Version classiqueVersion mobile

Éléments de géographie électorale

 | 
Michel Bussi

Partie I : De Siegfried à Internet

Chapitre premier. Le vote, expression territoriale des sociétés

Texte intégral

"J'ai regretté parfois le passage de l'expression "géographie électorale" à celle de "sociologie électorale" parce que c'est, en réalité, une socio-géographie ou une géo-sociologie"
F. Goguel (1990).

1La Géographie électorale possède la particularité d'une discipline géographique qui fut le plus souvent développée, étudiée, et enseignée par des non-géographes. Même pendant "l'heure de gloire siegfriedienne", où le déterminisme géographique régnait encore en maître, la direction de la discipline fut laissée à François Goguel, qui n'est pas géographe de formation. Le brutal regain d'intérêt des géographes pour les problèmes actuels de ce monde fit que nombre d'entre eux effectuèrent un retour à la science électorale, mais ne s'y attardèrent guère, considérant rapidement la Géographie électorale comme une branche superficielle et journalistique d'une discipline bien plus noble : la Géographie politique, ou, mieux encore, la Géopolitique... Si la presse a aujourd’hui tendance à remplacer par des cartes les fastidieux tableaux de résultats électoraux, ces cartes et leur analyse se font encore le plus souvent sans l’aide des géographes.

2Il n'est alors pas étonnant que le concept de Géographie électorale n'ait jamais été très bien défini et qu'il se soit largement modifié au cours de ce siècle. Pour cerner le rôle de la Géographie au sein des sciences électorales, il faut lui trouver une place juste, sans déborder ni l'étouffer, aux côtés de la Sociologie, de l'Histoire, de l'Economie, de la Psychologie, de l'Anthropologie... Au sein même de la Géographie, elle se situe au cœur de la discussion épistémologique actuelle de la discipline. Elle traîne encore derrière elle le vieux déterminisme physique ; elle se montre encore frileuse face à la demande croissante des Médias, confrontée directement au syndrome de la cartographie partisane ; la Géographie de l'opinion semble concerner le chercheur de "terrain" à travers une approche régionale, mais la Géographie des scrutins, l’ordinateur et le chercheur de laboratoire. La Géographie électorale est bien au carrefour des mutations en cours de la discipline géographique.

GLOIRE, DISGRACE ET REHABILITATION DE LA GEOGRAPHIE ELECTORALE

L'absence de synthèses...

3Actuellement, en France, la réflexion conceptuelle sur les relations entre espace et politique existe, et apparaît même comme très dynamique ; par contre, il n'existe pas vraiment de parallèle entre espace et élections.

4Après de longues années de silence, les géographes depuis une dizaine d’années se tournent vers l’analyse des comportements électoraux, se remettant ainsi à cultiver un terrain longtemps laissé en friche, mais sans se soucier des éventuels locataires ayant pu occuper pendant leur absence la place laissée vacante. Ainsi, François Goguel, dans son compte rendu des "Géopolitiques des régions françaises" (86) de Lacoste, pour la Revue Française de Sciences Politiques, écrit : "autre regret : les géographes qui pour l'essentiel, ont écrit ces trois volumes, n'ont pris au préalable aucun contact avec ceux (historiens, juristes, politistes, et sociologues) qui, depuis nombre d'années, ont consacré des travaux aux élections en France. Sans doute de tels contacts existeront-ils désormais. Mais il est dommage qu'ils n'aient pas été pris plus tôt." Une telle réflexion peut être faite à propos de la « France qui vote » (88), (seul atlas actuel des votes en France), même si l'ouvrage se présente comme une collaboration entre géographes et politologues. Le fondement de l'ouvrage est une comparaison écologique au niveau départemental ; or, malgré une très importante introduction méthodologique (50 pages), le débat de fond sur les dangers d'une telle approche écologique, sur l'hétérogénéité des départements, sur les problèmes de causalités, n'apparaît jamais. Cette simple réflexion, au cœur des débats internes de la Science électorale depuis sa création, aurait sans doute permis d’éviter le "choc frontal" avec les politologues qui ignorent l'existence d'une explication spatiale de l'opinion : "Quel est donc ce complexe démiurge qui pousse aujourd'hui les géographes, de variations géopolitiques (terme ici heureusement banni) en introspections cartographiques, à se faire ainsi les chantres d'une interprétation totale du politique ?" (Hastings, 89).

5En fait, les géographes possèdent peu de recul par rapport à leur discipline électorale. Jusque très récemment, une telle réflexion sur elle même, accompagnée d'une profondeur historique, n'existait pas. Jusqu'en 1970, l'essentiel du débat géographique sur le fait électoral se fera au sein de la Revue Française de Sciences Politiques, entre sociologues, politologues et historiens (Aron, Goguel, Leleu, Arambourou...). Il existe deux ouvrages de méthodes de Géographie et Sociologie électorale, assez complets, quoique anciens (Goguel 47, et Brimo 68), mais qui sont écrits par des non-géographes, pour des étudiants non-géographes.

6Les manuels de Géographie humaine ne nous fournissent pas non plus cette réflexion. Seul Derruau, dans les premières éditions de son précis de Géographie humaine (61), consacre deux pages à la Géographie électorale.

7Ce chapitre sera d'ailleurs supprimé dans les éditions qui suivront... Il faut attendre A.L Sanguin (77) et son manuel sur la Géographie politique, pour trouver une quinzaine de pages à propos des comportements électoraux. Cette approche est d'autant plus intéressante qu'elle répertorie essentiellement les méthodes anglo-saxonnes. Encore aujourd’hui, aucun manuel général de géographie humaine ne consacre de chapitre à la géographie électorale, pas même la volumineuse « Encyclopédie de Géographie » (92) qui compte pourtant 58 chapitres thématiques différents.

8En 1984, il est enfin possible de s'appuyer sur un réel bilan des études de Géographie électorale, avec le rapport de Hervé Guillorel (politologue), « la géographie électorale » des géographes, présenté à l'occasion du congrès national de l'Association Française de Sciences Politiques. Ce rapport se divise en trois parties. La première est consacrée à 70 ans de Géographie électorale (des enfants terribles, Taylor et Johnston, au père fondateur, Siegfried), la seconde est un réquisitoire pour une analyse spatiale des comportements électoraux, la troisième une très complète bibliographie.

9Ce rapport qui "constitue l'un des rares essais de synthèse sur la Géographie électorale française" (M.Chevalier, 85), semble réveiller les géographes. Ainsi, à sa suite, M.Chevalier publie dans les Cahiers Géographiques de l'Est un long article sur les problèmes de la Géographie électorale française. Ces articles constituent les deux seules réelles synthèses de la Géographie électorale, même si depuis dix ans, de nombreux géographes s'intéressent à l'historique de la discipline, et l'abordent de manière plus ou moins ponctuelle, par l'intermédiaire notamment du "retour à Siegfried". Ainsi, il ne convient pas de parler de Géographie électorale sans parler de Siegfried, et il ne convient pas de parler de Siegfried sans déplorer qu'il n'ait laissé pendant 75 ans, aucun disciple en Géographie, ni sans se réjouir de l'actuel retour aux sources (Levy, 89, Buléon, Renard, 87, Buléon, 88, Gay, 87, Giblin, 90, Lacoste, 86...). Plus récemment, C.Kleinschmager (93), dans son ouvrage « Eléments de géographie politique », analyse “les territoires et les sociétés dans le miroir des élections”, selon une analyse proche d’A.L.Sanguin (77), mais réactualisée.

10L’histoire de la géographie électorale peu étudiée dans ses détails, constitue pourtant un “cas d’école” aidant à comprendre les douloureux rapports entre Géographie et Sociologie.

Le déterminisme géographique

11A l’origine,” tout n’était que Géographie”... On pense bien entendu à Siegfried (1913). La Géographie électorale n'est pourtant pas née avec lui, même si "l'idée de créer une science nouvelle ayant un objet propre et une méthode propre revient incontestablement à André Siegfried" (Brimo, 68). Brimo distingue (et déplore) deux phases dans l'explication électorale, l'une, avant Siegfried, dominée par un déterminisme géographique, l'autre, après 1945, dominée par un déterminisme sociologique.

12Le déterminisme géographique est ancien. On retrouve déjà chez Platon, Aristote et Hippocrate l'idée de lien entre la géographie et le tempérament politique (lien lié notamment au climat). En 1576, Jean Bodin, dans ses six livres de la République, étudie le comportement des peuples, et son influence sur leurs institutions en fonction de l'altitude, des vents, de la fertilité des sols, des communications, de la latitude et de la longitude. Montesquieu parvient à l'idée que les institutions ne relèvent pas de l'arbitraire des législateurs, mais de certains rapports nécessaires qui dérivent de la nature des choses. Turgot, en 1750, écrit une Géographie politique.

13Mais l'étude de Géographie électorale la plus ancienne revient incontestablement à l'historien Charles Seignobos, dans son livre consacré à la révolution de 1848, tiré « de l'histoire de la France contemporaine » de Lavisse. Cet ouvrage a d’ailleurs largement inspiré Siegfried. Seignobos nous rappelle à juste titre qu'avant 1848 et le suffrage universel, toute Géographie électorale était par définition impossible "avec le cens électoral à 200 francs et les journaux réduits aux abonnés bourgeois, le nombre de français en état d'émettre une opinion politique était si faible, et la pression ministérielle si facile, que la vie publique se concentrait toute dans le gouvernement et les chambres. La masse de la nation n'avait aucun moyen de manifester ses sentiments politiques, on ignorait même si elle en avait." L'avènement du suffrage universel offre donc une extraordinaire voie inédite de recherche. Il est caractéristique que ce soit un historien et non un géographe qui se soit le premier chargé de spatialiser les opinions politiques des Français : "en 1848, le suffrage universel lève brusquement le voile qui couvrait la vie intérieure du pays, et le peuple français apparaît déjà entre plusieurs opinions assez nettement différentes" (Seignobos).

14Utilisant les rapports secrets des procureurs généraux, et les voix aux élections, Seignobos dresse un portrait région par région, et département par département, des attitudes politiques locales, insistant notamment sur les îlots républicains au milieu de l'océan conservateur. Mais Seignobos ne borne pas sa géographie électorale à une simple description, il tente également d'expliquer ces localisations. Ainsi, on retrouve déjà les thèmes de la notabilité : "l'influence personnelle a fait beaucoup de républicains", du militantisme ouvrier : "la propagande démocratique se fait dans les ateliers et dans les cabarets"... Mais surtout, dans sa conclusion, Seignobos cerne déjà les thèmes privilégiés de la Sociologie électorale moderne : "Cette distribution régionale paraît subir l'influence de deux conditions de natures très différentes, la structure économique de la société, le degré d'influence du clergé catholique." Ces propos ne sont guère éloignés de ceux de l’introduction de l'« Electeur en question » (90), ouvrage collectif du Cevipof qui analyse en détail un sondage à la sortie de l'élection présidentielle de 1988 "les variables lourdes continuent à dessiner les contours du paysage politique, aujourd'hui encore, la variable religieuse et la classe sociale demeurent les meilleurs prédicateurs des comportements électoraux". Les permanences géographiques sont aussi saisissantes que les permanences sociologiques. Ainsi, nationalement, Seignobos différencie déjà le Nord-Ouest légitimiste, du Sud-Est et des plaines du midi, républicaines.

Le tableau politique de la France de L'Ouest

15Le travail de Siegfried s'inscrit dans la même démarche que Seignobos. En 1913, il publie son « Tableau politique de la France de l'Ouest ». Si le succès de l'ouvrage ne fut pas immédiat, "publié à mille exemplaires à compte d'auteur, à sa parution, les compte-rendus furent peu nombreux et rarement enthousiastes" (Giblin, 89), le temps allait se charger de couvrir Siegfried et son œuvre de superlatifs. Dans un contexte scientifique où l'on brûle rapidement toute étude ayant pris de l'âge, Siegfried est encore aujourd'hui d'une étonnante actualité. Nulle introduction ou avant propos d'une étude de Géographie électorale ne peut passer outre ce qui semble devenu une convention : une référence, ou mieux, une citation du père fondateur de la discipline. Les qualificatifs concernant son tableau sont eux aussi significatifs : "le type classique, le livre de référence" (Brimo, 69), "le travail de Science électorale le meilleur que nous possédions, en somme, le seul" (Goguel 47), "un classique de la géographie" (Frémont, 87), "un grand livre dont il n'existe peut-être aucun équivalent dans la littérature étrangère" (Aron, 55),"œuvre admirable, par son esprit scientifique et la rigueur de sa méthode, par sa clarté et l'irrésistible séduction d'un exposé élégant et précis" (Bois, 60), "un livre extraordinaire" (Labrousse, 46)...

16Il a été dit beaucoup de choses à propos de Siegfried, mais sans doute lui en a t'on fait dire encore davantage... Guillorel (84) souligne que trois Sciences revendiquent la paternité d'André Siegfried (les politologues, les géographes et les sociologues...), "la triple revendication de l'œuvre de Siegfried est d'autant plus intéressante qu'elle renvoie à des disciplines qui sont parfois (et qui restent encore) en conflit ouvert quant à leur autonomie vis-à-vis les unes des autres." (Guillorel, 84). On a donc fait dire à Siegfried bien plus qu'il n'a écrit. Ce flou autour de l'appartenance scientifique de Siegfried provient d'une part de l'humanisme de Siegfried (la multiplicité de ses centres d'intérêt est bien montrée par le numéro d'« études normandes » qui lui est consacré en 89), et d'autre part parce qu'il se situait en marge du système universitaire classique, puisqu'il enseignait au collège de France et à l'école libre des Sciences politiques, qu'il avait contribué à fonder.

17Il est également vrai qu'après son Tableau politique, André Siegfried a assez peu écrit dans ce domaine : un article dans la nouvelle revue française en 1937 qui d'ailleurs reprend en partie, et bien souvent mot pour mot, l'introduction de son « tableau politique de la France de l'Ouest », et une « Géographie électorale de l'Ardèche » en 1949. La célébrité de Siegfried est bien moins due à sa formation de géographe qu'à son enseignement politique. Fondateur de la Fondation Nationale des Sciences Politiques, l'un des deux bâtiments de la rue Saint Guillaume lui est à tout jamais dédié, et chaque étudiant de "science-po" lit chaque jour son nom gravé dans le marbre...

18Et pourtant, malgré le désintérêt des géographes, André Siegfried défendit toujours une conception géographique de l'étude électorale. Son tableau politique est bien une étude géographique, qu'il débute d'ailleurs ainsi : "J'ai remarqué souvent, dans les élections, que les opinions politiques sont sujettes à une répartition géographique". Il ne pouvait être plus clair. Certes, dans son tableau, après avoir détaillé région par région les "climats politiques", Siegfried tente de déterminer longuement les facteurs de l'opinion politique, et l'action des partis. Mais là encore, il ne globalise à l'Ouest entier qu'après avoir éclairé les multiples facettes de tel facteur explicatif ou tel parti, différentes selon les régions, les villes, les campagnes ou les littoraux... La démarche demeure toujours clairement géographique, même si ces apports firent naître parallèlement la Sociologie électorale. D'ailleurs, toute sa vie, et à l'inverse de son disciple, François Goguel, Siegfried restera fidèle, au terme de Géographie électorale, qu'il préférera en 49 à celui de politique.

19Siegfried était géographe, mais les géographes n'étaient pas prêts. "des votes soumis à toutes les contingences de circonstances et de personnes, où le caprice de l'électeur s'ajoute à la mobilité naturelle des foules, où l'opinion du député se complique de considérations personnelles, sont-ils susceptibles d'appuyer des conclusions solides ?" (Vidal de La Blache, 1917). Dans son compte rendu de l'œuvre de Siegfried, La Blache, dont le prestige était immense, marginalise explicitement la Géographie électorale. Les géographes se méfiant des Sciences électorales, Siegfried devint donc le modèle des sociologues et des politologues, sous l'influence de Goguel. L'école française de Sciences Politiques prit alors, à ses débuts, par le parrainage de Siegfried et de ses méthodes, une orientation géographique, orientée notamment sur l'aspect spatial des différences régionales. Cette origine explique sans doute la longue divergence entre l'école française et l'école anglo-saxonne.

20Il est bien évident que l'association entre la Sociologie électorale et les méthodes à partir de laquelle elle se développait, établies par un géographe dans un but géographique, ne pouvait qu'être boiteuse. Au fur et à mesure que la Sociologie électorale commença à étoffer ses concepts et revendiquer son autonomie, elle se détacha petit à petit, et ceci d'ailleurs fort logiquement, de tout ce que l'œuvre de Siegfried avait de géographique (même si, du vivant de Siegfried, cette évolution ne se fit qu'à mots couverts et avec une certaine diplomatie, la Géographie gardant cet aspect respectable et incontournable que lui conférait l'autorité du père fondateur).

21Pour adapter les méthodes du Tableau politique à la Sociologie, ou pour montrer leur inadéquation à expliquer le vote, on interpréta largement les propos de Siegfried. L'analyse de ces extrapolations et de leur bien fondé clarifie assez bien l'ambiguïté des rapports entre la Géographie et la Sociologie.

22Le premier reproche tient à la démarche de Siegfried, inductive et même le plus souvent intuitive. Siegfried déclarait lui-même : "je ne me sens à l'aise que dans le climat de l'induction. Si j'avais été savant, j'eusse été biologiste plutôt que mathématicien". Goguel sera le premier à lui reprocher ces intuitions, généralisations hâtives et non fondées : "L'étude est saisissante à cause des dons d'écrivains de Siegfried, à cause de ses dons d'intuition, et dans une certaine mesure peut-être parce que Siegfried est un artiste, mais moins parce qu'il est un savant. J'aurais préféré pour ma part, pour la solidité du chapitre une présentation moins agréable, moins frappante, mais plus systématique, plus prudente." Mais la méthode n'est peut-être pas aussi inductive qu'il n'y paraît. Dans l'appendice, chapitre oublié de son tableau, il décrit sa méthode, qui commence par la constitution de cartes de l'Ouest par canton de plus d'une vingtaine de séries de variables, et de leur comparaison. Ensuite vient l'étude systématique des journaux locaux et des professions de foi. Enfin, quasiment en bilan ou en vérification d'hypothèses nées de la comparaison cartographique, "les voyages d'études dans chaque département". Ses talents d'écrivain, son sens de la formule, occultent parfois la puissante méthodologie de Siegfried. Les méthodes présentées sont celles utilisées par n'importe quel adepte de la nouvelle Géographie.

23Le second reproche fait à Siegfried, et par là même aux géographes, fut son déterminisme. L'argument longtemps ressassé fut le déterminisme physique : "André Siegfried, étudiant la géographie électorale de la France de l'Ouest, est amené à constater qu'il existe dans cette région un électorat du granit et un électorat du calcaire, opposition qu'il traduira dans une formule qui fera fortune, le granit produit le curé avec le grand propriétaire et l'orientation conservatrice, le calcaire l'instituteur avec le républicanisme, le radicalisme" (Brimo, 68). L'œuvre de Siegfried fut longtemps, et encore, invariablement résumée à ce simple déterminisme. Ce mot de Brimo possède des dizaines d'équivalents. En fait, dans son tableau politique, Siegfried déclare "Un dicton suggestif énonce que, dans cette région vendéenne, "le granit produit le curé, et le calcaire l'instituteur". C'est une vérité d'observation que le bon sens populaire n'a pas manqué de discerner". Encore faut-il préciser que cette formule, Siegfried ne l'applique qu'au canton de Talmont, les conclusions étant ailleurs "moins saisissantes". L'unanimité dans la déformation du propos de Siegfried est étonnante. Mais son dicton apparaît en page 20 de son tableau... Un bon nombre de chercheurs "hâtés" ne sont peut-être pas allé plus loin dans leur lecture ! Si en 1949, dans sa « Géographie électorale de l’Ardèche », on surprend Siegfried à écrire “Il semble que, telles des plantes, certaines manières électorales de sentir, de raisonner, de réagir, ne puissent survivre au-dessus d’un certain niveau d’altitude”, son sens de la formule occulte le raisonnement : le comportement électoral dépend avant tout selon lui du mode d’exploitation, les conditions naturelles étant secondaires.

24Le reproche peut-être le plus important que l'on fera à Siegfried sera son approche écologique. Son étude se base avant tout sur la comparaison cartographique. Or, même à un niveau fin (commune), la comparaison de deux agrégats de population dont on ne connaît pas l'organisation interne peut conduire à des inversions d'interprétation. Derrière Siegfried, toutes les études de Sociologie seront bâties sur une démarche écologique similaire, on pourrait presque dire "faute de mieux", puisque les sondages n'existaient pas encore. L'apparition des premiers sondages d'opinions verra la scission entre une approche écologique et une approche psychologique par enquêtes. Là encore, ce reproche, peut-être fondé pour un certain nombre de géographes, ne l'est pas pour Siegfried, puisqu'il fut sans doute le premier à percer l'anonymat du vote, seule solution pour éviter toute incertitude concernant l'écologisme. A propos de Siegfried, Goguel déclare : "il allait trouver le maire ; il lui inspirait confiance ; il le convainquait qu'il n'avait pas d'ambition politique et qu'il ne répéterait pas ce que le maire allait lui dire : il prenait la liste électorale avec le maire, et pour chaque électeur, celui-ci lui disait quelle était son opinion politique". En fait, Siegfried apparaît comme le premier, et peut-être l'un des seuls, à avoir associé une démarche écologique à une démarche psychologique. Il montre par là l'exemple interdisciplinaire à suivre aujourd'hui. Nul doute que par une approche uniquement écologique, Siegfried n'ait eu assez de finesse pour prédire avec autant de précision l'évolution future des paysages politiques. Nul doute que par une approche uniquement psychologique, Siegfried n'ait pu couvrir les quatorze départements qui constituent le grand Ouest...

25Siegfried se vit également reprocher par les historiens (notamment Pascal Bois), d’avoir sous-estimé l’importance de la tradition historique. Ainsi, même s'il n'a "presque jamais pensé a priori renoncer à comprendre", il doit tout de même faire parfois un constat d'échec : "plusieurs fois enfin, mais est-ce bien une explication ? C'est le caractère même de la race qui m'a paru seule raison de différences politiques essentielles, au-delà de certaines frontières ethniques". Bois (60) reprend ce "mea culpa" de Siegfried, en montrant que "très vaste dans l'espace, l'œuvre ne pénètre pas dans le temps, ou très peu", et qu'en fait, ces mystères ethniques n'existent pas et sont tous explicables, pour peu que l'on se donne la peine de les étudier en détail, en leur donnant une profondeur historique. Il démontre ainsi les permanences des comportements de la Sarthe depuis la Chouannerie. Mais son étude, vaste dans le temps, et peu dans l'espace, ne résout qu'un de ces mystères, et le titre de sa thèse, « paysans de l'Ouest », apparaît donc un peu présomptueux.

26Les géographes eux-mêmes, aujourd'hui, reprochent à Siegfried une approche trop classique, régionaliste, dans une optique directement vidalienne. C'est oublier un peu vite que le thème en lui-même de l'ouvrage était profondément novateur. Quant au cadre de l'étude, le fait de détailler quatorze départements distingue largement Siegfried des classiques monographies régionales (Demangeon et la Picardie par exemple, à la même époque).

27Le dernier reproche est plus fin, et plus directement géographique. Il provient du géopolitologue américain Cox (69) : "Le traitement a-spatial des séries géographiques a longtemps dominé les études géographiques du comportement électoral. Les premiers travaux de Siegfried, par exemple, détachaient les unités spatiales de l'espace au sein duquel elles étaient incluses et tentaient d'expliquer les caractéristiques du comportement électoral en s'appuyant uniquement sur les caractéristiques économiques et sociales des unités étudiées : on ne trouve guère d'intérêt porté aux relations spatiales des unités d'analyses entre elles et à l'impact de telles relations spatiales sur le comportement électoral". Néanmoins, il est un peu incongru de reprocher à Siegfried en 1913, de n'avoir pas fait ce que, jusqu'à ce jour, aucun autre géographe français n'a fait. La critique s'adresse plus à l'école française en général qu'à Siegfried lui-même. D'ailleurs, une fois de plus, Siegfried se révélait très en avance sur son temps, et conscient du concept d’analyse spatiale, puisqu'à titre posthume fut publié un petit ouvrage intitulé : « Itinéraires et contagions : épidémies et idéologies » (58).

28Siegfried fut un pionnier, mais les géographes ne le découvrent qu'aujourd'hui. Ainsi, son objectif avoué était de "mener à bien, quelque jour, dans son ensemble, un Tableau politique de la France sous la troisième République". Ce tableau ne vit jamais le jour. Les rares géographes qui s'intéressèrent à Siegfried ne le comprirent pas. L'idée forte de Siegfried repose sur l'étrange permanence spatiale des comportements électoraux dans l'Ouest. Les rares successeurs de Siegfried s'attachèrent, plutôt qu'à continuer ce tableau politique de la France, à tenter d'expliquer une à une ces permanences, en s'enfermant dans des monographies oubliées depuis longtemps.

Tuer le père...

29La raison première de la montée d'un certain déterminisme sociologique, visant à expliquer la totalité du fait politique, tient aux géographes, qui n'ont eu aucune explication à proposer, négligeant totalement la discipline. "On nous montre comment les gens vivent dans telles régions, comment la terre y est exploitée, mais bien souvent, on n'y fait pas de géographie sociale et on ne nous dit jamais comment ces gens votent" (Goguel, 47). Hormis quelques travaux locaux de l'institut de Grenoble publiés dans la revue de Géographie Alpine et de quelques chapitres de thèses (Derruau, 49, Masseport, 61), la production en Géographie électorale est longtemps restée nulle.

30Les causes en sont multiples et maintenant mieux connues. Tout d'abord le maintien de la tradition vidalienne, où le géographe, homme du terrain, spécialiste sécurisant de l'ordre éternel des choses, se sentait peu à l'aise aux côtés de sociologues et d'historiens, habitués des salons, et discourant des problèmes du siècle. Levy (89), cite Vidal de la Blache : "L'étude attentive de ce qui est fixe et permanent dans les conditions géographiques de la France doit être ou devenir plus que jamais notre guide", et en conclut "Il est clair alors que le politique, caractérisé par le sens commun comme fluctuant, mobile, trouvait difficilement sa place dans ce modèle".

31Le discrédit de la "géopolitik" allemande fut aussi évoqué, "frappée d'interdit avant 49, la Géographie électorale a été, depuis, à demi-paralysée par une sorte de mauvaise conscience" (Chevalier, 85). Mais comme le rappelle Le Lannou (55) dans un réquisitoire pour faire de la Géographie une science politique, cet argument n'est pas complètement recevable : " Je sais bien que la première moitié du vingtième siècle a vu se répandre, d'Europe centrale, une Geopolitik, stigmatisée par Albert Demangeon, qui justifiait la conquête par la linguistique et l'anthropologie raciale. Mais qui a jamais pu reprocher à André Siegfried de servir une France conquérante ?" D'ailleurs, les pays anglo-saxons n'eurent pas ces scrupules, et le renouveau français vint partiellement de scientifiques y ayant travaillé (Gottman, Sanguin...). Ce renouveau de la Géographie politique n'entraîna d’ailleurs pas dans son sillage un retour à l'analyse des scrutins. En effet, ce retour se fit surtout par l'intermédiaire de géographes alors engagés politiquement au côté du parti communiste (P.Georges, Y.Lacoste...). La revue Hérodote, par exemple, n'accordera aucune place à la Géographie purement électorale, mis à part récemment, à propos du référendum sur le traité de Maastricht ou Front-National. Béatrice Giblin Delvallet (89) l'explique simplement : "la découverte des problèmes de ce que l'on commençait à appeler le tiers monde, attira nombre d'entre eux sur ces terrains qui leur paraissaient sans doute autrement plus passionnants et fondamentaux à étudier que les résultats électoraux. Ceux ci devaient leur sembler sans grand mystère, les ouvriers votant à gauche et les patrons votant à droite, et si selon eux les forces populaires ne gagnaient pas les élections, c'était à cause des combines politiciennes qui dominaient alors la vie politique".

32La révolution quantitative aurait pu, en théorie, trouver dans les séries électorales un champ d'expérimentation intéressant (des méthodes, outre-Manche, étant déjà parfaitement au point). Mais la nouvelle Géographie, à ses débuts, se voulait être une "science exacte" ; le flou d'une Géographie de l'opinion cadrait mal avec ces ambitions. De plus, la Géographie électorale conservait par une image régionaliste, la réputation d'une mosaïque de mystères ethniques, inexplicables en dehors des monographies.

33Cet abandon laissa donc aux sociologues le soin de définir les concepts de la Géographie politique. Après 1945, l'expression Géographie électorale est toujours celle qui désigne toute étude de Science électorale. Le terme de Géographie est conservé, par respect pour Siegfried, mais aussi parce que la seule méthode sociologique de comparaison entre données électorales et données socio-économiques reste la carte. La carte ne sert alors plus à expliquer une localisation, mais uniquement à vérifier l'hypothèse d'une corrélation entre telle et telle variable. En fait, dans ce schéma de pensée, une matrice visuelle aurait pu avantageusement remplacer la traditionnelle carte. Pour la comparaison multivariée, les tentatives d'anamorphoses, négligeant totalement les contiguïtés spatiales, le montrent bien (Brimo, 68, Emeri et Cotteret, 57). Dans son cours de Géographie électorale à l'école libre de Sciences Politiques, Goguel exhortait ses étudiants à produire des monographies locales : "il est évident que lorsque l'on disposera en France d'un nombre suffisant de bonnes monographies locales, solides, bien documentées et aboutissant à des conclusions intéressantes, on pourra revenir à nos cartes générales...". La monographie se rapproche bien plus d'une démarche sociologique d'étude des comportements, que l'on voudrait si possible saisir au niveau individuel, que d'une démarche géographique. Au niveau local, ce sont bien les attitudes, les classes sociales, les idéologies que l'on cherche à associer au vote, et non plus la répartition spatiale de celles ci. Le qualificatif de "Géographie électorale" est d'ailleurs discuté dès 1947. En parlant du rapport de cause à effet entre la situation électorale et les variables explicatives, Goguel déclare "c'est ici que l'on aborde le domaine de loin le plus intéressant de la Géographie électorale, le domaine aussi ou le terme de Géographie électorale est le moins satisfaisant, parce qu'il ne rend pas compte de la complexité des questions qu'il engage". Peu de temps après, le terme de Géographie électorale sera remplacé par celui de Sociologie électorale. Brimo (68), intitule son manuel "méthodes de géo-socio-électorale" et présente ainsi sa conception de la répartition des rôles : "toute recherche relative au comportement électoral comportant, d'une part, une étude géographique qui se traduit par des cartes de répartition des opinions, comparées avec des cartes physiques, humaines ou économiques, et d'autre part une recherche sociologique en profondeur des causes multiples des comportements électoraux. Cette solution qui aurait l'avantage de l'exactitude scientifique réconcilierait les deux points de vue du géographe et du sociologue." En fait, Brimo retombe exactement dans la même conception d'une Géographie réduite à décrire le superficiel, alors que la Sociologie résout l'essentiel. La Sociologie explique ce que la Géographie permet de localiser. Ceci ne constitue en rien une critique des sociologues, qui ont logiquement suivi l'évolution de leur discipline, mais des géographes, qui devant cet état de fait, ne furent pas présents pour susciter un débat épistémologique et défendre l'explication spatiale du vote. Seul Derruau (61), réagit en précisant "la Géographie électorale a pour but d'établir et d'expliquer la répartition des opinions politiques telles que les manifestent les votes".

34Avec l'arrivée de la nouvelle technique des sondages d'opinions politiques (utilisés pour la première fois aux Etats-Unis en 1940 et en France par l'IFOP en 1945), la Sociologie électorale va devenir rapidement totalement autonome, n'ayant plus aucun prétexte à conserver une base cartographique pour ses études. A l'inverse, les sociologues feront alors tout pour faire oublier cette "pesanteur géographique et régionaliste" qui pèse sur leur discipline et qui les singularise encore des écoles étrangères. Un double article de Aron (55) sonne le glas de la vocation géographique des sociologues. Il réfute l'idée que les comportements électoraux soient plus marqués par un régionalisme en France que dans les autres pays, et parle du Tableau politique de Siegfried comme du "livre qui risquait d'orienter les recherches dans un sens plus utile à la Géographie et à la Psychologie sociale qu'à la Sociologie proprement dite "..."la Science française s'est engagée dans la voie des études microscopiques et géographiques. Cette orientation n'est pas une erreur, elle le devient si l'on ignore l'autre orientation et si l'on attend la fin du dépouillement pour poser des questions de caractère synthétique ou global. On n'arrivera jamais à savoir quelle proportion d'ouvriers vote pour le parti communiste ou socialiste en soumettant à une enquête "Siegfried" l'ensemble de la France. Il suffit d'employer la technique des sondages pour le savoir avec une approximation très suffisante". Il continue tout au long de l'article, à démontrer que "cette recherche sera d'autant plus féconde que l'on se libérera de l'obsession géographique". Il fallait une personnalité aussi forte que celle de Raymond Aron pour s’opposer à l'héritage d'André Siegfried ; Aron ne nie d'ailleurs pas le fait spatial, mais considère la Géographie comme une Science méritant son autonomie... Le décès en 1959 d'André Siegfried mettra fin aux derniers scrupules des sociologues.

35"La technique du sondage va introduire une nouvelle dimension dans la recherche : la profondeur" (Brimo, 68). La Sociologie électorale française, notamment par l'intermédiaire de la Revue française de Science Politique, qui prend alors ses lettres de noblesse, va alors connaître "une prodigieuse émulation scientifique qui la place au premier rang des recherches mondiales sur les comportements électoraux" (Brimo, 68). Cet essor provoque la création en 1960 du Cevipof, observatoire de la vie politique française, qui se veut en théorie représentatif du caractère pluridisciplinaire de la recherche en Sciences politiques, mais qui ne comptera jamais dans ses rangs de géographes, même si François Goguel en fut un temps le directeur. M.A.Burnier, dans un petit ouvrage de souvenirs et d’hommage à Frédéric Bon (92), raconte comment au début des années 60, alors jeunes étudiants en sciences politiques, ils peinèrent devant les “terribles exigences de la géographie électorale” à travers un Atlas rural de trois mille trois cents cantons ; heureusement, leur mentor A. Lancelot les sauvera de ce travail à des “chefs d’œuvres cartographiques qui suscitent une admiration plus esthétique que scientifique”, en leur avouant : “vous apprendrez dix fois mieux la politique en vous battant contre le PC qu’en coloriant vos petites cartes”. Géographie et cartographie font désormais partie du musée de la Sociologie électorale : les murs du Cevipof sont ornés d'une série de magnifiques cartes électorales de la France par canton... Mais hormis une carte de 1981, la série s'est arrêtée en 1962...

36L’histoire est donc écrite, et pour longtemps... Le no 276 des cahiers français (1996), qui vise à une “découverte de la science politique” introduit sans ambiguïtés le chapitre concernant les comportements électoraux : “La géographie électorale, longtemps principale source d’information, ne permettait pas de saisir avec précision les comportements des individus. C’est grâce au développement des sondages d’opinion et à l’émergence de modèle d’analyse après la seconde guerre mondiale que les comportements électoraux sont aujourd’hui mieux compris” !

Le déterminisme sociologique

37Les années 70 et 80 vont marquer l’hégémonie de l’explication sociologique. A l'aube de 81 et de la victoire socialiste, tout ce qui en France concerne de près ou de loin l'explication du vote passe par le Cevipof, fort d'une quarantaine de chercheurs, et regroupant (directement ou indirectement) tous les grands noms de la discipline (Lancelot, Percheron, Ysmal, Granberg, Michelat et Simon, Ranger, Lavau, Perrineau, Mayer, Goguel...). Sans revenir sur les multiples articles publiés dans la Revue française de Sciences Politiques, ni sur la médiatisation de leur travaux à chaque consultation électorale, par l'intermédiaire de tous les médias (y compris la télévision), ni sur les multiples publications individuelles de chaque chercheur (« Classe, religion et comportement électoral »,77, « La boutique contre la gauche »,86, « Le Front National à Découvert », 90 et 96...), il convient de citer les quatre principaux ouvrages qui firent date dans l'explication électorale en France. A dix ans d'intervalle, on retrouve trois ouvrages collectifs dont le but est l'exploitation exhaustive de vastes sondages posts-électoraux, en 78 (« France de gauche vote à droite »), en 88 (« l'Electeur français en question ») et en 97 « l’électeur a ses raisons ». En 85 était publié « l'Explication du vote », où, sous la direction de Daniel Gaxie, étaient regroupées les contributions multiples à une table ronde sur les comportements électoraux, organisée en 84 par l'Association française de Sciences Politiques.

38Mais ces volumes collectifs, se voulant pluridisciplinaires, et qui revendiquent la globalité de l'explication électorale, s'ils font parfois appel à des historiens, ne le font jamais à des géographes. Tout se passe comme si les sociologues avaient gommé de leur réflexion l'aspect spatial, peut-être même inconsciemment, par crainte d'un retour des "vieux fantômes siegfriediens" par lesquels leur discipline fut longtemps hantée... Ainsi, Michelat et Simon dans leur remarquable ouvrage, « Classe, Religion et Comportement électoral », se livrent à une analyse très fine des interactions dans les idéologies politiques. Mais leur ouvrage est aspatial et par là-même, reflète une vérité qui n'existe qu'au niveau de l'agrégation nationale, mais jamais dans le détail. Les auteurs ont sans doute été conscients du reproche potentiel, puisqu'ils publient en annexe les quatre distributions spatiales de leur indicateurs contextuels, par des cartes départementales de la France. Ces cartes, au demeurant quasiment illisibles, sont proposées sans aucun commentaire des auteurs ; il est vrai qu'elles contredisent en partie leurs conclusions...

39Autre exemple, dans le très complet questionnaire qui sert de base à « l'Electeur français en question », parmi les 80 questions posées aux sondés, aucune n'a un rapport, de près ou de loin, avec l'espace : on ne connaît pas la région, la taille de la ville où le sondé habite, son sentiment d'enclavement, sa vision de son quartier, sa conception des problèmes locaux ou régionaux, la distance entre son domicile et sa région d'attache, sa famille, son travail, une grande agglomération... Alors que par ailleurs sont cernés la conception des sondés sur l’infidélité conjugale, le fait de peindre des slogans sur les murs, la confiance envers les associations de parents d'élèves...

40Enfin, « l'Explication du vote » (85), s'accompagne du sous-titre "un bilan des études électorales en France". Comme le précise Jean Leca (86), "le sous-titre est plus trompeur que le titre. Il ne s'agit pas en effet (ou du moins pas seulement) d'un bilan des études électorales en France. Si bilan il y a, il est incomplet : on y chercherait en vain des développements substantiels sur la Géographie électorale classique (celle d'André Siegfried et puis de François Goguel) ou aventureuse (celle d'Hervé Le Bras et Emmanuel Todd)". Ainsi, le pourtant excellent rapport de Guillorel sur la Géographie électorale des géographes fut la victime "du choix douloureux et arbitraire" (Gaxie, 85). Le bilan des études électorales en France s'est donc fait sans Géographie. Le rapport Guillorel ne sera publié en France que cinq ans plus tard, dans la jeune revue Politix tronqué de sa partie la plus polémiste, mais la plus intéressante, car totalement novatrice en France : "pour une analyse spatiale des comportements électoraux".

La renaissance géoélectorale

41Parallèlement, dans le milieu des années 1980, la géographie électorale connaît un développement sans précédent. En 86, sont publiés les trois tomes des monumentales « Géopolitiques des régions françaises », dirigées par Yves Lacoste ; en 88 la « France qui vote », de Bon et Cheylan, « l'Atlas électoral du grand Ouest depuis 1958 », de Bonenfant et Guezou, « l'atlas électoral de la Bretagne », de Nicolas et Pihan...

42On dénombre à partir de 1985 sept numéros spéciaux de revues scientifiques consacrés a la relation entre l'espace et le scrutin ; Géographie sociale (No 6 et No 7), Politix (No 5 et no 9), Etudes normandes (No 4, 87, et no 2, 89), Espace-Temps (No 43/44, 90).

43Les échanges d'idées traduisent également ce renouveau : en 87 s'est tenu le colloque de Nantes consacré aux comportements électoraux, en 88, à la Sorbonne », un colloque anniversaire des 75 ans « du tableau politique de la France de l'Ouest d'André Siegfried. Après 70 dix ans de silence, ce retour au vote peut étonner, même si depuis 1990, l’intérêt semble être un peu retombé, aucun ouvrage global de géographie électorale émanant d’une équipe de recherche n’étant paru récemment. Les principales revues de Géographie telles Hérodote, l’Espace Géographique, Mappemonde, continuent néanmoins de publier régulièrement des articles de Géographie électorale (portant d’ailleurs assez fréquemment sur la diffusion du Front National), mais il ne s’agit le plus souvent que de travaux ponctuels de chercheurs isolés. Si les années 80 se caractérisent par un retour remarqué des géographes vers l'explication électorale, elles se caractérisent donc également par l'élargissement du fossé inter-institutionnel, le développement de la Géographie électorale et politique se faisant en marge des Sciences politiques. Comment expliquer cette renaissance inespérée ?

44Elle est sans doute liée d'abord à la victoire de la gauche. "la carte politique de la France, longtemps perçue comme statique, commence à bouger" (Giblin, 89). La montée socialiste, la réduction des bastions résiduels du PC, l'apparition du Front-National et son implantation géographiquement très marquée, sont autant de pôles d'intérêt pour le géographe. D'autant plus que les facteurs explicatifs ont évolué : "un des facteurs essentiels tient, je crois, à la remise en cause de la primauté des facteurs économiques pour toute explication. Le marxisme est en question." (Giblin, 90). Cette ouverture d'esprit fut sans doute à l'origine des « Géopolitiques des régions françaises » (Lacoste, 86).

45N'oublions pas non plus le renouveau épistémologique de la discipline. Son objet a évolué, et elle s'intéresse désormais aux problèmes du siècle. Mieux encore, elle cherche à communiquer, à se médiatiser : "les demandeurs sociaux, publics et privés en redemandent, conscients que le territoire peut parler" (Brunet, 89). Emmenée notamment par Roger Brunet, la Géographie cherche à se rapprocher du grand public, à se faire connaître. Or, quoi de plus médiatique que la politique, et quoi de plus "vendable" aux médias que des "scoops" dans l'analyse et la prévision électorale. Le GIP Reclus l'a bien compris, et la « France qui Vote » (88) se situe assurément dans cet esprit.

46Ainsi, localement et régionalement, les géographes, hommes de terrain, se découvrent être souvent les mieux placés pour répondre à la demande régionale croissante de commentaires à chaud lors des veillées et des lendemains d'élections, notamment des législatives... L'exemple du CERA de Caen et de sa collaboration avec FR3 Basse-Normandie est caractéristique.

47Mais il convient d'être prudent face à cette reconquête géographique, les géographes bénéficiant d'une "dangereuse sécurité"..." Ce sentiment de sécurité est à certains égards malsain. Il aboutit à une certaine paresse intellectuelle qui se traduit bien dans l'expression de "Géographie électorale" (Levy,89). En fait, il faut définir la Géographie électorale comme une partie de la Géographie politique, même si elle est l'une des parties les plus visibles. L'ambiguïté vient de l'emploi à tout va de l'expression "Géographie politique", ou "Géopolitique", pour désigner des études qui ne sont que des analyses électorales. Ainsi, les géographes semblent honteux d'employer l'expression "électorale", trop médiatique, trop superficielle, et lui préfère le pompeux titre de "politique". On nous parle alors de « géopolitiques des régions françaises » (86), de « Géopolitique de la Normandie » (87), de « l'Ouest politique 75 ans après Siegfried » (87), pour désigner des analyses parfois uniquement électorales...

48Il semble donc important de clarifier la terminologie. Selon Levy (90), l'expression "Géopolitique" s'applique à tous les processus conflictuels, rapports ne pouvant se résoudre que par la force, puisqu'issus d'idéologies hégémoniques. A l'inverse, le Politique, et donc la Géographie du politique, concerne les rapports acceptant un solutionnement par le consensus. Dans ce schéma, l'étude des élections est donc par définition "politique", et non "géopolitique". Ainsi, si le sous-titre "revue de géopolitique" n'est pas discutable pour la revue Hérodote, il peut l'être pour certaines parties des « géopolitiques des régions françaises » (Lacoste, 86), avant tout électorales. Lacoste justifie pourtant son titre en réfutant les définitions de Levy, et en distinguant une géopolitique externe (internationale) et une géopolitique interne : son ouvrage relève de la Géopolitique puisqu'il traite des mouvements bretons, du séparatisme corse, de la question basque, des immigrés...

49Quand réflexion conceptuelle il y a, elle se fait donc davantage autour du politique que de l'électoral. Ainsi, le double-numéro d'espace temps (90), « visiter l'espace du politique », porte ouverte à une vingtaine de chercheurs pluridisciplinaires, ne consacre qu'une dizaine de pages, sur les cent trente, à la réflexion sur le vote (seuls Buléon et Guillorel "osent" employer le mot "électoral", bravant ainsi le risque de paraître simplistes aux yeux de leurs collègues...). Il est vrai que les dernières publications géographiques concernant les votes (Camilleri, Mappemonde 1996, Dupérier, Espace-Géographique 1994), qui présentent une description départementale des dernières élections, se différencient mal d’un banal journalisme. Pourtant, au delà de ces pratiques “en amateur”, la double équation, Géographie électorale = journalisme, Géographie politique = scientificité semble dangereuse. La Sociologie électorale trouve assez bien sa place au sein de la Sociologie politique. Elle ne semble pas gênée de n'expliquer que les comportements électoraux. Elle représente la vitrine de la Science politique française, et sa médiatisation semble davantage une reconnaissance de sa compétence scientifique, plutôt que le contraire. Aux géographes d'en tirer les conclusions, s'ils ne veulent pas faire sourire en qualifiant de paysage politique la simple carte d'un scrutin, et s'ils ne veulent pas ne susciter aucune réaction du tout, en dédaignant la demande publique de l'analyse spatiale du "pourquoi" des votes ?

50Les collaborations interdisciplinaires ne sont donc pas majoritaires. Les travaux du Cevipof sont inconnus de la plupart des géographes, même lorsque ceux ci s'intéressent à la politique. Quant aux travaux de Géographes, leur contenu est le plus souvent négligé par les sociologues, voir franchement critiqué, comme en témoigne le virulent compte rendu de la France qui Vote par M.Hastings (89) dans Politix : "Le renouveau de la Géographie électorale, longtemps Science de l'inertie et de la permanence, s'inscrit incontestablement dans ce retour nostalgique de nos "sociétés trembleuses", au mémoriel, à la terre qui ne ment pas (...) Les Géopolitiques des régions françaises, dont l'OPA ressemblait davantage à une virée de braconnage qu'à la saine émulation interdisciplinaire annoncée (...) La Géographie électorale se montre réductrice des choix politiques et sa prétention à ériger la carte en instrument révélateur de "l'indécelable" et de "l'invisible" est pour le moins exorbitante. Les progrès n'y feront rien, la problématique des géographes risque de demeurer stérile tant qu'elle relèvera d'une procédure d'unification et d'orchestration des votes ». A cette réaction va suivre celui de la Revue Française de Sciences Politiques, publié avec beaucoup de retard. On attendait la réaction d'un des maîtres du Cevipof, face à ce qui était la première approche explicative et écologique du comportement des français dans un espace multi-régional, depuis Siegfried ; il fallut finalement se contenter de l'enthousiasme béat du commentaire candide de J.P. de Gaudemar, économiste à Aix-Marseille, président du conseil d'administration du Gip Reclus, éditeur du livre...

51Il semble temps de passer à une réelle collaboration interdisciplinaire. "La recherche scientifique ne gagne pas forcément à des stratégies institutionnelles concurrentes d'occupation d'un champ de recherches donné. Le dynamisme actuel des géographes devrait amener une réaction des politistes" (Guillorel, 89).

Vers les retrouvailles ?

52Un des rares ouvrages de Géographie paru aux presses de la Fondation nationale de Sciences Politiques, « Géographies du politique » (1991), fustige dans son introduction baptisée “la ligne Siegfried”, l’absence de réflexions politistes de la Géographie, et l’absence de réflexions spatiales des politologues... L’écho sera faible chez les géographes... Il n’en va pas tout à fait de même chez les politistes. Dès 92, dans leur manuel concernant « les comportements politiques », Mayer et Perrineau affirment « après une période d’hégémonie de l’approche psychosociale, l’analyse électorale est en train de redécouvrir les vertus de l’approche écologique ». Depuis le début des années 90, dans les principaux ouvrages de sociologie politique (chroniques électorales publiées par les presses de la Fondation nationale de Sciences Politiques, « le vote éclaté », 1992, « le vote sanction », 1993, « le vote des douze », 1995, « le vote surprise », 1998, on peut observer comment les cartes et l’analyse spatiale font progressivement leur apparition, au côté de grandes enquêtes sociologiques aux sorties des urnes.

53L’ouvrage collectif du Cevipof, « le vote de crise » (1995), fait la part belle aux analyses spatiales et cartographiques, l’ouvrage étant même dédié à Jean Chiche et sa banque de données électorales cartographiques, “qui, en quelques années, a fait progresser à pas de géants l’analyse quantitative des données électorales”... Le terme “analyse quantitative” aurait tout aussi bien pu être ici remplacé par “analyse écologique”, ou même “analyse géographique”. Ce retournement de situation peut s’expliquer bien entendu par l’évolution des techniques (la cartographie électorale de la France par canton est moins pénible aujourd’hui qu’au temps de Frédéric Bon...), mais peut-être également par les limites de l’analyse sociologique classique, notamment à travers les Sondages aux Sorties des Urnes, dont le dépouillement exhaustif n’apportait plus que des réponses invariables à des questions stéréotypées. D’ailleurs, parmi les politologues, le pionnier d’un retour aux cartes et à l’analyse écologique semble être Pascal Perrineau, le directeur du Cevipof, qui en spécialiste du Front-National, constata la surprenante régularité de la diffusion de l’extrême droite, le caractère explicatif du voisinage : autant de phénomènes invisibles au travers d’un sondage ! Son dernier ouvrage, « le Front National à découvert » (1996), est un modèle d’ouverture, croisant systématiquement approche sociologique et approche géographique. En Janvier 1996, le colloque organisé salle André Siegfried sur les “indicateurs socio-politiques” consacre une demi-journée aux questions de l’origine et du milieu social (attache territoriale, différentiation rural-urbain, indicateurs d’économie domestique...). Tout en finançant une partie des enquêtes du Cevipof, en Mai 1997, Libération publie un dossier de douze pages intitulé « 29 cartes pour comprendre le premier tour », co-piloté par un géographe, J. Levy.

54Même si le dernier ouvrage collectif du Cevipof “l’Electeur a ses raisons », demeure rivé au sondage et aux moyennes nationales... Même si Olivier Ihl, en 1996, dans son manuel « le vote », ne consacre que six lignes sur cent cinquante pages à l’approche géographique, l’étape suivante de cette histoire à rebondissements semble désormais une naturelle et féconde collaboration... A Desrosières, (96) en introduisant le colloque sur les indicateurs socio-politiques de l’OIP fait le parallèle entre la science politique et l’INSEE, qui pratiquaient abondamment la “statistique territoriale” (analyses françaises par cartes) avant de “nationaliser” la statistique, après 1945, à travers l’apport des sondages, “la France étant assimilée à une grande urne probabiliste”. Pourtant récemment, particulièrement depuis 1990, la montée des observatoires issus des besoins des collectivités locales a poussé l’INSEE a se retourner vers l’expertise et la statistique “locale”. A. Desrosières conclue, optimiste : “on pourrait imaginer une étape suivante d’une science politique éclatée et locale, utilisée par les candidats et les élus de terrain, selon des modalités disparates, et ad hoc, comparable à ce qui est observé dans d’autres domaines”.

UN VOTE, DES SCIENCES ?

La répartition des rôles

55Par le manque de réflexion interdisciplinaire, les essais de synthèse et de mise en ordre de la Science électorale dans son ensemble ne sont pas nombreux. Les réflexions de Sanguin (77), Guillorel (84), Chevalier (85), Kleinschmager (93) sont intéressantes mais orientées vers la Géographie. Celle de Gaxie (« l'explication du vote », 85) est également partielle. Les approches les plus complètes sont celles de Colette Ysmal, (90), dans un manuel de vulgarisation : « le comportement électoral des français », de Nonna Mayer et Pascal Perrineau, « les comportements politiques » (92) et la synthèse d'Alain Lancelot au chapitre "sociologie électorale" de l'encyclopédie Universalis...

56Selon Lancelot, il existe deux méthodes d'approche du vote : la méthode écologiste (comparaison d'agrégats, le plus souvent par l'intermédiaire d'une carte) et la méthode psychologique, (ou behavioriste, pour Sanguin), c'est à dire s'appuyant sur les sondages d'opinion. Pour Lancelot, la méthode écologique permet d'éclairer une explication géographique, sociologique et historique, la méthode psychologique une explication sociologique et psychologique. Cette classification n'apparaît pas entièrement satisfaisante, Sanguin signalant par exemple que l'approche psychologique permet d'aborder les effets spatiaux de voisinages, de fierté locale, de protection (Cox, 69). On peut en fait considérer qu'il ne s'agit pas de deux "méthodes", mais de deux simples "techniques", qui peuvent permettre, dans la plupart du temps, et si l'on s'en donne la peine, des explications similaires. L'effet d'entraînement, observable au niveau écologique, par une répartition spatiale des votes plus marquée que celle de la religion ou de la profession, se retrouve dans l'analyse individuelle d'un quartier... Quant aux corrélations : il n'existe pas deux vérités, et prétendre que les ouvriers votent pour la gauche au niveau individuel, mais pas au niveau départemental, est une aberration si les deux niveaux reposent sur la même population. Certains niveaux permettent simplement d'éclairer avec plus de facilités certaines attitudes.

57Si l'on utilise avec pertinence les deux techniques, il existe alors une méthode d'approche de la globalité du vote sur laquelle se rejoignent Lancelot et Ysmal : il convient dans un premier temps d'analyser les conditions sociales (et idéologiques), puis (les moyennes nationales étant trompeuses) les traditions locales, et enfin les conditions politiques de la consultation (ce que Ysmal appelle la scène électorale). Mais cette méthode introduit une relation d'ordre, entre d'une part la condition sociale qui explique la globalité du vote, la tradition locale qui explique ponctuellement les résidus du modèle social, et la scène électorale qui offre la touche finale de l'explication conjoncturelle de détail. Cette hiérarchie n'échappe pas à certains flous : l'effet notabilitaire, par exemple, est toujours logiquement étudié avec la scène électorale, mais contribue pourtant largement à la création des traditions locales. De même, une structure sociale "sur-représentée" dans une région ou une ville contribue à terme à former une tradition locale, susceptible de survivre à la structure sociale elle même... La tradition locale n'existe pas, ou plutôt, il n'existe que des traditions locales juxtaposées, qui sont toutes le résultat de la combinaison d'effets généraux. C'est parce qu'il existe une multitude de combinaisons entre ces effets que le vote est partout différent, le plus difficile dans cette combinaison étant d'ordonner les liens de causalité entre ces différents effets.

58Mayer et Perrineau tentent d’affiner cette répartition des rôles en affirmant que trois modèles “dominent encore aujourd’hui l’explication du vote” : le modèle sociologique (prédisposition sociale de l’électeur), le modèle psycho-politique (identification partisane), le modèle du choix rationnel (vote selon les enjeux). En dehors de ces modèles dominants, existent une géographie électorale et des modèles économiques (théorie probabiliste du vote). Les croquis de synthèse (figure la) tentent de trouver un consensus. Celui de Mayer-Perrineau évite toute hiérarchie, mais on peut regretter que le rapport au territoire n’apparaisse aucunement dans la “position subjective”, pour des élections qui sont pourtant toutes territorialisées. De même, l’absence de toute rétroaction peut surprendre. La position objective (lieu de résidence par exemple) est en grande partie dépendante de la position subjective, voire de la prédisposition politique : on choisit son lieu de résidence non pas au hasard mais en fonction de sa conscience de classe, c’est à dire sa capacité à supporter ou non un voisinage populaire, bourgeois, rural... On peut réduire la géographie électorale à l’explication du vote selon l’endroit où les électeurs habitent... Mais la discipline peut également s’intéresser à l’inverse : étudier le vote (en tant que marque de l’opinion politique) comme facteur explicatif de l’habitat, et donc des ségrégations. On peut également noter que cette organigramme de l’offre et de la demande électorale laisse peu de place aux temporalités, des structures familiales et anthropologiques (Todd et Le Bras, 83) aux “traumatismes historiques” (Bois, 60, Agulhon, 70). Le sablier de Kleinchmager (93, figure lb) montre pédagogiquement que le vote est la rencontre entre une conjoncture politique et des déterminants sociaux, individuels et collectifs. On pourrait simplement regretter l’absence d’interactions entre électorat et élus.

59En tous les cas, ces modèles analysent toujours le vote comme un acte individuel, réduisant au maximum la part de la conscience collective. Cette étude aboutira en conclusion à un autre modèle explicatif mettant en évidence le comportement électoral d’une communauté, et les facteurs déterminants de sa stabilité.

Les courants géographiques

60Au sein de la Géographie électorale, il est intéressant de détailler différents courants, représentatifs de l'avancement de certains axes de recherches, et des manques dans d'autres. Ce découpage, comme toute mise en classes, est imparfait, puisque réducteur de l'information. Il n'est qu'une mise en ordre arbitraire, et je l'espère éphémère, puisqu'il ne s'applique qu'à l'état actuel des recherches.

Géographie électorale et monographies

61Il s’agit ici d’une Géographie électorale classique qui base sa méthode sur l'étude de monographies locales. Par cette définition, Siegfried ne s'inscrit pas dans cette lignée, ayant toujours privilégié un cadre au minimum départemental. Cette Géographie s'inscrit plutôt dans la lignée de Goguel, et de son exhortation à produire de telles monographies. La technique de base restant l'analyse écologique, le principe est de réduire au minimum les risques de contresens en réduisant la taille des agrégats :

62"Puisque notre connaissance est limitée à des totalisations, il est souhaitable de s'en tenir à celles qui, représentant les sommes les plus petites, nous éloignent le moins des réalités humaines, la commune ou la section de vote (Arambourou, 55).

Figure 1. Les systèmes d’exploitation du vote.

Figure 1. Les systèmes d’exploitation du vote.

Source : Mayer, Perrineau, Les Comportements politiques, 1992.

Source : Kleinchmager, Eléments de Géographie politique, 1993.

63Le géographe se doit donc alors de posséder une parfaite connaissance du terrain (Giblin, 89), et multiplier les entretiens, les "voyages d'études" pour percevoir ce "climat politique". Il faut également convenir que ce type d'études a largement évolué quant à sa problématique. Le déterminisme physique en est désormais exempt, même si Lancelot (75), définit ainsi le rôle de la Géographie électorale : "le géographe s'efforce d'apprécier l'influence sur les votes des caractéristiques physiques (géologie, relief...) de l'unité territoriale considérée. Il établit, par exemple, que les abstentions sont généralement plus nombreuses dans les communes de montagne que dans les plaines et les vallées". Désormais, ces monographies partent le plus souvent d'une approche thématique, visant à éclairer tel type d'élection (rapport entre les élections locales et nationales...), ou tel type de milieu (cantons ayant subi d'importantes modifications sociales, bureaux de votes sensibles, milieux périurbains, littoraux, territoires affichant une particularité politique par la présence de notables connus ou de comportements résiduels...). Si ces monographies sont conçues ainsi, et non pas comme une Géographie électorale globale d'un canton, elles deviennent alors un complément indispensable à une étude spatiale plus vaste.

64Parmi les quelques centres en France où existe une telle tradition d'études monographiques, citons Grenoble, suite aux travaux de Guichonnet et de Veyret, Nantes sous l'influence de Renard, Rennes sous l'influence de Pihan, Caen sous la double influence du Cera (Frémont, puis Hérin et Buléon), et du centre d'histoire quantitative (Quellien), plus récemment Montpellier (Bernard et Carrière). Le manque actuel apparaît le même qu'il y a 40 ans, et que dénonçait déjà Goguel (47), c'est à dire l'oubli total des études urbaines :"La grande lacune de ces monographies électorales en France : on n'a pas encore travaillé le milieu urbain".

Géographie électorale et engagement

65Si la géographie électorale classique se définit avant tout par sa méthode (micro-géographie écologique), la géographie électorale engagée se définit par son objet : être une géographie utilitariste, une géographie de l'action. Cette Géographie électorale engagée ne doit pas être confondue avec la Géographie politique. La Géographie électorale n'est bien qu'une partie de la Géographie politique, qui peut elle-même être également classique, comportementale, quantitative ou engagée... Née pour sortir la Géographie de son "bocal de verre" universitaire, la Géographie électorale est une branche naturelle de cette Géographie "radicale". Le Lannou (55), se sert de la Revue Française de Science Politique pour exprimer sa volonté de faire de la Géographie une science utile : "Cette prétendue science liminaire, loin d'être un seuil, est un cul-de-sac, et j'ai vu bien peu d'exemples que sur une formation géographique ait reposé une carrière d'administrateur ou de politique, ou bien simplement une conscience de citoyen".

66Une telle approche de la géographie électorale suppose pour le chercheur d'être lui même engagé, et donc acteur de la vie politique qu'il analyse. Il semble reconnu que le scientifique ne peut être "neutre" face au monde qui l'entoure, mais il est également évident qu'il doit être impartial. Cette partialité est bien le principal reproche fait aux géographes engagés politiquement étudiant les votes. Même si Lacoste (86), défend ce principe d'impartialité : "Assurément, les observateurs du politique ont des opinions personnelles qui inspirent peu ou prou leurs analyses. Mais là encore, la critique, la discussion, la polémique font qu'il n'est pas impossible d'atteindre une plus grande objectivité", il reconnaît explicitement que la "géopolitique est impérialiste", mais peut et doit contribuer à défendre certaines valeurs, comme "la liberté des peuples à disposer d'eux mêmes"... En se voulant utile et porteuse de message, et donc militante, cette Géographie électorale et politique ne perd-elle pas implicitement une part d'impartialité ?

67Nombre d'intervenants dans les « Géopolitiques des régions françaises » étaient parallèlement engagés politiquement, on peut se demander quel crédit portent à leurs recherches leurs adversaires politiques. Ainsi, Phlipponneau, élu municipal de Rennes, maintes fois candidat socialiste aux législatives, en rédigeant le chapitre concernant la Bretagne, porte nécessairement un jugement de valeur sur sa propre action. Le rôle du Celib, par exemple, dont il fut membre actif, revient sans doute exagérément tout au long de son développement (le nom "CELIB", est cité 85 fois au cours de sa « Géopolitique de la Bretagne ») ! D'autres auteurs, face à ce dilemme, préfèrent le renoncement. Dans les "chroniques électorales" de Goguel, il n'existe nulle analyse du référendum de 69, qui conduisit au départ du Général de Gaulle. "L'auteur doit une explication : il avait déploré trop profondément la conséquence de ce vote du peuple français pour éprouver le désir de procéder à une analyse qu'il n'aurait d'ailleurs sans doute pas été capable de mener avec l'objectivité nécessaire" (Goguel, 83). Il suit par-là, la même démarche que Siegfried, qui dans son Tableau politique ne dit aucun mot du Havre : "J'ai renoncé à l'étudier, y ayant été mêlé de trop près au mouvement électoral, soit par les miens, soit en personne" (Siegfried, 1913). Son père fut longtemps député maire du Havre.

68Ce problème de l'engagement naît d'un paradoxe. Une recherche en Géographie électorale suppose de s'intéresser à la vie politique, et donc, par là même, d'avoir une opinion, qui sera d'autant plus tranchée et intime que l'intérêt pour la politique sera grand. Le chercheur pourra néanmoins résoudre ce dilemme en se référant à la morale siegfriedienne, qui "renonce à l'ivresse de l'action pour la volupté de comprendre".

Géographie électorale et comportements

69Elle se définit à partir d'une double critique ; celle de l'analyse écologique, incapable de rendre compte de la complexité des comportements individuels, et de l'analyse classique par sondage, qui néglige totalement l'aspect spatial. L'objet est donc d'étudier l'impact de l'espace au niveau individuel. Ce champ, qualifié d’analyse contextuelle par les politistes, qui eût pu être un centre d'intérêt pour les sociologues français, est encore actuellement négligé par eux, et les sondages pour la plupart ne comportent aucune problématique spatiale. Les sondages classiques sont d'ailleurs en partie incapables d'approcher ces comportements, puisqu'ils reconstituent une population fictive, certes proportionnelle à la moyenne française, mais qui est vidée de sa réalité locale, chaque individu étant sorti du contexte spatial dans lequel il a voté. On peut en effet considérer que l'aspect spatial du comportement individuel ne peut être mis en valeur que dans les rapports locaux entre ces individus. On rejoint alors soit une étude de micro-géographie, soit une modélisation théorique.

70L'objet même de cette approche explique pourquoi elle est quasiment inexistante en France. Elle se situe directement en porte-à-faux avec l'équation encore courante chez les politologues : Approche géographique = approche écologique. Ainsi, même l'équipe de recherche caennaise, qui revendique une Géographie sociale et qui s'intéresse de près aux questions électorales, n'a pas orienté de recherches précises dans ce domaine. Son approche des phénomènes électoraux individuels reste surtout intuitive à partir d'une excellente connaissance locale, comme ont pu le montrer les travaux de Frémont, notamment sur les effets notabilitaires. Seules les recherches d’Annie Laurent (1983, 1989, 1996) semblent explorer directement cette voie. Néanmoins, à titre expérimental, le groupe “comportements électoraux” de l’UMR “espaces et sociétés” lança en 1995, pour les deux élections municipales et présidentielles, des enquêtes aux sorties des urnes dans les principales métropoles de l’Ouest (Nantes, Rennes, Angers, Caen, Rouen) portant sur plusieurs milliers d’électeurs, et surtout faisant une large part à des questions géographiques du type “participez-vous à la vie associative locale ?” “depuis combien de temps résidez-vous dans la commune ?”, “où résidiez-vous auparavant ?”, “quels sont les principaux motifs de votre installation dans cette commune ?”, “aimeriez-vous changer de quartier ? etc. Une première !

71Les apports de cette approche nous viennent pourtant avant tout des recherches anglo-saxonnes, et c'est sans doute pour cela que le terme "behavioriste" la définit mieux (Sanguin, 77). Le spécialiste reconnu est Kevin R.Cox, qui ayant critiqué à plusieurs reprises l'école française "a-spatiale", propose un modèle théorique de diffusion des opinions, selon la théorie des graphes. (« The voting decision in a spatial context », 69). L'individu, dans le groupe social, subira de multiples influences, que l'on peut regrouper dans trois effets :

  • L'effet de voisinage (neighbourhood effect), qui montre que le comportement électoral d'une zone se trouve toujours accentué en faveur du parti politique dominant (du fait du contrôle du réseau local d'informations, de la tradition politique, de l'effet cumulatif des conversations politiques informelles, et surtout le processus d'imitation qui incite à ne pas se marginaliser au sein d'un groupe). Cet effet vérifié dans les vieilles démocraties ne fonctionne pas forcément de la même façon dans des états où la question exacerbée des minorités les pousse à se réfugier dans un vote ethnique. Ce vote minoritaire “refuge” a pu être observé en Europe centrale (Guléa, 1997).

  • L'effet d'amitié locale (friends and neighbours' effect), qui rejoint en partie l'effet notabilitaire. L'électeur sera enclin à voter localement pour quelqu'un qu'il connaît et qui est proche de lui. Ce lien peut être familial, de travail, mais plus fréquemment, ces liens seront ceux d'un même lieu d'habitat, et rejoindront le sentiment de "fierté locale". En généralisant l'électeur se prononcera pour un candidat proche "socialement" de lui, même s'il n'existe aucun lien de connaissance directe : la profession, le sexe, l'âge du candidat seront alors autant de déterminants...

  • L'effet de migration (relocation effect) qui précise le degré d'appartenance du candidat dans le milieu spatial où il vit. Un électeur dont la famille habite depuis plusieurs générations dans une commune n'y aura pas la même implication qu'un migrant récent. Les migrations et changements sociaux contribuent alors à altérer l'effet de voisinage, qui sera d'autant plus fort que la population est stable. Klatzmann (57), Reynolds (69) s'intéressèrent également précisément à la modélisation de ces comportements électoraux individuels et spatialisés.

Géographie électorale et ordinateur

72"Le traitement quantitatif, avec l'impressionnante technologie qu'il mobilise bénéficie d'un préjugé favorable. Il mesure et mesurant, ne saurait faire erreur. Il est vrai que le traitement informatique a permis un saut décisif dans le traitement de centaines de milliers de données que comporte un scrutin électoral." (Buléon, 88). Ce "préjugé favorable", en Géographie électorale est bien illusoire. Le conditionnel de Buléon ("ne saurait faire erreur"), sous-entend d'ailleurs cette idée particulièrement vivace en Géographie électorale, du chiffre réducteur de la vérité, qui soi-disant dit tout, en le prouvant scientifiquement, mais à qui on peut faire dire ce que l'on veut, sous le couvert de techniques volontairement compliquées, incompréhensibles et donc irréfutables pour le commun des chercheurs... Il existe un véritable débat en Géographie électorale concernant cette mise en équation du vote. Cette idée reçue est bien plus qu'une réserve de principe, elle s'apparente presque à une "phobie" de l'apparition des ordinateurs, des listings et de la cartographie automatique, des corrélations dans le domaine du politique. Les critiques face à cette statistique électorale sont légions : Chevalier (85), à propos d'une courte étude de Brunet en 75, "Je ne suis pas sûr qu'un peu de flair et de connaissance du terrain n'aurait pas suffit... Des résultats aussi limités semblent autoriser les non-quantitativistes à faire face avec sérénité à cette "angoisse de l'incompétence", Renard (76),"Il n'est nul besoin d'avoir recours à de coûteuses et inutiles recherches quantitatives, de pratiquer de savantes analyses de régression, afin de définir des variables significatives, pour aboutir à des coefficients de corrélation, alors que toutes ces analyses sophistiquées enfoncent des portes déjà largement ouvertes par le bon sens et l'intuition"... D’autres auteurs vont dans le même sens (Levy, 89, Lacoste, 86, Giblin, 90, Goguel, 91, Dogan, 94...), le nombre et l'intensité de ces réserves de principe étant d'autant plus surprenant qu'il apparaît totalement disproportionné avec les tentatives françaises de modélisation spatiale du vote, qui se comptent sur les doigts d'une main...

73L'explication de ce préjugé est multiple. Elle tient tout d’abord aux abus de certaines analyses électorales à petite échelle. Les travaux de Todd depuis 80, injustement assimilés à des travaux de Géographie et à des méthodes statistiques, ont terni l'image de la modélisation électorale, et ont fourni un prétexte de reproche aux détracteurs de l'analyse électorale écologique globale. Les résultats d’un scrutin (premier tour d’une présidentielle notamment) forment un tableau de contingence idéal pour différentes analyses factorielles. A travers certaines études quantitatives sur les votes, on teste en fait souvent la méthode, sans trop se soucier du thème, choisi pour l’accessibilité des données (la presse), et les connaissances politiques générales que possède tout citoyen : “quand un géographe quantitativiste rencontre “le Monde” daté du surlendemain d’un scrutin, c’est tout de suite le coup de foudre. Et que je t’achète, et que je saisis le tableau de données, et que je sors les analyses, et que je cartographie les plus “beaux” résultats” (Baron, Emsellem, 1995). Ces pratiques en “amateur”, parfois publiées, échappent rarement aux pièges de l’échelle d’analyse trompeuse et des causalités primaires.

74Mis à part ces abus, l'école de Géographie électorale classique, et la Géographie électorale engagée sont presque par définition opposées à l'utilisation quantitative, par une incompatibilité de méthode (démarche empirique) dans le premier cas, et d'une incompatibilité de l'objet de la recherche (géographie de l’action) dans le second.

75Pourtant, l'apport de l'analyse quantitative, pour ces deux approches, sans se faire hégémonique, apparaît souvent indispensable. Une étude monographique ne pourra jamais couvrir un vaste territoire. Si l'on veut conserver le niveau communal pour une étude départementale, ou cantonal pour une étude régionale, l'outil informatique, pour les classifications, la cartographie, les comparaisons bi et multivariées, apparaît nécessaire. Concernant une Géographie engagée, la précision numérique, par des traitements simples ou reconnus irréfutables, semble être le moyen le plus sûr de prouver l'objectivité d'un propos, au contraire d'une démonstration basée uniquement sur l'observation, l'impression et l'intuition.

76Que les méthodes quantitatives en Géographie électorale fonctionnent avec succès outre Manche et outre-Atlantique ne dérange guère ces détracteurs : ces modèles, adaptés "à des sociétés de consensus de type anglo-saxon, spatialement assez peu différenciées", s'adapteraient mal au milieu français, "que traversent de profondes oppositions sociales et idéologiques et sur lesquels pèsent tout le poids de l'histoire" (Chevalier, 85). Il semble fort peu sérieux scientifiquement de se réfugier derrière de tels arguments, selon lesquels la France serait un cas particulier dans le monde. R. Aron lui-même, en 55, fustigea ce point de vue : "les forces des différents partis ne sont pas plus inégales en France, géographiquement, qu'ailleurs, et le seraient peut-être moins. La thèse, indéfiniment répétée de l'hétérogénéité géographique résulte autant de la recherche que des faits. On aurait trouvé une hétérogénéité régionale dans tous les pays si on l'avait cherchée".

77Ce préjugé négatif tient aussi, comme pour la Géographie face à la Sociologie électorale, à ce que pendant longtemps, les partisans de la nouvelle Géographie ne se sont pas intéressés en France à l'analyse électorale, se concentrant sur des secteurs "plus fiables", moins médiatiques, et moins sujets à polémique. L'évolution actuelle est récente, mais elle est radicale. Elle répond à une demande croissante d'images et d'analyses spatiales, de la part des médias et des collectivités locales. L'intérêt de Durand-Dastès (81), Guermond (86), Brunet (89), Pumain (88), Cauvin (89), Bussi (92, 93), Trouffleau (95) pour les questions politiques témoigne de ce renouveau. Hélas, faute de perspectives précises et d'ateliers de recherches spécialisés dans ce domaine, les recherches, sauf exception, restent encore ponctuelles. Les anamorphoses électorales (Cauvin, 89, Mappemonde), sont davantage le faire-valoir d'une technique par un thème médiatique, qu'une réelle étude électorale en profondeur, ce que signale justement Brunet : "ne confondons pas la forme qui fait le spectacle et le fond qui fait la performance, c'est à dire le contenu scientifique." De la même façon, il est dommage que la publication par la maison de la Géographie de « La France qui vote », soit restée une étude isolée, et n'ait pas donné naissance à un atelier de recherche continu entre elle et la Banque de données socio-politiques de Grenoble.

78A ce niveau, la démarche d'Yves Guermond est originale, puisqu'il est le seul partisan reconnu de la "nouvelle Géographie" à s'être depuis longtemps intéressé aux phénomènes électoraux. Il est par exemple le seul quantitativiste à avoir rédigé un chapitre des « Géopolitiques des régions françaises » (86).

79Concernant les méthodes utilisées, elles sont au départ assez simples : corrélations, régressions linéaires, classification hiérarchiques (Brunet, 75, Buléon, 81, Brouillons Dupont, 82. Des traitements plus adaptés apparaissent depuis dix ans, tels le modèle de structure sociale de Johnston (Guermond, 87), les "champs de forces et des champs géographiques" (Bon et Cheylan, 88), les surfaces de tendances et la variographie (Bussi 93, Trouffleau 95).

80L'analyse quantitative en Géographie électorale n'en est pourtant qu'à ses balbutiements. Cette situation est d'autant plus curieuse qu'elle s'oppose directement aux études anglo-saxonnes, qui l'utilisent couramment depuis fort longtemps. Les auteurs les plus prolixes (Cox, Taylor, Johnston, Reynolds...) recourent largement à des traitements sophistiqués, des modèles élaborés de simulation, et ceci parfois depuis plus de trente ans.

81Dans son analyse des publications internationales de Géographie politique, Guillorel (84), établit comme première caractéristique des publications politiques anglo-saxonnes : "l'importance des questions méthodologiques et statistiques". La France possède donc un retard conséquent en ce domaine. Ce retard est d'autant plus dommageable pour la France, que le "régionalisme français des opinions" est fort discutable, et que par le multipartisme traditionnel de son système politique, la stabilité institutionnelle de ces partis, et la relativement faible abstention, elle possède un potentiel de recherches quantitatives sans doute supérieur à celui des états anglo-saxons...

82L'intérêt de l'application de méthodes quantitatives en Géographie électorale se justifie donc de lui même par l'expérimentation d'une discipline négligée en France. Son application simple (corrélations, ACP, régressions linéaires...), permet également de vérifier sur un vaste échantillon certaines hypothèses, ou d'en formuler de nouvelles. Mais ses applications peuvent être bien plus ambitieuses, et permettre d'ouvrir en France des champs de recherches inexplorés :

  • Modélisation, pour la simulation et la prévision électorale spatialisée.

  • Cartographie automatique, permettant par exemple de tester à volonté les bornes de classes les plus pertinentes et de démystifier ainsi la cartographie partisane... ;

  • Etude de niveaux d'agrégations de votes différents ; composition de découpages électoraux plus pratiques, plus stables ou plus cohérents, à partir de communes ou de bureaux de votes et de techniques comme ('interpolation ou le carroyage... ;

  • Utilisation des surfaces de tendances ou des anamorphoses pour la détection de morphologies politiques, de flux électoraux, de pôles d'influences, de seuils et de résidus... ;

  • Détections de frontières politiques ;

  • Analyse d'indices de contiguïté spatiale (Geary) et de centralité, afin de détecter les processus de contagion spatiale et de diffusion ;

  • Analyse objective des problèmes de "Gerrymandering" (inégalités des découpages électoraux...).

Géographie électorale et analyse spatiale

83Cette typologie des travaux de Géographie électorale ne doit pas paraître trop rigide. Les études relevant de plusieurs courants existent, et doivent être développées. Siegfried ne s'inscrit-il pas lui-même un peu parmi les quatre ?

84La leçon à retenir de l'histoire de la Science électorale me semble être de ne pas revendiquer 50 ans plus tard la position hégémonique qu'a pu connaître la Géographie au sein des sciences électorales. Une telle démarche revient à confondre dans la même masse informe Géographie, Histoire, Economie et Sociologie, et ne paraît pas être la meilleure base d'une approche pluridisciplinaire. La Géographie doit au contraire se cantonner à isoler "les critères spécifiquement spatiaux des comportements électoraux" (Guillorel, 84). Si l'Histoire en fait de même avec les critères spécifiquement temporels et la sociologie avec les critères sociaux, alors, et seulement alors, la Science politique peut devenir une véritable science pluridisciplinaire et la complexité du vote pourra être abordée dans sa globalité. L'apport de la Géographie, selon cette définition ne se trouve pas réduit, mais rendu plus intéressant, car sorti du rôle uniquement descriptif de l'atlas électoral. Ce sont désormais les concepts de diffusion, contagion, entraînement, voisinage, distance, flux, centre, périphérie, frontière, aires d'influences qui pour qualifier le politique, devraient succéder à ceux empruntés à des métaphores géologiques ou climatologiques (sol, terre, structure, climat...).

CARTE OU SONDAGES : QUE CHOISIR ?

85La plupart des spécialistes opposent les approches par comparaison cartographique et les approches par sondage. Le terme "écologie", emprunté aux sciences naturelles, désigne à l'origine l'étude du milieu où vivent les êtres vivants. Par extension, il devint l'étude de l'environnement territorial sur les comportements sociaux, puis, plus largement "l'étude des comportements à partir des informations données dans le cadre d'unités territoriales appelées parfois collectifs" (Lancelot, 75). Cette origine explique pourquoi l'approche écologique se confond souvent, à tort, avec l'approche géographique. C. Rhein (1994) détaille dans un long article, « la ségrégation et ses mesures », l’épistémologie de l’analyse écologique en géographie. La justification de l'emploi des sondages d'opinions s'est souvent faite par la critique de l'approche écologique. En fait, la plupart des critiques peuvent se partager.

De l’électeur à l’électorat

86Le principal reproche incombant à l'approche écologique est ce glissement qui s'effectue de l'électeur vers l'électorat, d'une réalité à un agrégat soi-disant fictif. A ce titre le titre “la France qui vote » est particulièrement symptomatique, en attribuant un comportement à un lieu, et non à ses habitants : "La géographie électorale ignore l'individu votant pour s'intéresser aux ensembles ayant voté, et définis par leur détermination collective. Y aurait-il une sorte de malédiction à ce qu'un appareillage cartomatique ne construise qu'une collection d'agents pétrifiés, dévitalisés de leur double et complémentaire dimension, individualiste et anthropologique" (Hastings, 89). Si l'on suit cette hypothèse, l'idée est de conserver une approche écologique, puisque le vote demeure anonyme, mais de se rapprocher le plus possible de l'individu. Arambourou (55) nous relate avec beaucoup d'humilité les étapes d'une telle démarche pour l'étude de la Gironde. "puisque notre connaissance est limitée à des totalisations, il est souhaitable de s'en tenir à celles qui, représentant les sommes les plus petites, nous éloignent le moins des réalités humaines". Il note ainsi que le niveau de la circonscription (ici de La Réole) mélange citadins et ruraux. Il descend alors au niveau d'un canton, mais celui-ci se trouve scindé entre vallées et coteaux, et vignes et céréales... Reste alors le niveau communal, qui n'est pas non plus complètement satisfaisant : "de telles corrélations sont encore un peu imprécises. Faute de ne pouvoir descendre en dessous des résultats communaux, il faut bien nous en contenter". Mais l'analyse manuelle de toutes les communes de la Gironde devient alors impossible... Il se contente alors des 219 communes de l'entre-deux-mers, puis réduit encore son domaine : "aussi n'avons nous continué les recherches que pour l'arrondissement de la Réole, dont les 103 communes offraient une surface bien suffisante". Une telle démarche n'apporte pas de solutions. Tout découpage est de toute façon arbitraire et réducteur de vérité. Ce que l'on gagne en précision, on le perd en pointillisme. Il convient aussi de se méfier de l'explication communale, qui bute devant certains mystères : pourquoi dans telle commune rurale, le parti communiste obtient-il 20 % des suffrages, alors qu'il stagne à 10 % dans toutes les autres ? Il est tentant alors de comparer cette distribution à une carte géologique, ou d'occupation agricole. Mais si la commune compte 60 habitants, dont 30 votants, 20 % représentent 6 électeurs, et 10 % 3 électeurs ; la différence peut donc ne provenir que d'une seule famille... Bien moins que l'échelle du découpage, c'est sur le découpage en lui même qu'il convient de réfléchir. A-t-il une réalité politique ? Correspond-il à l'espace d'agrégation du vote ? A-t-il une raison d'être sociale ? Les habitants y ont-ils des intérêts communs ? Ses limites sont-elles connues par les habitants ? Alors, l'influence du découpage lui-même devra être prise en compte dans l'explication électorale, cette influence pouvant être décelée par le croisement de multiples découpages...

87Concernant les découpages spatiaux, l'approche par sondage n'est pas non plus exempte de reproches. Elle introduit exactement le biais inverse, d'oublier totalement les agrégats sociaux : "Un échantillonnage n'est pas un groupement sociologique réel, mais une collection d'individus. Une telle méthode interdit d'appréhender les systèmes d'interactions qui caractérisent concrètement l'existence des groupes multiples (famille, localité, entreprise, syndicat...) dont les individus font partie, et dont l'incidence est grande sur la dynamique des attitudes et comportements individuels et collectifs" (Michelat et Simon, 77).

88Techniquement, pour qu'un sondage soit crédible sur le plan national, les quotas spatiaux doivent être rigoureusement appliqués. Dans le cas contraire, on peut supposer de fréquentes sur-représentations parisiennes, sur-représentations urbaines, et des répartitions géographiques sur le territoire douteuses... Se lancer dans l'analyse d'un sondage politique sans connaître l'origine et la répartition géographique des sondés semble assez risqué, compte tenu des larges variations de l'explication sociale selon les régions...

89La dernière critique sur l'échantillonnage des sondages concerne la limite technique du nombre des sondés. Les sondages nationaux se basent sur 1000 à 2000 individus, voire 4000 pour des enquêtes exceptionnelles. Seuls les SSU (sondages aux sorties des urnes) atteignent plus de dix mille sondés, mais à l'inverse, ne donnent que des renseignements sommaires. D'ailleurs, il est reconnu qu'au delà de 4000, la significativité n'est pas améliorée. Mais lorsque l'on détaille la population en sous groupes (ce qui est nécessaire, puisque l'intérêt du sondage est de permettre une analyse "en profondeur"), on se retrouve rapidement avec des échantillons de quelques dizaines de sondés... Si, pour un échantillon de 4000 individus, le chercheur croise trois variables (ce qui est courant dans « l'Electeur français en question » (90)), le vote pour tel parti des jeunes cadres, des femmes catholiques, des ouvriers du secteur privé, il en arrive à travailler sur des échantillons infimes (40 individus pour trois variables représentant chacune en moyenne 20 % de la population totale, 4 individus pour trois variables représentant en moyenne 10 % de la population totale...). L'utilisation conjointe de quatre variables semble alors tout à fait proscrite... Même en connaissant la répartition géographique des sondés, leur utilisation régionale est scientifiquement impossible. Si 4000 sondés sont représentatifs de la France, les 40 sondés normands que l'on pourrait extraire de cette base ne seraient pas, eux, représentatifs de la Normandie : seuls 4000 sondés normands le seraient...

90Si l'écologie rend le chercheur à la merci de quelques erreurs d'interprétation, elle seule permet de bâtir des hypothèses sur le vote de plusieurs millions d'électeurs. En ce sens, cette approche est au minimum complémentaire de celle du sondage, qui même lors d'enquêtes exceptionnelles, ne peut se déclarer dans ses détails représentatifs des français.

L’isoloir contre l’explication

91Concept central de toute tentative explicative, le rapport flou de causalité entre variable explicative et variable expliquée est l'un des reproches importants fait à l'approche écologique. "Que deux phénomènes aient la même répartition sur le territoire signifie-t-il nécessairement qu'ils sont liés par une relation causale ?" (Lancelot, 75). Il est ainsi parfois difficile de déterminer parmi deux phénomènes apparemment liés, lequel explique l'autre... Plus souvent, la causalité est réflexive, : les liens ne sont qu'indirects, par l’effet d'une troisième variable cachée... Ainsi, la géologie ne peut expliquer directement une répartition électorale.

92Mais le sondage, contrairement à une opinion courante, n'apporte rien dans la relation de causalité entre les variables. Les sondés sont bien incapables de hiérarchiser les raisons de leur vote. Quelle personne peut discerner si elle vote pour tel candidat à cause de son âge, de sa profession, de son lieu d'habitat, ou de son éducation... Et même si cela était possible, quelle valeur aurait une telle réponse, puisque les rapports de causalité sont pour la plupart inconscients... Comme pour la comparaison cartographique, l'analyse d'enquête ne montre qu'un lien statistique, la fréquence de recoupements de certaines variables chez certains individus... L'argument sociologique est que le sondage, par la multiplicité des questions qu'il aborde, permet de faire apparaître des variables inaccessibles au niveau écologique, et donc d'interpréter les attitudes, de hiérarchiser les comportements, de mettre en place des idéologies et des systèmes de valeurs...

93L'idée forte demeure que l'analyse écologique repose exclusivement sur des "faits", alors que le sondage peut introduire des "valeurs". Mais il faut user avec précaution de ces "valeurs". Les typologies de comportements, les systèmes idéologiques sont connus, et on peut penser que lors de sondages politiques, nombre de sondés se cantonnent dans des réponses stéréotypées, se voulant cohérentes vis à vis d'un système idéologique connu. Se déclarer de gauche, mais catholique, partisan de la peine de mort et de l'accumulation d'un patrimoine peut apparaître comme un comportement aberrant, et les sondés adapteront donc leur système de valeurs (dont ils ont souvent une notion floue), à leur opinion politique. L'un des signes d'un tel comportement "d'imitation" se retrouve dans le fait que les sondages post-électoraux voient souvent s'exagérer les votes en faveur du vainqueur. Ce type de comportements explique peut-être en partie pourquoi les principaux sondages d'explication électorale constatent avant tout des permanences dans les comportements. Quant aux opinions préjugées négatives (abstention, vote et opinions extrémistes), les distorsions rendent très aléatoires toute analyse de valeurs à leur sujet.

94Dégager des idéologies ne permet d'ailleurs pas toujours une explication du vote. Il met en rapport certains systèmes de valeurs, mais ne les ordonne pas. Le mystère de la causalité reste souvent entier. En fait, plus les variables explicatives du vote pour un parti feront appel à des systèmes de valeurs proches des valeurs de ce parti, et plus le lien statistique sera fort, mais plus l'explication sera inintéressante... Ainsi, la proximité partisane (paradigme de Michigan) n'est intéressante que lorsqu'il existe un décalage entre elle et le comportement électoral (comme en 78 où la France se dit de gauche mais vote à droite). En revanche, quand elle fonctionne, elle n'est d'aucun secours pour expliquer le vote. Ainsi, utiliser parmi d'autres variables, le sentiment d'appartenance à un parti, pour quantifier la probabilité de voter pour ce parti, paraît tout de même abusif. "90 % des membres des couches populaires, démunis, pratiquants mais qui se situent à gauche votent pour les partis représentatifs de cette tendance"..."En revanche, dès lors que les mêmes ouvriers et employés, non pratiquants, se disent de droite, le vote à gauche baisse considérablement : entre 27 et 36 % selon les cas" (Ysmal, 90).

95Adaptée à une technique écologique, une telle approche permettrait enfin de trouver une variable expliquant 99 % de la répartition géographique d'une élection : la répartition géographique de ce même parti lors de l'élection précédente !

96Tout le problème (et le sel...) de l’explication électorale tient dans l’anonymat du vote... Le vote est et demeurera anonyme, malgré les détours rusés des chercheurs, qui tentent de deviner l’individu qui se cache derrière des agrégats cohérents, ou de lui faire avouer ses actes, avant, après, mais de toutes façons hors de l’isoloir.

L’ecological fallacy

97Cet anonymat du vote a très tôt poussé les chercheurs à recourir aux “corrélations écologiques”. Cette notion générale fut d’ailleurs fut testée pour la première fois en sociologie politique, particulièrement par W. Ogburn en 1919, à propos du vote des femmes aux Etats-Unis. Tout le problème repose sur le fait que l'analyse écologique ne permet pas de vérifier l'organisation interne d'une variable au sein de l'unité de base. La comparaison de deux variables peut donc être soumise à toutes sortes de combinaisons qui resteront parfaitement indécelables pour le chercheur. Par exemple, si l'on trouve une corrélation positive et significative entre le taux d'agriculteurs et le vote à droite, pour les cantons d'un département, il est logique de penser que les deux phénomènes sont liés, directement ou indirectement (par le biais d'une troisième variable). Mais rien ne prouve que ce sont les agriculteurs qui aient voté à droite. Imaginons que dans ce département, les agriculteurs aient tous voté moins à droite que la moyenne nationale, mais que les ouvriers aient tous voté plus à droite, la corrélation sera parfaitement la même. Il serait également théoriquement possible de trouver une combinaison exceptionnelle, où les ouvriers auraient majoritairement voté à droite, et les agriculteurs majoritairement à gauche, la corrélation restant néanmoins la même... L'analyse écologique ne permet donc pas de déduire directement des comportements individuels. Par exemple, on constate souvent une corrélation positive entre le taux de cadre et le vote à gauche (par circonscription ou par canton). Cela ne signifie en rien que les cadres votent à gauche (les sondages montrent l’inverse), mais qu’un troisième facteur intervient : le taux d’urbanisation, les taux de cadres, comme les taux d’ouvriers et les taux de vote à gauche étant plus forts en circonscriptions urbaines qu’en circonscriptions rurales.

98Un autre exemple classique des reproches faits à l'analyse écologique est le rapport entre étrangers et vote pour le Front-National. On constate une corrélation positive entre les zones qui possèdent un fort taux de population étrangère, et les zones qui votent largement pour le Front-National (0,7 pour la France à l’échelle du département selon Bon et Cheylan)... Une analyse primaire pourrait en arriver à la conclusion que ce sont les étrangers qui votent pour l'Extrême-droite... Ce n'est évidemment pas le cas (du fait même que la population étrangère recensée ne possède pas le droit de vote) ; c'est la proximité de populations étrangères qui conduit les électeurs à adhérer au discours raciste du Front-National. Cet exemple ne peut être un reproche de l'analyse écologique, mais uniquement de l'utilisation abusive que l'on peut en faire. Car ici, au contraire, nous possédons un exemple de l'intérêt de l'analyse écologique sur l'analyse par sondage. Jamais l'analyse par sondage n'aurait pu faire apparaître la corrélation entre le vote pour le Front-National et le voisinage direct d'étrangers, puisqu'il s'agit d'un comportement de groupe, alors que le sondage extirpe l'électeur de son contexte social (on retrouve ici 1'"individualistic fallacy", que dénonce Klatzman, (57) et Trouffleau (9·5) (chapitre 10).

99Ceci tend également à expliquer comment des phénomènes marginaux (le taux d'étrangers, par exemple, est très souvent inférieur à 5 %) peuvent expliquer des phénomènes politiques qui concernent une population beaucoup plus vaste. Ce reproche est également celui fait à Todd, dont les structures familiales types qu'il étudie ne représentent qu’1 à 2 % des ménages... "Mais rien n'interdit d'imaginer un processus social (ou politique) tel que les variations faibles de la variable "indépendante" donnent lieu à des variations fortes de la variable "dépendante" (disons la domination de la droite ou de la gauche), et, par conséquent, rendent compte de contrastes politiques majeurs "(Lagrange et Roché, 88). Il convient de ne pas considérer la variable explicative comme un déterminant individuel direct, mais comme génératrice d'un contexte social particulier, qui induit un contexte politique.

100On a ainsi longtemps étudié le rapport entre les ouvriers et le vote à gauche. Une très forte densité ouvrière provoque un fort vote à gauche, mais le lien n'est pas forcément direct (puisque le score de la gauche peut être plus fort que le taux d'ouvriers). C'est le contexte social qui tend à faire monter le score : fort réseau syndical, industrialisation massive du paysage de la zone d'étude, conflits sociaux... Individuellement, on peut penser que ce contexte induit les petits commerçants, ou les libéraux à voter à gauche, alors que des ouvriers, eux, peuvent s'en détacher (par peur de la perte d'un emploi, ou par rejet du système idéologique ouvrier)... L'analyse classique par sondage individuel ne pourra fournir aucune indication sur ces contextes sociaux, et pourra conclure qu'il n'existe aucun lien entre ouvrier et vote à gauche, puisque d'autres professions se déclarent également en sa faveur.

101Ceci explique aussi la "cross level fallacy", qui montre que généralement, les corrélations croissent du niveau individuel au niveau écologique le plus général. Mais il est faux de prétendre qu'une corrélation est dénuée de tout sens, si on la remarque à un niveau d'agrégation, mais pas au niveau individuel. L'exemple précédent nous montre qu'au niveau individuel, les ouvriers peuvent ne pas voter plus à gauche que les autres classes sociales, mais que néanmoins, une forte présence ouvrière provoque un fort vote à gauche, ce que montre l'approche écologique.

102Il convient ainsi de relativiser le reproche fait par Robinson (50) aux coefficients de corrélation. Dans un article célèbre, il démontre qu'il n'existe aucun rapport entre des corrélations individuelles et. des corrélations collectives. Ainsi, pour dénoncer "l'ecological fallacy", les chercheurs se contentent généralement de citer Robinson (Lancelot, 75, Denni et Bréchon, 85, Guillorel, 84), sans amener d'autres exemples, et de conclure que l'utilisation du coefficient de corrélation n'est pas pertinente. Robinson nous montre que la corrélation entre le pourcentage de population noire et le pourcentage d'analphabétisme est de 0,95 au niveau des 8 divisions géographiques des Etats-Unis, de 0,773 au niveau des états, et de 0,203 au niveau individuel... Les noirs se voient attribuer l'analphabétisme des minorités avec lesquelles ils cohabitent pour des raisons de ségrégation spatiales : "pauvres-blancs", minorités ethniques...

103Si l'on y réfléchit, le coefficient n'est jamais erroné, puisque son but est uniquement de montrer qu'à chaque niveau (hormis le niveau individuel) la population noire évolue le plus souvent dans un environnement de retard scolaire. En outre, une comparaison scientifique de corrélations à différents niveaux de découpages spatiaux doit porter sur exactement la même population. Or, si les 0,95 et 0,773 portent sur des moyennes nationales, il est peu probable que la corrélation individuelle l'ait été sur les 225 millions d'américains. Elle l'a donc été par sondage, mais représente alors une population différente (d'autant plus que les noirs analphabètes échappent sans doute davantage aux sondages que les noirs lettrés...). Le passage d’un agrégat collectif à un niveau individuel est d’ailleurs discutable, puisqu’au niveau individuel, on ne raisonne plus sur un taux d’alphabétisation par zone mais sur une réponse binaire (l’individu sait lire ou non), la dispersion de l’information étant alors maximum. Ainsi, ce n’est pas sur la corrélation qu’il faut réfléchir, mais sur la cohérence du découpage utilisé. Ces notions seront développées dans le chapitre 6.

104Il existe en fait peu d'étude sur les rapports entre les corrélations individuelles et les corrélations collectives. Ceci tient au fait qu'il est impossible, ou presque, d'étudier une population dans sa globalité, du niveau individuel au niveau départemental par exemple. Les comparaisons se basent alors sur des homothéties, mais qui introduisent en plus du changement d'échelle, la particularité locale de la zone étudiée.

Table des illustrations

Titre Figure 1. Les systèmes d’exploitation du vote.
Légende Source : Mayer, Perrineau, Les Comportements politiques, 1992.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11523/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Source : Kleinchmager, Eléments de Géographie politique, 1993.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11523/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 80k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search