Version classiqueVersion mobile

Éléments de géographie électorale

 | 
Michel Bussi

Partie II : L'Ouest : laboratoire politique de la France

Chapitre quatre. Territoires électoraux

Texte intégral

"Frédéric Bon et Jean-Paul Cheylan donnent leurs "preuves" : leurs commentaires sont en regard des cartes, et peuvent être admis, ou critiqués, sur pièces ; il n'est pas exclu que d'autres experts en tirent autre chose, puisque le matériau est disponible. C'est prendre ses risques, en jouant la clarté. Chacun pourra exercer sa sagacité politique et son sens géographique, et se faire quelques idées sur des problèmes locaux ou sur de grandes tendances nationales".
R. Brunet, (1988), Préface de « La France qui vote ».

1La conjoncture particulière de chaque élection, les flux et reflux politiques masquent pour un territoire les permanences électorales et les évolutions à long terme. Seule une analyse qui s’inscrit dans la durée permet d’échapper aux “pseudos séismes socio-politiques” qui caractérisent selon les médias chaque scrutin. Les “atlas électoraux” présentent généralement de simples cartes illustrant les résultats ou les évolutions “brutes”. Nous tenterons de montrer qu’il existe plusieurs autres méthodes pour appréhender un “paysage politique” dans le temps (ici quarante ans et 17 scrutins).

LES CHAMPS DE FORCE

2L'indice le plus simple pour observer les forces et faiblesses d’un parti est la cartographie de son score moyen dans chaque canton. Bon et Cheylan (« La France qui Vote », 88), proposent le calcul "expérimental" d'un champ de force, ou "champ géographique". Ce calcul repose, en fait, sur une Analyse en Composantes Principales, construite pour chaque parti, en intégrant en caractères chacun des scrutins étudiés. L'axe 1 de l'ACP indique alors la "force" de ce parti dans chaque canton. Cet axe n'est représentatif, bien sûr, que si la variance qu'il explique est importante, et donc s'il existe une forte stabilité spatiale entre les scrutins. Dans le cas de l'Ouest, la technique des champs de forces semble cohérente, puisque pour chaque parti, les cartes des valeurs de chaque canton selon l'axe 1 sont rigoureusement les mêmes que les cartes des scores moyens. L'utilisation des champs de force est donc bien adaptée à l'analyse politique, mais n'est pas pour autant une technique "miracle" et révolutionnaire (comme « La France qui vote » le laisse un peu supposer), puisque sa cartographie ne révèle rien de plus que celle des taux moyens de vote. La technique des "champs de force" présente néanmoins plusieurs avantages, notamment dans la vérification et dans l'analyse des résultats. Le principal intérêt est de pouvoir connaître la pertinence ou non de cette carte, c'est à dire de savoir s'il y a eu, ou non, une stabilité spatiale (la variance expliquée de chaque axe le révèle). De même, les corrélations entre chaque variable (chaque scrutin) et le premier axe de l'ACP, permettent de savoir précisément quels scrutins se rapprochent de la distribution spatiale du "champ de force", et quels scrutins, au contraire, s'en éloignent, en présentant des particularités spatiales. Enfin, l'analyse des autres axes permet souvent de cartographier l'évolution des fluctuations spatiales.

Les courants politiques

Le courant communiste

3L'axe des champs de force explique à lui seul 84 % de l'information pour l'Ouest, par canton (figure 16a). Il est ainsi de loin le parti le plus stable spatialement. Ceci confirme les observations de Cheylan et Bon (93 % d'explication pour la France par département). Cette stabilité est d'autant plus curieuse que les scores du PCF s'effondrent partout dans l'Ouest, passant de 14 % (législatives 67) à 5,3 % (législatives 93). Toutes les élections sont très corrélées avec l'axe 1, entre 0,88 et 0,97, l’électorat de Hue en 1995 n’étant en rien spatialement différent de celui des autres candidats communistes à la présidence depuis 1965. A l’Ouest comme en France, le parti communiste se caractérise par deux implantations radicalement différentes : en zone rurale dans le Trégor, fief étendu et fidèle (il possède de nouveau un député communiste en 1997), en zone urbaine en basse-Seine et dans une moindre mesure autour du Mans.

Les courants socialistes

4L'axe des champs de force (figure 16b) explique 58 % de l'information, (60 % en France, selon Bon et Cheylan). La stabilité spatiale est donc bien plus faible que pour le PCF, mais il vrai que le PS triple en trente ans son total de voix dans l'Ouest, passant de 10 % (62) à 36 % (législatives 88), pour chuter ensuite en 93 et 95 de 10 points. La candidature de Deferre en 69, qui ne rassembla que 3,7 % des voix dans l'Ouest, est néanmoins bien assimilable au courant socialiste, puisque la corrélation de ce scrutin avec l'axe 1, est sensiblement la même que celle des autres élections. La carte des champs de force semble plus proche des consultations récentes que de celles antérieures à 1973. En effet, de 74 à 97, les corrélations élections/axe 1 oscillent entre 0,80 et 0,90, alors qu'elles se situent dans une fourchette 0,5/0,6 de 1958 à 1969. Nous tenons bien là une confirmation de l'existence d'une transformation de l'électorat socialiste après Epinay en 1971, ou du moins de ses conséquences spatiales dans l'Ouest. Le reflux conjoncturel de 1993 n’a en rien remis en cause cette longue évolution. Géographiquement, il est assez difficile de faire ressortir une organisation, puisque les pays traditionnellement socialistes se mêlent avec les nombreuses villes moyennes. Néanmoins, comme pour le communisme, la basse-Seine élargie et la Bretagne Nord et centrale sont les bastions les plus étendus.

Les droites traditionnelles

5Ce courant, caractérisé par les trois adjectifs de conservateur, modéré et catholique, est le plus spécifique et le plus sur-représenté à l'Ouest, hier avec le MRP, aujourd'hui par le CDS, partis qui puisèrent toujours à l'Ouest la plupart de leur leaders nationaux (figure 17a). Dans l'Ouest, l'axe 1 explique 38 % de l'information (contre 52 % en France). Cette forte dispersion spatiale semble en partie liée aux scores très variables lors des législatives (valse des étiquettes, candidatures uniques ou non...). Calculé uniquement à partir des cinq présidentielles, le taux d'explication monte à 55 %. Ce taux d'explication n'est néanmoins pas très élevé, compte tenu du faible nombre d'élections pris en compte dans l'ACP, et de la stabilité que l'on pourrait attendre d'un scrutin national. L'espace des droites traditionnelles apparaît donc comme un espace notabilitaire, aux législatives comme aux présidentielles. Pourtant, si les électorats Lecanuet ou Poher semblent différents, l’électorat Balladur est par contre très proche de ce champ de force (corrélation de 0,84), et notamment de l’électorat Barre en 1988. Ceci démontre que Balladur représentait aux yeux des électeurs, tout autant que les précédents candidats UDF, les valeurs de ce courant. Géographiquement, la carte des champs de force isole clairement la dorsale de droite, de Valognes à la Vendée, à laquelle on peut ajouter le Vannetais et le Léon.

Les droites gaullistes

6Bon et Cheylan constatent qu'en France, l'électorat gaulliste est le moins stable spatialement. Ceci est moins vrai dans l'Ouest (figure 17b). L'axe 1 explique 39 % de l'information (contre 39,8 % en France), pour l'étude de 16 scrutins (sans 1986), l’amplitude des scores allant de 50 % des voix à l'Ouest (1965) à 15 % (1974). Calculée sur les seules présidentielles, l'explication monte à 73 %. C'est donc avant tout une plus grande stabilité du vote pour les candidats gaullistes lors des présidentielles qui rend cet électorat moins fluctuant que son vis à vis de droite. Les corrélations au premier axe font clairement apparaître deux électorats, avant et après 74. Le champ de force est plus corrélé à la droite du Général de Gaulle (environ à 0,70), le coefficient tombant entre 0,6 et 0,5 après 74. Seul l'électorat gaulliste de 1958 apparaît très différent.

7La carte du champ de force aux présidentielles est semblable à celle de la droite traditionnelle, alors que celle calculée sur l'ensemble des scrutins est le négatif du même calcul, pour la droite traditionnelle. Lors des présidentielles, une partie de l'électorat de droite semble donc se décider, non pas en fonction d'une position droite traditionnelle/droite gaulliste, mais en fonction du candidat théoriquement favori, c'est à dire successivement De Gaulle, Pompidou, Giscard (deux fois), Chirac (deux fois). Ce constat est néanmoins davantage valable pour la période “De Gaulle” (qui a su conquérir des voix modérées) que pour la période “Chirac”. Quant aux législatives, l'électeur de droite choisit sans doute également le candidat le mieux placé, et si le favori passe d'une droite à l'autre, la circonscription, dans bien des cas suivra ce basculement, passant sans cas de conscience, d'un unanimisme à l'autre. La radicalisation du discours de Madelin ou de de Villiers, à l’origine leaders de la droite “modérée”, n’a guère eu d’influences sur leur hégémonie locale.

Les extrêmes droites

8Curieusement, alors que l'Ouest s'affiche comme l'une des régions françaises les plus hostiles à l'extrême droite, les trois principaux leaders de ce courant y possèdent des attaches préférentielles : Dorgères, Poujade, Le Pen...

9Calculé sur l'ensemble des scrutins, le champ de force permet d'expliquer 27 % de l'information (contre 57 % en France), mais ce courant passe de 0,2 % lors des législatives à 11,8 en 1995. Cet axe n'explique en fait que les six derniers scrutins de 86 à 97, puisqu'il est corrélé à 0,90 avec les six cartes du Front-National. L'électorat de Tixier-Vignancourt s'en rapproche de manière très floue (0,40), alors que les résultats lors des législatives vont parfois jusqu'à être corrélés négativement avec cet axe. Le champ de force du Front-National, calculé sur les six élections de 86 et 97, permet alors d'expliquer 79 % de l'information (figure 18a). Géographiquement, la forte implantation du front national sur les marges parisiennes et sur le littoral atlantique s’oppose à la résistance de l’Ouest intérieur le plus marqué politiquement, à droite comme à gauche.

Le rapport gauche/droite

10Clivage respecté pendant toute la cinquième République, indice symbolique et synthétique, la notion gauche/droite fut largement discutée à la fin des années 80 (« l'électeur en question », 90). Les géographes eux mêmes, à partir de différentes ACP sur les candidats aux présidentielles en France, constatent que l’axe 1 n’explique plus le clivage gauche-droite mais les partis “protestataires” (Dupérier, 94, Baron Emsellem, 95). Pourtant, Michelat (90), note que 67 % des français pensent que les notions de droite et de gauche ne veulent plus rien dire, mais 68 % des français, pour le même sondage, se situent à droite ou à gauche, 28 % au centre, et 3 % seulement refusent de se situer sur cette dimension. Cet autoclassement correspond généralement au vote des sondés. Michelat en conclut donc que " la perte de prégnance de la notion de gauche et de droite concernerait alors plus l'offre que la demande politique". Les présidentielles de 1995 puis les législatives de 1997 lui donnent raison : “98 % des électeurs acceptent de se situer sur l’échelle classique de la SOFRES (...) Selon qu’ils se situent à droite ou à gauche, ils n’ont pas les mêmes valeurs, ils ne font pas les mêmes choix électoraux” (Mayer, 97).

11Le score du total gauche, pour l'Ouest, passe de 24 % en 62 à 51 % en mai 88 (mais retombe à 43 % en juin 88 puis 44 % en 95). L'axe 1 du champ de force explique 81 % de l'information (le taux de ce champ de force, bien que calculé pour la France, n'est pas cité par Bon et Cheylan). Ce total se montre remarquablement stable, puisque toutes les élections sont corrélées à plus de 0,90 (hormis 69), le scrutin le plus proche de l'axe étant celui de 74 (0,96). Les élections récentes, légèrement moins corrélées, semblent annoncer un relatif déplacement de l'électorat depuis 1988. Entre la carte du champ de force et celle du vote Jospin en 1995 (figure 19 a et b), les différences correspondent aux espaces “périurbains” ayant connu les mutations de populations les plus importantes : périphérie de Rennes et de Brest nord, périphérie Nord de Nantes-Saint-Nazaire (progrès de la gauche), Sud de l’Eure (recul de la gauche).

12La spatialisation du total gauche/droite nous offre des localisations très marquées et régulières qu'il est possible d'ordonner. Les cantons de droite se localisent selon une dorsale Nord-Sud : de Valognes à la Châtaigneraie, en passant par Coutances, le Bocage normand, Vitré, le Craonnais, le Segréen, Ancenis, le Choletais. En dehors de cette dorsale, seuls le Vannetais, le Léon, et dans une moindre mesure le pays de Pail, s'isolent. Les noyaux de gauche se répartissent eux autour de cette dorsale. A chaque extrémité, deux ensembles limitent l’axe de droite : Cherbourg au Nord, Fontenay le Comte au Sud. Deux blocs urbain à l'Ouest et deux blocs urbains à l'Est complètent cette première ceinture : Rennes et Nantes-Saint-Nazaire d'une part, Caen et Le Mans d'autre part. Enfin, les deux aires de gauche les plus étendues sont également les plus éloignées de la dorsale conservatrice : la Bretagne bretonnante (mis à part le Léon), et la Haute-Normandie.

13La situation n'est donc pas très différente de celle que nous décrivait Siegfried. L'étalement des périphéries urbaines a simplement contribué à isoler plus nettement aujourd'hui qu'en 1913 l'axe Nord-Sud, le plus "intérieur", le plus rural, et le plus à droite. Le seul véritable changement concerne les Côtes d'Armor, passées de la droite à la gauche. A ce propos, il est légitime de se demander si Siegfried n'y a pas sous estimé en 1913 le poids de la gauche, qui selon d'autres sources, y apparaissait déjà assez active à cette époque (Seignobos, Goguel...).

Les électeurs cachés

Les non-votants

14"L'abstentionnisme électoral est l'un des domaines les plus étudiés de la Science politique : la qualité des données, l'ancienneté et le nombre des analyses, la variété des méthodes, la richesse des interprétations, tout indique une approche scientifique privilégiée" (Toinet, Subileau, 84). A l'image de l'école américaine, préoccupée par l'abstention massive et régulière aux Etats-Unis, les politologues se sont penchés très tôt sur la non-participation, la maître livre demeurant celui de Lancelot (69). Le sentiment récent d'une dépolitisation du débat national, par le retour en force de la non participation ou la perte de crédibilité des parlementaires a remis le thème au goût du jour, même si cette perte d'intérêt pour le politique doit être largement relativisée (Ranger, 90). De même, les récentes théories faisant de l'électeur un stratège individualiste, fondent avant tout leur démonstration sur la "rentabilité" d'une participation à un vote.

15Il est une idée tenace que la non participation soit un phénomène individuel, conjoncturel, et non géographique. Lancelot (69) distingue trois formes d'abstention :

  • Les circonstances individuelles : l'électeur ne peut, pour des raisons matérielles, aller voter, même s'il le désire.

  • Les circonstances sociales : intégration ou non dans la société.

  • Les circonstances politiques : l'abstention est un choix politique délibéré, face à un scrutin plus ou moins serré, ou un scrutin présentant plus ou moins d'intérêt. Si les deux premières circonstances concernent un effectif fixe, celui de la troisième est fluctuant selon les conjonctures.

16Par les nombreuses enquêtes sur la non-participation dans les bureaux de votes parisiens, si l'on connaît tout sur l'abstention des jeunes, des chômeurs, des femmes, le rôle de l'espace et des comportements locaux n'est jamais évoqué, hormis pour dire que l'on vote moins dans les grandes villes, dans les montagnes, et quand il neige... En 88, « la France qui vote » lèvera quelque peu le voile sur cette Géographie des non-votants. Trois formes d'incivisme électoral doivent être distinguées. La non-inscription sur les listes électorales (degré zéro de la participation), l'abstention le jour du scrutin, le vote blanc ou nul.

La non-inscription

17Contrairement à l'abstention, et pour des raisons techniques, la non-inscription est un phénomène méconnu et peu étudié. Seuls quelques articles, au sein de la Revue Française de Science Politique par exemple, évoquent ce phénomène (Denni et Bon, 78, Brechon et Cautrès, 86, Subileau et Toinet, 78). Une approche précise ne peut s’effectuer que par sondage. L'approche écologique, elle, ne permet qu'une approximation, entre le nombre d'inscrits sur les listes, et la population recensée pour cette zone, à la date la plus proche du scrutin. Cette population totale recensée, à laquelle on retranche les moins de 18 ans et les étrangers, constitue la population électorale potentielle (on considère comme marginaux les citoyens démis de leurs droits civiques). Cette approximation ne peut donc s'opérer que pour des élections proches dans le temps des recensements INSEE, et est soumise au fort taux d'inexactitude des listes électorales (8 % selon Lancelot, liés à la non-radiation sur les listes de personnes décédées ou ayant déménagé). Ceci explique qu'il soit difficile de chiffrer le taux exact de non-inscription en France, qui tournerait entre 11,5 % (Morin, 83) et 8 % (OIP, 85). De plus, on ne vote pas forcément où l'on habite. Les électeurs retournant voter "au pays", ou les migrants oubliant volontairement de se faire inscrire dans leur commune d'arrivée pour garder des attaches avec l'ancienne, haussent les taux d'inscriptions, qui dépassent dans certaines communes les 100 %.

18La « France qui vote » calcule le taux d'inscription uniquement au recensement de 1982. Elle dévoile ainsi pour l'Ouest un fort taux d'inscription pour les trois départements péninsulaires de la Bretagne, et un taux d'inscription très moyen ailleurs. Pour l'Ouest les taux d'inscription pour les élections de 62 et 81 (législatives) ont été calculés à partir des recensements de 1962 et 1982. Le champ de force représente alors la moyenne entre les deux taux d'inscription, chacun étant corrélé à 0,82 (figure 20a).

19La carte isole nettement une Bretagne bretonnante très civique, la frontière linguistique se superposant exactement avec celle de l'inscription. Si les taux sont les plus élevés sur les côtes, les cantons intérieurs font également preuve d'un fort civisme, comme dans les Monts d'Arrée ou le Trégor (hormis les villes de Lannion et Guingamp). L'occasion traditionnelle d'un retour au pays des émigrés parisiens provoquée par chaque week-end électoral, ainsi que la force locale des antagonismes politiques, en sont sans doute les raisons premières. Cette tradition locale de forte inscription se retrouve dans les cantons de la plaine et du marais poitevin. Le second type de fortes inscriptions concerne les cantons à fort taux de résidences secondaires : littoraux, bien sûr (et également "îliens"), de Saint Valéry en Caux aux Sables d'Olonne, mais aussi ceux de la périphérie parisienne, dans le sud de l'Eure et le Perche. A l'inverse, la carte met en évidence la faible inscription dans les bassins urbanisés des grandes agglomérations (et notamment leur couronne périurbaine), ainsi que dans les villes moyennes.

L'abstention

20La localisation spatiale de l'abstention, contrairement à une idée reçue, n'est ni fluctuante, ni aléatoire (figure 20b). Pour l'Ouest, construit sur l'abstention lors des 17 premiers tours des élections étudiées, l'axe 1 du champ de force explique 64 % de l'information (66 % pour un champ de force construit uniquement sur les premiers et seconds tours des présidentielles). Cette stabilité, qui vaut largement celle d'un parti politique, est également constatée par Bon et Cheylan (71 % d'explication pour la France). Pour les 17 premiers tours, l'abstention est également stable dans son taux moyen, puisque son amplitude va de 13 à 31 %.

21Ce sont les cantons déjà cités pour leur conservatisme qui s'abstiennent le moins. La très forte abstention se retrouve dans deux types de cantons : des cantons îliens (Yeu, Groix, Noirmoutier), et des cantons urbains ou périurbains, déjà cités comme ayant un faible taux d'inscription (Rouen, Nantes, Rennes...).

22La cartographie de l'abstention, néanmoins, ne s'apparente directement à aucun parti. Les fiefs de droite se rendent massivement aux urnes dans les pays de la Loire, mais l'argument n'est pas valable en Bretagne, où des cantons très marqués à gauche votent également beaucoup. L'abstention serait donc faible là où le débat politique est virulent, soit par une forte opposition gauche/droite, soit par la toute puissance d'un parti très mobilisateur. L'implantation des abstentionnistes est donc d'une part périphérique (littoraux et marges Est du Saumurais, Beaugeois et plateau de Saint-Calais) et comprend d'autre part les pays d'herbages normands (Cotentin, Bessin, Auge, Bray), les bassins de Rennes et de Chateaulin, c'est à dire, et le parallèle est d'une étonnante précision, l'ensemble des régions que Siegfried nous décrivait en 1913 comme des "marais", désintéressés des questions politiques et politiciennes.

Le mystère des bulletins nuls et blancs

23S'il est une attitude politique oubliée et négligée par les Sciences électorales, c'est bien l'action de voter blanc ou nul. Il est vrai que son poids est infime dans le résultat (1 à 2 %), et que cet acte est souvent réputé involontaire, issu par exemple d'une méconnaissance du mode de scrutin. Quand cette action est volontaire, elle est présumée locale : réactions contre une liste unique lors d'une municipale, par exemple. Si l'on observe une répartition régionale de ce phénomène, une idée reçue voudra qu'elle soit liée à l'inégalité du taux d'instruction, ou du mode de dépouillement, plus ou moins strict sur les cas de pliures ou de maculages de bulletins (il faut noter que les bulletins nuls et blancs sont pratiquement toujours comptabilisés ensemble). Mais pourtant, une spatialisation marquée du vote nul pourrait signifier au contraire une action délibérée, porteuse d'un message politique particulièrement fort, puisque l'électeur fait preuve d'un certain civisme, prend la peine de se rendre aux urnes, pour montrer un désaccord symbolique et anonyme, qui n'aura aucun poids dans le résultat final.

24En 88, la « France qui Vote » se lance dans une analyse réellement pionnière de ces bulletins nuls. Le premier axe explique 52 % de l'information pour la France : "A ce niveau, on ne saurait considérer la répartition de ces expressions comme le fruit d'une erreur aléatoire. Or il se trouve que leur répartition géographique est loin d'être quelconque" (Bon et Cheylan, 88). La cartographie de ce champ de force livre l'image étonnante d'une Bretagne n'utilisant quasiment jamais le bulletin nul, face à des Pays de la Loire qui l'utilisent à des taux records en France, la Normandie ayant une attitude moyenne. La stabilité de cette carte fut depuis confirmée par celles des chroniques électorales du Cevipof. Face à cette image n'en évoquant aucune autre, et donc "pour l'instant rebelle à l'interprétation", Cheylan et Bon se sont attachés au second axe de l'ACP, qui permet de distinguer les régions ayant plutôt voté nul lors des présidentielles, et celle ayant plutôt voté nul lors des européennes, scrutins sur lesquels est construit ce champ de force. On revient alors dans un territoire mieux balisé, et deux France "connues" apparaissent : une France du Sud, républicaine, et anti parisienne, vote plutôt nul lors des élections nationales, alors qu'une France du Nord, autour des pôles de l'Alsace et de l'Ouest, représentant le conservatisme et l'attachement à l'indépendance nationale, vote nul uniquement lors des européennes. Dans cette explication, Bretagne et Pays de Loire se trouvent alors réunis dans la même attitude. Cette solution est discutable, notamment au vu de la ratification massive du traité de Maastricht à l’Ouest ! De toutes les façons, elle ne résout pas le problème, car elle fait intervenir une troisième variable "européenne" qui masque la réalité. La Bretagne se sert, à titre exceptionnel, du bulletin nul lors des deux élections européennes, mais ceci ne doit pas faire oublier que dans tous les scrutins nationaux, elle se singularise par rapport à la France pour ne pas y recourir, à l'inverse des Pays de la Loire dont le vote nul, lui, ne se cantonne pas aux européennes.

25Calculé pour l'Ouest, et donc sur des scrutins uniquement nationaux, le premier axe véhicule 48 % d'information ! Une telle stabilité, fixant une répartition spatiale aussi nette (figure 21a), pour 16 dépouillements d'un courant représentant entre 0,8 et 3,59 % des électeurs inscrits, s'apparente à ce genre de résultats tellement "parfaits" que le chercheur les vérifie deux fois avant de les croire. Le vote nul et blanc n'est d'ailleurs pas si minoritaire, puisque les taux maximum oscillent toujours entre 6 et 10 %. Tous les scrutins sont parfaitement corrélés à l'axe explicatif (0,7 à 0,8), mis à part les scrutins les plus récents (93, 97 et second tour de 95).

26Les taux records de bulletins nuls se retrouvent dans des cantons vendéens ou mayennais, Beauvoir sur Mer, Chailland, La Mothe Achard, Erné, Bais, Evron, qui n'ont tous comme point commun que leur parfaite banalité. Le mystère perdure.

27La carte nous offre elle aussi une image totalement nouvelle de l'Ouest. Une véritable ligne de démarcation oppose la Bretagne, privée des circonscriptions de Vitré et de Fougères, mais incluant celles de Guérande et Saint-Nazaire, aux Pays de la Loire. La Normandie constitue une moyenne aux espaces plus morcelés, où le Bray, l'Auge et le Bocage normand votent davantage nul. Sans attendre la comparaison de cette répartition avec celles d'aures variables sociales, une hypothèse explicative peut être émise. La Bretagne et les Pays de la Loire ont conjointement de forts taux de participation, liés à l'importance de la question politique dans ce système rural, et peut-être également au poids de l'église. Si le vote est anonyme, la participation ne l'est pas ! Ne pas voter est condamnable, et peut même être associé, dans les régions les plus à droite, à une attitude de gauche. L'électeur breton a toujours le choix, et même l'obligation, de se situer à droite ou à gauche. Le communisme constitue souvent une réelle force d'opposition dans des communes de droite, alors que même dans les bourgs du Trégor dont les mairies sont les plus rouges, résistent une ou plusieurs écoles privées... L'extrême politisation expliquerait alors l'extrême civisme. Les électeurs désirant marquer leur désaccord face au système politique, qui ailleurs votent nul, se tournent ici vers ce communisme rural. Ainsi, le canton détenant le plus faible taux de bulletins nuls de l'Ouest est celui de Huelgoat, canton le plus communiste de l’Ouest ! Dans les Pays de la Loire, si le vote est "socialement" obligatoire, il n'y a, pendant longtemps, pas eu de candidats de gauche, aux élections locales, et même aux législatives. L'électeur voulant marquer un vote d'opposition, tout en conservant l'anonymat de ce vote, n'avait alors pas d'autres choix que celui du bulletin nul. La pérennisation de cette attitude en fit peut-être ensuite une habitude régionale. Cette attitude peut être également intériorisée par l'électeur catholique, pour qui voter à gauche, est condamnable. S'il ne désire pas voter pour le candidat de droite, il ne peut pas non plus, "moralement", voter à gauche. Un électeur classique se retrancherait alors dans l'abstention, mais celle ci est également condamnée, moralement et socialement. Le vote blanc est alors le choix le plus cohérent. "Voter à gauche" représente bien autre chose que "ne pas voter à droite". Ainsi, les cantons où les bulletins nuls sont les plus nombreux sont bien des cantons de droite, au cœur des pays chouans, mais également des cantons qui ne font preuve d'aucun unanimisme particulier, qui ne sont le fief d'aucun notable influent, et ne furent le théâtre d'aucune manifestation historique importante. L'opposition "larvée" peut donc s'y développer.

28Concernant l’évolution récente, les cartes du « Vote de crise » vote nul en France au premier de l’élection présidentielle, la carte du vote nul au second tour se modifiant totalement, pour se calquer assez largement sur celle du Front-National.

29Une typologie des non-votants permet de synthétiser ces trois formes de non-participation (figure 21b). Cette typologie est construite autour d'un tri croisé entre l'abstention et le vote nul, auquel les cantons à très forte inscription furent ensuite superposés. Cinq classes apparaissent donc :

  • Les cantons à fort incivisme qui se localisent quasiment tous sur la périphérie parisienne, de la Normandie, la Sarthe ou le Maine et Loire.

  • Les cantons à forte abstention : l'abstention y est la forme privilégiée de non-participation au scrutin. Parmi cette classe, il faudrait distinguer l'abstention classique (Cotentin Nord, Calvados, Ouest de l'Eure, triangle Merdrignac-Rennes-Redon), de celle qui semble liée à un excessif taux d'inscription (littoral breton, îles atlantiques, Ouest Cotentin).

  • Les cantons à fort vote nul : très localisés sur la "diagonale conservatrive", se décalant toutefois légèrement selon un axe Caen-La roche, le vote nul y est le mode d'expression d'un mécontentement politique, ce rôle étant plutôt tenu par l'abstention en Normandie.

  • Les cantons à fort civisme : ils cumulent un faible taux d'abstention et de vote nul. Cette attitude est surtout bretonne, et ne devient générale qu'une fois franchie la frontière du pays gallo.

  • Les cantons à fort civisme et à forte inscription : records de civisme pour ces cantons, où l'on vote nombreux et beaucoup. Les côtes du Léon, les Monts d'Arrée, la couronne parisienne de Vernon à Verneuil sur Avre en sont les trois cas les plus marqués.

Les reports

30Si les phénomènes de report sont assez bien connus, au niveau national, c'est avant tout dans le but utilitaire de prévoir l'issue d'un deuxième tour de scrutin à partir du premier. Seul le sondage, bien entendu, permet de cerner cet électorat doublement anonyme. Une connaissance géographique de ces reports serait néanmoins fort utile : elle permettrait, pour chaque second tour de présidentielle, de connaître réellement ce que représente le duel généralement simplifié en une opposition gauche/droite. Une simple cartographie de la régression, entre les scores d'un candidat lors du premier et du second tour d'une élection, permet d'approcher ce problème. Il serait illusoire de croire qu'une telle carte rende directement compte des reports, mais elle dessine en tous les cas fidèlement les progrès ou stagnations relatifs de ce parti entre les deux tours. Ces progrès, comparés aux scores des autres partis lors du premier tour, et surtout de l'abstention lors du premier et second tour, rendent possible de fonder ou d'infirmer des théories, même s'il faut se méfier des effets croisés entre les deux tours, indécelables à ce niveau d'analyse écologique. Les corrélations entre ces progrès et les divers partis, calculées pour l'ensemble de l'Ouest mais aussi pour chaque région, permettent de spatialiser ces phénomènes de reports. Nous étudierons pour l'exemple ces progrès entre le premier et le second tour pour les élections de 81 et 88.

31Les présidentielles 81 sont les premières élections où les quatre grands courants politiques sont représentés au premier tour par un candidat crédible nationalement, et dont la candidature fait l'unanimité au sein de ce courant. Les électorats des seconds tours sont donc logiquement assez différents de ceux des premiers (ils sont chacun corrélés à 0,75). Le soutien clair et sans condition de Marchais pour Mitterrand fut largement évoqué en France, en rapport au soutien tardif et ambigu de Chirac à Giscard. Dans leur Géographie des reports, les auteurs de la « France qui vote » notent, en conformité avec Goguel (83), que l'essentiel des progrès de Mitterrand entre les deux tours ne provient pas de la baisse de l'abstention, mais de voix dissidentes de l'électorat Chirac. Ceci semble peu vrai dans l'Ouest (figure 22a). En Basse-Normandie, mais surtout dans les Pays de la Loire, Giscard progresse sur toutes les terres gaullistes, alors que Mitterrand n'y gagne rien. Les corrélations Chirac/progrès de Giscard sont partout excellentes.

32Lors des présidentielles de 88, pour la seconde fois, les 4 courants sont représentés dès le premier tour. Néanmoins, l'émergence du Front-National tend à compliquer les phénomènes de report. Malgré la faiblesse des voix communistes, le report vers Mitterrand est toujours massif (corrélation entre les progrès P.S et Lajoinie de 0,72 pour l'Ouest, de 0,85 pour la Bretagne). Les autres reports sont tous beaucoup plus mitigés. Les voix barristes étaient les plus convoitées, surtout à l'Ouest. Un simple examen de la carte révèle un partage certain de ces voix entre les deux derniers candidats (figure 22b). Un examen des corrélations montre que les progrès de Chirac sont plus corrélés à l'Ouest avec l'électorat Le Pen que l'électorat Barre ! Si le report Barre-Chirac s'effectue avec fidélité dans l'Ouest intérieur, autour de la Mayenne, de Vitré, de Plöermel, et même de Saumur, le report n'est pas aussi unilatéral dans le pays nantais, les Mauges et le Choletais, où Mitterrand progresse également.

33Le phénomène est assurément nouveau. Si les bulletins nuls y sont un peu plus nombreux qu'ailleurs, l'abstention, elle, particulièrement faible dans ces régions lors des deux tours, n'y est strictement pour rien. On peut imaginer trois explications : premièrement, une rivalité conjoncturelle à droite, les électeurs barristes, plus nombreux que les chiraquiens en Loire Atlantique et en Maine et Loire, refusèrent de se désister pour le candidat localement minoritaire ; deuxièmement, une satisfaction dans le système politique de la cohabitation, Mitterrand, candidat démocrate social, garantissait plus que Chirac le maintien des valeurs d'ordre et de calme ; troisièmement, un tournant politique historique, décisif et définitif pour la France de l'Ouest. Cette troisième hypothèse sera infirmée par les résultats électoraux de 93, 95 et 97 et le retour à une nette démarcation gauche/droite.

LES DYNAMIQUES POLITIQUES

Évolution brute ou dynamique différentielle

34Les dynamiques politiques sont généralement étudiées au travers d'une évolution brute entre deux scrutins. Ainsi, pour la présente étude, la cartographie de l'évolution des scores d'un même parti entre 58 et 97 (pour les législatives) ou 65 et 95 (pour les présidentielles) pourrait s'imposer comme la solution la plus simple. Mais un tel indice est réducteur, car il ne tient pas compte des dynamiques différentielles de ce parti au sein de cette période. Ainsi, Bon et Cheylan se sont aperçus que l'axe 2 de l'ACP construite sur les scrutins d'un parti, expliquait généralement ces dynamiques différentielles. Cet axe, selon eux, représente non pas l'affaiblissement ou le renforcement d'ensemble d'un parti (notion aisément extraite de résultats bruts), mais "les écarts des départements à cette tendance générale du courant". L'étude des corrélations des scrutins à l'axe 2 permet de saisir comment s'organise cette dynamique pour chaque parti. Très souvent, cet axe 2 revient à une simple évolution chronologique de 58 à 97, marquant les gains et pertes d'un parti dans cette période, et sa cartographie apparaît très comparable à l'évolution brute. Néanmoins, les législatives ou des scrutins particuliers peuvent introduire des biais, que seule cette méthode permet d'isoler.

35Selon Bon et Cheylan, le reste de l'information, non-expliqué par les deux premiers axes, met alors en évidence les fluctuations, variations, soit locales, soit provisoires d'un parti. En fait, pour l'Ouest, les autres axes décrivent généralement des élections particulières, mais dont la part d'explication de l'information est trop faible pour permettre de construire des hypothèses solides.

Le courant communiste

36L'évolution apparaît remarquablement stable, opposant les scrutins de 58 à ceux de 97 (gigure 23a). De 58 à 73, les scrutins sont toujours corrélés négativement avec l'axe 2, de 78 à 97, la corrélation est positive, les coefficients les plus marqués étant ceux des dates les plus extrêmes. La "rupture", passage "symbolique" d'un électorat communiste à un autre, se fait donc entre 73 et 78. Au total, la cartographie de la dynamique différentielle de PC est largement comparable à celle de l'évolution 65-97. La pertinence de ce second axe est ainsi démontré. La seule exception concerne le Trégor. Malgré une très forte baisse en nombre brut de voix, le PC dans le Trégor semble, relativement au total de l'Ouest, plus fort en 88 et 97 qu'en 58. Ceci va à l'encontre des idées reçues d'homogénéisation des comportements ! En fait, le communisme du Trégor est un phénomène bien plus étonnant et "anachronique" aujourd'hui qu'il y a 30 ans.

Les courants socialistes

37L'axe 2 du parti socialiste explique 13 % de l'information, faisant monter l'inertie des deux axes à 63 % (14 % en France). Comme pour le PC, les élections de 58 s'opposent nettement aux plus récentes, la rupture entre les corrélations positives et négatives pouvant se dater entre 74 et 78. Néanmoins, la carte de la dynamique différentielle met avant tout en évidence les progrès socialistes de 78 et 81, minorant donc les progrès plus récents du socialisme, en Seine-Maritime, dans le Calvados et le Finistère, voir en Anjou (figure 23b).

Les droites

38Construit sur l'ensemble des scrutins, l'axe 2 de la droite traditionnelle explique 16 % de l'information. Mais cet axe, ainsi calculé, se contente d'opposer les élections législatives aux élections présidentielles, l'évolution de ce courant dans le temps semblant statistiquement moins marquée que les différences de résultats liées au type d'élection, Il fallut donc travailler sur la dynamique différentielle uniquement calculée à partir des présidentielles. Celle-ci explique 27 % de l'information : un taux important, qui fait monter l'inertie totale des deux premiers facteurs à 80 %.

39Comme pour les droites traditionnelles, le second axe de l'ACP des droites gaullistes, bien qu'expliquant 15 % de l'information, se contente d'opposer législatives et présidentielles. Il faut alors s'attacher uniquement aux présidentielles. L'axe 2 de l'ACP véhicule 18 % de l'information (22 % en France). Ce facteur différencie largement le gaullisme du Général à la Chiraquie, même si un biais est introduit pour les élections de 74 et 81, qui sont les deux seules présidentielles où le candidat de la droite gaulliste n'était pas le candidat favori à droite. La dynamique différentielle du courant gaulliste est le parfait négatif de celle de la droite traditionnelle (figure 24 a et b). Sur la "dorsale conservatrice", le gaullisme a presque partout perdu de son pouvoir, hormis autour d'Ancenis. Le courant gaulliste semble avoir abandonné l'Ouest de la dorsale à la droite traditionnelle (Vendée, Vannetais, Léon, littoraux), pendant que la Chiraquie s'installe à l'Est, dans tout l'espace compris entre la Haute-Normandie et la Vendée. Alors que le charisme de De Gaulle avait brouillé les cartes, les régions catholiques affichant clairement leur soutien au Général plutôt qu'au MRP, les attitudes "ancestrales" semblent progressivement se remettre en place. Ainsi, les régions cléricales, que Siegried nous décrivait comme légitimistes, se réorientent vers la droite traditionnelle, tandis que la Chiraquie déplace nettement l'électorat gaulliste vers l'Est, c'est à dire vers la grande couronne parisienne.

Les extrêmes droites

40La grande diversité des électorats de l'extrême droite dans l'Ouest rend quasiment impossible d'établir une dynamique différentielle. En fait, tout oppose les électorats du Front-National, ceux de Tixier-Vignancourt, ceux de Poujade, et les émergences locales lors des diverses législatives. Il fallait donc se cantonner à l'étude par l'ACP du Front-National, dont l'électorat est très stable (axe 2 expliquant 8 % de l'information, soit 87 % d'inertie pour les deux premiers facteurs). L’évolution brute 86-95 du Front-National montre clairement les phénomènes de diffusion, à partir des marges parisiennes normandes ou du golfe du Morbihan, mais aussi la résistance à l’extrémisme dans l’ensemble de la dorsale la plus conservatrice ou de la Bretagne la plus à gauche (figure 25a). Le recul du FN en Vendée démontre également le ratissage “large” de la candidature de de Villiers, de la droite traditionnelle à l’extrême droite.

Le parti écologiste

41Ici encore, construit sur l'ensemble des élections, l'axe 2 explique 19 % de l'information, mais différencie uniquement présidentielles et législatives. La cartographie de l'évolution 74-88 du score écologiste pour le candidat aux présidentielles semble donc plus pertinente (figure 25b). Ainsi, il en ressort indéniablement que les progrès écologistes se sont établis avant tout sur l'électorat de droite.

42Hormis l'Avranchin, toutes les régions très conservatrices ont vu croître chez elles le score des écologistes, le Craonnais, le Choletais, le Domfrontais en sont autant d'exemples. Par contre, à l'Est d'une ligne Honfleur-Saumur, l'écologisme n'a que fort peu augmenté, cette progression étant encore plus réduite sur toute la Haute-Normandie. Souvent injustement assimilé à un vote uniquement jeune, progressiste et urbain, on retrouve peut-être ici la marque au contraire de l'écologisme "agrarien", réactionnaire et de tradition séculaire. Cet écologisme se rapprocherait donc de celui jusqu'ici uniquement observé en Alsace, à la différence près qu'à l'Ouest, l'écologisme n'est encore nullement corrélé avec l'extrême droite.

Le rapport gauche/droite

43L'axe 2 n'explique que 8 % de l'information, mais l'inertie des deux premiers axes monte alors à 89 %. Le rapport gauche/droite, sur les 17 scrutins étudiés, est donc remarquablement stable, dans ses champs de forces comme dans sa dynamique différentielle. Le résultat final est proche de la carte de la dynamique différentielle du socialisme. Par contre, si cette progression de la gauche dans l'Ouest semble avoir globalement été régulière dans le temps, entre 58 et 88, cette généralisation masque en fait des rythmes de croissances très différents selon les régions. Ainsi, les progrès entre chaque septennat (figure 26 et 27) font apparaître des spatialisations trop nettes pour être dues au hasard. Il existe donc incontestablement, des étapes régionales des progrès de la gauche, jamais évoquées, mais dont les frontières sont pourtant marquées : progrès sur les terres normandes gaullistes entre 65 et 74 ; progrès sur les terres catholiques en Vendée, Léon et Vannetais entre 74 et 81 ; progrès général entre 81 et 88 (effet Mitterrand), mis à part les terres communistes ou Front-National ; recul moins net de la gauche entre 88 et 95 dans l’ensemble des territoires périurbains des grandes agglomérations, ainsi que le Caux et la Bretagne Nord/Ouest.

Les non-votants

44L'évolution de la non inscription entre 62 et 81 met en évidence une très nette réorganisation spatiale, même si elle ne concerne que des effectifs assez faibles (figure 28a). Il existe clairement une tendance à la perte de spécificité de la Bretagne et des littoraux quant à leur forte inscription, au profit de la Normandie et de la périphérie parisienne. L'augmentation du phénomène de la résidence secondaire parisienne, va peut-être de pair avec une certaine perte de la tradition du retour au pays pour y voter, accentué de toutes les façons par l'arrêt de l'émigration bretonne vers Paris, entre 62 et 81.

45L'axe 2 de l’abstention sur les 17 scrutins, explique 16 % de l'information (16 % également pour la France), Le taux est important, puisque l'inertie des deux premiers axes monte alors à 80 %. L'évolution est claire : les corrélations à l'axe 2 vont progressivement d'un coefficient très négatif en 58 à un coefficient très positif en 95, la rupture se produisant entre 78 et 81. L'évolution temporelle est donc bien plus forte que d'éventuels changements spatiaux de l'abstention entre les législatives et les présidentielles. Il existe clairement une tendance à l'abstention de plus en plus forte dans les fiefs de droite, ceci se révélant particulièrement évident dans la Pays de Vitré, le Choletais, le Léon (figure 28a). On pourrait peut-être y voir une conséquence de la perte d'efficacité de la pression cléricale.

Le vote nul

46Le second axe explique 9 % de l'information (contre 9,7 % en France). Comme pour l'abstention, l'interprétation de cet axe est très clair, puisque tous les coefficients décroissent régulièrement de 58 à 97, la rupture s'opérant également entre 78 et 81. Les bulletins nuls semblent devenir plus nombreux dans quelques fiefs de droite (Vitré, et surtout autour de Cholet : Beaupréau, Champteauceaux, Montrevault), dans la Bretagne bretonnante, qui perd ainsi progressivement un peu de sa spécificité, mais surtout dans l'ensemble des terres de progrès du Front-National : le Sud Est de l'Eure et de la Sarthe, les îles, les côtes, et la région de Quiberon (figure 28b).

47Cette étude sur l'Ouest, très différente, par la population d'étude et les espaces d'agrégation, de l'étude de Bon et Cheylan, démontre la grande pertinence du calcul des champs de force et des dynamiques différentielles, notamment par la remarquable stabilité des résultats, pour chaque axe et chaque parti, entre les observations pour l'Ouest et pour la France. Bien qu'encore perfectible, en ayant la possibilité d'imposer, par exemple, un maintien de la stabilité chronologique des élections, cette méthode mériterait de devenir une pratique de base courante des analyses de Géographie électorale régionale.

Mutants et stabilité

48La dynamique différentielle ne peut revendiquer la totalité de l'explication d'une évolution électorale. On peut ainsi considérer qu'un certain nombre d'attitudes passent inaperçues. Une progression ne peut être que provisoire, ou limitée à un certain type de scrutin. L'analyse précédente sera donc complétée par l'expérimentation de deux indices.

49Il existe assurément pour chaque parti, et dans chaque canton, un "noyau dur", qui votera toujours pour ce parti, et inversement, un "noyau" résolument opposé, qui se positionnera toujours contre. Knapp (87) évoque ce type de classification pour l'électorat communiste havrais, alors que Siegfried, dès 1913, préconise ces typologies : "tous nos graphiques nous ont révélé l'existence de ces effectifs stables, qui au dessous d'un certain étiage deviennent incompressibles, et dont la spontanéité est évidente". Au cours d'une période donnée (ici la cinquième République), on peut imaginer trois types de comportement face à un parti.

  • L'électorat votant toujours pour ce parti. On peut qualifier cet électorat "fond de vote". Concrètement, il se calcule ici, par le score minimum obtenu par ce parti au cours des différents scrutins de la cinquième République, et ceci pour chaque canton. Bien entendu, ce fond de vote représente un électorat théorique, et non pas des électeurs, fidèles à ce parti, votant pendant 30 ans pour celui-ci. En effet, rien ne prouve que les électeurs composant ce fond de vote sont toujours les mêmes d'une élection à l'autre, le fort renouvellement de l'électorat depuis 1958 permettant même d'affirmer le contraire. Il ne s'agit donc pas d'appréhender ces fonds de vote en termes d'électeurs, individuels, dont on suivrait le parcours politique selon les scrutins, mais en terme d'électorat, et de seuil de mobilisation pour un parti, qui se heurte à des bornes, minimum et maximum. La grande stabilité de l'abstention au cours des 17 élections permet d'ailleurs de ne pas fausser, d'une élection à l'autre, ce fond de vote.

  • L'électorat ne votant jamais pour ce parti, qualifié de "plafond de vote". Concrètement, il se calcule par la simple opération : 100 - (score maximum obtenu par ce parti au cours des différents scrutins de la cinquième République, pour chaque canton). Tous les arguments développés pour le fond de vote sont également valables ici. On ne cherche pas à isoler des opposants réguliers à un parti, mais à mesurer pour chaque canton quel est le score d'unanimisme maximum qu'un parti puisse espérer atteindre, dans des conditions conjoncturellement favorables.

  • Enfin, entre le fond et le plafond de vote s'isole donc un électorat ayant au moins une fois changé d'opinion face à ce parti au cours de la cinquième République. J'appellerais donc cette amplitude entre le vote minimum et le vote maximum "taux de mutants". Ce taux constitue donc en théorie l'électorat fluctuant de ce parti. Là encore, ce taux de mutants ne vise pas à détecter des électeurs ayant personnellement changé d'opinion (ceci n'est possible que par une technique de panel sur un long terme), mais à déterminer l'électorat "potentiel" de chaque parti dans chaque canton. En théorie, ce taux de mutants est donc indépendant du score des partis, puisqu'il concerne aussi bien des gains que des pertes.

50Hélas, une partie de la richesse de ces indices n'est que théorique, du moins dans le cas présent. En effet, pour la plupart des partis, les fonds et les plafonds de votes ne se répartissent pas au gré des comportements locaux sur des scrutins très divers mais se calquent à quelques scrutins particuliers de ce parti en France. Pour la gauche non communiste, par exemple, le score le plus bas y est presque dans tous les cantons celui de Deferre en 69, et le score maximum celui de Mitterrand en 88, seuls quelques comportements locaux lors de législatives venant troubler cette conjoncture. La cartographie des fonds et plafonds de vote n'est donc pas très intéressante ici, puisqu'elle se superpose avec celle d'une élection déjà connue. La grande stabilité spatiale entre les scrutins a précédemment été démontrée : les mêmes môles et les mêmes vallées apparaissent entre l'électorat de Deferre (4 % des suffrages) et celui de Mitterrand (36 % des suffrages). Mais ce taux de mutants (par exemple entre Deferre et Mitterrand), au lieu d'être globalement le même partout, comme l'on aurait pu le supposer, puisqu'il concerne des électeurs changeant d'opinion directement en fonction de la conjoncture nationale, est au contraire directement proportionnel au score moyen de ce parti dans chaque canton. La force de ce taux de mutants est donc liée aux effets d'entraînements locaux, et non pas à un effet d'entraînement national : quel que soit le score moyen d'un parti en France, un processus de régulation automatique de la mobilisation locale fera que les rapports de force entre les cantons seront toujours les mêmes.

51Ainsi, la majorité des taux de mutants observés présentent des cartes assez proches de celles des champs de force... Ceci n'est pas exact pour le taux de mutants du vote nul, dont la cartographie diffère largement de son champ de force (figure 29a). Il semble ainsi évident que le vote nul est ponctuellement utilisé en Bretagne dans quelques circonscriptions qui s'opposent alors à leur voisinage : Dinan, Landerneau, Plöermel ; les candidatures uniques et plébiscitaires de R.Pleven (auquel on n'opposa aucun candidat de droite en 58), de G.de Poulpiquet (quasiment sans opposition, et sans candidats socialistes en 68) ou de Y. du Halgouët (58) expliquent ces comportements conjoncturels. Par contre, à l'opposé, pour la Sarthe, le taux régulièrement fort de vote nul est bien lié à une tradition électorale, et non à une quelconque conjoncture particulière, puisque le taux de mutants y est très faible.

52Les cartes des taux de mutants des deux droites mettent en évidence un certain nombre de régions où l'électorat fluctuant est le même pour chacune des droites. On peut alors supposer que cet électorat potentiel, de droite, et non d'une droite particulière, est celui qui se déplace au gré des élections vers le candidat de droite le mieux placé. Cet électorat compose la majorité des votants des régions de L'Avranchin, de Vitré, d'Ancenis, de Craon, de Plöermel-Redon, de Vendée-Cholet.

53Quoique intéressante, l'utilisation de cette étude expérimentale des votes minimum, maximum et des mutants paraît assez limitée dans le cas présent. Par contre elle serait assurément beaucoup plus pertinente si elle associait différents types d'élections (des municipales aux européennes...). Alors, le taux de mutants pourrait à son tour être divisé en sous-parties, isolant par exemple l'électorat ne votant pour un parti que lors des scrutins locaux. Des effets notabilitaires pourraient alors être mis en évidence. Une telle tentative sera testée dans la troisième partie, entre les scores aux législatives et les scores aux présidentielles.

54Dernier aspect de la dynamique des courants politiques non-éclairé par les techniques précédentes : celui de la stabilité. En effet, indépendamment du score moyen d'un parti, et de l'évolution de ce score, on peut supposer que la stabilité de ce score entre chaque élection est une donnée importante. Plusieurs modes de calcul de cette stabilité sont imaginables. La première méthode consisterait, pour chaque canton, à calculer le vote moyen de ce parti pour les 17 scrutins, puis de calculer la moyenne des valeurs absolues (ou carré) des écarts entre le score de chaque scrutin et ce score moyen (écart absolu moyen ou écart type). Mais cette méthode ne tient pas compte de la proximité temporelle des scrutins entre eux. Imaginons que ce parti ait progressé faiblement entre chaque scrutin, mais régulièrement. Un calcul de stabilité selon la première méthode donnerait alors l'impression d'une forte instabilité. Un calcul ne prenant en compte que les écarts entre scrutins voisins permettrait par contre de modérer cette tendance. J'ai donc retenu comme base du calcul de stabilité, pour chaque canton, la moyenne de la valeur absolue des écarts entre scrutins voisins (écart entre 58 et 62, entre 62 et 65, entre 65 et 67...).

55Dans leur application concrète, les cartes de la stabilité se révèlent néanmoins très décevantes. En effet, dans la majorité des cas, elles n'apportent aucune information supplémentaire. Ainsi, pour les droites, les écarts de vote lors des législatives demeurent les plus marqués. L'ensemble de l'instabilité est donc dépendante des amplitudes présidentielles-législatives ou législatives-présidentielles (62/65, 65/67, 68/69...), et ces amplitudes sont elles-mêmes dépendantes du score de cette droite lors des différentes législatives (les écarts entre cantons étant plus tranchés pour les législatives que pour les présidentielles). La carte ainsi construite suit donc les notabilités de circonscription, que les cartes précédentes décrivent déjà.

56Seule la carte du total gauche semble originale (figure 29b).

57Lors des législatives, la majorité des voix se répartissent généralement sur seulement deux candidats (un du PC ou PS, et un de la droite gaulliste ou traditionnelle), voir même sur un seul, dans certains bastions. Par contre, lors des présidentielles, les voix se répartissent souvent plus équitablement sur au moins quatre candidats (cinq depuis l'émergence du Front-National). La prise en compte du total gauche permet de rééquilibrer le rapport entre les scores aux législatives et ceux des présidentielles, alors que cela n'était pas possible pour l'étude de la stabilité d'un courant, au premier tour. La carte de l'instabilité prend alors une réelle signification. Les aires les plus stables ne sont ni de gauche, ni de droite, mais celles ou un courant y règne hégémoniquement : Trégor et Côtes d'Armor, Cornouaille, Caen, Cherbourg, Basse-Seine et val de Loir pour la gauche, Choletais, Segréen, Vannetais, Léon occidental pour la droite. La forte politisation semble donc l'explication première de la stabilité. A ces régions, il convient d'ajouter celles qui conservèrent toujours un tempérament modéré et centriste, comme les plaines de l'Eure, ou l'ensemble des centre-villes des grandes métropoles. Quant aux terres les plus instables, les explications peuvent être assez différentes. Elles peuvent être passées de gauche à droite (Morlaix), du centre à la gauche (Dinan), avoir suivi l'évolution chaotique de leur leader local (Stirn à Vire) ; mais le plus souvent, ces terres instables sont celles qui votent plutôt à gauche lors des présidentielles, mais qui furent longtemps tenues par des notables de droite lors des législatives : l'Est de l'Orne et le Perche en sont les cas les plus typiques, mais on le détecte également à Saumur, Chateaubriand, et dans le Domfrontais.

58Si la technique utilisée ici reste encore à parfaire, la notion même de stabilité demeure un axe de recherche important. Des calculs plus pointus et une analyse plus complète permettraient sans aucun doute d'isoler le poids de la stabilité dans le comportement électoral, variable dans le temps et selon le type de scrutin. Cette stabilité deviendrait alors un indice géographiquement très important, puisqu'on peut non seulement la comparer avec des répartitions sociales (vieillissement, ruralité...), mais également se demander, en revenant ainsi aux théories de Siegfried, si l'isolement et l'enclavement ne favorisent pas une certaine indifférence aux processus de contagion et de diffusion des opinions, et donc une stabilité des comportements.

Table des illustrations

Titre Figure 16
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11538/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre Figure 17
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11538/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Figure 18
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11538/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre Figure 19
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11538/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Titre Figure 20
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11538/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Figure 21
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11538/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Titre Figure 22
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11538/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Titre Figure 23
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11538/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Titre Figure 24
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11538/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Titre Figure 25
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11538/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Titre Figure 26
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11538/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Figure 27
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11538/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre Figure 28
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11538/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Titre Figure 29
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11538/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 371k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search