Version classiqueVersion mobile

Éléments de géographie électorale

 | 
Michel Bussi

Partie II : L'Ouest : laboratoire politique de la France

Chapitre trois. À l’Ouest quoi de nouveau ?

Texte intégral

"Pour nous, gens de l'Ouest, les socialistes du Sud, qui votent à gauche par habitude, ne sont pas exactement les mêmes que les socialistes de l'Ouest, dont l'engagement fait suite à une démarche personnelle, et traduit la prise de conscience qui a transformé leur ancestrale résignation en un réel espoir"
A. Pinçon, maire de Laval, dans Vion, (77).

POURQUOI LA FRANCE DE L’OUEST ?

1Ce travail nécessitait de trouver en France un espace vaste (pluri régional), présentant une unité et surtout une originalité politique, ayant été analysé en détail, dans l'espace comme dans le temps, afin de permettre la confrontation de différentes méthodes de prospection... Le cadre de la France de l'Ouest s'imposait donc : le Grand-Ouest est sans doute l'espace politique de France le plus irréductible aux généralisations sociologiques nationales, et le plus étudié par les géographes.

Les mystères électoraux de l’Ouest

2La "France de l'Ouest", le "Grand Ouest", en dépit d'une étymologie fort géographique, demeure un découpage assez flou, n'ayant jamais correspondu à une unité historique ou administrative, et donc politique... Le département, la région, l'état, représentent des espaces d'agrégations de vote, qui élisent le pouvoir qui régit ce territoire. L'unité politique de l'Ouest, elle, n'est liée à aucun scrutin ni à aucun suzerain, elle dépend donc de facteurs extérieurs à l'aire d'influence d'un pouvoir central : facteurs sociaux, culturels, économiques, mais non directement politiques...

3L'Ouest politique est avant tout original pour être souvent cité comme le bastion conservateur le plus étendu et le plus marqué de France. Ce conservatisme tendant à l'immobilisme, se révèle sans failles, du premier scrutin au suffrage universel de 1848 à celui de 1968. Siegfried conclut en 1913 : "dans ses tendances politiques, l'Ouest demeure une France spéciale, à côté, et en marge de la France républicaine." Cinquante ans plus tard, les conclusions de Siegfried se révèlent être des prophéties, car si la société rurale s'est modifiée à l'Ouest, les candidats de droite continuent d'être plébiscités...

4Cette permanence à droite représente donc l'exemple type du "mystère ethnique", du poids de la terre et de l'idéologie qui s'y rattache, face à l'explication sociologique qui nivelle le territoire français : l’Ouest est le seul espace de France qui ait connu pour une période récente le “traumatisme” d’une guerre civile. Bien sûr, ce conservatisme est souvent mis en parallèle avec quelques facteurs explicatifs bien connus, qui tendraient à élucider la pérennité des comportements : l'influence religieuse, le poids de la société rurale en sont les deux plus courants... Mais ces facteurs sont-ils réellement des causes du comportement politique, n'en sont ils pas non plus des conséquences ? Mise à l'épreuve de l'espace, la comparaison de ces facteurs explicatifs majeurs et de la répartition des votes pose un certain nombre de problèmes : ici le vote déborde largement l'explication sociologique, là il s'avère trop timide, ailleurs il y a même inversion de tendance... Enfin, plus déconcertant encore, alors que les spécificités sociologiques s'estompent dans l'Ouest, et que dans celui-ci, comme dans l'ensemble de la France, le poids des agriculteurs et des catholiques pratiquants devient largement marginal, le comportement électoral conserve une certaine originalité.

5Cette particularité ne peut d'ailleurs qu'intriguer le chercheur qui étudie les comportements de l'ensemble de la France au niveau départemental. Bon et Cheylan (88) introduisent ainsi leur « France qui vote » : "Depuis André Siegfried au moins, la France de l'Ouest est perçue comme ancrée à droite...". Dans sa démonstration pourtant "miraculeuse" « de la Nouvelle France » (88), Todd est obligé de créer pour l'Ouest un type familial particulier, unique en France (nucléaire absolu), et d'argumenter sur le cas régional pendant plusieurs pages, pour éviter tant bien que mal le constat d'échec explicatif...

6L'évolution politique depuis 68 est donc la seconde grande originalité de l'Ouest. Ce monde, en marge de la France, est devenu un pied à terre parisien. Les bouleversements économiques et culturels qui ont marqué la France, sont encore plus criants dans l'Ouest, qui partait avec un retard certain. La société traditionnelle a explosé, l'Ouest politique de Siegfried en a été profondément secoué, mais ne s'est pas effondré... En valeur brute, la gauche a connu en vingt ans une croissance sans précédent, replaçant l'Ouest à proximité de la moyenne française. Néanmoins, à travers l’analyse cantonale, malgré une tendance nette à l'uniformisation par la réduction des écarts extrêmes, la carte électorale de 1997 reste proche de celle de 1913.

7La troisième originalité de l'Ouest tient à deux "aberrations sociologiques" : « les paysans rouges du Trégor », et les « ouvriers blancs du Choletais »... Alors que partout fonctionne, avec plus ou moins de rigueur, le schéma région très ouvrière-vote à gauche, et région très rurale-vote à droite, l'Ouest nous offre deux des contre-exemples les plus manifestes de France ; des "exemples de manuels", fréquemment cités pour montrer les limites des généralisations explicatives nationales.

8L’Ouest semble être le laboratoire de la Géographie électorale de la France. Le tableau politique de la France de l'Ouest nous permet donc d'avoir à 80 ans d'intervalle un point exceptionnel de comparaison des comportements électoraux, le seul en France. Depuis Siegfried, les études électorales et politiques sont très nombreuses à l’Ouest : Bois, 60, Saunier, 66, Phliponneau, 70, Burguière, 75, Renard, 75, Dufour, 81, Lethuillier, 82, Boivin, 83, Pascal, 83, Lambert, 85, Rapetti, 85, Chauvet, 86, « Géopolitiques des régions françaises » (86), Nicolas et Pihan, 88, Urvoas, 96... Incontestablement, Les Pays de la Loire, la Bretagne, et à un niveau moindre la Normandie, par l’originalité de leur sociologie politique, sont depuis trente ans des espaces très étudiés. Bien entendu, ces études, qui apportent une connaissance locale unique des territoires politiques de l’Ouest, serviront de points d’appuis à mes recherches. Mais ces analyses demeurent le plus souvent locales, au maximum régionales : elles constituent une galerie de portraits, mais non un tableau. Le but est ici d’essayer une approche globale de l’Ouest politique.

Quel Ouest ?

9L'Ouest se définit avant tout, nous dit-on, de Siegfried en 1913 à la Géographie Universelle de 1990, par un "paysage", un "climat", une "atmosphère", un "sentiment d'appartenance"... De telles limites sont donc évidemment floues, et sujettes à bien des discussions. Pour définir les limites de L'Ouest, Siegfried se réfère à Vidal de la Blache, qui en fait avant tout le pays du bocage, par opposition aux régions périphériques. Il n'existe alors pas une limite, mais quatre, qui ne se recouvrent qu'imparfaitement : le massif armoricain, les régions d’élevage, les régions de population éparse, les régions de grandes propriétés. L'Ouest le plus "pur" ne se retrouve ainsi réellement que dans les pays inclus à la fois dans les quatre limites.

10En 72, la collection « Découvrir la France », de Larousse, dirigée par Roger Brunet, consacre le premier des 96 numéros à la définition de la France de l'Ouest, la tâche étant confiée à Frémont. Si l'Ouest se caractérise toujours par une "odeur", par le poids de sa ruralité et par sa pauvreté, l'organisation de l'espace diffère. Il s'organise autour de trois dimensions. La première concerne ses liens très forts avec l'agglomération parisienne. Proche de Paris, elle en subit la nette influence, par l'émigration de sa population vers la capitale, et l'implantation d'entreprises sur son territoire. A l'inverse, la seconde ouverture de l'Ouest est maritime. La plus riche et la plus étendue façade maritime de France, s'appuie sur deux grands estuaires, de nombreux ports et villes côtières vers lesquelles migrent les populations intérieures, comme les touristes. Enfin, dernière dimension, l'espace compris entre les deux premières : l'Ouest intérieur, celui du bocage et de l'élevage, de la forte natalité mais aussi du dépeuplement... Dans la « Géographie Universelle » de 1990, Denise Pumain et son équipe reprennent le terme de "grand Ouest", en excluant l'axe de la Basse-Seine, et insistent sur le renforcement de la double influence atlantique et parisienne, même si l'originalité des sociétés paysannes se maintient, et "qu'en dépit des remembrements, le bocage reste l'un des paysages caractéristiques de la France de l'Ouest". La seule dimension ajoutée est celle de "finistère" européen, l'Ouest restant la région française la plus éloignée de l'étranger (cet argument ne tenant que si on exclut le Royaume Uni).

11L’aire d’étude de cette recherche reprend les limites définies par Siegfried, par simple souci de comparaison. C’est moins l’étude d’un espace homogène politiquement qui nous intéresse, que l’évolution d’un espace qui fut homogène ; si l’Ouest ne présente plus aujourd’hui la même unité que sous Siegfried, l’analyse des changements n’en sera que plus passionnante.

12Dans cette logique, la Haute-Normandie, bien que fréquemment dissociée du Grand-Ouest (elle se situe en dehors de l'aire de diffusion de Ouest-France...), sera ici incluse, ne serait-ce que parce que Siegfried l'étudia en détail : "En étudiant les plaines de l'Eure, nous sommes donc en un sens en marge de notre sujet. Il y a là un cadre nécessaire à l'intelligence de l'ensemble, et nous ne pouvions le supprimer sans mutiler notre tableau".

13Cette étude portera donc sur les quatre régions Bretagne, Pays de la Loire, Basse-Normandie, Haute-Normandie, soit quatorze départements.

HERITAGES ET TRAUMATISMES

14Beaucoup d’études électorales font l’économie d’une analyse historique profonde, sous entendant que le comportement électoral de nos aïeux influence peu le notre, surtout dans nos démocraties télévisées désormais épargnées par les guerres tribales et les revendications autonomistes de masse. Les sociétés actuelles portent pourtant plus qu’on ne le croit les marques du passé, et le vote en est l’une des expressions, souvent inconsciente... Malgré l’homogénéisation des comportements en France, aux présidentielles de 1995, comme aux élections précédentes d’ailleurs, seul le bassin parisien a élu J. Chirac : le Nord-Ouest aurait élu le candidat du centre, le Sud-Ouest L. Jospin, la Vendée Ph. de Villiers, certains départements de Provence peut-être J.-M. Le Pen.

15La carte de la couleur politique des circonscriptions françaises en 1997 met en évidence des oppositions régionales que le scrutin majoritaire rend caricaturales. On peut ainsi distinguer de vastes régions compactes de représentation politique identique. On en distingue cinq à gauche (Sud-Ouest et vallée du Rhône, 120 députés, bassin parisien Nord/Est de la Seine à la frontière belge, 90 députés, Morvan/Puy de Dôme, 24 députés, Marne et Meuse, 22 députés, Bretagne Nord-Ouest, 15 députés). En dehors de ces grands ensembles, on ne dénombre que de très rares députés de gauche “isolés” (Cherbourg, Strasbourg, Calvados, estuaire de la Loire). Six ensembles un peu moins nets se détachent à droite (bassin parisien Sud/Est, 90 députés, Nord-Ouest de Valognes à la Vendée, 43 députés, Rhône-Alpes/Jura, 35 députés, Alsace, 17 députés, Côte-d’Azur, 15 députés, Sud et périphérie du Massif-central, 15 députés). On cherchera en vain des différences socio-économiques régionales significatives pour expliquer les variations de ces comportements électoraux. De même, on perçoit mal quelle personnalité locale politique pourrait influencer le comportement de plusieurs dizaines de circonscriptions. La clé de des influences réside sans aucun doute dans une tradition historique et dans sa subtile adaptation aux évolutions politiques et économiques contemporaines. Il est possible de les étudier en détail pour l’Ouest.

Les insurrections populaires

16L'Histoire politique de l'Ouest ne commença pas en 1913, ni même en 1848, avec le premier scrutin réellement universel. Plusieurs historiens se sont penchés sur des comportements politiques antérieurs. Ceux-ci se traduisent pratiquement toujours par des révoltes populaires, seules manifestations connues du tempérament passé des masses.

17Une "convention" voudrait que l'attitude des régions sous la révolution française ait forgé jusqu'à nos jours leur comportement politique, la Chouannerie, dans le cas présent, expliquant le conservatisme de l'Ouest. En fait, plus qu'un tournant politique pour chaque région, 1789 semble plutôt l’événement révélateur de comportements liés à une structure bien antérieure, soumise surtout à la pression différentielle de la noblesse et du clergé, par l'intermédiaire du mode de propriété.

18Ainsi, la Chouannerie toucha en Basse-Normandie essentiellement le bocage : Avranchin, Mortainais, Domfrontais. Le reste du Cotentin, du Bessin, de la Plaine de Caen et du pays d'Auge resta, sinon hostile à la contre-révolution, du moins indifférent. Mais cette attitude n'est pas nouvelle. Le même comportement particulier des bocains s'était déjà manifesté en 1639, par la révolte des nu-pieds. La région de Mantilly, et surtout celle d'Avranches, furent touchées par cette insurrection populaire contre la menace de suppression du quart-bouillon, qui permettait de se procurer du sel moins cher que dans les pays de Gabelle. Ces deux insurrections, dans leur déroulement comme dans leur développement spatial, sont similaires, et s'exprimeront encore de manière très virulente en 1906 (en réaction contre les inventaires des biens d'église par l'état) et en 1935, par la révolte des bouilleurs de cru. Il est possible de mettre en parallèle à ces insurrections la pratique religieuse très élevée de la société bocaine (tranchant nettement avec le reste de la Normandie), et des choix électoraux toujours plus marqués que la moyenne : à gauche vers 1885, à droite ensuite... Notons enfin que ces révoltes ne furent jamais révolutionnaires, mais "réactionnaires", c'est à dire défendant des structures passées, ou la menace de suppression de privilèges acquis. Les causes originelles de ces comportements demeurent inconnues. Mais elles sont sans aucun doute liées à celles de l'attitude du Maine et de l'Anjou, voisins en tout point, voire à celles de la Vendée.

19P. Bois (60), se penche, pour la Sarthe, sur l'explication de la mystérieuse frontière, qui sépare, jusqu'en 1956, le département en deux, entre un Ouest clérical et conservateur, et un Est anticlérical et de gauche. Cette frontière semble apparaître en 1793, et recoupe finalement celle de la Chouannerie. A partir de ce constat, Bois tente de démêler les causes et les conséquences politiques de ces guerres chouannes et, par assimilation, vendéennes. L'originalité de la démonstration de Bois est de montrer qu'à la veille de la révolution, l'Ouest de la Sarthe est moins clérical que l'Est. C'est entre 1789 et 1793 que l'inversion de comportement s'opère, et se révèle suffisamment marquante pour se maintenir jusqu'à la cinquième République. Selon Bois, les fermiers de l'Ouest sont les plus aisés (contrairement aux conclusions de Siegfried, qui en négligeant le poids des forêts, avait inversé le régime de propriété). A la veille de la révolution, ces riches fermiers convoitaient les terres du clergé, mais ces biens revinrent finalement à la bourgeoisie mancelle. La Chouannerie n'aurait donc au départ aucun caractère religieux, ne serait liée à aucune manipulation des masses par la noblesse, mais apparaît comme le fruit de l'opposition entre la société rurale et celle des villes. Le soutien à la religion n'est donc qu'un facteur secondaire, au regard du facteur financier, moins avouable, et qui sera oublié au profit d'une idéalisation de la lutte pour la foi et la liberté. La théorie de Bois est évidemment alléchante. Mais certaines de ses analyses peuvent être soumises à caution. Ainsi, pour affirmer que l'Ouest de la Sarthe n'était pas clérical avant 1789, il se base uniquement sur les cahiers de doléances : ceux-ci dénoncent l'opulence du clergé à l'Ouest, et s’y montrent indifférents à l’Est. Mais est-ce bien une preuve d’un anticléricalisme ? L’anticléricalisme n'est-il pas plutôt l'indifférence ? La présence de critiques envers le clergé ne montre-t-elle pas au contraire la forte pression de celui ci, son importance dans les préoccupations paysannes ? Réclamer la diminution de la dîme et s'étonner des biens immenses des abbayes, peut être une réaction du petit fermier sincèrement catholique, s'étonnant de la mainmise du grand clergé sur la religion. Ainsi, la répartition des curés réfractaires au serment constitutionnel montre qu'ils sont beaucoup plus nombreux à l'Ouest. Bois tente de démontrer que ce sont les villageois contre-révolutionnaires qui "obligèrent " les curés à se situer contre la révolution : "l'évêque était loin... le curé, issu lui-même souvent d'une famille paysanne, ne pouvait échapper à l'emprise du climat local". On peut penser que le curé, monopolisant l'autorité et le "savoir" depuis des siècles, influença le village par ses prises de positions, plutôt que le contraire... Enfin, Bois démontre que la Chouannerie est une insurrection populaire, et non guidée directement ou indirectement par quelques chefs influents, nobles ou religieux : "ces historiens de l'Ouest auraient dû sentir qu'un sentiment politique aussi persistant qu'il s'est à peine altéré au bout d'un siècle et demi ne pouvait être le résultat de l'action de quelques meneurs, et qu'il traduisait des tendances profondes, et dans une certaine mesure permanentes". Dans ce cas, il semble étonnant qu'une région anticléricale en 1789 le soit devenue en 1793, et ceci pour un siècle et demi. L'opposition ville-campagne, ici le moteur de la contre-révolution, serait donc bien postérieure à la révolution. Mais rien n'explique alors la cause originelle, puisque si cette opposition est présente dans le Maine, on ne la retrouve pas dans d'autres régions, toutes aussi rurales...

20La dernière révolte populaire à laquelle on attribue souvent des conséquences politiques est celle des "bonnets rouges", en Bretagne, en 1675. Il est tentant d'associer à cette jacquerie, qui mobilisa plus de trente mille hommes contre la fiscalité de Louis XIV, le vote à gauche et l'anticléricalisme de certains pays bretons. En effet, la répression brutale fut le fait du gouverneur de la province, mais également des jésuites, et de cet épisode pourrait être née une hostilité héréditaire du clergé et de la noblesse. Mais le principal foyer de la révolte se situe dans les montagnes noires (principalement autour de Carhaix-Plouguer), et dans le pays bigouden (à l'intérieur d'un triangle Quimper-Plozévet-Penmarc'h). Or, Siegfried nous présente les montagnes noires comme d'une affligeante banalité politique... La Cornouaille (dans laquelle s'insère le pays bigouden) est certes une démocratie peu cléricale, mais les votes à gauche y sont beaucoup plus timides que ceux des pays du nord, les Monts d'Arrée et surtout le Trégor.

21Il semble donc difficile de croire que ces insurrections puissent expliquer directement la permanence de comportements, ils semblent plutôt en être les révélateurs, à une période donnée. Néanmoins, le souvenir de ces conflits, par leur transmission et leur idéalisation, générations après générations, peut contribuer à faire survivre, voire à amplifier, l'hostilité ou la fidélité à une classe privilégiée.

La IIème république

22L'historien Seignobos nous dresse un bref portrait des paysages politiques de la France lors du premier scrutin de 1848. Ce portrait est bien souvent méconnu, sans doute parce qu'il n'en existe aucune cartographie. L'Ouest nous est avant tout présenté comme un océan de conservatisme, au milieu duquel se distinguent quelques isolats républicains. Ce sont d'ailleurs sur ces isolats républicains que se concentrent la majorité des commentaires. La principale source étant les rapports des procureurs généraux, il est évident que leur préoccupation concernait avant tout la crainte de ces foyers d'agitations. A partir du texte de Seignobos, j'ai donc tenté de cartographier les différents foyers républicains (figure 10).

23Il est ainsi possible de distinguer cinq formes de "menaces" républicaines. La première, sans doute la plus superficielle, est celle de la manifestation, d'un affrontement ponctuel, comme à Ecommoy et à Saint Calais, où les républicains défilent en faveur de Ledru-Rollin, ancien élu de la circonscription. Second foyer républicain : les concentrations industrielles et ouvrières. Elles sont toutes, de manière plus ou moins intensives, les bases d'une propagande "démagogique". On y retrouve les grands complexes : Rouen, Sotteville, Graville, Cherbourg, Brest, Lorient, Le Mans, mais aussi des poches de quelques centaines d'ouvriers, isolés dans des pays ruraux : les ouvriers du fer à l'Aigle, les ardoisiers de Trélazé, les tisserands de Cholet...

Figure 10. L'Ouest républicain en 1848, selon Seignobos

Figure 10. L'Ouest républicain en 1848, selon Seignobos

Source : interprétation du texte de Seignobos (1920-22), cartographie M. Bussi, M. Hazard.

24La troisième forme, beaucoup plus fréquente, est celle des associations, des "clubs républicains " qui se créent et tiennent quelques réunions. Mais ceux ci sont également limités aux grandes agglomérations politiquement timides, et aux villes moyennes : Caen, Rennes, Nantes, mais aussi Pont-l'Evêque, Alençon, Isigny, Granville, Dinan, Saint-Malo, Redon, Pornic, la Roche sur Yon, les Sables d'Olonne... Ces "clubs" ne constituent donc en rien des particularités politiques géographiques. Ils sont simplement l'expression d'une minorité intellectuelle, logiquement présente dans chaque ville un peu importante. On ne retrouve la présence rurale de tels groupes que dans la campagne mancelle (Mamers, Monfort le Rotrou), et surtout dans le Trégor, où leur densité est impressionnante : Treguier, Paimpol, Morlaix, Lannion, Plestin les Grèves, et un peu en dehors, Loudéac et Le Faou... Une manifestation, plus poussée mais plus rare, de ces clubs est l'édition d'un journal républicain. Il n'existe en fait que deux pôles d'édition structurés : Le Mans (« le Bonhomme manceau ») et Rouen, ainsi que quelques cas isolés (Saint-lô, Plestin, Fontenay le Comte).

25Enfin, la dernière manifestation de l'esprit républicain d'une commune est évidemment la présence d'élus. Seignobos note leur présence dans son commentaire, mais de manière non rigoureuse, et de ce fait, en oublie sûrement beaucoup. Les noyaux ouvriers comptent tous au moins un élu républicain, ainsi que la plupart des métropoles. La répartition des "républicains des champs" est plus intéressante. Hormis quelques cas notabilitaires particuliers (Dupont de l'Eure, républicain modéré, habite le Neubourg), leur présence est signalée dans le bocage normand (Mortagne au Perche, Domfront) et surtout assez régulièrement dans le Trégor, et dans la Bretagne intérieure, jusqu'à Pontivy.

26Quant aux comportements plus généraux des masses, les constats de Seignobos s'apparentent à ceux de Siegfried. La Normandie est conservatrice, plus par intérêt et par "tempérament" que par cléricalisme. La Bretagne est soumise au clergé, mais la Bretagne française demeure plus légitimiste que la Bretagne bretonnante, où "plane l'esprit démocratique". Les nuances, par pays, entre celui de Vitré, où "l'on ne note aucun fait politique", et le Trégor, "où la classe inférieure est disposée à la turbulence" rejoignent elles aussi très précisément celles de Siegfried. L'Anjou et la Vendée restent soumises à l'action conjointe du clergé et de la noblesse, et l'action légitimiste y est toute puissante. Le Maine est plus partagé, la région du Mans demeurant un foyer d'agitation, qui va jusqu'à influencer le sud de l'Orne, où par exemple Garnier-Pagès prépare sa candidature.

27Ce tableau est donc complémentaire de celui de Siegfried, mais met également en évidence l'extraordinaire permanence des comportements politiques. Dès le premier scrutin au suffrage universel, les principales frontières électorales actuelles semblent tracées. C'est la preuve qu'il existe bien des facteurs explicatifs antérieurs et extérieurs aux élections elles-mêmes.

L’OUEST SOUS SIEGFRIED

28Le tableau le plus dense et le plus complet demeure néanmoins celui de Siegfried. Le résumer n'est pas une entreprise aisée, par la multiplicité des niveaux de lectures qu'il comporte. J'ai logiquement choisi de privilégier le niveau géographique. En fait, le tableau de Siegfried ne comporte que peu de cartes générales de l'Ouest. De plus, ces cartes générales ne correspondent pas toujours à la réalité décrite dans le commentaire de Siegfried. Ce décalage s'explique aisément : dans son commentaire, Siegfried, met souvent en valeur le "climat" politique des régions, les rapports de forces et les tensions secrètes qu'il pressent, bien au delà des simples scores électoraux. La réalité que décrit Siegfried se trouve alors souvent en avance par rapport à la réalité actuelle des scrutins. Tel pays vote encore largement à droite, mais Siegfried nous affirme pourtant qu'il y règne une atmosphère républicaine, alors qu'ailleurs, le républicanisme clairement affiché n'est pour Siegfried que superficiel. Le géographe qui lit aujourd'hui Siegfried ressent l'étrange sensation de lire l'œuvre d'un Nostradamus... Ces prévisions se révèlent toutes rigoureusement exactes, hormis lorsqu'une région subit un bouleversement sociologique total (les littoraux par exemple). La qualité de Siegfried n'est donc pas seulement d'avoir décrit des permanences. Il avait également clairement analysé les profondes mutations politiques futures en Bretagne, en Normandie, du Léon, du Trégor, du Bray...

Typologie des tempéraments politiques

29Il n'existe aucune carte synthétique du tableau de l'Ouest de Siegfried. Siegfried s'est contenté de quelques cartes thématiques, le plus souvent par département. Seul Phlipponneau (90), a tenté cette expérience pour la Bretagne. Mais il s'attache plus aux cartes publiées dans le tableau qu'aux analyses de Siegfried, ce qui place parfois sa carte en contradiction avec l'esprit du tableau politique (attitude politique du bassin de Chateaulin, du Vannetais, localisation de la démocratie radicale de la Montagne...).

30Le texte, très géographique, de Siegfried, permet pourtant d'établir une carte précise des causes et des conséquences politiques (figure 11). Si l'on synthétise l'analyse de Siegfried, tous les types de comportements locaux qu'il nous révèle, souvent injustement assimilés à de "mystérieux tempéraments raciaux", sont en fait le résultat croisé de quelques variables explicatives de base.

31Le premier, et le plus important pour Siegfried, est le mode de peuplement, qui différencie le petit, le moyen, et le grand propriétaire. Ce facteur peut être induit par d'autres (géologie par exemple), mais en induit plusieurs : mode de peuplement (dispersion ou non de l'habitat, qui favorise la permanence, ou au contraire la diffusions des idées), aisance matérielle, structure sociale (fermage ou métayage, présence effective de la noblesse dans le cas de la grande propriété).

Figure 11

Figure 11

Source : interprétation du texte du "Tableau politique de la France de l'Ouest", de Siegfried (1913), cartographie M. Bussi, M. Debauvais.

32Le second facteur, apparemment indépendant des autres, est du domaine de la valeur idéologique : le degré de catholicisme. Nous allons donc trouver des régions où ce facteur religieux joue un rôle politique, provoquant des réactions cléricales ou anticléricales. Opposées à ces régions, non pas "cléricales", mais, où "l'attitude envers l'église détermine le comportement politique", il existe des régions d'indifférence à la religion, induisant également souvent une certaine indifférence à la politique. Cette attitude rejoint celle que Siegfried nous décrit comme le tempérament "normand", où le vote s'oriente plus en fonction des intérêts matériels que des valeurs idéologiques. Le choix électoral se fera donc le plus souvent vers un notable, capable de préserver les intérêts de l'électeur, (quel que soit son parti) et donc généralement vers le pouvoir en place.

33La combinaison de ces deux systèmes explicatifs, rapport à la propriété et rapport à la religion, permet de comprendre la diversité des attitudes dans l'Ouest.

34La pression du grand propriétaire noble, associée à la pression de l'église, induit le maintien de la droite royaliste.

35La petite et moyenne propriété, quand elle est riche, provoque un vote pour un parti plébiscitaire (bonapartisme).

36La petite et moyenne propriété, quand elle est pauvre, suit un comportement radical (républicain).

37Le comportement "a-clérical" normand respecte les affirmations précédentes, en les tempérant.

38Ces quatre règles suffisent pour comprendre la diversité des situations politiques de l'Ouest en 1913. L'association d'une forte pression nobiliaire et du clergé est le cas le plus fréquent de l'Ouest intérieur. L'exemple type est celui du Maine, où la moyenne noblesse, très présente localement sur le terrain, s'allie parfaitement à l'église, pour exercer son pouvoir sur les fermiers, qu'elle conçoit à la fois comme un droit mais également un devoir, préférant même lui sacrifier endettement et pauvreté. Ce rapport noblesse-clergé peut subir quelques nuances. En Vendée, si les deux pouvoirs se complètent pour une domination sans faille de la droite, le pouvoir clérical est sans doute plus puissant, et reste celui que les vendéens suivraient, dans le cas d'un hypothétique choix entre les deux. L'Anjou voisin, sur le plan électoral, ne diffère en rien du Maine et de la Vendée, dans son conservatisme royaliste. Néanmoins, la richesse et le lustre de sa noblesse, la plus "brillante" de l'Ouest, font sans doute qu'elle est le premier garant du maintien de la structure sociale. L'église bien que très présente, n'est qu'à son service.

39Au fur et à mesure que l'on s'aventure vers l'Ouest de la Bretagne, ce double pouvoir va prendre des nuances plus significatives. Siegfried divise la Bretagne par trois frontières orientées Nord-Sud, isolant ainsi quatre pays, dans lesquels la bretonnité devient de plus en plus pure, si l'on progresse d'Est en Ouest. Le premier, suivant grossièrement les limites de l'Ille et Vilaine, est compris entre les frontières historiques du Duché de Bretagne et celles du Pays Gallo, où le caractère breton, dans les maisons, les paysages, commence à apparaître. Le pays Gallo, est lui limité à l'Ouest par la frontière linguistique du breton. Pays souvent occupé par une population non bretonne, il subit largement les influences de l'Ouest. Le poids de la noblesse y est toujours fort, hormis peut-être dans le pays de Loudéac, mais c'est surtout l'influence variable de l'église qui explique les différents types de comportements. Son rôle n'est réellement puissant que dans le Vannetais, région la plus proche, géographiquement et économiquement des côtes nantaises ; les côtes du Nord, moins cléricales, sont également moins conservatrices.

40Au delà de la frontière linguistique se distinguent les pays de structures "féodales" et ceux de structures démocratiques, séparés par une ligne suivant plus ou moins la frontière du Finistère. Dans les pays de structure féodale, c'est évidemment l'influence du clergé qui permet le maintien ou non au pouvoir de la droite royaliste. Dans le Vannetais occidental, l'église est encore puissante. La droite s'y maintient donc, mais le pays est le théâtre de luttes théologiques passionnées : plus qu'un fief, il s'agit là d'un "champ de bataille", où s'illustra notamment le comte de Mun dans la défense sacrée de l'église. Au Nord, dans le Trégor, le pays de Renan démontre au contraire son anticléricalisme (et non son indifférence à la religion). La noblesse doit donc supporter seule l'équilibre socio-culturel. Jusqu'en 1900, elle y parvient encore tant bien que mal, mais uniquement par l'inorganisation de ses adversaires. La période de rédaction de Siegfried coïncide avec celle où cet équilibre s'effondre, et en 1910, le pays bascule dans la démocratie.

41Enfin, à l'extrême Ouest se localisent les pays de structures démocratiques. Plus l'on s'éloigne de l'Ouest intérieur, et plus le poids de la noblesse et du clergé semble décroître, cela se vérifie dans un gradient Est-Ouest comme dans un gradient Nord-Sud. La Cornouaille, au Sud-Ouest de la péninsule, suit cette tendance : elle se caractérise comme une démocratie laïque, et son attitude est donc logiquement républicaine, dès les premiers jours de la révolution. Au Nord, par contre, le Léon s'affirme comme une très curieuse exception à la perte d'influence du clergé vers le Nord-Ouest. Le noble n'y a que peu d'influence. A l'inverse du Trégor voisin, c'est à l'église de supporter seule le poids de la structure sociale. Assurément, elle y parvient, mais le clergé doit alors devenir plus modéré, plus proche des petits propriétaires (les julots), plus "sincère" et spontané. Sans l'appui de la noblesse et de la grande propriété, le clergé parvient alors à maintenir la droite, mais au prix de concessions, et d'une droite plus sociale, moins conservatrice...

42Dans la plupart des cas, la petite propriété règne dans des pays où l'influence du noble et du curé devient alors nulle. C'est le plus souvent le cas sur les marges de l'Ouest. Autonome, n'ayant rien à craindre lorsque la superficie de son exploitation suffit à sa survie personnelle, le petit propriétaire aspire logiquement au concept de liberté. Dans plusieurs cas de figures, le petit exploitant ira jusqu'à voter à gauche :

  • Si le sol est réputé ingrat, et le pays pauvre : Beaugeois, Plateau de Saint-Calais...

  • Si les pays sont "ouverts", sur le monde extérieur et donc les idées progressistes. Il peut s'agir d'Openfields (plaine poitevine, Plateaux de l'Eure...), mais aussi de toutes les zones côtières, par la multiplicité des activités et le fort brassage de population.

  • S'il existe, mêlée à la population rurale, une population ouvrière. C'est le cas de la grande couronne rouennaise, mais aussi d'un certain nombre de ports et d'arsenaux (Douarnenez, Concarneau, Brest et Lorient...).

43Ailleurs, le petit propriétaire, se détournant de la gauche, se libère également de la droite traditionnelle en choisissant un parti "plébiscitaire" comme le bonapartisme :

  • Si l'exploitation est riche : le petit propriétaire tient donc à la liberté, mais non à l'égalité. Le bonapartisme correspond alors parfaitement aux valeurs que recherche ce petit propriétaire : un pouvoir fort, garantissant l'ordre social, mais suffisamment progressiste pour permettre la libre entreprise, l'ascension sociale. On retrouve ce type de comportements dans le Saumurais, le Pays de Bray...

  • L'isolement peut jouer le même rôle. Un habitat dispersé, ou des conditions d'isolement particulières, peuvent ne pas permettre la diffusion des idées les plus novatrices, par exemple les pays de marais (Breton, Poitevin), ou certaines îles.

  • Cet isolement peut conjointement être lié au voisinage, et même l'entourage par des régions profondément conservatrices. Le pays de petite et moyenne propriété n'osera pas alors se démarquer profondément de ses voisines, et préférera se contenter d'un vote bonapartiste plutôt que républicain (vignoble nantais...).

44Le tempérament normand ne modifie pas ces logiques. Il agit, selon Siegfried, au Nord de la ligne de partage des eaux de la Manche et de la Loire. Le rôle du noble devient alors extrêmement limité. Quand au clergé, il "fait partie du mobilier". Le normand est croyant, par habitude et par superstition, mais il est clérical bien plus que catholique. L'église n'a donc aucun ascendant politique. Dans les pays ruraux riches (les pays herbagers), le notable bonapartiste est a priori celui le plus apte à préserver ses intérêts. Le pays d'Auge, le Cotentin, en sont les exemples types, ainsi que le Bessin, avec toutefois une petite nuance liée à la présence locale de nobles. La défense des intérêts de l'openfield de la plaine de Caen, associée à la présence dans quelques villes et de pôles ouvriers, passe par l'élection de radicaux, voire de boulangistes. Le même cas se présente dans le petit carré industriel au cœur du bocage de Vire-Tinchebray-Flers-Sourdeval. Le Caux, ni riche ni pauvre, ni isolé ni ouvert, est finalement l'exemple le plus pur de l'apolitisme normand, suivant au coup par coup la défense de ses intérêts, fidèle à un notable, mais indifférent à son drapeau. Enfin, le bocage normand, se caractérise par une certaine influence du clergé. Il y a donc ici incompatibilité avec le tempérament normand. La coexistence, longtemps explosive, entre les deux comportements, explique la spécificité du bocage par rapport au reste de la population normande, dont les attitudes surprennent, car plus tranchées et plus violentes qu'ailleurs. Les marges entre la Normandie et la Bretagne voient s'y accroître la puissance de l'église au détriment de celle du château. Les marges Maine-Normandie voient au contraire se renforcer l'emprise du noble, celle du curé restant limitée.

45A travers cette interprétation, l'analyse de Siegfried peut apparaître autosuffisante, expliquant la totalité du politique. En fait, Siegfried a également négligé, volontairement ou non, un certain nombre d'autres facteurs de l'opinion politique. Le rôle de la structure socioprofessionnelle est presque partout largement minoré, ainsi que celui de l'aisance matérielle et du patrimoine. Enfin, Siegfried n'évoque en aucun cas les structures familiales (anthropologie), alors qu'en 1900, celles-ci devaient encore être encore très marquées géographiquement. Si elles jouent réellement le rôle politique déterminant que Todd leur accorde, il est curieux que Siegfried dans ses précises enquêtes de terrain, n'en ait relevé aucune trace.

Les facteurs explicatifs en question

46Les relectures précises et complètes de Siegfried sont rares. La majorité des géographes se contentent d'extraire une citation de l'introduction du tableau pour introduire leur propre sujet, ou de relire le chapitre concernant le pays que le chercheur monographie. P. Bois, en historien, nous propose sans doute la critique la plus profonde du tableau politique. Il s'attache dans un premier temps à démontrer le caractère inopérant des liens de causalité établis par Siegfried. Le régime de propriété, facteur explicatif royal pour Siegfried, ne fonctionne qu'occasionnellement pour Bois. Ainsi, le régime de propriété oppose l'Ouest intérieur à la Normandie (moyenne propriété), et les deux régions votent pourtant à droite... Mais Bois oublie que la réalité est plus complexe : la petite propriété n'induit pas forcément le vote à gauche, par opposition à la grande. Certes, le petit exploitant peut aspirer logiquement à la liberté et l'égalité, mais au fur et à mesure qu'il s'enrichit, que son statut devient stable, il repasse à son tour dans le camp des dominants, et se retranche derrière un conservatisme de plus en plus marqué. Cette évolution rejoint celle bien étudiée des professions indépendantes (boutiquiers, artisans, Mayer, 84), qui sont passées en deux siècles de l'extrême gauche (les boutiquiers en 1789 sont les premiers artisans de la révolution), à un glissement progressif vers la droite et même l’extrême droite P. Bois s'évertue à démontrer dans l'Ouest les contre-exemples niant le rôle du régime de propriété. Mais son jeu est facile, puisqu'il dénonce les variables explicatives une à une, alors que nous l'avons vu, leur rôle ne peut se comprendre que combiné. Certes le Léon est soumis à la petite propriété, et vote à droite, mais c'est ici l'action combinatoire de l'église, qui parvient à se maintenir dans cette démocratie, qui donne la clé du vote. P. Bois note néanmoins avec pertinence que la puissance de cette pression sociale, quasi féodale, est peut-être exagérée. Siegfried pense ainsi que l'introduction de l'isoloir modifiera considérablement les comportements. Il n'en sera absolument rien. Le fermier exploité, par l'anonymat du bulletin, devrait pouvoir enfin exprimer en toute impunité son mécontentement. S'il n'en fait rien, il faut en conclure que la pression n'est pas imposée, mais consentie, ou pérennisée, l'attitude politique s'étant transformée en habitude. Néanmoins, l'argument ne vaut pas pour les régions catholiques. Là où le clergé se donne un rôle politique, le vote à gauche devient un péché, et selon le mot de nombreux prêtres, le poids d’un bulletin pèse lourd dans la balance du jugement dernier... Et le regard divin ne s'arrête pas au pied du rideau de l'isoloir...

47La religion semble donc apparemment la clé qui ouvre toutes les portes. Mais Bois se demande logiquement s'il s'agit bien d'un facteur de l'opinion, ou de l'opinion elle-même. En effet, jusqu'à Siegfried, toutes les luttes politiques se sont placées sur le terrain de la religion. Dire que les pays déjà cléricaux, encadrés par le clergé, ont politiquement soutenu cette église, n'apprend rien... Il faudrait dépouiller le terme "droite" de son contenu religieux. La question de fond que se pose Bois est alors juste mais sans réponse : "pourquoi, l'habitat et le régime foncier étant identique, une région est-elle cléricale et une autre pas ? " Le chercheur se retrouve alors au pied du mur, après avoir pourtant cru trouver une porte. La tentation est alors grande de recourir au "mystère ethnique", et à la différentiation raciale. C'est sans doute ici le reproche le plus réel que l'on puisse faire (et que l’on a fait) à Siegfried. Quand le mystère est inexplicable, il succombe alors souvent à une discrimination raciale assez primaire qui, à une autre échelle, forgea les bases de la Géopolitik allemande. Au vendéen passionné, Siegfried oppose, à partir des vers de Ronsard et Du Bellay, "le mol angevin", soumis par nature depuis la nuit des temps. Si la présence détectée par Siegfried à la pointe de la Hague d'indomptables vikings, ayant préservé la pureté de leur race et de leur comportement rebelle, laisse le lecteur perplexe, le "tempérament normand", plus qu'un critère racial, peut s'interpréter comme un apolitisme et un conservatisme modéré directement influencé par la société anglo-saxonne. Les divisions bretonnes sont les plus sujettes à caution. Pour expliquer l'anticléricalisme du Trégor, Siegfried nous révèle "que cette race de breton est sans doute la plus brillante de toute l’Armorique", elle "monte aux étoiles ou roule au ruisseau"...Cette arbitraire et prétendue intelligence supérieure semble plutôt inspirée des textes souvenirs de Renan, forcément partisan, puisque enfant de Tréguier. Mieux vaut évoquer le paganisme celte, survivant dans ces campagnes moins accessibles à l’église. Le même argument tient pour l’explication délicate de la démocratie des monts d’Arrée, où l'on surprend Siegfried à écrire : "Je ne pouvais, en les voyant, m'empêcher de penser que ces bretons bretonnants l'emportaient à tous égards, en intelligence et en personnalité fière, sur le peuple courbé des gallos" !

48L'ambiguïté naît d'un paradoxe : la première hypothèse est que les cadres sociaux, nobles et prêtres, sont les seuls détenteurs d'un message politique, et déterminent donc l'orientation des masses amorphes. Mais la seconde hypothèse est qu'il existerait chez ces masses une tradition, un comportement latent, qui seul pourrait expliquer les différenciations géographiques. Est-ce le cadre politique qui modèle le tempérament de la masse à son image, ou au contraire le tempérament de ce peuple, conscient ou inconscient, qui modèle les cadres, d'ailleurs souvent issus de ce peuple ? La clé est assurément dans l'Histoire, et revient à chercher qui le premier est né de l'autre. Mais la recherche d'une solution à ce paradoxe dépasse largement le cadre de cette étude. Bois pense pouvoir le résoudre, mais ne fait que le repousser au delà de la révolution.

49Acceptons alors notre synthèse des analyses de Siegfried comme hypothèses de base à l'étude de la cinquième République.

50Les deux premières hypothèses reprennent les facteurs explicatifs de bases :

511-Le poids de la structure socio-économique (ici, régime de la propriété et richesse)

522-Le poids de la religion

53Ces deux facteurs lourds subissent les premières déformations liées à des processus de diffusion :

543-Diffusion spatiale (omniprésente chez Siegfried, où l'influence des noyaux politiques les plus marqués se dilue progressivement sur leurs marges)

554-Diffision dans le temps (permanence, et même renforcement d'habitudes dont la raison sociale est dépassée)

56Face à ces processus de diffusion se retrouvent dans le texte de Siegfried deux processus de ruptures.

575-Le rapport ville-campagne, qui modifie sensiblement la diffusion spatiale théorique.

586-Le poids de la notabilité, de personnalités particulièrement influentes, qui tendent à modifier l'évolution historique (et géographique) des permanences.

597-Enfin question synthétique au cœur de l'œuvre de Siegfried, existe-t-il un tempérament ethnique, formé par la combinaison de phénomènes connus ? Ce tempérament peut-il survivre au delà de l'existence de ses phénomènes explicatifs originels ? Ces tempéraments ont-ils encore aujourd'hui une existence, face à l'éclatement de la société communautaire, la médiatisation nationale des messages politiques, et la rapidité des mutations sociales ?

De la Troisième à la Cinquième république

60En 85 ans de scrutins, de 1870 à 1956, la permanence des votes de l’Ouest est impressionnante. Il y a eu bien entendu un glissement des partis et des attitudes, mais les républicains catholiques d'aujourd'hui représentent le même courant politique que celui des royalistes de jadis, les républicains radicaux d'hier sont devenus socialistes, et les ex-socialistes sont eux passés communistes... Le Gaullisme d'aujourd'hui peut être associé au Bonapartisme d'hier. Il est donc ainsi largement possible de comparer les attitudes politiques à plus d'un siècle d'intervalle, puisque, malgré le caractère apparemment éphémère des partis, les valeurs qui s'y rapportent restent, elles, remarquablement stables...

61La « Géographie des élections françaises », par département, de la troisième et quatrième République, de Goguel (70), permet la comparaison immédiate de tous les scrutins importants (figure 17). En 1870, la particularité conservatrice de la France de l'Ouest n'apparaît pas clairement. Le scrutin, plébiscite pour l'empereur, montre que l'Ouest n'est pas spécifiquement bonapartiste. Ce n'est qu'à partir de l'élection législative de 1881 que l'homogénéité de l'Ouest apparaît pour la première fois de manière monolithique. La droite, alors désunie, réalise un score très faible et ne se maintient que dans ses bastions les plus purs. Pour cerner l'appartenance politique des députés, Goguel a utilisé leur vote à l'assemblée, concernant un amendement qui visait à supprimer la mention de Dieu dans les serments judiciaires. C'est donc la droite partisane de l'association de l'église au pouvoir qui se trouve ici cartographiée. En 1885, le bloc Ouest de droite s'affirme encore davantage, le scrutin étant marqué par la lutte autour de la laïcité représentée par Jules Ferry.

62Lors du scrutin de 1893, le pape Léon XIII donne la consigne de ralliement à la République aux catholiques français. Curieusement, en France, seuls les départements les plus cléricaux de l'Ouest résistent au net recul de la droite. Cette attitude confirme la thèse d'un catholicisme qui ne se maintient non pas par conviction, mais parce qu'il est le ciment de la structure sociale encore dominée par la noblesse. L'Ouest se distingue peut-être encore plus nettement du reste de la France aux législatives de 1902. Il est vrai que l'appartenance des députés est calculée sur le vote ou non de la séparation de l'église et de l'état... Jusqu'en 1914, et malgré Joseph Caillaux, qui tend à rapprocher vers le centre le vote de la Sarthe, le bloc de l'Ouest conservera son étonnant unanimisme.

63Au sortir de la guerre, lors du scrutin de 1919, l'Ouest apparaît largement plus dilué dans un paysage politique français bouleversé. La Bretagne affiche un recul de la droite (lié au passage d'une droite nobiliaire à une droite bourgeoise, voire paysanne), tandis que des régions traditionnellement de gauche (Centre, Aquitaine) semblent changer de camp. Mais dès le scrutin de 1924, et surtout 1928, le paysage politique retrouve ses oppositions traditionnelles. L'Ouest se réunifie plus que jamais face au cartel des gauches. L’année 1936, par la création du Front Populaire, provoque un durcissement des positions, de droite comme de gauche. Dernier scrutin national avant la guerre, la carte de France est alors le reflet exact du bipartisme en France des années précédentes, le bloc de l'Ouest s'affirmant toujours aussi nettement conservateur. Le référendum de 1946, sur la ratification d'une Constitution votée par une assemblée de majorité communiste, tend à montrer que ni la guerre, ni le droit de vote accordé aux femmes, n'ont finalement eut d'effet sur le paysage politique de l'Ouest : le non au marxisme y est massif. Les élections qui vont suivre vont toutefois nuancer cette première impression. L'Ouest est encore largement opposé au communisme, mais la droite traditionnelle a perdu ses notables, compromis pour la plupart par leur soutien au gouvernement de Vichy. Certains seront déclarés inéligibles et la plupart n'oseront de toute façon pas se représenter. La droite traditionnelle semble ainsi décapitée. Le MRP, plus actif pendant l'occupation, plus dynamique dans la relance économique, présent dans les premiers syndicats et coopératives chrétiennes, largement appuyé par Ouest-France qui prend le relais de Ouest-Eclair, s'impose logiquement auprès de l'électorat catholique. Le vote féminin lui permet sans doute de devancer la SFIO, à laquelle l'Ouest ne se montre plus hostile. En 1951, l'unanimisme de l'Ouest ne se retrouve que dans son anticommunisme, mais la droite reste divisée entre les paysans indépendants, le MRP, qui perd des voix, et le RPF, qui renforce progressivement son emprise. Dès 1956, l'addition des voix de droite recompose un bloc Ouest soudé autour des Pays de la Loire. Mais la Haute-Normandie, la Sarthe et désormais le Calvados, rendent la frontière avec le bassin parisien moins nette, pendant que l'Ille et Vilaine et surtout les Côtes d'Armor tendent à lézarder le bloc de l'intérieur.

Figure 12. L'Ouest sous la IIIème et IVème république, selon Goguel

Figure 12. L'Ouest sous la IIIème et IVème république, selon Goguel

Source : Goguel (61), "Géographie électorale de la France sous la IIIème et IVème République".

64Goguel conclut ainsi son panorama "la France de l'Ouest a constitué invariablement le bastion le plus étendu et le plus solide de la droite". C'est la seule région française à afficher une telle permanence face à la droite, le Midi Méditerranéen et le Centre étant son pendant pour la gauche. les comportements électoraux des résidents de l'Ouest survécurent presque sans égratignures aux bouleversements radicaux que connu la société française en 100 ans. Les cadres politiques de l'Ouest ont incontestablement fait preuve d'une étonnante faculté d'adaptation, mais leur est-il possible de tenir le rythme de l'accélération exponentielle de ces transformations sociales sous la cinquième République ?

L’OUEST SOUS LA CINQUIEME REPUBLIQUE

65Avant d’aborder les différences socio-électorales internes à l’Ouest sous la cinquième république, ce chapitre vise à clarifier l’évolution globale de l’Ouest depuis 40 ans par rapport à la France.

L'évolution électorale

66Depuis 1958, y a-t-il pour l'Ouest permanence des disparités spatiales, ou au contraire une homogénéisation des comportements ? Il s'agit ici d'une question essentielle, mais apparemment simple, qu'une observation cartographique devrait résoudre. Pourtant, aucun des chercheurs qui se sont penchés sur la question (Renard, Macé, Pihan, Phlipponneau, Frémont...) ne donne clairement de réponse. Les cartes par plage nous offrent l'image d'une saisissante permanence. Les bastions, de droite comme de gauche semblent spatialement d'une remarquable stabilité. Mais la simple observation de l'écart entre le score maximum obtenu par un parti dans un de ses fiefs, et le score minimum, nous montre que cette amplitude électorale se réduit régulièrement et sensiblement. Ce sont donc les cantons ruraux où le vote de droite frisait l'unanimisme qui sont le plus touchés par cette uniformisation des comportements, la même attitude trouvant son pendant à gauche, quoique de manière moins nette, par la diminution des banlieues massivement de gauche.

67Au total, il est donc difficile de se prononcer. Certes, les frontières politiques siegfriediennes se sont atténuées, et les pics de chaque parti se sont érodés ; mais rares sont les inversions de tendance, et la localisation des "climats politiques" reste la même. En terme de pouvoir, notion qui est finalement la plus importante politiquement, puisqu'elle est le but unique de chaque consultation, c'est nettement la permanence qui prime. La plupart des élections restant des scrutins majoritaires, la couleur politique de l'élu de chaque espace ne change guère au cours de la cinquième République, même si leur marge de sécurité se réduit. La permanence politique n'est donc pas qu'une illusion cartographique. Pourtant, curieusement, cette permanence locale s’oppose à un lent mais évident rapprochement du vote de l’Ouest par rapport aux moyennes nationales, au moins en ce qui concerne le clivage gauche/droite (figure 13).

68Nous découperons la vie politique française sous la Vème République en quatre décennies. Notons néanmoins que ces découpages valables en France ne correspondent qu'imparfaitement à l'Ouest, où un transfert important de l'électorat, du MRP vers le socialisme, semble s'être effectué au milieu des années 70.

69La première décennie va donc de 1958 à 1968. Elle est celle en France du Gaullisme triomphant, aux dépens de la droite traditionnelle. La gauche est largement minoritaire, et les résultats de la SFIO restent nettement inférieurs à ceux du parti communiste. L'Ouest y vote toujours nettement plus à droite que la France (environ de 10 %). Seule la Haute-Normandie oscille de part et d'autre de la moyenne nationale. A droite, les spécialistes montrent généralement un équilibre des forces dans l’Ouest entre la droite traditionnelle et la droite gaulliste. Ceci est vrai en résultat brut. Mais rapporté à la moyenne française, le poids des notables de la droite traditionnelle apparaît nettement plus marqué à l'Ouest qu'en France. Il existe néanmoins des nuances régionales. La Basse-Normandie demeure la grande région du Gaullisme, fidèle parmi les fidèles au général (+ 17 % en 62), ceci jusqu'en 68, où elle rejoint la moyenne française et de l'Ouest. La Bretagne est marquée par l'action du CELIB, dirigé principalement par des notables radicaux ou centristes. La "bataille de Bretagne" pour la loi programme, qui marqua les années 60, explique sans doute leurs très forts scores à chaque législative (+21 % en 62, +18 % en 68). La "vague gaulliste bretonne" de 62, qui provoquera l'échec du CELIB, et que Phlipponneau (86) qualifie "d'aberrante", quelques semaines après de violentes manifestations populaires antigouvernementales, est, une fois ramenée à la moyenne française, largement relativisée. L'Ouest se montre indifférent à l'extrême droite, seuls les scores des Pays de la Loire dépassant ceux de la France, avant 1965 : ceci s'explique uniquement par la candidature personnelle de Poujade dans le Maine et Loire. 1968 est assurément une élection de "combat". Tous les faits politiques semblent en France masqués par l'apparente "vague gaulliste", qui déferle, sur l'Ouest comme ailleurs. Mais 1968 marque également, pour la première fois lors d'une élection législative, la réduction de l'écart pour le total Gauche-Droite entre l'Ouest et la France.

Figure 13. Ecart politique depuis 1958 entre l’Ouest et la France.

Figure 13. Ecart politique depuis 1958 entre l’Ouest et la France.

70La seconde période, 1969-1978, est celle des progrès socialistes, 1978 étant la dernière consultation nationale avant que le PS ne devienne le parti de la majorité présidentielle. Après le congrès d'Epinay de 1971, les progrès socialistes sont donc particulièrement nets, et ils apparaissent plus rapides dans l'Ouest qu'en France. L'écart entre l'Ouest et la France pour le PS passe de - 10 % en 1968 à - 5 % en 78. L'essor est particulièrement net en Bretagne, la région la moins socialiste en 1968 (- 12 %), et la plus socialiste en 1978 (- 3,5 %). L'étendard régionaliste, abandonné par les centristes, fut alors largement redéployé par les nouveaux cadres du parti socialiste. L'étape la plus spectaculaire des progrès socialistes reste sans doute l'élection municipale de 1977, où le PS et le PC prennent en une élection la plupart des mairies importantes de l’Ouest. Il est toutefois faux de déclarer que pour l'Ouest, le progrès socialiste profite du déclin communiste. De 1968 à 1978, l'écart du score communiste entre l'Ouest et la France reste stable. Suite, en 1973, à une chute très nette, et valable pour chaque région de l'Ouest de l'influence des anciens notables gaullistes, la droite “plébiscitaire” entame une lente remontée qui ramène son score en 1978 à celui de la moyenne nationale. Cette rupture de tendance correspond à la période de transition des deux gaullismes de la cinquième République : celui du Général, et celui de Chirac, qui deviendra RPR en 1976. C'est donc la droite traditionnelle et catholique qui semble ici faire les frais des progrès socialistes. Il s'agit là sans doute du constat le plus important. Quand les questions religieuses se sont marginalisées du débat politique, le vote MRP ou centre démocrate, d'inspiration profondément égalitaire, s'est logiquement mué en un vote socialiste modéré, désormais compatible avec une conscience catholique. La Basse-Normandie ne suit pas cette logique, et passe directement du Gaullisme à la droite traditionnelle (+17 % pour le Gaullisme en 62, + 14 % pour la droite traditionnelle en 78), confirmant ainsi sa préférence pour des députés "utiles" et donc appartenant à la majorité présidentielle. L'Ouest affiche toujours une parfaite indifférence à l'extrême droite, et plutôt de la méfiance envers le jeune courant écologiste, hormis en Basse-Normandie.

71La troisième période est celle du socialisme au pouvoir. Le tournant est particulièrement important pour l'Ouest. Pays de la Chouannerie, la vague rose pourrait y apparaître comme une autre révolution imposée à un Ouest qui n’en voulait pas. Pourtant, les graphiques montrent que 1981 n'est en rien une rupture. Malgré une campagne législative de 1981 très politisée dans l'Ouest, où les notables de droite eurent amplement recours aux phobies de la laïcité et de la collectivisation (rappelant la campagne de 1968), l'Ouest se rapproche sensiblement de la moyenne française. Fait nouveau, aux législatives qui suivent, en 81 et surtout 86, l'écart continue de se réduire, pour finalement devenir nul aux présidentielles de 1988. L'élection de 1988 pourrait donc être définie comme l'aboutissement d'une longue évolution tout au long de la cinquième République, achevant, peut-être définitivement, l'harmonisation des comportements entre l'Ouest et la France, et sonnant, 75 ans après, le deuil de l'Ouest siegfriedien. Mais l'élection présidentielle de 1988 est trompeuse, un peu comme l'était celle de 1969. La personnalité de Mitterrand, ainsi que sa campagne volontairement très modérée, visant avant tout l'ouverture, a su séduire une partie de l'électorat démocrate chrétien de l'Ouest. Ainsi Chirac progressa très peu dans l'Ouest entre les deux tours, malgré les forts résultats de Barre au premier tour. Ces écarts s'expliquent également par le rejet net et massif des thèses du Front-National dans tout l'Ouest, qui dès 1986 reste très inférieur à son score français. Les candidats de droite de l'Ouest ne perdent donc pas les voix qui ailleurs, se détachent d'eux vers l'extrême droite. Le même phénomène explique sans doute pourquoi, depuis 1986, le déclin du PC semble moins fort dans l'Ouest qu'en France, même si les faibles scores du PC semblent toujours une caractéristique dominante de l'Ouest. On peut se demander sur cette période quelle a été la part de l'Ouest dans l'évolution politique nationale. La domination de l'Ouest, ne serait-ce que par son poids démographique, est un enjeu national important. En 1974, Giscard devance Mitterrand de 424 599 voix en France, et assure largement son élection dans l'Ouest, où il compte un solde positif de 552 265 voix. En 1981, pour l'emporter, Mitterrand gagnera 1 490 555 voix sur Giscard par rapport à 74. Dans l'Ouest, il en gagne 451 135. L'Ouest a donc contribué pour 30 % au succès de Mitterrand en 81 (dont 23 % par ses seuls progrès en Bretagne et Pays de Loire). En 1988, Mitterrand gagne 1 419 353 voix dans l'écart qui le sépare au second tour de son candidat de droite. Dans l'Ouest, il en gagne 538 400. L'Ouest assure ainsi 38 % du progrès de Mitterrand en sept ans, les Pays de la Loire en assurant 15 % à eux seuls...

72La quatrième décennie n’est pas achevée. Elle est donc plus délicate à étudier, par manque de recul, et par l’apparente brutalité des flux et reflux du rapport droite/gauche. Lors des législatives de 1993, les journaux de l’Ouest analysèrent prématurément comment un seul scrutin mettait fin à vingt ans de lente montée de la gauche, l’échec historique de la gauche à Saint-Nazaire ou dans les Côtes d’Armor étant par exemple analysé dans ce sens. En 1997, les déclarations sont tout aussi historiques, mais à l’inverse, telles les défaites historiques de la famille d'Harcourt dans le Bessin, la chute de la droite dans le Léon et à la Baulle, ou l’élection pour la première fois au scrutin majoritaire en Maine et Loire d’un député sinon de gauche, au moins écologiste. En fait, si l’on compare l’Ouest à la France, en dépit des vagues nationales, les élections de 93, 95 et 97 prolongent parfaitement le lent processus d’homogénéisation : le rapport droite/gauche est désormais, et ceci depuis 1988, à un ou deux points près, le même à l’Ouest qu’en France. La situation est très différente des années 60, où les écarts entre l’Ouest et la France étaient de 15 points. L’Ouest n’est plus dans son ensemble un bastion conservateur. Certes, la Haute-Normandie tire aujourd’hui la moyenne de l’Ouest vers la Gauche, mais le parti socialiste obtient en Bretagne des scores stables au dessus de la moyenne nationale, et ceci depuis 1981 ; jamais de leur histoire électorale les Pays de la Loire n’ont jamais été aussi près de la moyenne nationale qu’aux présidentielles de 1995 (- 2 %)... D’ailleurs, lors des municipales de 1995, les socialistes conserveront sans trop de problèmes la plupart des villes de l’Ouest qu’ils tiennent depuis 15 ou 20 ans (Nantes, Angers, Le Mans, La Roche sur Yon, Rennes, Quimper, Saint-Brieuc)... Les conjonctures politiques de chaque élection masquent donc des tendances régionales claires.

73Doit-on alors en conclure que l’originalité de l’Ouest politique n’existe plus ? Ce serait exagéré. Il ne faut tout d’abord pas oublier que les moyennes régionales masquent des écarts locaux certes érodés, mais qui suffisent à assurer une stabilité politique. En 1997, la Vendée, la Mayenne, l’Orne, la Manche ou le Morbihan restent quasiment uniformément de droite. Les évolutions politiques se marquent surtout dans les espaces périurbains, de Caen, de Nantes ou de Brest. Les élections régionales et cantonales récentes ont démontré à l’Ouest la stabilité de l’appareil politique de proximité. En outre certaines spécificités demeurent : le vote d’extrême droite reste depuis 88 inférieur de cinq points aux moyennes nationales (d’un autre point de vue, en observant cette stabilité de l’écart, on pourrait avancer que le Front-National progresse désormais aussi rapidement à l’Ouest qu’en France). Mais surtout, en pleine phase d’apparente “homogénéisation” des comportements, le référendum de 1992 sur la ratification du traité de Maastricht fit apparaître en pleine lumière les nouvelles valeurs de l’Ouest politique : du Finistère au Maine et Loire, à l’exclusion de la Normandie, l’Ouest s’afficha comme l'aire pro-Maastricht la plus étendue et la plus marquée de France, à la surprise des politologues français, qui en simplifiant la Géographie pensaient que l'intensité de la ferveur européenne des régions se mesurait uniquement avec la distance à la frontière européenne. L’écart en France entre le “oui” et le “non” fut de 417 000 électeurs, dont 370 000 pour la Bretagne et les Pays de la Loire, qui ont donc à eux seuls contribués à près de 90 % à la ratification du traité de Maastricht en France ! Sans la prise de position de Ph. de Villiers, qui contribua à brouiller le lien traditionnel entre la “droite catholique humaniste” et l’Europe, on peut même penser que la ratification du traité à l’Ouest aurait été plus plébiscitaire encore. Les frontières très nettes à l’Ouest entre le “oui” et le “non”, analysées par Renard (1993) et Kéruel (1993), renvoient à des explications siegfridiennes “classiques” (dynamisme économique local contre développement exogène, isolement rural contre vitalité des villes moyennes, humanisme catholique contre “apolitisme” et “intégrisme”)... Les valeurs traditionnelles de l’Ouest n’auraient donc pas disparues... Du moins, le référendum de 92 laisse supposer qu’elles n’ont pas disparues chez les électeurs, ce qui n’est pas forcément le cas chez les élus. Dans le Léon, tous les députés RPR appelaient à voter “non”, ils furent largement désavoués par leur électorat, première semonce avant leur défaite de 1997. Le “oui” l’emporta même aux Epesses, la commune du “Puy du fou” ! Il est vrai que “l’après socialisme” a rendu au niveau national les différences entre les deux droites, traditionnelles et gaullistes, difficiles à décrypter : candidature unique sous le sigle de l’UPF aux législatives de 1993, double candidature RPR à droite aux présidentielles de 1995. Cette crispation nationale autour d’un clivage gauche/droite fort semble aller à l’encontre de la volonté centriste de l’Ouest. Ainsi, l’Ouest en 1995 a largement donné sa préférence à E. Balladur devant J. Chirac. Le second tour obligea les électeurs à un positionnement net à droite ou à gauche qu’ils ne souhaitaient pas forcément : le bilan des reports offrit au total l’image d’un Ouest plus que jamais dans la moyenne française. Mais on peut s’aventurer à penser qu’un second tour de présidentielles en 95 entre Jacques Delors et Jacques Chirac aurait mis au contraire en évidence les nouvelles particularités de l’Ouest... Qui pour la première depuis Siegfried aurait voté plus à gauche que la France ! Au lendemain des élections législatives de 1997, l’éditorial de Ouest-France de F.R. Hutin, appel au calme et au dépassement des intérêts partisans, sonne comme un principe fondateur du nouvel Ouest politique : « il est donc essentiel que se rassemblent, au delà des différences de droite comme de gauche, tous ceux qui à droite comme à gauche, tous ceux qui veulent aller de l’avant pour construire dans l’Europe un pays moderne qui tienne compte de la réalité, des contraintes économiques en même temps que des impératifs humains ».

L’évolution sociale

74Les hypothèses extraites de la démarche de Siegfried sont-elles encore pertinentes sous la cinquième République ? Quels sont les facteurs de ruptures, ou de stabilité, parmi l’évolution du sentiment religieux, du mode de propriété, du développement urbain ? Nous abordons ici ces facteurs globalement pour l’Ouest, avant de les détailler dans les chapitres suivants.

L'évolution religieuse et culturelle

75Nationalement, les quarante dernières années marquèrent l'apparente fin de la société religieuse. En 1965, l'Ouest demeure le bastion religieux le plus étendu de France. La carte de la scolarisation dans les écoles privées, en 1979, nous montre l'extraordinaire permanence de la spécificité scolaire de l'Ouest par rapport au reste de la France. Renard (86), révèle même que le poids de l'enseignement primaire privé tend à se renforcer : dans de plus en plus nombreux villages, l'école publique, déserte, a fermé, et l'école confessionnelle est désormais l'école unique du village. L'explication de cette résistance plus forte de l'église à l'Ouest pourrait être lié à son rôle, qui ici n'est pas uniquement moral, mais également politique. Les régions catholiques par conviction ont subi de plein fouet la révolution culturelle et morale. A l'Ouest, l'église reste l'un des maillons de l'équilibre social rural.

76Si l’on admet cet état de fait, l’évolution politico-religieuse est alors paradoxale : par son cléricalisme, l’Ouest se distingue de plus en plus de la France (mesurée par le taux de divorce par exemple), mais par son vote à gauche tend à rentrer dans la moyenne (figure 14).

77En fait, la relation droite-catholicisme et gauche-anticléricalisme s’est dégradé. Les indicateurs religieux indirects rendent mal compte de cette évolution : ainsi le taux d'écoles privées se renforce, mais leur personnel devient laïc, et les instituteurs qui y enseignent sont même fréquemment socialistes... Les nouveaux cadres du PS, ne sont pas des horsains, pour la plupart, mais des fils d'agriculteurs, formés par la JAC, puis par le syndicalisme chrétien, la CFDT étant dans l'Ouest largement majoritaire.

78Loin de rejeter la question catholique, ces socialistes se sentent particulièrement à l'aise dans le débat théologique, et démontrent avec conviction, évangile à l'appui, que le catholicisme moderne se doit d'être socialiste, se référant au personnalisme communautaire d'Emmanuel Mounier : "je vois au PS de nombreux enseignants privés et des catholiques pratiquants qui sont d'aussi bons socialistes que certains conservateurs laïcards dont le seul lien avec la gauche, justement réside dans les sentiments laïcs" (J. Monnier, maire d'Angers, 77).

79L’isolement géographique était selon Siegfried un facteur clé de pérennité politique. Cet isolement n’existe plus aujourd’hui dans une société médiatisée, mais l’Ouest est également une terre de lutte contre cette banalisation culturelle (et donc politique). Le régionalisme en Bretagne, la contre-révolution en Pays de la Loire sont deux étendards largement exploités. Si, comme pour la religion, ces représentations, croyances et phobies semblent aujourd’hui moins manichéistes qu’hier, rien ne permet d’affirmer qu’elles sont moins efficaces.

L'évolution économique

80Chacun s'accorde pour affirmer que la période de la cinquième République coïncide avec le passage d'un monde à un autre. L'évolution du rapport ville-campagne est par exemple une donnée essentielle pour comprendre l'évolution politique des dernières années. La simple observation de cartes par plage tend à gommer totalement le phénomène d'urbanisation. Les comportements des cantons ruraux restent certes les mêmes, mais leur poids politique ne cesse de diminuer, au profit des agglomérations. En 1990, plus de la moitié de la population de la plupart des départements s'agglomère dans, ou autour de la préfecture. La seule agglomération nantaise, si on y intègre Saint-Nazaire, compte plus d'électeurs que les départements de la Mayenne et de l'Orne réunis ! L'Ouest est néanmoins depuis toujours moins urbanisé que la France, aucun signe ne semblant montrer une tendance nette à un rattrapage... L’homogénéisation politique doit donc également s’expliquer par une modification des comportements ruraux.

Figure 14. Ecart social entre L’Ouest et la France.

Figure 14. Ecart social entre L’Ouest et la France.

81Le monde rural, qui se maintenait dans des traditions séculaires jusqu'à l'aube des années 60, pour peu qu'il soit géographiquement un peu isolé, va subir en quelques années une uniforme révolution de la structure socioprofessionnelle. L'Ouest s'était toujours singularisé pour être le pays du fermage, et de la grande propriété. Jusqu'à la seconde guerre mondiale, celle ci s'est maintenue avec une étonnante stabilité. Mais le régime de propriété, facteur premier du système explicatif de Siegfried, s'effondre par pans entiers dans l'après-guerre, ainsi que ses conséquences politiques : abandon définitif du métayage, non résidence de plus en plus fréquente des propriétaires, abandons des châteaux, investissements fonciers non plus ruraux, mais urbains ou littoraux. Le système de pression sociale directe, du propriétaire sur le fermier n'est plus qu'un facteur politique marginal. Il convient néanmoins de ne pas négliger le rôle de la "terre" dans l'Ouest. C'est l'autorité féodale qui est révolue, mais non l'importance de la propriété. Désormais, si les paysans votent à droite, c'est qu'ils sont passés dans l'autre camp, celui des propriétaires, ou de ceux pouvant espérer un jour le devenir. De 62 à 90, les agriculteurs exploitants ont diminué de moitié dans l'Ouest, perdant près de 500 000 actifs, pendant que les salariés agricoles perdaient près de 140 000 actifs, soit entre deux tiers et trois quarts de leurs effectifs. Mais surtout, cette évolution est plus marquée dans l'Ouest qu'en France (figure 14), même si en 90, l'Ouest demeure plus rural que la France (hormis pour la Haute-Normandie).

82Cette fin du monde agricole s'effectue bien sûr au profit du monde ouvrier. Bien que toujours réputé sous industrialisé, l'Ouest dépasse dès 75 le taux d'ouvrier national, du fait certes, du poids de la Haute-Normandie, mais également de la Basse-Normandie et des Pays de Loire (l'Ouest totalise un gain de 330 000 ouvriers entre 62 et 75). En quelques années, l'Ouest semble donc perdre toutes ses spécificités sociales. L'ensemble rural, pauvre, sous industrialisé, sous équipé et sous scolarisé, pays de l'émigration vers Paris, devient vers 1975 un ensemble de régions dans la stricte moyenne française pour la plupart des indicateurs. Après 1975, l'Ouest semble même devenir une région finalement plus "moderne" que le reste de la France (figure 15). L'émigration vers Paris est inversée, et les régions de l'Ouest deviennent une à une des régions où l'accroissement démographique est important. Une typologie (« atlas de la France rurale », 90) classe l'Ouest dans son ensemble, dans le type unique en France, d'une région à dominante rurale, mais où les jeunes ont la possibilité de trouver sur place un travail non agricole. Rançon du modernisme, dès 1980, le taux de chômage dépasse partout la moyenne française. Notons enfin que la conjoncture récente montre les limites du “rattrapage occidental”, face au dynamisme en France du Sud-Est et plus généralement des régions frontalières de la “dorsale” européenne, matérialisée par l’invention de l’Arc Atlantique.

Figure 15. Différentiations spatiales entre l'Ouest social et la France

Figure 15. Différentiations spatiales entre l'Ouest social et la France

Source : Todd (88), "la nouvelle France".

Source : Brun, Bontron, Stephan dir (89), "Grand allas de la France rurale".

Source : Brun, Bontron, Stephan dir (89), "Grand atlas de la France rurale".

Source : Pumain et Saint-Julien (90), "Géographie Universelle".

Source : Brun, Bontron, Stephan dir (89), "Grand atlas de la France rurale".

Source : Le Bras et Todd (83), "L'invention de la France".

83Ces quelques exemples globaux donnent la tentation de céder à un déterminisme simpliste, et d'expliquer la perte de spécificité politique de l'Ouest par la perte de spécificité socio-professionnelle. Mais le lien, entre l'évolution de la gauche, et l'élargissement statistique de son électorat de base, s'il est indéniable en France, est plus subtil dans une analyse à une échelle plus fine. Les analyses de l'Ouest nous parlent conjointement d'une société "éclatée", et d'une permanence des paysages, des attitudes, de l'originalité régionale. Il semble qu'il existe pour l'Ouest deux facteurs différents de développement, dont les conséquences économiques sont globalement les mêmes, mais dont les conséquences sociales sont radicalement opposées. Il s'agit d'un développement que l’on peut qualifier d'endogène ou d'exogène.

84Le développement exogène est décrit ci dessus, et ne mérite aucune attention particulière, puisqu'il est le même partout en France. Il ne rencontre aucune opposition dans toute la Normandie, et trouve même son application la plus caricaturale en Haute-Normandie. Le rouleau compresseur de la décentralisation recouvre sans états d'âme toutes les régions situées dans la proche orbite parisienne. Par le TGV, Le Mans est désormais à une heure de Paris, et Nantes à deux... Les industries de décentralisation ont donc suivi une évolution très géographique, s'implantant d'abord sur les marges de l'Ouest, puis s'enfonçant progressivement dans le bocage, rompant la monotone somnolence de toutes les villes moyennes, afin de bénéficier, près de Paris, d'une main d'œuvre jeune, nombreuse, peu qualifiée, et réputée docile. Le "turn over" des années 60 permet de transformer en quelques semaines une fille de ferme bas-normande en une ouvrière de Moulinex... La société explose alors. Les campagnes les plus isolées se dépeuplent. L'Ouest suit le processus français d'essor des classes moyennes, des banlieues, et du socialisme...

85Le développement endogène est quasiment inexistant en Normandie. Il est par contre particulièrement actif en Bretagne et dans les pays de la Loire. Il consisterait, pour des notables désireux de conserver l'équilibre social, à "tout changer afin que rien ne bouge", à prendre l'initiative d'une évolution qui de toute façon est inéluctable. Les exemples ruraux de ce développement endogène sont nombreux, et avant tout bretons. C'est dans l'élevage que l'Ouest trouve désormais son unité. Alors que sa production a partout décru en France, l'Ouest en a fait une spécialité quasiment hégémonique, suite avant tout à des initiatives privées. De 1950 à 1985, la production agricole de la Bretagne a quadruplé, alors que ses effectifs diminuaient de 60 %. Dans ce “modèle agricole breton“(Canevet, 92), caractérisé avant tout par sa modernisation, l'action des jeunesses agricoles catholiques est primordiale. De telles initiatives ont leur parallèle dans le secteur industriel. Le Choletais en est l'exemple type : 400 PME réparties dans 120 bourgs, représentent la plus forte densité industrielle rurale française. Le développement est ici local, et même paroissial, le rôle de la jeunesse ouvrière chrétienne ayant été fondamental. Un tel dynamisme ne peut s'expliquer que par la volonté des cadres de maintenir l'équilibre social par les fortes densités rurales tout en freinant l'émigration urbaine et l’immigration de « horsains », que provoque immanquablement la création locale d’entreprises décentralisées. Les communes de l'Ouest sont devenues ainsi les moins "enclavées" de l'hexagone, la distance aux équipements essentiels y étant partout plus faible qu'en France. Ce développement endogène se base donc paradoxalement sur un très fort modernisme, un esprit d'initiative très poussé, une prospérité rurale, pour maintenir en équilibre une société rurale traditionnelle, voire conservatrice, basée sur l'église et la famille. L'entrée des femmes dans le monde du travail n'a rien modifié à l'Ouest. L'Ouest est la seule région agricole où l'exploitation de type conjugal soit majoritaire. Le taux de femmes actives y est depuis longtemps supérieur à la moyenne française, même si l'écart décroît. Les enfants sont eux pris en charge par l'enseignement privé. Mais le "miracle choletais" montre ses limites, et connaît lui aussi le chômage, lié à une industrie traditionnelle (ameublement et textile) toujours fragile, et un isolement, certes voulu, mais forcément économiquement nuisible... Le modèle perd alors de sons sens originel : on délocalise vers l’Asie ou l’Afrique, on accueille de grands groupes (Michelin, Thomson...).

86Au total, les tempéraments politiques décrits par Siegfried sont-ils encore pertinents ? Peut-on imaginer une pérennisation d'une combinaison de facteurs explicatifs aujourd'hui révolus (mode de propriété), ou réduits (religion), face non seulement à l’ensemble de ces mutations régionales, mais aussi à l'individualisation nationale des comportements et la médiatisation des élections ?

Table des illustrations

Titre Figure 10. L'Ouest républicain en 1848, selon Seignobos
Légende Source : interprétation du texte de Seignobos (1920-22), cartographie M. Bussi, M. Hazard.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11535/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Figure 11
Légende Source : interprétation du texte du "Tableau politique de la France de l'Ouest", de Siegfried (1913), cartographie M. Bussi, M. Debauvais.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11535/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
Titre Figure 12. L'Ouest sous la IIIème et IVème république, selon Goguel
Légende Source : Goguel (61), "Géographie électorale de la France sous la IIIème et IVème République".
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11535/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Figure 13. Ecart politique depuis 1958 entre l’Ouest et la France.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11535/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre Figure 14. Ecart social entre L’Ouest et la France.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11535/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Figure 15. Différentiations spatiales entre l'Ouest social et la France
Légende Source : Todd (88), "la nouvelle France".
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11535/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Source : Brun, Bontron, Stephan dir (89), "Grand allas de la France rurale".
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11535/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Source : Brun, Bontron, Stephan dir (89), "Grand atlas de la France rurale".
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11535/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Source : Pumain et Saint-Julien (90), "Géographie Universelle".
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11535/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Source : Brun, Bontron, Stephan dir (89), "Grand atlas de la France rurale".
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11535/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Source : Le Bras et Todd (83), "L'invention de la France".
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11535/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 83k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search