trente ans.

11Ce débat semble très actuel. Ainsi, en conclusion de « l’électeur a ses raisons » (97), D. Boy et N. Mayer tentent “de construire un modèle de synthèse, prenant en compte simultanément l’ensemble des variables susceptibles d’influencer le comportement électoral” à partir d’une régression logistique. Il en ressort notamment que “la variable de loin la plus prédictive du vote présidentiel de 1995 est la proximité déclarée pour un parti politique”, le reste n’apparaissant que secondaire. Les auteurs, conscients des limites de la “proximité partisane”, l’indicateur pourtant le plus utilisé par les politologues, finissent par avouer : “à vouloir expliquer le politique uniquement par le politique, le raisonnement risque fort de devenir tautologique” et opèrent une seconde série de régressions logistiques n’incluant que des variables “sociologiques” : “si dans un second temps, on omet les variables d’appartenance idéologique, on constate que la pratique religieuse et secondairement la classe sociale demeurent les deux facteurs significatifs d’explication du vote”... L’âge et le sexe n’expliquent rien. Selon les auteurs, la pratique religieuse ne correspondrait donc pas à une “appartenance idéologique” ! En fait, les auteurs omettent de signaler que leurs résultats suivent strictement le “degré de liberté de l’électeur”, la religion étant davantage un choix individuel et idéologique que la profession, qui l’est lui même plus que l’âge. En matière d’explication électorale, il ne suffit pas de se débarrasser de certaines variables pour se débarrasser de la tautologie...

Le degré de différentiation spatiale

12La troisième et dernière hiérarchisation des variables que je proposerais est de se demander si elles sont, ou non, géographiques, c'est à dire si elles sont spatialement différenciées. On peut ainsi imaginer une variable "psychologique", individuelle et présente en chacun de nous, déterminante dans le choix politique, mais également répartie sur l'ensemble du territoire, et donc géographiquement invisible, à l'inverse des conditions concrètes d'existence, inégalement réparties. On peut ainsi ordonner les variables selon leur différentiation géographique (calculée sur les amplitudes entre cantons et sur la présence de phénomènes régionaux).

  • Le sexe-ratio, est le moins géographique (hormis quand il concerne les femmes actives).

  • La richesse et les diplômes.

  • L'âge.

  • L'environnement social.

  • La religion (moins bien répartie que la CSP, dans certaines régions où son rôle est très faible partout)

  • La CSP.

13Si l'on raisonne sur une explication directe, une variable non différenciée spatialement ne peut expliquer le vote, puisque celui-ci est réparti géographiquement. La part d'explication directe d'une telle variable ne peut donc être que mineure. Une faible spatialisation, par contre, n'exclut pas un pouvoir explicatif indirect. Les très faibles amplitudes du poids d'une variable entre les différentes unités territoriales, peuvent néanmoins suffire à fournir un indicateur précis des comportements électoraux (nombre moyen d'enfants par ménage...), de la même manière qu'une variable ne concernant qu'une frange très marginale de la population (nombre de ménages multiples, utilisé par Todd, ou bulletins nuls...) peut être le révélateur indirect d'une attitude majoritaire.

14Ces classifications sont importantes. Si les sociologues ne raisonnent pas sur ces classements, c'est qu'ils les intéressent peu. Les sondages concernent par définition avant tout des explications directes (très peu de questions concernent l'environnement social dans lequel le sondé évolue), des classifications idéologiques (plus diverses que les états de fait et déterminismes sociaux, sur lesquels "tout a été dit"), et se montrent totalement indifférents à l'organisation spatiale des différentes réponses.

15Par souci de commodité, et de clarté de la démonstration, les différentes variables explicatives seront donc étudiées séparément pour l'Ouest, selon leur ordre de "pertinence". Cela ne doit néanmoins pas faire perdre de vue que l'explication du vote est multiple, et n'existe que dans la combinaison de ces facteurs. Chaque variable, outre l'utilisation de la comparaison cartographique visuelle, dont seulement quelques unes ont été retenues ici, est systématiquement étudiée à partir des corrélations entre ces variables et un courant politique. Ces corrélations, présentées sous la forme d'un simple diagramme en bâtons, sont toutes calculées pour l'ensemble de l'Ouest, pour les 4 régions, et pour les 14 départements.

LES VARIABLES DEMOGRAPHIQUES

16Le sexe et l'âge représentent deux variables particulières. "Etats de faits", et non pas choix personnels, elles furent sans doute pour cela très étudiées. Néanmoins, l'intérêt qu'on leur porte est récent, puisque Siegfried, par exemple, n'évoque jamais leur rôle comme facteur de l'opinion. Il est vrai que les femmes ne votent que depuis 1944.

Le sexe

17De Dogan et Narbonne (55) à Mossuz-Lavau et Sineau (83) et Sineau (88), les spécificités du vote féminin sont connues, jusque dans leur moindre détail, et dans leurs interactions complexes avec d'autres variables. Le vote des femmes est réputé à la fois conservateur et éloigné des extrêmes. Néanmoins, depuis 81, le vote des femmes tend très largement à se calquer sur celui des hommes. D’ailleurs les femmes sont également en moyenne plus âgées et plus cléricales que les hommes.

18Quand au travail féminin, son augmentation est l'une des causes premières des progrès de la gauche sous la cinquième république.

19Le comportement politique des femmes ne semble pas homogène sur l'Ouest, mais soumis à une répartition géographique. L’explication tient peut-être au rapport hommes-femmes, particulier à l'Ouest. Todd, dans son chapitre "travail et sexualité" (« l'Invention de la France », 83), isole en France un système breton, stable et égalitaire, basé sur un très fort taux d'activité féminine, une égalité des sexes et une fidélité au couple (égalité de l'âge du mariage, peu d'enfants illégitimes, faible taux de divorce...). Des études sociologiques monographiques (à Plozévet, 75) ont montré le rôle important joué par les femmes dans le dynamisme économique agricole. Partout dans l'Ouest, le taux d'activité féminine est plus fort qu'en France (figure 30a), même si l'écart tend quelque peu à se réduire. Enfin, la répartition des femmes actives se superpose exactement avec celle des exploitations conjugales. Ce type d'exploitation n'est important (plus de 50 %) en France qu'à l'Ouest. Une conclusion hâtive bâtirait un syllogisme simpliste : les femmes, en France, sont plus conservatrices que les hommes. Or les femmes, à l'Ouest, ont un plus fort poids économique, et donc politique, qu'en France. L'Ouest serait-il plus conservateur que la France, à cause du poids spécifique des femmes ? L'évolution du comportement politique féminin au niveau national expliquerait ainsi pourquoi l'Ouest passe à gauche en 81, et vote Mitterrand en 88. Une telle hypothèse mériterait d'être détaillée, mais elle fait intervenir de multiples facteurs indirects : le catholicisme et l’influence particulière des femmes semblent être intimement liés. Aussi séduisante soit-elle, la théorie de ce vote féminin doit faire face à plusieurs exceptions. En Vendée, Loire-Atlantique, et au Sud du Maine et Loire, le vote à droite est particulièrement fort, mais le taux d'exploitations conjugales et d'activité féminine, y sont pourtant très faibles. A l'inverse, en Bretagne intérieure, mais aussi dans le bocage de la Ferté-Macé, au fort taux d'activité féminine correspond un vote rural traditionnel de gauche. L'influence politique féminine, pièce importante du système idéologique clérical, explique sans doute en partie le conservatisme général de l'Ouest. Mais cette influence, générale mais non spatialisée, devient secondaire quand elle est confrontée à d'autres puissants facteurs locaux (économiques, historiques...).

20L'évolution du taux d'activité féminine possède une corrélation positive avec le vote à gauche dans 10 départements sur 14, et parfois de manière très significative, dans les départements ruraux, touchés par l'industrialisation de décentralisation : Vendée, Orne, Mayenne (corrélation entre 0,60 et 0,70, (figure 31c)). L'exemple ornais est à ce titre significatif. Les dentellières d'hier, de Fiers, d'Argentan, et de l'ensemble du bocage, qui expliquaient en partie ce très fort taux d'activité féminine, sont devenues les ouvrières de la firme Moulinex, par les "turn over" des années 60... L'éclatement économique de la société féminine, par son emploi dans les PME de confection, de textile, de petite mécanique, puis par son chômage, suite au déclin de ces entreprises, explique largement les progrès du PS dans l'Ouest rural, même si l’approche écologique seule est insuffisante pour l’affirmer.

L'âge

21Les différents ouvrages et études d'A. Percheron (78, 79, 84...) permettent de se faire une idée très précise du rôle de l'âge dans les comportements électoraux. Une synthèse permet d'isoler plusieurs grandes théories : le conservatisme augmente avec l'âge, malgré l'effet "d'immunisation du premier vote" ; le rapport entre abstention et l’âge prenait traditionnellement la forme d'un U inversé, mais depuis peu, ce sont les classes âgées qui votent le plus.

22Pour l'Ouest, la corrélation générale ne reflète encore que très imparfaitement les différences régionales. La présence nombreuse des + de 60 ans, comme celle des - de 20 ans, va de pair avec une baisse des scores de la gauche, à l'inverse de la classe 20-39 ans (figure 30b). Dans le détail, les pays comportant le plus de jeunes (Vendée, Maine et Loire, Morbihan), sont également les plus à droite. Les corrélations négatives sont alors très fortes (entre-0,7 et-0,8). Mais ces régions sont également les plus catholiques, ce cléricalisme induisant une forte natalité. Il n'y a donc pas forcément de lien direct, et ces corrélations pourraient n'être qu'un indicateur faussé, les jeunes de ces pays votant eux plutôt à gauche. On peut néanmoins supposer que les jeunes de ces régions catholiques ne votent pas plus à droite que les autres classes d'âge plus âgées, de ces régions, mais par contre y votent plus à droite que les jeunes des autres régions de l'Ouest. Seule, en Basse-Normandie, la forte présence de - 20 ans n'est pas liée à une forte ruralité : ceci montre que les constatations de Buléon (87), d'une forte corrélation des jeunes à la gauche, n'étaient valables que pour le cas isolé de la Basse-Normandie.

23Les phénomènes liés aux non votants sont spatialement plus réguliers. Par contre, la comparaison entre l'abstention et l'âge est plus floue (figure 31b). Le plus souvent, les corrélations les plus significatives sont négatives, entre les - de 20 ans et l'abstention (dans les pays de la Loire). En fait, la théorie du "U inversé" apparaît révolue, pour les plus âgés, mais aussi pour les jeunes. On peut également émettre l'hypothèse, jusqu’en 1998, que les jeunes non intéressés par la politique ne s'inscrivent pas sur les listes. Ceux qui prennent la peine d'aller s'y inscrire prennent également la peine d'aller voter. Si la répartition des - de 20 ans ne semble pas spécialement influer sur la répartition des abstentions, sa corrélation avec les votes nuls est par contre impressionnante, notamment dans les pays de Loire, où le vote nul est le plus fort. (figure 31g) Une partie du mystère de l'origine de ces votes nuls pourrait se trouver ainsi dévoilé, mais il pourrait également ne s'agir que d'un effet indirect. La théorie du vote nul des jeunes est néanmoins séduisante : dans les pays catholiques, les jeunes sont civiques par obligation morale et parentale, mais leur faible intérêt pour la politique, le manque de reconnaissance personnelle dans les candidats, l'esprit de contestation, poussent une partie d'entre eux à voter nul. La structure par âge pourrait également contribuer à expliquer le faible taux de vote nul en Bretagne, en complémentarité, bien sûr, de la forte politisation.

24Les sexe-ratio et l'âge laissent donc apparaître souvent des similitudes troublantes avec les comportements électoraux. Mais ne nous y trompons pas, ces corrélations sont des indicateurs de systèmes sociaux complexes, dont la structure démographique n'est qu'une conséquence secondaire, et non une cause première. Si au niveau individuel, la classe démographique d'un électeur est un "état de fait", lui "imposant" un choix électoral, dans le cas où cette classe serait très liée à un parti, la répartition géographique de la structure démographique n'est pas, par contre, un "état de fait", et peut être induite par la structure économique, culturelle, et donc politique. S'il est aberrant d'affirmer qu'un électeur est jeune parce qu'il vote à droite, l'affirmer pour une région ne l'est pas. La structure démographique reste donc une variable géographiquement intéressante (ne serait-ce que pour expliquer les non votants, où son influence est capitale), même si les sociologues ne semblent plus trop y croire : "quoiqu'il en soit, en raison de toutes ces mutations, le sexe a cessé d'être très déterminant en matière de choix électoral" (Ysmal, 90), "une fois contrôlés les phénomènes de générations, de périodes, de cycles de vie, une fois pris en compte les facteurs liés à la démographie, l'âge apparaît comme une variable de faible importance" (Percheron, 84).

LA RICHESSE

25La richesse est un déterminant du vote qui fut plus précocement et fréquemment mis en évidence aux Etats-Unis qu’en France (Lewis-Beck, 1990). Par exemple, en France, l'effet patrimoine est un facteur explicatif du vote qui ne fut isolé que tardivement : il ne fut réellement défini qu'en 78, par l'ouvrage « France de gauche vote à droite ». Il convient donc de ne pas confondre l'effet patrimoine et l'effet de l'aisance matérielle (richesse), qui avait bien entendu été précédemment étudié. L'effet patrimoine apporte quelques nuances importantes : le patrimoine mesure la propension à épargner, à posséder des biens de rapports, à accumuler un pécule afin de le transmettre par héritage. Les enquêtes du Cevipof montrent que ce patrimoine est totalement indépendant du niveau de salaire. Il ne divise pas riches et pauvres, mais, en simplifiant, deux mondes opposés : celui de l'effort et celui du plaisir, les fourmis et les cigales, ceux qui travaillent toute leur vie "pour y arriver", et les attentistes de l'état-providence, les français que Giscard voulaient rendre "propriétaires de la France", et les partisans de mai 68. Si l’idée de patrimoine semble clairement liée au vote à droite, le rapport entre vote et revenu est beaucoup plus flou. L'indice de richesse combine donc à la fois le revenu, et la possession d'un patrimoine, le revenu étant imposé par un déterminisme social, et la possession de patrimoine étant un choix délibéré.

Le régime de la propriété foncière

26Siegfried fut le premier à déceler l'importance de l'aisance matérielle. On sait que pour lui, le régime foncier était le premier facteur explicatif du vote, dont l'influence était "sinon toujours décisive, du moins toujours considérable". Or, ce régime détermine avant tout la fortune, qui elle seule détermine la liberté. Le régime foncier était donc important pour Siegfried parce qu'il commandait la présence ou l'absence de pression sociale. L'importance de cette pression du propriétaire sur le fermier, que Siegfried a peut-être surestimée (elle était sans doute plus intériorisée par les paysans que réellement présente directement), va aller en disparaissant, avec l'utilisation généralisée des médias et de l'isoloir. Et quand la pression s'efface, Siegfried nous le dit, c'est alors l'aisance qui induit le vote, et la propriété tend à rendre l'individu conservateur. La petite propriété induit les concepts de liberté et d'inégalité. Sous Siegfried, la liberté, non encore assurée, primait souvent l'inégalité, et le vote exprimait avant tout la fidélité à la République. Une fois ce doute ôté, l'inégalité devint déterminante, et les vignerons, les petits exploitants du saumurais, du marais poitevin, de Saint-Calais, virèrent à droite.

27Selon Renard (86), la grande propriété de l'Ouest, garante de l’ordre social, se serait maintenue, et même renforcée pendant l'entre-deux-guerres. Son démantèlement est récent et date souvent tout au plus des années soixante. Ce démantèlement est néanmoins massif et fait dès 1970 de l'Ouest une région de petites et moyennes propriétés ! Le RGA de 70 (par canton) est clair : l'Ouest s'oppose par la faible superficie de ses exploitations (15,8 ha de moyenne) au reste de la France (18,8 ha) (figure 32a). Le système politique décrit par Siegfried s'est donc totalement effondré, et pourtant, son système électoral lui survit. En fait, le système électoral a peut-être du sa survie paradoxalement grâce à l'effondrement du système économique ! En effet, on peut attribuer aux fermiers et métayers, sous Siegfried, les notions de non-liberté et d'égalité. La pression nobiliaire imposait la non-liberté de vote en 1913, mais le maintien d'une telle structure féodale, conjointe à la perte de pression politique, liée aux médias et à l'isoloir, aurait incontestablement poussé ce prolétariat rural à voter selon le concept d'égalité, et donc à gauche. L'accession à la terre a ainsi permis au système de perdurer, la pression notabilitaire étant désormais indirecte, mais toujours présente financièrement ou socialement. Les mutations du régime de propriété foncière prouvent néanmoins qu'un système politique peut survivre, même après la disparition des facteurs qui ont généré ce système. Le mode de faire valoir s'est mieux maintenu (direct dans le Finistère, fermage dans le Maine et l'Anjou). Les pays de fermage suivent ainsi grossièrement la diagonale de droite. Le régime foncier et le mode de propriété ne sont donc pas totalement devenus inopérants, mais ils ne sont plus que des facteurs secondaires ne touchant que des populations minoritaires, et ne peuvent à ce titre plus revendiquer une explication directe, mais seulement d'être des indicateurs d'un système socio-politique plus général, dont ils ne sont désormais que les effets.

Revenu et patrimoine

28Le patrimoine sera ici évalué par le taux de propriétaires de leur résidence (et le taux de locataires et de résidences secondaires). Cette donnée, concernant un bien à usage domestique, avait été éliminée par les sociologues en 78, qui préféraient la possession de biens de rapport, donnée hélas "écologiquement" non accessible. Néanmoins, la propriété revêt un intérêt particulier dans l'Ouest, où l'essentiel de l'épargne, et de la transmission de bien par héritage, se fait autour de la terre. L'accession à la propriété n'est pas motivée à l'Ouest que par un souci de confort matériel, mais avant tout parce que la terre est « mythique », qu'elle assure dans les esprits prestige et sécurité, et que sa possession peut être le but d'une vie : "la terre est une affaire de famille qui réunit dans une étroite symbiose des valeurs matérielles, morales et psychologiques. Elle est supérieurement le "bien". Tout homme se déclare ainsi maître chez lui, libre parce que propriétaire, même et surtout s'il ne possède rien." (Frémont, 86).

29Les théories nationales concernant richesse et vote peuvent donc être simplement résumées : le patrimoine, partie intégrante du système culturel catholique, fait monter le vote à droite, et la participation électorale. Rappetti (85), réalisa pour Nantes une fine et inédite enquête sur l'imposition des revenus individuels, aboutissant à une spatialisation de l'aisance dans l'agglomération. Ce travail permet donc de relativiser les conclusions nationales : le schéma classique fiscalité-vote fonctionne, mais semble subir trois distorsions : l'âge, l'influence du voisinage, la religion.

30Pour l'Ouest cantonal, le revenu moyen annuel en 86 ne semble pas par contre spatialement une variable très pertinente puisqu'elle se superpose avec l'Ouest urbain. La carte des propriétaires est par contre extrêmement spatialisée, et stable de 62 à 82 (figure 32b). Elle coupe l'Ouest en deux, par une ligne Pontorson-Cholet, l'Ouest de cet axe regroupant des taux de propriété tous au dessus de 65 % (hormis les agglomérations, et le Trégor, un peu plus faible). Cette ligne de démarcation n'est ni exactement celle du catholicisme, ni celle de la droite, mais elle est incontestablement celle du faire-valoir direct par opposition au fermage du Maine. Par rapport à l'Ouest, elle est aussi la plus éloignée de Paris, et par rapport à la France, la plus éloignée de l'Europe. Région fière et indépendante, ses habitants entendent l'être également. Le système rural est alors bâti sur la valorisation du travail individuel et familial, et non sur l'attente de l'aide d'un état interventionniste. La propriété de l'habitat semble décrire une facette réelle de l'effet patrimoine dans l'Ouest, et semble plus discriminante que le régime foncier agricole, puisqu'elle concerne, elle, l'ensemble de la population. Une seule règle peut être alors être énoncée : les taux de propriété les plus forts concernent le plus souvent les terres les plus à droite (Cholet, Vannetais, Léon).

31Le statut de logement joue également un très grand rôle dans la participation électorale (le taux de propriété et de résidences secondaires impliquant la forte inscription...). Le lien statistique entre résidences secondaires et vote Front-National semble général (figure 33d). Néanmoins, des études plus fines au niveau communal, notamment dans l’Eure (Bussi, Guléa, 1997) montrent que ce lien ne saurait être considéré comme systématique.

La qualification

32De toutes les variables explicatives du vote, le niveau de diplôme est la seule qui ait un rapport direct avec le niveau de patrimoine (Capdevielle et Dupoirier, 78). Un certain niveau d'étude est généralement corrélé avec un certain revenu, mais surtout avec une forte propension à accumuler un patrimoine. Par contre, les relations entre le vote et le diplôme restent très floues. Si en théorie, le diplôme pousse à voter à droite, ce n'est toujours vrai que pour le PC. Pour les autres partis, les sondages se contredisent à chaque élection : en 73, plus on est diplômé, et moins on voterait PS, en 88 aussi, mais en 86, plus le diplôme est élevé, plus on serait socialiste... En 81, Mitterrand draine les suffrages à la fois des très et des très peu diplômés, mais cet électorat était aussi celui de De Gaulle. En 1995, le PS comme la droite obtiennent conjointement leur meilleur score chez les plus instruits, à l’inverse des partis protestataires (PC, FN, MPF...). Les sondages ne s'accordent que sur une chose, le diplôme est un signe de forte intégration, et donc de forte participation.

33Cartographiquement, "l'Ouest qui étudie" est concentré, hors agglomérations, en Bretagne, la frontière linguistique apparaissant comme la frontière d'une forte tradition d'éducation. Il existe là un surprenant, mais reconnu phénomène social, comme par exemple dans le pays bigouden, où Plozévet produit un nombre étonnant de hauts diplômés universitaires (Burguière, 75). Les non diplômés, par contre, suivent, excepté le Choletais, toute la dorsale conservatrice Nord-Sud, à laquelle il faut ajouter la Vendée occidentale et le Caux (figure 33a). Globalement, les terres non diplômées seraient donc plutôt les terres de droites. Le fait est apparemment surprenant, et va en tous les cas à l'encontre de tous les sondages nationaux.

34L'indice de richesse, par le patrimoine, ou le revenu et le diplôme ne fournissent pas d'explications globales sur tout l'Ouest, hormis pour les non votants. Toutefois, régionalement, les indicateurs très imparfaits que nous avons utilisés laissent entrevoir l'importance de cet indice, et surtout sa surprenante spatialisation.

L’ENVIRONNEMENT RESIDENTIEL

35Variable explicative à part entière, elle est néanmoins la moins connue et la moins étudiée par les sociologues. Réputé réservé à l'analyse écologique, car jugé géographique, et donc invisible par les sondages, l'environnement résidentiel peut pourtant, comme tous les autres facteurs, fournir également des explications directes.

Le rang urbain

36Le vote selon le rang de la ville de résidence figura longtemps dans les enquêtes d'opinion électorales, s'imposant comme une des classifications incontournables de tous les sondages. Mais curieusement, après 81, cette donnée (il est vrai "géographique"...), disparut brusquement de la plupart des enquêtes. Elle s'avère pourtant pertinente, puisque globalement, le vote à gauche monte régulièrement avec la taille de la ville. En fait, cette régularité vaut surtout pour le PC. Le PS est le plus puissant dans les villes moyennes (entre 2000 et 20 000 habitants), et plus faible dans les villages les moins peuplés.

37Dans ce contexte, ce sont les géographes qui se sont appropriés cet indicateur. Kleinchmager (93) note en Alsace la spécificité conservatrice des villes les plus petites, tandis que les villes intermédiaires, ouvrières, se rapprochent des grandes villes par leur vote à gauche. Renard (93) démontre qu’il y aurait dans l’Ouest et notamment en Bretagne une corrélation entre la taille des communes et vote en faveur du oui : le maillage communal fait qu’il y a très peu de communes de moins de 200 habitants en Bretagne (41), les agriculteurs, y compris les retraités, n’y étant jamais majoritaires, contrairement aux campagnes normandes ou du Maine. Le poids électoral du rang urbain fut également étudié en détail par Bernard et Carrière (1988) dans le Languedoc. Enfin, Bussi et Guléa (97) montrent qu’en Haute-Normandie, le rapport entre le rang urbain et le Front-National prend la forme d’un U inversé (figure 34f). Les deux extrêmes, grandes villes et communes rurales de moins de cent habitants votent peu FN, et ont sans doute en commun une certaine “sédentarité” de leurs populations : l’équipement urbain et l’isolement rural ont tous deux pour conséquence des habitants qui vivent, travaillent, se distraient sur place. A l’inverse, dans les communes intermédiaires, et notamment celles entre 500 et 250 habitants, nous retrouvons des communes essentiellement résidentielles, non équipées en services, associations, emplois... Les gens habitent la commune mais travaillent, consomment, fréquentent leurs amis ailleurs. On peut alors faire l’hypothèse dans ces communes d’une certaine délitescence des tissus sociaux traditionnels (l’absence de repères locaux expliquant le repli nationaliste), encore présents dans les zones les plus rurales et remplacées en villes par d’autres proximités (densité de services et de relations possibles, encadrement associatif de quartier parfois important...).

38Pour l'Ouest comme en France, il existe un lien apparent entre la population du canton et le vote à gauche (figure 34a). La comparaison cartographique permet d'établir la règle suivante : il n'y a pas de communes très peuplées à très faible score de gauche ; par contre, l'inverse est faux, et tempère les corrélations : il existe des cantons très peu peuplés à très forts scores de gauche (PC en Bretagne). La ville joue bien un rôle électoral, ici mesurable, et qui n'est pas uniquement lié à la structure professionnelle, pourtant fortement liée aux densités. Bois (60) et Renard (87) ont largement insisté sur le rôle symbolique des oppositions entre villes et campagnes, dépassant largement les concepts d'oppositions de structures économiques : "ne serait-ce pas Napoléon qui aurait écrit sur le plan de fondation de la Roche sur Yon, qu'il fallait faire là comme on faisait dans l'Ouest américain, un fort contre les insurgés", "l'habileté d'un Olivier Guichard a sans doute consité à refuser de se porter candidat de la mairie de Nantes afin de rester le porte parole des campagnes" (Renard, 86). Cet antagonisme, né il y a deux cents ans est le propre des pays chouans ; pourtant les corrélations entre la taille de la ville et le vote à gauche ne sont vraiment significatives qu'en Normandie. Rien ne permet donc de prouver ici qu'il existe un effet électoral issu de ce sentiment d'opposition propre à l'Ouest, mais rien ne permet de le nier, celui-ci pouvant être masqué par le découpage cantonal, qui élimine les différences entre le chef lieu et sa campagne.

Le mode de peuplement

39La question du mode de peuplement ne concerne, elle, que les pays ruraux. Le retour à Siegfried, qui en avait fait l'un de ses facteurs les plus puissants, s'impose. Plus qu'une cause directe, il en fait une "condition circonstancielle". L'habitat groupé, ou dispersé, contribue à favoriser, ou ralentir, la diffusion des idées politiques. Cette hypothèse est généralement réfutée par les géographes, comme un déterminisme inopérant, avant tout parce que sa spatialisation rappelle la structure géologique. Siegfried lui même, par son sens de la formule, apportant de l’eau au moulin de ses détracteurs (Géographie politique de l’Ardèche (49)).

40Faire du mode de peuplement un frein contre la diffusion de certaines idées peut être au contraire assimilé aux théories, encore modernes aujourd'hui, de la diffusion de l'information dans l'espace par proximité et hiérarchie (théorie d’Hägerstrand, 52) : le bocage permet de "diviser pour régner", et l'imperméabilité de l'électeur aux contacts extérieurs, tandis que la propagande des idées nouvelles est permise dès lors qu'une population s'agglomère, et se découvre ainsi des intérêts communs. Un notable, ou un curé, peut donc "tenir" seul un bocage, alors que les idées progressistes et révolutionnaires ne peuvent circuler qu'en ville. Cette interprétation de l'effet politique du mode de peuplement est inverse de celle de la « France qui vote » : "Au sud d'une ligne Cherbourg-Savoie, l'habitat diffus ou en hameau compte. Le bastion du Sud-Ouest, et l'espace de conquête récente du socialisme dans l'Ouest y figurent. Une certaine distance aux autres, en allégeant la pression sociale, permettrait-elle de prendre une distance par rapport à la tradition au conservatisme ?"

41La comparaison cartographique, comme les corrélations, ne rappellent que très vaguement la dichotomie gauche-droite. La Normandie est à la fois favorable à deux courants "nouveaux" : le gaullisme et le socialisme (ceux qui ont cru après 1958). Les régions de bocage, elles, continuent de voter régulièrement pour la droite, surtout traditionnelle. En fait, le rôle du bocage n'est sans doute que de favoriser le maintien de l'attitude politique la plus anciennement et la plus vastement implantée : ici la droite catholique. Mais dans le Trégor, c'est l'érosion du PC qu'il limite. Cette théorie se vérifie à l'échelle de la France, où l'habitat diffus sert au maintien de la droite à l'Ouest, mais aussi à la survie de la gauche dans le Limousin. La dispersion de l'habitat favorise la stabilité, et non un parti quelconque. L’absence de percée du Front-National dans l’Ouest intérieur, comme dans le massif central, et globalement en France dans l’ensemble de la moitié occidentale du pays, peut aussi s’interpréter dans ce sens.

Équipement, enclavement, environnement

42Mais si la question du mode de peuplement soulève aujourd'hui le scepticisme, c'est que les haies vives semblent, en 1990, des remparts bien archaïques face au monde extérieur. Ils sont peut-être toujours le signe d'un isolement, mais plus la cause. Le taux d'abonnement à un journal ou la possession de téléviseur seraient a priori plus actuels... L'indice d'enclavement, distance à certains équipements calculée à partir de l’Inventaire communal de l’INSEE, peut être ainsi considéré comme un indice moderne de l'isolement. Il existe de fortes similitudes pour l'Ouest entre les cartes des différents équipements. L'Ouest y est coupé en deux par la frontière Normandie-Maine, de Pontorson au Theil (figure 35a). Incontestablement, l'Ouest le mieux équipé, qui n'est stable pour chaque équipement qu'à l'Ouest de la ligne Pontorson-Saumur, rappelle celui des propriétaires de leur logement : l'Ouest jeune, dynamique, civique, qualifié, et qui épargne... Au niveau des corrélations, l'enclavement se montre un indicateur puissant et régulier du vote à droite (corrélations fréquemment comprises entre 0,5 et 0,7), (figure 34b). L'enclavement est donc bien un indice de l'isolement au monde moderne, jouant aujourd'hui le rôle du bocage sous Siegfried. C’est dans ces cantons les plus enclavés que les bruits de la ville se font le moins entendre. Mais la carte de l'enclavement ne correspond par contre en rien à celle de la non-qualification.

43En résumé, l'enclavement, et les distances aux équipements, se révèlent de bons indicateurs du vote, mais surtout de la résistance aux idées nouvelles et au maintien des traditions. Spatialement, ce n'est que logique, puisque les cartes de distances aux équipements s'organisent en cercles concentriques autour des grandes métropoles, où le phénomène (enclavement) croît quand il s'éloigne du centre. Au contraire, des phénomènes réputés urbains (FN et surtout Ecologisme, vote à gauche, faible inscription) vont décroître de façon concentrique au fur et à mesure que l'on s'éloigne du centre-ville. Il est donc normal, et géographiquement rassurant, que tous ces phénomènes électoraux urbains soient corrélés négativement avec l'isolement.

L'intégration locale

44Le rôle de l'environnement résidentiel dépend largement de l'enracinement local, c'est à dire de l'attachement de la population à cet environnement. Une population fortement déracinée aura davantage tendance à se montrer indifférente aux conditions de vie locale, et à voter selon sa structure professionnelle par exemple. L'intégration au lieu d'habitat est donc un phénomène géographique, qui ne fut mis en rapport au vote que par les chercheurs s'intéressant aux faits spatiaux (Cheylan et Bon, Todd, A. Laurent (96)). Le bras et Todd (83) par exemple, développent pour chaque département de l'Ouest la cartographie de leurs départements privilégiés d'émigration au dix-neuvième siècle (ces département d'émigration massive étant en France les plus à droite, hormis la Vendée qui retenait sa population).

45Les théories établies sur le plan national sont donc limitées : un fort taux de migrants (régionaux pour la France) semble favoriser l'homogénéisation des comportements, alors que l'enracinement induit le maintien de la tradition politique. Enfin, la mobilité communale semble très explicative du taux d'inscription (la variable clé, selon la « France qui vote »). L'immobilisme résidentiel est calculé, pour un recensement, sur le taux de population habitant dans la même commune, au recensement précédent. Pour l'Ouest, sa cartographie rappelle largement un Ouest déjà connu, également propriétaire et bien équipé (figure 35b). Nous tenons là un nouvel indice de ce développement endogène de l'Ouest, qui s'effectue dans l'aire la plus occidentale. Les corrélations nous montrent que le fort taux de migration communale intercensitaire semble lié au vote à gauche (figure 34c). Une fois de plus, la Bretagne fait exception, et l'on peut alors se demander, comme pour les indices d'équipement précédents, si ce n'est pas simplement le maintien du parti en place qui est favorisé par l'immobilisme.

46Mais l'originalité de l'indice tient à ce que dans le Sud Ouest (Vendée, Maine et Loire), le taux de migrants intercensitaires soit corrélé positivement avec le vote à gauche et le PS. Si tous les indicateurs de dynamisme économique, de modernisme, de fort équipement, de qualification, semblaient ne pas nuire, et même permettre dans les "pays Sud de la Loire" la survie des forts votes conservateurs, le taux de migrants est différent. Le modernisme était seulement destiné à la population indigène, ainsi retenue nombreuse en terre rurale. Le taux de migrants concerne lui des populations étrangères, ni chouannes, ni cléricales, dont la présence provoque directement une chute des scores plébiscitaires de la droite. La configuration "fort taux de migrants/fort vote à droite" ne se retrouve nul part (hormis très localement sur les côtes) : les migrants appartiennent incontestablement aux classes d'âge moyennes déjà évoquées, et forment les gros bataillons des populations passées au PS. Il s’agit là de la façon la plus sure de modifier un territoire politique au comportement séculaire : le Léon, devenue banlieue brestoise gérée par un député socialiste en est l’exemple caricatural.

47Par contre, moins les migrations pendulaires (population ne travaillant pas dans leur commune de résidence) sont nombreuses, et plus la droite semble implantée, mais cette règle souffre de nombreuses exceptions : Léon, Vendée (figure 34d)... Le problème de fond consiste sans doute à distinguer, deux types de migrants pendulaires. D’abord ceux qui travaillent désormais "en ville", mais qui résident depuis toujours en campagne : le choix volontaire d'une non-coupure avec leur attache locale, malgré la distance au travail et donc un déracinement professionnel, est politiquement très important, et montre que le vote de classe ne prend pas alors le pas sur le vote local, plus ancien. Ensuite les travailleurs urbains ayant quitté la ville pour s'installer dans la couronne rurale : des rurbains, pour qui le vote de classe est le schéma le plus ancien, et donc celui qu'ils suivent en priorité. Les migrations pendulaires sont par contre très corrélées avec la non-inscription (figure 34e). On peut faire l’hypothèse que ce sont plutôt les rurbains, nouveaux venus, qui ne s'inscrivent pas sur les listes électorales, et non les ruraux travaillant en ville. Une fois encore, c'est l'éclatement, ou non, de la société rurale traditionnelle qui explique les comportements électoraux.

48Il est clair que le thème de l’intégration locale en particulier, et de l’environnement résidentiel en général ne peut s’appréhender plus en avant que par enquêtes individuelles. Hélas, les récentes enquêtes du Cevipof (97) n’y consacrent toujours aucune question... L’avancée viendra peut-être alors d’initiatives géographiques (enquêtes en 1995 de l’UMR Espaces et Sociétés).

L’INTEGRATION RELIGIEUSE

Deux ou trois France ?

49Il n'existe, en France, nulle variable explicative du vote plus et mieux étudiée que la religion. L'Ouest électoral accentue encore ce phénomène. On ne peut parler de politique dans le grand Ouest sans évoquer le catholicisme. Les deux phénomènes semblent tellement liés qu'ils sont le plus souvent analysés ensemble dans les ouvrages généraux concernant les régions étudiées ici. Pour les sociologues, la variable religieuse est miraculeuse à un double titre. D'abord elle est (c'est du moins ce que l'on lit) la seule variable sociologique repérable par sondage au niveau individuel, dont la répartition géographique nationale se superpose très exactement avec celle du vote. Bon et Cheylan, Todd, ne peuvent que le constater. D’ailleurs la cartes des députés de gauche ou de droite en 1997 rappelle avec une précision troublante, entre le Nord-Ouest et le Sud-Ouest français, au sein du massif central, en Savoie, la France catholique ou protestante. Ainsi, pour Todd, l'ennemi du communisme n'est pas le capitalisme, mais le catholicisme. Il démontre ainsi qu'en France, au niveau départemental, Marx et Jésus ne se rencontrent jamais, sauf en Bretagne (Côtes d'Armor). Mais à l'échelon cantonal pour la Bretagne, divers travaux de Maîtrises (Saunier (66), Monnier (66)) montrent clairement que si les deux sont présents dans la région, ils ne le sont pas ensemble, chaque canton choisissant clairement son camp... sauf peut-être dans le pays Bigouden. L'exemple de Plozévet, au cœur de ce pays Bigouden, (Bruguière, 75) permet de prolonger le constat : la commune vote rouge et demeure assez catholique. Mais au sein de cette commune, les catholiques du bourg votent à droite, alors que les communistes, isolés dans un "hameau-ghetto" voisin, sont bien des antéchrists... Le second "miracle" est que le pouvoir explicatif de la religion perdure dans le temps. Après 1950, chacun s'accorde sur l'effondrement du pouvoir catholique : églises vides, crise des vocations, révolution culturelle, et surtout fin de l'utilisation religieuse dans le discours politique. Pourtant, selon tous les sociologues, la religion, en 1990, demeure tout aussi déterminante dans le choix électoral : Ysmal (90), Percheron (90), Mayer (97). Selon Donegani (84), la baisse du taux de pratique n'est qu'un indicateur superficiel, notre société demeure basée sur la religion catholique, et si l'on s'intéresse à des critères tels que la prière, la croyance surnaturelle (enfer, paradis), on s'aperçoit alors que la religion demeure très liée au vote.

50Le fait qu'une baisse de l'influence religieuse n'entraîne pas une baisse de son pouvoir explicatif politique n'est pas forcément paradoxal. Cela serait même plutôt logique ; la cinquième République a vécu une perte d'influence de la droite, pour que le modèle se vérifie, il faut donc que la religion elle aussi, ait parallèlement perdu de l'influence. "Le passage à gauche d'un département catholique ne signifie non pas une gauchisation de l'électorat catholique sous la pression de "curés rouges" mais la diminution du nombre de pratiquants. Ainsi, ce qu'on lit souvent comme la "conquête d'un bastion catholique" est en fait la disparition de ce bastion". (C.Peyreffitte, 88). C'est ce que confirme l'étude très précise de Martin (82) sur la circonscription la plus à droite de France (les Herbiers), où l'hégémonie catholique et conservatrice, chutent ensemble, mais où "les catholiques pratiquants votent toujours aussi à droite, mais comme ils sont de moins en moins nombreux, la gauche progresse".

51Pourtant, ailleurs dans l'Ouest, cette théorie est largement discutée, voire réfutée. Muller (87), par la statistique pour la Normandie, et Lambert (85), par l'entretien psychologique pour la Bretagne, en arrivent à la même conclusion d'un catholicisme dans l'Ouest ayant largement perdu son pouvoir explicatif politique. Lambert détaille dans plusieurs articles, et dans sa thèse, ce processus de "sécularisation du catholicisme" (Berger, 71). Ce processus met en avant comment l'église a perdu toute autorité sur de vastes secteurs de la société et de la culture. La perte d'autorité de l'église sur le politique est la sécularisation qui nous concerne le plus directement. L'église imposait le vote à droite. On peut désormais s'afficher catholique et de gauche. La montée de la gauche chrétienne est un phénomène bien connu et bien étudié dans l'Ouest : essor de la démocratie chrétienne (abbé Trochu et Ouest-Eclair, qui deviendra Ouest-France), d'abord condamnée par l'autorité religieuse, dynamisme des syndicats chrétiens (JOC et JAC), principaux artisans de la relative prospérité économique, poids de la CFTC et surtout de la CFDT, parcours personnel de plusieurs nouveaux leaders PS, qui associent à leur étiquette socialiste une réelle ferveur catholique, étant pratiquants et issus des organisations sociales chrétiennes (R. Buron, surnommé "des burettes", maire de Laval, J. Monnier, maire d'Angers...). Lambert, à Limerzel, observe, plus que la mort du catholicisme, sa mutation : "ici plus qu'ailleurs peut-être, on est passé d'un catholicisme à un autre, d'une religion insistant sur le péché, l'obéissance, l'ordre, la résignation, le renoncement, à une religion mettant plutôt l'accent sur l'amour, la dignité, la justice, l'épanouissement par adaptation aux conditions nouvelles" (Lambert, 81). Ce clergé rompt alors avec des valeurs qui étaient celles de la droite. Cette mutation lève le voile sur la "troisième France", chère à Le Bras et Todd, déchirure moderne dans la traditionnelle opposition des deux France, catholique et conservatrice d'une part, athée et progressiste de l'autre. Cette troisième France est identifiable pour la première fois en 69, par le biais de la candidature pourtant très marginale de Rocard : " la force de l'électorat rocardien dessine avec une exactitude diabolique la carte de la pratique religieuse vers 1960. Son minuscule électorat représente l'union des deux France, ou plutôt une troisième France, indifférente aux conflits idéologiques du passé" (le Bras et Todd, 83). Le référendum de Maastricht a révélé au grand jour cet électorat latent : “Partout où l’on retrouve ce vieux fonds d’humanisme chrétien, aujourd’hui volontiers teinté de social-démocratie du courant socialiste rocardien, on retrouve une forte majorité en faveur du “oui”” (Renard, 93).

52Les théories s'opposent donc. Pendant toute la cinquième République, l'Ouest a progressivement calqué son attitude politique sur celle de la France, pour se situer aujourd'hui sur la moyenne nationale. Dans le même temps, la religion semblait mieux résister à l'Ouest qu'en France, et l'écart avec la moyenne nationale augmentait. Incontestablement, ceci implique le développement d'un certain catholicisme de gauche. Pourtant, les permanences spatiales des cartes politiques semblent, au contraire, montrer un statu-quo. La "troisième France", à l'Ouest, est peut-être alors avant tout urbaine. Ces populations urbaines déracinées continuent de s'affirmer catholiques, car sinon, elles renieraient à la fois leur enfance, leur famille, leur village, leur région, mais votent pourtant à gauche, car elles s'aperçoivent vite que la religion ne leur est d'aucun intérêt politique dans le monde du travail. Elles peuvent voter selon leur intérêt de classe, puisqu'elles sont émancipées des pressions familiales et locales. Elles ne sont donc plus catholiques par soumission, mais par tradition, ou même par conviction : elles ne pratiquent plus, mais demeurent fidèles aux principes de charité, de liberté de l'école, de mariage religieux et de non-divorce, de refus de l'avortement... L'Ouest rural rencontre, bien sûr, plus de difficultés à s'affranchir des pesanteurs historiques, et cette troisième France y perce plus difficilement. Mais c'est cet Ouest rural que nous étudions avant tout.

L'impossible système explicatif unique

53Les données catholiques sont restreintes. Nous ne disposons en fait que de deux points d'études. L'atlas d'Isembert et Terrenoire (80), mais qui comptabilise les fidèles uniquement dans les années 1950, et la fréquentation des écoles privées en 80 (inventaire communal). Les deux cartes (messalisants et fréquentation des écoles privées) sont assez proches l'une de l'autre, divisant l'Ouest en deux parties, selon la ligne Pontorson-Saumur (figure 36). La comparaison de ces deux cartes ne permet en aucun cas de statuer sur la permanence ou non des comportements religieux. Une comparaison visuelle entre les deux cartes ne met pas en évidence une chronologie, mais distingue une nouvelle fois la Normandie des cantons les plus à l'Ouest : en Normandie, le taux de messalisants, pourtant faible, est proportionnellement plus fort que le taux d'écoles privées, qui y est nul ; les cantons du Caux et du Cotentin un peu plus cléricaux, n'ont pas plus de scolarisation religieuse. A l'inverse, en Vendée occidentale, dans le Vannetais (autour de Quiberon), dans le pays de Redon et le Castelbriantais, et surtout dans les gros bourgs, l'école privée prime à la pratique religieuse. Il s'agit donc bien de deux phénomènes différents, bien qu'assez liés spatialement. On rejoint la théorie de Todd (chapitre 9), d'un catholicisme moins "spontané" dans l'Ouest, de structure familiale égalitaire, où le catholicisme ne tient que par la structure politique (dont l'éducation catholique des enfants est l'un des principaux rouages). L'association d'une structure familiale égalitaire, à un catholicisme certes artificiel puisque imposé politiquement, mais désormais admis dans les traditions, compose indiscutablement un terrain très fertile à l'éclosion d'une troisième France. Le taux de pascalisants, dans l'atlas d'Isembert et Terrenoire, correspond aux pratiquants allant au moins à l'office lors des grandes cérémonies. Tous les messalisants sont donc inclus dans les pascalisants, et les deux cartes des deux types de pratique sont donc très voisines.

54J'ai donc calculé la carte des catholiques pratiquants uniquement irrégulièrement, lors des grandes cérémonies, (taux de pascalisants moins taux de messalisants). Celle-ci nous révèle un Ouest original, où s'isolent les Côtes d'Armor et la Bretagne intérieure, le Caux, et à un degré moindre la Mayenne et le Castelbriantais (figure 38a). Sous ce même taux se retrouvent deux comportements isolés par Siegfried : celui breton (et surtout des trégorrois), profondément religieux, mais profondément anticlérical, et celui cauchois, clérical, mais antireligieux.

55Un second calcul (population catholique totale moins population pascalisante totale, divisée par la population catholique totale), permet d'obtenir la population catholique non pratiquante, que l'on peut donc qualifier d'uniquement baptisée (figure 37b). Hormis le Trégor et quelques pôles industriels (Lorient, Saint-Nazaire), le phénomène est avant tout externe à l'Ouest, et suit la grande couronne parisienne, selon une ligne Isigny-Alençon-Montreuil Bellay. Il s'agit là assurément de tout l'espace le plus déchristianisé de l'Ouest.

56La corrélation négative entre le taux de messalisants (pratiquants réguliers) et le total gauche est exceptionnellement élevée (0,75 de moyenne). Mais les corrélations entre le total gauche et les pratiquants irréguliers montrent que la variable religieuse n'est pas aussi miraculeuse : le lien entre les pratiquants irréguliers et le vote à gauche est positif en Bretagne, et négatif en Normandie et en Sarthe. (figure 39 c et d). Les pays de Loire, où le taux de pratiquants irréguliers est marginal, se montrent indifférents. Ces extraordinaires différences régionales s'expliquent somme toute facilement. En Bretagne, région qui demeure catholique, n'être que pratiquant irrégulier revient incontestablement à se démarquer, en s'affichant moins catholique que la moyenne, et peut donc être assimilé à une attitude de gauche. En Normandie, région peu catholique, être pratiquant irrégulier revient déjà à être plus catholique que la moyenne, et peut donc être assimilé à une attitude de droite. Nous l'avons vu, l'intégration catholique repose sur un choix délibéré. Le même choix, selon les circonstances et les régions, peut donc être associé à des attitudes fondamentalement différentes. L'originalité de la carte, alliée au traitement statistique par corrélation, permet en tous les cas un éclairage nouveau sur l'attitude catholique dans l'Ouest. Les corrélations avec la population uniquement baptisée, où la fréquentation des écoles privées, renforcent encore le phénomène (figure 39). En Bretagne et dans les Pays Sud de la Loire, la forte présence d'écoles privées est un très fort indice d'un faible score de la gauche. Les corrélations départementales pour le PS, l'extrême gauche, et le PC sont toutes très fortes, et avoisinent fréquemment les 0,9. Par contre, pour toute la Normandie, mais aussi la Sarthe, et la Mayenne, la scolarisation en école privée, souvent nulle ou très marginale, n’est jamais associée au comportement électoral. L'école privée rurale, notamment primaire, y est inconnue. La scolarisation privée normande est un phénomène essentiellement urbain, où le critère de richesse joue plus pour l'inscription que le critère de religion.

57Les corrélations, que confirmerait n'importe quelle comparaison visuelle, démontrent donc de manière éclatante que, contrairement à une idée reçue, l'intégration religieuse ne permet pas une explication universelle de la répartition géographique des votes. Dans "l'Ouest occidental", les différents taux de conservatisme épousent avec une surprenante exactitude, les différents taux de religiosité des régions ultracléricales, simplement cléricales, ou anticléricales. "L'Ouest oriental" (Normandie, Sarthe, une partie de la Mayenne) est lui non pas anticlérical, mais a-clérical. La religion, dont le rôle est souvent marginal, n'a pas une répartition suffisamment différenciée géographiquement pour prétendre expliquer directement la spatialisation du vote. Le retour à Siegfried s'impose donc. Sans parler d'un "tempérament normand", force est de reconnaître que contrairement au reste de l'Ouest, le combat politique n'y fut jamais placé sur le terrain religieux. La description de Siegfried de l'attitude du normand face au curé prend tout son sens au regard des cartes contemporaines : "Dans la zone de race purement normande, le cléricalisme ne règne nulle part. On est catholique par tradition plus que par croyance, et l'on tient surtout au culte pour la respectabilité qu'il confère, mais le clergé reste sans action politique (...) comme un meuble nécessaire au mobilier de la commune". Van Hoecke (70) réactualise, et confirme la démarche de Siegfried, dans un long article théologique sur les croyances et superstitions normandes. Ailleurs, religion et politique sont intimement liées. L'une ne va pas sans l'autre. La défense de la religion est un combat politique sans cesse ravivé depuis la révolution, de la naissance du communisme à mai 68, du cartel des gauches à mai 81 : "c'est là que les derniers combattants moururent, au pied de l'église, en jetant un regard avec une prière vers ce qu'ils avaient tant défendu, leur clocher !" (75, extrait de la chronique "permanente" sur l'épopée chouanne du magazine "la Vie Mancelle").

58Par contre, la répartition des catholiques de l'Ouest n’a pas de rapport avec celles des extrémistes (figure 39e). Ceci se vérifie, quoique souvent faiblement, pour 13 départements sur 14 (la Sarthe fait exception). D'ailleurs, plus Le Pen est implanté dans un département (Morbihan, Orne, Eure), plus la corrélation avec l'intégration religieuse est négative. Les valeurs sur lesquelles se fonde le Front-National (antisémitisme, racisme, peur de l'insécurité, antiparlementarisme) sont des valeurs peu adaptées, extérieures, ou opposées à celles de l'Ouest. La position personnelle de Philippe de Villiers est ainsi très ambiguë : on le considère nationalement comme le porte parole de la droite catholique et notamment celle de l’Ouest, mais on le situe politiquement comme proche de l’extrême droite, mouvement qui fait traditionnellement ses plus faibles scores dans l’Ouest catholique... Il faut croire qu’auprès d’une partie de cet électorat humaniste, de Villiers se fait” pardonner” ses prises de position nationales par son fort activisme local en faveur de la Vendée.

59La religion semble par contre liée intimement avec la participation, et notamment avec le vote nul (figure f et h). Ce lien est même particulièrement vif pour les Pays de la Loire. Ces deux séries de corrélations semblent donc confirmer l'hypothèse d'un civisme rendu moralement obligatoire par la religion, et où seul le bulletin nul permet d'exprimer son mécontentement politique, sans "pêcher par omission". Par contre, la religion ne semble aucunement liée à l'inscription sur les listes, cette observation allant à l'encontre de celles faites par les spécialistes nationaux (Bréchon, 87).

60Le problème de l'évolution est plus ardu, car aucune donnée ne permet de le cerner. Le taux de fréquentation des écoles privées tend à prouver que le déterminisme est encore très fort en 1980. Mais les corrélations entre cette fréquentation et l'évolution du total gauche sont souvent largement positives, et le sont plus nettement encore pour la Bretagne (figure 39g). Globalement, en exceptant une nouvelle fois l'ensemble de la Normandie, la gauche a donc progressé sur les terres catholiques. Mais le manque de données évolutives sur le catholicisme ne permet pas d'affirmer si ce gain indéniable est lié seulement à une chute de la religion (qui resterait pourtant toujours associée à la droite), ou à un passage des catholiques vers la gauche.

61L'électorat de Rocard en 69 est en théorie représentatif de ces chrétiens passés à gauche, symbolisant la troisième France. Le vote pour Rocard est avant tout dans l'Ouest un vote urbain (figure 38b). Chaque agglomération fait monter ses voix au dessus des 5 %. L'hypothèse d'une "troisième France" avant tout urbaine et périurbaine se confirmerait donc, mais serait ici invérifiable. Par contre, il existe tout de même un vote Rocard rural. Celui-ci présente de saisissantes similarités avec la carte des pratiquants irréguliers. La corrélation est manifeste pour toutes les Côtes d'Armor, mais aussi le Castelbriantais, une partie du Caux (Yvetôt), de l'Ouche (Conches), du Beaugeois, du pays de Pail, du bocage virois. Tous ces pays (hormis peut-être le Caux) ont en commun la pauvreté, et des conditions de vie rurale pénibles. La religion s'y maintient, mais l'anticléricalisme s'y propage très tôt. La gauche modérée s'y développe donc, face à l'incapacité de la droite à résoudre ce paupérisme : PSU et MRG. Gauche et catholicisme ne sont donc pas incompatibles, comme on le lit trop souvent. L'exemple des Côtes d'Armor est frappant. Pour Todd, Marx y côtoie Jésus, cas rarissime en France. Au niveau interne au département, la corrélation entre la fréquentation des écoles privées est très négative pour le PC (-0,75) mais positive (0,3) pour le PS. Incontestablement, le rouge et le blanc s'opposent, mais le rose ici est un mélange des deux. Y. Le Foll, figure marquante du PSU, fut maire et député de Saint-Brieuc, et les députés de Nord Bretagne élus en 1997 ont encore de larges attaches rocardiennes. Constater, en 1990, ce que décrivait déjà Siegfried, à propos d'un candidat du Trégor, ne peut pas être qu'une coïncidence fortuite : "en chrétien, car il ne faisait pas d'antireligion, il combattait le cléricalisme, au nom même du christianisme. En tribun, il s'adressait surtout aux petits : aux petits fermiers, aux petits propriétaires, aux journaliers, et il leur montrait les champs d'espoir qu'une république d'inspiration socialiste ouvrirait devant eux". Ce tempérament n'est donc pas récent. L'électorat de Rocard ne repose pas sur un sol moderne, conquis sur des terres de droite, mais sur des pays traditionnellement radicaux. Autre exemple, le bocage virois est passé du centrisme de O. Stirn au vice-président du PRS, A. Tourret, qui fit tomber à la surprise générale en 97 le président de la région Basse-Normandie, R. Garrec : la tradition l’aurait-elle emporté sur le pouvoir ?

62Le plus grand enseignement des corrélations est qu'il existe non pas un catholicisme, mais plusieurs, selon les régions. L'atlas d'Isembert et Terrenoire permet de croiser, pour certains départements, la religion avec d'autres sous-groupes sociaux. J'ai calculé les taux afin de ne pas exprimer que, dans tel canton, tel pourcentage d'hommes ou de jeunes sont catholiques, mais de montrer, parmi 100 catholiques de tel canton, combien sont des hommes (par rapport aux pourcentage de femmes), combien ont - de 20 ans... Le premier calcul reviendrait à créer des cartes toutes similaires, puisque dans les régions les plus catholiques, chaque sous-classe l'est sans doute également plus qu'ailleurs. Le second calcul met par contre en lumière différentes structures de catholicisme. Dans les régions les plus catholiques, c'est apparemment le cléricalisme des hommes qui fait la différence (figure 37a). Dans les régions les moins catholiques, en fait, seules les femmes sont ferventes (Basse-Normandie)... L'opinion politique du chef de famille est souvent déterminante, même dans une structure égalitaire comme l'Ouest. Cela se vérifie ici, et le catholicisme masculin correspond très précisément avec les bastions les plus fidèles de la droite : Léon, Vannetais, Choletais, et même le Vitréen. Le même constat s'impose pour la structure par âge, même si hélas, le nombre de départements étudiables se réduit. Cette structure, mesurée dans les années 1950, induit logiquement une perte naturelle de l'influence catholique dans les régions où elle s'appuie sur la population la plus âgée, et son maintien ailleurs. Dans les départements que nous pouvons étudier, les progrès de la gauche reposent avec précision sur les cantons où le catholicisme était vieillissant.

63Enfin, le croisement entre CSP et religion est tout aussi utile. Les messalisants sont plutôt les cadres et les patrons sur les littoraux, les marges parisiennes, et la Normandie (Calvados), révélant un cléricalisme non pas "populaire", mais lié avant tout à un indice de richesse. Les agriculteurs sont messalisants partout, mais peut-être plus qu'ailleurs en Mayenne. Les ouvriers ne sont eux messalisants que dans le Choletais, et à un moindre degré dans le Vannetais et le Léon. On trouve donc ici un catholicisme en opposition avec les systèmes idéologiques classiques (ouvrier-athée-gauche). Il existe alors au moins deux systèmes catholiques. Celui de l'Ouest, où le cléricalisme est puissant, s'appuie sur un fort taux de religion des hommes (assurant son poids politique), des jeunes (assurant son maintien démographique), et des classes défavorisées (permettant l'hermétisme à la gauche) ; ce système induit parallèlement un fort civisme, un refus des extrêmes, une forte natalité, un fort taux de femmes actives, une population jeune, de fortes densités rurales, un dynamisme économique mais de faibles migrations pendulaires et résidentielles, une assez bonne scolarisation, un fort taux de propriété, une forte propension à l'épargne, un fort taux d'équipement rural. Il s'agit là d'un système particulier, radicalement opposé au système normand, et déjà éloigné du système mayennais et sarthois.

LA STRUCTURE PROFESSIONNELLE

La Catégorie Socio-Professionnelle

64La catégorie socio-professionnelle représente, avec la religion, la seconde "variable lourde" de l'explication électorale, encore prégnante en 1997 selon les politologues (Boy, Mayer, 97). La CSP possède même plusieurs avantages sur la notion d'intégration religieuse. Au niveau sociologique, elle est pour l’individu le fruit d'un déterminisme social, et non pas un choix moral délibéré. Sur le plan géographique, les différentes catégories sont remarquablement différenciées spatialement. Sur le plan écologique, le taux de chaque CSP permet de postuler si un canton est urbain, rural, tertiaire, touristique, industriel... Sur le plan pratique, le découpage INSEE des CSP est ancien, puisqu'il date de 1954, régulier, même s'il varie entre 75 et 82, et assez pertinent, puisqu'il marie avec bonheur les notions de richesse, d'instruction, de prestige, d'autorité... La CSP s'impose comme une variable fonctionnelle, aussi bien géographiquement que sociologiquement, d'utilisation plus aisée que l'intégration religieuse.

65L'hypothèse explicative du vote par la structure professionnelle est ancienne, puisque les études de Seignobos et Siegfried y recourent déjà largement. Cette hypothèse suppose bien entendu un déterminisme économique, basé sur les théories marxistes de la lutte des classes. Des géographes (George, 47) ou des sociologues (Klatzmann, 56) ont contribué, par des études célèbres sur le monde ouvrier à institualiser cette théorie économiste, notamment dans le milieu urbain.

66Ce modèle longtemps reconnu, est néanmoins aujourd'hui discuté. Les ouvrages publiées sous l'égide du Cevipof mettent en avant le maintien de la pertinence explicative de la CSP (Ysmal, 90, Percheron et al, 90...) : "tous les travaux de Sociologie électorale, menés tant aux Etats-Unis qu'en France et en Grande-Bretagne, montrent qu'il existe une forte corrélation entre la situation professionnelle d'un individu et son vote" (Mayer, 84). Mais si le modèle fonctionne au niveau individuel, comme à l'échelle interne des grandes agglomérations (« France qui Vote »), il devient invisible, et même contradictoire, à l'échelon départemental au niveau national. On retrouve ici la fameuse polémique de Todd (83), confirmée d'ailleurs par les analyses de la « France qui vote ». Au delà de la volontaire provocation, Todd analyse finement ce "mythe de l'ouvrier de gauche" : "l'illusion repose sur une inversion du mécanisme de perception de la réalité économique. Sont perçues comme industrielles et ouvrières les régions qui votent communiste. On sait rarement en France que l'Isère, la Haute-Savoie, le Doubs, l'Eure, l'Aube sont des départements très industriels et ouvriers, parce que ces régions ne votent pas communiste. Dans la conscience collective, la perception économique dérive de la perception politique, et non l'inverse". De plus, depuis 1975, un indéniable processus de désindustrialisation, ou plutôt d'effondrement de la conscience ouvrière, s'est opéré par la chute de l'industrie traditionnelle (celle des pays noirs et des cités) et l'essor de la tertiarisation et d'une nouvelle industrie, sans nouvelles classes ouvrières. Si la marginalisation du monde rural explique la marginalisation des noyaux durs conservateurs, le déclin récent ouvrier explique, lui, celui du PC ; à l’inverse de ces deux courants, l'essor des classes moyennes s'apparente donc aux progrès du PS. Le même dilemme que pour la religion se pose alors. Le corps électoral évolue-t-il uniquement en suivant l'évolution économique, ou les partis vont ils conquérir d'autres classes socio-professionnelles hors de leur électorat traditionnel, faisant ainsi perdre une certaine pertinence à l'explication du vote par les CSP ? L’essor du Front-National a ainsi depuis quinze ans faussé les modèles classiques, devenant le “premier” parti politique choisi par les ouvriers (entre un quart et tiers des ouvriers votent FN). Ce “gaucho-lepennisme” brouille le lien entre salariés et gauche, certains politologues affirmant même que ce transfert est le signe d’un passage à droite du monde “ouvrier” (au sens large), en tous les cas des salariés du secteur privé.

67Par une analyse multivariée sur la Basse-Normandie, Buléon (87) montre que la CSP est la variable la plus pertinente (il ne recense pas la religion), et la seule rendant compte des mutations politiques : "les villes nord-américaines ont leur yuppies, l'Ouest français a ses "joeuqueurs". Les Jeunes Ouvriers Employés Urbains Qualifiés de Basse-Normandie constituent la population porteuse des changements de comportements électoraux qui sont décelables depuis bientôt deux décennies".

68La première corrélation que j'ai calculée pour cette étude fut celle entre total gauche (champ de force) et la population ouvrière (82), à priori l'une des plus évidentes (figure 41a). Le résultat du calcul sur les 515 cantons fut un piètre 0,2. Je me résignais alors, à regret, à me ranger aux côtés des critiques de Todd. Pourtant, poussant l'investigation plus loin, les corrélations régionales firent apparaître une corrélation indifférente pour les Pays de la Loire, négative pour la Bretagne, et très nettement positive pour les deux Normandie (corrélation supérieure à 0,7). Les corrélations départementales ne firent que renforcer les différentiations géographiques : pour les pays de la Loire, l'indifférence régionale est en fait la moyenne d'un rapport très opposé en Vendée entre ouvriers et gauche, et d'un rapport au contraire très positif pour la Mayenne et la Sarthe. Pour la Normandie, des corrélations départementales montrent que l'explication économique fonctionne partout de manière hégémonique (corrélation égale à 0,9 dans l'Eure). Les comparaisons visuelles, et le même calcul effectué sur le PC et le PS, ou à partir du taux d'agriculteurs, ne font que confirmer qu'il ne s'agit pas là d'un hasard statistique (figure 41 b et c).

69Les corrélations plus récentes (élection de 1995, CSP de 1990) confirment dans l’ensemble ces constats, mais ouvrent sur trois types de remarques (figure 41h). Tout d’abord, le lien global entre présence d’ouvriers et vote à gauche perd de sa signification, notamment en Normandie, Sarthe et Mayenne (corrélation maximum de 0,6), la montée du Front-National pouvant en partie expliquer cette évolution. Ensuite, les employés, et professions intermédiaires apparaissent aujourd’hui comme les professions les plus proches statistiquement de la gauche, ces corrélations positives dépassant le taux de 0,5 aussi bien dans les Pays de la Loire que la Basse-Normandie. Les cantons périurbains expliquent pour une large part ce lien positif, qui ne disparaît qu’en Bretagne bretonnante. En effet, ces corrélations récentes mettent également en évidence un renforcement de la particularité du modèle breton, Pille et Vilaine et le Morbihan se rapprochant des Pays de la Loire pendant que le Finistère et les Côtes d’Armor conservent leurs corrélations particulières.

70Le débat Todd/Cevipof n'est-il donc pas un faux débat ? De même, l'image classique d'un rapport ouvrier/gauche fonctionnant parfaitement au niveau individuel, encore repérable à l'échelle communale, et se trouvant ensuite "masqué" aux niveaux supérieurs d'observation, n'est-elle pas une illusion aberrante issue de l'absence d'interdisciplinarité ? Le modèle économique fonctionne en Normandie, et ne joue qu'un rôle secondaire dans "l'Ouest occidental". A l'inverse, cet Ouest occidental semble régi par un modèle religieux (et les valeurs qui s'y rattachent), celui-ci étant inopérant en Normandie. Attention, il ne s'agit toutefois pas d'un même système idéologique (celui de Michelat et Simon), opposant gauche-ouvrier-athée à droite-épargnante-rurale-catholique, mais bien de deux modèles distincts. Dans l'Ouest catholique, les cantons religieux et athées s'opposent, et le reste devient secondaire. En Normandie (et sans doute par extension, dans le bassin parisien), les cantons ruraux et ouvriers s'opposent, et le reste ne joue qu'un rôle marginal.

71Au contact de cet Ouest, l'hypothèse sociologique d'un seul système explicatif explose. Il est toutefois également inexact de prétendre qu'aucun système social ne peut coller aux mystères de la Géographie des votes. L'hypothèse de deux systèmes de positionnement politique pour cet Ouest semble largement opératoire, et rejoint directement les thèses de Siegfried, qui n'ont depuis jamais été reprises dans ce sens. Le système normand vote selon un intérêt matériel, le système occidental selon des valeurs morales, le premier s'intéresse finalement peu au débat politique, le second est civique et passionné, le premier est individualiste, le second communautaire et régionaliste, l'électeur normand modifie son vote en fonction de qui détient la légitimité du pouvoir, l'homme politique de l'Ouest occidental modifie son étiquette et son programme en fonction de l'évolution de son électorat... Ces deux mondes, auxquels il faudrait sûrement ajouter un système explicatif breton, perdent sans aucun doute petit à petit leur originalité. Mais leur rôle fût assurément immense, puisqu'ils sont encore identifiables à partir de données de 1990.

72Concernant les autres classes professionnelles face aux autres courants, la régionalisation est moins nette. Comme nous l'avons précédemment vu, la spatialisation urbaine limite, ou fausse, les corrélations, visuelles comme statistiques (les cadres supérieurs comme les ouvriers, sont surreprésentés dans les agglomérations, qui penchent plutôt à gauche...). De même, l'hypothétique lien entre l'abstention et les ouvriers est ici totalement invisible (figure 41 d).

Le statut professionnel

73Alors que longtemps, la CSP s'érigea comme le seul moyen d'aborder l'explication économique du vote, les sondages se penchent de plus en plus vers le statut professionnel du votant : est-il salarié, indépendant, au chômage, inactif ? S'il est salarié, l'est-il dans le secteur public ou privé ? Les recherches de N. Mayer (« la boutique contre la gauche », 86), ont largement contribué à revaloriser la notion d'indépendance sociale dans l'explication du vote, réactualisant ainsi une notion déjà au cœur du système siegfriedien (l'accession à la propriété, qui induit l'attachement à la liberté et l'inégalité) : "ce qui rapproche médecins et épiciers, chefs d'entreprise et exploitants agricoles, c'est la conscience d'avoir des intérêts distincts, voire contraires, de ceux des salariés, l'adhésion à des valeurs opposées" (Mayer, 84).

74L'Ouest des salariés se superpose cartographiquement avec l'Ouest des ouvriers. Les conclusions ne pourront donc être que similaires. Par contre, la carte des salariés du secteur public est plus originale (figure 40b). La présence de fonctionnaires semble partout liée au vote à gauche. Nombreux en Normandie et dans les pays proches de la capitale, ces salariés du secteur public possèdent un logique vote libertaire, lié à la sécurité économique de leur emploi. A l'Ouest, c'est peut-être dans l'absence de fonctionnaires qu'est la clé du vote. Les salariés du secteur public sont moins nombreux dans toutes les terres les plus à droite : Choletais, Vitréen, Vannetais...La volonté d'isolement, de développement autonome et autarcique, impose bien entendu la réduction du rôle des fonctionnaires, et le catholicisme induit la réduction du pouvoir de ces cadres, laïques par devoir, de l'instituteur au préfet. Cette explication du vote à gauche des fonctionnaires, s'appuie donc à l'Ouest sur l'esprit chouan, et en Normandie sur l'intérêt matériel. Ceci explique qu'elle soit pertinente pour les deux systèmes politiques.

75Les corrélations montrent que partout, sauf en Bretagne, le chômage tend à faire monter le score de la gauche (figure 41f). Il s'agit là d'un fait bien connu auquel l'Ouest ne peut échapper, même si Bon et Cheylan modèrent cette relation au niveau de la France "les liaisons avec le vote communiste ne sont pas absentes, mais très subtiles à ce niveau de mesure". Le dynamisme économique semble donc le meilleur échappatoire pour la droite face à la montée de la gauche. Les relativement faibles taux de chômage en 82 du Choletais et surtout de la campagne de Vitré y sont incontestablement des instruments importants du maintien de la droite. Entre Argentré du Plessis, canton breton le plus à droite et Callac, le plus à gauche, la différence essentielle est aujourd'hui économique : "Richesse, pauvreté ! Si l'on devait définir Argentré du Plessis et Callac, pourrait-on les réduire à ces seuls mots ? Argentré du Plessis, aux potentiels naturels et humains favorables à l'essor d'une économie diversifiée, fait vraiment figure de canton dynamique à l'encontre de Callac, à la désertification interne, marqué par la chute démographique, une situation industrielle catastrophique, un tissu urbain peu étoffé..." (Lemaitre, 90). Il est également possible, pour la droite, de maintenir des faibles taux de chômage ruraux en tentant justement de protéger, voire de renforcer la ruralité du canton. Mais le dépeuplement rural qui s'ensuit ne préserve l'illusion d'un maintien de la droite que chez les géographes utilisant des cartes par plages, et accentue au contraire les pertes de la droite en nombre brut de voix.

L'évolution économique

76Incontestablement, l'évolution industrielle s'est faite dans l'Ouest le plus occidental. Il s'agissait certes ici en partie, de l'Ouest le plus rural, et en cela, il ne s'agit que d'un rattrapage ; mais plus que sur l'Ouest rural, les progrès de l'entreprise se superposent avant tout sur l'Ouest catholique, jeune, propriétaire (épargnant), et de droite. Ce développement va donc de pair avec un certain dynamisme, rappelant largement les forts taux d'équipement et d'instruction. On retrouve ici un nouvel aspect du développement endogène de l'Ouest catholique, misant sur un développement économique interne pour devancer un développement externe inéluctable ou une fuite des populations. Le principal effet de cette politique est que le lien entre l'évolution de la gauche et l'évolution ouvrière est bien moins massif que l'on ne pouvait s'y attendre (figure 40g). Au contraire, il ne semble fonctionner qu'autour de Rennes et Nantes (fait confirmé par les corrélations de la Loire-Atlantique et de l'Ille et Vilaine, qui sont de loin les plus fortes). L'étalement géographique de la couronne périurbaine de ces deux métropoles a permis de faire "exploser" les sociétés rurales préexistantes. Ailleurs, malgré l'industrialisation, les sociétés rurales se sont maintenues, en subissant certes d'extraordinaires mutations de tout ordre, mais sans que les valeurs originelles soient remises en cause, en devenant minoritaires parmi la population.

77Le processus de rattrapage économique existe et fonctionne, mais il est parfaitement connu et ce n'est pas mon but de le développer ici. Il est néanmoins indéniable que le développement industriel et tertiaire récent de l'Ouest occidental ne s'accompagne pas d'un comparable développement de la gauche. Le système religieux, de vote selon des valeurs morales, explique cette inadéquation de l'explication économique classique. Mais l'influence de ce système religieux ne peut se maintenir que si les électeurs n'éprouvent pas le besoin de voter selon leur intérêt économique, et donc uniquement s'il existe une certaine forme de prospérité et de dynamisme, économique, social et culturel.

L'action syndicale

78L’action syndicale est une variable explicative particulière du vote, au regard des autres indicateurs économiques, elle est largement liée par ses valeurs à la proximité partisane. Néanmoins, l'observation de l'action syndicale dans l'Ouest est utile car elle confirme les hypothèses précédentes. La CFTC, et surtout de la CFDT y est partout surreprésentée. Mais surtout, sa localisation renvoie presque exactement à celle de la droite, le lien se vérifiant un peu moins en Basse Normandie (figure 41j). La CGT est réduite à un rôle secondaire, et ne devance sa rivale que dans le Trégor. Ce phénomène unique en France illustre et explique comment et pourquoi l'industrialisation n'a que peu de rapport avec le vote de gauche. Quelques extraits de "Vendée CFTC", entre 74 et 76, se passent de commentaires : "La crise actuelle n'est pas d'abord économique, financière ou monétaire, mais culturelle, morale et spirituelle"(...)"La CFTC souhaite que partout, dans les écoles, dans la rue, dans la presse, à la radio, à la télévision, soit entreprise une grande campagne de restauration des valeurs familiales dans l'opinion publique : il y va de l'avenir de notre pays"(...) "Les jeunes générations n'ont plus tendance à considérer le travail comme indispensable et ne voient dans cette "servitude" qu'une occasion de gagner de l'argent pour s'acheter ce qui leur fait envie. Peu songent à l'économie, cette vertu nécessaire pour s'établir dans la vie et fonder un foyer. Dès l'école, une nouvelle mentalité les conditionne, car il n'est plus question, ou très rarement, de sanctions et de récompenses. La disparition des cours de morale entre pour beaucoup dans la formation de cette nouvelle mentalité. Résultat : plus question d'amour du travail bien fait ni de satisfaction du devoir accompli. On ne va plus au travail, on va bosser". Cet extrait d'un discours fait au congrès de Pouzaugues le premier mai 76, visant à expliquer le chômage, montre le retournement d'un état de fait défavorable à la droite (chômage), pour valoriser l'ensemble des valeurs prônées par ce système, et que nous avons tenté de déceler parmi les différentes variables étudiées : respect de famille, importance de la constitution d'un patrimoine, respect de la hiérarchie et de l'ordre social dès l'école, vertu chrétienne, sens du devoir, dépassement de soi au nom d'une morale supérieure.

79La spécialité de l'Ouest fut également pendant longtemps les "syndicats maisons", (Citroën, à Caen et surtout Rennes). Pour la Basse-Normandie, une étude précise de Buléon sur les élections prud'homales (86) montre que la CGT y devance presque partout la CFDT, mais est pourtant loin d'y atteindre son niveau national. Le syndicalisme chrétien, ou modéré, contribue sans doute à faire passer une partie de l'électorat, dans le sillage du parcours de certains hommes politiques, de la droite vers la gauche. Mais avant tout, il est l'un des premiers garants du maintien de la droite.

LES TROIS SYSTEMES EXPLICATIFS DE L’OUEST

80Afin d'ordonner les différentes variables étudiées précédemment, qui, on l'a vu, se recoupent fréquemment en systèmes, régionaux ou non, une analyse multivariée s'imposait. L'analyse en composantes principales m'a semblé la plus adaptée. Pour des raisons techniques, elle ne portera pas sur les cantons, mais les circonscriptions (77 zones dans l'Ouest). Serons successivement traités une ACP strictement politique, une ACP strictement sociale. En fonction des résultats, 50 variables sociopolitiques seront sélectionnées pour calculer une dernière ACP.

Synthèse multivariée politique

81Le nombre important de variables permettait d'inclure dans l'ACP un panorama électoral assez complet : plusieurs indices moyens par courant, évolutions moyennes, non votants, élections particulières. Les trois premiers axes se détachent clairement.

82Le premier explique 35 % de l'information. Il peut incontestablement être qualifié d'axe "gauche-droite". La carte tracée selon les coordonnées de l'axe 1 dessine exactement l'Ouest de droite (figure 42a).

83Le deuxième axe explique 10,5 % de l'information. Beaucoup plus délicat à caractériser, je le baptiserais axe "notabilitaire". En effet, il semble impossible de discerner une organisation spatiale de cet axe (figure 42b). En fait, les variables les plus liées à cet axe semblent être les effets notabilitaires pour la droite gaulliste (simplement calculés par la différence entre le score moyen du courant aux législatives, et le score moyen aux présidentielles), opposés aux effets notabilitaires pour la droite modérée. Cet axe explique donc avant tout le résultat des scrutins législatifs, qui sont en premier lieu marqués par les résultats de la droite.

84Le troisième axe, qui explique 10 % de l'information, est spatialement centré sur la Bretagne (figure 42c). Cet axe "breton" pourrait également être appelé axe centriste et civique. Il isole en effet clairement les circonscriptions les plus centristes, où la droite traditionnelle est bien implantée Les trois axes permettent donc de synthétiser les principaux critères de localisation électorale dans l'Ouest : la dimension gauche-droite, au sein de la droite le courant laïc et le courant catholique, et plus ponctuellement les aspects notabilitaires.

Synthèse multivariée sociale

85Le premier axe qui ressort des 50 variables sociales explique 37 % de l'information. Il est très clairement un axe industrie/ruralité. Il oppose sur la carte toutes les circonscriptions urbaines et ouvrières, aux plus rurales (figure 43a).

86Le second axe explique encore 13,4 % de l'information et apparaît géographiquement très clairement réparti. Incontestablement, il oppose l'Ouest à l'Est, un système normand à un système occidental (figure 43b). Les oppositions sur cet axe "religieux est-ouest" présentent une réelle similarité avec les oppositions géographiques sur la carte : Brest et Lesneven se situent aux antipodes de Neufchâtel et Yvetot.

Figure 42. ACP politique

Figure 42. ACP politique

Figure 43. ACP sociale

Figure 43. ACP sociale

87L'axe 2 n'intègre que modérément le Choletais au système social occidental. Ce pays s'en rapproche par la religion et le logement, mais l'industrialisation en fait un cas trop particulier, qui ne rentre pas dans le schéma social classique de l'Ouest. Notons que les cantons "bourgeois" de l'Est se rapproche du modèle occidental (Rouen-Boos).

88Le troisième axe n'explique plus que 7,6 % de l'information. Il est néanmoins très nettement spatialisé : distinguant l'ensemble Mauges-Choletais-Vendée de l'Argoat et du bocage Normandie-Maine (figure 43c). Sur l'axe, Avranches et Alençon s'opposent aux Herbiers et à Cholet. Le qualificatif le plus juste pour cet axe semble être "pauvreté/dynamisme" :

89Il s'agit donc là d'un axe concernant en premier lieu le dynamisme démographique, mais également, même si les variables l'indiquent moins clairement, le dynamisme économique. Pour les circonscriptions rurales, l'axe 3 met surtout en évidence les zones les plus enclavées, vieillissantes, qui se dépeuplent, face aux espaces ruraux plus dynamiques car plus industriels ou tertiaires. La religion joue donc ici un rôle secondaire.

90Au total, il existe donc trois critères de spatialisation sociale : urbain/rural, catholique (occidental)/laïc (oriental), dynamique/vieillissant. Le premier critère différencie villes et campagnes, et isole la Haute-Normandie, ouvrière dans son ensemble. Les deux critères suivants incitent à une typologie grossière : une opposition Ouest/Est pour l'axe catholique, une opposition Sud/Nord pour l'axe du dynamisme. Le Nord/Est est donc laïc et peu dynamique (Basse-Normandie et surtout Orne et Haut-Maine), le Sud/Est est laïc et plutôt dynamique (Val de Loir, Saumurais), le Nord/Ouest est catholique et vieillissant (Bretagne, et surtout Argoat), le Sud-Ouest est catholique et dynamique (Choletais, Vendée, Pays nantais, Golfe du Morbihan...). Bien sur, il ne s'agit que de dynamiques générales, soumises à de multiples exceptions locales (Léon, plaine poitevine...).

Synthèse multivariée socio-électorale

9127 variables politiques, et 23 variables sociales, choisies pour être les moins redondantes possibles, furent conservées pour l'ACP visant à synthétiser les deux précédentes. Les trois premiers axes se détachent nettement des autres, expliquant au total 60 % de l'information.

92Le premier en explique 31 %. Il représente ce que je baptiserais le "système idéologique français", associant la densité industrielle et urbaine au vote à gauche, et le taux de ruralité au vote à droite. Si ce système explicatif est majoritaire dans l'Ouest, il est loin de faire l'unanimité, puisqu'il ne représente qu'un tiers de l'explication. La carte oppose donc la dorsale de droite aux bastions industriels de gauche : basse-Seine, le Mans, basse-Loire, Lorient (figure 44a). La différence avec les cartes "gauche-droite" classiques repose donc sur l'absence du noyau de gauche du Trégor, indifférent à ce modèle explicatif français.

Figure 44. ACP socio-politique : les 3 systèmes explicatifs

Figure 44. ACP socio-politique : les 3 systèmes explicatifs

93Le second axe explique 15,1 % de l'information. Incontestablement, sa Géographie permet de le qualifier de "système idéologique breton" (figure 44b). Centré sur le Trégor et les Côtes d'Armor, il décroît au fur et à mesure qu'on s'éloigne de la Bretagne. La plupart des composantes de la "troisième France" sont présentes, si l'on transpose le phénomène du milieu urbain vers le milieu rural. Les variables politiques ne sont presque jamais significatives. En fait, si le système breton penche à gauche, l'indécision reste reine. Cet étrange système est né du voisinage houleux entre mairies PC et écoles catholiques, mais survit désormais par le rapprochement des deux dans le socialisme. Si le très fort civisme en est la caractéristique politique la plus marquée, le vieillissement en est la structure démographique, la ruralité et la pauvreté en sont la caractéristique économique.

94Le troisième axe oppose l'Ouest à l'Est selon la ligne, désormais connue, Pontorson-Saumur (figure 44c). Il est a priori curieux que ce "système idéologique occidental", qui explique 11,5 % de l'information, ne s'isole dans l'ACP qu'après le système breton, qui concerne pourtant apparemment une population moins importante. Cela peut sans doute s'expliquer par le fait que ce système, même s'il concerne directement une grande partie de l'Ouest, s'oppose moins directement au système français que le système breton : un certain nombre de circonscriptions semblent être concernées par les deux systèmes idéologiques français et occidental, soit par ce qu'elles sont à la fois très à l'Ouest et très urbaines (Brest, Lorient, La Roche...), soit parce qu'elles sont à la fois très rurales et très "normandes" : Avranches, Vire, Alençon, et même Mayenne. Ce modèle occidental apparaît néanmoins organisé autour de trois pôles, totalement indépendants du système français : le Choletais, le Vannetais, le Léon.

95Il est néanmoins remarquable que l'ACP socio-politique reproduise, avec une grande fidélité géographique, les trois systèmes qui semblaient émerger par hypothèse des chapitres précédents. Ces systèmes idéologiques explicatifs, différents selon les régions, semblent donc réels, au moins par rapport aux variables utilisées ici. Ces trois systèmes, oubliés depuis Siegfried, puisqu'aucune étude globale de l'Ouest ne fut tentée, étaient néanmoins déjà à la base de l'interprétation de Siegfried, qui écrivait, en devin : "La Normandie n'est que conservatrice. La Bretagne, au fond démocratique, évolue et évoluera. Ce sont les provinces de l'Ouest intérieur qui constituent en France, la forteresse ultime de l'esprit contrerévolutionnaire".

96Les autres axes de cette ACP socio-politique, même si leur taux d'explication se montre bien plus faible que les trois premiers, sont également intéressants, et se laissent assez facilement interpréter. L'axe 4, se base avant tout sur la structure par âge, et parallèlement, culturelle. L'explication de l'incivisme en est la principale conséquence. Le cinquième axe définit les grandes mutations liées aux forces nouvelles : montée du Front-National, de l'écologisme, transformation de la droite gaulliste... Le sixième axe renvoie directement aux phénomènes de notabilité, opposant les deux droites.

97L'existence dans le comportement politique de telles frontières invisibles, insondables et inconscientes, peut surprendre. Pourtant, si l'on y réfléchit, elles ne sont pas plus surprenantes que les indéniables frontières électorales entre régions, qui se reforment et se superposent exactement après chaque nouveau scrutin, sans que personne ne soit conscient d'avoir voté en fonction d'elles. Le chercheur en Géographie électorale constate donc avec étonnement et méfiance scientifique ces frontières culturelles récurrentes, comme par exemple J. Renard (93) à propos de Maastricht : “curieusement, mais ce n’est sans doute qu’une coïncidence, la frontière du vote majoritaire en faveur du “oui” va au delà de la Bretagne proprement dite et englobe les vieilles marches séparantes du Moyen Age et de la guerre de cent ans !” On peut observer avec certitude un certain processus d'homogénéisation des comportements locaux, et donc une pertinence grandissante de ces variables détectées nationalement par sondage. Cette étude n'observe-t-elle pas des phénomènes en voie de disparition ? Face à ce discours souvent entendu, c'est à l'inverse, plutôt la lenteur de ce processus qui peut surprendre, au regard des mutations culturelles des quarante dernières années. L'Ouest est encore bien siegfriedien en 1998. A la vue des changements techniques et culturels auxquels il a survécu depuis 1913, on se demande bien ce qu'il peut encore lui arriver, et si au contraire, le processus d'homogénéisation ne va pas doucement se réduire jusqu'à s'arrêter. Les grandes révolutions des communications semblent pour un avenir proche, davantage derrière nous que devant, alors que l'on assiste à un retour à la tradition locale et régionale, au patrimoine culturel et à la commémoration du passé, dans le cadre de politiques de plus en plus décentralisées. Quant aux mutations récentes des courants, rien ne prouve qu'elles tendent à réduire les effets locaux. Le dernier courant ayant émergé, le Front-National, est sans doute actuellement le plus “géographique”, dans le sens où il est celui pour qui les phénomènes de diffusions spatiales et d'entraînements locaux jouent le plus.

Table des illustrations

Titre Figure 30
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11541/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Titre Figure 31
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11541/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Titre Figure 32
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11541/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Titre Figure 33
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11541/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Figure 34
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11541/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Figure 35
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11541/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Titre Figure 36
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11541/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Figure 37
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11541/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Figure 38
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11541/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Figure 39
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11541/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Titre Figure 40
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11541/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Figure 41
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11541/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
Titre Figure 42. ACP politique
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11541/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Figure 43. ACP sociale
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11541/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Figure 44. ACP socio-politique : les 3 systèmes explicatifs
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11541/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 118k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search