Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Province-Paris. Topographie littéraire du xixe siècle

 | 
Yvan Leclerc
, 
Amélie Djourachkovitch

Jean Lorrain

L’introuvable province : de l’opposition réaliste à l’indétermination décadente. La représentation de la province dans l’œuvre de Jean Lorrain

Sophie Spandonis

Texte intégral

— Il faut notre situation de fortune pour pouvoir se payer deux années de suit un voyage à Paris !
Dessin de Huard.

  • 1 Nous avons volontairement limité les romans de la Riviera à ces titres afin de ne pas alourdir exag (...)

1L’œuvre en prose de Jean Lorrain s’initie au milieu des années 1880 par des romans et nouvelles ayant pour cadre la Normandie de l’enfance et de la jeunesse (Les Lépillier ; Très russe ; Sonyeuse) et s’achève au tout début du XXe siècle par des œuvres (faut-il parler encore de “romans” ?) évoquant la vie mondaine sur la Riviera (La Petite classe ou Le Vice errant1). Entre ces deux pôles, se trouve la traversée de Paris, plutôt sous forme de nouvelles (avec l’exception majeure de Monsieur de Phocas) et quelques excursions à l’étranger, d’Amsterdam (Monsieur de Bougrelon) au proche orient (La Dame turque). Ce seront donc les deux points extrêmes qui nous intéresseront ici : d’une part la Normandie, la jeunesse du romancier et le roman de mœurs de la première période, d’autre part la Riviera, exil d’un Jean Lorrain en proie à une lente et pénible agonie et le roman “réinventé”, “décadent” des dernières années. Ce tableau est schématique, ne serait-ce que parce qu’il ignore des pans de l’œuvre, mais il a néanmoins des vertus : il permet d’en problématiser l’ensemble et d’en chercher la dynamique, d’explorer aussi des œuvres plutôt méconnues. L’étude de la représentation de la province devrait ainsi nous permettre d’éclairer plus largement la poétique romanesque de Lorrain et son rapport aux poétiques contemporaines, plus particulièrement au courant réaliste / naturaliste qui va de Balzac à Maupassant.

  • 2 L’expression employée par Balzac au début de La Fille aux yeux d’or a été reprise comme titre d’une (...)
  • 3 Un recueil comme Sensations et souvenirs (Charpentier et Fasquelle, 1895) par exemple, n’est pas co (...)
  • 4 L’un des exemples les plus aboutis de cette pratique est Le Vice errant [1902].- Paris : J.-C. Latt (...)

2Lorrain a représenté la province et lui a accordé une place indéniable. Cela fait de lui un cas un peu à part au sein des écrivains de la décadence, plus intéressés par Paris, la cité de tous les raffinements et de tous les vices – “l’enfer parisien” selon l’expression célèbre qui court de Balzac à Péladan2, ou l’ailleurs radical qu’il soit historique, légendaire ou exotique. Le recours aux données biographiques, évoquées plus haut, permet d’expliquer cette “anomalie Non seulement Lorrain se plaît à brouiller fiction et réalité (ce qui est un trait constitutif de la littérature de décadence3) mais il est un adepte de l’autofiction : le narrateur premier dans ses romans et nouvelles se nomme souvent “Jean Lorrain”4. On ne s’étonne donc plus que l’origine fécampoise et le vécu provincial de Lorrain nourrissent sa prose : l’œuvre de Jean Lorrain est pour une large part une construction du personnage de “Jean Lorrain”.

  • 5 Elle en est aussi l’un des grands poncifs, comme le déclarent les frères Concourt : “La Normandie e (...)
  • 6 Très russe, Paris : E. Giraud, 1886. Il s’agit là du deuxième roman de Lorrain.
  • 7 Ce sont les mots employés par Georges Normandy dans “Guy de Maupassant rival de Jean Lorrain”, préf (...)

3Par ailleurs, la Normandie est, comme on sait avec le grand exemple de Flaubert, un berceau de la littérature réaliste / naturaliste5. Se situer dans le champ littéraire, pour le jeune Lorrain, c’est donc aussi se mesurer à certains acteurs de sa vie personnelle, aux frères ennemis. Très russe6 (1886) est une œuvre à clef qui relate un différend survenu entre Lorrain et Maupassant. Sa publication aurait provoqué une brouille définitive entre les deux “Fécampois, voisins, camarades d’enfance et confrères7.

  • 8 Très russe, p. 156. Dans le roman, Beaufrilan/Maupassant est ainsi présenté : " […] c’est l’étalon (...)
  • 9 Ibid., p. 195.

4Pourquoi ils ne s’aiment pas ? Vous l’avez dit vous-même : ils écrivent tous deux, tous deux ont du talent et sont du même pays”, déclare le narrateur de Très russe à Mme Livitinof, en parlant du poète Mauriat et du romancier Beaufrilan, transpositions présumées de Lorrain et de Maupassant8. Et Mauriat / Lorrain d’expliquer à son ami le peintre Harel : “Mais, mon cher, le roman, c’est la vie. Si l’on prenait la peine de se regarder vivre, on aurait un chapitre à écrire tous les jours9. Mais ce détour biographique ne suffit évidemment pas à expliquer la présence – problématique – de la province dans les romans de Lorrain, ni à rendre compte d’une écriture modelée par la référence au roman de mœurs.

  • 10 Est-il nécessaire de rappeler que la première section (Etudes de mœurs) de La Comédie humaine est d (...)

5Le premier roman de Lorrain, Les Lépillier (1885), est présenté en effet comme un roman de mœurs. Dans l’édition originale du roman suivant, Très russe, l’éditeur propose un récapitulatif mentionnant : “Les Lépillier. Roman de mœurs normandes” et “Pour paraître prochainement : Les Pelures. Roman de mœurs parisiennes. En préparation : Les Bonnes âmes. Scènes de la vie de province ; Après vêpres. Scènes de la vie normande”. Ces trois romans ne verront jamais le jour mais témoignent bien du premier élan du jeune romancier et du souvenir balzacien (“Scènes10) qui l’accompagna. Deux faits attirent l’attention. D’abord, le sous-titre “Roman de mœurs normandes” fut rajouté aux Lépillier a posteriori : il ne figure pas dans l’édition de 1885. Ensuite Très russe, annoncé dans ce même volume, est sous titré “Roman parisien” alors qu’il se déroule tout entier sur la côte normande, entre Fécamp et Etretat. Le sous-titre disparaît de la première édition du roman. Ainsi, en 1885, on gomme la référence provinciale et l’on annonce un roman “parisien” ; en 1886, au contraire, on gomme la référence parisienne pour promouvoir la valeur provinciale. Ces valses éditoriales nous plongent au cœur de la contradiction : le balancement ou l’opposition Paris/province, opposition axiologique tout autant que géographique est encore opératoire (la référence provinciale est-elle porteuse d’une valeur ? Est-elle une “valeur ajoutée” ?). Mais en même temps ces espaces sont “poreux” et comme indistincts puisqu’un roman ayant pour cadre la Normandie est présenté comme un roman “parisien”.

6Il n’est pas question de considérer Jean Lorrain comme un romancier de la province, ou a fortiori un écrivain “régionaliste. Si représentation de la province il y a, elle garde un statut extrêmement particulier. Un nouveau paradoxe s impose au lecteur : même dans les romans “normands”, c’est l’effacement – voire l’impression d’absence – de la province qui domine. L’espace provincial est nommé, repéré, caractérisé, décrit parfois mais il ne semble pas acquérir pour autant une identité ou une lisibilité fortes. Lorrain se propose d’écrire des romans de mœurs mais ne construit sa province ni comme un lieu pittoresque, ni comme un milieu. Il semblerait que la polysémie même du terme de “province”, la variété de ses utilisations et de ses connotations finisse en fait par le vider de son sens, rende la province aussi présente qu’“introuvable”.

7Notre étude comportera trois temps : la question générique du roman de mœurs et son inscription dans l’œuvre de Lorrain, la relation Paris/province comme relation non-structurante (la clôture, la circulation et la porosité) et enfin le jeu sur l’indétermination ou l’indifférenciation des espaces qui rendent la province idéalement “décadente”.

  • 11 Grand dictionnaire universel du XIXe siècle, article “Mœurs, tome 11.

8Le Grand dictionnaire universel du XIXe siècle de Pierre Larousse propose du “roman de mœurs” la définition suivante. “Roman dans lequel on s’attache particulièrement à développer des passions et à raconter leurs effets” et définit ainsi les “mœurs” en littérature : “Habitudes qui conviennent aux personnages que l’on met en scène, au point de vue de son temps et de son pays11.

  • 12 Taine parle à ce propos de “géologie morale” : l’individu est formé de différentes strates (caractè (...)
  • 13 P. Bourget.- Essais de psychologie contemporaine.- Paris : Gallimard (Tel), 1993, p. 325.

9Dans la suite de l’article, il est rappelé qu’au centre de cette problématique des “mœurs” se trouvent l’héritage balzacien mais aussi les théories de Taine : le rapport aux sciences naturelles et la notion de “milieu”, données dont l’acceptation par les romanciers de la décadence ne va pas de soi12. Pour redéfinir les termes de l’opposition entre “mœurs” et “caractères”, encore vivace à la fin du siècle, on peut se reporter aux Essais de psychologie contemporaine de Paul Bourget, lecteur et admirateur de Taine. Il en propose une théorie dans son étude consacrée aux frères Goncourt (1885). Que ce soit précisément l’œuvre des Goncourt qui donne lieu à cette analyse n’est pas indifférent : non seulement elle se trouve à la jonction du naturalisme et de la décadence, mais elle constitue, de toute évidence, une référence pour le jeune Lorrain. Bourget classe les Goncourt parmi les “peintres de mœurs13, dans ce texte tout au moins, et définit l’opposition entre “caractères” et “mœurs” en ces termes :

  • 14 Ibid. p. 325.

Le caractère résume les traits par lesquels un homme se distingue des autres ; les mœurs résument les traits par lesquels il ressemble à toute une classe. Représenter des caractères, c’est donc peindre des personnages en saillie ; représenter des mœurs, c’est peindre des personnages de facultés moyennes.14

  • 15 Ibid., p. 327.
  • 16 P. Bourget parle de récits émiettés en “une série de petits chapitres dont la juxtaposition montre (...)
  • 17 Ibid., p. 326.

10Ce qui importe au romancier de mœurs, ce ne sont pas les individus mais les groupes, les actions mais les habitudes (que l’on saisit par une “minutieuse peinture d’états successifs15), d’où des romans composés de chapitres courts et nombreux16, l’emploi de certains temps verbaux tel l’imparfait, l’inflation du descriptif, l’absence d’exposition et de réel dénouement. Ainsi, le roman de mœurs est un document pour l’“historien de l’avenir” qui y trouvera : “réunis et déjà classés, d’innombrables documents sur les habitudes de notre vie quotidienne, sur les singularités de nos métiers, sur nos manières spéciales de nous amuser et de nous vêtir, de travailler et de dépenser notre argent. Ce n’est pas les passions du XIXe siècle, mais c’en est les mœurs, et les mœurs ne forment-elles pas le tout des hommes vulgaires, la moitié de ceux mêmes qui sont hors cadre ?17 Groupes, habitudes, “médiocrité” (au sens premier du terme, mais le sens second n’est pas loin), représentativité sociale et historique : voilà une optique inattendue chez un Lorrain que l’on dépeint volontiers comme un chantre du vice, de l’artifice, du fantastique, en un mot : de la déviance…

11L’héritage balzacien fait peu de doute pourtant. Faut-il rappeler que Les Lépillier raconte l’histoire d’une “vieille fille” normande, Mlle Germaine de Cormon, victime d’une captation d’héritage perpétrée par un couple de domestiques ? L’argument et le ton ne sont certes pas les mêmes dans La Vieille fille de Balzac (recueilli dans les “Scènes de la vie de province”) mais la réutilisation du nom même de l’héroïne (Mlle Cormon) et du type romanesque et social est un clin d’œil assez évident. De même, le jardinier et gardien du domaine de Sonyeuse, le vieux Bricard, est “un ancien grenadier de l’empereur, tombé après Waterloo dans ce trou de petite ville, et qui se consolait des gloires disparues en cultivant des

  • 18 Sonyeuse [1891, version définitive 1903] / présentation de J.de Palacio.- Paris : Séguier, 1993.- p (...)

12fleurs […]18. Ce personnage a lui aussi des accents balzaciens bien reconnaissables. Cette filiation entre Lorrain et Balzac fut d’ailleurs soulignée par le romancier Paul Adam :

  • 19 Paul Adam, cité par G. Normandy dans la préface de L’Art d’aimer de Jean Lorrain.- Paris : Baudiniè (...)

Plus analytique dans l’œuvre de Maupassant, la psychologie est, dans celle de Lorrain, plus synthétique. Le premier approfondit l’âme des individus, le second étudie des milieux et des groupes. Stendhal influença l’un, Balzac l’autre. […]
De tous ces mérites, le principal est, à mon avis, l’originalité qu’adopta Jean Lorrain de transposer l’intérêt de l’individu dans le milieu. Ce sont expressément des chœurs qui jasent dans ces beaux dialogues où tant d’idées esthétiques, sociales, littéraires se transforment selon les bouches qui les dictent, selon les cerveaux qui les conçurent ou se les assimilèrent. […] L’historien qui voudra ressusciter l’existence et les goûts de cette société bizarre mais certaine n’aura, certes, qu’à s’en remettre au témoignage de Jean Lorrain. […] Sous tous les masques, il y a de la chair et de la passion vivante.19

13Paul Adam propose ici une lecture très juste de l’œuvre de Lorrain. On en retiendra les quelques mots suivants qui dessinent deux pôles : d’une part “milieux”, “chœurs”, “historien”, d’autre part “société bizarre” et “masques” qui pointent la tension du romancier vers un ailleurs générique. Son œuvre est hybride, comme cette “société bizarre” qui renvoie à la fois aux mœurs (“société”) et aux caractères (“bizarre”).

14De ce choix du roman de mœurs il résulte que le paysage provincial est rarement décrit pour lui-même. Mis à part dans quelques morceaux lyriques liés aux souvenirs d’enfance, Lorrain se préoccupe peu de représenter les lieux. On pourrait dire que la description est toujours reliée aux affects du narrateur ou des personnages : elle n’intervient que si le lieu épouse des sentiments ou des comportements. Certes, le lieu est encore utilisé pour rendre le personnage qui l’habite et l’action plus “lisibles”. Dans Les Lépillier, le château de Crainville, “lugubre” et “encaissé”, est une retraite forcée qui se soldera par la mort de la châtelaine :

  • 20 Les Lépillier, Paris : E. Giraud, 1885, p. 142.

Lépreuse, avec de grandes taches d’infiltration d’eau larmant sur sa façade moisie, et la désolation de ses fenêtres sans rideaux, la vieille demeure avait cet air lamentable et sinistre, particulier aux anciennes résidences converties en maisons de santé, ces vagues asiles, succursales du meurtre ou de la folie… Il y avait tout à la fois de la prison et de l’hôpital dans l’aspect de Crainville […].20

15La topographie a ici une valeur clairement programmatique mais on ne peut parler vraiment de “milieu” : l’espace confirme plus qu’il ne détermine l’être et le sort du personnage. Il s’agit en outre d’un espace privé construit en opposition avec la province environnante : un îlot dramatique dans un espace clos. Si elle est peu représentée physiquement, la province l’est humainement, par le biais des spécimens qui la peuplent, de façon transitoire ou non. Le primat est donné à la vie de province et à ses rites.

  • 21 La Petite classe.- Paris : P. Ollendorff, 1895.

16L’écriture du roman de mœurs pourrait se définir comme une écriture de l’extraction ou, pour reprendre un terme que la science contemporaine a largement promu : de l’induction. Il n’est qu’à reprendre quelques titres de chapitres de La Petite Classe21 : “Ce qui les occupe”, “Ce qui les passionne”, “Quelques types”, “Leurs costumes”, “Leur passe-temps”. Il s’agit bien du portrait d’un groupe à partir de quelques spécimens représentatifs d’une “moyenne”, et si l’on peut parler de “milieu”, c’est de “juste milieu”. L’utilisation des types correspond à cette même idée : de la vieille fille au soldat de l’Empire en retraite, en passant par les femmes cancanières, qu’elles soient provinciales ou parisiennes, l’aventurière slave ou la lady passionnée et expirante, etc. Mais il ne s’agit pas là uniquement d’une option esthétique : le type appartient aussi en propre à l’esprit provincial dans la mesure où il permet de classer, de figer, d’enfermer les êtres dans des catégories. Ainsi Mlle de Cormon, en héritant, devient l’objet de la vindicte locale et se voit brusquement réduite à l’état de paria, condamnée à croupir entre les quatre murs de son château :

  • 22 Les Lépillier, p. 4.

On ne devient pas riche impunément en province, où toutes les fortunes sont cotées, calculées et escomptées à l’avance ; sa subite opulence éblouissait, pis, elle indignait, car elle dérangeait toutes les hypothèses ; on s’était accoutumé à la voir toujours pauvre, on l’avait classée dans les gens de tant et tant de rentes et de telle et telle situation, et voilà qu’elle en sortait brusquement, sans avertir, sans crier gare ; c’est plus qu’il n’en faut pour indisposer un pays ; encore un peu la ville eût crié au scandale, ses amis lui en voulaient.22

  • 23 Ibid., p. 7.
  • 24 Ibid. p. 4. Cette existence de vieille fille est ainsi décrite : “Grandie à Saint-Craon, dans une m (...)

17Mlle de Cormon est exclue du double réseau de relations structurant la société provinciale : le mariage et la circulation des richesses, puisqu’elle n’a pas d’héritier. Comme le souligne le narrateur aux premières pages du roman : “Ce railleur éternel, qui est le destin, avait fait à cette fille cette dernière insulte d’en faire un beau parti à l’âge où une femme n’existe même plus pour un gougeat [sic]”23. Mais cette incongruité qui l’arrache à sa caste est aussi ce qui la fait sortir du type figé de la “vieille fille”, dévote et dévouée, “laide comme toutes les vieilles filles, ces pauvres oubliées de l’amour et de la vie24, et lui confère un statut d’héroïne à la fin pathétique.

  • 25 Très russe, p. 29.
  • 26 Nous référons ici au premier chapitre des Lépillier : Mmes Lemastur et Froidmantel “[…] rentraient (...)
  • 27 Le narrateur de Très russe qui ne connaît pas Lady Sore (autre nom de Mme Livitinof), et la prend p (...)

18Une autre particularité du roman de mœurs tel que le conçoit Lorrain est la représentation des discours, que ce soit la neutralité indistincte de la vox populi (le “on”) ou le concert des voix individualisées. La polyphonie est l’un des centres nerveux de la poétique lorrainienne. Elle ira s’affirmant tout au long de l’œuvre car elle est en accord avec la fragmentation et l’hétérogénéité propres à l’esthétique décadente. Circulation de l’information, rumeurs, recoupements : la province est d’abord un “parloir”, une scène où chacun est observé et commenté par l’autre : “Eh bien ! je vais vous faire ma petite note biographique, d’après les racontars, je ne garantis rien…”, explique l’un des personnages de Très russe au narrateur à propos de Mme Livitinof25. Lorrain commence d’ailleurs sa carrière de romancier par une scène de cancans échangés entre deux spécimens de la “bourgeoisie dévote et bien pensante de 1840” qui commentent la nouvelle de l’héritage échu à la vieille fille, Mlle de Cormon et jasent sur l’engagement du vigoureux Hippolyte Lépillier comme jardinier et gardien26. Le dévoilement multiplié et sans cesse réitéré n’est peut-être qu’une quête impossible de l’épaisseur. La polyphonie, en effet, ne se déploie qu’à la surface des êtres et la conversation finit par déconstruire son point focal. Elle constitue aussi le groupe dans une alternative du dedans/dehors : savoir ou non certaines anecdotes intègre ou isole, fait du personnage un membre de la communauté ou un marginal27. Aussi le personnage intéressant est-il souvent non celui à qui l’on parle, mais celui dont on parle et qui se trouve “en dehors” :

  • 28 Ibid., p. 152. Il s’agit ici d’une liaison présumée entre Mauriat et l’épouse du marchand de vin de (...)

Cette déplorable aventure, le bruit qu’elle avait soulevé dans le pays, les critiques sournoises, les continuelles allusions, les sous-entendus et toutes les menues trahisons journalières, dont la province assassine, comme autant de coups d’épingle, quiconque a osé préoccuper violemment son opinion, avaient, en l’exaspérant, achevé de brouiller Mauriat avec la moitié de la ville assez mal disposée, d’ailleurs en faveur d’un homme qui se permettait de faire de la littérature au lieu de continuer le commerce […].28

19Le discours révèle le rapport de forces en même temps qu’il le constitue, d’où l’inflation des dialogues et la disposition en “scènes”, au sens dramatique du terme plus qu’au sens balzacien, comme en témoigne la composition de La Petite classe qui alterne échanges épistolaires et scènes entièrement dialoguées, simplement précédés d’un paragraphe descriptif comparable à une longue didascalie. Cette composition fragmentée et répétitive correspond très exactement à ce que Paul Bourget disait de l’écriture de l’habitude et de l’absence de dramatisation qui la sous-tend.

  • 29 C’est le cas du tenancier de cabaret et de son jeune employé dans Très russe : “Ah ! que oui que je (...)

20Soulignons enfin que Lorrain ne cherche pas à représenter les aspects pittoresques de la province. Mais il faut néanmoins signaler que la tentation pittoresque, recherche d’une certaine authenticité, apparaît par exemple dans la volonté de restituer le parler local, sa prononciation, ses expressions et son vocabulaire. Les textes “normands” suivent tous trois cette pente29. Il est très révélateur de ne plus en trouver trace dans les textes situés sur La Riviera : non seulement la poétique du roman a évolué mais la Riviera est un carrefour cosmopolite sans identité propre, donc sans pittoresque.

21Ainsi la représentation de la province dans le roman de mœurs est centrée sur le personnel, les groupes et leurs rapports de force, plutôt que sur les lieux. La polyphonie, les types, les divers procédés de répétition permettent d’en dire la sclérose, la clôture et la vacuité. Nous n’avons pour ainsi dire pas parlé des mœurs provinciales elles-mêmes car Lorrain a peu innové en la matière. Il dépeint comme bien d’autres l’hypocrisie, l’avidité, la bigoterie, la curiosité malsaine, la médiocrité (au sens courant cette fois…) provinciales de façon somme toute très codifiée. A l’étroit dans le carcan du roman de mœurs, Lorrain est bien plus intéressant par ses écarts en particulier dans son utilisation de l’opposition balzacienne Paris/province.

  • 30 Le titre, en reprenant le nom des personnages, s’inscrit néanmoins dans une tradition réaliste : de(...)
  • 31 G. Normandy signale dans une réédition de 1942 que Villa mauresque était en fait le premier titre c (...)
  • 32 Philippe Jullian, dans son ouvrage biographique sur Jean Lorrain affirme que le domaine de Sonyeuse (...)
  • 33 La Ville empoisonnée, périphrase utilisée par Lorrain pour désigner Paris, en pourrait être le pend (...)
  • 34 C’est la définition proposée par Maurice Barrés dans la préface de l’ouvrage. Id., p. I.

22“Nom de pays : le non-dit”, telle pourrait être la première expression de la dialectique de la présence/absence à l’œuvre dans la représentation lorrainienne de la province. Nous référons ici aux titres des œuvres. Les Lépillier qui se déroule entre la ville de Saint-Craon, près d’Etretat et le château de Crainville, près d’Yvetot, n’indique pas la province, mais renvoie néanmoins explicitement à une identité française et à un contexte familial. Le lecteur est par ailleurs guidé par le sous-titre : “roman de mœurs normandes30. L’action de Très Russe est située entre Etretat, Fécamp et Yport mais le lieu principal est la maison louée par Mme Livitinof : la “Villa Mauresque”, qui sera d’ailleurs le nouveau titre du roman lors de rééditions ultérieures31. Aucun des deux titres ne réfère donc à la Normandie, au contraire : la Russie et les pays mauresques connotent tous deux un exotisme codifié et contrasté (Nord/sud), en rupture totale avec l’espace provincial en question. Dans Sonyeuse, c’est bien le lieu qui figure au seuil du livre, mais le lieu privé encore. Si son existence est réelle32, son nom paraît trop beau pour être vrai : le songe (Sonyeuse / sueño / sogno) et la féminité (-euse) étant deux des motifs essentiels du texte. On fera la même remarque à propos de “Riviera” qui ne figure que dans un titre : Le Poison de la Riviera. Mais il s’agit là d’un roman posthume à l’histoire chaotique, et il n’est pas évident que Lorrain soit l’auteur du titre33. On trouve sinon des titres accrocheurs (Le Vice errant) ou périphrastiques et allusifs (La Petite classe qui désigne le monde parisien de “ceux et celles qui se piquent d’avoir les opinions, les sensations, les enthousiasmes, les dégoûts, les frissons artistiques les plus neufs34). Notons au passage que Paris n’est pas plus mentionné dans les titres. Ainsi, ce n’est jamais la province qui est placée au seuil des œuvres. Reste à savoir si elle se trouve au centre, à la périphérie ou dans un ailleurs…

  • 35 Les Lépillier, p. 202.
  • 36 Ibid., p. 75.

23La capitale est quasiment ignorée dans Les Lépillier où l’horizon se borne à Rouen. C’est là une première expression de la clôture provinciale. Elle n’y apparaît en effet que dans la biographie d’Andersen, personnage secondaire (et suédois de surcroît, donc d’autant plus marginal), pour donner la mesure de son ratage : ruiné par un krach boursier, il se perd avec sa famille dans l’anonymat de la misère parisienne. Crainville s’en fait l’écho : “Ils habitent maintenant, m’a-t-on dit, à Paris, un cinquième dans un quartier épouvantable, à la Villette, je crois, un quartier inconnu35. Ces mots sont révélateurs du sentiment d’attraction/répulsion ressenti par la bonne bourgeoisie provinciale à l’égard de la capitale : lointaine, rayonnante (on prête l’oreille à ce qui s’y passe, on sait ce qui est fréquentable et ce qui ne l’est pas) mais aussi menaçante, encombrante et dépravée. Paris est sévère pour les provinciaux qui le lui rendent bien. Le mépris pour Paris fait partie des valeurs de la bourgeoisie de province : “Toutes ces dames […] professaient le plus froid mépris de la mode, l’horreur des innovations, de Paris, du progrès, le culte saint de la moire antique noire, des volants de dentelles et des cachemires de l’Inde : c’était l’élite enfin36, explique le narrateur à propos des habituées du salon de Mme Lemastur. Lorrain fait preuve ici d’une originalité fort limitée.

  • 37 La Ville empoisonnée, p. 12. Les propos de Lorrain sont rapportés dans la préface.
  • 38 Voir par exemple les analyses du Dr Maurice de Fleury dans son Introduction à la médecine de l’espr (...)

24Les autres œuvres sont plus nettement structurées par l’opposition Paris/province. Paris est une “ville empoisonnée, je m’y aigrissais et m’y pourrissais”, écrit Jean Lorrain à Ernest Gaubert37. Cette réflexion trouve un large écho à la fin du siècle aussi bien en littérature que dans le discours médical ou philosophique38. On ne cesse de souligner l’influence délétère de la capitale : offrant mille stimulations, elle est propice à la satisfaction de la sensibilité maladive des hyperesthésiques quand la province apparaît comme un lieu sain et revigorant, donc a priori peu intéressant pour les romanciers de la décadence. Cette idée, très ancrée dans les représentations de l’époque, est issue du développement urbain et industriel moderne et de l’essor parallèle des stations balnéaires ou montagnardes et villes d’eaux que Lorrain a croquées tardivement dans Madame Monpalou. Heures de villes d’eaux en 1906. Ainsi, le domaine de Sonyeuse a sans doute été bâti pour accueillir les fragiles santés féminines :

  • 39 Sonyeuse, p. 38. L’édition originale est parue en 1891 chez Charpentier. Nous n’avons pas retenu ce (...)

Quel caprice ou quelle ordonnance de la Faculté, prescrivant à une des frêles jeunes femmes de la famille l’air réconfortant de la mer, avait jeté cette élégante architecture Louis XIII […] dans ce coin de vallée de la côte, au cœur même de cette ville morte, dans ce quartier froid et dont les lents carillons d’église, sonnant tous les quarts d’heure, étaient le seul mouvement et comme la respiration monotone, lourdes fleurs de fer s’effeuillant d’ennui ! 39

25L’opposition est là mais elle est pervertie : “morte”, “froid”, “ennui” connotent peu la santé et la vigueur… Cette représentation de la province comme lieu de ressourcement, de régénération et de plaisir (villégiature) doit donc être nuancée.

  • 40 Les lettres parisiennes, par exemple, révèlent que l’on sait ce qui se passe sur la Riviera (les hi (...)
  • 41 Très Russe, p. 29.
  • 42 Ibid., p. 99.

26Il faut souligner que la relation entre les deux aires géographiques est tendue entre deux représentations : d’une part la circulation des personnages d’un espace à l’autre, d’autre part leur immobilité et la porosité des espaces entre eux. Car les romans “provinciaux” sont tous construits, à l’exception des Lépillier, sur les transhumances de la haute société parisienne résumées par les titres de La Petite classe : “Hiver de Nice” / “Printemps de Paris” / “Etés de Trouville” / “Printemps de Paris Cette structure en alternance trouve sa cohérence dans le retour d’un certain nombre de personnages et dans les échanges épistolaires permettant de relier les deux sphères parisienne et provinciale. Les lettres témoignent de la circulation de l’information et donc de la perméabilité des espaces40. De même, dans Très russe, on raconte que l’héroïne fut dans sa jeunesse : “[…] très en vedette dans le monde où l’on pose, où l’on cite, où l’on s’amuse, promenée, exhibée et archimontrée,– au printemps à Paris, l’hiver à Nice, à Monaco, l’été sur les plages de Trouville à Ostende […]41. Très russe n’est pas un roman de mœurs normandes mais une transposition en Normandie des intrigues mondaines parisiennes, d’où son sous-titre “Roman parisien”. Mme Livitinof et Beaufrilan ont fait connaissance à Cannes, ils se retrouvent à Etretat et leur aventure normande égayera sous peu les conversations parisiennes : “…d’ici huit jours, dans Etretat et d’Etretat dans Paris, elle passera pour la dernière conquête des mille et trois de Beaufrilan42. Les trois lieux – Paris, Normandie, Riviera – communiquent étroitement, ils ne constituent à la limite qu’une seule et même sphère. Un titre comme Le Vice errant est révélateur non seulement de la circulation de la population mondaine (“errant”) mais aussi de l’identité des espaces : la province abrite tout autant le “vice” que la capitale, elle n’est pas ce lieu idéal où l’on vient se ressourcer ou même simplement se couper du monde parisien.

27L’opposition Paris/province est en fait “déplacée” et se rejoue dans l’espace clos de la scène provinciale : les sphères interfèrent. Très russe s’ouvre sur la concurrence des sœurs ennemies, Fécamp et Etretat, la provinciale et la parisienne à la mode. Les termes de cette rivalité sont posés après une rapide entrée en matière dans laquelle le narrateur, le peintre Harel, est présenté à Mme Livitinof sur la plage de Fécamp. Harel commente cette rencontre en ces termes :

  • 43 Ibid., p. 11. Une conversation entre Mme Livitinof et Beaufrilan suggère la même opposition :
    “- A p (...)

[Fécamp…] cette plage merveilleusement belle, si ce n’est la plus belle de Normandie, mais à jamais discréditée dans l’esprit du Parisien par un public d’habitués tel, que la vue seule fait reprendre immédiatement le train à tout boulevardier assez distrait pour n’être pas descendu à l’avant-dernière station de la ligne, à la station des Ifs, où l’on correspond pour Etretat. Etretat, c’est autre chose, c’est le frou-frou de l’élégance, de la vie et du mouvement : deux sœurs que ces stations de bains voisines, assises au pied de la falaise et baignées par le même océan, mais deux sœurs dont Fécamp est l’aînée, une aînée disgracieuse, vertueuse et revêche, tandis que la cadette, rieuse, raffinée et légère est la jolie femme de la saison : Fécamp est la plage maussade, embourgeoisée, bourgeoisante, honnête et bien faite pour dégoûter à jamais de la vertu, si la vertu est aussi mal habillée et d’aspect aussi terne. Aussi étais-je assez étonné d’y rencontrer une femme de l’allure et de la tenue de celle à laquelle Mauriat venait de me présenter […].43

  • 44 Ibid., p. 53.

28C’est précisément ce contraste qui permet de détacher immédiatement la figure de l’héroïne, Mme Livitinof : sa simple présence de “non-provinciale” (cosmopolite et parisienne) et de femme du monde à Fécamp est incongrue. Mme Livitinof est celle qui connaît les codes mondains et s’en joue, les transgresse avec suffisamment de subtilité pour être à la fois dans et hors de la sphère mondaine/parisienne. D’ailleurs sa villa est “mauresque ” et ne se situe ni à Fécamp ni à Etretat. La représentation de la province prend ici une valeur sociale : la topographie est discriminante. La Normandie de Très russe est “habitée” par Paris : non seulement elle est dépossédée d’une partie de son espace (Etretat) mais elle est ignorée puisque l’intérêt ne se porte que sur les spécimens “importés” (Parisiens et étrangers) et sur un espace privé, l’espace clos de la “villa mauresque” qui est aussi un ailleurs : “[…] une assez laide construction, en somme, dont les murs blanchis à la chaux et les moucharabies peints de couleurs tendres détonnent cruellement dans ce site du Nord44. On constate de nouveau la récurrence d’un schéma opposant, au sein de l’espace provincial, le lieu privé, scène privilégiée de l’action, lieu clos et souvent mystérieux abritant les “caractères” (la villa mauresque, Sonyeuse, le château de Crainville, les villas de la Riviera en particulier celle des Noronsoff dans Le Vice errant) et le lieu public où s’incarnent et s’expriment les mœurs provinciales. Le premier prend évidemment le pas sur le second.

29Lorrain emprunte donc à la littérature réaliste l’opposition Paris/province, mais il la subvertit en lui déniant toute fonction ou valeur structurantes. De l’opposition à peine esquissée dans Les Lépillier où Paris n’apparaît que comme une ombre lointaine à Très russe et La Petite classe où la province est véritablement amputée, habitée, “phagocytée” par la capitale, en passant par Le Vice errant qui balaye l’antithèse entre la province saine et vertueuse et la capitale viciée et vicieuse : l’opposition devient porosité, voire indétermination. La province qui, dans la littérature réaliste, était un repère fixe et lisible, perd son identité propre.

30Le roman de mœurs se proposait de représenter la province à travers le portrait d’un certain nombre de spécimens moyens et dans une perspective statique : il est donc assez largement incompatible avec la circulation et la porosité dont nous venons de faire état. A cette perméabilité des espaces correspondent donc non seulement un mélange des genres mais une thématisation du mélange centrée sur la notion de “cosmopolitisme”.

31La Riviera est un lieu à l’identité floue, à la fois carrefour cosmopolite et extension de Paris. L’ouverture représentée par le cosmopolitisme même est retournée par Lorrain en clôture : la haute société en villégiature vit en cercle fermé, ne parle que de l’intérieur de son territoire, ne subit en aucune façon l’influence du lieu. Comment le lieu pourrait-il être un milieu, d’ailleurs, s’il est dépourvu d’identité ? Dans une lettre à une amie parisienne, l’un des personnages de La Petite classe dépeint ainsi le “personnel” bigarré des grands hôtels de luxe :

  • 45 La Petite classe, p. 8.

[…] figure-toi dans une des salles du Continental la confusion des langues de la Tour de Babel, Chiliens, Brésiliens, Russes, Moldo-Valaques et des Anglais surtout et des Anglais toujours ; c’est ici le rendez-vous des trois royaumes, et cela jacasse, et cela tracasse, et cela bécasse dans tous les idiomes de la terre avec des mines pontifiantes et ahuries […].45

  • 46 Nous référons ici à la conversation rapportée au chapitre 6 de la première section, ibid., p. 35-39 (...)
  • 47 On notera que le “chapeau” informatif précédant les scènes dialoguées ne propose en général que des (...)
  • 48 Voir, par exemple, la scène du restaurant. Le Vice errant, id., pp. 66-74.

32On touche ici le point extrême de la polyphonie, là où de construction elle devient fragmentation et ne peut plus faire sens. Le texte de Lorrain s’emploie, en effet, à montrer la vacuité et l’inconséquence extrêmes de cette société mondaine. Par ailleurs, Babel serait incomplète sans le parler faubourien : le grand monde draine voyous et escrocs, l’argot parisien résonne alors au cœur du carnaval de Nice46. Nous sommes loin ici du patois transcrit dans les textes normands. Rien n’est authentique sur la Riviera : l’importation et l’artifice sont de mise. Les figures populaires elles-mêmes ne sont pas garantes de l’authenticité du lieu. C’est pourquoi nombre de scènes de La Petite classe prennent place pendant le carnaval ou les bals costumés, et se résument à un défilé de parures, dominos et masques. Le lieu a aussi peu de sens et de profondeur que les personnages qui l’occupent. Que les personnages soient sur la Riviera, à Paris ou à Trouville importe peu. L’onomastique à elle seule résume leur être (MM. d’Anletrin, d’Assailly, d’Atout ; Mmes des Fastes, d’Enervon, de Route ; Pataprouf le couturier, Macroformando l’escroc) et toute leur intériorité flotte à la surface de leurs vêtements47. On peut rappeler en outre que l’une des sections du Vice errant est intitulée “Maschere”. Le cosmopolitisme prend dès lors tout son (non-)sens : les différences ne sont qu’apparentes, derrière les murs des villas et les masques de leurs occupants, se déploie le vice universel. Comme La Petite classe, Le Vice errant présente une galerie de portraits mais propose d’aller au-delà des costumes et des discours des personnages. Le docteur Rabastens qui accompagne et guide “Jean Lorrain”, le narrateur premier, fait tomber les masques qui les entourent48. A la polyphonie dissolvante de La Petite classe, Le Vice errant oppose cette voix dominante de Rabastens qui permet un véritable dévoilement de la réalité, prélude peut-être à la construction d’une morale.

  • 49 Dans La Petite classe, la première phrase de la comtesse des Audraies nous apprend son origine prov (...)

33Les textes normands, parce qu’ils sont investis d’une dimension affective profonde, présentent une autre version du mélange et du cosmopolitisme. Nous retrouvons là les données biographiques énoncées au départ. La Normandie est le lieu matriciel où se forme le héros/narrateur et où se scelle sa destinée. Elle est aussi le territoire, ouvert cette fois, où se rencontrent les élus49. Dans Très russe, Mme Livitinof établit une équivalence entre la Russie et la Normandie :

  • 50 Très russe, p. 81. La rencontre entre la Russie et la Normandie est par ailleurs historiquement inc (...)

[…] on croit beaucoup aux sorciers dans mon pays, dans le vôtre aussi, m’avez-vous dit, Mauriat : en Russie, à cause des steppes et de la neige, ici, à cause des falaises et surtout de la mer ; c’est la grande rêveuse, ses enfants tiennent d’elle […].50

  • 51 Cette histoire réapparaît plusieurs années plus tard dans Le Vice errant, sous les traits de la Com (...)
  • 52 Pour plus de détails sur ce point, on se reportera à l’étude proposée par Jean de Palacio dans son (...)
  • 53 La dédicace de l’édition de 1903 est la suivante : “A Antonio de la Gandara, ces pages d’une lointa (...)
  • 54 Ibid., p. 40 et 61.
  • 55 Ibid., p. 39 et p. 41
  • 56 Ibid., p. 93.

34De Très russe au Vice errant (l’histoire de Wladimir Noronsoff), de la Normandie à la Riviera, du roman de mœurs au roman de la décadence c’est cette “slavitude”, ou plus largement l’esprit du nord, avec tout ce qu’ils comportent de poncifs, qui passionnent Lorrain. Très russe marque donc la rencontre entre la slavitude et le “normandisme”. C’est le détour par une autre culture, a priori très lointaine, qui nous apprend la Normandie non plus dans son image d’étroitesse et de médiocrité mais dans la profondeur de son imaginaire et de son ressenti. Deux genres se trouvent alors convoqués : le roman de mœurs et le conte (“sorciers”, “rêveuse”). Les identités slave et normande communiquent en effet par le biais d’une légende : l’histoire de la vieille comtesse polonaise invitée à la villa mauresque est en tous points semblable à la légende de la princesse de la tour des Hogues dont les ruines se trouvent près de la villa51. Sonyeuse est construite pour sa part sur la rencontre entre le normandisme et le celtisme52. Le mélange des genres y est très complexe : description des mœurs normandes mais aussi confession à caractère autobiographique53, drame passionnel, réécriture du mythe de Viviane (Sonyeuse est un “jardin-fée”, la forêt voisine est comparée à Brocéliande54), souvenir du conte de Perrault (le lieu est plongé dans un perpétuel “ensommeillement”, tel le château de la Belle au bois dormant : “[…] aucune marquise du nom n’avait mis les pieds au pavillon depuis plus de cent ans55), ou encore récit aux accents fantastiques avec le motif récurrent de la décapitation, annoncé dès l’incipit par la référence aux héroïnes de Poe (Ligéia, Morella, Bérénice, etc.). Seul ce lieu mystérieux, solitaire, silencieux pouvait accueillir cette histoire énigmatique. L’enfant normand rêveur, imaginatif, à l’esprit aiguisé et à la “sensibilité nerveuse et presque maladive56 rencontre en la personne de Lady Mordaunt une figure sœur, étape essentielle de son roman de formation. Dans ces deux textes, le cosmopolitisme trouve dans le cadre provincial l’occasion de s’exprimer et de s’approfondir.

  • 57 Ibid., p. 36.
  • 58 Ibid., p. 38 et p. 45.
  • 59 Ibid., p. 38.

35Dans un roman de la décadence, la province originelle ne peut-être qu’un paradis perdu. Les personnages sont condamnés à l’errance et à la mélancolie puisque leur seul repère est ce lieu matriciel, devenu par l’effet dissolvant du temps une ombre crépusculaire. C’est pourquoi la Normandie y est représentée à la saison automnale, figée pour l’éternité dans la saison des morts. Le domaine de Sonyeuse et la “petite ville de l’Ouest57 anonyme dans laquelle il est sis sont caractérisés obsessionnellement par les sèmes du froid, du vide, de la solitude, de l’abandon (“vieille ville morte” ; “somnolente petite ville58), du pourrissement, et de la claustration (Sonyeuse est bâti sur les terres d’un ancien cloître59) mais aussi du “ouaté” et du “vague” propices au mystère et à la rêverie. Se souvenant du Sonyeuse de son enfance, le narrateur s’écrie :

  • 60 Ibid., p. 37.

Oh ! la tristesse des dimanches de province, les volets fermés et les outils au repos, le passant rare dans l’isolement léthargique des rues et tant de cloches dans l’air ! il faut avoir vécu, tout enfant comme moi, leur morne somnolence, à ces tristes dimanches, tristes comme un jour de Toussaint, pour en comprendre le vague et le charme à la fois ouaté et monotone, à la longue endormant pour les nerfs et le cœur.60

  • 61 Monsieur de Phocas [1901], Paris : La Table ronde, 1992, p. 182-183. Le duc de Fréneuse/Phocas est (...)

36Dans Monsieur de Phocas (1901), le domaine de Fréneuse est présenté comme un tombeau : “clarté […] triste”, “mélancolie du ciel”, “sécheresse austère”, “hostilité des choses”, “style maussade et pesant”, le “contact [des meubles] était froid et faisait mal”, “glacées”, “captifs”, “vert mort”, “détresse”, etc.61 La Normandie estivale, mondaine et galante de Très Russe est bien loin. Le lieu matriciel où se forge la sensibilité du narrateur est aussi un lieu mortifère. La province a une double nature : elle construit et dissout, nourrit et dépossède. L’épisode du retour du duc de Fréneuse au domaine familial occupe essentiellement deux chapitres : “Le refuge” et “Lasciate ogni esperanza” (citation de la Divine comédie). Leurs titres résument à eux seuls la désillusion, la promesse non tenue représentée par le retour aux sources. L’opposition entre un Paris mortifère et une province reconstituante réapparaît sur le mode négatif :

  • 62 Ibid., p. 186.

Ô mon enfance ! Ô Normandie pluvieuse et triste !
Pourquoi, après tout, n’irais-je pas retrouver tout cela ? Qui sait si ce calme et cette mélancolie ne me seraient pas une cure ? Oh ! laver toutes les hontes et toutes les souillures de ma vie dans l’eau lustrale des souvenirs ! […]
Oui, il me faut retourner à Fréneuse ! J’échapperai ainsi à Paris, à son atmosphère délétère et néfaste où ma sensualité s’exaspère, où l’hostilité des êtres et des choses développe en moi des instincts qui m’effraient. Paris qui me corrode, Paris qui me déprave et m’épouvante, Paris où je me sens des mains de meurtrier, Paris où je m’ulcère, Paris où je deviens lâche, libertin et cruel !62

  • 63 Ibid., p. 187 et 189.

37Le duc de Fréneuse fuit Paris pour sauver son âme (“[…] Fréneuse peut m’être le salut”) mais conclut rapidement : “J’y suis revenu dans l’espoir de la guérison et je n’y ai trouvé que l’ennui63. On “s’enterre” en province, au sens figuré, mais au sens propre aussi… L’expérience provinciale se révèle décevante : elle renvoie le personnage à sa propre dégradation et l’enferme dans son impasse. C’est en cela que la province est un lieu idéalement décadent : dissout, à force d’être poreux, perméable à Paris, au souvenir, à la légende, aux états d’âmes ; un lieu dissolvant aussi : si le personnage balzacien se construisait dans le mouvement, le personnage décadent se déconstruit dans l’immobilité.

  • 64 Madame Herbaud est placée à la suite des Lépillier. Cette nouvelle est un portrait-charge d’une bou (...)

38Ainsi la province apparaît en dernière instance comme doublement contradictoire puisqu’elle abolit en quelque sorte l’espace et le temps : elle est l’ici (le lieu matriciel où l’on retourne, le lieu où l’on se trouve) et Tailleurs (la rêverie, le conte, le souvenir), elle est le début et la fin, simultanément naissance et mort, nourricière et mortifère. Omniprésente et introuvable, elle est donc proprement impossible. Tour à tour lieu médiocre (dans les deux sens du terme), lieu indéterminé, vide et artificiel (la Riviera), lieu hybride car “habité” par Paris (la Normandie) mais aussi objet d’une quête existentielle et métaphore de la mélancolie, elle est particulièrement symptomatique de l’univers romanesque de Lorrain qui se déploie progressivement hors du modèle réaliste - avec lequel il continue toujours d’entretenir un rapport ambigu -, vers une poétique fragmentaire et pour ainsi dire “crépusculaire”. Ecrire la province est peut-être, comme le suggère Madame Herbaud, une nouvelle de jeunesse, un substitut au meurtre et à la folie64 : la province est innommable mais le salut est pourtant dans la nomination…

Notes

1 Nous avons volontairement limité les romans de la Riviera à ces titres afin de ne pas alourdir exagérément le corpus et de ne pas nuire à la clarté de l’exposé. Il était logique, en outre, de retenir des textes aux dates de composition relativement proches les unes des autres.

2 L’expression employée par Balzac au début de La Fille aux yeux d’or a été reprise comme titre d’une partie de Curieuse !, roman publié par Joséphin Péladan en 1886. Mais ce ne sont là que deux occurrences parmi bien d’autres…

3 Un recueil comme Sensations et souvenirs (Charpentier et Fasquelle, 1895) par exemple, n’est pas comme son titre et les premières sections le laisseraient attendre, une œuvre purement autobiographique, mais un montage complexe de nouvelles, anecdotes, ekphrasis, etc. Nombre de biographes se sont d’ailleurs laissés prendre au jeu (ou au piège) du miroir en considérant la fiction comme un inépuisable réservoir de données biographiques.

4 L’un des exemples les plus aboutis de cette pratique est Le Vice errant [1902].- Paris : J.-C. Lattès, 1980.

5 Elle en est aussi l’un des grands poncifs, comme le déclarent les frères Concourt : “La Normandie est le pays de tous les poncifs : l’architecture gothique, le port de mer, les bateaux, la ferme rustique avec de la mousse sur le toit”. Journal, tome 2, Paris : Robert Laffont, 1989, p. 2 (5 janvier 1866).

6 Très russe, Paris : E. Giraud, 1886. Il s’agit là du deuxième roman de Lorrain.

7 Ce sont les mots employés par Georges Normandy dans “Guy de Maupassant rival de Jean Lorrain”, préface d’une réédition de Très russe sous le titre de Villa mauresque.-Paris : Editions du Livre moderne, 1942, p. 7. En mai 1886, Maupassant envoya ses témoins à Lorrain mais le duel n’eut pas lieu et l’incident demeura ignoré jusqu’à la vente d’une lettre de Lorrain à l’Hôtel Drouot en 1936 (Ibid, p. 26). De cinq ans plus jeune que Guy, Lorrain fréquenta plutôt son frère cadet, Hervé de Maupassant. Lorrain évoque cette camaraderie et les amusements douteux du grand frère dans une lettre du 15.11.1897, citée par G.Normandy. On peut signaler au passage que Lorrain lui-même dans un “Pall-mall” (21 juillet 1887), relatant sa brouille avec l’éditeur Alphonse Lemerre, prétend que Très russe éreintait en fait Paul Bourget : “Il y a deux ans, dans Très russe, mon second roman, j’osai effleurer cette tête charmante […]. Ah ! J’attaquais M. Bourget ! Allons Lorrain, en pénitence !”. Il est difficile de savoir si cet éreintement était personnel (Bourget aurait servi de modèle à l’un des personnages) ou plutôt - c’est l’hypothèse la plus logique, - esthétique : Lorrain aurait écrit son roman en réaction contre le psychologisme à la Bourget.- Ce texte est recueilli dans La Ville empoisonnée / préface de G. Normandy.- Paris : J. Crès, 1936.-p. 27.

8 Très russe, p. 156. Dans le roman, Beaufrilan/Maupassant est ainsi présenté : " […] c’est l’étalon modèle, littéraire et plastique du grand haras Flaubert, Zola et Cie, vainqueur à toutes les courses de Cythère, prié jusqu’à Lesbos, couru et hors concours". Ibid., p. 100. Rappelons que le pseudonyme de plume de Maupassant était Maufrileuse.

9 Ibid., p. 195.

10 Est-il nécessaire de rappeler que la première section (Etudes de mœurs) de La Comédie humaine est divisée en Scènes de la vie privée, de province, parisienne, politique, militaire et de campagne ?

11 Grand dictionnaire universel du XIXe siècle, article “Mœurs, tome 11.

12 Taine parle à ce propos de “géologie morale” : l’individu est formé de différentes strates (caractères) plus stables et immuables à mesure que Ton creuse. En surface : les modes, puis le type du “personnage régnant” auquel toute une époque cherche à s’identifier, puis les mœurs correspondant à une longue période historique (la Renaissance, l’Age classique, etc.), enfin les mœurs propres à une nation, à une race, quasiment immuables.

13 P. Bourget.- Essais de psychologie contemporaine.- Paris : Gallimard (Tel), 1993, p. 325.

14 Ibid. p. 325.

15 Ibid., p. 327.

16 P. Bourget parle de récits émiettés en “une série de petits chapitres dont la juxtaposition montre la ligne totale d’une habitude, comme les petits cailloux d’une mosaïque, placés les uns à côté des autres, forment les lignes d’un dessin”. Ibid., p. 327.

17 Ibid., p. 326.

18 Sonyeuse [1891, version définitive 1903] / présentation de J.de Palacio.- Paris : Séguier, 1993.- p. 40. Dans le premier roman de Lorrain, Hippolyte Lépillier était déjà un ex-soldat reconverti dans l’entretien d’un grand domaine.

19 Paul Adam, cité par G. Normandy dans la préface de L’Art d’aimer de Jean Lorrain.- Paris : Baudinière, 1929.- p. 33-35.

20 Les Lépillier, Paris : E. Giraud, 1885, p. 142.

21 La Petite classe.- Paris : P. Ollendorff, 1895.

22 Les Lépillier, p. 4.

23 Ibid., p. 7.

24 Ibid. p. 4. Cette existence de vieille fille est ainsi décrite : “Grandie à Saint-Craon, dans une médiocre aisance, presque la pauvreté, entre l’église, son confesseur et deux vieux parents qu’elle avait passé trente ans de sa vie à soigner avec le dévouement et les tendresses offertes d’une fille pauvre, à qui le monde et les hommes ont refusé le bonheur et la beauté en lui refusant l’amour […]”, ibid., p. 5.

25 Très russe, p. 29.

26 Nous référons ici au premier chapitre des Lépillier : Mmes Lemastur et Froidmantel “[…] rentraient un peu désappointées de leur visite, parties avec force intentions charitables, le plus grand désir de voir, d’entendre et de surprendre pour en faire ensuite un de ces feuilletons exempts de bienveillance dont elles avaient le secret, et de là le colporter de maison en maison dans ce Saint-Craon, dont elles étaient l’oracle […]”, id., p. 3.

27 Le narrateur de Très russe qui ne connaît pas Lady Sore (autre nom de Mme Livitinof), et la prend pour une Anglaise, s’entend dire par un mondain en exil volontaire à Fécamp : “Oh ! êtes-vous assez peu Parisien !”, id., p. 28.

28 Ibid., p. 152. Il s’agit ici d’une liaison présumée entre Mauriat et l’épouse du marchand de vin de Fécamp.

29 C’est le cas du tenancier de cabaret et de son jeune employé dans Très russe : “Ah ! que oui que je la connaissions et qu’al est belle, un vrai poltrait ! (En Normandie le comble de la beauté pour le bas peuple réside en celle d’un portrait)”. Id., p. 57. Le narrateur restitue un phrasé, une prononciation et commente les mœurs du groupe social concerné. Les Lépillier et la mère de l’abbé Blin dans Les Lépillier, le père Bricard et Héloïse la gouvernante dans Sonyeuse ont ce même parler. Lorrain cite par ailleurs des proverbes ou expressions, eux aussi à la croisée du langage et des mœurs : “C’était par un de ces temps clairs et gris d’octobre, dont on dit communément en Normandie qu’il fait un temps à retenir les hirondelles […]”, Sonyeuse, p. 45 ; Mlle de Cormon a “[…] les traits gros et tavelés de son, selon l’expression normande appliquée aux visages affligés de taches de rousseur […]”, Les Lépillier, p. 43.

30 Le titre, en reprenant le nom des personnages, s’inscrit néanmoins dans une tradition réaliste : de Lucien Leuwen au Docteur Pascal, en passant par les titres des romans des frères Goncourt.

31 G. Normandy signale dans une réédition de 1942 que Villa mauresque était en fait le premier titre choisi par Lorrain mais que l’éditeur, soucieux de coller à la mode, lui aurait imposé Très russe. Jean Lorrain, Villa mauresque, précédé de “Guy de Maupassant rival de Jean Lorrain”, avertissement documentaire de G. Normandy. Id., p. 7.

32 Philippe Jullian, dans son ouvrage biographique sur Jean Lorrain affirme que le domaine de Sonyeuse a bel et bien existé et se trouvait près de Fécamp. Il était habité par des Anglo-saxons. Jean Lorrain ou le Satiricon 1900, Paris, Fayard. 1974.

33 La Ville empoisonnée, périphrase utilisée par Lorrain pour désigner Paris, en pourrait être le pendant, or c’est un titre choisi par G. Normandy au moment de la publication posthume d’un certain nombre de chroniques de son “maître”.

34 C’est la définition proposée par Maurice Barrés dans la préface de l’ouvrage. Id., p. I.

35 Les Lépillier, p. 202.

36 Ibid., p. 75.

37 La Ville empoisonnée, p. 12. Les propos de Lorrain sont rapportés dans la préface.

38 Voir par exemple les analyses du Dr Maurice de Fleury dans son Introduction à la médecine de l’esprit.- Paris : F. Alcan, 1897. Dans le chapitre 5 de la 1ère partie (“La fatigue et la force humaine”), il explique que la grande ville surexcite les sens et épuise les organismes, accroissant ainsi le nombre de neurasthéniques. Dans le domaine littéraire, la référence est encore une fois Balzac qui écrit dans l’Avant-propos de La Comédie humaine : “[…] les Scènes de la vie de parisienne offrent le tableau des goûts, des vices et de toutes les choses effrénées qu’excitent les mœurs particulières aux capitales où se rencontrent à la fois l’extrême bien et l’extrême mal”.- La Comédie Humaine / volume 1, Paris : Gallimard (bibliothèque de la Pléiade), 1976, p. 18.

39 Sonyeuse, p. 38. L’édition originale est parue en 1891 chez Charpentier. Nous n’avons pas retenu cette édition car Sonyeuse fut remanié par Lorrain en 1903. Dans sa première version, elle fut d’ailleurs recueillie dans un groupement intitulé “Soirs de province” et suivi des “Soirs de Paris”. Ces titres allient à la fois la référence réaliste (l’opposition des deux aires géographiques) et la dimension crépusculaire de l’esthétique décadente.

40 Les lettres parisiennes, par exemple, révèlent que l’on sait ce qui se passe sur la Riviera (les histoires galantes, les événements mondains, etc.) et rendent compte de la vie parisienne : les dynamitards, le salon de la Rose-Croix, la réception de Pierre Loti à L’Académie française contre Zola… ou la condamnation de Jean Lorrain par la justice : “Une nouvelle qui nous a tous ravis et moi combien plus que les autres, c’est la condamnation à trois mille francs d’amende de ce monstre de Jean Lorrain à la neuvième chambre… Mme Ancelon de Gerville et Mme de Route me l’avaient bien dit, qu’il y passerait un jour ou l’autre et qu’il aurait aussi son tour cet affreux homme des femmes par jour ; enfin c’est fait : voilà qui me rassure et vous aussi”, id., p. 77. Ces propos sont bien sûr placés sous la plume de Mme des Grenaudes, intrigante, cancanière, femme richissime qui se caractérise, aux dires d’un autre personnage par “des grâces d’écaillère enrichie sur le carreau des halles”, ibid. p. 5. Comme on le voit le roman de mœurs est aussi le lieu où l’on règle ses comptes…

41 Très Russe, p. 29.

42 Ibid., p. 99.

43 Ibid., p. 11. Une conversation entre Mme Livitinof et Beaufrilan suggère la même opposition :
“- A propos, j’ai reçu aujourd’hui la visite d’une jolie femme.
- D’Etretat ?
- Non
, pas d’une Parisienne, d’une jolie femme parfaitement inconnue… d’une jolie femme de province.
- De Fécamp ?
- De Fécamp
”,
Une jolie femme ne peut-être que parisienne et une Parisienne ne peut séjourner qu’à Etretat… Ibid., p. 176. Fécamp, “effroi des boulevardiers et des mondains”, reste le refuge de tous les Parisiens en quête d’incognito et d’une “vraie vie de bourgeois bourgeoisant”, ibid., p. 22.

44 Ibid., p. 53.

45 La Petite classe, p. 8.

46 Nous référons ici à la conversation rapportée au chapitre 6 de la première section, ibid., p. 35-39. On notera que les personnages restent anonymes et ne sont désignés que par leurs costumes : “le domino capucine”, “le pierrot mauve” et “le troubadour”.

47 On notera que le “chapeau” informatif précédant les scènes dialoguées ne propose en général que des indications relatives aux décors des maisons et aux vêtements des personnages. Citons-en un à titre d’exemple : “Chez le prince Macroformando, dans son rez-de-chaussée du quai du Midi, décor somptueux déjà décrit. Le prince, en élégant complet d’homespun pain brûlé, cravaté de rouge vif et ganté de peau de chien, se promène fiévreusement en cinglant de sa canne la peluche des divans et la soie des coussins ennuagés de poussière ; par les fenêtres grandes ouvertes on aperçoit le ciel bleu et la mer et, se détachant très clair dans toute cette lumière, le groom et le buggy du prince ; le cheval est fleuri d’œillets roses à la têtière, comme la boutonnière du veston du prince ; c’est le matin. Une portière se soulève : entre effaré, Robert d’Atout en complet gris ardoise, cravaté de bleu turquoise, la boutonnière fleurie de cyclamens, moustache trop blonde, excessivement travaillée aux teintures Ibid., p. 53.

48 Voir, par exemple, la scène du restaurant. Le Vice errant, id., pp. 66-74.

49 Dans La Petite classe, la première phrase de la comtesse des Audraies nous apprend son origine provinciale et la place d’entrée aux marges de la société mondaine de la Riviera. Elle répond par écrit à son amie restée à Paris : “Si je me plais ici, ma chérie, et si je commence à m’y faire ?… Et couci-couça. Je ne raffole pas, moi, précisément de Nice, mais tu sais que je suis naturellement sauvage et que mes six mois de campagne aux Audraies ne sont pas faits pour civiliser la provinciale un peu farouche que j’étais déjà avant mon mariage”, Id., p. 7. Cette marginalité et ce recul sont attestés par son choix de demeurer dans un “hôtel de second ordre”, loin des palaces fréquentés par la haute société. Être d origine provinciale ou résider en province est, pour certains personnages, un supplément d’âme.

50 Très russe, p. 81. La rencontre entre la Russie et la Normandie est par ailleurs historiquement incarnée par le couple Flaubert/Tourguéniev.

51 Cette histoire réapparaît plusieurs années plus tard dans Le Vice errant, sous les traits de la Comtesse Litwiska et du poète Astra. “La maison du bonheur” pp. 75-81.

52 Pour plus de détails sur ce point, on se reportera à l’étude proposée par Jean de Palacio dans son édition de Sonyeuse. Cette rencontre entre l’Angleterre et la Normandie est peut-être un lointain écho, cette fois, à la rencontre de Maupassant avec Swinburne, en villégiature à Fécamp. Cet épisode a nourri la littérature contemporaine, du personnage de Selwyn dans La Faustin d’Edmond de Goncourt (1882) à la nouvelle de Lorrain “Dolmancé”, recueillie dans Sensations et souvenirs (1895).

53 La dédicace de l’édition de 1903 est la suivante : “A Antonio de la Gandara, ces pages d’une lointaine histoire d’enfance ressouvenue devant deux de ses portraits. En ferveur et en mélancolie, Son ami, Jean Lorrain”.

54 Ibid., p. 40 et 61.

55 Ibid., p. 39 et p. 41

56 Ibid., p. 93.

57 Ibid., p. 36.

58 Ibid., p. 38 et p. 45.

59 Ibid., p. 38.

60 Ibid., p. 37.

61 Monsieur de Phocas [1901], Paris : La Table ronde, 1992, p. 182-183. Le duc de Fréneuse/Phocas est lui aussi d’origine normande.

62 Ibid., p. 186.

63 Ibid., p. 187 et 189.

64 Madame Herbaud est placée à la suite des Lépillier. Cette nouvelle est un portrait-charge d’une bourgeoise de province, assassinée par un dandy excédé mais impuissant à convertir sa haine en œuvre littéraire : “Dieu m’est témoin que je ne voulais pas la tuer, mais, fort du talent que souffle la haine, je voulais la graver à jamais dans une étude, une satire éternelle… mais avant tout il me fallait la voir, l’approcher, la suspendre dans son cadre habituel, dans son intérieur, en face même de sa vie vécue…”, id., p. 233.

Table des illustrations

Légende — Il faut notre situation de fortune pour pouvoir se payer deux années de suit un voyage à Paris !Dessin de Huard.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/11448/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 297k

Auteur

Université de Paris III

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540