Version classiqueVersion mobile

Éléments de géographie électorale

 | 
Michel Bussi

Partie I : De Siegfried à Internet

Chapitre deux. Des scrutins aux cartes électorales

Texte intégral

« Nous devions porter l'ensemble des résultats électoraux de la France sur des cartes cantonales, trois mille trois cent cantons. Ensuite commençait l'opération de cartographie. Sur un fond de carte, parti par parti, nous devions crayonner les résultats des trois mille trois cent cantons. Blanc au dessus de 5 %, jaune pâle 5 à 10, jaune normal 10 à 15, puis jaune foncé, orange pâle, orange foncé, marron clair, marron foncé, et au delà des trames de plus en plus serrées à l'encre de Chine.
Lancelot arrivait et pointait le doigt : “le jaune pâle est trop pâleˮ »...
Michel-Antoine Burnier, 1992.

1Le comportement électoral est une des pratiques sociales les mieux mesurées. L'élection donne lieu à la publication de résultats officiels, à partir de recensements exhaustifs. Ce décompte est régulier, puisqu'il y a en France environ une élection par an, et peut correspondre à des niveaux géographiques fins (communes, bureau de vote...). Les données électorales, semblent donc une source idéale pour constituer ou augmenter une base de données. La pratique montre pourtant qu'il n'en est rien. Rares sont les études régionales qui en parallèle à des données sociales d'horizons multiples, introduisent des données politiques. Si le sujet n'est plus aussi tabou qu'autrefois, la France républicaine, contrairement à d’autres pays, rechigne depuis toujours à recenser, trier et divulguer les données d’opinion considérées comme étant de la sphère du privé (vote, ethnie, religion, santé...).

2De plus, les données électorales ne sont pas simples d'utilisation. Le flou des étiquettes politiques rend souvent toute comparaison impossible, sans une étude précise préalable de chaque candidat, et seuls les scrutins présidentiels sont utilisables directement.

3Contrairement à ce que l'on pourrait croire, les banques de données électorales informatisées sont donc rares et récentes. Parallèlement, les atlas électoraux sont donc eux aussi limités.

INVENTAIRE DES BASES DE DONNEES ELECTORALES

4L'ensemble des résultats électoraux sont centralisés départementalement par préfecture, et nationalement au ministère de l'intérieur. Tous les documents sont en théorie accessibles, même si l'exhumation d'archives poussiéreuses pose parfois quelques difficultés et les contraintes budgétaires poussent certaines préfectures à faire payer les données (du moins les photocopies). Les résultats des scrutins ne furent informatisés nationalement qu'à partir de 1981, le niveau d'agrégation le plus fin étant le canton. Depuis 1988, les préfectures se sont elles mêmes informatisées, toutes les données étant accessibles jusqu'aux communes de plus de 3500 habitants.

5Deux organismes nationaux ont également parmi leur vocation l'archivage de résultats électoraux. La bibliothèque du Cevipof stocke les publications du ministère de l'intérieur, les résultats électoraux sous formes diverses, les professions de foi des candidats, les sondages d'opinion, les articles politiques de presse... La Banque de données sociopolitiques de Grenoble (CIDSP-BDSP), a pour but de favoriser la recherche par l'informatisation des données électorales et sociales. Après 1981, comme le ministère de l'intérieur, elle possède les résultats par canton et grandes villes, mais pour les élections antérieures, elle ne rassemble sur ordinateur que les résultats par circonscription. Le Cevipof, grâce à l’action minutieuse de Jean Chiche, possède désormais également à l’échelle nationale une base de données par canton, utilisée depuis 1992 dans les grands ouvrages collectifs du Cevipof.

6En théorie, chaque préfecture possède aujourd’hui des fichiers informatisés à l’échelle de la commune. Pourtant, en 1998, contrairement à quasiment l’ensemble des autres données sociales aujourd’hui, il est impossible (officiellement) de disposer de ces données sur support informatique. L’opinion politique étant considérée comme appartenant à la sphère du privé, en référence à la loi “informatique et liberté”, il est interdit en France de posséder un fichier informatisé associant le nom d’un candidat, son étiquette politique et les résultats électoraux de ce candidat ! Il s’agit bien entendu d’une véritable aberration, ces données, accessibles partout “sur papier”, et notamment dans la presse, n’étant en rien confidentielles. La même contrainte vaut même pour des présidentielles ! En conséquence, on peut considérer que les chercheurs politologues, comme la plupart des préfectures et même le ministère de l’intérieur, sont hors la loi... Ceci explique pourquoi les préfectures fournissent des listings de résultats, mais refusent à priori de donner leurs résultats sur disquette... On ne peut qu’espérer que cette très lourde contrainte pour les recherches locales soit rapidement levée, notamment dans le cadre d’une législation européenne plus souple.

7Les "banques cartographiques" des résultats électoraux sont également restreintes. Toutes les cartographies nationales des résultats électoraux se firent, jusque très récemment, au niveau départemental. Les diverses « Chroniques électorales » de Goguel apparaissent comme des œuvres pionnières, et permettent la visualisation du paysage politique français depuis la création du suffrage universel, ceci au niveau départemental, même si exceptionnellement, la cartographie de Goguel descend au niveau de la circonscription (comme en 1958 par exemple). « La France qui Vote » (88) utilise les données de la BDSP, mais ne va pas au delà de la précision départementale. « L'Atlas de France sur CD Rom » du GIP Reclus permet l'exploitation cartographique des données de la même précision que celles de Grenoble (l'ensemble de la France par canton de 81, et pour les communes de plus de 3500 habitants). On peut d’ailleurs noter que les « Cahiers du Communisme » proposent un CD ROM concernant les dix dernières années électorales, à l’échelle de la circonscription en France. Les « Géopolitiques des régions françaises » auraient pu nous donner un aperçu, même par tranche, du paysage politique français à un niveau très fin. Mais la seule harmonisation cartographique concerne l'orientation politique des députés de chaque circonscription de 1958 à 1981. Depuis 1993, les chroniques électorales du Cevipof offrent pour chaque scrutin une annexe cartographique du vote en France par circonscription (« le vote sanction »), et même depuis 1995 du vote en France par canton (« le vote de crise »).

8Dans l’ensemble de ces banques de données, le niveau infra-communal, pourtant capital en agglomération, est le plus souvent oublié. Il est vrai que le travail par bureau de vote à une échelle nationale pose de redoutables problèmes de collecte de données (toutes les mairies ne possèdent pas de cartes de leurs bureaux de vote) et de comparaison dans le temps d’un découpage fréquemment modifié.

9L'inexistence jusque récemment d'un organisme national d'étude systématique des élections a sans doute motivé la multiplication des banques de données et atlas régionaux, soit spécifiques (« Atlas électoral du Grand Ouest », 88, « les bretons et la politique », 88), soit par l’intégration de planches électorales aux atlas sociaux régionaux.

10Néanmoins, à l’heure où on trouve de tout dans les Systèmes d’informations Géographiques, les données électorales demeurent encore rarement intégrées. Parmi les milliers de données locales de la base Fidel de l’INSEE, aucune ne concerne le vote ! Pour les collectivités locales, le vote possède peut-être moins d’utilité en matière d’aménagement, que les données socio-économiques classiques ; peut-être est ce la marque d’une certaine timidité... Pourtant, la superposition de couches d’informations différentes serait utile à l’explication électorale, comme le préconisait Siegfried en 1937, bien avant qu’on ne parle de SIG : "I1 faut donc, à titre d'expérimentation pour ainsi dire, établir toutes sortes de cartes, se rapportant à n'importe quoi, en se disant que l'une d'elles, peut-être, fournira quelque illumination : l'imagination ne devra pas ici se consentir de limites".

11Les limites défient parfois d’ailleurs l’imagination. Désormais, au lendemain d’un scrutin, chaque quotidien est capable de proposer dès le lendemain à son lectorat des données électorales précises et fiables. Ces journaux sont et seront de plus aisément consultables sur Internet. Demain, n’importe quel chercheur pourra d’un coin de la planète extraire sur son ordinateur personnel les résultats d’une l’élection de la veille, à l’autre bout du monde...

CHOISIR L’ECHELLE D’ANALYSE

Le découpage cantonal

12Le canton est le découpage le plus couramment utilisé en Géographie électorale. C’est celui qui sera prioritairement retenu dans cette étude. Ce choix s'imposait de lui-même, ne serait ce que pour faciliter la comparaison avec le Tableau politique de Siegfried : "C'est le canton qui m'a semblé être l'unité politique la plus naturelle et la plus instructive à observer : il est assez grand pour ne pas entraîner à un détail excessif, il est en même temps assez restreint pour se prêter à un dessin géographique très souple des opinions politiques". Le découpage par canton possède avant tout l'avantage de superficies et de populations relativement homogènes. Néanmoins, trois grands inconvénients peuvent être recensés. Tout d'abord, le découpage cantonal n'est pas une limite politique essentielle, par opposition à la commune ou la circonscription, où le maire et le député sont des personnalités locales connues. La seconde imperfection du découpage cantonal est liée à la dichotomie ville-campagne. On peut partir de l’hypothèse qu’un canton oppose généralement le chef-lieu urbain aux communes rurales, le rapport entre les deux étant d’ailleurs souvent décisif dans l’élection d’un conseiller général. Quand on connaît l'importance particulière prise dans l'Ouest par l'opposition ville-campagne, il semble nécessaire de s'interroger sur ce rapport : une moyenne timide d'un canton pour la droite ou pour la gauche ne masque-t-elle pas de très violentes disparités internes ? De même, ce rapport chef lieu/canton, s'il diffère selon les régions, n'explique-t-il pas en lui-même une partie des différences régionales que révèle chaque carte électorale cantonale ? Ainsi les cantons semblent moins dispersés politiquement sur les bordures parisiennes où les migrations ont modifié la ruralité (Trouffleau, 95). On peut penser que le nombre de communes par canton fournit un premier indice, certes simpliste, de la dispersion ou non du canton : dans un canton comportant peu de communes, la population serait susceptible de s'agglomérer davantage dans le chef-lieu que dans un canton où les petites communes se multiplient. La carte du nombre de communes par canton (figure 2a) met en évidence une très nette organisation régionale. Mais cette nette répartition régionale n'a aucune influence sur le rapport entre le canton et son chef lieu (figure 2b). La cartographie de ce rapport montre au contraire une grande dispersion géographique, qui fait ressortir d'une part les grandes agglomérations, puis les villes moyennes, et enfin les gros bourgs. Les différences régionales apparaissent bien minimes par rapport au poids du réseau hiérarchique urbain, qui est le même pour tout l'Ouest. Contrairement à l'hypothèse de départ, le rapport d'équilibre entre le chef-lieu de canton et ses communes rurales n'est pas un cas majoritaire.

Figure 2. L'hétérogénéité cantonale

Figure 2. L'hétérogénéité cantonale

13La mobilité du découpage cantonal est le dernier, mais sans doute le plus important inconvénient. Le but du canton étant d'être un espace local de population homogène, chaque évolution démographique importante provoque d'importants remaniements. A ces logiques réajustements démographiques s'ajoutent bien souvent des motivations électorales. Le canton étant le seul découpage politique à être régulièrement modifié, les tentations de déstabilisation de la présidence d'un conseil général, parfois fragile, par l'ajout ou la scission de cantons sont évidemment grandes. Au regard de la taille beaucoup plus importante des cantons urbains face aux cantons ruraux, la légitimité politique voudrait d’ailleurs que ces modifications de découpage soient beaucoup plus nombreuses. Sur le plan de la recherche, cet état de fait transforme en véritable casse-tête pour le géographe toute analyse cantonale utilisant une comparaison dans le temps. De 1958 à 1990, environ 100 cantons supplémentaires furent créés dans l'Ouest (de 556 à 653). La constitution de la banque de données et de cartes impose de travailler sur un cadre cartographique fixe. La seule solution est donc de prendre pour fond de carte le découpage existant lors de la première élection étudiée, c'est à dire 1958. Pour les élections et recensements postérieurs, les données devront être converties dans le cadre cantonal de 1958. Ces modifications ne sont régulières, ni spatialement, (puisqu'un seul canton a été créé en Vendée, contre 15 en Seine-Maritime) ni dans le temps, puisque la majorité des changements s'opérèrent entre 1975 et 1982 (59 créations). L'immense majorité de ces modifications concerne des espaces urbains : cantons urbains de la commune centre des métropoles, où découpage des villes de banlieue. Il en résulte donc une obligatoire "surpopulation" dans les cantons urbains. Il faut alors retenir comme postulat de départ que la base de données constituée pour cet ouvrage ne permet pas une analyse urbaine de détail. L'analyse et les commentaires porteront donc avant tout sur les comportements hors grandes agglomérations. Cet état de fait n'est d'ailleurs pas spécifique à cette étude. L'analyse urbaine fut toujours négligée par les géographes s'intéressant aux comportements électoraux, ceci pour les raisons techniques évoquées ci-dessus (une analyse communale, bien que le découpage soit stable, ne fait que renforcer le poids du rural par rapport à l'urbain, une commune de 50 habitants pouvant avoir le même poids et occuper la même surface sur une carte qu'une commune de 200 000 habitants).

Les autres découpages

14Tout l'intérêt d'une base fine de données est de permettre ensuite de travailler sur de multiples espaces, par agrégations successives :

15Le département n'est l'espace d'agrégation d'aucun scrutin, hormis l'élection législative au scrutin proportionnel, et les listes des scrutins régionaux. Mais chacun s'accorde pour reconnaître à ses frontières un fort rôle politique, renforcées depuis les lois de décentralisation de 1982. Espace singulièrement stable depuis deux siècles, le fait départemental existe indéniablement en Géographie politique. Néanmoins, son utilisation systématique dans les analyses électorales nationales (la « France qui vote ») est très discutable, au vu de la proportion très variable du poids de la préfecture (et donc du fait urbain) dans la population de chaque département : moins de 16 % des habitants habitent dans la préfecture pour un tiers des départements, plus de 50 % pour près d’un quart. La moyenne du département dépend alors moins du contexte historique et géographique où il se situe, que du simple rapport « population de la préfecture sur population totale ».

16La circonscription est le seul découpage administratif qui ait uniquement un rôle électoral. Le tracé des 78 circonscriptions de l'Ouest est stable de 1958 à 1986, puis de 1986 à 1997, ce qui offre un potentiel comparatif assez exceptionnel. Elles sont par définition homogènes en population. De ce fait, les écarts de superficie entre les différentes circonscriptions apparaissent assez importants.

17Le découpage communal ne sera utilisé ici que pour des comparaisons visuelles, de par le nombre important de communes sur la zone d’étude (plus de 6000). Néanmoins, malgré la lourdeur de gestion qu’il entraîne, le découpage communal ne doit pas être négligé. Par exemple, la carte communale du vote en Haute-Normandie en 1995 (figure 3) révèle une opposition majeure que le découpage cantonal masquait : l’opposition entre les plateaux votant à droite (mis à part le Caux littoral) et les vallées votant à gauche : on peut deviner exactement le cours de la Seine, la Bresle, la Risle, l’Andelle, le Cailly en suivant les chapelets de communes ayant donné en 1995 une majorité à Lionel Jospin...

18En dehors des découpages électoraux, il est également intéressant de tester des corrélations écologiques sur d’autres types de zonages.

19Mis à part l’arrondissement, deux exemples économiques seront étudiés ici : les régions agricoles et les zones d'emploi. Les régions agricoles, définies par l'INSEE en 1955 sont construites sur des communes présentant des similitudes dans leur caractère physique et économique. Ainsi, elles respectent les limites traditionnelles des nombreux "pays" de l'Ouest. Culturellement très homogènes, les zones comptent par contre des tailles et des populations très différentes. Le découpage en "zones d'emploi" de 1982 et 1990 (dénomination qui succéda au patronyme de "bassins d'emploi") divise des régions en espaces de travail homogènes “où l’on travaille et habite à la fois”, définies à partir des pôles d'emploiet des migrations alternantes.

20Un nouveau découpage cohérent à étudier serait aujourd’hui les zones de petites chalandises définies par l’INSEE à partir de l’Inventaire Communal. Il pourrait également être utile de tester la cohérence et les logiques politiques des regroupements intercommunaux, notamment les communautés de communes en zones rurales. Enfin, il eût été intéressant de construire des niveaux d'agrégations “historiques”, telles des divisions d’ancien régime, (bailliages, généralités...) ou des divisions religieuses (évêchés...).

21La multiplication des niveaux d'études est indispensable en géographie électorale. Elle permet à la fois de vérifier d'éventuelles corrélations, et surtout de tester la pertinence et l'influence politique de chaque découpage.

CARTOGRAPHIER LES VOTES

22La cartographie systématique des variables d'une banque de données, bien plus qu'un tableau de chiffres, permet de les classer, de les sélectionner, d'éliminer les variables inintéressantes ou redondantes, de trier celles dont l'organisation spatiale est la plus originale, et même, avec toute la prudence qu'exige l'exercice, d'effectuer quelques regroupements visuels. Mais la cartographie électorale fait également couler beaucoup d'encre. En l'absence des géographes, les sociologues, politologues et journalistes, se faisant les chantres de la Géographie électorale, accaparèrent par la même occasion la Cartographie électorale. Par réaction, les articles de fond concernant la Cartographie électorale, et ses utilisations abusives, voire partisanes, furent nombreux : Goguel (47), Brimo (68), Bourou (67), Dumolard (81), Guillorel (84), Levy (89), pour ne citer que les principaux.

23Ce sont les problèmes de la "technique" cartographique qui seront détaillés ici. La critique pouvant être faite aux analyses écologiques, et donc cartographiques, a été étudiée précédemment.

24En tout géographe sommeille le plaisir de traquer dans les publications des médias, des non spécialistes, et même dans celles de ses collègues, les "erreurs cartographiques grossières", en porte à faux avec les règles de la Graphique établies par J. Bertin, lui permettant ainsi de briller en tant qu'expert... Les cartes électorales, très médiatisées, multiplient souvent les aberrations cartographiques ; c'est par réaction à ces abus qu'un brouillon Dupont (81) fut consacré à la statistique et à la cartographie électorale. Il semble possible d'isoler quatre sources principales de reproches.

  • La méconnaissance des règles graphiques de base (mauvaise utilisation de la valeur, de la taille)... Les cartes post-électorales télévisées ou publiées étant souvent l'œuvre de journalistes ou de non-spécialistes.

  • Le manque de préoccupation géographique des politologues et journalistes cartographes. Le but de la carte est une simple localisation, tout en apportant le maximum d'informations, et non la mise en évidence de grandes tendances spatiales.

  • Une cartographie partisane. Le mode de représentation, les bornes de classes, les trames sont volontairement déformés pour majorer cartographiquement les résultats d'un parti.

  • L'emploi abusif de la cartographie automatique. "En géographie électorale, la cartographie automatique est une catastrophe... La vieille méthode artisanale qui consistait à faire soi-même sa carte, et puis à voir surgir des môles et des vallées était plus excitante pour l'esprit,"(Goguel, 90). Le développement des logiciels de cartographie automatique, qui fait de chaque utilisateur un cartographe en puissance, qu'il soit formé ou non, implique évidemment quelques abus. Mais les progrès techniques de la cartographie automatique permettent à mon avis, au contraire, au géographe d'effectuer un prodigieux bond en avant dans l'analyse multivariée. La possibilité de modifier trames, classes, échelles, en visualisant immédiatement à l'écran ces modifications, permettent assurément d'obtenir des cartes plus riches et plus proches de la réalité. Les progrès autorisent des techniques manuellement impossibles auparavant : cartographie multivariée, trames proportionnelles (selon le taux exact de grisé), images en trois dimensions... L'automatisation démystifie le fait que toute cartographie soit forcément partisane. Enfin, le gain de temps est considérable, le géographe pouvant consacrer le temps qu'il passait à faire du "coloriage" à réfléchir à son mode de cartographie...Ce temps de réflexion est utile : la cartographie en s'automatisant est devenue plus puissante, et donc, comme toute arme, plus dangereuse.

L’impossible vérité

25Avant la diffusion des sondages, nous l'avons vu, les sociologues se résignèrent à utiliser la cartographie, seul mode alors possible de comparaison socio-électorale. La problématique spatiale était alors inexistante, le seul but des cartes étant la vérification de corrélations entres variables sociales et variables politiques, la Géographie servant éventuellement à localiser, mais en aucun cas à expliquer. Les convictions des politologues se heurtèrent rapidement à l'analyse écologique. Le principal problème était la représentation tramée sur une même superficie de deux zones de poids démographiques pouvant être très différents. Il existe graphiquement deux solutions pour le résoudre : travailler par symboles proportionnels ou déformer le fond de carte.

26Goguel, dès 1947, préconise l'utilisation de cartes en points proportionnels, bien que celles-ci soient difficilement réalisables manuellement. Pour remédier à l'hétérogénéité démographique, ces points proportionnels doivent représenter des valeurs absolues. Mais la cartographie, elle, ne peut porter que sur des valeurs relatives. En effet, la cartographie, par exemple pour la France, du nombre d'électeurs, pour un parti, dans chaque département, rendra les cartes de chaque parti quasiment similaires, les différences démographiques entre départements l'emportant sur les clivages électoraux.

27Il n'existe alors qu'une solution cartographiquement satisfaisante : représenter, pour chaque zone, un cercle proportionnel à son nombre d'inscrits (ou d'exprimés), et tramer ce cercle en fonction du score relatif obtenu par le parti étudié dans cette zone (figure 4). Curieusement, on ne retrouve aucun exemple de ce mode de représentation. En fait, les politologues virent plutôt dans la technique des points proportionnels un moyen de multiplier l'information que pouvait contenir la carte, faisant d'elle une matrice d'information déspatialisée. Goguel (47), Brimo (68), Boudou (67) préconisent alors la cartographie sur une même carte de l'ensemble des résultats électoraux. Les diagrammes en bâtons et les "camemberts" font alors leur apparition, (figure 5). Ces procédés, largement condamnés par tous les cartographes (Dumolard, 82) rendent illisibles tout effet spatial. Peut-on alors encore parler de cartographie ? Non, sans aucun doute, le niveau global de lecture n’existe même pas, mais la cartographie n'intéresse pas les politologues, qui n'ont besoin que d'un outil de comparaison statistique...

Figure 4. Deux modes de cartographie électorale comparés

Figure 4. Deux modes de cartographie électorale comparés

28La déformation du fond de carte lui même, deuxième solution, permet d'aller encore plus loin dans ce détournement de la fonction cartographique. En 1957, Emeri et Cotteret proposent, à des fins de cartographie électorale, une anamorphose de la France (figure 6a), en partant du principe explicite "puisque le cadre géographique déforme la réalité, on conserve la réalité et on déforme le cadre géographique"... Observons alors cette réalité pour la France de l'Ouest. Un grand nombre de contiguïtés départementales se trouvent modifiées. Ainsi l'Eure n'a plus de frontière commune avec la région parisienne, celle-ci explique pourtant pourquoi elles ont toutes les deux ici le même comportement... L'Orne ne touche désormais plus la Manche (alors que les deux départements font partie de la même classe la plus anticommuniste), ni l'Eure, mais possède une large frontière commune avec la Loire Atlantique ! La Loire Atlantique est en théorie entourée par le Morbihan et le Maine et Loire, mais ces départements ne la touchent plus désormais, alors que la Mayenne se découvre une large frontière commune avec elle... Curieuse réalité, qui contribue à disperser des départements contigus aux tempéraments voisins, transformant la carte de France dont les régions électorales sont très marquées, en un inextricable puzzle. Le procédé d'Emeri et Cotteret revient à éliminer l'espace. Les comportements électoraux en France peuvent alors être expliqués par comparaison visuelle avec d'autres variables ayant subi la même déformation ; mais les relations des départements entre eux, les proximités, les distances, l'espace et donc la Géographie sont niés, et donc exclus de tout pouvoir explicatif. Ce processus fait de cette image de la France une matrice visuelle plus qu'une carte. Il annonce la fin de l'emploi par les politologues de la cartographie. L'arrivée des sondages en sonnera définitivement le glas.

29Mais déformer le fond de carte ne revient pas forcément à nier l'explication spatiale. Au contraire, cette déformation peut partir d'une réflexion géographique. L'espace représentant les distances métriques n'est pas forcément le plus pertinent. Un fond de carte représentant les distances réelles en temps de déplacement entre deux points, serait, s'il était techniquement réalisable, sans doute plus adapté à l'étude de variables actuelles. Les déformations spatiales, si elles partent de préoccupations géographiques, peuvent donc contribuer à modéliser cet espace. Mais comme toute modélisation, il convient de la paramétrer et de lui fixer des contraintes : respect total des contiguïtés, plafond de déformation maximum des distances métriques, respect des formes générales afin de pouvoir les reconnaître... L'anamorphose de Levy pour la France (figure 6b) est d'un tout autre intérêt géographique que celle d'Emeri et Cotteret. Une telle expérience centrée, sur la France de l'Ouest, pourrait contribuer à modifier l'image traditionnelle, en renforçant le poids des agglomérations, systématiquement noyées dans un "océan rural". L'expérience de Cauvin (89) est encore différente (figure 6c). L'anamorphose n'est pas présentée ici comme la déformation d'un fond de carte. Chaque variable est ici carroyée, les pixels étant ensuite déformés selon leur valeur. L'anamorphose est donc utilisée ici comme remplacement à la cartographie classique d'une variable. Cette prétention est à mon avis illusoire, car l'anamorphose ne permet pas d'obtenir la vision de détail qu'offre la cartographie classique. L'anamorphose m'apparaît donc comme une modélisation géographique, telle une surface de tendance, capable de faire apparaître des formes spatiales en les simplifiant : elle a donc la double vertu d'être spectaculaire et pédagogique, et de mettre en évidence des processus spatiaux. Mais ces processus ne pourront être vérifiés et analysés que grâce à une parfaite connaissance du terrain, et donc une cartographie thématique classique. Si l'article de Cauvin a suscité tant de remarques, c'est sans doute que l'anamorphose doit être utilisée comme un outil de modélisation, et non uniquement pour son caractère spectaculaire. Dans le cas présent, Cauvin semble davantage avoir utilisé les données électorales comme faire valoir médiatique de ces anamorphoses, que d'avoir utilisé l'anamorphose, pour faire avancer la connaissance de la France qui vote.

Figure 5. Erreurs cartographiques en Géographie électorale.

Figure 5. Erreurs cartographiques en Géographie électorale.

Source : Brimo (68), "Méthodes de géo-sociologie électorale".

30Techniquement, le choix du mode de cartographie se situe donc entre une carte choroplèthe en valeurs relatives ou une carte en points proportionnels selon le nombre total d'électeurs, tramée en valeur relative (figure 4 a et b). L'avantage de la carte en points proportionnels est de rendre à chaque zone son poids électoral réel. Les grandes agglomérations apparaissent, les déserts intérieurs s'effacent au profit des littoraux, l'Ouest politique est ici représenté plus "justement". C’est ce type de cartes que préconise Sanguin (77), qui allait jusqu’à affirmer : “la cartographie en choroplèthes ne se justifie que pour l’analyse d’une seule élection où ne s’affrontent que deux candidats”. Mais pourtant la cartographie en points proportionnels tramés présente également des inconvénients. La lecture des grandes agglomérations est rendue délicate, par la superposition dans un faible espace de plusieurs cercles de grande taille. Il est très difficile de lire la trame des cercles les plus petits, notamment lorsque celle ci est claire. Enfin et surtout, la cartographie en points proportionnels met moins en évidence les phénomènes de continuités spatiales. La carte par plages, moins juste "sociologiquement", est plus parlante géographiquement. La forte spatialisation de l'évolution pour Mitterrand se remarque à peine dans la carte en points proportionnels ; mais il est vrai qu'elle concerne surtout des cantons ruraux peu peuplés. Les limites de collecte de données contraignent, par la non prise en compte des bureaux de vote, à minimiser le rôle urbain, au profit de l'évolution du reste du territoire. Agrandir la taille des grandes agglomérations ne permettra pas de détailler davantage leur vote. Enfin, le but de cet ouvrage étant de mettre en évidence le rôle de l'espace comme facteur politique explicatif, la cartographie en points proportionnels, par son implantation ponctuelle et donc discontinue, ne permet pas de souligner les phénomènes de diffusion et de contagion. Le choix de la carte choroplèthe comme base cartographique est donc un choix partisan conscient : ce mode cartographique met exagérément en valeur le rôle de l'espace et des continuités, et devient ainsi un instrument de ma démonstration. Pour une cartographie visant à ne démontrer aucune thèse, mais simplement à localiser le plus justement possible l'implantation d'un parti dans une région, à des fins journalistiques par exemple, le mode de cartographie par points proportionnels tramés me semble le meilleur, même s’il est rarement employé.

Figure 6. Anamorphose électorale

Figure 6. Anamorphose électorale

Source : Emeri & Cotteret (56) : "essai de représentation des forces politiques".

Figure 2 Comparaison des résultats obtenus par François Mitterrand aux seconds tours des présidentielles de 1981 et1988.

Figure 2 Comparaison des résultats obtenus par François Mitterrand aux seconds tours des présidentielles de 1981 et1988.

Source : Levy (90), "Espace politique et changement social", in Espaces-Temps.

Source : Cauvin (89), "Images des élections présidentielles", in Mappemonde.

31Si l’on prend l’exemple du score du parti communiste en Haute-Normandie aux régionales de 1992, le Parti communiste obtient 8,79 % des voix dans l’Eure, contre 9,01 % en Seine-Maritime. Pourtant, la carte (figure 5b) dévoile un département de l’Eure globalement nettement plus communiste que le département de Seine-Maritime... Comment une telle inversion est-elle possible ? Simplement, dans l’Eure, chaque canton possède vote effectivement d’environ 8,7 % pour le PC. En Seine-Maritime, par contre les cantons ruraux qui représentent la majorité de la superficie du département, votent environ à 5 % pour le PC, mais les communistes obtiennent plus de 20 % des voix dans quelques fiefs (Le Havre, Rouen rive gauche, Dieppe), qui représentent moins de 10 % de la superficie du département, mais près de 50 % de sa population !

Le choix des classes

32Le but d'une banque cartographique est de favoriser la comparaison des cartes entre elles. Goguel (47) préconise alors d'utiliser pour tous les partis les mêmes bornes de classes. Sur le plan pratique, cette règle se révèle souvent difficile à tenir. Les différences de poids entre les partis feront alors apparaître la carte des partis majoritaires entièrement sombre, et la carte des partis minoritaires uniformément claire ; la seule conclusion pouvant en être tirée sera que le parti majoritaire est partout plus fort que le parti minoritaire, c'est à dire une banalité, les cartes ne permettant aucune analyse interne de détail. Le même problème se pose lorsque l'on veut établir une comparaison dans le temps. Il convient là aussi, de conserver les mêmes bornes de classes, pour les résultats d'un parti sur plusieurs élections successives. Mais les importantes évolutions des scores moyens des partis compliquent cette règle. Pour la cinquième République, si l'on désire conserver les mêmes bornes pour un parti pendant trente ans, la carte du communisme, par exemple, risque fort d'être entièrement noire en 1958, et blanche en 1995. Le PC a partout régressé, certes, mais il n'y avait pas besoin de cartographie pour le savoir, et ce sont plutôt les réorganisations internes qui sont intéressantes. Goguel lui-même, dans ses diverses chroniques électorales, ne respecte que partiellement la règle qu'il a établie. « L'Atlas électoral du Grand Ouest » (88) (figure 7) tente de respecter intégralement la règle des bornes communes. Les cartes qui en résultent sont toutes inexpressives, et ne seraient intéressantes que par une comparaison multiple. Mais le format d'édition interdit la mise en rapport de plusieurs pages, et oblige à l'étude individuelle de chaque carte. « L'Atlas électoral *de la Bretagne » (88), tente une solution de compromis. La stabilité des bornes est généralement respectée, hormis quand les scores d'une carte s'éloignent trop de la moyenne (ainsi, le parti communiste possède une échelle propre, comme les seconds tours des présidentielles...). Mais le problème demeure souvent le même que pour « l'Atlas du Grand Ouest ». Le mode d'édition rend quasiment impossible pour le lecteur la comparaison entre cartes, alors que beaucoup de cartes, du fait des progrès du parti socialiste en Bretagne, n'ont aucun intérêt seules. La « France qui vote » (88), ne suit pas du tout la même logique. Chaque carte possède son échelle propre, selon sa propre organisation statistique. Chaque carte est donc à la fois esthétique, et « étudiable » isolément. La solution me semble plus satisfaisante que les précédentes. Contrairement à ce qu'affirme Goguel, le non respect des bornes n'exclut pas forcément la comparaison. Il suffit de respecter pour toutes les cartes le même mode de discrétisation.

33Le second choix est donc celui du mode de discrétisation. Le choix de Cheylan (« France qui vote ») est celui des classes d'effectifs égaux (quantiles, et le plus souvent, des sextiles). Cette solution présente l'avantage d'assurer la qualité esthétique de chaque carte, mais n'est pas statistiquement très rigoureuse, puisqu'elle ne tient absolument pas compte de l'organisation de chaque variable : non respect de l'évolution de l'amplitude, de l'écart type... Chaque classe comptera systématiquement 15 à 16 départements, et cette stabilité renforce arbitrairement le poids des permanences spatiales, en dépit, par exemple, du resserrement entre les valeurs extrêmes. La cartographie des chroniques électorales récentes du Cevipof fait le même choix discutable, en optant pour une discrétisation en quartiles (figure 8). Répartir plusieurs milliers de cantons ou plusieurs centaines de circonscriptions en quatre classes seulement ne permet pas de saisir avec finesse les nuances géographiques immenses d’une telle information nationale... De plus ces cartes, qui offrent pourtant une information scientifique unique, souffrent du manque de collaboration avec des géographes. Un cartographe à peine pointilleux pourra reprocher la faible lisibilité des trames, l’absence d’échelle, le lissage excessif du découpage, l’absence de géo-référencement des cartouches (détails de villes ou îles ?), la non prise en compte de l’effet de taille pour certains votes urbains (votes blancs et nuls) qui entraînent une carte “noire”...

34Il semble en tous les cas préférable de choisir un mode de discrétisation "collant" au plus près avec chaque variable. La discrétisation en "classes bertins" (avec extraction de queue systématique), ou de la répartition de part et d'autre de l'écart type peut être une solution. Mais la meilleure méthode semble la détermination de paliers visuels à partir du diagramme en bâtons croissants de chaque variable. En effet, la répartition des valeurs, surtout politiques, n'est pas régulière, mais comporte des ruptures significatives. Le respect de chaque rupture de pente, de chaque palier, en lui attribuant une borne de classe, permet de respecter des aires de vote homogènes, correspondant réellement aux fiefs, aux terres de mission, ou d'indifférence de chaque parti. Ce mode de discrétisation, sans doute le plus lourd à gérer, permet à mon avis d'éviter ce que l'on reproche généralement à la cartographie automatique : l'oubli de la spécificité de chaque scrutin, par la sortie massive et aveugle de dizaines de cartes à la journée.

Figure 7

Figure 7

Source : Guezou et Bonenfant (85), "Atlas électoral du grand Ouest".

Figure 8. Carte 3. Les blancs et les nuls

Figure 8. Carte 3. Les blancs et les nuls

Source : HABERT P, PERRINEAU P, YSMAL C, (1993), « Le vote sanction », Presse de la FNSP.

ORGANISER LES DONNEES

Les classifications politiques

35L'ensemble des élections présidentielles et législatives a été retenu pour servir de base à cette analyse politique sous la cinquième République. Les élections législatives proposent un compromis entre l'élection locale et l'élection nationale. L'enjeu de l'élection est double : elle décide à la fois de la politique nationale en élisant l'assemblée, mais également de la représentation locale de la circonscription. L'électeur se décidera à la fois selon un critère notabilitaire, et selon ses liens partisans avec un parti, cette double tendance se révélant souvent conflictuelle. Ces élections sont régulières et les plus fréquentes (dix législatives sous la cinquième République). Les scrutins législatifs sont également les seuls à faire l'objet d'une publication des résultats systématique et précise, par le ministère de l'intérieur, depuis 1958 : « le livre blanc ».

36Les élections présidentielles sont moins fréquentes (six scrutins sous la cinquième République). Elles sont toujours très politisées, l'importance de la campagne électorale et la participation massive le montrent. Chaque second tour de présidentielle constitue un étalon de référence sur l'orientation politique de la France, puisqu'il oppose généralement un candidat de droite à un candidat de gauche. Au total, la banque de données recense donc pour l'Ouest 17 élections de 1958 à 1997.

37La classification politique des candidats est aisée, lorsque ceux-ci se réclament d'un parti. Mais il existe de très nombreux cas de litiges : ceux ci peuvent être directement tranchés à partir des professions de foi des candidats, qui sont pour la plupart centralisées au Cevipof. On a coutume de dire que cette profession de foi n'a parfois rien à voir avec l'opinion réelle du candidat. Comme l'exprimait Siegfried, cela n'a guère d'importance : "il est assez peu intéressant de savoir ce que pensent M. Paul ou M. Pierre, candidats peut-être parfaitement médiocres, mais il n'est nullement indifférent de savoir ce que, pour plaire à leurs électeurs, ils veulent avoir l'air de penser, car ils deviennent alors un miroir, où plus ou moins fidèlement l'opinion se reflète". La profession de foi permet pratiquement à coup sûr de savoir de quel électorat les candidats se réclament, et donc de savoir où les classer parmi les grandes familles politiques. Les litiges résistant à l'étude des professions de foi peuvent être tranchés par les électeurs eux-mêmes. Par exemple, si au second tour, les voix d'un candidat indépendant semblent se reporter vers le candidat communiste, le candidat peut être classé à gauche... Un candidat refusant de s'afficher, mais étant dans la circonscription le seul candidat centriste d'opposition entre un candidat socialiste et un autre gaulliste, attirera sans doute des voix de la droite traditionnelle.

38Les candidatures uniques, nombreuses, et spatialement dispersées, à droite, posent également problème. Il est toujours possible de déterminer si le candidat est gaulliste ou non, mais le manque d'opposition contribue à fausser l'élection par rapport aux autres circonscriptions où plusieurs candidats de droite s'affrontent. Une banque de données doit donc distinguer si le candidat de droite, se réclamant d'une tendance, se présente seul, ou non. Le cas est beaucoup plus rare à gauche... Chaque atlas se doit ensuite de classer les différents partis, et les évolutions de la dénomination de ces partis, en grandes familles ou courants politiques, fixes, sur la période donnée. Concernant ces grandes familles, les avis des spécialistes divergent. Je retiendrais pour ma part une classification personnelle inspirée de celles de Cheylan et Bon (88), Nicolas et Pihan (88), Guezou et Bonnenfant (87).

  • Extrêmes Gauches

  • Courant communiste

  • Gauches non communistes

  • Droites traditionnelles

  • Droites gaullistes

  • Extrêmes droites

  • Parti écologiste

39L'emploi du pluriel dans la désignation des partis indique que ces familles regroupent en leur sein plusieurs tendances pouvant légèrement diverger. La famille des extrêmes gauches comprend essentiellement les partis trotskistes de la Ligue Communiste Révolutionnaire (Krivine), et de Lutte Ouvrière (Laguillier). La dénomination du Parti Communiste ne pose également pas de problème. Au terme "gauche non communiste" est parfois préféré celui de "courants socialistes", sans doute moins exact, mais plus parlant, le parti socialiste formant la grande majorité de cette gauche non communiste. Les gauches non communistes regroupent la SFIO, devenue FGDS, puis PS, mais aussi le PRS (MRG), le PSU, ainsi que quelques radicaux de gauche indépendants.

40La définition des droites traditionnelles suscite davantage de discussion. Elle se caractérise avant tout par son opposition aux droites gaullistes. Le terme, souvent employé, de droite centriste, semble à la fois inexpressif et inexact. En effet, cette droite se caractérise moins par un centrisme que par un respect des traditions et de l'autorité (Todd, 88). Le catholicisme, même s'il ne définit plus directement les doctrines de ce courant, demeure un facteur primordial de son électorat. Le terme "droites traditionnelles", plutôt que ceux de "droite modérée", de "droite classique", ou de "droite catholique", semble mieux caractériser, pour l'Ouest, ce courant dont l'électorat est directement issu de celui de la droite royaliste. Le terme "droites non gaullistes" serait néanmoins le plus rigoureux. Les droites traditionnelles regroupent donc le MRP, devenu le Centre Démocrate, puis le CDS, mais également le CNIP, les Républicains Indépendants, devenus Parti Républicain, et actuellement l'ensemble des différents partis fédérés au sein de l'UDF. J. Lecanuet, A. Poher, V. Giscard d'Estaing, R. Barre peuvent être considérés comme les représentants de cette droite lors des différentes présidentielles. Le cas est plus complexe pour 1995, mais si, selon la méthodologie de classification évoquée plus haut, on se réfère en cas de litige à l’attitude de l’électorat, E. Balladur, pour l’Ouest, se rapproche de ce courant.

41Les droites gaullistes représentent le versant plébiscitaire et bonapartiste de la droite. Deux gaullismes successifs se distinguent sous la cinquième République : celui du Général et celui de Chirac, s'appuyant, du moins à l'échelle de la France, sur des électorats assez différents. Sous la cinquième République, ce courant connut toujours une organisation partisane explicite, successivement UNR, UNR-UDT, UD-Vème République, UDR, puis RPR. C.de Gaulle, G. Pompidou, J. Chaban-Delmas, J. Chirac sont les représentants principaux de ce courant lors des présidentielles.

42Les extrêmes-droites regroupent des candidatures isolées, dont celle de Tixier-Vignancourt en 65, et celles se réclamant du mouvement Poujade puis du Front-National. Les candidatures du parti écologiste s'isolent elles aussi toujours clairement après 1974, mais deviennent difficiles à appréhender à partir de 1993 : la ligne de démarcation gauche/droite passe justement au milieu des différents partis se réclamant de l’écologisme (Verts et Génération Ecologie).

Les variables explicatives

43Le choix des données sociales, à mettre en parallèle avec les données électorales, est bien entendu fonction des différentes hypothèses explicatives choisies, mais aussi des possibilités d’accès à ces données.

44La principale source de données reste évidemment les différents recensements INSEE. Pour cette étude une trentaine de variables pour chaque recensement de 62, 68, 75, 82, 90 sont utilisées (démographie, CSP, diplômes, logements, statut professionnel, mobilité). D’autres données sont fournies par les inventaires communaux INSEE de 1980 et 1988 (enclavement, présence d’équipements, occupation du sol, fréquentation des écoles privées...) ou la banque de données locales (revenus).

45Une telle étude ne peut se passer d'un indicateur religieux. L'atlas d'Isembert et Terrenoire (81) est le seul à donner une approximation cantonale de la pratique religieuse. Mais ces données sont à la fois anciennes et statiques, puisqu'elles sont le résultat d'enquêtes effectuées "dans les années soixante". Elles sont néanmoins assez précises, puisque tous les renseignements sont complets pour tous les départements de l'Ouest, pour les taux de pascalisants (fidèles n’assistant à la messe que lors des principales fêtes religieuses) et de messalisants (fidèles allant régulièrement à la messe), même si parfois pour l'Eure et quelques villes, les taux sont seulement estimés. Les taux de participation au culte de l'atlas sont tous calculés sur la population catholique, et non sur la population totale. Ceci tend peut-être à fausser un peu les données (un canton ayant une très faible population catholique, pourrait avoir un très fort taux de messalisants, et ne compter pourtant que très peu de fidèles dans ses églises), mais surtout ne permet pas d'estimer le pourcentage de non catholiques.

Inscrits et exprimés

46L'analyse socio-électorale doit se faire sur les électeurs inscrits, et non sur les exprimés. Cette règle, principe de base établi et prôné entre autres, par Siegfried, Goguel, Leleu ne saurait être remise en cause... Mais la partie III de cet ouvrage est basée sur la construction d'un vote théorique, lui-même calculé à partir de sondages nationaux, qui reposent eux sur les exprimés. La répartition sociale des abstentionnistes, à chaque scrutin, étant presque toujours inconnue. Le vote théorique, les effets résiduels, reposent donc par la force des choses sur le total des électeurs exprimés. Pour 1 partie II, et la cartographie générale de base, il fallait donc choisir entre travailler sur les exprimés et les inscrits. Travailler sur les inscrits permettait d'éviter de s'attirer les foudres des politologues, mais rendait difficile tout parallèle entre les différentes parties de cette thèse, et entre les différentes cartes. Par souci de cohérence, la plupart des traitements testés dans le partie II se feront donc également sur les exprimés. C'est bien entendu la problématique particulière de cette thèse, par le vote théorique, qui impose ce choix. Néanmoins, il semble intéressant d'analyser dans le détail quels étaient les avantages de travailler sur les inscrits. Finalement, ceux-ci apparaissent assez discutables...

47Barrot (82), à partir de l'exemple des voix du PC, dénonce les dangers de travailler sur les exprimés. Aux européennes de 79, la liste Marchais obtenait 20 % des exprimés, et à la présidentielle de 81, Marchais n'obtenait plus que 15,4 %. Une première analyse dirait que le score du PC s'est effondré. L'analyse des inscrits montre le contraire : 11,9 % pour la liste Marchais en 79, 12,5 % en 81. Barrot en conclut que le taux par rapport aux inscrits est le plus pertinent, et qu'il n'existe pas de déclin du PC, au contraire. Ceci est discutable. En 79, un votant sur cinq choisit le PC, en 81, un votant sur sept. Les abstentionnistes, très nombreux en 79 (45 %) n'ont pas voté contre le PC, mais ont montré leur désintérêt de ce scrutin. Rien ne permet de dire que ces abstentionnistes étaient pro ou anti communistes. Si la participation était rendue obligatoire, on peut penser que ce rapport d'un électeur communiste sur cinq eût été plus ou moins respecté, voire même accentué, puisque les abstentionnistes sont plutôt des urbains, et plutôt des ouvriers... La même constatation vaut pour 1981. Donc entre 79 et 81, le PC a bien perdu de l'influence, et l'évolution après 81 confirmera largement cette tendance. Ici, l'analyse de Barrot est donc fausse (ou partisane). Calculés sur les inscrits, lors d'élections à forte abstention, comme les européennes ou les cantonales, les scores de tous les partis seront toujours inférieurs à ceux qu'ils obtiendront lors d'élections à forte participation ! L'analyse par rapport aux inscrits n'est donc pas suffisante en soi. De 84 (européennes) à 86 (législatives), le PC passe de 6,14 % à 7,27 % des inscrits. Mais là encore, la progression n'est qu'apparente, et ne correspond pas à la tendance réelle de perte d'influence du PC (de 11,24 % à 9,7 % des exprimés). Le scrutin majoritaire des législatives de 88 tend à favoriser le vote pour le PC (vote notabilitaire, comme pour les municipales), par rapport au scrutin de liste de 86. Ainsi, le taux de vote pour le PC (sur les exprimés) passe de 9,7 (en 86) à 11,32 (en 88). Le même calcul sur les inscrits masque ce phénomène (7,27 % aux deux scrutins), par l'assez forte abstention de 1988 (34,26 %), liée à une certaine lassitude politique. Ces quelques exemples visent uniquement à montrer que l'analyse seule des inscrits ne suffit pas, et peut même conduire à des interprétations erronées, dans l'analyse évolutive des scores d'un parti.

48L'analyse géographique renvoie à la même réserve. Imaginons le vote pour le parti X des deux cantons A et B.

  • Canton A : 20 % selon les exprimés, 10 % selon les inscrits, (50 % d'abstention).

  • Canton B : 15 % selon les exprimés, 15 % selon les inscrits, (0 % d'abstention).

49Ce cas est certes extrême, mais renvoie à la différence géographique fréquente entre le très fort taux d'abstention de certains cantons urbains, et la très forte participation de petits bourgs ruraux. Une carte selon les inscrits revient donc à minimiser les scores de tous les partis dans les cantons à forte abstention, par rapport aux autres. En théorie, une abstention très spatialisée pourrait donc tendre à uniformiser les cartes de tous les partis, et la carte de la participation détiendrait la clé de toutes les autres, illisibles seules...

50Un exemple géographique concret met en valeur ces dangers. Les auteurs de « la France qui vote » (88), qui travaillent sur les inscrits, étudient l'évolution du PC à partir de deux régressions, entre 81 et 84, et 84 et 86. Cet exemple est d’ailleurs repris dans un article de Mappemonde (1986) et dans l’ouvrage « Carte mode d’emploi » de R. Brunet (87). Les deux cartes sont les négatifs l'une de l'autre : les départements "pauvres et de tradition ouvrière" abandonnent le PC entre 81 et 84, et lui redeviennent fidèles entre 84 et 86. Les auteurs expliquent ce mystère, en avançant, par exemple, le retrait des communistes du gouvernement, les "malaises sociaux"... En fait, il est impossible d'expliquer les deux cartes sans connaître les différences géographiques de participation entre un scrutin national et un scrutin européen (la carte de la participation aux européennes n'est hélas pas publiée). Si les amplitudes d'abstentionnisme sont importantes entre les départements aux européennes, et si ce sont les départements "à problèmes" qui se sont le plus abstenus, le mystère des deux cartes est alors levé...

51Le fond du problème est de savoir si l'on doit considérer l'abstention comme un énième parti, ou comme un phénomène à part. Il n'existe pas de solution en soi. Il est possible de considérer que l'abstentionniste exprime une opinion, mais il est également possible de considérer que l'abstentionniste se situe en marge du système politique, puisque son choix ne s'oppose, ni ne favorise aucun autre parti. Logiquement, il me semble que l'abstentionnisme doit en théorie être considéré comme un parti à part entière, surtout en une période où le comportement protestataire prend un sens particulier. Mais pratiquement, cette logique n'est pas toujours respectable, notamment dans l'optique d'une analyse géographique diachronique. En effet, contrairement à tous les autres partis, les différences de score de l'abstention dans le temps, sont beaucoup plus importantes que les différences de score dans l'espace. Les grandes fluctuations de l'abstention selon le type de scrutin et la conjoncture politique sont de grandes marées nationales, recouvrant largement les différences d'opinions locales. Le score selon les exprimés, même s'il correspond à des populations électorales différentes, représente pour chaque scrutin, le "climat" politique réel d'une zone. Un fort taux de vote pour le PC, dans une banlieue, représente la forte emprise du communisme sur cette zone, même si la participation y a été très faible lors de cette élection. Lors d'un scrutin plus mobilisateur, le même climat, et donc la même emprise du parti se retrouvera. Le travail sur les inscrits, par la prise en compte d'une abstention dont l'explication est surtout nationale, rend souvent impossible la mise en évidence de ce "climat électoral", qui est justement celui que cette étude cherche à isoler.

52L'analyse selon les exprimés cause un dilemme qui me semble plus important, dans la comparaison entre données électorales et données sociales. En effet, on compare alors deux populations différentes. Les données sociales concernent l'ensemble de la population active, alors que les données électorales ne concernent que la population ayant exprimé un suffrage. Mais à ce niveau, l'analyse sur les inscrits est elle aussi imparfaite. En effet, dans ce cas, c'est sur la "population électorale potentielle" qu'il faudrait calculer les votes. Le taux d'inscription sur les listes électorales est une donnée essentielle, variant dans le temps, mais qui connaît également une forte spatialisation (les taux d'inscription pouvant dépasser la population réelle d'une commune, du fait des émigrants non radiés et des résidents secondaires). Hélas cette population électorale potentielle, qui se calcule sur la population totale, à laquelle on retranche les moins de 18 ans et les étrangers, ne peut être connue pour chaque scrutin, mais à chaque recensement, tous les sept ans. On pourra rétorquer que le taux d'inscrits varie bien moins, dans le temps, que le taux d'exprimés, et semble donc plus pertinent dans une comparaison avec la population totale, qui elle aussi varie peu. Cet argument, valable dans bien des cas, ne l'est pas dans le cadre de la thèse, puisque les élections législatives et présidentielles ont un taux d'abstention faible et régulier sur toute la cinquième République, entre 15 à 20 %, atteignant exceptionnellement 30 % lors du second tour des présidentielles de 1969, et lors des législatives de 1962, 1981, 1988 et 1997.

53Il convient de ne pas perdre de vue non plus que le taux sur les exprimés est celui qui est pris en compte politiquement ; c'est lui qui décide ou non du pouvoir. Il possède donc une réalité politique. Au delà, les taux sur les exprimés sont ceux qui sont publiés par les médias, et donc ceux qui sont connus du grand public. Celui-ci connaît dans une fourchette approximative le taux habituel de chaque parti ou de chaque candidat. Travailler sur les inscrits revient à brouiller tous ces repères collectifs.

54Un dernier exemple montre que les sociologues eux-mêmes ne peuvent se contenter du taux par rapport aux inscrits. Leleu (55), préconise l'analyse des voix selon les inscrits, mais se heurte au même problème. Face à deux cantons où l'évolution pour la droite a été de +10 %, "dans le premier cas, cette évolution s'effectue exclusivement aux dépens des abstentions... Le glissement à droite dans le second cas est beaucoup plus net, puisque la droite a rallié des électeurs de gauche". Leleu préconise alors l'utilisation de l'indice d'orientation politique, qui sera très souvent repris (Renard, Rapetti, 86). Il consiste à multiplier par cent le quotient obtenu en divisant le pourcentage selon les inscrits, du score la droite par celui de la gauche. L'indice varie donc de part et d'autres de la valeur 100, qui représente l'équilibre des forces... Mais cet indice "miracle" revient en fait simplement à éliminer le poids de l'abstention, puisqu'il exprime le rapport brut entre la droite et la gauche. En fait, le simple score de la droite ou de la gauche sur les exprimés (par exemple lors d'un second tour de présidentielles) apporte une information strictement identique à celle de l’indice d'orientation politique, 50 % représentant l'équilibre. L'indice Leleu revient uniquement à travailler sur les exprimés !

55De toutes les façons, il convient de minimiser les différences cartographiques et statistiques provoquées par le choix d'un mode ou de l'autre. Si le taux de voix varie bien évidemment selon qu'on les calcule sur les inscrits ou les exprimés, il varie globalement partout de la même façon, et les répercussions spatiales sont donc quasiment nulles, ou invisibles. Ainsi, pour cet ouvrage, tous les résultats de corrélations calculées entre des cartes construites selon les deux modes apparaissent extraordinairement proches, avoisinant les 0,998 et ne descendant jamais au dessous de 0,95. Incontestablement, il n'existera quasiment aucune différence visuelle entre deux cartes bâties sur les inscrits ou les exprimés. Concernant l'explication du vote, là encore, les différences entre les corrélations socio-politiques, selon le mode de calcul de la variable politique, sont infimes : généralement à peine de l'ordre du centième. Si la réflexion inscrits/exprimés est fondamentale pour une étude diachronique, comparant présidentielles, européennes et cantonales, elle l'est moins pour une étude spatiale. Le rôle de la spatialisation différentielle des abstentions est toutefois sûrement ici minimisé par la sous-représentation des votes urbains, où les différences de participation électorale jouent le plus.

Figure 9. ANALYSE SPATIALE DES VOTES.

Indices simples

Statistiques multivariées

Modélisation spatiale

Analyse des Votes

- Rapport inscrits/exprimés
- Progrès premier/second tour
- Reports
- Taux de mutants (fond de vote, plafond de vote)
- Taux de stabilité

- Champs de force
- Dynamique différentielle

- Estimations à partir de communes tests

Le découpage électoral

- Cartographie électorale (hétérogénéité des zones, mode de discrétisation)
- Malapportionnement (poids démographique des découpages)

- Indice de dispersion des différents découpages
- Mise en valeur du Gerrymandering
- Mesure de la Cross Level Fallacy

- Anamorphose
- Carroyage
- Interpolation

Analyse socio-électorale

- Nuages de points, régressions.
- Corrélations linéaires

- Modèle de structure sociale (vote théorique simple)

- Vote théorique multiple
- Régression linéaire multiple, sous contrainte.

Effet de milieu

- Effets notabilitaires :
- Prime au sortant
- Effet de proximité
- Effet de pouvoir

- Analyse des résidus de la régression vote théorique/vote réel

- Surgaces de tendances
- Variographie, corrélogramme
- Indice de rayonnement
- Arcs de contiguïtés

N.B : les indices, traitements et modèles sont détaillés dans le texte.

56La querelle concernant les inscrits ou les exprimés m'apparaît donc comme un faux problème. En effet, ce n'est pas le mode de calcul en soi qui est important, mais le fait d'intégrer à tout moment le rôle des non votants dans l'explication électorale. La convention politique de travailler sur les inscrits semble donc plus une habitude institutionnelle qu'une règle scientifique, notamment dans le cadre d'une étude à objet géographique.

57Une fois constituée, cette banque de données électorales » sociales et cartographiques peut servir de base à des emplois multiples. On peut aisément imaginer une utilisation comme base d'une connaissance encyclopédique, ou comme support de révélations journalistiques. Son utilisation présente devra se limiter à l'objet de ce livre : détecter le rôle de l'espace dans l'explication du vote dans le grand Ouest. Dans cette optique, différentes méthodes quantitatives, simples ou sophistiquées seront testées. La figure 9 récapitule les mesures qui seront évoquées et testées dans les parties suivantes.

58Toutefois, dans les chapitres suivants, le lecteur attentif trouvera (du moins je l'espère), en filigrane de l'effet spatial, des bases de réflexion sur les permanences des comportements électoraux de l'Ouest, et sur l'explication générale du vote en France.

Table des illustrations

Titre Figure 2. L'hétérogénéité cantonale
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11526/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Titre Figure 3
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11526/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Figure 4. Deux modes de cartographie électorale comparés
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11526/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Figure 5. Erreurs cartographiques en Géographie électorale.
Légende Source : Brimo (68), "Méthodes de géo-sociologie électorale".
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11526/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11526/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Figure 6. Anamorphose électorale
Légende Source : Emeri & Cotteret (56) : "essai de représentation des forces politiques".
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11526/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Figure 2 Comparaison des résultats obtenus par François Mitterrand aux seconds tours des présidentielles de 1981 et1988.
Légende Source : Levy (90), "Espace politique et changement social", in Espaces-Temps.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11526/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Source : Cauvin (89), "Images des élections présidentielles", in Mappemonde.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11526/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Figure 7
Légende Source : Guezou et Bonenfant (85), "Atlas électoral du grand Ouest".
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11526/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Figure 8. Carte 3. Les blancs et les nuls
Légende Source : HABERT P, PERRINEAU P, YSMAL C, (1993), « Le vote sanction », Presse de la FNSP.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11526/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 106k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search