Version classiqueVersion mobile

Éléments de géographie électorale

 | 
Michel Bussi

Pour une analyse spatiale du comportement électoral

Texte intégral

"Je n'ignore pas que plusieurs de mes contemporains ont pensé que les peuples ne sont jamais ici-bas maîtres d'eux mêmes, et qu'ils obéissent nécessairement à je ne sais quelle force insurmontable et inintelligente qui naît des événements antérieurs, de la race, du sol ou du climat. Ce sont là de fausses et lâches doctrines, qui ne sauraient jamais produire que des hommes faibles et des nations pusillanimes : la Providence n'a créé le genre humain ni entièrement indépendant, ni tout à fait esclave. Elle trace, il est vrai, autour de chaque homme un cercle fatal, dont il ne peut sortir ; mais dans ses vastes limites, l'homme est puissant et libre ; ainsi des peuples."
Alexis De Tocqueville, 1839.

1… et pourtant…

2"L'homme est puissant et libre. Ainsi des peuples...", s'écrit Tocqueville en 1839, emporté par le tourbillon des nations européennes naissantes, ou de la jeune démocratie américaine... Les révolutions successives des transports et des médias ont élargi progressivement ce "cercle fatal" que la providence trace autour de chaque homme, de la commune à la région, de la région à l'état, de l'état au monde.

3Et pourtant... Un siècle plus tard, ces nations européennes se laisseront aveuglément mener par des dictatures que l'on croyait d'un autre âge. Un siècle et demi plus tard, l'utopique nouvel ordre mondial vacille sous l'explosion des nationalismes, des séparatismes et intégrismes revendiqués par des minorités ethniques unies derrière leur religion, leur langue, leur histoire, leur culture, leur sol...

4Ainsi posé, le débat de la liberté de l'opinion humaine devient géographique : l'homme pense-t-il selon ce qu'il est, ou selon où il naît ?

5L'opinion publique s'exprime avant tout par l'opinion politique. L'opinion politique se mesure avant tout par l'opinion électorale. Se questionner sur la Géographie des votes ne se résume donc pas à un simple exercice de style, proche du journalisme.

6Par l'ancienneté de la tradition républicaine, le citoyen français est supposé, et souvent reconnu, mûr, libre, votant en tant qu’individu émancipé. Au sein de l'hexagone, la république est depuis l'origine jacobine, le débat est national, les dialectes oubliés, les migrations interrégionales multiples, et les médias reines... Comment expliquer alors que la carte du premier suffrage universel en 1848 se soit depuis plus ou moins systématiquement reproduite à chaque scrutin, pour demeurer toujours sensiblement la même, au moins à l'Ouest, en 1997 ?

7Il n’existe pas de réponse... En fait, ce paradoxe est mal étudié, avant tout parce qu’en matière de votes, Sociologie et Géographie ne riment que rarement. La Sociologie politique française, longtemps seule discipline à proposer une explication du vote, dut, pour pouvoir se hisser au rang de ses voisines anglo-saxonnes, renier avec force ses origines géographiques, issues de sa naissance accidentelle d'un père géographe : André Siegfried. L'explication sociologique du vote, privilégiée par les politologues français, demeure la seule connue du grand public. Le plus souvent, l'apport de la Géographie électorale se trouve dans cet esprit réduit à deux rôles :

  • produire des monographies locales ;

  • produire des atlas électoraux, qui se contentent de localiser les comportements, mais se gardent bien de les expliquer.

8La Géographie, l’espace, le territoire sont généralement considérés comme un simple contenant. Ainsi, le vote urbain (influences centre-périphérie, votes de quartier, effet de la périurbanisation, rayonnement politique d'une ville...), les effets de la proximité d'un notable, les effets de « voisinage », la diffusion des idéologies, les gerrymandering, les processus de réifications spatiales, conscientes, inconscientes, ou utilisés délibérément à des fins politiciennes, sont autant de phénomènes politiques dont les effets sont fort peu connus en France. L'ambition de ce travail ne sera aucunement de combler ce gouffre, mais au moins de l'explorer, de sonder sa profondeur, d'en dresser un état des lieux... De démontrer en tous les cas que la Géographie est un réel facteur explicatif du vote.

9Il faut considérer le choix électoral comme le fruit de multiples effets, difficilement hiérarchisables, dont chacun peut être associé à une discipline particulière : Sociologie, Histoire, Economie, Psychologie, Anthropologie, Géographie... Le poids de la structure sociale, qu'il soit réel ou lié à la tradition scientifique, écrase et masque le plus souvent l'ensemble des autres.

10L'idée forte de cet ouvrage est donc de confronter dans un premier temps les facteurs explicatifs sociologiques classiques du vote à l'espace, pour ensuite tester l'espace lui même en tant que facteur explicatif, en éliminant l'effet sociologique, et donc l'effet de structure, par la construction d'un "vote théorique". Cette méthode permet alors de travailler sur un "effet résiduel", écart entre ce vote théorique et le vote réel. Cet effet résiduel s'explique par des facteurs non sociologiques, qui peuvent enfin être isolés et mesurés : effet de notabilité, historiques, géographiques... Cette démarche revient donc à nier tout "mystère ethnique", ou "fait de civilisation", qui masque en fait l'ignorance du système.

11La méthode suivra donc logiquement cette problématique. Elle peut se résumer par trois choix :

  1. Le périmètre d’étude de la France de l'Ouest (Normandie, Bretagne, Pays de la Loire) fut choisi pour être depuis Siegfried le laboratoire électoral de la France, c’est-à-dire l’espace politique le plus étudié, le mieux connu, quel que soit l'angle explicatif retenu. Le terrain étant parfaitement défriché et fouillé, il sera alors incontestablement possible de voir ce que les méthodes testées sont capables d'apporter, "en plus".

  2. La constitution d’une banque de données de plus de 500 cantons, un sixième de la France, 7 millions d'électeurs, pendant 30 ans et 17 scrutins, permet d’éviter de tomber dans le particularisme, dans la micro-Géographie qui rend hasardeuse toute globalisation. En travaillant au niveau de base du canton, elle évite, ou tente d'éviter, l'illusion écologique, qui grève les analyses départementales de Bon et Cheylan (88), de le Bras et Todd (81), et même de Goguel... Mais cette étude tentera avant tout de limiter ces risques « écologiques » en multipliant les changements d'échelle, et en comparant les résultats de recherches selon différents modes de découpages.

  3. Cette étude n'aura pas d'autre ambition que d'être une Géographie électorale. Au sein de la vaste Science qu'est la Géographie politique, je m'attacherai uniquement à expliquer le vote. Il est souvent reproché à ces études uniquement électorales de n'aborder en fait qu’un aspect superficiel, de n'être qu'une approche timide et plate du politique, en évitant les questions polémiques et les sujets brûlants, qui constituent elles le fond du débat. Je ne souscris pas à cette théorie. Le vote doit être considéré comme un indicateur privilégié (il est d'ailleurs souvent le seul) du comportement politique, et de l’opinion en général. Expliquer le vote n'est pas un exercice de style, une fin en soi, mais revient à s'interroger sur les mécanismes induisant la formation des opinions individuelles et collectives. Une telle Géographie électorale est explicative, et assurément fondamentale.

12La première partie de cet ouvrage reviendra sur l’épistémologie et les méthodes de la Géographie électorale. La seconde partie, à travers l’exemple de la France de L’Ouest, analysera les comportements électoraux passés et actuels, puis les confrontera aux facteurs explicatifs socio-économiques classiques, à différentes échelles. La troisième partie expliquera comment isoler l'effet sociologique à partir du modèle de structure sociale, et se concentrera sur l’étude d’autres effets, de marché (notabilité, gerrymandering...), historiques et anthropologiques, géographiques (effet d’entraînement, contagion.).

13L’Ouest n’est qu’un exemple. Afin que le lecteur trouve dans cet ouvrage matière à s’armer conceptuellement et méthodologiquement face à l’analyse des votes, je m’efforcerai dans chaque chapitre de résumer l’état actuel des connaissances en Sciences électorales, puis d’expliquer et de tester les différentes techniques d’analyses possibles.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search