Version classiqueVersion mobile

Éléments de géographie électorale

 | 
Michel Bussi

Partie II : L'Ouest : laboratoire politique de la France

L'Ouest, laboratoire politique de la France

Texte intégral

"Quand Angers votera à gauche, la France sera socialiste".
F. Mitterrand, 1976.

1L'opinion politique naît d'une mosaïque de comportements spatialisés. Un curieux retournement sociologique institua que cette opinion politique était nationale, et éventuellement corrigée dans ses détails par des particularités locales ou conjoncturelles. Une généralisation, au niveau national par exemple, est indispensable pour comprendre les mécanismes qui régissent cette opinion. Mais ces mécanismes demeureront comme des bulles d'air, vides de sens, qui se crèveront au contact de chaque réalité locale ou régionale, s'ils ne prennent pas en compte les discontinuités spatiales (le même parallèle peut être fait avec les études a-temporelles, qui, ne décriront qu'une réalité qui n'existe pas, chaque conjoncture électorale étant unique...).

2Les contre-exemples de liens socio-politiques nationaux qui "disparaissent" dès le niveau départemental sont nombreux. A propos de l'association PCF-Athée-Ouvrier de Michelat et Simon, Buléon (90) écrit : "Il est utile par contre de préciser qu'au moment même où cette analyse valait pour la formation sociale française dans son ensemble, et en moyenne, selon un échantillon représentatif, elle ne rendait pas compte des formes spécifiques qu'elle prenait en divers lieu du territoire". Il rejoint en cela, pour des mobiles toutefois différents, la célèbre provocation de Todd et Le Bras (83), qui en comparant les 21 départements les plus ouvriers et les 21 les plus communistes, découvrent que quatre seulement possèdent cette double caractéristique (Région Nord, Aisne et Ardennes). Associer en France le communisme avec un phénomène prolétarien devient alors pour eux "un véritable fantasme sociologique", et le rendez-vous du PC avec les ouvriers celui « du soleil avec la lune »...

3Les sociologues, conscients bien entendu de ce décalage, l'occultent le plus souvent, n'ayant pas eu, pendant longtemps, à craindre les critiques des géographes, peu nombreux sur ce terrain. L'autre stratégie consiste à se retrancher derrière la variable miracle : " beaucoup de ces anomalies disparaissent lorsque l'on prend en compte le phénomène religieux : la distribution territoriale des votes n'est pas sans rappeler de très près celle de la pratique religieuse" (Ysmal, 90).

4Mais l'explication religieuse souffre elle même de nombreuses exceptions, notamment quand on descend au delà du niveau départemental, dans des régions où son poids est devenu marginal. Le problème demeure, de manière consciente mais irrésolue : puisque les facteurs de l'opinion politique ne fonctionnent pas partout de la même façon, voter pour tel parti ici n'a donc pas la même signification que voter pour ce même parti ailleurs : "Qu'y a-t-il de commun entre un petit paysan parcellaire du Trégor, un chauffeur de taxi parisien, et un chercheur du CNRS, tous sympathisants communistes ?" (Braud, 84), "être de gauche dans le midi, est ce la même chose qu'être de gauche dans le Nord ?" (Lacoste, 86).

5L'un des apports de la Géographie, et le but de cette partie, est donc d'observer si les théories nationales sociologiques (qui sont les seules théories explicatives unanimement reconnues en France aujourd'hui) résistent à la confrontation avec l'espace. Cette confrontation fut déjà discutée et rediscutée selon deux approches : l'approche nationale, par les comparaisons départementales, de Goguel à Cheylan, en passant par Todd, et l'approche locale, en pratiquant des zooms monographiques communaux ou cantonaux. L'approche intermédiaire, d'un espace vaste, mais à une échelle fine existe encore peu malgré les progrès de l’informatisation des bases de données.

6Cette analyse se fera en quatre étapes : une présentation globale de l’Ouest, une quantification des forces politiques en présence, la mise en relation du vote et des variables potentiellement explicatives, des zooms sur certains espaces, notamment urbains.

7Les chapitres qui vont suivre tenteront donc de mêler un triple intérêt. D'abord un approfondissement de la connaissance de l'Ouest politique, ensuite un approfondissement de la connaissance du fonctionnement de l'opinion politique en général, enfin un approfondissement par leur expérimentation, de la connaissance des techniques d'appréhension de ces deux phénomènes.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search