Version classiqueVersion mobile

Éléments de géographie électorale

 | 
Michel Bussi

Introduction générale

"Tout bouge et rien ne change : le mystère des permanences des paysages électoraux"

Texte intégral

1En montant l'étroite route qui conduit des Epesses au château du Puy du Fou, la Vendée sauvage, militaire, indomptable, demeure ici la plus pure. Le bocage est toujours aussi touffu. Chaque croisement est encore signalé par un calvaire... Mais les fougères, les orties, les ronces, non combattues, ont lentement encerclé ces croix, rendant depuis leur accès impossible. Les abords des vierges blanches, qui prient perchées en haut d'une étroite colonne de granit, sont généralement mieux entretenus, même si les plantes qui servent de haie, jadis décoratives, sont désormais fanées. Le voyageur hâté apercevra encore, au pied de la colonne, des ex-voto fleuris. Mais s'il s'arrête, il constatera que les fleurs sont artificielles...

2Hors saison, les hautes tribunes de béton du Puy du Fou apparaissent brutalement au détour d'un virage. Au milieu des haies, des prairies et des sous-bois, elles semblent un étrange temple abandonné, un monument inachevé à la gloire d'un royaume perdu, et englouti depuis par la nature. Toute l'année, l'éco-musée du Puy du Fou perpétue la mémoire vendéenne, un montage audio-visuel assurant le relais du "sons et lumières". Mais au fil des pages du livre d'or du musée, les "Vive Dieu, vive le roi !" sont désormais bien marginaux en comparaison des "very interesting museum !", griffonnés par les touristes européens, parisiens, nantais, en tous les cas citadins.

3En repartant, par la nationale qui mène de la Roche à Cholet, le voyageur passera obligatoirement, au sortir des Herbiers, sur le Mont des Alouettes. Il aura pourtant toutes les chances de traverser le premier site historique vendéen sans même tourner la tête. En dépit de la chapelle et des deux moulins, l'hôtel-restaurant, l'aire aménagée de pic-nic, le grand parking bitumé, évoquent plutôt une banale aire de repos autoroutière...

*****

4Au sein du Trégor, le Vieux-Marché est un de ces petits villages gris authentiques. Pénétrer en voiture, place de l'église, à 13 heures, offre à l'automobiliste l'étrange sentiment de découvrir un village pétrifié, abandonné, d'où la vie à fuit devant on ne sait quel cataclysme. L'homme est invisible. Le voyageur patient et attentif devinera peut-être le poids d'un regard curieux et étonné, derrière un rideau qui a bougé, ou apercevra au loin un vieillard traversant silencieusement la rue.

5Le bourg voisin de Plouaret s'anime davantage, le mardi matin, lors du marché. A la mairie, on prépare déjà l'été. La pétition rouge concernant les minima sociaux, posée en vue sur le comptoir d'accueil, ne recueille que trois signatures... On s'agite plutôt autour du dépliant du Trégor, "beau et fort". Sur le même prospectus seront vantés les expositions à la mairie, et les trésors architecturaux de l'église. Seule cette alliance affichée des deux monuments du bourg, jadis ennemis sur la grand place, permet d'attirer vers l'intérieur quelques rares touristes... Il faut être réaliste : le collège public F.M. Luzel (chantre de la langue bretonne), et le collège privé Saint-Louis se vident conjointement...

*****

6Au Finistère de l'Europe, l'Aber-Wrac'h est un petit port du Léon. Le Week-End, aux vacances, les berges de l'école de voile sont désormais plus fréquentées que le parvis de l'église. Le touriste y cherchera vainement le "village authentique breton" que promettent les affiches, dans les couloirs du métro menant à la gare Montparnasse. Avec les beaux jours ont fleuri le long de l'aber une myriade de petits pavillons blancs, neufs et tous jumeaux. Le blanc crémeux remplace désormais le gris du granit, qui ne sert plus qu'à orner les fenêtres et les portes de quelques résidences plus cossues que les autres.

7On peut y voir l'effet particulier d'un micro-climat maritime. Le traditionnel Léon "siegfriedien" se découvrira certainement, pour peu que l'on s'enfonce dans les terres... Le long de la départementale qui mène de l'Aber-Wrac'h à Brest, il se vérifie que la densité des lotissements nouveaux se réduit avec la distance au littoral... Mais croît par contre avec celle à Brest ! A peine le parfum du tourisme marin s'évapore-t-il, que l'odeur des axions de Guipavas, et des proches banlieues industrielles prennent le relais. Brest n'est plus qu'à 12 kilomètres. On circule déjà dans une banale grande couronne périurbaine.

---------------

8De mon laboratoire rouennais, à l’autre bout de l’Ouest, j'analyse les résultats électoraux et les cartes des votes, de 1958 à 1997. A titre de comparaison, j'ouvre à proximité le "tableau politique" de Siegfried... Les mutations sont réelles, mais véritablement minimes en regard de l'imposante stabilité de l'ensemble ! Le poids de certains courants évolue globalement, leurs sommets s'érodent et leurs abîmes se comblent, parfois une vague submerge l’ensemble, mais sur le long terme, les zones sombres et claires demeurent néanmoins les mêmes. Les mêmes cantons continuent de se situer à gauche ou à droite. Les cartes sont têtues... Depuis 30 ans, depuis Siegfried, depuis 1848, rien, ou si peu, n'a changé !

9Mais les cartes ne sont-elles pas trompeuses ? Au delà des chiffres, qu’en est-il de la réalité sur le terrain ? Les climats politiques locaux ne sont pas figés, mais évoluent, selon les hommes, les territoires, les découpages, comme en témoignent les législatives de 1997.

---------------

10Aux Epesses, le dauphin du ministre V. Ansquer, Philippe de Villiers, a fait du chemin... Même si en 1997, c’est historique, le candidat de droite fut mis en ballottage au premier tour, il continue de régner sans partage. La Vendée serait-elle un exemple parfait de mariage à trois : un homme, un lieu, un vote ? Ce n’est pas si sûr... En 1992, Ph. de Villiers avait lancé sa carrière nationale sur le « non » à Maastricht. Aux Epesses, la ville du Puy du Fou, le « oui » l'emportera ! Mais cela n'empêchera pourtant pas les vendéens catholiques humanistes de continuer de voter de Villiers, lors des élections locales. Existe-t-il de meilleur représentant commercial que lui pour la Vendée ? Et peu importe alors le vecteur médiatique qu'il agite pour faire parler du pays, les accords de Schengen, le Puy du fou, le Vendée globe Challenge, ou Intervilles...

*****

11Dans le Trégor, des décennies après l'âge d'or du communisme en France, dix ans après la chute du bloc de l’Est, le bocage de Guingamp s’offre un député communiste... Felix Leyzour a 65 ans ! Anachronisme ? Ce vote témoigne peut-être au contraire d’un retour à la tradition, qui n'est jamais aussi vigoureuse que lorsqu'on cherche à l’étouffer et qu’on la déclare morte. Au même titre que la langue bretonne ou la harpe celtique, le vote communiste du Trégor ne semble pas prêt de disparaître. Et puis, avouons le, le découpage législatif de 1986 donne un coup de pouce à la tradition. Tous les cantons communistes sont désormais regroupés dans la même circonscription, alors qu'en 58, le découpage noyait habilement le dangereux foyer rouge des paysans du Trégor dans trois circonscriptions...

*****

12Mais le découpage de 1986 ne favorise pas partout la tradition. La circonscription du Léon était connue sous la cinquième République pour être l’une des plus à droite de France. Peut-être pour cette raison, elle subit en 1986 un redécoupage à haut-risque : elle est rebaptisée Brest-rural, avec 40 % "de Brest" et 60 % "de rural"... Les choses étant ce qu’elles sont, la circonscription compte chaque jour un peu plus de « Brest » et un peu moins de « rural », et en Juin 97, l’inconcevable se produit fort logiquement : le Léon tombe à gauche ! J.-L. Goasduff député local depuis deux décennies, s'était retiré juste à temps, précipitant une chute... inéluctable ? Assiste-t-on ici à la fin d’une tradition plus vieille que Siegfried ? Pas forcément... Les Léonards, ceux des cantons ruraux, continuent de voter massivement à droite, mais entre couronnes périurbaines et façade littorale touristique, ils semblent une « ethnie minoritaire » menacée, condamnée à ne plus choisir désormais que leurs conseillers généraux... Puis bientôt seulement leurs maires ?

*****

13Il demeure en tous les cas dans ces sites, et bien d’autres, un persistant effet de lieu qui permet à la Géographie des votes de survivre mystérieusement à deux guerres mondiales (dont l’une faisant de la Normandie son champ de bataille), à l’oraison funèbre de royalisme et du pouvoir nobiliaire, à la séparation complète de l’église et de l’état, puis à la sécularisation du catholicisme, à la liberté d’expression, d’association, à l’isoloir, au droit de vote accordé aux femmes, à la réduction des distances par les transports, à l’abolition de l’isolement par la télévision, à l’urbanisation massive, à la périurbanisation expansive...

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search