Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Province-Paris. Topographie littéraire du xixe siècle

 | 
Yvan Leclerc
, 
Amélie Djourachkovitch

Postface

Yvan Leclerc

Texte intégral

Vu de Rouen

1Province-Paris ou Paris-province ? L'ordre fait sens, même si l'essentiel est de signifier l'aller-retour, la navette qui tisse le lien géographique et textuel. Mais la nécessité s'impose d'un point de départ et d'un point d'arrivée : partir du centre de la “toile” (non celle du moderne Net, toile dont le centre est nulle part, mais réseau convergent en toile d'araignée des voies de communications) ou de la périphérie. L'ordre alphabétique, la cadence majeure des groupes syllabiques, l'alternance des sonorités (fermée et masculine pour “Paris”, ouverte et féminine pour “province”) conduisent plutôt à adopter la hiérarchie descendante ou irradiante Paris-province : on descend du sommet vers la France profonde ; on rayonne à partir du centre.

2Au rebours de l'usage, nous avons préféré l'ordre inverse : “Province-Paris”. Il a pour conséquence typographique d'accorder à “Province”, en tête de groupe, la majuscule, ou la capitale, qui lui manque en face de “Paris” nom propre : la province est un nom commun, accusant graphiquement le déséquilibre.

3Que la province occupe la première place dans le titre entend surtout affirmer que l'initiative d'un tel colloque vient d'une Université provinciale. Pouvait-il en être autrement ? Etait-il concevable qu'une Université parisienne soit demandeuse ? Car le rapport conflictuel représenté dans la littérature du XIXe siècle persiste dans l'institution universitaire d'aujourd'hui. Sortis le plus souvent de grandes écoles (parisiennes), les enseignants de nos disciplines, pour la plupart non-résidents, autrefois “turbo-profs”, aujourd'hui “TGV-profs”, vivent leur recrutement en province (si possible dans une Université de grande banlieue, Rouen par exemple), comme une solution d'attente, un purgatoire inévitable avant de glisser au plus vite par mutation vers Paris – suivi d'un chiffre, de III à XII, avec une préférence fascinée pour le IV. Si elle se termine en province, une carrière est considérée comme manquée. Hors Paris, il n'y a point de salut – pour les universitaires non plus. Ceux de nos collègues qui prônent une nécessaire mobilité (après sept ans dans le même poste, on s'engourdit) s'installent définitivement dès qu'ils ont trouvé place au “sommet”, sans plus parler du risque de routine. En ce sens, le fonctionnement de l'institution n'est pas étranger au sujet que nous avons traité : la structure pyramidale de l'Université est l'héritière des schémas romanesques dix-neuvièmistes d'ascension et de plan de carrière.

4Pronvince/Paris ou Province-Paris ? Fallait-il harmoniser, dans toutes les communications, le signe typographique qui matérialise le rapport entre les deux pôles ? Nous avons préféré laisser à chacun la responsabilité de son signe particulier, qui relève d'un choix stylistique et sémantique : le trait dit d'union, ou la barre de fraction, qui divise et sépare. Les caractères spéciaux offerts par les traitements de texte permettent de varier les liens graphiques, en représentant le trajet d'aller-retour, la réciprocité de l'échange ou la tension d'un écartement :

L'avenir d'une division

5Les débats qui ont suivi les communications, leur relecture à quelques mois de distance font apparaître, en creux, quelques cases manquantes dans les études monographiques (Hugo, Michelet, Mérimée), et relancent la réflexion par des questions transversales. La première concerne les genres : il est naturel que l'on s'attarde au roman, dont la promotion est liée historiquement à la représentation de la province, comme le remarquait Thibaudet ; mais qu'en est-il en poésie, au théâtre, dans les récits de voyage, dans le va-et-vient épistolaire des correspondances qui s'envoient entre Paris et les “autres départements”, ainsi qu'on lit aujourd'hui sur les boîtes aux lettres ?

6L'enquête sur l'hyperprovince pourrait par ailleurs s'élargir à l'ensemble des territoires d'outre-mer et aux anciennes colonies, tel que le Québec, “la Belle Province” – par rapport à quel lieu posé comme capital(e) ?

7Il faudrait également s'interroger, dans une perspective comparatiste, sur la spécificité du modèle centralisateur français : comment les écrivains étrangers (Stevenson, Benjamin) l’ont-ils perçu ? Comment les littératures étrangères sont-elles informées par l'organisation géo-politique de leurs pays respectifs ?

8Parce que la dualité Province / Paris recoupe, comme dans l'exemple du circuit épistolaire, la bipolarité de l'acte de communication, il serait riche d'enseignements de considérer ces deux lieux en tant que points d'émission (Paris concentrant le pouvoir éditorial, aimantant les carrières des écrivains) et de réception des textes : la province est cantonnée le plus souvent dans le rôle passif de consommation des mots venus du centre de diffusion, le lecteur provincial étant systématiquement opposé au lecteur parisien, chez Balzac par exemple.

  • 1 Lettre du 13 [janvier 1875], Corr., Pléiade, t. IV, p. 902. Voir également Nadar : “Paris, cœur et (...)

9Enfin, le rapport Province-Paris est une affaire de discours, qui se traduit par une guerre des signes (imitation, contre-imitation), par une division des niveaux de langues parlées et par un renvoi en miroir des clichés. On peut ainsi rêver d'une poétique et d'une rhétorique de l'antithèse Province-Paris, qui emprunte à la géométrie plane (centre/périphérie) et à la géométrie dans l'espace (sommet/trou perdu : on “monte” à Paris, même quand on y vient du Nord, parce que la capitale occupe moins une position définie par les coordonnées “horizontales” de latitude et de longitude que le point le plus élevé d'un volume dressé à la verticale). Mais la métaphore récurrente du XIXe siècle reste celle, anatomique et organiciste, de la tête hydrocéphale et des membres, du cœur-source et des extrémités d'un grand corps à remembrer, du cerveau et des terminaisons nerveuses. Flaubert à Sand, dans une lettre écrite de Paris : “Depuis six mois principalement, je ne sais pas ce que j'ai. Mais je me sens profondément malade, sans pouvoir rien préciser de plus. – Et je connais beaucoup de gens qui sont dans le même état. Pourquoi ? nous souffrons peut-être du Mal de la France. Ici à Paris où bat son cœur, on le sent mieux qu'aux extrémités, en province”1.

10C'était au temps où Paris se pensait encore, pour quelques années, comme capitale de l'Europe, et centre du Monde. Hugo léguait par testament ses manuscrits à la Bibliothèque nationale, qui ne s'appelait pas encore “de France”, avec la certitude qu'elle serait au XXe siècle la Bibliothèque de l'Europe. Depuis, la France s'est régionalisée, le point d'équilibre du monde s'est déplacé, toujours vers l'Ouest. Comment peut-on entendre aujourd'hui une question qui concerne la littérature du XIXe siècle, alors que la France devient elle-même province, que Paris n'a plus la vocation indiscutée d'être capitale d’un ensemble géopolitique plus vaste que la France, et que la notion de “centre” se perd dans les échanges virtuels où chacun, de sa périphérie, peut se poser en point mobile d'émission et de réception ? Après tout, personne n'a apporté de démenti convaincant à la déclaration de Salvador Dali, pour qui la gare de Perpignan occupait le centre du monde…

Notes

1 Lettre du 13 [janvier 1875], Corr., Pléiade, t. IV, p. 902. Voir également Nadar : “Paris, cœur et cerveau, bout”, Quand j'étais photographe, in Dessins et écrits, Arthur Hubschmid, 1979, t. II, p. 1253.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11463/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 30k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540