Version classiqueVersion mobile

Province-Paris. Topographie littéraire du xixe siècle

 | 
Yvan Leclerc
, 
Amélie Djourachkovitch

Pages d’anthologie

Texte intégral

Jules Michelet, Tableau de la France, 1833

1Pour le centre du centre, Paris, l'Ile-de-France, il n'est qu'une manière de les faire connaître, c'est de raconter l'histoire de la monarchie. […] Qui dit Paris, dit la monarchie tout entière. Comment s'est formé en une ville ce grand et complet symbole du pays ? Il faudrait toute l'histoire du pays pour l'expliquer : la description de Paris en serait le dernier chapitre. Le génie parisien est la forme la plus complexe à la fois et la plus haute de la France. Il semblerait qu'une chose qui résultait de l'annihilation de tout esprit local, de toute provincialité, dût être purement négative. Il n'en est pas ainsi. De toutes ces négations d'idées matérielles, locales, particulières, résulte une généralité vivante, une chose positive, une force vive. Nous l'avons vu en Juillet.

2C'est un grand et merveilleux spectacle de promener ses regards du centre aux extrémités, et d'embrasser de l'œil ce vaste et puissant organisme, où les parties diverses sont si habilement rapprochées, opposées, associées, le faible au fort, le négatif au positif. […]

3Paris est le sensorium.

4La force et la beauté de l'ensemble consistent dans la réciprocité des secours, dans la solidarité des parties, dans la distribution des fonctions, dans la division du travail social. La force résistante et guerrière, la vertu d'action est aux extrémités, l'intelligence au centre ; le centre se sait lui-même et sait tout le reste. Les provinces frontières, coopérant plus directement à la défense, gardent les traditions militaires, continuent l'héroïsme barbare, et renouvellent sans cesse d'une population énergique le centre énervé par le froissement rapide de la rotation sociale. Le centre, abrité de la guerre, pense, innove dans l'industrie, dans la science, dans la politique ; il transforme tout ce qu'il reçoit. Il boit la vie brute, et elle se transfigure. Les provinces se regardent en lui ; en lui elles s'aiment et s'admirent sous une forme supérieure ; elles se reconnaissent à peine […]. Cette belle centralisation, par quoi la France est la France, elle attriste au premier coup d'œil. La vie est au centre, aux extrémités ; l'intermédiaire est faible et pâle.

5[…] Il ne faut pas prendre ainsi la France pièce à pièce, il faut l'embrasser dans son ensemble. C'est justement parce que la centralisation est puissante, la vie commune, forte et énergique, que la vie locale est faible. Je dirai même que c'est là la beauté de notre pays.

6[…] Dans cette transformation merveilleuse, l'esprit a triomphé de la matière, le général du particulier, et l'idée du réel. L'homme individuel est matérialiste, il s'attache volontiers à l’intérêt local et privé ; la société humaine est spiritualiste, elle tend à s'affranchir sans cesse des misères de l'existence locale, à atteindre la haute et abstraite unité de la patrie.

7(Œuvres complètes, éd. P. Viallaneix, Flammarion, 1974, p. 380-384.)

Désiré Nisard, “D’un commencement de réaction contre la littérature facile”, 1833

8Il n’est personne, qui ne remarque en ce moment l’espèce de discrédit sourd où commence à tomber la littérature facile. […]

9Il y a un symptôme très significatif de ce commencement de réaction, c’est que les plus beaux noms de la littérature facile commencent à être admirés en province. […]

10Être très connu en province, c’est le coup de grâce d’un auteur.

(La Revue de Paris, décembre 1833 ; cité par Guy Bechtel et Jean-Claude Carrière in Dictionnaire de la bêtise et des erreurs de jugements, Robert Laffont, “Bouquins”, 1991, p. 352.)

Pierre Durand, Physiologie du provincial à Paris, 1841

11Mais d'abord, entendons-nous. Ce titre de Provincial est bien vaste ; – son domaine s'étend de la banlieue de Paris, des forts détachés, jusqu'aux frontières de la France ; – il est borné au nord par la Manche et la Belgique, au sud par la Méditerranée, à l'est par la Suisse et l'Allemagne, à l'ouest par l'océan Atlantique : – il englobe donc toute la population du pays, moins les habitants de la capitale, c'est-à-dire à peu près trente-deux millions d'individus de tout âge et de toute classe […].

12L'habitant de la province qui a déjà fait le voyage de Paris ne peut plus être considéré comme provincial. En touchant une fois le sol de la capitale, il a perdu son caractère primitif, sa naïveté départementale.

13Notre contact l'a défloré ; notre brouillard l'a décati. La boue parisienne a crotté son pantalon ; l'omnibus parisien l'a éclaboussé ; il s'est assis à notre foyer : au foyer de l'Opéra ou au foyer des Funambules, peu importe ; il conserve quelque part la trace de son pèlerinage, l'indélébile cachet d'une expérience plus ou moins complète. Ce n'est peut-être pas encore un Parisien, mais assurément ce n'est plus un provincial. […]

14“Le voilà donc réalisé, ce rêve de mes jeunes années ! J'ai pris mon essor, j'ai franchi l'espace, je suis à Paris : ce bruit qui me brise le tympan, c'est le fracas d'une capitale ! ce ciel gris, cette pluie qui bat les vitres, ce vent qui siffle, c'est le climat de Paris ! Les merveilles de la grande ville vont se dérouler à mes regards !… Mettons-nous en état d'assister à ces magnifiques spectacles. Que le luxe de la toilette dissimule ce que ma tournure peut avoir de départemental !”

15Cette invocation poétique est prononcée devant un petit miroir suspendu à l'espagnolette d'une fenêtre. […]

16Adieu donc, s'écrit-t-il, adieu, Paris, ville curieuse mais ruineuse ! Adieu ! je suis enchanté de te connaître au physique et au moral ; j'emporte avec moi un trésor de souvenirs, de longs récits à faire, de merveilles à raconter : mais il me faudra deux ans d'économies pour combler le déficit que deux mois passés dans ton sein ont fait à ma fortune.

17Qu'importe, après tout ! Paris n'est-il pas le pays de la dépense, et la province la patrie des économies ?

18(éd. Aubert et Lavigne, s. d. [1841], p. 5-6, 7, 25-26, 118-119.)

Moléri, Le Parisien en province, 1841

19On a souvent tourné en ridicule le provincial qui vient à Paris ; on s'est plu à le faire le héros des histoires les plus facétieuses, et pour tracer son portrait, on a fait choix des masques les plus grotesques. Je crois que si le provincial tenait à ne pas être en reste de bons procédés, il lui serait facile de prendre une belle revanche. Le Parisien en province n'offre pas une figure moins originale et moins amusante que celle du provincial à Paris ; et s'il a été permis d'assaillir outre mesure celui-ci des traits de la satire et de la moquerie, je ne sache pas qu'il existe, en faveur de celui-là, aucun privilège qui le mette à l'abri de justes représailles. Mais la raillerie, dira-t-on, a prétendu seulement atteindre, parmi les provinciaux, ceux qu'elle pouvait à bon droit considérer comme faisant partie de son domaine ; elle a constamment respecté les hommes qui, apportant à Paris leur tribut d'esprit et de science, ont fait de cette capitale le centre des arts et des lettres, et lui ont donné la suprématie sur les villes les plus éclairées de l'Europe. A la bonne heure ; je ne prétends pas non plus que tout Parisien, quel qu'il soit, passant en province, doive y fournir le sujet d'une caricature. Je me bornerai à exercer mon crayon sur les physionomies qui me paraissent quelque peu prêter à la charge, et celles-ci, je les résumerai toutes dans la figure d'un original de ma connaissance, Anacharsis Bobinard. […]

20Notre parisien ne tarde pas à s'apercevoir qu'il s’est étrangement mépris sur notre époque, et qu’il a eu tort de s'appliquer le proverbe : A beau mentir qui vient de loin. C'est que, en effet, il n'y a plus aujourd'hui de la province à Paris la même distance qu'autrefois. Les communications sont si rapides et si fréquentes, les intérêts commerciaux et politiques se rapprochent et se confondent en tant de points, il se fait des deux parts un échange si actif en fait d'arts et de sciences, les journaux, les publications de toute nature, sont tellement répandus, et rayonnent avec tant de vitesse du centre à la circonférence, que le provincial connaît son Paris, et sait, à quelques heures près, ce qui s'y passe, aussi promptement et aussi bien que le Parisien lui-même. Il en résulte qu'un hâbleur de l'espèce de Bobinard ne saurait persévérer dans son rôle sans s'exposer à être bientôt moqué, hué, sifflé. Le Parisien en province voit donc chaque jour se resserrer le cercle où peut s'exercer sa jactance ; il ne lui reste plus guère à exploiter que quelque misérable village du Jura ou des Pyrénées.

21(Le Prisme, encyclopédie morale du dix-neuvième siècle, Paris, Curmer, 1841, p. 414, 417.)

Charles Marchal, Physiologie du Parisien en province (1841)

22En province, le Parisien, – quel qu’il soit, n’importe le motif qui l’y conduit, – se croit obligé de donner au provincial des preuves irrécusables de ses connaissances en matière de politique, de femmes, d’actions, de Bourse, de bitume, de philanthropie, d’économie politique, etc., de même que le provincial tient à prouver au Parisien susdit qu’il a sur lui une grande et inconstestable supériorité en fait de travaux agricoles, de productions naturelles, et à propos des saisons, des temps, des vendanges, des fruits, des concerts, etc…

23Ceci fait qu’ils se tiennent éternellement tous deux sur une défensive désagréable. – En province, le Parisien mange énormément. Pendant les premiers jours, il dort, mange, boit, cueille des fruits et se promène. La deuxième semaine se passe à monter à cheval, à pêcher et à chasser s’il y a lieu.

24Avec la troisième semaine commencent les sujétions de toutes sortes, les obligations forcées, les réquisitions hébétantes ; – on force le Parisien à jouer au loto, aux échecs, aux dominos, – aux jeux innocents, – ce qui le plonge dans le plus amer des désespoirs.

25(Charles Lachapelle, éditeur, rue Saint-Jacques, s. d. [1841], p. 106-109.)

Flaubert, Dictionnaire des idées reçues (1850-1880).

BADAUD

Tous les Parisiens sont des badauds – quoique sur dix habitants de Paris, il y ait neuf provinciaux.
A Paris, on ne travaille pas.

CAMPAGNE

Tout y est permis.
Il faut toujours se mettre à son aise.
Pas de toilette — on retire ses habits.
Gaieté bruyante — faire des farces.
S’asseoir par terre — fumer la pipe.
Les gens de la campagne meilleurs que ceux de la ville. Envier leur sort.

EAU

L’eau de Paris donne des coliques.
L’eau de Cologne sent bon, celle de Paris sent mauvais.

GAMIN

Toujours suivi de “[de] Paris”.
Le gamin de Paris a énormément d’esprit.

PARIS

La grande prostituée.
La Capitale.
Paradis des femmes, enfer des chevaux.
Idées politiques sur.
Moyen de le mater.
Ce qu'en pense la Province (et vice-versa).

SABOT

On doit toujours dire d’un homme riche, qui a eu des commencements difficiles, qu’il est venu à Paris “en sabots”.

(Bouvard et Pécuchet, éd. Cl. Gothot-Mersch, Folio, 1979, p. 490, 545-546.)

Maupassant, Louis Bouilhet, 1882

26Son grand malheur est d'avoir toujours été pauvre, ou d'être venu trop tard à Paris. Paris est le fumier des artistes ; ils ne peuvent donner que là, les pieds sur les trottoirs et la tête dans son air capiteux et vif, toute leur complète floraison. Et il ne suffit pas d'y venir ; il faut en être, il faut que ses maisons, ses habitants, ses idées, ses mœurs, ses coutumes intimes, sa gouaillerie, son esprit vous soient familiers de bonne heure. Quelque grand, puissant, génial qu'on soit, on garde, quand on ne sait pas devenir parisien jusqu'aux moelles, quelque chose de provincial. Bouilhet, dont les poésies détachées sont comparables aux plus belles choses des grands poètes, montre dans son théâtre, plein cependant de richesses exceptionnelles, une certaine tendance vers une grandeur un peu convenue dont il se fût peut-être débarrassé s'il avait pu, comme bien d'autres, venir à vingt ans sur les boulevards.

27(Le Gaulois, 21 août 1882, Chroniques II, éd. H. Juin, 10/18, 1980, p. 119-20.)

Pierre Bourdieu, Les règles du jeu. Genèse et structure du champ littéraire, 1992

28Lors même que l'on substitue un concept plus neutre, celui de périphérie, à un mot indigène comme “province”, trop chargé de connotations péjoratives, il reste que l'opposition du centre et de la périphérie à laquelle on peut avoir recours pour analyser certains des effets de domination symbolique qui s'exercent dans le monde littéraire ou artistique, à l'échelle nationale ou internationale, est un enjeu de luttes dans le champ analysé et que chacun des termes employés pour la nommer peut recevoir, selon le point de vue du récepteur, des connotations diamétralement opposées : avec, par exemple, la volonté des “centraux”, c'est-à-dire des dominants, de décrire les prises de position des “périphériques” comme un effet du retard ou du “provincialisme”, et, de l'autre côté, la résistance des “périphériques” contre le déclassement impliqué dans ce classement, et leur effort pour convertir une position périphérique en position centrale ou du moins en écart électif.

29(Seuil, p. 408)

Pierre Larousse, Grand Dictionnaire universel du XIXe siècle

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11466/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 768k
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11466/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 828k
Légende Pierre Larousse, Grand Dictionnaire universel du XIXe siècle
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11466/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 589k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search